LES TECHNIQUES EN IMMUNOLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TECHNIQUES EN IMMUNOLOGIE"

Transcription

1 LES TECHNIQUES EN IMMUNOLOGIE FICHE TECHNIQUE N 1 PLAN I/ Les Anticorps monoclonaux et anticorps polyclonaux A. Les anticorps polyclonaux B. Les anticorps monoclonaux Rappel Principe II/ Les réactions antigènes / anticorps A. Généralités B. La réaction de précipitation En milieu liquide : - Exemple du «ring test» En milieu gélifié : - Immunodiffusion double (Ouchterlony) - Immunodiffusion radiale (Mancini) - Electro-immnunodiffusion (Laurell) - Immuno-électrophorèse C. La réaction d agglutination Principe : potentiel ζ Paramètres internes et externes Agglutination active : ex système ABO Agglutination indirecte Agglutination passive Hugo MOUQUET, INSERM U519

2 I/ Les anticorps polyclonaux et monoclonaux A. Anticorps polyclonaux (sérum polyclonal, immunosérum) Un immunosérum renferme des Acp de classes et de sous-classes différentes, d affinités diverses et reconnaissent plusieurs déterminants antigéniques. Ag : de différente nature, pour les haptènes (< 3 kda) ou les peptides synthétiques (10-15 AA), ces Ag sont couplés à une protéine porteuse de haut PM («carrier») ex : BSA, thyroglobuline, hémocyanine par l action d agents de couplage ex : glutaraldéhyde (NH2, SH), carbodiimides (NH2, COOH). Voies d administration : sous-cutanée, intradermique, intramusculaire et intraveineuse. Animaux : souris, lapin, mouton, chèvre Protocoles d immunisation : Les animaux sont immunisés avec l Ag en présence d adjuvant de Freund ; complet pour la première immunisation et incomplet pour les rappels. Les durées entre les rappels varient. Les animaux sont prélevés et la réactivité des sérums est testée (ELISA, IFI, WB ). B. Anticorps monoclonaux (Milstein, ) 1. Rappel Un clone lymphocytaire B possède un programme génétique unique qui par les mécanismes de réarrangement code pour une IgG de surface (BCR) spécifique du clone B. Le BCR qui se lie aux épitopes antigéniques est identique au niveau structural à l immunoglobuline sécrétée par le plasmocyte dérivant du clone B. 2. Principe La production d Acm chez la souris ou le rat se fait par la technique d hybridation cellulaire. Elle consiste à fusionner des cellules productrices d Ac et des cellules d une lignée myélomateuse. Cette fusion conduit à la production de cellules hybrides ou hybridomes.

3 Sécréteur HGPRT + Mortel L B PEG M Myélome (immortel) Non sécréteur HGPRT - Hétéromyélome Sécréteur HGPRT + immortel HM Culture sur milieu HAT (Hypoxanthine, aminoptérine, thymidine) Aminoptérine Voie de synthèse des Bases azotées Nucléotides nucléotides «de novo» HGPRT Thymidine Kinase Voie de «sauvetage» HX Thymidine II/ Les réactions antigènes / anticorps A. Généralités 2 La réaction Ag/Ac est due à l interaction 1 entre l épitope et le paratope. Le complexe (immun) Ag/Ac fait intervenir des liaisons Epitope Ag faibles ; hydrogène, électrostatiques, les 3 forces de Van der Waals et interactions Ag + Ac Ag-Ac apolaires. La constante d association K varie K = k1 / k2 entre 10 4 et L/M. K = [Ag Ac] / [Ag].[Ac] Epitope séquentiel (linéaire) / épitope conformationnel Ac Paratope

4 Ac monoclonal Sérum polyclonal (Ac polyclonaux) Si l antigène est moléculaire et soluble; les complexes Ag/Ac forment un précipité, si l antigène est particulaire ou cellulaire (bactéries, hématies, billes de latex ); les complexes immuns forment un agglutinat. B. La réaction de précipitation 1 : En milieu liquide : le test de l anneau («Ring Test») [Ac] croissantes [Ag] constante ZONE D EQUIVALENCE Paramètres physico-chimiques de la réaction : La température ; à θ=37 C, la précipitation est accélérée et à θ=0 C, la quantité de précipité est augmentée La force ionique µ ; chez les mammifères, la quantité maximale de précipité est obtenue pour [NaCl] < 0,15 M. Le ph ; la réaction est inhibée aux ph extrêmes (en dessous de 6 et au-dessus de 8,5). Effet dissociant des ph acides (élution). Les adjuvants de précipitation ; accélère la réaction ( ex : PEG).

5 2 : En milieu gélifié Gel (agar de 5 à 20 g/l en tampon PBS ph 7,2 ou d agarose) de 3-4 mm. Immunodiffusion double (Ouchterlony) Cette technique est basée sur la double diffusion Ag et Ac dans un gel en fonction de leur PM. Elle permet l analyse qualitative d un mélange d Ag en solution. IDENTITE OUI NON PARTIELLE Antigènes Ag A Ag B Ag A Ag B Ag A Ag B Ag Ac Anticorps Ac anti-a Ac anti-a Ac anti-b Ac anti-b Les Ag A et B n ont aucun déterminant antigènique commun Les Ag A et B possèdent des épitopes communs Immunodiffusion radiale (Mancini) Cette technique quantitative permet le dosage d un antigène (protéine). Protéine Gel Anticorps Diffusion selon un gradient de concentration décroissant Formation d un anneau de précipitation ; réseau Ag/Ac

6 [Ag] d 2 = a.[ag] + b Etalon 1 ; 1,5 mg/l diamétre Etalon 2 ; 3 mg/l Etalon 3 ; 6 mg/l [Ag] inconnue ;? mg/l [Protéine] (mg/l) dosage des IgG sériques Electro-immunodiffusion (Laurell) Cette technique permet d accélérer le temps de diffusion en obligeant l Ag à migrer sous l effet d un champ électrique, dans un gel contenant l Ac. Le ph du gel est choisi de façon que les Ac soient immobiles (pi des Ig) et que l Ag chargé négativement migre (blocage des NH2 ; carbamylation, formylation). «Rockets» h hauteur (h) ? Etalons [Protéine] (mg/l) La hauteur des «fusées» (lignes de précipitation) est proportionnelle à la [Ag].

7 Immuno-électrophorèse (Grabar et Williams) Cette technique renforce le pouvoir analytique des doubles diffusions en identifiant les constituants d un mélange par 2 propriétés indépendantes, leur mobilité électrophorètique et leur spécificité antigènique. 1 er tps ; un mélange d Ag est soumis à un champ électrique (de 5 à 8 V) le long duquel les constituants se répartissent en fonction de leur mobilité électrophorètique. (Tampon Véronal-Tris) 2 e tps ; un immunosérum polyspécifique diffuse dans un sens perpendiculaire à celui de la piste électrophorètique dont les fractions diffusent en sens inverse. L exploitation des résultats est basée sur celle de la technique d Ouchterlony. C. La réaction d agglutination 1 : Principe Les réactions d agglutination mettent en jeu un Ag situé à la surface d une particule de taille comprise entre le dixième et la dizaine de micron (globules rouges, globules blancs, plaquettes, spermatozoïdes, micro-organismes, billes de latex ou de sépharose). C est un phénomène complexe au cours duquel les Ac s unissent aux Ag portés par la particule formant ainsi des ponts spécifiques entre ces particules permettant leur réunion en amas.

8 2 : Le potentiel Zêta Deux forces antagonistes jouent un rôle dans l interaction des particules entre elles : - la tension interfaciale, qui tend à agréger les particules entre elles. - la force de répulsion (prédominante), à effet opposé, elle provient des charges électriques identiques des particules Pollack : _ GR _ _ ζ = σ / (D x µ) σ : charge électrique D : constante diélectrique du milieu µ : force ionique du milieu + ζ HOOC H H OH OH H HO HO O H NH 2 CH 2 OH C C H H H NANA (acide sialique) La force de répulsion est fonction du potentiel ζ (-16 mv pour [NaCl] = 0,15 M). Lorsque les Ac recouvrent les GR, l état électrique est modifié, en cela les IgM s avèrent plus efficaces. 3 : Les paramètres de réaction Les Ac ; dits agglutinants (IgM en majorité) sont capables de produire une agglutination des particules en suspension dans un milieu salin de [NaCl] = 0,15 M. dits non-agglutinants sont incapables de provoquer une agglutination dans ces conditions. Les Ag ; il existe une relation entre l agglutinabilité et : - le nombre de sites antigéniques - leur localisation

9 Les facteurs expérimentaux ; - La température, plus elle est élevée plus l agitation moléculaire est importante (augmentation de p (rencontre)). L agglutination est plus rapide à 37 C, cependant la quantité finale d Ac fixés est plus élevée à basse température (après 24 h). On distingue des Ac «chauds» et des Ac «froids». - Le ph, optimum entre 6 et 8 - La force ionique (effet quasi nul), elle contrarie l union Ag-Ac mais favorise la formation du réseau (par la diminution du potentiel ζ). 4 : Les réactions Agglutination active Elle résulte d une union spécifique entre un Ac agglutinant et un Ag appartenant en propre à la particule. Elle peut se faire en tubes, en microplaques ou sur lame et peuvent être qualitatives ou quantitatives (la dernière dilution du sérum où l on observe encore une agglutination). Sérogroupages bactériens (Salmonella, Shigella, E. coli, entérophathogènes ) Groupage sanguin ABO

10 Agglutination indirecte Elle se produit entre un Ac non agglutinant et un Ag faisant normalement partie intégrante de la particule, en faisant appel à un artifice. De façon générale, on peut obtenir une agglutination avec des Ac non agglutinants en diminuant le potentiel ζ ( σ ou D ou µ). Les techniques : 1. Ajout au MR des macromolécules qui pontent les Ac unis à des cellules voisines (par րd). ex la BSA, le Dextran, le Ficoll 2. Hydrolyse des glycoprotéines présentes à la surface des cellules par protéases (la papaïne, la fucine, la broméline, la trypsine ). Leur action permet la diminution de σ (libération de NANA), une meilleure accessibilité des Ag (mise en place de liaison hydrophobe) et une redistribution des récepteurs aux Ag. 3. Utilisation Ac anti-ac GR GR Ac anti-isotype Phénotypage Rhésus Agglutination passive Elle est réalisée entre un Ac et un Ag normalement soluble, mais rendu particulaire par fixation sur un support : 1. Les billes de latex ; l Ag est fixé par simple contact (ph 8,2) 2. Les hématies ; l Ag est fixé par simple contact, par traitement à l acide tannique, par fixation chimique (glutaraldéhyde, di-nitro chloro-benzéne ) ou par fixation immunologique (cas des Ac dirigés contre des épitopes du GR).

11 Inconvénients : - fragiles, elles s hémolysent en 3 semaines (utilisation d hématies formolées, stables plusieurs mois à 4 C) - elles portent une mosaïque d Ag recherche du facteur rhumatoïde (réaction de Waaler Rose ; IgG lapin anti-gr de mouton + GR mouton test de grossesse, détection de l hormone gonadotrophine chorionique (HGC) dans l urine ; GR recouverte d hormone mise en contact des Ac anti-hgc et l urine de la femme suspectée d être enceinte. Les [GR-HGC] et [Ac anti-hgc] sont optimums pour l agglutination. Agglutination Oui Non HGC dans l urine Non Oui Réaction Equilibre Excès d Ag non enceinte enceinte

12 FICHE TECHNIQUE N 2 PLAN Les techniques immuno-enzymatiques I/ Les techniques ELISA A. Principe B. Différentes méthodes Dosage d Ag Dosage d Ac C. Applications II/ L immuno-empreinte A. Séparation des Ag par SDS-PAGE B. Le transfert des protéines sur membrane C. La révélation immunologique III/ L immunofluorescence A. Indirecte (IFI) Principe Rappel sur la fluorescence Organigramme expérimental Applications B. Directe (IFD) IV/ La purification d immunoglobulines Méthodes chimiques, chromatographiques, physiques Purification d Ac spécifiques

13 I/ Techniques immuno-enzymatiques : les tests ELISA (enzyme linked immunosorbent assay) A. Principe Elles reposent sur l utilisation d une enzyme pour déceler les complexes immuns. Les techniques ELISA sont très utilisées en : recherche fondamentale et appliquée (reconnaissance des épitopes protéiques, des haptènes) analyse médicale, pour le dosage de nombreuses substances (Ag, Ac, hormones, marqueurs tumoraux, médicaments ) Méthodes En phase homogène : La fixation de l enzyme au complexe immun modifie son activité (révélation directe). En phase hétérogène : Activité enzymatique inchangée après la fixation (besoin d une étape de séparation entre les complexes marqués et l Ag ou Ac marqués). Systèmes biologiques Ag : liquide biologique, une préparation brute ou purifiée de l Ag ou de l haptène. Ac : immunosérum total, des Ig purifiées ou des Acm (évite les réactions croisées). Phase solide et «fixation» Par adsorption passive sur du verre, du plastique, du polystyrène, latex sous forme de billes, de plaques, de tubes, de microplaques Par liaison covalente entre l Ag ou l Ac à la phase solide appropriée (cellulose activée, agarose ou acrylamide par le glutaraldéhyde). Conjugués, enzymes et substrats en phase hétérogène L agent chimique utilisé pour coupler une enzyme à un Ag ou à un Ac ne doit pas altérer l activité enzymatique ni celle du réactif immunologique. On utilise : le glutaraldéhyde, du bromure de

14 cyanogène, le carbodiimide. Besoin de séparation de l enzyme en excès par chromatographie d exclusion moléculaire. ENZYME ORIGINE SUBSTRAT Peroxydase (1) Raifort (radis noir) Diaminobenzidine, H 2 O 2 Tétraaminobenzidine, H 2 O 2 Phosphatase alcaline E. coli ou muqueuse 4-nitro-phényl-phosphate (2) intestinale de veau ß-D galactosidase (3) E. coli 2-nitro-phényl-ß-Dgalactopyrannoside (ONPG) Glucose oxydase Aspergillus niger Chromogène + H 2 O 2 Glucose 6 phosphate déshydrogénase Leuconostoc mesenteroïdes Glucose 6 phosphate + NAD + (1) : pour les dosages rapides (2) et (3): pour un grand nombre d échantillon En fonction du substrat, le produit de la réaction est mesuré par spectrophotométrie, colorimétrie (examen visuel) ou par fluorométrie. B. Différentes méthodes d ELISA en phase hétérogène 1 : Dosage des antigènes Par compétition : Vis à vis d Ac présents en quantité limitée, et fixés sur un support, il y a compétition entre l Ag à doser et l Ag marqué (de même spécificité) ajouté en quantité définie dans le même temps.

15 Méthode en «sandwich» S applique aux Ag possédant au moins 2 épitopes (identiques ou non) Réaction Ag à doser Addition du second Ac marqué Révélation de la réaction S P Ac en excès Ag à doser Ac marqué en excès Activité enzymatique liée au support (DO) Activité (DO) = k. [Ag x] [Ag x] Directe : Dosage immuno-enzymométrique ou IEMA Amplification par le système avidine-biotine (ABC) La biotine (coenzyme facile à lier aux Ig) a une très forte affinité pour l avidine (blanc d œuf) et la streptavidine (Streptomyces avidinii). L Ac biotynilé se lie sur l Ag fixé à la phase solide puis, de la streptavidine conjuguée à une enzyme se lie à la biotine (complexe ternaire). Avidine Biotine

16 2 : Dosage des anticorps Indirecte avec Ag marqué Réaction Ag / Ac Addition de l Ag marqué Révélation de la réaction S P Ag en excès Ac à doser Ag marqué en excès Activité enzymatique liée au support (DO) Activité (DO) = k. [Ac] [Ac x] Indirecte avec Ac secondaire marqué Puits négatif Puits positif

17 Activité enzymatique liée au support (DO) Activité (DO) = k. [Ac] [Ac] Protocole expérimental en TP Un seuil de positivité est déterminé par un index calculé à partir des DO de témoins connus (moyenne DO sujets sains σ pour ex). C. Applications Dosage des protéines : la ß2m, drogues, hormones (insuline, glucacon ), médicaments, enzymes (énolase, lipase ), les facteurs rhumatoïdes, vitamines, IgE Diagnostic sérologique : parasitaire, bactériologique par titrage d anticorps (Brucella, Salmonelle, Treponema ), virologique (HIV, rubéole, hépatite A-B, varicelle, herpés, grippe ) Maladies auto-immunes : recherche et dosage des FR, des Ac anti-adn, anti-histones, anti-dsg1/3

18 II/ L immuno-empreinte (immunotransfert ou «western blot») Cette technique combine le pouvoir de séparation de l électrophorèse et la grande sensibilité de l immunodétection, ce qui en fait un outil performant pour l identification d un Ag ou d un Ac. A. Séparation des Ag par SDS-PAGE Les protéines d un extrait tissulaire ou cellulaire ou des protéines recombinantes dénaturées et chargées négativement, migrent dans un gel d acrylamide / bis-acrylamide (de teneur x %) sous l action d un champ électrique. Elles sont séparées en fonction de leur PM. Solution de dépôt des échantillons : Solution de Laëmmli (Tris 0,5 M ph 6,8, glycérol 20%, SDS 40%, Bleu de bromophénol 0,009%, DTT 10%) A Protéine native S S B SDS Dithiotreïtol 100 C, 3 minutes A Fragments polypeptidiques B CH2 SH HC OH HC OH CH2 SH CH3 (CH2)11 SO3 - Na+ SDS DTT B A 120 V t = 2 h La migration achevée, le gel peut être colorée s il ne constitue pas SDS-PAGE la première étape du WB : Bleu de Coomassie (0,2 à 0,5 µg de protéine / piste), nitrate d argent (0,01 à 0,05 µg de protéine / piste)

19 B. Le transfert des protéines sur membrane Les protéines contenues dans le gel sont transférées sur une membrane de nitrocellulose ou de PVDF sous l action d un champ électrique. ANODE Temps de transfert : 2 h (à 18 h), voltage 30 V (à 60 V) Coussins absorbants Papiers buvards Membrane de nitrocellulose Gel de polyacrylamide Papiers buvards Coussins absorbants Le tampon de transfert contient du méthanol qui augmente la capacité de la NC à absorber les protéines, et empêche le gel de gonfler CATHODE A la suite du transfert, la membrane qui contient les protéines peut être colorée à l aide de rouge Ponceau puis est décolorée avec de l acide acétique 5% et enfin séchée. 35,3-kDa 28,2-kDa 20,8-kDa Marqueur

20 C. La révélation immunologique 1/ Principe Second Ac H 2 O 2 Peroxydase Luminol oxydé Protéine Premier Ac (Sérum) Forme oxydée de l'enzyme + Luminol + Activateur LUMIERE Membrane NC Film photographique Figure. Principe de la révélation immunologique par ECL Les protéines transférées sur membrane de NC sont incubées avec des immunosérums ou des Ac. Les protéines ayant formé des complexes Ag /Ac réagissent ensuite avec des Ac (de chèvre) dirigés contre les IgG de l espèce d origine du sérum testé. Ces Ac secondaires sont couplés à la peroxydase (ou à la phosphatase alcaline). La peroxydase oxyde le luminol qui va émettre de la lumière permettant la révélation autoradiographique des complexes. 2/ Organigramme du protocole expérimental (TP) Découpage de la membrane en bandelettes Saturation dans du tampon TBS, Tween 0,05%, 5% lait Lavages dans du tampon TBST Incubation avec le(s) sérum(s) ou les Ac dilués dans du tampon TBS, Tween 0,05%, 5% lait Lavages dans du tampon TBST

21 Incubation avec les Ac secondaires (conjugués à une enzyme ; peroxydase ou phosphatase alcaline) dilués dans du tampon TBS, Tween 0,05%, 5% lait Lavages dans du tampon TBST Révélation ECL ou colorimétrique Analyse des résultats O O N H N H H2O2 Peroxydase O - O - + N2 + Lumière N H 2 O N H 2 O Figure. Principe de la chimioluminescence. La chimioluminescence est basée sur une émission de lumière provoquée par la dissipation de l'énergie d'une molécule qui se trouve dans un état excité par une réaction chimique. L oxydation du luminol est catalysée par le système HRP (horseradish peroxydase) / peroxyde d'hydrogène en conditions alcalines, celle-ci provoque l excitation du luminol qui va retourner à son état fondamental en émettant de la lumière. Ex : révélation colorimétrique SDS-PAGE 4% Extrait de peau 160 kda

22 III/ L immunofluorescence L immunofluorescence classique permet de déceler une réaction Ag / Ac sur des cellules en suspension, des frottis cellulaires, des microorganismes ou des coupes d organe. A. Indirecte (IFI) 1/ Principe Second Ac - FITC Premier Ac (Sérum) FLUORESCENCE Coupe tissulaire Microscope à fluorescence 2/ Rappel sur la fluorescence Luminescence : phénomène défini comme une radiation émise par un atome ou une molécule après l absorption d énergie qui l a conduit dans un état excité. λexcitation < λémission I Eémission < Eexcitation Spectre d absorption = ensemble des e- dans leur état excité. Le spectre d émission des fluorochromes est dans le visible. Fluorochromes : FITC : dérivé de la fluorescéine (λémission = 520 nm, couleur verte). Rhodamine et ses dérivés, utilisé en général pour le double marquage, donne une fluorescence rouge-orangée. Absorption Emission λ (nm)

23 Rq :Système amplificateur avidine / biotine Microscope à fluorescence : A lumière réfléchie A lumière transmise Lampes à vapeur d halogène ou de mercure Système d acquisition : appareil photos, caméra 3/ Organigramme du protocole expérimental Incubation des coupes (3-4 µm) fixées sur lame avec le sérum ou l Ac dilué dans du tampon PBS (1 h) Lavages dans du tampon PBS Incubation des complexes avec les Ac secondaires dilués dans du tampon PBS (30 min) Lavages dans du tampon PBS Montage entre lame et lamelle puis observation au microscope 4/ Applications Auto-immunité : détection des Ac anti-nucléaire, anti-organites ou Ac spécifiques d organe. Anti-ADN natif, dénaturé, anti-histones, etc. HepG2 Anti-Dsg1 Epiderme humain

24 Microbiologie : bactériologie, virologie (cinétique de multiplication de virus, détection de virus responsable d infection respiratoire) B. Directe (IFD) Méthode en «un temps», l Ag est recherché directement par l Ac spécifique marqué. Recherche des dépôts d Ig ou de complément dans les tissus. IV/ La purification d Immunoglobulines 1. Méthodes chimiques Par relargage des sels par précipitation au sulfate d ammonium en concentration quasi saturante. Par précipitation à l éthanol, les Ig précipitent entre 12 et 20% d EthOH. 2. Méthodes chromatographiques Echangeuse d ions, par ex fractionnement sur résine basique type diéthylaminoéthyl (DEAE cellulose), présence des Ig dans le 1 er pic d élution à 99,5 % de pureté. Affinité, sur colonne de protéine A (protéine de paroi de 90% des S. aureus, capable de fixer le fragment Fc des Ig) ou de protéine G (Steptococcus). Exclusion moléculaire (gel filtration, tamis moléculaire), sur Séphadex 150 (limite d exclusion 200 kda) pour fractionner les Ig (150 kda), sur Sépharose 4B (limite d exclusion 4000 kda) pour fractionner IgM (970 kda) HPLC, fractionnement d un sérum en 30 min 3. Ultracentrifugation Centrifugation du sérum à g pendant 18 h sur gradient de saccharose, IgM dans les premières fractions (19 S) puis les Ig (8 S à 6,6 S).

25 4. Purification d Ac spécifiques On récupère l Ac spécifique lié à l Ag fixé sur un support par : Fixation-élution sur l Ag immobilisé sur membrane de nitrocellulose Chromatographie d affinité, utilisant des billes de sépharose ou d agarose (activées par le bromure de cyanogène) couplées à l Ag ou à haptène. Cette méthode peut être appliquée à l isolement d un Ag (résine couplée à l Ac spécifique). Rq : les solutions d élution sont acides (ph proche de 2,5), il est donc nécessaire de neutraliser le ph du milieu rapidement.

26 FICHE TECHNIQUE N 3 PLAN I/ Immunocriblage de banque d expression d ADNc A. Principe B. Protocole expérimental de criblage C. Application à la recherche de nouveaux auto-antigènes II/ Analyses protéomiques A. Le protéome B. Méthodologie 1 : L électrophorèse bidimensionnelle 2 : La révélation et l analyse d image 3 : Limites des 2 premières étapes 4 : Identification et caractérisation des protéines La spectrométrie de masse C. Application de l analyse protéomique ( ciblée )

27 I/ Immunocriblage de banque d expression d ADNc A. Principe BANQUE CRIBLAGE IDENTIFICATION Extraction des ARNm (à partir de tissus ou de culture cellulaire spécifique) Réverse transcription en ADNc Clonage dans un vecteur (phage ou phagémide) Transfection dans E. Coli Expression des protéines à la surface des phages Immunocriblage avec des immunosérums / Ac Isolement du clone bactérien exprimant la protéine immunoréactive Amplification et conservation du clone d intérêts PCR sur colonie Purification et séquençage de l ADNc Comparaison aux banques de données (Genebank, EMBL, DDBJ ) et identification de la protéine immunoréactive

28 B. Protocole expérimental du criblage Bactéries + phages Incubation 4 h à 42 C Incubation 4 h à 37 C Boîte de Pétri Filtre de nitrocellulose imprégné d IPTG (expression de l ADNc de chaque phage) Révélation des filtres en immuno-empreinte Prélèvement du spot correspondant sur la boîte de Pétri 1 tache positive (IPTG: isopropyl-beta-d-thiogalactopyranoside) Immunocriblage d une banque d expression d ADNc de kératinocytes avec le surnageant contenant l acm F12 (Pemphigus vulgaire). 7 colonies d un clone positif / 50 plages de lyse

29 C. Application à la recherche de nouveaux auto-antigènes Dans la Polyarthrite rumatoïde (PR), identification d une protéine proche de la follistatine, auto-ag chez 44% des patients (Tanaka et al) De même dans la PR, une autre cible des auto-ac présents chez 57% des malades est la calpastatine (Mimori et al) Au cours du Lupus érythémateux disséminé, 2 nouvelles protéines de la régulation transcriptionnelle, DEK et ALY, ont étés mises en évidence Le criblage d une banque de kératinocyte avec des Ac purifiés à partir de sérum de patients atteints de Pemphigus vulgaire (PV), a permis d identifier la Desmogléine 3, à l heure actuelle un véritable marqueur diagnostic de la maladie (Amagaï et al) Récemment, la pemphaxine a été cité comme un nouvel auto-ag au cours du PV.

30 II/ L analyse protéomique Objet et évolution méthodologique de l analyse protéomique, S. Thébault. M/S mai 2001, (17). A. Le protéome Il est défini (1995) comme la totalité de la partie protéique exprimée dans une cellule, un tissu, ou un organisme donnée (dans une situation donnée ; physiologique, pathologique ). C est un moyen de décodage de l expression protéique des génes et des mécanismes contrôlant cette expression. Pourquoi? Les niveaux d expression protéique ne sont pas le reflet des niveaux d expression des ARNm, les protéines peuvent être modifier (maturation co- et post-traductionnelle) et le protéome est dynamique! B. Méthodologie 3 étapes : - séparation des protéines de l échantillon biologique par électrophorèse bidimensionnelle (E-2D). - le traitement et la mise en image pour établir une carte protéique. - la caractérisation des protéines par spectrométrie de masse. 1: L électrophorèse bidimensionnelle Elle combine 2 séparations des protéines selon 2 critéres indépendants le pi et la masse (pouvoir de résolution très élevé de E- 2D). Elle est trés reproductible, a un haut pouvoir de résolution et posséde un caractère préparatif. La solubilisation des protéines: Action synergique d agents : - chaotropes (urée, thiourée) - détergents (CHAPS, sulfobétaïne) - réducteurs (DTT)

31 La première dimension, la focalisation isoélectrique (IEF) Elle permet la séparation des protéines selon leur pi. La migration est réalisée dans un gel de poly-acrylamide à gradient de ph préformé (ph 3-10) sur un support plastique qui constitue une bandelette GPIS. Réhydratation des bandelettes GPIS en contact avec la solution de lyse-solubilisation contenant l échantillon protéique à étudier (dans un sarcophage de réhydratation). tmin = 10 h Séparation des protéines selon leur pi : appareillage de migration pour l IEF (les conditions électrophorètiques comportent 3 phases : 1 h 30 à 500 V, 1 h 30 à 1000 V et 6 h à 8000 V). Equilibrage des bandelettes GPIS, cette étape fondamentale permet aux protéines de sortir du gel de 1 er dimension et de s insérer dans le gel de la 2 nd dimension. La deuxième dimension, l électrophorèse SDS-PAGE Elle permet la séparation des protéines selon leur masse. Des gels de poly-acrylamide de grande taille et de porosité en gradient (8%- 16% par ex) sont utilisés. Les bandelettes sont insérés dans de l agarose liquide (+ SDS) coulé au-dessus du gel de 2 nd dimension. Une fois l agarose gélifier, le gel est placé dans la cuve de 2 nd dimension et est soumis à un ampérage max de 40 ma et un voltage max de 500 V duant 5 h à T < 10 C. 2: La révélation et l analyse d image Méthodes de mise en image : coloration spécifique des protéines (bleu de Coomassie colloïdal, argent...) détection par fluorescence (Sypro orange, Sypro rubis ) par chimioluminescence, révélation immunochimique (Western Blot), marquage radioisotopique

32 Plasma SWISS 2D-PAGE Technologies de détection et de digitalisation: impression de plaques photographiques imager caméra CCD densitomètre Laser 3 : Limites des 2 premières étapes le caractére hydrophobe et insoluble de certaines protéines la variabilité d expression des protéines les PM > Da ou les PM < 7000 Da ainsi que certains pi difficultés dans l analyse et le traitement informatisés des cartes protéiques.

33 4 : Identification et caractérisation des protéines L analyse protéomique peut présenter des études de caractérisation structurale des protéines ; certaines modifications post-traductionnelles (glycosylation, phosphorylation, méthylation, hydroxylation, formation de ponts di-sulfures, sulfatation ) et mutations ponctuelles (due au polymorphisme protéique) sont décelées sur les cartes (car elles modifient la charge ou la masse de la protéine considérée). Application de la spectrométrie de masse (SM) à l identification des protéines 2 grandes avancés à la base de l identification : - le séquençage du génome (bio-informatique, banques ) - adaptation de la SM à l analyse de polyméres biologiques (capable de détecter des différences de masse de 0,1 Da) Système d ionisation MALDI (matrix assisted-laser desorption/ionization) : La protéine co-cristallisée avec une matrice absorbant les photons, est bombardée avec un rayon laser ; la matrice transmet l énergie transportée par le laser en énergie d éxitation pour l échantillon et ce mécanisme s accompagne de transfert de protons. Protéine ions monochargés (M + H) + ou (M + H) - L analyseur est responsable de la séparation des ions gazeux formés dans la source ionisation (type ToF, quadrupôle, secteurmagnétique, ou trappe à ions). Il sépare les ions sur la base de leur rapport m / z. La spectrométrie de masse en tandem SM/SM (Q-ToF) 2 analyseurs séparés par une chambre de fragmentation (CID, collision-induced dissociation).

34 Source d ionisation ESI Chambre de collision 1 er analyseur 2 ème analyseur Quadrupole ToF détecteur accélérateur Aiguille de l électrospray réflecteur Les appareils les plus souvent utilisés sont : Le MALDI-ToF pour l identification des protéines Les tandem SM/SM avec notamment le quadrupole-orthogonal time of flight (Q-ToF) et la trappe à ion pour le séquençage des peptides et leur caractérisation structurale. La stratégie d identification des tâches protéiques consiste, à analyser par SM les fragments peptidiques obtenus après excision et digestion (par la trypsine le plus souvent) d une tâche protéique. Le spectre de masse ( empreinte digitale de la protéine) obtenu par MALDI-ToF est comparé (outil informatique MS-FIT) aux spectres de masse virtuels de protéine dont le géne est caractérisé et qui sont disponibles dans les banques de données spécialisées sur internet (SWISS-PROT par ex).

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Diagnostic biologique de la toxoplasmose

Diagnostic biologique de la toxoplasmose COURS DE COLLEGE DE MALADIES INFECTIEUSES MICROBIOLOGIE PARASITOLOGIE Diagnostic biologique de la toxoplasmose 26 Janvier 2012 Faculté de Médecine de Sousse Principes des techniques utilisées dans le diagnostic

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela,

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT

TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT Daniela LENER IBMC Texte conseillé pour consultation : Biochimie, Voet & Voet, ed. De Boeck. Dosage des protéines Pendant une purification

Plus en détail

DES de Pathologie AFIAP

DES de Pathologie AFIAP DES de athologie AFIA 21 novembre 2009 J. Audouin,, S. ain IMMUNOHISTOCHIMIE Introduction I - Différentes méthodes AC conjugués Enzyme - anti-enzyme : A, AAA rotéine conjuguée : avidine, streptavidine

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

Service de Biothérapies

Service de Biothérapies AP-HP Service de Biothérapies Pr. D. Klatzmann Service de Biothérapies Activités de l unité de thérapie cellulaire Dr. Hélène Trébéden-Negre Plan Définition de la thérapie cellulaire Les autogreffes de

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique Partie 1 : Spécificité d'un anticorps pour un déterminant antigénique du VIH La séropositivité pour le VIH correspond à la présence

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Thèse de Doctorat de l université Paris VI

Thèse de Doctorat de l université Paris VI Thèse de Doctorat de l université Paris VI École doctorale de Chimie Physique et Chimie Analytique de Paris-Centre Présentée par : Julie GÖRGE pour obtenir le grade de Docteur de l Université Paris VI

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences

2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences 2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences Jean-Etienne Poirrier Centre de Neurobiologie Cellulaire et Moléculaire Centre de Recherches du Cyclotron Université de

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation

Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation PROTOCOLE AUTOMATISÉ Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation Mode d emploi des produits A1751 et A2751 Réservé

Plus en détail

Production d une protéine recombinante

Production d une protéine recombinante 99 Production d une protéine recombinante Lic. B. PIRSON Lic. J-M. SERONT ISICHt - Mons Production de la protéine recombinante GFP (Green Fluorescent Protein d Aequoria victoria) par une bactérie ( E.

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

Imagerie de la paroi

Imagerie de la paroi Imagerie de la paroi immunohistochimie des polysaccharides de paroi chez les végétaux Cécile Hervé UMR8227, Roscoff Atelier GlycoOuest, Interactions sucres-protéines 14-18 Avril 2014, Roscoff I. Sondes

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

MISE EN EVIDENCE D'UN PROCESSUS DE DELETION CLONALE AU. Les antigènes Mls (Minor lymphocyte stimulating antigen) sont

MISE EN EVIDENCE D'UN PROCESSUS DE DELETION CLONALE AU. Les antigènes Mls (Minor lymphocyte stimulating antigen) sont 1 TRAVAUX PRATIQUES D'IMMUNOGENETIQUE 1997 MISE EN EVIDENCE D'UN PROCESSUS DE DELETION CLONALE AU NIVEAU DU REPERTOIRE T CHEZ LA SOURIS Les antigènes Mls (Minor lymphocyte stimulating antigen) sont responsables

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE Épreuve commune aux ENS de Cachan, Lyon, Paris et de l ENPC Durée

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

1.3 Recherche de contaminants au cours de la production de Saccharomyces boulardii

1.3 Recherche de contaminants au cours de la production de Saccharomyces boulardii Série STL Biochimie génie biologique EPREUVE PRATIQUE 1. CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DE PROBIOTIQUES Les préparations de probiotiques sont utilisées préventivement comme additifs dans l alimentation humaine

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA «Anexplo» Service Transgenèse Catalogue des prestations 04/01/12 - Page 1 sur 8 Présentation du service de Transgenèse Le service de Transgenèse

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

ATELIER IMAGEJ. Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ :

ATELIER IMAGEJ. Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ : Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ : 1. ANALYSE QUANTITATIVE D UN GEL D ELECTROPHORESE... 2 2. NUMERATION DE COLONIES BACTERIENNES SUR UNE

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

SEQUENÇAGE LI-COR DNA 4200

SEQUENÇAGE LI-COR DNA 4200 SEQUENÇAGE LI-COR DNA 4200 Le gel de séquence contient 64 puits au maximum soit 16 clones traités en parallèle. Les oligos utilisés (modifiés en 5 ) fluorescent à 700/800 nm. Une amorce permet de séquencer

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail