Soumise à l effet du vent, à la différence

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soumise à l effet du vent, à la différence"

Transcription

1 CVC N 871 NOV./DÉC PROFESSION ÉTUDE Infiltrométrie Vers un résultat d étanchéité à l air des bâtiments La réglementation thermique 2012 impose un niveau élevé d étanchéité à l air des nouveaux bâtiments. Son contrôle systématique par un test d étanchéité à l air sur chantier entraîne un véritable changement de culture pour tous les corps de métier. À Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines), les ingénieurs du Costic ont développé un savoir-faire et des formations spécifiques pour aider les acteurs professionnels à s adapter à ces nouvelles exigences. Un test d infiltrométrie avec un minimum de cinq points de mesure Calcul des valeurs réglementaires Une méthode spécifique pour des tests en cours de chantier Par Jean-François Boutet, ingénieur d études, et Serge Haouizée, directeur de la formation, Costic Conditions de validité du test d étanchéité Soumise à l effet du vent, à la différence de températures entre l air intérieur et extérieur (tirage thermique) et aux systèmes de ventilation mécanique, l enveloppe d un bâtiment subit une différence de pression. Cette différence entre l intérieur et l extérieur engendre des fuites d air ou des infiltrations qui augmentent les déperditions thermiques. Leur impact sur la consommation énergétique et sur le confort s ajoute à celui du fonctionnement des équipements techniques, et notamment de la ventilation. Par exemple, à Tours (Indre-et-Loire), la consommation d énergie liée au renouvellement d air réglementaire d une maison individuelle BBC de 100 m 2 (RT 2005) consommant 50 kwhep/m 2.an au total, atteint 38 kwhep/m 2.an, soit 75 % de la consommation réglementaire autorisée. Pour continuer à progresser dans sa recherche d efficacité énergétique, le bâtiment doit donc impérativement maîtriser les fuites d air qui augmenteraient ces déperditions. Cela implique de les mesurer et de les localiser. Des seuils d exigence contraignants La réglementation thermique 2005 fixait déjà des valeurs minimales de perméabilité à l air des bâtiments neufs et rénovés afin de limiter les déperditions thermiques des bâtiments. Ces valeurs n étaient pas très difficiles à atteindre et leur contrôle n était pas systématisé. Avec la réglementation thermique 2012 (arrêté du 26 octobre 2010), les seuils d exigence vont devenir beaucoup plus contraignants. La réglementation impose surtout un essai une fois l enveloppe terminée pour vérifier cette exigence. D une logique de moyens à une logique de résultats D une logique de moyens, la réglementation passe donc à une logique de résultats. C est un vrai changement de culture qui s opère d une réglementation thermique à l autre. D autant que les seuils imposés par la RT 2012 sont loin d être faciles à atteindre en pratique. Ce niveau de performance a des répercussions importantes sur la manière et la rigueur avec laquelle les entreprises vont devoir mettre en œuvre les matériaux et les équipements. Si les parois planes peuvent être considérées comme étanches, les assemblages sont généralement les points faibles de l étanchéité. Toutes les traversées de parois ou de structures devront être réalisées avec > Tirage thermique lié à la différence de température entre l intérieur et l extérieur limité (ΔT x hauteur du bâtiment < 500 m.k). > Vitesse du vent sur la façade la plus exposée limitée (< 6 m/s ou < 3 sur l échelle de Beaufort). > Pression à débit nul < 5 Pa. > Au moins cinq paliers de mesure équidistants. > Au moins un palier à une différence de pression intérieur/extérieur > 50 Pa. > ΔP mini égale à 10 Pa (ou 5 fois la plus grande pression à débit nul). > L opérateur du test d étanchéité doit être capable de justifier du non respect des critères de la norme, des calculs des surfaces de parois froides hors planchers, du choix du volume mesuré, des ouvertures de l enveloppe pendant l essai, de justifier les obturations, de fournir la courbe des débits de fuite, l échelle bilogarithmique, les pressions à débit nul et toutes les informations supplémentaires nécessaires.

2 14 CVC N 871 NOV./DÉC de grandes précautions de manière à rétablir l étanchéité après chaque intervention. La réglementation française utilise un coefficient appelé Q4Pa-surf pour évaluer l étanchéité à l air. Celui-ci correspond à la fuite d air du bâtiment rapportée à sa surface déperditive quand le bâtiment est soumis à une différence de pression de 4 Pa (dans des conditions atmosphériques extérieures de 20 C et 1,013 x 10 5 Pa). Les calculs de déperdition thermique utilisent une autre grandeur : le taux de fuite n50. Celui-ci correspond au débit de fuite de la construction soumise à une différence de pression de 50 Pa, rapporté au volume intérieur. En pratique, il existe une relation entre ces deux valeurs puisqu elles sont toutes deux étroitement liées à l étanchéité à l air réelle du bâtiment, avec la notion de compacité qui est le rapport de la surface déperditive au volume chauffé. La nouvelle réglementation RT 2012 impose que le coefficient Q4Pa-surf soit désormais inférieur ou égal à 0,6 m 3 /m 2.h de parois déperditives en maison individuelle ou accolée, et à 1 m 3 /m 2.h de parois déperditives dans un bâtiment collectif d habitation. La RT 2005 demandait respectivement 0,8 à 1,2 m 3 /h.m 2 en individuel et 1,3 à 1,7 m 3 /h.m 2 en collectif. Ces valeurs sont vérifiées par un test d infiltrométrie désormais obligatoire avant réception du bâtiment neuf. Il ne s improvise pas. Son déroulement répond à un mode opératoire précis, normalisé (norme NF EN , accompagnée d un guide d application P50-784). Il fait appel à des notions de pressions dont les interactions entre les conditions atmosphériques (pression et température) et la ventilation peuvent être complexes. Mais la relation résultante entre le débit de fuite d un bâtiment et la différence de pression auquel il est soumis s exprime simplement comme suit : Q(ΔP) = C L (ΔP) n. Figure 1 Au moins 5 mesures pour des paliers de différence de pression équidistants, entre 10 Pa et au minimum 50 Pa (100 Pa conseillé pour les petits bâtiments) doivent permettre de tracer sur une échelle bilogarithmique la droite caractéristique du comportement du débit de fuite du bâtiment en fonction de la différence de pression intérieur/extérieur. La pente n et le C env permettent d établir la relation mathématique entre le débit et la différence de pression. Grâce à celle-ci, on peut ensuite calculer les deux indices réglementaires. Figure 2 Pour le calcul de la surface de référence AT bat pour déterminer le Q4 Pa-surf, on prend en compte toutes les surfaces exceptés les planchers bas marqués A4. Cheminée comme système de chauffage permanent. VMC gaz. Cheminée en appoint ponctuel. Figure 3 Durant le test d étanchéité, les mécanismes devront être fermés. Figure 4 Dans le cas où la cheminée est prévue pour être un système de chauffage permanent, les mesures de débits d air du test d étanchéité se feront tous mécanismes ouverts. Figure 5 Lors de la préparation de l enveloppe, le conduit d une VMC gaz doit être obturé puisque la déperdition liée à cette ventilation est déjà prise en compte dans le calcul thermique.

3 CVC N 871 NOV./DÉC PROFESSION 15 avec : Q(ΔP): débit de fuite d air en fonction d une différence de pression appliquée au bâtiment (m 3 /h). ΔP : différence de pression appliquée au bâtiment (Pa). n et C L : valeurs caractéristiques de l étanchéité du bâtiment. Sur un graphique avec une double échelle logarithmique, cette équation se traduit par une droite [log Q = log C env + n. (log ΔP)]. Il est donc possible de déterminer les valeurs caractéristiques de l étanchéité à l air propre à chaque bâtiment ( n et C L ) au moyen de mesures in situ et d une méthode graphique qui permettra de tracer la courbe caractéristique du bâtiment. On en déduit la relation mathématique propre au bâtiment mesuré, puis on calcule les indices réglementaires Q4 Pasurf et n 50. Concrètement, le test in situ consiste à mettre le bâtiment en surpression (ou en dépression), puis à mesurer le débit d air qu il faut introduire (ou extraire) pour compenser les fuites du bâtiment. Pour bien mesurer le comportement du bâtiment, on renouvelle cette expérience à différents niveaux de pression ou de dépression. D une manière pragmatique, on profite de l essai avec l écart de pression le plus élevé pour localiser les fuites à l aide de différents outils comme un générateur de fumée, un anémomètre ou une caméra thermique. Un test d infiltrométrie avec un minimum de cinq points de mesure Pour que le tracé de la courbe caractéristique de l étanchéité du bâtiment soit significatif, la norme impose au moins cinq paliers de mesure de débit de fuite à différentes valeurs d écarts de pression. Elle exige également que l un de ces paliers soit supérieur à 50 Pa (pour les logements individuels et petits bâtiments ; 25 Pa pour les bâtiments de plus de m 3 ) et que le palier minimum soit au moins de 10 Pa (ou 5 fois la différence de pression à débit nul). On peut remarquer que plus le volume du bâtiment est grand, plus les fuites risquent d être importantes, et plus il sera difficile d atteindre un écart de pression élevé. Les points de mesures doivent également être régulièrement espacés, indique la norme. En pratique, on commence par appliquer la différence de pression maximale qui est aussi celle qui permet de localiser le plus facilement les fuites dans le bâtiment. Cette différence diminue ensuite par paliers, autant de fois que possible, jusqu à atteindre le seuil minimal. Des mesures de différence de pression à débit nul doivent également être effectuées, avant puis après la série de mesures (au moins cinq points mesurés). Elles permettent de neutraliser les dérives éventuelles. Notions dérivées du taux de renouvellement d air n 50 Il existe également des dérivées de la notion de taux de renouvellement d air n 50, comme la perméabilité q 50 et le débit de fuite spécifique w 50 : > la perméabilité q 50 se définit comme le rapport du débit de fuite sous 50 Pa et de la surface AE de perméabilité (aire de tous les sols, murs et plafonds); > le débit de fuite spécifique w 50 est le rapport du débit de fuite sous 50 Pa à l aire nette de plancher AF (aire de tous les planchers du volume intérieur soumis à l essai). Deux grandeurs caractéristiques : C env et n La série de mesures permet de déterminer les deux grandeurs caractéristiques de l étanchéité à l air du bâtiment. Il s agit de la pente n de la droite caractéristique sur le diagramme à double échelle logarithmique et de la valeur C env du débit de fuite Q v du bâtiment sous une différence de pression de 1 Pa (intersection de la courbe et de l axe des ordonnées). La pente n est caractéristique du niveau de fuite résultant du bâtiment. Elle est généralement comprise entre 0,5, quand les fuites du bâtiment sont plutôt importantes, et 1, quand les fuites sont de la dimension de fissures. La valeur C env est le débit de fuite pour une différence de pression de 1 Pa, également caractéristique du bâtiment à la pression atmosphérique et dans les conditions de température de l essai. Afin d harmoniser la mesure et de pouvoir comparer les bâtiments entre eux, la valeur C env est ensuite corrigée en C L, valeur ramenée à la pression atmosphérique (1,013 x 10 5 Pa) et à température de 20 C pour s affranchir des conditions variables dans lesquelles les mesures sont réalisées. En pratique, toute la démarche de test est systématiquement assistée par ordinateur ce qui permet d en simplifier l approche pour les opérateurs. Les logiciels pilotent à la fois les ventilateurs et permettent les calculs réglementaires. > Figure 1 Calcul des deux valeurs réglementaires Grâce à la relation mathématique que les mesures in situ ont permis d établir, il est ensuite possible de calculer les deux valeurs réglementaires: > le débit de fuite (Q4 Pa-surf ) évalué pour une différence de pression de 4 Pa et rapporté à la surface potentielle de fuite du bâtiment notée AT bat (hors planchers bas) ; > le taux de renouvellement d air (n 50 ) qui se rapporte au volume de l habitation. Le Q4 Pa-surf se définit comme le rapport entre le débit de fuite calculé à une différence de pression de 4 Pa exprimé en m 3 /h, et la surface totale correspondant aux parois déperditives AT bat mesurée en m 2 [Q4 Pa-surf = débit de fuite à 4 Pa/AT bat]. Cette surface AT bat ne prend pas en compte les planchers bas car on estime que la fuite d air dans le sol est nulle. Du coup la surface déperditive de référence pour ce calcul est la somme de toutes les surfaces de l enveloppe en contact avec l extérieur, hors planchers bas. > Figure 2

4 16 CVC N 871 NOV./DÉC Le taux de renouvellement d air n 50 se définit pour sa part comme le débit de fuite sous 50 Pa rapporté au volume du bâtiment étudié [n 50 = débit de fuite sous 50 Pa/volume du bâtiment]. L appréhension du volume est pour sa part sans surprise: c est le volume intérieur délimité par l enveloppe que l on cherche à caractériser. Mesures préalables et préparation de l enveloppe Avant de procéder aux mesures proprement dites, l opérateur vérifie que les conditions préalables dans lesquelles le test est réellement significatif sont réunies. La vitesse du vent, par exemple, ne soit pas dépasser 6 m/s, seuil au-delà duquel son influence sur l étanchéité du bâtiment est jugée trop importante. Les valeurs sont corrigées de la hauteur des bâtiments et de l altitude du lieu qui ont également une influence. Il faut aussi mesurer les surfaces et les volumes, puis préparer le bâtiment pour le test d étanchéité. D autre part, puisque l on cherche à mesurer les fuites d air, on ne prendra pas en compte les ouvertures déjà identifiées dans le calcul des déperditions qui devront être neutralisées. C est notamment le cas pour les ouvertures de la ventilation mécanique contrôlée ou de VMC gaz qui doivent être obturées au moyen de vessies gonflables, de ruban adhésif ou de film polyane. Des dispositions particulières aux appareils de chauffage devront également être prises parfois. Le principe selon le guide GA P consiste à ne pas augmenter l étanchéité des systèmes qui ne prélèvent pas d air à l intérieur du bâtiment (notamment les systèmes étanches par exemple). On obture les prises d air intérieur pour les autres systèmes. Les conduits d une cheminée ne seront pas obturés mais il existe une subtilité : > si la cheminée est utilisée en chauffage d appoint, les mesures de débit d air seront réalisées tous mécanismes en position fermée ; > si la cheminée est prévue comme système de chauffage permanent, les débits d air Des formations concrètes au Costic Le Costic propose aux professionnels plusieurs formations qui intègrent ces notions. > La première s intitule «Thermographie et infiltrométrie dans les bâtiments» (référence S18). Elle dure deux jours et permet de connaître les applications, la mise en œuvre et l analyse des techniques de thermographie et de la mesure de l étanchéité appliquées aux bâtiments. Elle s adresse aux techniciens, ingénieurs de bureaux d études, d entreprises d installation de génie climatique ou des services techniques et nécessite de bonnes connaissances de base sur le bâtiment et les équipements. > Un autre stage, plus global, intitulé «Améliorateur énergétique des bâtiments» (référence RENO) a également été mis en place. seront mesurés tous mécanismes ouverts. Lors des mesures, les portes de communication sont ouvertes, les systèmes de chauffage et de ventilation sont arrêtés > Figures 3, 4 et 5 Une méthode spécifique pour des tests en cours de chantier La réglementation thermique impose un résultat validé par un test une fois l enveloppe terminée. En pratique, les acteurs de la construction éprouvent le besoin d un test en cours de réalisation pour pouvoir corriger les défauts éventuels en cours de chantier. La norme NF EN et son guide d application P ne décrivent donc pas seulement une méthode de test d étanchéité mais deux. La première correspond au test final. La seconde est une méthode qui permet d évaluer l étanchéité en cours de C est une formation longue qui dure 50 jours. Elle permet de savoir conduire un audit énergétique de tout type de bâtiment, de préconiser des solutions d améliorations, de faire un prédimensionnement des travaux nécessaires, d estimer les gains réalisables sur la consommation réelle des occupants et d encadrer les travaux de réalisation. Il permet de maîtriser les solutions performantes de réhabilitation des bâtiments et de leurs équipements techniques. Elle nécessite un diplôme de niveau IV lié au bâtiment et aux équipements. Cette formation débouche sur un titre d Améliorateur Énergétique des Bâtiments décerné par le Costic. Les épreuves de validation se déroulent en fin de formation devant un jury d experts et de professionnels. Cette formation englobe la pratique des mesures sur chantier, et notamment de l infiltrométrie. chantier. Elle précise et harmonise la démarche quand l enveloppe n est pas terminée. Elle commande notamment l obturation de toutes les ouvertures volontaires dans l enveloppe, la fermeture de toutes les ouvertures réglables et le scellement des ouvertures volontaires restantes. Attention, un seul test est réglementaire : celui qui doit être réalisé une fois l enveloppe terminée. La recherche de fuite dans un bâtiment, lors de la différence de pression maximale au cours des tests, peut utiliser différents outils : poire de fumée, machine à fumée, caméra thermique, voire même anémomètre. L usage d une caméra thermique nécessite un apprentissage spécifique. La localisation des fuites n est par exemple significative que si la différence de température entre l intérieur et l extérieur est significative et si l angle de mesure est adapté

5 CVC N 871 NOV./DÉC PROFESSION 17 Une plate-forme de formation originale Alors que la plupart des formations à l infiltrométrie se pratiquent in situ, dans des bâtiments existants en cours de construction, le Costic a mis au point une plate-forme pédagogique spécifique de 25 m 2 à ossature bois. Son originalité consiste à pouvoir générer des fuites contrôlées et en mesurer l impact. Les défauts maîtrisés prévus correspondent aux cas les plus fréquents en situation réelle : défaillances d étanchéité par les gaines et réseaux hydrauliques, siphons, gaines électriques ou les huisseries La plupart des membranes d étanchéité et leurs adhésifs ont été laissés apparents, ce qui permet de visualiser les conséquences de la mise en pression ou en dépression (plaquage ou gonflement des membranes). 1. Montage de la porte soufflante La première étape consiste à monter le cadre de la porte soufflante et sa membrane en prenant appui sur le dormant de la porte d entrée. Le ventilateur et la prise de pression extérieure s insèrent ensuite à travers des liaisons étanches prévues. 2. Préparation de l enveloppe L obturation des orifices de ventilation mécanique contrôlée au moyen de vessies gonflables ou de rubans adhésifs doit être réalisée préalablement au test d étanchéité à l air.

6 18 CVC N 871 NOV./DÉC Vérifications des conditions de la mesure Avant d effectuer la mesure, l opérateur vérifie que la vitesse du vent à l extérieur n excède pas 6 m/s auquel cas le test ne serait pas significatif. Le calcul des coefficients Q4 et n50 s appuiera également sur la détermination des surfaces déperditives et du volume intérieur. 4. Mesures de pression/dépression Le test peut alors commencer à travers la mise en pression/dépression de la pièce à plusieurs niveaux de pression (au moins 5 paliers). L ensemble du test est assisté par ordinateur, qui effectue également les corrections de température et de pression atmosphérique pour harmoniser les tests. 5. Recherche de fuites La localisation des fuites peut se faire au moyen d un générateur de fumée mais on peut également utiliser une caméra thermique pour déterminer les variations de températures entre l intérieur et l extérieur ou un anémomètre pour détecter les courants d air 6. Fuites contrôlées de la plate-forme pédagogique L originalité de la plate-forme du Costic est de pouvoir maîtriser différentes fuites sur les réseaux sanitaires, électriques ou sur les huisseries, et mesurer leur impact sur le débit de fuite ou le taux de renouvellement d air résultants. 7. Étanchéité des traversées de parois La maîtrise de l étanchéité à l air des bâtiments RT 2012 implique pour les métiers, et notamment ceux de la ventilation, du sanitaire et du chauffage, de prendre particulièrement soin des traversées de parois. Il sera nécessaire d utiliser des membranes d étanchéité.

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Formation Permettre l'accès à la certification et/ou la recertification du DPE sans mention pour réaliser des : DPE d'habitations individuelles et de

Plus en détail

Etape n 10 : Test d étanchéité à l air

Etape n 10 : Test d étanchéité à l air Etape n 10 : Test d étanchéité à l air Le test d étanchéité à l air Les travaux de gros œuvre et une grande partie du second œuvre sont terminés. Avant de s attaquer aux finitions, un test d étanchéité

Plus en détail

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC 1 Le LABEL BBC «effinergie» en MI Passe par 2 obligations Choix constructif et technique Structure Isolation Ventilation Source de chauffage Production

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich Assurance qualité Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS C Analyse thermographique 3 Analyse thermographique

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Qui sommes nous? Un spécialiste du diagnostic post construction Diagnostic Performance Energétique Obligatoire pour toutes

Plus en détail

pmp Plate-forme Maison Passive a.s.b.l

pmp Plate-forme Maison Passive a.s.b.l Synthèse - NBN EN 13829 Performance thermique des bâtiments Détermination de la perméabilité à l air des bâtiments Méthode de pressurisation par ventilateur (ISO 9972 : 1996, modifiée) 1. Introduction

Plus en détail

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement SEMIN TECHNIC, étanchéité à l air ] Étanchéité à l air Les murs extérieurs, plancher, toiture, portes et fenêtres constituent l enveloppe d un bâtiment. C est elle qui sépare le milieu intérieur du milieu

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants Fiche d application RT ex : Précisions sur l application des deux volets de la réglementation thermique des bâtiments existants Date Modification Version 08 avril 2011 Première version de la fiche 1 6

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Fiche d application : Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 30 mai 2013 1 Préambule L article 23 de l arrêté

Plus en détail

OFFRE SPECIALE «PROFESSIONNELS DU BATIMENT»

OFFRE SPECIALE «PROFESSIONNELS DU BATIMENT» OFFRE SPECIALE «PROFESSIONNELS DU BATIMENT» Parce que l immobilier est affaire de professionnels, notre réseau de proximité est à votre service pour la réalisation de l ensemble des contrôles et diagnostics

Plus en détail

Votre assistant en. maîtrise de l énergie

Votre assistant en. maîtrise de l énergie Votre assistant en maîtrise de l énergie Pour nous contacter Siège Social : 40 rue du Général de Gaulle - 53800 Renazé 02 43 06 38 55 Agence Laval : Bd de la Communication 53950 Louverné 02 43 49 81 52

Plus en détail

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il droit? Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Sommaire Contexte général Contexte réglementaire Méthodologie

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

Individualisation des frais de chauffage

Individualisation des frais de chauffage Individualisation des frais de chauffage Gérer l eau et l énergie en copropriété D après une étude menée conjointement par l Ademe, le Syndicat de la Mesure et le COSTIC, l individualisation des frais

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

Se chauffer aux granulés de bois

Se chauffer aux granulés de bois Se chauffer aux granulés de bois Réglementation et règles de l art pour la mise en œuvre des poêles & chaudières à granulés www.propellet.fr CADRE GENERAL Se chauffer aux granulés de bois DEBOUCHE DU CONDUIT

Plus en détail

Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012.

Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012. Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012. Dans le but de diviser par deux la consommation énergétique des bâtiments à l horizon 2020, la France a

Plus en détail

THERMIPÔLE 18 Rue des Fabriques 77 000 MELUN

THERMIPÔLE 18 Rue des Fabriques 77 000 MELUN THERMIPÔLE 18 Rue des Fabriques 77 000 MELUN RAPPORT REFERENCES EXERCICE TEST DATE DU RAPPORT DATE DE L'ESSAI SOCIETE INTERVENANT : TEST DE PERMEABILITE A L'AIR : NF EN 13829 / GA P50-784 : 2 / 10 (fichier

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

www.infiltrometrie-corse.fr

www.infiltrometrie-corse.fr Test d Infiltrometrie et contrôle thermographique Recherche de fuites d air parasites Opérateur certifié Qualibat MB569 Aide à la rénovation intelligente C o n t r ô l e B B C e t R T 2 0 1 2 Avant propos

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage METHODE FEDERALE 1 PREAMBULE Cette méthode a pour objectifs : - de définir la formation du coureur d orientation, du débutant jusqu au coureur de haut niveau. - de définir des niveaux de compétences et

Plus en détail

La Bretagne romantique

La Bretagne romantique La Bretagne romantique Energie Thermographie et diagnostic thermique en rénovation Tinténiac, le 25 octobre 2015 Gireg Le Bris Yvan Le Tennier Qu est ce que la thermographie? La thermographie est la technique

Plus en détail

BTS. Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe :

BTS. Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe : BTS Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe : 1 le local chaufferie : Implantation : Différents types d Implantation

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants Fiche d application : Système de ventilation changé Date Modification Version 7 juin 2012 1 Préambule Dans le cadre de la méthode Th-C-Eex, la prise en compte des systèmes de ventilation (et donc leur

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat.

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Aides financières pour la rénovation sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Les aides financières accordés aux mesures individuelles réalisées sur l enveloppe du bâtiment dépendent du standard

Plus en détail

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier.

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille technique a été établie à partir de différents sites Internet

Plus en détail

Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014. Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux

Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014. Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014 Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux Sommaire 1 contenu du rapport d inspection p.3 2 Matériel utilisé pour

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

Le Label. Les perspectives

Le Label. Les perspectives Le Label Les perspectives Un bilan sur le BBC-Effinergie En France 30/09/2012-92 550 logements certifiés 460 00 logements en demandes - 97 opérations tertiaires certifiées- 792 soit 5.6 M m² Shon en demandes

Plus en détail

NOUVEAUTE RT2012. Rappel surface de plancher :

NOUVEAUTE RT2012. Rappel surface de plancher : NOUVEAUTE RT2012 1/ Pour un bâtiment neuf si la surface de plancher du permis de construire ET la Srt est inférieur à 50m2 c est le RT existant éléments pas éléments qui s applique Rappel surface de plancher

Plus en détail

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base NBN EN 12831:2003 prnbn EN 12831 ANB Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Mesure de prestations d Installations Techniques CSTC - Centre Scientifique

Plus en détail

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI Copropriété : Décryptage du volet réglementaire Hicham LAHMIDI Audit énergétique d un immeuble ou d un groupe d immeubles en copropriété Décryptage du décret du 27 janvier 2012 et de l arrêté du 28 février

Plus en détail

Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers

Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers Information préalable : Ce document expose les démarches à effectuer auprès de l

Plus en détail

L enjeu de la ventilation

L enjeu de la ventilation L enjeu de la ventilation Laurent Cabau France Air L enjeu de la ventilation Sous deux aspects: Réglementaire et Sanitaire Besoins, débits Techniquement et réglementaire Simple flux autoréglable Simple

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Bilan des 20 audits énergétiques et environnementaux réalisés sur le territoire de l AMVS - Adus - Septembre 2011. 1

Bilan des 20 audits énergétiques et environnementaux réalisés sur le territoire de l AMVS - Adus - Septembre 2011. 1 Bilan des 2 AUDITS ENERGETIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX réalisés sur L AGGLOMERATION MAUBEUGE VAL DE SAMBRE lors de l expérimentation du CONSEIL REGIONAL NORD-PAS DE CALAIS Bilan des 2 audits énergétiques

Plus en détail

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés Objectif du diagnostic énergétique Revue de quelques méthodes d analyse énergétique des bâtiments

Plus en détail

Offre de formation «Etanchéité à l air»

Offre de formation «Etanchéité à l air» Offre de formation «Etanchéité à l air» Nom de l Organisme de Formation Coordonnées Présentation du module de formation étanchéité à l air Objectifs/ Contenus/Support Pédagogique SALOLA ENVIRONNEMENT 21

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

Extension nouvelle d un bâtiment existant. (extension)

Extension nouvelle d un bâtiment existant. (extension) Fiche d application : Extension nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Modification 8 juillet 2013 1 08 janvier 2015 Mise à jour suite à la parution des arrêtés du 11 décembre 2014 et du 19 décembre

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Isolation des toitures terrasses en bois

Isolation des toitures terrasses en bois 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Isolation des toitures terrasses en bois J. Lamoulie 1 Isolation des toitures terrasses en bois Julien Lamoulie Institut Technologique FCBA FR-Bordeaux

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

Bilan d exploitation

Bilan d exploitation Rénovation Energétique du Bâtiment Municipal à UGINE 21/01/2009 Bilan d exploitation Réalisé le 19 Mars 2012 à Saint Etienne 14/10/2010 Période réalisation des travaux : du 15 Avril 2010 au 21 Octobre

Plus en détail

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 Réglementation thermique 2012 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 La règlementation thermique 2012 (RT2012) - Plan 1 RT2012 : Généralisation des principes

Plus en détail

DU SCAN AU DIAG. Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES

DU SCAN AU DIAG. Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES LES RELEVES Relevé laser scanner 3D Mise en place d un plan d exécution

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

VENTILATION ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat

VENTILATION ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat VENTILATION 102 ) 01 46 83 60 80 CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat VENTILATION CLIMATISATION ET VENTILATION Guide de choix

Plus en détail

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air 1 Nouvelles exigences 2 Nouvelles exigences 50 KWh/an/m² BEPOS (Bat Energie positive) Bâtiment passif RT 2012 (ex niveau BBC) RT 2005 Moyenne

Plus en détail

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011 Atelier n 4 Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS L épreuve 7 permet d évaluer la capacité intégrative 10 du

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

Performance énergétique : nouveaux risques, nouvelles assurances

Performance énergétique : nouveaux risques, nouvelles assurances Dominique BAROUX, Direction des Marchés IARD à la SMABTP Vincent FIGARELLA, Directeur Construction AXA Entreprises Mardi 5 novembre 2013, BATIMAT 1 Performance énergétique RT 2012 Les bâtiments doivent

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons?

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? La déperdition de chaleur se fait à travers les murs non isolés dû a un refroidissement interne des murs La limitation des flux de chaleur se fait grâce

Plus en détail

Réduire des déperditions thermiques de la

Réduire des déperditions thermiques de la Page 1 sur 6 Réduire des déperditions thermiques de la gaine d'ascenseur Création d'un zone "chaude" Création d'un sas intermédiaire Contrôler le débit de ventilation de la gaine En bref! La ventilation

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Limites d application de la RT2005

Limites d application de la RT2005 Fiche d application : Limites d application de la RT2005 Date Modification Version 1 er avril 2009 9 1 er juillet 2013 Précisions sur les bâtiments existants détruits puis reconstuits 9.1 Préambule Cette

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel

FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 30 FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel Fiche d opérations standardisée

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

PLAN LOCAL URBANISME. DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014. Commune de Grenoble

PLAN LOCAL URBANISME. DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014. Commune de Grenoble Commune de Grenoble D' PLAN LOCAL URBANISME Approuvé par délibération du DCM du 24 octobre 2005 DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014 APPROBATION DE LA MODIFICATION N 3 DU

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs Fiche d application RT2005 : Bâtiments accolés Date Modification Version 15/10/2008 3 06/06/2012 Fiche pour RT2005 4 Préambule Cette fiche d application apporte des précisions sur la prise en compte des

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Nous répondons au Label BBC - Effinergie

Nous répondons au Label BBC - Effinergie Nous répondons au Label BBC - Effinergie Pour pouvoir obtenir le Label BBC Effinergie, l exigence principale est de ne pas dépasser une valeur de consommation de : 50 kwh d énergie primaire par m² de Surface

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

DUREE DEROULEMENT ANIMATION MESSAGES CLES SUPPORTS

DUREE DEROULEMENT ANIMATION MESSAGES CLES SUPPORTS IDENTIFIER LES LOGIQUES DE LA VENTILATION connaître le rôle et les différentes manières de ventiler Lancement de la formation Trouver le pourquoi on ventile, par rapport à quelles pollutions Méthode interrogative,

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 TECHNIQUE CONSTRUCTION PARIS ILE-DE-FRANCE 15 novembre 2010 Réglementation Thermique 2012 Ce qu il faut retenir La nouvelle réglementation thermique RT 2012 s appliquera à partir de la fin de l année 2011.

Plus en détail

Mise en œuvre pour Maison à ossature bois

Mise en œuvre pour Maison à ossature bois chapitre 1 - normes techniques Trois grandes nouveautés entrent dans cette réglementation thermique : Les exigences de performance globale sont exprimées en valeur absolue de consommation (kwh/m 2 /an)

Plus en détail

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

OBJECTIFS. Acquérir des compétences globales sur la performance acoustique des parois : choix des matériaux et mise en œuvre adaptés

OBJECTIFS. Acquérir des compétences globales sur la performance acoustique des parois : choix des matériaux et mise en œuvre adaptés 1. TRAITEMENT DE L ACOUSTIQUE DANS LE BÂTIMENT Acquérir des compétences globales sur la performance acoustique des parois : choix des matériaux et mise en œuvre adaptés Acoustique phénomène physique Définition

Plus en détail

POURQUOI ISOLER LES COMBLES PERDUS?

POURQUOI ISOLER LES COMBLES PERDUS? POURQUOI ISOLER LES COMBLES PERDUS? Avec 30% des déperditions de chaleur de l habitat, le comble est la surface qui occasionne le plus de pertes calorifiques dans une maison peu ou non isolée. De même,

Plus en détail

Rapport d essai Test de perméabilité à l air

Rapport d essai Test de perméabilité à l air Rapport d essai Test de perméabilité à l air Bureau Veritas 27, allée du chargement (conformément à la norme NF EN 13829 et à son guide d application GA-P50-78) BP 336 59650 Villeneuve d Ascq Tél : 03

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

MAISON BBC TD1 VENTILATION DANS UNE HABITATION (VMC DOUBLE FLUX) BAC PRO Electrotechnique, énergie, équipements communicants TD 1

MAISON BBC TD1 VENTILATION DANS UNE HABITATION (VMC DOUBLE FLUX) BAC PRO Electrotechnique, énergie, équipements communicants TD 1 MAISON BBC TD1 VENTILATION DANS UNE HABITATION (VMC DOUBLE FLUX) Page : 1/9 Fonction du métier : F0 Etude Tâches mises en œuvre : T03 Prendre en compte les enjeux environnementaux, la maîtrise de la consommation

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

FICHE METIER. «Scripte TV» Scripte TV. Scripte du JT Scripte plateau TV APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Scripte TV» Scripte TV. Scripte du JT Scripte plateau TV APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Scripte TV Version annotée avril 11 «Scripte TV» APPELLATION(S) DU METIER Scripte TV Scripte du JT Scripte plateau TV DEFINITION DU METIER Le/La scripte en télévision assiste un/une réalisateur (-trice)

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

Règlement communal ayant comme objet le subventionnement d investissements dans le but d une utilisation rationnelle de l énergie

Règlement communal ayant comme objet le subventionnement d investissements dans le but d une utilisation rationnelle de l énergie Règlement communal ayant comme objet le subventionnement d investissements dans le but d une utilisation rationnelle de l énergie Article 1er.- Objet Il est accordé sous les conditions et modalités ci-après

Plus en détail

Fiche d application Aération. Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Aération. Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Aération Départements d Outre-Mer Version 1.0 Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie,

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail