Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA"

Transcription

1 Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

2 Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique de l enveloppe et aux systèmes techniques. Cet Audit est complété par l analyse des factures GAZ et Electricité sur 2 ans. 1. Enveloppe du bâtiment Il faut tout d abord préciser que le bâtiment de 1396 m² est presque entièrement de plein pied, avec une forme très découpée, cette configuration engendre forcément une très faible compacité, et donc des surfaces déperditives très importantes. La consommation de chauffage se trouve donc très augmentée Murs extérieurs Les murs extérieurs sont constitués de parpaings pour la partie neuve et de murs en pierre épais pour la partie ancienne. Ils sont tous doublés avec une plaque de plâtre et un isolant. L isolant n a pas pu être observé, ni sur son type ni sur ses caractéristiques en l absence de sondage destructif. Il ne semble pas envisageable de ré isoler ces murs, ni par l intérieur, ni par l extérieur, car ceci aurait un coût énorme compte tenu de l architecture. De plus si le doublage est déjà isolé à minima, le gain n est pas forcément très conséquent.

3 1.2. Plancher bas Le plancher bas est un plancher sur terreplein, il n y a aucun accès et il semble que celui-ci soit isolé (faible épaisseur). Il est de toute façon impossible d envisager l isolation de ce plancher, sauf très gros travaux destructifs Plafonds Le plafond du bâtiment est un plafond léger. Il donne sur des combles ventilés non chauffés. Ces combles étaient isolés par 160 mm de laine de verre, mais assez mal répartie, avec des endroits sans laine. Des travaux d isolation ont été engagés sur une partie du bâtiment, en insufflant 30 cm de ouate de cellulose et de laine de verre (2 isolants différents observés sur 2 parties distinctes). L Isolation en laine de verre sur la première partie isolation en ouate de cellulose L isolation du plafond sur un bâtiment de plein pied est primordiale car c est une surface déperditive très importante. D après les informations obtenues auprès du propriétaire et les inspections qui ont pu être effectuées en combles, il existe un complexe continu d environ 40 cm sur tout le bâtiment (partie neuve).

4 1.4. Menuiseries Les menuiseries sont des menuiseries Aluminium et PVC dans certains endroits. Elles sont équipées de double vitrage. La lame d air du double vitrage est faible, environ 6 mm. Ces menuiseries sont peu performantes au regard de ce qui peut se faire aujourd hui. Il existe aussi des murs rideaux aluminium, en façade et en plafond, sans rupture de pont thermique. Ces murs rideau sont source de lumière mais également d inconfort thermique en hiver. Il peut paraître judicieux de changer les murs rideaux, mais le prix peut être élevé. Etant donné la complexité de l architecture, il faudrait faire faire des chiffrages précis par des entreprises pour voir si cela est rentable.

5 2. Systèmes techniques 2.1. Chauffage Le chauffage du bâtiment est assuré par 2 types de chauffages différents. Des radiateurs eau chaude qui desservent les chambres et la partie restauration, ils sont alimentés par des chaudières GAZ PROPANE (3 petites chaudières). Les circulations et Hall sont équipés de radiateurs électriques, convecteurs + plafonds rayonnants. Ces 2 systèmes sont les systèmes les plus couteux actuellement et les moins écologiques. Il est prévu le raccordement à un réseau de chaleur Bois, il est important de connecter tous les radiateurs eau chaude sur ce réseau de chaleur et également de modifier les radiateurs électriques. Ceux-ci devront être supprimés, au bénéfice de radiateurs eau chaude branchés au réseau de chaleur.

6 2.2. Ventilation Il n y a pas de réseau de traitement de l air ni de CTA. La ventilation est faite par des petits groupes individuels, dans chaque chambre. Ce sont des groupes simple flux avec des bouches Hygro variables. Des entrées d air sont aménagées dans les coffres des volets roulants. Ce système n est pas très performant, il a aussi comme désavantage de multiplier le nombre de groupe. Cependant il est très compliqué de modifier un tel système, et les économies sur le chauffage ne sont pas forcément très élevées Eclairage Il faut noter que dans ce type d établissement les besoins en éclairage sont assez importants. Les éclairages présents sont principalement néons. Un remplacement par des systèmes LED génère environ 60% d économie ce qui a un retour sur investissement assez rapide. Il existe aujourd hui des ampoules LED qui viennent en lieu et place des tubes néon, elles ne nécessitent donc aucun démontage. Type : MASTER LEDtube Performance de chez PHILIPS 3. Besoins énergétiques 3.1. Travaux déjà effectués. Plusieurs travaux d améliorations énergétiques ont déjà été menés. Tout d abord en 2011 le changement des chaudières gaz, par des chaudières gaz condensation. En Mars 2013 des travaux d isolation ont été réalisés, 225 mm de laine de verre a été insufflée dans les combles, soit 830 m². Ceci a été réalisé sur l isolation existante, qui comportait 160 mm de laine de verre en panneaux. L isolation de départ était cependant un peu détériorée par endroit. Après travaux cela forme un complexe de presque 400 mm. Il est important de bien prendre en compte cette date dans l évaluation des consommations par les factures. Ci-joint analyse des factures Gaz et Elec.

7 3.2. Etude des consommations : Relevés GAZ et Electricité : Electricité en kwh EF Gaz en kwh EF août sept oct nov déc janv févr mars avr mai juin juil août sept oct nov déc janv févr mars avr Pour analyser ces consommations on peut procéder de la manière suivante, il faut isoler les consommations estivales des consommations hivernales, pour pouvoir ressortir, les besoins de chauffage, d ECS et les autres usages (éclairages, équipements, TV ) Consommation moyenne estivale Consommation moyenne hivernale 2012 Consommation moyenne hivernale 2012 kwh Electricité kwh Gaz

8 Il en ressort les résultats suivants : kwh EF électricité kwh EF Gaz TOTAL en EF TOTAL en EP Conso chauffage Conso ECS Conso Autres Conso Chauffage Conso ECS Conso Autres Le constat qui s impose à la vue de ces chiffres : - Les travaux d isolation en 2013 n ont permis de limiter que modérément la consommation de chauffage en passant de kwh EF toutes énergies, à kwh EF, soit une économie de 15% environ. Ceci traduit le fait que le plafond était déjà isolé en partie, et que les autres parois sont très mal isolées (murs, menuiseries...). Cette économie se traduit sur le chauffage électrique mais pas sur le chauffage GAZ. - La consommation d ECS est assez faible par rapport au chauffage - Les consommations autres sont très importantes, elles sont liées à l éclairage, la ventilation et l électroménager. L éclairage représente certainement un gros poste, il est une des priorités à traiter, en passant sur du tube LED partout. Le classement au niveau DPE existant du bâtiment : 197 kwhep/m²/an kwhep/m²/an 2013 Le passage en réseau de chaleur BOIS en remplacement du gaz et de l électricité, en se basant sur les consommations de 2013, permet d aboutir à une consommation de 104 kwhep/m²/an. Les seuls travaux à envisager à court terme sont le remplacement des tubes néons par des tubes LED, et le remplacement de la grande verrière par une verrière avec profils isolants (bois) et triple vitrage (économie estimée entre 5% et 10%)!

9 Annexe répartition des consommations

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

Commune de BRIGNOLES

Commune de BRIGNOLES Commune de BRIGNOLES RAPPORT DE DIAGNOSTIC D EVALUATION ENERGETIQUE Maison de village XXX ACDI Agence Centre-var Diagnostic Immobilier - S.A.R.L. au capital de 8 000 euros - R.C.S. de Brignoles n 50 4

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 EAU CHAUDE SANITAIRE HABITAT CHAUFFAGE Espace INFO>ENERGIE 37 INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 L HABITAT L HABITAT DEPERDITION TOITURE: 30% Priorité

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat «Comprendre et qualifier la situation et l évolution du marché dans toutes ses compoanah N 5 Septembre 2015 Observatoire

Plus en détail

Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix

Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina 1 I. Objet de l étude L étude consiste en la réalisation

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Menuiserie : Double vitrage bois 4/12/4 + 2 Velux 4/8/4 + 2 "lucarnes" de toiture. Murs Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Brique rouge alvéolaire 25cm + 7,5cm laine de verre + 7cm brique

Plus en détail

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE Ce Bilan thermique simplifié a été réalisé à l aide du logiciel DIALOGIE Il a permis d estimer, à partir des informations recueillies lors d une visite d un technicien

Plus en détail

AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE ETIQUETTE ENERGETIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS

AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE ETIQUETTE ENERGETIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS 2012 AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE ETIQUETTE ENERGETIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS VOUS VENDEZ VOTRE BIEN IMMOBILIER? INFO CONSEIL Diagnostic vous donne les Informations nécessaires et indispensables

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Bilan des 20 audits énergétiques et environnementaux réalisés sur le territoire de l AMVS - Adus - Septembre 2011. 1

Bilan des 20 audits énergétiques et environnementaux réalisés sur le territoire de l AMVS - Adus - Septembre 2011. 1 Bilan des 2 AUDITS ENERGETIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX réalisés sur L AGGLOMERATION MAUBEUGE VAL DE SAMBRE lors de l expérimentation du CONSEIL REGIONAL NORD-PAS DE CALAIS Bilan des 2 audits énergétiques

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Bilan d exploitation

Bilan d exploitation Rénovation Energétique du Bâtiment Municipal à UGINE 21/01/2009 Bilan d exploitation Réalisé le 19 Mars 2012 à Saint Etienne 14/10/2010 Période réalisation des travaux : du 15 Avril 2010 au 21 Octobre

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION Projet de Fin d Études

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT

CARACTERISTIQUES du BATIMENT CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Avec décrochement Longueur : 1 m Largeur : 1 m Surface Shon : 202,40 m²

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) N : 20111012-01 / DPE Valable jusqu au : 11/10/2021 Type de bâtiment : Bureaux Type d activités: Bureaux Année de construction : Partiellement < 1948 et > 1975 Surface utile : 1755 m² Adresse : 73 chemin

Plus en détail

Luis Marcos / architecte EPFL/SIA Soirée d information Bavois novembre 2015

Luis Marcos / architecte EPFL/SIA Soirée d information Bavois novembre 2015 Luis Marcos / architecte EPFL/SIA Soirée d information Bavois novembre 2015 Plan de l exposé État initial Démarche Calculs et variantes Résultat final Conclusion Etat initial Etat initial Villa construite

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Questionnaire MVE Maison Individuelle et Appartement Collectif

Questionnaire MVE Maison Individuelle et Appartement Collectif Date de RdV :... / / Lieu de RdV : Initiales du CIE :. Questionnaire MVE Maison Individuelle et Appartement Collectif Afin de rendre le conseil en énergie constructif, nous avons besoin d un maximum de

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

La Bretagne romantique

La Bretagne romantique La Bretagne romantique Energie Thermographie et diagnostic thermique en rénovation Tinténiac, le 25 octobre 2015 Gireg Le Bris Yvan Le Tennier Qu est ce que la thermographie? La thermographie est la technique

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes Groupe fluides 9 personnes 7 personnes Agence Franche-Comté 4 personnes 1 2 3 4 Domaine écologique : la production d énergie implique toujours un impact sur l environnement même si des progrès sensibles

Plus en détail

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013 Thermographie aérienne SAINT ORENS DE GAMEVILLE 19 sept. 2013 Les enjeux De tous les secteurs économiques, celui du bâtiment est le plus gros consommateur d énergie en France (42,5% de l énergie finale

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées Besoin bioclimatique inférieur au Bbio max Attestation à remettre au permis de construire Consommation d énergie primaire inférieure au Cep max Etude à finaliser avant le début de la construction Température

Plus en détail

11_ Coût global. Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel.

11_ Coût global. Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel. 11_ Coût global Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel. P A N O P T I Q U E P o r t e r u n r e g a r d g l o b a l s u r l E d

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Maison Basse mmation Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Constructeur responsable et engagé dans la préservation de l environnement, Maisons Ericlor s est depuis longtemps

Plus en détail

Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire

Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire PROJET EUROPEEN ECO N HOME ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE DES PARTICULIERS RETOUR D EXPERIENCE DANS LA LOIRE 27 Février 2009 Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire 36 groupements

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique - tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique - tertiaire (6.3) Diagnostic de performance énergétique - tertiaire (6.3) N : 7861 S.D.A.P. 33 A FONTAINIERS 04 DIGNE Date : 22/09/2014 SARL FANCOIS CAVALIÉ LES PRAYES 04300 DAUPHIN 06.80.60.41.96. ASSURANCE RCP POLICE

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) N : 105.867.371 Valable jusqu au : 20/05/2021 Type de bâtiment : Bâtiment Type d activités: Autres Année de construction : 1989-2000 Surface utile

Plus en détail

Terrassement- Fondations - Egouttage

Terrassement- Fondations - Egouttage Terrassement- Fondations - Egouttage «Le terrassement débute et ne dure que quelques jours. Viennent ensuite les fondations, puis le réseau d égouttage. On peut remarquer la qualité du travail d égouttage

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Rénovation thermique de votre logement

Rénovation thermique de votre logement Audits et conseils énergétiques Rénovation thermique de votre logement Réalisé par : Guy LAMOUR Pour : Mr et Mme LEFRANC à LANDAS Le : 19/03/2015 Guy Lamour : conseiller indépendant en rénovation thermique

Plus en détail

DESCRIPTIF THERMIQUE

DESCRIPTIF THERMIQUE DESCRIPTIF THERMIQUE Réglementation Thermique RT2012 Lotissement Les Coteaux de la Vire 50180 AGNEAUX 6 logements Date d édition : 12/05/2016 Référence : 8368 Typologie : 6 T4, Niveaux : R+Combles Numéro

Plus en détail

Direction Départementale des Territoires. Unité Performance du Bâtiment. Pré-diagnostic. Parc immobilier de la commune.

Direction Départementale des Territoires. Unité Performance du Bâtiment. Pré-diagnostic. Parc immobilier de la commune. Direction Départementale des Territoires Unité Performance du Bâtiment Parc immobilier de la commune de Date : 17 mai 2011 Rédacteur : Sommaire 1.CONTEXTE DE LA MISSION...3 2.FICHES D'IDENTITE DES BATIMENTS...3

Plus en détail

Etudes techniques en phase de diagnostique énergétique

Etudes techniques en phase de diagnostique énergétique -- Projet de rénovation d une salle polyvalente -- Commune de St Médard-Sur-Ille -- (35) -- Etudes techniques en phase de diagnostique énergétique Rapport d étude Mars 2009 Version 2 p.1/22 PREAMBULE La

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation thermique d une maison de bourg Localisation : 49250 Saint-Mathurin-sur-Loire

Plus en détail

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI La BAO PROMODUL version Pro Expert MI Logiciel de diagnostic et de simulation pour l amélioration de la performance énergétique et du confort thermique dans la maison individuelle La BAO PROMODUL version

Plus en détail

MIGNE AUXANCES - LES VIGNES " AVOIR TRENTE ANS D'AVANCE! "

MIGNE AUXANCES - LES VIGNES  AVOIR TRENTE ANS D'AVANCE! MIGNE AUXANCES - LES VIGNES REHABILITATION HAUTE PERFORMANCE ENERGETIQUE " AVOIR TRENTE ANS D'AVANCE! " NANTES LE 27 MAI 2010 LE PROJET STRATEGIQUE DE SIPEA REDUCTION DES CHARGES AMELIORATION DU CONFORT

Plus en détail

RAPPORT D ETUDES ETUDE DE FAISABILITE CHAUFFAGE ECOLE PRIMAIRE & MATERNELLE 3 RUE DU SAVOIR. Version : 0.1. Date : Mai 2013. Maître d'ouvrage :

RAPPORT D ETUDES ETUDE DE FAISABILITE CHAUFFAGE ECOLE PRIMAIRE & MATERNELLE 3 RUE DU SAVOIR. Version : 0.1. Date : Mai 2013. Maître d'ouvrage : Affaire : 12029 Document : Rapport d'études Version : 0.1 Date : Mai 2013 11 ROUTE DE LAUTREC PLACE DE LA MAIRIE 81440 VENES TEL : 05.63.500.606 FAX : 05.63.500.347 EMAIL : INGLIN.ITEC@SCMTRIPTIC.FR Maître

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat.

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Aides financières pour la rénovation sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Les aides financières accordés aux mesures individuelles réalisées sur l enveloppe du bâtiment dépendent du standard

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS ENSEIIGNEMENT TRANSVERSAL Page 1/7 Classe : Nom :.. Prénom :. Binôme :..... BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche Date :... CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE NOTE

Plus en détail

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2...

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... Fervent défenseur de l accession à la propriété depuis plus de 25 ans, avec à son actif plus de 20 000 maisons réalisées

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie Isolation globale 1. Maîtriser la consommation d énergie Le confort et l éco-performance d une habitation sont fortement liés à son isolation. Celle-ci doit être homogène et adaptée aux caractéristiques

Plus en détail

MAISON XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

MAISON XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE VENDÉE 85000 MAISON DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Maître de l'ouvrage : EXPERTISE THERMOGRAPHIQUE (EXEMPLE) Architecte : ARKITEKTO - Atelier d'architecture & d'ecoexpertise Sylvain HOUPERT 02 41 41

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

DEMONSTRATION CONCRETE ET SANS APPEL

DEMONSTRATION CONCRETE ET SANS APPEL COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE, RETROUVER LE CONFORT ET REDUIRE LA FACTURE DE TRAVAU D AMELIORATION DE PERFORMANCES ENERGETIQUE Un investissement divisé par 4 Pour 100 % de satisfaction Le conseil en

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013 Réduire la précarit carité énergétique Les coûts de la rénovation : Leur maitrise est un enjeu 23 mai 2013 Recherche expérimentation PUCA Connaître le coût t et la performance thermique en OPAH (2009-2012)

Plus en détail

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Textes réglementaires concernés : Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons?

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? La déperdition de chaleur se fait à travers les murs non isolés dû a un refroidissement interne des murs La limitation des flux de chaleur se fait grâce

Plus en détail

4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447

4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447 Rennes : 02 janvier 2008 4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447 APPARTEMENT T2 Dans la cour sur la gauche 1er ETAGE 1447_ARPA_DPE21 1 / 6 N : 1447 Valable jusqu au : 01/01/2018 Type de bâtiment :

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

TOIT PAR TOI 41 route de Gencay 86000 POITIERS CONSTRUCTION DE 8 LOGEMENTS EN AUTO-CONSTRUCTION

TOIT PAR TOI 41 route de Gencay 86000 POITIERS CONSTRUCTION DE 8 LOGEMENTS EN AUTO-CONSTRUCTION TOIT PAR TOI 41 route de Gencay 86000 POITIERS CONSTRUCTION DE 8 LOGEMENTS EN AUTO-CONSTRUCTION MEMO ENERGIE - APS GUERINEAU Samuel - Architecte EIC ECONOMISTE ARCABOIS - BET STRUCTURE CLIMAT CONSEIL BET

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Isolation Thermique par l Intérieur (ITI) SOLUTIONS TERRE CUITE. La solution la plus performante au plan énergétique et économique

Isolation Thermique par l Intérieur (ITI) SOLUTIONS TERRE CUITE. La solution la plus performante au plan énergétique et économique SOLUTIONS TERRE CU BÂTIMENTS D HABITATION COLLECTIVE Isolation Thermique par l Intérieur () Etude comparative avec l * La solution la plus performante au plan énergétique et économique * : Isolation Thermique

Plus en détail

Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012

Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012 Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Postulat Volonté des organismes sociaux

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

DERBI 2008 Perpignan. Hervé GILLI. Responsable du Pôle Habitat Grand Sud

DERBI 2008 Perpignan. Hervé GILLI. Responsable du Pôle Habitat Grand Sud DERBI 2008 Perpignan Hervé GILLI Responsable du Pôle Habitat Grand Sud Premières conclusions du Grenelle de l Environnement (COMOP 1) : Dès 2010 : niveau d exigence du label «Très Haute Performance Énergétique»

Plus en détail

En copropriété l économie d énergie c est possible!

En copropriété l économie d énergie c est possible! En copropriété l économie d énergie c est possible! Nos partenaires : Avec le soutien de : 1 C est à vous d agir! Dans votre copropriété vous avez trois solutions : Ne rien faire : A.G., calme assuré Faire

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

Rénovation énergétique d un pavillon

Rénovation énergétique d un pavillon Rénovation énergétique d un pavillon Centre d intérêt visé: Réduction des consommations énergétiques Objectif pédagogique : Identifier des solutions permettant de réduire la consommation énergétique d

Plus en détail

Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI.

Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI. Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI Philippe Guigon 1 Qui sommes nous Un réseau d experts spécialisés en optimisation

Plus en détail

PARTIE ADMINISTRATIVE : 2 CONTEXTE DU PROJET : 3 DESCRIPTION PHYSIQUE DU BATIMENT : 3 COMPOSITION DES PAROIS : 4 MENUISERIES : 5 EQUIPEMENTS : 6

PARTIE ADMINISTRATIVE : 2 CONTEXTE DU PROJET : 3 DESCRIPTION PHYSIQUE DU BATIMENT : 3 COMPOSITION DES PAROIS : 4 MENUISERIES : 5 EQUIPEMENTS : 6 Tél. : 09 81 06 36 97 Fax : 09 81 70 75 67 L «e-home» 5 rue de l ile aux plaisirs 89000 AUXERRE Mail : info@abamo.fr Site : www.abamo.fr Pour votre projet durable. Table des matières PARTIE ADMINISTRATIVE

Plus en détail

www.energies-solidaires.org

www.energies-solidaires.org www.energies-solidaires.org Changement climatique Précarité énergétique Éco-Construction Thermographies aériennes Burkina-Faso Efficacité énergétique Solidarité internationale LE PREMIER POSTE DE DÉPENSE

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS Concerne les bâtiments terminés Après le 01/01/1948 Vendredi 24 avril 2009 ASTI 38950 St Martin le Vinoux a.s.t.i@orange.fr Gérard Maubleu le 20/04/2009

Plus en détail

10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon

10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon Données Une villa de 140 m2, moyennement isolée 10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon Ma maison 100 m2 est de 1966. Montée sur vide sanitaire, le plancher

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 10/11/2009 N AFFAIRE : 003387/2100252/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 436 m2 TYPE DE BATIMENT : BATIMENT ANCIEN EN PIERRE TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION ADRESSE DU

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Amélioration de l isolation

Amélioration de l isolation Amélioration de l isolation Synthèse Les techniques de rénovation (1) Murs extérieurs Isolation par l extérieur Isolation par l intérieur Isolation de la coulisse Toitures plates Toiture chaude Toiture

Plus en détail

Estimation des émissions :

Estimation des émissions : Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : 13815DPE loc (#ADEME 1377L1000313J) Valable jusqu au : 06/08/2023 Type de bâtiment : Logement collectif Année de construction : 2011 Surface habitable

Plus en détail

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE Ce Bilan thermique simplifié a été réalisé à l aide du logiciel DIALOGIE Il a permis d esmer, à parr des informaons recueillies lors d une visite d un technicien

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

Rénovation et Transition Energétique

Rénovation et Transition Energétique 1 Rénovation et Transition Energétique Phase Exploitation: Leçons d une année d instrumentation PLAN 2 1. Présentation d AMOES 2. Présentation de l opération 3. Instrumentation et présentation des résultats

Plus en détail

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique)

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique) LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE (Synthèse de l audit énergétique) 1 Un constat alarmant Une consommation en augmentation légère mais régulière 195 190 185 180 175 170 165 160 Consommation

Plus en détail