Diagnostic énergétique. Rapport d étude

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic énergétique. Rapport d étude"

Transcription

1 Diagnostic énergétique Rapport d étude Étude réalisée avec le soutien de : Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan Objet de l étude : Groupe scolaire Étude réalisée par : ERMEL ENERGIE 3 Avenue du Général Leclerc Vienne Rév. Date Description Auteur Validation A2 26/05/2011 Rapport d étude Sébastien DURY Marcel Guillen B1 15/06/2011 Rapport final Sébastien DURY Marcel Guillen C1 15/06/2012 Rapport final révisé Marcel Guillen Marcel Guillen

2 Sommaire 1 Introduction Description des bâtiments et de ses équipements Renseignements généraux Bâti Conditionnement des locaux Autres usages énergétiques Analyse Bâti Chauffage Bilan initial des consommations énergétiques estimées Préconisations d améliorations Méthodologie Améliorations des bâtiments Amélioration des systèmes de chauffage Ventilation Gestion de l énergie Bilan après améliorations Validation TH-C-E ex Principe d une chaufferie bois Conclusion Références Annexes 35 Principaux résultats du calcul RT Thermographie infrarouge /35

3 1 Introduction La mairie de Chonas l Amballan souhaite porter un diagnostic énergétique sur les bâtiments du groupe scolaire. L'objectif de cette étude est la détermination des gisements potentiels d économies d énergies et l évaluation d un plan d action pour l amélioration énergétique des bâtiments. Le maître d ouvrage pourra décider, en parfaite connaissance, des investissements qu'il souhaite entreprendre comme par exemple l amélioration de l'isolation thermique du bâtiment, l optimisation des systèmes thermiques etc... Par la suite, il appartiendra au maître d ouvrage, et aux entreprises et personnes chargées de l exécution des travaux, de prendre à cet égard toutes les précautions nécessaires et en particulier au regard de la réglementation thermique 2005 et à ses décrets présents et à venir définissant ses modalités d application aux bâtiments existants. 3/35

4 2 Description des bâtiments et de ses équipements 2.1 Renseignements généraux Données générales Maître d ouvrage : Commune de Chonas l Amballan Bâtiments : École maternelle, école primaire, périscolaire. Code postale : Ville : Chonas l Amballan Téléphone : Télécopie : Interlocuteur principal Nom : M r Jacques Jury Fonction : Adjoint au maire Données météorologiques Latitude : N Longitude : E Altitude : 257m Station météorologique : Lyon-Bron Température extérieure de base : -11 C 4/35

5 [kwh] [ ] ERMEL ENERGIE Données énergétiques Électricité Un seul compteur électrique sous le tarif bleu, de puissance souscrite 36 kva, alimente l ensemble de ces bâtiments, Nous avons recueilli les factures du groupe EDF afin de déterminer les consommations d électricité de chaque bâtiment. Ci-dessous la consommation en électricité et les dépenses du groupe scolaire sur 3 années : Année Consommation [kw.h] Montant réel [TTC] PU [ TTC/kW.h] Ci-dessous l'évolution de la consommation et du montant payé: Évolution de la consommation et du montant à payer en électricité pour le groupe scolaire Consommation [kw.h] Montant réel [TTC] Année 0 On peut constater que la consommation en électricité du groupe scolaire reste à peu près constante tout comme les prix. Les besoins couverts par l électricité sont : - Eclairage - ECS - Chauffage des bâtiments annexes - Divers (ordinateurs, auxiliaires, cuisinière, armoire réfrigérante) 5/35

6 [kwh] [ ] ERMEL ENERGIE Fuel domestique Les livraisons de fuel sont communes pour le groupe scolaire et la mairie. Les consommations de chacun des bâtiments ne sont pas identifiées. Ci-dessous les livraisons et dépenses de fuel des quatre dernières années : Date Mètres cubes Consommation [kwh] Montant réel [TTC] PU [ TTC] Évolution de la consommationet du montant réel de fuel pour l'ensemble des bâtiments Consommation [kwh] Montant réel [TTC] Année 0 On peut constater que les consommations de fuel sont en constantes augmentation depuis quatre ans, en effet en 2007 la consommation était de kwh alors qu en 2010 elle est de kwh soit une augmentation de kWh en quatre ans. Les besoins couverts par la consommation de fuel sont : Chauffage des bâtiments : école primaire et maternelle et la mairie et ses dépendances 6/35

7 2.2 Bâti Fonctionnement des établissements Notre étude portera sur les bâtiments suivants : L école primaire (Type Jules Ferry) datant du début du XX e siècle(1914): composée de quatre classes, de deux cages d escalier, d une bibliothèque, d une salle de rangements et de deux bureaux. Les bâtiments périscolaires datant des années 70 et 80 : composés de la cantine, de la cuisine, d une garderie et des sanitaires. L école maternelle construite en 2003 : composée de deux grandes classes, d une salle d évolution, de sanitaires, de vestiaires, d une salle de repos, et d un bureau. 7/35

8 2.2.2 Zonage du site Pour l'étude énergétique, à partir des plans papiers remis lors de la visite, nous avons défini le zonage suivant : École maternelle : Surface utile : 371 m² Volume chauffé : 1014 m 3 Nombre de niveau : 1 Zone Libellé Surface [m²] Volume [m 3 ] Hauteur sous plafond [m] 1 Classes Salle d'évolution /2.4 3 Sanitaires Vestiaires Salle de repos Bureau+Tisannerie+circulation École primaire : Surface utile : 281 m² Volume chauffé : 852 m 3 Nombre de niveau : 2 Zone Libellé Surface [m²] Volume [m 3 ] Hauteur sous plafond [m] 1 Salles de classe rez de chaussée Salles de classe étage Bureaux Bibliothèque + rangements Bâtiments périscolaires : Surface utile : 183 m² Volume chauffé : 505 m 3 Nombre de niveau : 1 Zone Libellé Surface [m²] Volume [m 3 ] Hauteur sous plafond [m] 1 Cantine Classe Cuisine Sanitaires Modifications prévues Il est prévu de détruire les bâtiments périscolaire (cantine, classe, sanitaires, cuisine) afin de reconstruire une cantine mieux adaptée avec cuisine ainsi que de nouvelles salle de classe. De plus, l installation d une seule chaudière centralisée avec un réseau de chaleur pour tous les bâtiments pourront être envisagés. 8/35

9 2.2.4 Composition des bâtiments École maternelle : Description Murs Matériau extérieur Structure Isolation Murs extérieurs Enduit [10mm] Béton [200mm] Laine de roche [100mm] Plafonds Toiture terrase Aucun Béton [200mm] Mousse isolante [100mm] Toiture sous combles Aucun Plafond suspendu [25mm] Laine de verre [200mm] Fenêtres Description Encadrement Vitrage Occulattion nocturne Fenêtre Aluminium double oui Portes extérieures Aluminium double non École primaire : Description Murs Matériau extérieur Structure Isolation Murs extérieurs Enduit [10mm] Pierre [500mm] Aucune Plafonds Toiture sous combles Aucun Bois [60mm] Aucune Plancher sur vide sanitaire Aucun Béton [300mm] Aucune Périscolaire : Fenêtres Description Encadrement Vitrage Occulattion nocturne Fenêtres double vitrage Bois double oui Portes extérieurs Bois aucun non Murs Description Matériau extérieur Structure Isolation Murs extérieurs isolés Enduit Parpaings [200mm] Laine de verre [100mm] Murs extérieurs non isolés Enduit Parpaings [200mm] Aucune Plafonds Toiture isolée Aucun Plafond suspendu [20mm] Laine de verre [100mm] Toiture non isolée Aucun Bois [30mm] Aucune Planchers Plancher sur terre plein isolé Aucun Béton [300mm] Polystyrène [100mm] Plancher sur terre plein non isolé Aucun Béton [300mm] Aucune Portes extérieurs Bois aucun non Fenêtres Description Encadrement Vitrage Occulattion nocturne Fenêtre bois double vitrage Bois double oui Porte fenêtre bois Bois double non Porte bois Bois non non 9/35

10 2.3 Conditionnement des locaux Système de chauffage Chaudière fuel pour l école maternelle et l école primaire : Chaudière Marque Brûleur Modèle Puissance de chaudière [kw] Année de fabrication Maternelle+Primaire De Dietrich Cuenod C14 80 à Régulation : Une régulation avec un réduit nocturne mais pas de réduction de température pendant les weekends et les vacances. Chauffage électrique pour les bâtiments périscolaires : Émetteurs : radiateurs électriques pour les sanitaires, la garderie et la cuisine et un plancher chauffant pour la cantine. Emetteurs : Radiateurs en fonte ou en fonte d aluminium avec robinets thermostatiques. Voici les températures de consignes du groupe scolaire : Températures de consignes [ C] École maternnelle École primaire Périscolaire /35

11 2.3.2 Ventilation La maternelle possède une VMC simple flux non modulée avec des bouches auto-réglables qui assurent le renouvellement de l air. Aucun système ne permet de faire varier les débits d air en fonction de l occupation des pièces. L école primaire possède deux petites VMC situées dans les combles assurant le renouvellement de l air. 2.4 Autres usages énergétiques Eau chaude sanitaire La production d eau chaude sanitaire est assurée par un ballon électrique qui est situé dans la cuisine des bâtiments périscolaires. Cette eau n est utilisée que pour la cuisine. Un petit ballon d eau chaude électrique alimente l école maternelle Éclairage Les différents bâtiments sont équipés de tubes fluorescents et de lampes à incandescence Autres appareils raccordés au réseau électrique Lors de la visite nous avons identifié les équipements électriques suivants : Four Armoires réfrigérantes Ordinateurs 11/35

12 3 Analyse 3.1 Bâti Résumé rapide de la thermographie IR Une thermographie infrarouge des bâtiments à été réalisée le 29 Octobre Voici un bref résumé des conclusions tirées grâce à la thermographie. Vous trouverez ci-joint en annexe le rapport complet de cette thermographie IR. Maternelle : On constate de forte déperditions par les parois vitrées Primaire : On peut facilement constater que les murs sont composer de deux pierres différentes, une pierre dense et très conductrice au niveau des fondation et une pierre plus friable, moins conductrice au dessus. 12/35

13 Comme on peut le constater, le mur de l école primaire est composé de deux matériaux différents. Pour les fondations, il est très conducteur mais très solide tandis qu au dessus, il est plus friable et plus isolant. Périscolaire : Les parois sont très déperditives, on peut voir les radiateurs à travers les murs, le pont thermique au niveau du sol est aussi très prononcé. Notre inspection met en évidence : - Les pertes thermiques par les murs en pierre de l école primaire sont importantes - La partie basse de l école primaire est plus déperditive que le haut du bâtiment. - Les murs et toitures des bâtiments annexes (accueil, salle de restauration, sanitaires) sont isolés, les pertes thermiques se font principalement par les menuiseries et le périmètre du plancher bas. - Le bâtiment récent de l école maternelle n est pas très performant. - Le chauffage n est pas réduit pendant les congés scolaires - Des fenêtres sont restées ouvertes derrières les volets fermés - Sur la basees constations faites lors de la visite nous préconisons : - La mise en place d un système de gestion du chauffage - Sensibiliser le personnel à la maitrise de l énergie afin d éviter les gaspillages. - Des économies substantielles pourront être réalisées grâce aux actions suivantes: - Le remplacement des menuiseries sur les bâtiments les plus anciens. - L isolation thermique des murs et du grenier de l école primaire 13/35

14 10/02/ :00 13/02/ :00 16/02/ :00 19/02/ :00 22/02/ :00 25/02/ :00 28/02/ :00 03/03/ :00 06/03/ :00 09/03/ :00 12/03/ :00 10/02/ :00 12/02/ :00 14/02/ :00 16/02/ :00 18/02/ :00 20/02/ :00 22/02/ :00 24/02/ :00 26/02/ :00 28/02/ :00 02/03/ :00 04/03/ :00 06/03/ :00 08/03/ :00 10/03/ :00 ERMEL ENERGIE 3.2 Chauffage Conditions d utilisation Grâce aux sondes placées dans les différents bâtiments, nous avons pu déterminer les températures de consignes, examiner les systèmes de régulation (la nuit, le weekend, les vacances scolaires), et ainsi effectuer notre étude. Ci-dessous l évolution de la température dans la maternelle du 10/02/11 au 10/03/11 : Évolution de la température dans la maternelle Placard Salle de cours Circulation Extérieur A partir de ce graphique, on peut constater que le chauffage fonctionne aussi pendant le weekend aucune régulation de vacances scolaire n est en place. On peut voir une régulation de nuit mais seulement parfois une régulation de week end. Ci-dessous l évolution de la température dans l école primaire du 02/02/11 au 02/02/11 : Relevé de température dans l'école primaire Placard Cage d'escalier Salle de cours Extérieur 14/35

15 Température en [ C] 21:36:00 00:00:00 02:24:00 04:48:00 06H14 07:12:00 09:36:00 12:00:00 14:24:00 16:48:00 19:12:00 21:36:00 22H04 00:00:00 02:24:00 Tempérture en [ c] ERMEL ENERGIE Ci-dessous l évolution de la température de la maternelle pour la journée du 27 Février 2011 Évolution de la température dans la maternnelle ΔT max = 3.1 C 15 Température de la maternelle 10 Température extérieure 5 0 Heures A partir de ce graphique, on peut observer précisément l évolution de la température dans l école maternelle. On constate que le chauffage doit démarrer autour de 6h et s arrêter vers 22h. Il y a donc des économies à faire sur ce genre de régulation car l école ne commence qu à 8h et finit vers 16h30.Il serait plus convenable d arrêter le chauffage vers 16h. Ci-dessous l évolution de la température de l école primaire pour la journée du 27 Février 2011 Évolution de la température dans l'école primaire ΔT max = 3.4 C Température de l'école primaire Température extérieure 5 0 4h20 00:00:00 04:48:00 09:36:00 14:24:00 19:12:00 00:00:00 04:48:00 Heures 21h19 A partir de ce graphique, on peut observer précisément l évolution de la température dans l école primaire. On constate que le chauffage doit démarrer autour de 4h et s arrêter vers 21h. Il y a donc des économies à faire sur ce genre de régulation car l école ne commence qu à 8h et finit vers 16h30.Il serait plus convenable de démarrer vers 6h/6h30 et d arrêter le chauffage vers 16h. 15/35

16 3.2.2 Synthèse des déperditions du groupe scolaire Les déperditions thermiques du bâtiment ci-dessous sont calculées selon les normes NF EN et NP P /CN : Bâtiments Total des pertes Pertes Dperditions G W/K W W/Km 3 Maternelle Primaire Périscolaire Total Périscolaire Détail des pertes Mur 47% 17% 14% Toit Plancher École primaire 10% 7% 5% Détail des pertes Ouvrant Pont Thermique Aeraulique Mur 0% 19% 14% 40% Toit Plancher École maternelle 8% 19% Détail des pertes Ouvrant Pont Thermique Aeraulique 32% 7% 12% 0% 19% Mur Toit Plancher 30% Ouvrant Pont Thermique Aeraulique 16/35

17 3.2.3 Consommation de chauffage Après avoir déterminé les pertes, les consommations de chauffage sont calculées selon la méthode des DJU en tenant compte de l intermittence et des apports gratuits. L'intermittence prend notamment en compte le taux d'occupation. La consommation de chauffage est donnée par la formule générale ci-dessous Cch [kw.h] = Pertes * DJU * 24 * Cint * (1 Apports* Creg.) / Rg DJU : Degrés jour unifiés Moyenne Trentenaire Cint : Coefficient d'intermittence prenant en compte les réductions de consigne. Batiments Maternelle Primaire Périscolaire Coefficient d'intermittence moyen 92.00% 88.18% 92.61% Rg: rendement de l'appareil de chauffage Rendements Bâtiments Génération Régulation Distribution Émission Rendement global Maternelle 80.00% 95.00% 90.00% 95.00% 64.98% Primaire 80.00% 95.00% 90.00% 95.00% 64.98% Périscolaire % 98.00% % 98.00% 96.04% Résumé consommation de chauffage Besoins bruts Apports Consommation kwh/an kwh/an kwh/an kwh/m².an Maternelle Primaire Périscolaire Total Comme on peut le constater sur la graphique ci-dessous, la hausse de la consommation énergétique pour le chauffage est en partie liée au à la rigueur climatique. Les DJU (degrés jours unifiés) mesurent l écart l écart de température entre une référence de 18 C et la température réelle mesurée sur l année. 17/35

18 [kwh] [DJU] ERMEL ENERGIE Évolution de la consommation du groupe scolaire et des DJU Répartion des consommations pour le chauffage 28% 42% École primaire École maternelle 30% Bâtiments périscolaire On peut constater que le bâtiment le plus gourmand en énergie est l école primaire car il n est pas du tout isolé puis les bâtiments périscolaires et enfin la maternelle. 18/35

19 3.2.4 Estimation de la consommation de l éclairage La consommation de l'éclairage est estimée en fonction : - du type d'équipement d'éclairage. - des ratios de puissance au m 2 par activité de la zone. - de la durée de fonctionnement de l'éclairage. - du ratio d'éclairage naturel. Résumé consommation éclairage Consommation Batiments [kwh/an] Maternelle Primaire Périscolaire Total Estimation de la consommation des appareils électrique Pour la maternelle, nous avons pris en compte l ordinateur et imprimante du bureau : Pour les bâtiments périscolaires, nous avons pris en compte les armoires réfrigérantes et le four de la cuisine. Résumé de consommation des appareils électriques Bâtiments Consommation [kwh/an] Maternelle Périscolaire Primaire 2000 Total Estimation de la consommation des auxiliaires Résumé de consommation des auxilliares Bâtiments Consommation [kwh/an] Ventilation Maternelle Ventilation Primaire Total Estimation de la consommation d eau chaude sanitaire Pour les bâtiments périscolaires, le calcul a été réalisé à partir d un ratio contenant le nombre de repas : Résumé de consommation d'eau chaude sanitaire Bâtiments Consommation [kwh/an] Maternelle 89 Périscolaire 3683 Total /35

20 3.3 Bilan initial des consommations énergétiques estimées Bilan énergétique Postes Fuel domestique (kw.h) Electricité (kw.h) Energie finale (kw.h) Dépense ( _TTC) Energie finale (kw.h/m²) Dépense ( _TTC/m²) Chauffage Divers Total La consommation de fuel du groupe scolaire représente 65% de la consommation total. Divers 14% Energie finale (kw.h) Chauffage 86% Le poste majoritaire est le chauffage. Nous obtenons un ratio de consommation énergétique finale de 229 kwh/m², cette valeur est sensiblement supérieure à la moyenne nationale des écoles qui se situe à 155 kwh/m² selon la dernière enquête publiée par l ADEME. Le coût énergétique est également plus élevé que la moyenne nationale avec 19 TTC/m² contre 9 TTC/m² toujours selon la même source. 20/35

21 3.3.2 Bilan environnemental Le bilan environnemental des bâtiments est présenté ci-dessous en énergie primaire et émission de gaz à effet de serre (équivalent CO 2 ). Pour passer de l énergie finale à l énergie primaire, il faut multiplier par 2.58 pour l électricité et par 1 pour le fuel. Postes Energie finale (kw.h) Energie primaire (kw.h) GES (kg_co2) Energie primaire (kw.h/m²) GES (kg_co2/m²) Chauffage Divers Total On constate que le groupe scolaire est classé au niveau E (énergie) et D (climat) du DPE. Ce ne sont pas des bâtiments performants au niveau de la consommation d énergie. Consommations énergétiques (en énergie primaire) Emissions de gaz à effet de serre (GES) Consommation conventionnelle : 369 Estimation des émissions : 49 Bâtiment économe kwh EP/m².an Faible émission de GES kgéqco2/m².an Bâtiment énergivore Forte émission de GES Nota : étiquette indicative. Le calcul ne correspond pas au calcul réglementaire DPE 21/35

22 4 Préconisations d améliorations 4.1 Méthodologie Rappel du cadre réglementaire Dans le cadre d un projet de réhabilitation, le maitre d ouvrage devra appliquer la réglementation en vigueur. Actuellement, la réglementation thermique RT2005 des bâtiments existants est applicable. Selon la nature des travaux de réhabilitation et le coût global des travaux la réglementation globale ou par éléments sera applicable à ce projet. Dans le cadre de l application de la réglementation thermique élément par élément, tout élément modifié ou créé devra satisfaire aux critères de la réglementation. La figure suivante indique les valeurs minimales requises par la RT2005 pour les éléments du bâti. 22/35

23 4.1.2 Objectif Compte tenu de l évolution de la réglementation, nous vous conseillons de viser un niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation) : - Consommation moyenne maximale de 50 kwh EP/m².an en résidentiel - Consommation RT % en non résidentiel Et selon la RT 2012 : - Des travaux d'amélioration de la performance énergétique doivent être réalisés dans les bâtiments tertiaires publics et privés avant fin Chiffrage Le chiffrage des investissements sera réalisé d après : Les bases de données internes à ERMEL ENERGIE, Les valeurs issues du guide du diagnostic de performance énergétique [2] disponible sur site du ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement, La base de chiffrage «Annuel des Prix du Bâtiment 2010» Pour chaque amélioration ayant un impact sur les consommations de chauffage, une nouvelle simulation est réalisée. 23/35

24 4.2 Améliorations des bâtiments École primaire Isolation des murs La thermographie infrarouge montre bien que les murs ne possèdent aucune isolation. L installation de l isolation des murs par l extérieur permettra de réduire les déperditions et diminuer les consommations de chauffage. Cette amélioration est indispensable afin de réduire les consommations de chauffage et améliorer le confort. Nous vous recommandons de faire effectuer par des professionnels qualifiés, l isolation des murs extérieurs. Elle permettra de supprimer tout les ponts thermiques dus aux différents murs de refends, et de plus, cela permettra de pouvoir utiliser le bâtiment pendant les travaux. L isolation par l extérieur aura l avantage de pouvoir continuer à utiliser le bâtiment pendant les travaux ainsi que de réduire les ponts thermiques : - Les ponts thermiques des mirs de refends et du plancher intermédiaire seront supprimés car ils seront recouverts par l isolant. - Afin de ne pas laisser de ponts thermiques au niveau des fenêtres, il sera nécessaire de faire des retours d isolant sur les tableaux et appuis de celles-ci. Gains : L isolation des murs entraîne un abaissement du coefficient de transmission thermique et diminue ainsi les déperditions. Les besoins de chauffage se trouvent allégés et la consommation d énergie correspondante est diminuée. Chiffrage : Nous avons évalué ci-dessous l isolation par l extérieur, avec 16 cm de polystyrène ou équivalent, sur une base de 125 HT/m². et une surface totale de murs à isoler de 750 m² : Améliorations murs Consommation Situation initiale Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Gain Isolation murs extérieurs 16 cm LDR Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Investissement HT Temps de retour brut années 54 Grâce à l isolation par l extérieur, les pertes thermiques par les murs et les ponts thermiques seront fortement diminuées, le gain sur les consommations de chauffage de l école primaire sera de 39%.Nous n avons pas tenu compte du projet de construction pour ce qui est de l aspect extérieur car nous n avons pas les informations. 24/35

25 Isolation de la toiture Nous préconisons une isolation des toits de l école primaire avec 40 cm de laine de roche. Chiffrage : Le budget pour les travaux d isolation est estimé sur la base de 36 HT/m 2 pour l installation de 40 cm de laine de roche déroulée ou soufflée. Améliorations toiture Consommation Gain Situation initiale Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Isolation toiture terrasse Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Investissement HT Temps de retour brut années 3 Le gain sur la consommation de chauffage de l école primaire sera de 22% École maternelle Malgré un bâtiment récent, ses caractéristiques thermiques ne sont pas à la hauteur car nous avons pu constater que de ont thermiques étaient présents. Des travaux seraient très couteux et très difficile à rentabiliser. Nous ne préconisons donc pas d amélioration sur le bâtiment en luimême Périscolaire Un projet de démolition et de reconstruction est en œuvre.pour la réalisation de ce projet, nous vous invitons à vous fixer des objectifs de performance au niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation) pour ne pas répéter les erreurs de la maternelle. 25/35

26 4.3 Amélioration des systèmes de chauffage Chaudière fuel à condensation En installant une nouvelle chaudière fuel à condensation avec un gain de 5 % sur le rendement pour la maternelle et l école primaire voici les économies engendrées. Améliorations chauffage Consommation Situation initiale Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Gain Chaudière fuel condensation Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Investissement HT Temps de retour brut années 14 Le gain sur la consommation total de chauffage du groupe scolaire est de 6% Optimisation de la programmation A partir des sondes de températures que nous avons placées, nous avons pu constater que les journées de chauffage étaient trop longues par rapport à l utilisation des bâtiments et qu il n y avait pas de régulation de weekend. Les appareils à installer sont : - Unité centrale - Sonde ambiance par pièce - Commutateur - Régulateur de chaudière - Grâce à ce système de régulation voici les économies engendrées. Améliorations régulation Consommation Situation initiale Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Gain Régulation Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Investissement HT Temps de retour brut années 2 Le gain sur la consommation total du groupe scolaire est de 13%. 26/35

27 4.4 Ventilation École maternelle L école maternelle possède une VMC simple flux non modulée, c est-à-dire que les débits extraits sont toujours les mêmes que la pièce soit occupée ou pas. Nous vous proposons d installer une VMC modulée qui permettra donc de faire des économies. Ainsi le confort des occupants sera améliorer et lorsque les locaux ne seront pas occupés, la chaleur restera à l intérieur ce qui permettra de faire des économies à la fois sur la consommation électrique de la ventilation et aussi sur la puissance de chauffage. Nous avons évalué la rentabilité sur la base des investissements suivants : Caisson VMC modulée TTC Réseau de gaine 30 TTC/6m Remise en service avec installation TTC Améliorations aérauliques Consommation Situation initiale Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Gain Combinaison des améliorations aérauliques Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Investissement HT Temps de retour brut années 4.7 Le gain sur la consommation de chauffage de la maternelle est de 28 % et le confort des occupants sera amélioré École primaire L école primaire possède deux caissons de ventilation simples flux non modulés, c est-à-dire que les débits extraits sont toujours les mêmes que les pièces soient occupées ou non. Nous vous proposons d installer une VMC modulée qui permettra donc de faire des économies. Ainsi le confort des occupants sera améliorer et lorsque les locaux ne seront pas occupés la chaleur restera à l intérieur ce qui entraînera des économies à la fois sur la consommation électrique de la ventilation et aussi sur la puissance de chauffage. Améliorations aérauliques Consommation Situation initiale Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Gain Combinaison des améliorations aérauliques Consommation chauffage kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Investissement HT Temps de retour brut années 5.5 Le gain sur la consommation de chauffage de l école primaire est de 15%. 27/35

28 4.5 Gestion de l énergie Des économies d énergie pourront être réalisées grâce à une sensibilisation accrue du personnel et des enseignants, notamment sur les postes de chauffage éclairage et fermeture des fenêtres. Afin de sensibiliser le personnel, nous recommandons de l informer sur le coût et l impact environnemental de l énergie inutilement consommée. Nous recommandons à la commune de mettre en place une gestion énergétique sur son patrimoine. La création d un poste de responsable énergie (sensibilisation, expertise technique, conseils performance énergétique ) pourra être envisagée au niveau de la structure intercommunale (CAPV). La mise en œuvre d indicateurs permettra de comparer les consommations énergétiques à la rigueur climatique (DJU), la population (habitants), les surfaces chauffées et de faire une analyse pertinente pour identifier les dérives. Un suivi mensuel des améliorations proposées sera nécessaire ainsi qu un tableau de bord de l évolution des économies en fonction des objectifs fixés. 4.6 Bilan après améliorations Bilan économique Combinaison des améliorations Consommation Situation initiale Consommation totale kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Gain Combinaison des améliorations Consommation totale kw.h/an Dépenses HT/an Equivalent carbone kg CO 2 /an Investissement HT Temps de retour brut années 5 Dans ce cas, les consommations et dépenses énergétiques sont fortement réduites, le temps de retour brut sur investissement est de 22 ans pour un investissement global de TTC. Après toutes ces améliorations les bâtiments seront assez performants et consommeront moins d énergie. Le gain sur la consommation de chauffage du groupe scolaire est de 69%. 28/35

29 4.6.2 Bilan énergétique Le bilan énergétique de la maternelle et de l école primaire est présenté ci-dessous en énergie finale et dépense TTC Postes Fuel domestique (kw.h) Electricité (kw.h) Energie finale (kw.h) Dépense ( _TTC) Energie finale (kw.h/m²) Dépense ( _TTC/m²) Chauffage Divers Total Energie finale (kw.h) Dépense ( _TTC) Divers 32% Chauffage 68% Divers 45% Chauffage 55% Le poste majoritaire reste le chauffage par rapport à l énergie. Nous obtenons un ratio de consommation énergétique finale de 84 kwh/m², cette valeur est vraiment inférieure à la moyenne nationale des établissements administratifs qui se situe à 155 kwh/m² selon la dernière enquête publiée par l ADEME. Le coût énergétique serait également inférieur à la moyenne nationale avec 7 TTC/m² contre 9 TTC/m² toujours selon la même source. 29/35

30 4.6.3 Bilan environnemental Le bilan environnemental des bâtiments est présenté ci-dessous en énergie primaire et émission de gaz à effet de serre (équivalent CO 2 ) Postes Energie finale (kw.h) Energie primaire (kw.h) GES (kg_co2) Energie primaire (kw.h/m²) GES (kg_co2/m²) Chauffage Divers Total Energie primaire (kw.h) GES (kg_co2) Divers 12% Divers 55% Chauffage 45% Chauffage 88% Les bâtiments seront plus performants et se trouveront au niveau C du DPE. Consommations énergétiques (en énergie primaire) Emissions de gaz à effet de serre (GES) Consommation conventionnelle : 127 Estimation des émissions : 19 Bâtiment économe kwh EP/m².an Faible émission de GES kgéqco2/m².an Bâtiment énergivore Forte émission de GES Nota : étiquette indicative. Le calcul ne correspond pas au calcul réglementaire DPE 30/35

31 4.7 Validation TH-C-E ex L objectif est de trouver les solutions constructives afin de diminuer les consommations énergétiques et d atteindre le niveau BBC (bâtiment basse consommation) selon la réglementation thermique RT 2005 pour les bâtiments existants (Cref-40%). Le calcul réglementaire (TH-C-E ex) montre que la combinaison d améliorations proposées permettre d atteindre le label BBC à condition d installer une chaufferie automatique au bois. Pour atteindre l objectif, l ensemble des améliorations suivantes devra être effectué : Pour l école maternelle : - Une ventilation double flux afin de limiter les pertes aérauliques - L installation d un système d optimisation de la programmation du chauffage - La mise en place d une chaufferie bois - L éclairage devra être changé par des lampes plus économiques en énergie Pour l école primaire : - L isolation thermique des murs par l extérieur et de la toiture - L installation d une VMC double flux - L installation d un système d optimisation de la programmation du chauffage - La mise en place d une chaufferie bois - L éclairage devra être changé par des lampes plus économiques en énergie Les consommations énergétiques du groupe scolaire sont à présent calculées selon la méthode Th-C-E par le logiciel Climawin. Elles intègrent les consommations du chauffage, de la climatisation, de l eau chaude sanitaire, de la ventilation, de l éclairage et des auxiliaires. Les consommations sont exprimées en énergie primaire.et sont rapportées à la Surface Hors-Œuvre Nette (SHON) d où un écart possible avec les précédents calculs rapportées à la surface utile. Pour l école maternelle : Cep projet = kwh EP/m2.an Cep référence = kwh EP/m2.an Gain = % Pour l école primaire : Cep projet = kwh EP/m2.an Cep référence = kwh EP/m2.an Gain = % Les fiches de synthèses détaillées de calcul TH-C-E sont données en annexe. 31/35

32 4.8 Principe d une chaufferie bois L installation d une chaufferie à bois déchiqueté (plaquettes) avec son silo pourrait être une alternative intéressante du point de vu économique et environnemental. Schéma de principe La proximité des bâtiments (mairie, maternelle, primaire, projet d extension), permet d envisager ce projet, les avantages sont multiples : le coût du combustible est moindre, un chauffage uniformisé, une diminution importante des émissions de gaz à effet de serre. Une chaufferie biomasse aurait les avantages suivants : - Baisse des coûts de combustibles d environ 40% - Diminution très importante des émissions de gaz à effet de serre (55% à 75%) - Migration vers une énergie renouvelable - Cet investissement pourra être en partie financé par les aides : - ADEME via le fonds chaleur - Certificats d économie d énergie Une étude de faisabilité en bonne et due forme, conforme au cahier des charges de l ADEME «Etude de faisabilité, chaufferie bois», sera indispensable pour définir de façon précise les équipements, le génie civil ainsi que les modifications des installations thermiques. 32/35

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz.

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz. Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Rodin 627 Valable jusqu au : 26/07/2022 Type de bâtiment : Logement collectif Année de construction : 2009 Surface habitable : 58.50 m 2 Adresse

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire

Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire PROJET EUROPEEN ECO N HOME ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE DES PARTICULIERS RETOUR D EXPERIENCE DANS LA LOIRE 27 Février 2009 Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire 36 groupements

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Vers le label BBC dans l habitat existant

Vers le label BBC dans l habitat existant Collection DolceVita Solutions 4 Rénovation Economies Collection DolceVita Vers le label BBC dans l habitat existant GDF SUEZ DolceVita Axelle Lima axelle.lima@gdfsuez.com Tél. : +33 (0)1 56 54 47 88 Les

Plus en détail

Audit énergétique bâtiment

Audit énergétique bâtiment Audit énergétique bâtiment Maîtres d ouvrages & bureaux d études RAPPORT TYPE - JUIN 2011 N'imprimez que si nécessaire! Vous voulez imprimer certains passages de ce document? Demandez-vous si cela vous

Plus en détail

Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012. 31 Mai 2012

Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012. 31 Mai 2012 Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012 31 Mai 2012 Plan Présentation d Ad3e Présentation de la mission d audit énergétique Présentation des résultats Présentation d Ad3e Qui sommes

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE RAPPORT N 448-2033LOC0707PE48 ETABLI EN UN EXEMPLAIRE ORIGINAL LE 26/10/2009 ET VALABLE DIX ANS DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Ce rapport comprend 5 pages et 3 pages en annexe, il ne peut être utilisé

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude Étude 2011 La rénovation énergétique des logements collectifs à

Plus en détail

RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE

RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE Résidence du coteau 5 avenue Aristide Briand 94240 L HAY LES ROSES Rédigé par : MAXIME TERRIER Chef de Projet : NATHALIE TAILLADE 1. Préambule. 2 Le Bâtiment Existant 3 2. Présentation

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange en gîte touristique Localisation : Gîte

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Transposition de l article 4 de la directive 2012/27/UE

Transposition de l article 4 de la directive 2012/27/UE Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages Transposition de l article 4 de la directive 2012/27/UE Stratégie à long terme pour mobiliser les investissements dans la rénovation du parc national

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D ALBERTVILLE ET MOUTIERS

CENTRE HOSPITALIER D ALBERTVILLE ET MOUTIERS CENTRE HOSPITALIER D ALBERTVILLE ET MOUTIERS Bilan GES de l activité Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 Rapport V2 décembre 2012 SIÈGE SOCIAL - 367, avenue du Grand Ariétaz

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Réunion départementale d information

Réunion départementale d information Réunion départementale d information 1 1 ORIENTATIONS ET GRANDS PRINCIPES Un objectif ambitieux, à mi-chemin des performances attendues pour 2020 De nouvelles orientations et des exigences renforcées Une

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013 ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 15 Février 2013 AMORCE/ADEME SOMMAIRE Prix de vente

Plus en détail

PRE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAITRISE DE L ENERGIE GROUPE SCOLAIRE - CERNAY LA VILLE

PRE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAITRISE DE L ENERGIE GROUPE SCOLAIRE - CERNAY LA VILLE Agence Locale de Maîtrise de l'energie Maison de l'environnement, 6 rue Haroun Tazieff, 78 114 Magny les Hameaux Tél.: + 33 1 34 52 26 34, alme@energie-sqy.com PRE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAITRISE DE L

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Rue Knapen 11 100 SCHAERBEEK Superficie brute: 242 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

1.3 RT 2012 du neuf à l existant 13 1.3.1 La RT dans le neuf 13 1.3.2 Le label HPE rénovation et le BBC Rénovation 13

1.3 RT 2012 du neuf à l existant 13 1.3.1 La RT dans le neuf 13 1.3.2 Le label HPE rénovation et le BBC Rénovation 13 PETIT GUIDE REGLEMENTAIRE ET TECHNIQUE DE LA RENOVATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE JANVIER 2012 Sommaire 1 Obligations réglementaires aujourd hui et pour demain 5 1.1 Les grandes lignes du Grenelle de

Plus en détail

Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes

Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes Rapport final d étude énergétique BATIMENT C Affaire n 1IF92510074 Mai 2011 SAUNIER & Associés 205 avenue Georges Clemenceau F-92024 NANTERRE

Plus en détail

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques Copropriété du SENS UNIQUE Maintenance Exploitation Télégestion Etat des lieux : LE SENS UNIQUE 10 bâtiments - 137 logements Années de

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Comment rénover efficacement son parc immobilier?

Comment rénover efficacement son parc immobilier? Comment rénover efficacement son parc immobilier? Quel est l état énergétique de mon parc immobilier? Quels indicateurs actuels et futurs à prendre en compte? Quels objectifs de performance viser et à

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Articles L 271-4 à 6 R 271-1 à 4 du Code de la Construction et de l Habitation

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Articles L 271-4 à 6 R 271-1 à 4 du Code de la Construction et de l Habitation Dossier n 2010-12-1999 Date : 19/12/2010 Propriétaire : MME & MR PRINZHOFER CABINET D EXPERTISE AGENDA 56 18, rue du Fort 56290 PORT LOUIS Tel : 02 97 82 58 17 - Fax : 02 72 22 12 43 Port : 06 14 29 46

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Arrêté du 13 juin 2008 relatif à la performance énergétique

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Centre Social de REVEL (31) C.C.A.S 500 m2. Journée de sensibilisation à la géothermie en Midi Pyrénées

Centre Social de REVEL (31) C.C.A.S 500 m2. Journée de sensibilisation à la géothermie en Midi Pyrénées Centre Social de REVEL (31) C.C.A.S 500 m2 1 Sommaire Pourquoi le choix de la géothermie? Dimensionnement de l installation Les forages Quelques photos, Bilans des consommations Synthèse 2 Pourquoi le

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Résidence LAFERRIERE. Créteil

AUDIT ENERGETIQUE. Résidence LAFERRIERE. Créteil AUDIT ENERGETIQUE Résidence LAFERRIERE Créteil 2013 Rédaction Pierre CHAMPENOIS Validation Guillaume AUBRY Ind. Date Modification VP1 20/02/2013 Version intermédiaire avant réunion de travail avec le CS.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal et Etude de faisabilité d une chaufferie bois et d un réseau de chaleur Commune de St Etienne du Bois Page- 1 - Contenu 1 Audit

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

DESCRIPTIF DE VENTE. LES BUISSONNETS rue de l'eglise 36 - Rixensart

DESCRIPTIF DE VENTE. LES BUISSONNETS rue de l'eglise 36 - Rixensart DESCRIPTIF DE VENTE LES BUISSONNETS rue de l'eglise 36 - Rixensart La société Osmosis Development S.A. vous propose une résidence de charme de 4 logements neufs :! A côté du Château de Rixensart! Construction

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Bien régler la température de chauffage

Bien régler la température de chauffage Température de chauffage Baisser la température en cas absence Bien régler la température de chauffage Ne pas gêner la diffusion de chaleur Fermer les volets / rideaux la nuit De même, ne pas mettre de

Plus en détail

LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel

LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel 1. A QUOI CORRESPOND LA LETTRE (A,B G) SUR MON CERTIFICAT PEB? La lettre correspond à une consommation théorique qui se base sur les caractéristiques propres

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

Répertoire de simulations en Maison Individuelle. Solutions gaz. Toujours à vos côtés. Solutions électriques. Solutions RT 2012.

Répertoire de simulations en Maison Individuelle. Solutions gaz. Toujours à vos côtés. Solutions électriques. Solutions RT 2012. Solutions RT 2012 Répertoire de simulations en Maison Individuelle Solutions RT 2012 Toujours à vos côtés Saunier Duval Toujours à vos côtés Répertoire de simulations régionales RT 2012 en Maison Individuelle

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

Daikin. DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif. Pompes à chaleur Air / Eau. Inverter. » Economies d énergie

Daikin. DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif. Pompes à chaleur Air / Eau. Inverter. » Economies d énergie Pompes à chaleur Air / Eau DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif Inverter 1 ère MONDIALE Daikin» Economies d énergie» Faibles émissions de CO2» Flexible» Technologie

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Crédit d impôt et Livret de Développement Durable. Deux outils pour financer les projets d amélioration de la performance énergétique des logements

Crédit d impôt et Livret de Développement Durable. Deux outils pour financer les projets d amélioration de la performance énergétique des logements Crédit d impôt et Livret de Développement Durable Deux outils pour financer les projets d amélioration de la performance énergétique des logements Logique des dispositifs Résultats du crédit d impôt Mise

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail