Rapport synthétique d audit énergétique - V1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport synthétique d audit énergétique - V1"

Transcription

1 Rapport synthétique d audit énergétique - V1 COPROPRIETE La Fontaine des Joncs CHILLY MAZARIN 175 appartements, 1 loge gardien Adresse copropriété : La Fontaine des Joncs CHILLY MAZARIN Adresse syndic : Cabinet Loiselet et Degremont 85 rue de Gravigny CHILLY MAZARIN Référent Organisme M. Tranchant ADEME M. Mazzoni CONSEIL SYNDICAL M. Fra MEV M. Pichenot SYNDIC Référence dossier: Conforme au cahier des charges Audit énergétique de copropriété, version Mars COP089 Conforme au décret N du 27 janvier 2012 et l arrêté du 28 février 2013 relatif à l obligation de réaliser un audit énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation en copropriété de 50 lots ou plus avec chauffage collectif. Bureau d études MEV 23 rue Alfred Nobel Champs-sur-Marne Tél. : Code Siret : Contact MEV : Axel Bruzzese Tél. : /03/2014

2 SOMMAIRE CHAP I : PRESENTATION DE LA DEMARCHE DE LA MISSION CHAP II : ETAT DES LIEUX VISITE DE SITE : A. DONNEES GENERALES DU SITE : B. EXAMEN DU BATIMENT : C. EXAMEN DES INSTALLATIONS THERMIQUES : D. MESURES PHYSIQUES REALISEES SUR SITE : Mesures de températures : Analyse thermographique : E. RESULTATS DE L ENQUETE ET DE LA RENCONTRE DES OCCUPANTS : F. PROBLEMATIQUE PARTICULIERE : PROBLEMES D HUMIDITE : Pourquoi avons-nous des problèmes d humidité? Quelles sont les solutions pour y remédier? CHAP III : ANALYSE DES DONNEES : A. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES REELLES : B. CALCUL DES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES THEORIQUES : Calcul de déperditions : Répartition des consommations de gaz : Répartition des consommations électriques : Bilan de consommation : CHAP IV : PROPOSITIONS D AMELIORATIONS CHAP V : PLANS D ACTIONS :

3 CHAP I : PRESENTATION DE LA DEMARCHE DE LA MISSION - 3 -

4 CHAP II : ETAT DES LIEUX VISITE DE SITE : A. DONNEES GENERALES DU SITE : Nombre de lots principaux d habitation : logements + 1 loge Nombre de niveaux :... R niveau de sous-sol Classification des logements : F F F F F Total : Nombre total d occupants (estimé) : Surface habitable (m²) : m² SHON RT (m²) : m² Schéma et orientation de la résidence : A C B F D G E H I J K - 4 -

5 B. EXAMEN DU BATIMENT : MURS EXTERIEURS Facade Les murs de façade des bâtiments sont de type panneaux préfabriqués béton isotherme (150 mm) comprenant une isolation de type polystyrène (50 mm) sous un revêtement de type pierre TRAVERTIN (30 mm). Les murs de pignon sont constitués d une structure porteuse en béton (150 mm) avec une lame d air (50 mm) sous un revêtement de type pierre TRAVERTIN (30 mm) Pignon MENUISERIES Les menuiseries sont de différents types. Les vitrages originaux sont de type bois simple vitrage. De nombreux vitrages ont été rénovés par le propriétaire. Nous retrouvons ainsi des menuiseries bois ou PVC en double vitrage de différentes épaisseurs. TOITURE / TERRASSE Les toitures terrasses sont de type, dalle béton avec étanchéité et complexe isolant de type polyuréthane (40 mm) Remarque : Les toitures terrasses des 3 et 5 rue du pont des maures et du 3 rue des Marais ont été rénovées avec remplacement de l isolation existante par une isolation de type polyuréthane DUO (60 mm)

6 PLANCHER BAS Les planchers bas du rez-de-chaussée sont des planchers lourds béton avec une couche de fibrastyrène en sous face (20 mm). Ces derniers donnent sur des locaux sous-sols de type caves. VENTILATION La ventilation au sein du bâtiment se fait de façon naturelle par tirage thermique par conduit et défaut d étanchéité des ouvrants. Remarque : Nous avons constaté, lors de la visite, des problèmes d humidité dans un grand nombre d appartements. D après nos discussions avec le gardien, ce problème semble récurrent sur l ensemble de la résidence. Nous détaillerons ce problème dans son intégralité dans une partie dédiée dans le rapport (voir Chap II F Problématique particulière : Problèmes d humidité) - 6 -

7 DESCRIPTIF DES EQUIPEMENTS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES Les parties communes (hall, palier, caves) sont équipées de lampes incandescentes (60 W). Ces équipements sont pilotés par une minuterie. Dans le hall d entrée, nous retrouvons également deux éclairages de type dichroïque (50 W). Ces équipements sont pilotés par une minuterie. L éclairage extérieur au devant des entrées est assuré par des éclairages halogènes (80 W). Ces équipements sont pilotés par une sonde crépusculaire. L éclairage extérieur des allées est assuré par des lampadaires halogène (2 x 80 W) Ces équipements sont pilotés par une sonde crépusculaire. Remarque : Les remplacements par des lampes fluocompactes en 2 x 14 W ou 1 x 33 W est engagé depuis 1 an. Ascenseurs : La résidence n est pas équipée d ascenseurs

8 C. EXAMEN DES INSTALLATIONS THERMIQUES : DESCRIPTIF DES INSTALLATIONS THERMIQUES La production de chaleur pour l ensemble de logements est assurée par : 3 x chaudière gaz VIESSMANN de kw (pour le chauffage) 1 x chaudière VIESSMANN de kw (pour l eau chaude sanitaire) Chaudières VIESSMANN On note la présence de deux récupérateurs de chaleur sur les retours aux chaudières Les corps de chauffe datent de Les brûleurs ont été remplacés en 2005 La chaleur produite dans la chaufferie principale est ensuite distribuée sur l ensemble du parc dans : 19 sous stations pour le chauffage 29 sous stations pour l eau chaude sanitaire Récupérateur de chaleur Sur la résidence de la Fontaine des Joncs, nous comptons, pour alimenter les 176 logements : 3 sous stations pour le chauffage 7 sous stations pour l eau chaude sanitaire Dans ces dernières, nous retrouvons des échangeurs à plaques. Echangeur à plaques La régulation est assurée par des vannes trois voies dans les sous stations. Aucun abaissement n est programmé. Régulateur sur vanne 3V La circulation de fluide est assurée par différents groupe de pompes de marque SALMSON. Pompes de distribution - 8 -

9 La distribution de la chaleur dans les appartements est assurée par un réseau de plancher chauffant, comme nous pouvons le voir sur le cliché thermographique ci-contre. D. MESURES PHYSIQUES REALISEES SUR SITE : 1. MESURES DE TEMPERATURES : Pour commencer, nous présentons un graphique montrant l évolution de 4 températures : La température extérieure (T ext ) La température minimale relevée sur l ensemble des mesures (T min ) La température moyenne relevée sur l ensemble des mesures (T moyenne ) La température maximale relevée sur l ensemble des mesures (T max ) 30 Evolution des températures 25 Température C Température extérieure Température maximale Température moyenne Température minimale Température minimale moyenne Température moyenne Température maximale moyenne Température extérieure moyenne 17,6 C 20,6 C 24,0 C 8,9 C - 9 -

10 Avec ce graphique, nous constatons d importants écarts de température dans l ensemble de la résidence, en effet, une variation d environ 6 C est présentée ici ce qui est une variation très importante. La température minimale moyenne est de 17,6 C, cette dernière est bien en dessous de la température de confort défini dans le code de la construction et de l habitation (19 C). De plus, nous avons réalisé ces relevés de température avec une température extérieure moyenne plutôt élevée (8,9 C), il est donc possible, qu en période de grand froid, on y retrouve une température encore plus faible. La température moyenne relevée sur l ensemble de nos mesures est de l ordre de 20,6 C, cette valeur sera utilisée comme référence dans notre calcul de déperditions et notre estimation théorique des consommations énergétiques. Attention, ces mesures n ont pas été réalisées en période de grand froid (température extérieure moyenne de 8,9 C). Nous avons 20% (4/20) de nos mesures où la température moyenne relevée est inférieure aux 19 C de confort conventionnel. Cela tend à montrer un problème quand au système de chauffage mis en place. Nous craignons, de plus, qu en période de grand froid, les températures au sein des locaux soient encore plus basses. Conclusions : 4 mesures de températures mettent en avant une température intérieure moyenne inférieure à la température de confort conventionnelle (19 C). Ces valeurs mesurées dans des conditions non extrêmes nous amène à croire, qu en période de grand froid, la température de ces locaux doit être encore plus faible. Les locaux ayant une exposition favorable (Sud) sont surchauffés par rapport à ceux ayant une exposition défavorable (Nord). Il serait possible de rééquilibrer les températures en travaillant sur l équilibrage du réseau de chauffage

11 2. ANALYSE THERMOGRAPHIQUE : Contexte et objectif : Dans le cadre d un audit énergétique de la résidence, nous avons réalisé des clichés thermographiques. Rappel sur la thermographie : La thermographie infrarouge permet d établir une image thermique d une scène. Cette technique permet, grâce à un thermogramme (image donnant la température des corps qui la constitue) et une échelle de couleur, de mettre en évidence les défauts d isolation d un bâtiment ou d une structure. Pour une thermographie réalisée en extérieur, les défauts d étanchéité et/ou d isolation seront visibles par des couleurs chaudes (jaune, orange, rouge, puis blanc), signe qu il y a une fuite de chaleur. À l inverse, pour une thermographie prise de l intérieur, un défaut thermique sera mis en valeur par une couleur froide (bleu). Conditions météorologiques et remarques : Lors de notre visite, la température extérieure était de 9 C ; la température des logements, de l ordre 20 C Image réelle Thermogrammes Analyse Clichés extérieurs mettant en avant les pertes thermiques par les dalles de planchers des étages intermédiaires au niveau des pignons. Ces déperditions pourraient être traitées par une isolation par l extérieur des murs de pignons

12 Clichés intérieurs permettant de visualiser les pertes thermiques sur les contours des menuiseries ainsi que sur l encadrement du coffre de volet roulant. Une isolation par l extérieur permettrait de traiter les pertes thermiques sur les encadrements de coffres de volets roulants. Conclusion : Par ces clichés thermographiques nous pouvons constater qu au niveau des pignons, nous avons une forte déperdition thermique par les dalles intermédiaires. Ces déperditions sont d autant plus importantes que le système d émission est un plancher chauffant. Nous proposerons, dans la suite du rapport, plusieurs solutions d isolations afin d améliorer les points faibles mis en avant ici. E. RESULTATS DE L ENQUETE ET DE LA RENCONTRE DES OCCUPANTS : Nombre de réponses aux questionnaires 67 sur 176 Pourcentage de vitrages simples remplacés par des doubles vitrages 83 % Personnes ayant trop froid en hiver 42 % Personnes ayant trop chaud en hiver 4 % Personnes éprouvant un inconfort en début de saison de chauffe 54 % Personnes ayant trop chaud en été 24 % Personnes ayant des problèmes d humidité 36 %

13 F. PROBLEMATIQUE PARTICULIERE : PROBLEMES D HUMIDITE : Lors de notre visite, nous avons constaté, dans plusieurs appartements, des problèmes d humidité dans un nombre important de pièces de vie. Nous avons fait le choix de réserver une partie dans le rapport à ce problème particulier. Les constatations que nous avons faites lors de notre visite ainsi que les clichés qui nous ont été fournis à ce sujet mettent en avant des problèmes d humidité liés, majoritairement, au phénomène de condensation * 1. Ce dernier se traduit, généralement, par l apparition de gouttelettes d eau sur les surfaces froides, type vitrage, comme nous pouvons le voir ci-contre Un autre signe traduisant des problèmes de condensation est l apparition de tâches noires sur les murs. Ces tâches sont en réalités des moisissures et des champignons qui se sont développés grâce au dépôt d humidité, sous forme de gouttelettes dans un premier temps, sur les murs de l habitation. Nous retrouvons ce phénomène dans beaucoup d appartement de la résidence (voir clichés). L apparition de condensation dans un logement n est pas un risque si cela reste ponctuel. En effet, l humidité présente sur une fenêtre de salle de bain après avoir pris sa douche est un phénomène tout à fait normal dans la mesure où l air est surchargé en humidité. Une bonne ventilation de la pièce permettra de rabaisser le niveau d hygrométrie de l air et de faire disparaitre ce problème. En revanche, des problèmes récurrents de condensation peuvent porter atteinte à la durabilité du bâti (dégradation des revêtements, des isolants, ) mais également à la santé des occupants, les moisissures qui se développent peuvent provoquer des maladies respiratoires telles que l asthme, le rhume ou la bronchiolite. * 1 LA CONDENSATION, QU EST-CE QUE C EST? La condensation est un phénomène très courant : il s agit de la transformation de l eau à l état de vapeur en eau «liquide». Ce changement d état se réalise lorsque l eau, sous forme de vapeur, entre en contact avec une surface froide comme une fenêtre ou un mur non isolé, par exemple

14 1. POURQUOI AVONS-NOUS DES PROBLEMES D HUMIDITE? Nous allons ici aborder les causes qui ont fait apparaitre ce problème de condensation afin de pouvoir envisager des solutions qui pourraient permettre de le traiter. Les causes sont, malheureusement, multiples et nous allons les détaillées ci-après. Un système de ventilation peu performant : La ventilation au sein des logements est assurée par un système de ventilation haute et basse dans les pièces humides (WC, salle de bains). Nous n avons, initialement, aucune entrée d air prévue dans les pièces sèches (séjour, chambre), aussi bien en façade que dans les coffres de volets roulants. L apport en air neuf dans ces pièces devaient être prévu, à l origine, par défaut d étanchéité des ouvrants ou par ouverture quotidienne des fenêtres (afin de renouveler le volume d air). La seule entrée d air prévue pour l ensemble du logement, à l origine, semblait être le cellier ouvert entièrement sur l extérieur. Dans la majorité des cas, nous avons constaté que ce dernier avait été fermé par une fenêtre afin de diminuer la grande sensation d inconfort généré par l entrée massive d air froid en hiver par cette ouverture. Cette opération a été bénéfique pour les occupants car la ventilation par cette ouverture était, probablement, bien trop importante. En revanche, il aurait été nécessaire de compenser cette fermeture par des ouvertures multiples dans les autres pièces afin d équilibrer, mieux qu auparavant, les entrées d air dans le logement (ex : entrée d air en façade, dans les coffres de volets ou dans les menuiseries). Il est primordial d assurer un renouvellement d air suffisant au sein des logements afin d évacuer l accumulation d humidité dans l air ambiant. Cette humidité est due, tout simplement, à l occupation, les personnes, par respiration, et les activités de ces dernières (cuisine, douche, ) génèrent de la vapeur d eau. Si la ventilation est insuffisante, l accumulation, au fil du temps, de cette humidité dans l air va saturer en eau ce dernier et favoriser le phénomène de condensation sur les parties froides du logement (murs donnant sur l extérieur, vitrage simple, ). Un mauvais choix/conseil dans le remplacement des ouvrants : Certains propriétaires ont fait le choix de remplacer leurs fenêtres d origine (simple vitrage bois) par des fenêtres à double vitrage, en PVC notamment. Ces travaux de rénovation sont une bonne chose car ils permettent une amélioration du confort et de la performance énergétique du logement et de la résidence dans son ensemble. En revanche, le problème posé par la plupart des ouvrants mis en place est que ces derniers ne présentent pas de grille d entrée d air. L absence de ce dispositif et le fait que le nouvel ouvrant est plus étanche que le précédent renforce le problème présenté ci-dessus en diminuant l apport d air neuf dans le logement (par défaut d étanchéité) et favorise l accumulation d humidité dans l air ambiant, donc le phénomène de condensation

15 Un entretien insuffisant du système de ventilation : D après les informations collectées, aucun ramonage des conduits de ventilation haute et basse n a été réalisé. Il est important de réaliser un entretien régulier de ces conduits de ventilation afin d assurer le meilleur renouvellement d air possible au sein du logement. Evidement, cela n explique pas tous les problèmes d humidité relevés sur la résidence mais c est un paramètre défavorable qui renforce le phénomène d accumulation de l humidité dans l air ambiant, donc le phénomène de condensation. Des infiltrations d eau dans les façades : D après les informations recueillies, les façades des bâtiments sont réalisées en panneaux préfabriqués béton armé isotherme sous revêtement pierre. Cette structure a été conçue isolée, entre la partie bétonnée et le revêtement en pierre, par 50 mm d isolant type polystyrène. Au fil du temps, les joints horizontaux entre les pierres de revêtement se sont dégradé ce qui a laissé la place à des infiltrations d eau dans la structure de la façade. L eau infiltrée est entrée en contact avec l isolant et l a détérioré. Ce dernier a perdu, peu à peu, de sa qualité isolante. Les joints ont été refait à plusieurs reprises, mais les dégradations au niveau de l isolant étaient déjà présentent. Le problème engendré par ce phénomène est que, du fait de la diminution de la qualité isolante de la paroi, la température du mur à l intérieur diminue également et, comme vu précédemment, une paroi plus froide favorise le phénomène de condensation car elle permet d atteindre plus facilement ce que l on appelle, le point de rosée * 2. Des pignons non isolés : D après les témoignages, beaucoup de problèmes de condensation apparaissent au niveau des pignons, nous proposons ici une explication concernant ces constatations. Les murs pignons des bâtiments de la résidence sont des murs porteurs et réalisés en béton. Ces derniers ne sont pas isolés et sont donc plus froid en intérieur que les façades. Comme vu précédemment, une paroi plus froide favorise le phénomène de condensation car elle permet d atteindre plus facilement ce que l on appelle, le point de rosée* 2. * 2 LE POINT DE ROSEE, QU EST-CE QUE C EST? Le point de rosée ou température de rosée est la température à laquelle l eau contenu dans l air se liquéfie, autrement dit, c est la température à laquelle le phénomène de condensation apparait. Plus la température de l air est basse, plus il est facile pour l eau contenue dans l air de condenser

16 2. QUELLES SONT LES SOLUTIONS POUR Y REMEDIER? Nous avons vu auparavant une multitude de causes pouvant expliquer ces phénomènes de condensation dans les appartements. Plusieurs solutions existent afin de diminuer le problème et d y remédier. Améliorer la ventilation des logements : La solution principale et la plus efficace serait d améliorer le système de ventilation mis en place. Du moins, d augmenter le renouvellement d air des logements afin d empêcher cette accumulation d humidité. Pour cela, deux choix sont possibles : - Mécaniser le système VMC (Ventilation mécanique contrôlée) : suppression des ventilations basses, mise en place de ventilateurs d extraction en toiture pour la ventilation des pièces humides, mise en place d entrée d air (fenêtres, coffres de volets roulants, ) et d étalonnage des portes afin d assurer une bonne circulation de l air au sein des logements. - Sensibiliser les occupants afin que ces derniers aèrent quotidiennement leur logement par l ouverture de leurs fenêtres (5-10 minutes par jour minimum). La mécanisation du système est une intervention très couteuse et n apportera pas de gains énergétiques, au contraire, cela augmentera les charges de chauffage et ajoutera des consommations électriques. Mais étant donné les problèmes d humidité rencontrés, il se peut qu il soit nécessaire. En ce qui concerne la ventilation «manuelle» des logements, il semblerait, d après les questionnaires, que cette dernière soit déjà réalisée (94% des réponses disent ventiler leur logement avec une moyenne de 38 minutes par jour). Il est possible que ces réponses ne représentent pas la réalité vis-à-vis de l ensemble de la résidence. Afin d assurer un bon renouvellement de l air du logement ; il est important de procéder à l ouverture de toutes les fenêtres du logement afin de permettre une circulation maximale de l air. Mise en place d entrée d airs : Une des premières étapes envisageables, pour des coûts moindre, serait, à minima, la mise en place d entrées d air (en façade ou dans les menuiseries ou dans les coffres de volets roulants) dans les pièces sèches des logements. De cette manière, la circulation de l air sera améliorée au sein des logements avec une entrée d air dans les pièces sèches et extraction dans les pièces humides. Cela permettrait de créer un système de ventilation naturelle par tirage thermique, potentiellement plus efficace que celui existant actuellement. Afin d optimiser le fonctionnement de ce système de ventilation naturelle, il serait bon de détalonner les portes intérieures des logements (afin de favoriser la circulation d air même portes fermées) et de supprimer les ventilations basses dans les salles de bains et les WC qui perturberaient les flux d airs que nous souhaitons créer (flux des pièces sèches vers les pièces humides puis vers l extérieur)

17 Renforcer l isolation des logements : Comme vu précédemment, une paroi froide favorise le phénomène de condensation dans les logements. Afin de diminuer cet effet, l isolation de la structure est une bonne solution. La meilleure des solutions à ce niveau est l isolation par l extérieur, dans la mesure où la structure intérieure est ainsi protégée des variations de températures par l isolant. La condensation n y est donc pas favorisée. L inconvénient de cette technique, en plus du coût élevé et de la faisabilité technique, est qu il est primordiale d assurée la protection des intempéries de l isolant. Auquel cas, des infiltrations d eau peuvent venir dégradés le complexe isolant et provoquer les problèmes que nous avons détaillés précédemment. Il est également possible d envisager l isolation par l intérieur des logements au moyen d un doublage isolant type isolant + BA13. L avantage de ce système est la facilité de mise-en-œuvre et le coût modéré des travaux. L inconvénient majeur, hormis la diminution de la surface habitable, réside dans le fait que le problème de condensation peut se retrouver reporté à l intérieur même du complexe isolant si une circulation de l air surchargé en humidité parvient à pénétrer dans le doublage. En effet, dans le cas de l isolation intérieure, la structure lourde n est pas «protégée» par l isolant, il est donc possible que la face intérieure du mur bétonnée soit, dans certains cas, à la température nécessaire pour déclencher le phénomène de condensation de l eau contenue dans l air. Il y aura dans ce cas, liquéfaction de l eau et dégradation de l isolant. Il est donc important de ne pas procéder à l isolation par l intérieur des bâtiments sans avoir amélioré la ventilation des logements auparavant. Au même titre que l isolation des murs, il est possible de renforcer l isolation au moyen de fenêtres à double vitrage. Cependant, dans ce cas, il est très important de prévoir une entrée d air (dans la fenêtre ou dans le coffre de volet roulant) afin d améliorer la qualité isolante du logement sans porter atteinte à la circulation de l air

18 CHAP III : ANALYSE DES DONNEES : A. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES REELLES : Nous proposons ici un bilan global de vos consommations afin d avoir un aperçu général des pôles les plus consommateurs. Nous travaillons ici sur les valeurs références définies précédemment Voici les résultats obtenus : Energie Consommations Energie finale (kwh EF ) Coût global ( TTC) Prix du kwh ( TTC) kg CO2 SVC GNX , Electricité CHAUFFERIE , CHAUFFAGE , GAZ ECS , TOTAL Nous présentons ces résultats sous forme de graphiques : Répartition des consommations (kwh EF ) Electricité SVC GNX 1,5% Electricité CHAUFFERIE 1,6% GAZ ECS 26,8% GAZ CHAUFFAGE 70,1% Par ce graphique, nous pouvons constater que les consommations de gaz, chauffage et ECS, représentent 96 % des consommations d énergie finale. Nous allons à présent nous intéresser à ce même graphique en énergie primaire

19 B. CALCUL DES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES THEORIQUES : Dans cette partie, nous allons procéder à toute l analyse théorique des consommations de l ensemble de la résidence. Nous nous intéresserons aux consommations de vapeur pour le chauffage et l eau chaude sanitaire ainsi qu aux consommations électriques des parties communes. Nous chercherons ici à créer, dans la globalité, un modèle physique de la résidence qui aura des consommations similaires à la vôtre afin de pouvoir, par la suite, estimer au plus juste l impact des améliorations du bâti ou des équipements consommateurs d énergie. Le logiciel utilisé dans cette phase est CYPECAD MEP logiciel certifié CSTB. 1. CALCUL DE DEPERDITIONS : La première étape de notre analyse théorique est le calcul de déperditions ou de besoins de chauffage. Pour calculer les besoins thermiques du bâtiment, nous nous appuyons sur : La structure du bâtiment (matériaux de construction, type de menuiseries,.) Les mesures réalisées sur site (calcul du U, mesures de débits, mesures de températures) Les plans du bâtiment (complétés par des relevés sur site lors de la visite Nous vous présentons ci-après la modélisation du bâtiment que nous avons réalisée à partir des données recueillies

20 IMAGE DE LA RESIDENCE VUE AERIENNE IMAGE DE LA RESIDENCE COTE RUE DE GRAVIGNY IMAGE DE LA RESIDENCE COTE AVENUE DE ROCROI

21 IMAGE DE LA RESIDENCE COTE RUE DE LA FONTAINE DES JONCS IMAGE DE LA RESIDENCE SUR PLACE DE L ANCIENNE CASCADE IMAGE DE LA RESIDENCE COTE ALLEE DU PRE DU ROI

22 MURS Déperditions de : W Soit : 33,0 % du total TOITURES/TERRASSES Déperditions de : W Soit : 5,8 % du total DALLES DE PLANCHER Déperditions de : W Soit : 3,9 % du total

23 FENETRES ET PORTES Déperditions de : W Soit : 30,8 % du total PONTS THERMIQUES Déperditions de : W Soit : 15,9 % du total RENOUVELLEMENT D'AIR Déperditions de : W Soit : 10,6 % du total Nous proposons une présentation des nos résultats sous forme de graphique et de tableau bâtiment par bâtiment :

24 TOTAL SHAB : m² Pôle déperditif Déperditions (W) % Parois verticales ,0% Planchers bas ,9% Planchers hauts ,8% Baies ,8% Ponts thermiques linéaires ,9% Ventilation ,6% TOTAL Répartition des déperditions Ventilation 10,6% Ponts thermiques linéaires 15,9% Parois verticales 33,0% Baies 30,8% Planchers bas 3,9% Planchers hauts 5,8% Paroi déperditive Surface (m²) ou Longueur (m) Unité Murs de façade m² Pignons m² Mur intérieurs m² Planchers m² Toiture Terrasse m² Vitrage m² Ponts thermiques m²

25 2. REPARTITION DES CONSOMMATIONS DE GAZ : Nous proposons ici un graphique présentant la répartition des consommations de gaz. Répartition des consommations ECS; ; 24% Chauffage; ; 76% Les profils de consommation en résidentiel collectif classique donnent une répartition type entre 80/20 et 70/30 pour, respectivement, le chauffage et la production d eau chaude. Le profil que nous retrouvons ici correspond aux standards que nous pouvons retrouver dans l habitat collectif

26 3. REPARTITION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES : Nous proposons ici une synthèse des données de consommation concernant les parties communes de la résidence. Poste Consommation estimée (kwh/an) Coût estimé ( TTC) Eclairage Auxiliaires de chaufferie TOTAL Ainsi qu une représentation graphique de ces consommations. Repartition des consommations Auxiliaires de chaufferie 50% Eclairage 50% Nous constatons ici une parité au niveau des consommations entre les deux postes étudiés

27 4. BILAN DE CONSOMMATION : Nous proposons l affichage de la performance énergétique du bâtiment en utilisant la représentation type Diagnostic de Performance Energétique. CLASSEMENT ENERGETIQUE DE LA COPROPRIETE Etiquettes basées sur les consommations de chauffage collectif, eau chaude sanitaire collective, refroidissement collectif, éclairage des parties communes, auxiliaires de circulations (chauffage, eau chaude, ventilation) et sur les autres consommations électriques collectives estimées (ascenseurs, BAES,...) rammenées à la SHON RT (Surface Hors Oeuvre Nette RT) du bâtiment. Echelle des consommations d'énergie Echelle des émissions de gaz à effet de serre Bâtiment économe Bâtiment à faible émission de GES 50 A 5 A B 6-10 B C C D D E E F F 451 G 81 G En kwhep/m²shon RT.an En kg éq. CO₂/m²SHON RT.an Bâtiment énergivore Bâtiment à forte émission de GES Etiquettes basées sur les consommations de chauffage collectif, eau chaude sanitaire collective, refroidissement collectif, éclairage des parties communes, auxiliaires de circulations (chauffage, eau chaude, ventilation) et sur les autres consommations électriques collectives estimées (ascenseurs, BAES,...) rammenées à la SHONRT (Surface Hors Oeuvre Nette RT) du bâtiment. Ces étiquettes énergie-climat n ont pas vocation à remplacer le DPE réglementaire lors d une vente ou d une location (cf. option DPE). Elles sont utilisées plusieurs fois dans l audit énergétique pour leur facilité de compréhension

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Rue Knapen 11 100 SCHAERBEEK Superficie brute: 242 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT ARCHITECTURAL ET ÉNERGÉTIQUE DE COPROPRIÉTÉ. - Chauffage collectif et individuel - juin 2014

CAHIER DES CHARGES AUDIT ARCHITECTURAL ET ÉNERGÉTIQUE DE COPROPRIÉTÉ. - Chauffage collectif et individuel - juin 2014 CAHIER DES CHARGES AUDIT ARCHITECTURAL ET ÉNERGÉTIQUE DE COPROPRIÉTÉ - Chauffage collectif et individuel - juin 2014 Pour les copropriétés souhaitant bénéficier d un financement de l ADEME, de la Ville

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz.

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz. Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Rodin 627 Valable jusqu au : 26/07/2022 Type de bâtiment : Logement collectif Année de construction : 2009 Surface habitable : 58.50 m 2 Adresse

Plus en détail

RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE

RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE Résidence du coteau 5 avenue Aristide Briand 94240 L HAY LES ROSES Rédigé par : MAXIME TERRIER Chef de Projet : NATHALIE TAILLADE 1. Préambule. 2 Le Bâtiment Existant 3 2. Présentation

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

Diagnostic énergétique. Rapport d étude

Diagnostic énergétique. Rapport d étude Diagnostic énergétique Rapport d étude Étude réalisée avec le soutien de : Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan Objet de l étude : Groupe scolaire Étude réalisée par : ERMEL ENERGIE 3 Avenue

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots

AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots Cahier des charges de consultation expérimental AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots Date de mise à jour : 06/01/14 SOMMAIRE 0. Introduction 1. Cadre de la mission 2. Constitution

Plus en détail

1.3 RT 2012 du neuf à l existant 13 1.3.1 La RT dans le neuf 13 1.3.2 Le label HPE rénovation et le BBC Rénovation 13

1.3 RT 2012 du neuf à l existant 13 1.3.1 La RT dans le neuf 13 1.3.2 Le label HPE rénovation et le BBC Rénovation 13 PETIT GUIDE REGLEMENTAIRE ET TECHNIQUE DE LA RENOVATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE JANVIER 2012 Sommaire 1 Obligations réglementaires aujourd hui et pour demain 5 1.1 Les grandes lignes du Grenelle de

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE RAPPORT N 448-2033LOC0707PE48 ETABLI EN UN EXEMPLAIRE ORIGINAL LE 26/10/2009 ET VALABLE DIX ANS DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Ce rapport comprend 5 pages et 3 pages en annexe, il ne peut être utilisé

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Résidence LAFERRIERE. Créteil

AUDIT ENERGETIQUE. Résidence LAFERRIERE. Créteil AUDIT ENERGETIQUE Résidence LAFERRIERE Créteil 2013 Rédaction Pierre CHAMPENOIS Validation Guillaume AUBRY Ind. Date Modification VP1 20/02/2013 Version intermédiaire avant réunion de travail avec le CS.

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Socotec en quelques mots 3 valeurs d engagement + 5 métiers structurants + 7 aes stratégiques

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Vers le label BBC dans l habitat existant

Vers le label BBC dans l habitat existant Collection DolceVita Solutions 4 Rénovation Economies Collection DolceVita Vers le label BBC dans l habitat existant GDF SUEZ DolceVita Axelle Lima axelle.lima@gdfsuez.com Tél. : +33 (0)1 56 54 47 88 Les

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir de la loi de finances 2012, des articles 200 quater, 200 quinquies,

Plus en détail

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques Copropriété du SENS UNIQUE Maintenance Exploitation Télégestion Etat des lieux : LE SENS UNIQUE 10 bâtiments - 137 logements Années de

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange en gîte touristique Localisation : Gîte

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Articles L 271-4 à 6 R 271-1 à 4 du Code de la Construction et de l Habitation

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Articles L 271-4 à 6 R 271-1 à 4 du Code de la Construction et de l Habitation Dossier n 2010-12-1999 Date : 19/12/2010 Propriétaire : MME & MR PRINZHOFER CABINET D EXPERTISE AGENDA 56 18, rue du Fort 56290 PORT LOUIS Tel : 02 97 82 58 17 - Fax : 02 72 22 12 43 Port : 06 14 29 46

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude Étude 2011 La rénovation énergétique des logements collectifs à

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE Le République 38 000 Grenoble - version du 22/09/2010 - SYNDIC FONCIA ANDREVON 15, Rue Lesdiguières BP 343 38 013 Grenoble Cedex 1 Diagnostic thermique et énergétique

Plus en détail

LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel

LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel 1. A QUOI CORRESPOND LA LETTRE (A,B G) SUR MON CERTIFICAT PEB? La lettre correspond à une consommation théorique qui se base sur les caractéristiques propres

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

Grenoble ZAC de Bonne

Grenoble ZAC de Bonne Grenoble Evaluation énergétique 2010/2011/2012 Séminaire, directeurs de coopératives d HLM janvier 2014 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Association créée en 1998 En

Plus en détail

Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012. 31 Mai 2012

Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012. 31 Mai 2012 Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012 31 Mai 2012 Plan Présentation d Ad3e Présentation de la mission d audit énergétique Présentation des résultats Présentation d Ad3e Qui sommes

Plus en détail

Transposition de l article 4 de la directive 2012/27/UE

Transposition de l article 4 de la directive 2012/27/UE Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages Transposition de l article 4 de la directive 2012/27/UE Stratégie à long terme pour mobiliser les investissements dans la rénovation du parc national

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Madame, Monsieur, Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Depuis plusieurs années, les trois Régions et l'etat fédéral ont travaillé au développement d'une procédure commune visant

Plus en détail

Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes

Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes Rapport final d étude énergétique BATIMENT C Affaire n 1IF92510074 Mai 2011 SAUNIER & Associés 205 avenue Georges Clemenceau F-92024 NANTERRE

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE La mise en œuvre BBC Formation pour entreprises IBSE 2 Les labels Maison bioclimatique Maison conçue pour bénéficier de tous les avantages du climat et du terrain ainsi que de la végétation environnante.

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Audit énergétique bâtiment

Audit énergétique bâtiment Audit énergétique bâtiment Maîtres d ouvrages & bureaux d études RAPPORT TYPE - JUIN 2011 N'imprimez que si nécessaire! Vous voulez imprimer certains passages de ce document? Demandez-vous si cela vous

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Société d Economie Mixte Energies POSIT IF : Promouvoir, Organiser, Soutenir et Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Ensemblier technique, financier

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

Maison QUATRE FAçades

Maison QUATRE FAçades Maison QUATRE FAçades Bruxelles Lieu : Woluwé-Saint-Lambert Typologie : Maison quatre façades DATE DE CONSTRUCTION : 1945-1946 DATE DE RENOVATION : 2008 -... Surface chauffee : 147 m² BESOIN DE CHAUFFAGE

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE DES COPROPRIÉTÉS : Quels leviers d action?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE DES COPROPRIÉTÉS : Quels leviers d action? AUDIT ÉNERGÉTIQUE DES COPROPRIÉTÉS : Quels leviers d action? Patrice COTTET 27/02/2013 Conférences Centrale Énergies à l Asiem Contexte Conférences antérieures axées sur la technique : on sait rénover,

Plus en détail

Acoustique et thermique

Acoustique et thermique Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule 2. Étude de systèmes constructifs 29 Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule Les bonnes solutions thermiques n améliorent pas forcément l acoustique!

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE Habitat, bureaux, commerces : le W conjugue les trois fondamentaux de l urbain. Dans cet esprit, Vauban Immobilier, Scharf Immobilier, GIPA et Rive Gauche CB Richard

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

La réglementation thermique 2012

La réglementation thermique 2012 «Questions d actualité!» 18/03/2011 La réglementation thermique 2012 Maria PEAN ADIL 91 Quentin HOFFER - Essonne info énergie/cg91 Maison départementale de l habitat 1 boulevard de l Ecoute-s il-pleut

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Horia Bali Bruxelles, le 7 octobre 2009 Aperçu des aides disponibles en RBC Les services

Plus en détail