«LES INÉGALITÉS DE REVENUS EN CHINE, UN FREIN À LA CROISSANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«LES INÉGALITÉS DE REVENUS EN CHINE, UN FREIN À LA CROISSANCE"

Transcription

1 Enseignants, Chercheurs, Experts sur l Asie et le Pacifique Scholars, Professors and Experts on Asia and the Pacific «LES INÉGALITÉS DE REVENUS EN CHINE, UN FREIN À LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ET À LA POURSUITE DE LA BAISSE DU TAUX DE PAUVRETÉ» Mylène GAULARD Centre d Économie de l université Paris Nord Thématique B : Nouveaux paradigmes de la mondialisation Theme B: New Globalisation Paradigms Atelier 02 : La croissance suffit-elle à faire reculer la pauvreté? Workshop 02: Is growth enough to reduce poverty? 4 ème Congrès du Réseau Asie & Pacifique 4 th Congress of the Asia & Pacific Network sept. 2011, Paris, France École nationale supérieure d'architecture de Paris-Belleville Centre de conférences du Ministère des Affaires étrangères et européennes 2011 Mylène GAULARD Protection des documents / Document use rights Les utilisateurs du site s'engagent à respecter les règles de propriété intellectuelle des divers contenus proposés sur le site (loi n du 1er juillet 1992, JO du 3 juillet). En particulier, tous les textes, sons, cartes ou images du 4 ème Congrès, sont soumis aux lois du droit d auteur. Leur utilisation, autorisée pour un usage non commercial, requiert cependant la mention des sources complètes et celle des nom et prénom de l'auteur. The users of the website are allowed to download and copy the materials of textual and multimedia information (sound, image, text, etc.) in the Web site, in particular documents of the 4 th Congress, for their own personal, non-commercial use, or for classroom use, subject to the condition that any use should be accompanied by an acknowledgement of the source, citing the uniform resource locator (URL) of the page, name & first name of the authors (Title of the material, author, URL). Responsabilité des auteurs / Responsability of the authors Les idées et opinions exprimées dans les documents engagent la seule responsabilité de leurs auteurs. Any opinions expressed are those of the authors and do.not involve the responsibility of the Congress' Organization Committee.

2 «LES INÉGALITÉS DE REVENUS EN CHINE, UN FREIN À LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ET À LA POURSUITE DE LA BAISSE DU TAUX DE PAUVRETÉ» Mylène Gaulard Centre d Économie de l université Paris Nord Introduction Avec un taux de croissance du PIB de 10,3% en 2010, la Chine paraît à l abri des dernières turbulences économiques internationales, et rien ne semble s opposer à la trajectoire de croissance suivie par ce pays depuis la fin de la décennie Encore plus spectaculaire que l évolution du PIB, nous souhaitons insister ici sur la baisse importante de la pauvreté, baisse qu aucun autre pays au monde n a expérimentée de manière aussi vive. Cependant, malgré les chiffres prometteurs que nous présenterons dans une première partie, une forte hausse des inégalités de revenus caractérise aussi actuellement la Chine et pourrait pénaliser sa croissance économique future ainsi que la poursuite de la chute de son taux de pauvreté, notamment en raison de la faible part que la consommation représente dans le PIB, point sur lequel nous insisterons dans une deuxième partie. L évolution de la pauvreté et des inégalités en Chine Une forte baisse de la pauvreté depuis 1978 L entrée progressive de la Chine dans l économie de marché depuis 1978 s accompagne d une baisse significative de la pauvreté au niveau national. Selon le seuil de pauvreté défini par la Banque mondiale, de 1,25 dollar PPA par jour, la part des pauvres dans la population chinoise est passée de 84% en 1981 à 8% en 2008, soit l équivalent de 835 millions de personnes en 1981 contre 106 millions en De même, si nous prenons les indicateurs du gouvernement chinois, selon lesquels est considérée comme pauvre toute personne n ayant pas les moyens de satisfaire ses besoins de base (essentiellement nourriture et logement), c est-à-dire toute personne gagnant moins de 200 yuans en 1985 et 1196 yuans en 2010, le nombre de pauvres a chuté encore davantage, de 125 à 21 millions de personnes, soit de 14,8% de la population totale à 2,7% (Davis et Feng, 2009). Figure 1 : Taux de pauvreté en Chine (moins de 1,25 dollars PPA par jour), en % de la population totale Source : Banque mondiale Cette évolution, accentuée durant la première partie de la décennie 1980 par l instauration du système de responsabilité des ménages permettant aux paysans de produire pour leur propre compte (Chen et Ravallion, 2004), est directement le résultat de la forte croissance du PIB qui caractérise le pays depuis trente ans. Le produit intérieur brut s accroît Mylène Gaulard / 2

3 en effet d une moyenne annuelle de 10% depuis la fin de la décennie 1970, ce qui représente une réussite jamais encore égalée dans le monde. Or, accompagnant cette croissance, le revenu moyen urbain s est élevé de manière extrêmement vive durant cette période, aidant des millions de personnes à sortir de la pauvreté Figure 2 : Revenu annuel moyen des ménages urbains en Chine (en yuans) Une croissance pourtant inégalitaire Malgré cette baisse de la pauvreté et une croissance économique avoisinant les 10% depuis trois décennies, le pays connaît pourtant l une des plus fortes hausses des inégalités de revenus au monde, avec notamment un indice Gini passant de 0,34 en 1981 à 0,48 en Cette évolution est la conséquence d un dualisme croissant opposant les villes et les campagnes chinoises (Kujis et Wang, 2005), ainsi que les travailleurs qualifiés et les non qualifiés (Dollar, 2007). Depuis la décennie 1990, le retrait progressif de l Etat de la sphère économique, engendrant des licenciements massifs dans les entreprises publiques suite à leur restructuration ainsi que la disparition du système de sécurité sociale national (Nhu Nguyen Ngo, 2006), accentue considérablement ces inégalités de revenus et les difficultés rencontrées par les ménages les plus modestes. 0,5 0,45 0,4 0,35 0,3 Figure 3 : Evolution de l indice Gini en Chine La remontée très rapide de l échelle industrielle et la sophistication de l appareil productif chinois excluent du partage des fruits de la croissance économique une part importante de la population n ayant pas accès à un niveau d éducation suffisant et à un emploi stable dans les secteurs industriels les mieux intégrés à la scène internationale. Le graphique ci-dessous nous révèle que les 20% les plus riches (premier quintile) de la population voient leurs revenus représenter une part croissante du revenu moyen national, contrairement à ceux Mylène Gaulard / 3

4 des catégories suivantes. Ces inégalités de revenus sont encore plus flagrantes au niveau de l opposition villes/campagnes, le revenu moyen dans les campagnes représentant 20% de celui des villes en 2009, contre plus de 40% en 1978 (China Statistical Yearbook, 2009). Figure 4 : Revenus annuels des différents quintiles, en % du revenu moyen national er quintile 2ème quintile 3ème quintile 4ème quintile 5ème quintile Figure 5 : Revenus annuels moyens ruraux et urbains en Chine, en yuans Revenus moyens annuels ruraux Revenus moyens annuels urbains Les problèmes engendrés par un niveau élevé d inégalités Les phénomènes de surproduction Cette évolution des inégalités n est pas sans conséquences néfastes pour l économie chinoise, et peut être considérée comme responsable d une part de plus en plus faible de la consommation nationale dans le PIB. L insécurité engendrée par l évolution économique du pays pousse les Chinois, et notamment les classes moyennes, à épargner pour des raisons de précaution environ 30% de leurs revenus, ce qui est un taux d épargne extrêmement élevé pour un pays émergent. Ce poids de l épargne des ménages chinois explique en partie que l épargne nationale atteigne un record mondial, avec 50% du PIB, et ce au détriment de la consommation qui est de 37% (contre environ 60% dans les pays développés ou dans des pays émergents comme le Brésil). De plus, si les classes moyennes épargnent une part importante de leurs revenus, il n en est évidemment pas de même pour les catégories les plus Mylène Gaulard / 4

5 pauvres dont la consommation reste très faible en raison de leurs bas revenus. Figure 6 : Evolution de la consommation des ménages en Chine (en % du PIB) Ces deux facteurs, les bas niveaux de revenus des plus pauvres et la constitution d une épargne de précaution pour les classes moyennes, sont responsables d une très faible consommation nationale à l origine d une déconnexion grandissante entre la demande intérieure et l offre de l appareil productif national qui ne peut trouver dans les exportations, représentant déjà 30% du PIB, un remède suffisant aux excédents de production. Bien que la Chine présente une population supérieure à un milliard d habitants, l industrie chinoise doit faire face à des phénomènes de surproduction récurrents et à des capacités de production oisives importantes. A la fin de la décennie 1990, dans la région du Guangdong, en plein essor industriel, 52% des 320 entreprises étudiées présentaient des taux d utilisation de leurs biens d équipement inférieurs à 40% (Minqi, 2004). Ces problèmes n ont fait que s accentuer durant la décennie En 2006, selon le ministre chinois du Développement national, Ma Kai, la capacité de production dans le secteur de l acier dépasse la demande de 120 millions de tonnes, et dans le secteur du charbon, on observe une production excédentaire de 100 millions de tonnes. De même, du fait de la faiblesse de la demande effective, les capacités de production oisives, représentant plus de 50% de l ensemble des capacités de production au milieu de la décennie 2000, sont toujours de 10% supérieures dans le secteur des biens de consommation à celles présentes dans le secteur des biens d équipement (Yanrui, 2004, p.84-85). La baisse du taux de profit dans l appareil productif Ces phénomènes de surproduction et les capacités de production oisives liées à l insuffisance de la demande nationale pèsent sur la rentabilité de l appareil productif chinois. Depuis la décennie 2000, un débat oppose pour cette raison des économistes de la Far Eastern Economic Review au sujet de la baisse du taux de profit qui serait compensée ou non par une hausse de la masse de profit liée à l accroissement de la production et des ventes sur le marché extérieur. On observe ainsi une élévation de la masse de profit, alors que le taux de profit ne cesse de baisser, et pour certains auteurs (Hofman et Kujis, 2006), une telle situation serait plutôt bénéfique, seule la masse des profits bénéficiant d une réelle importance. Cependant, cette augmentation de la masse de profit s accompagne de la présence de capacités de production oisives considérables, et la baisse du taux de profit rend incertaine la poursuite du processus d accumulation (Weijian, 2006). Selon nos dernières recherches, c est d ailleurs cette baisse du taux de profit qui est à Mylène Gaulard / 5

6 l origine du gonflement d une bulle immobilière en Chine (Gaulard, 2009). Plutôt que de favoriser le développement d un appareil productif qui apparaît de moins en moins rentable, investisseurs et banquiers préfèrent placer leurs revenus dans le secteur de l immobilier, et plus modestement dans la finance, ce qui explique qu une part considérable des milliardaires chinois soit constituée actuellement de grands promoteurs immobiliers : selon l Asia Pacific Wealth Report 2010, ces derniers représentaient 18% des milliardaires chinois en 2008, contre 27% en Cette situation apparaît dangereuse, car la bulle immobilière pèse encore davantage sur la consommation des ménages les plus modestes 1 et renforce les inégalités, tout en faisant reposer la croissance sur une base spéculative très instable. Pour cette raison, le gouvernement chinois a tout intérêt à tenter de réduire les inégalités de revenus pour éviter de se confronter à une prochaine crise économique remettant en question la croissance ainsi que la poursuite de la baisse du taux de pauvreté. Néanmoins, il est très difficile pour le gouvernement central de résoudre le problème d insuffisance de demande, un problème risquant pourtant de remettre en cause le cheminement économique de la Chine, et ni la réforme du système de sécurité sociale ni une hausse des salaires au niveau national ne semblent être des solutions réellement pertinentes : la première paraît difficilement applicable en raison d un niveau déjà très élevé de la dette des autorités locales, dépassant les 20% du PIB et étant en grande partie insolvable 2, et la deuxième pèserait encore davantage sur la rentabilité de l appareil productif qui est grevée, certes, par un niveau élevé de capacités de production oisives, mais qui se confronte aussi à une baisse de la productivité du capital qui doit absolument être compensée par une pression sur les salaires (Gaulard, 2009). Conclusion Malgré une baisse importante de la pauvreté observée en Chine depuis la fin de la décennie 1970, le pays connaît l une des plus forte hausse des inégalités de revenus au monde, avec notamment un indice Gini passant de 0,34 en 1981 à 0,48 en Outre les conflits sociaux que cette situation engendre, la structure sociale de plus en plus inégalitaire de la Chine pénalise considérablement la consommation, aussi bien en raison de la constitution d une épargne de précaution par les ménages chinois soucieux de leur avenir que du fait de la présence de revenus très faibles pour les ménages les plus pauvres empêchant ces derniers d accéder aux biens de plus en plus sophistiqués de l appareil productif chinois. La consommation nationale, représentant moins de 40% du PIB (contre une part de 60% dans les pays développés ou émergents comme le Brésil), n est pour cela pas suffisante pour absorber les excédents de production de l appareil productif, ce qui grève la rentabilité industrielle. Contrairement à une idée aujourd hui largement répandue, l économie chinoise connaît de sérieuses difficultés qui devraient peser sur sa croissance future et la poursuite de la baisse de son taux de pauvreté, et ce quelles que soient les mesures prises par le gouvernement. La croissance n est donc pas suffisante en elle-même pour faire baisser durablement le taux de pauvreté. Il faut encore que cette croissance s accompagne d une structure socio-économique plus égalitaire, encourageant la consommation et la formation d un vaste marché intérieur, ce qui n est définitivement pas le cas en Chine et nous fait 1 D après Lu Gao (2010), alors que l indice prix de l immobilier/revenus atteint 20 dans les grandes villes chinoises, ce ratio n est que de 2,45 pour les 20% les plus riches, contre 22,69 pour les 20% les plus pauvres (contre, respectivement, une moyenne de 5,6 et 9,7 dans le reste du monde). 2 Selon la Direction des Relations Economiques Extérieures (DREE), les prêts aux véhicules de financement des gouvernements locaux ont fortement augmenté ces dernières années, bien que leur montant total soit difficilement évaluable, et les créances douteuses potentielles de ces établissements pourraient atteindre 2000 milliards de yuans (300 milliards de dollars), c est-à-dire 26% de l ensemble des créances. Mylène Gaulard / 6

7 conclure sur le fait que la croissance chinoise ainsi que la baisse du taux de pauvreté reposent actuellement sur des bases très fragiles. Bibliographie Chen S., Ravallion M., «How have the world s poorest fared since the early 1980s?», World Bank Research Observer, vol. 19, n 2, automne, 2004 Davis D., Feng W., Creating wealth and poverty in postsocialist China, Stanford University Press, Stanford, 2009 Dollar D., «Poverty, inequalities and social disparities during China s economic reform», World Bank Policy Research Paper, n 4253, juin, 2007 Gaulard M., «Les limites de la croissance chinoise», Revue Tiers-Monde, IEDES, Paris, n 200, décembre, 2009 Hofman B., Kujis L., «Profits drive China s boom», Far Eastern Economic Review, octobre, 2006 Kujis L., Tao Wang, «China s pattern of growth : moving to sustainability and reducing inequality», China and the World Economy, vol. 14, n 1, janvier-février, 2005 Lu Gao, «Achievements and challenges : 30 years of housing reforms in the People s Republic of China», Asian Development Bank Working Paper, n 198, avril, 2010 Minqi L., «Aggregate demand, productivity, and disguised unemployment in the Chinese Industrial Sector, World Development, Vol. 32, n 3, octobre, 2003 Nhu Nguyen N., «Chine : bilan social contrasté d un formidable essor», BNP Paribas, Conjoncture, juillet, 2006 Weijian S., «China s low-profit growth model», in Far Eastern Economic Review, novembre, 2006 Yanrui W., China s economic growth : a miracle with chinese characteristics, Routledge, Londres, 2004 Mylène Gaulard / 7

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 La question sociale globale et les migrations Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 1. Nous connaissons un moment sans précédent de victoire contre la pauvreté 2.

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Capital in the twenty- First Century

Capital in the twenty- First Century Capital in the twenty- First Century 21 2013 9 2014 3 19 20 20 21 Capital in the twenty-first Century 20 19 18 20 80~90 World top income Database 1/4 1/4 XVi 20 90 2000 2010 / / 90% 100% 20 90 1/3~1/2

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION?

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION? Le marché chinois des fusions-acquisitions offre chaque année davantage d opportunités aux investisseurs étrangers: en 2010, le montant de transactions impliquant des entreprises étrangères s élevait à

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Keynote Item Original citation: Originally presented at UNESCO DKN project steering group meeting, 29 June 2006, Paris, France [Name of

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La finance, facteur d inégalités

La finance, facteur d inégalités La finance, facteur d inégalités Olivier GODECHOT Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Croissance à crédit. Vladimir Borgy *

Croissance à crédit. Vladimir Borgy * Croissance à crédit Vladimir Borgy * p. 5-15 L économie mondiale a connu en 2004 une conjoncture exceptionnelle, la croissance annuelle au rythme de 5 % est la plus forte enregistrée depuis 1976 et résulte

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

L équilibre épargne-investissement en Chine et ses enjeux pour l économie mondiale

L équilibre épargne-investissement en Chine et ses enjeux pour l économie mondiale L équilibre épargne-investissement en Chine et ses enjeux pour l économie mondiale Julia GUÉRIN Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service d Études macroéconomiques et de Synthèses

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

La jeunesse française a-t-elle encore un avenir?

La jeunesse française a-t-elle encore un avenir? La guerre des générations n aura pas lieu La jeunesse française a-t-elle encore un avenir? Nicolas Bouzou Économiste La campagne présidentielle n a fait qu effleurer la question de la jeunesse. Certes,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions.

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. Annexes sur l économie grecque Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. 1. L endettement des ménages 2. Le poids

Plus en détail

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%)

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%) Séance n 8. TD Tableau n 1. La décomposition du revenu national en 2009 Montant (milliards d euros) Part (%) Revenus d activité salariaux 1014,3 73% Revenus de la propriété 281,1 20% Revenu d activité

Plus en détail

LES INÉGALITÉS s accroissent dans

LES INÉGALITÉS s accroissent dans EMPLOI Le POUVOIR et le PEUPLE Florence Jaumotte et Carolina Osorio Buitron LES INÉGALITÉS s accroissent dans de nombreux pays avancés depuis les années 80, essentiellement par suite de la concentration

Plus en détail

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS N 18 JUIN 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS COURANTS SE DÉGRADE-T-IL DEPUIS PLUS DE 1 ANS? Le solde extérieur courant de la France

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013)

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013) Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 213) 1. Exposé des motifs et référentiels internationaux. La circularité des concepts

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF COMMUNIQUÉ PARIS, LE 12 FEVRIER 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF Préambule : le présent communiqué s inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire

Plus en détail

Plus ou moins. Loin de s atténuer comme on l escomptait, les inégalités de revenu se sont accentuées depuis un quart de siècle.

Plus ou moins. Loin de s atténuer comme on l escomptait, les inégalités de revenu se sont accentuées depuis un quart de siècle. Plus ou moins Loin de s atténuer comme on l escomptait, les inégalités de revenu se sont accentuées depuis un quart de siècle Branko Milanovic 6 Finances & Développement Septembre 2011 INÉGALITÉ L INÉGALITÉ

Plus en détail

Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy

Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy MPRA Munich Personal RePEc Archive Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy Jean Blaise Nlemfu Mukoko Departement d économie, Université de kinshasa, Groupe de

Plus en détail

Le modèle de croissance marocain : opportunités et vulnérabilités

Le modèle de croissance marocain : opportunités et vulnérabilités Juin 214 / N o 14 Macroéconomie & développement Introduction Depuis la crise financière internationale de 28, les pays de la région du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord (Middle East and North Africa,

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank BIM n 114-3 avril 2001 Karin BARLET Le crédit-bail ou leasing est une opération simple, pratiquée depuis longtemps dans de nombreux pays. Aujourd hui

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États?

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Nicolas Marceau, CIRPÉE et UQÀM mai 2003 Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? 1 Plan de la présentation 1. Équivalence ricardienne 2.

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Le poids des banques étrangères en Belgique: questions/réponses

Le poids des banques étrangères en Belgique: questions/réponses Visitez notre site web: http://www.pechesbancaires.eu Le poids des banques étrangères en Belgique: questions/réponses Philippe Lamberts, Député européen Ecolo - Date: 22.04.2013 1. Comment le paysage bancaire

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Rachat d actions : les raisons d un engouement

Rachat d actions : les raisons d un engouement Rachat d actions : les raisons d un engouement Maher Abdia Chercheur au groupe ESC Troyes Sabri Boubaker Professeur associé au groupe ESC Troyes, chercheur à l Institut de recherche en gestion de l université

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail