Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1"

Transcription

1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit un niveau similaire à celui constaté en La croissance trimestrielle a surtout été soutenue par des évènements ponctuels qui lui ont parfois permis de ne pas être négative. - Au premier trimestre, la croissance du PIB a été nulle. Les dépenses de consommation des ménages ont été quasiment stables (+0,1 % après -0,1 % fin 2011) et ce malgré la consommation d énergie liée à la vague de froid de février (+7,5 %). L investissement des entreprises s est replié au début de l année (-1,5 % après +1,7 % fin 2011). - Au deuxième trimestre, le PIB a reculé de 0,1 %. Alors que l investissement des entreprises a légèrement progressé (+0,6 %), les dépenses de consommation des ménages ont reculé de 0,2 %. - Au troisième trimestre, le PIB s est faiblement accru (+0,1 %). Les dépenses de consommation des ménages (+0,2 % dont +3,9 % en achats de vêtements liés aux soldes d été) et surtout les exportations ont soutenu la croissance. En effet, les ventes de matériels de transport ont fortement rebondi (+7,4 % après -0,7 %) tirées par les ventes aéronautiques et spatiales (évaluées à 5 milliards d euros). L investissement des entreprises a reculé de 0,6 %. - Au quatrième trimestre, le PIB s est replié de 0,2 % : aussi bien les ménages que les entreprises ont fait preuve de prudence puisque la consommation a diminué de 0,1 % et l investissement des entreprises a reculé de 0,3%. Seules les dépenses de consommation du secteur public ont soutenu la croissance (+0,4 %). Ainsi, la croissance pour 2012 est estimée à + 0,1 % après une hausse de 1,7 % en 2011 et de 1,6 % en Ce rythme de croissance pourrait être le nouveau «standard» de l économie française. En effet, si on analyse la croissance des années 2010 et 2011, on s aperçoit qu il s agit d une «croissance de rattrapage» soutenue par le plan de relance, après une année 2009 marquée par un fort recul (-3,1 %). Si l économie française peine à retrouver un rythme de croissance comparable à celui qu elle connaissait avant la crise (+2 % en moyenne entre 2000 et 2007), c est surtout parce qu elle ne bénéficie d aucun soutien tangible. En outre, le niveau d endettement public ne laisse aucune marge de manœuvre budgétaire. Au troisième trimestre 2012, la dette publique a atteint 1818,1 milliards d euros, soit une baisse de 14,5 milliards d euros. Elle se situe désormais à 89,9 % du PIB (contre 91,1 % au trimestre précédent). La dette oscille, ainsi, autour du seuil de non solvabilité (90 % du PIB). Il faut donc craindre que la charge de la dette progresse plus rapidement que la croissance et 1 Les données suivantes, sauf mention contraire, proviennent du point de conjoncture de l INSEE paru en décembre

2 les recettes, entrainant un effet «boule de neige». D ailleurs, la détention de la dette par les nonrésidents a tendance à diminuer depuis juin 2011, ce qui peut refléter une certaine défiance des investisseurs vis-à-vis de la dette publique française. Dans un contexte de réduction de l endettement public, les moteurs de la croissance sont à l arrêt aussi bien au niveau interne, qu externe. Au niveau des ménages Le moral des ménages a été maussade durant toute l année 2012 : l indicateur correspondant s est situé en dessous de sa moyenne de longue période. Toutefois, on constate un effet «élection présidentiel» : l indicateur s est accru de manière quasiment régulière entre les mois de janvier et de mai. Sitôt passées les élections, cet indicateur s est brusquement retourné. Les ménages estiment, en effet, que leur niveau de vie se dégrade : le chômage pèse fortement sur ce ressenti. - Un chômage en forte augmentation Le nombre chômeur inscrits à Pôle Emploi en catégorie A, B, C, n a cessé de s accroître depuis 2 ans pour atteindre fin 2012, 4,617 millions de personnes soit une hausse de 9,2 % en un an. Il s agit du niveau le plus élevé depuis que cette statistique existe, c'est-à-dire depuis janvier Ce qui est le plus préoccupant, c est l augmentation quasi constante (+0,9 % par mois) du nombre de personnes inscrites en catégorie A, c'est-à-dire celle rassemblant les personnes n ayant aucun emploi. La barre des 3 millions de chômeurs a même été franchie à partir du mois d août et à la fin du mois de novembre, cette catégorie comptabilisait 3,1333 millions de personnes. Ce niveau n avait pas été atteint depuis janvier Par ailleurs, le chômage au sens du Bureau International du Travail (BIT) a atteint 9,8 % de la population active (contre 9,2 % en 2011). Il s agit de son niveau le plus élevé depuis qui se répercute sur la consommation et sur l épargne Deux facteurs ont pesé sur le pouvoir d achat : le chômage et, dans une moindre mesure, le niveau des prix. Celui-ci a augmenté de 2 % en moyenne sur l année 2012 (après +2,1 % en 2011). Parallèlement, la hausse du chômage et le manque de perspectives ont réduit la progression des salaires : en juin 2012, le salaire mensuel de base de l'ensemble des salariés a été stable (+0,5 % sur trois mois). Par conséquent, la baisse du pouvoir d achat par unité de consommation s est accélérée en 2012 (-0,8 % en 2012 après -0,1 % en 2011). Dans un tel contexte, les ménages ont adopté un comportement prudent. La consommation totale a été stable en 2012 après une très légère hausse en 2011 (+0,2%). Elle a surtout fait l objet d arbitrage : - Au premier trimestre, les ménages ont arbitré entre les différents postes de consommation en privilégiant les dépenses en énergie liée à la vague de froid de février (+7,5 %) au détriment des produits manufacturés (-0,7 %). - En l absence de facteur stimulant et du fait du ralentissement des dépenses en énergie (+3,4%), les dépenses de consommation ont reculé de 0,2 % au deuxième trimestre La consommation totale s est légèrement accrue au troisième trimestre (+0,2 %) du fait du rebond des achats de vêtements liés aux soldes d été (+3,9 % après -5,9 % au deuxième trimestre). - Au quatrième trimestre, la consommation des ménages se replierait de 0,1 %. Tous les postes seraient touchés, ce qui reflète la prudence des ménages

3 Parallèlement, les ménages maintiennent une épargne de précaution : le taux d épargne atteint 16,1 % en 2012 après 16,2 % en Il s agit de l un des taux les plus hauts depuis le début des années Au niveau des entreprises Trois éléments ont pesé sur les décisions des entrepreneurs : - Le climat des affaires au plus bas depuis 2009 Le manque de perspectives d activité ainsi que l atonie de la consommation et la hausse anticipée des prélèvements obligatoires ont pesé sur le climat des affaires. L indicateur correspondant a baissé de manière quasiment constante depuis avril 2012 et a atteint en octobre son niveau le plus bas depuis Il faut noter que tous les secteurs sont touchés par cette dégradation. Parallèlement, en 2012, 84,5 % des gérants de PME (après 76 % en 2011) se sont dits inquiets au sujet de la conjoncture actuelle, soit un indicateur à son plus haut niveau depuis la création du baromètre KPMG-CGPME : o Bien que la pression sur les coûts ait tendance à se relâcher, elle a concerné 58,5 % des PME en 2012 (contre 64 % en 2011). o La perte de chiffre d affaires reste l une des difficultés de plus en plus souvent évoquées par les chefs d entreprise : en 2012 elle a été citée par 46,3 % des chefs d entreprise contre 40 % en Le taux de marge des sociétés non financières au plus bas depuis 1985 En 2012, le taux de marge des sociétés non financières continue de se réduire : il a atteint 28,2 % contre 28,5 % en 2011, soit son niveau le plus bas depuis Il faut noter que dans le même temps les prélèvements obligatoires se sont accrus de 0,1 point en un an pour s établir à 44,9 % en L accès au financement est toujours difficile pour les PME En 2012, 69,5% des dirigeants de PME ont subi au moins une mesure de restriction sur leurs conditions de financement (après 71 % en 2011). De même, si d après les enquêtes de la Banque de France, les critères d octroi des crédits aux entreprises n ont pas changé durant l année, ils n ont pas non plus été assouplis. Par ailleurs, les établissements bancaires font face à une stagnation de la demande de crédit, ce qui peut signaler l inertie de l activité des entreprises. En conséquence de ces difficultés, le nombre de défaillances s est maintenu à un niveau élevé : en 2012, défaillances d entreprises ont été comptabilisées, après pour l ensemble de l année Depuis la forte augmentation du nombre de défaillances en 2009 (+ 14 % par rapport à 2008), les défaillances peinent à se replier. En 2012, elles se sont même accrues de 2,4 % (contre une baisse de 1 % en 2011). Dans un tel contexte, les entrepreneurs ont dû freiner la production et reporter leurs plans d investissement. - L indice de la production industrielle, a reculé de 2,2 % en 2012 compensant la hausse observée en 2011 (+1,7 %) retrouvant, son niveau de De même, le taux d utilisation des capacités de production 2 marque le pas à partir du mois d avril Pour l ensemble de l année 2012, ce taux s élève à 80 % contre 82,3 % en 2011 et 85 % en moyenne. Il s agit de l un des taux les plus bas depuis que la statistique existe (1976). La production globale a fortement ralenti en 2012 (+0,3 % contre +1,9 % en 2011). 2 Il s agit des capacités de production effectivement mobilisées pour la production par rapport à l'ensemble des capacités de production potentiellement disponibles

4 - Dans le même temps, les entreprises ont réduit leurs stocks en 2012 ce qui a pesé sur la croissance : la contribution des stocks à la croissance s est établie à -0,9 % (contre +0,8 % en 2011). - Parallèlement, les entrepreneurs ont été prudents en matière d investissement. La formation brute de capital fixe recule de 0,2 % en 2012 après une hausse de +5,1 % en La croissance en 2012 a été marquée par un environnement européen défavorable A la fin de l année 2012, le commerce mondial a ralenti : après s être contracté au troisième trimestre 2012 (-0,2 % après +0,5 %), le commerce mondial aurait stagné au quatrième trimestre. Sur l ensemble de l année 2012, la progression des échanges se limiterait à +2,0 % contre +5,8 % en En 2012, le déficit du commerce extérieur a atteint 64,926 milliards d euros, soit une amélioration du solde de 13 %, ce qui ne permet pas de compenser le creusement du déficit de 42 % observé en Cette évolution est liée au fait que : - D une part les exportations ont été tirées par des événements ponctuels tels que les livraisons aéronautiques et spatiales en septembre. En observant l année dans son ensemble, on constate que la progression des exportations a été plus modérée qu en 2011 (+4 % en 2012 après +9 % en 2011). - D autre part, les importations ont nettement ralenti au cours de l année (+1 % en 2012 après +13 % en 2011), en particulier depuis le mois de septembre : le fait que les importations n aient quasiment pas évolué correspond au ralentissement de la consommation interne. La zone euro est toujours soumise à d importantes tensions sur le marché des dettes souveraines. La crise espagnole est venue se greffer sur la crise grecque alors que celle-ci n était pas encore résolue. Cette succession de crises a impacté la crédibilité de la zone euro, contraignant ses membres à mettre en place des plans de rigueur drastiques. Ainsi, l activité économique de nos partenaires commerciaux a été de nouveau peu dynamique : Croissance 2012 Taux de chômage au 31 octobre Consommation 3ème trimestre ZONE EURO Royaume- Uni France Espagne Allemagne Italie -0,4 % -0,3 % +0,2 % -1,4 % +0,8 % -2,3 % 11,7 % 7,8 % 10,7 % 26,2 % 5,4 % 11,1 % -1,3 % +2,2 % -0,2 % -2,3 % -0,2 % -3,8 % Source: EUROSTAT

5 2013 : des ressemblances avec 2009, les marges de manœuvre en moins La croissance pour l année 2013 est évaluée à 0,1%, l INSEE tablant sur une stabilisation de l activité au début de l année. En 2013, les ménages, les entreprises et l Etat devront affronter deux chocs alors que leurs marges de manœuvre sont extrêmement réduites. Choc de la rigueur L objectif du gouvernement est de ramener le déficit public à 3 % du PIB. Ainsi, depuis plus d un an, les plans de rigueur successifs se sont élevés à 45 milliards d euros, soit 2,2 % du PIB 3. De même, pour 2013, le taux de prélèvement obligatoires atteindrait 46,3 % en 2013 après 44,9 % en Il s agit du taux le plus élevé depuis Or, les moteurs internes de la croissance sont grippés et rien ne prévaut la croissance pour réduire durablement le déficit. La consommation des ménages continuera d être marquée par l attentisme et la précaution : la hausse des dépenses de consommation des ménages sera d ailleurs très légère (+0,1 %). Quasiment tous les secteurs seront impactés par cette prudence. Si on peut éventuellement s attendre à ce qu au mieux le taux chômage et l inflation soient stables, la croissance des prélèvements obligatoires viendra contrecarrer cet effet positif et réduire le pouvoir d achat des ménages. Les autorités publiques estiment que la ponction sur l épargne permettra de stimuler la consommation. Or, comme en 2012, cette ponction sera partielle : les ménages à fort revenu pourraient désépargner pour faire face au choc fiscal. Toutefois, la ponction sur l épargne servant à couvrir le choc fiscal, cela ne correspond en rien à de la consommation. De même, ce mouvement sera compensé par la hausse de l épargne de précaution des ménages appartenant à la classe moyenne. Ainsi, la baisse du pouvoir d achat et la volonté de maintenir une épargne de précaution auront raison de la consommation globale des ménages Le niveau d inflation pourrait être déterminant : comme par le passé, tout ralentissement de l inflation sera épargné. C est cette épargne marginale qui servira à ajuster les dépenses de consommation. Parallèlement, les entreprises sont à bout de souffle et elles adoptent, elles aussi, un comportement prudent et attentiste. Même si l on suppose qu au mieux le taux de marge se stabilisera à son niveau actuel, historiquement bas, le manque de perspectives d activité ainsi que la pression fiscale auront pour conséquence l atonie de la production, qui sera stable en 2013, le recul de l investissement (-0,4 %) et la hausse des défaillances. Actuellement, le nombre de défaillances est si élevé qu on peut estimer que les entreprises demeurant actives sont parmi les plus résistantes, que ce soit, par exemple, au niveau de leur capacité de financement ou encore de la préservation de leur marge. Toutefois, ce sont ces entreprises qui vont subir une nouvelle fois la rigueur, ébranlant leur résistance. Ainsi, l objectif des entreprises en 2013 sera la préservation de leur taux de marge, évalué à 28,6 % pour 2013, après quatre années de crises. En outre, étant donné les aléas entourant le budget, on peut supposer que la prévision de croissance sur laquelle est basé le PLF 2013 (+0,8 % contre +0,1 % selon l INSEE) fera l objet de nombreuses 3 Données XERFI décembre Conseil des prélèvements obligatoires

6 révisions. Or, chaque révision à la baisse engendre des millions d euros supplémentaires à la charge des entreprises provoquant un recul de leur rentabilité. Par conséquent, le repli de l investissement, de la production des entreprises ainsi que le report des plans d embauches éloignent toute perspective de reprise à court terme : le cercle vicieux observé en 2012 continuera d opérer au niveau national amplifié par la hausse des prélèvements obligatoires. D autant plus que sur le plan extérieur, la France devra subir un nouveau choc de compétitivité. Choc de compétitivité Au premier semestre 2013, le commerce mondial pourrait légèrement rebondir (+0,6 % au cours des deux premiers trimestres 2013 contre -0,2 % au dernier trimestre 2012) soutenu par l accélération des économies émergentes. Toutefois, la demande de nos partenaires européens ne retrouverait pas son rythme de croissance moyen de long terme. En effet, un cercle vicieux, similaire à celui qui s applique en France, opère dans de nombreux pays européens où la croissance sera donc ténue : même l Allemagne fera les frais de ce manque de vigueur. Croissance 2013 ZONE EURO Royaume- Uni France Espagne Allemagne Italie -0,2 % +0,6 % +0,1 % -1,4 % +0,5 % -0,8 % Pour la deuxième partie de l année 2013, le commerce international pourrait repartir progressivement. Toutefois, certains de nos partenaires européens auront renforcé leur compétitivité du fait du recul des coûts salariaux lié aux politiques de rigueur. Ainsi la France serait moins compétitive non seulement relativement à l Allemagne, mais aussi relativement à d autres pays européens, notamment l Espagne. De nouvelles parts de marché à l exportation seront donc perdues. Au total, la contribution du commerce extérieur à la croissance resterait nulle début

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

PME Wallonie-Bruxelles

PME Wallonie-Bruxelles UCM National asbl Situation au 2 e trimestre 2015 PME Wallonie-Bruxelles Charlie TCHINDA Economiste - Statisticien Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses d un panel d indépendants

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Achèvement des travaux de rénovation des chambres et résultat brut en augmentation de 15.6%. Les perspectives s annoncent positives pour le second semestre. Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Voici

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget Les finances publiques québécoises 1 Germain Belzile 2 Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget prévoyant, pour l année financière 1998-1999, un déficit de $2,2 G 3.

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015 L Tableau de bord mensuel Mai 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 Niveau : 1 ère ES. Proposé par Thomas Blanchet, Ecole des Pupilles de l Air, 38332 SAINT ISMIER. Juillet 2005 Blanchet.Thomas@wanadoo.fr INDICATIONS. Objectifs.

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 151-14 11 février 9 - n 44 INSEE 9 Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture* Janvier 9 Thème «International» DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE** Au quatrième

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 25 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mardi 29 janvier 2013-1 Les faits marquants

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan?

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan? Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et statistiques sectorielles Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études microéconomiques et structurelles

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail