Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique"

Transcription

1 BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier Série dessaisonalisée et lissée Série dessaisonalisée brute Le baromètre de conjoncture est la synthèse des courbes de conjoncture de l industrie manufacturière, du gros oeuvre de bâtiments, du commerce et des services aux entreprises. Communiqué de presse du 24 janvier 212: Le baromètre de conjoncture de la Banque nationale de Belgique a légèrement progressé en janvier, pour le deuxième mois consécutif. Le raffermissement de la confiance des entrepreneurs est principalement imputable à l amélioration notable du climat des affaires dans les services aux entreprises. Dans cette branche, les perspectives relatives à l activité se sont particulièrement redressées. Dans la construction, une deuxième hausse successive, certes limitée, a été observée, alors que, dans le commerce, la conjoncture s'est affaiblie, après s'être sensiblement renforcée le mois dernier. Dans l industrie manufacturière, l'indicateur s'est quasiment stabilisé. Après s'être contracté lors des deux trimestres précédents, le taux d utilisation des capacités de production dans l industrie manufacturière n'a pas varié en janvier. Corrigé des variations saisonnières, il a atteint 78,4 % en janvier, comme en octobre. La courbe synthétique globale lissée, qui indique la tendance conjoncturelle sous-jacente, reste orientée à la baisse. Le rythme de recul s est néanmoins ralenti.

2 CHIFFRES CLÉS DE LA CONJONCTURE BELGE I. ENTREPRISES Évolution conjoncturelle et produit intérieur brut JANVIER Variations en pourcentage du PIB en volume par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente (échelle de gauche) Baromètre conjoncturel de la BNB (échelle de droite) 2 1 Confiance des entrepreneurs - industrie manufacturière 1 Courbes synthétiques selon la catégorie de biens Courbe synthétique de l'industrie - Belgique Industrial confidence indicator - Europe Biens intermédiaires Biens de consommation Biens d'équipement Capacités de production et investissements estimation Degré d'utilisation des capacités de production en pourcentage (échelle de droite) Pct. de variation annuelle des investissements à prix courant (échelle de gauche) Obstacles à la production Manque de personnel qualifié (échelle de droite) Insuffisance d'équipements (échelle de droite) Insuffisance de la demande (échelle de gauche) Commandes intérieures de biens d'équipement Confiance des entrepreneurs - secteur des services Courbes synthétique des services aux entreprises - Belgique Services confidence indicator - Europe Sources: BNB - Enquêtes sur la Conjoncture - Comptes Nationaux, Commission Européenne, DG-ECFIN

3 CHIFFRES CLÉS DE LA CONJONCTURE BELGE JANVIER Confiance des entrepreneurs - construction 1 Secteurs de la construction Courbe synthétique de l'ensemble de la construction - Belgique Construction confidence indicator - Europe Gros oeuvre de bâtiments Travaux routiers et de génie civil Prévisions des missions auprès des architectes Confiance des entrepreneurs - commerce Bâtiments résidentiels Bâtiments non-résidentiels Courbe synthétique commerce - Belgique Retail trade confidence indicator - Europe Prévisions d'emploi par secteur Appréciations des conditions de crédit par les entrepreneurs Q1 Q2 Q3 Q4 Q1 Q2 Q3 Q4 Q1 Q2 Q Q Construction Services aux entreprises Favorable Neutre Défavorable II. CONSOMMATEURS Confiance des consommateurs Confiance des consommateurs et consommation privée Indicateur de confiance des consommateurs - Belgique (échelle de gauche) Consumer confidence indicator - Europe (échelle de droite) Variations en pourcentage de la consommation privée en volume par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente (échelle de droite) Indicateur de confiance des consommateurs - Belgique (échelle de gauche) Sources: BNB - Enquêtes sur la Conjoncture - Comptes Nationaux, Commission Européenne, DG-ECFIN

4 Banque nationale de Belgique Enquêtes sur la conjoncture CONFIDENTIEL Commentaire relatif à l enquête sur la conjoncture de janvier 212 Suite à la révision méthodologique d'avril 29, la courbe synthétique des différentes branches d'activité se base dorénavant sur une sélection de questions qui varie entre trois et quatre selon la branche d'activité: - pour l'industrie manufacturière: appréciation du carnet de commandes total, appréciation du niveau des stocks de produits finis, prévisions d'emploi et prévisions de demande; - pour les services aux entreprises: appréciation de l'activité, prévisions d'activité et prévisions de demande générale; - pour la construction: évolution du carnet de commandes, évolution du matériel utilisé, appréciation du carnet de commandes total et prévisions de demande; - pour le commerce: prévisions de demande, prévisions des commandes auprès des fournisseurs et prévisions d'emploi. Dans ce présent commentaire, le résumé relatif à chaque branche d'activité se limite désormais aux questions reprises dans la courbe synthétique. L'ensemble des questions de l'enquête sont détaillées par la suite, en distinguant les évolutions récentes, les appréciations et les prévisions. Dans l'industrie manufacturière, la confiance des entrepreneurs s'est pratiquement stabilisée en janvier. Les appréciations portées tant sur le carnet de commandes total que sur le niveaux des stocks sont restées quasi inchangées. En ce qui concerne les prévisions, les entreprises prévoient d'une part, de faire davantage appel au personnel et d'autre part, elles se montrent à nouveau un peu plus pessimistes quant à la demande des clients. Le taux d'occupation des capacités de production est resté inchangé en janvier, après s'être inscrit en recul durant deux trimestres d'affilée, et a ainsi atteint, après correction des variations saisonnières, 78,4 %. La part d'entreprises signalant une insuffisance de demande comme principal obstacle à une pleine utilisation des capacités de production a toutefois continué de s'accroître passant de 63 % en octobre à 67 % en janvier. Au niveau sectoriel, des mouvements divergents ont été observés en janvier. D'une part, le climat conjoncturel s'est embelli dans les industries graphique, des métaux non ferreux, de la transformation du bois, des textiles et, dans une moindre importance, dans les industries technologique et des papiers et cartons. D'autre part, le climat des affaires s'est assombri dans la production de matériaux de construction, dans les industries de la sidérurgie, de la chimie, du plastique et de l'alimentation. Evolutions Dans l'ensemble de l'industrie manufacturière, le rythme de production a continué de s'accélérer en janvier. La production s'est fortement amplifiée dans l'industrie des métaux non ferreux, dans les divers secteurs des matériaux de construction, dans les industries de la sidérurgie, graphique et, plus modérément, dans l'industrie technologique. Par contre, l'activité s'est considérablement repliée dans les industries de l'alimentation, des papiers et cartons, du plastique, des textiles et, de façon plus atténuée, dans l'industrie de la transformation du bois. Dans l'industrie de la chimie, la production s'est pratiquement stabilisée. Dans l'ensemble, les demandes belge et étrangère ont reculé. Les deux indicateurs se sont nettement dégradés dans les industries des papiers et cartons, de l'alimentation, de la chimie, des textiles et, de façon moindre, dans les industries technologique et du plastique. Par ailleurs, les deux indicateurs se sont vigoureusement améliorés dans les industries des métaux non ferreux, de la transformation du bois et graphique. Dans les divers secteurs des matériaux de construction, une détérioration importante de la demande intérieure a côtoyé une légère progression de la demande étrangère. A l'inverse, dans la sidérurgie, la demande belge s'est franchement raffermie alors que la demande en provenance de l'étranger a connu un repli limité. Appréciations Pour l'ensemble de l'industrie manufacturière, les appréciations portées sur le carnet de commandes étranger se sont améliorées tandis que le carnet de commandes total a été estimé quelque peu inférieur. Les deux indicateurs se sont renforcés considérablement dans les industries graphique, de la transformation du bois, des métaux non ferreux et, moindrement, dans l'industrie de la chimie. A l'inverse, les deux appréciations se sont clairement dégradées dans l'industrie du plastique et, de manière moins prononcée, dans l'industrie technologique. Dans les divers secteurs des matériaux de construction, dans la sidérurgie et, plus modérément, dans l'industrie des papiers et cartons, les chefs d'entreprise ont jugé plus défavorablement leur carnet de commandes total en dépit d'une appréciation plus positive du carnet de commandes étranger. En revanche, dans l'industrie de l'alimentation, le carnet de commandes total a été jugé légèrement plus favorable malgré une estimation plus défavorable de celui étranger. Dans l'industrie des textiles, seul le carnet de commandes étranger a reçu une appréciation favorable. Globalement, le niveau des stocks a été signalé identique à celui du mois passé. Les stocks ont été jugés de manière récurrente "supérieurs à la normale" dans les industries de la sidérurgie, des papiers et cartons, du plastique, de l'alimentation, de la chimie, de la transformation du bois et, plus modérément, dans l'industrie des métaux non ferreux. A contrario, les stocks ont été plus souvent considérés comme "inférieurs à la normale" dans les industries des textiles et, dans une moindre mesure, dans l'industrie technologique et dans les divers secteurs des matériaux de construction. Prévisions Dans l'ensemble de l'industrie manufacturière, les perspectives d'emploi s'améliorent tandis que celles relatives à la demande se dégradent. L'emploi se renforcerait dans les industries de la sidérurgie, graphique, de la transformation du bois, du plastique, des métaux non ferreux et, de manière modérée, dans l'industrie technologique, dans les divers secteurs des matériaux de construction et dans l'industrie de la chimie. Par ailleurs, les effectifs occupés seraient légèrement réduits dans les industries des papiers et cartons, des textiles et de l'alimentation. Au cours des trois prochains mois, la demande se consoliderait considérablement dans les industries des papiers et cartons, des métaux non ferreux et, moindrement, dans les industries de la transformation du bois et des textiles. Inversement, la demande se tasserait dans les divers secteurs des matériaux de construction, dans les industries de la chimie, de la sidérurgie et technologique. Dans les industries graphique, du plastique et de l'alimentation, la demande ne varierait pas ou peu. Services aux entreprises Dans les services aux entreprises, après une pause éphémère durant le mois précédent, la confiance des chefs d'entreprise s'est à nouveau clairement redressée. L'évolution de l'activité a été jugée plus positive pour la saison et les prévisions en matière de la demande générale du marché s'améliorent pour le troisième mois d'affilée. Mais ce sont surtout les attentes des entreprises en termes d'activité propre qui se sont améliorées à vue d'œil au cours du mois écoulé. Au niveau sectoriel, la reprise conjoncturelle a continué A_MCOMNAAF 1 / 2

5 de se renforcer dans le transport et activités annexes, l'informatique et les autres activités de services. La location est le seul secteur a avoir enregistré un recul d'une ampleur telle que les deux progressions des mois passés ont été largement effacées. Evolutions et appréciations La quasi stabilisation de l'activité dans l'ensemble des services a été jugée favorable pour la saison. Une nette embellie de l'activité dans le transport et activités annexes a été considérée comme très positive. Par contre, une forte dégradation de l'activité dans le secteur de la location a été jugée défavorable pour cette période de l'année. Dans la branche informatique, malgré un redressement considérable, l'activité a été estimée très négative. A l'inverse, dans les autres activités de services, une activité en nette régression n'a toutefois pas été appréciée défavorablement. Dans l'ensemble, l'emploi s'est clairement réduit. La baisse a largement touché le secteur de l'informatique et, dans une moindre mesure, celui des autres activités de services. En revanche, l'emploi s'est vivement consolidé dans les secteurs de la location et du transport et activités annexes. Prévisions Dans l'ensemble, les prévisions en termes d'activité sont orientées positivement. La hausse la plus prononcée est attendue dans la branche informatique suivie des secteurs "autres activités de services" et "transport et activités annexes". En revanche, un important recul de l'activité est prévu dans le sous-secteur de la location. En général, l'emploi se raffermirait à nouveau pour les trois prochains mois. Il s'accroîtrait dans les secteurs du transport et activités annexes et des autres activités de services. Le personnel serait, par contre, clairement réduit dans la location et, de façon nettement moins prononcée, dans la branche informatique. Les prévisions en matière de demande générale du marché s'améliorent pour le troisième mois d'affilée. La demande générale du marché se renforcerait dans les secteurs des autres activités de services et du transport et activités annexes. Par contre, elle se tasserait dans le secteur de la location et, dans une faible mesure, dans celui de l'informatique. Construction Dans la construction, une hausse, certes limitée, est apparue en janvier pour le second mois consécutif. Malgré un recul de l'activité, un recours plus intensif au matériel disponible a été observé. Le nombre de nouvelles missions reçues s'est stabilisé, après s'être nettement accru au cours du mois passé. L'appréciation portée sur le carnet de commandes total s'est ainsi améliorée pour la seconde fois d'affilée. Par contre, les perspectives de demande se ternissent à nouveau, après avoir encore montré le mois dernier des signes de relance suite à plus d'une demi-année de détérioration. Pour le secteur des bâtiments résidentiels, l'indicateur synthétique brut s'est maintenu au même niveau qu'au cours des trois mois précédents. Dans les bâtiments non résidentiels, où une progression vigoureuse avait été enregistrée en décembre, la confiance des entrepreneurs s'est quelque peu effritée. Bâtiments résidentiels Dans le secteur des bâtiments résidentiels, l'indicateur synthétique brut s'est stabilisé. L'activité a légèrement évolué à la baisse. Cependant, le nombre de nouvelles commandes reçues a légèrement augmenté et le carnet de commandes total a été jugé plus favorable. De plus, le recours au personnel et au matériel utilisé a été plus intense. Par contre, les perspectives d'emploi et de demande sont orientées à la baisse. Bâtiments non résidentiels Dans le secteur des bâtiments non résidentiels, l'indicateur synthétique brut s'est légèrement replié. L'activité s'est fortement détériorée. Le nombre de nouvelles commandes s'est nettement réduit mais le carnet de commandes a néanmoins été jugé favorable. Le nombre de travailleurs occupés s'est accru et le matériel a davantage été utilisé. Les prévisions en termes d'emploi s'améliorent alors que celles en matière d'offres de prix s'assombrissent. Commerce Dans le commerce, après la nette progression enregistrée le mois passé, la confiance des chefs d'entreprise s'est à nouveau assombrie. Les perspectives de demande restent indécises. Après une reprise en décembre, les prévisions de ce mois sont orientées à la baisse dans quasi tous les sous-secteurs. Les attentes en termes d'emploi restent, quant à elles, inchangées. En outre, par rapport à décembre, un nombre un peu plus important de commerçants prévoient d'augmenter leurs commandes auprès des fournisseurs. A l'exception du commerce de meubles, où le climat commercial s'est considérablement éclairci, une dégradation a été observée dans tous les autres sous-secteurs. La détérioration la plus marquée a été notée dans les commerces d'appareils électriques et électroniques et de chaussures. Le commerce d'articles textiles a enregistré le recul le plus faible mais il s'agit déjà de sa cinquième baisse d'affilée. Evolutions et appréciations Au cours du mois écoulé, les ventes ont continué de progresser de manière importante et ont été jugées favorables pour la saison. Les deux indicateurs ont fortement progressé dans les commerces de meubles et d'appareils électriques et électroniques. Par contre, ils se sont tous deux inscrits en recul dans le commerce de chaussures. Dans la distribution de véhicules automobiles, une baisse importante des ventes a été jugée normale pour la saison. Dans le commerce d'articles textiles, le tassement des ventes n'a toutefois pas été considéré comme défavorable pour cette période de l'année. Dans le commerce de produits alimentaires enfin, une progression des ventes a cependant été estimée nettement insuffisante. L'appréciation du niveau des stocks s'est améliorée. Les stocks ont surtout été considérés comme "inférieurs à la normale" dans la distribution de véhicules automobiles et, moindrement, dans les commerces d'articles textiles et de chaussures. Dans les commerces d'appareils électriques et électroniques et de produits alimentaires, les stocks ont plus fréquemment été estimés à un niveau supérieur. Dans le commerce de meubles, l'appréciation du niveau des stocks est restée inchangée. Prévisions Pour l'ensemble du commerce, les perspectives d'emploi se stabilisent; celles en matière de demande repartent clairement à la baisse. L'emploi devrait se raffermir dans la distribution de véhicules automobiles, le commerce de meubles et, plus modérément, dans le commerce de produits alimentaires. L'emploi diminuerait par contre fortement dans le commerce d'appareils électriques et électroniques et, dans une moindre importance, dans les commerces de chaussures et d'articles textiles. La demande s'affaiblirait nettement dans les commerces d'appareils électriques et électroniques, de distribution de véhicules automobiles, de produits alimentaires, de chaussures et, de façon marginale, dans celui d'articles textiles. En revanche, la demande se raffermirait considérablement dans le commerce de meubles. Globalement, les commandes auprès des fournisseurs seraient accrues. Les commerçants de meubles prévoient un relèvement substantiel de leurs commandes auprès des fournisseurs. De même, mais dans une importance moindre, les commandes seraient relevées dans les commerces d'appareils électriques et électroniques et d'articles textiles. Par contre, les commandes seraient réduites dans les commerces de chaussures, de distribution de véhicules automobiles et, dans une plus faible mesure, dans le commerce de produits alimentaires. A_MCOMNABF 2 / 2

6 BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE COURBES SYNTHETIQUES ET LEURS COMPOSANTES TABLEAU 1 Solde dessaisonalisé des réponses ''augmentation'' ou ''supérieur à la normale'' (+) et ''diminution'' ou ''inférieur à la normale'' (-). Courbe synthétique globale Série brute Série lissée Min. Max. Avg. Oct. Nov. Déc. Jan. Août Sept. Oct. Nov. - 31,8-7,9-7,6-1,4-12,2-1,6-9, - 6,9-9,3-1,2-1, Courbe de l'industrie manufacturière - 34,3-1,3-1,8-11,8-14,6-13,8-13,6-9,7-11,7.. Appréciation du carnet de commandes total - 6, - 21, - 21,8-27,6-31,6-3,1-3,4-22,3-2,4.. Appréciation du niveau des stocks ² - 12,9 + 7, + 6,8 + 2,2 +,6 +,6 +, +,8 +,7.. Prévisions de l'emploi - 36, -, - 8,9-7,9-3,6-8,4-4,1-3,1 -,8.. Prévisions de la demande - 37, - 8, -,4-9,6-17, - 11,2-14, - 7,6-9,7.. Courbe du commerce - 28,6 + 8, -,8-8,2-19,1-1,8-13,4-1,3-4,4.. Prévisions de l'emploi - 18,4 -,1 + 2,9 + 4,9-3,6 + 4,8 + 4,6 + 8,2 + 6,9.. Prévisions de la demande - 4,, + 2, - 1, - 27,3-12, - 21,6 -,1-8,9.. Prévisions des commandes aux fournisseurs - 39, - 13, -,8-19,6-26,2-24,7-23,3 -,1-1,2.. Courbe de la construction - 39, - 13,3-7,4-8, - 11,1-6,2 -,6-4,3 -,1.. Evolution du carnet de commandes - 2, - 18, -,1 -,7-1,8 -,2 -, + 3,6 + 2,3.. Evolution du matériel utilisé - 19,4 +, + 2,8-3,6-3,2 -,3 +,3-2,8-3,3.. Appréciation du carnet de commandes - 74, - 37, - 24,8-12,4-19,4-1,3-1,7-11,4-11,9.. Prévisions de la demande - 39, - 3, - 2, - 1,2-11,1-9, - 12,1 -,8-7,.. Courbe des services aux entreprises - 41,7 + 26, + 12,1-7,1 -,9 -,9 +,9 +, + 1,8.. Appréciation de l'activité exercée - 4,4 + 6,1-4,1-7,6-1,6-7,9 -,3-4,1-6,3.. Prévisions de l'activité - 32, + 33,3 + 2,1 + 3,6 + 12,3 + 7,4 + 2, + 1, + 13,1.. Prévisions de la demande - 43, + 24, + 16,6-17,4-4,4-2,3 + 2,9 + 3, - 1,1.. 1 Minimum, maximum et moyenne de chaque indicateur (série brute) depuis janvier Un solde positif (négatif) signifie que les stocks sont jugés supérieurs (inférieurs) à la normale, pour la saison, par les chefs d'entreprise participant à l'enquête. Pour le calcul de la courbe, le signe de cet indicateur est inversé.

7 BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE AUTRES INDICATEURS DE L'ENQUÊTE SUR LA CONJONCTURE TABLEAU 2 Solde dessaisonalisé des réponses ''augmentation'' ou ''supérieur à la normale'' (+) et ''diminution'' ou ''inférieur à la normale'' (-). Série brute Série lissée Min. Max. Avg. Oct. Nov. Déc. Jan. Août Sept. Oct. Nov. Evolution du rythme de production - 33, + 6, -,9-17,3-1,2-7,3-4,7-6, - 8,3.. Evolution des commandes intérieures - 3, - 1, - 7,7-9,9-2,1 + 2,4-4,4-9,4-1,2.. Evolution des commandes extérieures - 44, - 17, - 2,9-13, - 6,7-7,3-13,1-7,2-7,8.. Appréciation du carnet de commandes étrangers - 61, - 24, - 23,6-33,3-33,9-33, - 3,9-23,1-27,.. Evolution des prix - 21, + 16, + 1,6-2, - 2,6-7,7-3, +,8-1,.. Prévisions des prix - 24, + 34, + 7,7-3,3-4,2 -, + 11,2 + 2, -,2.. Degré d'utilisation des capacités (en pct. des capacités de production totales) 7,1 78, 79, 78, ,4 Source : enquête trimestrielle sur les capacités de production Commerce Evolution des ventes - 46, + 2, + 1, - 7,2-8,9 +, + 8,7-3,2-3,.. Appréciation portée sur les ventes - 41, - 14, - 7,6-9,4-1, - 3,9-1,3-3,1-4,8.. Appréciation du niveau des stocks ² - 3, + 11, + 12,6 + 12,9 + 19, + 18,8 + 1,7 + 11, + 12,1.. Evolution des prix - 2, + 1, + 2,3 -,7 -,9 +,7 + 4,3 +,7 + 4,.. Prévisions des prix - 11, + 39,6 + 12,4 +,6 + 1,2 + 6,4 + 9,4 + 11,1 + 9,1.. Construction Evolution de l'activité - 44, - 1, -,2-2,9-3, + 1,6 + 3,8 -,4-1,7.. Evolution de l'emploi - 38, - 13, -,2 + 4,8-12, -,3-1,9-7, - 7,3.. Prévisions de l'emploi -, - 1, -,3-2, - 1,6 -,2-6, - 1, - 2,4.. Evolution des prix - 22,8 + 23, -,3-6, - 11, - 9, - 9,6-3,1-4,9.. Prévisions des prix - 2,6 + 46, + 7,3 + 1,9-3,6-2,7-2,2 + 2, + 1,1.. Services aux entreprises Evolution de l'activité - 38, + 2,3 + 11,4 + 13,6-12,2 + 13, + 12,9 + 12, + 12,4.. Evolution de l'emploi - 49,4 + 1,1 + 7,6 + 18, + 4,4 + 13,8 +,1 + 1,6 + 1,9.. Prévisions de l'emploi - 3, + 6,9 + 17,9 + 6,2 + 6,4 + 7,4 + 9,4 + 18,7 + 1,1.. Evolution des prix - 1,8-4,2 + 1,6 + 1,7 + 1,3-3, +,1 + 1,2 +,.. Prévisions des prix - 13, + 1,4 + 6,1 + 3,1 + 1, + 1, + 13,9 +,1 +,1.. 1 Minimum, maximum et moyenne de chaque indicateur (série brute) depuis janvier Un solde positif (négatif) signifie que les stocks sont jugés supérieurs (inférieurs) à la normale, pour la saison, par les chefs d'entreprise participant à l'enquête.

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

rapport CCE 2015-1250

rapport CCE 2015-1250 rapport CCE 2015-1250 La conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 CCE 2015-1250 Rapport sur la conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 Personnes de contact Gautier Gérome

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW Enquête CeFiP Financement des PME 2011 Table des matières Avant-propos 4 Executive summary 6 Introduction 10 Partie

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Note de Conjoncture n 1-2010. La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives

Note de Conjoncture n 1-2010. La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives Mise à jour statistique: 8 juin 200 Note de Conjoncture n -200 La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives Le texte intégral de la Note de Conjoncture est disponible sur Internet

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 46 ème édition Avril 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Prof. Dr Nancy Huyghebaert Professeur Corporate Finance Département «Accountancy, Finance & Insurance

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

démographiques 2, le solde migratoire externe Évolution de la population d âge actif Évolution naturelle

démographiques 2, le solde migratoire externe Évolution de la population d âge actif Évolution naturelle 3. Marché du travail 3.1. Démographie et offre de travail La démographie ne soutient plus la croissance de l'offre de travail... La croissance de la population d âge actif s'est sensiblement ralentie au

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Les entreprises en France en 2012 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers

Les entreprises en France en 2012 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers Les entreprises en France en 212 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers Dominique LEFILLIATRE et Lionel RHEIN Direction des Entreprises Observatoire des entreprises

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

D1402 - Relation commerciale grands comptes et entreprises

D1402 - Relation commerciale grands comptes et entreprises Appellations (IT (nouvelles technologies, TIC) - Gestion commerciale / Vente) Commercial / Commerciale en services auprès des entreprises Commercial vendeur / Commerciale vendeuse d'espaces publicitaires

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014 Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2013 (Sources : ventes

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER SEPTEMBRE 2012 N 4. www.objectif-lr.

LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER SEPTEMBRE 2012 N 4. www.objectif-lr. SEPTEMBRE 2012 N 4 4 LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER - Photos : Nicolas Bouzou, Peter Allan - 09/2012 EN PARTENARIAT AVEC www.objectif-lr.com

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Agent/agente d'encadrement de maintenance (51211 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Chef d'équipe en maintenance industrielle................................

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe

Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe 11 mars 2015 Didier REYNDERS Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et européennes - 1 - Table des matières I. Situation économique

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique RÉsultats Printemps 2012 Baromètre Atradius des pratiques Etude internationale sur les comportements en B2B Principaux résultats - Belgique Copyright Atradius N.V. 2012 Avertissement Ce rapport fournit

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

market monitor Des temps difficiles! Comment faire face? atradiusmarketmonitor Février 2010

market monitor Des temps difficiles! Comment faire face? atradiusmarketmonitor Février 2010 market monitor Des temps difficiles! Février 2010 Comment faire face? Perspectives contrastées sur le plan des faillites L es perspectives de l activité économique font état d un modeste rétablissement

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Indicateurs mars 2013 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, étu et statistiques Les tensions sur le marché du travail au 4 E 2012 Au 4 e 2012, l indicateur de tension

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Aussi dans ce numéro Les ventes de copropriétés perdent de leur élan Depuis un certain temps, la copropriété nous avait habitués à des hausses relativement soutenues des transactions MLS au Québec. Mais

Plus en détail

1 LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE

1 LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE. La situation économique dans la zone euro 0 0.. Les décisions de politique monétaire 0..2 Les marchés obligataires..3 Le marché

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014

I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014 OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DE LA BRANCHE I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014 TENDANCES D EVOLUTION ET COMPETENCES EMERGENTES I.4. SECTEUR METIERS DE L EVENEMENT OPIIEC 25 Quai Panhard et Levassor

Plus en détail

CA CEBATRAMA. 10 décembre 2014 PRESENTATION

CA CEBATRAMA. 10 décembre 2014 PRESENTATION CA CEBATRAMA 10 décembre 2014 CONJONCTURE TP 2014 2 TRAVAUX REALISES : L ACTIVITE POURSUIT SA BAISSE AU 3T 2014/13 12,0 11,5 11,0 milliards d'euros constants - prix 2013 2011 2012 2013 2014 +4,3% -1,7%

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

H1203 - Conception et dessin produits mécaniques

H1203 - Conception et dessin produits mécaniques Appellations (Métiers courants) Dessinateur / Dessinatrice en construction mécanique Dessinateur / Dessinatrice en construction métallique Dessinateur / Dessinatrice en installations industrielles Définition

Plus en détail

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure Révisé: le 2 novembre, 2005 TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU LE MOINS ÉLEVÉ (S) (basé sur FND013.TTL) TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU MOYEN (M) (basé sur FND037.TTL) Titre et code séquentiel au niveau

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

Activité au 30 septembre 2009

Activité au 30 septembre 2009 Séch ché Environnement Activité au 30 septembre 2009 Conférence téléphonique du 28 octobre 2009 1 Faits marquants du trimestre Séché : confirmation des tendances du 1 er semestre (CA : 91,9 soit -2,5%

Plus en détail

Un moyen de limiter les risques

Un moyen de limiter les risques du Bâtiment er Trimestre Aquitaine de votre Centre de Gestion Agréé édito Dans ce nouveau numéro de l Observatoire du bâtiment, votre Centre de gestion fait le point sur le nouveau régime d Entrepreneur

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle S'étendant sur la majeure partie de la commune de La Sentinelle mais également à la marge sur les communes de Valenciennes et Trith-Saint- Léger, ce pôle regroupe plus

Plus en détail

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Ivry, le 30 juillet 2014 Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Stabilisation du chiffre d affaires du Groupe au 2 nd trimestre : -0,3% à magasins comparables,

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail