CONFÉRENCE MIF II PROTECTION DES INVESTISSEURS. Mercredi 26 novembre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONFÉRENCE MIF II PROTECTION DES INVESTISSEURS. Mercredi 26 novembre 2014"

Transcription

1 CONFÉRENCE MIF II PROTECTION DES INVESTISSEURS Mercredi 26 novembre

2 Sommaire 1. Conflits d intérêts pp Dispositions générales Gouvernance produits Placement et prise ferme Inducements (avantages) Meilleure exécution Rémunérations 2. Règles de conduite pp Conseil en investissement Adéquation et caractère approprié Conventions clients Contreparties éligibles Informations sur les instruments financiers Informations sur les coûts et frais 3. Règles d organisation pp Organe de direction Fonction conformité Réclamations Dispositifs d alertes Obligations d enregistrement et de conservation Protection des avoirs Négociation algorithmique et accès direct au marché Reporting des transactions aux autorités compétentes Sauf indication contraire, les références d articles utilisées dans ce document renvoient toutes à la Directive 2014/65/UE. 2

3 Protection des investisseurs Conflits d intérêts 3

4 Conflits d intérêts Dispositions générales (art. 23) Niveau 1 Renforcement du dispositif préventif : obligation de prendre toute mesure appropriée pour détecter et éviter ou gérer les conflits d intérêts. L ESMA entend réaffirmer que l information au client est une mesure de dernier ressort, à mettre en œuvre lorsqu on ne peut garantir avec certitude que les risques de porter atteinte aux intérêts des clients seront évités. Cette information, qui porte sur les mesures prises pour atténuer ces risques, doit être suffisamment détaillée, sur un support durable. Les inducements et la structure de rémunération de l établissement sont maintenant expressément visés comme des sources de conflits d intérêts. Revue annuelle de la politique de conflits d intérêts. 4

5 Conflits d intérêts Gouvernance produits (art et 24.2) Niveau 1 Producteurs 1 Distributeurs 2 Processus préalable de validation de chaque instrument financier : Détermination d un marché cible La stratégie de distribution prévue doit convenir au marché cible Mise à disposition du distributeur de tous les renseignements utiles sur l instrument financier et sur le processus de validation du produit, y compris le marché cible. L instrument financier doit être conçu pour répondre aux besoins d un marché cible. La stratégie de distribution doit être compatible avec le marché cible défini. Des mesures raisonnables doivent être prises pour garantir que l instrument financier est distribué auprès du marché cible Revue régulière pour, au minimum vérifier que : Le produit continue de correspondre aux besoins du marché cible identifié La stratégie de distribution prévue demeure appropriée Si le distributeur ne conçoit pas les instruments financiers: Obtenir les renseignements ci-contre Comprendre et identifier le marché cible défini Comprendre l instrument financier Evaluer sa compatibilité avec les besoins des clients, compte tenu du marché cible Ne le proposer ou le recommander que lorsque cela est dans l intérêt du client Art Art Vise un PSI qui conçoit un instrument financier 2. Vise un PSI qui propose, recommande ou commercialise un instrument financier 5

6 Conflits d intérêts Gouvernance produits (suite) Application : - A tous types d instruments financiers, - Aux marchés primaire et secondaire, - A tous services d investissement (l exécution de produits de flux est visée, les produits OTC également), - A tous types de relations (hors contreparties éligibles). L approche clients de détail est appliquée aux autres relations/activités Déclinaison très détaillée de ces obligations pour les producteurs d une part, les distributeurs d autre part La gouvernance produits s étendrait aux services d investissement s agissant des distributeurs 6

7 Conflits d intérêts Gouvernance produits (suite) Producteurs Le processus d approbation inclut l analyse des conflits d intérêts, y compris quant aux positions détenues par l établissement, l expertise et l expérience du personnel, le contrôle effectif de la gouvernance produits par l organe de direction, l analyse de scénarios, l analyse de la structure de frais. Le marché cible inclut l identification des investisseurs pour lesquels le produit n est pas compatible ; doit être revu à chaque modification significative du produit ; doit être détaillé pour s assurer que ne sont pas captés des investisseurs pour lesquels le produit n est pas compatible. Informations aux distributeurs (marché cible, canal de distribution, processus d approbation) Revue régulière des produits, notamment au regard des clients à qui ils sont distribués, des évènements qui pourraient affecter leur performance ou leurs risques Distributeurs Obligations applicables aux produits et aux services offerts Les produits et services doivent être compatibles avec les caractéristiques du marché cible du distributeur (non assimilable au test d adéquation). Le marché cible inclut l identification des investisseurs pour lesquels le produit ou service n est pas compatible. Fourniture au producteur de données sur les ventes ; obtention de la part du producteur d informations suffisantes pour comprendre le produit et le distribuer de manière appropriée Revue régulière du dispositif de gouvernance et des produits, notamment pour s assurer que la stratégie de distribution reste appropriée et les produits adaptés au marché cible révision éventuelle du marché cible ou mise à jour du dispositif de gouvernance produits. 7

8 Conflits d intérêts Placement et prise ferme Niveau 1 Pas de mesure spécifique dans la Directive : dans le contexte de la gestion et la prévention des conflits d intérêts, des mesures de niveau 2 doivent être prises pour définir des exigences organisationnelles et de conduite plus détaillées (art. 23.4). La Commission européenne considérant que le risque de conflits d intérêts pour les activités de placement et prise ferme est élevé, demande à l ESMA de fournir un avis technique sur ce point. 8

9 Conflits d intérêts Placement et prise ferme (suite) L ESMA projette : La transmission d informations détaillées à l émetteur sur le processus d offre, la gestion des conflits d intérêts, les différentes alternatives de financement possibles, la détermination du prix, la politique d allocation, la stratégie éventuelle de couverture de l établissement ; La mise en place de dispositifs spécifiques pour gérer les conflits d intérêts pouvant impacter la fixation du prix ; L encadrement plus strict du processus d allocation ; La mise en place de mesures spécifiques de gestion des conflits d intérêts : - Lorsque l établissement est conseil et placeur, y compris de ses propres titres. - Lorsque l offre vise à rembourser un crédit octroyé par l établissement éventuellement, ne pas agir en tant qu arrangeur. La mise en place d une piste d audit complète ; L identification centralisée des opérations potentielles et des conflits d intérêts potentiels avec d autres activités de l établissement. 9

10 Conflits d intérêts Inducements (avantages) (art. 24.7, 24.8 et 24.9) Niveau 1 Même principe que pour MIF I : Les paiements/avantages versés à (ou reçus de) tiers en liaison avec un service d investissement fourni au client sont interdits sauf : S ils ont pour objet d améliorer la qualité du service fourni, et S ils ne nuisent pas à l obligation d agir de manière honnête, équitable et professionnelle. Dans ce cas, mêmes modalités d information que celles prévues par MIF I, avec ajout de la possibilité d informer également le client sur les mécanismes de transfert de l avantage reçu. Nouveauté : Interdiction des inducements pour les services de conseil en investissement indépendant et de gestion de portefeuille, à l exception des avantages non monétaires mineurs. Les inducements perçus doivent être reversés aussitôt que possible aux clients. 10

11 Conflits d intérêts Inducements (avantages) (suite) Analyse financière L analyse financière serait un inducement (un avantage non monétaire reçu en liaison avec le service d exécution d ordres) Pour ce qui concerne la gestion de portefeuille et le conseil en investissement indépendant, elle ne serait donc admissible que si elle constitue un avantage non monétaire mineur (donc une recherche disponible largement, de peu de valeur ajoutée) Sinon, elle devrait être rémunérée en tant que telle par celui qui la reçoit (le gestionnaire de portefeuille) Remise en cause fondamentale du modèle économique de l analyse financière puisque cette approche a vocation à être étendue à la gestion collective Point d achoppement majeur des discussions en cours au niveau 2 11

12 Conflits d intérêts Inducements (avantages) (suite) Les mesures de niveau 2 envisagées précisent les situations dans lesquelles l amélioration de la qualité au client n est pas atteinte, c est-à-dire lorsque l inducement n est pas admissible. Cette approche par la négative, fondée sur des notions que l on peut interpréter largement (par exemple, la condition que cette rémunération ne soit pas essentielle pour l établissement dans la conduite de son activité), semble de facto rendre impossible l utilisation d inducements. Remise en cause du compromis obtenu au niveau 1? Autre point d achoppement majeur des discussions en cours au niveau 2 L ESMA conseille à la Commission de dresser une liste exhaustive d avantages non-monétaires mineurs. Obligations de transparence renforcées auprès des clients 12

13 Meilleure exécution (art. 27) Conflits d intérêts Maintien de l obligation d obtenir le meilleur résultat possible pour les clients lors de l exécution des ordres (ne s applique pas aux relations avec les contreparties éligibles - art. 30.1) Nouvelles dispositions : Niveau 1 - Interdiction de recevoir une rémunération ou un avantage pour l acheminement d ordres vers une plate-forme de négociation ou d exécution qui serait contraire aux règles sur les conflits d intérêts ou les incitations prévues dans diverses dispositions de la Directive. - Les plateformes de négociation et d exécution mettent à disposition du public, au moins une fois par an et sans frais, des données sur la qualité d exécution. - La politique d exécution doit être suffisamment détaillée et facilement compréhensible par les clients. - Dans le cadre de l exécution d ordres de clients, publication au moins annuelle, pour chaque catégorie d instruments financiers, du classement des cinq premières plateformes d exécution utilisées (en volumes de négociation) et d informations synthétiques sur la qualité d exécution obtenue. 13

14 Conflits d intérêts Meilleure exécution (suite) Contenu plus détaillé des politiques de RTO et d exécution. Un résumé doit être fourni aux clients de détail mettant l accent sur le coût total du service avec un lien vers les données sur la qualité d exécution les plus récentes publiées par chaque venue. Maintien de l obligation d obtenir le consentement préalable exprès du client lorsque les ordres peuvent être exécutés en dehors d une plate-forme de négociation mais clarifications sur la distinction entre politique de RTO et politique d exécution. - Politique de RTO : consentement préalable exprès pour exécution hors MR, SMN ou OTF non requis. Information préalable appropriée du client suffit. - Politique d exécution : consentement préalable exprès pour exécution hors MR, SMN ou OTF requis. Transparence accrue en cas de paiements valablement reçus de tiers (autorisés sous MIF) 14

15 Conflits d intérêts Meilleure exécution (suite) Clarifications de la notion de changement significatif : revue des politiques de RTO et d exécution : au moins chaque année et lorsqu intervient un changement significatif précisions données sur ce qui peut constituer un tel changement. Clarification des conditions d utilisation d un lieu unique d exécution : possible sous réserve de satisfaire à l obligation de meilleure exécution. Précisions sur le contenu, le format et la périodicité des données relatives à la qualité d exécution devant être publiées : question concernant le champ de cette obligation? Application aux market makers et autres apporteurs de liquidité? Précisions sur le contenu et le format des informations à publier au moins une fois par an, pour chaque catégorie d instruments financiers, concernant le classement des cinq premières plateformes d exécution 15

16 Rémunérations (art 9.3 c), 23.1, 24.10) Conflits d intérêts Niveau 1 Thème abordé sous l angle des conflits d intérêts Interdiction de rémunérer ou d évaluer les résultats de ses employés d une façon qui aille à l encontre de l obligation d agir au mieux des intérêts des clients En particulier, aucune disposition sous forme de rémunération, d objectifs de vente ou autre ne doit «encourager les employés à recommander un instrument financier particulier à un client de détail alors que l entreprise d investissement pourrait proposer un autre instrument financier correspondant mieux aux besoins de ce client» Des exigences plus détaillées sont envisagées concernant toute personne pouvant avoir un impact significatif sur un service fourni par l établissement, dès lors que sa rémunération peut l inciter à agir à l encontre des intérêts des clients : - La politique de rémunération doit prendre en compte l intérêt des clients ; - La responsabilité de l organe de direction dans sa définition et sa mise en œuvre est réaffirmée ; - La rémunération variable ne doit pas tenir compte uniquement de critères commerciaux. Elle doit également être basée sur des critères de conformité et de conduite envers les clients, afin de maintenir un équilibre approprié entre rémunérations fixe et variable. 16

17 Protection des investisseurs Règles de conduite 17

18 Règles de conduite Conseil en investissement (art et 24.7 ) Niveau 1 Lorsque le service de conseil en investissement est fourni, obligation d informer le client au préalable : - S il est fourni de manière indépendante - S il s appuie sur une gamme large ou étroite d instruments financiers et si ces derniers sont issus d entités liées - Si une évaluation périodique de l adéquation sera réalisée En sus, pour le conseil en investissement indépendant : - Évaluer une gamme suffisamment large d instruments financiers (types et producteurs/émetteurs) - Ne pas percevoir d avantages (inducements), hors avantages non monétaires mineurs 18

19 Règles de conduite Conseil en investissement (suite) Obligations d information au client sur : La nature du conseil fourni (indépendant ou pas, ou les deux sous conditions) Pour le conseil indépendant et non indépendant : - L étendue des instruments financiers considérés, y compris la relation de l établissement avec leurs émetteurs/producteurs. - Le type et le nombre total d instruments financiers et producteurs analysés et les critères de sélection considérés. - La fourniture éventuelle d une évaluation périodique du caractère adapté. Exigences peu différenciées entre les deux types de conseil Pour le conseil en investissement indépendant, les conditions additionnelles envisagées à sa fourniture sont très précises («évaluer et comparer une part significative des instruments financiers disponibles (en nombre et variété)» - niv. 2, versus «une étendue suffisante, qui doit être suffisamment diverse» - niv. 1 ; la comparaison se fait sur les coûts, les risques et la complexité). 19

20 Règles de conduite Évaluation de l adéquation et du caractère approprié (art et 25.3) Niveau 1 Conseil en investissement et gestion de portefeuille : Test d adéquation - Extension du test à la capacité du client à subir des pertes (lien avec la situation financière) et à tolérer le risque (lien avec les objectifs d investissement) - Déclaration d adéquation : applicable aux clients de détails uniquement Autres services : Test du caractère approprié L exception existante pour les services d exécution ou de RTO fournis à l initiative du client (exécution simple) est réduite : les instruments financiers incorporant un instrument dérivé ou présentant une structure qui rend la compréhension du risque encouru difficile pour le client, tout comme les FIA ou OPCVM structurés, ne sont pas des instruments non complexes. 20

21 Règles de conduite Évaluation de l adéquation et du caractère approprié (suite) Conseil en investissement et gestion de portefeuille : Test d adéquation - La responsabilité de l établissement est réaffirmée (par rapport à celle du client) y compris en cas d utilisation de systèmes automatisés de passage d ordres par les clients - Evaluer si un instrument financier équivalent, moins complexe ou moins coûteux que celui envisagé, pourrait être adapté au client - Avoir des processus d évaluation du profil du client valides et fiables, notamment quant à sa capacité et sa volonté de prendre des risques - Vérifier la cohérence des informations collectées sur le client - En cas d arbitrage, pouvoir raisonnablement démontrer que ses avantages surpassent ses coûts 21

22 Règles de conduite Conventions clients (art et 25.8) Niveau 1 Dispositions inchangées : - Reprise exacte de l art. 19(7) de MIF 1 sur l obligation de constituer un dossier incluant les documents où sont énoncés les droits et obligations de chaque partie. - Des actes délégués doivent définir le contenu et le format des accords pour la fourniture de services aux clients. Modifications significatives à envisager : - Pour les clients de détail : l obligation d un accord écrit serait étendue au conseil en investissement + le service connexe de TCC 1 - Pour les nouveaux clients professionnels : nouvelle obligation d un accord écrit pour tous les services d investissement + le service connexe de TCC 1 Toutefois : ne seraient soumis à cette obligation que les clients (détail et professionnels) avec lesquels l intention serait d établir une relation continue (champ exact à préciser) 1. Conservation et administration d instruments financiers pour le compte de clients 22

23 Règles de conduite Conventions clients (suite) Forme de l accord écrit : - Papier ou autre support durable : pas de changement (reprise des termes de l article 39 de MIF 1). Pas d exigence de signature formelle. Contenu de l accord écrit : - Droits et obligations essentiels des parties - Précisions pour trois services : conseil en investissement (nature et étendue du service), gestion de portefeuille (type de produit pouvant être acquis ou vendu, type de transaction pouvant être conclue pour le compte du client, instruments ou transactions interdites) et pour la TCC (principales caractéristiques des services rendus). - Pour les autres services : liberté contractuelle? 23

24 Règles de conduite Contreparties éligibles (art ) Niveau 1 Rappel explicite de l obligation générale d agir de manière honnête, équitable et professionnelle et de communiquer de façon correcte, claire et non trompeuse à l égard des contreparties éligibles Des obligations d informations jusqu alors non dues aux contreparties éligibles sont maintenant applicables : - Informations sur les services offerts, les instruments financiers et stratégies d'investissement (risques et marché cible), les lieux d exécution et les frais associés aux services et aux instruments financiers (art et 24.5) Objectif : Que les contreparties éligibles puissent prendre des décisions d investissement en connaissance de cause - Des rapports périodiques sur le service fourni aux clients, comprenant, lorsqu il y a lieu, les coûts (art. 25.6) accord contractuel avec les contreparties éligibles pour déterminer la nature et la fréquence de ces rapports. 24

25 Règles de conduite Information sur les instruments financiers (art ) Niveau 1 Doivent inclure des mises en garde sur les risques et préciser si l instrument financier est destiné à des clients de détail ou à des clients professionnels, compte tenu du marché cible Tous services confondus Obligation applicable aux contreparties éligibles Expliquer le fonctionnement de l instrument financier dans des conditions de marché différentes Indiquer les restrictions à la vente et les illustrer (conséquences, contraintes, calendrier estimé) Présenter le champ et la nature de la garantie/protection en capital éventuellement offerte par l instrument financier Présentation sous forme standardisée Question de l articulation avec la Directive Prospectus, PRIIPS, UCITS ou AIFMD 25

26 Règles de conduite Informations sur les coûts et frais (art. 24.4) Niveau 1 Concernent tous les coûts et frais : relatifs aux services, notamment le coût des conseils, et relatifs aux instruments financiers recommandés ou commercialisés et la manière dont le client peut s en acquitter (ce qui comprend tout paiement par des tiers. Le client doit pouvoir saisir le coût total, ainsi que l effet cumulé sur le retour sur investissement Ventilation par poste à la demande du client Le cas échéant, fourniture des informations régulièrement, au moins une fois par an, pendant la durée de l investissement 26

27 Règles de conduite Informations sur les coûts et frais (suite) INFORMATION À FOURNIR Au moment de la vente Après la vente ( relation continue) Recommandation ou commercialisation d instruments financiers ou fourniture d un KID/KIID Coûts des instruments financiers + Coûts des services Coûts des instruments financiers + Coûts des services (fourniture annuelle) Autres activités Coûts des services Applicabilité par le biais de la notion de relation continue? Notion de recommandation inclusion de l analyse financière? Information également due aux contreparties éligibles et clients professionnels, sauf accord spécifique la conclusion d un tel accord n est pas autorisée toutefois dans le cas du conseil en investissement ou de la gestion de portefeuille, ou dans le cas d instruments financiers comportant un dérivé. 27

28 Règles de conduite Informations sur les coûts et frais (suite) Nature des coûts à divulguer : - Les coûts des services (commissions de courtage, «marks-up embedded in the transaction price», coût de l analyse financière, droits de garde ) - Les coûts et frais liés à la production et la gestion des instruments financiers (frais de structuration, frais de distribution, frais de gestion, coûts de financement, commissions de courtage, «marks-up embedded in the transaction price» ) - Cela inclut les coûts facturés par un autre établissement vers lequel le client a été dirigé (agrégation) - Les inducements perçus de tiers sont constitutifs du coût du service Fourniture sous forme détaillée et agrégée (coût total) Illustration ex-ante de l effet des coûts sur la performance (champ d application peu clair : conseil en investissement et gestion de portefeuille uniquement?) 28

29 Protection des investisseurs Organisation 29

30 Organisation Organe de direction (art. 9) Niveau 1 Nouvelles dispositions inspirées de la Directive CRD4 (Directive 2013/36/UE, art. 88, 91 et 92) et incorporant une dimension client : L agrément est conditionné à des exigences d honorabilité, de connaissances, compétences, expériences et de disponibilité des membres de l organe de direction. L organe de direction met en place un dispositif de gouvernance qui promeut l intégrité du marché et l intérêt des clients Contrôle et évaluation périodique par l organe de direction des objectifs stratégiques et de l efficacité du dispositif de gouvernance et mise en place de mesures de résorption des déficiences Reconduite de l exigence de la présence de deux dirigeants au moins au sein de l organe de direction, sauf si l entreprise personne physique ou morale est dirigée par une seule personne physique, sous réserve du droit national 30

31 Organisation Organe de direction (art. 9) Niveau 1 Implication requise (définition, approbation et supervision) sur des aspects précis, notamment : Compétences, connaissances et expertises du personnel Ressources, procédures et mécanismes avec ou selon lesquels l entreprise exerce ses activités Politique relative aux activités et produits proposés, conformément à la tolérance au risque de l entreprise et aux caractéristiques et besoins des clients Politique de rémunération encourageant un comportement professionnel responsable et un traitement équitable des clients et visant à éviter les conflits d intérêts Politique sur la gestion des réclamations Politiques et procédures relatives aux enregistrements des conversations téléphoniques et des communications électroniques Processus de gouvernance produits, approbation des produits et services offerts et de leurs cibles Trading algorithmique 31

32 Fonction conformité (art. 16.2) Organisation Obligation inchangée d avoir un dispositif assurant la conformité de l établissement et de ses salariés à leurs obligations Dans la lignée des lignes directrices de l ESMA sur la fonction conformité : Supervision du processus de gestion des réclamations ; analyse des réclamations et des données de gestion des réclamations afin de résoudre les problèmes sousjacents ; Programme de surveillance basé sur les risques mais le risque de conformité doit être surveillé de façon exhaustive ; Nomination et remplacement par l organe de direction (ou l organe de surveillance) ; Implication spécifique dans : - les produits conçus par l entreprise, sur lesquels une information doit être incluse dans les rapports de conformité - le processus de revue de la gouvernance produits afin d identifier des manquements éventuels de distributeurs - la politique de rémunération, sur laquelle la fonction doit donner un avis Niveau 1 - l évaluation des risques relatifs au trading algorithmique réalisée par l organe de direction, que la fonction conformité doit considérer 32

33 Organisation Réclamations (art.16.2) Niveau 1 Pas de disposition spécifique dans la Directive Au niveau 2, projet de renforcer le dispositif actuel, en cohérence avec les Orientations de l EBA et de l ESMA sur le sujet : - Elaboration d une politique de gestion des réclamations approuvée par l organe de direction - Obligations de transparence aux clients - Mise en place d une fonction de gestion des réclamations - Implication de la fonction conformité (analyse des réclamations, voire supervision du dispositif, reporting à la direction) - Extension du dispositif aux clients professionnels 33

34 Organisation Dispositifs d alertes (art. 73) Niveau 1 Les autorités compétentes doivent mettre en place des mécanismes permettant de leur notifier des violations éventuelles ou réelles du Règlement ou de la Directive : - Procédures de réception spécifiques incluant des canaux de communication sûrs - Protection appropriée pour le personnel d établissements financiers qui signale une violation - Protection de l identité de la personne qui notifie et de la personne physique mise en cause, à tous les stades de la procédure, sauf si la divulgation est légalement requise (dans le contexte d un complément d enquête ou de procédures administratives ou judiciaires ultérieures) Les établissements doivent mettre en place des procédures permettant à leur personnel de signaler toute violation éventuelle ou réelle par une filière interne spécifique, indépendante et autonome. 34

35 Organisation Obligations d enregistrement et de conservation (art et 16.7) Niveau 1 Les enregistrements incluent : - Les conversations téléphoniques et les communications électroniques en rapport, au moins, avec les transactions conclues pour compte propre et la réception, la transmission et l exécution d ordres de la clientèle. - Et celles destinées à déboucher sur des transactions extension au conseil en investissement? Enregistrement des conversations et communications concernées effectuées sur un équipement fourni ou autorisé par l établissement. Prendre toute mesure pour empêcher les communications concernées au moyen d un équipement privé que l établissement est incapable d'enregistrer ou de copier. Conserver sur un support durable les passages d ordres effectués lors de conversations en tête-à-tête. 35

36 Organisation Obligations d enregistrement et de conservation (art et 16.7) Problématiques de protection des données personnelles Niveau 1 Information préalable du client de l enregistrement des communications et conversations à défaut, interdiction de fournir par téléphone les services de RTO et d exécution d ordres de clients. Obligation de fournir les enregistrements aux clients à leur demande (non limitée aux personnes physiques) Durée de conservation de 5 ans. 7 ans sur demande d une autorité compétente. Liste non exhaustive des types d enregistrements à conserver (par ex.: catégorisation des clients, traitement des réclamations, conflits d intérêts ) problématique d harmonisation, surtout quant aux données personnelles Renvoi à des orientations de l ESMA pour préciser le contenu détaillé de ces types d enregistrements Contrôle des enregistrements (en sus de l évaluation périodique du dispositif d enregistrement lui-même) 36

37 Organisation Protection des avoirs (art. 16.8, 16.9 et 16.10) Niveau 1 Dispositions générales inchangées : Reprise exacte des principes généraux de MIF 1 (article 13(7) et 13(8)) sur les dispositions devant être prises pour assurer la protection des avoirs (instruments financiers et fonds) des clients. Mais ajout d une interdiction absolue de conclure avec les clients de détail des contrats de garantie financière avec transfert de propriété (pour garantir ou couvrir d une autre manière les obligations présentes ou futures, réelles, conditionnelles ou potentielles des clients) 37

38 Organisation Protection des avoirs (suite) Modifications significatives à envisager : - Gouvernance : Etablissement d une fonction spécifique dédiée à la surveillance des mesures prises pour assurer la protection des avoirs des clients. En application du principe de proportionnalité, la fonction pourrait être séparée ou incluse dans la fonction conformité. - Contrats de garantie financière avec transfert de propriété. Avec les clients professionnels : possibilité de conclure de tels contrats : limitée aux seuls contrats dont le caractère approprié peut être démontré au vu de critères pré-définis ; sous réserve de prévenir les clients des risques et effets sur les avoirs. - Cessions temporaires de titres et collatéralisation : des mesures spécifiques doivent assurer que le collatéral fourni par les clients de détail et professionnels est à tout moment approprié. - Dépôts des fonds des clients Exigence de diversification des dépôts auprès de tiers : à prendre en compte dans la sélection et revue du tiers ; Dépôts intra-groupe : limités à 20%, sauf si la disproportion de cette exigence peut être démontrée dans une situation donnée. 38

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Textes de référence : articles 314-76 et 325-6 du règlement général de l AMF SOMMAIRE

Textes de référence : articles 314-76 et 325-6 du règlement général de l AMF SOMMAIRE Position recommandation AMF n 2013-10 Rémunérations et avantages reçus dans le cadre de la commercialisation et de la gestion sous mandat d instruments financiers Textes de référence : articles 314-76

Plus en détail

Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR

Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire?

AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire? AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire? Laurence Caron-Habib Responsable Affaires Publiques, BNP Paribas Securities Services JIR ASFFOR 18 septembre 2014 1 Agenda Introduction Directive AIFM

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. RÉGLEMENTAIRES FORME JURIDIQUE TreeTop Asset Management S.A. (ci-après «TREETOP» ou la «Société») est une société anonyme

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement d INTERPOL sur le traitement des données [III/IRPD/GA/2011(2014)] REFERENCES 51 ème session de l Assemblée générale, résolution AGN/51/RES/1, portant adoption du

Plus en détail

Directive MIFID 2 : Synthèse des enjeux

Directive MIFID 2 : Synthèse des enjeux ! Point de vue Directive MIFID 2 : Synthèse des enjeux Réalisé par : Edouard MARCEROU Manager +33 6 80 47 95 97 Edouard.marcerou@99-advisory.com Jean-Marie LE FUR Manager +33 6 63 48 74 33 Jean-marie.lefur@99-advisory.com

Plus en détail

12 e journée d information

12 e journée d information 12 e journée d information des RCCI et desrcsi Jeudi 22 mars 2012 Palais des Congrès - Paris L actualité législative et réglementaire par les services de l AMF 12 12 e e 18 d information des des RCCI et

Plus en détail

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable PARVEST World Agriculture a été lancé le 2 avril 2008. Le compartiment a été lancé par activation de sa part N, au prix initial

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM.

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM. STATUT, RÈGLES ET PRINCIPES DIRECTEURS DE L ACFM Version administrative 1 er octobre 2010 PRÉAMBULE Le présent document constitue une version administrative des Statut, Règles et Principes directeurs de

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle vendredi 25 mai 2012 Intervenant : Michel JORNET Directeur Associé JORNET FINANCE CONSULTING Les principes

Plus en détail

TABLEAU DE SUIVI DES CONSULTATIONS

TABLEAU DE SUIVI DES CONSULTATIONS TABLEAU DE SUIVI DES CONSULTATIONS lancement Consultation Emetteur clôture Réponse AMAFI (Réf. / date) Consultations en cours 18/02/15 Consultation sur la revue de la Directive Prospectus 13/05/15 18/02/15

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

(Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 53, paragraphe 1,

(Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 53, paragraphe 1, 12.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 173/349 DIRECTIVE 2014/65/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 concernant les marchés d instruments financiers et modifiant la directive

Plus en détail

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques Outil d autoévaluation LPRPDE Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques table des matières Utilité de cet outil... 3 Utilisation de cet outil... 4 PARTIE 1 : Guide

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 1- Introduction Ce document de politique d exécution des ordres (ci-après «la Politique») vous est proposé (client ou futur client) en accord avec la «Provision des Services

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM Guide AIFM Société de gestion

DIRECTIVE AIFM Guide AIFM Société de gestion 2003-2013 DIRECTIVE AIFM Guide AIFM Société de gestion Avril 2013 Guide AIFM Société de Gestion 1. Définitions et textes applicables... 3 1.1. Quels sont les textes européens de référence?... 3 1.2. Qu

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 7.6.2012 Journal officiel de l Union européenne C 161/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 22 mars 2012 sur i) une proposition de directive concernant

Plus en détail

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES Introduction NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application de

Plus en détail

(Actes législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes législatifs) RÈGLEMENTS 12.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 173/1 I (Actes législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 596/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 avril 2014 sur les abus de marché (règlement

Plus en détail

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier.

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier. Ce texte a été élaboré par la CSSF à des fins d information ; seul le texte publié au Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg fait foi. Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes

Plus en détail

Crowdfunding. Présentation conférence EIFR -18 décembre2014

Crowdfunding. Présentation conférence EIFR -18 décembre2014 Crowdfunding Présentation conférence EIFR -18 décembre2014 Marie-Agnès NICOLET Présidente fondatrice de Regulation Partners marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40 / +33.1.46.22.65.34

Plus en détail

Ratios. Règlementation prudentielle des OPCVM. Juin 2012 LE CADRE GÉNÉRAL RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT

Ratios. Règlementation prudentielle des OPCVM. Juin 2012 LE CADRE GÉNÉRAL RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT LE CADRE GÉNÉRAL Règlementation prudentielle des OPCVM RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT Ratios RÈGLES APPLICABLES PAR CATÉGORIE D OPCVM Juin 2012 AUTRES RATIOS ANNEXES

Plus en détail

Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013

Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013 Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013 Laurent Fessmann, Baker & McKenzie Luxembourg Sandrine Leclercq, Baker & McKenzie Luxembourg Anne Landier-Juglar, Caceis Baker & McKenzie Luxembourg

Plus en détail

«Transformez vos risques en valeurs»

«Transformez vos risques en valeurs» «Transformez vos risques en valeurs» Version de démonstration : pour consulter la version complète, contactez Hiram Finance Régulation des marchés financiers - Revue technique Mois d octobre 2011 (n 7

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité.

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Du 30 Mars au 10 Avril 2015 Récapitulatif: Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Mise à jour de la liste des Contreparties Centrales autorisées en Europe. Lancement d un projet conjoint

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATESFORMES ET DES PORTEURS DE PROJET Selon les modalités de financement retenues, un opérateur de crowdfunding peut être soumis au respect

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT EN LIGNE ÉLECTRONIQUE AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Conférence sur le crowdfunding. Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris

Conférence sur le crowdfunding. Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris Conférence sur le crowdfunding Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris SOMMAIRE Le financement participatif 1. Les modalités du financement participatif 2. Les risques encourus 3. La réglementation

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen!

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Commission européenne Entreprises et industrie Table des matières Qu est-ce que le marquage CE? Qu est-ce que le marquage CE? 3 Obligations légales

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

Sommaire. Document créé le 18 décembre 2012, modifié le 4 février 2015 1/48

Sommaire. Document créé le 18 décembre 2012, modifié le 4 février 2015 1/48 Position - recommandation AMF Guide d élaboration du programme d activité des sociétés de gestion de portefeuille et des placements collectifs autogérés DOC-2012-19 Textes de référence : articles 311-1,

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz.

Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz. Conditions générales Mercedes-Benz Accessories GmbH Une société du groupe Daimler Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz.

Plus en détail

Fonctions Informatiques et Supports Opérationnels

Fonctions Informatiques et Supports Opérationnels Fonctions Informatiques et Supports Opérationnels Nos métiers par activité Nos métiers de l informatique comprennent d une part un volet études et d autre part la gestion des infrastructures ; les fonctions

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Ratios. Réglementation prudentielle des OPC. Juillet 2014 LE CADRE GÉNÉRAL RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT

Ratios. Réglementation prudentielle des OPC. Juillet 2014 LE CADRE GÉNÉRAL RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT LE CADRE GÉNÉRAL Réglementation prudentielle des OPC RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT Ratios RÈGLES APPLICABLES PAR CATÉGORIE D OPC Juillet 2014 AUTRES RATIOS ANNEXES

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Avertissement sur les Risques Associés aux CFDs

Avertissement sur les Risques Associés aux CFDs CMC MARKETS UK PLC Avertissement sur les Risques Associés aux CFDs January 2015 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Agréée et réglementée par la Financial

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme (Mémorial A N 224 du 24 décembre 2013) La Direction

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers

Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Textes de référence : article L. 541-1 du code monétaire et financier

Plus en détail

LES NOUVEAUX INDICATEURS STATISTIQUES DU FMI

LES NOUVEAUX INDICATEURS STATISTIQUES DU FMI LES NOUVEAUX INDICAEURS SAISIQUES DU FI À la fin de 1994 et au début de l année 1995, la répétition et la sévérité des désordres sur les marchés de capitaux, et récemment la crise financière du exique

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Janvier 2008 ISBN 978-2-550-51851-8 (PDF seulement) (3 e édition) ISBN 978-2-550-49637-3 (PDF seulement) (1 re édition) La consolidation des états

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

GROUPE EXANE POLITIQUE D'EXÉCUTION

GROUPE EXANE POLITIQUE D'EXÉCUTION GROUPE EXANE POLITIQUE D'EXÉCUTION MENTIONS LÉGALES Exane 2015. Tous droits réservés. Aucune partie du présent document ne peut être reproduite, sous quelque format ou par quelque moyen que ce soit électronique,

Plus en détail

ALMA CAPITAL INVESTMENT FUNDS

ALMA CAPITAL INVESTMENT FUNDS ALMA CAPITAL INVESTMENT FUNDS Société d'investissement à capital variable PROSPECTUS Janvier 2014 VISA 2014/92763-7340-0-PC L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg,

Plus en détail

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1 CADRE DE TRAVAIL Principes à suivre pour les coopératives de services financiers adoptant une approche de notation interne pour le risque de crédit et / ou une approche standard ou de mesure avancée pour

Plus en détail

AGICAM 14 rue Auber 75009 Paris Paris, le 18 mai 2015

AGICAM 14 rue Auber 75009 Paris Paris, le 18 mai 2015 AGICAM 14 rue Auber 75009 Paris Paris, le 18 mai 2015 Objet : Modifications du FIA ALM ANDRENA Madame, Monsieur, Vous êtes porteurs de parts du FIA ALM ANDRENA (FR0010962936). 1. L opération Nous vous

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET SELECTION D UN GESTIONNAIRE D UN FONDS PROFESSIONNEL DE CAPITAL INVESTISSEMENT CIBLANT LE DOMAINE DES MATERIAUX

APPEL A MANIFESTATION D INTERET SELECTION D UN GESTIONNAIRE D UN FONDS PROFESSIONNEL DE CAPITAL INVESTISSEMENT CIBLANT LE DOMAINE DES MATERIAUX Pôle Entreprises Service Accompagnement et Projets d entreprises APPEL A MANIFESTATION D INTERET SELECTION D UN GESTIONNAIRE D UN FONDS PROFESSIONNEL DE CAPITAL INVESTISSEMENT CIBLANT LE DOMAINE DES MATERIAUX

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

SMART SAVINGS : PROTECTION DES CLIENTS DANS LA PROCEDURE D EPARGNE

SMART SAVINGS : PROTECTION DES CLIENTS DANS LA PROCEDURE D EPARGNE SMART SAVINGS : PROTECTION DES DANS LA PROCEDURE D EPARGNE Une vue d ensemble de l intégration des pratiques de protection du client par les institutions de microfinance dans la procédure d épargne. 1

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

HSBC ETFs PLC PROSPECTUS. 6 octobre 2014

HSBC ETFs PLC PROSPECTUS. 6 octobre 2014 Il est recommandé aux investisseurs potentiels de lire attentivement ce Prospectus dans son intégralité et de consulter un courtier, un conseiller bancaire, un juriste, un comptable ou tout autre conseiller

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Normes. Exigences de communication financière au titre du troisième pilier version révisée

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Normes. Exigences de communication financière au titre du troisième pilier version révisée Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Normes Exigences de communication financière au titre du troisième pilier version révisée Janvier 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Table des matières. Schéma B Schéma C. Annexe II

Table des matières. Schéma B Schéma C. Annexe II Loi du 20 décembre 2002 concernant les organismes de placement collectif et modifiant la loi modifiée du 12 février 1979 concernant la taxe sur la valeur ajoutée, telle qu elle a été modifiée par la loi

Plus en détail

XTRADE TRADING CFD EN LIGNE. XTRADE - XFR Financial Ltd. est régulée par la CySEC, Licence CIF no 108/10

XTRADE TRADING CFD EN LIGNE. XTRADE - XFR Financial Ltd. est régulée par la CySEC, Licence CIF no 108/10 XTRADE TRADING CFD EN LIGNE POLITIQUE RELATIVE AU MEILLEUR INTÉRÊT ET AUX ORDRES D'EXÉCUTION 1. Introduction La présente Politique relative au meilleur intérêt et aux Ordres d'exécution ("la Politique")

Plus en détail

REVISION DE LA DIRECTIVE ABUS DE MARCHE

REVISION DE LA DIRECTIVE ABUS DE MARCHE REVISION DE LA DIRECTIVE ABUS DE MARCHE Principaux changements attendus 1 Le contexte La directive Abus de marché a huit ans (2003) Régimes de sanctions disparates dans l Union Harmonisation nécessaire

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail