entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation"

Transcription

1 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices 1. L intérêt économique à exercer une option d achat 2. L intérêt économique à exercer une option de vente 3. Les incidences d un swap de taux d intérêt 4. Les incidences d un swap de monnaies 5. La comptabilisation d une option de vente 6. Les dérivés couverts par l IAS Les éléments ne pouvant être couverts dans une relation de couverture 8. Les opérations de couverture 9. Une option de vente en dehors de la monnaie 10. Un contrat de change à terme libellé en deux monnaies étrangères 11. La comptabilisation d un contrat à terme avec option de report 12. La désignation d un élément couvert 13. Les renseignements à fournir au sujet d une couverture de flux de trésorerie Problèmes de compréhension Durée Degré de (en min) difficulté 1. La comptabilisation d une option de vente 30 Moyen 2. La comptabilisation d une option de vente 30 Moyen 3. La comptabilisation d un contrat à terme boursier 50 Moyen 4. La comptabilisation d un swap couvrant un billet à payer 30 Moyen 5. La comptabilisation d un swap couvrant des obligations à payer 40 Moyen 6. Une couverture de flux de trésorerie d une transaction prévue 45 Moyen 7. La cessation de la comptabilité de couverture 20 Moyen 8. Un emprunt d or par un producteur d or 20 Difficile 9. Une double couverture 50 Difficile 10. Une double couverture 50 Difficile Analyse de cas 1. La gestion du risque de flux de trésorerie lié aux taux d intérêt 30 Difficile Questions de révision 1. D abord, tout investisseur peut acquérir les options d achat d actions sur les marchés, alors que seuls les employés de la société émettrice détiennent des options accordées par les entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation canadienne de compensation des produits dérivés ont une courte échéance, alors que les options d achat d actions émises par les sociétés ont souvent une longue échéance. Enfin, le but visé par des options d achat d actions est de parier sur les variations de valeur de l action sous-jacente ou de se protéger de celles-ci, alors que la société émettrice d options souhaite favoriser l accès à l actionnariat. 2. D abord, Corporation canadienne de compensation des produits dérivés émet les options d achat d actions négociées sur les marchés organisés, alors que les entreprises émettent les bons de souscription sur leurs propres actions. Ensuite, le détenteur d options d achat d actions parie sur les variations de valeur de l action sous-jacente ou se protège de celles-ci, alors que l émetteur de bons de souscription désire plutôt rendre ses titres plus attrayants du point de vue des investisseurs. Les options d achat d actions et les bons de souscription se ressemblent parce que les deux titres se négocient à la Bourse et que tout investisseur peut donc en détenir. 858

2 Chapitre : Les dérivés et la comptabilité de couverture 3. D abord, Corporation canadienne de compensation des produits dérivés émet les options d achat d actions négociées sur les marchés organisés, alors que les entreprises émettent les droits de souscription sur leurs propres actions. Ensuite, tout investisseur peut acquérir les options d achat d actions sur les marchés, alors que les droits de souscription s adressent aux actionnaires de l entreprise. Enfin, le détenteur d options d achat d actions parie sur les variations de valeur de l action sous-jacente ou se protège de celles-ci, alors que le détenteur d un droit de souscription s assure de maintenir son niveau de participation dans la société émettrice. 4. Un contrat à terme de gré à gré se négocie entre deux parties qui fixent les caractéristiques du contrat. Ces ententes s apparentent à des engagements d achat ou de vente de marchandises. Un contrat à terme boursier s échange sur des marchés organisés, et les investisseurs ne peuvent donc pas en négocier les conditions. Les investisseurs peuvent simplement choisir d acheter des contrats si les conditions leur conviennent ou de ne pas les acheter dans le cas contraire. Lors de l acquisition d un tel contrat, le détenteur doit verser un dépôt initial dont le montant est par la suite redressé au fil des fluctuations de la juste valeur du sous-jacent. À l échéance, les deux parties n échangent pas physiquement le sous-jacent. Le détenteur de la position acheteur reçoit la différence entre l excédent de la juste valeur du sous-jacent sur le prix fixé au contrat, alors que le détenteur de la position vendeur verse cet écart. 5. Un contrat à terme se distingue d une option en ce qu il oblige le détenteur à acheter ou à vendre un sous-jacent à un prix fixé pendant une période déterminée. 6. Les deux parties font uniquement un dépôt chez leur courtier à titre de garantie de leur engagement. La Bourse et la Chambre de compensation fixent le montant minimal du dépôt, mais les maisons de courtage peuvent exiger un dépôt plus élevé de la part de leurs clients. Le dépôt initial n est pas remboursable avant l échéance du contrat. Pendant la durée du contrat, les maisons de courtage réajustent quotidiennement ce dépôt, appelé «marge», en fonction des variations de la juste valeur au comptant du sous-jacent au contrat. 7. Un swap est une opération par laquelle deux participants échangent des flux financiers selon des modalités prédéterminées. 8. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela. D abord, un refinancement peut entraîner la renégociation de clauses contractuelles moins avantageuses que celles qui ont été conclues dans le contrat de financement initial. Ensuite, un refinancement peut se faire à un taux d intérêt plus élevé que le taux initial. Enfin, les coûts du refinancement peuvent être élevés. 9. La juste valeur d un swap se calcule à l aide de la formule ci-après. On prend le taux d intérêt du marché à la date de l évaluation comme taux d actualisation : Valeur actuelle des encaissements attendus liés au swap Moins Valeur actuelle des décaissements attendus liés au swap 10. Un dérivé incorporé est une composante d un instrument financier composé. Par exemple, le porteur d obligations convertibles détient un premier actif financier sous forme de titres d emprunt, soit le droit de recevoir de la trésorerie couvrant les intérêts et le remboursement du principal, et un second sous forme d instrument de capitaux propres, soit l option d obtenir des actions de l émetteur. En substance, l option de conversion s apparente à une option d achat d actions et elle constitue un dérivé incorporé. 11. Une entreprise doit initialement comptabiliser distinctement un contrat hôte et un dérivé incorporé lorsque le contrat présente les trois caractéristiques suivantes : 1 Les caractéristiques économiques et les risques du dérivé incorporé ne sont pas étroitement liés aux caractéristiques économiques et aux risques du contrat hôte ; 2 Un instrument séparé comportant les mêmes conditions que le dérivé incorporé répondrait à la définition d un dérivé ; 3 L instrument composé n est pas évalué à la juste valeur avec comptabilisation des variations de la juste valeur en résultat dès qu elles surviennent (c est-à-dire qu un dérivé incorporé dans un actif ou un passif financier désigné À la juste valeur par le biais des profits et des pertes n est pas séparé). 859

3 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 860 Troisième partie : Le financement des ressources 12. Une entreprise doit comptabiliser de la façon décrite à l IAS 39 un instrument financier dérivé qui possède les trois caractéristiques suivantes : 1 Sa valeur fluctue en fonction d une variation d un taux d intérêt spécifié, du prix d un instrument financier, du prix d une marchandise, d un cours de change, d un indice de prix ou de taux, d une notation ou d un indice de crédit ou d une autre variable, à condition que, dans le cas d une variable non financière, la variable ne soit pas propre à une des parties au contrat (parfois appelé le «sous-jacent») ; 2 Il ne requiert aucun investissement initial net ou un investissement initial net inférieur à celui qui serait nécessaire pour d autres types de contrats dont on pourrait attendre des réactions similaires aux évolutions des conditions du marché ; 3 Il est réglé à une date future. 13. Un instrument financier synthétique est un regroupement d instruments financiers, par exemple, la combinaison d une dette à taux d intérêt variable et d un swap par lequel une entreprise reçoit des intérêts à taux variable et paie des intérêts à taux fixe. La combinaison des deux instruments place l entreprise dans la même situation que si elle avait initialement contracté une dette à taux fixe. 14. Une opération de couverture est une opération par laquelle l entreprise ouvre une position symétrique à une autre position qu elle possède déjà pour se protéger d un risque. Le point de départ de toute opération de couverture est donc le fait qu une entreprise s expose déjà à un risque. Une couverture efficace repose sur les variations de la juste valeur ou des flux de trésorerie inverses entre l instrument de couverture et l élément couvert (ou la position couverte). 15. Face à la volatilité des marchés, les entreprises peuvent essentiellement viser deux objectifs. Elles peuvent vouloir spéculer sur la valeur des titres pour obtenir des profits importants ou elles peuvent chercher à se protéger contre d éventuelles variations de la juste valeur ou des flux de trésorerie d un actif ou d un passif. 16. Les entreprises cherchent à se protéger surtout pour éviter de manquer de trésorerie, car le fait de subir des pertes signifie qu on se prive de trésorerie. Elles peuvent aussi se protéger afin que les gestionnaires concentrent leurs énergies là où ils excellent, c est-à-dire sur la gestion des activités opérationnelles plutôt que sur la gestion des risques financiers. 17. Les entreprises disposent de divers outils pour se protéger contre les risques. Afin de réduire le risque propre à un actif, par exemple, elles peuvent s inspirer des théories financières et diversifier leur portefeuille d actifs. Pour réduire les risques de marché, de crédit ou de liquidité, elles peuvent aussi conclure des opérations de couverture ; elles sont alors conscientes de limiter les possibilités qu elles ont de réaliser des profits. 18. Oui. Une entreprise peut se couvrir contre le risque de marché lié au taux de change en détenant un actif financier non dérivé ou en assumant un passif financier non dérivé. 19. Une entreprise peut grouper plusieurs actifs ou plusieurs passifs semblables, en terme d exposition au risque, et désigner le groupe à titre d élément couvert. De plus, la juste valeur de chaque titre composant le groupe doit fluctuer en raison du risque couvert de façon à peu près proportionnelle à la variation totale du groupe. Par exemple, une entreprise peut grouper toutes ses créances à taux fixe et les désigner à titre d élément couvert. Elle peut aussi grouper des emprunts bancaires de même durée et libellés dans une même monnaie même si le taux d intérêt de chaque prêt diffère. Toutefois, elle ne peut pas regrouper des placements en actions de diverses sociétés, car la juste valeur des actions de chaque société varie différemment selon le risque de marché. 20. Aux fins de la comptabilisation, on doit d abord distinguer les types de couverture, soit les couvertures de juste valeur et les couvertures de flux de trésorerie. Lorsqu une entreprise applique les principes de la comptabilité de couverture à une couverture de juste valeur, elle comptabilise en résultat les profits et les pertes découlant de la variation de la juste valeur de l élément couvert et de l élément de couverture dès que ces profits et pertes se réalisent. Si l entreprise comptabilise par ailleurs l élément couvert au coût amorti, elle ajuste, en contrepartie, la valeur comptable de ce dernier. L entreprise amortit ensuite cet ajustement de la valeur comptable de l élément couvert selon la méthode du taux d intérêt effectif. L entreprise peut commencer l amortissement dès qu elle comptabilise l ajustement et au plus tard lorsque la relation de couverture cesse. Le taux d intérêt utilisé est celui qui a cours à la date où l amortissement commence. 860

4 Chapitre : Les dérivés et la comptabilité de couverture Placement en actions disponibles à la vente des actions disponibles à la vente (RG) Augmentation de la valeur des actions Disponibles à la vente ( $ $). 1 er octobre 20X1 des actions disponibles à la vente (RG) Placement en actions disponibles à la vente Diminution de la valeur des actions Disponibles à la vente ( $ $). Caisse Placement en actions disponibles à la vente Vente des actions Disponibles à la vente. des actions disponibles à la vente (R) des actions disponibles à la vente (RG) Virement en résultat des montants cumulés en résultat global. b) Écritures de journal dans l hypothèse où la société fait appel à la comptabilité de couverture 1 er mars 20X1 Placement en option de vente Couverture Caisse Acquisition d une option de vente à titre de couverture d un placement en actions de CCL. 31 mai 20X1 Placement en option de vente Couverture de l option de vente de couverture (R) Augmentation de la valeur de l option de vente détenue à des fins de couverture ( $ $). des actions disponibles à la vente couvertes (R) Placement en actions disponibles à la vente (position couverte) Diminution de la valeur des actions Disponibles à la vente auxquelles est appliquée la comptabilité de couverture ( $ $). 1 er septembre 20X1 de l option de vente (R) Placement en option de vente Diminution de la valeur de l option de vente ( $ 0 $). Placement en actions disponibles à la vente des actions disponibles à la vente couvertes (G) Augmentation de la valeur des actions Disponibles à la vente ( $ $). 1 er octobre 20X1 des actions disponibles à la vente (RG) Placement en actions disponibles à la vente Diminution de la valeur des actions. 873

5 Troisième partie : Le financement des ressources 2 janvier 20X0 Caisse ,00 Billet à payer ,00 Émission d un billet échéant le 31 décembre 20X4. 31 décembre 20X0 Intérêts débiteurs ,00 Paiement des intérêts annuels sur le billet à payer. CBL ne comptabilise pas les variations de valeur sur son billet à payer, car elle l a désigné Autre passif financier. 2 janvier 20X1 Aucune écriture, car la juste valeur du swap est nulle, comme le montrent les calculs suivants : Valeur actuelle des intérêts à recevoir [ $ 9 % (VA 4 9 % )] ( $ 3, *) ,40) $ Valeur actuelle des intérêts à payer [ $ 9 % (VA 4 9 % )] ( $ 3, *) Juste valeur du swap * Voir la table 4, p. A décembre 20X1 Intérêts débiteurs ,00 Paiement des intérêts annuels sur le billet à payer. Aucune écriture n est requise quant au swap, car sa valeur n a pas changé. ( ,40) $ 0) $ Puisque le taux d intérêt à payer (7 % 2 %) est identique au taux d intérêt à recevoir, CBL n a aucun encaissement ni décaissement net afférent au swap. Puisque la société utilise la comptabilité de couverture, elle doit comptabiliser en résultat l augmentation de la valeur du passif. Toutefois, le taux du marché du billet à payer étant demeuré stable à 8 %, aucun ajustement n est requis au billet à payer. 31 décembre 20X2 Intérêts débiteurs ,00 Paiement des intérêts annuels sur le billet à payer. Swap 8 916,33 du swap (R) 8 916,33 Variation de la juste valeur du swap. Valeur actuelle des intérêts à recevoir [ $ 9 % (VA 2 8 % )] ( $ 1, *) 80 6,93) $ Valeur actuelle des intérêts à payer [ $ 8 % (VA 2 8 % )] ( $ 1, *) Juste valeur du swap * Voir la table 4, p. A1.15. (71 330,60) $ 8 916,33) $ Pour calculer la juste valeur du swap, on utilise comme taux d actualisation le taux d intérêt du marché à cette date, majoré de 2 %. On tient aussi pour acquis que ce taux restera stable. du billet à payer (R) 9 040,22 Billet à payer 9 040,22 Variation de la juste valeur du billet. 878

6 Troisième partie : Le financement des ressources Valeur actuelle du principal [ $ (va 1 9 % )] ( $ 0, *) ,50 $ Valeur actuelle des intérêts à payer [ $ 8 % (va 1 9 % )] ( $ 0, *) , $ Juste valeur du billet à payer ,74 $ Valeur comptable ,22 $ Profit à comptabiliser ,48 $ * Voir la table 2, p. A décembre 20X4 Intérêts débiteurs ,00 Paiement des intérêts annuels sur le billet à payer. Profit/perte découlant de la variation de valeur du Swap (R) 454,55 Swap 4 545,45 Caisse 5 000,00 Paiement des intérêts sur le swap le 31 décembre 20X3 (4 545,45 $ 10 %). du billet à payer (R) 4 587,26 Billet à payer 4 587,26 Variation de la juste valeur du billet ( ,00 $ ,74 $). Billet à payer ,00 Caisse ,00 Échéance du billet à payer. De 20X0 à 20X4, les variations de la juste valeur du billet à payer s annulent. Si le billet à payer arrivait à échéance, disons seulement en 20X9, la société commencerait à amortir les ajustements comptabilisés au compte Billet à payer à compter du 1 er janvier 20X5, et ce, jusqu à la date d échéance des obligations. P 5. La comptabilisation d un swap couvrant des obligations à payer (40 minutes moyen) a) Calcul des flux de trésorerie et de la charge d intérêts Le calcul des flux de trésorerie 20X0 20X1 20X2 20X3 20X4 1 o Décaissement lié aux intérêts sur les obligations à payer ( $ 8 %) Décaissement lié au remboursement des obligations Encaissement lié au swap ( $ 9 %) (40 000) $ (40 000) $ ) $ (40 000) $ ) $ (40 000) $ ) $ (40 000) $ ( ) $ ) $ Décaissement lié au swap [ $ (7 % 2 %)] (45 000) $ [ $ (7 % 2 %)] (45 000) $ [ $ (6 % 2 %)] (40 000) $ [ $ (7 % 2 %)] 2 o Flux de trésorerie sur le swap, montant net 3 o Flux de trésorerie, montant net ) $ ) $ ) $ ) $ (45 000) $ 0) $ 0) $ 0) $ 5000) $ 0) $ (40 000) $ (40 000) $ (40 000) $ (35 000) $ ( ) $ 880

7 Troisième partie : Le financement des ressources 31 décembre 20X1 Intérêts débiteurs ,11 Obligations à payer 3 542,11 Paiement des intérêts annuels sur les obligations et amortissement du coût des obligations selon la méthode du taux d intérêt effectif. Aucune écriture n est requise quant au swap, car sa valeur n a pas changé. Puisque le taux d intérêt servant à calculer le décaissement, soit le taux de base au 1 er janvier 20X1 majoré de 2 %, correspond au taux fixe servant à calculer l encaissement, BDL n a aucun encaissement ni décaissement net afférent au swap. 31 décembre 20X2 Intérêts débiteurs ,90 Obligations à payer 3 860,90 Paiement des intérêts annuels sur les obligations et amortissement du coût des obligations selon la méthode du taux d intérêt effectif. Swap 8 916,33 du swap (R) 8 916,33 Variation de la juste valeur du swap. Valeur actuelle des intérêts à recevoir [ $ 9 % (VA 2 8 % )] ( $ 1, *) 80 6,93) $ Valeur actuelle des intérêts à payer [ $ 8 % (VA 2 8 % )] ( $ 1, *) Juste valeur du swap * Voir la table 4, p. A1.15. (71 330,60) $ 8 916,33) $ Pour calculer la juste valeur du swap, on utilise comme taux d actualisation le taux d intérêt du marché à cette date, majoré de 2 %. On tient aussi pour acquis que ce taux reste stable. des obligations à payer (R) 8 795,91 Obligations à payer 8 795,91 Variation de la juste valeur des obligations. Valeur actuelle du principal [ $ (va 2 8 % )] ( $ 0, *) ,50) $ Valeur actuelle des intérêts à payer [ $ 8 % (VA 2 8 % )] ( $ 1, **) ,60) $ Juste valeur des obligations à payer ,10) $ Valeur comptable ( ,19) $ Profit à comptabiliser 8 795,91) $ * Voir la table 2, p. A1.9. ** Voir la table 4, p. A1.15. Le taux d actualisation correspond au taux d intérêt du marché à cette date. On notera que, dans cette dernière écriture, la société comptabilise en résultat le profit ou la perte découlant de la variation de valeur du passif, car elle utilise la comptabilité de couverture. En contrepartie, elle redresse la valeur comptable de la dette. Toutefois, à l échéance de ce passif désigné comme Autre passif financier, c est la valeur nominale qu elle remboursera. Dans un tel cas, l IASB recommande d amortir progressivement en résultat l ajustement comptabilisé dans le compte de passif. Cet amortissement peut démarrer dès qu un ajustement a été comptabilisé, soit le 31 décembre 20X2, mais doit 882

8 Troisième partie : Le financement des ressources Paiement des intérêts annuels sur les obligations et amortissement du coût des obligations selon la méthode du taux d intérêt effectif. Profit/perte découlant de la variation de valeur de swap (R) 454,55 Swap 4 545,45 Caisse 5 000,00 Paiments des intérêts sur le swap, devenu un passif des obligations à payer (R) 4 503,73 Obligations à payer 4 503,73 Variation de la juste valeur des obligations. Obligations à payer ,00 Caisse ,00 Échéance des obligations à payer. De 20X0 à 20X4, les profits et pertes découlant de la variation de valeur des obligations à payer s annulent. Si les obligations arrivaient à échéance, disons seulement en 20X9, la société commencerait à amortir les ajustements comptabilisés au compte Obligations à payer à compter du 1 er janvier 20X5, et ce, jusqu à la date d échéance des obligations. P 6. Une couverture de flux de trésorerie d une transaction prévue (45 minutes moyen) a) Merlin ltée peut désigner ses ventes futures à titre d élément couvert par une couverture de flux de trésorerie. Il n est pas nécessaire que l élément couvert dans une couverture de trésorerie soit un engagement ferme. Il suffit que ce soit une transaction prévue hautement probable. L historique des ventes permet de conclure que la société Merlin ltée pourra encore générer des ventes d au moins 10 millions de dollars américains. b) Écritures de journal 5 janvier 20X5 Aucune écriture n est requise, car la juste valeur des contrats à terme boursiers est nulle. 15 février 20X5 Contrats à terme boursiers Profit/Perte latent découlant de la variation de valeur des contrats à terme boursiers (RG) Augmentation de valeur du contrat à terme échéant à ce jour. Taux de change au début de la période 1,40 $ Taux du marché pour la période Augmentation du taux 1,38 $ 0,02 $ Notionnel du contrat à terme boursier $ Augmentation de valeur à comptabiliser $ Si Merlin ltée préparait des états financiers pendant le trimestre, elle devrait régulariser les comptes. Puisque l énoncé fournit seulement des renseignements sur l ensemble du trimestre, nous attendons la fin de chaque trimestre pour régulariser les comptes. Caisse Contrats à terme boursiers Échéance du premier contrat à terme boursier. Tout le long du premier trimestre Caisse Ventes Ventes du trimestre. 884

9 Troisième partie : Le financement des ressources 30 novembre 20X2 du placement en options de vente (R) Placement en option de vente Couverture Échéance des options de vente portant sur actions de Prometteuse ltée à 0,98 $ l action, au moment où la juste valeur d une action s élève à 1,35 $. Piscines à vagues ltée décide de ne pas exercer l option de vente, puisque la juste valeur d une action de Prometteuse ltée sur le marché au comptant excède le prix d exercice. La comptabilité de couverture ne peut être appliquée car la couverture n a pas été hautement efficace. Piscines à Vagues ltée doit décomptabiliser la valeur comptable de l option de vente. Placement en actions disponibles à la vente du placement en actions disponibles à la vente (G) Profit découlant de l augmentation de valeur des actions de Prometteuse ltée. Juste valeur d une action 1,35) $ Nombre d actions détenues ) $ Juste valeur du placement ) $ Valeur comptable Profit à comptabiliser (5 000) $ ) $ 31 décembre 20X2 Placement en actions disponibles à la vente du placement en actions disponibles à la vente (RG) Profit découlant de l augmentation de valeur des actions de Prometteuse ltée. Juste valeur d une action 1,38) $ Nombre d actions détenues ) $ Juste valeur du placement ) $ Valeur comptable Profit latent à comptabiliser ( ) $ 7 500) $ Caisse ➀ Placement en actions disponibles à la vente ➁ Aliénation de actions de Prometteuse ltée. Calculs : ➀ ( actions 1,38 $) ➁ ( $ $ $ $) du placement en actions disponibles à la vente (RG) du placement en actions disponibles à la vente (R) Transfert dans les résultats, au moment de la vente des actions, du profit découlant de la variation de valeur des actions réalisé pendant la période où Piscines à vague ltée n était pas couverte ( $ $ $). Dette bancaire Caisse Remboursement de la dette. Piscines à vagues ltée a comptabilisé en résultat un profit de $ sur les actions et une perte de $ sur les options. Le profit net de $ correspond aussi au montant net que la société a encaissé ( $ $ $). La décision de couverture ne s est pas avérée profitable, car la juste valeur des actions a augmenté. On ne peut toutefois pas conclure que cette décision était mauvaise, comme le montre la solution présentée en b), laquelle reflète l effet d une baisse de la juste valeur des actions de Prometteuse ltée. 890

10 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 09/10/09 15:29 Page 894 Troisième partie : Le financement des ressources La comptabilisation de la dette SML devra choisir une méthode pour évaluer la dette et les intérêts afférents et s assurer de présenter tous les renseignements pertinents dans ses états financiers. La première question qui se pose est de savoir si cette dette entre sous la portée de l IAS 39, intitulé «Instruments financiers Comptabilisation et évaluation». En règle générale, lorsqu un contrat porte sur un élément non financier et qu il est conclu et maintenu en vue de la livraison ou de la réception d un élément non financier, le contrat constitue un contrat à exécuter. Toutefois, le paragraphe (6) de l IAS 39 précise que lorsque la possibilité de régler le montant net par la remise de trésorerie ou d un autre instrument financier, ou encore par l échange d instruments financiers, n est pas explicitement prévue dans les modalités du contrat, mais que l élément non financier faisant l objet du contrat est immédiatement convertible en trésorerie, ce contrat constitue un dérivé. Étant donné que l or est immédiatement convertible en trésorerie, SML devra traiter ce contrat d emprunt à titre d instrument financier. De plus, le paragraphe AG30 de l IAS 39 précise que les paiements en intérêts ou en principal indexés sur des marchandises et incorporés dans un instrument d emprunt hôte, en vertu duquel le montant des intérêts ou du principal est indexé sur le prix d une marchandise (telle que l or), ne sont pas étroitement liés à l instrument hôte, car les risques inhérents à l instrument hôte et au dérivé incorporé sont dissemblables. SML devra donc comptabiliser séparément le contrat hôte, soit l emprunt, et le dérivé incorporé, soit l obligation d indexer les sommes remboursées en fonction de la valeur de l or sur le marché. L évaluation du prêt L évaluation du contrat hôte et du dérivé incorporé différera. SML désignera le contrat hôte à titre d Autre passif financier, comme toutes ses autres dettes non courantes, et elle le comptabilisera au coût amorti. Le coût représentera la trésorerie qu obtiendra SML en vendant l or que lui prêtera la maison de placement, ce qui correspondra à la juste valeur de l or au moment de l emprunt. En ce qui concerne le dérivé incorporé, SML doit absolument le désigner À la juste valeur par le biais des profits et des pertes et l évaluer à la juste valeur de l or à la date de publication des états financiers. L utilisation de cette méthode engendre des profits et des pertes comptabilisés en résultat dès que ceux-ci surviennent. Puisque l emprunt d or de SML protège celle-ci contre l autre risque de prix auquel sa production d or l expose, elle pourra désigner cette dette à titre de couverture de flux de trésorerie de sa production future d or. Si SML appliquait les principes de la comptabilité de couverture, elle cumulerait ces profits ou ces pertes dans les autres éléments du résultat global jusqu à la production de l or. Elle devrait alors transférer en résultat les profits et les pertes cumulés dans le résultat global au moment où l or produit serait comptabilisé au coût des ventes, ou inclure ce montant dans le coût de l or produit. À notre avis, SML devrait retenir ce mode de comptabilisation puisque, ainsi, la société renseigne adéquatement les utilisateurs des états financiers quant à la valeur des sacrifices futurs qu elle devra faire au moment de rembourser la dette. La présentation de la dette SML devra donner beaucoup d information complémentaire que nous vous expliquerons avec plaisir plus en détail ultérieurement. À titre d exemple, mentionnons les informations suivantes : Des informations sur le risque de liquidité. À cette fin, elle devra fournir une analyse des échéances des passifs financiers indiquant les échéances contractuelles restantes. Il serait souhaitable qu elle publie distinctement l analyse afférente aux instruments financiers dérivés et celle afférente à ses instruments financiers non dérivés. En ce qui concerne les éléments de couverture, SML devra fournir des informations qui permettront aux utilisateurs des états financiers de comprendre les objectifs qu elle vise en détenant ou en émettant ces instruments, le contexte nécessaire à la compréhension de ces objectifs, ainsi que ses stratégies pour les atteindre. Ainsi, elle donnera l information suivante : a) Le profit net ou la perte nette comptabilisé en résultat au cours de la période visée par les états financiers et représentant le montant de l inefficacité de la couverture ; b) Le profit net ou la perte nette comptabilisé en résultat au cours de la période visée par les états financiers et représentant la composante du profit ou de la perte sur l élément de couverture, le cas échéant, exclue de l appréciation de l efficacité ; c) Une description du ou des postes où sont présentés dans l état des résultats les profits nets ou les pertes nettes mentionnés aux deux paragraphes précédents ; d) Une description des opérations ou des autres événements qui entraîneront le virement, dans le résultat, des profits et des pertes qui sont d abord présentés dans le cumul des autres éléments du résultat global ; e) Le montant net estimatif des profits et des pertes existants présentés dans le cumul des autres éléments du résultat global dont on prévoit le reclassement dans le résultat au cours des 12 prochains mois ; 894

11 Chapitre : Les dérivés et la comptabilité de couverture 20 juin 20X1 des options d achat (R) 1 000,00 Options d achat 1 000,00 Échéance de l option sans que celle-ci soit exercée. La juste valeur de l option est nulle, car le prix de l aluminium sur le marché au comptant est inférieur au prix d exercice. Contrat à terme boursier ,00 Profit/Perte découlant de la variation de valeur du contrat à terme boursier (R) ,00 Variation de valeur du contrat à terme boursier. Notionnel, en dollars américains, du contrat à terme boursier $ Variation du taux de change (1,4705 1,3010) 0,1695 $ Juste valeur du contrat à terme boursier $ Valeur comptable Augmentation de valeur à comptabiliser 0 $ $ La diminution de valeur de $ des options ne représente que 6 % de l augmentation de valeur de contrat à terme boursier. Puisque la couverture n a pas été hautement efficace au cours de la période, l entreprise doit cesser d appliquer la comptabilité de couverture. Stock de marchandises ,88 Caisse ,88 Achat de 60 tonnes d aluminium selon un contrat d approvisionnement. Prix de l aluminium sur le marché au comptant, en dollars américains ,00 $ Taux de change du marché 1,4705 $ Débours lié à l acquisition de l aluminium ,88 $ LNL n exerce pas son option, car le prix de l aluminium sur le marché au comptant ( ,00 $ US) est inférieur au prix d exercice ( ,20 $ US). En vertu de son contrat à terme boursier, la société s est engagée à acheter $ US le 13 octobre 20X1, au taux de 1,3010 $ CA. Le 20 juin 20X1, le taux de change sur le marché a grimpé à 1,4705, ce qui avantage LNL. Cette dernière ne verse donc pas à son courtier un dépôt sur marge supplémentaire. Entre le 20 juin et le 15 octobre 20X1 Stock de produits en cours ,88 Caisse ,00 Stock d aluminium ,88 Coût de production des portes et des fenêtres. Stock de produits finis ,88 Stock de produits en cours ,88 Valeur comptable des portes et des fenêtres prêtes à être vendues. 13 octobre 20X1 du contrat à terme boursier (R) ,00 Contrat à terme boursier ,00 Variation de valeur d un dérivé. 903

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 18 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 570 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question N o 17 Exercices 1. Choix multiples 8. Une opération de refinancement 10

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement.

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement. Umbruch franz. 30.8.2006 16:06 Uhr Seite 183 Instruments financiers dérivés La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou

Plus en détail

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base /16/09 :08 PM Page 19 Chapitre : Les instruments financiers 11. Une entreprise peut modifier la désignation de certains de ses actifs financiers. Ainsi, elle peut transférer

Plus en détail

plutôt qu immédiatement. Il s agit d un effet à payer en bonne et due forme. Un dividende en

plutôt qu immédiatement. Il s agit d un effet à payer en bonne et due forme. Un dividende en 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:21 PM Page 790 5. Le dividende en numéraire constitue la forme la plus courante de dividende. Il s agit d une distribution d argent aux actionnaires. Un certificat

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Introduction Au cours de son existence, une société peut être amenée à effectuer différentes opérations sur son capital

Plus en détail

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5 Chapitre 34 Table des matières 1 Normes IFRS applicables... 1 1.1 Références... 1 1.2 Champ d application... 1 1.3 Définitions... 2 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3 2.1 Engagements au titre

Plus en détail

Instruments financiers comptabilisation et évaluation. Chapitre 3855

Instruments financiers comptabilisation et évaluation. Chapitre 3855 Instruments financiers comptabilisation et évaluation Chapitre 3855 Historique Combler un vide dans les PCGR Transparence dans le B/L et l E/R Aligner le Canada sur les PCGR américains et internationaux

Plus en détail

CHAPITRE 5 Le passif

CHAPITRE 5 Le passif CHAPITRE 5 Le passif Problème 5.1 L existence et l estimation des éléments de passif a) Oui. La partie des articles que la boutique s est engagée à acheter crée un passif au 25 novembre 20X6, puisque ces

Plus en détail

11 Les résultats et les bénéfices

11 Les résultats et les bénéfices 11 Les résultats et les bénéfices non répartis des sociétés par actions Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les résultats des sociétés par

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

9 Le passif à long terme

9 Le passif à long terme 9 Le passif à long terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments qui composent le passif à long terme 1 Les emprunts obligataires

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ ANNEXE A LA NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT N 2002-09 du 12 DECEMBRE 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Mise à jour 2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas

Mise à jour 2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas Mise à jour 2008 1 QEPC/MAJ 2008 MGLBD Page 325 Remplacer l exercice E1, no. 5. par le suivant. E1. Choix multiples 5. Lors de la restructuration d une dette à long terme au moyen de la remise d éléments

Plus en détail

8 Le passif à court terme

8 Le passif à court terme 8 Le passif à court terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments composant 1 le passif à court terme Les dettes dont le montant

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de TABLE DES MATIÈRES. MOYENNE DES TREIZE SOLDES MENSUELS DE LA DETTE 04... 5. COÛT MOYEN DE LA DETTE 04... 7. DESCRIPTION DE LA DETTE D HYDRO-QUÉBEC AU DÉCEMBRE 04...

Plus en détail

Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets de combustible nucléaire. États financiers 31 décembre 2014 (en dollars canadiens)

Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets de combustible nucléaire. États financiers 31 décembre 2014 (en dollars canadiens) Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets États financiers 31 décembre 2014 Le 5 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant Au fiduciaire de Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Mise à jour 2006 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas

Mise à jour 2006 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas Mise à jour 2006 1 QEPC/maj 2006 MGLBD Page 325 Remplacer l exercice E1, no. 5. par le suivant. E1. Choix multiples 5. Lors de la restructuration d une dette à long terme au moyen de la remise d éléments

Plus en détail

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités Actif EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités (en milliers de dollars US) Au Au 31 août Actif à court terme Espèces 43 418 $ 25 864 $ Placements temporaires 958 1 487 Comptes débiteurs

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

Subvention publique à recevoir Produits découlant d une subvention publique Confirmation par l État d une subvention publique.

Subvention publique à recevoir Produits découlant d une subvention publique Confirmation par l État d une subvention publique. 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:14 PM Page 357 Chapitre : Les immobilisations corporelles : acquisition et aliénation 15. a) Une subvention publique afférente aux activités opérationnelles courantes

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE..

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. Jean-Marc BUYSSCHAERT Les journées de l économie et de la gestion MARCHES DES CAPITAUX ET INSTRUMENTS FINANCIERS LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. UN EXERCICE SOUVENT PERILLEUX Plan de l intervention La

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné UNION BANCAIRE POUR LE COMMERCE ET L INDUSTRIE Société Anonyme au capital de 100.007.645 Dinars Siège Social : 139, Avenue de la Liberté, 1002-Tunis Registre

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES POLITIQUE DE RÉCUPÉRATION : VOLET EXPÉRIMENTAL En vigueur en date du 1er avril 2013 1. INTRODUCTION La présente politique s applique à tous les projets qui bénéficient de la participation financière du

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Objectif 1 L objectif de la présente norme est d imposer aux entités de fournir des informations dans leurs

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC ÉTABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) SCHL Décembre 2014 Le Centre d administration

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «ATB SUBORDONNE 2009»

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «ATB SUBORDONNE 2009» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE L OBLIGATION SUBORDONNEE SE CARACTERISE PAR SON RANG DE CREANCE CONTRACTUELLEMENT DEFINI PAR LA CLAUSE DE SUBORDINATION VISA du Conseil du Marché Financier

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 DÉRIVÉS DISPENSÉS 3. Dispenses de l obligation d inscription

Plus en détail

Les opérations courantes de l entreprise

Les opérations courantes de l entreprise Chapitre 4 Les opérations courantes de l entreprise Au terme de ce chapitre, vous saurez : 1. définir une opération courante ; 2. enregistrer comptablement un achat et une vente ; 3. définir les différentes

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS COMME FORME JURIDIQUE D ENTREPRISE

LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS COMME FORME JURIDIQUE D ENTREPRISE LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS COMME FORME JURIDIQUE D ENTREPRISE La société par actions est une entité juridique distincte et indépendante de ses actionnaires. LE CLASSEMENT DES SOCIÉTÉS PAR ACTIONS Une société

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION

NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 17 : CONTRATS DE LOCATION...3 1.1. PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière L établissement, la présentation et l intégrité des états financiers consolidés ci-joints, du rapport de gestion

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT

PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT 1. L article 2.1 de l Instruction générale relative

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9 UNITÉ 3 THÈME 4 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits Cned Site de Lyon Page 1 / 9 Thème 4 Unité 3 Thème 4 UNITÉ 3 THÈME 4...1 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Le cadre théorique de la comptabilité

Le cadre théorique de la comptabilité CHAPITRE 1 Le cadre théorique de la comptabilité chap. 1, n o 1 a) Le postulat relatif à la personnalité de l entreprise et le principe du rapprochement des produits et des b) Le postulat relatif à l indépendance

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ;

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ; CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT R-139 (tel que modifié par le R-139-2) RÈGLEMENT DÉLÉGUANT À CERTAINS EMPLOYÉS LE POUVOIR D EFFECTUER DES OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET DE SIGNER TOUT DOCUMENT REQUIS

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements se font

Plus en détail

NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS

NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 23 : COÛTS DES EMPRUNTS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

GUIDE EN COMPTABILITÉ

GUIDE EN COMPTABILITÉ PLACE À LA JEUNESSE GUIDE EN COMPTABILITÉ Le document présent vous présente un aperçu général de ce qu est la comptabilité. Certaines notions seront nécessaires à la complétion du cas académique en comptabilité;

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées Les Swaps 1 Définition Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées 2 Définitions Il y a deux types de swaps de taux : Les swaps de taux

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les Futures Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés

États financiers consolidés intermédiaires résumés États financiers consolidés intermédiaires résumés Pour les périodes de 13 semaines closes le et le 5 mai 2013 (non audité, en milliers de dollars canadiens, sauf indication contraire) État consolidé intermédiaire

Plus en détail

MODIFICATION N o 1 DATÉE DU 4 SEPTEMBRE 2015 APPORTÉE AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 29 JUIN 2015 (le «prospectus simplifié»)

MODIFICATION N o 1 DATÉE DU 4 SEPTEMBRE 2015 APPORTÉE AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 29 JUIN 2015 (le «prospectus simplifié») MODIFICATION N o 1 DATÉE DU 4 SEPTEMBRE 2015 APPORTÉE AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 29 JUIN 2015 (le «prospectus simplifié») visant le Fonds suivant : Catégorie d actions américaines améliorées Sprott*

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de 6 7 Le coût moyen réel de la dette est de 6,779 % pour l'année 0, comparativement à 7,0 % pour l'année 0. Le taux retenu par la Régie pour l'année 0 était de 7,00

Plus en détail

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Date : Octobre 2006 Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Arc-en-ciel inc. 1 Vincent Pagé, président de l entreprise Arc-en-Ciel inc., qui se spécialise dans la fabrication

Plus en détail

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle RÉSUMÉ DU MODULE 3 Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle Le présent module s intéresse à la comptabilisation de trois types de placements pouvant être faits par

Plus en détail

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill Juin 2015 Offre de services H3P L allocation du prix et la rationalisation du goodwill Purchase Price Allocation / PPA H3P Audit & Conseil - 30 rue des mathurins 75008 Paris - contact@h3p.com - www.h3p.com

Plus en détail

Questionnaire Profil d investisseur

Questionnaire Profil d investisseur SECTEUR : ASSET MANAGEMENT T +41 (0)21 634 30 88 F +41 (0)21 560 41 11 info@skm-sa.com Questionnaire Profil d investisseur Nom, Prénom du client Nom, Prénom du conseiller Lieu et date Question 1 Quand

Plus en détail

GUIDE DE REDRESSEMENT

GUIDE DE REDRESSEMENT GUIDE DE REDRESSEMENT BASCULEMENT AUX NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) LIÉS PAR UNE CONVENTION AVEC LA SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT (SCHL)

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES?

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? I- EXPOSE DU PROBLEME ET RECHERCHE DE SOLUTIONS AU REGARD DES REFERENTIELS COMPTABLES NATIONAL

Plus en détail

10 Le capital d apport des

10 Le capital d apport des 10 Le capital d apport des sociétés par actions Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les composantes des capitaux propres 1, 3 des sociétés

Plus en détail

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA États financiers trimestriels de L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA Trimestre terminé le L'OFFICE D'INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA Bilan (en milliers de dollars)

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Information comptable et management financier

Information comptable et management financier Information comptable et management financier APPLICATION Diagnostic financier Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor,

Plus en détail

COURS 470 Série 19. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 19. Comptabilité Générale COURS 470 Série 19 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION N 2015-01 du 7 janvier 2015 Relative au traitement comptable des titres, parts, actions et avances en comptes courants dans les Sociétés civiles de placement

Plus en détail

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 6571 Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux M. LE MAIRE, Rapporteur : Afin d assurer le financement

Plus en détail