POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés"

Transcription

1 POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés Présentée par Krzysztof Kuzniar Directeur, finances et administration Le lundi 29 mars 2010

2 Table des matières 1. Énoncé de politique Portée Objectifs d investissement Responsabilité et contrôle Investissements convenables et autorisés Paramètres d investissement Achat et garde des valeurs mobilières Performance Reddition de comptes Adoption de la politique générale d investissement

3 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE Ce document vise à définir une politique générale d investissement prudente et systématique, qui permettra d organiser et de régulariser les activités reliées aux investissements de l Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec (Ordre des CRHA). De plus, la politique doit prévoir l établissement de directives et de limites pour le secrétaire et le comité exécutif de l Ordre des CRHA en ce qui a trait à l investissement de fonds publics, et ce, de manière à obtenir le rendement optimal du capital investi avec le maximum de protection de ces fonds sans pour cela négliger les besoins quotidiens de flux de trésorerie de l Ordre des CRHA. Le portefeuille de placement de l Ordre des CRHA doit être conçu et géré de façon à maximiser cette source de revenus, être sensible à la confiance du public et être conforme aux prescriptions et restrictions juridiques. Le secrétaire ou le trésorier ne sont autorisés à investir les fonds de l Ordre des CRHA que dans la catégorie de valeurs mobilières énoncées dans la section 5.2 de ce document, et seulement si l investissement est, sous tout autre rapport, raisonnable et approprié. 2. PORTÉE La politique générale d investissement doit régir l investissement de tous les actifs financiers et fonds de l Ordre des CRHA, sauf dans le cas où une politique d investissement d actifs financiers et/ou de fonds spécifiques séparée aurait été approuvée ou adoptée. 3. OBJECTIFS D INVESTISSEMENT L Ordre des CRHA doit gérer et investir son encaisse selon quatre principaux objectifs énumérés ici par ordre de priorité : sécurité, liquidité, rendement et mandat public. La sécurité du capital investi demeure toujours l objectif principal. L Ordre des CRHA doit maintenir un programme bien conçu de gestion de l encaisse qui comprend le recouvrement des comptes débiteurs, le paiement des fournisseurs conformément aux modalités des factures et l investissement prudent de l encaisse disponible. 3.1 Sécurité La sécurité du capital est le principal objectif du programme d investissement. Les investissements doivent être effectués de façon à assurer la préservation du capital du portefeuille dans son ensemble. L objectif est de limiter les risques de crédit et les risques de taux d intérêt. Risque de crédit : l Ordre des CRHA minimise les risques de crédit ou de perte provoqués par l inefficacité de l émetteur de valeurs mobilières ou du bailleur de fonds, en : limitant les placements aux types les plus sûrs de valeurs mobilières; diversifiant le portefeuille de placements de façon à minimiser les pertes potentielles des valeurs mobilières individuelles. Risque de taux d intérêt : l Ordre des CRHA minimisera le risque qu une fluctuation des taux d intérêt généraux entraîne la baisse de la valeur marchande des valeurs mobilières du portefeuille en : structurant le portefeuille de placements de façon à ce que l échéance des valeurs mobilières réponde aux exigences d encaisse pour les activités courantes, évitant ainsi le besoin de vendre des valeurs mobilières sur le marché libre avant la date d échéance; investissant les fonds d exploitation principalement dans des valeurs mobilières à court terme, en fonds communs de placement, en instruments du marché monétaire, en comptes à haut taux d intérêt ou en fonds communs de placement semblables. 3

4 3.2 Liquidité Le portefeuille doit comporter suffisamment de placements liquides pour répondre à toutes les exigences d exploitation qui peuvent être raisonnablement prévues. Pour y parvenir, il faut structurer le portefeuille de façon à ce que les valeurs mobilières arrivent à échéance en même temps que les besoins d encaisse pour répondre aux demandes anticipées. Puisqu il est impossible de prévoir toutes les demandes d encaisse, le portefeuille devrait comprendre, en grande partie, des valeurs mobilières dans des marchés actifs secondaires ou de revente. Une portion du portefeuille devrait aussi être placée en investissements à court terme encaissables, en fonds communs de placement, en instruments du marché monétaire, en comptes d épargneplacement à intérêt élevé ou en fonds communs de placement semblables qui offrent une liquidité «même jour» pour des fonds à court terme. 3.3 Rendement Ce portefeuille de placements doit être conçu dans le but d atteindre un taux de rendement du marché tout au long des cycles budgétaires et économiques, en tenant compte des contraintes de risques d investissement et des besoins de liquidité. Le rendement des investissements est un facteur moins important que les objectifs de sécurité et de liquidité décrits ci-dessus. La majorité des investissements est limitée à des valeurs mobilières à risque relativement faible, en prévision d un gain équitable comparativement au risque accepté. 3.4 Mandat public Tous ceux qui participent au processus d investissement de l Ordre des CRHA devront réagir promptement à titre de dépositaires du mandat public. Les préposés officiels aux investissements doivent éviter toute transaction qui pourrait compromettre la confiance du public relativement à la capacité de l Ordre des CRHA de diriger de façon efficace. 4. RESPONSABILITÉ ET CONTRÔLE 4.1 Délégation de pouvoir La responsabilité de gestion du programme d investissement est déléguée au directeur, finances et administration de l Ordre des CRHA qui sera responsable de la mise en application du programme d investissement et de l établissement des procédures d investissement afin qu ils soient conformes à cette politique. Les procédures doivent comprendre des références à la garde des valeurs mobilières, à la livraison contre paiement, à la comptabilité du portefeuille et aux ententes de virement par fil. De telles procédures doivent aussi comprendre une délégation de pouvoir explicite aux personnes responsables des transactions de placement. Les personnes responsables ne peuvent entreprendre des transactions d investissement que selon les termes stipulés dans cette politique et les procédures établies par le directeur, finances et administration. Le directeur, finances et administration est autorisé à signer les ententes et les documents nécessaires à l exécution de cette politique. Le directeur, finances et administration est responsable de toutes les transactions entreprises et doit établir un système de contrôle pour réglementer les activités des subalternes. Le directeur, finances et administration doit posséder suffisamment de connaissances pratiques en économie et en marchés de valeurs mobilières et avoir l expérience de supervision ainsi que le jugement nécessaires pour assumer les responsabilités décrites dans cette politique d investissement. Le trésorier doit remplir ses obligations de surveillance périodique pour vérifier que le directeur finances et administration se conforme à cette politique. Le pouvoir d investissement du directeur, finances et administration est en vigueur jusqu à ce qu il soit résilié par le comité exécutif. 4

5 4.2 Prudence Le directeur, finances et administration doit appliquer la norme de prudence fondée sur la règle de l «investisseur prudent» qui déclare que : «Les investissements doivent être effectués avec jugement et soin, dans les circonstances prédominantes qui sont celles qu exercent une personne prudente, discrète et intelligente dans la gestion de ses propres affaires, pour l investissement et non pour la spéculation, tenant compte de la sécurité probable de leur propre capital aussi bien que du revenu possible qui peut en dériver». Pour déterminer si le directeur, finances et administration a agi avec prudence lors de ses décisions de placement, les facteurs suivants doivent être pris en considération : le placement de tous les fonds, ou des fonds sous le contrôle de l Ordre des CRHA, dont le directeur finances et administration est responsable, plutôt que la prudence d un seul investissement; la conformité de la décision d un placement avec la politique générale d investissement écrite de l Ordre des CRHA. 4.3 Indemnité Le directeur, finances et administration, agissant conformément aux procédures écrites et exerçant une diligence raisonnable, ne doit pas être tenu personnellement responsable d un risque de crédit de valeurs mobilières spécifiques ou de fluctuation des prix du marché, pourvu que cette déviation fasse immédiatement l objet d un rapport et que les mesures appropriées soient prises pour contrôler des conséquences défavorables. 4.4 Déontologie et conflit d intérêts Le directeur, finances et administration et ses subordonnés participant au processus de placement devront s abstenir d effectuer toute activité économique qui pourrait entrer en conflit avec l exécution et la gestion appropriées du programme d investissement ou qui pourrait nuire à leur capacité de prendre des décisions impartiales. Le directeur, finances et administration doit dévoiler toute position financière et d investissement qui pourrait être reliée au portefeuille de placement et doit éviter d effectuer des transactions d investissement personnelles avec la personne qui négocie pour le compte de l Ordre des CRHA. Le directeur, finances et administration de l Ordre des CRHA, qui entretient des relations d affaires personnelles avec un organisme intéressé à vendre des placements à l Ordre des CRHA, doit déposer une déclaration divulguant cet intérêt d affaires personnel. De plus, si le directeur, finances et administration est apparenté (au second degré ou moins) par affinité ou consanguinité à une personne intéressée à vendre des placements à l Ordre des CRHA, il doit faire une déclaration à cet effet. Une déclaration, requise en vertu de cette sous-section, doit être déposée auprès du comité exécutif de l entité. 5. INVESTISSEMENTS CONVENABLES ET AUTORISÉS 5.1 Gestion de portefeuille Actuellement, l Ordre des CRHA a une stratégie de «buy and hold»; les investissements sont donc achetés avec l intention d être conservés jusqu à échéance ou à long terme. Les valeurs mobilières peuvent cependant être vendues avant échéance si les conditions du marché offrent à l Ordre des CRHA l occasion de bénéficier de la transaction. Les valeurs mobilières peuvent être vendues pour les raisons suivantes : lorsqu une valeur mobilière au crédit décroissant peut être vendue tôt pour minimiser la perte du capital; lorsque l échange d une valeur mobilière pourrait améliorer la qualité, le rendement ou la durée visée du portefeuille; 5

6 lorsque les besoins de liquidité du portefeuille exigent que la valeur mobilière soit vendue. De plus, la situation du marché peut prescrire au directeur finances et administration de restreindre ou de refuser l achat d émissions spécifiques à certains moments donnés. Enfin, afin de respecter les objectifs de placement établis, la gestion du portefeuille doit favoriser l investissement dans des placements de qualité, adéquatement diversifiés à l intérieur de chaque classe d actifs admissible ainsi que dans le portefeuille dans son ensemble. De ce fait, hormis les placements effectués dans la classe d actifs de quasi-espèces en raison de la nécessité de maintenir des sommes importantes en liquidité, la répartition cible dans les classes admissibles est la suivante : Investissements à revenu fixe : 50 % % Investissements en titres de croissance : 0 % - 50 % Advenant un contexte peu favorable relativement au rendement potentiel en ce qui concerne le placement de liquidités à court terme, il est permis d élargir la gamme de véhicules de placements utilisés dans le cadre de la politique de placement à court terme (quasi-espèces), tout en assurant un niveau de risque global le plus bas possible. Cet élargissement des types d investissements utilisés permettrait de donner au portefeuille un deuxième souffle en y incluant des actifs de placement tels les actions privilégiées, les fonds de fiducie ou tout autre véhicule de placement peu volatile (ou d une volatilité raisonnable) offrant un taux de rendement plus intéressant. Il va sans dire que l utilisation de types d investissements autre que les quasi-espèces sera effectuée en fonction du taux offert par les quasi-espèces, du cycle économique, des opportunités sur le marché, de la liquidité des placements, etc. Tout compte fait, l utilisation de types d investissements autres que ceux présents dans la catégorie d actifs quasi-espèces aura pour but de complémenter ces derniers et non pas de les remplacer. 5.2 Types d investissements Quasi-espèces Comptes de banque et d épargne des banques à charte du Canada ou un membre de la Société d assurance dépôts du Canada (SADC) ou tout autre assureur-dépôt du trésor. Comptes d épargne-placement à intérêts élevés des banques à charte du Canada ou un membre de la Société d assurance dépôts du Canada (SADC) ou tout autre assureur-dépôt du trésor. Fonds communs de placement en instruments du marché monétaire sans frais d acquisition qui sont enregistrés et réglementés par la Commission des valeurs mobilières du Québec, qui maintiennent une valeur d actif net de 1,00 $ pour chaque unité et qui investissent principalement en titres d emprunt de premier rang, à court terme (un an ou moins). Bons du trésor et billets du trésor du gouvernement du Canada ou garantis par ce dernier. Bons du trésor et billets du trésor de n importe quelle province du Canada ou garantis par cette province. Bons d épargne du gouvernement du Canada ou garantis par ce dernier. Bons d épargne de n importe quelle province du Canada ou garantis par cette province. Certificats de placement garantis (CPG) d une banque à charte du Canada ou un membre de la Société d assurance dépôts du Canada (SADC) ou tout autre assureur-dépôt du trésor. Acceptations bancaires émises ou endossées par une banque à chartre du Canada à laquelle s applique la Loi sur les banques (Canada). 6

7 Billets de trésorerie classés comme ayant la qualité de crédit la plus élevée, au moment de l achat (R-1 high), dans le cadre du classement des échelles d évaluation de la Dominion Bond Rating Service (DBRS). Dépôts à terme d une banque à charte du Canada ou un membre de la Société d assurance dépôts du Canada (SADC) ou tout autre assureur-dépôt du trésor. Investissements à revenu fixe Obligations du gouvernement du Canada ou garanties par ce dernier. Obligations de n importe quelle province du Canada ou garanties par cette province. Obligations de sociétés dont la qualité est évaluée par un établissement d évaluation d investissements à au moins «A-» (Standard & Poor s), «A3» (Moody s) ou «A-» (Dominion Bond Rating Service). Obligations municipales garanties par les fonds généraux de la municipalité et certifiées par le ministre des Affaires municipales. De telles obligations doivent demeurer suffisamment liquides et pouvoir être vendues rapidement au prix courant sur un marché secondaire avant la date d échéance. Fonds communs à revenu fixe sans frais d acquisition enregistrés et réglementés par la Commission des valeurs mobilières du Québec, et principalement investis dans des valeurs mobilières à revenu fixe dont le rendement est élevé et de premier rang, émis par le gouvernement du Canada et des sociétés canadiennes. Investissements en titres de croissance Actions canadiennes étant définies par : actions ordinaires ou privilégiées de moyenne ou de grande capitalisation, de droits, de bons de souscription, de reçus de versement, d unités de fiducie de revenu, de fonds communs de placement, de fonds négociés en bourse et de titres convertibles en actions ordinaires de sociétés canadiennes. Actions étrangères étant définies par : actions ordinaires ou privilégiées de moyenne ou de grande capitalisation, de certificats américains d actions étrangères, de certificats internationaux d actions étrangères, de droits, de bons de souscription, de reçus de versement, d unités de fiducie de revenu, de fonds communs de placement, de fonds négociés en bourse et de titres convertibles en actions ordinaires de sociétés non canadiennes. 6. PARAMÈTRES D INVESTISSEMENT 6.1 Échéances maximums Plus la date d échéance de l investissement est éloignée, plus le prix est volatil. La politique de l Ordre des CRHA est donc de concentrer son portefeuille de placements à court terme en valeurs mobilières à plus court terme, de façon à limiter les risques du capital causés par les fluctuations des taux d intérêt. L Ordre des CRHA tente d apparier ses investissements aux exigences de flux monétaires prévus. À moins qu une valeur mobilière corresponde à un flux monétaire spécifique, l Ordre des CRHA n investira pas directement en valeurs mobilières dont l échéance excède trois (3) ans de la date d achat. En ce qui concerne son portefeuille de placement à long terme, les risques associés au marché obligataire peuvent être réduits de façon significative au moyen d une gestion dynamique des échéances. Cette méthode permet de limiter les risques associés aux taux d intérêt, au réinvestissement et à l inflation, et d ajouter de la valeur au portefeuille au fil du temps. 6.2 Diversification L ORHRI reconnaît que les risques d investissement peuvent être provoqués par un manquement de la part de l émetteur, par des fluctuations des valeurs marchandes ou par diverses complications techniques entraînant une incapacité temporaire à liquider. La diversification du 7

8 portefeuille est une façon de contrôler le risque, et l on y parvient en suivant ces lignes directrices générales : limiter les investissements pour éviter une trop grande concentration des valeurs mobilières chez un émetteur spécifique ou dans un secteur d exploitation; limiter l investissement dans des valeurs mobilières qui ont un plus grand risque de crédit; investir en valeurs mobilières dont la date d échéance varie; investir continuellement une portion du portefeuille dans des fonds rapidement utilisables pour s assurer de maintenir une liquidité afin de pouvoir faire face aux obligations courantes. De ce fait, le risque inhérent aux investissements du portefeuille cible est contrôlé par la diversification entre différentes classes d actifs et au sein des classes d actifs qui sont prescrites dans cette politique. Le risque de crédit est géré en imposant des barèmes minimums de cote de crédit établie par des agences de notation reconnues. Les placements étrangers comportent implicitement un risque de change, lequel sera géré en adoptant une stratégie de diversification et une politique de couverture lorsque ce sera approprié. 7. ACHAT ET GARDE DES VALEURS MOBILIÈRES 7.1 Livraison contre paiement Les valeurs mobilières doivent être achetées selon la méthode compte au comptant. Les fonds ne doivent pas être virés par fil ou payés jusqu à ce qu une vérification soit effectuée confirmant que le fiduciaire a reçu les bonnes valeurs mobilières. Les valeurs seront retenues au nom de l Ordre des CRHA ou en son nom. Les rapports du fiduciaire doivent assurer l inscription de la propriété de l Ordre des CRHA des valeurs mobilières ou la réclamation explicite de ces valeurs. La copie originale de tous les reçus de transaction des valeurs doit être livrée à l Ordre des CRHA. 7.2 Contrat de garde des valeurs mobilières L Ordre des CRHA doit signer un contrat avec une institution financière en vue de la garde des valeurs mobilières appartenant à l Ordre des CRHA et qui font partie de son portefeuille de placement. 8. PERFORMANCE 8.1 Normes de performance Le portefeuille de placement sera géré conformément aux paramètres spécifiés dans cette politique. Le portefeuille sera conçu dans le but d obtenir un taux de rendement par l entremise des cycles budgétaires et économiques, tenant compte des contraintes de risques d investissement et des exigences du flux monétaire de l Ordre des CRHA. 8.2 Analyse de performance La politique de l Ordre des CRHA dicte l achat d investissements dont les dates d échéance coïncident avec les besoins de flux monétaire. Par cette stratégie, l Ordre des CRHA tente d acheter des investissements au plus haut rendement disponibles sur le marché à ce momentlà. La valeur marchande sera calculée trimestriellement sur toutes les valeurs mobilières possédées et comparée à la valeur comptable courante de ces valeurs afin de déterminer la performance du portefeuille durant cette période. Le portefeuille de l Ordre des CRHA doit être conçu dans le but d atteindre ou d excéder le taux moyen de rendement des bons du trésor à un niveau d échéance comparable à l échéance de moyenne pondérée en jours. 8

9 9. REDDITION DE COMPTES 9.1 Méthodes Le directeur, finances et administration doit préparer un rapport d investissement, tous les trimestres, décrivant les stratégies d investissement employées au cours du dernier trimestre ainsi que le portefeuille en termes de valeurs mobilières, de dates d échéance et de transactions d investissement. Il doit aussi expliquer le rendement total des investissements pour le trimestre courant. Ce rapport est préparé de façon à ce que l Ordre des CRHA puisse déterminer si les activités d investissement, au cours de la période donnée, sont conformes à la politique d investissement. Le rapport sera fourni sur demande au comité exécutif et comprendra : la situation récente du marché; l inscription à la cote des valeurs mobilières individuelles détenues à la fin de la période du rapport; les gains ou les pertes réalisés et non réalisés découlant de l appréciation ou de la dépréciation, en énumérant la valeur comptable et marchande au début et à la fin de la période; la moyenne pondérée du rendement à la date d échéance du portefeuille, comparativement au point de référence applicable; l inscription à la cote des investissements à la date d échéance; les intérêts pleinement courus pour la période du rapport; le pourcentage de chaque type d investissement représenté dans le portefeuille complet. 10. ADOPTION DE LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT La politique générale d investissement de l Ordre des CRHA doit être adoptée par une résolution du comité exécutif. L Ordre des CRHA est tenu de se conformer aux lois et règlements provinciaux. La politique générale d investissement de l Ordre des CRHA est sujette aux révisions de manière à se conformer aux plus récents règlements, lois et besoins de l Ordre des CRHA. La politique doit être étudiée annuellement par le trésorier et tout changement ou modification effectués à cet égard doivent être approuvés par le comité exécutif. Politique d investissement publiée à Montréal, le 16 septembre Dernière révision et mise à jour par le comité exécutif : le 29 mars 2010, à Montréal. Président Secrétaire Trésorier Directeur, finances et administration 9

CHAPITRE II : L UQAC 2.7 : FONDS DE DÉVELOPPEMENT PAGE : 1 CHAPITRE : II SECTION : 2.7 POLITIQUE DE PLACEMENT 1- VUE D ENSEMBLE

CHAPITRE II : L UQAC 2.7 : FONDS DE DÉVELOPPEMENT PAGE : 1 CHAPITRE : II SECTION : 2.7 POLITIQUE DE PLACEMENT 1- VUE D ENSEMBLE CHAPITRE II : L UQAC SECTION 2.7 : FONDS DE DÉVELOPPEMENT POLITIQUE DE PLACEMENT PAGE : 1 CHAPITRE : II SECTION : 2.7 Adoptée : CAD-9433 (15 06 10) Modifiée : CAD-10147 (05 02 13) CAD-10377 (10 12 13)

Plus en détail

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT ET DE GESTION Adopté le 26 septembre 2009 1 RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT

Plus en détail

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif :

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : YMCA Canada ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT I. FONDS DE PLACEMENT CONSOLIDÉ Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : Actif en dotation comprenant : a. des contributions

Plus en détail

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE Politique d investissement Cette politique est en vigueur depuis le 18 juin 2009 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. GÉNÉRALITÉS P R É A M B U L E Le Musée canadien

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

WESTERN CLIMATE INITIATIVE, INC. (WCI, INC.) POLITIQUE EN MATIÈRE DE GESTION DE FONDS

WESTERN CLIMATE INITIATIVE, INC. (WCI, INC.) POLITIQUE EN MATIÈRE DE GESTION DE FONDS WESTERN CLIMATE INITIATIVE, INC. (WCI, INC.) POLITIQUE EN MATIÈRE DE GESTION DE FONDS Adoptée le 30 octobre 2012 Table des matières 1. But... 1 2. Définition des responsabilités... 1 3. Objectifs... 2

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Énoncé de la politique de placements Document 215027

Énoncé de la politique de placements Document 215027 Contexte et objet Énoncé de la politique de placements Document 215027 Le cumul des actifs investis par l Institut canadien des actuaires s est accru au fil des ans. La plupart de ces actifs se sont accumulés

Plus en détail

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement VILLAGE DE CASSELMAN Politique de placement Politique F3 (10/05/2005) OBJECTIF Pour s assurer que les surplus de liquidité et le portefeuille de placement sont gérés de façon prudente. DÉFINITIONS Actifs

Plus en détail

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit :

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit : Cour Pénale Internationale International Criminal Court LE GREFFE Instruction administrative ICC/AI/2004/007 29 novembre 2004 PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES En application de l'instruction administrative

Plus en détail

Politique de placement des fonds collectifs

Politique de placement des fonds collectifs Page 1 de 8 Le Curateur public a l entière responsabilité d élaborer la, conformément à la Loi sur le curateur public. 1. Objet La politique de placement permet de dégager les principes de gestion des

Plus en détail

Modalités d application du mécanisme de prise en pension à plus d un jour de titres privés du marché monétaire

Modalités d application du mécanisme de prise en pension à plus d un jour de titres privés du marché monétaire Modalités d application du mécanisme de prise en pension à plus d un jour de titres privés du marché monétaire Caractéristiques de l opération Type d adjudication Contreparties admissibles La date et le

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA. POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE* (mai 2003) Contexte

Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA. POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE* (mai 2003) Contexte Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE* (mai 2003) Contexte Les politiques de gestion de la dette constituent des lignes directrices et des restrictions écrites

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ;

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ; CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT R-139 (tel que modifié par le R-139-2) RÈGLEMENT DÉLÉGUANT À CERTAINS EMPLOYÉS LE POUVOIR D EFFECTUER DES OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET DE SIGNER TOUT DOCUMENT REQUIS

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES Conférence présentée dans le cadre du Séminaire sur les titres d emprunt Projet de renforcement de la COSOB (PRCOSOB) Agence canadienne

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base à la Commission des champs de bataille nationaux

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base à la Commission des champs de bataille nationaux Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base à la Commission des champs de bataille nationaux Opinion de la Commission des champs de bataille nationaux sur le rapport de vérification

Plus en détail

Énoncé des politiques et des méthodes de placement

Énoncé des politiques et des méthodes de placement Société canadienne du cancer Énoncé des politiques et des méthodes de placement Contexte La Société souhaite investir ses fonds avec prudence, en accordant toute l attention nécessaire à la gestion des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT Réunion du conseil d administration 11 décembre 2014 POLITIQUE DE PLACEMENT OBJECTIF La présente politique de placement a pour objet d établir les principes qui régissent la gestion et le placement des

Plus en détail

Politique de gestion financière et d approvisionnement

Politique de gestion financière et d approvisionnement Politique de gestion financière et d approvisionnement Modifiée lors du C.A. du 13 juin 2012 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 1 Dispositions générales... 2 1. Objet... 2 Règles de gestion financière...

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

ff ~ ~ ;J ----------

ff ~ ~ ;J ---------- Cour Pénale Internationale International Criminal Court RENDU PUBLIC le 22 novembre 2012 par application de la circulaire ICC/INF/2012/020 l/ \) ff ~ ~ ;J ---------- L~ Greffe ~~ The Registr y Instruction

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE. Société Anonyme au capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S.

UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE. Société Anonyme au capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S. UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE Société Anonyme capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S. PARIS Descriptif du programme de rachat d actions torisé par l

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

SADC Document de référence

SADC Document de référence SADC Document de référence Protection des épargnes Donnez à vos clients toutes les pièces du casse-tête En donnant à vos clients toutes les pièces du cassetête concernant l assurance-dépôts de la SADC,

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT 1. Constitution Le comité d audit (le «comité») est constitué par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice de ses fonctions en matière

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT de la FONDATION POUR L ÉDUCATION de L ASSOCIATION CANADIENNE DES EX-PARLEMENTAIRES

POLITIQUE D INVESTISSEMENT de la FONDATION POUR L ÉDUCATION de L ASSOCIATION CANADIENNE DES EX-PARLEMENTAIRES POLITIQUE D INVESTISSEMENT de la FONDATION POUR L ÉDUCATION de L ASSOCIATION CANADIENNE DES EX-PARLEMENTAIRES JANVIER 2013 1 MISSION La mission de l Association canadienne des ex-parlementaires est de

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

PROCURATION. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document.

PROCURATION. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. PROCURATION Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. Juin 2013 PROCURATION RELATIVE AUX TRANSACTIONS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA CONVENTION D INVESTISSEMENT INTERVENUE ENTRE SCOTIA CAPITAUX INC.

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 16 décembre 2004 par la résolution 24 par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Fondation des Clubs Garçons et Filles du Canada Politiques et objectifs en matière de placement

Fondation des Clubs Garçons et Filles du Canada Politiques et objectifs en matière de placement Fondation des Clubs Garçons et Filles du Canada Politiques et objectifs en matière de placemen nt Fondation des Clubs garçons et filles du Canada Politiques et objectifs en matière de placement Table des

Plus en détail

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET GUIDE D OPÉRATIONS UN DON AU FONDS SPORTS-QUÉBEC POURQUOI? SPORTSQUÉBEC LÉGALEMENT APTE À ÉMETTRE DES REÇUS FISCAUX À titre d association canadienne de sport amateur

Plus en détail

Politique corporative

Politique corporative Sujet : Ressources financières Page : 1 de 5 1.0 CONTEXTE ET OBJECTIFS : Dans le cadre de ses activités, la Société doit faire des placements et financer ses investissements. Elle doit aussi atténuer les

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE Le conseil d administration a constitué le Comité de gouvernance d entreprise (le «comité») pour le seconder dans son devoir de supervision de l efficacité du système de gouvernance d entreprise de la

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

C H A P I T R E. Activités de la Caisse de dépôt et placement du Québec

C H A P I T R E. Activités de la Caisse de dépôt et placement du Québec C H A P I T R E Activités de la Caisse de dépôt et placement du Québec 10 et placement du Québec La Caisse de dépôt et placement du Québec est une des entités les plus importantes de l appareil gouvernemental.

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

pas d exception pour le secteur de la construction!

pas d exception pour le secteur de la construction! Loi sur l équité salariale : pas d exception pour le secteur de la construction! Souvent, les dirigeants d entreprises du secteur de la construction vont dire : «Nous sommes régis par la Commission de

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. Fonds de dotation de la Fondation Politique 7.1 FONDATION QUÉBEC PHILANTHROPE

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. Fonds de dotation de la Fondation Politique 7.1 FONDATION QUÉBEC PHILANTHROPE ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT Fonds de dotation de la Fondation Politique 7.1 FONDATION QUÉBEC PHILANTHROPE Révision 1, adoptée par le C.A. le 6 novembre 2013 TABLE DE PAGINATION Page INTRODUCTION 2

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC POLITIQUE DE PLACEMENT RELATIVE AUX ACTIFS DU RÉGIME DE RETRAITE Février 1998 Mise à jour : Revue en septembre

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE CONSEIL REGIONAL DE L EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET

Plus en détail

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale Le 31 août 2010

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale Le 31 août 2010 États financiers Fonds pour l amélioration de la programmation locale Le 31 août 2010 RAPPORT DE VÉRIFICATION À l intention du conseil d administration du Fonds canadien pour l amélioration de la programmation

Plus en détail

POLITIQUE. Politique de best selection. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Politique de best selection Mars 2014 1

POLITIQUE. Politique de best selection. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Politique de best selection Mars 2014 1 POLITIQUE Politique de best selection DATE DE MISE À JOUR Mars 2014 Politique de best selection Mars 2014 1 Politique de best selection SOMMAIRE 1. Objectif 3 2. Champ d application 3 3. Critères de sélection

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DE L ENCAISSE

POLITIQUE DE GESTION DE L ENCAISSE Demande R-3671-2008 POLITIQUE DE GESTION DE L ENCAISSE DE L AGENCE DE L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Original : 2009-05-11 Page 1 de 5 POLITIQUE DE GESTION DE L ENCAISSE DE L AGENCE DE L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

Politique de placement Fonds HEC Montréal. Entrée en vigueur le 30 novembre 2002

Politique de placement Fonds HEC Montréal. Entrée en vigueur le 30 novembre 2002 Politique de placement Fonds HEC Montréal Entrée en vigueur le 30 novembre 2002 Mise à jour par : le Conseil d administration de HEC Montréal; et le Conseil d administration de la Fondation HEC Montréal

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION 1. Généralités Le conseil d administration de la société (le «conseil») a formé un

Plus en détail

Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON

Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON VOTRE COMPTE VIRIDIAN DÉCOUVREZ LA DIFFÉRENCE Votre compte à honoraires Viridian est un compte de premier ordre de conseils de pleins exercices, offert par Raymond James

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles Investir sans souci Guide pour un portefeuille de placements personnalisé Le rapport entre le risque et le rendement est simple : plus le risque est grand, plus le rendement potentiel est élevé. Les résultats

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011 États financiers Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011 RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS À l intention du conseil d administration du Fonds canadien pour l amélioration de

Plus en détail

Livre des règlements de l Indice Québec Banque Nationale Morningstar

Livre des règlements de l Indice Québec Banque Nationale Morningstar Livre des règlements de l Indice Québec Banque Nationale Morningstar Document de Méthodologie Morningstar 02 Mai 2011 Introduction L Indice Québec Banque Nationale Morningstar («l Indice») est un indice

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE CENTRE LOIRE

CREDIT AGRICOLE CENTRE LOIRE CREDIT AGRICOLE CENTRE LOIRE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 8, allée des collèges - 18000 BOURGES Siret 398 824 714 00016 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

de principes Déclaration destinée à tous les clients en vertu des lois sur les valeurs mobilières 1. Objectif du présent document 2.

de principes Déclaration destinée à tous les clients en vertu des lois sur les valeurs mobilières 1. Objectif du présent document 2. destinée à tous les clients en vertu des lois sur les valeurs mobilières La réglementation en valeurs mobilières de certaines juridictions au Canada exige du conseiller en valeurs, dans la mesure où ses

Plus en détail

Règlement de placement

Règlement de placement Règlement de placement Valable dès le 1 er mars 2014 Page 1 de 7 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. But et contenu 3 Art. 1 But 3 Art. 2 Objectifs et principes du placement de la fortune

Plus en détail

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil.

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil. Procédure administrative : Cartes d achat Numéro : PA 4.006 Catégorie : Affaires et finances Pages : 8 Approuvée : le 19 mars 2007 Modifiée : le 1 er octobre 2012 1. Objet et portée La présente procédure

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $ Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à La garantie de base sur vos dépôts Quels dépôts sont garantis par l assurance-dépôts? L

Plus en détail

RAPPORT FIN15-08. Réunion ordinaire du Conseil 2015-04-28. Ajout d une nouvelle politique sur les cartes de crédit corporatives

RAPPORT FIN15-08. Réunion ordinaire du Conseil 2015-04-28. Ajout d une nouvelle politique sur les cartes de crédit corporatives RAPPORT FIN15-08 Réunion ordinaire du Conseil 2015-04-28 TITRE : Ajout d une nouvelle politique sur les cartes de crédit corporatives BUT : Présenter aux membres du Conseil, pour approbation, l ajout d

Plus en détail

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7 Page : 1 de 7 BUT DÉFINITIONS Déterminer la marche à suivre pour l administration des contrats de recherche, de consultation professionnelle et d essais industriels. Contrat de recherche Projet de recherche

Plus en détail