repose sur la mise en place d un suivi étroite de médecins vigies relayant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "repose sur la mise en place d un suivi étroite de médecins vigies relayant"

Transcription

1 Santé Au moment de la sortie de presse de cet article, la situation de la pandémie grippale aura certainement encore évolué. La surveillance, repose sur la mise en place d un suivi ration étroite de médecins vigies relayant vigilance accrue s impose pour les per- siquement comme pour la grippe saison- Comptages et prévisions : les observateurs aux aguets 11 Juin 2009 : l Organisation Mondiale de la Santé annonce l état de pandémie grippale face à l extension géographique de cas recensés. Si la majorité des cas se sont traduits par un syndrome de type grippal bénin, le bilan mondial des victimes de cette maladie était de 861 morts recensés fin juillet 2009, dont 37 en Europe (et un en Belgique). Ce nombre dépassera bientôt la mortalité totale due à l in- fection par le virus de la grippe aviaire (H5N1) hautement pathogène depuis 2003, et ce en 3 mois seulement. Bien que la mortalité attendue ne soit pas supérieure à celle de la grippe saisonnière (1 pour 1000), les spécialistes s attendent à un nombre de cas supérieurs à la grippe classique. En cause, l absence d immunité de la population générale. Parmi les cas observés, une petite proportion ont présenté des complications nécessitant une hospitalisation et ce, dans toutes les classes d âge, avec néanmoins une prédominance pour les ans. Les décès recensés sont principalement survenus chez les plus de 40 ans. On compte peu d hospitalisations parmi la tranche d âge de plus de 65 ans*. Les modalités de surveillance et de prise en charge varient d un pays à l autre. Il est donc difficile d en comparer les données. La Belgique, qui a confirmé 126 cas (juillet 2009), a arrêté la détection et la confirmation systématique de tous les cas comme recommandé par l OMS et l ECDC. * OMS, Relevé épidémiologique hebdomadaire. 24 juillet 2009, 84ème année. N 30, 2009, 84,

2 étant interrompus, l évolution du nombre tions de la situation épidémiologique des pays. bles, la situation est contrastée pour les néanmoins qu en dépit de conditions climatiques défavorables pour la propagation du virus, l épidémie peut progresser Présent, futur? Conjuguons au conditionnel! Les médias relayent des propos souvent alarmistes, parfois rassurants. Les prévisions font état d un nombre de malades active, soit trois fois plus qu une grippe gence de ce nouveau virus. L absentéisme au sein des entreprises serait double par rapport au nombre de personnes que personne malade resterait inactive entre personnes, le retour des vacances sont des éléments qui feraient penser les cas lors de la reprise des activités, soit dé- nomique de l entreprise risquerait d être pleinement concernée tant pour la santé des travailleurs que pour sa bonne forme - pour l entreprise d élaborer en interne un - Certificat de non contagiosité? Un leurre hors la loi Face aux allées et venues des travailleurs en cette période de vacances, et au risque encouru par les entreprises de voir revenir des travailleurs potentiellement porteurs de la maladie, le SPF a tenu à rappeler quelques règles: ni la loi en matière de bien-être au travail, ni celle sur le contrat de travail ne contiennent de dispositions permettant aux employeurs d exiger de leurs travailleurs un certificat de non contagiosité. Illégal et de surcroît impossible De même, les autorités sanitaires (OMS et le Comité Interministériel Influenza) ne préconisent aucunement le maintien d un travailleur à son domicile durant la période d incubation d une éventuelle grippe A/H1N1 lors d un retour de voyage de régions fortement touchées par la grippe H1N1. Enfin, le médecin qui a détecté un cas de grippe H1N1 n a pas l obligation légale de prévenir l entreprise du travailleur. s articuler par priorité autour des ressour- Pandémie et communication: un outil de gestion majeur pour la gestion de crise pandémique. Les entreprises doivent être proactives en la Mode de transmission du virus Les individus porteurs du virus peuvent le transmettre pendant une durée minimale des gouttelettes qui proviennent des sécrétions nasales et buccales, surtout lorsque les personnes infectées toussent ou tousser ou d éternuer en protégeant son vidus peuvent être infectés s ils touchent les embrassades ou par une poignée de rus (téléphones, poignées de porte, vais- 1. Responsable Etudes et Développements. 2. Décroissance à New York, stabilisation en Ecosse, recrudescence au Japon 3. Pierre Dac

3 Santé Les règles d hygiène - 1 Rappeler les mesures d hygiène à privilégier et sensibiliser l ensemble des membres du personnel : 1. Dans le cas de toux ou d éternuement : la main, c est bien, par des mou- dans une poubelle - tion pour limiter la propagation de la grippe. 2. Se laver régulièrement les mains au savon et/ou avec des solutions hydro-alcooliques propos l article proposé par Natha- - avoir utilisé des clenches de porte, 3. Eviter de toucher les yeux, le nez et la bouche 4. Les mesures telles que limiter les regroupements de personnes, «interdire» les embrassades ou les poignées de main ne sont pas à l ordre du jour. Le port de masque respiratoire n est actuellement pas recommandé 5. Encourager le maintien à domicile si le membre du personnel ressent des symptômes grippaux 2 Etablir une procédure de conduite à tenir devant les symptômes grippaux sur le lieu de travail (retour de re, port du masque, organisation re- - des douleurs musculaires, de la fati- pouvant s accompagner de diarrhée et de malaise général. 3 Mise à disposition de savon, solutions hydro-alcooliques, essuie-mains à usage unique, mouchoirs à usage unique, sacs munis d un lien Les antiviraux, que dire, que faire? que de la menace de pandémie de grippe aviaire, ont investi dans l acquisition de - de les ren- 5 indiquait la découverte de trois - -, seuls les médecins traitants peuvent conseiller et prescrire un traitement par antiviral (pourvu par le stock - - cas bénigne et ne nécessite pas de traitement antiviral, il ne faut pas dissuader les personnes d aller consulter leur médecin peine non plus de trop insister sur l isole- tés sanitaires réalisent un travail d informa- danger qui doivent déclencher l appel en temps voulu d un prestataire de santé et un traitement viral approprié 8. Le vaccin, pour qui, pourquoi

4 recommandations concer- dans leur cadre de stratégie de vaccination de santé et des infrastructures essentielles grippe pandémique au sein des communautés gique de déploiement des vaccins adaptée des vaccins, organisation de campagne de vaccination, application des mesures d atténuation autres que la vaccination si nécessaire. pandémie soit actuellement considérée comme modérément grave, et que la plupart des patients ne présentent pas de complications et guérissent spontanément, certaines catégories de personnes telles que les femmes enceintes et les asthmatiques ou les personnes souffrant ple d obésité morbide, semblent davan- forme grave de grippe et d en mourir. mique ne peut pas être enrayée, tous les cin n est chose aisée et ce dans toutes les «Tous les pays doivent vacciner en priorité les personnels de santé afin de protéger leur infrastructure sanitaire essentielle. Comme, dans un premier temps, la quantité de vaccins disponible ne sera pas suffisante, on pourra envisager de procéder par étapes et de vacciner certaines catégories de la population. Tout en notant que les pays devaient déterminer leur ordre de priorité selon leur situation, le groupe consultatif a suggéré de vacciner, par ordre de priorité, certaines catégories de la population: d une affection chronique grave; 15 à 49 ans; à 64 ans et ans et plus» Compte tenu de la disponibilité du vaccin pourront directement se fournir et disposer d un stock suffisant pour leur personnel. Et pour la grippe saisonnière? - Les entreprises peuvent, comme chaque année, encourager la vaccination contre la dans les professions de soins de santé. Les avantages résident dans la réduction des absences lors des épidémies saison- risque de transformation du virus. Des vaccins séparés - saisonniers et compte tenu de la présence la réactivité n a pas encore été étudiée. Toutefois, les vaccins étant inactivés, ils pourraient probablement être administrés tion différents points_fr_a5.pdf 5. rapport du 8 juillet 2009 (Grippe pandémique H1N1 2009: actualités en bref n 1) 6. En date du 22 juillet des patients avec une maladie chronique du système respiratoire en ce inclus, les patients, ayant reçu une prescription de médicaments pour l asthme endéans les 3 ans 2. des patients avec une pathologie cardiaque chronique 3. des patients avec une insuffisance rénale ou hépatique modérée à sévère 4. des patients immunodéprimés dus à une maladie ou à un traitement 5. des patients diabétiques 6. des femmes enceintes 7. des personnes de plus de 65 ans 8. des enfants de moins de 5 ans 9. des patients hospitalisés pour un tableau clinique grave 8. OMS, Relevé épidémiologique hebdomadaire. 24 juillet 2009, 84 ème année. N 30, 2009, 84, Le groupe consultatif stratégique d experts de la vaccination, créé par le Directeur général de l OMS en 1999, est le principal groupe consultatif de l Organisation pour les vaccins et la vaccination.

5 Santé Le mot de la fin? l ensemble des mesures prises réduira la propagation de la transmission de la grippe parmi toutes les communautés, l im- comme celle de la pandémie tur incertain, les comportements alarmistes ou rassurants sont inadéquats. La communication et l information resteront des atouts qu il conviendra d uti- l avenir n a-t-il pas le don d arriver sans prévenir 10? o 10 d après Georges F. Will raient disponibles vers octobre, novembre sont pas encore clairement établies. Le conseiller en prévention-médecin du travail : un accompagnateur. La grippe A Informez et protégez vos salariés Les affiches Options possibles sur devis : multi-formats plastification, panneaux rigides, surface adhésive... la collaboration du médecin du travail. Conseils avisés, informations actualisées selon la progression de l épidémie dans l entreprise dont il a pleine connaissance, médicale préventive. - vigueur caractéristiques sur le lieu de travail tion selon les secteurs d activités prioritaires médicale et épidémiologique. Certains leurs entreprises des informations accessibles car utiles et ciblées. Réf. 0947AUT Port du masque Réf. 0941A Grippe A mouchoir Les autocollants Réf. 0949AUT mouchoirs / poubelle format 12 x 12 cm Le masque FFP2 Réf. 0948AUT Lavez-vous les mains préconisé pour protéger du virus grippe A (H1N1) Norme EN 149:2001/CE0194 Disponibles fin septembre par boîte de 20 pièces de 20 à 100 boîtes de 101 à 300 boîtes + de 301 boîtes 25 H.T. / boîte 19 H.T. / boîte 17 H.T. / boîte Réf. 0942A Grippe A Lavage mains 1 H.T. / unité Réf. 0946C Réf. 0943A Grippe A Consignes spécifiques Réf. 0945C Le dépliant 3 volets format ouvert 21 x 27 cm Réf. 0944D Pôle Technologique Agroparc Format 30 x 42 cm 5 ex. 4,50 H.T. / pièce 30 ex. 3,50 H.T. / pièce 50 ex. 2,80 H.T. / pièce Format 40 x 60 cm 1 ex. 7,00 H.T. / pièce 10 ex. 6,80 H.T. / pièce 30 ex. 6,50 H.T. / pièce Personnalisez avec votre logo et les consignes spécifiques de votre site. de 50 à 100 ex. de 101 à 500 ex. de 101 à 1000 ex. 0,83 H.T. / pièce 0,74 H.T. / pièce 0,65 H.T. / pièce La boîte de mouchoirs Retrouvez les consignes essentielles illustrées sur la boîte Dimensions : 100 x 100 x 100 mm. Disponibles fin septembre boîte de 50 mouchoirs Cube de 50 à 200 ex. de 201 à 500 ex. de 501 à 1000 ex. 1,34 H.T. / boîte 1,28 H.T. / boîte 1,20 H.T. / boîte Frais de port en sus Tél :

6 T - la population pourrait être touchée - des personnes entre la fin décembre et la fin car nous n avons pas encore développé d immunité contre cette nouvelle souche. La contagion se propagera principalement parmi la population active dont les contacts avec des personnes potentiellement infectées sont plus fréquents, notamment dans les transports en commun. Les salariés atteints par le virus seront absents de leur travail pendant une semaine au moins. Mais on prévoit pourcentage des personnes contaminées, pas au boulot afin de s occuper d un proche ou parce qu ils refuseront de se déplacer ou - certaines entreprises ou administrations le - tement l organisation d une entreprise et mettre en péril la continuité de ses activités. fournisseurs, affectés par les mêmes pro- leurs livraisons, que des clients annulent leurs commandes et ferment provisoirement leurs portes et que certains services publics ne fonctionnent plus normalement (trans- Chômage pour certains, heures sup pour d autres? Si la pandémie fait de nombreuses victimes, la priorité sera de sauvegarder des vies humaines en limitant les contacts dans la population. Comme ce fut le cas au Mexique il a quelques mois, les autorités envisagent donc sérieusement la possibilité d interrompre temporairement certaines activités non essentielles et de fermer certains établissements pendant les deux semaines que durera le pic épidémique. Outres les écoles et les crèches, on pense notamment aux salles de spectacle, aux manifestations sportives, cultu- relles, religieuses ou festives, aux cafés, restaurants, lieux de conférences et de congrès, attractions touristiques, etc. Le devoir de chaque citoyen sera alors de respecter strictement les consignes qui seront données par les pouvoirs publics et relayées par les employeurs. A l inverse, certains secteurs d activité risquent d être fortement sollicités comme les services de santé (médecins, cliniques, hôpitaux, ), ceux liés à la sécurité et l ordre public (administrations, police, ) et aux communications (téléphone, informatique, internet). Mais aussi, par exemple, les entreprises de nettoyage, les distributeurs de produits d hygiène (désinfectants, savons, ), les fabricants de masques, etc. Certains de ces secteurs ont déjà intégré dans leurs plans la possibilité de recourir à des stagiaires, des étudiants, des intérimaires, des volontaires, des pensionnés, et d allonger le temps de travail! Tout ceci demande une préparation minutieuse sous peine de cafouillage : il faut prévoir les autorisations, les accords avec les représentants du personnel, les conditions, les contrats, les accès aux locaux, les équipements de travail nécessaires, etc.

7 Santé - - également fait couler beaucoup d encre mais dont les conséquences redoutées ne s étaent finalement pas réalisées. Les préventeurs rétorqueront que ces catas- le, de mesures de prévention efficaces. - Le Plan de Continuité des Activités d une organisation au niveau le plus élevé possible tout en protégeant le personnel. compte du type d activité de l entreprise, de sa taille, de son organisation, de sa élaborer un tel plan, il convient donc que chaque entreprise concocte le sien, en tenant compte de ses spécificités propres. Cellule de crise Le plan sera piloté par une cellule de crise composée des différents managers de l entreprise capables de prendre des décisions. Celle-ci devra mettre le plan ré- ses phases en fonction de l évolution de la situation. Le service des Ressources palement le personnel. Le conseiller en prévention et le médecin du travail seront évidemment aussi concernés au premier chef, comme sans doute le service informatique, la logistique, les achats, etc. indisponibilité simultanée de plusieurs diri- que les délégations de pouvoir nécessaires. risque de propagation du virus au sein carence de certains services publics, dans un tel cas de figure. PCA, volet 1: un Plan de Prévention en 3 phases pour une obligation légale Les mesures de prévention que toute organisation devrait prendre contre l épidémie travailleurs d analyser les risques pour la santé de leur personnel et de prendre des dispositions pour les éliminer ou les réduire. Le risque pour les salariés de contracter prendre maintenant en compte par toutes première phase, qui est - 1. On trouvera par exemple sur le site web du Commissariat interministériel Influenza, le document qu il propose en vue de la «Mise en place d un business continuity planning : préparation à l émergence d une pandémie de grippe». > entreprises 2. Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail

8 ployeurs devraient, par tous moyens de communication adéquat, inciter leurs - - pas inutile de répéter plusieurs fois ces messages par différents moyens d infor- - être envisagé d augmenter la fréquence un soin particulier au lavage des endroits - fectoire, téléphones, surfaces de travail, ascenseurs, photocopieuses et imprimantes, pointeuse, toilettes,... La deuxième phase pourrait être dé- grippe sont signalés parmi le personnel. - s embrasser ni se serrer les mains et d essayer, dans la mesure du possible, même lieu de travail. niques, video-conférences, communi- doivent impérativement avoir lieu, prévoir une salle suffisament grande pour tre les participants. les ouvriers de production, cela risque doit rester une priorité. escaliers au lieu des ascenseurs si c est possible. - cation les plus adéquats pour diffuser ce leur raison et d éviter la panique ou les mouvements de réticence voire de désapprobation. La consultation préalable ou même la collaboration des représen- troisième phase pourrait être dé- dans le pays devient préoccupante (fer- catégories de salariés dont la présence sur le lieu de travail n est pas indispensa- envisagée. Le télétravail, lorsqu il est possible sera organisé. Mais de telles mesures nécessitent une bonne préparation préalable du service des ressources hu- il faut déterminer les conditions, désigner les personnes concernées et obtenir leur accord, prévoir les moyens nécessaires - - ries de personnel est préconisée (voir - - port et leur élimination doivent être étu- de distributeurs de masques peut être une poubelle munie d un sac plastique, puis se laver les mains. - - moment où l épidémie se déclarera, les fournisseurs soient en rupture de stock. PCA, volet 2: Préparer le fonctionnement en mode dégradé scénarios de fonctionnement de l entreprise en cas d absentéisme important se- - - vague pandémique. L absentéisme pourrait être encore plus conséquent dans quences possibles d une telle situation sur tamment d identifier les fonctions qui doivent être assurées en toutes circonstances, celles qui peuvent être interrompues peuvent l être plus longtemps. - malades en même temps, il faudra dési- possibles parmi le personnel occupant des - de communication, etc. assurent des fonctions indispensables, comme le support informatique, la main-

9 Santé tenance, le nettoyage, le gardiennage ou la sécurité seront capables d assurer leur ser- l évaluer. Masques jetables à usage unique: l un n est pas l autre cas de défaillance possible des fournisseurs concernés, la constitution de stocks suffisants devra peut-être s envisager. La défaillance de certains services publics comme les transports en commun ou la - - leur organisation. sans doute leurs portes ou annuleront des - toutes ses situations. L improvisation et la des situations idéales. Nous n avons évoqué ici que quelques as- ment en ligne de compte en fonction des ca- risque pandémique que d y être confronté rassurer votre personnel, vos partenaires et vos clients en leur montrant que vous pre- éventuellement servir lors d une autre crise o Masques médicaux ou appareils de protection respiratoire: ces deux types de masques disponibles sur le marché ont des fonctions différentes pour protéger du virus. Alors, lesquels choisir? 1. Les masques médicaux : il ne s agit pas d équipements de protection individuelle (E.P.I.) car ils ne protègent pas ou peu ceux qui les portent. Leur fonction principale est de réduire l émission de goutellettes par les voies respiratoires dans l environnement du porteur. Ils protègent donc son entourage dans le cas où ce porteur serait infecté sans le savoir, pendant la période de latence de la maladie. Ces masques médicaux sont constitués d un écran en fibres non tissées muticouches destiné à filtrer les particules émises par le porteur. Ils doivent être marqués du sigle CE attestant leur conformité à la directive européenne 93/42/CEE "Dispositifs médicaux", et être fabiqués selon la norme EN Cette norme ditingue deux classes d efficacité : les masques de type I ont une efficacité de filtration bactérienne (EFB) supérieure à 95 %. Celle des masques de type II est supérieure à 98 %. Si vous commandez de tels masques, veillez donc à demander le marquage CE et la conformité au type II de la norme EN Les appareils de protection respiratoire dont la fonction est de protéger le porteur contre l inhalation d un air vicié. Dans ce cas il s agit donc bien d un E.P.I. Le marquage CE qui les caractérise également atteste cette fois leur conformité à la directive européenne 89/686/CEE Equipements de protection individuelle. Les masques jetables de protection contre les aérosols doivent obligatoirement porter l indication de la conformité à la norme EN 149 et de la classe d efficacité : P1, P2, P3 ou FFP1, FFP2, FFP3 pour les demi-masques. Les filtres de la classe P1 ou FFP1 ont une efficacité de 80 % (c est-à-dire qu ils arrêtent 80 % des particules), celle de la classe P2 ou FFP2 est de 94 %, et celle de la classe P3 ou FFP3 est de 99 %. Quels masques choisirs? Dans le cas des employés en contact étroit et fréquent avec le public (aux guichets, aux caisses, etc.), il est recommandé aux employeurs de distribuer pendant la phase 3 des masques jetables de type FFP2 si des mesures organisationnelles ne sont pas possibles (tels que des écrans ou la distribution de masques médicaux aux clients). Ce type de masque pourrait aussi être porté par les personnes indispensables à la bonne marche de l organisation. Dans les autres cas, les masques médicaux seront la plupart du temps suffisants, notamment pour les salariés en contact étroit avec leurs collègues, dans les bureaux de type paysager, lors des réunions lorsqu elles sont indispensables, etc. Ces masques médicaux doivent également être portés par les personnes qui toussent ou éternuent fréquemment, mais aussi, évidemment par celles qui ressentent les symptômes de la grippe sur leur lieu de travail. Il est possible que les autorités recommandent pendant les deux semaines du pic de contagion, le port de masques médicaux dans les lieux publics et les transports en commun. Attention : dans les deux cas, il s agit de masques jetables à usage unique que l on ne peut porter que quelques heures au maximum.

10 Gouverner, c est prévoir pour que votre entreprise passe le cap, Elaborez votre Plan de Continuité des Activités Vidyas peut vous y aider! et vous propose des experts et des consultants expérimentés Pour plus d infos, pour connaître les conditions ou recevoir une offre, contactez Vincent Lotin, En bref et en vrac PRÉVENTION ALCOOL ET DROGUE: LA CONVENTION COLLECTIVE EST MAINTENANT OBLIGATOIRE La convention collective de travail n 100 est obligatoire. C est ce qu implique l arrêté royal 1 paru ce 13 juillet concernant la mise en œuvre d'une politique préventive en matière d'alcool et de drogues dans l'entreprise. Cette convention est datée du 1er avril Nous en parlions en détail dans nos Carnets n 79. Le texte de la Convention est repris in extenso en annexe du nouvel arrêté royal. Si on n y trouve pas la «Notice pour l élaboration d une politique préventive en prise», cette note pratique est disponible sur le WEB, à l adresse du Conseil National du Travail 2. Avec cette nouvelle réglementation, on est bien loin de l esprit et de la lettre de l article 99 du RGPT 3 qui se limite à interdire l introduction de boissons alcoolisées sur les lieux de travail La convention prévoit de compléter les informations figurant obligatoirement dans les règlements de travail en y indiquant - l entreprise ainsi que la déclaration de poli- Il a donc fallu modifier la loi du 8 avril 1965 instituant les règlements de travail. C est aujourd hui chose faite Arrêté royal du 28 juin 2009 rendant obligatoire la convention collective de travail n 100 du 1er avril 2009, conclue au sein du Conseil national du Travail, concernant la mise en œuvre d'une politique préventive en matière d'alcool et de drogues dans l'entreprise 2. (voir «thèmes» > politique préventive en matière d alcool et de drogues dans l entreprise) 3. un article en passe d être abrogé par un arrêté royal actuellement en préparation 4. Loi du 6 mai 2009 portant des dispositions diverses, art. 59 (modifie l article 14 de la loi du 8 avril 1965 instituant les règlements de travail)

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil

Plus en détail

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE A. EQUIPE PANDEMIE... 1 B. ORGANIGRAMME DEGRADE... 2 C. GESTION DES SERVICES DELEGUES... 4 D. FORMATION

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

Pandémie & Entreprises

Pandémie & Entreprises Pandémie & Entreprises Dr. Elisabeth Conne-Perréard 29.09.09 28.10.2009 - Page 1 Département Office Qu'est-ce que la grippe et comment se transmet-elle? Comment se protéger contre la grippe? Que faire

Plus en détail

OSIRIS GRIPPE A H1N1

OSIRIS GRIPPE A H1N1 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE État-major opérationnel OSIRIS OSIRIS INFORMATION ÉTAT-MAJOR OPÉRATIONNEL POLICE Genève, le 13 mai 2009 Rapport mensuel Avis de précaution Message urgent GRIPPE A H1N1 Recommandations

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison?

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? La réponse n est pas si simple, car que se passe-t-il si le travailleur se présente malade au travail sans dire qu il s agit précisément

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine

Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine Manuel d actions pour les petites et moyennes entreprises Tsuyoshi Kawakami Projet en rapport avec la grippe aviaire et la grippe

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

Il faut protéger votre organisation contre la pandémie qui menace «AVEZ-VOUS UN PLAN?» Marcel-M. Boucher MD

Il faut protéger votre organisation contre la pandémie qui menace «AVEZ-VOUS UN PLAN?» Marcel-M. Boucher MD Il faut protéger votre organisation contre la pandémie qui menace «AVEZ-VOUS UN PLAN?» Marcel-M. Boucher MD Fonctions passées et présentes Urgentologue depuis 1977 CH Maisonneuve Rosemont Urgences-santé

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

Vitalité! le bulletin de votre paef Comment préparer votre entreprise à l éventualité d une pandémie

Vitalité! le bulletin de votre paef Comment préparer votre entreprise à l éventualité d une pandémie Vitalité! le bulletin de votre paef Comment préparer votre entreprise à l éventualité d une pandémie Printemps 2006 La meilleure façon de préparer votre entreprise à une situation d urgence, qu il s agisse

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS Adopté au Conseil Municipal du 9 février 2015 Article I. PRÉSENTATION La Mairie de Montmorency propose aux enfants montmorencéens de partir en séjour pendant les vacances scolaires. Les vacances constituent

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

ORGANISATION DES SOINS EN SITUATION DE PANDEMIE GRIPPALE

ORGANISATION DES SOINS EN SITUATION DE PANDEMIE GRIPPALE Ministère de la Santé et des Solidarités Direction de l Hospitalisation et de l Organisation des Soins ORGANISATION DES SOINS EN SITUATION DE PANDEMIE GRIPPALE > FICHES DE RECOMMANDATIONS 1 re édition

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective Les forces du changement en assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective La pénurie de main-d œuvre ralentira la croissance D ici 2030, il manquera 363 000 travailleurs

Plus en détail

Plan de continuité des opérations. Maladies infectieuses

Plan de continuité des opérations. Maladies infectieuses Plan de continuité des opérations Maladies infectieuses Contents Qu est-ce qu un plan de continuité des opérations?... 1 Un plan qui s applique aux maladies infectieu ses est-il..1 différent d un plan

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE Pour accomplir votre pèlerinage, vous devez acheter votre voyage auprès d un opérateur immatriculé au registre des opérateurs de voyages et de séjours tenu par Atout

Plus en détail

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES LE PRESIDENT FW/GB/ 149-2009 PLAN D ORGANISATIONET DE CONTINUITE DES ACTIVITES DE L ECOLE DES HAUTES ETUDES EN SCIENCES SOCIALES EN CAS DE PANDEMIE GRIPPALE (VERSION DU 30 JUILLET 2009) L objectif prioritaire

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch 0844 448 448 La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Eliminer la rougeole un objectif international

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

ACSI. Association Centre de santé Infirmier. 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17. cdspen29@wanadoo.

ACSI. Association Centre de santé Infirmier. 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17. cdspen29@wanadoo. ACSI Association Centre de santé Infirmier Penmarc h Plomeur Le Guilvinec Tréffiagat-Léchiagat 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17 cdspen29@wanadoo.fr SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE Santé et pollution intérieure dans les écoles : Réseau d observation en Europe QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE A compléter par les enfants

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière. Une priorité de santé publique

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière. Une priorité de santé publique Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière Une priorité de santé publique 9 octobre 2013 Communiqué de presse Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière Une priorité de santé publique

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

LA SAISON DE LA GRIPPE ET LES PERSONNES LES PLUS VULNÉRABLES

LA SAISON DE LA GRIPPE ET LES PERSONNES LES PLUS VULNÉRABLES LA SAISON DE LA GRIPPE ET LES PERSONNES LES PLUS VULNÉRABLES Guide de prévention pour votre organisme, votre personnel, vos bénévoles et votre clientèle en prévision de la grippe saisonnière ou pandémique

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

Gestion de crise en Pharmacovigilance

Gestion de crise en Pharmacovigilance Cours DIU FIEC 16 octobre 2008 Véronique LAMARQUE PFIZER Senior Directeur Évaluation de Santé, Sécurité et Gestion de Risque Une définition... parmi d autres Une crise est un événement qui survient quand

Plus en détail

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise Guide de gestion de la crise d ivresse en entreprise L IVRESSE SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Ce guide pratique se veut un outil répondant aux besoins exprimés par les entreprises. Il répond uniquement à la

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque PRADO, le programme de retour à domicile Insuffisance cardiaque Acteurs locaux CPAM/ELSM de Couverture Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

Fiche n 1 : Quelques conseils avant le départ

Fiche n 1 : Quelques conseils avant le départ Fiche n 1 : Quelques conseils avant le départ Les conditions de sécurité à l étranger sont très variables d un pays à l autre et peuvent être très éloignées de celles rencontrées en France. Il est donc

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES. Transports sanitaires

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES. Transports sanitaires Marché de service CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES Transports sanitaires - Etablissement contractant : CENTRE HOSPITALIER 858 rue des Drs. Devillers 02120 GUISE 03.23.51.55.55 03.23.51.55.35 Procédure

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va?

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va? Comment ça va? 1 Voici quatre dialogues. Dites à quelle situation de communication correspond chacun d eux. Situation a) : consultation chez un médecin. Situation b) : salutations dans la rue, par simple

Plus en détail

Guide pratique Pandémie grippale

Guide pratique Pandémie grippale Guide pratique Pandémie grippale SERVICES À LA PERSONNE Les gestes de chacun font la santé de tous Page 1 1 GRIPPE SAISONNIERE ET PANÉMIE GRIPPALE La grippe es t une inf ection r espiratoire aigüe tr ès

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

Exemple de Projet d Accueil Individualisé ELEVE CONCERNE

Exemple de Projet d Accueil Individualisé ELEVE CONCERNE Exemple de Projet d Accueil Individualisé Circulaire projet d accueil n 2003-135 du 08/09/2003 (Bulletin Officiel n 34 du 18/9/2003) Circulaire restauration scolaire n 2001-118 du 25/06/2001(BO Spécial

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

CERTIFICATION MÉDICALE RAPPORT MÉDICAL POUR LE DROIT DE SÉJOUR

CERTIFICATION MÉDICALE RAPPORT MÉDICAL POUR LE DROIT DE SÉJOUR Prévu à l article L313-11 11 du Code de l entrée et du séjour des étrangers et du droit d asile (Ceseda), le droit au séjour pour raison médicale concerne les étrangers atteints de maladie grave qui ne

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Vers un monde accessible GAMME PARTICULIERS PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Vers un monde accessible GAMME PARTICULIERS PROFESSIONNELS DE SANTÉ Vers un monde accessible GAMME PARTICULIERS PROFESSIONNELS DE SANTÉ AXSOL importe et distribue des solutions alternatives d accessibilité et de sécurité et intervient auprès des commerces, collectivités,

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Une pandémie d influenza...

Une pandémie d influenza... Une pandémie d influenza... Que feriez-vous avec seulement le 2/3 de vos effectifs? Ordre du jour Pandémie influenza Dr. Lucie-Andrée Roy, Santé publique Annick Bouchard, M.Sc.Env., Centre de sécurité

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Information pour le patient

Information pour le patient Information pour le patient Plus de qualité de vie avec des implants dentaires SWISS PRECISION AND INNOVATION. 1 Table des matières Quelle est l importance des dents pour notre qualité de vie? 4 Qu est-ce

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

PLAN QUÉBÉCOIS DE LUTTE À UNE PANDÉMIE D INFLUENZA MISSION SANTÉ

PLAN QUÉBÉCOIS DE LUTTE À UNE PANDÉMIE D INFLUENZA MISSION SANTÉ PLAN QUÉBÉCOIS DE LUTTE À UNE PANDÉMIE D INFLUENZA MISSION SANTÉ PLAN QUÉBÉCOIS DE LUTTE À UNE PANDÉMIE D INFLUENZA - MISSION SANTÉ Édition produite par : La Direction des communications du ministère de

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

La légalité du «marketing viral»

La légalité du «marketing viral» SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL ÉCONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ÉNERGIE Direction générale Régulation et Organisation du Marché Cellule Economie électronique La légalité du «marketing viral» Septembre 2005 1

Plus en détail

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé.

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé. Si plus des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs sont seulement 15 % à craindre, pour

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF 13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament N Djamena, 5 juin 2012 CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF Excellence, Monsieur le Président

Plus en détail

Baromètre santé 360 La santé connectée Janvier 2015

Baromètre santé 360 La santé connectée Janvier 2015 Baromètre santé 360 La santé connectée Janvier 2015 Sondage réalisé par pour et publié en partenariat avec et avec le concours scientifique de la Publié le 19 janvier 2015 Levée d embargo le 19 janvier

Plus en détail