Gros plan sur l accès aux services bancaires de base au Canada.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gros plan sur l accès aux services bancaires de base au Canada."

Transcription

1 Gros plan sur l accès aux services bancaires de base au Canada. Depuis 2003, toute particulier a le droit d ouvrir un compte personnel auprès de toute succursale ou point de service bancaire qui offre ce type de service, ainsi que le droit de faire encaisser gratuitement les chèques du gouvernement du Canada d un montant inférieur à 1500 $ dans toute succursale bancaire qui distribue de l'argent au public par l'entremise d'un caissier. La mise en place de l accès aux services bancaires de base au Canada est l aboutissement d un long processus auquel les pouvoirs publics, les associations de défense des consommateurs et les établissements de crédit ont pris part. En juin 1996, une étude publiée par une association de protection de consommateurs de Montréal 1 révélait que jusqu à 3% de Canadiens de plus de 18 ans, soit environ personnes, ne possédaient pas de compte auprès d une institution financière. Cette étude concluait que diverses raisons justifiaient que certains consommateurs ne fassent pas affaire avec les institutions financières : la quantité et la nature des pièces d'identité requises pour ouvrir un compte; le gel des fonds pendant une période trop longue; les frais bancaires de plus en plus élevés; la fermeture de certaines succursales dans les quartiers, et finalement, une certaine ignorance de la part des consommateurs. Face à ce constat, en février 1997, M. Doug Peters, alors Secrétaire d'état pour les questions relatives aux institutions financières, prit une directive, en accord avec les grandes banques, en vue d améliorer l'accès des particuliers à faible revenu aux comptes et aux services d encaissement de chèques du gouvernement fédéral. Cette entente prévoyait de réduire le nombre de pièces d identité exigées pour ouvrir un compte ou encaisser des chèques, et d éliminer l emploi et les dépôts minimums comme conditions d ouverture de compte. 1 D après les résultats d enquête recueillis par Environics pour l ACEF-Centre en 1995 figurant dans le rapport de janvier 1996 à Industrie Canada, «Les hauts et les bas de l accès aux services bancaires au Canada». L ACEF-centre s appelle désormais Option consommateurs.

2 Les institutions s étaient également engagées à former leur personnel afin qu il suive la politique édictée en matière de pièces d identité et soit plus sensible aux besoins des personnes à faible revenu. Dix mois plus tard, le gouvernement et les banques convinrent également qu un rapport de crédit insatisfaisant, dans la mesure où il ne signalait pas des actes malhonnêtes ou frauduleux, ne constituait pas une raison suffisante pour refuser d ouvrir un compte à une personne, même s il pouvait entraîner des restrictions sur certaines opérations. Le système mis en place prêtait toutefois le flanc à la critique, notamment de la part de la Coalition canadienne pour le réinvestissement communautaire 2. Cette dernière soulignait en effet que les dispositions n'ayant pas été enchâssées dans une loi ou un règlement, elles ne s'appliquaient donc pas à toutes les institutions financières réglementées par le gouvernement fédéral, qu aucune agence n avait été chargée d'en surveiller l'application, et qu aucune amende n'était prévue à l'égard des établissements qui ne respecteraient pas ces directives. Malgré les dispositions prises, des pratiques d établissements de crédit constituant une violation de l'entente conclue furent dénoncées à plusieurs reprises 3. En septembre 1998, le Groupe de travail sur l'avenir du secteur des services financiers canadien créé fin , constatait dans son rapport remis au gouvernement que «malgré la politique officiellement adoptée par les banques et certaines heureuses exceptions dans la pratique, un problème considérable semble persister à la base, dans la prestation de services à une catégorie de clientèle qui risque de ne pas être rentable pour la succursale». Le groupe de travail estimait dès lors que, «si des progrès concrets ne sont pas réalisés à brève échéance, il pourrait être nécessaire de prendre des mesures législatives afin d éliminer les obstacles existants, qui tiennent à la culture et aux attitudes». Le rapport fut ensuite examiné par deux comités parlementaires, qui ont tenu des consultations publiques dans l'ensemble du pays et ont formulé leurs propres recommandations. Ce processus permit de dégager un large consensus sur les moyens pouvant permettre d'améliorer le secteur. 2 «Accès aux services bancaires de base: garantir le droit à ces services essentiels», deuxième exposé de position de la CCRC, Octobre 1997, disponible sur le site 3 Voir l opération initiale de suivi effectuée sous la forme de «magasinage anonyme» par Options Consommateurs, et les résultats obtenus par un chercheur rattaché au Groupe de travail sur l'avenir du secteur des services financiers canadien. 4 Rapport remis au gouvernement intitulé Changement, défis et possibilités (le Rapport MacKay) document d information n 4 «Les attentes du public et le comportement des institutions financières» p Disponible sur

3 En juin 1999, le gouvernement publia un document stratégique intitulé «La réforme du secteur des services financiers canadien : un cadre pour l'avenir» 5, qui contenait 57 mesures de réforme. Parmi les mesures de réforme relatives à l accès au compte figuraient notamment l obligation pour les banques d'encaisser les chèques du gouvernement fédéral pour toute personne qui satisfait à certaines exigences de base en matière de pièces d'identité, et de permettre à ces derniers l accès à un compte type à coût modique. La loi sur les banques fut finalement modifiée par le Parlement en ce sens au début de l année 2001, les articles et étant adoptés à cet effet. Les conditions d application de ces dispositions ont enfin été fixées en mai 2003 par l adoption du Règlement sur l'accès aux services bancaires de base 6. Désormais, toute succursale ou point de service bancaire qui offre des comptes bancaires personnels au Canada doit offrir un compte personnel à tout particulier qui en fait la demande en personne. De plus, toute succursale bancaire qui distribue de l'argent au public par l'entremise d'un caissier doit encaisser les chèques du gouvernement du Canada et ce, gratuitement, si le demandeur n est pas un client de la banque (c'est-à-dire qu il ne possède pas un compte personnel de dépôt et une carte de crédit de cette banque) et si le chèque est égal ou inférieur à $. Pour jouir de ces services bancaires de base, le particulier doit produire des pièces d identité acceptables 7. Le particulier qui souhaite ouvrir un compte personnel 8 ou encaisser un chèque du gouvernement 9 doit donc être en mesure de présenter soit deux 5 Disponible sur le site 6 C.P mai 2003 disponible sur le site 7 Les pièces d'identité acceptables sont énumérées dans une liste A ( permis de conduire valide, délivré au Canada; passeport canadien valide; certificat de citoyenneté canadienne ou de naturalisation; carte de résident permanent ou un formulaire IMM 1000 ou IMM 1442 de Citoyenneté et Immigration Canada; certificat de naissance délivré au Canada; carte d'assurance sociale délivrée par le gouvernement du Canada; carte de sécurité de la vieillesse délivrée par le gouvernement du Canada; certificat du statut d'indien délivré par le gouvernement du Canada; carte d'assurancemaladie provinciale; document ou une carte qui comporte une photographie et une signature, délivré par certaines entités) et une liste B (carte d'identité d'employé délivrée par un employeur reconnu dans la communauté et comportant une photographie; carte de guichet automatique bancaire (GAB) ou carte de client émise par une institution membre de l'association canadienne des paiements et comportant une signature; carte de crédit émise par une institution membre de l'association canadienne des paiements et comportant votre signature; carte de client de l'institut national canadien pour les aveugles (INCA) comportant photographie et signature; passeport étranger valide). 8 Pour obtenir l ouverture d un compte personnel, la personne doit présenter deux pièces d'identité parmi celles énumérées dans la liste A et la liste B, au moins une pièce d identité devant provenir de la liste A, ou une seule pièce d identité provenant de la liste A, si l identité peut être confirmée par une personne qui est un client en règle de la banque ou un particulier jouissant d'une bonne réputation dans la communauté où la banque est située.

4 pièces d'identité acceptables ou une pièce et un répondant. Il doit s'agir de deux pièces originales en bon état et valides. Le particulier qui sollicite l ouverture d un compte doit également consentir à ce que la banque vérifie l'existence d une des circonstances qui peuvent motiver un refus d ouverture de compte. En pratique, la banque se renseignera alors auprès d une agence d'évaluation du crédit qui lui indiquera, entre autres choses, les antécédents en matière d emploi, les dettes courantes et passées, la mesure dans laquelle le demandeurs d un compte paye ses factures dans les délais prévus et ses antécédents en matière de faillite, jugements et/ou collections par des tierces parties, le cas échéant. La banque est en droit de refuser d'ouvrir un compte bancaire personnel si elle a des motifs raisonnables de croire que le compte de dépôt de détail sera utilisé à des fins illégales ou frauduleuses, ou si le particulier s'est déjà livré à des activités illégales ou frauduleuses envers des fournisseurs de services financiers, la plus récente activité datant d'il y a moins de sept ans (la vérification de l'information contenue dans le dossier de crédit du particulier pourrait lui fournir de tels motifs). Il en va de même si la banque a des motifs raisonnables de croire que le particulier lui a sciemment fourni des renseignements trompeurs sur un point important en vue d'obtenir l'ouverture du compte de dépôt de détail ou que le refus d'ouvrir le compte de dépôt de détail est nécessaire pour mettre ses clients ou ses employés à l'abri des risques de blessure, de harcèlement ou d'autres abus. Par contre, les banques ne peuvent refuser d'ouvrir un compte bancaire pour les seules raisons que le particulier n'a pas d'emploi, a déclaré faillite ou ne dépose pas d'argent dans le compte. En ce qui concerne l encaissement d un chèque du gouvernement du Canada, la banque peut refuser de le faire si elle a des motifs raisonnables de croire que le chèque est contrefait, si le chèque a été altéré de quelque manière ou s il y a eu fraude ou illégalité commise relativement au chèque. Si la banque refuse l ouverture d un compte personnel ou refuse d'encaisser le chèque, elle doit en informer le particulier par écrit, sans toutefois devoir justifier les raisons de son refus. 9 Pour le dépôt d un chèque du gouvernement, le particulier doit présenter deux pièces d'identité parmi celles énumérées dans les listes A ou B ou une seule pièce d'identité parmi celles-ci, si celle-ci comporte photographie et signature. Si la personne ne possède qu'une pièce d'identité parmi celles énumérées dans les listes, qui ne comporte pas photographie et signature, l identité doit être confirmée par une personne qui est un client en règle de la banque ou un particulier jouissant d'une bonne réputation dans la communauté où la banque est située.

5 Le particulier doit ensuite s informer auprès de la banque de la procédure de traitement des plaintes et suivre les étapes qui y sont prévues en vue de voir la décision de refus d ouverture ou d encaissement de la banque révisée. Cette dernière est toutefois également tenue de donner des instructions par écrit au particulier sur la façon dont il peut communiquer avec l'agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC). L'ACFC surveille les banques pour s'assurer qu'elles appliquent les dispositions relatives aux consommateurs des lois fédérales, dont le Règlement sur l'accès aux services bancaires de base. Elle analyse l'information qu'elle reçoit des consommateurs et de la banque et prend les mesures appropriées si elle détermine que la banque n'a pas respecté la réglementation, notamment par le biais de décisions rendues par le Commissaire de l ACFC. Enfin, outre l accomplissement des missions précitées, L'ACFC souscrit à une démarche proactive pour surveiller le degré de conformité du secteur des services financiers sous réglementation fédérale à l'égard des lois fédérales adoptées pour protéger les consommateurs, dont le Règlement sur l'accès aux services bancaires de base fait partie. Pour ce faire, elle a notamment recours à l évaluation mystère, qui constitue un outil important pour recueillir de l'information et identifier des enjeux dans le secteur des services financiers. Lorsque l Agence repère des faiblesses à cet égard, elle peut utiliser les résultats de l évaluation pour poursuivre des enquêtes auprès des banques données. L information et l accès aux services bancaires de base au Canada sont donc facilités et renforcés grâce à l existence de cette structure créée par le gouvernement. Cette dernière a d ailleurs mené récemment une évaluation mystère au sujet du respect du Règlement sur l accès aux services bancaires par les banques, dont nous attendons les résultats avec impatience Lise Disneur Septembre 2005

6 R E S E A U FINANCEMENT ALTERNATIF est un réseau pluraliste de sensibilisation et de solidarité en matière d éthique financière et sociale. Son but est de promouvoir, par un travail d éducation permanente, l éthique et la solidarité dans les rapports à l argent afin de contribuer à une société plus juste et plus humaine. A cet effet, les axes de travail du Réseau Financement Alternatif sont : Informer et sensibiliser le public afin de favoriser l'éthique et la solidarité dans les rapports à l'argent et être instigateur de débats, initiateur de réflexions et développeur de pistes novatrices en matière de finance éthique et solidaire ; Promouvoir le développement de nouveaux outils et mécanismes financiers à caractère éthique et solidaire, inciter les différents acteurs économiques à investir de manière responsable et financer, grâce aux produits solidaires sur lesquels le Réseau Financement Alternatif est partenaire, des projets développés par des organisations poursuivant le même objet. Depuis 1987, plus de 70 associations se sont rassemblées au sein du RESEAU FINANCEMENT ALTERNATIF : L'Aube, La Bouée, le Centre de Développement Rural, Credal, De Bouche à Oreille, Les Ecus Baladeurs, La Fourmi Solidaire, Le Pivot, SAWB Solidarités des Alternatives Wallonnes et Bruxelloises, Les Ateliers de l Insu, C-Paje, CGé ChanGement pour l'egalité, Ecole des Parens de Liège, la Fédération Laïque des Centres de Planning Familial, la Fondation pour les Générations Futures, la Fondation Saint Paul, Imagine, Infor-Homes Bruxelles, la Ligue des Familles, l'université de la Paix, Les Amis de la Terre, l'association pour la Promotion des Energies renouvelables APERe, Die Raupe, Inter-Environnement Bruxelles, Nature & Progrès, RESsources, ADEPPI Atelier d éducation permanente pour personnes incarcérées, L'Arche d Alliance Namur, L'Arche en Belgique, L'Association des Ecoles de Devoirs en Province de Liège, ATD - Quart-Monde, La Bastide, La Bobine, Caritas, Centre de Prévention des Violences Familiales & Conjugales, CIAJ -Centre d information et d aide aux jeunes, Equipes d'entraide, Espace Social Télé-Service, Foyer de Burnot, GABS -Groupe d animation de la Basse-Sambre, Habitat-Service, Hydrojeunes, Infor-Veuvage, Mains tendues de Michel Corin, La Marguerite, Le Mouvement du Nid, Point d Appui, Sainte Walburge, Solidarités Nouvelles, Surdimobil, AMPGN -Association Médicale pour la Prévention de la Guerre Nucléaire, GRIP Groupe de Recherche et d Information sur la Paix, La Ligue des droits de l Homme, MIR Mouvement International de Réconciliation, MRAX -Mouvement contre le Racisme et la Xénophobie, SCI -Service Civil International, AFOCO - Apiculture, Formation, Coopération, Autre Terre, Echos Communication, Entraide et Fraternité, FIAN -Foodfirst Information & Action Network, Fondation André Ryckmans, Frères des Hommes, les Magasins du monde-oxfam, Max Havelaar, Médecins du Monde, Peuples Solidaires, SLCD -Service Laïque de Coopération au Développement. Visitez

Contrôle du respect du règlement sur l'accès aux services bancaires de base au Canada

Contrôle du respect du règlement sur l'accès aux services bancaires de base au Canada Contrôle du respect du règlement sur l'accès aux services bancaires de base au Canada L Agence de la Consommation en matière Financière du Canada (ACFC) publie les résultats sa deuxième évaluation mystère

Plus en détail

Accès au service bancaire de base en Belgique : un droit pour tout consommateur qui y réside?

Accès au service bancaire de base en Belgique : un droit pour tout consommateur qui y réside? Accès au service bancaire de base en Belgique : un droit pour tout consommateur qui y réside? Quand la mise en œuvre de dispositions légales destinées à combattre le blanchiment d argent aboutit à l exclusion

Plus en détail

Une vaste campagne de publicité sur le droit au compte lancée actuellement par les banques en France.

Une vaste campagne de publicité sur le droit au compte lancée actuellement par les banques en France. Une vaste campagne de publicité sur le droit au compte lancée actuellement par les banques en France. Et si les banques belges en prenaient de la graine? «Il y a un compte pour ceux qui n'ont pas de compte»,

Plus en détail

La Commission européenne autorise la création de la Banque Postale en France

La Commission européenne autorise la création de la Banque Postale en France La Commission européenne autorise la création de la Banque Postale en France En réponse à la plainte de quatre grandes banques françaises mécontentes de l'arrivée de ce nouvel acteur public sur le marché,

Plus en détail

Protection des montants insaisissables versés sur un compte en banque : le Conseil National du Travail propose des solutions

Protection des montants insaisissables versés sur un compte en banque : le Conseil National du Travail propose des solutions Protection des montants insaisissables versés sur un compte en banque : le Conseil National du Travail propose des solutions Consulté par la Ministre de la justice en raison des nombreux problèmes d exécution

Plus en détail

Le crédit social à la consommation : une solution en faveur de personnes exclues des crédits bancaires classiques.

Le crédit social à la consommation : une solution en faveur de personnes exclues des crédits bancaires classiques. Le crédit social à la consommation : une solution en faveur de personnes exclues des crédits bancaires classiques. Ce 28 octobre, l a.s.b.l. Osiris - Crédal - Crédit Social organisait un colloque intitulé

Plus en détail

L Europe réglemente l activité des banques

L Europe réglemente l activité des banques L Europe réglemente l activité des banques Les contraintes européennes pèsent lourdement sur les banques et influencent leurs pratiques, notamment celles des organisations financières de l économie sociale

Plus en détail

Le droit au compte bancaire en France est-il soumis à une condition de régularité de séjour?

Le droit au compte bancaire en France est-il soumis à une condition de régularité de séjour? Le droit au compte bancaire en France est-il soumis à une condition de régularité de séjour? En France, «le droit au compte bancaire» a été consacré par la loi du 29 juillet 1998 1 relative à la lutte

Plus en détail

Épargne-pension éthique

Épargne-pension éthique Épargne-pension éthique Le 21 décembre dernier, le Conseil des Ministres a marqué son accord sur un plan d'action qui, dans le cadre des compétences fédérales, a pour objectif de stimuler la responsabilité

Plus en détail

Dominique de Villepin annonce la création d un service bancaire universel pour 2006 en France.

Dominique de Villepin annonce la création d un service bancaire universel pour 2006 en France. Dominique de Villepin annonce la création d un service bancaire universel pour 2006 en France. A l occasion de l installation à Matignon du conseil national de lutte contre l exclusion ce vendredi 16 septembre

Plus en détail

Gestionnaire de fonds et ISR : amis ou ennemis?

Gestionnaire de fonds et ISR : amis ou ennemis? Gestionnaire de fonds et ISR : amis ou ennemis? Comment les gestionnaires de fonds réagissent-ils face à l ISR : impact des critères éthiques, sociaux et environnementaux sur le modus operandi des professionnels

Plus en détail

Création d un Service Bancaire Universel (SBU) en France : la montagne a-t-elle accouché d uns souris?

Création d un Service Bancaire Universel (SBU) en France : la montagne a-t-elle accouché d uns souris? Création d un Service Bancaire Universel (SBU) en France : la montagne a-t-elle accouché d uns souris? Alors que le Premier Ministre français annonçait il y a quatre mois la création d un service bancaire

Plus en détail

ISR : investissement rentable?

ISR : investissement rentable? ISR : investissement rentable? Le rendement de l ISR est-il supérieur ou inférieur à celui des investissements traditionnels : les partisans des deux idées s affrontent régulièrement. Analyse des arguments

Plus en détail

Publicités pour le crédit : le CRIOC dénonce des infractions

Publicités pour le crédit : le CRIOC dénonce des infractions Publicités pour le crédit : le CRIOC dénonce des infractions Trois quart des 221 publicités parues dans des journaux toutes boites relatives au crédit analysées par le CRIOC contiennent au moins une infraction

Plus en détail

Trois mécanismes de partage solidaire

Trois mécanismes de partage solidaire Le partage solidaire Aussi étonnant que cela puisse paraître, un compte d épargne, une assurance-vie ou un produit d investissement comme une SICAV peuvent être solidaires! Et soutenir des associations

Plus en détail

L Europe réglemente les fonds propres des banques

L Europe réglemente les fonds propres des banques L Europe réglemente les fonds propres des banques Le 14 juin 2006, deux directives ont été adoptées par le Conseil et le Parlement européens : celle concernant l accès à l activité des établissements de

Plus en détail

La protection des revenus insaisissables versés sur un compte en banque enfin assurée à dater de janvier 2007!

La protection des revenus insaisissables versés sur un compte en banque enfin assurée à dater de janvier 2007! La protection des revenus insaisissables versés sur un compte en banque enfin assurée à dater de janvier 2007! L arrêté royal modalisant le codage des revenus protégés ayant été promulgué le 4 juillet

Plus en détail

a c e a c e f Un compte de banque, c est un droit! association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides

a c e a c e f Un compte de banque, c est un droit! association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides Un compte de banque, c est un droit! Les moyens pour défendre vos droits a c e a c e f association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides 42b, rue Turgeon Sainte-Thérèse, Québec J7E 3H4

Plus en détail

Ethique et solidarité : jusqu où les institutions financières sont-elles prêtes à s engager?

Ethique et solidarité : jusqu où les institutions financières sont-elles prêtes à s engager? Ethique et solidarité : jusqu où les institutions financières sont-elles prêtes à s engager? Le plus souvent sous la pression active des militants et des investisseurs, les banques s engagent dans la voie

Plus en détail

Contrats d ouverture de crédit : bientôt soumis à la condition du renouvellement explicite et annuel par le bénéficiaire?

Contrats d ouverture de crédit : bientôt soumis à la condition du renouvellement explicite et annuel par le bénéficiaire? Contrats d ouverture de crédit : bientôt soumis à la condition du renouvellement explicite et annuel par le bénéficiaire? Les sénatrices socialistes Olga Zrihen et Joëlle Kapompol déposent une proposition

Plus en détail

Développer une activité économique génératrice de revenus en Belgique grâce au micro-crédit, c est possible!

Développer une activité économique génératrice de revenus en Belgique grâce au micro-crédit, c est possible! Développer une activité économique génératrice de revenus en Belgique grâce au micro-crédit, c est possible! 2005 a été proclamée «Année Internationale du Micro-crédit». C est l occasion de faire un tour

Plus en détail

Des entreprises du secteur de l Internet surveillées par des fonds ISR

Des entreprises du secteur de l Internet surveillées par des fonds ISR Des entreprises du secteur de l Internet surveillées par des fonds ISR L ISR constitue-t-il, pour les entreprises, un réel incitant à mieux se comporter? 26 fonds d investissement s y essaient en surveillant

Plus en détail

Encaissez sans frais vos chèques du gouvernement du Canada

Encaissez sans frais vos chèques du gouvernement du Canada Encaissez sans frais vos chèques du gouvernement du Canada Encaissez sans frais vos chèques du gouvernement du Canada Vos droits La loi canadienne vous donne le droit d encaisser sans frais vos chèques

Plus en détail

Le changement climatique : protocole de Kyoto et échange de permis d'émission

Le changement climatique : protocole de Kyoto et échange de permis d'émission Le changement climatique : protocole de Kyoto et échange de permis d'émission Le protocole de Kyoto prévoit différents mécanismes dits flexibles' afin de permettre aux pays signataires de réaliser leurs

Plus en détail

Friedrich Wilhelm Raiffeisen

Friedrich Wilhelm Raiffeisen Friedrich Wilhelm Raiffeisen Jeune bourgmestre du district communal de Flammersfeld, en Rhénanie, Frédéric-Guillaume Raiffeisen (1818-1888) est confronté aux méfaits de l'usure et à la gravité de l'endettement

Plus en détail

L activisme actionnarial à l américaine

L activisme actionnarial à l américaine L activisme actionnarial à l américaine Acteurs de poids et actions d envergures font de l activisme actionnarial outre Atlantique un réel outil au service de la responsabilisation sociale des entreprises.

Plus en détail

ACCÈS DE L AGENT FINANCIER DU CANDIDAT À L INVESTITURE AUX SERVICES BANCAIRES

ACCÈS DE L AGENT FINANCIER DU CANDIDAT À L INVESTITURE AUX SERVICES BANCAIRES ACCÈS DE L AGENT FINANCIER DU CANDIDAT À L INVESTITURE AUX SERVICES BANCAIRES Afin de faciliter l accès de l agent financier du candidat à l investiture aux services bancaires, Élections Canada offre le

Plus en détail

L investissement socialement responsable : est-ce rentable? Peut-on investir de manière responsable?

L investissement socialement responsable : est-ce rentable? Peut-on investir de manière responsable? L investissement socialement responsable : est-ce rentable? Peut-on investir de manière responsable? 1. L impact du critère éthique sur la performance des fonds Dans l approche orthodoxe, le critère éthique

Plus en détail

Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir 07 Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir Toutes les grandes banques offrent une multitude de renseignements et d outils, notamment des listes de vérification, de

Plus en détail

Réduire l'impôt pour favoriser l'épargne solidaire.

Réduire l'impôt pour favoriser l'épargne solidaire. Réduire l'impôt pour favoriser l'épargne solidaire. Il est question de créer des incitants pour les investissements en faveur du microcrédit dans le Sud. Et si on élargissait cette mesure à toute l'épargne

Plus en détail

Services bancaires pour nouveaux arrivants Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour nouveaux arrivants Ce que vous devez savoir 03 Services bancaires pour nouveaux arrivants Ce que vous devez savoir Toutes les grandes banques offrent une multitude de renseignements et d outils, notamment des listes de vérification, de l information

Plus en détail

Le défi de la performance énergétique des bâtiments. Quels sont les incitants financiers possibles?

Le défi de la performance énergétique des bâtiments. Quels sont les incitants financiers possibles? Le défi de la performance énergétique des bâtiments. Quels sont les incitants financiers possibles? Le chauffage des bâtiments est la première source d émissions de gaz à effets de serre en Belgique. Fort

Plus en détail

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Montréal, le 1 er août 2014 M. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Objet : Plainte de M. à l endroit de la CIBC N/Réf.

Plus en détail

Les principes de l'équateur

Les principes de l'équateur Les principes de l'équateur Lancé en juin 2003, révisé en juillet 2006, cet ensemble de principes en vue d une gestion saine des problèmes sociaux et environnementaux liés au financement de projets correspond-il

Plus en détail

Comptes bancaires selon vos besoins Ce que vous devez savoir

Comptes bancaires selon vos besoins Ce que vous devez savoir 02 Comptes bancaires selon vos besoins Ce que vous devez savoir Vous disposez d un vaste choix : il existe près de 100 forfaits offerts par plus de 20 banques au Canada. Vous pouvez comparer les caractéristiques

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son PV 99 03 48 RENÉ COMEAU Plaignant c. BELL MOBILITÉ Intimée LA PLAINTE Le plaignant allègue que la Boutique du téléphone, agente autorisée de l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il

Plus en détail

Les deux exemples ci-après peuvent vous aider à comprendre ce qu'est une vente liée coercitive et quelles pratiques sont interdites.

Les deux exemples ci-après peuvent vous aider à comprendre ce qu'est une vente liée coercitive et quelles pratiques sont interdites. POLITIQUE SUR LES VENTES LIÉES La Loi sur les banques exige que les banques informent leurs clients, dans un langage simple, de l illégalité des ventes liées coercitives. Pour nous conformer à la loi,

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G8

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G8 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G8 PROCÉDÉS ET CRITÈRES AYANT TRAIT À L ENCAISSEMENT DES EFFETS DE PAIEMENT DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL POUR LES NON-CLIENTS 2010 CANADIAN

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc.

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Merci de vous procurer et de lire l énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER -+ POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER En tant qu entreprise de services, BBA se conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : PV 08 02 60. Date : Le 17 mai 2013. Membre: Plaignant

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : PV 08 02 60. Date : Le 17 mai 2013. Membre: Plaignant Commission d accès à l information du Québec Dossier : PV 08 02 60 Date : Le 17 mai 2013 Membre: M e Jean Chartier Plaignant et LA COMPAGNIE NATIONALE MONEY MART (INSTA-CHÈQUES) Entreprise DÉCISION OBJET

Plus en détail

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir 03 Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir Plusieurs banques au Canada offrent désormais le service de dépôt de chèque mobile. Le Canada dispose de l un des systèmes de compensation des chèques les

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 Autres décisions.. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 AUTRES DÉCISIONS 3.8.1 Dispenses DÉCISION N : 2014-SACD-10009062 Le 7 février 2014 DANS L AFFAIRE DE LA LÉGISLATION EN VALEURS MOBILIÈRES DU QUÉBEC

Plus en détail

AGENCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA ACCÈS À L INFORMATION ET PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

AGENCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA ACCÈS À L INFORMATION ET PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS AGENCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA ACCÈS À L INFORMATION ET PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS R A PP O R T A N NU E L 2007-2008 Table des matières Introduction 1. À propos de l organisation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA Les présentes conditions s appliquent au programme de Récompenses MasterCard de La Banque Wal-Mart du Canada

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters (N hésitez pas à fournir des renseignements supplémentaires sur une feuille séparée ou à soumettre votre curriculum-vitae) Renseignements

Plus en détail

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 110772 Date : Le 5 décembre 2013 Membre: M e Diane Poitras Plaignants et (PROPRIÉTAIRE) Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu de la Loi sur la

Plus en détail

Liste de vérification relative à l'ouverture du compte

Liste de vérification relative à l'ouverture du compte Guide de demande Compte non enregistré Courtage à escompte Utilisez ce guide d'ouverture de compte pour remplir une Demande de compte non enregistré Courtage à escompte 1 détenu individuellement auprès

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Système d information d Emploi Ontario. Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key

Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Système d information d Emploi Ontario. Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Système d information d Emploi Ontario SIEO Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key pour les abonnés des agences de formation par l apprentissage

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

PARTENAIRES EN PROTECTION (PEP) PROCESSUS DE PEP

PARTENAIRES EN PROTECTION (PEP) PROCESSUS DE PEP PARTENAIRES EN PROTECTION (PEP) PROCESSUS DE PEP ACCEPTATION / REJET o Les demandes sont reçues et révisées pour évaluer l admissibilité (voir l annexe A) et s assurer que les exigences minimales en matière

Plus en détail

Déontologie et pratiques professionnelles (Canada) Exemples de questions d'examen. Déontologie et pratique professionnelle (Canada)

Déontologie et pratiques professionnelles (Canada) Exemples de questions d'examen. Déontologie et pratique professionnelle (Canada) Déontologie et pratiques professionnelles (Canada) Exemples de questions d'examen Compétence : Établir une pratique professionnelle éthique, conforme aux règles encadrant le secteur de l assurance de personnes

Plus en détail

Demande pour le Programme de soutien au démarrage d entreprises pour les compagnons

Demande pour le Programme de soutien au démarrage d entreprises pour les compagnons Demande pour le Programme de soutien au démarrage d entreprises pour les compagnons Section A : Renseignements personnels et commerciaux Numéro de référence : AVIS SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE La

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire

Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire OPÉRATIONS BANCAIRES Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire Pour la plupart des gens, un compte-chèques est un bon moyen de gérer leurs opérations bancaires courantes. Les banques, les coopératives

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCEDURES Y AFFERENTES Supplément au Code d éthique Septembre 2013 Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION...3 SECTION 2 RAISON D ÊTRE DE

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

IMMIGRATION Canada. Hong Kong. Parrainage de parents, grands-parents, enfants adoptés et autres membres de la parenté

IMMIGRATION Canada. Hong Kong. Parrainage de parents, grands-parents, enfants adoptés et autres membres de la parenté Citoyenneté et Immigration Canada Citizenship and Immigration Canada IMMIGRATION Canada Table des matières Appendice A - Liste de contrôle Appendice B - Spécifications pour photos Appendice C - Instructions

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Règlement de placement

Règlement de placement Règlement de placement Valable dès le 1 er mars 2014 Page 1 de 7 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. But et contenu 3 Art. 1 But 3 Art. 2 Objectifs et principes du placement de la fortune

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

Répertoire des banques de renseignements personnels

Répertoire des banques de renseignements personnels Répertoire des banques de renseignements personnels L inclusion d un dossier dans le Répertoire des banques de renseignements personnels du Centre régional de santé de North Bay ne signifie pas pour autant

Plus en détail

Droits fondamentaux : les partenariats entre secteurs public, privé et la société civile constituent-ils la panacée?

Droits fondamentaux : les partenariats entre secteurs public, privé et la société civile constituent-ils la panacée? Droits fondamentaux : les partenariats entre secteurs public, privé et la société civile constituent-ils la panacée? Le Réseau Financement Alternatif vient d organiser une conférence 1 sur les partenariats

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 13 juillet 2015 Page 2 de 9 Table des matières SECTION 1 OBJECTIF... 4 SECTION 2 DÉFINITIONS...

Plus en détail

Demande de règlement assurance vie - Directives

Demande de règlement assurance vie - Directives Demande de règlement assurance vie - Directives **Afin d éviter des retards inutiles dans le traitement de cette demande, veuillez lire attentivement les directives. Pour une réclamation d assurance-vie

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

domestiques concurrentes de différents réseaux sur une même carte de débit. présentent des marques également mises en valeur.

domestiques concurrentes de différents réseaux sur une même carte de débit. présentent des marques également mises en valeur. Convention Code de conduite destiné à l industrie canadienne des cartes de crédit et de débit Choix d opération Cartes de débit domestiques Marques égales Frais modifications- pénalité Frais sans préavis

Plus en détail

INTRODUCTION. Digital Advertising Alliance des États Unis.

INTRODUCTION. Digital Advertising Alliance des États Unis. INTRODUCTION Les présents principes canadiens d autoréglementation de la publicité comportementale en ligne (ci-après les «principes») ont été élaborés par l Alliance de la publicité numérique du Canada

Plus en détail

Politique relative à l accès aux fonds. Particuliers et entreprises admissibles

Politique relative à l accès aux fonds. Particuliers et entreprises admissibles Politique relative à l accès aux fonds Particuliers et entreprises admissibles Service à la clientèle pour les clients particuliers Si vous êtes insatisfait de notre décision de vous refuser l accès à

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Demande de bourse d étude

Demande de bourse d étude Fondation fransaskoise Téléphone : 306-566-6000 205-1440, 9e Avenue Nord Sans frais : 1-800-670-0879 Regina SK S4R 8B1 fondationfransaskoise@ccs-sk.ca www.fondationfransaskoise.ca Section réservée à l

Plus en détail

Sanctions disciplinaires imposées à Sylvie Brunet; Contraventions à l article 1 du Statut 29

Sanctions disciplinaires imposées à Sylvie Brunet; Contraventions à l article 1 du Statut 29 Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate, Mise en application BULLETIN N 3548 (514) 878-2854 Le 1 er juin 2006 spoirier@ida.ca Mesure disciplinaire

Plus en détail

Antécédents de crédit Banque Bon d études canadien Calendrier des dépenses Carte de crédit Carte de débit CELI Chèque du Gouvernement du Canada

Antécédents de crédit Banque Bon d études canadien Calendrier des dépenses Carte de crédit Carte de débit CELI Chèque du Gouvernement du Canada Antécédents de crédit Les renseignements rassemblés qui montrent le temps que cela vous prend à payer l argent que vous avez emprunté. Banque Une institution financière qui dépose de l argent, prête de

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir

Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir 01 Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir Vous disposez d un vaste choix : il existe plus de cent forfaits bancaires offerts par plus de vingt banques au Canada. Vous pouvez comparer

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

La gestion des dettes : obtenir l aide d un organisme de conseil en crédit

La gestion des dettes : obtenir l aide d un organisme de conseil en crédit Your Rights and Responsibilities Budget et gestion des finances personnelles La gestion des dettes : obtenir l aide d un organisme de conseil en crédit Qu est ce qu un organisme de conseil en crédit? Les

Plus en détail

POLITIQUE VENTE ET SERVICE D ALCOOL À L UNIVERSITÉ

POLITIQUE VENTE ET SERVICE D ALCOOL À L UNIVERSITÉ Date d entrée en vigueur : 15 mars 2011 Origine : Vice-rectorat aux services Remplace/amende : 23 septembre 2002 Numéro de référence : VPS-3 Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture.

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail