BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS"

Transcription

1 Circulaire du 23 janvier 2012 relative au conseil d'évaluation NOR : JUSK C Le ministre de l Intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales, Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, à Pour attribution Mesdames et messieurs les premiers présidents des cours d appel, Mesdames et messieurs les procureurs généraux près les cours d appel, Mesdames et messieurs les préfets et hauts-commissaires, Madame la directrice et messieurs les directeurs interrégionaux des services pénitentiaires, Monsieur le directeur interrégional chef de la mission des services pénitentiaires de l Outre-mer. Date d'application : immédiate Textes sources : Article 5 de la loi n du 24 novembre 2009 pénitentiaire, Articles D. 234 à D. 238 du Code de procédure pénale dans leur rédaction issue du décret n du 23 décembre 2010 portant application de la loi pénitentiaire et modifiant le Code de procédure pénale (troisième partie : Décrets). Textes abrogés : Circulaire A.P G2 du 19 mars 1986 relative aux commissions de surveillance, Circulaire JUSE C du 8 décembre 1993 relative au rapport à la commission de surveillance, Note JUSE N du 14 avril 1999 relative à la transmission des procès-verbaux des commissions de surveillance, Circulaire INTD C du 29 avril 2005 relative à la communication par les préfets de comptes-rendus des commissions de surveillance des établissements pénitentiaires, Circulaire INTD C du 30 mars 2006 relative à la communication par les préfets de comptes-rendus des commissions de surveillance des établissements pénitentiaires. Annexe : 1 L article 5 de la loi n du 24 novembre 2009 pénitentiaire a institué auprès de chaque établissement pénitentiaire un conseil d évaluation, chargé «d évaluer les conditions de fonctionnement de l établissement et de proposer, le cas échéant, toutes mesures de nature à les améliorer». L article 95 de la loi pénitentiaire a corrélativement abrogé l article 727 du Code de procédure pénale (CPP) dont le deuxième alinéa fondait l existence des commissions de surveillance, lesquelles avaient fait l objet ces dernières années de nombreuses critiques mettant en cause leur efficacité. Ces critiques ont conduit le législateur à privilégier, au sein de chaque établissement, la création d une instance nouvelle centrée sur des missions d évaluation et de proposition. Le décret n du 23 décembre 2010, pris en application de la loi pénitentiaire, a ainsi abrogé les articles D. 180 à D. 185 du CPP relatifs aux commissions de surveillance. Les dispositions des articles D. 234 à D. 238 nouveaux portent désormais application de l article 5 de la loi précitée, créant les conseils d évaluation. L objet de la présente circulaire est de présenter ces dispositions nouvelles qui déterminent la composition (I), les attributions (II) et le fonctionnement (III) des conseils d évaluation..../...

2 1. Composition Le nouvel article D. 234 du CPP détermine la composition du conseil d évaluation, définie de manière à assurer sa légitimité et à l ouvrir aux partenaires extérieurs qui, intervenant au sein de l établissement, concourent au fonctionnement du service public pénitentiaire Présidence et vice-présidence Le conseil d évaluation est présidé par le préfet du département dans lequel est situé l établissement pénitentiaire. En tant que représentant de l Etat, il joue un rôle central dans le champ de la détention pour piloter et susciter des politiques partenariales avec les autres services de l Etat et les collectivités locales dans le domaine de l emploi, de la formation professionnelle, de la santé, de l accès aux droits sociaux notamment. Il joue également un rôle moteur dans la politique de prévention de la délinquance et de la récidive, objectif qui figure désormais explicitement parmi les missions de l administration pénitentiaire (article 2 de la loi pénitentiaire). Le préfet peut désigner un représentant pour assurer la présidence du conseil d évaluation dans les conditions de droit commun prévues par l article 57 du décret n du 29 avril 2004 modifié relatif aux pouvoirs des préfets. Compte tenu des enjeux associés aux travaux du conseil, la faculté de délégation sera réservée à des membres du corps préfectoral. Le président du tribunal de grande instance dans le ressort duquel est situé l établissement pénitentiaire et le procureur de la République près ledit tribunal sont vice-présidents du conseil d évaluation. Bien que l article D. 234 CPP ne le prévoie pas expressément, les vice-présidents du conseil, à l instar du préfet, peuvent s y faire représenter. Dès lors, si le président du tribunal de grande instance et le procureur de la République ne peuvent assister aux réunions du conseil, il est opportun qu ils désignent, dans leur juridiction, respectivement un magistrat du siège et du parquet spécifiquement chargés de les suppléer. Une telle désignation permet à tous les intervenants extérieurs d identifier au sein de l institution judiciaire les référents chargés du suivi du fonctionnement des établissements pénitentiaires et offre à ces référents l opportunité de s investir efficacement dans leurs missions. Le préfet détermine l ordre du jour des réunions conjointement avec les vice-présidents du conseil d évaluation (article D du CPP, cf. infra 3.1.2) Les membres de droit Il convient de préciser que la composition du conseil est conçue de manière relativement restrictive en ce qui concerne le nombre de membres de droit, afin de faciliter l organisation de ses réunions et la participation effective de ses membres. Toutefois, en vertu de l article D du CPP, des personnes qui ne sont pas membres de droit peuvent également être entendues par le conseil d évaluation en fonction des thèmes fixés à l ordre du jour (cf. infra 3.1.2) Les représentants de l autorité judiciaire La place des magistrats de l ordre judiciaire au sein du conseil a été renforcée puisque le président et le procureur de la République des juridictions (autres que celle dans le ressort de laquelle est situé l établissement concerné) compétentes pour traiter des situations des justiciables pris en charge par l établissement en sont membres. Il faut entendre par «justiciables pris en charge par l établissement» l ensemble des personnes placées sous écrou dans cet établissement.

3 Il appartient en conséquence au secrétariat du conseil d évaluation de convoquer les présidents et procureurs de la République des tribunaux de grande instance situés dans le département du ressort de l établissement pénitentiaire, ainsi que les chefs de cour (cf. 1.3). Les chefs de cour pourront utilement aviser de la date de réunion du conseil d évaluation les autres chefs de juridiction de leur ressort, susceptibles d avoir un intérêt à participer à celle-ci. Ces derniers devront alors informer le secrétariat du conseil de leur participation. Les autres magistrats qui composent le conseil d évaluation sont : les juges de l application des peines intervenant dans l établissement ou leur représentant désigné par le président de chaque tribunal de grande instance concerné ; le doyen des juges d instruction ; le juge des enfants exerçant les fonctions de juge coordonnateur prévu à l article R du code de l organisation judiciaire et intervenant dans l établissement, si le conseil est institué auprès d un établissement pénitentiaire pour mineurs ou d un établissement pénitentiaire comportant un quartier des mineurs. Bien que seule la représentation des juges de l application des peines soit expressément prévue par le texte, le doyen des juges d instruction et le juge des enfants coordonnateur peuvent toujours se faire suppléer respectivement par un juge d instruction et un juge des enfants désignés par le président du tribunal de grande instance. Il importe néanmoins de veiller à la pérennité de la composition du conseil d évaluation, seule à même d assurer un suivi de ses travaux d une année sur l autre Les représentants des collectivités territoriales Les trois niveaux de collectivités territoriales sont représentés au conseil, par l intermédiaire de leurs élus. Sont ainsi membres de droit du conseil d évaluation : les maires des communes sur le territoire desquelles est situé l établissement pénitentiaire ou leurs représentants. Lorsque le centre pénitentiaire est localisé sur le territoire de plusieurs communes, les maires de chacune de ces communes sont membres de droit ; le président du conseil général ou son représentant ; le président du conseil régional ou son représentant, ce qui constitue une innovation. La présence de ce dernier se justifie notamment au regard de la faculté qu offre désormais à l Etat l article 9 de la loi pénitentiaire de confier aux régions l organisation et le financement des actions de formation professionnelle continue des personnes détenues Les représentants des services de l état Quatre représentants des services et établissement public de l Etat sont présents au conseil d évaluation, au travers des fonctionnaires qui en ont la charge, à savoir : l inspecteur d académie, ou son représentant ; le commandant du groupement de gendarmerie du département, ou son représentant ; le directeur départemental de la sécurité publique, ou son représentant ; le directeur général de l agence régionale de santé, ou son représentant Les intervenants extérieurs œuvrant au sein de l établissement pénitentiaire Le bâtonnier de l ordre des avocats (ou son représentant) est membre du conseil d évaluation. La volonté d ouverture du nouveau conseil d évaluation se manifeste surtout aux 13, 14 et 15 de l article D. 234 du CPP aux termes desquels sont intégrés comme membres :

4 un représentant de chaque association œuvrant dans l établissement ; un représentant des visiteurs de prison intervenant dans l établissement ; un aumônier agréé de chaque culte intervenant dans l établissement. Il s agit là d une innovation essentielle puisque jusqu alors, les visiteurs agréés et les aumôniers attachés à l établissement ne pouvaient faire partie de la commission de surveillance, même s il arrivait qu ils soient entendus en qualité de personnalités susceptibles d apporter des informations utiles. Les représentants de chaque association et le représentant des visiteurs de prisons intervenant dans l établissement sont nommés, pour une période de deux ans renouvelable, par un arrêté établi par la préfecture du ressort de l établissement. A cette fin, le chef d établissement communique au préfet la liste des associations intervenant au sein de son établissement. Une ampliation de l arrêté est adressée au ministre de la justice Les autres participants L avant-dernier alinéa du nouvel article D. 234 du CPP reprend le sens des dispositions de l ancien article D. 181 en permettant au premier président et au procureur général de la cour d appel dans le ressort de laquelle est situé l établissement pénitentiaire de participer à la réunion du conseil d évaluation, ou de désigner un représentant à cette fin. Leur présence au conseil d évaluation est d autant plus légitime que leur action concernant les aménagements de peines (par le biais notamment des conférences régionales semestrielles) est essentielle, et réalisée en lien avec l administration pénitentiaire. Ils connaissent en outre les établissements pénitentiaires de leur ressort sur le fonctionnement desquels ils doivent rendre compte chaque année au ministre de la justice, en vertu de l article D. 179 du CPP. Enfin, sans être membres du conseil d évaluation, assistent à ses travaux : le directeur interrégional des services pénitentiaires ; le chef de l établissement pénitentiaire ; le directeur fonctionnel du service pénitentiaire d insertion et de probation compétent dans l établissement ; le directeur interrégional de la protection judiciaire de la jeunesse (si le conseil est institué auprès d un établissement pénitentiaire pour mineurs ou d un établissement pénitentiaire comportant un quartier des mineurs). Chacun d eux peut se faire représenter. Pour assurer le suivi des travaux du conseil, garantir leur cohérence d une année sur l autre et offrir à ses membres des informations actualisées et fiables lors de ses réunions, il appartient au directeur interrégional, au chef d établissement et au directeur fonctionnel du service pénitentiaire d insertion et de probation, s ils ne peuvent assister en personne aux réunions, de désigner au sein de leur équipe un représentant régulier chargé d exercer leurs fonctions auprès du conseil dans la continuité. Un membre du service de soins en milieu pénitentiaire pourra utilement compléter la composition du conseil d évaluation. L article D. 234 du CPP précise enfin qu il appartient au préfet d arrêter la composition du conseil. 2. Attributions 2.1. Une mission d évaluation Aux termes de l article 5 de la loi pénitentiaire, le conseil est chargé d évaluer les «conditions de fonctionnement de l établissement». Cette formulation large recouvre notamment :

5 le respect des droits des personnes détenues ; la sécurité ; les activités ; l accès aux soins ; les actions de prévention de la récidive ; les actions de prévention du suicide ; la politique conduite en termes d aménagement de peine et les actions de préparation à la sortie ; les problèmes liés au taux d occupation de l établissement et à la détention provisoire ; les politiques conduites avec la participation des partenaires extérieurs. Il ne s agit plus seulement d examiner le fonctionnement interne de l établissement, comme le suggérait la formulation de l ancien article D. 184 abrogé du CPP relatif aux commissions de surveillance, mais d inscrire les travaux du conseil dans une perspective dynamique, en incluant les politiques partenariales extérieures et les aménagements de peine. Un accent peut être mis sur le respect des droits des personnes détenues, afin d inciter les établissements à axer leurs efforts sur la mise en œuvre rapide des nouveaux droits qui leur sont reconnus par la loi pénitentiaire. Au sein des maisons d arrêt, le conseil est amené à suivre l évolution du taux d encellulement individuel, lequel doit être appliqué au plus tard le 25 novembre 2014, à l échéance du nouveau moratoire fixé à l article 100 de la loi pénitentiaire Une force de proposition L article 5 de la loi pénitentiaire énonce que le conseil d évaluation peut proposer toutes mesures de nature à améliorer les conditions de fonctionnement de l établissement. La consécration d un pouvoir de proposition est la conséquence logique de la mission d évaluation dévolue au conseil. En effet, la connaissance des difficultés locales, les échanges entre les différents intervenants, l établissement d un diagnostic partagé doivent aboutir, dans le respect des prérogatives de chacun, à la formulation de solutions concrètes de nature à améliorer les conditions carcérales. Il convient en conséquence, autant qu il est possible, de conclure les travaux du conseil par la définition de quelques objectifs précis susceptibles d être atteints au cours de l année. 3. Fonctionnement L article D. 235 du CPP prévoit que le conseil d évaluation se réunit au moins une fois par an. Il s agit là d un rythme minimum qui n empêche nullement la tenue d autres réunions ponctuelles accompagnées de visites de l établissement en cours d année (cf. infra 3.3.2). Le secrétariat du conseil est désormais assuré par l administration pénitentiaire. La réunion annuelle obligatoire intervient au plus tard le 30 avril de chaque année, afin de débattre sur la base des éléments arrêtés au titre de l année civile précédente. Elle constitue le point d orgue des travaux du conseil. Il convient d examiner de manière chronologique la préparation des travaux du conseil, le déroulement des visites et des réunions puis les suites qui leur sont données.

6 3.1. La préparation des travaux du conseil La collecte des rapports, documents et observations La première étape, préalable à la convocation de ses membres, consiste à rassembler l ensemble des éléments sur lesquels s appuieront les travaux du conseil d évaluation. Ce travail de collecte incombe à l administration pénitentiaire. Le document principal est le rapport d activité préparé par le chef d établissement et le directeur fonctionnel du service pénitentiaire d insertion et de probation. Il est souhaitable que ce rapport porte sur l année civile et soit rédigé au plus tard le 1er mars de chaque année. Ce document de synthèse inclut les rapports établis par chacun des services. Il rend compte de l activité de l année écoulée et indique de quelle manière ont été utilisés les moyens existants. Le plan-type de rapport proposé dans la note du 8 décembre 1993 et reproduit en annexe peut servir comme modèle de référence. Pour en faciliter la lecture et l appropriation, il appartiendra au chef d établissement de rédiger, en préambule du rapport, une synthèse qui, dans une perspective dynamique, insistera sur les évolutions marquantes survenues au cours de l année écoulée ainsi que sur les axes prioritaires de travail au cours de l année à venir. L accent est également porté sur le suivi des préconisations formulées par le conseil l année précédente. Le directeur fonctionnel du service pénitentiaire d insertion et de probation peut y présenter les efforts fournis et les résultats obtenus pour développer, en partenariat avec les juges de l application des peines, les mesures alternatives à l incarcération et les aménagements de peine. Il peut présenter également les actions menées par son service en milieu ouvert. Dans le cas d un établissement pénitentiaire pour mineurs ou d un établissement comportant un quartier des mineurs, le rapport du service de la protection judiciaire de la jeunesse intervenant auprès de l établissement peut utilement être annexé au rapport d activité. Le rapport d activité peut inclure également des éléments en matière de prise en charge et d offre de soins aux personnes détenues. A cette fin, les responsables des équipes soignantes de l unité de consultations et de soins ambulatoires (UCSA) et, le cas échéant, du service médico-psychologique régional (SMPR) peuvent utilement y joindre le rapport d activité des services de soins en milieu pénitentiaire (prévu à l article D. 376 du CPP). Dès sa finalisation, le rapport est adressé à la direction interrégionale, laquelle le complète, le cas échéant, d informations relatives aux programmes d équipement ou aux projets d investissement. Une fois complété, le rapport est transmis pour information à la direction de l administration pénitentiaire du ministère de la justice, sous direction de l organisation et du fonctionnement des services déconcentrés (SD). Le rapport est ensuite adressé au président et aux vice-présidents du conseil d évaluation, ainsi qu à tous ses membres, au minimum un mois avant la tenue de sa réunion. Aux termes de l article D. 237 du CPP, l administration pénitentiaire transmet au conseil d évaluation les rapports établis consécutivement aux contrôles administratifs réalisés, notamment ceux des services de l inspection du travail (article D du CPP), de l inspection générale des affaires sociales (article D du CPP) ainsi que ceux du Contrôleur général des lieux de privation de liberté. Le conseil d évaluation peut également solliciter toute autre information utile à l exercice de sa mission. Il peut notamment solliciter du juge de l application des peines le rapport annuel établi conformément au dernier alinéa de l article D. 176 du CPP. Cette transmission reste pour le juge une simple faculté, qu il convient toutefois d encourager conformément aux préconisations de la circulaire DACG-DSJ du 7 octobre 2011 relative à la mise en œuvre des recommandations du groupe de travail sur le service de l application des peines. Il convient enfin de souligner que le règlement intérieur de l établissement et ses modifications éventuelles doivent être communiqués pour information au conseil d évaluation.

7 La détermination de l ordre du jour et des personnes à auditionner Une fois les documents et observations collectés, la deuxième étape consiste à définir l ordre du jour de la réunion du conseil. Cette prérogative appartient conjointement au préfet, au président et au procureur de la République du tribunal de grande instance en leur qualité respective de président et vice-présidents. L ordre du jour peut opportunément prévoir le suivi des préconisations formulées l année précédente par le conseil. Il peut également prévoir l examen d un point spécifique sur lequel s orienteront les débats, de manière à éviter une répétition très formelle des mêmes échanges chaque année. L article D. 236 nouveau du CPP maintient la possibilité pour le conseil de «procéder à l audition de toute personne susceptible de lui apporter des informations utiles à l exercice de sa mission», en y ajoutant expressément l audition des représentants des organisations syndicales qui le demandent (cf. infra 3.1.3). Cette faculté d audition de personnes extérieures au conseil d évaluation doit être examinée par le président et les vice-présidents, en fonction de l ordre du jour qu ils ont déterminé et des spécificités locales liées notamment à l implication de certaines personnalités. A titre d exemple, si le thème retenu est celui de l emploi ou des partenariats extérieurs, l audition du responsable de Pôle emploi, de la mission locale ou encore de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi apparaît opportune. De manière générale, il convient de faire un large usage de ce pouvoir d audition, afin d éclairer les travaux du conseil. Une fois arrêtée la date de réunion et définis l ordre du jour ainsi que la liste éventuelle des personnalités auditionnées, la convocation signée par le président et les vice-présidents est adressée, à leur discrétion, par la préfecture ou par le service assurant le secrétariat du conseil, aux membres du conseil. L information est également transmise aux personnes pouvant assister aux travaux du conseil d évaluation (cf. supra 1.3). S agissant des personnalités qui n ont encore jamais participé à ses travaux, leur convocation peut s accompagner d un exemplaire de la présente circulaire. Pour permettre aux membres du conseil de préparer dans de bonnes conditions la réunion, un délai minimum de 15 jours sépare la date d envoi des convocations de la date de tenue de la réunion L information aux organisations syndicales La troisième étape préalable à la réunion annuelle du conseil consiste à informer les organisations professionnelles des personnels pénitentiaires. Le dernier alinéa de l article D. 236 nouveau du CPP prévoit en effet que les représentants des organisations professionnelles des personnels pénitentiaires sont auditionnés s ils en font la demande. En conséquence, il appartient au chef d établissement de les informer par courrier de la date de réunion du conseil et de l ordre du jour retenu, dès qu il en aura lui même été avisé par les services préfectoraux. Les observations écrites des syndicats de personnels, accompagnées le cas échéant d une demande d audition de leurs représentants, sont adressées aux président et vice-présidents du conseil Le déroulement des visites et des réunions De même que le conseil doit se réunir au moins une fois par an, une visite de l établissement devrait être organisée au minimum une fois dans l année. De façon plus générale, il apparaît opportun que le chef d établissement convie régulièrement les membres du conseil d évaluation à visiter son établissement. Jusqu alors, s agissant de la pratique des commissions de surveillance, l usage était le plus souvent de programmer la visite de l établissement à l issue de la réunion. Toutefois, une telle organisation ne favorise pas les échanges et empêche les membres du conseil de percevoir concrètement, avant la tenue des débats, la réalité des

8 conditions de détention. Dès lors, sauf avis contraire du président et des vice-présidents, il convient de privilégier l organisation de la visite quelques jours avant la tenue de la réunion, afin de susciter les questions au cours de celle-ci. En outre cette visite peut être l occasion de mettre en perspective le rapport d activité de l établissement. La visite peut utilement porter sur le fonctionnement de secteurs particuliers de la détention en fonction de l ordre du jour qui aura été arrêté. Quant aux réunions, leur organisation relève des prérogatives du président et des vice-présidents du conseil d évaluation. Le chef d établissement et le directeur fonctionnel du service pénitentiaire d insertion et de probation présentent de manière synthétique leur rapport d activité. Ils peuvent axer leur présentation autour des points mentionnés à l ordre du jour. Ils consacrent une part de leur intervention à répondre aux questions que la lecture du rapport aura fait naître chez les membres du conseil, étant rappelé que les réunions du conseil sont un lieu privilégié d échanges et de débats. Il est préconisé l utilisation d un support visuel afin de rendre plus dynamique la présentation du rapport d activité. A l issue de leur présentation, le directeur territorial de la protection judiciaire de la jeunesse (si le conseil est institué auprès d un établissement pénitentiaire pour mineurs ou d un établissement pénitentiaire comportant un quartier des mineurs) ainsi que le représentant du service de soins en milieu pénitentiaire peuvent, le cas échéant, présenter leurs observations. Le secrétariat du conseil, assuré par les services déconcentrés de l administration pénitentiaire (article D du CPP), dresse la liste des participants et tient note des débats. Le chef de l établissement concerné désigne la personne en charge de ce secrétariat Les suites données aux travaux du conseil la rédaction et la diffusion du compte-rendu de réunion Les réunions du conseil d évaluation donnent lieu systématiquement à la rédaction d un procès-verbal (article D. 238 du CPP). Cette rédaction incombe au secrétariat du conseil. Il est adressé pour observations à chacun de ses membres après avoir été soumis pour approbation au président et aux vice-présidents. Après validation, il est transmis dans un premier temps au directeur interrégional des services pénitentiaires territorialement compétent. Ce dernier y apporte ses propres observations. Il peut notamment préciser les mesures ou décisions qui ont été prises pour répondre aux préconisations du conseil, en termes par exemple de travaux ou d aménagements suggérés. Le directeur interrégional le transmet à son tour au garde des sceaux, ministre de la justice. En pratique, les procès-verbaux seront adressés, au plus tard le 30 juin de chaque année, à la sous direction de l organisation et du fonctionnement des services déconcentrés, bureau de l évaluation, du contrôle de gestion et des achats (SD5). Il convient de rappeler que les rapports d activité des établissements pénitentiaires, tout comme les comptesrendus des réunions des conseils d évaluation, sont des documents administratifs communicables de plein droit aux personnes qui en font la demande, après occultation des mentions susceptibles de porter atteinte à la sécurité publique ou la sécurité des personnes (article 6 de la loi n du 17 juillet 1978), telles que l identité des agents, les modalités de garde et d escorte des personnes détenues, la sécurité périmétrique des bâtiments. La demande de communication peut être adressée à toute administration détentrice des documents. Toutefois, afin de déterminer les mentions qui nécessiteraient d être occultées pour les motifs précités, l administration destinataire de la demande veille à solliciter les autres administrations concernées sur les occultations à opérer le suivi des travaux du conseil L article D. 235 du CPP prévoit la possibilité de réunir le conseil sur un point précis, à la demande du chef

9 d établissement ou du tiers de ses membres. En tout état de cause, le rythme annuel de réunion du conseil n est qu un minimum. L article D. 236 du CPP prévoit quant à lui de manière très générale la possibilité de visiter l établissement puisqu il dispose : «les membres du conseil d évaluation peuvent être délégués pour visiter l établissement pénitentiaire aussi fréquemment que le conseil l estime utile». La combinaison de ces deux articles offre aux conseils d évaluation la possibilité d organiser, au cours du second semestre de chaque année civile par exemple, une nouvelle visite de l établissement pénitentiaire, confiée à un nombre restreint de ses membres qui auraient reçu délégation à cette fin. Cette visite approfondie porte sur un thème précis défini lors de la précédente réunion (santé, travail, enseignement, formation ) et permet de faire le point sur la mise en œuvre des préconisations énoncées par le conseil. A l issue de cette visite, un rapport est rédigé par l un des membres du groupe restreint et transmis aux président et vice-présidents du conseil. Ces derniers peuvent alors provoquer une nouvelle réunion du conseil d évaluation, au cours de laquelle sera spécifiquement débattue la question examinée par le groupe restreint. La réunion présentera nécessairement un caractère moins formel que celle au cours de laquelle le chef d établissement et le directeur fonctionnel du service pénitentiaire d insertion et de probation présentent leur rapport d activité. Il importe de favoriser une telle pratique, seule à même d inscrire les travaux du conseil dans la durée. Nous vous serions obligés de bien vouloir veiller à la diffusion de la présente circulaire et de nous informer des éventuelles difficultés liées à sa mise en œuvre. Le ministre de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration, Par délégation, le préfet, secrétaire général du ministère de l intérieur, de l outre mer, des collectivités territoriales et de l immigration, Michel BART Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, Par délégation, la directrice des affaires criminelles et des grâces, Maryvonne CAILLIBOTTE La directrice des services judiciaires, Véronique MALBEC Le préfet, directeur de l administration pénitentiaire, Henri MASSE

10 Annexe 1 Plan-type de rapport d activité au conseil d évaluation Introduction Donner en une page les points essentiels qui marquent l évolution récente de l établissement et les perspectives pour l année en cours. Historique et présentation de l établissement. Présenter en une page les grandes caractéristiques de l établissement et son histoire. Les ressources humaines les effectifs et leur évolution sur les cinq dernières années : faire ressortir l importance des mutations annuelles, les caractéristiques du personnel, notamment en ce qui concerne son sexe, son âge, son ancienneté dans le corps et dans l établissement ; les accidents du travail, l absentéisme et les heures supplémentaires ; la reconnaissance des mérites et les actions disciplinaires ; la formation initiale et continue ; les relations sociales ; l action sociale. Les moyens budgétaires et leur utilisation le budget de l établissement par grandes masses et son évolution sur les cinq dernières années ; les mesures d économie réalisées ; les travaux faits et les travaux en projet ; la maintenance des équipements ; le développement de l informatisation. La population incarcérée caractéristiques et évolution de la population incarcérée sur les cinq dernières années selon la situation pénale, l âge, le sexe, la nationalité, le quantum de la peine, la nature de l infraction ; les flux d entrée et de sortie ; l origine géographique.

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 18 juin 2012 relative aux modalités de fonctionnement de la commission pluridisciplinaire unique NOR : JUSK1140048C La garde des sceaux, ministre de la justice, Pour attribution Mesdames

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Direction interrégionale des services pénitentiaires Organigramme type Circulaire de la DAP 2007-SD2 du 19 décembre 2007 relative à l optimisation de l organigramme du siège des directions interrégionales

Plus en détail

LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT)

LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT) CIRCULAIRE CDG90 07/15 LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT) Décret 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu à la médecine professionnelle

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets Paris, le 03 avril 2007 Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales à Mesdames et Messieurs les Préfets NOR/INT/B/07/00024/C Objet : Pôle d appui au contrôle de légalité de LYON. Extension au 1

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Santé publique MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR 1 Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR Vu le décret n 2005-1421 du 15 novembre 2005 relat if à la coordination de lutte contre

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT)

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Élections professionnelles 2014 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Rôle et missions 1 Le CHSCT Définition: Instance de représentation et de dialogue chargée de donner

Plus en détail

Structuration de l audit interne au sein du ministère

Structuration de l audit interne au sein du ministère CT CGEDD 09/11/2011 Projet de dossier de passage en CT CGEDD 1 Structuration de l audit interne au sein du ministère Contexte : le Décret 2011-775 du 28 juin 2011 précisé par circulaire du Premier ministre

Plus en détail

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction générale des collectivités locales SDELFPT Bureau FP3 Paris, le NOTE D'INFORMATION relative à la mise en œuvre, dans la fonction publique

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

------ GAP, le 17 juin 2009

------ GAP, le 17 juin 2009 Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DES HAUTES-ALPES DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES COLLECTIVITES LOCALES BUREAU DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ------ GAP,

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

L Administration De L ESM

L Administration De L ESM L Administration De L ESM 1. L Organisation de l Ecole Sur le plan organisationnel, l'ecole est dirigée par un directeur général, assisté par un directeur de la formation de base, un directeur de la formation

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Les femmes du troisième millénaire STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Titre I : Dénomination - Siège - Objet Article 1. Dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août

Plus en détail

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Relations collectives Décembre 2013 Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Le droit des CHSCT a été modifié par la loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU TRAVAIL ET DES LOIS SOCIALES -------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ------------- NOTE DE PRESENTATION Objet : PROJET DE DECRET

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 24 mai 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 18 sur 63 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 22 mai 2015

Plus en détail

Convention relative à la constitution et au fonctionnement de la Maison de Justice et du Droit de Sénart

Convention relative à la constitution et au fonctionnement de la Maison de Justice et du Droit de Sénart Cour d'appel de Paris ------ Tribunal de Grande Instance de Melun 2 avenue du Général leclerc 77010 Melun ------ Tèl: 01.64.79.80.00 Convention relative à la constitution et au fonctionnement de la Maison

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire SG/SADJPV du 1er mars 2010 relative à la présentation du principe de continuité de l aide juridictionnelle en cas d examen de la question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d Etat,

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE République française Polynésie française www.cgf.pf LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE (Mode d emploi de la FPC) SOMMAIRE I La mise en place du comité technique paritaire p. 2 A Une instance paritaire pour

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Note du 24 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1502 du 12 décembre 2014 relatif aux demandes d aide juridictionnelle en cas de prise en charge par un dispositif de protection

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 14 novembre 2012 relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public relevant du secteur public de la direction de la protection

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE.

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. Entre : - Monsieur Claude LELOUP, Président du Centre de Gestion du CHER

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014)

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014) TABLE DES MATIERES Pour accéder directement aux chapitres, cliquez sur le chapitre puis Ctrl + clic PREAMBULE A LA MISE AUX VOIX DE L ASSEMBLE GENERALE ATTRIBUTIONS Article 1 : Organisme de contrôle Article

Plus en détail

PROFIL DE POSTE COORDONNATEUR DE FORMATION (PARIS) Formation continue Profil généraliste

PROFIL DE POSTE COORDONNATEUR DE FORMATION (PARIS) Formation continue Profil généraliste PROFIL DE POSTE COORDONNATEUR DE FORMATION (PARIS) Formation continue Profil généraliste PRESENTATION DE L ENM : L École nationale de la magistrature, établissement public administratif, se répartit sur

Plus en détail

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège Article 1 er Chapitre 1 er Composition des formations Les membres composant le Collège restreint, les sous-collèges

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance Contrat local de sécurité Contrat urbain de cohésion sociale Fonds interministériel de prévention Plan départemental de prévention Prévention

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SAFPT INFO SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Définition des organismes compétents : Les organismes compétents en matière d hygiène, de sécurité et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Décret n o 2012-219 du 16 février 2012 relatif à la stratégie nationale pour

Plus en détail

Art. 39, 40, 41, 72 CHSCT D64

Art. 39, 40, 41, 72 CHSCT D64 Les accords de Bercy du 2 juin 2008 L accord du 20 novembre 2009 sur la santé et la sécurité au travail dans la fonction publique La loi 2010-751 du 5 juillet 2010 relative à la rénovation du dialogue

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE : Les organes de l ASA (assemblée des propriétaires, syndicat, président et vice-président) doivent impérativement exercer les attributions

Plus en détail

Guide de la notation 2014

Guide de la notation 2014 Guide de la notation 2014 Saint Martin d Hères, le 31 décembre 2014 Note d information n 14.43 Nos réf. : SF/SA Contact : carrieres@cdg38.fr Nous vous transmettons la procédure concernant la notation au

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE LA SANTÉ, ET DES SPORTS Direction générale de la santé Secrétariat général Mission systèmes d information Sous-direction de la prévention des risques

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau R4 Prises en charge post aigües, pathologies chroniques

Plus en détail

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel)

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Commissariat général au développement durable Secrétariat général (DD) Circulaire du 3 août 2011 relative

Plus en détail

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail d établissement public du Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer)

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer) DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES SOUS-DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES le 20 août 2007 ET DE LA POLICE ADMINISTRATIVE NOR : INT/D/07/00089/C LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

Paris, le 24 février 2015

Paris, le 24 février 2015 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Paris, le 24 février 2015 SERVICE DE L ACCÈS AU DROIT ET À LA JUSTICE ET DE L AIDE AUX VICTIMES LE CHEF DE SERVICE LA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE à POUR ATTRIBUTION Monsieur

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES

Plus en détail

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR - adopté lors de sa séance du 1 er juillet 2015 - ARTICLE 1 ER : Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser,

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

LE CONSEIL D ECOLE. Lors de la première séance, les maîtres informent sur les conditions dans 2 exemplaires du PV sont adressés à l IEN ;

LE CONSEIL D ECOLE. Lors de la première séance, les maîtres informent sur les conditions dans 2 exemplaires du PV sont adressés à l IEN ; LE CONSEIL D ECOLE La composition du Conseil d école- Membres permanents Le directeur qui préside Le Maire ou son représentant Les maîtres de l école exerçant dans l école Un maître du RASED Le délégué

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE TITRE I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES PRÉAMBULE Le présent règlement intérieur est élaboré en application des articles 13 à 14-1 de la loi n 71-1130 du 31 décembre 1971, et du

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation.

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Note du 24 mars 2014 relative à la gestion des dossiers administratifs de proximité des magistrats NOR : JUSB1408241N La garde des sceaux, ministre de la justice,

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-652 du 2 juin 2006 relatif à la formation continue odontologique et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ETAT Décret n o 2011-774 du 28 juin 2011 portant modification du décret

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

Situation évaluateur formalisme

Situation évaluateur formalisme LA PERENNISATION DE L'ENTRETIEN PROFESSIONNEL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE REFERENCES : - loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations des fonctionnaires, et notamment

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE 1 PREAMBULE Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les conditions de fonctionnement du Comité Technique Paritaire fonctionnant auprès du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale

Plus en détail

Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports

Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports Direction des ressources humaines Sous Direction des emplois et des compétences Bureau de l accompagnement

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements.

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. 11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. TITRE Ier DE LA CRÉATION ET DE LA MISSION Art. 1er. Il est créé un service public doté de

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé, ayant valablement délibéré en sa séance du 4 mars 2015,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé, ayant valablement délibéré en sa séance du 4 mars 2015, REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2015.0056/DC/SJ du 4 mars 2015 du collège de la Haute Autorité de santé portant adoption du règlement intérieur de la commission des pratiques et des parcours Le collège

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

L entretien professionnel à titre pérenne

L entretien professionnel à titre pérenne L entretien professionnel à titre pérenne Le décret n 2014-1526 du 16 décembre 2014 a définitivement substitué l entretien professionnel à la notation pour l évaluation de l ensemble des fonctionnaires

Plus en détail