Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : X

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11270-X"

Transcription

1 Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : X

2 7 Le fichier server.xml Dans le chapitre 3, nous avons abordé les bases de la configuration de Tomcat, informations suffisantes pour vous mettre le pied à l étrier. Dans ce chapitre, nous allons étudier plus en détail le fichier server.xml. Comme vous le savez, il s agit du fichier de configuration principal de Tomcat. Il fournit à Tomcat tous les paramètres nécessaires en termes de fonctionnement, de ports à écouter, d hôtes virtuels à reconnaître, de nombre d instances de processeur HTTP à conserver dans le pool d instances pour chaque connexion et de classes à utiliser pour gérer les connexions entrantes. Java est un langage très dynamique et Tomcat améliore encore ce dynamisme, et vous permet d obtenir des résultats hors pair et une plate-forme extrêmement souple et paramétrable. Le fichier server.xml, situé dans le répertoire <$CATALINA_HOME>/conf/, est bien évidemment un fichier XML. Comme mentionné à maintes reprises, XML est un langage sensible à la casse et le fichier server.xml doit utiliser des balises commençant par une majuscule suivie de lettres en minuscules. D ailleurs, le fichier server.xml fourni actuellement avec Tomcat, n est pas, stricto sensu, un fichier XML valide. En effet, il ne comporte pas la déclaration <?xml version="1.0" encoding="iso "?>. De plus, ce fichier ne se fonde pas sur une DTD (Document Type Definition) ; il peut donc être étendu selon les besoins si de nouvelles implémentations des interfaces du serveur Tomcat (développées par l équipe Jakarta ou des développeurs individuels) mettent en œuvre de nouvelles fonctions. Par conséquent, le fichier server.xml ne comprend pas non plus de ligne DOCTYPE. Ces quelques différences mises à part, le fichier se conforme aux directives XML. Ce modèle rend valide l extension des attributs de balises intégrées dans les nouvelles classes que vous implémentez. Ce qui signifie simplement que vous ne pouvez pas utiliser de parseur de validation pour confirmer la validité de votre document. Lors du démarrage ou de l arrêt,

3 84 Tomcat par la pratique Tomcat indique si la structure du fichier est valide ou non. Si vous souhaitez ensuite éditer le fichier à l aide d un éditeur exclusivement XML, vous pouvez toujours ajouter vous-même la balise <?xml?>. Cependant, puisqu il n existe pas de DTD, les tentatives de validation de la structure échoueront, et vous préfèrerez sans doute désactiver la validation. Les nouvelles fonctions de Tomcat 4.1 La faible incrémentation du numéro de version ne rend pas justice aux nombreuses fonctionnalités implémentées dans la version 4.1 de Tomcat. Dans ce chapitre, nous nous concentrerons sur le nouvel outil d administration de serveur Web (Web Server Administration Tool), que vous pouvez utiliser pour configurer le fichier server.xml. Cette application est une amélioration considérable par rapport à l édition manuelle du fichier server.xml. Même si vous projetez de déployer votre application sous Tomcat 4.0, vous pouvez installer et expérimenter avec la version 4.1 pendant les premières étapes de la configuration de Tomcat. Vous pouvez ensuite consulter les modifications effectuées par l outil d administration de serveur Web sur le fichier server.xml, et avoir ainsi une première approche concrète de ce que Tomcat peut faire. L édition manuelle du fichier server.xml peut se révéler difficile de prime abord. Cependant, vous pouvez facilement empêcher le serveur de fonctionner si ce fichier de configuration ne vous est pas familier. Nous allons commencer par expliquer le fichier server.xml lui-même, puis, à la fin de ce chapitre, nous aborderons les principes de base du nouvel outil d administration. À l aide des informations fournies dans la première partie de ce chapitre, vous serez à même d utiliser cet outil de manière très efficace, même si l interface utilisateur finale diffère légèrement de celle dont nous disposons à l heure où nous rédigeons ce livre. Le modèle de base Tomcat comprend un processus principal, le serveur, contenant lui-même plusieurs souscomposants, qui collaborent pour traiter les requêtes. Les sous-composants principaux sont un ensemble de conteneurs et un ensemble de connecteurs. Les conteneurs sont la colle qui cimente les autres composants entre eux ; ils fournissent également un ensemble commun de paramètres pour une partie du serveur. Le conteneur principal est le moteur, le véritable noyau de Tomcat. D ailleurs, c est cet objet que nous avons en tête lorsque nous pensons à un serveur. Il gère la répartition de toutes les requêtes et agit comme une interface entre chaque connecteur et le reste du système, y compris les servlets. Les autres conteneurs sont des conteneurs hôtes et des contextes. Ceux-ci établissent un environnement dans lequel les servlets peuvent s exécuter et facilitent certaines tâches comme l établissement d une configuration d exécution (y compris les mécanismes d authentification, par exemple). Vous aurez recours aux conteneurs hôtes lorsqu un serveur doit servir plusieurs hôtes virtuels ou des interfaces séparées. Ils contiennent la configuration d un hôte unique. Au sein de ces conteneurs, vous configurez les fichiers journaux, les realms d authen-

4 Le fichier server.xml CHAPITRE 7 85 tification et les ressources disponibles pour le conteneur, un pool de connexions à une base de données, par exemple. Les connecteurs sont des gestionnaires de protocole qui convertissent, dans un protocole de réseau donné, les entrées et les sorties en appels de méthodes Java. En fin de chapitre, nous étudierons différents connecteurs à configurer. Même les servlets que vous écrivez vous-même constituent, en fait, des composants de ce modèle. Les composants principaux sont configurés dans le fichier server.xml. Les servlets que vous écrivez peuvent également être configurées dans ce fichier, mais il est généralement plus simple de le faire dans leur propre fichier web.xml. Les documents XML étant dotés d une structure hiérarchique, nous commencerons par traiter les éléments les plus élevés dans la hiérarchie, et progresserons vers les éléments inférieurs. Chaque élément possède un ensemble d attributs obligatoires et facultatifs ; nous les préciserons pour chaque attribut. La plupart des éléments peuvent également contenir des éléments enfants qui affectent également leur configuration, principalement en définissant un composant pour gérer une fonction et l associer à l objet configuré dans l élément parent. Lorsque nous aborderons tous les éléments enfants potentiels à chaque niveau de la hiérarchie, nous nous concentrerons d abord sur les éléments les plus utilisés, puis nous traiterons des éléments moins usités. Le but est avant tout de vous donner des bases solides, sans négliger les détails. L élément <Server/> L élément <Server/> est le nœud racine de la hiérarchie. Il contient tous les autres éléments qui contrôlent le serveur, et prend en charge trois attributs. Le premier attribut, facultatif, est classname. Il s agit du nom entièrement qualifié de la classe à utiliser en tant que serveur Tomcat lui-même. Généralement, cet attribut est omis et Tomcat utilise l implémentation par défaut ; cependant, si vous le souhaitez, vous pouvez écrire une implémentation totalement différente du moteur de servlets. La classe spécifiée ici doit implémenter l interface org.apache.catalina.server, mais vous pouvez implémenter une classe de remplacement pour le serveur Tomcat Catalina. Bien évidemment, à moins d y être contraint, mieux vaut omettre cet attribut. Les deux autres attributs, port et shutdown, contrôlent le service utilisé par Tomcat pour écouter les commandes d arrêt. Ces deux attributs sont obligatoires. L attribut port définit le port à écouter ; l attribut shutdown contient la chaîne recherchée par le port. Lorsqu une connexion entre sur le port spécifié, et que cette connexion envoie la chaîne définie par l attribut shutdown, Tomcat s arrête. Tomcat écoute uniquement les requêtes locales ; par conséquent, cela n est pas aussi dangereux qu il y paraît. Cependant, il est judicieux de modifier au moins la chaîne d arrêt pour empêcher les utilisateurs du système d arrêter le serveur de manière accidentelle ou intentionnelle et sans permission. Le script d arrêt lit le même fichier de configuration pour connaître le port auquel se connecter et la chaîne à envoyer, de

5 86 Tomcat par la pratique sorte que la configuration est très simple. Comme mentionné précédemment, ces attributs sont obligatoires dans l implémentation actuelle ; si vous ne les configurez pas, ils prennent respectivement les valeurs par défaut 8005 et SHUTDOWN. Si vous implémentez votre propre serveur, vous pouvez le configurer de sorte à ce qu il lise d autres attributs. L implémentation du serveur par défaut, org.apache.catalina.core.standardserver, à l instar des nombreux autres composants que nous allons étudier, utilise également un attribut facultatif debug, qui définit un niveau de journalisation. La valeur par défaut est 0, ce qui signifie «journalisation du déboguage désactivée». L élément <Server/> contient un ou plusieurs nœuds <Service/> que nous allons aborder maintenant. Le conteneur <Service/> À la base, les éléments <Service/> sont des conteneurs regroupant les ressources intervenant dans la gestion des requêtes. Ils contiennent un ou plusieurs éléments <Connector/> définissant les gestionnaires de protocole qui écoutent les requêtes, et partagent un élément <Engine/> unique chargé de répartir les requêtes. Les nœuds <Connector/> doivent précéder le nœud <Engine/>. L élément <Service/> possède deux attributs principaux. L attribut obligatoire name affecte un nom au service qui s affiche dans les messages de journalisation générés par les composants standards de Tomcat. L attribut facultatif classname définit la classe qui sera instanciée pour cet élément et qui doit implémenter l interface org.apache.catalina.service. À l instar du nœud <Server/>, cet attribut est généralement omis et la classe utilisée est la classe par défaut, org.apache.catalina.core.standardservice. Bien évidemment, le conteneur Service ne se résume pas à ça. La configuration essentielle du service s effectue dans les éléments enfants du nœud <Service/>, comme nous le verrons plus loin. Le conteneur <Engine/> Comme mentionné précédemment, le composant engine est chargé de répartir toutes les requêtes. Celles-ci arrivent par l un des connecteurs et sont traitées par le moteur qui les transmet aux gestionnaires appropriés, l une de vos servlets par exemple, selon l URI requis et la nature de la requête. La sortie issue du gestionnaire est ensuite retransmise au connecteur adéquat. L attribut obligatoire name définit le nom logique du moteur. Il figure dans toutes les sorties de fichier journal générées par le moteur lors de l exécution. L attribut obligatoire defaulthost définit le conteneur <Host/> auquel Tomcat doit transmettre les requêtes entrantes si le nom de l hôte contenu dans la requête ne correspond à aucun des

6 Le fichier server.xml CHAPITRE 7 87 hôtes configurés (si la requête arrive par un alias de votre serveur pour lequel vous n avez pas configuré d alias, par exemple), ou si une requête entrante ne spécifie aucun hôte. (La norme HTTP 1.0 ne spécifiait aucun mécanisme permettant de définir le nom d hôte visé par la requête. Par conséquent, les utilisateurs connectés à des navigateurs plus anciens risquent de ne pas être dirigés vers l hôte prévu mais vers l hôte par défaut.) De plus, un conteneur <Host/> doit être configuré avec un attribut name correspondant au nom de domaine spécifié dans cet attribut (voir la section suivante pour plus d informations). L attribut facultatif classname définit la classe d implémentation à utiliser pour mettre en œuvre cette fonction. La classe spécifiée doit implémenter l interface org.apache.catalina.engine. La valeur par défaut de l attribut est org.apache.catalina.core.standardengine. L attribut facultatif jvmroute est utilisé dans une architecture en cluster (ou clustering en anglais) pour identifier le serveur gérant une requête donnée. Il est ajouté à l identificateur de session pour garantir que les requêtes provenant d un client donné sont dirigées systématiquement vers le premier serveur contacté. L implémentation par défaut org.apache.catalina.core.standardengine ajoute l attribut facultatif debug, qui fonctionne de la même manière qu avec les autres composants Tomcat. Comme le décrit le chapitre 8 «Gérer l authentification avec les realms», le conteneur <Engine/> peut également être configuré en ajoutant un élément <Realm/> pour l authentification HTTP, puis un élément enfant <Logger/> ou un ou plusieurs éléments <Valve/> (nous y reviendrons). L élément <Realm/> L élément <Realm/> peut être un nœud enfant du conteneur <Engine/>, <Host/> ou <Context/>. Chaque conteneur ne doit pas posséder plus d un élément <Realm/>, bien que le conteneur <Host/> et son conteneur <Engine/> puissent chacun posséder un élément <Realm/>, ainsi que le conteneur <Context/> et son conteneur <Host/>. Dans ce cas, le realm dont la portée est inférieure, c est-à-dire celui qui est configuré dans le conteneur interne, prévaut sur le realm à la portée plus large, soit celui qui est configuré dans le conteneur externe. Par exemple, dans le conteneur <Engine/>, vous pouvez définir un realm global à utiliser par la plupart des hôtes configurés. Il peut s agir ainsi d un realm JDBC (Java Database Connectivity), pour lequel les informations générales relatives à la connexion client sont stockées dans une base de données. Cependant, pour un hôte spécifique, vous pouvez choisir d utiliser un realm différent. Pour votre site intranet, par exemple, vous pourriez utiliser un realm JNDI (Java Naming and Directory Interface) relié au serveur LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) de l entreprise pour fournir l accès. Vous devriez alors configurer ce realm dans le conteneur <Host/> approprié ; il remplacerait dès lors le realm à portée plus grande défini dans le conteneur <Engine/>.

7 88 Tomcat par la pratique La configuration des realms est un thème vaste que nous aborderons plus en détail dans le chapitre suivant, lorsque nous traiterons des attributs de classe. L élément realm en soi est assez simple et possède un seul attribut obligatoire, class. Cet attribut doit être le nom de la classe implémentant l interface org.apache.catalina.realm. Chacune des trois implémentations principales, org.apache.catalina.realm.memoryrealm, org.apache.catalina.realm. JDBCRealm et org.apache.catalina.realm.jndirealm, possède des attributs différents que nous détaillerons également dans le chapitre suivant. L élément <Logger/> Les fichiers journaux sont configurés dans les éléments <Logger/>, qui, comme les éléments <Realm/>, peuvent constituer des nœuds enfants pour les conteneurs <Engine/>, <Host/> ou <Context/>. Notez également que chaque conteneur ne doit pas posséder plus d un élément <Logger/>, bien que les mêmes règles de portée que celles de l élément <Realm/> s appliquent ici. L élément <Logger/> possède uniquement deux attributs communs à toutes les implémentations. Le premier, classname, est obligatoire et définit une classe implémentant l interface org.apache. catalina.logger (nous reviendrons sur les classes de fichiers journaux standards). Le deuxième attribut, verbosity, est facultatif et définit les types de messages que Tomcat doit consigner. Les niveaux de journalisation standards sont 0, pour les messages fatals uniquement ; 1 pour les messages d erreur ; 2 pour les avertissements ; 3 pour les messages d information et 4 pour les longues sorties de déboguage. La valeur par défaut est 1. Deux des classes d implémentation, org.apache.catalina.logger.systemoutlogger et org.apache.catalina.logger.systemerrlogger, écrivent simplement et respectivement vers la sortie standard et la sortie d'erreur standard, à l aide de System.out et System.err comme vous l aurez deviné. Le script de démarrage par défaut redirige ces deux flux vers le fichier <$CATALINA_HOME> /logs/catalina.out. Si vous ne configurez pas de fichier journal, la sortie des fichiers journaux se trouve à cet endroit, ainsi que tout ce que les servlets et les classes référencées écrivent sur les sortie System.out ou System.err. Il est préférable d utiliser le fichier journal org.apache.catalina.logger.filelogger car il permet de configurer le nom du fichier et le répertoire dans lequel effectuer la journalisation. Il inclut également automatiquement un horodatage dans le nom du fichier. Les attributs de FileLogger sont les suivants : directory (facultatif) Il définit le répertoire dans lequel effectuer la journalisation. Les chemins sont considérés comme des chemins relatifs à <$CATALINA_HOME> et la valeur par défaut est logs, pointant vers <$CATALINA_HOME>/logs/. timestamp (facultatif) Il spécifie l ajout ou non d un horodatage dans le nom du fichier journal créé. La valeur par défaut est false.

8 Le fichier server.xml CHAPITRE 7 89 prefix (facultatif) Il définit la partie du nom du fichier journal qui précède l horodatage, si l attribut timestamp possède la valeur true, ou qui précède simplement le suffixe si l attribut timestamp possède la valeur false. La valeur par défaut est catalina. suffix (facultatif) Il spécifie l extension à ajouter au nom du fichier journal. Il suit l horodatage si l attribut timestamp possède la valeur true, ou suit simplement le préfixe si l attribut timestamp possède la valeur false. La valeur par défaut de cet attribut est.log. Si vous ne souhaitez ni préfixe ni suffixe, affectez aux attributs concernés la valeur correspondant à une chaîne vide : "". Tomcat change automatiquement les fichiers journaux à minuit et indique la date et l heure sur les anciens fichiers. Le conteneur <Host/> Le conteneur <Host/> permet de configurer les attributs à associer à un hôte unique, que cet hôte soit virtuel ou qu il possède une adresse IP distincte sur un serveur hébergeant plusieurs adresses IP. Dans de nombreux cas, vous souhaiterez qu une instance du serveur unique traite les requêtes pour plusieurs noms de domaines ou d hôtes. C est le cas notamment lorsque plusieurs entreprises partagent des services d hébergement, ou encore, lorsque des sites Web distincts sont chargés de remplir différentes fonctions, avec un site Web public principal (www.mon_entreprise.com, par exemple) et un deuxième site Web dédié à votre communauté de développeurs (developpeurs.mon_entreprise.com). Peut-être disposez-vous d une boîte de réception fiable et rapide dans des locaux de colocation, et souhaitez-vous renforcer la maintenance de votre présence sur le Web depuis cette seule boîte de réception. La possibilité de configurer une seule machine pour servir plusieurs hôtes offre une souplesse considérable. INFO Il n est jamais conseillé de partager une instance de serveur unique entre le service de production et celui du développement. Consultez le chapitre 19, «Le cycle de développement», pour en savoir plus sur la configuration de votre environnement de développement. L un des arguments en faveur de la séparation entre serveur de développement et serveur actif est que cette séparation permet de mieux garantir la stabilité du serveur actif. En effet, exécuter un code non testé sur le serveur actif est loin d en assurer la promotion! En outre, vous désirerez certainement arrêter le serveur de développement pour apporter des modifications, sans avoir à attendre une fenêtre de maintenance sur le serveur actif. De plus, vous ne voudrez sans doute pas placer votre serveur intranet sur la même boîte de réception que celle de votre site Web public. Pourquoi, en effet, mettre en danger la sécurité de votre code et risquer de révéler des informations confidentielles? Le matériel informatique reste bon marché et vous vous épargnerez de nombreux casse-tête, sans parler des coûts à long terme, en installant un autre serveur lorsqu un service a des exigences différentes, notamment en termes de disponibilité, d accès ou de sécurité.

9 90 Tomcat par la pratique Chaque conteneur <Engine/> doit comprendre au moins un élément <Host/> configuré avec l attribut obligatoire name correspondant au paramètre defaulthost du moteur. Ce nom doit être un nom d hôte valide et pointer vers le serveur sur lequel l instance de Tomcat s exécute. Dans le fichier server.xml exemple livré avec Tomcat, ces deux attributs ont la valeur localhost. Une valeur classique pour cet attribut est Là encore, il doit s agir d un nom DNS valide pour la machine sur laquelle l instance de Tomcat s exécute, et ce nom doit être mappé sur une adresse IP d une interface à laquelle Tomcat peut se relier. Si vous souhaitez mapper plusieurs noms de domaine sur un contenu unique, par exemple, si vous voulez que Tomcat réponde aux adresses et votre_entreprise.com, voire votre_ancienne_entreprise.com, ne configurez pas de conteneurs <Host/> distincts. Dans ce cas, en effet, vous créeriez des threads supplémentaires pour gérer les requêtes entrantes, ce qui risquerait d augmenter considérablement l encombrement de Tomcat sans pour autant offrir de valeur ajoutée. Si vous disposez de plusieurs noms d hôte censés tous servir un contenu identique, utilisez alors un élément <Alias/> au sein du conteneur <Host/> : <Host name="www.mon_entreprise.com"> <Alias>mon_entreprise.com</Alias> <Alias>mon_ancienne_entreprise.com</Alias> <Alias>www.mon_ancienne_entreprise.com</Alias> </Host> L attribut obligatoire appbase définit l emplacement dans lequel cet hôte recherche les applications Web. Dans le fichier de configuration livré avec Tomcat, cet attribut possède la valeur <$CATALINA_HOME>/webapps, qui constitue un choix judicieux de valeur par défaut. (Tous les exemples de ce livre supposent qu il s agit de votre base d application. Si vous décidez de la modifier, vous devrez changer également les exemples.) Le choix de ne pas conserver la valeur par défaut se justifie si vous servez différentes applications Web sur différents hôtes virtuels. En effet, vous pouvez souhaiter qu une application spécifique, telle qu un rapporteur de bogues par exemple, s exécute sur le site Web destiné à vos développeurs, mais ne soit pas accessible depuis votre site public. À l inverse, s ils partagent tous la même base d application, chaque hôte virtuel dispose de sa propre copie de toutes les applications Web chargées en mémoire. Ce qui est peu souhaitable, sauf si vos applications Web fournissent des fonctions d intérêt général. Bien évidemment, vous pouvez opter pour une structure de fichiers différente de celle configurée par défaut, selon des standards locaux ou pour faciliter le développement, par exemple. Vous pourriez ainsi installer un hôte de développement en utilisant votre répertoire de création comme répertoire appbase, bien que l utilisation d un système permettant de déployer les applications dans la base appropriée constitue une solution plus adaptée. Vous pouvez définir un chemin absolu ou relatif. Si vous spécifiez un chemin relatif, il sera considéré comme chemin relatif de <$CATALINA_HOME>.

10 Le fichier server.xml CHAPITRE 7 91 L attribut facultatif classname doit spécifier une classe qui implémente l interface org.apache.catalina.host. La classe par défaut est org.apache.catalina.core.standard- Host. L attribut facultatif autodeploy indique si Tomcat doit automatiquement mettre à jour le serveur actif pour qu il inclue les nouveaux fichiers de l application Web dans le répertoire appbase. La valeur par défaut de cet attribut est true, ce qui se révèle très utile sur les serveurs de développement, puisque, pour la plupart des modifications, aucune opération n est nécessaire pour recharger la servlet. En effet, lorsque l attribut autodeploy est activé, la mise en place d une nouvelle version d un fichier JAR dans le répertoire /WEB-INF/lib entraîne le rechargement des classes. Tomcat recherche par intermittence les fichiers modifiés et, s il en trouve, met à jour les applications Web. Cependant, l activation de cet attribut n est pas toujours conseillée dans un environnement de production. En effet, il est généralement préférable de placer les fichiers et de recharger manuellement l application. En outre, l utilisation de cet attribut ainsi que d autres fonctions de rechargement automatique augmente le temps système de traitement sur le serveur et peut affecter les performances. Le chargement manuel de l application s effectue en redémarrant le serveur ou en utilisant l application de gestion, traitée dans le chapitre 9. En effectuant cette opération de manière explicite, vous détenez davantage de contrôle sur les éléments déployés sur le serveur actif. Cette classe utilise également les attributs suivants : unpackwars Cet attribut facultatif indique si les fichiers WAR contenus dans le répertoire appbase doivent être décompressés au démarrage du serveur. S il possède la valeur true, l hôte vérifie si le répertoire appbase contient des fichiers WAR compressés et les décompresse dans un répertoire portant le même nom que le fichier WAR, sans l extension. Par exemple, le fichier foo.war est décompressé dans le sous-répertoire foo/ du répertoire appbase. Le serveur crée alors un contexte correspondant au nom du répertoire et charge les applications Web qu il contient. Le serveur ne décompresse pas le fichier WAR s il existe déjà un répertoire correspondant. Si vous voulez redéployer une application Web à partir d un fichier WAR, vous devrez supprimer ce répertoire. La valeur par défaut de l attribut unpackwars est true. Par ailleurs, les considérations relatives aux systèmes de production, mentionnées pour l attribut autodeploy, s appliquent également à l attribut unpackwars. livedeploy Cet attribut est facultatif. De fonction similaire à celle de l attribut précédent, il indique si une nouvelle application Web compressée et ajoutée au répertoire appbase doit être automatiquement chargée lorsque le serveur la détecte. Elle possède également la valeur true par défaut, mais celle-ci doit être false sur un serveur de production. deployxml Cet attribut est facultatif. Il indique si un déploiement d exécution basé sur un fichier de contexte XML est autorisé ou non. La version 4 de Tomcat introduit les

11 92 Tomcat par la pratique fichiers de contexte XML qui permettent de conserver les informations relatives au contexte dans un fichier XML distinct (nous y reviendrons dans la section suivante). La valeur par défaut de cet attribut est true. workdir Cet attribut facultatif indique l emplacement dans lequel Tomcat doit écrire les fichiers temporaires, tels que le code source et les servlets compilées qu il génère à partir des pages JSP. Si cet emplacement n est pas précisé, Tomcat crée les répertoires de travail dans le répertoire <$CATALINA_HOME>/work/ et vérifie que chacun possède un nom unique pour éviter les interférences entre différentes applications Web.Vous pouvez modifier cet attribut si vous souhaitez exécuter le serveur Tomcat à partir d un système de fichiers en lecture seule, pour des raisons de sécurité, ou à partir d un volume partagé en lecture seule également. Dans ce cas, vous devez modifier l attribut de sorte qu il pointe vers un répertoire sur lequel Tomcat (c est-à-dire l utilisateur doté des permissions avec lesquelles Tomcat est exécuté) peut écrire. Vous pouvez également écrire sur une autre partition ou volume, tels que /var, pour empêcher les sorties Tomcat de remplir une partition donnée. Toutefois, ce cas de figure est assez rare. errorreportvalveclass Cet attribut est facultatif. Il définit une classe Valve (voir les sections suivantes) à utiliser pour contrôler le format des rapports d erreur fournis par Tomcat. La classe spécifiée doit implémenter l interface org.apache.catalina.valve et la valeur par défaut de cet attribut est org.apache.catalina.valves.errorreportvalve. (Il existe d autres classes Valve concernent le conteneur <Host/> que nous détaillerons par la suite.) debug Cet attribut facultatif fonctionne de la même manière qu avec les autres composants Tomcat. À l instar du conteneur <Engine/>, le conteneur <Host/> peut être configuré également par l ajout des éléments <Realm/>, <Logger/> et <Valve/>. En outre, il existe deux composants supplémentaires configurés en tant qu enfants de l élément <Host/> : les nœuds <Alias/> et les conteneurs <Context/>. Nous avons déjà parlé de l élément <Alias/>. Comme illustré par l exemple fourni, il ne possède aucun attribut et l élément <Host/> peut contenir ou non des éléments <Alias/>. Chaque nœud de ce type contient un nom d hôte supplémentaire à associer avec le conteneur hôte. Le conteneur <Context/> Chaque élément <Host/> peut contenir un ou plusieurs éléments <Context/>. Le conteneur <Context/> est l élément que nous avons le plus souvent rencontré jusqu à présent. Un contexte relie un URI à une application Web. Chaque hôte doit posséder un contexte doté d un chemin d accès vide, comme le spécifie l attribut path. Ce contexte est le contexte par défaut de l hôte et il est utilisé lorsque aucun

12 Le fichier server.xml CHAPITRE 7 93 autre contexte ne correspond. Le contexte par défaut fournit également des informations relatives à la configuration et exploitées par les autres contextes configurés dans l hôte conteneur, à moins que vous ne spécifiiez le contraire. Outre ce contexte par défaut, vous pouvez ajouter autant de contextes que nécessaire. Les chemins d accès aux contextes sont mis en correspondance avec les requêtes entrantes lors de l exécution. Lorsqu une requête arrive, le serveur compare l URI à chaque chemin d accès aux contextes, jusqu à ce qu il trouve le chemin le plus long qui corresponde. La justification de cette règle vous paraîtra plus claire si vous imaginez une application dans laquelle vous souhaitez que les contextes imbriqués soient gérés par des servlets différentes. Par exemple, vous pouvez décider que l URI /intranet soit servi par un contexte donné, et que l URI /intranet/stockplan soit servi par un autre contexte, avec d autres servlets et des exigences différentes en matière d authentification. Dans ce cas de figure, une requête entrante pour /intranet/stockplan/login.jsp sera transmise au deuxième contexte, tandis qu une requête pour /intranet/news/index.jsp sera transmise au premier contexte. En revanche, une requête pour /index.jsp sera transmise au contexte par défaut, puisque aucun des deux contextes ne correspond à l URI. Nous avons déjà configuré des contextes dans le descripteur de déploiement étudié dans le chapitre 6, «Configurer les applications Web» ; comme vous le savez à ce stade, le fichier server.xml ne constitue pas le seul emplacement pour configurer un contexte. En réalité, outre le fichier server.xml et les différents fichiers web.xml, vous pouvez désormais configurer un contexte à partir d un fichier XML distinct. Ce dernier possède la même structure que celle utilisée dans les éléments de contexte contenus dans le fichier server.xml, raison pour laquelle nous en parlons ici. Si vous souhaitez configurer des contextes séparément, il vous suffit d intégrer le conteneur de contexte XML dans un fichier distinct et de le placer à l endroit approprié, tel que le répertoire par défaut <$CATALINA_HOME>/webapps ou selon l attribut appbase défini dans l entrée relative au conteneur <Host/>. Vous pouvez également associer un contexte stocké dans un fichier XML externe avec un hôte spécifié en définissant simplement un attribut appbase distinct pour chaque conteneur <Host/>. L attribut obligatoire path dont nous avons parlé précédemment définit l URI relatif de base d après lequel tous les chemins d accès aux servlets contenues sont établis. Là encore, vous devez disposer d un seul conteneur <Context/> dont la valeur du chemin d accès est une chaîne vide pour former le contexte par défaut. L attribut obligatoire docbase indique l emplacement de l application Web spécifiée dans le contexte. Le chemin d accès défini ici peut-être un chemin vers le répertoire contenant l application Web, ou un chemin comprenant un fichier WAR. Dans ce cas, l application Web est exécutée directement à partir du fichier WAR sans décompresser ce dernier. Si le chemin spécifié est relatif, il est ajouté au chemin défini par l attribut appbase du conteneur <Host/>. Pour le conteneur <Context/>, il n est pas nécessaire de définir l attribut facultatif classname. Dans la plupart des cas, vous pouvez configurer l implémentation par défaut, org.apache.catalina.core.standardcontext, pour effectuer toutes les opérations souhaitées.

13 94 Tomcat par la pratique Si vous choisissez néanmoins de définir une classe, celle-ci doit implémenter l interface org.apache.catalina.context. Comme mentionné précédemment, les attributs facultatifs définis dans le contexte par défaut seront également répercutés dans les autres contextes configurés dans le même conteneur <Host/>. Ces paramètres prévalent sur les attributs correspondants spécifiés dans les autres éléments <Context/>. Vous pouvez renverser ce comportement en attribuant la valeur true à l attribut facultatif override qui possède la valeur false par défaut. L attribut facultatif reloadable indique si le moteur de servlets contrôle ou non les répertoires WEB-INF/lib et WEB-INF/classes dans l attribut docbase configuré et s il recharge ou non les applications Web lorsqu elles sont modifiées. Cet attribut prend par défaut la valeur true, mais il n affecte en rien le chargement du contexte par l application de gestion (voir le chapitre 9 pour plus d informations). L attribut facultatif cookies spécifie si vous autorisez Tomcat à utiliser les cookies pour gérer les sessions. Pour contraindre Tomcat à se fonder uniquement sur la réécriture d URL (URL rewriting) pour des raisons de sécurité ou autres, vous devez attribuer la valeur false à cet attribut (puisque sa valeur par défaut est true). L attribut facultatif crosscontext indique si les objets du contexte peuvent communiquer avec les objets des autres contextes situés sur le même hôte. Plus concrètement, cet attribut indique si les appels vers la méthode ServletContext.getContext() renvoient un contexte valide. Si la valeur de l attribut est false, la méthode renvoie systématiquement la valeur null. À moins de disposer d une bonne raison pour autoriser la communication intercontexte, conservez la valeur par défaut false, pour des raisons de sécurité. L attribut facultatif privileged détermine si les servlets de ce contexte sont autorisées à utiliser des servlets de conteneur spéciales, telles que la servlet de gestion. La valeur par défaut de cet attribut est false. L attribut facultatif wrapperclass définit la classe d enveloppeur que Tomcat doit utiliser pour gérer les servlets contenues dans le contexte. Cette classe est chargée de gérer le cycle de vie des servlets du contexte et de tenir à jour la configuration définie dans le descripteur de déploiement en appelant les méthodes init() et destroy() de la servlet. Elle gère également les communications entre le conteneur et les servlets. Les classes définies dans cet attribut doivent implémenter l interface org.apache.catalina.wrapper ; la valeur par défaut est org.apache.catalina.core.standardwrapper. L attribut facultatif usenaming indique si le moteur de servlets doit créer un contexte JNDI InitialContext pour l application Web. Le contexte InitialContext créé par Tomcat est compatible avec les conventions J2EE. La valeur par défaut de cet attribut est true. Outre ces attributs généraux, la classe par défaut org.apache.catalina.core.standardcontext possède deux autres attributs. Il s agit de l attribut facultatif workdir, qui détermine un répertoire modifiable utilisé par les servlets contenues dans le contexte. Le chemin d accès à ce répertoire de travail est transmis à la servlet sous forme d attribut

14 Le fichier server.xml CHAPITRE 7 95 javax.servlet.context.tempdir dans le contexte ServletContext. Cet attribut est une instance de java.io.file. S il n est pas configuré manuellement, Tomcat affecte un répertoire approprié au sein du répertoire de travail attribué à l hôte. Par défaut, il s agit d un sous-répertoire du répertoire <$CATALINA_HOME>/work. En outre, comme avec les autres composants Tomcat, un attribut facultatif debug est fourni pour configurer une journalisation supplémentaire. À l instar des conteneurs <Engine/> et <Host/>, les conteneurs <Context/> peuvent comprendre les éléments <Realm/>, <Logger/> et <Valve/>. De plus, les éléments <Context/> peuvent inclure les nœuds <Resources/>, <Loader/> et <Manager/>. Les types d éléments que nous n avons pas encore abordés sont traités dans les sections suivantes. L élément <Valve/> Une valve est un composant ajouté à l architecture pipeline du traitement. Elle peut gérer les requêtes et les réponses, limiter l accès, formater les sorties et effectuer d autres tâches encore. Les valves offrent une grande souplesse alliée à une large gamme de fonctionnalités. Au lieu d expliquer la théorie, nous vous proposerons ici plusieurs exemples. Ces composants possèdent un seul attribut obligatoire, l attribut classname qui définit une classe implémentant l interface org.apache.catalina.valve. La valve du fichier journal des accès La valve org.apache.catalina.valves.accesslogvalve permet de formater le contenu des fichiers journaux configurés dans les éléments <Logger/>. Elle peut être utilisée pour mettre en conformité ces fichiers avec les formats Common Log Format ou Combined Log Format, tous deux communément et malheureusement appelés CLF, ou à tout autre format que vous configurez. Les attributs facultatifs directory, prefix et suffix fonctionnent de la même manière que les attributs de l élément <Logger/> (voir la section correspondante, plus haut dans ce chapitre). L attribut facultatif resolvehosts indique si une recherche de nom d hôte doit être effectuée pour chaque adresse IP entrante. Comme nous l avons vu auparavant, l affectation de la valeur true à cet attribut augmente le délai d attente, en particulier pour la première requête, en raison du temps nécessaire à la résolution des noms DNS. Dans un système de production à haute performance, cet attribut doit être défini sur false, à moins que vous souhaitiez, pour une raison quelconque, que ces informations soient consignées en temps réel. Vous pouvez toujours retraiter ces journaux pour ajouter ces informations. L attribut facultatif pattern fournit un modèle de chaîne utilisé pour définir le format en sortie des fichiers journaux. Il se compose de texte littéral et de plusieurs séquences d échappement qui seront remplacés dans la sortie par les informations issues de la requête.

15 96 Tomcat par la pratique Ces séquences d échappement sont les suivantes : %A Définit l adresse IP locale. %a Définit l adresse IP distante. %B Définit le nombre d octets envoyés, sans les en-têtes HTTP. %b Définit le nombre d octets envoyés, sans les en-têtes HTTP, ou prend la valeur - s il n en existe aucun. %H Définit le protocole utilisé dans la requête, tel que HTTP/1.1. %h Définit le nom d hôte distant (ou l adresse IP distante si l attribut resolvehosts est défini sur false). %l Définit le nom utilisateur logique distant issu de identd. Il renvoie toujours la valeur -. %m Définit la méthode de requête (GET, POST, etc.). %p Définit le port local sur lequel cette requête a été reçue. %q Contient toute chaîne de requête envoyée (précédée d un point d interrogation (?) si elle existe). %r Contient la première ligne de la requête dans son intégralité (y compris la méthode et l URI de la requête, telle que GET /index.html). %S Définit l ID de la session utilisateur. %s Définit le code d état HTTP de la réponse (200 pour OK, 404 pour signaler une ressource introuvable, etc.). %t Définit la date et l heure, exprimées au format Common Log Format. %U Définit le chemin d accès à l URL requise. %u Si l authentification HTTP est utilisée, définit l utilisateur authentifié ou renvoie la valeur "-" s il n en existe aucun. %v Définit le nom du serveur local. %{<header>} Indique que l en-tête correspondant à <header> doit être inclus dans la sortie. %{<header>}i Indique que l en-tête correspondant à <header> doit être inclus dans la sortie, sans tenir compte de la casse. Il existe deux noms de modèles particuliers pour les deux formats CLR. Le modèle common définit le format de journalisation usuel, qui correspond à %h %l %u %t "%r" %s %b. Le modèle combined ajoute les valeurs des en-têtes Referer et User-Agent, et correspond au modèle * %h %l %u %t "%r" %s %b "%{Referer}i" "%{User-Agent}i". La valeur par défaut est common.

16 Le fichier server.xml CHAPITRE 7 97 Les filtres d hôte distant et d adresse distante Les filtres d hôte distant et d adresse distante, respectivement org.apache.catalina.valves.remotehostvalve et org.apache.catalina.valves.remoteaddrvalve, permettent de restreindre l accès à certains hôtes, d après leur nom de domaine ou leur adresse IP. Leur fonctionnement est similaire, à ceci près qu ils établissent une correspondance sur la base soit des noms d hôte, soit des adresses IP. Ces deux filtres possèdent chacun un attribut allow et deny, tous deux facultatifs et utilisés pour restreindre l accès. Chacun accepte, comme critères de correspondance, une liste d expressions rationnelles séparées par une virgule. Si les critères de l attribut allow sont spécifiés, l accès est autorisé uniquement pour les hôtes qui correspondent à une ou plusieurs expressions rationnelles définies dans le paramètre. Tout utilisateur provenant d un hôte ne correspondant pas aux critères reçoit du serveur la réponse 403 affichant un message interdisant l accès. En revanche, si l attribut deny est employé, tout utilisateur provenant d un hôte qui ne correspond pas aux expressions régulières obtient l accès, et l utilisateur issu d un hôte correspondant aux critères de l attribut deny reçoit une réponse 403. Si les deux attributs sont définis, l attribut deny est contrôlé en premier et l utilisateur qui ne répond pas à ses critères est transmis au filtre accept. Enfin, les utilisateurs provenant d un hôte correspondant aux critères de ces deux attributs sont autorisés à consulter le contenu. Valve d affichage de requête La valve d affichage de requête, org.apache.catalina.valves.requestdumpervalve, s avère très utile pour le déboguage des interactions clients inattendues. En effet, elle consigne le contenu de chaque requête entrante dans le fichier journal configuré. Cette fonction se révèle très efficace lorsque vous travaillez avec des clients personnalisés ou lorsque vous rencontrez des difficultés avec l un ou plusieurs d entre eux, puisque la valve permet de connaître le contenu envoyé au serveur. Elle ne possède pas d attribut en dehors de l attribut obligatoire classname. Valve de session unique La valve de session unique est utilisée dans le conteneur <Host/> pour partager les identités de realms entre les différentes applications. Nous reviendrons sur ce sujet dans le chapitre 8, «Gérer l authentification avec les realms». Autres valves Il existe d autres valves que celles présentées dans ce chapitre. Certaines appartiennent au projet Apache, d autres non. Bien évidemment, vous pouvez toujours écrire vos propres valves. Nous allons en présenter une brièvement, pour vous donner quelques idées. Les valves non incluses dans la distribution principale doivent être ajoutées au répertoire <$CATALINA_

17 98 Tomcat par la pratique HOME>/server/lib si elles sont compressées sous forme de fichier JAR; s il s agit de classes, au répertoire <$CATALINA_HOME>/server/classes, dans les sous-répertoires adaptés à leur hiérarchie de paquetage. La valve du fichier journal des accès JDBC La valve org.apache.catalina.valves.jdbcaccesslogvalve est un bon exemple de valve d extension. Elle permet d enregistrer la sortie dans une base de données et non dans un système de fichiers. Ses attributs sont identiques à ceux de la classe logger, et elle fournit deux attributs supplémentaires permettant de définir une classe pour le pilote JDBC et l URL JDBC désignant la base de données contenant le fichier journal. Vous trouverez davantage d informations sur ce sujet dans la documentation JavaDoc de Tomcat. Si vous utilisez cette valve, n oubliez pas de placer le fichier JAR contenant le pilote JDBC dans le répertoire <$CATALINA_ HOME>/server/lib ou <$CATALINA_HOME>/common/lib. L élément <Resources/> L élément <Resources/> permet de définir les autres ressources disponibles pour l application Web spécifiée dans le conteneur <Context/> ; elle permet à la servlet d accéder aux autres ressources que celles stockées dans un système de fichiers, qu il s agisse de ressources contenues dans un fichier JAR ou WAR, de données issues d une base de données, des éléments d un répertoire JNDI ou autre. Si un élément <Resources/> n est pas spécifié pour un conteneur <Context/> donné, une instance par défaut basée sur le système de fichiers est créée pour définir le contexte. Notez que les ressources contenues dans des dépôts de données non basés sur des systèmes de fichiers doivent demeurer accessibles à l aide des méthodes du contexte ServletContext. Le moteur de servlets n intercepte pas les appels qui opèrent sur les fichiers pour les traduire automatiquement ; en revanche, le contexte ServletContext renvoie un contexte initial JNDI et vous pouvez utiliser ses méthodes pour rechercher et extraire les objets stockés dans les dépôts rendus disponibles par le nœud <Resources/>. Par conséquent, l attribut facultatif classname doit définir une classe implémentant l interface javax.naming.directory.dircontext. Il s agit du seul attribut de portée globale sur toutes les implémentations. Notez que le framework Tomcat propose certaines classes de base permettant de simplifier l implémentation des classes à configurer dans l élément <Resources/>. Il est conseillé de baser vos propres classes sur l interface org.apache.naming.resources. BaseDirContext et d utiliser les objets de org.apache.naming.resources pour les types de renvoi. L interopérabilité et les performances n en seront que meilleures. La valeur par défaut de cet attribut est org.apache.naming.resources.filedircontext. Nous traiterons des attributs supplémentaires fournis avec cette classe dans la suite de ce chapitre. L attribut facultatif cached indique si l implémentation doit utiliser la mise en cache. La valeur par défaut est true.

18 Le fichier server.xml CHAPITRE 7 99 L attribut facultatif casesensitive est utilisé sur les systèmes d exploitation insensibles à la casse, tels que Microsoft Windows, pour déterminer si la sensibilité à la casse doit être prise en compte lors de la recherche d objets. La valeur par défaut est true. L attribut facultatif docbase définit le répertoire racine du système de fichiers dans lequel se trouvent les ressources nommées. Il possède la même syntaxe et suit les mêmes règles que l attribut docbase d un contexte ; de plus, il est élaboré à partir de la base de document du contexte conteneur si un chemin relatif est utilisé. L élément <Loader/> L élément <Loader/> permet de configurer un chargeur de classes différent de celui fourni par défaut avec Tomcat, ou d en contraindre l action. Lorsqu il est spécifié, cet élément doit apparaître comme enfant du conteneur <Context/> ; dans le cas contraire, une instance de l implémentation du chargeur de classes par défaut, org.apache.catalina.loader.webapploader, est utilisée. Dans les environnements où les problématiques de sécurité sont importantes, nous vous conseillons de configurer au moins les attributs delegate et reloadable, que nous allons traiter dans un instant. L attribut facultatif classname doit définir une classe qui implémente l interface org.apache.catalina.loader interface. Utilisez l attribut facultatif delegate si vous souhaitez que le chargeur de classes suive le standard de délégation Java 2 et tente de charger les classes à partir des chargeurs parents avant d effectuer une recherche dans l application Web elle-même. Cette procédure permet d éviter que les classes contenues dans l application Web ne prévalent sur le comportement des classes portant le même nom dans l environnement d exécution et, par conséquent, offre davantage de sécurité. Si cet attribut possède la valeur par défaut false, le chargeur de classes opère d abord depuis l application Web avant de demander aux chargeurs parents de rechercher les classes ou les ressources requises. Cet attribut offre donc davantage de souplesse aux applications Web et simplifie la configuration ; cependant, si vous visez d abord la sécurité, comme il se doit dans un environnement de production, vous devez affecter la valeur true à l attribut delegate, surtout si vous autorisez un code peu sécurisé à s exécuter sur le serveur. Il existe d autres moyens de contraindre l accès aux ressources, mais à moins que vous ne deviez passer outre le comportement des classes accessibles de manière globale, il est inutile de laisser la valeur false à cet attribut. L attribut facultatif reloadable, à l instar de l attribut reloadable du conteneur <Context/> étudié plus haut, indique si le moteur de servlets contrôle les répertoires WEB-INF/lib et WEB- INF/classes dans l attribut docbase configuré et s il recharge ou non les applications Web lorsqu elles sont modifiées. Là encore, ce paramètre n affecte en rien le chargement du contexte par l application de gestion. L attribut reloadable prend par défaut la valeur true.

19 100 Tomcat par la pratique INFO Toute valeur définie dans le contexte parent prévaut sur l attribut reloadable. Outre les attributs standards, la classe org.apache.catalina.loader.webapploader prend en charge les attributs suivants : checkinterval Cet attribut facultatif définit la fréquence, en secondes, à laquelle Tomcat vérifie si les bibliothèques des répertoires WEB-INF/lib/ et WEB-INF/classes/ ont été modifiées. Il est ignoré si l attribut reloadable est défini sur false. La valeur par défaut de l attribut checkinterval est 15 secondes. loaderclass Cet attribut facultatif permet de définir toute classe implémentant l interface java.lang.classloader que Tomcat doit utiliser pour effectuer le chargement des classes. Ainsi, il est inutile d implémenter votre propre classe d enveloppeur pour prendre en charge un autre chargeur de classes que vous souhaiteriez utiliser. La valeur par défaut de cet attribut est org.apache.catalina.loader.webappclassloader. workdir Cet attribut facultatif fonctionne de la même manière que l attribut workdir du conteneur <Context/>. debug Cet attribut facultatif fonctionne de la même manière que dans les autres classes principales. L élément <Manager/> L élément <Manager/> permet de configurer le gestionnaire de session utilisé dans le contexte conteneur. Ce gestionnaire est chargé de créer et de gérer les objets de session ainsi que la clé utilisée pour rechercher la session. L élément <Manager/> doit être imbriqué dans un conteneur <Context/> s il est utilisé. À l instar des nœuds <Loader/> et <Resources/>, une seule instance de cet élément doit exister dans un conteneur <Context/>. S il est omis, l implémentation par défaut org.apache.catalina.session.standardmanager est utilisée. Une deuxième implémentation digne d intérêt est fournie avec Tomcat : la classe org.apache.catalina.session.persistentmanager. Celle-ci stocke des informations relatives à la session sur le disque et permet aux sessions de survivre à un redémarrage de Tomcat. Notez qu à l heure de la rédaction de cet ouvrage, cette classe n a pas été testée entièrement. Si vous souhaitez toutefois l utiliser dans un environnement de production, prévoyez de la tester sérieusement et d effectuer quelques modifications. Si des changements s avèrent nécessaires ou si vous découvrez des limitations lors du test de cette classe ou des autres composants, nous vous encourageons vivement à partager vos découvertes avec la communauté Tomcat. Toutes les implémentations de cette classe partagent les attributs suivants :

20 Le fichier server.xml CHAPITRE classname Cet attribut facultatif doit correspondre au nom d une classe implémentant l interface org.apache.catalina.manager. La valeur par défaut est org.apache.catalina.session.standardmanager. distributable Cet attribut facultatif détermine si le gestionnaire doit se conformer aux normes de la spécification sur les servlets relatives aux sessions distribuables. Cette notion est fondamentale si vous utilisez Tomcat dans un environnement en clusters et si vous partagez un état de session dans un pool d instances Tomcat. Cela impose une contrainte principale pour l objet de session qui doit être sérialisable, c est-à-dire qu il doit implémenter l interface java.io.serializable qui requiert à son tour que tous les objets qu elle contient doivent être sérialisables. Si l attribut distributable est défini sur false (valeur par défaut), Tomcat autorise alors la création de sessions non sérialisables. S il n est pas défini ici, cet attribut est hérité du descripteur de déploiement de l application Web via l élément <distributable/>. maxinactiveinterval Cet attribut facultatif définit la durée d inactivité des sessions avant que leur délai n expire. À l instar de l attribut distributable, vous pouvez définir l attribut maxinactiveinterval dans le descripteur de déploiement de l application Web, et dans ce cas, dans l élément <session-timeout/>. La valeur par défaut est 60 minutes. L implémentation standard org.apache.catalina.session.standardmanager possède les attributs supplémentaires suivants : checkinterval Cet attribut facultatif définit en secondes la fréquence de vérification de l expiration des sessions. La valeur par défaut est 60. maxactivesessions Cet attribut facultatif détermine le nombre maximal de sessions actives que le gestionnaire peut créer. Si la valeur attribuée est la valeur par défaut -1, le gestionnaire ne limite pas le nombre de sessions. algorithm Cet attribut facultatif définit l algorithme que doit utiliser Tomcat pour générer une clé de session. La valeur spécifiée ici doit être prise en charge par java.security.messagedigest. Il peut s agir de MD5, MD2, et SHA-1, et vous pouvez charger des algorithmes supplémentaires en ajoutant et en chargeant la bibliothèque tiers appropriée. La valeur par défaut de cet attribut est MD5. randomclass Cet attribut facultatif détermine la classe que doit utiliser Tomcat pour générer les nombres aléatoires nécessaires à l initialisation de l algorithme concis. Cette classe doit implémenter l interface java.util.random et la valeur par défaut est java.security.securerandom. entropy Cet attribut facultatif définit une chaîne d amorçage utilisée pour initialiser le générateur de nombres aléatoires spécifiés dans l attribut randomclass. Si aucune chaîne n est définie, Tomcat tente de générer une valeur d amorçage utile, mais dans les environnements privilégiant la sécurité, il est préférable d attribuer une très longue chaîne à cet attribut. La valeur par défaut consiste à autoriser Tomcat à en générer une.

A. Architecture du serveur Tomcat 6

A. Architecture du serveur Tomcat 6 Administration du serveur A. Architecture du serveur Tomcat 6 La compréhension de l architecture interne du serveur Tomcat 6 est un pré-requis indispensable pour bien en maîtriser l administration et la

Plus en détail

Apache Tomcat 8 Guide d'administration du serveur Java EE 7 sous Windows et Linux

Apache Tomcat 8 Guide d'administration du serveur Java EE 7 sous Windows et Linux Avant-propos 1. À qui s adresse ce livre? 11 2. Les pré-requis 12 Préambule 1. Rappel sur les architectures Internet/Intranet/Extranet 13 1.1 Le protocole HTTP 14 1.1.1 Les méthodes HTTP 16 1.1.2 Les codes

Plus en détail

Créer et partager des fichiers

Créer et partager des fichiers Créer et partager des fichiers Le rôle Services de fichiers... 246 Les autorisations de fichiers NTFS... 255 Recherche de comptes d utilisateurs et d ordinateurs dans Active Directory... 262 Délégation

Plus en détail

Manuel du logiciel PrestaTest.

Manuel du logiciel PrestaTest. Manuel du logiciel. Ce document décrit les différents tests que permet le logiciel, il liste également les informations nécessaires à chacun d entre eux. Table des matières Prérequis de PrestaConnect :...2

Plus en détail

TD n 1 : Architecture 3 tiers

TD n 1 : Architecture 3 tiers 2008 TD n 1 : Architecture 3 tiers Franck.gil@free.fr 27/10/2008 1 TD n 1 : Architecture 3 tiers 1 INTRODUCTION Ce TD, se propose de vous accompagner durant l installation d un environnement de développement

Plus en détail

Serveur AD, DNS et DHCP sous Windows Serveur 2008 R2 et VMWare Workstation 10

Serveur AD, DNS et DHCP sous Windows Serveur 2008 R2 et VMWare Workstation 10 Serveur AD, DNS et DHCP sous Windows Serveur 2008 R2 et VMWare Workstation 10 Sommaire 1. Contexte... 2 2. Prérequis... 2 3. Configuration du réseau dans VMWare Workstation 10... 2 4. Windows Server 2008

Plus en détail

Serveur FTP. 20 décembre. Windows Server 2008R2

Serveur FTP. 20 décembre. Windows Server 2008R2 Serveur FTP 20 décembre 2012 Dans ce document vous trouverez une explication détaillé étapes par étapes de l installation du serveur FTP sous Windows Server 2008R2, cette présentation peut être utilisée

Plus en détail

CONFIGURATION D ADOBE DIGITAL ENTERPRISE PLATFORM DOCUMENT SERVICES - CONNECTOR FOR MICROSOFT SHAREPOINT 10.0

CONFIGURATION D ADOBE DIGITAL ENTERPRISE PLATFORM DOCUMENT SERVICES - CONNECTOR FOR MICROSOFT SHAREPOINT 10.0 CONFIGURATION D ADOBE DIGITAL ENTERPRISE PLATFORM DOCUMENT SERVICES - CONNECTOR FOR MICROSOFT SHAREPOINT 10.0 Informations juridiques Informations juridiques Pour les informations juridiques, voir http://help.adobe.com/fr_fr/legalnotices/index.html.

Plus en détail

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 Table des matières. CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 QUE SONT LES DISQUES DE BASE ET LES DISQUES DYNAMIQUES? 6 FORMATAGE DES DISQUES ET

Plus en détail

ISLOG Logon Tools Manuel utilisateur

ISLOG Logon Tools Manuel utilisateur ISLOG Logon Tools Manuel utilisateur Document révision 02 Copyright 2013 ISLOG Network. Tout droit réservé. Historique de version Date Auteur Description Document Version 23/08/13 F Godinho Version initiale

Plus en détail

Accès au serveur SQL. Où ranger les accès au serveur SQL?

Accès au serveur SQL. Où ranger les accès au serveur SQL? 150 requête SQL, cela aura un impact sur un nombre limité de lignes et non plus sur l ensemble des données. MySQL propose une clause originale en SQL : LIMIT. Cette clause est disponible avec les différentes

Plus en détail

arcopole Studio Annexe 7 Architectures Site du programme arcopole : www.arcopole.fr

arcopole Studio Annexe 7 Architectures Site du programme arcopole : www.arcopole.fr 4 arcopole Studio Annexe 7 Architectures Site du programme arcopole : www.arcopole.fr Auteur du document : Esri France Version de la documentation : 1.2 Date de dernière mise à jour : 26/02/2015 Sommaire

Plus en détail

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 FileMaker Pro 13 Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 2007-2013 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054

Plus en détail

Installation de Windows XP www.ofppt.info

Installation de Windows XP www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail XP DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC XP Sommaire 1 Introduction... 2 2 Vérification de la

Plus en détail

MOZAÏK - DOSSIER MOBILE Mise à jour 8.0.73.13

MOZAÏK - DOSSIER MOBILE Mise à jour 8.0.73.13 MOZAÏK - DOSSIER MOBILE Mise à jour : 8.0.73.13 Table des matières RÉSUMÉ DES ÉTAPES D INSTALLATION... 3 1. CRÉATION D UN CODE LOCAL SUR LE SERVEUR WEB ET LE SERVEUR SQL... 4 2. CRÉATION D UN POOL D APPLICATION

Plus en détail

édition revue et corrigée avec Java SE 7 7 1 Les bases 11 Compiler un programme Java 13 Exécuter un programme Java 14 Définir le chemin de classe 15

édition revue et corrigée avec Java SE 7 7 1 Les bases 11 Compiler un programme Java 13 Exécuter un programme Java 14 Définir le chemin de classe 15 Table des matières Au sujet de l auteur 1 Introduction 3 édition revue et corrigée avec Java SE 7 7 1 Les bases 11 Compiler un programme Java 13 Exécuter un programme Java 14 Définir le chemin de classe

Plus en détail

Gestion d identités PSL Exploitation IdP Authentic

Gestion d identités PSL Exploitation IdP Authentic Gestion d identités PSL Exploitation IdP Authentic Entr ouvert SCOP http ://www.entrouvert.com Table des matières 1 Arrêt et démarrage 2 2 Configuration 2 2.1 Intégration à la fédération............................

Plus en détail

Partie 2.2: Servlet et Tomcat

Partie 2.2: Servlet et Tomcat Partie 2.2: Servlet et Tomcat 1 Plan du cours Servlets Présentation Exemple 2 Plan du cours Tomcat Des servlets à Tomcat: pourquoi Tomcat? Architecture Tomcat Installation et configuration de Tomcat Configuration

Plus en détail

OASIS est une fabrique à bien commun via l utilisation des applications proposées sur son store.

OASIS est une fabrique à bien commun via l utilisation des applications proposées sur son store. Guide Utilisateur 1.1 Présentation d OASIS OASIS est une fabrique à bien commun via l utilisation des applications proposées sur son store. Grâce à OASIS, vous serez capable d acheter ou de choisir des

Plus en détail

BTS SIO option SISR Lycée Godefroy de Bouillon Clermont-Ferrand

BTS SIO option SISR Lycée Godefroy de Bouillon Clermont-Ferrand Active Directory sous Windows Server SAHIN Ibrahim BTS SIO option SISR Lycée Godefroy de Bouillon Clermont-Ferrand Sommaire I - Introduction... 3 1) Systèmes d exploitation utilisés... 3 2) Objectifs...

Plus en détail

Chapitre 1 Windows Server 2008 11

Chapitre 1 Windows Server 2008 11 Chapitre 1 Windows Server 2008 11 1.1. Les fondations du système... 15 1.2. La virtualisation... 16 1.3. La sécurité... 18 1.4. Le Web... 20 1.5. Fonctionnalité disponible dans Windows Server 2008... 21

Plus en détail

Client Distribution : Interne

Client Distribution : Interne Le fichier Vertec.ini Produit : Vertec Version produit : 5.6 Document Version doc : 1 Base de connaissance Publication : Création : 30.04.2012 FAQ Astuces Modification : 30.04.2012 Client Distribution

Plus en détail

TP 2 : programmation côté serveur À rendre pour le mardi 6 mai 2008

TP 2 : programmation côté serveur À rendre pour le mardi 6 mai 2008 Université Claude Bernard Lyon 1 UFR d informatique avril 2006 MIAG soir Systèmes d Information Méthodes Avancées TP 2 : programmation côté serveur À rendre pour le mardi 6 mai 2008 Introduction Dans ce

Plus en détail

Création d un catalogue en ligne

Création d un catalogue en ligne 5 Création d un catalogue en ligne Au sommaire de ce chapitre Fonctionnement théorique Définition de jeux d enregistrements Insertion de contenu dynamique Aperçu des données Finalisation de la page de

Plus en détail

Base de connaissances

Base de connaissances Base de connaissances 1/11 Sommaire Sommaire... 2 Principe de fonctionnement... 3 Configurer Serv-U avec un routeur/pare-feu... 4 Le client FTP ne voit pas les listes de répertoires ou n arrive pas à se

Plus en détail

arcopole Studio Annexe 4 Intégration LDAP et processus d authentification Site du programme arcopole : www.arcopole.fr

arcopole Studio Annexe 4 Intégration LDAP et processus d authentification Site du programme arcopole : www.arcopole.fr arcopole Studio Annexe 4 Intégration LDAP et processus d authentification Site du programme arcopole : www.arcopole.fr Auteur du document : ESRI France Version de la documentation : 1.2.0.0 Date de dernière

Plus en détail

Exercices Active Directory (Correction)

Exercices Active Directory (Correction) Exercices Active Directory (Correction) Exercice : Scénarios pour l'implémentation de composants logiques AD DS Lire les scénarios suivants et déterminer les composants logiques AD DS à déployer dans chaque

Plus en détail

Sécurisation du réseau

Sécurisation du réseau Sécurisation du réseau La sécurisation du réseau d entreprise est également une étape primordiale à la sécurisation générale de votre infrastructure. Cette partie a pour but de présenter les fonctionnalités

Plus en détail

Applications orientées données (NSY135)

Applications orientées données (NSY135) Applications orientées données (NSY135) 2 Applications Web Dynamiques Auteurs: Raphaël Fournier-S niehotta et Philippe Rigaux (philippe.rigaux@cnam.fr,fournier@cnam.fr) Département d informatique Conservatoire

Plus en détail

Annuaire : Active Directory

Annuaire : Active Directory Annuaire : Active Directory Un annuaire est une structure hiérarchique qui stocke des informations sur les objets du réseau. Un service d'annuaire, tel qu'active Directory, fournit des méthodes de stockage

Plus en détail

Application Web et J2EE

Application Web et J2EE Application Web et J2EE Servlet, JSP, Persistence, Méthodologie Pierre Gambarotto Département Informatique et Math appli ENSEEIHT Plan Introduction 1 Introduction Objectfis

Plus en détail

Utilisation de Jakarta Tomcat

Utilisation de Jakarta Tomcat ISI 1022 : Déploiement d applications Web Jean-Noël Sorenti. Année 2002/2003 Déploiement d application Web Utilisation de Jakarta Tomcat ISI 1022 : 1 ISI 1022 : Déploiement d applications Web Une application

Plus en détail

Rapport Gestion de projet

Rapport Gestion de projet IN56 Printemps 2008 Rapport Gestion de projet Binôme : Alexandre HAFFNER Nicolas MONNERET Enseignant : Nathanaël COTTIN Sommaire Description du projet... 2 Fonctionnalités... 2 Navigation... 4 Description

Plus en détail

MailStore Server : guide de démarrage rapide

MailStore Server : guide de démarrage rapide MailStore Server : guide de démarrage rapide Sommaire Premières étapes... 2 Étape 1 : configuration requise et installation... 2 Étape 2 : lancement du client MailStore... 2 Étape 3 : configuration des

Plus en détail

OUAPI Guide d installation Outil d administration de parc informatique. Documentation d installation et de paramétrage

OUAPI Guide d installation Outil d administration de parc informatique. Documentation d installation et de paramétrage Outil d administration de parc informatique Documentation d installation et de paramétrage Nicolas BIDET Ouapi.org 29/07/2012 Sommaire Installation de Wampserver... 3 1.1. Téléchargement de WampServer...

Plus en détail

Base de connaissance K.SSL Installez votre certificat

Base de connaissance K.SSL Installez votre certificat Installer votre Certificat SSL Keynectis vous livre votre certificat dans le corps d un email. Nous vous recommandons de copier votre certificat dans un fichier texte (type Bloc-Notes ou Vi). N utilisez

Plus en détail

Dossier Technique. Détail des modifications apportées à GRR. Détail des modifications apportées à GRR Le 17/07/2008. Page 1/10

Dossier Technique. Détail des modifications apportées à GRR. Détail des modifications apportées à GRR Le 17/07/2008. Page 1/10 Dossier Technique Page 1/10 Sommaire : 1. REPONSE TECHNIQUE A LA DEMANDE 3 1.1. Prise en compte de la dernière version de phpcas 3 1.2. Gestion de la connexion à GRR 3 1.2.1. Récupération des attributs

Plus en détail

Comment configurer les HotFolders et les Workflows

Comment configurer les HotFolders et les Workflows Comment configurer les HotFolders et les Workflows HotFolders 1 À la base : le Hotfolder en tant que gestionnaire de fichiers 1 Un exemple : les Hotfolders et la barre d images 2 Imprimer depuis un client

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

bbc Launch Pad Juillet 2011 Version 10.0

bbc Launch Pad Juillet 2011 Version 10.0 bbc Configuration d Adobe Digital Enterprise Platform Document Services - Launch Pad 10.0 Guide de l administrateur et du développeur Launch Pad Juillet 2011 Version 10.0 Mentions juridiques Pour plus

Plus en détail

TotEM. Guide d installation de l application. Décembre 2012 R006

TotEM. Guide d installation de l application. Décembre 2012 R006 TotEM Guide d installation de l application Décembre 2012 R006 TotEM Guide d installation de l application 1. Introduction 3 2. Installer le serveur (autonome) 10 3. Installer le serveur (application War)

Plus en détail

Pilote KIP certifié pour AutoCAD. Guide de l utilisateur État de l imprimante KIP

Pilote KIP certifié pour AutoCAD. Guide de l utilisateur État de l imprimante KIP Pilote KIP certifié pour AutoCAD Guide de l utilisateur État de l imprimante KIP Table des matières Introduction... 2 Fonctions... 2 Installation et configuration requise... 3 Configuration requise...

Plus en détail

Administration via l'explorateur WebSphere MQ

Administration via l'explorateur WebSphere MQ Ce document présente l utilisation de l Explorateur WebSphere MQ, et en particulier sa capacité à administrer des Queue Manager distants. Il aborde également les problèmes de sécurité liés à l administration

Plus en détail

L accès à distance du serveur

L accès à distance du serveur Chapitre 11 L accès à distance du serveur Accéder à votre serveur et aux ordinateurs de votre réseau depuis Internet, permettre à vos amis ou à votre famille de regarder vos dernières photos, écouter vos

Plus en détail

Mise en place Active Directory / DHCP / DNS

Mise en place Active Directory / DHCP / DNS Mise en place Active Directory / DHCP / DNS Guillaume Genteuil Période : 2014 Contexte : L entreprise Diamond Info localisé en Martinique possède une cinquantaine de salariés. Basé sur une infrastructure

Plus en détail

1. Faire Démarrer, Paramètres, Panneau de configuration, Outils d administration, Gestion de l ordinateur.

1. Faire Démarrer, Paramètres, Panneau de configuration, Outils d administration, Gestion de l ordinateur. TP PERSONNALISER SON POSTE DE TRAVAIL LES COMPTES, LES GROUPES C'EST QUOI? Les comptes et les groupes permettent de gérer plus facilement l administration d une machine. Il semble assez logique que sur

Plus en détail

MISE A JOUR : 04 FEVRIER 2011 PROCÉDURE D INSTALLATION. Cegid Business COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V9 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7

MISE A JOUR : 04 FEVRIER 2011 PROCÉDURE D INSTALLATION. Cegid Business COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V9 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7 PROCÉDURE D INSTALLATION Cegid Business V9 COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V9 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7 Sommaire 1. Introduction 2. Installation de SQL Server 2005 ou 2008 3. Installation de Cegid Business

Plus en détail

Gestion des accès aux ressources à l aide des groupes

Gestion des accès aux ressources à l aide des groupes Gestion des accès aux ressources à l aide des groupes Un groupe est un ensemble de comptes d utilisateur. Les groupes permettent de simplifier la gestion de l accès des utilisateurs et des ordinateurs

Plus en détail

2012 - Copyright Arsys Internet E.U.R.L. Arsys Backup Online. Guide de l utilisateur

2012 - Copyright Arsys Internet E.U.R.L. Arsys Backup Online. Guide de l utilisateur Arsys Backup Online Guide de l utilisateur 1 Index 1. Instalation du Logiciel Client...3 Prérequis...3 Installation...3 Configuration de l accès...6 Emplacement du serveur de sécurité...6 Données utilisateur...6

Plus en détail

Résolution des problèmes liés aux imprimantes www.ofppt.info

Résolution des problèmes liés aux imprimantes www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail aux imprimantes DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Diagnostiquer un problème Sommaire 1. Introduction...

Plus en détail

Java pour le développement d applications Web : Java EE Configuration et installation d un serveur d application : Tomcat

Java pour le développement d applications Web : Java EE Configuration et installation d un serveur d application : Tomcat Java pour le développement d applications Web : Java EE Configuration et installation d un serveur d application : Tomcat Mickaël BARON - 2007 mailto:baron.mickael@gmail.com ou mailto:mickael.baron@serli.com

Plus en détail

Atelier Le gestionnaire de fichier

Atelier Le gestionnaire de fichier Chapitre 12 Atelier Le gestionnaire de fichier I Présentation Nautilus est un gestionnaire de fichiers pour l environnement de bureau Gnome. Il offre toutes les fonctions de gestion de fichier en local

Plus en détail

WinTask x64 Le Planificateur de tâches sous Windows 7 64 bits, Windows 8/8.1 64 bits, Windows 2008 R2 et Windows 2012 64 bits

WinTask x64 Le Planificateur de tâches sous Windows 7 64 bits, Windows 8/8.1 64 bits, Windows 2008 R2 et Windows 2012 64 bits WinTask x64 Le Planificateur de tâches sous Windows 7 64 bits, Windows 8/8.1 64 bits, Windows 2008 R2 et Windows 2012 64 bits Manuel d initiation du Planificateur 2 INTRODUCTION 5 CHAPITRE I : INSTALLATION

Plus en détail

Architecture Constellio

Architecture Constellio Architecture Constellio Date : 12 novembre 2013 Version 3.0 Contact : Nicolas Bélisle nicolas.belisle@doculibre.com 5146555185 1 Table des matières Table des matières... 2 Présentation générale... 4 Couche

Plus en détail

La hiérarchie du système DNS

La hiérarchie du système DNS LA RÉSOLUTION DE NOMS 1. PRÉSENTATION DU SYSTÈME DNS 1.1 INTRODUCTION À LA RÉSOLUTION DE NOMS Pour pouvoir communiquer, chaque machine présente sur un réseau doit avoir un identifiant unique. Avec le protocole

Plus en détail

Mesure d'audience sur Internet

Mesure d'audience sur Internet Mesure d'audience sur Internet différences fondamentales entre les solution basées sur les journaux et celles utilisant le marquage de site. L objectif de ce document est de répondre à la question légitime

Plus en détail

Page 1 2 La présente invention concerne le domaine des architectures informatiques, et en particulier un procédé pour le développement d applications destiné à un fonctionnement en réseau, par exemple

Plus en détail

Le langage PHP permet donc de construire des sites web dynamiques, contrairement au langage HTML, qui donnera toujours la même page web.

Le langage PHP permet donc de construire des sites web dynamiques, contrairement au langage HTML, qui donnera toujours la même page web. Document 1 : client et serveur Les ordinateurs sur lesquels sont stockés les sites web sont appelés des serveurs. Ce sont des machines qui sont dédiées à cet effet : elles sont souvent sans écran et sans

Plus en détail

TP N o 2 - Serveur Apache

TP N o 2 - Serveur Apache IUT de Villetaneuse E. Viennet R&T Module I-C3 Applications Client/Serveur et Web 8/02/06 TP N o 2 - Serveur Apache Ce TP se déroulera avec Linux Red Hat 9 (image GTR-3), en salle de TP réseaux. EXERCICE

Plus en détail

Procédure pas à pas de découverte de l offre. Service Cloud Cloudwatt

Procédure pas à pas de découverte de l offre. Service Cloud Cloudwatt Procédure pas à pas de découverte de l offre Service Cloud Cloudwatt Manuel Utilisateur 03/07/2014 Cloudwatt - Reproduction et communication sont interdites sans autorisation 1/45 Contenu 1. Introduction...

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Monter un site Intranet

Monter un site Intranet Monter un site Intranet S il n est pas difficile de créer un site Web basique grâce à IIS, ceux d entre vous qui ne sont pas initiés aux langages de développement Web auront du mal à satisfaire les besoins

Plus en détail

OPTENET DCAgent 2.01. Manuel d'utilisateur

OPTENET DCAgent 2.01. Manuel d'utilisateur OPTENET DCAgent 2.01 Manuel d'utilisateur SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...1 2. INSTALLATION...2 3. ÉTABLISSEMENT DES PERMISSIONS...4 Pour de plus amples informations, reportez-vous aux annexes «Conditions requises

Plus en détail

Utilisation du site Graines d explorateurs

Utilisation du site Graines d explorateurs Utilisation du site Graines d explorateurs Connexion au site Munissez vous de votre identifiant et de votre mot de passe puis cliquez sur le lien «se connecter» situé en bas à droite du site Graines d

Plus en détail

FRANÇAIS PHONE-VS. Guide d installation et utilisation

FRANÇAIS PHONE-VS. Guide d installation et utilisation FRANÇAIS PHONE-VS Guide d installation et utilisation INDEX 1 INTRODUCTION... 1 2 INSTALLATION ET MISE EN SERVICE... 1 3 REGISTRER L APPLICATION... 4 4 CONFIGURATION DES CONNEXIONS... 6 5 CONNEXION...

Plus en détail

Bénéficier des outils de partage de Microsoft Outlook avec le serveur MDaemon.

Bénéficier des outils de partage de Microsoft Outlook avec le serveur MDaemon. Bénéficier des outils de partage de Microsoft Outlook avec le serveur MDaemon. 1/23 Sommaire Introduction... 3 À propos de MDaemon... 3 À propos de Alt-N Technologies... 3 Outlook Connector et travail

Plus en détail

MISE A JOUR : 04 FEVRIER 2011 PROCÉDURE D INSTALLATION. Cegid Business COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V8 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7

MISE A JOUR : 04 FEVRIER 2011 PROCÉDURE D INSTALLATION. Cegid Business COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V8 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7 PROCÉDURE D INSTALLATION Cegid Business V8 COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V8 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7 Sommaire 1. Introduction 2. Installation de SQL Server 2005 ou 2008 3. Installation de Cegid Business

Plus en détail

LISTES DE DISTRIBUTION GÉRÉES PAR SYMPA DOCUMENT EXPLICATIF DE L'INTERFACE WEB À L'INTENTION DES ABONNÉS

LISTES DE DISTRIBUTION GÉRÉES PAR SYMPA DOCUMENT EXPLICATIF DE L'INTERFACE WEB À L'INTENTION DES ABONNÉS LISTES DE DISTRIBUTION GÉRÉES PAR SYMPA DOCUMENT EXPLICATIF DE L'INTERFACE WEB À L'INTENTION DES ABONNÉS MAI 2013 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Interface d accueil... 4 2.1. Zone d authentification...

Plus en détail

Création d un serveur Web Sous Windows 2000 Pro / Server / XP Pro

Création d un serveur Web Sous Windows 2000 Pro / Server / XP Pro Création d un serveur Web Sous Windows 2000 Pro / Server / XP Pro 1 Introduction IIS (Internet information service) est un composant Windows qui prend en charge le service Web (http) et FTP. Le serveur

Plus en détail

Network Services Location Manager. Guide de l administrateur de réseau

Network Services Location Manager. Guide de l administrateur de réseau apple Network Services Location Manager Guide de l administrateur de réseau Ce document décrit le logiciel Network Services Location Manager (NSL) et vous explique comment configurer votre réseau pour

Plus en détail

Chaque étudiant démarre son serveur Windows2003 virtuel. Les deux machines sont sur le même réseau (en host-only).

Chaque étudiant démarre son serveur Windows2003 virtuel. Les deux machines sont sur le même réseau (en host-only). TP DNS OBJECTIFS Mettre en place un serveur DNS principal. MATÉRIELS ET LOGICIELS NÉCESSAIRES Chaque étudiant démarre son serveur Windows2003 virtuel. Les deux machines sont sur le même réseau (en host-only).

Plus en détail

Projet d Etude et de Développement

Projet d Etude et de Développement Projet d Etude et de Développement PokerServer Guide d installation Auteurs: Lucas Kerdoncuff Balla Seck Rafik Ferroukh Xan Lucu Youga MBaye Clients: David Bromberg Laurent Réveillère March 28, 2012 Contents

Plus en détail

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL - Data Sheet Version 1.5 Développé par http://www.axivia.com/ PRESENTATION DU PRODUIT SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL est

Plus en détail

EISTI. Oracle Toplink. Manuel d installation et d utilisation

EISTI. Oracle Toplink. Manuel d installation et d utilisation EISTI Oracle Toplink Manuel d installation et d utilisation VILLETTE Charles, BEQUET Pierre, DE SAINT MARTIN Cédric, CALAY-ROCHE Vincent, NAUTRE Francois 20/05/2010 Ce manuel d installation et d utilisation

Plus en détail

Spécifications Prérequis Minimum Prérequis Recommandé

Spécifications Prérequis Minimum Prérequis Recommandé Introduction Comme toutes les applications réseau, Xactimate doit être installé sur un poste de travail connecté à un réseau proprement configuré et connecté à un lecteur réseau (ce document utilise la

Plus en détail

Java EE Applications web

Java EE Applications web Java EE Applications web Applications web Deux types d applications web: Applications orientées présentation Contenu statique: Html,xml, XVG Contenu dynamique: jsp, jsf, servlets Applications orientées

Plus en détail

Atelier No1 : Installation de Windows Server 2003 Standard Edition Configuration du protocole TCP/IP

Atelier No1 : Installation de Windows Server 2003 Standard Edition Configuration du protocole TCP/IP Atelier No1 : Installation de Windows Server 2003 Standard Edition Configuration du protocole TCP/IP Précisions concernant les équipes de travail: Afin de rationaliser les équipements disponibles au niveau

Plus en détail

GUIDE DE DEMARRAGE RAPIDE 4.5. FileAudit VERSION. www.isdecisions.com

GUIDE DE DEMARRAGE RAPIDE 4.5. FileAudit VERSION. www.isdecisions.com GUIDE DE DEMARRAGE RAPIDE FileAudit 4.5 VERSION www.isdecisions.com Introduction FileAudit surveille l accès ou les tentatives d accès aux fichiers et répertoires sensibles stockés sur vos systèmes Windows.

Plus en détail

Oracle Developer Suite 10g. Guide de l installation. Vista & Seven

Oracle Developer Suite 10g. Guide de l installation. Vista & Seven TRAVAIL RÉALISÉ PAR ABED ABDERRAHMANE Oracle Developer Suite 10g Guide de l installation 10g Release 2 (10.1.2) pour Windows Vista & Seven www.oraweb.ca Page 1 TABLE DES MATIÈRES : PARTIE 1 : CONCEPTS

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 UTILISATION DES OUTILS DE REQUÊTES... 2 1.1 Bases de données SQL Server... 2 1.2 Éditions de SQL Server... 3 1.3 Les outils de SQL Server... 4 2011 Hakim Benameurlaine 1 1 UTILISATION

Plus en détail

Mise en place d un reverse proxy

Mise en place d un reverse proxy Mise en place d un reverse proxy Certaines adresses IP ont été effacées dans ce document pour des raisons évidentes de sécurité. 1 Table des matières Utilisation des noms DNS pour atteindre les applications

Plus en détail

TP 2 : Comptes et groupes (2 h 00)

TP 2 : Comptes et groupes (2 h 00) TP 2 : Comptes et groupes (2 h 00) I ENVIRONNEMENT LOGICIEL ET MATÉRIEL Vous disposez de : Windows 2008 server R2 Datacenter en tant que contrôleur de domaine ActiveDirectory sur le domaine «votrenom.local»

Plus en détail

C. Configuration des services de transport

C. Configuration des services de transport Page 282 Chapitre 8 Dans la version 2013 d'exchange, les dossiers publics sont devenus un type de boîtes aux lettres et utilisent les mêmes mécanismes de routage que les e-mails. - Le message est destiné

Plus en détail

iphone en entreprise Guide de configuration pour les utilisateurs

iphone en entreprise Guide de configuration pour les utilisateurs iphone en entreprise Guide de configuration pour les utilisateurs iphone est prêt pour une utilisation en entreprise. Il gère Microsoft Exchange ActiveSync, ainsi que des services de base standards, le

Plus en détail

17 avril 2014. Remote Scan

17 avril 2014. Remote Scan 17 avril 2014 Remote Scan 2014 Electronics For Imaging. Les Informations juridiques rédigées pour ce produit s appliquent au contenu du présent document. Sommaire 3 Sommaire...5 Accès à...5 Boîtes...5

Plus en détail

Installation et utilisation de SSH. .et

Installation et utilisation de SSH. .et Installation et utilisation de SSH.et.soumission de travail SSH est un protocole de communication qui permet de communiquer à distance entre deux ordinateurs. Pour cela, il faut qu un des deux ordinateurs

Plus en détail

FileMaker Pro 12. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 12

FileMaker Pro 12. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 12 FileMaker Pro 12 Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 12 2007-2012 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, California 95054

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

opsi-401-releasenotes-upgrade-manual

opsi-401-releasenotes-upgrade-manual opsi-401-releasenotes-upgrade-manual Stand: 01.05.2011 uib gmbh Bonifaziusplatz 1b 55118 Mainz Tel.:+49 6131 275610 www.uib.de info@uib.de i Table des matières 1 Introduction 1 2 Ce qui est nouveau dans

Plus en détail

Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog

Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog Nom de l hôte Adresse IP Fast Ethernet 0/0 Adresse IP Serial 0/0/0 Routeur

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

P R O J E T P E R S O N N A L I S E E N C A D R E

P R O J E T P E R S O N N A L I S E E N C A D R E P R O J E T P E R S O N N A L I S E E N C A D R E INSTALLATION D UN SERVEUR DNS DATE 30/10/2014 DESCRIPTION DU PPE AUTEUR Projet de création d un serveur DNS interne à une entreprise DE CUYPERE Maxime

Plus en détail

Une fois la page chargée, vous devriez vous trouvez sur cette interface :

Une fois la page chargée, vous devriez vous trouvez sur cette interface : 1. Introduction Moodle est une plate-forme d enseignement collaborative en ligne déployée à l Université de Biskra. Elle permet de créer des espaces de cours accessibles depuis Internet où l enseignant

Plus en détail

NFS Maestro 8.0. Nouvelles fonctionnalités

NFS Maestro 8.0. Nouvelles fonctionnalités NFS Maestro 8.0 Nouvelles fonctionnalités Copyright Hummingbird 2002 Page 1 of 10 Sommaire Sommaire... 2 Généralités... 3 Conformité à la section 508 de la Rehabilitation Act des Etats-Unis... 3 Certification

Plus en détail

Personnaliser et adapter SPIP Développeur SPIP

Personnaliser et adapter SPIP Développeur SPIP Personnaliser et adapter SPIP Développeur SPIP En Théorie Le fonctionnement de SPIP Qu est ce que SPIP? SPIP (Système de Publication pour l Internet Partagé) est un logiciel libre destiné à la production

Plus en détail

Avant-propos 1. Avant-propos...3 2. Organisation du guide...3 3. À qui s'adresse ce guide?...4

Avant-propos 1. Avant-propos...3 2. Organisation du guide...3 3. À qui s'adresse ce guide?...4 Les exemples cités tout au long de cet ouvrage sont téléchargeables à l'adresse suivante : http://www.editions-eni.fr. Saisissez la référence ENI de l'ouvrage EP5EJAV dans la zone de recherche et validez.

Plus en détail

WinReporter Guide de démarrage rapide. Version 4

WinReporter Guide de démarrage rapide. Version 4 WinReporter Guide de démarrage rapide Version 4 Table des Matières 1. Bienvenue dans WinReporter... 3 1.1. Introduction... 3 1.2. Configuration minimale... 3 1.3. Installer WinReporter... 3 2. Votre premier

Plus en détail

Installation / Sauvegarde Restauration / Mise à jour

Installation / Sauvegarde Restauration / Mise à jour Installation / Sauvegarde Restauration / Mise à jour SPIP version 1.8.x Serveur (Linux) Jean Sébastien BARBOTEU dev.jsb@laposte.net Introduction Nous allons aborder tous les aspects techniques liés à la

Plus en détail

TME 1 JAVASCRIPT (2 SEANCES)

TME 1 JAVASCRIPT (2 SEANCES) TME 1 JAVASCRIPT (2 SEANCES) 1. EXERCICES DE BASE Créez des fonctions javascript pour : - faire un jeu «plus petit plus grand» qui tire un nombre au hasard que l utilisateur doit trouver en entrant des

Plus en détail