CCntlîïlCS. (Dessin inédit CTAHSÈNE BRIVOTJ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CCntlîïlCS. (Dessin inédit CTAHSÈNE BRIVOTJ"

Transcription

1 -xiiniiii SIXIÈM NNÉ N 287 iiiiiiiiiiiiiiiitiimiiiitiiiiiiitiniiiiiiii iiiiiiiiiiiiimffiiimiihiiuiiiiimin luiujiiit SO CCntlîïlCS ihiiiuuiiiiiiuuiuiiiniihuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiifiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiihiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiii'iiiiiiiitiirtiitiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiistiiiiiiiiii SIMP Je me flatte d'être une parfaite cuisinière, je puis faire tous les plats; si vous voyiez mon livre de recettes.,* e mari. 5/ vous voyiez son livre de dépenses /.., UN SPORT BNÉIR COURS UX MOUTTS iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiruiiiw DÉTI MNOSQU RU SNS NOM Manosque (Basses-lpes), existe une rue sur le nom de laquelle le conseil municipal n'a pu s'accorder. n attendant qu'elle soit baptisée, on vient d'y apposer une plaque neuve avec cette mention savoureuse "Rue sans nom". 26 OUT 1928»»»» (Dessin inédit CTHSÈN BRIVOTJ CBRT CNIN D POORVI Nous avons signalé, voici quelque temps, qu'à Berlin existaient des abreuvoirs spéciaux pour chiens. Mais à Pourville. en Seine-Inférieure, non loin de la plage, on fait mieuxc'est ce " bar moderne ", coquet et amusant à la fois, que voici. TROIS JUNS CHMPIONS OU VUR N'TTWD PS... es baigneuses de Palm-Beach, en mérique, ont lancé, si le mot n'est pas trop fort, un sport nouveau c'est la course aux mouettes. lle consiste à courir après les gracieux biseaux qui pullulent au bord de la mer. t cela constitue un excellent exercice. Ces trois garçonnets de six ans viennent de prendre part, en llemagne, à une compétition de dactylographie avec des concurrents bien plus âgés qu'eux. Ce qui ne les a pas empêchés de se classer en tête. Voilà qui change des fastidieux "bâtons" tracés à l'école. CRRR UN BOC D MRBR MONUMNT PPRIS PHOTOGRPHIQUS POUR COFFRS-FORTS On a, récemment, tiré des célèbres carrières de Carrare, en Italie, ce formidable bloc de marbre qui n'a pas moins de 19 mètres de long, 4 mètres de large et autant d'épaisseur. Il est destiné à la construction d'un stade sportif de Rome, où l'on n'hésite pas à voir grand. b ingénieur new-yorkais vient d'inventer cet indiscret appareil photographique qui, issimulé entièrement dans un coffre-fort, photographie automatiquement toute personne iqxi s'en approche. insi, identifiésans s'en douter, le voleur devient facile à appréhender.

2 iniiiiiir DIMNCH-IUSTRÉ ««uni M M * M M M M 1 l 1 iiiniii«ni«ii«««««««««««««««n««««^^ MJ.M- «' 2 iiihiiiiiuiiitiiiiiiii e N VNT PRTOUT DÈS I««I«H TRIF DÉS BONNMNTS 3 mois t0 Tél. Provence 15-22,23 on 24 - dministration, abonnements 20, rue d'nghien, Paris (X ) - C chèque post. n 5970 ST 26 OUT 1928 iiimiihiihiihiiiuhiiiihiimhhii«ihhimii«ihii««imn'" DIMNCH-IUSTR VNT U NUMÉRO France, Colonies, a 0*50 Belgique.... s si.0*60 1 fr»»< SMDI France,Colonies. 6 fr. Belgicu; 9 fr. Étranger 15 fr. 6 mois Un an 12 fr. 24 fr. 18 fr. 35 fr. 28 fr. 55 fr. Services de Publicité 118, venue des Champs-lysées. Téléphone Élysées à PROBM DS MOTS CROISÉS COMPTOIR ibl IIRIIIBII RIOICIOICIOl BBasa D HHHI1H BSQ fflhhaa aan tsaffloa aaaaaa a \m mm affi ffl ÏISÏÏM asa (SSOD sansa H aoniag o s osarsio m m tsora HiiiKiaa aoa \j\mu aaaaa Goaa aa sns raaa satsasi m Gaaisao m oaaaagaaisfl m -PRIS BIJOUTRI.HOROGRI ORFVRRI DIMNTSD'OCCSION GRNITURS D CHMINÉS CRI ONS,etc,etc Problème proposé Solution du problème paru dans le dernier numéro 1, ragoût de morceaux de viande rôtie; 10, au début d'une affaire; 12, certaine ouverture; 13, figure exposée à l'adoration; 15, dans la miche ; 16, négation ; 17, retraite ou galetas ; 18, coup de pointe d'une épée, jadis ; 21, terminé en pointe ; 22, qui reçoivent une somme d'argent pour faire une chose ; 24, possessif ; 25, sans vêtements ; 26, article ; 28, opéra italien, musique de Rossini ; 31, fait partie de la famille ; 32, prénom masculin ; 33, chez le cordonnier ; 36, rogne ; 38, chez le serrurier ; 40, oiseaux de France ; 42, greffais ; 44, copie conforme d'un acte de l'état civil; 45, ce que je fis à la pilule ; 46, note; 47, terme de négation ; 48, peu consistante ; 49, au monde ; 50, possessif ; 51, fait usage d'une chose pour la première fois ; 52, préposition. 1, ce théologien français fut un mangeur de livres ; 2, célèbre philosophe macédonien { 3, certaine action des pieds sur le sol ; 4, végétal ; 5, pour un mort ; 6, a beaucoup de vagues ; 7, possessif ; 8, ville française ; 9, recueils des traditions légendaires Scandinaves ; 10, ranger sur une ligne droite ; 11, très peu de paille; 14, mot pour un mariage; 17, certaine pomme ; 19, commence l'opération ; 20, sans nous point de demande ; 23, du verbe avoir ; 26, matelot indien ; 27, certain llemand; 29, dans l'océan, c'est le narval ; 30, pour les militaires ; 31, possessif ; 34, conjonction ; 35, celui d'chille est à la jambe; 37, enlevait; 39, plante grimpante ; 40, pour le ballon ; 41, plante à belles fleurs ; 43, bateau pour rivières ; 48, deux lettres de Martin. HORIZONTMNT. rticle sacrifiés jusqu'au 31 oût. Chevalière-cachet Bracelet-montre Prix i 95 Prix I 140 fr., (Gravure offerte.) DISTRCTIONS DU DIMÂMCH pour homme, plaqué or, cadran lumineux, mouvement à ancre, garanti 5 ans. IST DS URÉTS T SOUTIONS DS PROBMS POSÉS DNS MOIS D JUIT Valeur 2S0 fr. Prix Mœe DUOIS, chez M. Herbin, à Vivierau-Court (rdennes) ; Dans le but dilre agréable à notre clientèle, pour tout achat au-dessus de 100 francs, nous reprenons les pièces de 20 fr. pour 100 fr. au lieu de 97 fr. cours officiel. JVos magasina fer-méi le dimanche, sont ouverte toute la semaine, samedi compris. Jusqu'à 20 heures. Plus besoin d'astiquer des heures vos meubles et boiseries pour avoir un intérieur d'une propreté immaculée et d'un brillant durable. M. J. TPPY, 22, rue des Volontaires, Paris ; M. MRCOS FÈVR, villa Marie-Thérèse, Montmorency (Seine-et-Oise) ; M. JN 74 POINTS UIR, 3, rue Docteur-Bornet, Nevers (NièM. JeanBussy, boulevard de la Gare, Chelles vre) ; MUe MRGURIT MNSIOR, 4 avenue (Seine-et-Marne); M. J. aurent, 8, rue d'l- Joséphine, Villemomble (Seine) ; M. MÉDÉ sace, Saint-Germain-en-aye (Seine-et-Oise) ; JOUIN, 34, rue mile-gebhart, Nancy (MeurMme YVONN GUTIR, 42, rue de Rome, Paris ; the-et-moselle) ; M. G. SOURD, 17, rue de Coulmiers, Valence 65 POINTS (Drôme); MUe Girardot, 16, rue du Champ-deMme JMomÉ, 109, boulevard de Grenelle, lle Mars, Paris; M GNVIÈV THIMONIR, 105, Paris ; M^ G. GOUSPY, 12, rue de la Charue Saussure, Paris. pelle, aon (isne) ; M1I OUGIR, 22, rue de 72 POINTS a Reynie, Paris ; M. GNSS, 7, rue FerdiMœe VV Nihart, 58, avenue Wagram,Paris; nand-fabre, Paris ; M. Paul Homo, 6, rue M. JUIN BRIDOUX, à Muret, par rtennes Turbigo, Paris; (isne); M. CoNTRMOUlNS, 14, rue Chappe, Paris; M. R. SOURD, 31, avenue Rapp, Paris ; 71 M. BBUT, 66, rue de Plaisance, Paris ; Mme JUINN HOND, 45, avenue du Général-Horne, Valenciennes (Nord) ; Mlle DITH MIRD, 15, route de Barentin, Pavilly (Seine-Inférieure) ; 70 Mme Paris ; TRUFFIR, 67!S^_V^Polish DVNZ INGÉNIUR POUR MIGRIR iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiitiiiiikiiiniiiiiiiniiu QUI UI SONT NVOYS FR SS CTURS DS QU'S ONT ÉTÉ PUBIÉS ^liiiiiiiaâiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiminmitimiiiuiiiuiinisiiidiiihiijî 77, avenue POINTS mile-zola, dessinateur ou mécanicien spécialisé en automobile Études faciles, attrayantes rapides, chez vous ÉCO SUPÉRIUR D'UTOMOBI POINTS M. MRC RICUT, 6, rue Taylor, Paris; M.. BYRD, 46, rue des ntrepreneurs, Paris ; Mlle igron, 28, rue de Jouy, Viroflay (Seine-et-Oise) ; (]er juillet) Ou SONT ÉRIGÉS CS COONNS? Colonne d'ntoninus, à Rome ; Colonne Trafalgar, à ondres ; Monument, des Girondins, à Bordeaux ; Colonne Vendôme, à Paris ; Monument de la Victoire, à Rouen ; Colonne de Juillet, à Paris. juillet) DVINTT ITTÉRIR Molière, Fourberies de Scapin, acte II, scène XI. Molière a emprunté l'idée à Cyrano de Bergerac, le Pédant joué Que diable aller faire dans la galère d un 1 urc? ]{_ M, r. Denfert Rochereau, PRIS Programme général gratuit N* <S DIMNCH-IUSTR RÉTRIBU S PHOTOGRPHIS POINTS Mlle GRI TRSS, chez Mme DUPONT, 4, rue de l'bbé-niort, Blanc-Mesnil (Seineet-Oise) ; M. V. MRT, 10 ii's, rue de "Sannois, rmont (Seine-et-Oise) ; mployez PRIS ans avaler de drogue, d'une seule partie du corps, du visage, du eorps tout entier. Résultat déjà visible le 5«jour. Citez ce journal en écrivant à IVlme GOURIMIM, 98, Boulevard ugunte-blanqui, Paris, Pharmacie BT, qui envoie gratuitement recette simple, efficace, facile à suivre en secret. POINTS me 69 1TPIVR 66 POINTS 76 POINTS 145 fr. Pendant le mois d'oût il sera fait une RMIS de 10 /osur tous nos articles à l'exception de ceux représentés ci-dessus. IÎn rêve est impalpable... la poudre "Kêvo d'or" est invisible. Se poudrer au "Rôv d'or" est le rêve de toutes les femmes, iiiiiiiiitiiiiitiiiiaiiitl'iiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiifiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiaiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiv Chronomètre-Fleurus Valeur 225 fr. fr. VRTICMNT. Nous publierons, dans le prochain numéro, la solution ce ce problème qui, ns comportant aucun classement, dispense nos lecteurs de nous envoyer leurs solutions. or contrôlé, jolies ciselures, pour homme, argent contrôlé excellent mouvement garanti 3 ans. Valeur ISO fr. _ (\er la Timidité III. (1" juillet) UN MOT SUR DUX es lettres majuscules, appelées capitales en typographie, ont pour but de différencier matériellement certams mots pour appeler sur eux l'attention. 0» (8 juillet) S STTUS D JNN D'RC 1 Orléans ; 2 Compiègne ; 3 Reims ; 4 Pyramides 5 Rouen ; 6 ille. ST VINCU N QUQUS JOURS pir un système inédit et radical, clairement exposé "M dans un très intéressant ouvrage illustré qui est en- fl voré «oïl fermé c,r* 1 f. en timfcres. crire au Drdelà JÊ I Fondation K.NOVN, 12, rut de Crimée. Paris. IV. 64 POINTS M1Ie GRMIN RÂTU, 117, rue de Belleville, Paris ; M. CHRS GRDON, 15, quai Jean-Jaurès, Mâcon (Sa'ône-et-oire) ; M. RNÉ Paris; DUPONT, 149, boulevard Magenta, MM GIOT, 41, rue Cartier-Bresson, Pantin (Seine); M. TRTR, 84, rue de Bagnolet, Paris ; MM TRICNC, 9, rue Jean-Goujon, Cannes (lpes-maritimes) ; MU MRGURIT SSRR, 12, boulevard Voltaire, Issy (Seine) ; M. ouis ROUÉ, 75, rue des Monts-Clairs, Colombes (Seine) ; Mme JN ROU, 42, rue du Cherche-Midi, Paris ; M. PIRR HNNTON, 21, rue Quintaine, Montargis (oiret). Ces lectrices ou lecteurs recevront s une montre portefeuille de voyage, ou un bon orfèvrerie, ou un réveil, ou un chronomètre homme, ou un flacon eau de Cologne grande marque, ou un stylcgraphe " versharp " plume or, ou une paire de boutons de manchettes, ou un portecrayon titre " Fixe ", ou un coffret parfum grande marque, ou un stylomine " versharp". V. (8-juillet) TTRS T MOTS BROUIÉS Ceci est une sage recommandation Ne laissez point vos enfants jouer avec cette serrum VI. (15 juillet) a Marne. PUZZ GÉOGRPHIQU VII. (15 juillet) UN RRUR a pièce se passe sous Charles IX (donc de 1550 à 1574) ; le Champagne n'existait pas encore. Il ne fut inventé par Dom Perignon qu'à la fin du XVII siècle. VIII. (15 juillet) PTIT PROBÈM e premier éleveur avait soixante-dix oeufs et la leuxième, cinquante. IX. (22 juillet) S. de Chardin Ingres. PORTRITS DÉCOUPÉS X. (22 juillet) CHRCHR 'UTUR C'est le titre d'une comédie de Musset, mais la locution vient du Grondeur de Brueys et Palaprat, acte I, scène VI. Pièce jouée à la Comédie-Française en 169

3 tiiiniii) 26 OUT 1928 i"'""«'"u«iiiuiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimhtiiiii mmiuiiuniuuiiiui 8 ihiiiiihiniuiimïiiuiiuiiiùiiiiiiuiiiriiïii iiiimiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiîiii SIXIÈM NNÉ N 287 > * DIMNCH-IUSTRÉ NTR U NOUS journaliste s'est mis en tête dê démasquer les fakirs hindous,qui, naguère encore, attiraient la foule dans les music-halls. Je veux, a-t-il annoncé, démontrer au public que tout le monde peut renouveler les 'miracles" les plus classiques des "grands initiés " de l'inde. Rien de plus facile... Ce ne sont que des " trucs "! Notre confrère est donc apparu, lui aussi, sur les planches d'un music-hall... Il s'était revêtu, pour la circonstance, d'une défroque provenant d'un théâtre où venait d'être repris le Grand Mogol. Mesdames, messieurs, déclara-t-il, je pourrais me présenter à vous comme un priginaire des bords du Gange. Pas du tout Je suis né rue Rochechouart, comme tout le monde. t cependant vous allez voir ce que vous allez voir, c'est-à-dire ce que vous ont présenté, sous couleur de mystère et d'occultisme, des gaillards qui ne sont d'ailleurs pas plus Hindous que vous ou moi. t, retirant son costume, il s'étendit, avec le sourire, sur une planche hérissée de clous pointus il avait l'air, ma foi, de s'y trouver aussi à l'aise que le sybarite sur un lit de roses sans épines. près quoi, il gravit, pieds nus, une échelle formée de lames de yatagans tranchantes comme des rasoirs. Pour varier les plaisirs, il s'enfonça, dans les mains, les bras, les joues, des épingles à chapeau (ça ne se porte plus que de cette façon-là) ; enfin, il termina son numéro en s'insérant dans un cercueil aussitôt clos et scellé où il resta trois quarts d'heure sans paraître incommodé le moins du monde. a preuve, c'est qu'après l'entr'acte, il en sortit, frais et jaune il s'était teint en ocre en disant Rien de tel pour être vraiment chez soi 1 N r RÉFXIONS DU DIMNCH SOYONS U COURNT... OUS les écrivains notoires et les hommes composer ses histoires uniques, où le rire a tou... de l'équipement automatique du secen vue reçoivent, chaque jour, des lettres jours un vivifiant goût d'amertume. teur téléphonique Carnot de gens désireux de connaître leurs habideux autres humoristes méricains ceuxtudes personnelles. Ces correspondants s'informent là - Mark Twain et Frank Stocksonjaisaient premier bureau téléphonique automatique avant tout des conditions dans lesquelles l'homme le mieux rire leurs contemporains quand ils trasera inauguré sur le réseau Carnot, vers en vue accomplit le meilleur travail. Ils s'in- vaillaient le premier, étendu dans son lit et vêtu le 15 septembre. D'ores et déjà, les inspecteurs forment même des mets qu'il absorbe et des vête- d'une robe de chambre à l'ancienne mode; le des services techniques des téléphones proments qu'il porte. cette dernière question, un second, dans un hamac et dictant à un secrétaire cèdent à des essais méthodiques sur chacune humoriste célèbre répondit ainsi " e matin, je tout en sirotant des limonades. des lignes d'abonnés. porte des vêtements du matin; le soir, des vêtehaylith, le fameux essayiste, parlait avec Pour familiariser les usagers avec le nouveau ments du soir;et la nuit, des vêtements de nuit." enthousiasme des bienfaits, pour le style, de système d'exploitation, les services intéressés Quant aux meilleures conditions de travail, ce rapides promenades au grand air. ont pris soin de faire remettre à chaque abonné sont celles qui permettent à chaque cerveau de Schubert écrivit ses plus merveilleux " lieder " du réseau Carnot une notice explicative, indifonctionner avec le plus de fruit. C'est dire que ces à des moments perdus. e plus universellement quant les manœuvres d'appel qu'ils auront conditions sont différentes pour presque tous les admiré fut rapidement noté par lui sur la liste effectuer pour établir leurs communications. individus. des consommations d'un café, alors qu'il attendait ntre les mêmes abonnés du central Carnot, les Metchnikof, l'unjdes plus fameux " chasseurs " un ami.quelle conclusion tirer, sinon qu'il ne'faut relations téléphoniques seront intégralement de microbes, qui découvrit dans le corps humain imiter personne, mais trouver le moment où les automatiques. des cellules hostiles aux germes morbides, pré- pensées et l'inspiration pour quelque travail Pour celles échangées avec les autres centendait poursuivre ses expériences avec plus de que ce soit éclosent et fleurissent, pour en traux encore dotés du système manuel, l'appel succès quand il était entouré de jolies- jeunes captiver les sucs et faire votre petite ou votre émanant de Carnot donnera lieu aux mêmes filles. Pour d'autres, au contraire, cette présence grande abeille. manœuvres que précédemment, cet appel charmante eût été une entrave complète au fonc étant toujours reçu par une opératrice chargée tionnement du cerveau. d établir la communication demandée. Un autre expérimentateur,. Paul Shrlich, f~\ même, si vous devez vous ranger dans la nfin, pour les communications interfaisait toujours jouer de la musjque de danse catégorie des esprits lents, ne Vous croyez pas urbaines et régionales, l'appareil automatique sur des orgues de barbarie derrière les tenu de vous désoler. Vous y serez en très bonne émetteur étant muni d'un cadran, l'abonné de portes de son laboratoire. ntendre cette musique compagnie. Vous y trouverez Pierre Curie, à Carnot obtiendra l'opératrice de l'interurbain naïve et gaie, faisait germer les meilleures idées qui l'on doit la découverte du radium et qui, bien ou du régional en combinant des chiffres indidans son cerveau. des fois, accusa son esprit lent. Charles Stein- qués par la notice explicative remise à chaque Dickens aurait vu l'inspiration le fuir s'ils metz, l'électricien surnommé le " magicien " à usager, du réseau. C'est cette opératrice qui n'avait toujours eu pour écrire les mêmes feuilles cause de son génie mathématique, disait qu'enfant recevra leur appel et établira, comme à l'habide papier, de l'encre bleue et une plume d'oie. il haïssait la table de multiplication qui lui avait tude, la communication demandée. Flaubert, s'il n'avait pu faire passer par " son donné tant de peine à apprendre. gueuloir " ses phrases dorées et bien balancées, Tout le monde sait que le maître d'dison ne... des conditions des prochaines grandes se serait cru perdu. le croyait pas intelligent tant il était lent et, manœuvres Un musicien américain, Stephen Foster, com- semblait-il, balourd. posait ses mélodies dans une pièce silencieuse On pourrait multiplier les exemples, et Ton ministre de la Guerre communique I t ouatée d'épais tapis et de lourdes draperies. terminerait la liste par le grand nom de Moïse a sécheresse persistante et la situation es journalistes, habitués à l'incessant va-et- qui disait au Seigneur Je suis lent de langage sanitaire dans la zone où devaient se dérouler vient des salles de rédaction, aux conversations, et ma langue est pesante " ; et par celui de Marcles manœuvres de la oire ne permettant pas au bruit des machines à écrire et des rotatives, urèle écrivant dans ses méditations " les d'assurer dans de bonnes conditions la controuvent souvent difficile de crayonner leurs hommes ne peuvent admirer la vivacité de mon centration et les évolutions des troupes qui articles dans une atmosphère de paix et de silence. esprit ". Ce qui importe avant tout, ce n'est pas de devaient prendre part à ces manœuvres, cellescourteline avait besoin d'une salle de café saisir, rapidement les choses, mais d'en voir le ci seront remplacées par des manœuvres de et d'une petite table de marbre, qu'avaient recou- fond et de tirer des conclusions personnelles. divisions. Ces manœuvres seront exécutées dans verte des générations de bouteilles de bière, pour FRNCK CRÂN. la première quinzaine de septembre, d'une part, sur les territoires des 4e et 9e régions, sous * la direction des généraux commandant ces régions, par les troupes qui y sont stationnées» renforcées par des éléments de réserve générale} OTR confrère avait deux buts en faisant d'autre part, dans l'ouest de la région parisienne ces expériences pour la lre division de cavalerie. 1 Gagner quelque argent ; UNDI 27 OUT es modifications apportées aux prévisions VNDRDI 31 OUT 2 Guérir le public de sa crédulité. concernant les manœuvres ne modifient en Je suppose que le premier de ces buts a été ever du soleil 5 h. 1 - coucher 18 h. 42. ever du soleil 5 h. 7 - coucher 18 h. 34. rien celles relatives aux convocations de réseratteint... Quant à l'autre, le moins im- ever de la lune 17 h coucher 0 h. 15. une (P.., 2 h. 34). 19 h couch. 2 5 h. 1. vistes. e jour décroît 1 m. matin ; 2 m. soir. portant, peut-être, il a été, j'imagine, e jour décroît 2 m. matin; 2 m. soir. complètement raté. Saint CÉSIR 240 jour et de la convocation des réservistes de Saint RISTID 244e jour n effet, la plupart des spectateurs ne la Marine Courses hippiques à Clairefontaine. Courses hippiques à Clairefontaine, roient pas aux fakirs et leur démontrer que N certain nombre de réservistes de la Marine es miracles des " grands initiés " ne MRDI 28 OUT feront, cette année, une période de 21 jours, SMDI 1R SPTMBR Sont que des farces, c'est prêcher des qui commencera vers le 15 esptembre. ever du soleil 5 h. 2 - coucher 18 h. 40. Convertis. ever du soleil i 5 h. 8 - coucher 18 h. 32. Ces réservistes ont été appelés individuellees autres, ils ont la foi et rien ne la leur ever de la lune 18 h. 1 - coucher 1 h. 17. ment. es convocations leur ont été expédiées ever de la lune 19 h. 37 coucher 6 h. 19. e jour décroît 1 m. matin; 2 m. soir. enlèvera. Jamais ils ne s'écrieront dans la première quinzaine de juin. e jour décroît 1 m. matin; 2 m. soir. UGUSTIN 241 jour -f125. Saint Je vois, je ne crois plus, je suis désatout réserviste de la Marine, non touché par Saint GIS S 245e jour busé!... _ un ordre d'appel individuel, n'aura pas uto-tourisme jusqu'au 1" septembre, le Boxe soirée chez Christmann. Rien de tenace comme une conviction rallye auto-camping Paris-Ilbarritz. effectuer de période d'exercice cette année. qui ne repose sur rien, car il est vain d'oppocourses hippiques à Vincennes et à Dieppe. Boxe soirée chez Christmann.... d'an prochain concours d'emplois à ser des raisons à ce qui est essentiellement Courses hippiques à Vincennes et à Dieppe. irraisonnable. la Caisse d'amortissement DIMNCH 2 SPTMBR Notre homme n'a donc pas désillusionné MRCRDI 29 OUT N concours pour l'admission à l'emploi ever du soleil j 5 h. 9 - coucher 18 h. 30. fin seul de ces irréductibles... Tout au plus de rédacteur stagiaire sera ouvert à la lui ont-ils dit ou fait dire ever du soleil 5 h. 4 - coucher 18 h. 38. ever de la lune 19 h coucher 7 h. 39. direction générale des caisses d'amortissement.e jour décroît 11 m. matin; 2 m. soir. Vous faites de faux miracles parce que ever de la lune 18 h coucher 2 h. 27. et des dépôts et consignations à Paris (56, rue Saint ZR ; 246e jour -f Vous êtes un faux fakir... Mais les vrais e jour décroît ; 2 m. matin ; 2 m. soir. de ille), dans la deuxième quinzaine de akirs font de vrais miracles, qui sont, d'ail- Décoll. de ST J.-BPTIST 242 j novembre thlétisme Match France-llemagne, à eurs, les mêmesl Nombre de places mises au concours vingt. Berlin. Courses hippiques à C\airefontaine. es dames pourront être admises à concourir. Quant à moi, je vous le déclare tout net, Motocyclisme Championnats de France, à es candidats et candidates doivent être je ne crois pas du tout aux fakirs, surtout JUDI 30 OUT Montlhéry. pourvus du baccalauréat et être âgés de dixquand ils sont vrais. eurs histoires, si huit ans au moins et de trente ans au plus le Souvent racontées par des gens qui les ever du soleil 5 h. 5 - coucher 18 h. 36. viron Championnats de France de yole 1er janvier 1928.»nt entendues sans les vérifier, sont les ever de la lune 18 h coucher 3 h. 43. de mer, à Nice. 'indemnité annuelle des stagiaires est de e jour décroît 1 m. matin; 2 m. soir. ieux les plus communs du pittoresque francs. es traitements des rédacteurs Boxe Matinée chez Christmann. Saint FICR 243 jour oriental. vont actuellement de francs à fr, Courses hippiques à Chantilly, à Dieppe n tout cas, leurs tours s'expliquent comme es sous-chefs de bureau ( à fr.) Courses hippiques à Vincennes et à Dieppe. et au Touquet. Ceux de Robert-Houdin, auxquels ils sont, du seront recrutés parmi les rédacteurs ; les chefs de bureau ( à francs) sont reste, bien inférieurs. recrutés parmi les sous-chefs; les chefs de Mais il y a, dans la ViHë-umière, à peu division ( à francs) sont recrutés près autant de jobards qu'à Bénarès... es UJOURD'HUI DIMNCH 26 OUT parmi les chefs de bureau. fakirs ont beau jeu et ceux qui prétendent Une notice contenant le programme détaillé thlétisme e Tour de Paris pédestre. Motocyclisme t a Journée des records les démasquer perdent leur temps même du concours, 1 indication des pièces à produire du Motocycle-Club de France, à rpajon, Boxe Bouquillon contre Vermant, quand la ficelle est grosse comme un câble, et les renseignement relatifs aux traitements à uchel. viron ; Coupe de Paris (skiff) et Championnat de Paris (yole de ne la voient que ceux qui veulent bien est remise ou envoyée aux personnes qui en mer), à Suresnes. Courses hippiques à Deauville, à Vincennes et à Dieppe. la voir, font la demande au directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (service du JN STYO. personnel), 50, rue de ille, Paris (7e). N à SMIN PROCHIN S U à U Î { J

4 Muiiiii DIMNCH-IUSTRÉ niniiiîiuiiiniiiiiiiiiiihiiiiiii 4 iiiiuiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiii»iiiii 26 OUT 1328 SMIN QUI VINT D S'ÉCOUR 34e Semaine de l'nnée Reste à courir 18 semaines VRS SIGNTUR DU PCT KOGG e secrétaire d'état américain est arrivé vendredi à Paris. e traité sera paraphé lundi au Quai d'orsay. D IX ans après que le président Wilson quitta les tats-unis et vint établir, à Paris, avec les alliés, le nouveau statut du monde et l'institution destinée à sauvegarder le maintien de la paix son œuvre ne fut point ratifiée par ses compatriotes de nouveau, un homme d'tat américain, membre du parti qui vainquit le grand président démocrate, est arrivé en France pour signer, avec les principales puissances, y compris l'llemagne, un pacte de renonciation à la guerre. M. Krank Kellog, secrétaire d'tat des tats-unis, a été reçu vendredi à Paris. undi, la cérémonie se déroulera au Quai d'orsay. e traité sera paraphé par toutes les puissances qui avaient été conviées à l'accepter, et dont les plénipotentiaires seront France M. ristide Briand, ministre des ffaires étrangères ; tats-unis ; M. Kellogg, secrétaire d'tat ; Grande-Bretagne, Irlande du Nord, Indes et autres parties de l'mpire britannique n'ayant pas de représentant à la S. D. N. lord Cushendun, membre du cabinet britannique assurant l'intérim du Foreign Office ; ustralie M. le sénateur Marklan, membre du cabinet, délégué à la S. D. N. ; Canada M. Mackensie King, premier ministre ; Union sud-africaine M. D. S. Smith; Nouvelle-Zélande Sir C. V. Parr ; tat libre d'irlande M. Mac Gilligan, ministre des ffaires étrangères ; Belgique M. Hymans, ministre des ffaires étrangères ; Japon le comte Ushida, ministre d'tat ; Tchécoslovaquie M. Benès, ministre des ffaires étrangères ; llemagne M. Stresemann, ministre des ffaires étrangères du Reich ; Pologne M. Zaleski, ministre des ffaires étrangères ; Italie M. Manzoni, ambassadeur Paris. à S ÉCTIONS GRCQUS SONT UN TRIOMPH POUR M. VNIZOS Grèce a voté, dimanche, pour ou contre M. Venizelos.. On sait que le grand homme d'tat, retiré depuis des années de la politique, avait accepté de reprendre le pouvoir pour mettre fin à l'instabilité d'un gouvernement qui ne jouissait pas d'une majorité parlementaire suffisante. Ces élections ont été un triomphe pour lui. Sur 244 mandats, les résultats se répartissent ainsi partisans du gouvernement, 203, dont 186 du parti libéral venizeliste ; opposition, 37, qui se décomposent ainsi union républicaine Papanastasiou, 17 ; parti populaire Tsaldaris, 14 ; parti progressiste Cafandaris, 4 ; parti pengaliste, 2. Quant aux républicains indépendants, ils sont au nombre de4. a débâcle des monarchistes est attribuée surtout à l'antipathie profonde provoquée par la politique personnelle du général Metaxas. Ce dernier a communiqué aux journaux une déclaration annonçant qu'il - se retirait définitivement de la politique. M. Venizelos, après avoir exprimé l'extrême satisfaction que lui donne le résultat des élections, a annoncé des élections sénatoriales au mois de décembre prochain. UN TRRIB OURGN SUR 'GÉRI. Djidjelli cruellement éprouvée, le cyclone a fait seize morts et plus de trois cents blessés. NTR Bougie et Djidjelli, un violent ouragan s'est abattu sur la côte. Une drague, remorquée par un vapeur venant de Marseille et faisant route vers Oran, a coulé à quelques milles du port de Bougie, par suite du mauvais temps. Sur les sept hommes d'équipage, deux seulement ont pu être sauvés. Djidjelli, la tornade a sévi sur toute la ville, principalement sur la presqu'île où sont casernes les tirailleurs marocains, et où se trouve l'hôpital. Des maisons se sont effondrées, des arbres ont été arrachés. e quartier militaire, l'hôpital et la caserne ont gravement souffert. n ville, les écoles sont très sérieusement endommagées, de nombreuses maisons particulières, une dizaine d'usines de Uèges et de salaisons sont détruites ; l'éclairage électrique est anéanti. Il y a deux cent douze blessés civils et cent deux militaires. e nombre des morts est de onze, dont un uropéen. Six cent mille francs actuellement disponibles permettront de faire face aux premiers besoins. es dégâts aux immeubles publics, aux écoles, à l'église, à la mosquée et à la mairie sont évalués à 4 millions ; ceux des bâtiments militaires à ou fr. S 68 NS D M. POINCRÉ M. Poincaré, qui est né le 20 août 1860 à Bar-le-Duc, a accompli sa soixante-huitième année. Cet anniversaire a été célébré, dans l'intimité familiale, au Clos ", à Sampigny, où le président du Conseil se repose en compagnie de Mme Poincaré et de Mme Vve ucien Poincaré, sa belle-sœur. Cette intimité a pourtant été gentiment troublée par la venue d'un petit écolier et d'une petite écolière, apportant des fleurs et interprétant les vœux unanimes de la population de Sampigny. JUM MIITIR UN CYCON FIT 200 MORTS DNS PRTI SUD D'HÏTI Un cyclone d'une extrême violence a ravagé toute la partie sud de l'île d'haïti. De nombreuses petites embarcations ont été coulées ou projetées sur la côte. Des pluies torrentielles, qui accompagnaient la tempête, ont duré plus de vingt heures, tandis que le vent soufflait en ouragan. es plus gros dommages ont été enregistrés dans la périphérie; les villes importantes ont été moins éprouvées. es dégâts sont évalués à plus d'un million de dollars. Deux cents personnes ont péri. perfectionnée d'état-major Marque " STRMB " FORMIDB ORG SUR MURCI N 3. Notre JUM MIITIR perfectionnée d'étatmajor est une excellente jumelle à tous points de vue. Sa monture rigide et résistante est de construction éprouvée, on ne peut faire mieux comme solidité. Quant à son élégance, il suffit de l'examiner avec son gainage en cuir épais et son émail de luxe, pour apprécier combien cette jumelle est fine et gracieuse. Peu encombranteunefois fermée, elle s'allonge doucement par la mollette centrale pour donner toute sa puissance. Son optique est à six lentilles de précision, ses objectifs achromatiques ont 43 millimètres de diamètre et sa portée est de 32 kilomètres. lle est munie de bonnettes creuses très pratiques pour les yeux, de parasoleils à glissières permettant d'observer les objets durant la pluie ou le plein soleil, d'une boussole indéréglable de précision, d'un étui cuir cousu, avec courroie bandoulière et une petite courroie pour porter la jumelle en sautoir. Son prix extrêmement réduit et les conditions avantageuses que nous offrons permettent à tout le monde d'en faire l'acquisition. Un violent orage s'est abattu sur la ville de Murcie et sur une grande partie de la province. Une forte grêle est tombée pendant vingt minutes. es grêlons, étaient tous d'une grosseur extraordinaire. es fameux jardins de Murcie n'ont pas été épargnés et n'existent pour ainsi dire plus. JPON PPROUV 'CCORD NV FRNCO-NGIS. e gouvernement japonais a approuvé, en principe, les termes de l'accord naval anglo-français. a presse, de son côté, accueille, avec surprise, les messages laissant entendre que les tats-unis le jugent préjudiciable à leurs intérêts. e journal Hochi remarque qu'il peut y avoir quelques difficultés à concilier la limitation des croiseurs armés de canons de plus de 6 pouces et de sous-marins au-dessus de 600 tonnes avec la politique navale américaine, mais il loue, néanmoins, le gouvernement japonais d'avoir^donné son approbation à l'accord, en faisant valoir qu'il doit être considéré comme ouvrant la voie à un nouvel effort en vue de conclure un traité de limitation des armements navals. Prix -180 Francs PYBS 15 francs par Mois MISSION FWCTT MSSCRÉ ou au comptant avec 10% d'escompte N 4. Même modèle de qualité supérieure, optique de tout 1 choix, 220 fr., 20 fr. par Mois. er JUMS PRISMS BUTIN D COMMND Marque " STRMB " Veuillez m'adresser votre Jumelle n du prix de... francs que je paierai a raison francs par mois (au gré du souscripteur). a) e premier versement à la réception, rt ensuite e verserai chaque mois au compte de chenues postaux. N N TS. N b) Ou au comptant avec 10 % ff escompte. Nom Prénoms ;,,-, Prolession bu qualité dresse de l'emploi Domicile, ' ' ' Ville ; ;.. 19e. donnant le maximum de clarté GROSSISSMNT 8 fois vec etm cuir jaune, avec courroie tandoulière et courroie-sautoir. Hauteur lermée 106 %. Poids, sans étui 620 gr. vec étui SàO grammes. N 11. Bonne qualité...._ Prix 400.» N. 12. Très bonne qualité s N" 13. Qualité supér., choix extra... OO.» Payables 3Q, 4P ou 50 fr. par MOIS MODÈS SUPÉRIURS VC GRNDS OBJCTIFS N" 14. Bonne qualité.. Prix 60.» N" 15. Qualité supér., choix extra. 00. a Payables 40 ou 50 francs par MOIS NVOI FRNCO DU CTOGU GÉNÉR remplir et à adresser à la Maison Pierrp-STRMB, es Sables-d'Olonne 'Vendée; IQNTURB Raver Us mentions inutiles. PR S INDINS U BRÉSI n vue de vérifier les informations contradictoires publiées sur le sort du colonel Fàwceït, de son fils et de leur compagnon Rimell, disparus dans la jungle-brésilienne en mai 1925, une expédition, à la tête de laquelle se trouve le commandant Dyott, quitta Rio de Janeiro, en mars dernier. Cette expédition, mieux équipée que ne l'était celle de Fawcett et munie, notamment, d'un appareil de T. S. F., s'est enfoncée en pleine jungle. e message qu'elle a adressé au sénateur brésilien Vasco bren, à Rio de Janeiro, ne laisse aucun doute sur le sort de l'explorateur britannique et de ses deux conipàjmons. 'expédition Fawcett a péri sous les coups d'indiens hostiles, en juillet MMNTO GION D HONNUR 18 août. 'abbé Gustave Dusserre, curé doyen d'ltkirch, est nommé chevalier de la égion d'honneur, par décret rendu sur la proposition de M. Painlevé. «., / 9 août. M. oucheur remet la croix à un rnaréchalferrant du Pendno, près de Saint-Brieuc, M. Mathurin Rouxel, âgé de quatre-vingt-deux ans. ÉTRNGR 19 août. ord Haldane, ancien ministre de la Guerre de Grande-Bretagne, meurt à Cloan (comté de Perth), à l'âge de soixante-douze ans. Il avait été l'organisateur de l'armée territoriale britannique. 20 août. e maréchal Pilsudski arrive à Bucarest, où il sera l'hôte pendant un mois d'un ancien député, le docteur Skupiewski. es rebelles mexicains attaquent la ville d'uruapam et sont repoussés par les soldats, en laissant des morts sur le terrain. es inondations du Chantoung ( auraient causé la mort de dix-huit cents personnes et détruit trentedeux mille maisons. 21 août. Deux étudiants de Neufchâtel, MM. euba et Ramond, disparus depuis le 15 août, sont retrouvés morts sur un glacier, à mètres d'altitude. 22 août. Gene Tunney, champion du monde do boxe, arrive à Plymouth, à bord du Mauretania. Une bombe explose à iège sous les fenêtres du consulat d'italie. Pas de victimes. PRIS 19 omit. Deux enfants, les petits Robert Dijoux, quatre ans, et ndré Bardin, quatre ans et demi, sont blessés par un coup de revolver tiré par un ivrogne, l'rabe Kechir mar, que la foule lynche. es bambins, dont l'état n'est pas grave, sont transportés à l'hôpital Trousseau. 20 août. Sorti de prison six mois plus tôt, un financier marron, Charles Peyrie, dit de Prals, avait monté une nouvelle affaire. n quatre mois, il avait recueilli francs de clients de la région parisienne et fondé une succursale à Pau. Il disparaît août. Un jeune remisier libre, lphonse Dieudonné, vingt-sept ans, qui avait escroqué 1 million à ses clients et disparu, est arrêté à Courbevoie. 22 août. Maurice Darras, plongeur, est attaqué, dans le taxi qui l'emmenait à Sceaux, par deux individus complices du chauffeur, assommé et dévalisé. On recherche ses trois agresseurs. DÉPRTMNTS 21 août. Troyes, pendant que son fils et son mari dormaient, Mme évy ouvre le robinet à gaz et meurt asphyxiée avec eux. Grâce à la collaboration d'une banque allemande, un trio d'escrocs, les nommés lessi, Palmerî et Hugues Conti, sont arrêtés par la sûreté marseillaise. 22 août. Une bagarre a lieu au Havre entre camionneurs grévistes et non grévistes. Trois blessés. SPORTS 19 août. a Fête de l'au remporte un triomphal succès. Vandeplancke et Mlle edoux, l'un et l'autre de Tourcoing, gagnent la Traversée de Paris à la nage. es épreuves d'aviron reviennent à la S. N. Marne, au C. N. Paris, au C. N. R. Bruxelles, à la Ruche Sportive. Une nageuse anglaise, miss Ivy Hawke, réussit la traversée de la Manche, du cap Gris-Nez à Hape Point, près de Douvres, en 17 h. 15. Budapest, ucien Michard, renouvelant sa victoire de l'an dernier, gagne le Championnat du monde cycliste de vitesse, en battant Faucheux en finale. e Belee Bonduel gagne le Critérium des iglons, disputé sur fe parcours Paris-Tours-Vichy. Necklace gagne le Prix Morny à Deauville. 20 août. e Championnat du monde de demi-fond, couru à Budapest, est gagné par l'llemand Sawale, battant de 150 m. le Français Br!au. PÉNIBS MNIFSTTIONS ROM U RTOUR DS ÉTUDINTS ITIiNS _ e retour des étudiants italiens ayant participé aux Jeux Olympiques universitaires-de Paris a donné lieu à une nunifestation pénible à l'égard des relations franco-italiennes. ussitôt les universitaires débarqués du train, un cortège s'est formé. Il a défilé dans les rues en chantant et poussant des cris hostiles a la France. Sur la place Colonna, le cortège s'est massé sous le balcon du cercle de la presse pour entendre un discours du secrétaire général du parti fasciste, M. Turatti, 'orateur a félicité les étudiants de leurs succès aux Jeux. Il a ajouté à ses éloges des appréciations ironiques et des diatribes à l'égard de la France. «Pays de toutes les libertés, a-t-il dit, qui peut revendiquer la honte d'avoir foulé aux pieds tous les devoirs de l'hospitalité!» Il a loué ses auditeurs d'avoir montré de quor ils étaient capables en portant au cceuf du communisme l'affirmation de leur fol fasciste et, en terminant, il a envisagé une bataille prechaine entre la civilisation fasciste et l'autre "

5 nmik'i 28 OUT 1928»wm«tHmwimi»ui itiiiiiiiiiiitiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiii S miiiiiiiiiiii 5 iiiiiiiitiiiiiiniiiiiiiiiimiiiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiuiiihiuiiiiiiiiiiiiiiii ROMNS D DIMNCH-IUSTît iiiiniit. VI T VIG-BRUN, PORTRITIST T MMORIIST par 'DM OUIS-ISBTH VIGÉBRUN a quitté une cour qui l 'ido- lâtrait pour prendre le chemin de l'exil. lle a connu plusieurs révolutions et plusieurs changements de régimes ; elle est passée de l'aisance à la gêne et elle a écrit, sur cette existence qui fut le plus bariolé des romans, des Souvenirs charmants, agrémentés d'alertes silhouettes de tous les grands personnages qu'elle a approchés, tant à Versailles qu'à Rome et qu à la cour de la grande Catherine ; Souvenirs, d'après lesquels nous allons tenter d'évoquer la figure de cette artiste, aussi attachante que gracieuse, portraitiste des princes par la plume et par le pinceau. GSTON DRYS Mme ouise-lisabeth Vigée-ebrun a traversé des temps extrêmement troublés ; elle a subi les alternatives les plus singulières. lle a vécu adulée, à cette époque dont elle a dit " es femmes régnaient alors, la Révolution les a détrônées. J Pierre III, de plusieurs autres grands person- la peindre chez elle. lle communiqua à tout nages russes, reçoit ce qui s'avérait une ce qui l'entourait son extrême bienveillance éclatante consécration la visite de la célèbre pour mon jeune talent, en sorte que je ne Mme Geoffrin, qui accueillait dans son salon tardai pas à recevoir la visite de la grande et tout ce qui avait un nom à Paris, par les talents, belle comtesse de Brionne et de sa fille, la par la gloire ou la naissance. princesse de orraine, qui était extrêmement a jeune fille gagnait des sommes assez jolie, puis, successivement, celle de toutes les me É et morte à Paris, M Vigée-ebrun vit importantes, mais qui ne suffisaient point, grandes dames de la cour et du faubourg le jour rue Coq-Héron, le 16 avril 1755, cependant, aux dépenses de la maison, nous Saint-Germain.» dans l'année même où naissait, à Vienne, cette confie-t-elle. Des petits-maîtres, des seigneurs de la cour archiduchesse Marie-ntoinette dont elle de«j'avais, en outre, à payer la pension de venaient également se faire peindre chez la vait tant de fois reproduire les traits. Son père, qui avait acquis une certaine renommée de pastelliste, exposait à l'cadémie de Saint-uc, puissante association, d accès assez difficile, qui groupait les artistes et qui fut l'origine de nos Salons. ouise-lisabeth montra une vocation précoce. On me mit au couvent à l'âge de six ans, écrit-elle dans ses Souvenirs. J'y suis restée jusqu'à onze. Dans cet intervalle, je crayonnais sans cesse et partout. Mes cahiers d'écriture, et même ceux de mes camarades, étaient remplis à la marge de petites têtes de face ou de profil ; sur les murs du dortoir, je traçais avec du charbon des figures et des paysages aussi, vous devez penser que j'étais souvent en pénitence. Puis, dans les moments de récréation, je dessinais sur le sable tout ce qui me passait par la tète. Je me souviens qu'à 1 âge de sept ou huit ans je dessinai à la lampe un homme à barbe, que j'ai toujours gardé. Je le fis voir à mon père qui s'écria, transporté de joie Tu seras peintre, mon enfant, ou jamais il n'en sera. " Son père avait tant d'esprit naturel qu'on allait se faire peindre chez lui autant pour le plaisir de sa conversation que pour rendre hommage à son habileté de pastelliste. Un jour qu'il travaillait au portrait d'une jolie femme, il s'aperçut qu'elle faisait une moue désagréable pour que sa bouche parût plus petite.. Ne tourmentez point ainsi vos lèvres, dit-il. Si vous le désirez, je ne vous ferai pas de bouche du tout! ouis Vigée décéda en Il avait avalé une arête de poisson et les incisions que le chirurgien fit pour l'enlever de son estomac, provoquèrent des ulcères mortels. ouise-lisabeth n'avait que treize ans. Un ami de son père, le peintre Doyen, l'engagea à continuer ses études de peinture. lle alla dessiner chez le peintre Briard, qui logeait au ouvre. Pour pouvoir travailler plus longtemps, elle dînait à l'atelier et un des portiers du ouvre lui vendait des portions de boeuf mode si bien cuisiné, qu'elle avoue n en avoir jamais savouré de meilleur. Sa mère la conduisait au palais du uxembourg, où il y avait de très beaux Rubens et des tableaux de grands maîtres qui, depuis, ont été placés au ouvre. lle 1 accompagnait dans tes visites qu'elle faisait aux collections particulières, chez le duc de Praslin, chez le marquis de évis, au Palais-Royal, qui abritait des merveilles réunies par le Régent, et particulième RPRODUCTION D'UN PORTRIT D M VIGÉ-BRUN, peint* par elle-même. rement riche en œuvres de l'école italienne, dispersées pendant la Révolution et vendues en grande partie à lord Stafford. mon frère, ses habits, ses livres, etc. Ma mère jeune et gracieuse artiste. Mais ils avaient para jeune fille faisait des copies, étudiait pas- se vit donc obligée de se remarier. lle épousa fois une arrière-pensée. MUe Vigée savait se sionnément la manière de chaque artiste et se un riche joaillier que jamais nous n'avions soup- protéger contre eux de la plus spirituelle livrait à de fructueuses confrontations, toute çonné d'avarice et qui, pourtant, sitôt après son façon. frémissante d'enthousiasme. mariage, se montra tellement avare qu'il nous «Dès que je m'apercevais qu'ils voulaient «Mes progrès étaient si rapides, dit-elle, refusait jusqu'au nécessaire, quoique j'eusse me faire des yeux tendres, je les peignais à que l'on commençait à parler de moi dans le la bonhomie de lui donner tout ce que je regards perdus, ce qui s'oppose à ce que l'on monde, ce qui me valut la satisfaction de gagnais. Joseph Vernet en était furieux. Il me regarde le peintre. lors, au moindre mouveconnaître Joseph Vernet.» conseillait sans cesse de payer une pension et ment que faisaient leurs prunelles de mon côté, Il lui donna quelques conseils qui se ré- de garder l'excédent pour moi. Mais je n'en je leur disais J'en suis aux yeux I» ' sument ainsi, et dont les débutants de notre fis rien je craignais trop qu'avec un pareil e beau-père de Mlle Vigée n'était pas seuleépoque peuvent faire leur profit Ne suivez harpagon ma mère n'en souffrît.» ment avare, il était encore sottement ombraaucune école, étudiez les grands maîtres et, Ce qui chagrinait le plus la jeune fille, c est geux. es hommages que sa femme et sa bellesurtout, appliquez-vous le plus possible à que cet homme, qui avait si--bien dissimulé fille recevaient, quand elles paraissaient aux suivre la nature, qui est le premier des maîtres. V sa sordide passion, portait tous les habits de son promenades à la mode, aux Tuileries, au ouise-lisabeth eut bientôt beaucoup de père, qui n étaient/ point à sa taille, sans même Wauxhall du boulevard du Temple, ou bien commandes de portraits. les avoir fait retoucher. De voir sur le dos du autour du lac du Colisée, aux Champs-lysées, «Ma jeune réputation, dit-elle, m'attirait sinistre avare les habits d'un père chéri, elle le enflammaient sa jalousie maladive. II les exila la visite d'un grand nombre d'étrangers.» détestait encore plus énergiquement. pendant tout un été dans une maigre bicoque Nous croyons que l'exemple est unique lle s'en fut loger chezsonbeau-père, dont les de Chaillot, entourée d'un jardinet sans d'une artiste-peintre de quinze ans en posses- fenêtres donnaient sur le Palais-Royal. a ombrage. lles purent, heureusement, faire sion de la faveuf publique. duchesse de Chartres, qui se promenait sou- quelques promenades aux environs. Un jour, lle exécute le portrait du célèbre comte vent dans le jardin, remarqua la jolie Mlle Vigée. dans le parc de Marly, elles rencontrèrent la «a duchesse me fit demander pour aller reine, entourée de quelques jiunes beautés Orloff, colosse richissime, un des assassins de N vêtues de mousseline blanche. M1Ie Vigée crut à une apparition féerique. «J'étais avec ma mère et je m'éloignais, conte-t-elle, quand la reine eut la bonté de m arrêter, m engageant à continuer ma promenade partout où il me plairait.» protection de la reine servit merveilleusement la renommée de Mme Vigée-ebrun. lle lui dut sa réception à l'cadémie de peinture et de sculpture, qui eut lieu sans scrutin, tandis que le même jour, Mme abille-guiard, sa rivale, était élue dans les formes les plus régulières. Mme Vigée-ebrun se garde bien de souffler mot de ce passe-droit au cours de ses Souvenirs, où elle ne nomme mêrre point Mme abille-guiard, peintre Utitré ce Mesdames de France. lle savait adroitement préparer le succès. lle ne manquait jamais l'occasion de faire le portrait des personnes en vue. lle fit don à l'cadémie des portraits du cardmal de Fleury et de a Bruyère. D'lembert, secrétaire perpétuel, lui adressa une lettre de remerciements d'une courtoisie raffinée " a Compagnie, désirant de répondre à un procédé aussi honnête que le vôtre de la manière qui peut vous être le plus agréable, vous prie, mademoiselle, de vouloir bien accepter vos entrées à toutes ses assemblées publiques. " Son beau-père ayant quitté son commerce de joaillerie, M1Ie Vigée s'en fut habiter, rue de Cléry, à l'hôtel ubert, qui appartenait à M. ebrun, peintre, et surtout marchand de tableaux. Ce M. ebrun prêtait des tableaux de maîtres pour qu'elle pût les copier. u bout de " quelque temps, il demanda sa main. a mère de la jeune artiste manquait décidément de perspicacité. lle avait cru épouser un bourgeois opulent et généreux et n'était tombée que sur un grippe-sou. lle s'imagina que ce M. ebrun possédait une grosse fortune et poussa sa fille à l'épouser, malgré une différence d'âge sensible. utant pour fuir un beau-père atrabilaire que par déférence pour les avis maternels, ouise-lisabeth se laissa marier, mais sans aucun enthousiasme, si bien qu'elle se demandait, en allant à l'église, si elle dirait oui ou si elle dirait non. e mariage demeura secret pendant quelque temps, parce que M. ebrun avait vaguement promis d'épouser la fille d'un Hollandais avec qui il était en relations d'affaires. Ignorant que l'union était célébrée, et croyant qu'il ne s'agissaitencorequed'unprojet, toutes les amies de l'artiste, qui n'avait pas encore vingt et un ans, la conjuraient de ne pas épouser M. ebrun, si elle ne voulait point être malheureuse. «Ce n'est pas qu'il fût un méchant homme, nous dira-t-èlle elle-même, son'earactère offrait un mélange de douceur et de vivacité. Il était d'une grande obligeance pour tout le monde, en un mot assez aimable ; mais sa passion effrénée pour les plaisirs, jointe à la passion du jeu, ont causé la ruine de sa fortune et de la mienne,' dont il disposait entièrement, au point qu'en 1789, lorsque je quittai la France, je ne possédais pas vingt francs de revenu, après avoir gagné, pour ma part, plus d'un million. Il avait tout mangé.» Tel était l'époux, dont une mère qui souhaitait un fructueux établissement, avait doté Mue Vigée... M. ebrun vécut aux dépens de sa femme, dont il percevait tous les honoraires. Il voulut même qu'elle donnât des leçons, pour augmenter ses ressources. lle y renonça bientôt parce qu'il y perdait un temps qu'elle eût pu employer plus précieusement, en peignant des portraits. es commandes affluaient. Tout le monde voulait se faire peindre par le peintre de la reine. Son premier portrait de Marie-ntoinette date de lle en fit beaucoup d'autres, et des copies de ceux-ci, jusqu'en lle a laissé dans ses Souvenirs un joli croquis de la souveraine " lle était grande, admirablement bien faite, assez grasse sans l'être trop. Ses bras étaient superbes, ses mains petites, parfaites de forme, et ses pieds, charmants. lle était la femme de France qui marchait le mieux, portant la tête fort élevée, avec une majesté qui faisait reconnaître la souveraine au milieu de toute sa cour. " Mme Vigée-ebrun insiste sur l'incomparable éclat du teint " Je n'en ai jamais vu d'aussi brillant, car sa peau était si transparente qu'elle prenait point d'ombre. ussi ne pbuvais-je en rendre l'effet à mon gré les couleurs me manquaient pour peindre cette fraîcheur, ces tons si fins qui n'appartenaient (ire la suite page 15,3' colonne.)

6 aiiiiinï DIMNCH-IUSTRÉ»' lïsiwinîiïi ïm iiiiiiiiiiiiiuïiiiiiniiii S " '»" 6 iiiiiimiiiiimiiiiiini CONTS iiiiiiiiiiimiiuii ÉON mu MBRY C'est un superbe joyau qui suscite l'envie des hommes, mais une mystérieuse légende veut qu'il ait porté malheur à tous ses propriétaires successifs.. Où s'arrêteront la tragique influence du diamant maudit et les drames qu'elle provoque? J loin. Peut-être trouverons-nous un passage entre ces escarpements! Il m'en coûte de rentrer au camp sans avoir rien découvert. Soudain, Paul, qui marchait en avant, s arrêta. Père! s'écria-t-il, voilà qui est curieux... On dirait un tunnel!... e savant le rejoignit en quelques enjambées. Une excavation s'ouvrait dans la muraille granitique et s'enfonçait dans ses profondeurs. C'est, en effet, curieux! murmura le minéralogiste qui examinait attentivement l'ouverture. On croirait qu'il s'agit d'un éboulement; et, pourtant, il y a là un travail humain. Ou je me trompe fort, ou des nègres ont aidé la nature. Ce passage souterrain mène évidemment quelque part. Il y a des chances pour qu'il traverse la montagne. Mais alors... nous n'avons qu à le suivre! Nous trouverons ainsi l'autre versant! C'est assez probable! mais il serait imprudent de nous aventurer dans cette cave sans être armés et éclairés. Retournons au camp. Nous prendrons nos lampes de poche et nos revolvers! es deux voyageurs revinrent sur leurs pas et trouvèrent les Cafres immobiles, le regard fixé sur l'horizon. Ils tournaient le dos à la montagne, embrassant de l'œil le chemin parcouru. lendemain, de bonne heure, Rudier fit lever le camp. Il donna immédiatement. Debout! Kanéa, dit l'explorateur, nous l'ordre du départ afin d'arriver au pied allons transporter le camp plus loin! Toi... missié, vouloir passer montagne? de la montagne avant la forte chaleur. Contrairement à ce qu'il craignait, lçs Cafres ne firent interrogea le Cafre ; ça, pas bon "? Y a beauaucune observation. Kanéa, le veilleur, hésita coup chemin pour tourner autour. Nous ne tournerons pas, Kanéa! une minute avant de partir, puis suivt ses e noir ne répondit rien. idé de ses compacompagnons. es premières heures ne furent marquées gnons, il plia la tente. es paquets furent distribués et, sous la par aucun incident. e pays, de plus en plus conduite de Paul, la petite troupe se remit en sauvage, était tranquille. es Cafres ne parlaient pas. Ce lieu, évidemment, les impres- marche. e trajet était court, mais les Cafres marsionnait. Sans la crainte de perdre leurs gages et, peut-être, d'essuyer des représailles, ils chaient de si mauvaise grâce que l'on mit quelque temps à le parcourir. e voisinage de eussent volontiers abandonné le savant. la montagne les impressionnait I Vers neuf heures, la montagne était assez prorrivés à l'entrée du tunnel, ce fut bien pis. che pouf que l'on pût voir nettement son Kanéa lâcha le paquet qu'il portait sur la contour. tête et ci, fort heureusement, ne contenait Ce versant a l'air impraticable, murmura rien de l. -gile. Ses yeux tournaient dans leurs Rudier, il faut que j'interroge Kanéa. orbites ; il dit d'une voix étranglée par la peur Il donna l'ordre de s'arrêter et s'approcha Missié... y a pas bon!... Ça y être li trou du Cafre. * di sorcier!... Y a pas bon du tout! Peut-on monter de ce côté? demanda Rassure-toi, Kanéa, fit tranquillement t-il. M. Rudier. e sorcier ne viendra pas 1 Nous Moi, pas savoir, répondit Kanéa, jamais avons nos revolvers chargés! tu n as rien à pauvres Cafres venir si loin! craindre! Demain, je franchirai le tunnel avec e savant fit reposer ses hommes, puis, au mon fils. Si tu as peur de me suivre, tu resteras bout d'une demi-heure, il reprit sa marche. ici! Que disent tes compagnons? onze heures, on était au pied de la monux pas ux... pas contents, missie tagne. aimer Touala... ux pas vouloir entrer dans Cette fois, Rudier fit dresser la tente, décidé ii montagne!... Ça missié... pas être tunnel... à camper en ce lieu. ça y être li trou di sorcier!... Kanéa était visiblement inquiet ; ses compa C'est bien, Kanéa... nous verrons degnons s'interrogeaient du regard. 'endroit main! Pour l'instant, dresse la tente! nous n'avait pourtant rien d'effrayant. On ne voyait aucune trace de village et les uropéens coucherons ici! Toi, missié... pas vouloir partir? n'éprouvaient, pour leur part, aucune inquié Non, Kanéa, fais ce que je te dis! tude. On prépara le- repas qui fut mangé de e guide obéit, mais il échangea avec ses bon appétit, puis chacun s'étendit pour la compagnons quelques mots qui eurent sur sieste. eux un effet magique. Une frayeur intense se orsque la plus forte chaleur fut passée, peignit sur leurs traits et Paul commença à Rudier partit avec Paul, laissant le campement douter de leur fidélité. à la garde des Cafres. Il voulait examiner de, Pas moyen de s'entendre avec ces malheureux! dit-il à Paul. Us ont la tête bourrée de légendes qu'ils se transmettent d'une génération à l'autre et..qu'ils prennent pour la réalité. lors, d'après toi; ce sorcier?... N'existe pas!... Ou, s'il a existé, on a brodé sur son compte des récits fantastiques. Il y a beaucoup de sorciers chez les nègres. Ils leurs tiennent lieu de prêtres et de médecins et se font vite une réputation par de grossiers tours de passe-passe que la foule, peu exigeante, prend pour des miracles. S'il fallait retourner sur ses pas chaque fois que 1 on entend parler, d'un sorcier, on n'irait pas loin en frique! D'ailleurs, devant un révolter chargé, le pire sorcier devient doux comme un agneau. Nous avons des cartouches en suffisance ; Touala, s'il existe, tâchera de nous avoir pour amis. yant dit ces mots, le savant s'enroula dans sa couverture sans la moindre appréhension et se disposa à dormir. Paul l'imita et, lui ayant souhaité une bonne nuit, ne tarda pas à s endormir d'un profond sommeil. * * * près la montagne afin de voir par lui-même si l'ascension-en était possible. Il ne tarda pas à se rendre compte que son impression première était la bonne. e versant, à peu près abrupt, était partout impraticable. Dommage!... dit-il, que nous ne trouvions aucun sentier ; il y a là-haut des rochers qui présentent beaucoup d intérêt. Il nous reste la.ressource de les contourner! remarqua Paul. Faible ressource!.. Cela nous entraînera fort loin et les Cafres ne nous suivront pas! Cette histoire de sorcier leur a troublé la tête. Ils sont persuadés que derrière le massif se cache un danger mortel. Ils ne le franchiront pas! Qu'allonsrnous faire? Je me demande 1-Poussons un peu plus niiiii 26 OUT 1928 MUDIT professeur Rudier, le célèbre miné- ralogiste, ayant parcouru dans le Sud-fricain les montagnes dunieuweveld et - du Drakensberg, dans lesquelles il avait fait d'intéressantes découvertes, s'était décidé à pousser plus loin ses investigations. près's'être équipé pour un long voyage dans des régions mal connues, il avait quitté le Cap avec son fils Paul, âgé de seize ans, et une escorte de six Cafres. Cette région est d'une richesse minérale peu commune et Rudier espérait augmenter, cette fois encore, sa collection. n excursionnant chez les Bochimans et chez les Bachoutos, en parcourant le Transvaal, l'orange et le Natal, \\ avait récolté de l'ambre, du corail, de l'or en pépites et même des diamants. Cela ne lui suffisait pas ; il voulait, dans l'intérieur des terres, se livrer à d'intéressantes études sur les rochers et découvrir quelques spécimens nouveaux. 'entreprise n'était pas sans danger. Il eût été plus sage, peut-être, de ne pas y associer son fils ; mais Paul n'était plus un enfant. Il avait insisté, d'ailleurs, pour que son père l'emmenât. C'était un garçon robuste, qui ne craignait pas la fatigue. Plus d'une fois, dans des situations périlleuses, il s'était montré d'un courage au-dessus de son âge. De plus, il aimait passionnément son père et s'intéressait à ses travaux. a caravane avait parcouru sans encombre, depuis plusieurs jours, un pays merveilleusement, fertile,, lorsque, soudain, le paysage changea. es terres cultivées s'espacèrent, puis disparurent tout à fait. à-bas, très loin, une montagne barrait l'horizon. C'était vers elle que se dirigeait Rudier. Son instinct de chercheur lui disait qu'il trouverait là des pierres, les quartz, les silices qu'il aimait. es Cafres, qui jusqu'ici avaient été très dociles, commencèrent à donner des signes d'inquiétude. Ils parlaient entre eux presque à voix basse et se retournaient en soupirant. Cette allure finit par intriguer Paul qui avertit son père. Rudier haussa les épaules. Bah! fit-il, ne t'en occupe pas! Ces gens-là sont superstitieux au possible! Il doit y avoir quelque légende sur cette région un sorcier, un mauvais esprit, que sais-je? e mieux est de ne pas y faire attention. Ils attendent une question, ne la posons pas! a marche continua. la tombée du jour, on s'arrêta sans avoir atteint le but. Rudier donna l'ordre de dresser la tente. es Cafres, plus taciturnes que jamais, obéirent. e travail accompli, ils s'assirent en rond et mangèrent leur repas. Paul et son père, installés sous la tente, les regardèrent. Qu'ont-ils donc? murmura Rudier. Cette fois, cela dépasse les limites! Il faut que ces pauvres gens aient entendu raconter sur ce pays de bien sottes histoires. Demain, dit Paul, nous atteindrons le pied de la montagne et leur peur sera passée. moins que les génies qu'ils redoutent ne nous aient joué quelque mauvais tour. r--oh! pour cela, je suis tranquille. e père et le fils parlèrent d'autre chose et terminèrent leur repas sans plus s'occuper de leur escorte. a nuit venait, une nuit superbe qu'éclaira bientôt un magnifique clair de lune. Des milliers d'étoiles brillaient dans îè ciel. llons voir ce que deviennent! nos gens 1 dit Rudier, et il sortit de la tente. Paul le suivit. Dehors, les Cafres, enroulés dans une sorte de burnous, s'apprêtaient à dormir ; l'un d'eux veillait auprès d'un grand feu, par crainte des bêtes. e Français s'approcha de lui. h bien 1 Kanéa, demanda-t-il, tout va bien? Non, missié... pas bien du tout, répondit l'homme, nous pas contents! Pourquoi n'êtes-vous pas contents? Parce que... missié, toi vouloir mener pauvres Cafres au Grand Sorcier. - Qu'est-ce encore que cette histoire? T Pas d'histoire, missié... Derrière montagne, il y a Touala!... ;.Qui appelles-tu Touala? s ui Grand Sorcier! Missié... Pas bon voir Touala!... ui faire manger pauvres Cafres par les serpents!. llons! bon... Il n'existe pas, ce Touala! Qui l'a vu? pas toi, bien sûr? Non, missié... si voir Sorcier.'pas pos-r sible revenir!... ui garder prisonnier I ui tuer pauvres Cafres!... Rudier'haussa les épaules et rentra scus la tente. mu D'CTION D / M N T par IIIIIIIMPIIIIMIIIIIIII [ '** *.. soirée se passa sans incidents. Toutefois, les Cafres parlèrent entre eux beaucoup plus que de coutume. près le repas du soir, le campement fut organisé pour la nuit. On alluma, comme d habitude, un grand feu près duquel l'un des porteurs veilla ; puis chacun s'enroula dans sa couverture et se prépara à dormir. Il était environ deux heures du matin lorsque Rudier se réveilla.- Il sortit de la tente et passa l'inspection du camp comme cela lui arrivait chaque nuit. e feu était presque éteint, nul veilleur ne l'entretenait. Saisi d'une vague inquiétude, le savant s'approcha des dormeurs ; ils n'étaient plus que deux! Quatre d'entre eux avaient disparu I Kanéa et un Cafre, nommé Nanka, reposaient côte à côte. Rudier ranima le feu, puis frappa sur l'épaule du guide qui, seul, parlait un mauvais français. Missié... Qu est-ce que c est?... interrogea Kanéa, réveillé en sursaut en se frottant les yeux. Où sont tes compagnons?... Moi pas savoir, missié... eux partis, pitêtre!... à cause de Touala I e Français jugea inutile d'insister. Il connaissait son homme et savait qu'il n'en tirerait rien de plus. Surveille le feu! dit-il. Dans une heure, Nanka te remplacera. t il regagna sa tente. a situation se compliquait, mais il n'était pas homme à renoncer à ses projets. Qu'était-ce, après tout, que la défection de quatre noirs? On était arrivé au but du voyage ; un certain nombre de colis pouvaient être laissés. Il était bien résolu à ne pas abandonner l'entreprise. e lendemain, de bonne heure, Rudier et son fils étaient debout. près un repas succinct, tous deux s'équipèrent en vue de l'expédition projetée. Munis de leurs lampes de poche, le revolver à la main, ils s'engagèrent résolument dans le tunnel. Kanéa et Nanka les regardèrent, en frissonnant, disparaître dans les profondeurs de la montagne. On ne leur avait rien demandé. Rudier savait bien qu'ils ne le suivraient pas. e père et le fils avançaient avec précaution, 1 un derrière l'autre, car le couloir était étroit. Toutefois, c'était bien d'un tunnel qu'il s'agissait. à-bas, très loin, un rond de jour en indiquait la sortie. Nous sommes en bon chemin, dit Rudier, la montagne sera bientôt franchie, et j'ai tout lieu* de croire que nous ne regretterons pa3 nos peines. Il est possible que ce soir nous rapportions au camp de précieux échantillons. Notre excursion aura un double avantage, remarqua Paul, car nos porteurs, en nous voyant revenir, se convaincront que leur sorcier n'existe pas! C'est peu probable! Je doute fort qu'ils consentent à nous suivre, mais nous pouvons nous passer d'eux! e chemin continua en silence. Paul, malgré sa bravoure, était légèrement inquiet. Il se sentait oppressé. Peut-être était-ce à cause de l'air raréfié dans ce passage, peut-être aussi parce qu'il avait le pressentiment d'un danger. Vers le milieu du trajet, le tunnel s'élargit' brusquement. Il y avait là une excavation circulaire qui formait un vaste retrait. e couloir reprenait ensuite en ligne droite et, là-bas, la tache lumineuse qui marquait sa fin s'agrandissait. rrêtons-nous! dit M. Rudier, cette marche dans l'ombre est fatigante, et il s'assit sur un pan de roche. Presque aussitôt, il se sentit saisir par derrière ; sa lampe lui fut arrachée,, tandis qu'un bâillon, serré sur sa bouche, l'empêchait de Crier. n un clin d'œil, il fut ligoté et deux êtres invisibles le chargèrent sur leurs épaules. Paul avait subi le même sort.. Cette besogne accomplie, leurs agresseurs" les. entraînèrent à vive allure vers la sortie du tunne es pensées des uropéens, pendant ce trajet, manquaient de gaieté. ux mains de quelles gens étaient-ils tombés? Quel sort leur réservait-on? eur incertitude ne fut pas de longue durée/ près vingt minutes d'une marche rapide, les noirs arrivèrent à la sortie du tunnel, s'enfoncèrent dans la brousse, et s'arrêtèrent enfin devant une haute palissade. à, d'autres nègres affreusement tatoués se joignirent aux premiers. Ils riaient et gambadaient en proie à une joie débordante. Ces vilains diables montraient une rangée de dents blanches, qui n'avaient rien de rassurant, et les prisonniers comprirent qu'on les attendait, e jour se fit dans leur esprit ; leur présence avait été signalée par des émissaires, ils étaient tombés dans un guet-apens. es nègres s'arrêtèrent enfin de gambader, et les prisonniers, enlevés de nouveau, franchirent la palissade par un passage étroit, au milieu d'une foule en délire. Cette foule s'arrêta au milieu du village, qui était composé de huttes grossièrement construites. Un homme de haute taille, vêtu d'oripeaux multicolores, se tenait là debout II avait à la main une sorte de sceptre, et les nègres lui témoignaient un profond respect. Ce singulier personnage avait la tête orné»

7 minuit 26 OUT 1928 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinimiii d'une coiffure de plumes fixées au front par un bandeau. u milieu de ce bandeau, se trouvait enchâssé un diamant noir d'une grosseur peu commune, et.d'un éclat extraordinaire. es porteurs, s'étant inclinés devant l'homme au diamant, déposèrent les prisonniers à ses pieds. Il prononça quelques mots dans une langue gutturale que les Français ne comprirent pas, et aussitôt on les délia. S e grand nègre regarda Rudier et son fils, puis, en mauvais anglais, il demanda Pourquoi avez-vous franchi la montagne? 1 Pour chercher des pierres 1 répliqua le savant. Rends-nous donc notre liberté, car nous ne faisons de mal à personne I Tous les tiens, jusqu'ici, nous ont respectés. Tu as offensé nos dieux 1 s'exclama le chef, il me faut ton sang pour les apaiser. Ton fils et toi, serez sacrifiés! Malgré son empire sur lui-même, Rudier tressaillit. Qui donc es-tu? demanda-t-il, presque à son insu. 'homme répondit d'un ton farouche Touala 1 ft * *. P et son père furent conduits vers une hutte où un repas se trouvait servi. Une liberté relative leur fut laissée ; cela les étonna. S'ils devaient être sacrifiés, comme l'avait déclaré Touala, pourquoi les nourrissaiton? Qu'attendaient leurs bourreaux pour les mettre à mort? Paul posa tout de suite ces questions à son père. Il ne tremblait pas, mais son inquiétude se peignait sur ses traits. Pour une fois, les Cafres avaient raison, répondit le minéralogiste. Touala existe, et j'ai eu tort d'en douter! nvisageons froidement la situation ; peut-être avons-nous une chance de salut. Je suis aussi surpris que toi, mon cher Paul, que l'on nous ait enlevé nos liens. Cela prouve évidemment que l'on juge notre fuite impossible! Quant à notre mort, elle n'est pas imminente, c'est déjà beaucoup. Je serais fort surpris si ce Touala, qui est un vieux drôle, ne nous informait tout à l'heure de ses vues sur nous. n parlant ainsi, le prisonnier ne se trompait pas! Sa connaissance des noirs lui faisait deviner les intentions du sorcier. Une heure s'était à peine écoulée que la porte s'ouvrait. Deux hommes, armés de lances et portant une hache à la ceinture, ordonnaient à Paul et à son père de les suivre. Ils furent conduits dans une hutte plus ;rande décorée de bizarres ornements. C'était a demeure du sorcier. ~ Touala les attendait, assis sur une sorte de trône garni d'une peau de lion. Il avait enlevé sa couronne de plumes et extrait de sa gaine le diamant noir. Chose curieuse, ce diamant plongeait maintenant dans une dissolution qui remplissait une coupe de métal. Poussé par la curiosité, le minéralogiste s'en approcha, mais aussitôt les guerriers le saisirent chacun par un bras et l'immobilisèrent. Ce diamant était évidemment considéré comme une pierre sacrée. Touala eut un sourire qui ressemblait à une grimace et dit en cherchant ses mots Vous êtes mes prisonniers! Touala, le Grand Sorcier, n'est pas un barbare! Vous serez libres d'errer dans le camp dès que vous m'aurez remis vos armes! Donnez-les!. Nous n'en.avons pas! répondit Rudier qui avait perdu son revolver au moment de 1 attaque.. 4 Quant à Paul, il avait eu la précaution de cacher le sien dans un trou de sa hutte. Touala dit quelques mots dans sa langue, et les Français furent fouillés. On ne trouva sur eux qu'un couteau de chasse qui fut immédiatement confisqué et un portefeuille que le sorcier leur laissa. Il faut que vous sachiez, dit-il lentement, que les étrangers ne peuvent franchir le tunnel de Touala. Vous avez violé notre territoire, le destin s'accomplira I la troisième lune, vous mourrez et votre cœur sera offert aux dieux.. Paul ne put s'empêcher de frissonner, mais Rudier ne bougea pas. Ses regards étaient invinciblement attirés par le diamant noir plongé dans son bain. Son instinct de chercheur reprenait le dessus. Il eût donné une partie de ce qu'il possédait pour étudier la composition du liquide. Son esprit était si absorbé par cette idée fixe qu'il n'attachait aucune importance aux paroles du sorcier. Une seule chose l'avait frappé dans son discours, c'est que Touala ne les sacrifierait qu'à la troisième lune. C'était près de trois mois de répit. D'ici»à«us auraient le temps d'aviser!. e sorcier devina sa pensée ; il eut un sourire diabolique et dit plus bas Il vous est impossible de fuir! a palissade est haute et les issues sont gardées. Celui de vous qui tenterait de s'échapper serait jeté vivant aux reptiles 1 U "«" M Paul se souvint des paroles de Kanéa ui faire manger pauvres Cafres par les serpents. Il comprit qu'ils étaient perdus. ce moment, une étoffe grossière qui tombait du toit se souleva brusquement et un jeune noir sembla sortir de la muraille. Il tenait à la main l'une des lampes arrachées dans le tunnel. Cette vue surprit Paul. Durant l'espace d'un éclair, il aperçut l'entrée d un couloir qui s'enfonçait dans le mur, puis la draperie retomba, et le nègre tendit la lampe à Touala. Celui-ci l'examina avec attention. Il la tâta, en fit, par hasard, jouer le ressort et parut se livrer à des réflexions profondes. Sur un signe de lui, les prisonniers furent emmenés. Il n'avait plus rien à leur dire, son jugement était prononcé 1. ;fe peine reconduits dans leur hutte, le père et le fils échangèrent leurs impressions. Je voudrais bien savoir, murmura Rudier poursuivant sa pensée, quel est ce liquide dans lequel baigne le diamant?_ Moi, répondit Paul qui ne songeait qu'à son évasion, je me demande si la hutte de Touala, qui est adossée à la montagne, ne possède pas un passage secret? Un passage secret?... que veux-tu dire?... N'as-tu pas remarqué ce jeune 7 iiuiiiiiiiuimmiiiihi""" iiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiimiuiiiuiiiuii Mais, père, tu oublies que l'entrée du couloir se trouve dans la hutte de Touala! lors même que j'arriverais à me rendre compte de son existence, il nous serait bien difficile de l'atteindre! Comment traverser la demeure du sorcier sans attirer son attention? J'y réfléchirai! es circonstances peuvent nous être favorables! Guettons l'instant propice! Il suffit, vois-tu, que la chose ne soit pas impossible pour la tenter. Un instant de silence suivit ces paroles. e minéralogiste se dirigea vers son sac pendu au mur et en tira une petite boîte en fer-blanc. Ils m'ont laissé les outils et ma pharmacie portative, dit-il, c'est plus qu'il n'en faut pour nous tirer d'affaire. vec les outils, nous creuserons un trou qui facilitera notre évasion. vec la pharmacie portative, j'ai à ma disposition de quoi endormir Touala! aisse-moi faire 1 quelque chose me dit que l'on s'en tirera! Ces paroles rassurèrent Paul qui ne demandait pas mieux que d'espérer. Il avait grande confiance en son père et se promit de mettre tout en œuvre pour le seconder. Durant quelques jours, aucune occasion favorable ne se produisit. Rudier, désireux de ne pas donner l'éveil, s'appliquait à gagner la confiance de Touala. 11 lui rendit même quelques services dont le sorcier se_montra satisfait. résulta rançais iiuiiiiuii DIMNCH-IUSTRÉ m»""" sonnage! et celui de Touala. Il vida dans le couscous qui mijotait sur un feu de branchages le contenu d'une petite fiole et se retira satisfait. a drogue dont Rudier avait arrosé les aliments n'avait aucune saveur qui pût révéler sa présence, mais elle devait plonger les hommes dans un sommeil si profond que l'orage le plus violent ne les pourrait pas réveiller. Grâce à cette précaution, le savant, favorisé, ( d'ailleurs, par une nuit obscure, put gagner sans être aperçu la hutte de Touala, près de laquelle il trouva Paul. Rien ne signalait leur présence. Tous les guerriers dormaient, à l'exception peut-être des deux hommes armés de lances qui gardaient la sortie de la palissade. Ce n'était pas, heureusement, de ce côté que Paul et son père dirigeaient leurs pas. Ils entrèrent, le cœur battant, dans la demeure de Touala qui ronflait à poings fermés, étendu sur une natte, et, sans perdre un instant, coururent à la draperie. e couloir s'ouvrait devant eux. Rudier, tenant dans la main droite le revolver de son fils, pénétra, courbé en deux, cherchant en vain à percer l'obscurité. u moment de suivre son père, Paul eut une hésitation... e diamant noir était là, à portée de sa main, plongé dans son bain... Pourquoi ne s'en emparerait-il pas? Touala avait voulu les tuer! Ce n'était pas un vol que de le priver de son talisman. Incapable de résister à la tentation, le jeune garçon s approcha de la coupe, saisit la pierre précieuse entre ses doigts et la glissa dans son veston. Tout cela n'avait pas duré une minute I Touala ne bougea pas! Paul, accroupi derrière son père, s'enfonça dans le souterrain. * * * P { Se sentant découvert, il bondit comme un léopard, prêt à fendre la tête de Paul avec sa courte hache. Il n'en eut pas le temps I Un coup de feu partit, et il tomba, le corps traversé d'une balle. nègre qui semblait sortir de la muraille. Pourquoi tenait-il à la main l'une de nos lampes électriques? Je l'ai remarqué, mais je n'ai pu voir par où il était venu! Mes regards étaient, à ce moment-là, attirés par le diamant noir! Je suppose que la hutte du sorcier a deux issues. Dont l'une donne sur un couloir secret... qui aboutit au tunnel! st-ce possible?... Qui te fait supposer? C'est bien simple!... 'étoffe qui recouvre le mur cache une ouverture profonde et étroite par où le jeune nègre a pu passer! S'il tenait notre lampe à la main, c'est évidemment qu'il l'avait trouvée dans le tunnel! Tiens! mais... c'est intéressant, cela! Il faudrait s'assurer du fait. Si ce couloir existe, la fuite est possible!... Voilà ce dont je ne suis pas sûr! De plus, autant que j'ai pu m'en rendre compte, le couloir est extrêmement étroit! C'est pour cela, sans doute, que les guerriers ne s en sont pas servis! Il ne livre passage qu'à un enfant! Mais alors... tu passeras 1 Penses-tu, père, que je consentirais à t abandonner? Il n'est pas nécessaire que nous mourions tous les deux. D'ailleurs, pourquoi ne passerais-je pas, moi aussi? Je suis terriblement maigre cinquante kilos au départ de France... et ce n'est pas le climat d'frique qui m'a engraissé! Pour une fois, cette maigreur peut me servir 1 Il reste la taille! Bah I je marcherai plié en deux!... Nous n'avons pas le droit d'être difficiles. 'important, vois-tu, c'est d'être sûrs de notre fait! Y a-t-il un couloir et... ce couloir est-il praticable? Si nous arrivons à tirer au clair cette énigme, un grand pas sera fait 1 une plus grande liberté et quelques égards. Persuadé qu'ils ne pouvaient, s'échapper, Touala les laissa libres d'errer dans le camp. Il ne dédaignait pas. de s'entretenir avec le minéralogiste qu'il recevait volontiers dans sa hutte et auquel il montrait les idoles dont il se disait le grand prêtre. Grâce à cette façon d'agir, Rudier put arriver, sans éveiller les soupçons, à vérifier l'existence du couloir. Il s'assura de même, avec l'aide de Paul qui détourna fort habilement l'attention du sorcier, que le passage secret n'était pas trop étroit pour lui. _ Cette première constatation faite, il fut aisé de voir que la fermeture de la hutte se manœuvrait au dehors. a fuite, bien que dangereuse, devenait réalisable. Il ne s'agissait plus que de s'entourer de toutes les précautions possibles, et c'est ce que fit Rudier. Ses recherches lui avaient pris plus d'une semaine il était temps, d'agir. e savant et son fils mirent de côté une partie des aliments qui leur étaient servis afin de pouvoir emporter avec eux pour plusieurs jours de nourriture. Il était probable, en effet, que Kanéa et son compagnon, ne les voyant pas revenir, s'étaient éloignés de la montagne. Si donc la fuite réussissait, il fallait s'attendre à être poursuivi. On serait obligé de se cacher, peut-être pendant longtemps, et aucun détail ne devait être négligé. orsque Rudier jugea que tout était prêt, il convint avec Paul de l'heure et du lieu où ils se rencontreraient avant de tenter l'aventure. Ils ne voulaient pas, en effet, sortir en même temps de leur cabane par crainte d'éveiller les soupçons. * e soir projeté pour l'évasion, le minera-^ logiste fut assez heureux pour se glisser auprès des femmes qui préparaient le repas des per- avait eu raison de dire que le couloir n était praticable que pour un enfant; car, son père, malgré sa maigreur, n'avançait quayec les plus grandes difficultés. Il lui fallait, en effet, marcher courbé, en tâtant continuellement des deux mains la paroi rocheuse, qui tantôt s'abaissait, tantôt faisait un brusque coude et dressait, comme autant d'obstacles, de continuelles aspérités. Si nous avions seulement nos lampes, cela simplifierait les choses, murmura le savant d'une voix angoissée en essuyant la sueur qui perlait sur son front. Je me demande si nous arriverons vivants au tunnel? Oui! père, nous arriverons, dit Paul qui frissonnait à l'idée de retomber entre les mains de Touala, et la marche en avant reprit plus pénible et plus lente. près avoir, pendant une demi-heure, avancé en rampant, il sembla à Rudier qu'un air plus léger lui parvenait. Il se sentait moins oppressé, son malaise diminuait, cela lui redonnait de l'espoir! e plus difficile était fait! ncore un dernier efiort et lon atteindrait le tunnel. Ce dernier effort dura dix bonnes minutes qui parurent au savant un siècle, puis le sol s'abaissa brusquement et il se trouva dans l'excavation circulaire où avait eu lieu l'attaque. Il se laissa tomber, plutôt qu'il ne s'assit, sur une roche plate, et reprit haleine. Ses membres le faisaient souflrir, il avait une bosse au front, une courbature doulourèuse l'empêchait de se redresser. Paul, arrivé presque en même temps que lui,-prit ses mains et le conjura de repartir. Tu as raison! murmura Rudier, se relevant avec effort, il faut qu'avant le jour nous ayons la montagne entre les nègres et nous. ppuyé sur l'épaule de Paul, il se remit en marche. e tunnel permettait de se tenir debout et la tâche se trouvait singulièrement simplifiée. e minéralogiste retrouvait peu à peu l'élasticité de ses membres. Il conseilla à son fils de presser le pas et l'entrée du tunnel fut atteinte assez rapidement. Veux-tu t'asseoir, père? demanda Paul, mais le minéralogiste refusa. a place où le camp avait été installé était encore visible, mais il n'y avait plus personne. Kanéa et le Cafre demeuré fidèle avaient dû attendre leurs maîtres un jour ou deux, puis, ne les voyant pas revenir, se persuader qu'ils étaient aux mains du sorcier. Rudier respira à pleins poumons, frotta ses épaules et ses jambes et continua.sa course. Il s'éloigna maintenant de la montagne en suivant une ligne oblique, évitant le sentier qui les avait amenés, afin de dérouter Touala. Père!... dit Paul en se rapprochant, maintenant que nous sommes sauvés, il faut que je t'apprenne une chose I J'ai le diamant noir!... Tu as le diamant noir! s'exclama Rudier, s arrêtant brusquement. Où l'as-tu pris?. ; Dans la coupe où il était d'habitude I Tiens! le voici! Malheureux 1 fit le minéralogiste en plaçant la pierre dans son portefeuille. Tu vas lancer Touala sur nos traces 1 Peut-être notre U (ire la suite page 14, 4e colonne.)

8 MNCH-IUSTR HiiiiiiimiBiHiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinimii iiiiiiiiiniiiiiiiiii 8 iiiiiiiiiiiiniiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiuiiiiim iinniiniiiiuiiin POUR S BICOT, président de du IIT ZWBtVPZQ/VGQN' r OUI! VOUS POUVZ ] N VOUS BTTZ Z JOUR, ( PflSjl! 5u^ft,pq...»o^^ rr fir OUI ItDOlSU BIN NTNDU QU MUS N'VONS PS 'INTNTION D NOUS BTTR II NTURMNT.'. Jt^'N VIS M PROMNRl QUND T0\ FIS C QU TU VOUDRS! HlTU MISSS! lftln'.jvls TCHR D M'MUSRDMON COT! H! Hl J VIS Z RODR UN PU UTOUR D 'NDROIT 0U5TftlCOT.-I V M'NWR CCNOT i J'N SUIS SUR!! N "FR UN TT I! (TTNTION! UPONQ!11!U CHQU FOIS QU TU ^ RÇOIS UN tqr-tiqnur,rthur, C M COÛT TROP CHR!/IUSSI,PRTIR D'UJOURD'HUI NOUS TISONS PIV. II RISON; HIS OUI MON PTIT MI, J VUX BIN VOUS PRTR C CNOT POURVU QU VOUS " N'IZ PSTROPOIN Quevous r^r RMNIZ INTCT! OHlSOVl TRNQUI MONSIUR! C'ST JUST POUR R FIR UNTOUR lon<j\)u\ HjSI RTHUR RVOIT PONQRl! I N S R JOUX! 5URMfNT.ilN'ST PS CPB'D'N FIR UTNT îl TUS BIGOT!!! JT_jass TCHONS D NOUS MONTRR ftlcotl JVlS PSSR SOUS JT POUR QQNft 'UTR COT! BRUT!!JM' N PINDRI TON PR.BICOT! TU M'S TRPP!!! T TOI IDIOT! ^\ POURQUOI STU MN T BRQU Copyright par Dimanche-Illustré, Chicago Tribune. ION NOIR e plus écoi

9 NFNTS hliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiinmniiniiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin g in iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniii/,1 ininiii iiiniiiiii i DIMNCH-IUSTRÉ' UIHIIIII Copyright par Dimanche-Illustré. onomique. Sa nouvelle boîte à clé, la plus facile à ouvrir.

10 «Illllllll DIMNCH-IUSTRÉ llllllhlllllllirumilllllllllllllllllilllllllllllllllllillillllllllllllllllllllllllllllllllll OUT 1928 IIIMIIIIIIIIIIIIIIIHIIIlllIllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllMIIIItlIIIIIII Il J VOUDRIS BIN SVOIR... SI NOUS PRIONS NGIS... Cette rubrique est ouverte à tous nos lecteurs. lle leur permettra de se tenir en contact constant avec leur journal, qui lés renseignera volontiers sur tous les faits d'un intérêt général et d'ordre documentaire ou pratique ; mais un délai assez long peut s'écouler avant l'envoi des réponses, et nous restons naturellement juges de leur opportunité. Cette histoire comique, écrite spécialement pour Dimanche-Illustré, par le maîtrehumoriste Gabriel de autrec, le traducteur réputé de Mark Twain, et dont nous avons publié le premier épisode dans notre numéro du 23 octobre, a un but pratique donner à nos lecteurs, non pas des leçons d'anglais, ce n'est point là la prétention de l'auteur ni la nôtre, mais un vocabulaire de mots usuels avec leur prononciation, de telle sorte que l'ensemble de ces mots permette à qui les aura retenus, de se... débrouiller " en présence d'interlocuteurs ne parlant que la langue anglaise. es syllabes longues sont partout représentées par une lettre grasse Quel est le premier aviateur dont l'hise tuteur est tenu de se conformer à ces prescriptions légales et, si sa gestion négligente toire a enregistré les expériences? compromettait les intérêts du pupille, il réponrthoomu D GUSMN, né à Santos drait des dommages-intérêts qui pourraient (Brésil) vers 1685, n'avait que vingt ans résulter de ses fautes. lorsqu'il conçut le projet de construire une machine volante qui lui permît de s'élever et d'évoluer dans les airs. Puissamment protégé par la reine d'spagne, qui le recom- Combien de personnes furent exécutées manda au roi de Portugal, Gusman, quj était à Paris sous ta Révolution? entré dans les ordres, se fixa à isbonne et Furent exécutés à Paris pendant la période parvint à réaliser le merveilleux engin qu'il rêvait. e dessin de cet appareil existe et révolutionnaire (14 juillet octobre! 796), figure à la section des estampes de la Biblio- Hommes Femmes 370 thèque Nationale. e 8 août 1709, Gusman fit, à isbonne, Se répartissant comme suit une démonstration publique, dont les foules Membres de l'épiscopat. 6 ébahies purent constater de visu le plein succès. Maréchaux de France, lieutenant-généraux Il prit place dans son aéroplane et s élança Magistrats 246 ' du haut de la tour di Casa da India. On le vit Prêtres, moines, religieux 319 planer au-dessus de la ville, franchir un espace Membres des ssemblées constituante et législative ; 39 assez étendu et atterrir sans accident derrière 45 le terreiro de Pace, après avoir volé si aisément Membres de la Convention 73.que le peuple le surnomma d'emblée e Membres de la Commune Financiers, avocats, médecins, notaires, emvautour ". ployés 479 a reine lisabeth de Brunswick rapporte Nobles des deux sexes (en dehors des désignaque le navire volant s'éleva triomphalement ; tions précédentes) 381 et, d'autre part. Thomas Pinto Brindao rap- Officiers et soldats porte, dans sa Chronique rimée de la ville de Hommes et femmes de lettres 16 isbonne, qu'il a vu Bartholomeu de Gusman rtistes Marchands des deux sexes 275 évoluer dans les airs, le 8 août ; Malheureusement, cette épreuve n'eut pas rtisans 129 Domestiques des deux sexes de lendemain. 'Inquisition la considéra aboureurs et cultivateurs 105 comme une pratique de sorcellerie, et Gusman faillit être accusé de pactiser avecjes esprits ft * ft infernaux. e pauvre moine dut abandonner ses études et ses expériences. t la navigation Quille est l'origine du feu de loto? aérienne retomba pour longtemps «dans le jeu de loto prit naissance à Gênes vers domaine de 1 utopie. l'an e sacré collège de cette ville i$ enfermait cent vingt noms dans une urne. Une fois l'an, on tirait ces noms, et les Si une Française, veuve, en se remariant habitants de la ville participaient à ce jeu. avec un étranger, perd sa nationalité? n 1578, un nommé Benedetto Gentile eut l'idée de substituer des chiffres aux noms. Française, qu'elle soit veuve ou non, qui n 1646, un nommé Di Negro obtint de la épouse un étranger, conserve, aux termes république génoise moyennant un verseformels.de la loi du 10 août 1927, la nament annuel de francs le monopole tionalité française. Cependant, si elle désire de faire jouer au loto. Di Negro réalisa ainsi acquérir la nationalité de son mari et que, un bénéfice journalier de plus de francs. d'autre part, les dispositions de la loi nationale C'est vers cette époque que le nombre des de son mari ne s oppesent pasàcetteacquisition, numéros fut ramené de cent vingt à quatreelle peut, en faisant une déclaration expresse, vingt-dix. perdre sa qualité de Française. Quant au nom lui-même, il semble qu'il cette règle générale, d'après laquelle la soit d'origine allemande et doive dériver de Française ne perd pas sa nationalité primi" lot ", qui signifie sort, hasard. tive en épousant un étranger, il y a cependant certaines dérogations que la Ici a prévues. Tout d'abord, si les époux fixent leur premier domicile hors de France après la célébration du mariage, la femme perd sa natio- Ce qu'était la languz française il y a nalité française. environ un millier d'années? Il en est de même pour la Française qui U IX siècle, le français était un idiome épouse un étranger dont la loi nationale lui incorrect et grossier, comme on en peut fait formellement acquérir la nationalité de juger par un des textes les plus curieux son mari ; et ceci est la solution naturelle d'un conflit de lois par la "prédominance de la loi que' nous ait transmis l'histoire, celui du nationale du mari sous l'empire de laquelle serment que Charles le Chauve, fit prêter, en 842, à son frère ouis le Germanique se p'-'cera la famille future. Pro Deo amur, et- pro- Christian popolo, et - * * nostro commun salvament, dest di en avant, Quilles sont les obligations d'un tuteur? indiquant Deus savir et potir me dimat, si salvara jeo meon fratre Karlo, et in adjudha et in cadhuna cosa, si cem om per duit son fradra OUT d'abord, à son entrée en fonctions, le tuteur doit faire procéder à l'inventaire salvar dist, in o quid il mi altre si fazet, et ab des biens du mineur en présence du udher-. nul plaid r.unquam prindrai, qui meon subrogé tuteur. Dans le mois qui suit la clôture vos, cist meon fradre Karlo in damno sit. de l'inventaire, il doit faire vendre aux enn voici la traduction littérale chères publiques les meubles corporels autres Pour l'amour de Dieu et pour le peuple c).réque ceux que le conseil de famille l'aurait autorisé à conserver en nature. e tuteur doit, de tien et notre commun salut, de ce jour en avant, plus, faire fixer par le conseil de famille la en tant que Dieu savoir et pourquoi me donne, dépense annuelle du mineur, faire emploi des si défendrai-je mon frère Charles, et (lui serai) capitaux disponibles et convertir les titres au en aide et en chaque chose, ainsi qu'un homme par droiture son frère doit défendre ; en chose porteur en titres nominatifs. que lui également ferait, et avec othaire aucun u cours de la tutelle, le tuleur est tenu i d apporter à sa gestion les soins d'un admi- accord jamais ne prendrai, qui, de mon vouloir, nistrateur diligent, c'est-à-dire, entre autres à ce mien frère Charles soit à dommage. obligations, faire emploi de Texcédent des revenus sur les dépenses annuelles ainsi que COMMUNIQUÉS des capitaux qui viennent à échoir au mineur, convertir en litres nominatifs les titres au porteur qui adviendraient au mineur de quel- J SURI MINTNNT... que manière que ce fût. Où trouver des meubles rustiquzs. nfin, lorsque la tutelle prend fin, le tuteur est tenu de rendre compte de sa gestion en HZ Jollivet. 29, boulevard Rochechouart. produisant un état détaillé de tout ce qu'il a xposition permanente armoires, bufreçu et de tout ce qu'il a dépensé ou avancé fets, tables à tirettes, chaises, vaisseliers, pour le compte du pupille. 11 doi* d'autre cosy-corner ", etc., prix modérés. xpédi- j part, restiucr a i mineur ses biens. tions en province. nvois de photos. I S CURIUSS VNTURS D M. PTITPOIS N NGTRR B CHPITR J suivit des yeux l'avion, même quand il eut disparu " even when it had disappeared " (iv'nn ouenn itt hhadd disappird). Son état d'âme fut un moment celui de Noé voyant apparaître la colombe annonciatrice de la délivrance, Mais les colombes n'ont pas de mains et n'agitent pas de mouchoir blanc " white handkerchief ' (ouaïte hha.nndkeuhhchiff). lles se contentent modestement " modestly they are satisfied' (modestie dzey ar satisifâà) d'un rameau d'olivier, qu'elles tiennent dans le bec. insi les mœurs changent, suivant les temps et les lieux. Quoi qu'il en fût, notre héros se réjouissait d'avoir veillé si tard " so late " (sso léi) sur la terrasse, au lieu d'aller se coucher. utrement " otherwise " (euzeuhhouaïse), il aurait manqué l'apparition charmante et le mouchoir rameau d'olivier. a délivrance était proche. Qui sait? Peut-être, après quelques jours " after a few days " (a0teuhh é fiou dayss), il reprendrait ses bonnes parties au petit café blanc de Bois-Colombes. Car il était tout à fait décidé, une fois libre, à ne pas pousser plus loin ses expériences touristiques et à rejoindre ses fidèles tortues, qui lui enseigneraient la vanité des voyages rapides. t il se rappelait cette histoire " this story " (dziss storé) de la tortue belge, qui avait mis trente ans à passer un pont. Juste comme elle posait le pied sur l'autre côté " on the other side " (onn dz euzeuhh saïde), le pont s'écroule derrière elle. ncore bon que je me suis dépêchée, dit-elle, avec un bon rire cordial. moins que-cet idéal d'existence de tortue ne fût qu'un rêve et qu'une jolie main a pretty hand " (é prétté hhannd) vînt prendre Joseph-Babyjas par la sienne et le conduire vers d'autres horizons. Mais quelle serait cette main? Celle entrevue dans l'avion, ou celle de Margarett or the one of Margarett (or dz oueunn ov Margarett). h! si ce pouvait être la même to be the same " (tou bi dz sém). ' Mais, au fait? a fille de M. Burnett n'était-elle pas partie en avion pour le pôle Nord? Il n'y a pas beaucoup de jeunes filles qui empruntent ce moyen de locomotion. Pourquoi ne serait-elle pas revenue à ondres, où la nouve lie de la capture de Joseph-Babylas avait dû certainement arriver? Pourquoi pas? " Why not? " (cua'i nott). t alors, dans un bel élan de dévouement et aussi par amour de l'aventure, elle serait partie she would have dep'arted " (chi woudd have dipart'dd) pour sauver un monsieur qui était, en somme, OSPH-BBYS T C t XIV [ Il était temps d'aller au lit "It was fime to go ' to bed " (itt ouoss taïme tou go tou bedd). Mieux valait ne pas attirer, à la longue, l'attention des deux gardes, qui arpentaient, d'un pas mécanique, le sentier, descendant à moitié chemin de la montagne, pour remonter jusqu'en haut. Il fallait se réserver la possibilité de revenir, la nuit suivante " the next night " (dz next naïtt), sans éveiller de soupçons. Mais bdullah ne songeait certainement pas que son prisonnier cherchait à s'échapper. n le voyant se promener, fumant sa pipe " smoking his pipe " (sva.ok.inng hhiss païpe), le soir, pendant des heures " during many hours (diourrinng mené aoueurs) après le dîner, il en avait conclu que son hôte devait avoir une religion spéciale, dont la lune était la divinité, et qu'il restait tard la nuit, sur la terrasse, pour se livrer à son culte mystérieux, son culte occulte, aurait dit M. Petitpois quand il était dans ses bons jours. t ainsi, notre héros, après une nuit pendant laquelle il ne dormit guère, passa la journée, tant bien que mal, à jouer avec les enfants to play with the children " (tou play witz dz tchilltfrenn,) et à s'entretenir avec le chef, qui commençait à trouver que la réponse à la demande de rançon ransom " (rannseum) se faisait bien longtemps attendre. Il le rassura de son mieux. t la nuit suivante, vers la même heure, il écoutait anxieusement le pas des hommes de garde, -qui se trouvaient précisément assez bas dans le sentier, quand, soudain, il entendit un bruit sourd au bord de la plate-forme. t à peine avait-il pu se rendre compte de la venue. of the coming " (ov dz queuminng) de l'avion, qu'il le voyait disparaître rapidement. Mais sur la terrasse, à deux ou trois mètres du parapet, il y avait quelque chose de blanc. Il le ramassa fiévreusement et se hâta d'aller s'enfermer dans sa chambre. C'était un carré de carton, d'où pendait, au bout d'une ficelle, un morceau de plomb. t sur le carton il y avait ces mots écrits a nuit prochaine, à deux heures et demie, soyez prêt ' The next night, at half past two, be ready " (dz nextt naïtt, att hhaff past tou, bi rédé). GBRI D UTRC. iiiiuiiihiniiniimiiiiiiiiiiiiii!iiiiuiiiiim)iiuiiiiiiiiiiiiii()jg TOUS S JOURS SU QUOTIDIN D T. 8. F. 'llll PUBI VC UN un client de son père, et dont il paraissait convenable de prendre les intérêts. lle ignorait, évidemment, les sentiments de notre héros, mais s'il avait la bonne fortune "the lutk " (dz leuk) que ce fût elle, il espérait bien, un jour ou l'autre, les lui faire partager. Tout en faisant ces réflexions, il avait quitté, bien à regret, l'endroit d'où il avait vu " he had seen " (hhi hhadd sinn) la charmante apparition, et il était entré dans sa chambre " and he had walked into his room " (andd hhi hhadd ouo^ed intou hhiss roum). ce momentlà, trois heures du matin auraient certainement sonné à l'horloge de l'église la plus proche, s'il y avait eu des églises dans les environs " in the neighbourhood " (inn dz nébeurhouddj. CSSMNT HORIR PRTICUIÈRMNT PRTIQU S PROGRMMS DU MOND NTIR QU 'ON PUT NTNDR N FRNC lllllllinilll!lfllll!!llllllllillllllltlllllllllllllllll11ll!llllllïïlllg = I ST N VNT CH= QUMTINDNSTOUT = 1 RNG UN PRIX IJÀVN T.QURRl SO ililuniilllllllillllllllllllllllllliltlillillhliiiihuuululillilllj

11 Illllllll 26 OUT 1928 UI<<ll<lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllMIIIIIIIIIUHlItlll 11 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIMIIIIinillllllllllllllllllllllllllllIIIIIIIIIIIIIMIIIIIIIIUI DIMNCH-IUSTRÉ PROFITONS D NOS OISIRS DU DIMNCH POUR NOUS INSTRUIR UN PU COMT MOÉ 1 ouis MTHIU, comte Molé, de famille illustre; fils du président Molé de Champlâtreux, naquit à Paris, le 2 janvier Son père 1 ayant emmené en émigration pendant la Révolution, et ayant commis l'imprudence de rentrer avec lui en France, tous deux furent arrêtés. e président fut guillotiné (1794) et le jeune orphelin fut remis en liberté. Il vécut quelque temps dans une mansarde de la rue du Bac, avec sa mère et sa grand'mère, née de amoignon, puis se réfugia avec elles en Suisse d'abord, en ngleterre ensuite. De retour à Paris sous le Directoire, il vécut dans une solitude absolue, suivant les cours libres de Contrôle, uniquement préoccupé d'acquérir une situation par ses connaissances et son travail. Sous le Consulat, il sollicita de Bonaparte la restitution de ceux de ses biens patrimoniaux qui n'avaient pas été vendus; il rentra ainsi en possession de sa belle terre de Champlâtreux (Seine-et-Oise). n 1806, l'attention de Napoléon fut attirée sur-.ua.-ouvrage du jeune homme intitulé ssais de Morale et de Politique. Il y faisait l'éloge du gouvernement à forme monarchique. 'mpereur le nomma auditeur, puis maître des requêtes au Conseil d'tat, enfin (1807) préfet de la Côte-d'Or. Mais il n occupa que peu de temps ce dernier poste ; d'autres faveurs étaient promises à son ambition le 2 février 1809, il fut conseiller d'tat ; le 2 octobre 1809, directeur général des Ponts et Chaussées et comté de l'mpire ; puis, attaché au cabinet de l'mpereur, il fut nommé grand juge ou ministre de la Justice (novembre 1813). u moment de la première Restauration, NOTR GUID D 'NSIGNMNT OU, QUND T COMMNT FIR INSTRUIR NOS NFNTS 'NSIGNMNT SCONDIR (YCÉS T COÈGS) secondaire est donné, en France, dans les lycées et les collèges de garçons et de filles. Ces établissements comprennent généralement tous quatre classes primaires appeléesdixième, neuvième,huitième, septième ; un premier cycle d'études secondaires comprenant les classes de sixième, cinquième, quatrième, troisième ; un second cycle d'études secondaires comprenant les classes de seconde, première, mathématiques et philosophie. Ces deux cycles d'études ont pour but unique la préparation aux baccalauréats latin-grec, Jatin-langues, latin-sciences pour les élèves ayant opté pour l'enseignement classique, avec grec facultatif et sçiencesr langues pour les élèves ayant opté pour l'enseignement moderne, c'est-à-dire sans études latines et grecques. noter que les nouvelles épreuves du baccalauréat comprennent, pour toutes les séries, une épreuve de mathématiques et de physique à l'examen écrit, indépendamment des épreuves spéciales à chacune des différentes séries. a deuxième partie du baccalauréat est passée dans la classe de mathématiques ou de philosophie. es élèves des lycées et collèges pourvus de leur baccalauréat peuvent préparer dans ces établissements le concours d'entrée à toutes les grandes écoles cole normale supérieure, cole polytechnique, cole centrale, cole de Saint-Cyr, cole navale, cole coloniale, cole des hautes études commerciales, cole de physique et chimie. Bien entendu, certains lycées se sont spécialisés, surtout à Paris, dans la préparation d'une ou plusieurs de ces écoles. C'est ainsi que le ycée Carnot et le ycée ouis-e-grand, ont une. préparation spéciale à l'cole coloniale, de même que le Collège Chaptal à partir de cette année. es lycées de jeunes filles, surtout à Paris, ont une préparation spéciale à l'cole normale de Sèvres, ainsi qu à l'cole de Fontenay-aux-Roses. 'NSIGNMNT élèves payants. es élèves gratuits doivent être soumis au concours des bourses, dont nous parlerons dans un chapitre spécial. Nous attirons de nouveau l'attention de nos lecteurs sur la nécessité de faire inscrire leurs enfants à l'âge normal, c'est-à-dire à l'âge de 10 ans en classe de sixième, s'ils veulent qu'ik soient bacheliers complets à l'âge de 17 ans et qu ils aient ainsi le temps normal de préparation pour une grande école. ycées de Paris et du département de la Seine (garçons) trouve à 9 km. 600 de l'entrée côté Brigue; C'est à peu près sous l'endroit où passe la' frontière italo-helvétique. Dans le premier tunnel, qui fut creusé d'août 1898 à octobre 1905, et ne comportait qu'une seule voie, il avait été prévu à cette altitude, 705 mètres, un garage en palier pour le croisement des trains, a chose n'a plus de raison d'être depuis décembre 1921, date qui vit l'achèvement d'une deuxième galerie à une voie, provenant de la transformation de la galerie d'aératiotl et de service primitive en un tunnel parallèle au premier. a construction de ce deuxièmé tunnel avait été commencée en les ^événements de guerre retardèrent sort achèvement. e contrat relatif au percement du premief tunnel avait été signé entre le gouvernement italien et le Conseil fédéral suisse,, le 25 novembre es travaux furent arrêtés pendant de longs mois par suite d'irruption d eaux chaudes dans les chantiers ; le refroidissement de l'air fut très long et pénible à obtenir. a voie du Simplon est devenue la grande voie internationale pour le trafic de l'ngleterre, de la Belgique, de la France du Nord et de l'ouest, de l'llemagne du Sud et de la Suisse, à destination de Milan, Gênes et au delà. ycée Buffon, 16, boulevard Pasteur (15e); ycée Carnot, 145, boulevard Malesherbes (17e) ; ycée Charlemagne, 120, rue Saintntoine (4e) ; ycée Condorcet, 8, rue du Havre (9e) ; Petit ycée Condorcet, 61, rue d'msterdam (8e) ; ycée Henri-IV, 23, rue Clovis (5e) ; ycée Janson-de-Sailly, 106, rue de la Pompe (16e) ; ycée ouis-le-grand, 123, rue Saint-Jacques (5e); ycée Montaigne, 17, rue uguste-comte (8e) ; ycée Saint-ouis, 44, boulevard Saint-Michel (6e) ; ycée Voltaire, GÉNÉR MORND 101, avenue de la République (11e); ycée Rollin, 12, avenue Trudaine (9e) ; ycée ÈS mbabeh, Bonaparte distingua' Moah.anal, à Sceaux ; ycée Michelet, à Vanves ; rand, qui était, alors, chef de bataillon. ycée Pasteur, 9, boulevard d'inkermann, à 'homme avait, en effet, montré, dans Neuilly-sur-Seine. Sauf le ycée Condorcet cette campagne d'gypte, où Desaix l'avait et le ycée Rollin, tous ces établissements signalé à l'attention du général en chef, de reçoiventdes internes,des demi-pensionnaireset des externes. Collège Sainte-Barbe, 2, rue Cujas. * * * D ycées de jeunes filles ycée Fénelon, 1, rue de l'peron (6e) ; ycée amartine, 121, rue du Faubourg-Poissonnière (9e); ycée Molière, 71, rue du Ranelagh (16e); ycée Racine, 20, rue du Rocher (8e) ; ycée Victor-Hugo, 27, rue de Sévigné (3e) ; ycée Victor-Duruy, 33, boulevard des Invalides (7e) ; ycée Jules-Ferry, 77, boulevard de Cfichy (9e) ; Collège Sévigné, Conditions d'admission 28, rue Pierre-Nicole. 'admission dans les classes des lycées et I MOSSÉ, 11 ( suivre.) collèges se fait sur simple inscription pour les Directeur de l'cole supérieure Colbert COMT MOÉ il fut écarté des affaires (c'était lui qui, au cours de l'invasion, avait conduit. Marie-; ouise à Blois) ; il reprit, pendant les CentJours, toutes ses fonctions, mais louvoya si bien après Waterloo qup ouis XVIII, non seulement le confirma dans ses emplois, mais encore le nomma pair de France (17 août 1815). ' e comte Molé vota en cette qualité la mort du maréchal Ney, puis fut appelé à succéder, au ministère de la Marine, à Gouvion-SaintCyr ; il s'y signala en présentant une loi sur la traite des noirs et en déniant à l'ngleterre le droit de visite. n décembre 1818, sa chute fut la conséquence de celle de tout le cabinet, et il fut nommé membre du Conseil privé. Puis, en 1821, pressentant un prochain changement de régime, il se sépara des ultras. Rallié un des premiers à ouis-philippe, il fut chargé, le 11 août 1830, du ministère des flaires étrangères et soutint le principe de da non-intervention. Démissionnaire le 2 novembre suivant, il se signala comme un des chefs les plus influents du parti de la résistance, et, après la retraite de Thiers, devint chef d'un nouveau cabinet, où il reprit la direction des Àhaires étrangères (6 septembre 1836). On lui reprocha trop de complaisance pour les vues personnelles du roi et une tendance trop marquée à se rapprocher de la politique réactionnaire de l'utriche. Mais sa chute fut surtout causée par sa rupture avec Guizot, son collègue, qui, séparé de lui depuis le 15 avril 1837, recourut, pour le renverser, à une coalition parlementaire (avec Thiers, Berryer, Odilon Barrot). près des élections défavorables, ses ennemis le contraignirent à se retirer le 31 mars es principaux actes de son ministère avaient été l'amnistie, le maintien de la politique de non-intervention en spagne, le retrait de la loi de déportation, le traité de la Tafna, l'évacuation d'ncône, la prise de Constantine et.de Saint-Jean-d'Ulloa, les premiers projets de la loi sur les chemins de fer, etc. Démissionnaire, Molé s'effaça quelque temps. Il fut élu, en 1840, à l'cadémie Fran- çaise. Mais les lettres ne lui faisaient pas oublier la revanche qu'il avait à prendre. Il s'y préparait par une opposition discrète et aigredouce au ministère Guizot. n effet, le roi songea bien à lui, le 23 février 1848, comme chef d'un nouveau cabinet, mais il était trop tard; le lendemain, la République était proclamée. * Molé fut député de la Gironde à la Constituante (septembre 1848), où il soutint d'abord CavaignaC et se rallia à la politique de l'lysée. Puis il fut réélu à. l'ssemblée égislative (mai 1849), où il contribua, pour une bonne part, aux mesures de réaction (loi Falloux, Ioidu31 mai, etc.). rrêté le 2 décembre 1851, à la suite de sa protestation contre le Coup d'tat, il fut bientôt relâché et rentra définitivement dans la vie privée. Il s'était retiré à Champlâtreux, où il mourut, le 23 novembre 1855, d une attaque d'apoplexie. ft * COST^RIC D superficie de kilomètres carrés, peuplée de âmes (recensement de 1923), la République de Cosla-Rica est, de tous les tats de l'mérique Centrale, celui qui possède le climat le plus sain. Donnant sur l'océan Pacifique et sur la mer des ntilles, elle s'étend entre le Nicaragua (avec lequel le rio San-Juan lui sert partiellement de frontière) et la République de Panama. Il possède une fraction de côtes du lac Nicaragua. 'orographie comprend une cordillère centrale, à laquelle-s'appuient, de chaque côté, des hauts plateaux dominés par des chaînons latéraux. a chaîne centrale, qui présente de nombreux volcans (Irazu, mètres), s'abaisse en son milieu en deux dépressions qui entourent Monta'a Dota (2.400 mètres). a partie sud comprend également des sommets d'altitude variant entre mètres (Ujum) et mètres (Pico Blanco). a côte de la mer des ntilles, assez régulière, sauf au sud-est de Porte Carrela, présente une série de lagunes longitudinales entre Porte de Castilla et le port de imon. Viennent s'y terminer, outre le San-Juan, le Parasmiria, 'UN le Matina et le Tiliri (navigable sur la plus grande partie de son cours). a côte du Pacifique est infiniment plus découpée avec le golfe de Nicoya, qui reçoit les rios Tempuque et Grande^ et le golfe Dulce, entre le cap Matapalo et la Puhta Burica. tat de Costa-Rica est une république depuis Sa constitution, datant du 7 décembre 1871, mais maintes fois modifiée depuis, donne le pouvoir législatif à une chambre de quarante-trois députés renouvelable tous les deux ans par moitié et le pouvoir exécutif à un président élu pour quatre ans et qui nomme lui-même un conseil de six ministres. a capitale, San-José, a habitants ; les autres villes principales sont ; Cartago, habitants, et imon, habitants. es ports (imon, Punta renas, etc.) ont eu, en 1923, 567 entrées représentant tonnes de marchandises. es chemins de fer ont une longueur de 430 milles, dont 103 pour la ligne dé imon à San-José, pleine de panoramas merveilleux. 'unité monétaire est le colon, qui vaut, au pair du change, 46 cents et demi. Tropical sur les terres basses qui bordent la mer des ntilles, le climat est tempéré sur les plateaux. es cultures consistent principalement en café et en bananes, dont près de 8 millions de régime environ sont exportés chaque année. es autres principales ressources proviennent de l'élevage et de l'exploitation de mines d'or et d'argent sur les pentes qui dominent la côte Pacifique. e montant total des exportations, en 1924, a atteint dollars contre dollars d'importations. * * * TUNN DU SIMPON tunnel du Simplon, qûi détient, avec 19 km. 825, le record mondial de longueur, passe sous les dures roches cristallines des lpes du Valais, un peu au nord-est du col du même nom, entre le Monte eone (3361 mètres) et le Fletschhorn (4.001 mètres). e tunnel du Simplon est sensiblement dressé en deux parties égales par le côté maxima de sa base, qui est à 705 mètres, et se GÉNÉR MORND belles qualités militaires qui ne se démentirent, par la suite, sur aucun champ de bataille. t Morand s'honora en demeurant fidèle à celui dont il avait vécu de si près l'épopée. Charles-lexis-ouis-ntoine. Morand était né à Pontarlier, le 4 juin n 1792, on lé vit s'engager parmi les volontaires du Dpubs, Il servit d'abord à l'armée du Rhin, puis à celle d'italie et fut fait chef de bataillon à Rivoli. Promu général de brigade à son retour d'gypte, il continua, sous l'mpire, à se signaler pa^ sa valeur, notamment à usterlitz, où il fut parmi les héros de la journée et où il reçut le grade de général de division (1805). Il trouvà de nouvelles occasions de se distinguer- à uerstaedt, ylau, Friedland, ssling, Wagram^ ce fut lui qui, en 1812, passa le premier le Niémen. la bataille de la Moskova, il fit preuve de la plus grande intrépidité et fut blessé d'un biscaïen à la joue. Morand, qui avait été fait comte le 24 juin 1808, fit encore avec honneur les campagnes de 1813 et de Pendant la première Restauration, ouis XVIII lui concéda un commandement ; mais, dès le retour de l'mpereur, son ancien général courut au-devant de lui. Napoléon le prit pour aide de camp, le nomma colonel des chasseurs de sa Garde et le créa pair de France (2 juin 1815). Morand était avec la Garde à Waterloo. a seconde Restauration le déféra au conseil de guerre de a Rochelle, qui le condamna à' mort par contumace (1816). Morand passa à l'étranger ; mais il revint en 1819, comparut devant le conseil de guerre de Strasbourg, qui l'acquitta (5 juin 1819). Il fut, néanmoins, bien qu'encore fort jeune, mis à la retraite. Il fallut l'avènement de la monarchie de Juillet pour qu'il fût rappelé à l'activité. ouis-philippe le fit pair de France le 11 octobre Il mourut à Paris le 2 septembre e comte Morand a publié sa défense devant le conseil de guerre de Strasbourg, et un écrit intitulé De l'armée selon là Charte et d't\vcs l'expérience des dernière» guerres.

12 fifimii DIMNCH-IUSTR iiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiini 12 SMIN COISION OU 'ÉTBISSMNT I CCIDNT 5 lors! ça ne sera rien, mon brave, hein plus de peur que de mal? Ça, f n'en savons cor rien, faudra que j voue mon avocat! (Dessin inédit de JliHÈS.) advint il n'y a pas très longtemps de cela qu'un dieu de l'xtrême-orient, s'étant réincarné dans la peau d'une banane, tut embarqué à bord d'un paquebot à trois cheminées d'une compagnie belge et descendu comme denrée d'importation sur les quais de la belle ville d'nvers. Pendant la nuit qui suivit son débarquement, ce dieu se rétablit dans sa forme divine et s'avança vers le pays plat, dans la Flandre, l^admirable Flandre qui s'étend entre Bruges et la mer. Comme il errait dans les dunes de Knocke, la' tête aussi lumineuse qu'une ampoule électrique, il rencontra, venant de Sluis, un brave homme, qui, voyant ce personnage étonnant, s écroula dans les ajoncs. Fils, fit la Puissance en le relevant, il ne sera pas dit qu'un homme ait pu me contempler sans profit. Je te ferai un don, à ta fantaisie ; adresse-moi un vœu et donne-moi en échange un peu de cet excellent krammick que tu portes à ta femme. 'homme s'appelait amme. Il accepta et, très timidement, demanda au dieu de lui donner un billet de cinq cents francs. a divinité lui donna ce billet, et amme, tout joyeux, courut annoncer la bonne aubaine à sa femme. Chemin faisant, il rencontra Jef, qui, lui voyant tant de jubilation- dans les yeux, lui demanda ce qui était arrivé. ' J'ai cinq cents francs! répondit amme. h I vieux, tu serais bien gentil de me les prêter jusqu'à demain, je te les rendrai sans faute. amme prêta ses cinq cents francs et, le lendemain, vers quatre heures du soir, il s'en DS RSPONSBIITÉS h l c'est de Votre faute, eh bien! je vais vous apprendre..~ vint trouver le dieu qui dormait près du moulin de Siska. Je voudrais autre chose que de l'argent, demanda-t-il d'un air déconfit, quelque chose dont l'acquisition soit tout profit pour moi. a Puissance lui donna des livres, et amme, chargé comme un moutard un jour de distribution de prix, s'achemina vers sa demeure le plus vite qu'il put. Il allait pénétrer sur la digue, quand son ami Van Meulen l'arrêta par le bras et l'interrogea Que portes-tu? Des livres, répondit amme. h! vieux, tu serais bien gentil de me les prêter jusqu'à demain, je te les rendrai, sitôt lus. amme prêta ses livres et, le lendemain, absolument aplati de tristesse, ils'en alla trouver le Protecteur, qui se disposait à se réincarner dans la forme d'un autre produit d'exportation. Seigneur, gémit amme en gargouillant d'émotion, tu m'as donné de l'argent, je l'ai prêté, on ne me l'a jamais rendu ; tu m'as donné des livres, je les ai prêtés, on ne me les a jamais rendus. Donne-moi quelque chose au moins que je sois sûr de garder pour moi-même. lors Brahma car c'était lui prit un petit élan et lui donna deux gifles, qui dégonflèrent instantanément les belles joues rondes de l'honorable amme, puis il ajouta " Voici pour toi, ô fils ; je te les donne de bon cœur et tu pourras les donner de même à qui tu voudras ; c'est un bien qu'on te rendra toujours. " t il acheva ses préparatifs pour regagner Colombo et son prestige.,... moi, à regarder où vous marchez I PRSONNITÉ Mon locataire, c'est un philatéliste! Tiens! c'est drôle... je l'aurais pris pour un spagnol! (Dessin inédit de GSTON MS.) PIRR MC ORN. BONN VOYNT TROP VIF Vous savez, la nouvelle voyante prend plus cher. Oui, mais, en revanche, elle ne prédit jamais de malheur! ; insi, vous tuez votre femme de six (oups de revolver et, non content de cela, vous la coupez en cinquante-trois morceaux! C'est un mouvement de vivacité! (Dessin inédit de «miinr COMIQU Oh! pardon, monsieur! Mais pas du tout, monsieur, c'est de ma faute! (Dessin inédit c'e OlNC.) 26 OUT 1928 iiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiimiiiiiiiixiiiiiiiiiiiiiuniiiiitiiiiiiiiiii (Dessin inédit de G. QuSTIU.) DOY.) TMPS PRDU... h bien! qu'est-ce que tu attends pour réparer? (Dessin inédit d'. DuBOOTJ UN PSSIMIST Na, vous êtes content... depuis le tempt que vous me dites de jouer " bille en têtel " Nos deux noms font bien dans le paysage... qu'en pensez-vous, éon? Qu'il faudra que je revienne scier l'arbre si jamais nos fiançailles sont rompues l (Dcsiin inédit de TTR. KOBO (Dessin inédit de R. CHNCHJ

13 iiiiini 26 OUT 1928 iiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitit iiiiiiiiiiiiiifiiiiiitiiiiuiiiiiiiiiiiiiitiifiitiniidi< *ii P H O 13 ' B >iiiiiiiiiiiiiiiiiiniiuiiiiiii>niiiiiiihiiiiiiiniiiiiun!iiiiuiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiini D O M I D DIMNCH-IUSTRÉ R Tiens, tu n'es pas au bureau aujourd'hui? Non, c'est mon jour de repos l (Dessin inédit de RD.) UN SPORTS M N CCOMPI SITUTIONS Moi,* monsieur, je suis un homme qui ai pratiqué tous les sports..,.. la marche, je faisais allègrement mes 40 kilomètres tous les jours.. t moi qui rêvais d'une situation bien assise! (Dessin inédit de PicJ ;.. le vélo, j'ai fait de très belles excursions, qui m'ont laissé de très bons souvenirs... fc.'huit SIMIITUD lly a une dame qui désire voir monsieur. h! comment est-elle? uh! dans le genre de madame! Bon, dites-lui que je ne suis pas là l (Dessin inédit de GORG FRONV.) t à l'extenseur, j'obtins des résultats inespérés les poids!pfft... Rigoulot n'aurait pas existé je soulevais ce que je voulais... ;;. en boxe, je devins rapidement un excellent encaisseur... PRCUTION Comment se fait-il que votre frère porte maintenant des lunettes bleues? C'est pour l'empêcher de Voir rouge quancil se met en colère! (Dessin inédit de G. QuSTIU ) 'XMP ugénie, tu as bien fait de mettre ta robe à petits pois... ça peut, des fois, inciter les miens à SOrtiT l (Dessin inédit de DoY.) ;,. au tennis, je me distinguais par mon jeu imprévu et plein de hardiesse... UN PU ÉBÉ, PRÉVISIONS (Dessin inédit de DHRM.) -S TURUX" Regarda çatic'estbem h«inl iet taureaux m maître. D (Dessin inédit de MT.) FNTISI huissier se présentait dans une ferme de la montagne pour y opérer une saisie. II y fut reçu plutôt 'enfant, après s'être acquitté de sa commission, fraîchement. son arrivée, on lâcha sur lui les chiens de la ferme, et force lui fut de s'éloigner sans avoir pu revient au salon instrumenter. Que t'a-t-il dit? Il a dit " Zut je ne me dérange pas pour ces vez-vous été bien reçu? fait le client. Oui, très bien, dit-il ; on voulait me faire manger! raseurs. " me va dire ton pire que M. et M B viennent lui rendre visite. Ohl moi, j'ai bien du mal à penser que l'année prochaine, je croirai encore au petit Jésus! ;...ussi, grâce àun entraînement raisonné, je suis devenu le bel athlète que Vous voyez!...h natation me fit éprouver de bien douces sensations... i* main à Bernard (PINTUR) T OU «dirait PROMSSS TN S RISONS WQQÎ Ut JuJiaire, Oh! ugène, dans quel état! Tu avais pourtant promis de ne plus recommencer! Ben, oui!... mais je suis comme notre député je promets plus que je ne tiens! D (Dessin inédit de DoY.) 'MTUR Heu, c'est justement pour ça que Je n'en veux pas... mon appartement ut tendu en rouge /... (D««in intôt «w M. SUYYK)

14 munir DIMNCH-IUSTRÉ '> 111 IHIIHMIUH iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiwmiiiiiiiiii nu 14 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinniiiiiiiiiiiiii BRIC--BRC ÉGION D'HONNUR attachait une très grande importance à l'ordre de la égion d'honneur, et il N donna le plus grand éclat à la première dispoéon tribution de croix, qui eut lieu, le 15 juillet 1804, au Temple de Mars (Hôtel actuel des Invalides). Tous les membres de l'ordre prêtèrent le serment, dont la formule fut prononcée par l'mpereur lui-même. Un mois après, le 16 août, une nouvelle distribution solennelle eut lieu au camp de Boulogne, sous le feu de la flotte anglaise, qui croisait dans le détroit. Napoléon, assis sur ùn trône dominant toute l'armée, avait près de lui les casques et les cuirasses de Duguesclin et de Bayard, remnjjs de croix, et il décora de sa main les officiers et les soldats récemment nommés dans l'ordre. Société de la égion d'honneur (du X' arr'). SIÈR R. - et la salière apparut de tout temps, chez tous les peuples, de détestable augure. Mais la remplir est à la fois de bon ton et d'excellent présage. C'est à quoi s'évertue un spécialiste de la beauté féminine, établi à ondres, et qui, par la seule injection d'un produit, dont il garde naturellement le secret, omble à la fois les vœux et les concavités Inesthétiques des personnages maigres. Une simple piqûre le matin, et, le soir même, madame peut, sans discrédit, hasarder au dancing, a la faveur d'un décolletage sincère et sans détours, le triomphant modelé de ses liliales épaules. "Cette petite opération revient, tout compté fait, de cinquante à cent vingt livres. Mais, pour une fois, une note un peu salée h'est-elle pas de circonstance? e Pêle-Mêle. NVRSR PUS VIUX CITOYN D VINN Dressler, le plus vieux citoyen de Vienne, vient de célébrer son cent deuxième Ianniversaire. orsqu'il naquit en 1826, la GNC capitale de F utriche n'avait que habitants, le septième, environ, de sa population actuelle. Dressler'était jeune soldat au temps de la révolution de 1848, et il avait plus de soixante-dix ans, quand le premier tramway électrique parcourut les rues de la ville. n dépit de son âge vénérable, Dressler est resté entreprenant. Sa retraite d'employé de chemin de fer prise, il se lança dans les affaires ét son fils, son petit-fils et ses arrière-petitsenfants travaillent avec lui dans sa boutique. Il se maria deux fois. Sa première union dura trente ans et la seconde, quarante. Observer. S MÉRICINS CUISINIÈRS méricains vivent presque exclusi" vement de conserves. Si les conserves venaient à disparaître, S a dit l'un d'eux, 25 % des maris, américains mourraient de faim, leurs épouses étant incapables de préparer un plat. t ceci pose un problème. Car d'énormes quantités d'étain sont employées pour fabriquer les boîtes où l'on enferme la nourriture de 120 millions d'habitants. n un an, paraît-il, UN OFFNSIV VIGOURUS S impose de plus en plus contre tous les produits qui se targuent d'être les meilleurs parmi les meilleurs et qui Sont le plus souvent de mauvaises contrefaçons. a Oulntonine a fait ses preuves ; elle a tenu ses promesses. juste raison, on peut dire qu'elle est le plus actif des tortillants connus. lle combat l'anémie, redonne les forces disparues, soutient l'organisme, augmente sa résistance et ne coûte que 4 fr. 95 dans toutes les pharmacies. PIX UNIVRS Peut-on dire d'un homme qu'il vit en paix s'il est torturé par des cors aux pieds? t e Diable» enlève les cors en 6 jours, pour.toujours. 2 fr. 95 toutes pharmacies. ttention I xigez «e Diable, pernay Phar' acie Weinmann. POUDRS T CIGRTTS SC0UFMR es aoez-oous essayées?... STHM OPPRSSIONS TOUTS MPHYSÈM» BRONCHIT CHRONIQU! four boite d'essai gratuite 60. Gr.-Rue, BISI-UX (Nord) ûuauie crème ne vous a donné Jalisfoc(ien pour ççn/erver l'ézlat dt la jeune//e. povr ré$ên4r*f votre èpidertht Q CHÂMTTUÔN t ^, $^ * ^ 6ftÀTUiT,, /Vta t V T ÉCHOS e..ph^ci'mrçlb. H IC les fabriques d'étain produisent tonnes de ce métal, mais la demande augmente sans cesse, et l'urope, qui ravitaille les tats-unis, doit veiller à ne pas manquer d'étain. Ce métal deviendra bientôt aussi recherché là-bas que l'or. Nous pourrions aussi exporter en mérique des Vatels et des cordons bleus. 'Hôtellerie. PRTOUT beaucoup plus riche que celui de l'llemagne, le nombre des non possédants s'y trouve très considérable. t le rôle lamentable qu'a popularisé Charlie Chaplin est joué plus fréquemment en mérique que partout ailleurs. a position des tats-unis comme banquier du monde, devrait lui permettre de mener la vie à grandes guides; pourtant elle a senti le besoin de se mettre à l'école de l'économie. Une campagne ardente a déjà amené d'excellents résultats, puisque l'épargne, en 1913, POUR MOUCHOIR n'était que de 8,7 milliards de dollars, alors OUS avons déjà eu l'occasion de parler qu'elle est montée à 25 milliards de dollars d'une campagne médicale ayant pour en objet la mort du mouchoir " et qui, partie Berliner Illustrirte Zeitung. d mérique, a fait quelques adeptes en ngleterre et se propose d'envahir le continent. TCH D'NCR Il est entendu que le mouchoir peut être le véhicule de certaines maladies plus ou moins NS doute Paul-ouis Courier rêvait-il plus contagieuses, mais, tout de même, on voudra à Vénus qu'il ne pensait à Mars. Sitôt le bien reconnaître qu'il rend parfois de précieux service militaire accompli, il s'isolait dans la services. u surplus, puisque ses adversaires bibliothèque de San orenzo, à Florence, et suggèrent de le remplacer par du papier de là il copiait un passage inédit de Daphnis et soie, pourquoi les risques de contagion seraient- Chloé. ils moindres? ujourd'hui, le possesseur du Que de trésors dans cette bibliothèque mouchoir le remet généralement dans sa enchantée! poche après usage. Demain, avec le rectangle de Ici se place l'épisode de la tache d'encre. papier, on n'aura plus cette précaution à Cette tache pouvait faire le malheur de prendre on se mouchera et l'on jettera le pa- Courier. lle fit sa réputation. pier n'importe où. 'ordre venant de rejoindre son régiment, Courier replaça le manuscrit de ongus sur le a Nation Belge. rayon. Il revint deux années plus tard, accomssocition D'HOMONYMS. pagné du libraire parisien Renouard. ImpruN a fait une curieuse statistique en Tchédent, il a conté sa découverte au conservateur, coslovaquie celle des noms les plus Del Furia. Ce Funa, à six jours de là, découvre répandus. Ce serait, à Prague, les Novak, puis une tache d'encre l'horrible tache sur les Jelinek, suivis par les Benès, les Novotny une page du fragment dont Paul-ouis Courier et les Cerny. a pris une copie. Une plume d'oie a fait le es premiers, les Novak, ont résolu de s'as- mal, laquelle communiqua la tache au manusocier. scrit. eur groupement comprendra des reprémais Del Furia, furieux, accuse Courier, sentants de toutes les corporations, qui s'en- dit M. Maurice evaillant, d'avoir renversé gageront à être, de préférence, les clients de lui-même l'encrier, sa copie faite, afin de rendre leurs confrères. le manuscrit illisible et de demeurer seul à es Novak sont, en effet, extrêmement nom- posséder les précieuses^ lignes inédites 1... Départ breux, si du moins l'on en juge par cette anec- de Courier. ettre' publique du conservadote teur. ettre à M. Renouard, libraire, de Courier. Dans un théâtre on crie Cette dernière lettre rendit l'écrivain célèbre. Novak! le feu est chez toi! Il trouva, pour parler de la tache d'encre, du t la salle de "se vider presque entièrement. dépit colérique de Del Furia et pour se déil est vrai que chez nous on dit la même fendre, un langage d'une personnalité et d'un chose des Durand I esprit éclatants. quoi tiennent les prémices de e Quotidien. la renommée... Nous entendons qu un curieux murmure Si, au lieu d'une plume, Paul-ouis TCHS SOIRS T RÉVOUTION Courier s'était servi d'un crayon? météorologiste Nyrbach a publié dans la Mais c'est reviser l'histoire littéraire par Neu Frei Presse un article documenté sur la des moyens trop faciles. Gloire à Courier coïncidence des maxima d'extension des taches et à sa tache d'encre! Il n'y a de bon pamsolaires avec les crises révolutionnaires, les phlétaire qu'avec tache. grandes guerres, les catastrophes politiques et a Renaissance. les phénomènes de folie collective. Un diagramme, joint à cette étude, donne GST T NGG l'expression graphique de ces coïncidences pour les principales crises politiques depuis U est la voie suivie par l'évolutiondulan1895 jusqu'à la dernière émeute viennoise, gage? M. Marr affirme que les sons qui en regard " avec l'accentuation graduelle des avaient tant préoccupé les anciens linguistes ne taches solaires. a coïncidence est frappante, forment nullement l'élément principal d'une avec cette réserve que, pour cinq crises pré- langue. a langue primitive se passait complècédentes, le parallélisme se place trente jours tement de l'élément sonore ; elle employait avant ou trente jours après l'événement. uniquement les gestes, auxquels les survivants. titre de renseignement rétrospectif, de l'humanité primitive ou sauvages font toum. Nyrbach fait observer que la plus grande jours si volontiers appel. Ce n'est que plus manifestation connue des taches solaires a été tard que l'élément sonore apparaît et se dévecelle des années 1787 et 1789 et que des exten- loppe dans les langues, et non pas d'après des sions maxima ont eu lieu en 1848 et de 1870 à lois spécifiques, mais en relation étroite avec le travail de l'homme. 'homme façonne sa Il cite le travail d un savant nommé Tchi- langue comme un instrument auxiliaire de son jevski, paru en 1924, dans lequel le parallé- travail. lisme en question a été relevé, année par année, On peut. en voir un exemple curieux sur un très grand nombre d'événements dans l'importance considérable que la racine d'une portée catastrophale, et dans tous ces signifiant " main " acquiert dans toutes les cas il y a eu coïncidence avec les taches solaires. langues. De cette racine on a formé un hombre 'lgérie. considérable de mots signifiant conduire, porter, diriger, indiquer et même parler. Dans 'ÉPRGN N MÉRIQU les langues slaves rouka (main) et retch NS un article récemment paru sous le (parole) semblent avoir une origine commune. Il en est du langage comme de la civilisation titre ' pargne et consommation ", se trouve un nombre de faits intéressants, tou- humaine où historiquement la main précède chant l'mérique économique. On y voit le cerveau. Ce ne sont pas les sons qui ont créé que l'art de réparer " est à peu près inconnu le langage humain, mais, au contraire, les sons aux États-Unis, mais la chose n'a pas l'impor- ont été choisis comme des instruments auxitance qu'on pourrait croire, puisque, souvent, liaires dans le processus du travail productif. se procurer des objets neufs coûte moins cher 'homme a créé la parole dans le même ordre que ses outils tout d'abord une hache de pierre que les réparer. Ce gaspillage apparent constitue donc une et, longtemps après, un moteur électrique. économie. Bien que le sol de l'mérique soit Bulletin d'information. N S O Q D 26 OUT 1928 I DIMNT MUDIT ( Suite du texte de la page 7.) départ eût-il passé quelque temps inaperçu, mais la disparition du diamant frappera le sorcier. Dès son réveil, il saura que nous avons fui et se mettra à notre poursuite. Nous n'avons plus un instant à perdre! Tâchons de gagner, avant le jour, un endroit où nous puissions nous cacher. Paul était désolé! Il n'avait eu d'autre but, en*s'emparant du diamant, que d'enrichir la collection de son père' d'une pièce rare, et voici qu'il avait compromis leur fuite. Il marchait la tête basse sans trouver un mot à dire, n'osant se plaindre de sa main qui commençait à le faire souffrir. orsque le soleil parut, les fugitifs étaient à trois bonnes lieues de la montagne, mais leurs forces commençaient à les abandonner. Sur la droite se trouvaient d'épais fourré?, derrière lesquels il était facile de se dissimuler. e savant se dirigea rapidement de ce côté et, lorsqu'il se jugea à l'abri, il se laissa tomber dans l'herbe, complètement épuisé. Père, dit Paul, ma main me cuit terriblement! Je me demande si ce n'est pas en prenant le diamant que je me suis blessé. Rudier examina la main de son fils, qui était couverte de boutons rouges, et fit la grimace. Hum I grogna-t-il, ce Touala est vraiment un affreux sorcier! ë liquide contenait quelque poison qu'il faut combattre. Il tira alors sa pharmacie portative de son sac, il étendit sur la main de Paul une pommada blanche à base d'oxyde de zinc sur l'effet de laquelle il comptait. Il fut convenu que les deux fugitifs dormiraient à tour de rôle afin de prévenir toute surprise. Vers six heures.comme c'était le tourne garde de Paul, il aperçut; très loin vers la gauche, une troupe de nègres. Il ne jugea pas utile dé réveiller son père, car les guerriers suivaient une direction opposée à la leur. D'ailleurs, les hautes herbes dans lesquelles ils avaient marché depuis la sortie de la montagne n'avaient pas gardé leurs traces. Paul s'assura que son revolver fonctionnait normalement et attendit. Une demi-heure passa et déjà il pensait que toute crainte avait disparu, lorsqu'un léger craquement dans un buisson voisin attira son attention. e doigt sur la gâchette du revolver, il se préparait à faire feu lorsqu'un écartement des branches lui permit de distinguer la haute silhouette de Touala. Son bras trembla. Il attendit pour être sûr de ne pas le manquer. Cependant, le sorcier l'avait aperçu 1 Sa sentant découvert, il bondit comme un léopard, prêt à fendre la tête de Paul avec sa courte hache. Il n'en eut pas le temps I Un coup de feu partit, et il tomba, le corps traversé d'une balle. u bruit de la détonation, le minéralogiste s'était réveillé. Un coup d'oeil lui suffit pour se rendre compte de ce qui s'était passé. Il allait parler, lorsque Touala, blessé à mort, se souleva sur un coude et demanda d'une voix rauque qu'on lui rendit le diamant noir. Il appartient à nos dieux 1 dit-il, si vous ne le remettez pas tout de suite, vous serea maudits 1 Rudier se contenta de hausser les épaules. lors, le sorcier, levant sa main droite audessus de sa tête, prononça ces paroles mystérieuses vant que se soient écoulées deux lunes, lp diamant disparaîtra et tu ne pourras savoir... Touala ne put achever sa phrase. Sa voix s'éteignit dans sa gorge; il tomba pour ne plu» se relever. PRÈS le * premier moment de stupeur, Rudier envisagea froidement la situation. On ne pouvait, sans danger, laisser à cette place le corps du sorcier. Son cadavre ne manquerait pas d'attirer les hyènes ou les oiseaux de proie, et les guerriers le découvriraient. Il faut l'enterrer I dit le minéralogiste, et, tirant ses outils contenus dans son sac, il se mit, aidé de Paul, à sa funèbre besogne. Ce ne fut qu'après deux heures d'un travail pénible que le corps du sorcier reposa dans sa tombe improvisée. Paul en garnit la surface d'herbes et de branchages pour que son emplacement fût caché à tous les yeux ; puis, sous le_ couvert des fourrés, les deux hommes reprirent leur marche vers le sud. midi, ils s'arrêtèrent pour attaquer leurs provisions et attendirent, avant de repartir, que la chaleur fût tombée. es nègres n'avaient pas découvert leur piste ; aucun d'eux ne s'approcha à plus de mètres de l'endroit où Touala avait disparu. Cette nuit-là, par excès de prudence, Rudier et son fils reprirent leur marche en se dirigeant à la boussole. u jour levant, ils avaient parcouru une telle distance que tout danger de poursuite put être considéré comme écarté.

15 IHI 26 OUT 1928 iiitoi«hmiiiiiiilimiiiiiiiiihi iiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 15 > > iniiiiiinuui imi IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIMIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIII DIMNCH-IUSTRÉ >"»"" marie contre apn gré et n'a point lieu de s en M- VIGÉ-BRUN, Tout le monde se mit à chercher, mais la féliciter. Circonstance aggravante elle se pierre précieuse demeura introuvable. 'ORTRITIST T MÉMORIIST détache d'une mère à qui elle avait donné tant Je sais bien, fit Paul, que je ne l'ai pas (Suite du texte de la page 5.) de preuves de tendresse... lâché! J'ai parfaitement senti qu'on me 1 enpour distraire sa peine, Mme Vigée-ebrun levait. qu'à cette charmante figure et que je n'ai quitte la Russie, et, après un bref séjour en Chacun se regarda. 'aventure était vérita- retrouvés chez aucune autre femme. * blement mystérieuse. Un malaise indéfinisun jour, Mme Vigée-ebrun, qui allait llemagne, où elle fait, à Postdam, le portrait sable s'emparait des plus braves. mettre au monde son second enfant, et qui de la reine ouise, revient en France en Réception triomphale, invitations spon C'est tout de même une coïncidence était souffrante, fut contrainte de manquer un étrange! fit observer quelqu'un. rendez-vous à Versailles pour une séance de tanées. es artistes la fêtent, avec, en tête, Une coïncidence, sans doute 1... grom- pose. lle vint le lendemain pour s'excuser, Greuze et Hubert Robert; la nouvelle arismela Rudier assez ennuyé de l'aventure, mais.a reine avait fait atteler sa calèche. Prévenue tocratie l'adopte, ce qui restait de l'ancienne rien de plus!... Il n'y a pas d'effet sans cause! e sa présence, Marie-ntoinette la fit venir lui ouvre les bras. près un séjour en ngleterre, elle exécute Je suis sûr qu'en cherchant bien, tout finira près d'elle aussitôt, lui demanda avec bonté ce par s'expliquer! Voyons, Paul, dis-nous exacte- qui lui était arrivé et, quand elle sut la raison un grand portrait d'une des sœurs de Napoment ce qui s'est produit. de son absence, décommanda sa calèche et dit léon, Caroline. n 1810, elle achète, à ouveciennes, une C'est bien simple, père... J'étais, comme Ne partez pas, je ne veux pas que vous maison des champs que les Prussiens occupent je te l'ai dit,.en train de graver sur ce verre le ayez fait cette course inutilement. nom de maman... lorsque, brusquement, j ai Toute confuse, Mme Vigée-ebrun, dans son en Mais ce ouis XVIII, qu'elle a peint senti une secousse et je n'ai plus trouvé le émotion, renversa sa boîte à couleurs. a reine quand il n'était que Monsieur, va bientôt diamant. Je ne suis pas superstitieux, tu le ramassa vivement les brosses et les pinceaux, en régner. e bon temps va renaître. Tout Paris sais, mais je t'assure que j'ai eu l'impression disant se presse dans son salon, où l'on fait encore qu'il m'était enlevé. aissez, vous êtes trop souffrante pour de bonne musique, où les poètes récitent leurs Curieux f... murmura le géologue Non- vous baisser. toux. Il y aurait bien une explication à' ce M' * Vigée-ebrun peignit toute la famille vers. Jusqu'à ses derniers jours, mais avec un phénomène, mais... j'hésite à la formuler, ce royale et la meilleure amie de la reine, cette serait si extraordinaire! princesse de amballe, au teint éblouissant de talent qui décline, elle continuera de peindre. Hein?... fit le professeur Brantin, vous raîcheur, aux superbes cheveux blonds ", dit- lle a aimé passionnément un art où elle ne marqua point de génie, mais où elle occupe croyez qu'il s'agit?... elle, qui devait avoir une fin si tragique. D'un phénomène physique... tout sima société la plus élégante se rencontrait une place honorable.âttsuperficielet charmant, élégant et nuancé, où le souci de flatter le plement! Oui! je le crois!... Je dirai même chez elle. que j'en suis à peu près sûr!... Seulement... «Grandes dames, grands seigneurs, hommes modèle apparaît trop délibérément^ u seuil quelques précisions me manquent... vez- marquants dans les lettres et les arts, tout arri- de ses soixante-dix ans, elle écrira a peinvous une loupe, Rudier? vait dans cette chambre. C'était à qui serait de ture est toujours pour moi une distraction qui Parbleu! j'ai ma loupe de poche. lle mes soirées et souvent la foule était telle que, n'aura de fin qu'avec ma vie. Un autre passe-temps fut d'écrire ses Soune me quitte guère, mais que diable voulez- aute de sièges, les maréchaux de France vous en faire!. s'asseyaient par terre, et je me rappelle que le venirs, qui parurent de 1835 à t elle Prêtez-la moi!... J'ai idée qu'elle me sera maréchal de Noaillés, très gros et très âgé, avait s'éteignit à quatre-vinçt-sept ans, un% peu utile! a plus grande peine à se relever. insi qu il oubliée, mais entourée d un petit cercle d amis Nantoux, armé de sa loupe, pria Paul de lui arrive dans les maisons ouvertes, les uns fidèles, le 29 mai céder sa place et, ayant examiné la nappe avec venaient pour trouver les autres, et le plus GSTON DRYS. attention, il poussa soudain une joyeuse excla- grand nombre pour entendre la meilleure mation. musique qui se fît alors à Paris.» 1 J'avais raison, fit-il. e diamant n'a pas lle chantait elle-même avec grâce et jouait été volé! Il a disparu! a prédiction du sorcier ort bien la comédie. lle était invitée partout, s'est accomplie! Vous ne le reverrez jamais! et les belles résidences d'été des environs de Comment cela? aris, Chantilly, e Raincy, Moulin-Joli, Venez voir, Rudier!Morfontajne, la Malmaison, Saint-Ouen, Roe minéralogiste prit la place de Nantoux et mainville, se disputaient sa présence. oufixa sa loupe sur l'endroit que celui-ci lui veciennes, elle fit le portrait de Mme du Barry prier. orsqu'il eut terminé, Nantoux, qui sem- désignait. à quarante-cinq ans, dont elle vante la grâce, la Que voyez-vous? questionna le géologue. douceur, la simplicité, l'inépuisable charité. blait vivement intéressé, demanda à revoir Je vois... quelques points brillants, le diamant. a mère de Paul, qui le tenait à ce répondit Rudier ; de nombreuses parcelles moment, le lui tendit. IS la Révolution éclate. a populace se tes-vous bien sûr, questionna-t-il, que dont je ne saisis pas la provenance... à moins livre à de brutalesdémonstrations.mme Vice diamant ait gardé le même éclat depuis qu'il que... Nantoux ne le laissa pas achever. gée-ebrun se croit, en raison de ses amitiés est retiré de la dissolution dans laquelle votre C'est ce qui reste de votre diamant! fit-il. avec les plus fidèles soutiens du régime, de son lorcier le tenait plongé chaque nuit? Je commence à comprendre, murmura le intimité avec la reine, plus exposée que n'im bsolument sûr 1 répondit Rudier. minéralogiste, mais qui a pu vous mettre sur la porte qui aux représailles. lle quitte préci Curieux!... pitamment Paris le 6 octobre 1789, laissant plu t vous dites, intervint Nordier, le paléon- trace? Bah! fit le géologue, il faut bien que nos sieurs portraits en train, terrifiée par cette tologiste, que Touala a déclaré que le diamant études nous servent à quelque chose!... Vous journée où le roi et la reine furent ramenés aux vous serait enlevé? savez, comme moi, d'ailleurs, que les diamants Tuileries au milieu d'une foule affamée. Oui! vant la deuxième lune! africains sont moins durs que ceux du Brésil Cela vous porte à quelle date? < es événements m'accablaient1 d'inquié aujourd'hui, ou... demain au plus tard. ou des Indes. tude, narre-t-elle, sur le sort de eurs Majestés C'est exact! et sur celui des honnêtes gens, en sorte qu'à lors!... vous êtes sauvé... Comment les hommes t qu'ils possèdent des propriétés phy- minuit on me traîna à la diligence dans un état Je n'ai jamais eu le moindre doute à ce remarquent vos imperfections siques et chimiques... qui leur sont propres qui ne peut se décrire. Je redoutais extrê ujet 1 Je sais cela!... Si ce diamant est véritable, dit M e Rumement le faubourg Saint-ntoine, que j'allais en silence. Ceci posé, l'explication va se trouver traverser pour gagner la barrière du Trône.» dier, il a évidemment une valeur considérable, Chaque jour, des millions de femmes atsimplifiée! Je n'ai pas eu le loisir d'examiner Mais ce faubourg était parfaitement calme; car sa grosseur est peu commune. tirent, sans d'ailleurs s'en rendre compte, Comment peux-tu en douter! s'exclama à fond votre diamant, mais j'ai tout de suite les ouvriers, qui avaient été à Versailles pour l'attention des hommes sur leurs imperfections. Paul. Il y a, d'ailleurs, une façon bien simple de été frappé par ce fait que, malgré son éclat ramener le roi, dormaient, fatigués d'avoir tant ucun homme n'aime voir, à un thé dansant, la femme avec laquelle il se trouve, sortir sa il avait une transparence peu commune. G marché et tant crié. t'en convaincre. Donne-moi ton verre I houppette et commencer à se tapoter le nez. genre de diamant offre cette particularité Que veux-tu en faire? Mme Vigée-ebrun partait avec sa fille et lle laisse entendre par cela même qu'elle a Graver ton nom avec le diamant! Per- que... sous l'action de la chaleur, d'un choc, une gouvernante. lle n'emportait que quatre- un vilain nez brillant et, probablement, un sonne n'ignore que c'est une façon très simple ou même d'une friction contre un corps dur, vingts louis, laissant bijoux et garde-robe. vilain teint qu'elle s'efforce de cacher. n mélangeant un peu de mousse de crème avec il peut éclater!... C'est ce qui s'est produit lle était déguisée en ouvrière. de s'assurer que la pierre est vraie. votre poudre de riz préférée vous pouvez facin prononçant ces mots, Paul commença Si votre sorcier plaçait son diamant dans une Son mari.non seulement gaspilla tout lement vous débarrasser d'un nez brillant et a écrire le nom de sa mère Marguerite. Il dissolution, c était, soyez-en sûr, pour le conser- l'argent qu'elle avait laissé, mais lui adressa dissimuler toute la journée les défectuosités de votre teint. a mousse de crème fait adhéétait arrivé à la lettre g sur laquelle il avait ver intact. Sachant que Rudier l'avait pris, il par la suite des demandes de fonds. rer la poudre à la peau en dépit de la chaleur, appuyé un peu plus fort que sur les autres lui était facile de prédire sa disparition! lle reçut en Italie un accueil empressé, par- eu temi>s pluvieux, d'un bain de mer ou de la videmment!...cela s'explique!... mais... tout fêtée comme le plus grand peintre français. transpiration provoquée par la danse. lle afin de faire tourner la boucle, lorsque, soupourquoi a-t-il éclaté dans les mains de Paul?... lle retrouve de nombreux amis déjà exilés. exerce également une action tonifiante sur la dain, il pâlit et un cri lui échappa. peau et son emploi continu supprimera bien Parce que votre fils, sans y penser, Qu'y a-t-il? interrogea Rudier. On lui commande des portraits. Naples, elle tôt et pour toujours un nez brillant. a mousse e diamant 1... fit Paul d'une voix hale- appuyé plus fortement sur le verre au moment exécute celui de la reine Marie-Caroline, sœur de crèmo est mélangée à la Poudre Tokalon au de faire la boucle du G... Cette friction, jointe de Marie-ntoinette, et de ses enfants, et de la cours de sa fabrication, d'une façon scientitante. fique et dans J^es proportions exactes. Cette à la chaleur de vos doigts, a suffi pour détruire fameuse lady Hamilton. h bien?... poudre remarquable est invisible sur la peau. la cristallisation du carbone dont est composé On me l'a volé!... lle revoit à Rome Mesdames délaïde et lle tient jusru'à ce que vous vous laviez. le diamant et... Victoire, tantes du roi, passe à Vienne où elle Personne ne pensera jamais que votre peac ft Bravo! cria Rudier émerveillé. Je recon- réside pendant deux années et se rencontre fraîche, douce et veloutée et votre teint merveilleux ne sont pas dûs entièrement à votre nais la justesse de votre explication! h! mon avec beaucoup d'émigrés. e'prince de igne propre beauté naturelle. Chaque matin, y eut parmi les convives un mouvement vieux Nantoux, il faut que je vous embrasse!.. la présente dans la meilleure société. lle peint de femmes emploient la Poudre Tod'effroi. Quelques-uns se levèrent, inca- Comment n'ai-je pas pensé à cela plus tôt! les grandes dames de l'aristocratie autrichienne kalon. es femmes de France, d'ngleterre, d'mérique, d'italie, les plus exquises, les es deux hommes s'étreignirent et tout le et polonaise. pables de cacher leur trouble. Ce fut le plus jolies du rnond^ entier, exigent maintemonde applaudit. minéralogiste qui se ressaisit le premier. lle apprend l'exécution de sa chère Marie- nant la Poudre Tokalon. a science est une belle chose! proclama ntoinette, qui plonge la société viennoise et Que dis-tu, Paul? s'exclama-t-il. On es compactes Tokalon contiennent mainten'a pu te voler le diamant sans que personne le minéralogiste en levant son verre. Messieurs les émigrés dans une morne consternation. a nant de la mousse de Crème. a Poudre et le s'en aperçoive! xplique-toi, voyons! Que je bois à la santé du géologue Nantoux 1 duchesse de Polignac se laisse mourir de Rouge sont tous deux très adhérents. Quelque chose de nouveau, de différent, de meilleur. Chacun s'empressa de vider sa coupe, et ce chagrin. s'est-il passé? Coffret de beauté gratuit. Notre nom eau Je n'en sais rien!... répondit le jeune fut dans une allégresse générale que s'acheva Berlin, le prince Henri de Prusse, qu'elle coffret de beauté contenant quatre petits homme encore tout ému. j'étais en train de la tragique histoire du diamant maudit! avait connu à Paris, lui réserve une réception paquets de poudre de riz à la mousse de crème graver le nom de maman sur le verre lorsque; ÉON MBRY chaleureuse. Saint-Pétersbourg, où elle arrive de nuances différentes et trois petits tubes de Tokalon* Uiment pour ta Peau sera tout à coup, le diamant m'a été arraché dès un an avant la mort de la grande Catherine, elle Crème envoyé, à titre gracieux, sur demande accomfait les portraits des grandes-duchesses et d'une pagnée de. trois francs pour frais d'envoi, etc. mains! BONNMNTS D SISON foule de princesses. Sa faveur continue sous dresse Maison Tokalon, Service 55, rue Par qui? Pour répondre au désir exprimé par de nom- l'empereur Paul Ier, puis,, après l'assassinat de uber. 2. Paris. Je ne sais pas 'Par quelqu'un d'invisible! st-ce que le sorcier aurait dit vrai? breux lecteurs qui ne peuvent se procurer que celui-ci en 1801, sous lexandre Ier. mie de difficilement DIMNCH-IUSTR, nous avons, l'impératrice, elle se fait en Russie une situa- lihhiiiilitliihilmuiffrthhiitililitiwàltillitlilliitlilliillilililliil murmura M316 Rudier impressionnée. llons donc f fit son mari en haussant les jusqu'au 31 octobre, créé des abonnements de tion aussi en vue que celle qu'elle avait en DIMNCH-UTO épaules, cela n'a pas le sens commun. Paul vacances, de un, d.ux et trois mois, au prix de France. 20page& «itomoblle - tourisme / fftmihc a lâché le diamant, voilà tout 1... Nous allons 0 fr. 50 le numéro pour la France, et dz 1 franc Un profond chagrin vint attrister une exispour l'tranger. le retrouver sous la table. tence si brillamment rétablie sa fille chérie se lltllllllllllllllllllllillllllllillillllllllflllllllllllllllllllllllllllllllllll partir de ce moment, les étapes furent moins longues et la fatigue, plus supportable. a main de Paul allait mieux ; vingt-quatre heures après l'application de la pommade, la cuisson et les boutons avaient disparu. Deux jours plus tard, les fugitifs s'étant rapprochés du sentier, retrouvèrent Kanéa et Nanka qui s en retournaient au Cap, persuadés que les Français avaient'été tués. a fin du voyage s'accomplit sans incidents. Deux mois plus tard, Rudier et son fils, ayant terminé leurs recherches, rentraient en France où les attendaient leur famille et de nombreux amis. près quelques jours d'un repos bien gagné, le minéralogiste, désireux de faire admirer sa collection, invita plusieurs de ses collègues à un dîner intime. e repas fut animé et l'on y parla beaucoup des magnifiques échantillons rapportés d'frique. Rudier donna quelques précisions sur la façon dont il se les était procurés et, comme la servante déposait sur la table deux bouteilles de Champagne destinées à terminer la fête, le savant parla en ces termes Mes chers amis, vous avez paru vous Intéresser aux échantillons qui vous ont été présentés avant le repas et je vous en remercie. fin de piquer votre curiosité, j'ai gardé sur moi la plus belle pièce de ma collection. Tandis que nous boirons le Champagne à la santé de Paul, à qui je le dois, je vous raconterai à la suite de quelles circonstances il a réussi à s'en emparer. yant dit ces mots, Rudier déboutonna son veston et sortit d'une poche intérieure un écrin qu'il ouvrit. Un murmure d'admiration s'éleva. Sous la lumière de la lampe, le diamant noir, posé sur le velours blanc, étincelait de mille feux! Paul versa le Champagne et, tandis que l'on buvait en son honneur, Rudier fit circuler l'écrin. C'est une pièce unique l remarqua le professeur Brantin. Racontez-nous son histoire! fit Nantoux le géologue. e minéralogiste s'exécuta sans se faire GRND RRUR D FMM M I

16 1 fiinm DIMNCH-IUSTRÉ ' " >"<<"""" ij»«i«n itumiiuiiiiii iliitiulii 16 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiin NOTR (Cil VUT PRITR JUN? n vous rendront toujours régulièrement les services que vous leur demandez. Que ce soit pour TRVI - PISIR soit avec 01) S FFIRS trouverez dans notre gamme de fabrication le modèle qui répond exactement a vos besoins ou à vos désirs. un crédit de v nos motos vous conduiront toujours à destination sans aucun ennui et sans défaillance. Consultez nos clients, ils seront unanimes à reconnaître la satisfaction qu'ils en éprouvent. MOHTGOYÔH MÇON \ -y \jtxc^osixk qui CCTivieruUa francs par mois, soit un crédit de VC FRS Payables eur -12 mois Cucut>Uiez \ous 40 ira.at juu», avec icuuifca XBICOTfiU ppienti.grat.catai.n" ijirancp ieru-e TRICOTI i 8, Rue Tronchet - PRIS a CRM de ma RIN DOUURS TRDIVS D 'STOMCou est la RIN.es CRMS Si vous avez des sensations de brûlures de crampes deux ou trois heures après les repas, il est presque certain que vous souffrel d'hyperchloridrie ou sécrétion d'un sue gas» trique trop acide. Pour rendre votre digestion normale et saine, prenez de la Magnésie Bis» murée qui neutrahser»_,fnstantanement tout excès d'acidité et calmera la muqueuse gastri* que enflammée. a Magnésie Bismurée (marque déposée) se trouve dans toutestles pharmacies. CTRRH MPHYSÈK - OPPRSSIONS STHM Merveilleuse Crème 'de "Beauté N VNT PRTOUT J. esquendleu, Porto TIMBRS-POST UTHNTIQUS -DS M ISS IONS ÉTRNGÈRS Garantis non triés, vendus au kilo Demandez notice explicative au Directeur de l'office des Timbres des Missions 41, rue des Redoutes, TOUOUS (France) mm Seule, l'ctroys détruit la racine des duvets durcis par epilatoii toire. I M"" CHPON (diplômée) garantit les résultats, Itats. 11, rue de l'étoile, Paris CHMINS D FR D PRIS YON T MÉDITRRNÉ SOUGMNT IMMÉDIT, guérlson par lee Globules Rébaud Résultat» merveilleux. Surprenants même. Ttei Phles le flacon 13.80, impôt compris. Dom. notice OICH0UX. Phlea. Bois-Colombe» ISelaa), CHMINS-FR Pas de diplôme demande. ge de21 à 30 ans on plot ISces. Mil.). Carrière active. Indépendante, bien rémunérée, carte gtatulte circulation. Renselg-. grn, Sarlcata Soécuto tfadwlalkrauon,4.rueférou.parivi») mois. BUTIN D COMMND No... Veuillez m'adresser votre Chronomètre de précision, boîtier savonnette en plaqué or garanti 10 ans, avec la chaîne gentleman plaqué or, pour le prix total de francs, payables 25,28,30 ou 35 francs parmois,le premier versement à la réception et, ensuite, je verserai chaque mois à la poste, au crédit du compte de chèques postaux NNTS n 5824, le montant d'une mensualité. ' ~ e Nom et Prénoms (SIGNTUR) Profession ou qualité. dresse de remploi. Domicile MISON PIRR STRMB, es Sables-d'Olonne (Vendée) INTRSS ions les Jeunes Gens et Jennes Filles, tous les Pères et Mères de Famille Demandez le Programme gratuit des tablissements JMT-BUFFRU I 86. Rue de Rivoli. PRIS l ( ulâftaw 14 % d'escompte au comptant. Sur demande, envoi franco du Catalogue Général. CCI a collection complète d'échantillons de laine est adressée gratuitement et sans aucun Irais sur demande aux préparez-vous an concours du Contrôle de l'tat sur tes N 11. Mo'dèle supérieur, 19 lignes, boîte savonnette très robuste et très forte, forme Royale, réglage de précision, mouvement doré, spiral Bréguet, 15 rubis scientifiques, etc. Prix, y compris, la chaîne -prime, 392 francs, payables Il a maintenant été démontré que c'est la sous-alimention de la peau et nullement l'âge, comme on le croit généralement, qui est la cause des rides, d'un teint fané, des joues flasques et qui donne l'aspect vieux à une femme. Noue,vous garantissons contre francs que la Crème Tbkalon, liment pour la Peau, couleur rose, contient des éléments nutritifs extrêmement nourrissants et spécialementpréparés dont votre peau a absolument besoin pour conserver sa fraîcheur, sa transparence et sa fermeté et pour éviter les rides. Cette Crème rafraîchira et revivifiera votre épiderme d'une façon à peine croyable, même en une nuit. Des femmes de 50 ans peuvent désormais n'en paraître que 30 et les jeunes filles obtiendront un teint qui provoquera l'envie et l'admiration de toutes leurs amies. ppliquez la Crème Tokalon, liment pour la Peau, COUUR ROS, le soir; et la Crème Tokalon, liment pour la Peau, COUUR BNCH, le matin. e succès est garanti dans tous les cas, sinon votre argent vous sera remboursé. Notice franco sur demande tarder, 14 mois Nous le livrons accompagné d'une magnifique chaîne en plaqué or inaltérable garanti, dite gentleman, grandeur 36 centi mètres, dont le dessin est ci-contre FRNCSH D GRNTI, ROBUSTS - CONFORTBS SOUPS T ÉCONOMIQUS /Vans réunit les trois qualités qui doivent être exigées d'un Chronomètre francs par mois Vous d'inspecteur 10 PRÉCISION -- ÉÉGNC -- SOIDITÉ temps I VÉRITB Son mouvement, de fabrication française, est à remontoir, de hauteur normale, c'està-dire que tous les mobiles ont la place suffisante pour së mouvoir sans se gêner (ce qui n'arrive pas toujours dans les montres extra-plates), avec échappement antimagnétique à ancre 15 rubis, levées visibles, spiral Bréguet, cadran émail blane, chiffres de 1 à 24 sur deux tours, aiguilles poires, petit cadran de secondes/ereusé. Son boitier savonnette est en plaqué or GRNTI IO NSi estampillé à l'intérieur par ia première manufacture de boîtes de montres du monde fabricant ce genre de forme nouvellè "lunettes à gouge, fonds rayons de gloire ouis XV ou bandes artistiques, le couvercle qui se rabat sur le verre protège celui-ci; en Un mot, notre Chronomètre de précision est la reproduction exacte d'une mon tre savonnette en or d'au moins francs. e Jjrix de notre Chronomètre de précision n 10 est de 350 francs, payables i MOTOS du Pavillon, tf"i<"it CHRONOMTR. PRCISION Des professeurs demédecirîemerv nois font la plus grande découverte de beauté réalisée depuis looans. PUS D RIDS 55, rue 26 OUT 1928 iiuiniiuiiiuiuuiiiiiiiiihiiiiiiiiiuiiihhiiiiiiiiiiiiiiii ïïei de yon au lac éman en autocars P.-.-M. a calme et pittoresque cité de Pérouges, restée intacte "depuis le xve siècle, dans un complet isolement, connaît aujourd'hui une agitation inaccoutumée ; ce ne sont qu'autos et allées et venues de curieux. e P.-.-M. a réveillé la cité médiévale endormie en la faisant traverser, trois fois par semaine, par le service d'autocars qui, dans la journée, relie yon a Genève par Pérouges, les curieuses grottes de la Balme, la Chartreuse de Portes, le col de Richemond, la Perte du Rhône et Collonges-Fort-l'cIuse. utant d'attractions de premier ordre qui assurent le succès de cette ligne de tourisme, qui permet, de yon, de rejoindre soit la route du Jura, soit la route des lpes. 'ÉCO UNIVRS, la plus importante du monde, vous adressera gratuitement, paf retour du courrier, celles de ses brochures qui se rapportent aux études ou carrières qui vous intéressent. 'enseignement par correspondance de 'CO UNIVRS permet de faire, à peu de frais, toutes les études chez soi, sans dérangement et avec le maximum de chances de succès. Pour être renseigné, découpez le BUTIN CI-DSSOUS, marquez d'une croix chacune des brochures qui vous intéressent, écrivez au bas votre nom et votre adresse, et expédiez" ce bulletin, sous pli fermé, à 'ÉCO UNIVRS, 59, boulevard xelmans, Paris (10"). Brocb Classes primaires^ complètes. Certificat d'études, Brevets, C.. P., Professorats, Inspection primaire. Broch Classes secondaires complètes. Baccalauréats, icences (ettres, Sciences, Droit). Broch Grandes Écoles spéciales (griculture, Industrie, Travaux publics, Mines, Commerce, rmée et Marine, nseignement, Beaux-rts, Colonies). Broch Toutes les carrières administratives (France et Colonies}. ~ Broch Caixrlères d'ingénieur, Sous-Ingénieur, Conducteur, Dessinateur, Contremaître dans les diverses spécialités Électricité, Radiotélégraphie, Mécanique, utomobile, viation, Métallurgie, Mines, Travaux publics, Béton armé, Chauffage central, rchitecture, Topographie, Chimie, griculture, griculture coloniale. Broch Carrières du Commerce (dministrateur, Secrétaire, Correspondancier, Sténo-Dactylo, Contentieux, Représentant, Publicité, Ingénieur commercial, xpert-comptable, Teneur de livres). Carrières de la Banque et de la Bourse, des ssurances et de l'industrie hôtelière. Broch angues étrangères (nglais, spagnol, Italien, llemand, Portugais, rabe, spéranto). Broch Orthographe, Rédaction, Rédaction de lettres, Versification, Calcul, Dessin, Écriture, Calligraphie. Broch Carrières de la Marine marchande. Broch Solfège, Piano, Violon, ccordéon, Transposition, Harmonie, Contrepoint, Fugue, Composition, Orchestration, Professorats. Brocb rts du Dessin (Dessin d'illustration, Composition décorative, Dessin de figurines de mode, quarelle, Peinture, Pastel, Gravure, Décoration publicitaire, Travaux d'agrément, natomie artistique, Histoire de l'art, Préparations aux métiers d'art et aux Professorats de dessin). Broch Métiers (Je la Coupe et de la Couture (Petite main, seconde main, première main, vendeuse, vendeuse-retoucheuse, représentante, coupeur, coupeuse). Broch Journalisme (Rédaction, Fabrication, dministration) ; Secrétariats. expédier gratuitement à M. Bue..par.. Départ- Si vous souhaitez des renseignements ou des conseils spéciaux à votre cas, ils vous seront fournis très complets à titre gracieux et sans engagement de votre part. Il vous suffira de nous les demande» sur une feuille quelconque que vous joindrez au bulletin ci-dessus. / e Gérant H. PG. U&TUfiRU Paris. HÈMRY,_ imprimeur, 18, rue d'ngtuen,

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

26 février 1918. Marie,

26 février 1918. Marie, Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre Lettres écrites par Julie, élève de 1L 26 février 1918 Je suis tellement heureux, ce temps maussade ne se finira jamais il me semble, maintenant. Mais je

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Versailles : arme du pouvoir (1)

Versailles : arme du pouvoir (1) Versailles : arme du pouvoir (1) 1 2 Versailles en 1668. La galerie des glaces. 3 4 Le pavillon de chasse de Louis XIII dessiné par J.C Le Guillou. Edition Deux Coqs d or. La chambre du roi 5 Le réseau

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

HENRY JAMES. Washington Square

HENRY JAMES. Washington Square HENRY JAMES Washington Square roman traduit de l anglais par camille dutourd LE LIVRE DE POCHE 1 Il y avait à New York vers le milieu du siècle dernier un médecin du nom de Sloper qui avait su se faire

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

Lili et le nouveau cirque

Lili et le nouveau cirque PROGRAMNR 51458/ra5 Lili et le nouveau cirque Programlängd : 14 30 Producent : Anna Trenning-Himmelsbach Sändningsdatum : 2006-02-14 - T'as déjà été au cirque? - Oui - Et c'était quoi le cirque? - Ben

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

Atelier 3. Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. les lutins. Le langage au cœur des apprentissages : «Au pays des lutins couleurs»

Atelier 3. Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. les lutins. Le langage au cœur des apprentissages : «Au pays des lutins couleurs» Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. Lorsque le petit homme naît, il privilégie énormément le toucher à sa vue, encore mal affinée. A 3 mois, il ne reconnaît pas un objet qu il n a pas touché

Plus en détail

BREVET BLANC N 1 FRANÇAIS

BREVET BLANC N 1 FRANÇAIS BB1FRS0109 BREVET BLANC N 1 Session janvier 2009 FRANÇAIS SÉRIE COLLÈGE Première partie : 1 h 30 - Questions (15 points) et réécriture (3 points) 1 h 15 - Dictée (7 points) 15 minutes LE TEXTE DOIT ÊTRE

Plus en détail

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Nom : Prénom :.. Classe : LES FÉES Texte long donné aux élèves au préalable afin qu ils aient le temps de le lire à la

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

Annie St-Amand ANNÉES P 1 2 3 4 5 6 S

Annie St-Amand ANNÉES P 1 2 3 4 5 6 S 2010-11-22 Annie St-Amand ANNÉES P 1 2 3 4 5 6 S Case postale 1202 Lévis (Québec) G6V 6R8 Téléphone : 418 833-5607 Télécopieur : 418 833-9723 www.envolee.com / info@envolee.com LES RÉBUS Nom 1 Écris le

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs!

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs! Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010 Découvrez EN APESANTEUR De BRIGIT H Et votez en couleurs! Les zones d interprétation se situent après le texte, ci-dessous. Pour voter, suivez les

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS SESSION 2011 Brevet d Études Professionnelles «rénové» FRANÇAIS L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Le sujet comporte 5 pages numérotées de 1 à 5. Examen : BEP «rénové» Spécialité : toutes spécialités

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL)

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL) il avait la solitude au cœur. il découvrait qu il a raté plein de bonheur. qu il avait perdu la lune en comptant les étoiles. Il avait écrit des livres. il découvrait ses petits. que la raison d écrire

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning OTTO entend tout ou presque Par Linda Hutsell-Manning A propos de l auteur : Linda Hutsell-Manning est l auteur de ce livre d image, de jeux et séries de voyages dans le temps. www.lindahutsellmanning.ca

Plus en détail

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre.

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Gö r l i t z La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Pouvait-il l avoir raté? Il s était pourtant caché dès

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

Le Sort d un papillon

Le Sort d un papillon Emma Adèle Lacerte Le Sort d un papillon Les Revenants Le sort d un papillon Sur le toit d une véranda, deux chenilles avaient élu domicile. Toutes deux, enveloppées d un tissu blanc et ouaté, attendaient

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr. PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.st Nous vous présentons ici à peu près la moitié de la pièce. Si vous êtes

Plus en détail

Couleur Mékong. Recueil de poèmes, de chansons et de partitions. Volume 2

Couleur Mékong. Recueil de poèmes, de chansons et de partitions. Volume 2 Couleur Mékong Recueil de poèmes, de chansons et de partitions Volume 2 1 INDEX CHANSONS & PARTITIONS Chanson Partition Aime-moi sans mentir...................................... 75....... 218 Amours cosmiques........................................

Plus en détail

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P Année scolaire 2015-2016 Mme Sicot 1 Préambule : Les élèves de la classe de 6 ème P ont d'abord rédigé diverses situations initiales à partir de cartes

Plus en détail

UN GENTLEMAN. Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc. Contes du soleil et de la pluie

UN GENTLEMAN. Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc. Contes du soleil et de la pluie Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc UN GENTLEMAN Contes du soleil et de la pluie Journal L Auto 25 juin 1903 Recueil Gueule-Rouge. 80 chevaux Ollendorf, 1904 Table des matières

Plus en détail

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005 Irina L. Irina d ici Témoignage recueilli en juin 2005 Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie, module sonore) : Monica Fantini Photos : Xavier Baudoin 197 7 Naissance à Caransebes,

Plus en détail

Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la

Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la PALAIS DU ROI C est à la claire fontaine et auprès du palais du roi Il y a de jolies filles qui s y baignent auprès de moi Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la La plus jeune c

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

La princesse qui n aimait pas les princes Alice Brière Haquet (1)

La princesse qui n aimait pas les princes Alice Brière Haquet (1) La princesse qui n aimait pas les princes (1) Il était une fois, dans un beau et paisible royaume, une jolie princesse qui réussit un jour une superbe mayonnaise. Conseillers et ministres, cuisiniers et

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS. Le petit ogre veut voir le monde

MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS. Le petit ogre veut voir le monde MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS Le petit ogre veut voir le monde texte 1 Il était une fois un petit ogre qui rêvait de voir le monde. Mais le petit ogre n avait jamais quitté sa maison car ses parents

Plus en détail

Gilles Villeneuve. Q ui était... ORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS S

Gilles Villeneuve. Q ui était... ORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS S ORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS S Q ui était... Textes : Élise Bouthillier et Sylvain Croteau Illustrations : Gabrielle Pleau Gilles Villeneuve CHAPITRE 1 L ENFANCE

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE La brève histoire de ma vie 4 Stephen Hawking LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE Traduit de l anglais par Laurent Bury Flammarion Copyright 2013 by Stephen W. Hawking Tous droits réservés

Plus en détail

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours.

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours. Dis, maman Dis, maman, c'est quoi le printemps? Le printemps, mon enfant, c'est la saison des amours. Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant 1 - Découverte : Le verbe au participe passé Rappel : le verbe au participe présent, c est : Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant C est grâce au participé présent

Plus en détail

Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement

Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 9.11 V 9.1 V 9.6

Plus en détail

La grammaire du français. en 40 leçons et 201 activités CORRIGÉS. niveau

La grammaire du français. en 40 leçons et 201 activités CORRIGÉS. niveau La grammaire du français en 40 leçons et 201 activités CORRIGÉS niveau B1 L ADJECTIF 1 Écoutez et complétez Piste 3 1 La mairie de votre ville organise une séance publique le 16 mars dans les locaux (12

Plus en détail

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie»

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» J'ai cinquante-quatre ans, je me prénomme Will et je suis un passionné d'écriture. Je suis un écrivain. Aujourd'hui, si j'essayais

Plus en détail

Mon Voyage à Paris (Boutier Alexia)

Mon Voyage à Paris (Boutier Alexia) Mon Voyage à Paris (Boutier Alexia) On s'est levés à 4h40 et nous sommes allés déjeuner. Puis on à pris nos pique-nique et on est montés dans le bus. On est arrivés à la gare, puis on a attendu que vienne

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

D IRQUE ET FIEN Carrousel des moutons

D IRQUE ET FIEN Carrousel des moutons D IRQUE ET FIEN Carrousel des moutons Jonglage, acrobatie, piano tournant. Un spectacle sans mots... Vendredi 6 janvier 14h30 (représentation scolaire) & 20H La Luna MAUBEUGE Durée : 1h Le Manège Rue de

Plus en détail

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS Depuis que les hommes racontent des histoires, de nombreuses d entre elles tentent dʹexpliquer comment le monde a été créé et pourquoi les choses sont comme

Plus en détail

Expression écrite. Renart et les marchands

Expression écrite. Renart et les marchands Expression écrite Objectif : Apprendre à résumer un texte (1) Commence par lire le texte ci-dessous. Il a été écrit au 13 e siècle et raconte les aventures d'un goupil nommé Renart. Prends ton temps et

Plus en détail

Programme. Bienvenu à Chambord! Merci de bien suivre ces horaires. Nous comptons sur ta ponctualité!

Programme. Bienvenu à Chambord! Merci de bien suivre ces horaires. Nous comptons sur ta ponctualité! Bienvenu à Chambord! C est parti pour trois jours de vie scoute, réunies tous ensemble pour fêter le centenaire du scoutisme. La première partie du week-end se déroule en branche et tu trouveras dans ce

Plus en détail

Dans la ville de Venise on raconte mille histoires et chaque année est organisé le carnaval!

Dans la ville de Venise on raconte mille histoires et chaque année est organisé le carnaval! Le Pierrot de Venise Dans la ville de Venise on raconte mille histoires et chaque année est organisé le carnaval! Tous les habitants se déguisent. Les mamies de la ville racontent une histoire très ancienne

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

C est au cœur de la Riviera Française, à Gassin près de St Tropez, qu est nichée la Villa Belrose. Son emplacement unique fait même s extasier les

C est au cœur de la Riviera Française, à Gassin près de St Tropez, qu est nichée la Villa Belrose. Son emplacement unique fait même s extasier les UN REFUGE A Saint-Tropez Vue imprenable sur Saint-Tropez C est au cœur de la Riviera Française, à Gassin près de St Tropez, qu est nichée la Villa Belrose. Son emplacement unique fait même s extasier les

Plus en détail

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible Série 1 maison papa porte rue Série 2 avec deux terre été Série 3 maman pipe pour table Série 4 école jardin mal bébé Série 5 carte cheminée livre nature Série 6 rouge sucre tête vache Série 7 achat barbe

Plus en détail

Compréhension orale - 40 minutes

Compréhension orale - 40 minutes Compréhension orale - 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions. SECTION A 8 questions Associer des illustrations à des messages oraux. SECTION B 26 questions

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1

Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1 Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1 1 ère rencontre En marche vers Noël : Restons éveillés Ecoute de la Parole de Dieu (Cf. Annexe 1) Mime les attitudes des

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR 1 Le verbe 6: le passé composé avec avoir Mettez les verbes au passé composé, comme dans l'exemple. exemple: Hier, nous (manger)...chez les Durand. Hier, nous avons mangé

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues NATURE DES ÉPREUVES DURÉE NOTE SUR 1 2 3 4 Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de

Plus en détail

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001 La souris voyageuse Pipistrelle à Venise Annick et Jacques Laban Novembre 2001 1 Dans la gare de Nice, sous une grosse traverse en bois vivait une famille de souris. La demeure était certes un peu bruyante,

Plus en détail

Nous les transcrivons fidèlement afin qu à votre tour vous puissiez juger du talent des unes et des autres!

Nous les transcrivons fidèlement afin qu à votre tour vous puissiez juger du talent des unes et des autres! Collège International de Cannes. Concours de «La plus belle lettre de l alphabet» 2014 Ah! La lettre! Comme chaque année notre grand jury, composé de Messieurs DICTIONNAIRE, ORTHOGRAPHE et De BEAULANGAGE

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail