AMNISTIE INTERNATIONALE CANADA FRANCOPHONE Volume 34, n o 2, Été 2013 Publication trimestrielle 2,00 $

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AMNISTIE INTERNATIONALE CANADA FRANCOPHONE Volume 34, n o 2, Été 2013 Publication trimestrielle 2,00 $"

Transcription

1 NUMÉRO DE CONVENTION DE LA POSTE-PUBLICATIONS NUMÉRO D ENREGISTREMENT AMNISTIE INTERNATIONALE CANADA FRANCOPHONE Volume 34, n o 2, Été 2013 Publication trimestrielle 2,00 $

2 ÉTÉ 2013 VOLUME 34 NUMÉRO 2 LE MAGAZINE DES DROITS HUMAINS Éditrice déléguée Béatrice Vaugrante Coordination et réalisation Anne Sainte-Marie Collaborateurs Paul LeBas, Colette Lelièvre, Heide-Marie Boellinger, Stéphanie Mengus, Béatrice Vaugrante Pour nous écrire : Direction artistique et design Turcotte design Impression K2 impressions Convention de la Poste-Publications N o Enregistrement n o Retournez toute correspondance ne pouvant être livrée au Canada à : Amnistie internationale 50, rue Sainte-Catherine Ouest Bureau 500 Montréal (Québec) H2X 3V4 SOMMAIRE Bonnes nouvelles Au nom des personnes pour qui vous avez écrit, merci! Rapport annuel 2013 Le Rapport 2013 d Amnistie internationale donne, sur quelque 400 pages, une vision complète et détaillée de la situation des droits humains dans le monde et plus précisément dans 159 pays et territoires. J aime mon corps, j aime mes droits Dans le cadre de la campagne contre les mariages d enfants, nous présentons une exposition de photos exceptionnelles. Appels mondiaux Assemblée générale annuelle PHOTO DE LA COUVERTURE AGIR paraît 4 fois par année et est publié par Les Éditions Agir, filiale d Amnistie internationale Canada francophone La teneur des textes n engage que les auteurs. ADRESSE: 50, rue Sainte-Catherine Ouest Bureau 500 Montréal (Québec) H2X 3V4 Téléphone: (514) Sans frais: Télécopieur: (514) Dépôt légal: Bibliothèque nationale du Canada Bibliothèque nationale du Québec ISSN REUTERS/GORAN TOMASEVIC Des combattants de l armée libre de Syrie courent se mettre à l abri alors qu un obus explose sur un mur durant des affrontements violents dans une banlieue de Damas, en janvier Avez-vous visité notre nouveau site WEB? amnistie.ca Commentaires et suggestions:

3 Cet homme proteste contre l utilisation des fusils à balles réelles, utilisés par les policiers contre les manifestants anti président Morsi, près de la place Tahrir en janvier «Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier. Nous sommes pris dans un réseau d interdépendances auquel nous ne pouvons échapper, tous liés par une destinée commune. Tout ce qui touche l un de nous directement touche indirectement tous les autres.» Martin Luther King, Lettre de la prison de Birmingham, 16 avril 1963, États-Unis RAPPORT ANNUEL 2013 LES DROITS HUMAINS NE CONNAISSENT PAS DE FRONTIÈRES PAR SALIL SHETTY, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL REUTERS/AMR ABDALLAH DALSH Le 9 octobre 2012 au Pakistan, MALALA YOUSAFZAI a été atteinte à la tête d une balle tirée par des talibans. Le crime de cette adolescente de 15 ans? Défendre le droit à l éducation des filles. L arme du crime? Un blog. Tout comme l acte de Mohamed Bouazizi qui, en 2010, avait entraîné dans son sillage un vaste mouvement de contestation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, la détermination de Malala Yousafzai a eu des effets bien au-delà des frontières pakistanaises. Les souffrances endurées par certains et le courage déployé par tant d hommes et de femmes, associés à la puissance des médias sociaux qui ne connaissent pas de frontières, ont modifié notre perception du combat en faveur des droits humains, de l égalité et de la justice, et ont infléchi de façon perceptible le discours sur la souveraineté et les droits fondamentaux de la personne. Aux quatre coins du monde, des gens se sont mis en danger et ont investi les rues et la sphère numérique pour dénoncer la répression et la violence exercées par des gouvernements et d autres acteurs puissants. S exprimant dans des blogs, dans d autres médias sociaux et dans la presse traditionnelle, ils ont fait naître un courant de solidarité internationale pour que Mohamed Bouazizi ne tombe pas dans l oubli, pour que Malala garde espoir. Un tel courage, combiné à la capacité de communiquer notre soif de liberté, de justice et de respect des droits, suscite l inquiétude de ceux qui sont au pouvoir. Contraste saisissant avec le soutien apporté à celles et ceux qui dénoncent l oppression et la discrimination, nous voyons de nombreux gouvernements s employer à réprimer des manifestations pourtant pacifiques et tenter désespérément de contrôler la sphère numérique notamment en essayant de réédifier leurs frontières nationales dans cette sphère. Extrait de l avant-propos. 3 AGIR Été 2013

4 BONNES NOUVELLES ELLES TRADUISENT L IMPACT DES ACTIONS DES MILITANTS D AMNISTIE ÉTATS-UNIS ABOLITION DE LA PEINE DE MORT AU MARYLAND Après le Nouveau Mexique en 2009, l Illinois en 2011 et le Connecticut en 2012, le MARYLAND est devenu le 18e État américain abolitionniste. Le 2 mai, le gouverneur démocrate Martin O Malley a signé la loi qui supprime le recours à la peine capitale dans son État. Amnistie appelle le gouverneur O Malley à faire en sorte que son État renonce sans exception à appliquer un châtiment qu il vient à juste titre de rejeter : que soit évitée la perspective cruelle et illogique de l exécution de cinq hommes, condamnés à mort avant la promulgation de cette loi sur l abolition. CAMBODGE MAM SONANDO EST LIBRE La justice cambodgienne a infirmé le 14 mars les déclarations de culpabilité et la condamnation à 20 ans de réclusion prononcées à l encontre du journaliste et défenseur des droits de l homme MAM SONANDO. Initialement accusé «d incitation à l insurrection» et d atteinte à l État, le journaliste a vu sa peine réduite à cinq ans de prison pour «défores tation». Ayant déjà été détenu huit mois et le reste de sa peine assorti d un sursis, Mam Sonando est désormais libre. L ex prisonnier d opinion et journaliste Mam Sonando a été libéré le 15 mars Il avait été condamné à 20 ans de prison pour activités contre l État. MONDE UN OUTIL DE PLUS POUR LES PLUS DÉMUNIS Le 5 mai, le Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PF PIDESC) est entré en vigueur, à la grande joie d AI, membre du Comité directeur de la Coalition des ONG pour le Protocole facultatif. À ce jour, le Protocole a été signé par 10 États et ratifié par 32. Amnistie internationale appelle de tous ses vœux le CANADA à rejoindre la liste des États signataires. Le Protocole facultatif offre désormais la possibilité effective aux individus et aux groupes notamment les plus démunis de porter plainte auprès des Nations unies, en cas de violation de leurs droits économiques, sociaux et culturels, lorsqu ils n ont pas pu obtenir justice au sein de leur propre État. Amnistie internationale recense de nombreux cas de violations de ces droits, sans que les victimes aient pu obtenir justice devant les tribunaux nationaux, ni accès à des recours utiles dans leur pays: expulsions forcées, accès refusé à la scolarisation, accouchements en toute sécurité rendus impossibles par manque d infrastructures accessibles, pratiques de recrutement discriminatoires, pollution de l eau et de l alimentation par des installations étatiques, etc. AMNESTY INTERNATIONAL Pour d autres bonnes nouvelles, visitez amnistie.ca INDE RECONNAISSANCE DES DROITS DES PEUPLES AUTOCHTONES Grâce à un arrêt sans précédent rendu par la Cour suprême indienne, les décisions des populations locales doivent désormais être respectées : les projets d extraction minière sur leurs territoires ne pourront plus être menés sans leur accord. Un géant minier britannique, connu pour bafouer systématiquement les droits humains dans le cadre de ses activités locales, projetait l implantation d une mine de bauxite à ciel ouvert de 670 hectares, menaçant sérieusement un territoire ancestral et ses habitants, les Dongrias Kondhs, peuple autochtone des collines de Niyamgiri, dans l État d Orissa (Est de l Inde). Selon Amnistie internationale, un tel projet constituait une violation des droits des Dongrias Kondhs en tant que peuple indigène, de leurs droits à l eau, à la nourriture, à la santé et au travail. Depuis fin avril, ce peuple tribal dispose de trois mois pour décider d autoriser ou non l exploitation de ses collines sacrées. Amnistie met en garde contre toute tentative de harcèlement et d intimidation sur la communauté durant cette période cruciale. 4 AGIR Été 2013

5 ITALIE FIN À 5 ANS DE DISCRIMINATIONS ANTI-ROMS Le 6 mai, la cour suprême italienne a déclaré «illégales et sans fondement» les mesures relatives au plan «Urgence nomades». Lancé en 2008, ce plan relatif aux campements de communautés déclarées «nomades» a fait connaître à l Italie une inquiétante intensification des discriminations à l encontre des ROMS et une multiplication des violations de leurs droits humains. Discriminés par le biais d un recensement illicite basé sur l ethnicité, privés des garanties contre les expulsions forcées, des milliers d individus se sont retrouvés sans abri ou placés dans des camps mis en place par les autorités. Amnistie salue la décision de la Cour suprême comme une victoire essentielle dans la lutte contre les discriminations des Roms et appelle le nouveau gouvernement italien à orienter sa politique sociale dans la ligne de cette décision, en commençant par cesser les expulsions forcées, l exclusion sociale par la ségrégation dans les camps officiels et l exclusion des programmes de logements sociaux. OUZBÉKISTAN LIBÉRATION D UN ÉCRIVAIN EMPRISONNÉ Manifestation pour empêcher la fermeture du camp de Tor de Cenci, à Rome, qui accueille de nombreux Roms d origine bosniaque ou macédonienne, certains vivant en Italie depuis plus de 16 ans. L écrivain ouzbèke MAMADALI MAKHMOUDOV a été libéré le 19 avril, après 14 années de détention dans des conditions cruelles, inhumaines et dégradantes, vécues sur la base d infractions «avouées» sous la torture. Il avait été jumelé à Gilles Archambault en 2001, dans le cadre du projet Livres comme l air. Il a retrouvé les siens et sa maison à Tachkent, la capitale du pays, et a rencontré ses petits-enfants pour la première fois. En avril 2013, en fin de peine, Mamadali Makhmoudov avait été condamné à trois années d emprisonnement supplémentaires pour 31 soudaines et prétendues violations du règlement carcéral. Ayant écrit au président de l Ouzbékistan pour lui demander d être libéré pour raisons médicales, il a finalement été libéré en appel. Souffrant de tuberculose et d hypertension, Mamadali Makhmoudov a été victime d une crise cardiaque en avril. BENJAMIN CHESTERTON FERNANDO VASCO CHIRONDA L avocate Monica Paulus (gauche), le photographe Vlad Sokhin (centre) et Dini, qui a survécu à une attaque motivée par des craintes de sorcellerie, en mai CUBA LIBÉRATION CALIXTO RAMÓN MARTÍNEZ ARIAS, journaliste indépendant et correspondant du centre d information Hablemos Press, a été libéré le 9 avril. Arrêté le 16 septembre 2012 en lien avec son travail de journaliste, il n a jamais été inculpé officiellement et aucun procès n avait été ouvert contre lui. Ni lui ni son avocat commis d office n avaient été autorisés à accéder à son dossier. En septembre 2012, en réponse aux protestations contre ses conditions de détention au poste de Santiago de las Vegas, des policiers ont attenté à son intégrité physique et Calixto a dû être transféré à l hôpital. Calixto Ramón Martínez Arias remercie Amnistie inter - nationale qui l avait déclaré prisonnier d opinion en janvier 2013 pour son soutien et la mobilisation internationale en sa faveur qui, il en est certain, ont contribué à sa libération. PAPOUASIE - NOUVELLE-GUINEE DES FEMMES ACCUSÉES DE SORCELLERIE ONT ÉTÉ LIBÉRÉES Les pressions exercées par la communauté internationale, dont Amnistie, ont incité les autorités du pays à entamer les négociations aboutissant à la libération d une mère et de ses deux filles accusées de pratiquer la «sorcellerie». La foule les a retenues durant plusieurs semaines dans un centre de santé rudimentaire de Lopele, dans le district de Bana (sud de Bougain - ville). Les trois femmes sont désormais en sécurité et reçoivent des soins médicaux. Les croyances en la sorcellerie restent très répandues dans cet Etat du Pacifique. Touchant principalement les femmes, les accusations de sorcellerie s accompagnent souvent de séquestration, d actes de torture et conduisent parfois au lynchage des victimes et à leur mise à mort dans des conditions atroces. Le Premier ministre de Papouasie-Nouvelle-Guinée a annoncé qu il comptait abroger la loi relative à la sorcellerie, au titre de laquelle l auteur d une agression ou d un meurtre commis à l encontre d une personne qu il accuse de sorcellerie peut invoquer la sorcellerie en tant que circonstance atténuante et bénéficier d une réduction de peine. 5 AGIR Été 2013

6 EN BREF POUR D AUTRES NOUVELLES, ABONNEZ-VOUS AU BULLETIN ÉLECTRONIQUE AGIR EXPRESS Manifestations et messages pour souligner le 2 e anniversaire du décès de Noxolo Nogwaza, assassinée à cause de son orientation sexuelle, en Afrique du sud. MONDE VIOLENCES ET DISCRIMINATIONS À L ENCONTRE DES PERSONNES LESBIENNES, GAYS, BISEXUELLES, TRANSGENRES ET INTERSEXUÉES (LGBTI) A l échelle mondiale, nombreuses sont les personnes dont les droits humains sont violés en raison de leur orientation sexuelle réelle ou perçue. Dans un rapport publié le 16 mai, Amnistie internationale souligne, par exemple, qu en UKRAINE où est en cours un projet parlementaire de pénalisation de la «propagande de l homosexualité», de nombreuses personnes LGBTI sont régulièrement victimes de harcèlement, de violences physiques et de traitements discriminatoires de la part du public et des autorités. En AFRIQUE DU SUD, la haine homophobe se traduit souvent par des attaques violentes ainsi que des homicides impunis, faute d enquêtes. En JAMAÏQUE, les pratiques homosexuelles entre hommes restent un crime passible de dix années d emprisonnement. En MACÉDOINE, la législation nationale ne comprend aucune protection contre la discrimination liée à l orientation sexuelle et à l identité de genre. En GAMBIE, la récente Loi principale réserve un traitement particulier aux LGBTI, groupe minoritaire déjà marginalisé et en proie à la discrimination. Ces quelques exemples, parmi tant d autres, illustrent que les personnes LGBTI font aujourd hui face à des niveaux anormalement élevés de violence, de harcèlement, d arrestations arbitraires, de détention illégale, de discrimination en matière d accès aux soins, à l éducation, à l emploi ou au logement, de droit à la liberté d expression et de réunion pacifique. AMNESTY INTERNATIONAL GUATEMALA ANNULATION D UNE CONDAMNATION HISTORIQUE Le 10 mai, le général EFRAÍN RÍOS MONTT, 86 ans, a été condamné à 80 ans de prison pour génocide et crimes de guerre. Cette annonce résonnait comme la promesse d une avancée historique pour ce pays en quête de justice, marqué par une guerre civile de 36 ans totalisant plus de morts et disparus. Ancien président du Guatemala, Ríos Montt a été reconnu responsable moral de l extermination de 1771 Mayas et du déplacement forcé de dizaines de milliers d autres, au début des années Mais le 20 mai, à la suite d un recours des avocats de Ríos Montt, la Cour constitutionnelle du Guatemala a invalidé la sentence, pour vice de forme. Amnistie internationale estime qu un tel revirement constitue un obstacle majeur au droit à la vérité, à la justice et aux réparations attendues par la société civile et les victimes de graves violations des droits humains. ÉGYPTE MULTIPLICATION DES ACTES DE HARCÈLEMENT JURIDIQUE Amnistie constate une augmentation inquiétante du nombre d accusations pour insulte envers le président et les représentants de l État, «diffamation» de la religion, et des vagues d arrestations ciblant les opposants, les blogueurs et les comédiens. Ainsi, des accusations mensongères auraient par exemple été portées à l encontre de l opposant HASAN MOSTAFA. En représailles à ses activités militantes, il a été déclaré coupable et condamné à deux ans de prison pour avoir insulté et agressé un procureur à Alexandrie accusations qu il nie fermement. Son dossier est marqué par des irrégularités de procédure et le refus du tribunal d entendre tous les témoins de la défense. Ses avocats redoutent que d autres charges ne soient portées à son encontre. 6 AGIR Été 2013

7 RAPPORT 2013 UN MONDE DE PLUS EN PLUS DANGEREUX POUR LES RÉFUGIÉS ET LES MIGRANTS Faute d action internationale dans le domaine des droits humains, le monde est en train de devenir de plus en plus dangereux pour les réfugiés et les migrants, a déclaré Amnistie internationale le 23 mai à l occasion de la sortie de son rapport annuel sur la situation des droits humains dans le monde. Vêtements tachés de sang d une victime d une attaque raciste, Grèce, août 2012 TOUMPANOS LEONIDAS En février 2012, 100 personnes déplacées sont mortes, dont une quarantaine de froid, dans des camps de réfugiés à Kaboul, en Afghanistan Les droits de millions de personnes qui ont fui les conflits et les persécutions, ou qui ont quitté leur pays en quête de travail et d une vie meilleure, pour eux et leur famille, sont bafoués. Partout dans le monde, les États se montrent davantage désireux de protéger leurs frontières nationales que les droits de leurs citoyens et ceux des hommes et des femmes qui viennent chercher refuge ou de meilleures chances chez eux. «L incapacité à traiter effectivement les situations de conflit est en train de créer une classe d exclus au niveau de la planète, a déclaré Salil Shetty, le secrétaire général d Amnistie internationale. Les droits des hommes, des femmes et des enfants qui fuient les conflits ne sont pas protégés. De nombreux États bafouent les droits fondamentaux au nom du contrôle de l immigration et vont bien au-delà des mesures légitimes de contrôle aux frontières. «Les personnes fuyant les conflits ne sont pas les seules à pâtir de ces mesures, a souligné Salil Shetty. Du fait de politiques de lutte contre l immigration qui ouvrent la porte à leur exploitation en toute impunité, des millions de migrants se retrouvent dans une situation de violence ou de violation de leurs droits y compris le travail forcé Suite à la page 8» AP PHOTO/MUSADEQ SADEQ 7 AGIR Été 2013

8 RAPPORT 2013 Camp de réfugiés de Yida, au Soudan du sud. Un jeune garçon guide une aveugle à travers le marché. AMNISTIE INTERNATIONALE Camp de réfugiés de Gaudel, au Niger Maisons détruites par des frappes aériennes à Alep, en Syrie 8 AGIR Été 2013

9 PETE MULLER AMNISTIE INTERNATIONALE REUTERS/YANNIS BEHRAKIS «Suite de la page 7 et les violences sexuelles. Cette situation est nourrie en bonne partie par le discours populiste qui désigne les réfugiés et les migrants comme responsables des problèmes internes des États.» La communauté internationale a été le témoin en 2012 de toute une série de crises des droits humains qui ont contraint de grands nombres de personnes à quitter leur foyer pour chercher refuge ailleurs, sur le territoire national ou au-delà des frontières. De la Corée du Nord au Mali, du Soudan à la République démocratique du Congo, des hommes, des femmes et des enfants sont partis de chez eux dans l espoir de trouver la sécurité. SYRIE : IMMOBILISME DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE, ESCALADE DE LA VIOLENCE Pour le peuple syrien, 2012 a été une nouvelle année inutile, une année où les choses n ont guère changé à l exception du nombre sans cesse croissant de vies perdues ou brisées par un conflit qui a déjà jeté des millions de personnes hors de chez elles. Le monde est resté les bras croisés alors que l armée et les forces de sécurité syriennes continuaient de mener des attaques aveugles ou ciblées contre les civils, et de soumettre à des disparitions forcées, d arrêter arbitrairement, de torturer et d exécuter sommairement les opposants supposés, tandis que les groupes armés poursuivaient de leur côté les prises d otages et, dans une moindre mesure, les exécutions sommaires et les actes de torture. Pour bloquer toute initiative internationale sur des crises telles que la situation en Syrie, certains ont brandi l excuse que les droits humains relèvent des «affaires intérieures» d un pays. Le Conseil de sécurité des Nations unies, instance chef de file mondiale dont la mission est de veiller à la sécurité de la planète, ne produit toujours pas d action politique concertée et unifiée. «L argument du respect de la souveraineté des États ne peut pas être utilisé comme une excuse pour rester passif, a souligné Salil Shetty. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit s élever inlassablement contre les violations des droits humains qui détruisent des vies et forcent des personnes à quitter leur foyer. Cela signifie qu il faut rejeter toutes les doctrines immorales et d un autre âge selon lesquelles les massacres, la torture et la famine ne regardent personne.» DES FRONTIÈRES PLUS FLUIDES POUR LES ARMES Dans bien des cas les personnes fuyant les conflits et les persécutions se sont heurtées à de redoutables obstacles lorsqu elles cherchaient à franchir les frontières Des immigrants illégaux pakistanais empruntent la voie rapide qui traverse la frontière turco-grecque. internationales. Le passage de ces frontières s est révélé bien souvent plus difficile pour les réfugiés que pour les fusils et les autres armes qui nourrissent les violences, celles-là mêmes qui contraignent les populations à quitter leur foyer. L adoption aux Nations unies en avril 2013 d un traité sur le commerce des armes soulève toutefois l espoir que les transferts d armes susceptibles d être utilisées pour commettre des atrocités pourront enfin être arrêtés. «Face aux réfugiés et aux personnes déplacées, on ne peut plus avoir l attitude du ni vu, ni connu, a martelé Salil Shetty. Leur protection nous incombe, à nous tous. Dans le monde sans murs des communications modernes, il est de plus en plus difficile de dissimuler les violations des droits humains derrière les frontières des États. Et ce monde offre à chacun la possibilité de défendre les droits de millions de déracinés chassés de chez eux.» DES ENTREPRISES VEULENT DU CHEAP LABOR, PAS DES CITOYENS Les réfugiés qui réussissent à gagner un autre pays pour y chercher asile se retrouvent souvent au propre et au figuré dans le même bateau que des migrants qui quittent leur pays en quête d une vie meilleure pour eux et pour leur famille. Laissés-pour-compte des politiques et des lois inefficaces, beaucoup se retrouvent contraints de vivre aux marges de la société et sont directement visés par les discours populistes et nationalistes qui attisent la xénophobie et accentuent le risque de violences à leur encontre. L Union européenne applique des mesures de contrôle aux frontières qui mettent en danger la vie des migrants et des demandeurs d asile et ne garantissent pas la sécurité de celles et ceux qui fuient les conflits et les persécutions. Dans le monde entier on enferme de manière régulière les migrants et les demandeurs d asile dans des centres de détention et parfois même dans des conteneurs ou des caisses de métal. Les droits fondamentaux d un grand nombre des 214 millions de migrants de par le monde ne sont pas protégés, ni par leur pays d origine ni par leur pays d accueil. Parce que les États les traitent comme des criminels ou des délinquants et que les entreprises se préoccupent davantage de profit que des droits des travailleurs, des millions de migrants travaillent dans des conditions équivalant à du travail forcé ou dans certains cas à de l esclavage. Les migrants sans papiers sont particulièrement exposés au risque d exploitation et de violations des droits humains. «Celles et ceux qui vivent hors de leur pays, dans le dénuement et sans statut, sont les personnes les plus vulnérables du monde, mais sont, dans bien des cas, condamnés à vivre dans la misère et dans la clandestinité, Suite à la page 10» 9 AGIR Été 2013

10 RAPPORT 2013 LE CANADA Cette année encore, le Canada est épinglé dans le rapport annuel pour son manque de progrès dans le respect des droits des peuples autochtones. C est ce que viennent de faire aussi plusieurs États partenaires et amis dans le cadre de l Examen périodique universel. Les réformes du droit relatif à l immigration et aux réfugiés, la lutte contre le terrorisme, le comportement des forces de police et de sécurité sont aussi au nombre des préoccupations d Amnistie. Camp de personnes déplacées syriennes d Atmeh «Suite de la page 9 a déclaré Salil Shetty. Un avenir plus juste est possible, si les États respectent les droits fondamentaux de toutes les personnes, quelle que soit leur nationalité. La mobilisation en faveur des droits humains est mondiale, et le monde ne peut pas se permettre de maintenir des «zones interdites» dans ce domaine. La protection des droits humains doit s appliquer à tous les êtres humains, où qu ils soient.» AMNESTY INTERNATIONAL Dans un monde où de nombreuses nations ne font rien pour lutter contre les violences liées au genre, la moitié de l humanité était toujours traitée comme des citoyens, ou plutôt des citoyennes, de seconde zone en matière de respect des droits. Des soldats et des groupes armés ont commis des viols au Mali, au Tchad, au Soudan et en RDC ; en Afghanistan et au Pakistan, des femmes et des filles ont été tuées dans des conditions évoquant des exécutions ; et dans des pays comme le Chili, le Salvador, le Nicaragua et la République dominicaine, des femmes et des filles enceintes à la suite d un viol ou dont la vie ou la santé était mise en danger à cause de la grossesse se sont vu refuser la possibilité d avorter en toute sécurité. En Afrique, les conflits, la pauvreté et les atteintes aux droits humains commises par les forces de sécurité et les groupes armés ont mis en lumière la faiblesse des mécanismes régionaux et internationaux de défense des droits humains, alors même que le continent s apprête à célébrer le 50 e anniversaire de la création de l Union. Les ressources naturelles ont cette année encore été au cœur des conflits sociaux en Amé riques. Par contre, la reconnaissance des droits des peuples autochtones a progressé, plusieurs décisions de justice venant réaffirmer leur droit au consentement préalable sur les projets de développement les concernant. La liberté d expression a été mise à mal un peu partout dans la région Asie- Pacifique. Les pouvoirs publics l ont réprimée au Cambodge, en Inde, au Sri Lanka et aux Maldives. Par ailleurs, des dizaines de milliers de personnes ont payé de leur vie le prix de conflits armés en cours en Afghanistan, au Myanmar, au Pakistan et en Thaïlande. Des centaines de prisonniers politiques ont été remis en liberté au Myanmar, mais plusieurs centaines d autres demeuraient sous les verrous. Dans la région Europe et Asie centrale, les responsabilités pour les crimes commis dans le cadre du programme de «restitutions» conduit en Europe par les États-Unis étaient toujours loin d avoir été établies. Dans les Balkans, certaines victimes de crimes de guerre perpétrés dans les années 1990 ont vu s amenuiser l espoir d obtenir justice. Les élections organisées en Géorgie ont constitué un exemple de transition démocratique rare pour un pays de l ancienne Union soviétique, où les régimes autoritaires maintenaient leur emprise sur le pouvoir. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les pays qui avaient chassé du pouvoir des dirigeants autocratiques ont vu s épanouir une plus grande liberté de la presse et de nouvelles possibilités pour la société civile, mais ont connu aussi des revers, avec des remises en question de la liberté d expression pour des motifs liés à la morale ou à la religion. Dans toute la région, les défenseurs des droits humains et les militants politiques restaient en butte à la répression, notamment à l emprisonnement et à la torture en détention. Le conflit entre Israël et Gaza a connu une nouvelle escalade en novembre. Manifestation au Mexique pour protester contre l exécution des photojournalistes Esteban Rodriguez, Gabriel Huge et Guillermo Luna, moins d une semaine après l assassinat d un autre journaliste d enquête. AP PHOTO/EDUARDO VERDUGO QUELQUES RAISONS DE SE RÉJOUIR : La peine de mort a continué à reculer au niveau mondial seuls 21 gouvernements ont procédé à des exécutions en 2012, en dépit de points négatifs comme les exécutions intervenues en Gambie (les premières depuis 30 ans) et l exécution d une condamnée au Japon (la première exécution d une femme depuis 15 ans). Dans les Amériques, les procédures entamées en Argentine, au Brésil, au Guatemala et en Uruguay ont marqué d importantes avancées dans le combat en faveur de la justice dans les dossiers des violations des droits humains commises dans le passé. LE RAPPORT 2013 D AMNISTIE INTERNATIONALE EN BREF: Le Rapport 2013 d Amnistie internationale sur la situation des droits humains dans le monde couvre la période janvier décembre Amnistie internationale a recensé des restrictions spécifiques à la liberté d expression dans 101 pays au moins, et des cas de torture et de mauvais traitements dans 112 pays au moins. 12 millions de personnes étaient apatrides début AGIR Été 2013

11 EN BREF POUR D AUTRES NOUVELLES, ABONNEZ-VOUS AU BULLETIN ÉLECTRONIQUE AGIR EXPRESS ÉTATS-UNIS RÉPONSE AU DISCOURS DU PRÉSIDENT OBAMA SUR LA SÉCURITÉ NATIONALE Amnistie internationale salue les déclarations du président Obama du 23 mai dans laquelle il a réaffirmé la nécessité de fermer la prison militaire de Guantanamo et a demandé au Congrès de lever les restrictions qui empêchent le transfert de 86 détenus jugés libérables. Si le président a eu raison de ne pas souscrire au concept de la détention illimitée, sa proposition de remettre en selle les commissions militaires iniques sur le territoire des États-Unis ne saurait toutefois être retenue, car elle est à la fois illégale et inutile. Nul besoin d attendre pour abroger l Autorisation de recours à la force armée de Le gouvernement Obama doit cesser sans délai d invoquer la théorie bancale de «guerre mondiale» de laquelle découlent la détention illimitée, les commissions militaires et l assassinat de terroristes présumés et de civils. Le Congrès doit cesser de faire obstacle à la réforme. Les représentants élus doivent abroger les obstacles législatifs qui subsistent afin de fermer le centre de détention de Guantanamo et rendre public le rapport du Sénat sur la torture pratiquée par l Agence centrale du renseignement (CIA). LIBYE LES MILICES S ACCROCHENT AU POUVOIR Des détenus durant la prière en commun, au Camp 6 du centre de détention de Guantanamo. Le centre de détention de Bou Rashada. US DOD CANADA BILAN DEVANT L ONU Le Conseil des droits de l homme des Nations Unies a adopté le 3 mai le rapport issu de l Examen périodique universel (EPU) de la situation des droits de l homme du Canada. Ce rapport résume le deuxième EPU du Canada qui a eu lieu le 26 avril. Chaque Etat membre de l ONU est soumis tous les quatre ans à ce processus durant lequel il présente les mesures qu il a pris pour améliorer la situation des droits de l homme sur son territoire et remplir ses obligations en la matière. Les autres pays membres peuvent poser des questions et émettre des recommandations. L élaboration d une stratégie nationale de lutte contre la violence à l encontre des femmes et les filles autochtones est apparue comme une recommandation récurrente. AMNESTY INTERNATIONAL De nombreuses milices refusent de déposer les armes, d abandonner le contrôle de points stratégiques et de se rallier aux autorités. En dépit d un plan ministériel visant à mettre un terme à la détention arbitraire et illégale et à reprendre le contrôle des prisons dans l ensemble du pays, un bon nombre de groupes armés continue de contrôler les centres de détention. Selon une délégation d Amnistie internationale qui s est rendue fin avril et début mai dans 15 de ces centres, des méthodes de torture courantes continuent d y être employées. Les personnes accusées de crimes de droit commun les subiraient tout autant que celles accusées d avoir combattu aux côtés de l ancien gouvernement ou de l avoir soutenu. 11 AGIR Été 2013

12 CAMPAGNE Seulement deux villes au Canada recevront cette exposition itinérante qui fait le tour du monde: Ottawa, à l université Carleton du 29 mai au 28 juin, et Montréal. Le Fonds des Nations unies pour la population qui lutte pour les droits humains de tous, a choisi le 11 octobre 2012, première journée internationale des filles, pour attirer l attention sur la pratique néfaste du mariage d enfants. Le mariage d enfants touche une fille sur trois dans les pays en voie de développement (à l exclusion de la Chine), principalement les filles les moins éduquées et les plus pauvres, dont la plupart vivent en milieu rural. Les filles qui se marient tôt ne tardent pas à tomber enceintes, ce qui les expose à un risque élevé de décès et d invalidité. Les faits démontrent que les filles défavorisées et marginalisées sont plus susceptibles de se marier précocement et de devenir mères dès l adolescence comparativement aux filles moins pauvres et plus scolarisées. À l heure actuelle, on dénombre environ 67 millions de jeunes femmes de 20 à 24 ans qui étaient déjà mariées à l âge de 18 ans. Parmi elles, une fille sur neuf 12 AGIR Été 2013

13 TROP JEUNES POUR LE MARIAGE MONTRÉAL ACCUEILLE UNE EXPOSITION DE PHOTOS EXCEPTIONNELLES Du 15 août au 28 septembre 2013, l exposition de photos de Stephanie Sinclair, parrainée par le Fonds des Nations unies pour la population, sera en montre au Gésu, rue Bleury, dans le quartier des spectacles, à Montréal. Une des 30 photos prises par Stephanie Sinclair, probablement une des plus célèbres : TEHANI, 8 ans (Yémen) «Chaque fois que je le voyais, je me cachais. Je détestais le voir.» Tehani (en rose) se souvient des premiers jours de son mariage avec Majed, alors qu elle avait six ans et que lui en avait 25. La jeune épouse a posé pour cette photo en compagnie de son ancienne camarade de classe, Ghada, également une épouse-enfant, près de chez elles à Hajjah. s est mariée avant son 15e anniversaire. Si cette tendance se maintient, plus de 142 millions de filles s ajouteront à ce nombre au cours des dix prochaines années, c est-à-dire près de filles par jour. Joignez notre campagne J AIME MON CORPS. J AIME MES DROITS. Nous demandons à l état Burkinabé de faire cesser les mariages d enfants. Quarante-huit pour cent des filles sont mariées avant l âge de 18 ans! Venez visiter cette exposition extraordinaire d envergure internationale. Stéphanie Sinclair Après avoir rencontré en Afghanistan des jeunes femmes, souvent mariées alors qu elles étaient mineures, qui avaient tenté de s immoler par le feu, la photographe Stéphanie Sinclair a voyagé à travers le monde durant près de dix ans pour documenter les différentes formes des mariages d enfants. Elle a habité au Moyen-Orient durant 6 ans et sa caméra a aussi croqué des portraits d enfants mariées au Népal, en Éthiopie et en Inde. Ces photos ont été publiées dans le National Geographic, le New York Times et Paris Match. Elles lui ont valu de nombreuses reconnaissances, dont deux prix du World Press Photos et le Visa d or du festival Visa pour l image de Perpignan. Stéphanie Sinclair est récipiendaire du prix de Care international pour le reportage humanitaire, le Overseas Press Club s Olivier Rebbot Award et un prix Pulitzer. Pour agir et signer J aime mon corps. J aime mes droits. amnistie.ca/droitssexuels Site de l exposition de photos Trop jeunes pour le mariage : tooyoungtowed.org 13 AGIR Été 2013

14 APPELS MONDIAUX VOS LETTRES SAUVENT DES VIES GUATEMALA UNE DÉFENSEURE DE L ENVIRONNEMENT ET DES DROITS HUMAINS MENACÉE YOLANDA OQUELÍ dirige le Front nord de la zone métropolitaine (FRENAM). Ce mouvement communautaire dénonce l impact environnemental désastreux des activités minières de l Exploración Mineras de Guatemala (EXMIGUA) dont la compagnie canadienne Radius Gold, basée à Vancouver, était l unique propriétaire jusqu en août À quelques kilomètres au nord-est de la capitale, la mine d or d El Tambor s est ouverte sans véritable consultation de la population locale. Son exploitation menace sérieusement de polluer les sols et les ressources en eau potable. En raison de sa lutte pour les droits environnementaux de sa communauté, Yolanda a vu son domicile vandalisé ; elle est harcelée et régulièrement menacée de mort. Grièvement blessée par balle, elle a réchappé à une tentative d assassinat en juin Depuis septembre 2012, sur décision de la Com - mission inter-américaine des droits de l homme, un premier garde du corps la protège dans ses activités quotidiennes et un second est assigné à la maison familiale. Malgré tout, Yolanda et sa famille ont besoin d un niveau de protection plus élevé pour faire face au danger lié à son engagement. Contribuez à l obtention d une protection efficace pour Yolanda Oquelí qui risque sa vie dans son combat pacifique pour l avenir de sa communauté et de ses enfants. ÉCRIVEZ À : S.E.M. Otto Pérez Molina Presidente de la República Casa Presidencial 6ª Avenida 4-41, Zona 1 Puera del Centro Ciudad de Guatemala, Guatemala 14 AGIR Été 2013 JAMES RODRIGUEZ / MIMUNDO.ORG Yolanda Oqueli Monsieur le Président de la République, Je vous écris pour vous faire part de ma profonde préoccupation pour la sécurité de Yolanda Oquelí qui, après de nombreuses menaces de mort, a été la cible d une tentative d assassinat en juin Elle est une défenseure très active des droits environnementaux de sa communauté et milite contre le manque de consultation sur l ouverture de la mine d or El Tambor. La mine est gérée par l entreprise guatémaltèque Exmingua, qui était jusqu en août 2012 une filiale de la compagnie canadienne Radius Gold. Je vous prie, Monsieur le Président, de : veiller à ce que la protection qui lui est déjà fournie ainsi qu à sa famille soit maintenue aussi longtemps que nécessaire et que ses agresseurs présumés soient traduits en justice, garantir une enquête exhaustive sur les violations commises contre les défenseurs des droits humains et prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher qu ils soient de nouveau attaqués, reconnaître publiquement l importance et la légitimité de leur rôle. Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l expression de ma plus haute considération. SIGNATURE, NOM, ADRESSE

15 ERYTHRÉE 20 ANS D INDÉPENDANCE, PRISONNIERS D OPINION PRIVÉ Les prisonniers érythréens, rang du haut : Idris Mohamed Ali, Aster Yohannes, Mohamed Osman Dayr, Dr Kiflu Gebremeskel, Dawit Issac, Mohamed Maranet Nessour et Negede Teklemariam. En bas: Seyoum Tsehaye, Saleh Osman Arey, Petros Solomon, Ibrahim Toteel, Aster Fissehatsion, Paulos Iyassu et Isaac Moges Alors que l Erythrée vient de célébrer le 24 mai le 20 e anniversaire de son indépendance, au moins prisonniers d opinion croupissent depuis des années, voire des décennies, dans ses centres de détention. Dans ce petit État de 6 millions d habitants, frontalier du Soudan et de l Éthiopie, le gouvernement écrase systématiquement toute opposition politique et réduit au silence les média indépendants. Journalistes, politiciens et membres de groupes religieux constituent une large part des prisonniers détenus sans inculpation ni procès, sans accès à leur famille et à un avocat. La grande majorité d entre eux connait des conditions d incarcération cruelles, inhumaines et dégradantes. Nombreux sont ceux qui n ont pas survécu à de telles conditions de détention ou qui sont morts à la suite d actes de torture et de mauvais traitements. Le gouvernement refuse de confirmer ou d infirmer ces informations, laissant dans la plupart des cas les familles des prisonniers sans nouvelles de leurs proches après leur arrestation. Cette répression doit cesser. Signez la pétition ci-dessous pour exhorter le Président de l Érythrée à libérer tous les prisonniers d opinion et à mettre fin aux détentions illégales dans ce pays. ÉCRIVEZ À : S.E.M. le Président Isaias Afewerki Office of the President P O Box 257, Asmara, Érythrée Monsieur le Président, Je vous écris concernant le sort alarmant des milliers de prisonniers d opinion et prisonniers politiques en Erythrée, détenus sans inculpation ni jugement. Je vous demande instamment de libérer immédiatement et sans condition tous les prisonniers d opinion détenus pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d expression, d opinion, d association, de religion ou de conviction. Je vous demande également que tous les autres prisonniers accusés d une infraction dûment reconnue soient jugés sans délai dans les procédures équitables conformes aux normes internationales. Je vous demande enfin que les détenus puissent avoir accès sans délai à leurs familles et leurs avocats, de mettre fin à l usage de la torture et d autres mauvais traitements à leur encontre, et de leur fournir tous les soins médicaux nécessaires. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l expression de ma plus haute considération. SIGNATURE, NOM, ADRESSE D autres propositions d actions sur amnistie.ca 15 AGIR Été 2013

16 EN BREFPEINE DE MORT POUR D AUTRES NOUVELLES, ABONNEZ-VOUS AU BULLETIN ÉLECTRONIQUE AGIR EXPRESS Sarah et Tapora deux militantes de Papouasie-Nouvelle Guinée qui luttent pour les droits des femmes, contre la violence et la discrimination dont elles sont encore la cible. TIM BELL/AMNESTY INTERNATIONAL AUSTRALIA Un habitat traditionnel en Papouasie-Nouvelle Guinée AMNESTY INTERNATIONAL PAPOUASIE NOUVELLE-GUINEE RETABLISSEMENT EFFECTIF DE LA PEINE DE MORT Alors qu il vient d abroger la loi de 1971 qui faisait de la sorcellerie un délit, le parlement de Papouasie Nouvelle- Guinée a annoncé le 28 mai l adoption d une autre loi élargissant la liste des faits désormais passibles de la peine de mort. Cette nouvelle disposition viserait notamment à contrer l augmentation des crimes violents commis contre les personnes soupçonnées de «sorcellerie». N ayant jamais été abolie et théoriquement réservée aux cas de haute trahison, d acte de piraterie et aux assassinats, la peine capitale n a pas été appliquée depuis l indépendance de l Etat en Désormais, elle pourra être prononcée en cas de viols aggravés, viols en réunion d un mineur de moins de 10 ans, vols avec violence et homicides. ARABIE SAOUDITE HAUSSE CHOQUANTE DU NOMBRE D EXÉCUTIONS Action contre la peine de mort, Indonésie, 10 octobre Le 21 mai, cinq Yéménites ont été décapités puis «crucifiés» dans la ville de Jizan, tandis qu un Saoudien a été exécuté dans le sud-ouest du pays. Amnistie a recensé 47 exécutions en Arabie saoudite depuis le début de l année soit 18 de plus qu à la même période l an dernier, et 29 de plus qu en En Arabie Saoudite, les accusés se voient souvent refuser une assistance juridique et ne sont pas informés de la progression de leur procès. Ils peuvent être déclarés coupables uniquement sur la base d «aveux» obtenus sous la torture. En violation du droit international, l Arabie saoudite continue par ailleurs à exécuter des personnes condamnées pour des crimes qu elles auraient commis alors qu elles étaient mineures. INDONÉSIE EXECUTION DE TROIS HOMMES Alors que cet État semblait s éloigner de la pratique de la peine capitale au cours des dernières années, SURYADI SWABUANA, JURIT BIN ABDULLAH et IBRAHIM BIN UJANG ont été fusillés par un peloton d exécution tard dans la nuit de jeudi 16 mai. Suryadi Swabuana avait été condamné à mort en 1992 pour le meurtre prémédité d une famille dans la province de Sumatra du Sud. Il avait déposé un recours en grâce, rejeté en Jurit bin Abdullah et Ibrahim bin Ujang avaient été condamnés à mort en 1998 pour un meurtre prémédité qu ils avaient commis ensemble en Amnistie internationale craint que l Indonésie ne procède à d autres exécutions et remette ainsi en question ses réformes et les engagements pris par le gouvernement indonésien ces dernières années, en matière de droits de l homme. 350.ORG 16 AGIR Été 2013

17 Penchée vers la bénévole Claudette Cardinal, Heide-Marie Bollinger, responsable du financement. MA VIE AMNISTIENNE COMMENÇAIT AVEC UNE AGA. ET UNE AGA AMNISTIENNE MET FIN À MA VIE PROFESSIONNELLE. EN 2007, UN DIMANCHE MATIN, je me trouve à l École secondaire Paul-Gérin-Lajoie d Outremont pour l assemblée générale d Am nis tie. Dans la cour de l école, je suis guidée par des jeunes du secondaire, vêtus d un dossard aux couleurs d Amnistie, un jaune dramatique. Je ne connais que la directrice générale, qui m a invité à cet évènement. Mais dans le hall d entrée je suis accueillie chaleureusement par des membres de l équipe et des bénévoles d Amnistie, des personnes que je n avais jamais eu la chance de rencontrer antérieurement, qu il s agisse de Marie, d Anne ou de Claudette, pour ne nommer que quelques-unes. Une cocarde avec mon nom avait été préparée, on m attendait! Je visite des kiosques. Je jase avec des militants. J assiste à la plénière. Et voilà que je suis cooptée au CA. À ce moment-là, je ne m attendais pas du tout à me retrouver 7 ans plus tard à une autre AGA, cette fois-ci dans un autre rôle. C est moi qui alors accueille les participants, au sein de l équipe d Amnistie. MAI 2013, Université Laval à Québec. Quatrième étage, édifice Desjardins. Il est 7.30h. L Équipe d Amnistie est présente. On voit des boites un peu partout. Nous allons installer la table d accueil, les kiosques de vente et de la campagne. Un coup de main ici et là, et je me trouve alors avec ma collègue Anne à la table d inscription des ateliers, juste en face des portes des ascenseurs. Les participants sortent de l ascenseur un par un au comptegoutte. Des bonjours chaleureux, car on se connait depuis des années. Les participants ont quatre choix d ateliers : atelier sur les résolutions, plan de transition globale, défis et solutions pour les groupes et coordinations, Présentez une campagne à un-e député-e pour obtenir un appui. Lequel choisir? L assemblée commence. Première partie de l assem blée : des rapports et des chiffres, des questions mais aussi les bons coups des groupes. Dans l après-midi, la conférence sur les droits sexuels et reproductifs et les ateliers. Oui, la section va bien, elle est en santé. Un grand soupir de ma part. Nous travaillons fort pour maintenir la qualité de notre travail. Les témoignages et la participation des groupes militants qui viennent des régions nous le confirment, mais plus important encore, nous stimulent. L année prochaine, j assisterai de nouveau à l AGA. Mais cette fois-ci, je serai redevenue simple participante. Bravo Amnistie! Heide-Marie Boellinger Responsable du financement, Heide-Marie Boellinger prend sa retraite cet été afin de consacrer plus de temps à ses petits-enfants. Toute l équipe souhaite la remercier chaleureusement pour ses années consacrées à la tâche difficile d assurer la collecte de fonds d une organisation de défense des droits humains qui refuse les subventions gouvernementales. Nous lui souhaitons une retraite épanouie. 17 AGIR Été 2013

18 UNE RENCONTRE MENÉE RONDEMENT ET TRÈS APPRÉCIÉE Photos : Gilles Pilette Quelques membres du conseil d administration d AI (de gauche à droite) : Colette Lelièvre (représentante des employé(e)s du secrétariat), Odélie Joly (représentant des Groupes jeunes), Julien Silvestre (trésorier), Kristina Maud Bergeron, François Bonetto (Administrateurs), Gilles Sabourin (secrétaire) et Ginette Drouin-Busque (Administratrice). Il manque sur la photo : Karine Gentelet (vice-présidente) et Constance Deschênes-St-Pierre (administratrice). Malheureusement, le président, André Paradis, a du démissionner pour des raisons de santé. Nous tenons à le remercier pour son leadership éclairé et sa vision d un mouvement qui se doit d être encore plus transparent, rigoureux et à l écoute de ses militants. DÉPART 6H, j attends les derniers participants qui prennent en bus, direction Québec pour l AGA d Amnistie internationale (AI). 9H15. Ouf, ça y est, tout est prêt à l Université Laval. Les kiosques sont installés, la salle de conférence prête à accueillir les militants et les conférenciers. La secrétaire d assemblée est prête à écrire les moindres détails de ce qui se dit lors de la 51 ème AGA d Amnistie internationale Canada francophone. L Académie Lafontaine a non seulement reçu avec brio notre dernier congrès, mais elle a organisé des activités pédagogiques tout au long de l année, tenu un die-in, un Marathon d écriture, et dans le cadre de la campagne J aime mon corps, j aime mes droits, une tournée des classes et la tenue d un kiosque tous les mardis. PROGRAMME MARATHON POUR CETTE JOURNÉE. Conférences sur les droits sexuels et reproductifs, une année de la vie de la section, élections des futurs membres du CA, moments forts des groupes d AI, ateliers, étude de résolutions qui seront débattues au conseil international cet été à Berlin, remise de prix BREF, LE TOUT DANS UNE AMBIANCE CONVIVIALE, avec moult retrouvailles. Comme vous le savez, c est grâce à l engagement sans faille et la motivation des bénévoles, militants et employés qu AI arrive à continuer et à gagner! - ses combats. Le journaliste de Radio-Canada Québec, Claude Bernatchez, animait la table ronde qui réunissait sous le thème «Corps des femmes, droits des femmes», Marianne Mollman, chercheure au secrétariat international d Amnistie, Sophie de Cordes, coordonnatrice générale de la Fédération du Québec pour le planning des naissances, et Béatrice Vaugrante, directrice générale d Amnistie internationale Canada francophone. POUR RÉSUMER, cette AGA à Québec s est déroulée sans soucis, dans la bonne humeur et l envie de continuer à faire au mieux pour le reste de l année. Stéphanie Mengus, Stagiaire aux communications Le Cégep de Limoilou est de toutes les campagnes et déploie chaque fois des trésors d imagination et d implication: pour ne citer qu un exemple, dans le cadre de la campagne sur les droits sexuels et reproductifs, le groupe a créé et animé un Mur des Injustices sur lequel les étudiants accrochaient des messages personnels. Le nouveau groupe de Farnham-Saint-Césaire fait une entrée en scène fracassante puisque dès la première année de son accréditation, il se mérite le prix du militantisme pour son dynamisme et la grande variété de ses implications qui vont des Correspondances d Eastman aux marathons d écriture, en passant par une bonne visibilité médiatique! 18 AGIR Été 2013

19 La coordination Chine a organisé deux conférences publiques: avec Lhamo Tso, la femme de Dhondup Wangchen, et sur le récipiendaire chinois du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, donnée par le professeur Jean- Philippe Béja, directeur de recherche au CNRS/ CERI de Sciences PO Paris. Chaque année, elle commémore le massacre de la Place Tiananmen et participe au congrès où, l automne dernier, plus de 200 cartes ont été fabriquées pour Gao Zhinsheng. LISTE DES GROUPES LOCAUX CHAMBLY 103 (EN FORMATION) Imen Derouiche FARNHAM / ST-CÉSAIRE Madeleine Lepage GRANBY / WATERLOO Anne Larkin JOLIETTE Madeleine Joly MONTRÉAL - OUTREMONT Kristina Maud Bergeron Alexandra Haedrich QUÉBEC HAUTE-VILLE Richard Guay RIMOUSKI Jocelyne Bérubé-Sasseville RIVE-SUD Gilles Rivet SEPT-ILES Roger Thiffaut SHERBROOKE Mireille Elchacar STE-THÉRÈSE Johanne Lefebvre t, rés. ST-HYACINTHE Monique Arpin ST-JEAN-SUR-RICHELIEU Denise Dubuc ST-JÉRÔME / LAURENTIDES Suzanne Chénier THETFORD-MINES Denyse Bouffard t rés. TORONTO, ON Yveline Baranyi TROIS-RIVIÈRES Karine Doucet VALLÉE DU RICHELIEU Andrée Fortin PRIX DE L ENGAGEMENT MILITANT BRAVO AUX GROUPES RÉCIPIENDAIRES! Plusieurs groupes et coordinations ont été mis à l honneur lors de l assemblée générale annuelle du 4 mai dernier, à Québec. LISTE DES GROUPES UNIVERSITAIRES MONTRÉAL UNIV. DE MONTRÉAL 28 Dasha Taillefer / Mélisande Séguin UNIV. DE MONTRÉAL FACULTÉ DE DROIT 189 Anne-Julie Rolland UQAM 62 Catherine Lussier #1938 SHERBROOKE UNIV. DE SHERBROOKE 175 Thierry Bisaillon-Lefebvre OTTAWA UNIVERSITÉ D OTTAWA 192 Audrey-Anne Trudel QUÉBEC UNIV. LAVAL 20 Pierre Léveillé UNIV. LAVAL FACULTÉ DE DROIT 191 Élie Tremblay LISTE DES COMITÉS DE COORDINATION THÉMATIQUES Économie et droits humains Environnement et droits humains Abolition de la peine de mort Droits des peuples autochtones Réseau juristes Droits des personnes LGBT Réseau femmes Éducation aux droits humains LISTE DES COMITÉS DE COORDINATION PAYS HAÏTI ISRAËL, TERRITOIRES OCCUPÉS ET AUTORITÉ PALESTINENNE TUNISIE CHINE ET INDE 19 AGIR Été 2013

20 En l honneur de notre mariage Vous êtes cordialement invité(e) à célébrer le mariage de Yasmine, 12 ans, et d Adama, 39 ans Le samedi 6 juillet 2013, au Burkina Faso CONSÉQUENCES DE CES MARIAGES : la liste Déscolarisation et sous-scolarisation Isolement Abus sexuels Mauvais traitements et violence conjugale Grossesses précoces Complications à l accouchement Mortalité maternelle et infantile Maladies Pauvreté Pour faire cesser les mariages d enfants, appuyez Amnistie internationale Donnez en ligne : amnistie.ca/don Appelez-nous : ou Complétez en envoyez-nous le formulaire ou donnez-le à un ami J ADHÈRE AU PROGRAMME DE DONS MENSUELS (LA COALITION DE L ESPOIR) J autorise Amnistie internationale à prélever mensuellement : 10 $ 15 $ 20 $ 25 $ OU: $/MOIS Les membres de la Coalition de l espoir recoivent gratuitement le AGIR (quatre numéros) JE FAIS UN DON AUJOURD HUI Vous trouverez ci-joint ma contribution au montant de : 20 $ 35 $ 50 $ 100 $ OU: $ La cotisation à titre de membre est de 30$ ou 15$ pour les étudiants et les membres de l âge d or. N.B.: Un reçu pour fin d impôt est émis automatiquement pour tous les dons de 15$ et plus. INFORMATION RELATIVE À MA CARTE DE CRÉDIT : J effectue mes versements mensuels par : Prélèvement bancaire (Je joins un chèque portant la mention «NUL») Carte de crédit Visa Amnistie Visa MasterCard Je préfère ne pas recevoir la revue AGIR À REMPLIR S IL VOUS PLAIT Montant total Paiement par : Chèque/Mandat Visa Amnistie Visa MasterCard Le reçu sera émis à l ordre de la personne ou de l organisme dont le nom figure sur le chèque. $ N O DE CARTE SIGNATURE C A N A D A F R A N C O P H O N E DATE D EXPIRATION TÉLÉPHONE 50 rue Ste-Catherine Ouest, bureau 500 Montréal (Québec) H2X 3V4 Tél.: Fax: Site Internet: Envoi de poste-publications Enregistrement n o NOM ADRESSE VILLE CODE POSTAL TÉLÉPHONE ( ) ADRESSE COURRIEL Numéro d enregistrement: RR0001 Merci!

Marathon des lettres, du 1 er au 18 décembre 2011 Semaines de sensibilisation et d action autour des droits humains

Marathon des lettres, du 1 er au 18 décembre 2011 Semaines de sensibilisation et d action autour des droits humains Aux enseignant e s intéressé e s par les activités d'amnesty International Berne, le 24 octobre 2011 10 DÉCEMBRE: JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS HUMAINS Madame, Monsieur, A l occasion de l anniversaire

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Parrainez une fille, investissez dans son avenir.

Parrainez une fille, investissez dans son avenir. photos - Roger Job - Plan Comme Marie Gillain, parrainez une fille avec PLAN! «Grâce à ma filleule, j ai été le témoin privilégié des actions de PLAN sur le terrain. À travers ses yeux, j ai réalisé que

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs, Traduction Discours de Monsieur Joachim Gauck, président de la République fédérale d Allemagne, au Conseil des droits de l homme des Nations Unies le 25 février 2013 à Genève Madame la Haut-Commissaire,

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

LE DROIT À ADÉQUAT. Comment lutter pour vos droits

LE DROIT À ADÉQUAT. Comment lutter pour vos droits LE DROIT À UN LOGEMENT ADÉQUAT Comment lutter pour vos droits le Centre pour les droits à l égalité au logement (CERA) et le Centre de défense des droits sociaux LE DROIT À UN LOGEMENT ADÉQUAT Cette brochure

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

FEU SUR LES MESSAGERS

FEU SUR LES MESSAGERS FEU SUR LES MESSAGERS LES JOURNALISTES PRIS POUR CIBLE PAR TOUTES LES PARTIES EN SYRIE EXTRAITS 2 Feu sur les messagers Les journalistes pris pour cibles par toutes les parties en Syrie 1. INTRODUCTION

Plus en détail

La sécurité en voyage : Nouveaux outils de prévention pour les voyageurs

La sécurité en voyage : Nouveaux outils de prévention pour les voyageurs La sécurité en voyage : Nouveaux outils de prévention pour les voyageurs Dans cette présentation - Bref aperçu des Services consulaires - Nouveaux outils de prévention pour les voyageurs - Statistiques

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada. Élimine l écart

Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada. Élimine l écart Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada Élimine l écart L élection fédérale est l occasion de concrétiser les espoirs et les rêves d une vie meilleure. Pour ceux qui

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU 12-38583 (F) Avril 2008 U N I T E D N A T I O

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Les certificats de sécurité. Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée

Les certificats de sécurité. Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée Les certificats de sécurité Les renseignements sont déposés devant le juge, à huit clos, sans la présence de la personne visée un certificat de sécurité C est quoi? 2 un certificat de sécurité C est quoi?

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Conférence du RQCAA. Agression et violence contre les aînés. Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société

Conférence du RQCAA. Agression et violence contre les aînés. Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société Conférence du RQCAA Agression et violence contre les aînés Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société Plan de présentation Histoire du RQCAA Quelques réalités sur

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA !! BURUNDI ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA Bob Rugurika est le directeur de la Radio Publique Africaine (RPA), la radio indépendante la plus populaire au Burundi. Lors de son passage à Genève en ce mois de

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Conférence sur l assistance judiciaire dans le système pénal : le rôle des avocats, nonavocats et autres acteurs

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

OBJET DU PRÉSENT MANUEL

OBJET DU PRÉSENT MANUEL COMMENT PRÉSENTER DES PÉTITIONS DANS LE SYSTÈME INTERAMÉRICAIN? OBJET DU PRÉSENT MANUEL l arrive parfois que les personnes dont les Droits de l Homme ont été violés ne savent pas vers qui se tourner ou

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise

Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise Ce qui suit est un court résumé de vos droits au Danemark et des us et coutumes de la police danoise. Il est utile à tous les

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE NATIONS UNIES Tribunal international chargé de poursuivre les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l ex-yougoslavie depuis

Plus en détail

Photo de couverture: istockphoto.com/vikasuh

Photo de couverture: istockphoto.com/vikasuh Principes et lignes directrices des Nations Unies sur l accès à l assistance juridique dans le système de justice pénale NATIONS UNIES 13-86717_c1-4_pr.indd 2 05/11/2013 09:22:55 Photo de couverture: istockphoto.com/vikasuh

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 C est avec plaisir que je vous présente le rapport d activités de l APRHQ pour l année qui s est terminée le 31 août

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales 18 Mai 2012 Site web : www.cedhd.org 1 L administration de la défense

Plus en détail

" Droits de regards "

 Droits de regards 1 Dossier de Presse " Droits de regards " 1961-2011 : AMNESTY INTERNATIONAL ET LES PHOTOGRAPHES Exposition Du jeudi 12 AVRIL 2012 au samedi 2 JUIN 2012 Galerie FAIT CAUSE 58 rue Quincampoix 75004 Paris

Plus en détail

Éléments des crimes *,**

Éléments des crimes *,** des crimes *,** * Note explicative: La structure des éléments des crimes de génocide, des crimes contre l humanité et des crimes de guerre suit celle des dispositions correspondantes des articles 6, 7

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE

SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE MONSIEUR DOUDOU DIENE 22 FEVRIER 2014 A L OPERATION

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

La communauté Lev Tahor

La communauté Lev Tahor La communauté Lev Tahor La communauté Lev Tahor (cœur pur, en hébreu), a été fondée en 1985 en Israël par Eres Shlomo Elbarnes qui se rebaptise Shlomo Helbrans. Ses membres, généralement issus de familles

Plus en détail

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT AMNESTY INTERNATIONAL ET LE PRINCIPE DE NON-REFOULEMENT Pour prévenir la torture, les mauvais traitements et les traitements dégradants, Amnesty International

Plus en détail

Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire

Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire I. Introduction "Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ni exilé" (Déclaration universelle des droits de l homme, art.

Plus en détail

Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains -

Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains - Dernière révision : 19 novembre 2014 Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains 15 novembre 2014 Reporters sans frontières (RSF), organisation internationale

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

LES PRINCIPES DE JOGJAKARTA

LES PRINCIPES DE JOGJAKARTA LES S DE JOGJAKARTA S SUR L APPLICATION DE LA LÉGISLATION INTERNATIONALE DES DROITS HUMAINS EN MATIÈRE D ORIENTATION SEXUELLE ET D IDENTITÉ DE GENRE La version anglaise est le texte autorisé. Des traductions

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Observation générale adoptée par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

En bref : que fait Amnesty International?

En bref : que fait Amnesty International? En bref : que fait Amnesty International? Amnesty International est l une des plus importantes organisations internationales de défense des droits humains. Des individus ordinaires, bénévoles et professionnels,

Plus en détail

Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel)

Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel) United Nations Nations Unies Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel) CHAMBRE D APPEL La Haye, 8 octobre 2008 RÉSUMÉ DE L'ARRÊT RENDU DANS L AFFAIRE LE PROCUREUR c/

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

LES DANGERS QUE L ON PEUT

LES DANGERS QUE L ON PEUT LES DANGERS QUE L ON PEUT ENCOURIR SUR INTERNET Table des matières Introduction...1 1 Des pourcentages étonnants et assez effrayants...1 2 La commission nationale de l informatique et des libertés (C.N.I.L.)...2

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Vous avez trouvé refuge en Suisse et vous voulez déposer une demande d asile. L Organisation suisse d aide aux réfugiés OSAR a

Plus en détail

Bureau du Procureur chargé des droits de la personne El Salvador

Bureau du Procureur chargé des droits de la personne El Salvador Bureau du Procureur chargé des droits de la personne El Salvador La Protection des droits humains des personnes migrantes Mandat du Bureau du Procureur Le mandat constitutionnel et juridique du Bureau

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

OBAMA ET LA TORTURE:

OBAMA ET LA TORTURE: OBAMA ET LA TORTURE: PEUT MIEUX FAIRE Chuck Fager, directeur de la Maison Quaker 1 Il existe en anglais une expression qui fait écho, je l espère, à une expression française : si l on vous demande comment

Plus en détail

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître?

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître? Être un témoin Qu est-ce qu un témoin? Le témoin est celui à qui il est demandé de se présenter devant le tribunal pour répondre à des questions sur une affaire. Les réponses données par un témoin devant

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes PIECES A PRODUIRE POUR UNE DEMANDE DE CARTE DE RESIDENT PREMIERE DEMANDE Produire les copies et présenter les originaux 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes Lettre de demande de carte

Plus en détail