Extrait du procès-verbal de la 49 e session du Comité international olympique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Extrait du procès-verbal de la 49 e session du Comité international olympique"

Transcription

1 Extrait du procès-verbal de la 49 e session du Comité international olympique Athènes, 11, 12, 13, 14, 15 mai 1954, Hôtel Grande-Bretagne Présidence : M. Avery Brundage, président Procés-verbal : rédigé selon enregistrement sur bandes Liste de présence : Commission exécutive: M. Avery Brundage, président. M. Armand Massard, vice-président Membres : MM. Lord Burghley. S.E. Mohammed Taher. S.A.R. le Prince Axel. Sr. Miguel A. Mœnck MEMBRES DU C.I.O. (Dans l ordre de préséance) M. Angelo Bolanaki Grèce Dr. José Ferreira Santos Brésil S. A. le Duc Adolphe-Frédéric de Mecklembourg Allemagne M. Thomas Fearnley Norvège Lord Aberdare Gr.-Bretagne Dr. Karl Ritter von Halt Allemagne Comte Paolo Tahon de Revel Italie Sir Arthur Porritt N.-Zélande S. A. le Prince Régnant François-Joseph de Liechtenstein M. J. W. Rangell Finlande Baron de Trannoy Belgique Prof. Dr. J.G.A. Gruss Tchécoslov. S.A.R. le Prince Jean de Luxembourg Luxembourg M. Jean Ketseas Grèce Major Albert Mayer Suisse Brigadier Général C.-F. Pahud de Mortanges Hollande Dr. José Pontes Portugal M. R. W. Seeldrayers Belgique M. A. Sidney Dawes Canada M. Stanko Bloudek Yougoslavie M. Bo Ekelund Suède Prof. Jerzy Loth Pologne Prof. Ferenc Mezö Hongrie M. Erik von Frenckell Finlande M. John Jewett Garland U. S. A. M. M.O. Ditlev-Simonsen Jr. Norvège Dr. Ryotaro Azuma Japon Prince Pierre de Monaco Monaco M. Const. Andrianov. U.R.S.S. Comte de Beaumont France Lord Luke Gr.-Bret. M. Lewis Luxton Australie Dr. G. de Stefani Italie Cheik G. Gemayel Liban Lord Killanin Irlande M. Alexei Romanov U.R.S.S. Général V. Stoitchev Bulgarie Dr. J. Bustamente B. Venezuela M. J. Gerlein Comelin Colombie Général G. Dyrssen Suède M. Pedro Ibarra Mac Mahon Espagne M. Douglas F. Roby U.S.A. M. Brundage ouvre la session en adressant ses souhaits de cordiale bienvenue aux nombreux membres qui se sont déplacés ici, à l occasion du 60 e anniversaire de la rénovation des Jeux olympiques. Il donne lecture d un message de vœux, qui nous est adressé par le président honoraire M. J. Sigfried Edström. D autre part, il excuse quelques membres absents, dont quelques-uns pour cause de maladie. Il a le plaisir de saluer la présence de M. Thomas Fearnley, membre honoraire. Il signale que la C.E. s est réunie la semaine dernière à Lausanne avec les délégués des fédérations internationales. Une seconde réunion a eu lieu ici même avec les représentants des C.N.O. Les discussions qui se sont déroulées à ces séances ont été extrêmement fructueuses, PROCÈS-VERBAL DE LA SESSION DE MEXICO Le procès-verbal de la 48 e session de Mexico, qui a été adressé à tous les membres l an dernier, est adopté. COMPOSITION DU C.I.O. Il est confirmé que la Charte fondamentale de nos règles reste en vigueur, à savoir que les membres du C.I.O. sont les ambassadeurs du comité auprès de leur pays respectif, et non les délégués de leur pays auprès du C.I.O. D autre part, le C.I.O. peut choisir ses membres en toute indépendance. Au sujet du nombre des membres, le président estime qu il devrait être limité à 70, 80 au maximum, car il est impossible de faire du bon travail dans une assemblée trop nombreuse. Une longue discussion s engage à ce sujet, à laquelle prennent part MM. Sydney Dawes (Canada), le Comte Thaon di Revel (Italie), Lord Burghley (Grande-Bretagne), Albert Mayer (Suisse), Armand Massard (France), Prince Axel de Danemark, M. von Frenckell (Finlande), M. Bolanaki (Grèce), Lord Killanin (Irlande), M. Romanov (U.R.S.S.), M. Ferreira-Santos (Brésil), M. Seeldrayers (Belgique), Sir A. Porritt (Nouvelle-Zélande), M. Andrianow (U.R.S.S.). Décision : A l avenir, le C.I.O. sera représenté dans les différents pays par un ou deux membres au maximum. Les pays ayant trois membres actuellement les conserveront, mais le troisième ne sera pas remplacé 40

2 CONNAISSANCE DES LANGUES. Il est décidé qu à l avenir les membres du C.I.O. nouvellement nommés devront avoir une connaissance suffisante de la langue française ou anglaise, ou des deux. Sur la demande de M. Andrianow (U.R.S.S.) il est décidé que les membres actuels n ayant pas la connaissance de ces deux langues auront la possibilité d être accompagnés d un interprète. DOMICILE DES MEMBRES. Il est décidé qu à l avenir un membre ne pourra être nommé que s il réside dans le pays pour lequel il est mandaté. CHANGEMENT DE NATIONALITÉ DES MEM- BRES. L article 11 des règles en vigueur est maintenu par 28 voix contre 8. LETTRES-CIRCULAIRES. Le système de l envoi régulier de lettres-circulaires afin de tenir les membres au courant des travaux de la C.E. est approuvé à l unanimité. SOUS-COMITÉS. L assemblée se déclare d accord avec la proposition présidentielle tenant à nommer des sous-comités chargés d étudier les problèmes importants chaque fois que nécessité s en fera Sentir. PROCES-VERBAUX. Il est décidé que les débats seront enregistrés sur bandes, de manière que nous possédions des procès-verbaux complets et détaillés. COMMUNIQUES A LA PRESSE. Les communiqués à la presse seront délivrés par le président. QUORUM AUX SESSIONS. Il est décidé d élever le quorum, qui actuellement selon la règle 19 est de 15, à 25 (modification règle 19). MEMBRES D'HONNEUR. Il est décidé qu avant de pouvoir être élu membre d honneur, un membre doit avoir assisté à 10 sessions au moins. (Modification règle 10.) VOTE PAR CORRESPONDANCE. Il est décidé de modifier l article 20 des règles comme suit :... Si le nombre des réponses n est pas inférieur à 35 (et non à 15). MODIFICATION RÈGLE 21. En adjonction il est stipule que 25 membres au moins doivent avoir voté favorablement. COMMISSION EXÉCUTIVE. Il est décidé de porter le nombre des membres de la C.E. à 7 au lieu de 6. D autre part M. Albert Mayer (Suisse) propose d élire la commission exécutive pour 6 ans au lieu de 4. Au vote il est décidé par 21 voix contre 12 d en rester au statu quo. FINANCES. Le rapport de la commission des finances est accepté. (Ce rapport a été adressé à tous les membres avant la session.) JEUX DE MELBOURNE Le président annonce qu avant de discuter du rapport du comité organisateur des Jeux de la XVI e Olympiade, il désire donner la parole au Baron de Trannoy, président de la F. I. Equestre, qui donne lecture de son rapport (Annexe N o 2). M. Bolanaki (Grèce) déclare que tout ce qu il va dire au sujet des sports équestres ne changera probablement en rien les choses. Cependant, il demande que le texte suivant soit inscrit au procès-verbal : «M. Bolanaki (Grèce) propose que les sports équestres soient maintenus à la ville de Melbourne, pour n avoir à contrevenir qu à l article 30 de nos règlements, car s ils sont accordés à une autre ville, nous aurons contrevenu à 2 articles de nos Principes fondamentaux et à 13 articles de nos statuts et règlements.» Il demande en outre qu il soit mis au clair si à l avenir nous continuerons à avoir une Charte qui contiendra les Principes fondamentaux établis par de Coubertin, ou si nous n aurons que-des statuts et règlements. Dans ce dernier cas. il serait nécessaire de supprimer le titre Principes fondamentaux.» M. Bolanaki ajoute que dans toute cette question équestre, il existe deux responsables : tout d abord le comité organisateur des Jeux de Melbourne qui depuis 1949 nous a cache l existence de la loi de la quarantaine sur les chevaux, puis notre C.E. qui a contrevenu à l article 14 de nos règlements en voulant donner raison au comité organisateur ayant lui-même violé nos statuts en ne voulant pas admettre les protestations de la F. I. Lord Burghley ne se déclare pas du tout d accord avec M. Bolanaki. Si des erreurs ont été commises par le passé, notre devoir est de regarder vers l avenir et de tâcher de limiter les dégâts. Nous pouvons fort bien accorder les sports équestres à une autre ville en modifiant nos règles, car nous sommes en mesure de le faire avec une majorité de 2/3. A un cas exceptionnel il faut appliquer des mesures exceptionnelles. Il ne faut pas citer au hasard telle ou telle phrase qui aurait été prononcée à Mexico City. Nous avons un procès-verbal qui est la reproduction fidèle de ce qui a été dit. Nous savons que nos collègues australiens nous ont donne l assurance d avoir fait tout ce qui était en leur pouvoir pour obtenir satisfaction, mais qu ils n ont pas réussi dans leurs efforts. Ils nous ont assuré qu ils allaient poursuivre leurs travaux, et essayer de faire de leur mieux pour que satisfaction nous soit donnée. Donc à la lumière de ces faits, le C.I.O., à sa session de Mexico, a procédé au vote de confiance à l unanimité moins une voix, sauf erreur celle du Général Stoitchev (Bulgarie). La ville de Melbourne a consacré des sommes considérables pour l organisation des Jeux. Nous ne pouvons donc pas prendre une décision aujourd hui qui serait préjudiciable au pays tout entier. Il propose finalement que les Jeux soient maintenus à Melbourne, tout en priant nos amis australiens d abandonner l idée d organiser les épreuves hippiques. De cette façon, nous pourrions confier ce soin à une autre ville qui serait choisie pendant la présente session. Prennent part à la discussion MM. Seeldrayers (Belgique), Armand Massard (France), Mohammed Taher (Egypte), Général Stoitchef (Bulgarie), Lewis Luxton (Australie), Baron de Trannoy (Belgique), Sir Arthur 41

3 Porritt (Nouvelle-Zélande), Romanov (U.R. S.S.), Angelo Bolanaki (Grèce), Prince Axel (Danemark). Finalement M. Brundage félicite tous les orateurs pour leurs déclarations empreintes du véritable esprit sportif. Il résume la situation et donne encore quelques détails sur les faits tels qu ils se sont déroulés depuis 1949, année à laquelle les Jeux ont été attribués à la ville de Melbourne. Il tient à répéter que la F. I. Equestre n est en rien responsable de cette situation, et ne devrait pas supporter les conséquences de la loi de quarantaine. A notre séance de Lausanne avec les F. I., celles-ci furent unanimes à recommander au C.I.O. que les épreuves équestres se déroulent dans une autre ville. Le président demande aux membres de voter sur la proposition de Lord Burghley tendant au transfert des sports équestres dans une autre ville. Résultat : 30 voix en faveur de la proposition Lord Burghley. 13 voix contre. 1 abstention. Rapport du comité organisateur des Jeux de Melbourne Chaque membre ayant reçu un rapport imprimé du comité organisateur de Melbourne, M. Lewis Luxton (Australie) se borne à le commenter brièvement. RAPPORT DU COMITÉ ORGANISATEUR DES 7 es JEUX OLYMPIQUES D HIVER A CORTINA Le Comte Thaon di Revel (Italie), qui a fait distribuer un rapport en trois langues à tous les membres, le commente brièvement. Il existe une proposition de la F.I.S. (Féd. Int. de Ski) d ajouter deux épreuves aux compétitions de ce sport, soit l épreuve de 30 km. de fond pour hommes, et celle du relais 3 x 5 km. pour dames. Cette demande est formulée du fait que ces épreuves figurent au programme de la F.I.S. et que celle-ci considère les Jeux olympiques comme étant ses championnats mondiaux dans les années olympiques. Sur une question de Ritter von Halt (Allemagne), le Comte Thaon di Revel (Italie) répond que le gouvernement italien a décidé d attribuer une somme de deux cents millions de lires pour l amélioration des voies d accès à la station de Cortina. Sur la demande de M. von Frenckell (Finlande). le Comte Thaon di Revel (Italie) confirme que les frais pour un athlète ne seront pas supérieurs à 6 dollars par jour. BULLETIN OFFICIEL DU C.I.O. La commission du bulletin, présidée par M. Albert Mayer (Suisse), a élaboré un rapport qui a été remis à chaque membre. Il est décidé que le bulletin paraîtra à l avenir 4 fois par an. RÉCOMPENSES OLYMPIQUES Le C.I.O. accorde les récompenses suivantes pour l année 1954 :ceci pour faire suite aux propositions faites par la commission présidée par M. F. Piétri (France) : 1. Coupe olympique : Ecole fédérale de gymnastique et de sport à Macolin (Suisse). 2. Diplôme olympique : aucun candidat : pas attribué. 3. Coupe Fearnley : Paris Université Club. 4. Coupe Mohammed Taher : M. Adolphe Jaureguy (ex-joueur de rugby, France). DRAPEAU DES JEUX D HIVER Le président signale que la ville d Oslo a offert un drapeau officiel pour les Jeux olympiques d hiver. L assemblée décide que ce drapeau sera reconnu officiellement, comme celui des Jeux d été. Une cérémonie analogue à celle des Jeux d été se déroulera à l avenir à l occasion des Jeux d hiver, et ceci depuis les Jeux de Cortina. PLACES AU STADE Il est décidé que les tribunes A, B et C, réservées respectivement aux membres du C.I.O., aux C.N.O. et aux F.I., seront adjacentes. D autre part, un parc pour autos leur sera réservé et un coupe-file leur sera remis. REMISE DE MÉDAILLES AUX ATHLÈTES D ÉQUIPES Une discussion générale s entame à ce sujet. Y prennent part MM. Brundage, Lord Burghley, Général Dyrssen (Suède), Albert Mayer (Suisse), von Frenckell (Finlande), Bolanaki (Grèce), Seeldrayers (Belgique), Dr. Gruss (Tchécoslovaquie). Décision : Seuls les participants à la finale ont droit à une médaille d or. Les autres athlètes qui auraient participé aux demi-finales ou aux rencontres préliminaires n ont droit qu à un diplôme. TROPHÉE BONACOSSA Le Comte Thaon di Revel (Italie), ainsi qu il l avait mentionné l an dernier à Mexico offre au nom du Comité olympique italien et de la famille de feu le Comte Bonacossa, un trophée en argent massif représentant la louve romaine sur un piédestal de marbre. Ce trophée, selon le règlement qui l accompagne, sera attribué chaque année par le C.I.O. à un C.N.O. méritant. Une reproduction en miniature sera donnée à titre définitif au bénéficiaire. L assemblée accepte ce don avec reconnaissance. Il sera attribué à partir de (Le règlement est publié dans ce bulletin.) RAPPORT DE LA COMMISSION DE RÉDUCTION DU PROGRAMME DES JEUX Le président signale que la commission chargée de cette question a travaillé pendant prés de deux ans. Elle a consulte les C.N.O. 42

4 et les F.I. et elle se présente aujourd hui à la session avec certaines recommandations. Celles-ci ont été acceptées par les F.I. et les C.N.O. lors des réunions que la C.E. vient d avoir avec eux. Il est certaines choses qu il est possible de mettre en pratique immédiatement, alors que d autres doivent être réservées pour l avenir. M. von Frenckell, président de la commission composée également de MM. Bo Ekelund (Suède) et Albert Mayer (Suisse). fait un long exposé sur ses travaux. D une façon générale, les réductions proposées ne concernent que les jeux d été. Une discussion s ensuit, à laquelle prennent part MM. Mautner von Markhof (Autriche). Lewis Luxton (Australie), Lord Killanin (Irlande), Général Stoitchev (Bulgarie), Bolanaki (Grèce), Seeldrayers (Belgique), Dr. Ritter von Halt (Allemagne), Bustamente (Venezuela), Lord Burghley (Grande-Bretagne). Décision prise : pour les sports d équipes (football, basketball et hockey sur gazon) 16 équipes seulement pourront prendre part aux Jeux et devront être inscrites à la veille de l ouverture des Jeux. Les épreuves éliminatoires ne feront pas partie des Jeux proprement dits, et seront organisées par les F.I. DOUBLES MÉDAILLES. La commission propose qu il ne soit pas remis de doubles médailles pour une seule performance comptant dans une épreuve individuelle et d équipe. Prennent part à la discussion MM. Bo Ekelund (Suède), S.A.R. Prince Axel (Danemark), M. Albert Mayer (Suisse). Décision : la proposition de la commission est adoptée à l unanimité. NOUVELLES ÉPREUVESAUX XVI es JEUX OLYMPIQUES. Pour les Jeux d été de la XVI e olympiade, il est décidé qu aucune nouvelle épreuve ne devrait être acceptée, ni aucune exclue. (A l exception de la nage papillon pour hommes et femmes, demandée par la FINA, avec un maximum de 3 inscriptions.) OFFICIELS Il est décidé que le nombre d officiels sera réduit selon une échelle allant de 40 à 20%, le nombre des officiels d une équipe ne pouvant pas dépasser le nombre des athlètes. Les arbitres et les juges ne sont pas compris dans le nombre des officiels. DÉLÉGUÉS TECHNIQUES DES F.I. Comme cela est stipulé déjà dans les règles, les F.I. gardent le droit d envoyer deux délégués techniques, une quinzaine de jours avant les Jeux, dans la ville où ces derniers se déroulent. Cependant ils ne peuvent pas être accompagnés d officiels tels qu inspecteurs ou observateurs. PRESSE ET RADIO. Il est décidé que le nombre des places gratuites pour les journalistes sera de 1000 au maximum. En outre, il sera accordé un maximum de 150 places pour les photographes, et un autre maximum de 150 places pour les opérateurs de films, télévision et radio. SPORTS OBLIGATOIRES ET FACULTATIFS. La liste de ces sports ainsi que des sports de démonstration est maintenue sans changements. De nouveaux sports peuvent être acceptés comme sports facultatifs si au moins 20 nations sont affiliées à une F.I. correspondante et qu au moins 12 prennent part aux Jeux. PROGRAMME FINAL DES JEU X. Le comité organisateur doit proposer le programme final au C.I.O. au moins 2 ans avant les Jeux. Aucune modification ne peut intervenir une année avant les Jeux sans que le C.I.O., les F.I. intéressées et le comité organisateur ne soient d accord. RÉSERVES. Il est décidé qu il n y aura plus de réserves dans les sports individuels seulement. JOURNALISTES ET RADIOS AUX JEUX D HI- VER. Sur la proposition du Comte Thaon di Revel (Italie). il est décidé que pour les Jeux d hiver le nombre des places gratuites pour les journalistes est fixé à un maximum de 400. Dans ce chiffre sont compris les photographes. Pour les opérateurs de cinéma, télévision et radio, ce chiffre est fixé à un maximum de 75. Le rapport de la commission de réduction du programme est finalement adopté et Lord Aberdare, au nom de ses collègues, exprime ses remerciements à la commission pour le long travail qu elle a effectué. INSCRIPTION DES ATHLÈTES. Le président fait part qu une proposition avait été formulée tendant à ce que dans les compétitions qui peuvent être mesurées par chronométrage ou par ruban chaque nation puisse inscrire un participant, plus deux supplémentaires réalisant le standard fixé par la F.I. régissant ces sports. Messieurs von Frenckell et Lord Burghley prennent la parole et finalement aucune décision n est prise. NOUVELLES ÉPREUVES DE SKI. Sur la demande de la F.I.S., il est décidé d inclure deux nouvelles épreuves dans les compétitions de ski et ceci déjà aux Jeux de Cortina 1956, à savoir: course de fond 30 km. hommes et relais dames 3 x 5 km. COURSE 800 M. POUR DAMES. Il est décidé de ne pas inclure cette course dans le programme des Jeux. PATINAGE VITESSE POUR DAMES (JEUX D'HIVER). Les 4 épreuves de 500, 1000, 3000 et 5000 m. demandées par la F.I. de patinage sont repoussées. YACHTING. La F.I. de Jachting demande l'introduction d'une sixième catégorie. soit des 6 m. Cette proposition est repoussée, et les épreuves de yachting restent limitées à 5 (y compris les 6 m. si la F.I. de Jachting le désire.) CANDIDATURES VOLLEYBALL, TIR A L'ARC, JUDO, ROLLER-SKATING. M. Massard (France) estime que ces sports pourraient fort bien être inscrits dans la liste des sports facultatifs, car rien n'oblige le comité d'organisation à les porter au programme. 43

5 Sur la proposition du président, ces 4 candidatures sont renvoyées à la prochaine session. LUGE. Sur la proposition de la F.I. de bobsleigh, et ensuite de l intervention de M. Albert Mayer (Suisse), le sport de la luge est substitué à celui du skeleton dans le programme des Jeux d hiver. CONDITIONS REQUISES DES VILLES QUI FONT ACTE DE CANDIDATURE POUR LES J.O. Le président signale à l assemblée que la C.E. a préparé un texte approprié qui sera soumis aux villes candidates à l organisation des Jeux. Ce texte est accompagné d un questionnaire. A l unanimité l assemblée se déclare d accord avec l élaboration d un tel texte. RÈGLE No 25 CONCERNANT LES COMITÉS NATIONAUX OLYPMIQUES Le président fait part à l assemblée qu il a estimé avec les membres de la C.E. qu une nouvelle réglementation de l article 25 de nos statuts paraît indispensable. Tous les membres ont reçu la circulaire No 27 concernant cette question. Les C.N.O. eux-mêmes se montrent extrêmement désireux de voir renforcer ces règles, afin de leur permettre de résister à certaines pressions commerciales ou politiques exercées contre eux. Le président passe en revue les différents paragraphes du nouveau règlement et ouvre la discussion. Il signale que la C.E. a eu une longue discussion avec les C.N.O. et avec les F.I. la semaine dernière. Une très longue discussion s ensuit. Le président nomme une commission composée de MM. Massard, Lord Burghley, Mohamed Taher et Sir Arthur Porritt, qui rapportera demain tout en élaborant un nouveau texte pour le troisième paragraphe de la circulaire No 27. AUCUNE COMPÉTITION PAR ÉQUI- PE ou INDIVIDUELLE NE PEUT AVOIR LIEU, A MOINS QU IL Y AIT 10 ENGA- GEMENTS AU MOINS. M. Bolanaki demande qu il soit ajouté à ce titre qu il s agit de sports facultatifs, afin d éviter toute confusion. Prennent part à la discussion MM. Lewis Luxton (Australie), Stoitchev (Bulgarie)., von Frenckell (Finlande), Seeldrayers (Belgique), Massard (France), Loth (Pologne), Roby (U.S.A.). Finalement le président propose la limitation suivante : pour qu une épreuve puisse se disputer, il faut au moins 6 inscriptions pour les épreuves par équipes, et 12 inscriptions pour les épreuves individuelles. PRISES DE VUES CINEMATOGRAPHI- QUES AUX JEUX Lord Burghley présente son rapport qui est adopté à l unanimité. Ce rapport stipule qu il n y aura qu un seul photographe officiel pour la prise de vues dans les différents stades. En outre, il sera indiqué très clairement sur les billets d entrée qu un seul photographe officiel est autorisé à filmer, afin d éviter que des personnes privées fassent de même. Ceci est indispendable, dit Lord Burghley, afin de protéger les compagnies productrices qui investissent des sommes considérables dans une entreprise qui risquerait de ne pas être rentable. Ce rapport stipule également que les F.I. sont autorisées à faire tourner des films éducatifs de 16 mm., mais qu elles n auront pas le droit de les présenter en public contre paiement avant qu une année se soit écoulée après les Jeux. Elles sont cependant autorisées à projeter leur film dans les écoles, etc., même contre paiement si elles le désirent. à condition que les recettes soient versées à la F.I. intéressée. Il est dit également que le cinéaste officiel doit s engager à fournir des bandes de 16 mm. immédiatement après les Jeux, pour être utilisées par les C.N.O. dans un but éducatif ; ces films seront livrés au prix coûtant. Là également les conditions imposées aux F.I. s appliquent aux C.N.O. en ce qui concerne la projection des films. En ce qui-concerne les actualités, là également un seul cinéaste officiel sera nommé. Il devrait être choisi par le comité organisateur ou par le consortium des compagnies d actualités du pays dans lequel se déroulent les Jeux. Il doit s engager à fournir des exemplaires de la bande à un prix raisonnable à tous les autres groupements du monde qui désireraient les acheter. BEAUX-ARTS Le président rappelle aux membres qu il a exposé cette question en détail dans sa lettre-circulaire No 14. Une commission a été nommée l an dernier pour étudier ce problème. Elle est composée de MM. Armand Massard, du Comte Thaon di Revel, du Baron de Guell, du Dr. Mœnck, du Prince Pierre de Monaco et de M. Bolanaki. Le président ajoute qu il avait soumis une idée à cette commission, tendant à ce que chaque comité organisateur des Jeux organise une «exposition» de beaux-arts dans le pays où se déroulent les Jeux, et à laisser le soin à ce comité de l organiser de la façon la meilleure. M. Armand Massard (France) informe l assemblée que sa commission a eu beaucoup de peine à se réunir, étant donné la dispersion de ses membres. Il fait tout de même un bref rapport sur les discussions qui ont eu lieu. La commission pense que la meilleure solution serait de se railler à la proposition présidentielle qui à son avis est la seule équitable. Cette exposition pourrait être composée des œuvres du pays, avec au besoin le concours de celles d autres nations. 44

6 Après discussion, la proposition de la commission, amendée par le président, est adoptée İl est spécifié que la question de l amateurisme de ces expositions de beaux-arts ne sera pas posée. En outre, seuls des diplômes seront distribués, à l exclusion de médailles. CHOIX DE LA VILLE DES SPORTS EQUESTRES Le Baron de Trannoy (Belgique) fait un long exposé sur les avantages et désavantages qu il y aurait à faire disputer les épreuves équestres dans tel ou tel pays. Le président fait passer le vote au bulletin secret, qui donne le résultat suivant : Bulletins délivrés et rentrés : 47 Stockholm voix Paris » Rio-de-Janeiro » Berlin » Los Angeles » M. Bo Ekelund (Suède) remercie au nom du C.O. suédois et de la ville de Stockholm. 47 ARTICLE 25 DES STATUTS (COMPOSITION DES C.N.O.) M. Armand Massard (vice-président) rapporte au nom de la sous-commission. Une discussion s ensuit. Sur la proposition de M. Brundage la sous-commission fera dactylographier le texte de cette nouvelle règle en français et en anglais, en tenant compte des différentes suggestions émises. Ce texte sera remis aux membres dans le courant de la journée et position sera prise à une séance ultérieure. RÉDUCTION DU NOMBRE DES PARTICIPANTS AUX JEUX D HIVER Le président fait part que la commission pour le programme des Jeux propose que le nombre des participants par nation aux Jeux olympiques d hiver soit réduit de 4 à 3, sans réserves. Une discussion a eu lieu à Lausanne la semaine dernière avec la F.I. de ski. Celle-ci se déclare tout à fait d accord de nous aider et d entrer dans nos vues, mais plutôt que de suivre la procédure que nous suggérions, elle a proposé la sienne, c est-a-dire de réduire le nombre des participants à un total de 8 pour trois épreuves. Ceci réduit donc le nombre au delà de ce que nous avions espéré. Sur la proposition du président, la suggestion de la F.I.S. est acceptée et la C.E. se mettra en contact avec cette dernière pour les modalités d application. RAPPORT SUR L APPEL A LA F.I.F.A. CONTROLE DU SPORT PROFESSIONNEL ET AMATEUR PAR LES F.I. Le président rappelle la longue discussion qui s est déroulée l an dernier à Mexico- City au sujet du contrôle du football olympique. Cette question a été reprise la semaine dernière à Lausanne en présence des F.I. et M. Seeldrayers y a fait un exposé extrêmement clair et brillant de la situation. Il reprend cet exposé à la présente séance, et fait remarquer qu en 1947, lors de la session de Stockholm, le manque à gagner avait été admis par le C.I.O. Quant à la question de l amateurisme, l orateur fait remarquer que les instructions les plus formelles sont données par la F.I.F.A: aux fédérations nationales affiliées. C est ainsi que les fédérations belge et suisse n ont pas envoyé d équipe à Helsinki, n étant pas absolument certaines que les règles de l amateurisme du C.I.O. n aient pas été enfreintes d une manière ou d une autre. M. Seeldrayers fait remarquer d autre part que chaque joueur doit signer une déclaration affirmant qu il est amateur, selon la formule consacrée ; cette attestation doit être contresignée par la fédération nationale ainsi que par le C.N.O. Quant au contrôle du sport professionnel et amateur par une même fédération internationale. M. Seeldrayers estime qu au sein de la F.I.F.A. il ne saurait être question d en séparer les directions. M. Brundage, qui a eu une conversation privée avec M. Seeldrayers, estime que le remboursement du manque à gagner devrait être interdit. Il sait par contre que d autres membres ne partagent pas son opinion. Prennent part à la discussion MM. Bustamente (Venezuela), Dr. Ferreira Santos (Brésil), M. Albert Mayer (Suisse). Finalement le président souligne que toute la question est entre les mains des C.N.O., et que c est à eux qu il appartient de veiller à ce que tout. se passe de la façon la plus correcte. Par conséquent nous avons fait notre devoir et il ne voit pas ce que nous pourrions faire de plus. SESSIONS 1955, 1956 ET 1957 A la session d Helsinki, dit le président, il avait été décidé que la session de 1955 aurait lieu à Paris. Depuis lors, certaines preuves de modestie se sont manifestées de la part de nos collègues français ; pour cette raison il désire reposer la question de savoir si cette session doit se tenir à Paris ou non. M. Massard (France) resitue la question et fait part que la ville de Paris n a pas posé sa candidature à Helsinki. A ce moment-là l ancien président, dans un élan général de l assemblée, décida que la session de 1955 aurait lieu à Paris, ce qui toucha infiniment les membres français du C.I.O. Depuis lors M. Massard a reçu une lettre du Baron de Guell (Espagne) invitant le C.I.O. à tenir sa session à Barcelone pendant les IIes Jeux 45

7 méditerranéens, qui se dérouleront en juin 1955 dans cette ville. Le président fait voter à main levée, ce qui donne le résultat suivant : 25 voix pour Paris. 21 voix pour Barcelone. Quant à la date de la session de 1955, la C.E. prendra une décision. Il s agira de rapprocher autant que possible la session de la date du 21 juin, qui marquera l ouverture des IIes Jeux méditerranéens à Barcelone, afin que les membres désirant s y rendre puissent le faire directement depuis Paris. SESSIONS 1956 Le président annonce qu il y aura deux sessions durant l année olympique, soit une à Cortina, l autre à Melbourne. SESSION 1957 Sur la proposition de M. Seeldrayers, l assemblée à l unanimité décide de fixer cette session à Bruxelles. Les dates définitives seront fixées par la C.E. REVISION DU RÈGLEMENT No 10 POUR LES JEUX RÉGIONAUX Sur la proposition du président il est décidé de supprimer la phrase de l article 10 interdisant l usage d une flamme aux Jeux régionaux. LIMITATION DU NOMBRE DES SPORTS DANS LES JEUX RÉGIONAUX Sur la proposition de M. Brundage, il est décidé d ajouter aux règles des Jeux régionaux un article stipulant que le comité d organisation peut ajouter au programme un maximum de trois sports qui ne figurent pas aux Jeux olympiques. COMITÉ CONSULTATIF DES F.I. ET DU C.I.O., AINSI QUE NOMINATION D UNE COMMISSION TECHNIQUE CHOISIE PARMI LES MEMBRES DES F.I. POUR SIÉGER AVEC LE C.I.O. Le président fait remarquer que lors de la réunion de la C.E. avec les F.I. de la semaine dernière, les F.I. ont retiré ces deux propositions, de sorte que la question est tranchée. HYMNE OLYMPIQUE M. Bolanaki (Grèce) fait part que la commission qu il préside et qui est composée de S.A.S. le Prince Pierre de Monaco, S.E. Mohamed Taher s est réunie à Paris le 2 octobre Furent également présents : MM. Massard (vice-président du C.I.O.) et François Piétri (France). S.A.S. le Prince Pierre de Monaco propose l organisation d un concours international doté d un prix de 1000 dollars qu il offre généreusement, et ainsi nous pourrions peut-être avoir une fois un hymne officiel approprié. Il est décide de choisir un hymne unique, et d ouvrir un concours à ce sujet selon proposition faite par S.A.S. le Prince Pierre de Monaco, que le président remercie vivement. JEUX ASIATIQUES Le Dr. Azuma fait un bref rapport sur les Jeux asiatiques qui se déroulent en ce moment à Manila. Il a assisté à leur ouverture et informe l assemblée que ces Jeux sont un succès. Les prochains Jeux asiatiques de 1958 osnt attribués à la ville de Tokyo. RAPPORT DES JEUX CENTRO-AMÉRICAINS M. Brundage informe l assemblée qu il a assisté avec le Dr. Mœnck (Cuba) à ces VIIes Jeux, qui se sont déroulés à Mexico-City avec la participation de 12 à 15 pays. Ils furent un succès et il ajoute que malgré l altitude (2300 m. environ) plusieurs records ont été battus. RECONNAISSANCE DE LA F.I. DE BASEBALL AMATEUR Le président fait part que M. Miguel A. Mœnck (Cuba) a été en contact étroit avec cette fédération pendant près de deux ans. Toutes les règles ont été revisées et elles sont maintenant parfaitement conformes à nos critères. Il est décidé de reconnaître cette fédération dans la liste des sports «non olympiques». PROTECTION DES EMBLÈMES OLYMPIQUES M. Albert Mayer (Suisse), après avoir consulté deux juristes, retire sa proposition tendant à l inscription du C.I.O. au registre du commerce de Lausanne. Le C.I.O. n existant pas juridiquement, ne pourrait pas se faire inscrire dans un tel registre. Il est décidé que la C.E. restera en rapport avec le C.O. Suisse dont les démarches avec le Gouvernement suisse ne sont pas encore terminées. REQUÊTE DE LA F.I. DE HOCKEY SUR GAZON Cette fédération demande que son sport figure désormais dans la liste des sports obligatoires. Le président fait part à l assemblée que la C.E. a examiné la question et qu elle propose de la repousser. Il en est décidé ainsi. NOUVEAU MEMBRE DE LA C.E. Le président rappelle qu au début de notre session. nous avons décidé d augmenter le nombre des membres de notre comité exécutif de 6 à 7. Il y a donc lieu de procéder à cette nomination, et il recommande aux membres lorsqu ils feront leur proposition de tenir compte de l ancienneté des membres. Sont proposés : Le Comte Thaon de Revel (Italie). Sir Arthur Porritt (Nouvelle-Zélande). M. Erick von Frenckell (Finlande). 46

8 Le président fait passer au vote au bulletin Le président fait procéder au vote sur secret, qui donne le résultat suivant : l admission des diverses candidatures. Bulletins délivrés : 47. Bulletins délivres : 47. Bulletins rentrés : 44 (les trois candidats C.O. Allemagne de l Est : 14 oui 31 non s étant retirés de la salle). C.O. Chine démocratique : 23» 21» Le Comte Thaon de Revel est élu par C.O. Ethiopie : 44» 2» 23 voix. C.O. Rép. dominicaine : 34» 6» Sir Arthur Porritt obtient 12 suffrages. C.O. Malaya : 36» 6» M. von Frenckell 9. C.O. Costa-Rica : 36» 6» Tous ces comités, à l exception de l Alle- REPRISE DE LA DISCUSSION magne de l Est, sont donc reconnus. DE LA RÈGLE No 25 SESSION DE PARIS 1955 M. Armand Massard, au sujet de la composition des C.N.O., remet un nouveau M. Brundage rappelle aux membres qu a texte à l assemblée pour le soumettre à sa l occasion de la session de Paris, nous aurons ratification. à décider du lieu des Jeux olympiques pour Après quelques légères modifications, ce Etant donné l importance de cette nouveau texte réglant la composition des session, il espère que tous les membres seront comités nationaux olympiques est adopté présents. Il Saisit-cette occasion pour remercier les membres de tout l intérêt qu ils ont à l unanimité. Ce texte sera adressé après la session à tous les membres ainsi qu aux porté à la présente session, et est heureux C.N.O. de constater le bon esprit qui y a régné. Il remercie le C.O. grec ainsi que MM. Bolanaki Candidatures des C.N.O. de : et Ketseas, et le comité des dames d Athènes 1. Allemagne de l Est. pour tout ce qu ils ont fait afin de rendre 2. Chine démocratique. notre séjour en Grèce si agréable. 3. Ethiopie. 4. République dominicaine. 5. Malaya. 6. Costa-Rica. 7. Rhodésie du Nord. Lord Burghley demande que la candidature de la Rhodésie du Nord soit laissée en suspens momentanément, car des pourparlers sont en cours quant à la fusion des Rhodésie du Nord et du Sud. Cette question pourra être reprise à la prochaine session. REMERCIEMENTS. M. R. W. Seeldrayers (Belgique), parlant au nom des membres présents, adresse au président Brundage ses plus vifs remerciements pour la façon remarquable avec laquelle il a conduit nos séances, ce qui a permis au C.I.O. de liquider notre ordre du jour copieux. La session est terminée à 13 heures, le 15 mai Le Président : Le Chancelier : AVERY BRUNDAGE. OTTO MAYER. Extract of the 49th session of the International Olympic Committee Athens, Hotel Grande-Bretagne, May 11th, 12th, 13th and 14th 1954 Chairman : Mr. Avery Brundage, President Procès-verbal : Drafted from registered records Liste of Presence: Executive Commission : Mr. Avery Brundage, President. Mr. Armand Massard, Vice-President Members : MM. Lord Burghley. S. E. Mohamed Taher. S. A. R. le Prince Axel. Sr. Miguel A. Mœnck MEMBERS OF I.O.C. Mr. Angelo Bolanaki Dr. José Ferreira Santos S.A. le Duc Adolphe-Frederic de Mecklenbourg Mr. Thomas Fearnley Lord Aberdare Dr. Karl Ritter von Halt Comte Paolo Tahon di Revel Sir Arthur Porritt Grèce Brésil Allemagne Norvège Gr.-Bretagne Allemagne Italie N.-Zélande S.A. le Prince Régnant François-Joseph de Liechtenstein Mr. J. W. Rangell Finlande Baron de Trannoy Belgique Prof. Dr. J.G.A. Gruss Tchécoslov. S.A.R. le Prince Jean de Luxembourg Luxembourg Mr. Jean Ketseas Grèce Major Albert Mayer Suisse Brigadier General C.-F. Pahud de Mortanges Hollande 47

9 60e anniversaire de la rénovation des Jeux olympiques à Lausanne. A l Aula de l Université M. Marcel Henninger, président du C. O. suisse, prononce son allocution. (Voir encore deux autres clichés sur le même sujet à la page 72.)

10 Au Stade olympique de Lausanne devant spectateurs : célébration du 60 e anniversaire de la rénovation des Jeux olympiques en mai 1954 et inauguration du stade. Cette cérémonie se déroule précédant le match de football Uruguay-Suisse.

11 Le Dr Fr.-M. Messerli, fondateur du C. O. suisse, lit son discours sur la tombe de Coubertin à l occasion du 60e anniversaire du C. I. O. à Lausanne. De d. à g. : M. M. Henninger, president du C. O. suisse, M. A. Brundage, président du C. I. O., M. Albert Mayer, membre du C. I. O. pour la Suisse, M. Pierre Graber, conseiller municipal à Lausanne. Célébration du 60 e anniversaire de la rénovation des Jeux olympiques. A l Aula de l Université de Lausanne, M. Avery Brundage, président du C. I. O., prononce son discours. Assis à gauche, M. Marcel Henninger, président du C. O. suisse.

12 Sur la tombe de Coubertin à l occasion du 60e anniversaire de la rénovation des Jeux olympiques. Le Dr Fr.-M. Messerli prononce son discours devant quelques membres du C. I. O (dont le président Brundage au centre) et ceux du Comité olympique suisse. Le 60e anniversaire de la rénovation des Jeux olympiques a été célébré à Lausanne en mai Quelques membres du C. I. O. entourés des membres du Bureau du Comité olympique suisse s inclinent devant la tombe du Baron de Coubertin au cimetière du Bois-de-Vaux à Lausanne.

13 S. M. le Roi Paul II de Grèce salue M. Avery Brundage, président du C. I. O., lors de la séance solennelle d ouverture de la session d Athènes. Séance solennelle d ouverture de la 49 e session du C. I. O. à Athènes : Sa Majesté le Roi Paul II de Grèce prononce son discours et annonce l ouverture de la session.

14 Au Théâtre Odéon Hérode d Attique lors de l'ouverture solennelle de la 49 e session d Athènes. Au premier plan S. M. le roi Paul II de Grèce au côté du président M. Avery Brundage. A gauche MM. les membres de la commission exécutive. Sur les gradins les members du C.I.O., leurs familles de les invites. A Athènes, au pied de la colline de l Acropole, au Théâtre Odéon Hérode d Attique, S.M. le Roi Paul II de Grèce déclare ouverte la 49 e session du C.I.O.

15 M. Angelo Bolanaki, membre du C. I. O. pour la Grèce, prononce son discours à l occasion de l ouverture de la session du C.I.O. au Théâtre Odéon Hérode d Attique, à Athènes. Les membres du C. I. O., les délégués des comités nationaux olympiques et les invités au Théâtre Odéon Hérode d Attique pendant la séance solennelle d ouverture de la 49 e session d Athènes, mai 1954.

16 Lausanne, mai Le Général Vladimir Stoïtcheff, membre du C. I. O. pour la Bulgarie, assiste à la cérémonie du 60 e Anniversaire de la rénovation des Jeux olympiques à l Aula de l Université. S. A. S. Mgr le Prince Pierre de Monaco, membre du C. I. O. (à droite), à l Aula de l Université pendant la même cérémonie. A sa droite, S.E. Mohammed Taher, membre du C. I. O. pour l Egypte. Entre les deux, au second plan, le Général Henri Guisan, ancien membre du C. I. O. pour la Suisse ( ). A droite (second plan) la Baronne G. de Blonay, veuve de feu le Baron qui fut membre du C. I. O. pour la Suisse ( ). Le 21 juillet 1954 il y a eu 2730 ans que les Jeux olympiques ont été instaurés. 72

«Les Amis de la Course» à Chavornay

«Les Amis de la Course» à Chavornay Statuts de l amicale «Les Amis de la Course» à Chavornay I Nom et siège Art. 1 L amicale «Les Amis de la Course», est une société à but non lucratif ouverte à tous. C est une association au sens des articles

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE DES JEUX DES PETITS ETATS D EUROPE

REGLEMENT TECHNIQUE DES JEUX DES PETITS ETATS D EUROPE REGLEMENT TECHNIQUE DES JEUX DES PETITS ETATS D EUROPE Article 1 DISPOSITIONS GENERALES Conformément à l article 11 des Statuts, les Jeux des Petits Etats d Europe sont célébrés tous les deux ans, à partir

Plus en détail

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur)

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) MODE DE FONCTIONNEMENT 1. Participation au Conseil mondial: Les délégués des associations membres Le bureau et les

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

Charte de la Ligue de Soccer Sénior Mixte Participation de Rivière-du-Loup

Charte de la Ligue de Soccer Sénior Mixte Participation de Rivière-du-Loup Charte de la Ligue de Soccer Sénior Mixte Participation de Rivière-du-Loup Dernière modification : Mardi le 6 novembre 2012 Chapitre 1 Généralités Nom Le présent organisme est connu et désigné sous le

Plus en détail

Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques. Article 1 : CHAMP D APPLICATION

Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques. Article 1 : CHAMP D APPLICATION Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques Texte adopté par la commission exécutive du CIO, Lausanne, 7 février 2007 Article 1 : CHAMP

Plus en détail

Chapitre 1 : Fondation

Chapitre 1 : Fondation Statuts du Ski-Club Vallée de Joux Chapitre 1 : Fondation 1.1 Le Ski-Club Vallée de Joux a été constitué, le 9 juillet 2008 au Sentier. Ce nom remplace celui du Ski- Club Orient-Sentier fondé en 1946 à

Plus en détail

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège STATUTS DE LA SOCIETE INTERNATIONALE E D D ANNOTATION ASSOCIATION DE DROIT SUISSE A BUT NON LUCRATIF Etat au 9 Décembre 2008; Révisé le 10 Septembre 2014 PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

STATUTS. Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming)

STATUTS. Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming) Statuts Swissstream du 8 mars 2007 STATUTS Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming) 1. Nom et siège Article premier Sous le nom «Swissstream», il est créé une association

Plus en détail

Bourses olympiques pour athlètes «Londres 2012»

Bourses olympiques pour athlètes «Londres 2012» Bourses olympiques pour athlètes «Londres 2012» Objectifs Aider les athlètes d élites désignés par leurs CNO respectifs à se préparer et à se qualifier pour les Jeux de la XXXème Olympiade à Londres 2012,

Plus en détail

Relevant du livre II SIREN 776 950 677

Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement intérieur MUTAMI page 1/5 suite à l Assemblée

Plus en détail

JEUNES SAPEURS-POMPIERS DE COLLONGE-BELLERIVE STATUTS

JEUNES SAPEURS-POMPIERS DE COLLONGE-BELLERIVE STATUTS JEUNES SAPEURS-POMPIERS DE COLLONGE-BELLERIVE 1. DISPOSITIONS GENERALES A. Nom, Siège STATUTS Article 1 Sous le nom de JEUNES SAPEURS-POMPIERS DE COLLONGE- BELLERIVE («JSPCB») il est constitué, conformément

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Golf Club La Côte. Statuts de l association du Golf Club La Côte

Golf Club La Côte. Statuts de l association du Golf Club La Côte Golf Club La Côte Statuts de l association du Golf Club La Côte Contenu Article 1 Article 2 Article 3 Article 4 Article 5 Article 6 Article 7 Article 8 Article 9 Article 10 Article 11 Article 12 Article

Plus en détail

L association a son siège à Estavayer-le-Lac. Sa durée est illimitée. Elle n a aucune attache politique, ethnique ou religieuse.

L association a son siège à Estavayer-le-Lac. Sa durée est illimitée. Elle n a aucune attache politique, ethnique ou religieuse. STATUTS Chapitre I Nom, but, siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Sous dénomination de Minigolf Club Estavayer-le-Lac (ci-après: MGCE), il est constitué une association, nommée aussi ci-après club,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES ANCIENS DE STRATE COLLEGE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES ANCIENS DE STRATE COLLEGE STATUTS DE L ASSOCIATION DES ANCIENS DE STRATE COLLEGE ARTICLE PREMIER - NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Bourses olympiques pour entraîneurs

Bourses olympiques pour entraîneurs Objectifs L objectif de ce programme est de permettre aux entraîneurs officiellement reconnus et actifs dans leur sport, de bénéficier d une formation continue de haut niveau, une expérience et un savoir

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

PROGRAMMES MONDIAUX ENTRAÎNEURS BOURSES OLYMPIQUES POUR ENTRAÎNEURS

PROGRAMMES MONDIAUX ENTRAÎNEURS BOURSES OLYMPIQUES POUR ENTRAÎNEURS PROGRAMMES MONDIAUX ENTRAÎNEURS BOURSES OLYMPIQUES POUR ENTRAÎNEURS Solidarité Olympique Programmes mondiaux 2013 2016 BOURSES OLYMPIQUES POUR ENTRAÎNEURS OBJECTIF L objectif de ce programme est de permettre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION

ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION "L ABTOF travaille au nom des professionnels du tourisme programmant la France. Le but essentiel de l association est de conseiller et d influencer les actions

Plus en détail

Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique

Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique Presse écrite et photographique (catégories E) Introduction La presse écrite et photographique, y compris les techniciens, le

Plus en détail

ASSOCIATION RÉGIONALE DE CURLING DE QUÉBEC

ASSOCIATION RÉGIONALE DE CURLING DE QUÉBEC ASSOCIATION RÉGIONALE DE CURLING DE QUÉBEC RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX ADOPTÉS LE 29 OCTOBRE 2000 AMENDÉS LE 15 JUILLET 2005 Article 1 : NOM Le nom de la corporation est «Association régionale de curling de Québec»,

Plus en détail

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association.

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association. Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION TITRE 1 NOM, SIÈGE, DURÉE, CHARTE, BUT, MOYENS D ACTION Article 1 - Nom, siège, durée L Association Arte Libera sera constituée le 1 er novembre 2002 au sens des articles

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION NEUCHATELOISE DE JUDO (ANJ)

STATUTS DE L ASSOCIATION NEUCHATELOISE DE JUDO (ANJ) STATUTS DE L ASSOCIATION NEUCHATELOISE DE JUDO (ANJ) I. But de l Association Article premier L Association Neuchâteloise de Judo (ANJ), fondée le 28 octobre 1977, est une association politiquement et confessionnellement

Plus en détail

Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion. Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008

Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion. Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008 Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008 Compte rendu Le conseil d administration a lieu le 11 juillet

Plus en détail

Sont absents: M. Jean-François Hébert M me Sylvie Laflamme M me Chantal Rivest

Sont absents: M. Jean-François Hébert M me Sylvie Laflamme M me Chantal Rivest PROCÈS-VERBAL Réunion des membres du Conseil d établissement Centre de formation Compétence Rive-Sud tenue à La Prairie le jeudi 20 mai 2010 au 399 Conrad-Pelletier de 19 h à 20 h 30 Sont présents : M.

Plus en détail

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I DÉNOMINATION - SIÈGE - DURÉE - BUT Article 1 er Sous le nom d «ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS», il a été constitué une association,

Plus en détail

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05 STATUTS Article 1 DENOMINATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour dénomination : l Association

Plus en détail

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 (Assemblée Générale Extraordinaire du 19 Juin 2014) Objet et composition de l association Article 1 : L association dite «Union Sportive Grégorienne

Plus en détail

FC PUIDOUX-CHEXBRES STATUTS DE LA SOCIÉTÉ

FC PUIDOUX-CHEXBRES STATUTS DE LA SOCIÉTÉ FC PUIDOUX-CHEXBRES STATUTS DE LA SOCIÉTÉ I. Généralités. Art. 1 Le Football-Club Puidoux-Chexbres est une association (art. 60 et suivant du Code Civil suisse) qui a pour but la pratique du football ainsi

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

AMICALE DU TERRE-NEUVE DE GENEVE ET BASSIN LEMANIQUE

AMICALE DU TERRE-NEUVE DE GENEVE ET BASSIN LEMANIQUE AMICALE DU TERRE-NEUVE DE GENEVE ET BASSIN LEMANIQUE S T A T U T S 5 pages, 27 articles 1/ Définitions générales Art. 1: Nom et siège L Amicale du Terre-Neuve de Genève et Bassin Lémanique, ci-après nommée

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

Règlement Permanent concernant les Formations

Règlement Permanent concernant les Formations Règlement Permanent concernant les Formations Adopté par la décision du Conseil d Administration de l Université CEU Cardenal Herrera à la date du 8 Novembre 2012. I. Dispositions générales Article 1.

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

Statuts du Volleyball Club La Côte

Statuts du Volleyball Club La Côte Statuts du Volleyball Club La Côte I Constitution, But et Siège Article premier Constitution Il a été fondée à Gland, le 14 septembre 2000, une association sportive dénommée «Volleyball Club La Côte» abrégée

Plus en détail

ISF STATUTS. Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire. Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE)

ISF STATUTS. Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire. Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE) ISF STATUTS Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE) Membres élus du Comité Exécutif un Président un Vice-président un Secrétaire Général

Plus en détail

Elle a été déclarée à la Préfecture de, sous le numéro, le (Journal Officiel du ). 2

Elle a été déclarée à la Préfecture de, sous le numéro, le (Journal Officiel du ). 2 STATUTS TYPES D UNE ASSOCIATION DE RANDONNEE PEDESTRE Le modèle proposé n a rien d obligatoire. Les dispositions suivantes peuvent donc être adaptées à chaque cas d espèce. Ainsi les durées, les quotas,

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014

Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 JOURNAL N 4 Jeudi 16 octobre 2014 Le Journal ne constitue

Plus en détail

Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004

Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004 Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004 Statuts IACAPAP version française 2004 p. 1 Statuts de L Association

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Les statuts et le règlement intérieur seront ensuite transmis par courriel à l adhérent.

Les statuts et le règlement intérieur seront ensuite transmis par courriel à l adhérent. Règlement intérieur de l Association des Investisseurs Maisons Ages et Vie (IMAVIE) issu des délibérations de l Assemblée Générale du 30 Septembre 2011 L Assemblée générale adopte à l'unanimité le règlement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

STATUTS NEUR0PS6. Neur0ps6 Association Des Psychologues Spécialisés En Neuropsychologie Des Alpes-Maritimes

STATUTS NEUR0PS6. Neur0ps6 Association Des Psychologues Spécialisés En Neuropsychologie Des Alpes-Maritimes STATUTS NEUR0PS6 ASSOCIATION DES PSYCHOLOGUES SPECIALISES EN NEUROPSYCHOLOGIE DES ALPES-MARITIMES ARTICLE PREMIER CREATION DE L ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

Convention n o 132 concernant les congés annuels payés

Convention n o 132 concernant les congés annuels payés Texte original Convention n o 132 concernant les congés annuels payés (révisée en 1970) 0.822.723.2 Conclue à Genève le 24 juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 28 janvier 1992 1 Instrument de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Présentation synoptique des changements proposés Légende: Colonne de gauche: version

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION MOBSYA. Art. 3 Le siège de l Association est à Lausanne. Sa durée est illimitée.

STATUTS DE L ASSOCIATION MOBSYA. Art. 3 Le siège de l Association est à Lausanne. Sa durée est illimitée. STATUTS DE L ASSOCIATION MOBSYA Forme juridique, but et siège Art. 1 Alinéa 1 Sous le nom d association Mobsya est créée une association à but non lucratif régie par les présents statuts et par les articles

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAUX ET INTERNES LIGUE SOCCER ADULTE DE TERREBONNE

RÈGLEMENT GÉNÉRAUX ET INTERNES LIGUE SOCCER ADULTE DE TERREBONNE Table des matières 1. NOM 2 2. COMPOSITION DE LA LIGUE 2 3. SIEGE SOCIAL 2 4. SIGLE 2 5. SITE INTERNET 2 6. OBJECTIFS 2 7. MEMBRES 2 8. DESTITUTION OU SUSPENSION 2 SUSPENSION OU RENVOI 9. ASSEMBLÉES GÉNÉRALE

Plus en détail

L Association a pour buts de promouvoir l'innovation et faciliter la création d entreprises en Suisse.

L Association a pour buts de promouvoir l'innovation et faciliter la création d entreprises en Suisse. Le Réseau STATUTS A. GENERALITES Article 1. Nom Sous le nom de «Le Réseau» est constituée une association à but non lucratif régie par les articles 60 et suivants du Code civil suisse (l Association).

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014)

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014) TABLE DES MATIERES Pour accéder directement aux chapitres, cliquez sur le chapitre puis Ctrl + clic PREAMBULE A LA MISE AUX VOIX DE L ASSEMBLE GENERALE ATTRIBUTIONS Article 1 : Organisme de contrôle Article

Plus en détail

Processus interne de Volleyball Canada relatif aux mises en candidatures (PIMC) pour le volleyball de plage aux Jeux olympiques de Rio 2016

Processus interne de Volleyball Canada relatif aux mises en candidatures (PIMC) pour le volleyball de plage aux Jeux olympiques de Rio 2016 Processus interne de Volleyball Canada relatif aux mises en candidatures (PIMC) pour le volleyball de plage aux Jeux olympiques de Rio 2016 1. Qualification de la fédération nationale Tel qu établi par

Plus en détail

1 REGLEMENT INTERIEUR 10 MEMBRES

1 REGLEMENT INTERIEUR 10 MEMBRES 1 REGLEMENT INTERIEUR 10 MEMBRES 100 TITRES HONORIFIQUES Le titre de Président d Honneur, Vice-Président d Honneur ou Membre d'honneur est décerné par le Comité Directeur de la Fédération aux personnes

Plus en détail

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Tennis Club Municipal du Tampon STATUTS 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article premier L association dite Tennis Club Municipal du Tampon, fondée en 1962, a pour objet la pratique physique du

Plus en détail

STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie»

STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie» STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie» DENOMINATION, BUTS ET SIEGE DE L'ASSOCIATION Article 1 Dénomination L'Association des chargé-e-s de

Plus en détail

STATUTS. Sous le nom de la SOCIETE DES SOURDS DE GENEVE (SSG), il est constitué une Société régie par les articles 60ss. du Code Civil Suisse.

STATUTS. Sous le nom de la SOCIETE DES SOURDS DE GENEVE (SSG), il est constitué une Société régie par les articles 60ss. du Code Civil Suisse. STATUTS I / NOM, BUT ET GENERALITES : ARTICLE 1 : Sous le nom de la SOCIETE DES SOURDS DE GENEVE (SSG), il est constitué une Société régie par les articles 60ss. du Code Civil Suisse. Le siège de la Société

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

STATUTS DE L ASMAV. Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise

STATUTS DE L ASMAV. Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise STATUTS DE L ASMAV Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise I.- NOM, SIEGE, BUT ET DUREE Article 1 er : Nom L Association suisse des médecins assistants et chefs

Plus en détail

but lucratif organisée corporativement au sens des articles 60 et suivants du Code civil suisse.

but lucratif organisée corporativement au sens des articles 60 et suivants du Code civil suisse. Titre préliminaire AEAG : Association des Etudiants Albanais de Genève Art. - CONSTITUTION L Association des Etudiants Albanais de Genève (AEAG) est une association sans but lucratif organisée corporativement

Plus en détail

S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS

S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS I. RAISON SOCIALE SIÈGE BUT DURÉE Article 1 Raison sociale Il est constitué sous le nom Association

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

La liste des membres du Club de Natation Les Riverains qui ont assisté à cette assemblée générale apparaît à l Annexe 1 du présent procès-verbal.

La liste des membres du Club de Natation Les Riverains qui ont assisté à cette assemblée générale apparaît à l Annexe 1 du présent procès-verbal. Procès-verbal de l assemblée générale annuelle du Club de Natation Les Riverains tenue à Lévis, le mercredi 18 septembre 2013, à 19 h, au Centre Raymond-Blais, 6, rue Olympique. Étaient présents : La liste

Plus en détail

STATUTS MOTO-CLUB CHÂTEL-ST-DENIS ET ENVIRONS BUT ET COMPOSITION DE LA SOCIETE ARTICLE 1

STATUTS MOTO-CLUB CHÂTEL-ST-DENIS ET ENVIRONS BUT ET COMPOSITION DE LA SOCIETE ARTICLE 1 STATUTS MOTO-CLUB CHÂTEL-ST-DENIS ET ENVIRONS BUT ET COMPOSITION DE LA SOCIETE ARTICLE 1 a) Sous la dénomination de «Moto-club de Châtel et environs» une société, régie par les dispositions des articles

Plus en détail

S T A T U T S * * * 2. d inciter, d organiser et de mettre en œuvre toutes actions de formation et d information.

S T A T U T S * * * 2. d inciter, d organiser et de mettre en œuvre toutes actions de formation et d information. S T A T U T S * * * ARTICLE 1 - DÉNOMINATION Sous la dénomination TV FRANCE INTERNATIONAL, il est formé entre les soussignés et toutes les autres personnes qui auront adhéré aux présents statuts, une Association

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES Article 1er - Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

Règlement d exécution de la convention instituant un bureau international pour la publication des tarifs douaniers

Règlement d exécution de la convention instituant un bureau international pour la publication des tarifs douaniers Texte original Règlement d exécution de la convention instituant un bureau international pour la publication des tarifs douaniers (Art. 13 de la convention) 1 0.632.011 Conclu à Bruxelles le 5 juillet

Plus en détail

Règlements généraux du Club Aquatique de Sainte-Agathe

Règlements généraux du Club Aquatique de Sainte-Agathe Règlements généraux du Club Aquatique de Sainte-Agathe SECTION 1: DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1-1 : NOM OFFICIEL DE LA CORPORATION Club Aquatique Sainte-Agathe (ci-après CASA). Article 1-2 : SIÈGE SOCIAL

Plus en détail

Statuts de l Association Association des Olympiades Scientifiques Suisses

Statuts de l Association Association des Olympiades Scientifiques Suisses Statuts de l Association Association des Olympiades Scientifiques Suisses Version du 07 mai 2012 I. Dénomination, Siège et But Article premier Dénomination Il existe, sous la dénomination «Association

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS

ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS I. DISPOSITIONS GENERALES Art. 1 Nom et siège Sous la dénomination ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE est constituée une association, au sens des articles 60 et suivants du

Plus en détail

STATUTS Proposé aux associations déclarées par application de la Loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901

STATUTS Proposé aux associations déclarées par application de la Loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901 STATUTS Proposé aux associations déclarées par application de la Loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901 ARTICLE PREMIER NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS EN ONCOLOGIE GENEVE : SOGE STATUTS

SOINS INFIRMIERS EN ONCOLOGIE GENEVE : SOGE STATUTS SOINS INFIRMIERS EN ONCOLOGIE GENEVE : SOGE STATUTS ARTICLES 1 ET 2 : Nom et siège Sous le nom de soins infirmiers en oncologie Genève, est fondée une association professionnelle sans but lucratif au sens

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/AC.2/2001/12 8 août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE Comité de gestion de la Convention TIR de

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

LIGUE VAUDOISE CORPORATIF DE BOWLING

LIGUE VAUDOISE CORPORATIF DE BOWLING LIGUE VAUDOISE CORPORATIF DE BOWLING STATUTS ARTICLE 1.NOM Alinéa 1.01 La Ligue Vaudoise Corporatif de Bowling ( LVCB) est une association sans but lucratif, régis par l article 60 et suivants du code

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants :

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants : Règlements de la section locale du Bureau de la traduction (Adoptés le 15 août 2012) 1 RÔLE ET COMPOSITION DE LA SECTION LOCALE 1.1 La section locale Bureau de la traduction réunit tous les employés du

Plus en détail

REGLEMENTS TECHNIQUES TENNIS DE TABLE. LA REUNION : du 1er au 08 aout 2015

REGLEMENTS TECHNIQUES TENNIS DE TABLE. LA REUNION : du 1er au 08 aout 2015 REGLEMENTS TECHNIQUES TENNIS DE TABLE LA REUNION : du 1er au 08 aout 2015 Tel : 02 62 73 19 90 / Fax : 02 62 51 29 51 Mél : coji.reunion@gmail.com 1.0 Date et lieu des compétitions - Saint-Denis : Gymnase

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le 26 février 2015 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le conseil d administration (le «conseil») est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire Limitée (la «Société»).

Plus en détail

JEUX D HIVER DU CANADA DE 2011 DEVIS TECHNIQUE NAGE SYNCHRONISÉE

JEUX D HIVER DU CANADA DE 2011 DEVIS TECHNIQUE NAGE SYNCHRONISÉE JEUX D HIVER DU CANADA DE 2011 DEVIS TECHNIQUE NAGE SYNCHRONISÉE Les devis techniques sont un élément important des Jeux du Canada. Ils contiennent des renseignements sur les exigences en matière d âge

Plus en détail

swiss masters running smrun

swiss masters running smrun S t a t u t s swiss masters running smrun swiss masters running smrun Stefan Zingg, président Buchseeweg 22, 3098 Köniz +41 79 409 60 34 praesident@smrun.ch www.smrun.ch I n h a l t Statuts... 3 1. Nom

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION. SOCIETE SUISSE DES BEAUX-ARTS Section GENÈVE (SSBA-GE)

STATUTS DE L ASSOCIATION. SOCIETE SUISSE DES BEAUX-ARTS Section GENÈVE (SSBA-GE) STATUTS DE L ASSOCIATION SOCIETE SUISSE DES BEAUX-ARTS Section GENÈVE (SSBA-GE) Mai 2012 E- mail : ssbart@bluewin.ch Site Internet : www.ssbart-geneve.ch STATUTS du 29 mai 2012 TABLE DES MATIÈRES I. NOM

Plus en détail

Statuts de l association Electrolab

Statuts de l association Electrolab Statuts de l association Electrolab Mardi 16 Novembre 2010 Article 1 : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 juillet 1901 relative au contrat

Plus en détail

pour le déroulement des compétitions de l association et des championnats suisses de la

pour le déroulement des compétitions de l association et des championnats suisses de la Cahier des charges pour le déroulement des compétitions de l association et des championnats suisses de la SWISSCURLING ASSOCIATION Table des matières 1. Principe Page 2 2. Elite Swiss Curling League et

Plus en détail