Vers le miroir vert. Mercredi 04 JANVIER 1898

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers le miroir vert. Mercredi 04 JANVIER 1898"

Transcription

1 Vers le miroir vert Mercredi 04 JANVIER 1898 En cette fin d'après-midi brumeuse, j'avais rendez-vous avec un ami pour une histoire de contrat. Nous avions décidé de nous retrouver à l'heure du thé et j'en profitais pour me rendre chez le cordonnier pour doubler une clef. Habitant à l'opposé du lieu de retrouvailles, je pressai le pas. J'entrai dans une petite ruelle sombre où je trouvais habituellement mon cordonnier. Je poussai la porte de l'échoppe. La petite clochette tinta pour signaler ma présence et le vieil homme sortit de l'arrière-boutique. «Je peux peut-être vous aider, commença-t-il. Bonjour, pouvez-vous me faire un double de cette clef? demandai-je en lui présentant. Naturellement, c'est mon métier! Donc... je peux vous la laisser? Évidemment. A quel nom? Mr James. Bien. Et je peux venir les chercher... Ce soir», me coupa-t-il. Il n'avait pas l'air de bonne humeur. L'aurais-je dérangé? Sortant ma montre à gousset, je m'aperçus de l'heure tardive et, pour ne pas faire attendre mon ami, quittai la boutique et me rendis au rendez-vous. Mon camarade et moi nous séparâmes vers 18h30 et je retournai chez le cordonnier. Une fois de plus, la clochette tinta et il sortit de derrière le comptoir. Lorsqu'il me vit, il désigna un petit paquet en papier kraft près de la caisse. «Vos clefs, me dit-il. Ah! m'exclamai-je, et bien, merci beaucoup. Je vais fermer, dépêchez-vous!» me cria-t-il. Je m'apprêtai à saisir mon paquet mais m'arrêtai brusquement. En effet, un paquet identique se trouvait aux côtés du premier. «Lequel est le mien? Le premier, celui avec le sceau de cire violet, me lança-t-il. Merci, bonne soirée.» Je sortis. Il m'avait semblé que l'autre paquet portait un sceau de cire vert émeraude mais, après tout, quelle importance? Indifférent, je rentrai chez moi. La seconde clef était très réussie. Les petites incrustations qui l ornaient semblaient presque même mieux que sur l'originale. Tout en m'extasiant sur mes clefs, je me rendis compte que j avais oublié de payer le cordonnier. Peut-être était-il encore là... M'élançant dans la nuit froide, je retournai le payer. Chose étrange, je ne retrouvai pas la boutique cette nuit-là. Comme si elle s'était volatilisée... Un peu perturbé par les évènements, je rentrai me coucher. Jeudi 05 JANVIER 1898 Je me réveillais avec un terrible mal de crâne. J'étais en sueur, comme si je sortais d'un cauchemar. Je fis venir un médecin qui me prescrivit et fournit quelques pilules d'une étrange couleur vert clair et me fit une piqûre.

2 «Aïe!!! Voilàaa... Ce produit peut avoir des effets secondaires nocifs mais il vous soulagera, du moins pour l'instant, je pense. Ah, vous pensez, et... c'est tout? m'exclamai-je, un brin ironiquement. Oui, c'est tout. Pourquoi donc? En voulez-vous à nouveau? Sans façon, merci. Reposez-vous bien!» me lança-t-il avant de partir. Je restais là, seul, avec mes trois pilules et mon pansement à l'endroit où sa seringue avait perforé ma peau quelques secondes auparavant. Ma veine me faisait très mal. J'eus beau essayer de me reposer, rien n'y fit. J'avais trop chaud et lorsque je me levais, j'avais froid. Puis vinrent les hallucinations. La fièvre, sans doute... Des rats vinrent prendre le thé et m'en proposèrent. Je ne répondis pas alors ils haussèrent les épaules et continuèrent à préparer des bouilloires et des bouilloires de thé. Un véritable océan! Une colombe, avec ses œufs, vint cuisiner. Elle prépara des sablés et les enfourna. Pendant qu'ils cuisaient, elle fit le glaçage. Un gros chat de gouttière prit le relais avec un Pudding recouvert de caramel crémeux et d une petite griotte au sommet. La colombe peignait de beaux motifs sur ses biscuits. Je nageais dans le thé des rats mélangé avec des torrents de sueur. Je me levai et me dirigeai vers les rats, leur demandant de leur breuvage pour avaler mes pilules: ils refusèrent. J'avais froid et des cristaux de glace se formaient autour de moi. J'allai dans la cuisine, engloutis mes médicaments et mis ma tête sous l'eau du robinet. Je m'évanouis en écrasant le chat. Je me réveillai vers 16h, en pleine forme mais dans ma salle de bain. Je me changeai et décidai de sortir payer le cordonnier. En descendant, je croisai ma concierge. «Il y a deux lettres et un paquet pour vous. Je sors. Gardez-les jusqu'à mon retour. Je ne serai pas long. Ne les oubliez pas. Ne vous inquiétez pas pour ça.» L'échoppe du cordonnier séparait le magasin de musique et la librairie la veille encore. Or, ces deux magasins n'étaient plus séparés; l'échoppe avait bel et bien disparu. Une petite fontaine avait poussé là, au milieu de la ruelle. M'asseyant sur le bord pour reprendre mes esprits, je la scrutais, absorbant comme une éponge tous ses moindres détails, au cas où elle disparaîtrait aussi. Trois serpents s'entremêlaient en colonne pour ne former qu'un. Il crachait une eau pure, limpide et claire qui s écoulait sur ses écailles. Dans le fond du bassin, une serrure (ou une sorte de cadenas) se découpait, encadrée par de petits serpents. Une sorte de porte, en fait. Une petite voix me conseilla: «Il y a une solution bien précise pour savoir si tu as rêvé.» Bien sûr: la clef! Je retournai en hâte chez moi, montai les escaliers vers mon appartement, en passant rapidement par la loge de ma concierge pour le courrier. Je déverrouillai et ouvris ma porte... Je restai cloué sur le seuil. Mon paquet tomba bruyamment au sol, suivi par mes lettres, elles, moins bruyantes. En effet, tous les tiroirs de tous mes meubles avaient été ouverts et vidés, les vêtements par terre, le secrétaire en désordre, la vaisselle cassée... Bref, le bazar partout! En tout cas, les cambrioleurs avaient trouvé ce qu'ils cherchaient: ma nouvelle clef! Le paquet avec le sceau couleur aubergine gisait au milieu de la pièce, déchiré. «Mais je n'ai pas rêvé, c'est bien le motif de l'enseigne du cordonnier!» Je ne savais pas si c'était la réponse que j'attendais. Tout était plus désordonné dans ma tête que dans mon appartement. «Bah! Il y a bien des fontaines qui apparaissent toutes seules!» me répétait ma petite voix. Après avoir rangé mon appartement, je posai mon courrier sur mon bureau et partis prendre

3 un bain pour me changer les idées... J'essayais de ne plus penser à rien pendant que des bulles parfumées éclataient autour de moi. Le paquet fut mon premier centre d'attention: une énorme clef de la taille d'un bras d'homme avec des serpents enroulés sur la base et incrustés tout autour. La clef elle-même était un serpent, plus vrai que nature. Je regardais sur le paquet s il n'y avait pas une adresse d'expéditeur, car je doutais que cette clef me fût destinée. Rien. Pas d'adresse de retour. Je saisis la première lettre qui tomba sous ma main: une enveloppe noire scellée par de la cire argentée sans tampon. Une étrange lettre. Je l'ouvris et en sortis un carton noir sur lequel se détachaient des lettres argentées: Black Letter «Black Letter?» C'était tout? Qu'est-ce que ça voulait dire? Je refermai l'enveloppe et la posai sur le paquet. La seconde enveloppe était blanche et parcheminée. Un sceau de cire rouge en défendait l'ouverture. Le motif du tampon me rappelait celui de...du...du cordonnier! Mr James, Il faut que je vous voie pour régler cette grave situation. Il y a deux possibilités: Soit vous avez reçu la Black Letter, dans ce cas, venez dans l'immédiat. Soit vous ne l'avez pas, ça ne devrait donc pas tarder. Venez le plus vite possible. De toute façon, la situation est des plus graves. Amenez la clef du serpent. Votre modeste cordonnier. Cette fois, je ne rêvais pas. Je ne pouvais pas rêver! Même si je pensais devenir fou, je sortis en courant avec mon paquet et mes lettres sans prendre le temps de fermer mon appartement ou d'éteindre la lumière de mon bureau. Je courus jusqu'à la ruelle. Pas de cordonnier ni de magasin. Juste la fontaine. Quel idiot! Quel naïf! Quelqu'un avait juste voulu me faire un mauvais tour... Je m'appuyais sur la fontaine, essoufflé. Un frisson manqua de me faire vomir... Je me rendis compte que je n'avais rien mangé depuis la veille, à l'heure du thé! Il faisait nuit, ma vue se brouillait, je m'évanouis encore une fois... Un bruit me réveilla: le cordonnier accourait vers moi, poursuivi par d'étranges hommes en uniformes. Je n'eus pas le temps de prononcer un mot qu'il me prit la clef du serpent, la planta dans la serrure de la porte au fond du bassin, tourna la clef et me saisit par le bras. «Je suis désolé, ça risque d'être douloureux. Surtout que c'est votre première fois, n'est-ce pas? me dit-il en souriant. Pardon?» Je me sentis aspiré, le vide autour de moi. Puis, plus rien. Vendredi 06 JANVIER 1898 (?) Un bruit de porte me réveilla. J'avais peur d'ouvrir les yeux quand une voix d'homme m'appela: «Je sais que vous ne dormez pas. N'ayez pas peur d'ouvrir les yeux, ça signifie avoir peur de la vie. J'ai peur de la mort», dis-je.

4 J'entendis l'homme s'esclaffer de rire avant de prononcer quelques mots. Je compris quelque chose comme: «Un vrai gamin!» ou autre phrase humiliante. J'ouvris les yeux. Il me semblait que tout était nacré et brumeux autour de moi, pendant un instant. Le cordonnier se pencha au dessus de moi. Je me dressai sur mon séant, bel et bien réveillé! «Où suis-je? Que s'est-il passé? Pourquoi je... Doucement les questions! J'entends tes pensées et je vais y répondre.» dit-il. Et il posa deux doigts sur mon front. Une sorte de film ou de succession d'images se succéda dans ma tête alors qu'il commençait ses explications... «Un monde parallèle au vôtre existe derrière le miroir vert. Le miroir vert est un miroir qui reflète votre alter-égal dans ce monde. Il est connu, dans des légendes, comme le miroir de la vérité ou autres chimères du genre. Ici, les humains ne sont pas admis. Les seuls êtres vivants qui ont le droit de se balader entre ces deux mondes sont les animaux. Les humains ont tous un alter-égal ici et c'est pour cela que c'est dangereux que les deux soient dans le même monde. Je suis humain. Mon alterégale est partie dans le monde des humains: nous avons échangé nos places. Le gouvernement de notre monde m'avait accordé un petit laps de temps pour que je puisse retourner un peu dans mon monde natal. Je suis donc devenu momentanément cordonnier. Personne avant vous ne m'avait remarqué... Bref, l'alter-égale d'un homme sera une femme et vice-versa. Il sera le contraire de nous-mêmes, disons... dans le style, le caractère, la façon d'être... - Oh! Et vous allez me faire croire ça? Pour les preuves, j'y viens. Patientez un peu. Pour tuer quelqu'un ici, il faut d'abord tuer son alter-égal. Il y a une police secrète chez vous qui connaît l'existence de notre monde et s'occupe des règlements de comptes. Et figurez-vous que... Mon alter-égale a eu des problèmes, c'est ça? Écoutez, j'ai autre chose à faire que de... NE M'INTERROMPEZ PAS! Vous avez deviné, oui, elle a des problèmes. Ne croyez pas que je vous ai sauvé pour vous sauver, Mr James. Je vous ai sauvé pour LA sauver! Vous avez reçu la Black Letter: c'était un avertissement! Lorsque nous nous sommes engouffrés dans la porte de passage, ils étaient là! Ils vous cherchaient pour vous tuer. C'était vos fameux «étranges hommes en uniformes»!!! Vous désirez des preuves, vous les aurez! Simon!» appela-t-il. Un gros chat de la taille d'un enfant, debout sur ses pattes arrière, entra dans la pièce, avec un plateau. Je restai éberlué. «Voilà le thé! nous lança-t-il joyeusement avant de sortir. Merci Simon. Peux-tu nous dire où nous sommes, quand et le nom de l'autre monde, je te prie? lui demanda le cordonnier. Bien, maître : nous sommes à Serdnol dans le monde de l'erret et nous sommes Iderdnev 05 Reivnaj Il est 06h27, ce matin. Quant à l'autre monde, nous le nommons letidretni. Merci maître! Je t'en prie. Tu peux disposer. Convaincu?» ajouta-t-il en se tournant vers moi. Je me précipitai dehors et passai devant Simon en train de discuter avec une chienne grise habillée en bonne. J entendis le cordonnier m'appeler. J'ouvris brutalement une fenêtre et scrutai le paysage. Un ciel couleur sépia dominait ma vue. A la place des nuages, passaient de gros et longs dirigeables noirs. La Tamise était devenue une grande fosse béante et vide où avançaient de grands vaisseaux grâce à des espèces de petites ailes qui ramaient dans le vide. La grande Big Ben, dont les aiguilles tournaient à l'envers, était désormais enveloppée d'arcs-en-ciel translucides et bariolés de couleurs sombres et vaporeuses. Des rails parcouraient le ciel et, de temps en temps, un wagonnet pendu par le haut les traversait à toute allure, laissant derrière lui des fumerolles tantôt violettes,

5 tantôt vertes. C'était une mode, ces couleurs? Les sceaux colorés sur les paquets du cordonnier, le miroir vert, mes pilules vert clair, le liquide mauve dans la seringue... Je baissai la tête et regardai la rue en dessous. Des gens, presque communs, marchaient dans la rue. Je dis «presque» parce qu ils avaient tous, plus ou moins, un drôle de style. Des gothiques, des étrangers en tenues traditionnelles... Je voyais des gens totalement excentriques (des couleurs jusque dans les cheveux, de drôles d'accessoires pendant à leurs ceintures...) et d'autres très sobres. Incroyable! Puis ma petite voix m'interpela: «A quoi ressemble donc mon alter-égale?» J'aimerais bien le savoir! Je ne savais plus quoi penser... «Alors je suis vraiment dans ce monde bizarre? Je ne rêve pas? Non, me répondit le cordonnier, et ici tu es en danger. Suis-moi. Il faut que tu te changes et que l'on parte de cet endroit en vitesse. Ils vont me localiser. Oui. Et ce sera d'autant plus simple puisqu ils sont dans leur monde et qu'ils fonctionnent ici. Pourquoi voulez-vous la sauver? Je t'expliquerai. Dépêche-toi!» Je le suivis dans une salle pleine de vêtements. La chienne grise s adressa au cordonnier : «J'ai réuni ici toutes vos tenues de jeunesse, maître. Merci, Jane. Et vous, choisissez une tenue et changez-vous. VITE!!» Parmi tous les vêtements, je pris celui qui me sembla le moins ridicule et, m'approchant d'un miroir accroché au mur, j'ajustais ma tenue. J étais vêtu d'un pantalon noir, d'une chemise blanche et d'un affreux nœud papillon avec des motifs de pamplemousses jaune-orangé-rosé sur fond vert foncé... Beurk! Je portais, par dessus, une longue veste en queue de pie: style chef d'orchestre. Mais avec mon splendide nœud, on n aurait pas accepté de me faire rentrer dans un opéra... quel qu'il soit. Un peu honteux, je cherchais un autre ruban moins «tarte» pour orner mon cou, en vain. Je sortis donc et ce fut là que je la vis. Je savais que c'était elle, je ne pouvais pas me tromper de toute façon, puisque c'était quand même une partie de moi. Elle parlait à Jane lorsqu'elle s'interrompit et se tourna lentement vers moi. Dans mon monde, j étais vraiment son contraire. J étais James, j'avais environ une trentaine d'années. J étais sobre et assez sérieux. Je vivais parce que je ne pensais pas vraiment avoir le choix. Je m'habillais toujours en sombre car mon tailleur disait que cela correspondait mieux au climat pollué de Londres. J étais grand et avais le poids d'un homme normal. J'avais les yeux sombres, la peau claire et les cheveux foncés. Effectivement, mon alter-égale était tout mon contraire. Je ne connaissais pas encore son nom. Elle avait peut-être mon âge mais elle faisait plutôt adolescente avec la façon dont elle s'habillait. Elle n'avait pas l'air très sérieux, elle faisait plutôt espiègle. Elle portait des vêtements très colorés, rapiécés et déchirés. Elle n'était pas vraiment très grande mais loin d'être minuscule. Elle avait les yeux vairons: l'un bleu, l'autre rouge. Sa peau était légèrement rose et ses cheveux étaient verts... avec de petits reflets violets (c'était la mode, je vous dis!). A côté d'elle, j'avais l'air vraiment maussade. Elle me dévisagea, interrogatrice, puis s'esclaffa, morte de rire. Je demandai, un peu gêné : «Ai-je quelque chose sur le visage qui vous amuse?» Elle n'arrivait pas à me répondre, pliée en deux. Elle montrait mon visage, non, mon cou! J'essayais de cacher mon nœud papillon avec mes mains, trop tard. Je devins écarlate et dissimulai ma honte avec de la colère. «Puisque vous vous moquez, tentez donc de trouver un autre nœud dans la friperie de la pièce d'à côté! Et puis, vous vous êtes vue? Avec toutes vos drôles de couleurs! Vous ressemblez à un

6 prestidigitateur comique!!» Dans le mille! Elle s'arrêta de rire et rougit en regardant ses chaussures. Ses yeux brillaient de larmes. J étais peut-être allé trop loin. Je changeai de sujet : «Où est le cordonnier? Jane, Simon, où est votre maître? Il arrive, il est aussi allé se changer, me répondit Simon. Tout à fait, confirma Jane. Il ne devrait plus tarder. Me voilà, pardon pour l'attente. Ah, Same-J, dit-il en se tournant vers mon alter-égale, tu es là! Parfait, parfait! Amène-nous au lieu prévu!» Same-J (presque l inverse de James, prononcez Same-jee) éclata en sanglots en disant qu'elle n'était pas une simple prestidigitatrice, que même si elle en était une, elle était différente des autres, que elle, au moins, elle ne faisait pas ça comme métier mais comme passion et qu'elle, elle jouait de la musique mieux que les autres... avec des cascades de larmes. Bref, une vraie gamine du genre «pourrie-gâtée». Le cordonnier se tourna vers moi et haussa les épaules. Il s'approcha de Same-J, qui se frottait les yeux et se mouchait dans un pan de sa robe déchirée, et lui parla doucement. Puis il descendit au rez-de-chaussée et remonta aussitôt avec une petite Harpe, une Lyre en ébène, accrochée à une sangle, et la passa autour des épaules de Same-J. Il la calma et lui redemanda de bien vouloir nous conduire rapidement à l'endroit prévu. Il lui parlait comme à un enfant de 3 ans qui ferait un caprice. Nous sortîmes et nous nous rendîmes à une station de wagonnets aériens : apparemment cela s'appelait l Ortém. La vue était splendide et j'avais l'impression de voler, de filer comme un oiseau. J'appris que le cordonnier s'appelait Xavier-Pierre Eurydice - je ne pouvais m'empêcher de sourire en imaginant le nom de son alter-égale - et que Same-J avait le même âge que moi. Me tournant vers elle, je me surpris à ne plus pouvoir décoller mon regard de son visage jusqu'au moment où elle se tourna vers moi et me tira la langue! Nous descendîmes au terminus, avant de marcher pendant une bonne heure dans les ruelles. Un peu «lent à la détente», je me rendis compte au bout d'un long moment que nous étions dans mon quartier. Nous nous arrêtâmes devant mon bâtiment et rentrâmes dans mon appartement. «C'est chez moi! m exclamai-je. Tu rêves, me répondit Same-J, c'est chez MOI! Ici, c'est chez Same-J, justifia Mr Eurydice, dans l'autre monde, c'est chez vous, Mr James. Vous pensez la même chose, et quand le miroir vert vous sépare, vous faites presque les mêmes choses, juste en inversé. Si un des deux vient dans le monde de l'autre, vous êtes toujours un peu perdus. Si on me tuait, Same-J disparaîtrait mais si Same-J est tuée, que deviendrai-je? Les Humains sont la partie dominante, me répondit-elle, si je meurs, vous serez libre de vos mouvements. C est vraiment pas juste! Et en plus, c est pas logique! Allez-vous enfin me dire pourquoi vous désirez sauver cette... gamine? demandai-je une nouvelle fois. Bien, bien, bien... Same-J est mon assistante. Elle sculpte les clefs à l'identique, lorsqu'elle en reproduit une, elle est capable de la refaire car elle les mémorise toutes. Je suis payé par le gouvernement de notre monde comme ça. C'est ça qui me maintient en vie : serrurier. Sauf que je suis obligé de mystifier tout le monde autour de moi. Et elle accepte de travailler pour moi. Mais... le miroir... les mouvements identiques... Same-J a sa vie ici aussi. J'ai dit que vous faisiez PRESQUE les mêmes mouvements. Connaîtrais-je votre double, par hasard?

7 C'est possible...» Un grand coup déplaça la porte. Puis un second. Encore et encore. Je me tournai vers Same-J, elle avait l'air paniqué. Sa mine faisait peur à voir. Elle hurla : «Ils sont là! Ils savent! Dépêche-toi, idiote! lui cria Mr Eurydice. Tu as le pouvoir de le faire!» Mais elle n'entendait plus. La peur l'enfermait dans une bulle. Elle avait le regard dans le vide. Son esprit était déjà loin. La porte tomba et les espèces de mannequins sans visage et en uniformes entrèrent lentement dans la pièce. Le cordonnier s'interposa. Un mannequin le prit par les épaules et le rapprocha de son visage. Une grande bouche souriante se dessina sur son visage et le mannequin l'ouvrit en laissant apercevoir d'énormes crocs. Il se mit à rire diaboliquement et engloutit le cordonnier. Les autres mannequins émirent un sifflement que j'interpréterais comme un rire. La bouche pleine de sang et la marche saccadée comme une poupée désarticulée, le pantin maléfique s'approcha de nous. Je pris Same-J dans mes bras comme si cela pouvait la sauver. Je lui murmurai des excuses, en attendant l'impact. La Lyre noire tomba au sol dans un bruit presque cristallin. Je perdis connaissance. Lorsque je me réveillai, j étais chez moi, ou chez Same-J? Je criai son prénom avant de me demander si je n'avais pas rêvé. Non! Elle me raconta tout : la Lyre était tombée, elle avait repoussé les pantins en dehors de l'appartement et ensuite Same-J avait retrouvé des forces pour barricader la porte. «Les Sreicilop sont encore dehors, ils veulent rentrer par tous les moyens. Les... quoi? Les mannequins sans visage, on les nomme comme ça. Ah...» Elle prit sa Lyre et commença à jouer, c'était vraiment magnifique. Elle chantait en même temps. Une harmonie parfaite! Le paysage tourbillonna et nous revînmes au point de départ : le même appartement. Sauf qu'il y avait quelque chose d'étrange cette fois... Oui! Nous étions revenus dans mon monde! Un grand sentiment de soulagement m'envahit... Enfin, retour à la réalité. Je me tournai vers mon double, elle paraissait un peu étonnée. Elle courut vers la fenêtre. J'imaginais qu'elle serait surprise de voir le paysage, comme moi dans son monde... Quelque chose tomba bruyamment de sa poche : la reproduction de ma clef! Je m'esclaffai! «Ne fais pas semblant d'être surprise de voir le paysage! Oh! Euh... Oui, désolée... je... bredouilla-t-elle en rougissant. Alors comme ça, c'est toi qui m'as cambriolé! Petite voleuse! la grondai-je en lui tirant l'oreille. Ne m'en veux pas : je devais rentrer en contact avec toi... J'aime quand même ce paysage...» Nous regardâmes longtemps le paysage avant de nous apercevoir que nous nous tenions par la main. Elle paniqua et se dégagea. Je l'entendis murmurer : «Sacrilège». Elle me regarda longuement puis s'adressa à moi : «On va être puni pour ça. Puni? Pourquoi? Pour les sentiments qu'on a l'un pour l'autre. Quels sentiments? Attends! Depuis Narcisse, qui a vu son reflet dans l eau et qui en est tombé amoureux, ils ont failli détruire notre monde car il est interdit de s aimer soi-même. Ils sont partout, ils ont vu. On a pas le droit, cria-t-elle, ON A PAS LE DROIT!! Ils vont nous tuer... Ils vont TOUS nous tuer!!! Same-J!» Elle pinça une note puis disparut. Je restai seul. Toujours habillé avec les vêtements de Mr

8 Eurydice. Il était vraiment mort, alors...? Je tenais toujours la clef dans ma paume de main. Tout était allé si vite. Je tentai de me rappeler de tous les détails. Après cette action, j étais bien décidé à retourner dans l'autre monde pour voir une dernière fois Same-J. Je n'eus pas besoin de le dire deux fois. Je fus aspiré là où je voulais aller grâce à l écho de la musique que j entendais encore. J'arrivai dans un monde où tout le monde était hors service, comme des robots, parce que nous avions violé une règle. Same-J était là. Devant moi. Elle s'approcha de moi et me planta un long poignard dans le cœur. Je crachai du sang, elle aussi. La lame ressortit dans son dos et pas dans le mien!? Pendant que son monde se démantibulait, nous tenions notre ultime conversation. «Tu avais le droit de m'en vouloir. Sauf que je ne peux PAS t'en vouloir. Je t'aime. Moi aussi, dis-je en l'enlaçant, moi aussi. Je l'ai compris quand tu m'as parlé de Narcisse. Finalement on est pareil. Oui. Et on peut le dire maintenant. Je crois. J'ai été heureux de... Tais-toi et va-t-en. Idiot. Adieu, Same-J. Au revoir, James.» Jeudi 05 JANVIER 1898 Mes poumons me lâchaient, et je sortis en vitesse ma tête de la fontaine serpent où je m'étais évanoui. Je n'avais rien dans les mains, je ne savais plus ce qui s'était passé, ni pourquoi j étais là. Je rentrai chez moi. Il n'y avait pas de courrier chez la concierge. Je détestais cuisiner et pourtant, une douce odeur de pudding et de sablés sortait de mon four. Une partition de Lyre était posée sur ma table: La prestidigitatrice pour Harpe celtique, de concert ou Lyre. Emma ADDA, Louise BARRE, Quentin PULZE, et Ugo ROMERO (4 e 6)

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Alice s'est fait cambrioler

Alice s'est fait cambrioler Alice s'est fait cambrioler Un beau jour, à Saint-Amand, Alice se réveille dans un hôtel cinq étoiles (elle était en congés). Ce jour-là, elle était très heureuse car elle était venue spécialement ici

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche?

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Texte : Lydia Heller Rédaction : Maja Dreyer Adaptation : Julien Méchaussie Introduction Bonjour et bienvenue dans notre série d émissions

Plus en détail

Manuscrit et Vocabulaire

Manuscrit et Vocabulaire Manuscrit et Vocabulaire Histoires fantastiques : En voiture! «Bienvenue dans votre voiture. Je vais accompagner pendant votre voyage. Laissez-moi vous guider!» On entend une voix mélodieuse quand Papa

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Est-ce que tu beaucoup? A. court B. cours C. courez -Est-ce qu'il aime courir? -Oui, il fait du tous les jours. A.

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre»

COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre» COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre» Il est 7h du matin, mon réveil sonne, je n'ai aucune envie d'aller en cours. Malgré tout, je me lève, je pars prendre mon petit déjeuner,

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage».

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». EPISODE 1- Le Piège. Internet : sûrement le plus fabuleux réseau qui relie les hommes. Des continents entiers peuvent être reliés entre eux. Mais

Plus en détail

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée.

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée. PRÉSCOLAIRE Enfants qui chantent Une tête remplie d idées Qui me permet de rêver Qui me permet d inventer Imagine. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

Truf le chien. Truf est un chien. Truf n est pas un jouet, c est un animal. Et moi, comment vais-je faire pour lui parler?

Truf le chien. Truf est un chien. Truf n est pas un jouet, c est un animal. Et moi, comment vais-je faire pour lui parler? Truf viens Truf le chien Truf est un chien Truf peut être de bonne ou de mauvaise humeur. Truf peut avoir mal, il peut être malade. Truf n a pas de mains : il va prendre les choses avec ses dents ou les

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe.

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. Une belle rencontre La vie d'elise Chapitre 1 Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. J'habite à Lyon dans un appartement à deux kilomètres du

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

Isabella et l important défilé de mode

Isabella et l important défilé de mode Isabella Isabella et l important défilé de mode 1er Juillet Cher journal, Ca fait longtemps que je n ai pas écrit dans un journal intime, mais quand je suis passée devant la librairie l autre jour et

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR Quelqu un glisse une lettre sous la porte d entrée du salon. Jake se précipite pour la ramasser. Jake retourne l enveloppe : elle est adressée à «Finn». Chouette,

Plus en détail

Sauvée De mon mari, ma chère, sauvée! Délivrée! libre! libre! libre! Comment libre? En quoi? En quoi! Le divorce! Oui, le divorce!

Sauvée De mon mari, ma chère, sauvée! Délivrée! libre! libre! libre! Comment libre? En quoi? En quoi! Le divorce! Oui, le divorce! SAUVÉE I Elle entra comme une balle qui crève une vitre, la petite marquise de Rennedon, et elle se mit à rire avant de parler, à rire aux larmes comme elle avait fait un mois plus tôt, en annonçant à

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie»

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» J'ai cinquante-quatre ans, je me prénomme Will et je suis un passionné d'écriture. Je suis un écrivain. Aujourd'hui, si j'essayais

Plus en détail

LA PLAGE BLANCHE SCENARIO ET DIALOGUES: GILLES GLEIZES UN FILM COURT AVEC : MIREILLE PERRIER ROGER MIREMONT EMMANUEL GUTTIEREZ GILLES GLEIZES

LA PLAGE BLANCHE SCENARIO ET DIALOGUES: GILLES GLEIZES UN FILM COURT AVEC : MIREILLE PERRIER ROGER MIREMONT EMMANUEL GUTTIEREZ GILLES GLEIZES LA PLAGE BLANCHE SCENARIO ET DIALOGUES: GILLES GLEIZES UN FILM COURT AVEC : MIREILLE PERRIER ROGER MIREMONT EMMANUEL GUTTIEREZ GILLES GLEIZES SYNOPSIS Une femme de lettres rencontre un homme qui ressemble

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Acte 1 Acte 1 Scène 1 : Rebecca, Victor Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Victor (se laissant tomber dans un fauteuil): Ouf! Il se relève et fait un

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

On faitle rnarche. avec Papa

On faitle rnarche. avec Papa On faitle rnarche avec Papa Apres diner, Papa a fait les comptes du mois avec Maman. - Je me dernande ou passe l'argent que je te donne, a dit Papa. - Ah! j'aime bien quand tu me dis ca, a dit Maman, qui

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

RAWYA, YOUSSEF, SELIM, TARIQ, HUGO, EMILIE, WILFRIED, IBRAHIM, NIPUN et VALÉRIE DU CHÉNÉ

RAWYA, YOUSSEF, SELIM, TARIQ, HUGO, EMILIE, WILFRIED, IBRAHIM, NIPUN et VALÉRIE DU CHÉNÉ RAWYA, YOUSSEF, SELIM, TARIQ, HUGO, EMILIE, WILFRIED, IBRAHIM, NIPUN et VALÉRIE DU CHÉNÉ Un travail de Valérie du Chéné avec les jeunes de l ulis du Lycée Lamartine à Paris 9e Dans le cadre du projet

Plus en détail

Voix Off: " Le noir le noir est à l'origine " Voix Off: " de toutes les formes "

Voix Off:  Le noir le noir est à l'origine  Voix Off:  de toutes les formes Séquence 1/ Intérieur Nuit : L'écran est tout noir. " Le noir le noir est à l'origine " Les nuages s écartent, laissant apparaître la Pleine Lune. " de toutes les formes " Des silhouettes noires apparaissent

Plus en détail

Dans cette banque, cette expérience peut varier selon les personnes. La relation de la même demande par une autre enquêtrice vaut le déplacement

Dans cette banque, cette expérience peut varier selon les personnes. La relation de la même demande par une autre enquêtrice vaut le déplacement A la recherche des conditions générales de compte Cette enquête ne serait pas complète si nous n avions pas pris le soin de savoir dans quelles conditions les conventions bancaires sont restituées aux

Plus en détail

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE!

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES PAR VOTRE MEDECIN! OUAH, DOC! JE ME SENS DÉJÀ MIEUX! C EST parce QUE FUN utilise le MEILleur DES TAbacs!! NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! VÉRIDIQUE! On a découvert que les

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Le casse du siècle La Riche Héritière

Le casse du siècle La Riche Héritière Le casse du siècle La Riche Héritière Jeu énigme Dans le cadre du projet d énigmes, nous détaillons ci dessous le scénario La Riche Héritière et changeons légèrement sa structure. Quelques mots sur Freddy

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Institut Supérieur des Langues Université de Damas

Institut Supérieur des Langues Université de Damas Institut Supérieur des Langues Université de Damas Texte 1: Chère Josette, Il a de grands yeux bleus et une mèche blonde qui lui tombe sur le front. Il s appelle Alain, Alain et Aline, c est joli, n est-ce

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

Fanny. (sur le thème du temps)

Fanny. (sur le thème du temps) Fanny Dans une petite maison, dans le bois de nénuphars, habitait Monsieur Piloge avec ses deux enfants : Paul et Laure. Ce jour-là, toute la famille partait chez des amis Avant de s en aller, les enfants

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

Bayou/marsh/swamp. week/weekend

Bayou/marsh/swamp. week/weekend Français Louisiane bayou s étire épaule dent/dents La fin de semaine occupé(e) lire laver doigt/doigts anniversaire seul vers concert être dehors trop pleurer se frotter (la/une) blague tu vois? boue Anglais

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

La poule qui se promenait dans la forêt

La poule qui se promenait dans la forêt Téa la poule et la montre à remonter le temps Il était une fois une poule qui s'appelait Téa. Quand Téa voulait dormir c'était que le matin! Il n'était que 9 heures, Téa cria tous les jours, Je veux dormir

Plus en détail

J'aime les fossettes qui creusent votre joue et aussi les petites imperfections autour de votre bouche Je me sens bien en votre compagnie

J'aime les fossettes qui creusent votre joue et aussi les petites imperfections autour de votre bouche Je me sens bien en votre compagnie Je suis contente de vous voir ici Vous êtes beaux Vous me faîtes du bien Vous avez la FORCE vous êtes distingué Vous m accueillez avec bienveillance Vous êtes souriants Votre présence est merveilleuse

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

Si c était une machine, ce serait un ordinateur génial pour voyager dans le temps et vers les autres continents.

Si c était une machine, ce serait un ordinateur génial pour voyager dans le temps et vers les autres continents. En classe, nous avons imaginé à quoi ressemblerait l école qui nous apprendrait à grandir heureux. Nous avons joué à «si c était» et improvisé, par ce jeu oral, autour du thème de l école de nos rêves

Plus en détail

LEARNING BY EAR. «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 4 : «Handicapé mais pas incapable»

LEARNING BY EAR. «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 4 : «Handicapé mais pas incapable» LEARNING BY EAR «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 4 : «Handicapé mais pas incapable» AUTEUR : Chrispin Mwakideu EDITEURS : Andrea Schmidt, Susanne Fuchs TRADUCTION : Aude Gensbittel Liste

Plus en détail

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 JE CHLOÉ COLÈRE PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 Non, je ne l ouvrirai pas, cette porte! Je m en fiche de rater le bus. Je m en fiche du collège, des cours, de ma moyenne, des contrôles, de mon avenir!

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

Églantine et les Ouinedoziens

Églantine et les Ouinedoziens Églantine et les Ouinedoziens La grande migration Églantine, 24 ans, est informaticienne. Elle a grandi dans un monde de libertés informatiques. Elle survit dans notre société propriétaire en faisant du

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ?

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? N QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? :: Découpe les mots en bas de la feuille. :: Choisis mots pour dire ce que tu penses de chaque illustration et colle-les dessus. TACHÉ NETTOYÉ BRILLANT PROPRE SALE GRAS BOUEUX

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer La petite poule qui voulait voir la mer Ecris les mots suivants au bon endroit : le titre l auteur - l illustration - l illustrateur - l éditeur Exercices couverture Décris la première de couverture. Que

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens.

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Les enfants et la sécurité alentour des Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Qu est-ce que ton chien aime faire avec toi? Qui

Plus en détail

SŒUR DE. Lot Vekemans. Traduit du néerlandais par Alain van Crugten. Texte publié par Edition Espaces 34, France Texte déposé à la SACD Belgique

SŒUR DE. Lot Vekemans. Traduit du néerlandais par Alain van Crugten. Texte publié par Edition Espaces 34, France Texte déposé à la SACD Belgique SŒUR DE Lot Vekemans Traduit du néerlandais par Alain van Crugten Texte publié par Edition Espaces 34, France Texte déposé à la SACD Belgique Ils vont lâcher les chiens Bientôt Bientôt ils vont lâcher

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

Tout le monde est agité, moi seule ai l'esprit calme

Tout le monde est agité, moi seule ai l'esprit calme Tout le monde est agité, moi seule ai l'esprit calme Je me souviens de la naissance de mes enfants Je me souviens des bons moments Je me souviens aussi des mauvais Je me souviens de la solitude Je me souviens

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

QCM : Hygiène et sécurité des enfants

QCM : Hygiène et sécurité des enfants QCM : Hygiène et sécurité des enfants 1. En jouant dans la cour, un enfant est tombé et son genou saigne. Quelques gravillons adhèrent à la plaie. Que faites-vous en premier? a. Vous appelez les parents.

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux CE Découpe et colle les morceaux de puzzle pour reconstituer la couverture de l album. Recopie le titre du livre lisiblement et sans faire aucune faute. Réponds par Vrai (V) ou Faux (F) Le livre parle

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

Le lancement d un satellite

Le lancement d un satellite Le lancement d un satellite Le lancement d un satellite Le lancement d un satellite La grippe La grippe La grippe Un chaton curieux Le chat Mistoufle habite dans un très très grand jardin. Mais, quand

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

L étrange rencontre du Prince Aurélien

L étrange rencontre du Prince Aurélien Texte de Sylvine Ferrandis Ce texte est déposé à la SCALA, il ne peut être utilisé à des fins commerciales sans l autorisation de son auteur. Ce jour-là, le Prince Aurélien avait décidé de se promener

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 Séries : TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNELLE CONSEILS AUX CANDIDATS

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 Séries : TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNELLE CONSEILS AUX CANDIDATS DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 NOTATION SUR 40 Durée : 3 heures Epreuve : FRANÇAIS Code : CONSEILS AUX CANDIDATS L épreuve se déroule en deux parties séparées par une pause. Rappel : PREMIERE

Plus en détail

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!»

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Musette s est lassée. Sous son plancher, «cric, crac, croc», Des enfants grignotent, gigotent et se font des croques. Alors un matin, elle

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal Chanson Alex Beaupain Plus de peur que de mal Au premier toboggan 1 Déjà tu savais bien Les risques que l on prend Les paris 2 que l on tient Voler chez le marchand À vélo sans les mains Tirer 3 sur cette

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

Par. Sophianne Pierre-Louis. Cassandra Sauvé. Sabrina Turmel

Par. Sophianne Pierre-Louis. Cassandra Sauvé. Sabrina Turmel Par Sophianne Pierre-Louis Cassandra Sauvé Sabrina Turmel - 1 - Au Pôle Nord, en ce jour du 24 décembre, le Père Noël était bien occupé à fabriquer de beaux jouets. Les rennes gambadaient ou se reposaient.

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2011 ISBN : 978-2-212-54856-3. Émeline Bojon Virginie Dugenet

Groupe Eyrolles, 2011 ISBN : 978-2-212-54856-3. Émeline Bojon Virginie Dugenet Groupe Eyrolles, 2011 ISBN : 978-2-212-54856-3 Émeline Bojon Virginie Dugenet Ma débordante énergie Ma libr attitude Mon exploration Mon émerveillement Mon émerveillement Jaune. P hase d accueil, face

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail