MÉMOIRE RELATIF À LA SOUMISSION DES TECHNIQUES ET SUPPORTS DE MICROGRAPHIE INFORMATIQUE AUX VALEURS DE L'ARCHIVAGE RESPONSABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MÉMOIRE RELATIF À LA SOUMISSION DES TECHNIQUES ET SUPPORTS DE MICROGRAPHIE INFORMATIQUE AUX VALEURS DE L'ARCHIVAGE RESPONSABLE"

Transcription

1 COMMISSION DE L'ARCHIVAGE RESPONSABLE C/O PREUVE & ARCHIVAGE 4, allée Verte, PARIS MÉMOIRE RELATIF À LA SOUMISSION DES TECHNIQUES ET SUPPORTS DE MICROGRAPHIE INFORMATIQUE AUX VALEURS DE L'ARCHIVAGE RESPONSABLE rédigé par les experts de l'association Preuve et Archivage rapporté par Monsieur Bernard FAGES Ancien expert technique au Département de la conservation de la Bibliothèque nationale de France Preuve & Archivage, septembre 2011

2 1 RAPPEL DES CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DES TECHNIQUES ET SUPPORTS DE MICROGRAPHIE INFORMATIQUE La micrographie informatique est un moyen d'archivage, consistant à enregistrer des documents numériques ou des données, sous forme de micro-images, sur film argentique. Il peut s'agir de documents numérisés, de documents numériques natifs, ou de données codées issues d'ordinateurs. Les supports produits par ce procédé sont des microformes COM (Computer Output Microform). Les échelles de production les plus usitées vont de 1:24 à 1:48 par rapport à l'équivalent-papier. La durée de vie intrinsèque des microformes COM est supérieure au siècle, estimée à 300 ans. Le processus d'enregistrement micrographique a pour propriété de ne pas pouvoir aboutir à un autre résultat que l'irréversibilité intégrale du support. Dans l'état actuel des techniques, la micrographie informatique permet de produire des microformes COM en noir et blanc bitonal, en nuances de gris et en couleurs. La micrographie informatique établit les archives de façon homogène, quel que soit le format informatique des documents ou des données en amont. Elle permet ainsi d'unifier l'archivage de documents de tous formats ou de toutes provenances. L'exploitation des microformes est constituée de moyens optiques (lecteurs de microformes permettant de visualiser les archives), ou optroniques (scanners de microformes permettant de rétablir les documents sous forme numérique).

3 2 SOUMISSION DE LA MICROGRAPHIE INFORMATIQUE AUX VALEURS DÉFENDUES PAR L'ARCHIVAGE RESPONSABLE 2.1 Face au droit à la mémoire Le droit à la mémoire est pris en charge par les propriétés des microformes COM, qui lui apportent les garanties suivantes : Fiabilité de la mémoire archivée Constituées d'argent métallique et de polyester, les microformes COM possèdent une longévité intrinsèque très supérieure au siècle. Les archives y sont établies sous forme d'images physiques indélébiles se conservant de façon statique. À la différence des supports numériques qui ne supportent pas l'inadvertance, on peut "oublier" très longtemps des microformes COM sur leur lieu de stockage sans qu'elles courent le moindre risque d'obsolescence ni d'évanescence Sécurité de la mémoire archivée L'enregistrement des documents ou des données numériques sur microformes COM les isole des plateformes informatiques, mettant la mémoire archivée hors de portée des logiciels malveillants et du piratage informatique Accessibilité à la mémoire archivée Ne requérant qu'un grandissement optique, l'accès à l'information enregistrée sur microformes COM n'est tributaire que de moyens élémentaires. Mais les micro-images peuvent également être numérisées, permettant ainsi de rétablir les documents sous forme numérique, de les imprimer et de les communiquer par réseau. Divers moyens d'accès à la mémoire sont donc assurés. 2.2 Face au devoir de vérité Le devoir de vérité qui pèse sur les archives est pris en charge par la micrographie informatique au travers des garanties suivantes : Immuabilité des archives Les microformes COM sont issues d'un processus ne pouvant pas aboutir à un autre résultat que l'irréversibilité du support. Cette irréversibilité s'impose de façon définitive, aux utilisateurs comme à l'environnement technologique. Toute modification ultérieure de l'information enregistrée est impossible. La mémoire y est donc immuable, dans le fond comme dans la forme Stabilité technologique des archives Établissant les archives sous forme d'images physiques, les microformes COM assurent la stabilité et la continuité des documents numériques qui y sont enregistrés, et les exemptent de toutes migrations ou autres opérations nécessaires à l'archivage numérique, et des risques d'altérations qui y sont liés.

4 2.3 Concernant la transmission du savoir aux générations futures La micrographie informatique prend en charge la transmission du savoir aux générations futures grâce aux caractéristiques suivantes : Intemporalité des moyens d'exploitation N'étant tributaires que des lois de l'optique, les moyens de lecture des archives micrographiques sont intemporels Intemporalité du format des documents Les microformes COM représentent les archives électroniques sous forme d'images physiques, quel que soit le format d'encodage des données ou des documents numériques en amont de l'enregistrement. Alors que les formats et les langages informatiques peuvent toujours être abandonnés soient-ils réputés "ouverts", l'établissement de l'information sous forme d'image physique est une garantie de sa transmissibilité car, si loin qu'on aille dans le temps, on saura toujours quoi faire d'une image Pérennité de la codification La micrographie informatique représente les documents numériques tels qu'ils sont conçus pour l'utilisation humaine, véhiculant ainsi vers le futur une information dont la codification correspond à un ancrage culturel profond. L'intégrité de l'information étant entièrement sécurisée par l'irréversibilité des microformes COM, le recours à la cryptographie est superflu, évitant ainsi tout risque de transmission d'une mémoire inintelligible. 2.4 Concernant l'équité des moyens de preuve juridique L'équité des moyens de preuve juridique est assumée par la micrographie informatique au travers des qualités instrumentaires des microformes COM : Inviolabilité de l'information L'irréversibilité naturelle du support, la miniaturisation des micro-images et leur structure d'argent métallique rendent les microformes COM inviolables, ce qui interdit toute possibilité d'intervention ultérieure sur les documents numériques enregistrés, dans le fond comme dans la forme Égalité des armes Grâce à leur inviolabilité, les microformes COM ôtent à quiconque tout pouvoir d'intervention sur les archives, à commencer par leur dépositaire. Alors que l'évolutivité de l'archivage numérique offre au détenteur des données la faculté de reconstituer le document après la naissance du litige ou de se prévaloir d'un traçage discrétionnaire et unilatéral, l'archivage micrographique prive le dépositaire des archives de toute prérogative Durée de vie appropriée La longévité des microformes COM est si ample qu'elle accorde aux documents numériques enregistrés une durée d'archivage suffisante pour couvrir les prescriptions les plus longues, et absorber tout report, suspension ou interruption du délai extinctif.

5 2.5 Concernant le respect de la vie privée La micrographie informatique apporte à la conservation des données nominatives les réponses qui suivent : Entrave aux traitements automatisés L'enregistrement de données numériques sur microformes COM entraîne leur désolidarisation des systèmes de traitement automatisés. À l'égard des données à caractère personnel, cette autonomie technologique permet de satisfaire le besoin de juste mémoire et de preuve, tout en écartant les données du monde du traitement de l'information Application du principe de proportionnalité Les usages montrent que, au-delà de trois ans, les archives ne sont pratiquement plus conservées qu'à des fins mémorielles et probatoires, et que la fréquence d'accès aux archives devient minime (inférieure à 1%). De ce fait, lorsque les archives contiennent des données individuelles, leur maintien sous forme numérique n'a que très peu d'efficacité sur le plan archivistique, et prolonge sans justification une forme d'archivage pernicieuse. La conservation de ces données sur microformes COM constitue alors une solution pondérée, appropriée aux finalités mémorielles et probatoire, et défavorisant le détournement de finalités des données archivées Sécurisation des données nominatives L'enregistrement micrographique isole les données des bases numériques, évitant ainsi les risques de dilution dans les systèmes informatiques, de captation, ou de dispersion sur la Toile de ces données. La compacité des microformes COM permet encore d'en privilégier l'accès par enfermement (mise en armoire forte par exemple). 2.6 Concernant l'intégration dans la réalité économique et sociale La micrographie informatique participe à la réalité économique et sociale au travers des fonctions suivantes : Favorisation de la confiance dans l'écosystème numérique Si la réputation de confort et d'efficacité des documents numériques n'est plus à faire, il est tout aussi notoire que, dans un système d'archivage électronique, des pans entiers de mémoire et de preuve peuvent subitement disparaître du fait du comportement imprévisible des supports numériques ou à la suite d'une simple inadvertance, ce qui est un motif d'inquiétude sociale. En prenant en charge de façon fiable, lisible et rassurante les fonctions lourdes des archives (mémoire, vérité, transmission du savoir, administration de la preuve, respect social ), la micrographie informatique libère les documents dématérialisés de l'incertitude qui pèse sur leur devenir, ce qui ne peut que favoriser l'imprégnation sociale de l'économie numérique.

6 2.6.2 Crédibilité d'une politique d'archivage Le recours à la micrographie informatique dans une politique d'archivage est un gage de loyauté et un facteur de confiance, conditions indispensables à la mise en œuvre d'une dématérialisation. Ainsi, un établissement pourra d'autant plus facilement faire accepter les échanges dématérialisés de certains actes, que sa politique d'archivage prévoira leur enregistrement sur microformes COM, rassurant les personnes sur la solidité des moyens de faire valoir leurs droits, et écartant tout soupçon de libre arbitre de l'établissement à cet égard Prise en compte de l'économie des archives L'utilisation des archives micrographiques leur permet de répondre à l'ensemble des nécessités de l'écosystème numérique. Elle autorise une communication appropriée aux finalités des archives : soit par la numérisation des micro-images qui fournit aux utilisateurs une forme directement exploitable sur ordinateur, transmissible et imprimable, lorsqu'il s'agit simplement de consulter ou partager des archives; soit par la production physique des microformes COM pour faire face à toute autre occurrence notamment juridique, en vertu de leur inviolabilité, de leur impartialité et de leur longévité. Elle répond également de la réalité pratique de l'archivage : en procurant à la partie réutilisée des archives un résultat final analogue à l'archivage électronique, par la numérisation des micro-images; en évitant à la partie dormante des archives (soit plus de 95%) d'avoir à subir inutilement les procédures accaparantes et de la conservation numérique Compatibilité avec la GED Il convient de rappeler enfin que l'enregistrement micrographique de documents numériques ou de données ne fait pas obstacle à la tenue parallèle d'une GED (Gestion Électronique des Documents) pour subvenir aux besoins de fluidité à court terme. La pertinence d'un système d'archivage basé sur la complémentarité de la GED et de la micrographie informatique est officiellement constatée par la norme d'archivage ISO (2009). 2.7 Face aux exigences du développement durable En favorisant la confiance dans l'écosystème numérique, en garantissant l'équité des moyens de preuve et en prenant en charge le respect social, la micrographie informatique répond aux besoins du présent. En assurant la transmission du savoir, en évitant la dilapidation des supports et de l'énergie, et en limitant les effets indésirables à ce qui est inévitable pour l'obtention du résultat nécessaire, elle respecte les besoins des générations futures Justification des effets indésirables La fabrication des microformes COM nécessite l'emploi de produits chimiques de traitement. À cet égard, il convient d'observer :

7 que leur emploi vient en contrepartie de la réussite de l'archivage des documents ou des données, dans toutes les exigences de l'archivage; qu'un unique cycle de traitement chimique produit un grand nombre d'archives ayant chacune une durée de vie de plusieurs siècles Recyclage et valorisation des déchets Les produits de traitement micrographiques usés sont entièrement recyclables. Lorsque les microformes COM doivent être détruites, les matériaux entrant dans leur composition sont valorisables, par séparation de la base polyester et de la couche argentique Évitement du gaspillage Tandis que la conservation des documents numériques dans un système d'archivage électronique oblige à des remplacements fréquents et répétitifs de matériels et de médias encore en état de fonctionnement, la micrographie informatique, par la stabilité et la durabilité de ses supports, évite toute dilapidation de cet ordre et les rejets afférents Pondération de la consommation énergétique Au regard de la consommation énergétique, il convient de rappeler qu'audelà d'une durée d'archivage de trois ans, le taux de réutilisation des archives est statistiquement inférieur à 1% des masses stockées. Cette réalité doit être prise en compte dans la justification de la consommation énergétique nécessaire à l'archivage des documents numériques. Concernant la micrographie informatique, la consommation énergétique est limitée à la phase de fabrication des microformes COM. Par la suite, les microformes COM ont une conservation non-énergivore, alors que l'on observe a contrario : que la conservation de ces mêmes archives sur des serveurs informatiques requiert une consommation énergétique ininterrompue, notamment pour subvenir à l'alimentation des machines et des périphériques, et à la climatisation des locaux; qu'au regard de la très faible proportion de données réutilisées, la consommation énergétique consacrée à l'archivage numérique est infructueuse dans une très grande part; que la consommation énergétique de l'archivage numérique paraît d'autant plus dispendieuse que l'instabilité de ces systèmes oblige à entretenir plusieurs exemplaires identiques (réplications de serveurs), provoquant alors une consommation énergétique multipliée pour un même coefficient minime de réutilisation.

8 3 DÉCISION La Commission de l'archivage responsable constate la sincérité et l'exactitude des arguments exposés dans le mémoire. Elle observe en conséquence que les techniques et supports de micrographie informatique : garantissent le droit à la mémoire; assument le devoir de vérité; assurent la transmission du savoir aux générations futures; prennent en charge l'équité nécessaire des moyens de preuve juridiques; offrent une voie propice à la conjugaison des nécessités de mémorisation et de vie privée; sont intégrés dans la réalité économique et sociale, et spécialement dans l'écosystème numérique où elles sont un moteur de confiance; limitent les effets indésirables de l'archivage sur l'environnement à un fait unique et définitif pour chaque archive, et dispensent l'économie d'une consommation énergétique infructueuse. Par ces raisons, observant que l'ensemble des valeurs posées par la charte de l'archivage responsable sont portées de manière globale, la Commission : décide de créer un logotype officiel associant la micrographie informatique à l'archivage responsable, tel que représenté ci-dessous; à l'égard des personnes postulant au logotype d'acteur professionnel, délègue la vérification préalable de la réalité de leur professionnalisme aux diligences du Bureau de l'association Preuve & Archivage.

Comparatif des supports et solutions d'archivage électronique

Comparatif des supports et solutions d'archivage électronique Association à but non lucratif 4, allée Verte, 75011 PARIS 01 49 23 72 72 www.megapreuve.org ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE Comparatif des supports et solutions d'archivage électronique RAPPORT TECHNIQUE Rapporteur

Plus en détail

Principes Dévolutions Méthodes Supports Implications Règlements Normes

Principes Dévolutions Méthodes Supports Implications Règlements Normes Principes Dévolutions Méthodes Supports Implications Règlements Normes Étude réalisée par Lucien PAULIAC Président de la Commission de normalisation "Archivage des données électroniques" à l'afnor Expert

Plus en détail

La GEIDE. Dans une solution GEIDE, il est possible d'associer au sein même d'un dossier:

La GEIDE. Dans une solution GEIDE, il est possible d'associer au sein même d'un dossier: La GEIDE Historique de La GEIDE Anciennement "Archivage électronique", La Gestion électronique de Documents "GED" est apparu dans les années 80. Mais le terme GED paraissait restrictif par rapport à ses

Plus en détail

Plan d action spécifique. Archivage

Plan d action spécifique. Archivage Plan d action spécifique Présenté dans le cadre de la 165 e réunion régulière du Conseil d administration (CAO-16514) Les 15, 16 et 17 août 2014 À Montréal Plan d action spécifique 1 Table des matières

Plus en détail

RECUEIL POLITIQUE DES

RECUEIL POLITIQUE DES RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) Adoptée par le Conseil d'administration

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique

Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique Textes exposés Partie 2 : Thèmes THÈME PAGE ÉVALUATION 2 LE PLAN DE CLASSEMENT 2 LE CALENDRIER DE CONSERVATION 2 LE VERSEMENT

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 1.0 PRÉAMBULE La présente politique est fondée sur les éléments suivants : Tel que stipulé dans la Loi sur les archives, la Commission scolaire doit

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire L application de cette politique est sous la responsabilité du cadre de direction qui remplit les fonctions de secrétaire général Adopté par le conseil d administration

Plus en détail

Enseignement Informatique. Classe de Bac Pro SAPAT -----------------------------------------------------------------------

Enseignement Informatique. Classe de Bac Pro SAPAT ----------------------------------------------------------------------- Enseignement Informatique Classe de Bac Pro SAPAT ----------------------------------------------------------------------- MP4: Communication en situation professionnelle. -----------------------------------------------------------------------

Plus en détail

MAITRISE DES SERVICES EN LIGNE

MAITRISE DES SERVICES EN LIGNE Page 1 of 9 MAITRISE DES SERVICES EN LIGNE 1. L'enjeu 2. Le Cloud & le SaaS 3. La sécurité du document 4. Le tiers de confiance 5. La preuve 6. Les exemples d'application 7. Les services RICOH 8. Conclusion

Plus en détail

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r.

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. (Résolution 398-CA-3497, 25 novembre 1996) 1. Énoncé Par cette politique, l'université

Plus en détail

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations Solution complète clé en main pour la gestion des flux d informations Gestion du cycle de vie du document actif Partage et

Plus en détail

Méthode d'optimisation des moyens d'archivage par la prise en compte des facteurs de criticité de l'archive

Méthode d'optimisation des moyens d'archivage par la prise en compte des facteurs de criticité de l'archive Pragm rchive Étude portant sur la politique d'archivage des documents numériques Auteurs : Nadia ANTONIN, Marie-Michèle CUNIN, Guillaume DESGENS-PASANAU, Lucien PAULIAC (rapporteur), Arnaud RAYNOUARD,

Plus en détail

I partie : diagnostic et proposition de solutions

I partie : diagnostic et proposition de solutions Session 2011 BTS assistant de manager Cas Arméria: barème et corrigé Remarque: la 1 ère partie doit être cohérente avec les éléments déterminants du contexte décrit dans cet encadré, qui n est pas attendu

Plus en détail

CHARTE INTERNATIONALE SUR LA PROTECTION ET LA GESTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE (1996)

CHARTE INTERNATIONALE SUR LA PROTECTION ET LA GESTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE (1996) CHARTE INTERNATIONALE SUR LA PROTECTION ET LA GESTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE (1996) Ratifiée par la 11e Assemblée Générale de l'icomos, à Sofia, Octobre 1996. INTRODUCTION Cette charte vise

Plus en détail

Archivage, sauvegarde et restauration pour une virtualisation réussie Gestion des informations unifiée pour les environnements d'entreprise Windows

Archivage, sauvegarde et restauration pour une virtualisation réussie Gestion des informations unifiée pour les environnements d'entreprise Windows Archivage, sauvegarde et restauration pour une virtualisation réussie Gestion des informations unifiée pour les environnements d'entreprise Windows Croissance exponentielle des informations non structurées

Plus en détail

Faire le grand saut de la virtualisation

Faire le grand saut de la virtualisation LIVRE BLANC : FAIRE LE GRAND SAUT DE LA VIRTUALISATION........................................ Faire le grand saut de la virtualisation Public cible : Directeurs, responsables et administrateurs informatiques

Plus en détail

Objectifs et gestion de la sécurité

Objectifs et gestion de la sécurité INF4470 : Fiabilité et sécurité informatique Par Eric Gingras Hiver 2010 Objectifs et gestion de la sécurité Qu'est ce que la sécurité? «Situation où l'on a aucun danger à craindre.» (dictionnaire Larousse)

Plus en détail

Présentation. Référenciel : textes officiels

Présentation. Référenciel : textes officiels Présentation BO n 42 du 23 novembre 2000 BO n 13 du 29 mars 2001 Compétences requises pour le niveau 2 Référenciel : textes officiels Feuille de position niveau 2 (collège) - Culture informatique. - Organiser

Plus en détail

DÉFINITION ET VISION DU TRANSPORT DURABLE Octobre 2002

DÉFINITION ET VISION DU TRANSPORT DURABLE Octobre 2002 Suite 309, 15-6400 Millcreek Drive Mississauga, ON L5N 3E7 Tel: 905 858 9242 Fax: 905 858 9291 Email/Courriel: transport@cstctd.org Site Web: www.cstctd.org DÉFINITION ET VISION DU TRANSPORT DURABLE Octobre

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE KIMSUFI. Dernière version en date du 07/11/2013

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE KIMSUFI. Dernière version en date du 07/11/2013 CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE KIMSUFI ARTICLE 1 : OBJET Dernière version en date du 07/11/2013 Les présentes conditions particulières, complétant les conditions générales de services

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE Version en date du 22/04/2014 RCS Chartres 807 381 157 Code APE 6202B Page 1 sur 6 ARTICLE 1 : OBJET DU DOCUMENT Les présentes conditions particulières,

Plus en détail

Les principes de la sécurité

Les principes de la sécurité Les principes de la sécurité Critères fondamentaux Master 2 Professionnel Informatique 1 Introduction La sécurité informatique est un domaine vaste qui peut appréhender dans plusieurs domaines Les systèmes

Plus en détail

Charte d éthique pour la vidéo protection

Charte d éthique pour la vidéo protection Charte d éthique pour la vidéo protection La vidéo protection est un dispositif mis au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville du Perreux-sur-Marne. Ses objectifs sont de prévenir

Plus en détail

Le traitement des fonds d archives

Le traitement des fonds d archives Le traitement des fonds d archives La problématique des documents informatiques François Cartier, Archiviste Congrès APTDQ, 19 avril 2012 La problématique Apparition de nouveaux supports d information

Plus en détail

Chapitre 5 La sécurité des données

Chapitre 5 La sécurité des données 187 Chapitre 5 La sécurité des données 1. Les risques de perte des données La sécurité des données La sauvegarde des données est essentielle pour une entreprise, quelle que soit sa taille, à partir du

Plus en détail

L identification, la signature et la certification

L identification, la signature et la certification L identification, la signature et la certification Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information art. 40 à 43 et 46, 47 à 62, 75, 77 Moyens de lier une personne et une chose La signature

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LE SYSTÈME DE GESTION DES DEMANDES D ÉVALUATION DU BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE DU MINISTÈRE DU TRAVAIL DOSSIER 01 18 22

AVIS CONCERNANT LE SYSTÈME DE GESTION DES DEMANDES D ÉVALUATION DU BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE DU MINISTÈRE DU TRAVAIL DOSSIER 01 18 22 AVIS CONCERNANT LE SYSTÈME DE GESTION DES DEMANDES D ÉVALUATION DU BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE DU MINISTÈRE DU TRAVAIL DOSSIER 01 18 22 AVRIL 2002 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 1. PORTÉE DE L'ÉVALUATION...

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE KS (KIMSUFI)

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE KS (KIMSUFI) CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE KS (KIMSUFI) Dernière version du 02 Septembre 2014 ARTICLE 1 : OBJET Les présentes conditions particulières, complétant les conditions générales

Plus en détail

Directives concernant la conservation des documents comptables

Directives concernant la conservation des documents comptables RÉPUBLIQUE ET CANTON DE NEUCHÂTEL DÉPARTEMENT DES FINANCES ET DES AFFAIRES SOCIALES SERVICE FINANCIER Directives concernant la conservation des documents comptables (du 18 avril 2008) Préambule Les présentes

Plus en détail

Section 13 - Synthèse

Section 13 - Synthèse Section 13 - Synthèse FRANÇOISE BANAT-BERGER CLAUDE HUC version 1 22 novembre 2011 Table des matières Chapitre 1. Objet de cette section 5 Chapitre 2. Avancées constatées durant ces dernières années 7

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE SO YOU START

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE SO YOU START CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE SO YOU START ARTICLE 1 : OBJET Dernière version en date du 06/12/2013 Les présentes conditions particulières, complétant les conditions générales

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES HÉBERGEMENT BLUE MIND

CONDITIONS PARTICULIÈRES HÉBERGEMENT BLUE MIND CONDITIONS PARTICULIÈRES HÉBERGEMENT BLUE MIND Version en date du 1/06/2015 ARTICLE 1 : OBJET Les présentes conditions particulières, complétant les conditions générales de service de PHOSPHORE SI, ont

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

Fiche technique: Archivage Symantec Enterprise Vault for Microsoft Exchange Stocker, gérer et rechercher les informations stratégiques de l'entreprise

Fiche technique: Archivage Symantec Enterprise Vault for Microsoft Exchange Stocker, gérer et rechercher les informations stratégiques de l'entreprise Stocker, gérer et rechercher les informations stratégiques de l'entreprise Archivage de référence pour les messages électroniques Symantec Enterprise Vault, produit phare en matière d'archivage de contenu

Plus en détail

CONDITIONS GENERAL DE SERVICE MAIL EXCHANGE

CONDITIONS GENERAL DE SERVICE MAIL EXCHANGE CONDITIONS GENERAL DE SERVICE MAIL EXCHANGE Dernière version en date du 20 Janvier 2015 ARTICLE 1 : OBJET Les présentes conditions de «MAIL-EXCHANGE» (PEXYS SARL), ont pour objet de définir les conditions

Plus en détail

du Comité de surveillance statistique institué au sein de la Commission de la protection de la vie privée ;

du Comité de surveillance statistique institué au sein de la Commission de la protection de la vie privée ; 1/9 La Commission de la protection de la vie privée Délibération STAT n 01/2009 du 4 février 2009 Objet : demande formulée par Direction de l'analyse Economique Agricole (DAEA) de la Région wallonne afin

Plus en détail

XTRADE TRADING CFD EN LIGNE. XTRADE - XFR Financial Ltd. CIF 108/10 1

XTRADE TRADING CFD EN LIGNE. XTRADE - XFR Financial Ltd. CIF 108/10 1 XTRADE TRADING CFD EN LIGNE XTRADE - XFR Financial Ltd. CIF 108/10 1 TERMES ET CONDITIONS D'UTILISATION DU SITE ET POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ Marques - Droits de propriété intellectuelle XFR Financial

Plus en détail

Prise en compte des nouvelles technologies dans les risques d audit

Prise en compte des nouvelles technologies dans les risques d audit DES COLLECTIVITÉS PUBLIQUES LATINES Prise en compte des nouvelles technologies dans les risques d audit SEPTEMBRE 2013 1 AGENDA 1. Contexte réglementaire 2. Objectifs de l audit 3. Nouvelle technologies

Plus en détail

Contrat d'abonnement et accès

Contrat d'abonnement et accès Contrat d'abonnement et accès & Contrat Entre : Et : EDITIONS NATIONALES DU PERMIS DE CONDUIRE S.A.S. au capital de 3 333 333, immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nantes sous le n 502

Plus en détail

Avantages de l'archivage des e-mails

Avantages de l'archivage des e-mails Avantages de l'archivage des e-mails En plus d'être l'un des plus importants moyens de communication actuels, l'e-mail est aussi l'une des sources d'information les plus complètes et précieuses. Or, les

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - HOSTED EXCHANGE 2013

CONDITIONS PARTICULIERES DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - HOSTED EXCHANGE 2013 CONDITIONS PARTICULIERES DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - HOSTED EXCHANGE 2013 Dernière version en date du 05 Septembre 2013 ARTICLE 1 : OBJET Les présentes conditions particulières, complétant les conditions

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SITE ESPACE CANDIDAT

CHARTE D UTILISATION DU SITE ESPACE CANDIDAT CHARTE D UTILISATION DU SITE ESPACE CANDIDAT 1. Définitions Les termes commençant par une majuscule ont la signification indiquée ci-dessous, qu ils soient au singulier ou au pluriel. Site désigne le site

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D'UTILISATION DE CHECKATWORK 20150522-FR

CONDITIONS GÉNÉRALES D'UTILISATION DE CHECKATWORK 20150522-FR CONDITIONS GÉNÉRALES D'UTILISATION DE CHECKATWORK -FR 1. Informations générales et acceptation 1.1. Le Site et son éditeur Le site http://www.checkatwork.be et ses sous-domaines (ci-après le «Site») est

Plus en détail

Conservation des documents numériques

Conservation des documents numériques Conservation des documents numériques Qu'est ce qu'un document numérique? Matthieu GIOUX matthieu.gioux@bnf.fr Contexte de la préservation des documents numériques Une croissance en expansion Développement

Plus en détail

ELO for SharePoint. Plus de fonctionnalités pour une meilleure effectivité. ELO ECM pour Microsoft SharePoint 2013

ELO for SharePoint. Plus de fonctionnalités pour une meilleure effectivité. ELO ECM pour Microsoft SharePoint 2013 Plus de fonctionnalités pour une meilleure effectivité ELO ECM pour Microsoft SharePoint 2013 Avec les systèmes d'enterprise Content Management (ECM) d'elo, vous disposez de tous les éléments nécessaires

Plus en détail

Facultés calendrier de conservation des dossiers généraux des décanats

Facultés calendrier de conservation des dossiers généraux des décanats Facultés calendrier de conservation des dossiers généraux des décanats Ce plan de conservation des dossiers généraux a été établi afin de clarifier et de faciliter l'archivage dans les Facultés. Il complète

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire?

Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire? Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire? Publié le 16 mai 2005Tags : Management de l'information, Patrimoine numérique. Le numérique constitue une véritable révolution

Plus en détail

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED StarXpert 2011 STARXPERT - Siège social : 100 rue des Fougères 69009 LYON SAS au capital de 40 000 - Siret : 449 436 732 00035 - NAF : 723Z Table des matières

Plus en détail

Aux termes de l article R.1111-13 du code de la santé publique, les CONTRATS

Aux termes de l article R.1111-13 du code de la santé publique, les CONTRATS En dehors du DMP (dossier médical personnel) qui sera mis en place après l entrée en vigueur de textes réglementaires, l hébergement des données de santé ne constitue pas une obligation pour les acteurs

Plus en détail

REACTION SUR LE LIVRE BLANC

REACTION SUR LE LIVRE BLANC DEBAT NATIONAL SUR L'ENERGIE REACTION SUR LE LIVRE BLANC 1/ Introduction et remarques générales 1/1- Présentation du R.A.R.E. Pour animer leurs politiques publiques de l'énergie et de l'environnement,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013)

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. OBJECTIFS Gérer efficacement

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SITE

CHARTE D UTILISATION DU SITE CHARTE D UTILISATION DU SITE 1. Définitions Les termes commençant par une majuscule ont la signification indiquée ci-dessous, qu ils soient au singulier ou au pluriel. 1) Site désigne le site www.notaires.fr

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE Définitions : Dernière version en date du 21 Avril 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter de la

Plus en détail

Les collections audiovisuelles à l heure du Numérique

Les collections audiovisuelles à l heure du Numérique Les collections audiovisuelles à l heure du Numérique 1 Un cas unique, une expérience à partager BnF, département de l Audiovisuel : Les collections audiovisuelles de la Bibliothèque nationale de France

Plus en détail

Business Power For Your Workplace

Business Power For Your Workplace 1 Business Power For Your Workplace ELO DMS Desktop ELO DMS Desktop Toute la force de la gestion documentaire pour votre poste de travail MS Word MS Excel Fonction de GED ELO MS Powerpoint MS Outlook MS

Plus en détail

Enregistreurs numériques Divar La référence en vidéosurveillance

Enregistreurs numériques Divar La référence en vidéosurveillance Enregistreurs numériques Divar La référence en vidéosurveillance Divar - Une nouvelle génération d'enregistreurs numériques polyvalents, adaptés à la surveillance analogique et via les réseaux IP Nouvelle

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/6 Avis n 05/2008 du 27 février 2008 Objet : avis relatif au monitoring des groupes à potentiel au sein du Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding (Office flamand de l'emploi et de

Plus en détail

Des processus plus efficaces améliorent la gestion des ressources humaines

Des processus plus efficaces améliorent la gestion des ressources humaines DocuWare pour la gestion des ressources humaines Solution Info Des processus plus efficaces améliorent la gestion des ressources humaines Les C.V., les contrats, les mutations, les recommandations, les

Plus en détail

Paris, le 14 janvier 2005. La directrice des Archives de France. Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales

Paris, le 14 janvier 2005. La directrice des Archives de France. Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales Paris, le 14 janvier 2005 La directrice des Archives de France à Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales Mesdames et Messieurs les directeurs d archives départementales

Plus en détail

3. Guide Technique Type de l «utilisateur»

3. Guide Technique Type de l «utilisateur» 3. Guide Technique Type de l «utilisateur» Sommaire 1. Préambule.......................... page 25 2. Champ d application................... page 25 3. Procédures de sécurité................. page 25 3.1

Plus en détail

Symantec Protection Suite Enterprise Edition for Gateway Sécurité maximale de la messagerie, du Web et du réseau avec un minimum de complexité

Symantec Protection Suite Enterprise Edition for Gateway Sécurité maximale de la messagerie, du Web et du réseau avec un minimum de complexité Fiche technique: Sécurité de la messagerie Sécurité maximale de la messagerie, du Web et du réseau avec un minimum de complexité Présentation protège les données confidentielles et garantit la productivité

Plus en détail

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR INTRODUCTION A la suite de grands scandales financiers qui ont ébranlés le monde des affaires, les instances législatives et réglementaires des Etats Unis ont remis

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE OFFRE CORPORATE

CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE OFFRE CORPORATE CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE OFFRE CORPORATE Définitions : Dernière version en date du 21 Avril 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter

Plus en détail

Office fédéral de la protection de la population (OFPP)

Office fédéral de la protection de la population (OFPP) Office fédéral de la protection de la population (OFPP) Rapport Explicatif Nouvelles prescriptions sur la réalisation, la manipulation, le traitement et l'entreposage de microfilms dans le domaine de la

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Procédure Création : 04/05/2009 ARCHIVAGE DE LA MESSAGERIE

Procédure Création : 04/05/2009 ARCHIVAGE DE LA MESSAGERIE Procédure Création : 04/05/2009 DSIO / Direction Système d Information et Organisation ARCHIVAGE DE LA MESSAGERIE TABLE DES MATIÈRES 1. Objet de l opération... 2 2. Rappel des bonnes pratiques... 3 3.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR L EVALUATION ET LE TRAITEMENT DES DOSSIERS D ETUDIANTS

RECOMMANDATIONS POUR L EVALUATION ET LE TRAITEMENT DES DOSSIERS D ETUDIANTS 1. AVANT-PROPOS Ces Recommandations ont été élaborées par le Conseil international des Archives- Section des archives des universités et institutions de recherche dans le cadre du projet P2010 SUV "Evaluation

Plus en détail

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE JOURNEE PORTES OUVETRES Jeudi 27 septembre 2012 DEMATERIALISATION DES ARCHIVES Pour un meilleur accès à l information 1 PLAN Archivage

Plus en détail

Stratégie de sécurité grâce au logiciel libre. Frédéric Raynal Cédric Blancher

Stratégie de sécurité grâce au logiciel libre. Frédéric Raynal <pappy@miscmag.com> Cédric Blancher <blancher@cartel-securite.fr> Stratégie de sécurité grâce au logiciel libre Frédéric Raynal Cédric Blancher 1 Agenda du workshop Introduction Le logiciel libre et la sécurité GNU/Linux

Plus en détail

IMPLANTATION D UN SYSTÈME DE GESTION ÉLECTRONIQUE :

IMPLANTATION D UN SYSTÈME DE GESTION ÉLECTRONIQUE : IMPLANTATION D UN SYSTÈME DE GESTION ÉLECTRONIQUE : SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES À L INTENTION DES AGENCES ET COURTIERS À LEUR COMPTE IMPORTANT L OACIQ se réserve le droit de modifier ses exigences en fonction

Plus en détail

Médiathèque DASTRI Mentions légales

Médiathèque DASTRI Mentions légales Médiathèque DASTRI Mentions légales I. Objet... 1 II. Définitions... 1 III. Inscription et accès Utilisateur et Professionnel... 2 IV. Utilisation des services de la médiathèque par les Utilisateurs...

Plus en détail

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt :

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt : mai 2009 DOSSIERS MEDICAUX CONSERVATION ARCHIVAGE Article 45 (article R.4127-45 du code de la santé publique) «, le médecin doit tenir pour chaque patient une fiche d'observation qui lui est personnelle

Plus en détail

Charte d utilisation. des moyens informatiques. de l'université de la Polynésie Française

Charte d utilisation. des moyens informatiques. de l'université de la Polynésie Française Charte d utilisation des moyens informatiques de l'université de la Polynésie Française 1. Préambule La présente charte est avant tout un code de bonne conduite. Elle a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

Les Greffiers des Tribunaux de Commerce

Les Greffiers des Tribunaux de Commerce Les Greffiers des Tribunaux de Commerce Des officiers publics et ministériels Professionnels libéraux au service de la justice commerciale et des acteurs de la vie économique CNG DES MISSIONS JUDICIAIRES

Plus en détail

Règlement et procédure de justification pour l attribution du label MINERGIE pour modules Murs et toitures

Règlement et procédure de justification pour l attribution du label MINERGIE pour modules Murs et toitures Règlement et procédure de justification pour l attribution du label MINERGIE pour modules Murs et toitures Edition juin 2009 Table des matières 1. Terminologie... 3 1.1 MINERGIE... 3 1.2 Modules MINERGIE...

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE Définitions : Dernière version en date du 13 Juin 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter de la

Plus en détail

L abonné est la personne physique ou morale bénéficiaire des services de l'agence Réalicom.

L abonné est la personne physique ou morale bénéficiaire des services de l'agence Réalicom. Conditions générales de ventes de l Agence Réalicom 1- Préambule Les expressions mentionnées ci-dessous ont les significations suivantes : L abonné est la personne physique ou morale bénéficiaire des services

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - PRIVATE EXCHANGE 2013

CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - PRIVATE EXCHANGE 2013 CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - PRIVATE EXCHANGE 2013 Dernière version en date du 05 Septembre 2013 ARTICLE 1 : OBJET Les présentes conditions particulières, complétant

Plus en détail

ELOECM Conference2015

ELOECM Conference2015 ELOECM Conference2015 Signature Electronique et SAE Comment s assurer que les documents signés électroniquement conservent leur valeur probatoire? Patrick ANGE Consultant GED et Archivage http://www.opusconseils.com/

Plus en détail

RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012

RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012 7.3.2 RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012 LE BUREAU, - vu le règlement (CE, Euratom) n 354/83 du Conseil du 1 er février 1983 concernant

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS MANUEL DE POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS Code: Politique 2.8 Date d entrée en vigueur : Mai 2000 Nombre de pages: 9 Origine: Services juridiques

Plus en détail

PROFIL TIC ET INFORMATIONNEL DES ÉLÈVES Techniques d intervention en loisir 0.1 UTILISER UN POSTE DE TRAVAIL

PROFIL TIC ET INFORMATIONNEL DES ÉLÈVES Techniques d intervention en loisir 0.1 UTILISER UN POSTE DE TRAVAIL Habileté 0 : Maîtriser l environnement de travail 0.1.1.1 Expliquer comment l'information est codée dans un ordinateur. 0.1.1.1.1 Utiliser les valeurs, les noms et les symboles des unités de mesure de

Plus en détail

Automatiser le Test Fonctionnel de Logiciels Embarqués Temps-Réel

Automatiser le Test Fonctionnel de Logiciels Embarqués Temps-Réel White Paper Le logiciel embarqué est au cœur de l'innovation industrielle. Nombre de fonctionnalités d'un produit, qu'elles soient nouvelles ou notablement améliorées, permettent de prendre ou de garder

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

L'archivage électronique des données

L'archivage électronique des données L'archivage électronique des données par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net 1. Introduction Le développement de l'électronique a permis, ces dernières années, non seulement un accroissement

Plus en détail

La communication et la gestion de l'information

La communication et la gestion de l'information La communication et la gestion de l'information En informatique il existe plusieurs ressources matérielles qui permettent à un utilisateur de travailler, on appelle cet ensemble un poste de travail. Le

Plus en détail

3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris

3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris 3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris PLAN 3.1.1 Image numérique et image analogique 3.1.2 Résolution 3.1.3 Niveaux de gris 3.1.4 L'image numérique : un tableau d'entiers 3.1.1

Plus en détail

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS Numéro du document : 0601-08 Adoptée par la résolution : _484 0601 En date du : 5 juin 2001 Signature du directeur général Signature

Plus en détail

Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs

Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs La mise en œuvre d'une solution d archivage d e-mails peut apporter de nombreux avantages, tant sur le plan juridique et technique que financier,

Plus en détail

Concepts et définitions

Concepts et définitions Division des industries de service Enquête annuelle sur le développement de logiciels et les services informatiques, 2002 Concepts et définitions English on reverse Les définitions qui suivent portent

Plus en détail

Examen blanc Difficultés comptables

Examen blanc Difficultés comptables Examen blanc Difficultés comptables (Corrigé) Il vous est demandé de traiter les 4 dossiers indépendants qui suivent. Dossier n 1 : Vous avez été consulté par une entreprise importante pour l'assister

Plus en détail

3.1.1 Image numérique et image analogique.

3.1.1 Image numérique et image analogique. PLAN 3.1.1 Image numérique et image analogique 3.1.2 Résolution 3.1.3 Niveaux de gris 3.1.4 L'image numérique : un tableau d'entiers 3.1.1 Image numérique et image analogique. Image numérique se dit digital

Plus en détail

La persistance de l'information

La persistance de l'information La persistance de l'information Table des matières 1. Introduction...2 2. Quel support numérique durable?...4 3. Le coût...4 4. Les limites du numérique...5 4.1. Pas de fiabilité à 100%...5 4.2. Aucune

Plus en détail

ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8 ET 9)

ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8 ET 9) VERS UN CURRICULUM EN INFORMATION-DOCUMENTATION - CHAPITRE 10 ÉVALUATION : DES CONTENUS PEDAGOGIQUES AU TRONC COMMUN ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8

Plus en détail