Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades"

Transcription

1 Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades Gérard Péliks Responsable Marketing Solutions de Sécurité EADS TELECOM Pouvoir utiliser son poste de travail à l intérieur de son entreprise mais aussi à l extérieur tout en accédant à ses ressources internes autorisées confère à l utilisateur une grande efficacité, mais un poste de travail s expose dès qu il est connecté à un réseau IP à de multiples menaces. Ces menaces s aggravent lorsque le poste de travail est celui d un utilisateur nomade en dehors de son entreprise. Les menaces portent sur les données locales, sur les échanges avec le réseau interne de l entreprise, mais aussi sur ce réseau que l utilisateur nomade peut compromettre, voire même rendre inutilisable et cela souvent à son insu. Il convient donc de protéger le réseau interne (l Intranet) contre tout accès venant de l extérieur et non autorisé par la politique de sécurité de l entreprise, c est le rôle d un firewall. L utilisateur nomade, doit pouvoir s authentifier, de l extérieur auprès du réseau interne et authentifier ce réseau avant d initialiser les échanges, c est le rôle de l authentification forte. Les informations échangées entre l utilisateur et les applications situées sur le réseau interne lorsqu elles transitent par un réseau public non protégé doivent rester confidentielles et leur intégrité doit être garantie, c est la fonction des VPN (Réseaux Privés Virtuels). Enfin les informations sensibles contenues sur les disques du poste nomade ne doivent pas être lues par des personnes non autorisées même en cas de perte ou de vol de ce poste. Il faut donc chiffrer les informations sur le disque et ne les rendre visibles et lisibles qu après authentification du propriétaire du poste de travail. Comprendre les dangers qui pèsent sur un poste nomade et sur les réseaux d entreprise et proposer des solutions, afin que le périmètre de sécurité de l Intranet puisse être étendu aux postes nomades, est l objet de cet article. Menaces, attaques et vulnérabilités Les menaces pesant sur les réseaux locaux et étendus sont inhérentes à l architecture ouverte du monde IP d une part et à la nature humaine d autre part. Par jeu, par mauvaise intention ou même parce que c est leur métier (intelligence économique) les pirates sur l Internet guettent chaque vulnérabilité des postes connectés et tentent des attaques qui réussissent bien souvent lorsque les protections sont insuffisantes. Les résultats publiés par les CERT (Computer Emergency Ressources Teams), laboratoires publics ou privés à qui on signale les attaques subies par les réseaux et les vulnérabilités trouvées dans les logiciels, montrent que le nombre d attaques croit de manière exponentielle. Sur les attaques signalées depuis l année 1988, se sont produites en Les vulnérabilités trouvées au niveau des logiciels systèmes, des outils bureautiques, des messageries, suivent la même tendance vulnérabilités sur 9162 répertoriées depuis l année 1988, l ont été en Une attaque qui porte sur une vulnérabilité constitue une sérieuse menace pour le poste de travail, pour le réseau d entreprise et pour les informations qu il contient! Le firewall pour une sécurisation périmétrique de l Intranet Firewall Réseau protégé DMZ

2 Le firewall est la première ligne de défense qui sécurise un réseau. Placé en coupure entre le réseau interne (l Intranet) et un réseau non protégé tel l Internet, le firewall analyse tout flux qui passe entre ces deux réseaux et, en se basant sur des règles qui traduisent la politique de sécurité de l entreprise, ne laisse passer que les accès autorisés et journalise les tentatives d accès illicites. Bien sûr tous les firewalls du marché ne fournissent pas le même degré de sécurité ni la même souplesse et la même granularité pour implémenter leurs règles de sécurité. Ajouté aux deux réseaux entre lesquels le firewall est placé, d autres réseaux peuvent partir du firewall avec des politiques de sécurité particulières. Ce sont les DMZ (zones démilitarisées) qui jouent un rôle fondamental pour sécuriser tout ce qui peut être accessible de l intérieur et de l extérieur tout en étant protégé par le firewall. Nous y reviendrons à la fin de cet article quand nous aborderons la sécurisation des réseaux sans fil. Avec un firewall, on peut alors réellement parler de réseaux protégés, de réseaux semi-protégés (les DMZ) et de réseaux non protégés comme l Internet ou autres réseaux publics. Sans firewall, un réseau privé connecté au réseau public n est en réalité qu une partie de ce réseau public, avec tous les risques que l on peut imaginer. L authentification mutuelle L authentification forte, deuxième élément intervenant dans la chaîne de sécurité, très utile pour l utilisateur à l intérieur de son réseau, est un maillon de la chaîne de sécurité indispensable au nomade connecté à l extérieur de son entreprise. Comment l utilisateur peut-il prouver qu il est bien celui qu il prétend être? Qui lui prouve que le réseau interne de l entreprise auquel il souhaite accéder est bien le réseau de cette entreprise (attaque classique dite de «l homme au milieu»)? Souvent l authentification est faite au moyen d un mot de passe qui donne bonne conscience, mais qui n assure en réalité aucune sécurité sérieuse. Le mot de passe transite sur le réseau en clair. Il peut être lu et la plupart du temps il peut être rejoué. De plus le disque du PC portable où il est stocké peut faire l objet d attaques et nombreux sont les moyens de retrouver les mots de passe stockés sur disque quand celui ci est accessible! Ajouté à cela, doit-on confier à chaque serveur d application, la tâche d authentifier les utilisateurs dont l accès est autorisé? Assurément non car seul un serveur d authentification spécialisé peut assurer une authentification forte et constituer une autorité de confiance entre l utilisateur authentifié et l application à laquelle cet utilisateur veut accéder. Dans un mécanisme d authentification forte, l utilisateur émet une requête vers un serveur d application. Celui-ci contacte le serveur d authentification et lui demande d authentifier l utilisateur. L authentification se réalise par échange d un secret entre l utilisateur et le serveur d authentification. Si ce serveur est satisfait, il en fait part au serveur d application. L authentification mutuelle s opère par le même type d échange, mais en sens inverse, pour assurer l authentification du serveur d application auprès de l utilisateur. Le service demandé peut alors être délivré. Pour s authentifier, un mot de passe, même expirant au bout d un certain temps, même non rejouable ne suffit donc pas. On peut prouver son identité par quelque chose que l on sait (typiquement le mot de passe), par quelque chose que l on a (tel qu un badge) ou par ce qu on est (empreintes digitales, iris ou tout autre élément pouvant intervenir dans les techniques de biométrie). Une authentification forte fait intervenir au moins deux de ces moyens. Par exemple on peut s authentifier par quelque chose que l on possède, une carte à puce, et quelque chose que l on connaît, un code PIN de 4 chiffres. On peut aussi s authentifier par quelque chose que l on possède, une clé USB et quelque chose que l on est (ses empreintes digitales analysées par la clé). L authentification est forte car on ne perd pas les deux éléments en même temps, et en cas de perte d un des deux moyens, on demande immédiatement au serveur d authentification d invalider le compte. Le VPN pour garantir la confidentialité et l intégrité des échanges Passerelle tunnel Tunnel client Réseau privé Poste nomade

3 Le VPN (Réseau Privé Virtuel) est un tunnel chiffrant constitué à travers un réseau non protégé, qui permet, après authentification mutuelle des deux extrémités de ce tunnel situées chacune dans un réseau protégé, de faire passer les informations entre ces deux réseaux protégés, en garantissant leur confidentialité et leur intégrité durant le passage de ces informations dans le réseau non protégé. L authentification mutuelle des deux extrémités du tunnel garantit l authenticité des données échangées. La confidentialité et l intégrité des données sont garanties par le chiffrement. Celui-ci se fait au moyen d une clé symétrique partagée par chacune des extrémités (la clé qui chiffre est identique à la clé qui déchiffre). Les algorithmes utilisés sont le plus souvent le RC4, le DES, le 3DES ou l AES. La difficulté est de faire parvenir à l autre extrémité du tunnel, de manière sécurisée, la clé symétrique de chiffrement. Ceci est souvent réalisé durant la phase d authentification mutuelle qui utilise, de son côté le mécanisme des clés asymétriques. Dans un chiffrement par clés asymétriques type RSA, ce qui est chiffré par une clé dite privée ne peut être déchiffré que par la clé dite publique correspondant à cette clé privée. De même ce qui est chiffré par une clé publique ne peut être déchiffré que par la clé privée correspondante. La clé privée, comme son nom l indique, doit rester la propriété de son titulaire et ne doit en aucun cas être révélée. La clé publique correspondante au contraire peut être largement partagée, et même publiée dans des répertoires publics, par exemple dans des annuaires LDAP. L utilisateur sur son poste nomade conserve sa clé privée et fait parvenir, ou indique où trouver, sa clé publique à l autre extrémité du VPN située sur la passerelle tunnel du réseau Intranet de l entreprise. Cette passerelle tunnel est souvent sur la même plate-forme matérielle que le firewall qui protège le réseau de l entreprise. La passerelle tunnel procède de même avec l autre extrémité du tunnel sur le poste nomade. L utilisateur chiffre un secret avec la clé publique de la passerelle tunnel de l Intranet. Il est assuré que seule cette passerelle pourra déchiffrer le secret puisque elle-seule possède la clé privée correspondant à la clé publique. La passerelle rechiffre ce secret avec la clé publique de l utilisateur nomade et ceci aboutit à l authentification mutuelle des deux extrémités du tunnel. Au cours de ces transactions, les deux extrémités s échangent de plus la clé symétrique qui va servir à chiffrer les données. Deux problèmes se posent : comment garantir qu une clé publique correspond bien à la clé privée détenue par l autre extrémité du tunnel? et où stocker sa clé privée pour être sûr qu elle ne sera pas volée? Une clé publique arrive à son destinataire dans un certificat signé par une autorité à laquelle les deux extrémités du tunnel font confiance. Cette autorité de confiance fait partie d une infrastructure à clés publiques appelée PKI. Un réseau où toutes les extrémités des tunnels ne se connaissent pas ne peut faire l économie d une PKI qui est la base même de la confiance que l on peut accorder à un réseau privé virtuel. Où stocker sa clé privée? Assurément pas sur un disque dur qui peut être facilement lu. Les cartes à puces et les clés USB, activées après entrée par leur propriétaire d un code PIN de quatre chiffres, constituent aujourd hui des médias suffisamment sécurisés pour stocker un secret tel qu une clé privée. La protection du poste de travail durant un VPN rebond attaque Réseau privé Poste nomade

4 La constitution d un VPN par un utilisateur nomade vers son Intranet n est pas sans danger et peut être même encore plus dangereuse qu un accès direct sans aucun contrôle! Pour expliquer ce paradoxe, nous allons décrire une attaque classique, dite attaque par rebond, à laquelle s expose tout poste de travail connecté et insuffisamment protégé. Le tunnel privé virtuel, constitué sur le réseau non protégé, n est pas facilement attaquable, encore que cela dépende de la longueur de la clé de chiffrement symétrique utilisée et de sa fréquence de renouvellement. L attaquant va plutôt tenter d investir et prendre le contrôle à distance du poste de travail qui constitue une des deux extrémités du tunnel privé virtuel et qui est souvent le point faible de la chaîne de sécurité. Par exemple, l attaquant peut envoyer un à l utilisateur nomade naïf en lui conseillant d aller lire telle page Web. L utilisateur nomade, qui a ouvert un tunnel vers son Intranet, inconscient du danger, accède alors en parallèle au site Web conseillé. Avec les pages Web qui se chargent sur son poste de travail arrive à son insu un exécutable tel qu un serveur de terminal virtuel (serveur telnet) dont l attaquant a les privilèges d accès. Il lui est alors facile de se connecter à distance sur le PC nomade victime de l attaque, d en prendre le contrôle, puis de rebondir à travers le tunnel constitué vers le réseau Intranet, en chiffré, passer à travers le firewall avec les permissions de l utilisateur nomade, et arriver directement sur le serveur d application avec qui l utilisateur nomade conversait! Bien entendu, en retour, les données du serveur viendront en clair chez l attaquant puisqu elles seront déchiffrées au passage par le poste de l utilisateur nomade. En quittant le poste nomade, l attaquant sophistiqué détruira toute trace de son passage. La mauvaise nouvelle pour l utilisateur nomade est qu il sera jugé coupable de l intrusion, voire de la destruction des données de son Intranet, et coupable il l est par négligence, par ignorance ou par inconscience, mais cela fait-il une différence pour le réseau attaqué? Pour éviter ce scénario catastrophe, et qui se produit plus souvent qu on peut le croire, le tunnel client du poste du nomade doit amener des fonctionnalités indispensables telles que l anti rebond et le blocage des flux non chiffrés quand un tunnel est établi à partir de ce poste de travail. Un poste de travail nomade doit donc se protéger et en particulier lorsqu un tunnel est établi, toute autre connexion doit être proscrite et toute tentative d accès de l extérieur, ne venant pas de l autre extrémité du tunnel doit être formellement refusée par le logiciel tunnel du poste nomade. En d autre terme, il est indispensable qu un tunnel client, sur un poste nomade, fournisse également des fonctionnalités de firewall personnel. Autre précaution, indispensable pour que le tunnel reste une fonctionnalité sécurisée, si l utilisateur nomade quitte de vue, ne serait ce qu un bref instant, son poste de travail connecté, tout tunnel initialisé doit être détruit pour éviter qu un attaquant ne se serve du poste, un temps abandonné, alors qu un tunnel privé virtuel est constitué. Une manière de réaliser cela est de créer automatiquement un tunnel par introduction du média contenant la clé privée et servant pour l authentification (carte à puce ou clé USB) et de le détruire quand le média est retiré de son lecteur. Si l utilisateur pense à retirer sa carte à puce ou sa clé USB quand il quitte son poste de travail, le danger d intrusion est écarté. La protection des informations du poste de travail Le vol et la perte de PC portables sont courants et nombre de ces PC contiennent des informations dont la divulgation serait bien plus coûteuse à l entreprise que la valeur du poste de travail lui-même. Tout utilisateur nomade utilisant un PC portable contenant des informations sensibles doit prendre la précaution indispensable de garder ces informations cachées. Des logiciels permettent de ne rendre une partition visible que si l utilisateur s est authentifié avec sa carte à puce ou sa clé USB après avoir saisi son code PIN. La partition ou les répertoires protégés apparaissent alors dans l arborescence des fichiers et l information qu ils contiennent est déchiffrée. Pour l utilisateur, il n y a pas de différence avec les autres fichiers non protégés, mais s il retire sa carte à puce ou sa clé USB, les répertoires protégés disparaissent à la vue d un utilisateur non authentifié et les fichiers qu ils contiennent sont chiffrés. Si le PC est volé, les fichiers sensibles ne seront tout simplement pas visibles, et si, par des moyens sophistiqués, le disque de ce PC est analysé, l information sensible ne pourra être lue car elle est chiffrée. Un moyen très convivial d assurer le chiffrement des données de bout en bout entre le poste de travail d un utilisateur nomade et le réseau Intranet de son entreprise est de combiner authentification et

5 chiffrement sur disque en gardant les données sensibles chiffrées sur son disque local et de simultanément les déchiffrer et créer un réseau privé virtuel lorsqu on s authentifie avec son média (carte à puce ou clé USB). Quand le média est retiré, le tunnel privé virtuel est détruit et les données locales du disque sont à nouveau chiffrées. La sécurisation des réseaux sans fil Firewall Réseau protégé DMZ Borne d accès WIFI Par leur facilité d installation, leur faible coût et la mobilité qu ils confèrent aux utilisateurs à l intérieur d une entreprise, les réseaux sans fil, type b, appelés encore WIFI, vont connaître un grand essor dans les années qui viennent. Cette technologie pose aujourd hui un problème de sécurité particulier car les ondes radioélectriques, qui remplacent les câbles réseaux localisés à l intérieur de l entreprise, ne respectent pas les frontières du périmètre physique de cette entreprise. Les PC portables, mais aussi les PDA et autres téléphones sophistiqués sont également utilisables de l extérieur pour se connecter au réseau interne de l entreprise et ce jusqu à une centaine de mètres de la borne WIFI qui leur permet d accéder à ce réseau privé. Il est donc très dangereux de laisser ce type d accès sans protection. Des fonctionnalités de sécurité ont été définies dans la norme b (le WEP) mais elles n offrent aucune solution satisfaisante pour garantir l authenticité, l intégrité et la confidentialité des données véhiculées par les ondes radio électriques. Les nouvelles fonctionnalités de sécurité définies dans le protocole i apporteront une réponse plus satisfaisante, mais ne sont pas disponibles aujourd hui. Tout réseau WIFI doit être considéré comme une bulle d insécurité et traité comme dangereux dans la politique de sécurité de l entreprise. Une réponse satisfaisante est de placer toutes les bornes d accès WIFI dans une, ou plusieurs, DMZ du firewall qui sécurise le réseau interne de l entreprise et de chiffrer par VPN tout échange WIFI entre un poste de travail et le firewall. Il faut aussi que l entreprise empêche les connexions sauvages de bornes d accès WIFI qui rendent possible les connexions, de l extérieur, vers le réseau de l entreprise. Ceci implique un contrôle fréquent des ondes radio électriques pour connaître si elles sortent du périmètre de sécurité du réseau interne. Le protocole b permet également à un PC nomade d échanger des données avec un autre poste nomade directement, sans passer par une borne d accès, c est le mode ad hoc. Pour des raisons évidentes de protection des informations sensibles, contenues dans les disques locaux des postes nomades, le mode ad hoc doit être impérativement désactivé.

6 Conclusion Les outils pour combiner mobilité et sécurité pour les postes nomades existent et doivent être utilisés dans leur ensemble car la force de la chaîne de sécurité ne peut être supérieure à celle de son maillon le plus faible. La sécurité passe également par l information et l éducation de l utilisateur sans l adhésion duquel la sécurité de son poste de travail et du réseau interne de l entreprise ne peut se faire. EADS TELECOM Rue J.P. Timbaud Montigny le Bretonneux SAINT QUENTIN YVELINES CEDEX France Tél : Fax : Web :

INTRODUCTION AU CHIFFREMENT

INTRODUCTION AU CHIFFREMENT INTRODUCTION AU CHIFFREMENT Par Gérard Peliks Expert sécurité Security Center of Competence EADS Defence and Security Avril 2008 Un livre blanc de Forum ATENA Un livre blanc 1 / 6 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

9 Sécurité et architecture informatique

9 Sécurité et architecture informatique 9 Sécurité et architecture informatique 1) Nom(s) du (des) système(s) d exploitation impliqués dans le traitement* : Windows Server 2008 R2 et CentOS 5 et 6. 2) Le système informatique est constitué :*

Plus en détail

Charte d installation des réseaux sans-fils à l INSA de Lyon

Charte d installation des réseaux sans-fils à l INSA de Lyon Charte d installation des réseaux sans-fils à l INSA de Lyon Toute installation d un point d accès est soumise à autorisation auprès du Responsable Sécurité des Systèmes d Information (RSSI) de l INSA

Plus en détail

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Objectif Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Présenter des préconisations pour sécuriser le poste de travail informatique et son environnement sous forme de fiches pratiques. Public concerné

Plus en détail

INTRODUCTION A LA SECURITE DES RESEAUX

INTRODUCTION A LA SECURITE DES RESEAUX INTRODUCTION A LA SECURITE DES RESEAUX OBJECTIFS de la SECURITE des DONNEES (relativement à des personnes non autorisées) Confidentielles-ne doivent pas être lues Permanentes-ne doivent pas être altérées

Plus en détail

La sécurité dans les grilles

La sécurité dans les grilles La sécurité dans les grilles Yves Denneulin Laboratoire ID/IMAG Plan Introduction les dangers dont il faut se protéger Les propriétés à assurer Les bases de la sécurité Protocoles cryptographiques Utilisation

Plus en détail

LES OUTILS DE SÉCURITÉ

LES OUTILS DE SÉCURITÉ LES OUTILS DE SÉCURITÉ Par Gérard Peliks Expert sécurité Security Center of Competence EADS Defence and Security Avril 2008 Un livre blanc de Forum ATENA Un livre blanc 1 / 8 SOMMAIRE LES OUTILS DE SÉCURITÉ...

Plus en détail

Sécurité des réseaux sans fil

Sécurité des réseaux sans fil Sécurité des réseaux sans fil Francois.Morris@lmcp.jussieu.fr 13/10/04 Sécurité des réseaux sans fil 1 La sécurité selon les acteurs Responsable réseau, fournisseur d accès Identification, authentification

Plus en détail

Cible de sécurité CSPN

Cible de sécurité CSPN Cible de sécurité CSPN ClearBUS Application cliente pour la communication sécurisée Version 1.12 Le 25/11/2011 Identifiant : CBUS-CS-1.12-20111125 contact@clearbus.fr tel : +33(0)485.029.634 Version 1.12

Plus en détail

Architecture de join.me

Architecture de join.me Présentation technique de l architecture sécurisée et fiable de join.me 1 Introduction 2 Présentation de l architecture 3 Sécurité des données 4 Sécurité des sessions et du site web 5 Présentation de l

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2008/2 21 novembre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Date : 2010-09-08 Référence 20100906-CSPN-CibleSécurité-V1.1.doc VALIDITE DU DOCUMENT Identification Client Projet Fournisseur

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/11 http://robert.cireddu.free.fr/sin LES DÉFENSES Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement

Plus en détail

La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés.

La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés. LIVRE BLANC La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés. Sécurité DECT V01_1005 Jabra est une marque déposée de GN Netcom A/S www.jabra.com CONTEXTE Les communications

Plus en détail

5.4. Sécurité des réseaux sans fil. Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération

5.4. Sécurité des réseaux sans fil. Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération 5.4 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013 Sécurité des réseaux sans fil 5.4. Sécurité des

Plus en détail

Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D.

Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D. 2013 Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D. Table des matières 1 Les architectures sécurisées... 3 2 La PKI : Autorité de certification... 6 3 Installation

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE

SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE Michel Laloy 18/06/2002 Objectifs Expliquer les mécanismes de la signature digitale et de l authentification forte Montrer comment ces mécanismes s'appliquent

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Prénom Nom : Signature : Date : Service : Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur des entités, a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

Option 2 and Option 5 are correct. 1 point for each correct option. 0 points if more options are selected than required.

Option 2 and Option 5 are correct. 1 point for each correct option. 0 points if more options are selected than required. Quelles sont les deux affirmations vraies relatives à la sécurité du réseau? (Choisissez deux réponses.) Protéger un réseau contre les attaques internes constitue une priorité moins élevée car les employés

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

Profil de protection d une passerelle VPN industrielle

Profil de protection d une passerelle VPN industrielle Profil de protection d une passerelle industrielle Version 1.0 court-terme GTCSI 13 juillet 2015 Avant-propos Dans toute la suite de ce document, l acronyme ToE (Target of Evaluation) désigne le composant

Plus en détail

SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS

SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS DES RESEAUX D ENTREPRISE SO Une sécurité réseau déficiente

Plus en détail

Konica Minolta, un leader aux standards de sécurité les plus élevés du marché

Konica Minolta, un leader aux standards de sécurité les plus élevés du marché SéCURITé Konica Minolta, un leader aux standards de sécurité les plus élevés du marché A l ère du numérique, les communications mondiales connaissent une croissance sans précédent, et les risques de failles

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE SECURITE

RECOMMANDATIONS DE SECURITE PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 14 février 2013 N 524/ANSSI/SDE RECOMMANDATIONS DE SECURITE

Plus en détail

LA CONFIANCE ET LA SÉCURITÉ

LA CONFIANCE ET LA SÉCURITÉ LA CONFIANCE ET LA SÉCURITÉ IGC INFRASTRUCTURE DE GESTION DE CLEFS ET TPC TIERS PARTIE DE CONFIANCE Par Jean Pierre Cabanel Professeur à l'institut National Polytechnique (ENSEEIHT) de Toulouse et membre

Plus en détail

Malveillances Téléphoniques

Malveillances Téléphoniques 28/11/03 1 Malveillances Téléphoniques Risques et parades Conférence CLUSIF réalisée par la société Membre ERCOM 28/11/03 2 Introduction Constat : Après la sécurité informatique, l'entreprise découvre

Plus en détail

L audit de sécurité des réseaux Windows avec WinReporter

L audit de sécurité des réseaux Windows avec WinReporter White Paper L audit de sécurité des réseaux Windows avec WinReporter Ce document présente comment les administrateurs réseaux et système peuvent tirer le meilleur parti de WinReporter, édité par IS Decisions,

Plus en détail

Rapport de certification ANSSI-CSPN-2012/05. Routeur chiffrant Navista Version 2.8.0

Rapport de certification ANSSI-CSPN-2012/05. Routeur chiffrant Navista Version 2.8.0 PREM IE R M IN IS T R E Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Rapport de certification ANSSI-CSPN-2012/05 Routeur chiffrant

Plus en détail

Systèmes d'information, mobilité, convergence voix/données Menaces et moyens de protection. Thierry Rouquet Président du Directoire

Systèmes d'information, mobilité, convergence voix/données Menaces et moyens de protection. Thierry Rouquet Président du Directoire Systèmes d'information, mobilité, convergence voix/données Menaces et moyens de protection Thierry Rouquet Président du Directoire IHEDN 27 Mars 2007 AGENDA 1. Arkoon Network Security 2. Les enjeux de

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 2.0. Annexe A1

Référentiel Général de Sécurité. version 2.0. Annexe A1 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information (ANSSI) Secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) Référentiel Général de Sécurité version 2.0 Annexe

Plus en détail

L hygiène informatique en entreprise Quelques recommandations simples

L hygiène informatique en entreprise Quelques recommandations simples L hygiène informatique en entreprise Quelques recommandations simples Avant-propos à destination des décideurs Les formidables développements de l informatique et d Internet ont révolutionné nos manières

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE LGL

CHARTE INFORMATIQUE LGL CHARTE INFORMATIQUE LGL Selon la réglementation indiquée dans la charte informatique du CNRS, tout accès aux ressources informatiques du LGLTPE nécessite une authentification des personnels. Cette authentification

Plus en détail

7.1.2 Normes des réseaux locaux sans fil

7.1.2 Normes des réseaux locaux sans fil Chapitre 7 7.1.2 Normes des réseaux locaux sans fil Quelles sont les deux conditions qui poussent à préférer la norme 802.11g à la norme 802.11a? (Choisissez deux réponses.) La portée de la norme 802.11a

Plus en détail

Présentation des caractéristiques des logiciels de chiffrement : principes et fonctionnalités

Présentation des caractéristiques des logiciels de chiffrement : principes et fonctionnalités Présentation des caractéristiques des logiciels de chiffrement : principes et fonctionnalités Journée chiffrement Le 24 janvier 2006 X. Jeannin (CNRS/UREC) Plan! Différents aspects du chiffrement de données!

Plus en détail

Glossaire. Acces Denied

Glossaire. Acces Denied Glossaire Acces Denied Littéralement, Accès refusé. Procédure en vigueur sur les espaces de discussion et permettant aux administrateurs d'interdire l'accès à une personne, en général repérée par son adresse

Plus en détail

Internet, GPRS, WIFI : Enfin de nouvelles réponses aux besoins des utilisateurs nomades? 4 mars 2004 laurent.stoupy@solucom.fr

Internet, GPRS, WIFI : Enfin de nouvelles réponses aux besoins des utilisateurs nomades? 4 mars 2004 laurent.stoupy@solucom.fr Internet, GPRS, WIFI : Enfin de nouvelles réponses aux besoins des utilisateurs nomades? 4 mars 2004 laurent.stoupy@solucom.fr Agenda 1. Les enjeux du nomadisme : les attentes des utilisateurs 2. Internet,

Plus en détail

Formation sécurité Module 2 : les outils de sécurité

Formation sécurité Module 2 : les outils de sécurité Formation sécurité Module 2 : les outils de sécurité 24 mai 2006 Gérard Péliks EADS Secure Networks 24 mai 06 1/13 24 mai 06 2/13 FORMATION SECURITE...1 MODULE 2 : LES OUTILS DE SECURITE...1 1 LES OUTILS

Plus en détail

Wi-Fi en entreprise : Application et Sécurité

Wi-Fi en entreprise : Application et Sécurité Wi-Fi en entreprise : Application et Sécurité Benjamin CHARLES 15 janvier 2008 benjamin [at] polkaned [dot] net Plan Concepts Mise en œuvre Analyse de la sécurité 2 Plan Concepts Mise en œuvre Analyse

Plus en détail

Plan. Les pare-feux (Firewalls) Chapitre II. Introduction. Notions de base - Modèle de référence OSI : 7 couches. Introduction

Plan. Les pare-feux (Firewalls) Chapitre II. Introduction. Notions de base - Modèle de référence OSI : 7 couches. Introduction Plan Introduction Chapitre II Les pare-feux (Firewalls) Licence Appliquée en STIC L2 - option Sécurité des Réseaux Yacine DJEMAIEL ISET Com Notions de base relatives au réseau Définition d un pare-feu

Plus en détail

WIFI sécurisé en entreprise (sur un Active Directory 2008)

WIFI sécurisé en entreprise (sur un Active Directory 2008) Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation Commerciale 3.0 non transposé. Le document est librement diffusable dans le contexte de

Plus en détail

IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr. JTO décembre 2002

IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr. JTO décembre 2002 IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr JTO décembre 2002 Chiffrement asymétrique Confidentialité d un message : le chiffrer avec la clé publique du destinataire.

Plus en détail

Bibliographie. Gestion des risques

Bibliographie. Gestion des risques Sécurité des réseaux informatiques Bernard Cousin Université de Rennes 1 Sécurité des réseaux informatiques 1 Introduction Risques Attaques, services et mécanismes Les attaques Services de sécurité Mécanismes

Plus en détail

NeXspan Le cœur des solutions de télécommunication sécurisées

NeXspan Le cœur des solutions de télécommunication sécurisées NeXspan Le cœur des solutions de télécommunication sécurisées QUO media 01 46 25 18 52 EADS TELECOM - SAS au capital de 29 309 392-414 848 986 RCS Versailles - 08-03 PU00013AFRAA01 Copyright 2003 EADS

Plus en détail

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif C TLS Objectif Cette annexe présente les notions de cryptage asymétrique, de certificats et de signatures électroniques, et décrit brièvement les protocoles SSL (Secure Sockets Layer) et TLS (Transport

Plus en détail

ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques

ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques Aspects Techniques et organisationnels Dr. Y. Challal Maître de conférences Université de Technologie de Compiègne Heudiasyc UMR CNRS 6599 France Plan Rappels

Plus en détail

Sécurité Informatique

Sécurité Informatique Avertissements : Le contenu de ce document est sous licence GPL. Le document est librement diffusable dans le contexte de cette licence. Toute modification est encouragée et doit être signalée à olivier

Plus en détail

Ce document décrit une solution de single sign-on (SSO) sécurisée permettant d accéder à Microsoft Exchange avec des tablettes ou smartphones.

Ce document décrit une solution de single sign-on (SSO) sécurisée permettant d accéder à Microsoft Exchange avec des tablettes ou smartphones. PERSPECTIVES Le Single Sign-On mobile vers Microsoft Exchange avec OWA et ActiveSync Ce document décrit une solution de single sign-on (SSO) sécurisée permettant d accéder à Microsoft Exchange avec des

Plus en détail

Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees

Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees Securisez vos acces et protegez vos donnees Les composants ActiveX développés par NetInf associés aux produits de sécurisation

Plus en détail

iphone en entreprise Guide de configuration pour les utilisateurs

iphone en entreprise Guide de configuration pour les utilisateurs iphone en entreprise Guide de configuration pour les utilisateurs iphone est prêt pour une utilisation en entreprise. Il gère Microsoft Exchange ActiveSync, ainsi que des services de base standards, le

Plus en détail

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE sommaire MIEUX COMPRENDRE LES CERTIFICATS SSL...1 SSL et certificats SSL : définition...1

Plus en détail

Meilleures pratiques de l authentification:

Meilleures pratiques de l authentification: Meilleures pratiques de l authentification: mettre le contrôle à sa place LIVRE BLANC Avantages d un environnement d authentification totalement fiable : Permet au client de créer son propre token de données

Plus en détail

PKI, PGP et OpenSSL. Pierre-Louis Cayrel

PKI, PGP et OpenSSL. Pierre-Louis Cayrel Université de Limoges, XLIM-DMI, 123, Av. Albert Thomas 87060 Limoges Cedex France 05.55.45.73.10 pierre-louis.cayrel@xlim.fr Licence professionnelle Administrateur de Réseaux et de Bases de Données IUT

Plus en détail

Catalogue «Intégration de solutions»

Catalogue «Intégration de solutions» Catalogue «Intégration de solutions» 1 Nos prestations Offre 01 Offre 02 Offre 03 Offre 04 Offre 05 Offre 06 Offre 07 Offre 08 Offre 09 Offre 10 Offre 11 Offre 12 Offre 13 Offre 14 Offre 15 Offre 16 Antivirus

Plus en détail

Comment discerner les accès distants Le VPN SSL met de l ordre dans les connexions

Comment discerner les accès distants Le VPN SSL met de l ordre dans les connexions L i v r e b l a n c o c t o b r e 2 0 0 7 Comment discerner les accès distants Le VPN SSL met de l ordre dans les connexions Accéder à distance aux ressources informatiques internes de l entreprise devient

Plus en détail

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL Dr Hervé LECLET Tous les centres d'imagerie médicale doivent assurer la sécurité informatique de leur système d'information

Plus en détail

Présentation OSSIR La Messagerie Sécurisée sans déploiement logiciel

Présentation OSSIR La Messagerie Sécurisée sans déploiement logiciel Présentation OSSIR La Messagerie Sécurisée sans déploiement logiciel Guillaume Rigal OSSIR - 11 février 2002 1 Plan de la Présentation Messagerie : constat et risques encourus La Solution ConfiMail Les

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11933-X

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11933-X Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11933-X Table des matières Introduction... V CHAPITRE 1 Introduction à SSL VPN... 1 Une histoire d Internet.............................................. 3 Le modèle

Plus en détail

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008 Romain Kolb 31/10/2008 Signature électronique Sommaire I. Introduction... 3 1. Motivations... 3 2. Définition... 3 3. La signature électronique en bref... 3 II. Fonctionnement... 4 1. Notions requises...

Plus en détail

Le WiFi sécurisé. 16 Octobre 2008 PRATIC RIOM

Le WiFi sécurisé. 16 Octobre 2008 PRATIC RIOM Le WiFi sécurisé 16 Octobre 2008 PRATIC RIOM Plan Introduction Les réseaux sans fil WiFi Les risques majeurs liés à l utilisation d un réseau WiFi Comment sécuriser son réseau WiFi La cohabitation entre

Plus en détail

Profil de protection d un progiciel serveur applicatif MES

Profil de protection d un progiciel serveur applicatif MES Profil de protection d un progiciel serveur applicatif MES Version 1.0 court-terme GTCSI 1 er juillet 2015 Avant-propos Dans toute la suite de ce document, l acronyme ToE (Target of Evaluation) désigne

Plus en détail

Profil de protection d un logiciel d ingénierie

Profil de protection d un logiciel d ingénierie Version 1.0 moyen-terme GTCSI 11 septembre 2015 Avant-propos Dans toute la suite de ce document, l acronyme ToE (Target of Evaluation) désigne le composant qui est l objet de l évaluation. 1 Descriptif

Plus en détail

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés Cryptographie Cours 6/8 - Gestion de clés Plan du cours Importance de la gestion des clés Clés secrètes, clés publiques Certificats Infrastructure à clé publique (Public Key Infrastructure, PKI) Dans le

Plus en détail

Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés. Claude Gross CNRS/UREC

Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés. Claude Gross CNRS/UREC Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés Claude Gross CNRS/UREC 1 Confiance et Internet Comment établir une relation de confiance indispensable à la réalisation de transaction à distance entre

Plus en détail

TOP 10 DES VULNÉRABILITÉS : RETOUR SUR 5 ANS DE PENTEST

TOP 10 DES VULNÉRABILITÉS : RETOUR SUR 5 ANS DE PENTEST TOP 10 DES VULNÉRABILITÉS : RETOUR SUR 5 ANS DE PENTEST $ WHOAMI ITrust Société toulousaine Expertise en sécurité informatique Activités Service en sécurité (pentest / forensic / formation ) Editeur de

Plus en détail

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES LES RÉSEAUX INFORMATIQUES Lorraine Le développement d Internet et de la messagerie électronique dans les entreprises a été, ces dernières années, le principal moteur de la mise en place de réseau informatique

Plus en détail

LINUX - Sécurité. Déroulé de l'action. - 3 jours - Contenu de formation

LINUX - Sécurité. Déroulé de l'action. - 3 jours - Contenu de formation Objectif : Tout administrateur système et réseau souhaitant avoir une vision d'ensemble des problèmes de sécurité informatique et des solutions existantes dans l'environnement Linux. Prérequis : Connaissance

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation wifi partagé

Conditions Générales d Utilisation wifi partagé ARTICLE 1. DEFINITIONS Conditions Générales d Utilisation wifi partagé Quelques définitions pour faciliter la lecture des présentes : - Le «wifi partagé» ou la Fonctionnalité : service qui permet à un

Plus en détail

Pourquoi développer Sentry-Gw?

Pourquoi développer Sentry-Gw? La société Automatronic, spécialisé en télégestion d installations techniques, en développement de logiciel et en acquisition de données souhaite vous présenter leur création exclusive. Notre équipe d

Plus en détail

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Septembre 2014 Chiffrement : Confidentialité des données Malgré les déclarations de Google et autres acteurs du Net sur les questions

Plus en détail

VSC-TOOAL. Cible de Sécurité CSPN. 1 Identification du produit. Organisation éditrice. Nom commercial du produit. Numéro de la version évaluée 1.

VSC-TOOAL. Cible de Sécurité CSPN. 1 Identification du produit. Organisation éditrice. Nom commercial du produit. Numéro de la version évaluée 1. VSC-TOOAL 1.1 Cible de Sécurité CSPN 1 Identification du produit Organisation éditrice Lien vers l organisation Nom commercial du produit MEDISCS www.mediscs.com VSC-TOOAL Numéro de la version évaluée

Plus en détail

Piratage Télécom : Comment se protéger?

Piratage Télécom : Comment se protéger? Piratage Télécom : Comment se protéger? Rhénatic Pôle de Compétences TIC d Alsace, créé en octobre 2006 Un réseau d une centaine d entreprises numériques alsaciennes, issus de tous les métiers des TIC

Plus en détail

ANNEXE 1. PSSI Préfecture de l'ain. Clause de sécurité à intégrer dans les contrats de location copieurs

ANNEXE 1. PSSI Préfecture de l'ain. Clause de sécurité à intégrer dans les contrats de location copieurs ANNEXE 1 PSSI Préfecture de l'ain Clause de sécurité à intégrer dans les contrats de location copieurs Sommaire 1 - Configuration...2 1.1 - Suppression des interfaces, services et protocoles inutiles...2

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Recommandations pour la protection des données et le chiffrement

Recommandations pour la protection des données et le chiffrement CNRS/FSD/Sécurité des Systèmes d Information Recommandations pour la protection des données et le chiffrement En date du 17 avril 2008 Référence 08.1840/FSD Nature du document : Recommandations Destinataires

Plus en détail

Profil de protection d un pare-feu industriel

Profil de protection d un pare-feu industriel Version 1.0 court-terme GTCSI 13 juillet 2015 Avant-propos Dans toute la suite de ce document, l acronyme ToE (Target of Evaluation) désigne le composant qui est l objet de l évaluation. Les passages en

Plus en détail

vendredi 8 juillet 2011

vendredi 8 juillet 2011 PROCESSUS DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE AU BURKINA FASO 1 Sommaire Contexte de la CE Aspects techniques Réalisations et futurs projets de l ARCE Types et domaines d utilisation de certificats Procédures

Plus en détail

IPSec peut fonctionner selon deux modes, transport ou tunel.

IPSec peut fonctionner selon deux modes, transport ou tunel. Infrastructure PKI (public key infrastructure) Le cryptage symétrique Utilise la même clé pour crypter et décrypter un document Le cryptage asymétrique Utilise une paire de clé public et privée différente

Plus en détail

Management de la sécurité des technologies de l information

Management de la sécurité des technologies de l information Question 1 : Identifiez les causes d expansion de la cybercriminalité Internet est un facteur de performance pour le monde criminel. Par sa nature même et ses caractéristiques, le monde virtuel procure

Plus en détail

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Entrée en vigueur le 18 juin 2010 Préparé et sous la responsabilité de la Direction des services juridiques Section affaires juridiques Approuvé

Plus en détail

Sécurisation en réseau

Sécurisation en réseau Déni de services Sécurisation en réseau Utilisant des bugs exemple Ping of death (Cf. RFC IP) l exploitation des protocoles TCP SYN flooding Envoi seulement le début du 3-way handshake Saturation de la

Plus en détail

MINI-PROJET : ETUDE D UN MECANISME DE REDIRECTION DE PAGES WEB POUR AUTHENTIFIER UN UTILISATEUR WIFI

MINI-PROJET : ETUDE D UN MECANISME DE REDIRECTION DE PAGES WEB POUR AUTHENTIFIER UN UTILISATEUR WIFI Claire Billaud - 3ème année IS MINI-PROJET : ETUDE D UN MECANISME DE REDIRECTION DE PAGES WEB POUR AUTHENTIFIER UN UTILISATEUR WIFI Page 1 sur 9 Principe : On veut faire en sorte que le réseau interne

Plus en détail

«OTP» Clé de sécurité

«OTP» Clé de sécurité «OTP» Clé de sécurité Manuel de l utilisateur Version 1.2 Table des matières 1 La sécurité du système d information... 2 1.1 Notions fondamentales... 2 1.2 Responsabilités de l utilisateur... 2 2 La gestion

Plus en détail

La sécurité informatique

La sécurité informatique La sécurité informatique SOMMAIRE 1. Présentation générale a. La SARL Invesys b. Pourquoi la sécurité informatique? c. Qu est-ce qu un audit de sécurité? 2. Espionnage industriel a. Définition b. Enjeux

Plus en détail

Cryptologie. Algorithmes à clé publique. Jean-Marc Robert. Génie logiciel et des TI

Cryptologie. Algorithmes à clé publique. Jean-Marc Robert. Génie logiciel et des TI Cryptologie Algorithmes à clé publique Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI Plan de la présentation Introduction Cryptographie à clé publique Les principes essentiels La signature électronique Infrastructures

Plus en détail

Le rôle Serveur NPS et Protection d accès réseau

Le rôle Serveur NPS et Protection d accès réseau Le rôle Serveur NPS et Protection d accès réseau 1 Vue d'ensemble du module Installation et configuration d'un serveur NPS Configuration de clients et de serveurs RADIUS Méthodes d'authentification NPS

Plus en détail

ISA Serveur 2004 INTERNET SECURITY AND ACCELERATION SERVER OLIVIER D.

ISA Serveur 2004 INTERNET SECURITY AND ACCELERATION SERVER OLIVIER D. 2013 ISA Serveur 2004 INTERNET SECURITY AND ACCELERATION SERVER OLIVIER D. Table des matières 1 Rôles... 3 2 Organisation... 3 3 TP1 : Configurer les règles de pare-feu... 6 4 Le proxy cache... 7 5 Demander

Plus en détail

État Réalisé En cours Planifié

État Réalisé En cours Planifié 1) Disposer d'une cartographie précise de l installation informatique et la maintenir à jour. 1.1) Établir la liste des briques matérielles et logicielles utilisées. 1.2) Établir un schéma d'architecture

Plus en détail

Gestion des Clés. Pr Belkhir Abdelkader. 10/04/2013 Pr BELKHIR Abdelkader

Gestion des Clés. Pr Belkhir Abdelkader. 10/04/2013 Pr BELKHIR Abdelkader Gestion des Clés Pr Belkhir Abdelkader Gestion des clés cryptographiques 1. La génération des clés: attention aux clés faibles,... et veiller à utiliser des générateurs fiables 2. Le transfert de la clé:

Plus en détail

La sécurité informatique

La sécurité informatique 1 La sécurité informatique 2 Sécurité des systèmes d information Yves Denneulin (ISI) et Sébastien Viardot(SIF) Cadre du cours Informatique civile (avec différences si publiques) Technologies répandues

Plus en détail

Sécurité de données holistique. Comment protéger vos données sensibles contre toutes les menaces

Sécurité de données holistique. Comment protéger vos données sensibles contre toutes les menaces Comment protéger vos données sensibles contre toutes les menaces Sécurité de communications holistique Comment protéger vos données sensibles contre toutes les menaces Quand il s agit d informations relevant

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

Généralité sur la cryptographie

Généralité sur la cryptographie 1.1 Introduction L origine de la cryptologie mot réside dans la Grèce antique. La cryptologie est un mot composé de deux éléments : «cryptos», qui signifie caché et «logos» qui signifie mot. La cryptologie

Plus en détail

JSSI - Sécurité d'une offre de nomadisme

JSSI - Sécurité d'une offre de nomadisme JSSI - Sécurité d'une offre de nomadisme 10 mai 2005 Olivier CHARLES R&D Le présent document contient des informations qui sont la propriété de. L'acceptation de ce document par son destinataire implique,

Plus en détail

Poste de travail léger sécurisé

Poste de travail léger sécurisé Poste de travail léger sécurisé Laurent CABIROL Commissariat à l Énergie Atomique, Direction des Technologies de l Information, Bat 474 91191 Gif sur Yvette cédex laurent.cabirol@cea.fr Résumé Le Commissariat

Plus en détail