BÂTIR ENSEMBLE UNE RÉGION EN SANTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BÂTIR ENSEMBLE UNE RÉGION EN SANTÉ"

Transcription

1 RÉGIE RÉGION./ DE LA SANTÉ El SERVICES SOCI> DES CHAUDIÈRE- APPALACHES BÂTIR ENSEMBLE UNE RÉGION EN SANTÉ

2 RÉGIE RÉGIONALE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CHAUDIÈRE- AP PAL ACHES Institut national de santé publique du Québec 4835, avenue Christophe-Colomb, bureau 200 Montréal (Québec) H2J 3G8 Tél.: (514) POLITIQUE DE LA RÉGEE RÉGIONALE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE CHAUDIÈRE-APPALACHES CONCERNANT L'UTILISATION DE GYROPHARES ET SIRÈNE ET LA CONDUITE D'UN VÉHICULE AMBULANCIER Janvier 2003

3 i * It- J i fo ff- 1 ' ; \ ' Régie régionale de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, 2003 Reproduction autorisée à des fins non commerciales avec mention de la source. Toute reproduction partielle doit être fidèle au texte utilisé. ISBN : Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada Bibliothèque nationale du Québec

4 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES 2 PRÉAMBULE 4 ARTICLE 1 OBJET DE LA POLITIQUE 6 ARTICLE 2 OBLIGATION GÉNÉRALE 6 ARTICLE 3 PRINCIPES DIRECTEURS 6 ARTICLE 4 UTILISATION DES GYROPHARES ET SIRÈNE Transport primaire - appel d'urgence ; Transports interétablissements et transports d'un établissement à l'avion ambulance Transport pour un retour à domicile 8 ARTICLE 5 CONDUITE D'UN VÉHICULE D'URGENCE Vitesse A rrêt obligatoire 9 ARTICLE 6 RESPONSABILITÉS 9 ARTICLE 7 DISPOSITION FINALE 9 RÉFÉRENCES ; 10 ANNEXE 1 12

5 PRÉAMBULE La présente politique est écrite afin de mieux circonscrire et préciser les attentes fixées aux entreprises ambulancières concernant l'utilisation des gyrophares et sirène. L'utilisation des gyrophares et sirène par les véhicules d'urgence (véhicules ambulanciers, véhiculés de police, véhicules de service d'incendié et de premiers répondants) cause à chaque année plusieurs accidents, selon la littérature. L'auteur Jeff Clawson indiquait d'ailleurs, dans un article publié dans le Journal of Emergency Medicine Services de juillet 1991, que chaque année aux États-Unis, véhicules d'urgence sont impliqués dans des accidents, tous étant dus à l'utilisation des gyrophares et sirène. De plus, on estime que pour chaque accident dans lequel est impliqué un véhicule d'urgence, il existe cinq autres accidents causant des pertes matérielles et humaines dans lesquels un véhicule d'urgence est en cause mais non directement impliqué. Les coûts sociaux (mortalité et morbidité humaine, perte matérielle, etc.) sont énormes. Des données plus récentes, soulignées par D r Clawson, démontrent qu'il y a eu, en 2000, accidents impliquant directement des véhicules d'urgence aux États-Unis causant plus de 200 décès. De ce nombre, sont imputables aux services policiers (136 décès), aux services ambulanciers (42 décès) et aux services incendies (22 décès). De plus, une analyse rétrospective de 11 ans, publiée en septembre 2001, par Kahn et autres, dans Prehospital Emergency Care, démontrait que les accidents mortels survenaient le plus souvent de jour (entre midi et 18 h) sur des routes neuves ou réparées, des lignes droites, par des températures claires. Par ailleurs, les accidents se produisaient dans une grande proportion lors d'intersection. Finalement, les accidents mortels étaient le plus souvent reliés à un mode de conduite urgente. La directeur médical désire, par la présente politique, donner suite au rapport du coroner, D r Louise Nolet, d'octobre Le coroner ayant enquêté suite au décès d'un patient transporté par un véhicule ambulancier impliqué dans un accident de la route, adresse à la Conférence des régies régionales les recommandations suivantes : 1. Mettre sur pied, de façon opérationnelle, les normes et protocoles précis de déplacement des véhicules ambulanciers selon les conditions cliniques du patient. 2. Voir à ce qu'ils soient connus par toutes les compagnies ambulancières. 3. S'assurer régulièrement que tous les techniciens ambulanciers les respectent..

6 Politique concernant.l'utilisation des gyrophares et sirène et la conduite d'un véhicule ambulancier Page 5 De plus, aucun article dans la littérature médicale n'a réussi à démontrer que l'utilisation des gyrophares et sirène a permis de diminuer la morbidité et la mortalité des patients. Il ne faut surtout pas ici confondre diminution du temps de déplacement par l'utilisation des gyrophares et sirène et diminution de la morbidité et de la mortalité. L'utilisation des gyrophares et sirène peut diminuer le temps de déplacement mais, selon les situations, l'économie de temps peut être minime. En effet, toujours selon la littérature scientifique, cette économie de temps est inférieure à Une minute. Une.étude publiée, en juin 2001, par Ho et autres dans Prehospital Emergency Care, démontre seulement une diminution de 3 minutes du temps de déplacement lors d'utilisation de sirène et gyrophares en milieu rural. Le temps de transport et le temps de prise en charge sont des composantes d'un tout. On peut envisager quelques exceptions où une diminution du temps de déplacement «en route» a clairement démontré une diminution de mortalité et de morbidité, à savoir les patients victimes de traumatismes sévères et les patients en arrêt cardiorespiratoire par fibrillation ventriculaire ou tachycardie ventriculaire. On augmente les chances de survie si ces derniers bénéficient dans les plus brefs délais d'une défibrillation (8 à 10 minutes). Encore ici, il faut bien comprendre qu'il ne s'agit pas de tous les patients en arrêt cardiorespiratoire (ACR). Pour ce qui est des traumatismes sévères non en ACR, l'accès rapide à des soins avancés (transfusion, contrôle des hémorragies) est essentiel. Les patients polytraumatisés en ACR ont peu ou pas de chance de survie et leur état ne justifie pas une conduite «agressive». L'objectif de la présente politique n'est pas d'éviter tous les accidents impliquant les véhicules d'urgence, mais de réduire au minimum le risque pour les travailleurs qui prennent place à l'intérieur d'une ambulance, les patients transportés, les piétons et les automobilistes croisés. La première devise que toute personne travaillant dans le domaine de la santé devrait observer est la suivante : «premièrement, ne pas nuire».

7 Politique concernant.l'utilisation des gyrophares et sirène et la conduite d'un véhicule ambulancier Page 6 ARTICLE 1 OBJET DE LA POLITIQUE La présente politique a pour objet de déterminer les normes que doivent respecter les entreprises ambulancières et les techniciens ambulanciers concernant l'utilisation des gyrophares et de la sirène et concernant la conduite d'un véhicule ambulancier. ARTICLE 2 OBLIGATION GÉNÉRALE Les entreprises ambulancières et les techniciens ambulanciers doivent respecter les règles énoncées au Code de la sécurité routière (L.R.Q., c. C-24.2) dont notamment celles reproduites à l'annexe I de la présente politique. ARTICLE 3 PRINCIPES DIRECTEURS Trois éléments doivent guider la conduite d'un véhicule d'urgence par un ambulancier : technicien Le technicien ambulancier préposé, qui a la charge du patient, doit être en mesure d'évaluer que l'utilisation des gyrophares et sirène a amené une diminution du temps de transport ayant comme objectif de diminuer la morbidité et la mortalité; Le technicien ambulancier conducteur doit utiliser les gyrophares et sirène pour avertir de sa conduite en urgence. L'utilisation des gyrophares et sirène est indiquée aux endroits à risques dont notamment les zones scolaires, les villages, les routes étroites, les endroits où la visibilité est réduite, les lieux publics, les intersections. Le technicien ambulancier conducteur, lorsqu'il conduit en urgence, doit prévoir que les automobilistes peuvent réduire leur vitesse de même qu'ils doivent, dans la mesure du possible et sans risque, se ranger le plus à droite possible. Ceci signifie que le dépassement à gauche en urgence doit être favorisé.

8 Politique concernant.l'utilisation des gyrophares et sirène et la conduite d'un véhicule ambulancier Page 7 ARTICLE 4 UTILISATION DES GYROPHARES ET SIRÈNE L'utilisation des gyrophares et sirène ne doit servir que dans les circonstances suivantes : 1 ) demander de façon prioritaire le droit de passage. 2) aviser les piétons et les automobilistes qu'une situation à risque est en cours et que ces derniers doivent, dans la mesure du possible, faciliter le passage. En aucun temps, la demande de priorité de passage, avec les véhicules d'urgence, ne constitue une garantie de droit de passage d'une part, et ne modifie en rien, d'autre part, la responsabilité du conducteur d'un véhicule d'urgence impliqué dans un accident. 4.1 Transport primaire - appel d'urgence En route vers le lieu d'appel ou de l'incident L'utilisation des gyrophares et sirène est déjà prévue dans le cadre de l'application de MPDS (Medical Priority Dispatch System). Le coordonnateur médical a établi les priorités pour chacun des déterminants de MPDS. Lors d'un appel traité en priorité 1, le véhicule ambulancier doit toujours se déplacer avec les gyrophares et utiliser la sirène seulement lorsque nécessaire. Lors d'un appel en priorité 2, le véhicule ambulancier doit se déplacer sans gyrophare et sirène dans la très grande majorité des cas. Les techniciens ambulanciers pourront les utiliser dans des situations très précises qu'ils devront justifier. À ce moment, le conducteur avise le Centre de communication santé et doit donner un motif raisonnable à l'utilisation des gyrophares et sirène.

9 Politique concernant.l'utilisation des gyrophares et sirène et la conduite d'un véhicule ambulancier Page En route vers l'établissement L'utilisation des gyrophares et sirène n'est indiquée que pour certaines conditions qui sont identifiées dans les protocoles d'intervention clinique à l'usage des techniciens ambulanciers. Ces conditions se résument comme suit : Atteinte de l'abc au niveau de l'évaluation primaire, hypotension, cyanose, tachypnée, diaphorèse et pâleur, tirage, altération de l'état de conscience (VPU), altération significative du pouls, patient en arrêt cardiorespiratoire et toutes situations jugées pertinentes par les techniciens ambulanciers. 4.2 Transports interétablissements et transports d'un établissement à l'avion ambulance L'utilisation des gyrophares et sirène n'est pas indiquée sauf dans les circonstances exceptionnelles suivantes : le patient est instable; l'état du patient se détériore en cours de transfert (exemple : un patient est transféré pour une coronarographie et, en cours de transfert, il présente un arrêt cardiorespiratoire ou une perte de conscience); le transport d'organes. 4.3 Transport pour un retour à domicile En aucun cas, l'utilisation des gyrophares et sirène n'est autorisée. ARTICLE 5 CONDUITE D'UN VÉHICULE D'URGENCE 5.1 Vitesse En conduite d'urgence (avec gyrophares et sirène), même si le code de la route permet un dépassement de la vitesse permise, il n'y a pas d'intérêt médical à excéder de plus de 25 km/h la limite maximale permise. Une seule exception existe pour les zones scolaires où la limite de 30 km/h doit être respectée intégralement pendant les heures de fréquentation des étudiants.

10 Politique concernant.l'utilisation des gyrophares et sirène et la conduite d'un véhicule ambulancier Page Arrêt obligatoire En conduite d'urgence (avec gyrophares et sirène), le véhicule d'urgence doit, avant de traverser un signal d'arrêt (ARRÊT, feux rouges ou autres) : arrêter complètement le véhicule; vérifier de part et d'autre de l'intersection avant de poursuivre sa route. ARTICLE 6 RESPONSABILITÉS La Régie régionale de la santé et des services sociaux, via son directeur médical, a la responsabilité d'élaborer la politique et d'en informer les entreprises ambulancières qui doivent la respecter. La Régie régionale a également la responsabilité d'aviser la Société de l'assurance automobile du Québec de tout accident avec blessé ou perte de vie impliquant un véhicule ambulancier. Le titulaire du permis de service d'ambulance a la responsabilité de faire respecter la présente politique. Il a également l'obligation d'informer la Régie de tous les accidents impliquant leurs véhicules avec blessé, perte de vie ou dommages matériels importants dans un délai de sept jours à compter de la date de l'accident. Le conducteur d'un véhicule ambulancier doit agir d'une manière responsable lorsqu'il est au volant de ce véhicule. L'utilisation des gyrophares et sirène se limite aux seuls cas décrits à la présente politique. ARTICLE 7 DISPOSITION FINALE La présente politique entrera en vigueur à compter du 19 février 2003.

11 RÉFÉRENCES AUERBACK Paul S. et autres. An analysis of ambulance accidents in Tennessee, JAMA. 1987;258: BECKER LB. The epidemiology of sudden death. In : Paradis NA, Halperin H, Nowak R (eds).. Cardiac Arrest : The science and Patrice of Resuscitation Medicine. Baltimore, MD : Williams &Wilkins, BERKER LB et autres. CPR Chicago : outcome of cardiopulmonaty ressuscitation in a large metropolitan are-where are the survivors? Annuals, of Emergency Medicine, 1991;2: BLUM A. The need for not breaking the sound barrier, JAMA, 1980;244 : BROWN L. et autres. Do warning lights and sirens reduce ambulance response times? Prehospital Emergency Care, 2000;4 : CHRISTOPHER A. Kahn et autres. Characteristics of fatal ambulance crashes in the united states : an 11 yeat retrospective analysis, Prehospital Emergency Care, July/September 2001 ;volume 5/number 3 : CLAWSON, JJ. et autres. The wake effect-emergency vehicle related collisions, Prehospital Disaster Medicine, 1997; 12 : EISENBERGE MS et autres. Cardiac arrest and resuscitation : a tale of 29 cities, Annuals of Emergency Medicine, 1990;19 : ELLING R. Dispelling myths on ambulance accidents, Journal of Emergency Medicine Service, 1989;15(7) : HO J et B. CASEY. Time saved with use of emergency warning lights and sirens during response to requests for emergency medical aid in an urban environment, Annuals of Emergency Medicine, 1998;32 : HUNT RC et autres. Is ambulance transport time with lights and siren faster than without? Annuals of Emergency Medicine, 1995;25 :

12 Politique concernant.l'utilisation des gyrophares et sirène et la conduite d'un véhicule ambulancier Page 11 JEFFREY HO. et Mark LINDQUIST, MD. Time saved with the use of emergency warning lights and siren while responding to request for emergency medical aid in a rural environment, Prehospitial Emergency Care, April/June 2001 ; volume 5/number 2; KUEHL, Alexander (ed). Prehospital Systems and Medical Oversight, ed 2. Saint-Louis : Mosby-Year Book, LACHER M et LH. BAUSHER. Lights and siren in pediatric 911 ambulance transports : are they being misused? Annuals of Emergency Medicine, 1995;29 : Minnesota Department of Trade and Economic Development. Community Profil : City of Detroit Lakes (1997). National Association of EMS Physicians and National Association of State EMS Directors. Use of warning lights and sirens in emergency medicalvehicle response and patient transport [position paper], Prehospital Disaster Medicine, 1994;9 : O'BIREN DJ, TG. PRICE et P. ADAMS. The effectiveness of lights and siren use during ambulance transport by paramedics, Prehospital Emergency Care, 1999;3 : PIRRALLO RG et RA. SWOR Characteristics of fatal ambulance crashes during emergency and non-emergency operation, Prehospital Disaster Medicine, 1994;9 : SAUNDERS CE et CJ. HEYE. Ambulance collicions in an urban environment, Prehospital. Disaster Medicine, 1994;9 : U.S. Bureau of the Census. Country and City Data Book : Washington, DC, WOLFBERG D. Lights, sirens and liability, Journal of Emergency Medicine Service, 1996;21(2) :

13 ANNEXE 1 Codes de la sécurité routière Article 378 Le conducteur d'un véhicule d'urgence ne doit actionner les feux clignotants ou pivotants ou les avertisseurs sonores ou un dispositif de changement des signaux lumineux de circulation visés à l'article.255 dont est muni son véhicule que dans l'exercice de ses fonctions et si les circonstances l'exigent. Il n'est alors pas tenu de respecter les dispositions de l'article 310, du premier alinéa de l'article et des articles 328, 342, 346, 347, 359, 360, 364, 365, 367; 368, 371, 381 à 384 et 386. Article 327 Toute vitesse ou toute action susceptible de mettre en péril la vie ou la sécurité des personnes ou la propriété est prohibée. En outre des chemins publics, le présent article s'applique sur les chemins privés ouverts à la circulation publique des véhicules routiers ainsi que sur les terrains de centres commerciaux et autres terrains où le public est autorisé à circuler. Article 460 Le conducteur d'un véhicule routier qui approche d'un autobus ou minibus affecté au transport d'écoliers dont les feux intermittents sont en marche ou lorsqu'il est fait usage de son signal d'arrêt obligatoire doit immobiliser son véhicule à plus de 5 mètres de l'autobus ou du minibus et ne peut lè croiser ou le dépasser que lorsque les feux intermittents sont éteints et le signal d'arrêt obligatoire escamoté, et qu'après s'être assuré qu'il peut le faire sans danger. Le premier alinéa ne s'applique pas à un véhicule routier qui croise un autobus ou minibus affecté au transport d'écoliers sur une. chaussée adjacente séparée par un terre-plein ou une autre séparation physique surélevée. taagan\sacfteho3\ullab&data\ljf3a!rtb Jan'çoSUçuogympharassifirwi.doe

14 u! i! n; I REG 11: REGIONALE DP: LA SANTÉ UT DES SERVICES SOCIAUX CH AUDIÈRE- APPALACHES.Vv. ROUTE CAMERON.SAINTE-MARIE. QC G^E 31:2 TÉI.É I'llONE: (-JISi TÉI.ÉCOI'IK: UISi.W.-.UM, \ I

Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE)

Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE) Encadrements administratifs Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE) Date d'entrée en vigueur: 09/06/02 Date de fin: Commentaire: Service émetteur:

Plus en détail

Convention d'indemnisation directe pour le règlement des sinistres automobiles

Convention d'indemnisation directe pour le règlement des sinistres automobiles 1 Convention d'indemnisation directe pour le règlement des sinistres automobiles Loi sur l'assurance automobile (L.R.Q., chapitre A-25, articles 116 et 173) (13 e édition) Cette brochure représente la

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 155-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 155-2011 INTITULÉ «RÈGLEMENT CONCERNANT LA CIRCULATION ET LE STATIONNEMENT».

RÈGLEMENT NUMÉRO 155-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 155-2011 INTITULÉ «RÈGLEMENT CONCERNANT LA CIRCULATION ET LE STATIONNEMENT». PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE BELLECHASSE MUNICIPALITÉ DE SAINT-VALLIER RÈGLEMENT NUMÉRO 155-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 155-2011 INTITULÉ «RÈGLEMENT CONCERNANT LA CIRCULATION ET LE STATIONNEMENT». Avis de motion

Plus en détail

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation BILAN ROUTIER Portrait de la sécurité routière et de la circulation 2010 UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! Le partage de la route en milieu urbain est l enjeu qui pose le plus grand défi autant aux usagers

Plus en détail

Vision du paramédic québécois de demain

Vision du paramédic québécois de demain CHCD-SLD Le Paramédic québécois de demain Vision du paramédic québécois de demain Daniel Lefrançois md, CSPQ (mu) Directeur médical national, SPU MSSS Contexte de l intervenant SPU dans les systèmes non

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE KAMOURASKA MUNICIPALITÉ DE SAINT-PACÔME

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE KAMOURASKA MUNICIPALITÉ DE SAINT-PACÔME PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE KAMOURASKA MUNICIPALITÉ DE SAINT-PACÔME RÈGLEMENT 231 RÈGLEMENT DÉFINISSANT LES LIMITES DE VITESSE ET LE STATIONNEMENT DANS LA MUNICIPALITÉ Attendu que le conseil considère

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2015-67.

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2015-67. CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT VS-R-2015-67 AYANT POUR OBJET D ENCADRER L UTILISATION DES PISTES CYCLABLES ET PIÉTONNIÈRES DE LA VILLE DE SAGUENAY AVERTISSEMENT Le présent document constitue

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT EN0003387 RAPPORT RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE MAURICIE-CENTRE-DU-QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN POMPIER LE 28 FÉVRIER 2003 À VICTORIAVILLE Ville de Victoriaville, 28 février 2003 Page 1

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE FERROVIAIRE R08W0181 COLLISION À UN PASSAGE À NIVEAU

RAPPORT D ENQUÊTE FERROVIAIRE R08W0181 COLLISION À UN PASSAGE À NIVEAU RAPPORT D ENQUÊTE FERROVIAIRE R08W0181 COLLISION À UN PASSAGE À NIVEAU CANADIEN NATIONAL TRAIN N O L53241-09 SUD POINT MILLIAIRE 3,66 DE LA SUBDIVISION LETELLIER WINNIPEG (MANITOBA) LE 9 SEPTEMBRE 2008

Plus en détail

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE Les points d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE points En vue d améliorer la sécurité routière au Québec, la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) applique depuis 17 un système de points d inaptitude.

Plus en détail

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique.

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique. Comment franchir une intersection avecprioritéàdroite? Une intersection (carrefour) est une zone où se rejoignent, se croisent des usagers venant de directions différentes. Dans quel ordre doivent-ils

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN RÈGLEMENT NUMÉRO 449-2010 Règlement établissant la réglementation en matière de circulation, de stationnement et autres règles

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION «La défibrillation externe automatique dans les centres de conditionnement physique». Cette énoncé

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR CONDITIONS D'ACCES ET D'UTILISATION DU PARC DE STATIONNEMENT CALIFORNIE

REGLEMENT INTERIEUR CONDITIONS D'ACCES ET D'UTILISATION DU PARC DE STATIONNEMENT CALIFORNIE REGLEMENT INTERIEUR CONDITIONS D'ACCES ET D'UTILISATION DU PARC DE STATIONNEMENT CALIFORNIE ARTICLE 1 Dans le présent Règlement, le terme "d'usager" s'applique au titulaire d'un droit d'occupation dans

Plus en détail

VERSION INTERNET CODE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE Abonnement annuel Mise à jour en continu Les Éditions S.R.

VERSION INTERNET CODE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE Abonnement annuel Mise à jour en continu Les Éditions S.R. VERSION INTERNET CODE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE Abonnement annuel Mise à jour en continu Les Éditions S.R. Table des matières + Informations générales Guide de l'utilisateur Dernières modifications intégrées

Plus en détail

Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier

Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier Groupe de travail sur les transports actifs et alternatifs Sécurité des cyclistes Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier Les notes qui suivent font suite aux travaux du Groupe

Plus en détail

Par quoi faut-il commencer le nettoyage du matériel d'intervention utilisé?

Par quoi faut-il commencer le nettoyage du matériel d'intervention utilisé? Choi multiples 14.1 Pour une victime incarcérée, quelle est la première action à entreprendre après avoir assuré la sécurité? A. Evaluer sa conscience B. Palper ses membres C. Trouver son groupe sanguin

Plus en détail

(RM-330) RÈGLEMENT NO : RÈGLEMENT CONCERNANT LA CIRCULATION ET LE STATIONNEMENT

(RM-330) RÈGLEMENT NO : RÈGLEMENT CONCERNANT LA CIRCULATION ET LE STATIONNEMENT PROVINCE DE UÉBEC MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE KAMOURASKA MUNICIPALITÉ DE «MUNICIPALITÉ» (RM-330) RÈGLEMENT NO : RÈGLEMENT CONCERNANT LA CIRCULATION ET LE STATIONNEMENT Attendu que le conseil considère

Plus en détail

Programme d accès public à la défibrillation

Programme d accès public à la défibrillation Programme d accès public à la défibrillation Direction de la qualité des soins préhospitaliers et de l enseignement Révisé février 2012 Table des matières Introduction Page 1 La fibrillation ventriculaire

Plus en détail

BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS

BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS C-4052 DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS Service des

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Alerte (premiers secours)

Alerte (premiers secours) Alerte (premiers secours) L alerte (les Suisses utilisent le terme d alarme) est le moyen qui permet l'intervention des secours publics. Il est nécessaire de passer une alerte lorsqu'un danger menace une

Plus en détail

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR Piétons Les causes possibles d'accidents impliquant des piétons et des véhicules sont bien connues. La négligence, l'inattention

Plus en détail

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route L ASSR L'ASSR de premier niveau est obligatoire pour pouvoir conduire un cyclomoteur. Pour conduire un cyclomoteur, il faut en effet avoir quatorze ans et posséder le brevet de sécurité routière (BSR).

Plus en détail

ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES

ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES présenté au Ministère de l Environnement et de la Faune Direction des politiques des

Plus en détail

Quebec es sa Chaudière- Appalaches

Quebec es sa Chaudière- Appalaches Agence de développement dé réseaux locaux de services de santé et de services sociaux ^ 9 ES Quebec es sa Chaudière- Appalaches CADRE DE GESTION SUR LES MESURES DE SÉCURITÉ ET STABILITÉ D'EMPLOI 2004-2005

Plus en détail

RÈGLEMENT #2012-466 ABROGEANT LE RÈGLEMENT #2009-441, RELATIF A LA CIRCULATION. IL EST EN CONSÉQUENCE décrété par le présent règlement :

RÈGLEMENT #2012-466 ABROGEANT LE RÈGLEMENT #2009-441, RELATIF A LA CIRCULATION. IL EST EN CONSÉQUENCE décrété par le présent règlement : 507, Route 108 Ouest Stornoway (Québec) G0Y 1N0 Téléphone : (819) 652-2800 Télécopieur : (819) 652-2105 Courriel : administration@munstornoway.qc.ca Site internet : www.munstornoway.qc.ca RÈGLEMENT #2012-466

Plus en détail

7. PANNEAUX DE SIGNALISATION

7. PANNEAUX DE SIGNALISATION P a n n e a u x d e s i g n a l i s a t i o n 7 7. PANNEAUX DE SIGNALISATION Un grand nombre de collisions ou quasi-collisions sont attribuables aux conducteurs qui ne respectent pas les panneaux de signalisation.

Plus en détail

Les règles de priorités:

Les règles de priorités: Les règles de priorités: Remarques générales Lors du franchissement d une intersection, l automobiliste doit : Ralentir en côntrôlant son rétroviseur intérieur. S assurer que la route est libre. Observer

Plus en détail

L'acheminement des ressources

L'acheminement des ressources Partie 2 L acheminement des ressources Planifier l'organisation et la prestation des secours et prévoir des modalités d'intervention de manière à assurer, en fonction de l évaluation et de la classification

Plus en détail

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES L UEL, en partenariat avec l Association d assurance accident et forte de la participation d acteurs nationaux, a lancé une nouvelle version de

Plus en détail

L intervention policière, de la théorie à la pratique

L intervention policière, de la théorie à la pratique L intervention policière, de la théorie à la pratique Patrick Lavallée Sergent, conseiller en sécurité routière, Division sécurité routière et patrouilles spécialisées, Service de police de la Ville de

Plus en détail

Direction générale Qualité et Sécurité Service Sécurité des Consommateurs. Réglementation sur les défibrillateurs.

Direction générale Qualité et Sécurité Service Sécurité des Consommateurs. Réglementation sur les défibrillateurs. Direction générale Qualité et Sécurité Service Sécurité des Consommateurs Réglementation sur les défibrillateurs Version 23/05/07 Références : Arrêté royal fixant les normes de sécurité et les autres normes

Plus en détail

Luc Lafrance et Nathalie Dion. Colloque Association des Transports Collectifs Ruraux du Québec 18 avril 2013

Luc Lafrance et Nathalie Dion. Colloque Association des Transports Collectifs Ruraux du Québec 18 avril 2013 Luc Lafrance et Nathalie Dion Colloque Association des Transports Collectifs Ruraux du Québec 18 avril 2013 Faire connaître l environnement législatif et règlementaire de l industrie du transport scolaire

Plus en détail

Campagne www.reagis.lu

Campagne www.reagis.lu Campagne www.reagis.lu Conférence de presse du 27/09/2012 1 Les membres fondateurs du L Institut de Formation Médicale Continue, représenté par son président le Dr Claude Schummer L Association Luxembourgeoise

Plus en détail

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE Par tage de la route 6 6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE N oubliez pas que de nombreux usagers circulent dans nos rues et sur nos routes. Il incombe à chaque usager de tenir compte de la présence et des

Plus en détail

ATTENDU QU il y a lieu d'abroger et de remplacer les Règlements numéros 2003-04-7850 et 10410-2011 relatifs au stationnement;

ATTENDU QU il y a lieu d'abroger et de remplacer les Règlements numéros 2003-04-7850 et 10410-2011 relatifs au stationnement; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE FOSSAMBAULT-SUR-LE-LAC RÈGLEMENT NUMÉRO 10560-2012 ABROGEANT LES RÈGLEMENTS NUMÉROS 2003-04-7850 ET 10410-2011 RELATIFS AU STATIONNEMENT AINSI QUE LE RÈGLEMENT

Plus en détail

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE Les points d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE points En vue d améliorer la sécurité routière au Québec, la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) applique depuis 17 un système de points d inaptitude.

Plus en détail

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement?

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? 1 Concerne : Abords d école limitation 30Km/h Gilet rétro réfléchissant Camions Nouvelles cartes de stationnement - Motards Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? Arrêté Royal

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

conséquence, en cas d'une alarme pour les biens, d'une intrusion non permise ou d'une tentative, ou en cas d'une alarme pour les personnes, d'un

conséquence, en cas d'une alarme pour les biens, d'une intrusion non permise ou d'une tentative, ou en cas d'une alarme pour les personnes, d'un 25 AVRIL 2007. - Arrêté royal fixant les conditions d'installation, d'entretien et d'utilisation des systèmes d' et de gestion de centraux d' ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents

Plus en détail

Transport routier La sécurité, une responsabilité à partager

Transport routier La sécurité, une responsabilité à partager Fiche 3 Transport routier La sécurité, une responsabilité à partager En matière de sécurité, chacun a son rôle à jouer. Le producteur, le coordonnateur du transport, les transporteurs sous-traitants (brokers)

Plus en détail

La conduite automobile exige toute votre attention

La conduite automobile exige toute votre attention La conduite automobile exige toute votre attention et votre concentration. Au volant, vous devez constamment être à l affût des nombreux imprévus qui peuvent survenir sur la route. Or, utiliser un appareil

Plus en détail

INSTRUCTION INTERMINISTÉRIELLE SUR LA SIGNALISATION ROUTIÈRE du 22 octobre 1963

INSTRUCTION INTERMINISTÉRIELLE SUR LA SIGNALISATION ROUTIÈRE du 22 octobre 1963 INSTRUCTION INTERMINISTÉRIELLE SUR LA SIGNALISATION ROUTIÈRE du 22 octobre 1963 3 ème PARTIE : Intersections et régimes de priorité Approuvée par l arrêté du 26 juillet 1974 relatif à la signalisation

Plus en détail

GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES

GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES POUR VITESSE EXCESSIVE Chaque année, sur les routes du Québec, la vitesse tue environ 175 personnes et en blesse près de

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MRC D ANTOINE-LABELLE MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DE-PONTMAIN RÈGLEMENT NUMÉRO : 225. Ronald Morin Henri Grenier Louis-Marcel Caron

PROVINCE DE QUÉBEC MRC D ANTOINE-LABELLE MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DE-PONTMAIN RÈGLEMENT NUMÉRO : 225. Ronald Morin Henri Grenier Louis-Marcel Caron PROVINCE DE QUÉBEC MRC D ANTOINE-LABELLE MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DE-PONTMAIN RÈGLEMENT NUMÉRO : 225 Règlement concernant la circulation et le stationnement. À la séance ordinaire du conseil municipal

Plus en détail

Les véhicules prioritaires

Les véhicules prioritaires Les véhicules prioritaires L approche du tribunal de police. Kathleen Stinckens Rechter in de politierechtbank Leuven Introduction Infraction sans accident En cas d accident Procédure civil Procédure pénal

Plus en détail

Rapport du PCSBAA Programme canadien de surveillance des blessures associées aux activités agricoles

Rapport du PCSBAA Programme canadien de surveillance des blessures associées aux activités agricoles Rapport du PCSBAA Programme canadien de surveillance des blessures associées aux activités agricoles COLLISIONS IMPLIQUANT DES VÉHICULES AGRICOLES Demande de données Ce court rapport a été produit en réponse

Plus en détail

ADOPTE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL LE QUATORZE SEPTEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE-VINGT-DOUZE ET MODIFIE PAR LES REGLEMENTS SUIVANTS:

ADOPTE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL LE QUATORZE SEPTEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE-VINGT-DOUZE ET MODIFIE PAR LES REGLEMENTS SUIVANTS: PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI REGLEMENT 92-1871 CONCERNANT LA CIRCULATION DES VEHICULES LOURDS ADOPTE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL LE QUATORZE SEPTEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE-VINGT-DOUZE ET MODIFIE

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO RCA 1333. Règlement relatif à la circulation dans les limites de l arrondissement d Anjou

RÈGLEMENT NUMÉRO RCA 1333. Règlement relatif à la circulation dans les limites de l arrondissement d Anjou Codification administrative Mise en garde : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie n est offerte quant à l exactitude

Plus en détail

CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME

CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME Ville de Blainville Ce document n'a pas de valeur officielle. En cas de divergence entre ce document et les règlements originaux, ceux-ci prévaudront. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BLAINVILLE RÈGLEMENT 1334

Plus en détail

CIRCULAIRE ADMINISTRATIVE N 20 (Rév. 1) POUR LES BESOINS DU SERVICE

CIRCULAIRE ADMINISTRATIVE N 20 (Rév. 1) POUR LES BESOINS DU SERVICE CIRCULAIRE ADMINISTRATIVE N 20 (Rév. 1) Publiée par la Division du Personnel Cette circulaire a été examinée lors de la réunion du Comité de Concertation Permanent des 8 septembre 1992, 24 novembre 1992,

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Études et recherches. Accidents routiers au travail survenus au Québec de 2000 à 2008 RAPPORT R-792. Caractéristiques et classification

Études et recherches. Accidents routiers au travail survenus au Québec de 2000 à 2008 RAPPORT R-792. Caractéristiques et classification Projets spéciaux Études et recherches RAPPORT R-792 Accidents routiers au travail survenus au Québec de 2000 à 2008 Caractéristiques et classification Sonia Pignatelli François Bellavance Patrice Duguay

Plus en détail

Le film 10-04 3 métiers, 1 seul but est le résultat d une collaboration entre les partenaires suivants : TABLE DES MATIÈRES

Le film 10-04 3 métiers, 1 seul but est le résultat d une collaboration entre les partenaires suivants : TABLE DES MATIÈRES Coordination du projet : Gilles Bourgeois, Société de l assurance automobile du Québec Bastien Leclerc, Corporation des services d ambulance du Québec Robert Verge, Sûreté du Québec Collaboration : Jean

Plus en détail

FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR SLE - Spécialistes En vertu de l'accord-cadre du 1 er octobre 1995, les dispositions relatives au déplacement sont regroupées à l'annexe 23 de l'entente. La présente section du Manuel des médecins spécialistes

Plus en détail

Conditions d assurance

Conditions d assurance Conditions d assurance 1. Evénements assurés AXA sert ses prestations lorsque le véhicule automobile assuré est défaillant à la suite d une panne, d'une collision ou d un vol. 2. Personnes assurées AXA

Plus en détail

- 47 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 47 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 47 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à assurer une plus grande équité dans notre politique de sécurité routière, notamment en matière de retrait des points du permis de conduire Article

Plus en détail

3. ÉQUIPEMENT. 3.1 Éclairage. Feux de route. Feux de croisement. Feux de croisement

3. ÉQUIPEMENT. 3.1 Éclairage. Feux de route. Feux de croisement. Feux de croisement 3. ÉQUIPEMENT Cette partie porte sur l équipement obligatoire et facultatif pour votre véhicule. Elle propose aussi des moyens d assurer une utilisation plus sécuritaire de la route. 3.1 Éclairage Nul

Plus en détail

Véhicules affectés au déneigement

Véhicules affectés au déneigement Véhicules affectés au déneigement Catégories de véhicules et plaques d immatriculation La souffleuse à neige Il s agit d un véhicule routier muni d un engin de déblaiement mécanique servant à souffler

Plus en détail

Facilitez vos démarches,

Facilitez vos démarches, Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ Conducteurs de deux-roues motorisés Pour obtenir une information ou connaître l adresse du point d accueil le

Plus en détail

RÈGLEMENT 164 E. Dans le présent règlement, à moins que le contexte n indique un sens différent, on entend par les mots;

RÈGLEMENT 164 E. Dans le présent règlement, à moins que le contexte n indique un sens différent, on entend par les mots; PROVINCE DE QUÉBEC MRC THÉRÈSE-DE-BLAINVILLE VILLE DE LORRAINE RÈGLEMENT 164 E RÈGLEMENT RELATIF À LA CIRCULATION DES VÉHICULES ROUTIERS PRÈS DES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE

Plus en détail

Le code de la route. Ce qui a changé. Délégation Santé Sécurité Service Maîtrise des Risques au Travail

Le code de la route. Ce qui a changé. Délégation Santé Sécurité Service Maîtrise des Risques au Travail Le code de la route Ce qui a changé MAJ octobre 2007 La vitesse, en agglomération, est toujours limitée à 50 Km/h Vrai 50 Faux 70 Le maire peut créer des zones à 30 et à 70 km/h 30 30 Le maire peut créer

Plus en détail

Le dépassement. Le dépassement par la droite. Avant d entreprendre un dépassement par la gauche. Les dangers :

Le dépassement. Le dépassement par la droite. Avant d entreprendre un dépassement par la gauche. Les dangers : Le dépassement. Avant de franchir une intersection ou avant de tourner, le conducteur ralentit Pour dépasser, au contraire, il accélère. Il n'est donc pas étonnant que les accidents qui se produisent à

Plus en détail

Table et pondération des infractions

Table et pondération des infractions On trouve dans la liste qui suit tous les articles du Code de la sécurité routière (CSR) ou du Code criminel (CC) pris en considération dans l évaluation des PEVL. Ils sont regroupés en fonction des responsabilités

Plus en détail

du Service d'enquête sur les accidents des transports publics sur l'accident d'automobile du 26 mars 2006 au passage à niveau non gardé à Fleurier

du Service d'enquête sur les accidents des transports publics sur l'accident d'automobile du 26 mars 2006 au passage à niveau non gardé à Fleurier Unfalluntersuchungsstelle Bahnen und Schiffe UUS Service d enquête sur les accidents des transports publics SEA Servizio d inchiesta sugli infortuni die trasporti pubblici SII Erwin Drabek 06 juillet 2006

Plus en détail

Table des matières du chapitre

Table des matières du chapitre Directives techniques pour TRAM Chapitre : 12. 12. SIGNALISATION ET INSTALLATIONS DE SECURITE Section : Table des matières du chapitre sections / pages 12.1 Généralités 12.1 / 1 12.2 Signaux destinés aux

Plus en détail

11. TRANSPORTS. CLASSEUR LEGISLATION A.E.P. et Temps-Forts D. Règles communes

11. TRANSPORTS. CLASSEUR LEGISLATION A.E.P. et Temps-Forts D. Règles communes Avec une compagnie de transport Se conformer à la législation en vigueur. S assurer que le véhicule est en état de rouler et que le ou les chauffeurs sont en état de conduire. Faire, au préalable, un contrat

Plus en détail

COACH CODE Apprenez tout le code de la route!

COACH CODE Apprenez tout le code de la route! COACH CODE Apprenez tout le code de la route! Les différentes règles de priorités : Priorités aux intersections. Remarques générales Lors du franchissement d une intersection, l automobiliste doit : -

Plus en détail

Vue générale du lieu de travail - Hangar Air Inuit

Vue générale du lieu de travail - Hangar Air Inuit ANNEXE "A AN002630 PHOTO NO 1 : Vue générale du lieu de travail - Hangar Air Inuit PHOTO NO 2 Vue générale des travaux à compléter pour terminer le contrat PHOTO NO 3 Position du chariot-élévateur et pente

Plus en détail

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE NOUVELLES SANCTIONS

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE NOUVELLES SANCTIONS Les points d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE NOUVELLES SANCTIONS Les points d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE Des points d inaptitude sont inscrits à votre dossier de conduite lorsque vs commettez certaines

Plus en détail

Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 Adj Thérin

Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 Adj Thérin Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 «Les véhicules des services d incendie et de secours et le nouveau code de la route» Le nouveau code de la route, pris en application des décrets du 22 mars 2001 (publiés

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE REMORQUAGE DES VÉHICULES. CODIFICATION ADMINISTRATIVE AU 1 er JANVIER 2014 (03-098 modifié par 03-098-1, 03-098-2, RCG 13-022)

RÈGLEMENT SUR LE REMORQUAGE DES VÉHICULES. CODIFICATION ADMINISTRATIVE AU 1 er JANVIER 2014 (03-098 modifié par 03-098-1, 03-098-2, RCG 13-022) VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 03-098 (Codification administrative) MISE EN GARDE : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 307 RELATIF AU STATIONNEMENT ET À LA CIRCULATION ET POUR ABROGER LES RÈGLEMENTS 118 ET 124

RÈGLEMENT NUMÉRO 307 RELATIF AU STATIONNEMENT ET À LA CIRCULATION ET POUR ABROGER LES RÈGLEMENTS 118 ET 124 C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DUPLESSIS VILLE DE FERMONT RÈGLEMENT NUMÉRO 307 RELATIF AU STATIONNEMENT ET À LA CIRCULATION ET POUR ABROGER LES RÈGLEMENTS 118 ET 124 LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. chapitre D-8.3, r. 3 Règlement sur les dépenses de formation admissibles Loi favorisant le développement et la reconnaissance

Plus en détail

1 CHAPITRE : DÉFINITIONS ET PORTÉE

1 CHAPITRE : DÉFINITIONS ET PORTÉE PROVINCE DE QUÉBEC MRC DES LAURENTIDES MUNICIPALITÉ D IVRY-SUR-LE-LAC RÈGLEMENT NUMÉRO 2013-064 RÈGLEMENT RELATIF AU STATIONNEMENT ET À LA CIRCULATION (RÈGLEMENT RM 399) CONSIDÉRANT QUE le conseil de la

Plus en détail

WHO Region: EMRO / Morocco Speed Legislation Submitted to GSRRS 2008

WHO Region: EMRO / Morocco Speed Legislation Submitted to GSRRS 2008 52 3 ) la quittance de prime d'assurance prévue par l'arrêté du 13 chaabane 1360 (6 décembre 1941) relatif à l'assurance obligatoire des véhicules automobiles sur route, ou, en ce qui concerne les véhicules

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. Jui l l et2014 Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnatrice

Plus en détail

TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE

TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE Article 74/2 1er.- Est puni d'une amende de 3000 EUR par passager transporté: 1 le transporteur aérien, public

Plus en détail

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM Circulaire. - Marchés publics. - Chantiers temporaires ou mobiles. - Plan de sécurité et de santé - Directives pratiques portant sur les documents à joindre à l'offre en application de l'article 30, alinéa

Plus en détail

Les risques au volant: une réalité à tout âge

Les risques au volant: une réalité à tout âge Données et faits Les risques au volant: une réalité à tout âge Table des matières 1 Ventilation par tranches d'âge des personnes coresponsables d'un accident, 2012... 2 2 Principales causes d'accidents...

Plus en détail

Conducteurs : soyez proactifs!

Conducteurs : soyez proactifs! Transporteurs de bois, équipes d'abatteurs, travailleurs sylvicoles, pêcheurs, chasseurs, amateurs de plein air, les chemins forestiers sont fréquentés par des utilisateurs variés et nombreux. Chacun d'entre

Plus en détail

A R R E T O N S = = = = = = = = = = = = =

A R R E T O N S = = = = = = = = = = = = = VILLE DE VALENCIENNES PARC DE STATIONNEMENT DES TERTIALES (Théâtre/Université) Nous, Maire de la Ville de Valenciennes, = = = = = Vu le Code Général des Collectivités Territoriales notamment ses articles

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

ANNEXES Garanties RC Circulation Circuit

ANNEXES Garanties RC Circulation Circuit S Garanties RC Circulation Circuit Annexe au contrat RC Circulation Circuit à la Journée - 69401 602 477... Page 2 Annexe au contrat RC Circulation Circuit à l année - 69401 602 478... Page 3 Annexe au

Plus en détail

ASSR 2. http://www.eduscol.education.fr/cid45642/l-education-securite-routiere-college.html

ASSR 2. http://www.eduscol.education.fr/cid45642/l-education-securite-routiere-college.html Eduscol.fr pour s'entraîner ASSR 2 http://www.eduscol.education.fr/cid45642/l-education-securite-routiere-college.html http://applications.eduscol.education.fr/d0125/assr2_2006_principale.htm 1) L'ASSR

Plus en détail

vous pouvez, vous aussi, sauver des vies.

vous pouvez, vous aussi, sauver des vies. Sauvons des Vies Le DAE HeartStart HS1 est un dispositif médical de classe IIb, fabriqué par Philips Healthcare et dont l évaluation de la conformité a été réalisée par le TÜV SUD 0123. Il est destiné

Plus en détail

1. DEFINITION temps d'isolement dangerosité de l'activité Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or

1. DEFINITION temps d'isolement dangerosité de l'activité Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or 1. DEFINITION Un agent doit être considéré comme travailleur isolé lorsqu'il est hors de vue ou de portée des autres, dans la plupart des cas pour des durées de plus d'une heure. Cependant pour des travaux

Plus en détail

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-36-001599-127 (CM : 11-35239) DATE : 5 décembre 2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE

Plus en détail

3. Aviser le Service de Médecine hyperbare de l Hôtel-Dieu de Lévis : Tél. : 418-835-7121, poste 3812. Cell. : 418-835-7214

3. Aviser le Service de Médecine hyperbare de l Hôtel-Dieu de Lévis : Tél. : 418-835-7121, poste 3812. Cell. : 418-835-7214 1/8 A. ORDRE DES ÉTAPES À SUIVRE 1. Évaluation de l état du sujet Évaluation primaire - Contrôler l environnement, enlever les sources de danger persistantes - Contrôler la température - État de conscience

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ACTIVITÉS POLICIÈRES POUR LA PÉRIODE DU 12 AU 18 NOVEMBRE 2013. La Sûreté du Québec souligne la Semaine de la prévention de la toxicomanie

RÉSUMÉ DES ACTIVITÉS POLICIÈRES POUR LA PÉRIODE DU 12 AU 18 NOVEMBRE 2013. La Sûreté du Québec souligne la Semaine de la prévention de la toxicomanie Saviez-vous que? La Sûreté du Québec souligne la Semaine de la prévention de la toxicomanie La Sûreté du Québec souligne la 26 e semaine de la prévention de la toxicomanie, qui se déroule du 17 au 24 novembre

Plus en détail

Modifications récentes en matière de règlementation routière

Modifications récentes en matière de règlementation routière Modifications récentes en matière de règlementation routière Erik Caelen - En collaboration avec le service Règlementation routière du SPF Mobilité 1. Diverses modifications en matière de circulation routière

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 298-2013 RÈGLEMENT RELATIF AU STATIONNEMENT ET À LA CIRCULATION (RÈGLEMENT RM 399)

RÈGLEMENT NUMÉRO 298-2013 RÈGLEMENT RELATIF AU STATIONNEMENT ET À LA CIRCULATION (RÈGLEMENT RM 399) PROVINCE DE QUÉBEC MRC DES LAURENTIDES MUNICIPALITÉ DE MONTCALM RÈGLEMENT NUMÉRO 298-2013 RÈGLEMENT RELATIF AU STATIONNEMENT ET À LA CIRCULATION (RÈGLEMENT RM 399) CONSIDÉRANT QUE le conseil de la municipalité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES UN VÉHICULE LOURD?... 7 CONDUCTEUR?... 8 DE CONDUIRE DE LA CLASSE 1, 2 OU 3?...10

TABLE DES MATIÈRES UN VÉHICULE LOURD?... 7 CONDUCTEUR?... 8 DE CONDUIRE DE LA CLASSE 1, 2 OU 3?...10 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION............................ 2 2. QUELQUES DÉFINITIONS..................... 3 3. RÉPONDEZ-VOUS AUX EXIGENCES DE BASE?.... 5 4. POUR ACQUÉRIR DES CONNAISSANCES.........

Plus en détail

Vu la demande du Fonds Commun de Garantie Automobile reçue le 09/03/2012;

Vu la demande du Fonds Commun de Garantie Automobile reçue le 09/03/2012; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 59/2012 du 18 juillet 2012 Objet: demande d'autorisation émanant du Fonds Commun de Garantie Automobile pour accéder au Registre national et

Plus en détail

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers . MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE L'ENVIRONNEMENT Al' ADMINISTRATION DES SOINS DE SANTE Secours Sanitaires à la Population Civile Service 100. 1010 BRUXELLES, 0 9 nec.1001 Cité

Plus en détail

Enquête Comprendre Pour Agir

Enquête Comprendre Pour Agir Enquête Comprendre Pour Agir Analyse d un accident Proposition d un module pédagogique Démarche Définition de l Enquête Comprendre Pour Agir Définition de l accident (2 diapositives) Présentation de cette

Plus en détail

PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 5 12

PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 5 12 PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 1 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 4 12 Classe 5 12 Classe 6 13 Classe 7 Permis progressif (Niveau I et II) 13 Classe 8 14 Classe 9 15 1.2

Plus en détail