Architectures Ouvertes pour l Adaptation des Logiciels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Architectures Ouvertes pour l Adaptation des Logiciels"

Transcription

1 Architectures Ouvertes pour l Adaptation des Logiciels Frédéric Duclos 1, Jacky Estublier 2, Rémy Sanlaville 1 Published in review Génie Logiciel And proceedings ICSSEA, Paris Dassault Systèmes C/O LSR - IMAG 220 Rue de la Chimie, Domaine Universitaire - B.P Grenoble Cedex 9 {frederic_duclos, 2 Laboratoire Logiciels, Systèmes Réseaux - IMAG 220 Rue de la Chimie, Domaine Universitaire - B.P Grenoble Cedex 9 Jacky. Résumé : Les logiciels de grande taille ont de plus en plus besoin d être adaptés par le client. Chaque client a en effet ses besoins propres en terme de fonctionnalité. Pour des raisons de temps de développement et de coûts, le fournisseur ne peut pas adapter le logiciel à chaque client. Les fournisseurs de logiciels ont ainsi commencé à proposer au client diverses techniques lui permettant d adapter le logiciel à ses besoins. Nous décrivons les diverses techniques existantes pour l adaptabilité des logiciels, en partant des technologies les plus simples (API, langages de scripts, ) jusqu à des technologies aujourd hui beaucoup plus avancées et flexibles. Nous montrons ensuite une façon de combiner deux technologie permettant de couvrir complètement différents critères d évaluation de l adaptabilité. Nous étudions ensuite les choix et les résultats de la société Dassault Systèmes, leader mondial de la CAO avec son logiciel Catia V5, pour ce qui est de leurs contraintes d adaptabilité au sein de Catia. Mots clés : adaptabilité, évolution décentralisée de logiciels, composant, architecture, Dassault Systèmes. Abstract : Customers of big software have their own requirements in terms of functionality. For this reason, the software manufacturer has to provide Decentralised Software Evolution mechanisms, because it s very difficult to deliver a customised version for each client. In this paper, we show existing technologies for software adaptation which range from simple ones (API, script languages) to the present technologies based on software architecture. We show how a combination of architectural technologies allows to cover all adaptability characteristics, which are defined in this paper. We then study CatiaV5, a software form Dassault Systèmes (world leader in CAD), in terms of adaptability results. Keywords : adaptability, Decentralized Software Evolution, component, architecture, Dassault Systèmes. I. Introduction L utilisation de progiciels sur étagère (COTS) se généralisant, les clients exigent de plus en plus de pouvoir les modifier, afin de les adapter aux contraintes et besoins spécifiques de l entreprise. Or, les mécanismes habituels des langages de programmation exigent généralement d avoir, pour cela, accès au code source, ce qui n est pas possible dans le cas de COTS et évidemment pas souhaitable pour les éditeurs. De nouvelles techniques pour l adaptation décentralisée des logiciels [1] sont alors nécessaires. Ces techniques sont relativement variées. Elles vont de l utilisation d une API (Application Programming Interface) jusqu aux architectures de composants en passant par l utilisation de langages de script, de plug-ins et d architectures à événements. Elles sont souvent basées sur l utilisation d interfaces pré-définies, ce qui est le cas des APIs (ensemble fini de services), des plug-ins (ajout de nouveaux comportements via des «prises» préalablement définies) et des architectures à évènements (proposant des interfaces d événements en réception et émission). D autres techniques plus flexibles utilisent en outre les langages de script (l application possède son propre langage et interpréteur) et les architectures de composants (possibilité d enrichir les fonctionnalités et de modifier la structure des composants grâce à un langage d architecture). Certaines de ces techniques ont déjà été développées et intégrées dans des logiciels commerciaux ou non (GNU Emacs, Adobe Photoshop, Microsoft Office, Linux, Apache,...).

2 Ce besoin d adaptation d un logiciel est vécu quotidiennement par Dassault Systèmes, leader mondial de la CAO avec son logiciel CATIA V5. Les clients de Dassault Systèmes doivent pouvoir étendre et adapter CATIA à leur métier : aéronautique, automobile, biens de consommations,... Dassault Systèmes a donc été amené à définir de nouveaux mécanismes permettant à ses clients d étendre des composants existants sans pour autant modifier ni disposer du code source. De plus, pour résoudre des problèmes d ingénierie concurrente, Dassault Systèmes a été amené à utiliser ses propres techniques en interne. La taille du logiciel (plus de 4 millions de lignes de code) et le nombre de développeurs (plus de 1000 ingénieurs) font qu il n est pas possible de recompiler toute l application à chaque modification du code. Dassault Systèmes a donc appliqué ses mécanismes d adaptation dans son processus de développement ; ce qui a permis de créer des techniques de compilation incrémentales avec des délais acceptables. Utiliser en interne des mécanismes offerts à ses clients est d ailleurs un très bon critère pour juger de la qualité, de la souplesse et de la fiabilité de ces mécanismes. Ce papier expose la problématique de l adaptation décentralisée des logiciels, pour cela, nous présentons les conventions, hypothèses et les critères choisis pour évaluer l adaptabilité dans la section 2. Ensuite, la section 3 présente un état de l art sur les mécanismes d adaptation actuels. La section 3 introduit en outre les mécanismes d adaptation basés sur l architecture du logiciel et plus particulièrement une manière de combiner deux technologies basées autour des architectures ouvertes pour couvrir tous les critères fixés dans la section 2. La section 4 présente les solutions adoptées par Dassault Systèmes par rapport à cet état de l art. Ce papier cherche à montrer en quoi les recherches sur les architectures logicielles contribuent à l adaptation. Il suggère aux éditeurs l emploi de techniques d architectures ouvertes afin de rendre leur produit facilement adaptable par leurs clients, sans pour autant dévoiler leur code source. 2. Conventions et hypothèses Dans la suite de l article, nous allons présenter différentes technologies. Pour cela, nous nous baserons sur des conventions et hypothèses que nous décrivons ci-dessous : 2.1. Hypothèses - Un logiciel est composé de composants pouvant communiquer entre eux. Ces composants peuvent être compilés de manière indépendante. - Un composant est constitué de sous-composants et déclare implémenter différentes interfaces, - Un composant élémentaire correspond à un morceau de code fournissant des services pour implémenter les interfaces associées, - Une interface correspond à un contrat de service entre une application cliente et un composant serveur, elle est composée de fonctions (méthodes) publiques. - Nous nous plaçons du côté du client qui souhaite modifier le comportement du logiciel. Le client peut avoir écrit ses propres composants, dans lesquels sont codés les nouveaux comportements souhaités par le client. - Le client n a pas accès au code source des composants du fournisseur, ceci pour des raison de confidentialité dans un contexte industriel. Le modèle de composant proposé possède des points en commun avec COM [4] et Corba Components [5], notamment dans le sens où chaque composant est compilé de manière indépendante. Ce modèle n est certes pas universel mais il est suffisamment général pour notre propos Critères de classification Nous classifierons les diverses technologies selon leur capacité à fournir les services suivants. Module et composant 1. Ajout d un composant client : Le client est il capable de rajouter ses propres composants, 2. Remplacer un composant par un autre : Le client peut-il substituer certains composants par les siens, 3. Retirer un composant, incluant ses liens avec les autres composants : Le client peut-il supprimer des fonctionnalités initialement offertes par le fournisseur, 4. Ajouter / retirer / rediriger un lien entre deux composants client ou fournisseur : Le client est-il autorisé à modifier en profondeur l architecture globale du logiciel en jouant sur les liens inter-composants,

3 Interface 5. Ajout d interface, 6. Retrait d interface. Fonction 7. Ajout retrait de fonctions dans une interface 8. Enrichissement du comportement d une fonction Convention des schémas Soit un produit logiciel, et ses composants représentés par des rectangles. Les interfaces sont représentées par un rond et une barre la liant à un composant. La couleur grise représente les parties du logiciel dont l architecture ou le code source sont invisible au client, cela représente en fait ce qui vient du fournisseur ; les parties en blanc sont développées par le client. Interface Logiciel Composant (client) Composant (fournisseur) 2.4. Terminologie. On parle d évolution lorsque c est le concepteur/réalisateur du logiciel qui effectue la modification. On parle de customisation lorsque la modification est réalisée exclusivement au moyen de l API du logiciel et/ou en exploitant les diverses options fournies. On parle d adaptation lorsque le client modifie le comportement du logiciel pour l adapter à ses besoins, au moindre coût. On s intéresse essentiellement à l adaptation dans cet exposé. En effet, la customisation est souvent trop limitée, et l évolution ne concerne que ceux qui connaissent très bien le code, et qui donc vont certainement le modifier, chose que le client ne doit pas pouvoir faire. L adaptation est donc un compromis entre l évolution, qui exige le code source et son expertise, mais permet une très grande liberté et une efficacité de la solution, et la facilité mais les limitations de la customisation. Bien sûr, l entreprise productrice du logiciel peut elle même utiliser les mécanismes d adaptation qu elle fournit aux clients. C est d ailleurs un très bon critère pour juger de la qualité, de la souplesse et de la fiabilité d un mécanisme d adaptation. 3. Etat de l art sur les techniques d adaptation 3.1. Application Programming Interface (API) Une API correspond à un sous-ensemble de toutes les interfaces des composants du logiciel. Le client ajoute des composants qui utilisent ces interfaces.

4 composant client Seul le point 1, ajout d un composant client, est satisfait. Le logiciel n est en aucune façon modifié, le client n a aucun accès à l architecture interne du logiciel du fournisseur, il se contente de l utiliser. La marge de manœuvre est très faible Langages de Scripts. Un langage de script est un langage spécifique d un domaine pour implémenter des «add-on». Composant Client Interpréteur de Script Le mécanisme est le même que pour les APIs ; les possibilités d adaptation sont les mêmes mais le client dispose d un langage mieux adapté : seul le point 1 est couvert Les «plug-ins» ou «framework» Le logiciel livré, appelé framework, s attend à ce que des composants clients (appelés plug-in ) fournissent des interfaces prédéfinies, que le logiciel utilisera selon un protocole prédéfini. En général le logiciel ne dispose pas d un moyen général pour découvrir des interfaces additionnelles que le plug-in pourrait offrir, ni un mécanisme général pour définir le protocole de liaison et d utilisation de ces nouvelles interfaces. Le client ne peut que lier ses plug-ins aux interface prédéfinies du logiciel. Le pattern «visiteur» [3] rentre dans ce cadre. Plug In Le points 1 est couvert : De la même façon qu avec les APIs, le client est capable de rajouter ses propres composants. L adaptation est dans ce cas encore très minime, c est le logiciel qui offre cette ouverture, la marge de manœuvre est donc encore très faible Les architectures à événement Le logiciel fournit une interface d évènements qui décrit les messages reçus et interprétés par le logiciel et ceux qui en sont émis en direction des composants client. Selon les services fournis par le serveur d événement, on pourra rediriger, inhiber, modifier les liens entre des composants clients et le logiciel.

5 Serveur d événement Par exemple, un événement envoyé par le client (6) pourra : - être interprété et redirigé sur les interfaces du logiciel (1 et 2), nous sommes alors dans le même cas que l API, - pourra être envoyé à un composant particulier (4), le module du client se fait passer pour le composant envoyant l événement (3), nous sommes donc dans le cas du remplacement d un composant par un module, L événement (5) envoyé par le logiciel pourra, selon la politique du serveur d événement : - être redistribué au composant client, nous sommes alors dans le cas du plug-in, - être inhibé, nous sommes alors dans le cas où les composants destinataires de cet événement sont supprimés du logiciel, au moins en ce qui concerne cet événement. Ainsi, le serveur d événement offre la possibilité de court-circuiter et de traiter les communications événementielles entre les composants fournisseurs et clients. L adaptation dans ce cas est donc possible, mais elle est encore limitée car le client ne possède pas forcement le contrôle sur le serveur d événement et il ne peut agir que sur un sous-ensemble des communications. Cette architecture peut ainsi satisfaire les points de 1 à Adaptation dans une architecture à composants ouverte. Nous présentons ici une autre approche liée à l architecture à composants décrite dans la section 2. L idée de travailler au niveau architecture logicielle n est pas récente[6] [7], elle est appliquée ici à l adaptation. Nos diagrammes ne montrent plus le niveau logiciel / Composants Fournisseur / Composants Client, mais le niveau Composants Fournisseur / Composant Client / Sous-Composants. Ici, le composant doit être vue comme une couche permettant d administrer différentes unités logicielles. Ici, nous supposerons que le client peut avoir la connaissance du contenu des composants et des connections entre leurs sous-composants ; il peut ainsi connaître l architecture du logiciel, i.e. de tout ou partie des composant qui constitue ce logiciel. L ouverture de l architecture à composant permet de modifer la structure interne d un composant (présence des sous-composants, liaisons internes entre les sous-composants, ) L extension Le composant du fournisseur (en gris) est enrichi d une ou plusieurs interfaces implantées par un ou plusieurs composant client (en blanc). Ainsi, nous obtenons un nouveau composant qui propose les mêmes interfaces qu initialement complétées par celles du ou des composants clients. Le composant obtenu peut ne pas exposer toutes les interfaces de ses constituants, ces choix sont fait au moment de la définition de l architecture ; le client peut alors masquer certaines interfaces. Enfin, le module extension peut avoir connaissance des sous-composants pour communiquer éventuellement avec eux (lien en pointillé).

6 L extension satisfait les points 1 et 5 car elle permet d ajouter un module, de retirer des fonctionnalités, et par ce biais, d ajouter une ou plusieurs interfaces. Délégation Un composant propose l interface déléguée (Délégation) sans fournir, par défaut, le code exécutif correspondant. Le choix du composant devant exécuter les services de cette interface peut être fait dynamiquement. Le schéma suivant montre en pointillé un lien défini dynamiquement pour lier une interface à un composant, dans ce cas, extérieur au composant délégant l interface. La délégation couvre les critères d adaptation 1, 2, 3 et 4 : ajout de composant client, remplacement d un composant fournisseur par un composant client dans le cas où un composant avait déjà été désigné pour effectuer les services ; retirer un composant en annulant le lien de délégation et enfin, modification de lien entre composants Le wrapping Un wrapper est un composant client qui s insère en amont des composants fournisseurs et qui constitue un nouveau composant. Les interfaces fournies peuvent être les mêmes ou être différentes de celles du composant original. Un wrapper tel que défini ici implique une capacité à définir un nouveau composant, si ce n est pas le cas, on est ramené au point 1 : Usage d une API. Wrapper Les points 5 et 6 sont satisfaits car le Wrapper permet d ajouter / supprimer des interfaces.

7 Architecture ouverte Le client est habilité à constituer de nouveau composants en ajoutant ses propres sous-composants (en blanc), en substituant les composants, en modifiant les liens internes etc. Il n est pas habilité, par contre, à modifier le contenu des constituants élémentaires ni des interfaces existantes, le code source du fournisseur n étant pas accessible. A notre connaissance, il n existe pas d exemple complet d architecture ouverte. L approche peut être «statique» i.e. on dispose de l architecture du logiciel définie dans un langage d architecture ; on modifie cette description et on recompile le tout. Cela peut être «dynamique» si on dispose en plus d un interpréteur architectural. Les points 1, 2, 3, 4, 5 et 6 sont couverts : L architecture ouverte permet de rajouter des composants clients, de remplacer, retirer des composants, de modifier les liens entre les composants / modules et d ajouter ou retirer des interfaces. Interfaces actives. L interface est «programmable», et le client, pour chacune des méthodes de l interface du logiciel peut ajouter un appel (call-back) vers ses propres composants, avant et/ou après l appel. La méthode du client peut alors analyser les arguments et les modifier, rediriger l appel vers une autre méthode, refuser l appel, exécuter des actions avant / après etc. Ce modèle est proche du modèle avec serveur d événements mais le choix des politiques de gestion des messages est donné à celui qui implémente l interface active, le client peut donc obtenir ce pouvoir. L interface active ressemble aussi fortement au pattern «Proxy» [3]. Pre M1 () Post Interface Active. Dans cet exemple, seule la méthode M1 de l interface est enrichie (active). Nous avons donc la possibilité de diminuer la granularité au niveau de la méthode. Nous notons que l interface active peut être réalisée dynamiquement en Java grâce à la classe java.lang.reflect.proxy associée à l interface java.lang.reflect.invocationhandler. Les points 7 et 8 sont couverts du fait de la granularité de l adaptation permise, mais le logiciel reste un paquet monolithique, les composants substitués restent présents même s ils ne sont pas appelés. Ce modèle est aussi très proche de celui des Wrappers. Une grande différence subsiste tout de même : Du point de vue d une application cliente, le composant est toujours le même, sa structure n est pas modifiée. Dans le cas

8 des wrappers, un nouveau composant est créé, sans proposer forcement les mêmes interfaces que le composant original, l application cliente doit en être informée. Interface active et architecture ouverte Si l approche interface active est combinée avec celle de l architecture ouverte, nous obtenons une architecture permettant de couvrir tous les critères d adaptabilité définis dans le paragraphe 2. Le logiciel peut être profondément adapté et optimisé bien que le code source de l application reste caché. Cette approche doit être complétée de mécanismes de sécurité, en tout cas pour être utilisé au niveau industriel, car mal contrôlée, elle peut être très permissive. 4. L adaptation chez Dassault Systèmes : Dassault Systèmes (DS) est le leader mondial de la CAO avec son logiciel Catia. Celui-ci est distribué auprès de plus de clients représentants des métiers très différents (mécanique, hydraulique, électronique, ). Chaque client souhaite adapter Catia pour ses propres exigences en terme de fonctionnalités (design, analyse, simulation, ). DS est donc très fortement confronté à ce besoin d adaptation pour Catia afin de répondre à cette diversité dans les exigences des clients. Lors de la récente sortie de la version 5 de Catia, DS a offert un tel mécanisme à ses clients. DS a choisi le modèle «Extension» décrit précédemment car il permet de satisfaire les contraintes d adaptabilité tout en gardant un grand contrôle sur l architecture globale. En effet, ce mécanisme permet en même temps de maintenir l architecture dans un état stable [2] tout en laissant une grande flexibilité aux clients. Nous avons vu que l Extension satisfaisait aux critères 1 et 5 ; le client peut rajouter ses propres composants et interfaces (cf figure ci-dessous). En outre, il ne peut pas, dans ce modèle, satisfaire les critères 2, 3 et 4 : remplacer un composant, retirer un composant et modifier les liens entre les composants. Par contre, d autres mécanismes comme la délégation et une forme d interface active sont offerts afin de répondre à ces manques. Catia est un logiciel complexe et de grande taille (plus de 4 millions de lignes de code) avec un développement coopératif fort (1000 ingénieurs). Ceci a poussé DS à utiliser ces mécanismes d adaptation en interne. Après plusieurs années d utilisation, les résultats ont été à la hauteur des espérances. La figure ci-dessous illustre l utilisation du mécanisme d extension par deux clients de DS. Chacun d entre eux adapte le composant fourni par DS pour son propre métier : l avionique pour Boeing et l automobile pour Chrysler. DS Component i DS site DS Component i DS Component i Boeing Extension Boeing Interface Chrysler Extension Chrysler Interface Chrysler Interface Boeing site Chrysler site

9 5. Conclusion Un même logiciel étant utilisé par de nombreux clients de métier différents, il est évident que ceux-ci souhaitent l adapter à leurs propres besoins. Il a donc fallu créer divers mécanismes afin de répondre à cette attente. Au cours du temps, ceux-ci se sont améliorés afin de fournir toujours plus de flexibilité au client. Ces mécanismes vont du simple appel des fonctionnalités offertes par l application (API, langages de scripts, ) jusqu à des modèles où l architecture de l application intègre les composants du client (plug-ins, extension, architecture ouverte, ). Nous avons montré les différentes technologies, en correspondance avec leur degré et leur granularité d adaptabilité. L adaptabilité permet une meilleure flexibilité pour le client, une meilleure réutilisation des composants existants tout en préservant un degré de sécurité suffisant. Nous avons montré les nouvelles approches basées sur l ouverture de l architecture ; approches très prometteuse qui n a pas encore été beaucoup expérimentée tant au niveau académique qu industriel. DS a été précurseur dans ses choix de technologies pour l adaptation. Les résultats de CatiaV5 montrent la pertinence, la viabilité et la nécessité de ces technologies. Il semble donc clair que les clients seront de plus en plus exigeants quant à la personnalisation des logiciels, autant au niveau du degré d adaptabilité recherché qu au niveau de la facilité d adaptation. L adaptabilité sera un challenge toujours plus important pour les entreprises productrices de logiciels. 6. Références : [1] Peyman Oreizy, Decentralised Software Evolution ; International Workshop on the Principles of Software Evolution (IWPSE1) ; Kyoto, Japan, April 20-21, 1998 [2] Peyman Oreizy, Richard N. Taylor : Coping with Application Inconsistency in Decentralized Software Evolution ; International Workshop on the Principles of Software Evolution (IWPSE2); Fukuta, Japan, July [3] E. Gamma, R. Helm, R. Johnson, J. Vlissides : Design Patterns ; Addison-Wesley, 1995 [4] Thuan L. Thai : Learning DCOM ; O Reilly, 1999, isbn [5] Object Management Group. Corba Components, ; August 2, 1999 [6] D. E. Perry, A. L. Wolf ; Foundation for the study of software architecture ; Software Engineering notes, vol 17, no 4, October 1992 [7] D. Garlan. Software Architecture: a Roadmap. In A. Finkelstein, editor, The Future of Software Engineering, 22 nd International Conference on Software Engineering (ICSE 2000), , Limerick, Ireland, June 2000.

Introduction aux Composants Logiciels

Introduction aux Composants Logiciels Introduction aux Composants Logiciels Christian Pérez LIP/INRIA Année 2010-11 Plan Introduction aux composants logiciels Pourquoi des composants logiciels Notions de composants logiciels Conclusion Survol

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Design Patterns. Pourquoi utiliser des patterns? Pourquoi utiliser des patterns? Les patterns vue de loin. D où viennent les design patterns?

Design Patterns. Pourquoi utiliser des patterns? Pourquoi utiliser des patterns? Les patterns vue de loin. D où viennent les design patterns? Noël NOVELLI ; Université de la Méditerranée ; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Design Patterns D où viennent les design patterns? D où viennent

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Introduction au développement SharePoint. Version 1.0

Introduction au développement SharePoint. Version 1.0 Introduction au développement SharePoint Version 1.0 Z 2 Introduction au développement SharePoint 09/05/09 Sommaire 1 SharePoint : les bases... 3 1.1 Débuter sous SharePoint... 3 1.2 Connaissances Requises...

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

La Stratégie d Intégration Advantage

La Stratégie d Intégration Advantage La Stratégie d Intégration Advantage Intégration pour l Entreprise Synthèse Ces dernières années, les entreprises comptent sur moins de systèmes pour gérer leurs activités au quotidien et ont souvent implémenté

Plus en détail

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 6 Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 Contrôle technique de la continuité de l assurance d une TOE certifiée Août 2005 ii Version

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges. c Copyleft 2006, ELSE Team

ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges. c Copyleft 2006, ELSE Team ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges c Copyleft 2006, ELSE Team 18 avril 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du projet 3 2.1 Une distribution Évolulable..................

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

MI3/GL Cours de Génie Logiciel Programmation Orientée Objet (Avancée)

MI3/GL Cours de Génie Logiciel Programmation Orientée Objet (Avancée) MI3/GL Cours de Génie Logiciel Programmation Orientée Objet (Avancée) Daniel Le Berre CRIL-CNRS FRE 2499, Université d Artois, Lens, FRANCE {leberre}@cril.univ-artois.fr 4 novembre 2004 MI3GL 2004/2005

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel.

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. Méthode de Test Pour WIKIROUTE Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. [Tapez le nom de l'auteur] 10/06/2009 Sommaire I. Introduction...

Plus en détail

Environnements de développement

Environnements de développement Environnements de développement UFR d Informatique Paris 7, LIAFA, 175 rue Chevaleret, Bureau 6A7 http://www.liafa.jussieu.fr/ sighirea/cours/edi/ Extension de la plate-forme Eclipse Résumé 1 Rappels de

Plus en détail

Les langages informatiques modernes orientés objet permettent la réutilisation Importance de la clarté de la documentation

Les langages informatiques modernes orientés objet permettent la réutilisation Importance de la clarté de la documentation Clues from other disciplines (from E. Gamma) Patrons de conception («Design Patterns») ESIR2, GL (LSI) Benoit Combemale Université de Rennes 1, ESIR & IRISA (Triskell team) Benoit.Combemale@irisa.fr Inspiré

Plus en détail

SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+)

SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+) SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+) Xavier Jeannin GIP RENATER 23-25, rue Daviel 75013 PARIS Résumé Dans le cadre du projet GN3+ (avril 2013 Mars 2015), parmi la tâche orientée

Plus en détail

Architectures à composants

Architectures à composants Interaction requête/réponse Architectures à composants!communication par requête/réponse client requête réponse serveur Gaël Thomas gael.thomas@lip6.fr Université Pierre et Marie Curie Master Informatique

Plus en détail

SPT2013 - Description du cours NORAMSOFT SPT2013. SharePoint 2013 pour développeurs

SPT2013 - Description du cours NORAMSOFT SPT2013. SharePoint 2013 pour développeurs - Description du cours SharePoint 2013 pour développeurs 1 SHAREPOINT 2013 POUR DÉVELOPPEURS NORAMSOFT 1. Description du cours Ce cours intensif de 3 jours explore les opportunités de développement avec

Plus en détail

Versus Etude Technologique

Versus Etude Technologique VS Versus Etude Technologique 1 VS Contents Introduction... 3 Présentation des technologies... 3 Phonegap... 3... 3 Pour quels besoins?... 4 Comment ça fonctionne? Les models... 4 Phonegap... 5... 6 Comparatif...

Plus en détail

Patrons de Conception (Design Patterns)

Patrons de Conception (Design Patterns) Patrons de Conception (Design Patterns) Introduction 1 Motivation Il est difficile de développer des logiciels efficaces, robustes, extensibles et réutilisables Il est essentiel de comprendre les techniques

Plus en détail

introduction à la conception Orientée Objet

introduction à la conception Orientée Objet 1 introduction à la conception Orientée Objet IUP GEII 2ème année marcel@univ-tours.fr http://www.blois.univ-tours.fr/ marcel 2 plan cours 1. motivations génie logiciel 2. concepts et techniques orientés

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

Prototype de canal caché dans le DNS

Prototype de canal caché dans le DNS Manuscrit auteur, publié dans "Colloque Francophone sur l Ingénierie des Protocoles (CFIP), Les Arcs : France (2008)" Prototype de canal caché dans le DNS Lucas Nussbaum et Olivier Richard Laboratoire

Plus en détail

Intégration de l interface graphique de Ptidej dans Eclipse

Intégration de l interface graphique de Ptidej dans Eclipse Intégration de l interface graphique de Ptidej dans Eclipse Driton Salihu (salihudr@iro.umontreal.ca) Lulzim Laloshi (laloshil@iro.umontreal.ca) Département d informatique et de recherche opérationnelle

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

présente le premier framework J2EE français sous licence commerciale

présente le premier framework J2EE français sous licence commerciale présente J2EE Technical Components Factory le premier framework J2EE français sous licence commerciale Avec le retour d expérience client du département IT de CONTACT PRESSE Agnès Heudron : agnesh@infinites.fr

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles. Fréderic FADDA. Mobility GBS Leader, IBM

Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles. Fréderic FADDA. Mobility GBS Leader, IBM Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles Fréderic FADDA Mobility GBS Leader, IBM L introduction des technologies Mobiles, un accélérateur Business, Opérationnel et IT L introduction

Plus en détail

Services de SMS professionnels

Services de SMS professionnels Services de SMS professionnels Bénéficiez de notre expertise du SMS professionnel Le SMS est un outil idéal pour communiquer avec vos clients et vos équipes. C est pourquoi depuis 2001 Esendex développe

Plus en détail

Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE. IUT DE VANNES - Juan Joal. CADIC Julien - PINSARD Antoine

Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE. IUT DE VANNES - Juan Joal. CADIC Julien - PINSARD Antoine 2012 Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE IUT DE VANNES - Juan Joal CADIC Julien - PINSARD Antoine Structure pédagogique PROJET AP5 Plus que quelques lignes à coder et nous aurons

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos...

Table des matières. Avant-propos... Table des matières Avant-propos................................................. XI Chapitre 1 Découvrir Project 2013.......................... 1 1.1 Introduction.............................................

Plus en détail

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS Votre guide SMS SMS et logiciels Les éditeurs de logiciels intègrent de plus en plus le SMS dans leurs produits, notamment pour permettre l envoi d alertes, de rappels de rendez-vous ou encore de notifications.

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire BENEFICES Des projets réussis dans les délais et les budgets La bonne donnée disponible au

Plus en détail

Le moteur de workflow JBPM

Le moteur de workflow JBPM Le moteur de Workflow Le moteur de workflow 1 Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com http://litis.univ-lehavre.fr/

Plus en détail

Cahier des charges (CDC)

Cahier des charges (CDC) Cahier des charges (CDC) PTella Auteur Arnaud Aucher - Ecole Centrale Groupe PT1 3 Nom du document Version 3 Page 1 / 5 Sommaire Sommaire... 2 Présentation générale du projet... 3 1. Descriptif du projet...

Plus en détail

rad-framework Software development plan document version 01 Oussama Boudyach April 20, 2011

rad-framework Software development plan document version 01 Oussama Boudyach April 20, 2011 rad-framework Software development plan document version 01 Oussama Boudyach April 20, 2011 1 Contents 1 Introduction 3 2 Documents et matériels 3 2.1 Document et matériel octroyé:....................................

Plus en détail

Le moteur de workflow JBPM

Le moteur de workflow JBPM Le moteur de workflow Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com http://litis.univ-lehavre.fr/ duvallet/

Plus en détail

Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple

Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple cenitspin Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple CONFIGURE YOUR PLM STANDARD www.cenit.com/fr/cenitspin Tout à portée de main grâce au PLM Desktop.

Plus en détail

Merise. Introduction

Merise. Introduction Merise Introduction MERISE:= Méthode d Etude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes d Entreprise Méthode d Analyse et de Conception : Analyse: Etude du problème Etudier le système existant Comprendre

Plus en détail

Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes

Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes Philippe Quéinnec Télécommunication et Réseaux 2e année ENSEEIHT 24 février 2014 Inspiré de cours de G. Padiou, Ph. Mauran

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

La solution Hospitality

La solution Hospitality Payment Services La solution Hospitality pour hôtels Pour vous et vos clients: la solution Hospitality de SIX Table des matières SIX Payment Services 04 L expérience client 05 La solution Hospitality 06

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction

Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction Sécurité en ingénierie du Logiciel Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction Alexandre Dulaunoy adulau@foo.be Sécurité en ingénierie du Logiciel p.1/21 Agenda (partie 1) 1/2 Introduction Services

Plus en détail

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com Drive your success «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com ATEN, dix avantages au service de votre entreprise Qualité de mise en œuvre

Plus en détail

EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013. Réf FR 80452

EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013. Réf FR 80452 EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013 Réf FR 80452 Durée : 3 jours A propos de ce cours : Ce cours offre une information interactive et détaillée sur le développement d extensions pour Microsoft Dynamics

Plus en détail

Eclipse Process Framework et Telelogic Harmony/ITSW

Eclipse Process Framework et Telelogic Harmony/ITSW Eclipse Process Framework et Telelogic Harmony/ITSW Boris Baldassari 1 Résumé Une introduction à Eclipse Process Framework (EPF) et au processus OpenUP, et comment tirer profit de ces initiatives dans

Plus en détail

Visual Paradigm Contraintes inter-associations

Visual Paradigm Contraintes inter-associations Visual Paradigm Contraintes inter-associations Travail de Bachelor d'informaticien de gestion Partie C Présentation de Visual Paradigm 1 Présentation de Visual Paradigm For UML L objet du travail de Bachelor

Plus en détail

Introduction MOSS 2007

Introduction MOSS 2007 Introduction MOSS 2007 Z 2 Chapitre 01 Introduction à MOSS 2007 v. 1.0 Sommaire 1 SharePoint : Découverte... 3 1.1 Introduction... 3 1.2 Ce que vous gagnez à utiliser SharePoint... 3 1.3 Dans quel cas

Plus en détail

Objectifs du cours. Master mention Informatique M1. Construction d Applications Réparties. Sommaire. Organisation.

Objectifs du cours. Master mention Informatique M1. Construction d Applications Réparties. Sommaire. Organisation. Master mention Informatique M1 Construction d s Réparties Lionel Seinturier USTL-LIFL Équipe GOAL/Projet INRIA Jacquard Lionel.Seinturier@lifl.fr 2006/2007 1 Objectifs du cours Appréhender la conception

Plus en détail

Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K

Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K Pascal Gachet EIVD pascal.gachet@eivd.ch mai 2003 Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K 2 Table des matières Introduction... 2 Terminologie...

Plus en détail

Information sur notre société et notre gestion d atelier

Information sur notre société et notre gestion d atelier Information sur notre société et notre gestion d atelier Qui est ICN? Informatique et Conseils du Nord Créée en 1984, la société ICN s est spécialisée dans la réalisation de logiciels spécifiques, notamment

Plus en détail

Modelio by Modeliosoft

Modelio by Modeliosoft Modelio by Modeliosoft Solutions d entreprise basées sur l atelier leader de modélisation open source Modelio (modelio.org) L atelier de modélisation open source de référence Une solution sur étagère,

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 REALISATION ET MAINTENANCE DE LOGICIELS TRAVAIL DE SESSION N12 EVALUATION D UN CONTRAT DE MAINTENANCE DU LOGICIEL

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Didacticiel - Etudes de cas. Montrer l utilisation de la macro complémentaire TANAGRA.XLA dans le tableur EXCEL.

Didacticiel - Etudes de cas. Montrer l utilisation de la macro complémentaire TANAGRA.XLA dans le tableur EXCEL. Objectif Montrer l utilisation de la macro complémentaire TANAGRA.XLA dans le tableur EXCEL. De nombreux utilisateurs s appuient sur EXCEL pour la gestion de leurs données. C est un outil relativement

Plus en détail

WordPress : Guide à l édition

WordPress : Guide à l édition WordPress : Guide à l édition WordPress : Guide à l édition... 1 Présentation... 2 1. Accès au site... 2 2. Le tableau de bord... 2 3. Editez les contenus... 4 Quelle est la différence entre les pages

Plus en détail

WordPress : principes et fonctionnement

WordPress : principes et fonctionnement CHAPITRE 1 WordPress : principes et fonctionnement WordPress est à l origine un outil conçu pour tenir un blog, c est-à-dire un journal ou carnet de bord en ligne. Mais il a évolué pour devenir un système

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» GAAV (version 1.0) un logiciel de gestion d archives

Plus en détail

Air Transat. Contexte. Buts. Défis. Solution. Industry Travelling, Transport

Air Transat. Contexte. Buts. Défis. Solution. Industry Travelling, Transport Air Transat www.airtransat.ca Industry Travelling, Transport Partner r42 communication Cooper Building 3981 boul. Saint-Laurent, suite 215 Montreal H2W1Y5 Quebec, Canada Ralph Spandl ralph@r42.ca Contexte

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

CORBA. (Common Request Broker Architecture)

CORBA. (Common Request Broker Architecture) CORBA (Common Request Broker Architecture) Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 CORBA, introduction (1/4) Les systèmes répartis permettent de créer des applications basées sur des composants auto-gérables,

Plus en détail

Stratégie de sécurité grâce au logiciel libre. Frédéric Raynal Cédric Blancher

Stratégie de sécurité grâce au logiciel libre. Frédéric Raynal <pappy@miscmag.com> Cédric Blancher <blancher@cartel-securite.fr> Stratégie de sécurité grâce au logiciel libre Frédéric Raynal Cédric Blancher 1 Agenda du workshop Introduction Le logiciel libre et la sécurité GNU/Linux

Plus en détail

1 Certificats - 3 points

1 Certificats - 3 points Université de CAEN Année 2008-2009 U.F.R. de Sciences le 23 mars 2009 Master professionnel RADIS UE4 - module réseaux - Spécialisation Durée : 2h. - Tous documents autorisés 1 Certificats - 3 points Lors

Plus en détail

GdFA. Votre outil de Gestion des Files d Attente en boutique

GdFA. Votre outil de Gestion des Files d Attente en boutique GdFA Votre outil de Gestion des Files d Attente en boutique Année 2012 Gérez vos files d attente en boutique La solution idéale pour gérer et optimiser votre accueil en boutique, à partir de seulement

Plus en détail

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media Visualisation de processus industriels par l image 3D créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media En quelques mots L Avenue Digital Media est spécialisée dans les créations

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AW-IS/BG

FICHE D INFORMATION AW-IS/BG SY DONIA FICHE D INFORMATION AW-IS/BG PRESENTATION DU PROGRAMME SYDONIA Le programme SYDONIA de la CNUCED a été fondé au début des années 80 pour automatiser les opérations de dédouanement. Il est rapidement

Plus en détail

Les Systèmes et Applications Réparties et leur Programmation

Les Systèmes et Applications Réparties et leur Programmation Les Systèmes et Applications Réparties et leur Programmation Samia Bouzefrane Maître de Conférences Laboratoire CEDRIC Conservatoire National des Arts et Métiers 292 rue Saint Martin 75141 Paris Cédex

Plus en détail

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple!

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple! Une gestion effective et puissante des tickets en interne comme en externe! HelpDesk 3.4 www.artologik.com Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours

Plus en détail

Présentation générale des Web Services

Présentation générale des Web Services Présentation générale des Web Services Vue Globale Type d'architecture reposant sur les standards de l'internet Alternative aux architectures classiques : Client/serveur n/tiers Orientée services permettant

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

Principes. 2A-SI 3 Prog. réseau et systèmes distribués 3. 3 Programmation en CORBA. Programmation en Corba. Stéphane Vialle

Principes. 2A-SI 3 Prog. réseau et systèmes distribués 3. 3 Programmation en CORBA. Programmation en Corba. Stéphane Vialle 2A-SI 3 Prog. réseau et systèmes distribués 3. 3 Programmation en CORBA Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle 1 Principes 2 Architecture 3 4 Aperçu d utilisation

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

GenDbg : un débogueur générique. Didier Eymery Jean-Marie Borello Jean-Marie Fraygefond Odile Eymery Philippe Bion

GenDbg : un débogueur générique. Didier Eymery Jean-Marie Borello Jean-Marie Fraygefond Odile Eymery Philippe Bion GenDbg : un débogueur générique Didier Eymery Jean-Marie Borello Jean-Marie Fraygefond Odile Eymery Philippe Bion 2008 Qui sommes nous? Centre d électronique de l Armement (CELAR) Maîtrise et protection

Plus en détail

les Design Patterns 11/02/2013 labsticc.univ-brest.fr/pages_perso/babau/ Département Informatique, UFR Sciences, UBO Laboratoire Lab-STICC

les Design Patterns 11/02/2013 labsticc.univ-brest.fr/pages_perso/babau/ Département Informatique, UFR Sciences, UBO Laboratoire Lab-STICC labsticc.univ-brest.fr/pages_perso/babau/ les Design Patterns Jean-Philippe Babau Département Informatique, UFR Sciences, Laboratoire Lab-STICC 2 1 Plan Introduction aux Design patterns Quelques Design

Plus en détail

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Automatisation des décisions métier et réduction du délai de lancement de nouvelles initiatives IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Gestion

Plus en détail

Nous allons détailler dans cette documentation les fonctionnalités pour créer un objet colonne.

Nous allons détailler dans cette documentation les fonctionnalités pour créer un objet colonne. Généralités Dans le générateur d états des logiciels Ciel pour Macintosh vous avez la possibilité de créer différents types d éléments (texte, rubrique, liste, graphiques, tableau, etc). Nous allons détailler

Plus en détail

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement Juin 2013 Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement (page 1) De nouveaux outils pour offrir davantage d options afin de visualiser les résultats analytiques

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM)

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE BPM Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) La boîte à outils de l acheteur de solution BPM -

Plus en détail

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques Introduction Le contexte aéronautique 1 a depuis plusieurs années mis en évidence le besoin croissant de technologies de sécurité permettant d éviter des utilisations malveillantes des matériels ou services

Plus en détail

CROSS PLATEFORM MOBILE DEVELOPMENT (Phonegap, RhoMobile)

CROSS PLATEFORM MOBILE DEVELOPMENT (Phonegap, RhoMobile) INGENIEUR EN SCIENCES INFORMATIQUES RAPPORT D ETUDE TECHNOLOGIQUE SUR LES SOLUTIONS WEB CROSS PLATEFORM MOBILE DEVELOPMENT (Phonegap, ) Student : Jiachen NIE Parcours: IHM Subject : Adaptation des Interfaces

Plus en détail

http://www.alfresco.com/fr/community/register/?source=docs Extensions, Documentation, Tutoriels, Astuces

http://www.alfresco.com/fr/community/register/?source=docs Extensions, Documentation, Tutoriels, Astuces Maryem Rhanoui 2013 Alfresco Liens utiles Le site Alfresco : http://www.alfresco.com/fr/ Le Portail Content Community http://www.alfresco.com/fr/community/register/?source=docs Extensions, Documentation,

Plus en détail

Rapport de stage. Création d un site web. Stage du 20/01/2013 au 21/02/2013

Rapport de stage. Création d un site web. Stage du 20/01/2013 au 21/02/2013 Rapport de stage Création d un site web Stage du 20/01/2013 au 21/02/2013 Auteur : Antoine Luczak Tuteur professionnel : M. Tison Tuteur scolaire : Mme Girondon Année scolaire : 2013/2014 1 Table des matières

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

www.microsoft-project.fr

www.microsoft-project.fr Microsoft Project Server 2010 unifie la gestion de projet et la gestion de portefeuille afin d aider les entreprises à aligner les ressources et les investissements avec les priorités métier, et à exécuter

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Intitulé Code Institut Paul Lambin Bachelier en informatique de gestion Programmation Java : Questions Spéciales I3010 Cycle 1 Bloc 3 Quadrimestre

Plus en détail

INTERNET est un RESEAU D ORDINATEURS RELIES ENTRE EUX A L ECHELLE PLANETAIRE. Internet : interconnexion de réseaux (anglais : net = réseau)

INTERNET est un RESEAU D ORDINATEURS RELIES ENTRE EUX A L ECHELLE PLANETAIRE. Internet : interconnexion de réseaux (anglais : net = réseau) CS WEB Ch 1 Introduction I. INTRODUCTION... 1 A. INTERNET INTERCONNEXION DE RESEAUX... 1 B. LE «WEB» LA TOILE, INTERCONNEXION DE SITES WEB... 2 C. L URL : LOCALISER DES RESSOURCES SUR L INTERNET... 2 D.

Plus en détail

Introduction. Python?

Introduction. Python? 1 Introduction Python - why settle for snake oil when you can have the whole snake? «Python - Pourquoi se contenter d huile de serpent quand on peut avoir le serpent tout entier?» Mark Jackson En guise

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen. Rapport de projet. Spécialité Informatique 2 e année. SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed

Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen. Rapport de projet. Spécialité Informatique 2 e année. SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed 6, bd maréchal Juin F-14050 Caen cedex 4 Spécialité Informatique 2 e année Rapport de projet Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed Suivi ENSICAEN

Plus en détail

Conventions communes aux profils UML

Conventions communes aux profils UML Conventions communes aux profils UML Auteur : Projet ACCORD (Assemblage de composants par contrats en environnement ouvert et réparti)* Référence : Livrable 2.1 Date : Juin 2002 * : Les partenaires du

Plus en détail

Extension SSO Java. Cette note technique décrit la configuration et la mise en œuvre du filtre de custom SSO Java.

Extension SSO Java. Cette note technique décrit la configuration et la mise en œuvre du filtre de custom SSO Java. Note technique W4 Engine Extension SSO Java Cette note technique décrit la configuration et la mise en œuvre du filtre de custom SSO Java. 1 Présentation 3 2 Custom SSO Java 4 3 Bilan 10 Sommaire Référence

Plus en détail

ALBUM Y REALISE PAR DAGHOUI AZZEDDINE NAJMI HAFIDA ABDALLAH MAISSA

ALBUM Y REALISE PAR DAGHOUI AZZEDDINE NAJMI HAFIDA ABDALLAH MAISSA ALBUM Y REALISE PAR DAGHOUI AZZEDDINE NAJMI HAFIDA ABDALLAH MAISSA Sommaire INTRODUCTION... 3 SYNOPSIS... 4 TITRE DU PROJET... 4 CONCEPT DU PROJET... 4 PUBLIC VISE... 4 OBJECTIFS... 4 CAHIER DES CHARGES...

Plus en détail