Sauvegarde : la bande ne suffit plus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sauvegarde : la bande ne suffit plus"

Transcription

1 Analyse La protection de données englobe la sauvegarde P20 Pratique Materis ou l école de la simplicité P24 Zoom L archivage légal, élément moteur des projets P27 Panorama Course au gigantisme, clin d œil en direction des PME P28 Sauvegarde : la bande ne suffit plus StorageTek Regroupements des infrastructures, applications de plus en plus critiques, systèmes d information globalisés et tournant en continu Autant de contraintes qui pèsent sur la sauvegarde des données, qu il devient impossible d effectuer à froid. Résultat : les entreprises recourent de plus en plus au disque comme complément à la bande. Et intègrent la sauvegarde dans une politique plus globale, visant à assurer la continuité de l activité. N septembre 2004 LE MONDE INFORMATIQUE 19

2 Infrastructure Analyse La protection des données supplante la sauvegarde Dans des environnements qui doivent répondre à des contraintes de fonctionnement vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, la protection et l intégrité des données font de plus en plus figure de challenges. Pour y faire face, les entreprises utilisent souvent le disque. Liens IP vers les filiales Commutateur Le disque supplée la bande Pour faire face à la réduction des fenêtres de sauvegarde, les responsables du stockage intercalent souvent dans leur politique de protection des données un système exploitant des disques Serial ATA. Les technologies d'images disque associées fournissent une réponse aux besoins de performances dans les environnements critiques. CINQ POINTS CLÉS POUR DÉFINIR UNE POLITIQUE DE SAUVEGARDE Faire un bilan de l existant 1 en analysant notamment les problèmes de fiabilité et de performances diagnostiqués, mais aussi des niveaux de risques applicatifs. Mettre en place une 2 architecture à plusieurs niveaux de service capable de répondre aux besoins des différentes classes d applications (incluant matériel, logiciel, outils d automatisation et de reporting). Estimer les besoins de 3 stockage et de restauration application par application avant la mise en production desdites applications. Prévoir les liens éventuels 4 entre sauvegarde et continuité d activité (notamment les procédures d externalisation de données ou de bandes). Réfléchir aux liens 5 éventuels entre sauvegarde et archivage (notamment pour les applications sur lesquelles pèsent des obligations légales de conservation de données). La sauvegarde s intègre au plan de continuité de service LAN Serveur d'applications Baie de disques Sauvegarde sur disques SAN du site Commutateur SAN central Bibliothèque de bandes Commutateur Liaison Fibre Channel (ou FC sur IP) La bande conserve son utilité La montée en puissance du disque ne conduit pas forcément à l'élimination des bibliothèques de bandes. Ces dernières restent le moyen le plus économique de sauvegarder des données, du fait du faible coût des médias. Les bandes présentent aussi l'avantage de pouvoir être facilement expédiées et stockées quotidiennement chez un prestataire. Au cours des cinq dernières années, la refonte des processus des entreprises et l accroissement des impératifs de disponibilité des applications ont profondément modifié les exigences en matière de sauvegarde et de protection de données. Alors que la sauvegarde était un processus simple, les contraintes de services se sont accrues, et les sauvegardes à froid généralisées ne sont plus possibles: dans bien des cas, les contraintes imposées par les services utilisateurs sont telles qu elles ne permettent même plus de stopper les applications afin de les sauvegarder. Comme l explique le responsable des architectures de stockage d une grande banque française, l ère du back-up avec arrêt de la production est terminée. Notre système d information doit être opérationnel vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Résultat, nos fenêtres de back-up n existent plus, alors que nous devons sauver des téraoctets tous les jours.il y dix ans, le responsable du stockage de cette banque pouvait disposer de sept à huit heures par jour pour sauvegarder l ensemble de ses données Un fossé tel qu il oblige à une refonte totale de la politique de protection des données. Alain Clément, chef de produit stockage chez HP France, résume ainsi la situation : La plupart de nos clients doivent désormais fonctionner vingt- Le site de secours pour redémarrer l'activité La copie et la réplication distante sont utilisées dans le cadre de la mise en œuvre de PRA (plans de reprise d'activité). Tout au moins pour les applications les plus critiques, car le PRA s'avère coûteux du fait des tarifs des liaisons télécoms. Baie de disques SAN du Commutateur SAN Bibliothèque de bandes site de secours quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, qu ils soient des PME ou des grands comptes. Leur informatique se doit donc de fournir des services quasi permanents à leurs employés ou clients. En cas de panne, elle doit aussi pouvoir redémarrer le plus vite possible. Jean-Baptiste Fuster, en charge des produits de stockage chez Computer Associates France, fait une constatation similaire : Pour la sauvegarde, l un des événements déterminants a été le développement de l Internet. Il y a quatre ou cinq ans, tout le monde s est mis à parler d e-business et de netéconomie. Tout devait être en ligne et accessible par Internet. Malgré l explosion de la bulle, cinq ans après, c est une réalité. Résultat, les applications sensibles ne peuvent plus s arrêter, et elles génèrent un volume croissant d informations dont il faut assurer la protection. La complexité des chaînes applicatives Un autre facteur qui justifie l importance accrue de la sauvegarde est la nature des données produites par le système d information. Historiquement, la plupart des données du système d information provenaient de saisies des utilisateurs. En cas de perte absolue, il était toujours possible de ressaisir les données. Mais l automatisation des Source : LMI processus et des échanges entre entreprises a réduit à zéro cette latitude: Aujourd hui, une masse considérable d informations est générée par le système d information lui-même au sein de processus de workflow, de traitements d information complexes ou par des applications comme l . La perte de telles données ne peut être compensée par une ressaisie,explique Mademba Si, de la SSII Devoteam. De quoi mettre un peu plus la pression sur les responsables des sauvegardes. Autre problème, les chaînes applicatives se font de plus en plus complexes, du fait de l imbrication des divers composants du système d information, mais aussi du fait de l interconnexion croissante avec des clients, partenaires ou fournisseurs. Il faut donc distinguer les processus de sauvegarde selon les applications. Chez de nombreux clients, la prise de conscience ne se fait qu aujourd hui, note Christophe Morisset, de l intégrateur APX Computer. Ce dernier recommande donc aux entreprises de prévoir les procédures de sauvegarde et de restauration des applications bien avant leur mise en production, dans Une bibliothèque de bandes StorageTek cette technologie ne suffit plus dans bien des cas 20 LE MONDE INFORMATIQUE N septembre 2004

3 l idéal dès leur développement. Denis Motro, de Gresham, fait le même constat et prêche pour la constitution de dossiers applicatifs par logiciel avec documentation des procédures de sauvegarde et restauration, le tout assorti d accords de niveau de service. Globalement, le renforcement des besoins de sauvegarde et de protection de données se traduit sur le terrain par un stress croissant pour les équipes en charge de ces tâches. Avec la quasi-disparition des fenêtres de sauvegarde, il n est plus possible d arrêter les applications le temps de sauvegarder les données sur une bibliothèque de bandes. Même si cela était possible, la seule utilisation de la bande est sujette à caution: Certains de nos grands clients nous ont rapporté des taux de détérioration de leurs bandes pouvant atteindre 12% sur un back-up donné,indique Karl Herbst, d EMC. On a ainsi vu des entreprises faire jusqu à cinq jeux de back-up de leurs données afin d être sûr de pouvoir les restaurer convenablement. Outre le coût d une telle approche, les ressources consommées et le niveau d incertitude induit font que la bande n est plus le seul élément utilisé pour protéger les données. A tel point que, dans nombre d entreprises, la sauvegarde s intègre peu à peu dans une problématique plus globale de protection de données, incluant sauvegarde, continuité de service et reprise d activité. Dans ce cadre, de plus en plus d étages de protection intermédiaires, utilisant le disque, sont mis en œuvre par les entreprises pour assurer la protection de leurs données. Ils incluent des fonctions telles que la réplication (synchrone ou asynchrone), le back-up sur disque, la virtualisation de bandes Face à la réduction des fenêtres de sauvegarde, à assurer la protection des données critiques. DR Pour Philippe Boyon, vice-président marketing produit d Atempo, le tournant date de la fin des années 1990 : A partir de cette date, nous avons vu se spécialiser les outils de sauvegarde pour répondre à des demandes de plus en plus sophistiquées. Côté matériel, les fonctions de réplication de données et d image disque (snapshot copy) se sont banalisées dans les serveurs de stockage. Les logiciels ont suivi en fournissant par exemple des plug-in de sauvegarde spécialisés par application, pour les serveurs de bases de données relationnelles, mais aussi pour l ou les serveurs NAS. La prudence des responsables des sauvegardes Parler de révolution dans la façon dont les entreprises sauvegardent leurs données serait exagéré. Comme l explique Karl Herbst, l un des traits de caractère des responsables de sauvegardes reste leur prudence, pour ne pas dire leur tendance à la paranoïa : Ces responsables ont la charge de l intégrité des données de leur entreprise. Ils n ont pas vraiment droit à l erreur. Même son de cloche chez Atempo : On constate sur la sauvegarde une inertie forte des procédures. C est normal car, dans nombre d entreprises, la sauvegarde constitue une procédure de sécurité. L inertie ne doit toutefois pas se transformer en immobilisme, sous peine de connaître le sort d un grand compte pétrolier français, dont l appel d offres circule chez tous les grands constructeurs et éditeurs et dont certaines applications sont aujourd hui mal sauvegardées du fait de l ancienneté de son architecture, inadaptée à des chaînes applicatives de plus en plus complexes Dans ce contexte, tout le monde s accorde, tant chez les fournisseurs que dans les services informatiques des grands comptes, sur le fait que les nouvelles technologies de disques ne viennent pas remplacer la bande mais peuvent l épauler là où elle ne peut pas ou plus faire face. La bande reste le moyen le plus économique de sauvegarder des données, du fait du faible coût des médias, mais aussi de leur durée de conservation. Elle a aussi l avantage de pouvoir être facilement externalisée vers un lieu sécurisé en cas de désastre. Ces atouts intrinsèques n empêchent pas le disque d être de plus en plus présent dans les processus de sauvegarde. Tout d abord, les technologies d images disque permettent de s affranchir des problèmes de fenêtres de sauvegarde et fournissent une réponse aux besoins de performances dans les environnements critiques. Le snapshot copy a révolutionné la sauvegarde, car il permet de prendre une image du disque en quelques secondes, sans avoir à arrêter l application. Il peut être utilisé comme base à la sauvegarde, mais aussi pour des besoins de migration à distance ou TROIS QUESTIONS À Rémy Forest, responsable des offres de sauvegarde en ligne de Sungard (prestataire spécialisé dans la continuité d activité) Disque et bande restent DRcomplémentaires Vous hébergez l infrastructure de sauvegarde ou de reprise sur désastre de nombreuses entreprises. Quelles sont aujourd hui les principales technologies mises en œuvre? On constate que les bandes restent très présentes dans l environnement de back-up de nos clients. La quasi-totalité d entre eux ont des systèmes de sauvegarde sur bandes. Les bandes sont utilisées pour les problématiques de reprise d activité et les opérations d annulation des dernières manipulations (rollback). En général, elles sont externalisées quotidiennement et stockées chez des prestataires spécialisés. Pour répondre à la problématique des fenêtres de sauvegarde, nombre de nos clients mettent en œuvre des technologies d images disque, qui sont des copies désynchronisées de la production que l on peut sauvegarder localement. On parle beaucoup de copie distante synchrone ou asynchrone. Ces systèmes sont-ils couramment déployés par vos clients? Nous avons des clients qui font de la copie synchrone pour protéger leurs données. Leur besoin n est pas forcément le même que le back-up proprement dit, mais plutôt un besoin de reprise d activité rapide. Nous hébergeons le site de production de secours de certains clients et nous constatons que rares sont ceux qui font la sauvegarde POUR EN SAVOIR PLUS Implementing Back-up and Recovery : The Readiness Guide for the Enterprise (en anglais), de David B. Little et David A. Chapa, Ed. John Wiley & Sons, 416 pages. S appuyant sur l exemple de NetBackup de Veritas, le livre décrit la mise en place d une architecture typique de sauvegarde en entreprise avec également des chapitres et annexes consacrés à préparation d un plan de reprise d activité. le site de l intégrateur Datalink depuis le site distant. L objectif est d éviter une détérioration de données liée à une éventuelle erreur sur le disque primaire. Quelle partie de leur infrastructure vous confient les entreprises? Généralement ce sont les parties les plus critiques qui nous sont confiées, et cette part a tendance à augmenter dans la production informatique des entreprises. Nos clients ont en général réalisé des bilans d impact et des audits de vulnérabilité qui ont identifié les applications les plus critiques et ils ont mené des études de retour sur investissement pour comparer le coût d arrêt de la production et celui de la haute disponibilité. Il faut savoir qu en l état actuel des coûts télécoms, le ratio de coût entre une solution de reprise à froid et une autre de reprise à chaud est de l ordre de un à dix. Et il ne faut pas négliger le coût des licences des logiciels de réplication des constructeurs. Ces tarifs évoluent de manière inversement proportionnelle à celui des baies. L autre difficulté que nous rencontrons tient aux technologies de snapshot et de réplication locale. Des technologies qui restent propriétaires, ce qui nous oblige à nous équiper auprès de l ensemble des constructeurs. On voit bien apparaître quelques compatibilités, mais elles demeurent aujourd hui balbutiantes. PROPOS RECUEILLIS PAR CHRISTOPHE BARDY héberge plusieurs livres blancs (en anglais) intéressants sur la sauvegarde, l archivage et les dernières technologies à base de disques. products/systems/clariion_disk/ pdf/meta_p2190.pdf Sponsorisé par EMC, ce livre blanc du Meta Group fait le point sur l impact des différentes technologies de back-up sur disque sur les architectures de sauvegarde. Suite page 22 N septembre 2004 LE MONDE INFORMATIQUE 21

4 Infrastructure TROIS QUESTIONS À Christophe Morisset, architecte stockage d APX Computer (intégrateur spécialisé) Juste une composante de la politique de stockage DR Comment avez-vous vu évoluer les projets de sauvegarde au cours des dernières années? On opérait autrefois le distinguo entre projets de stockage et projets de sauvegarde. Nos clients nous consultent aujourd hui dans le cadre de projets de protection de données à l échelle de l entreprise, qui incluent logiciel d administration, sauvegarde, archivage, migration, plan de reprise d activité (PRA). Ce sont des projets de plus en plus complexes, très structurants pour les clients, mais qu ils ont parfois des difficultés à maîtriser du fait de la technicité du sujet. Les grands clients ont une approche plus large du problème de la protection des données, incluant des notions de reprise sur catastrophe. En fait, la sauvegarde est devenue un élément de la politique de stockage. Elle est partie prenante de la démarche de PRA. Comment les entreprises gèrentelles leurs projets de sauvegarde? Une des évolutions tient dans la différenciation des processus de sauvegarde selon les applications. Avec une difficulté : la complexité croissante des chaînes applicatives. L un de nos grands clients dans le secteur de l aéronautique étudie systématiquement la sauvegarde pour chaque nouvelle application avant sa mise en production. Ensuite, chaque application est sauvegardée dans les conditions définies par le cahier des charges, avec un contrat de service. Comment le disque s insère-t-il dans les projets de sauvegarde? Au niveau de l infrastructure, nous avons de plus en plus de demandes pour une couche intermédiaire disque capable de décharger les bibliothèques et d améliorer les temps de réponse en restauration. J ai en tête deux cas récents sur des projets SAP où, pour des raisons de disponibilité, toutes les données sont répliquées sur une baie distante. Comme les volumes sont énormes, la restauration des bandes ne remplirait pas le contrat de disponibilité si l on devait restaurer les données depuis les bandes en cas de panne. Mais bien sûr, il y a toujours une copie sur bande par sécurité en cas d incident sur le site. PROPOS RECUEILLIS PAR CHRISTOPHE BARDY de protection à court terme contre un incident. Il est ainsi possible d utiliser une image disque pour restaurer l état des données quelques heures après la prise de ladite image. Certains ont imaginé l utilisation systématique des images disque en lieu et place de la sauvegarde, mais le pas est loin d être franchi : Nous avons déjà proposé du snapshot infini à certains clients, explique Karl Herbst. Mais ils préfèrent continuer à utiliser la bande afin de pouvoir externaliser les données et de les protéger hors de leur site. Moralité : on ne peut se permettre d avoir ses données uniquement sur des disques. Dans le pire des cas, la bande permet en effet de repartir de zéro en moins de quatre heures avec un simple silo, des serveurs et une baie de secours. L obstacle des coûts télécoms Le disque joue un rôle bien plus prééminent dans les plans de continuité d activité ou de reprise d activité (ou PRA, pour plan de reprise d activité). Les technologies de copie et de réplication locale ou distante sont de plus en plus utilisées par les entreprises dans le cadre de la mise en œuvre de PRA, explique ainsi Alain Clément, de HP. En cas d incident d ampleur sur le site ou le système primaire, cette option permet de redémarrer le plus vite possible. Seul vrai problème : les coûts télécoms en France restent un obstacle significatif à la copie distante. Dernier maillon sur lequel le disque fait une percée par rapport à la bande, la virtualisation de bandes (VTL, pour Virtual Tape Libraries) ou celui de la sauvegarde sur disque avant sauvegarde sur bande.selon Denis Motro, de Gresham, le VTL est promis à un bel avenir du fait des gains de performances en restauration. Sans oublier l intérêt qu offre le maintien des sauvegardes les plus récentes en cache. Nombre d analystes estiment que la technologie a aussi le potentiel de faire baisser les coûts de l infrastructure de sauvegarde en contribuant à la réduction du nombre de bibliothèques. Seul souci, certaines entreprises gèrent désormais des architectures de stockage à quatre étages, dont trois dédiés à la protection de données et à la sauvegarde. C est sans doute ce que l on appelle le prix de la sérénité. CHRISTOPHE BARDY 22 LE MONDE INFORMATIQUE N septembre 2004

5 Infrastructure MATERIS EN FAITS ET EN CHIFFRES Secteur : matériaux spécialisés pour le bâtiment et l industrie (aluminates ; mortiers, peintures et adjuvants pour le bâtiment ; réfractaires monolithiques pour l industrie). Chiffre d affaires : 1,2 milliard d euros en Effectifs mondiaux : personnes Nombre de sites de production : 58 sites répartis dans le monde ; 2 sites informatiques. PROBLÉMATIQUE Sauvegarder de grands volumes de données dans une fenêtre de temps réduite. La mise en place du progiciel de gestion intégré JD Edwards a entraîné l explosion des besoins de stockage pour les données critiques, et donc des besoins de sauvegarde sur le site de production de Clichy. Très vite, les données d autres applications, comme la messagerie électronique, sont venues gonfler le flux initial. Le projet devrait répondre à une contrainte principale : assurer la sauvegarde de 1,5 To de données dans une fenêtre de 6 heures. LE PROJET Historique : 1999 : déploiement du PGl de JD Edwards sur le site d Issy-les- Moulineaux, 2000 : déploiement d une solution de sauvegarde (Adic i1000, Compaq MA 8000 et Time Navigator) sur le site d Issy-les-Moulineaux : déploiement du PGI de JD Edwards et d une solution de stockage-sauvegarde sur le site de Clichy (Adic i2k, HP EVA 5000 et Time Navigator) : la solution technique de Clichy est dupliquée sur l autre site informatique, à Issy-les-Moulineaux. Solution technique : Logiciel Atempo Time Navigator, baies de stockage HP EVA 3000 et 5000, bibliothèque robotisée Adic Scalar i2k en environnement LAN Gigabit Ethernet. Investissement : n.c. Le poste stockage-sauvegarde est le pôle le dépenses le plus important du budget informatique. Ce dernier atteint 2,5 % du chiffre d affaires. Pratique Materis prône la simplicité avant tout Sauvegarder 1,5 To en six heures tout en bâtissant une infrastructure fiable. Grâce à une première expérience longue de quatre années, Materis est parvenu à relever le défi. Avec, au final, une solution plus simple que celle planifiée à l origine. Comme partout ailleurs, chez Materis, une ex-filiale du groupe Lafarge, les projets de stockage et de sauvegarde accompagnent l évolution du système d information de l entreprise. La société de matériaux de construction spécialisés avait décidé de mettre en place le progiciel de gestion intégré (PGI) de JD Edwards sur son site de production de Clichy. Ce PGI qui gère des applications critiques, dont la distribution, les achats, les finances et la gestion des entrepôts, s avère gourmand en ressources de stockage et de sauvegarde. Impossible donc de faire l économie d une solution adaptée. L infrastructure en place, bâtie autour de plusieurs bibliothèques Adic 100, n avait en effet aucune chance de donner satisfaction. En premier lieu, les robots étaient dans l incapacité de sauvegarder un tel flux de données dans la fenêtre de temps impartie, soit six heures. Ensuite, ce matériel connaissait quelques soucis de fiabilibité lors de sollicitations importantes. L équipe informatique a donc choisi de refondre la sauvegarde autour d un équipement unique. A la base de la nouvelle solution, une combinaison de trois produits : Time Navigator, une baie de Pascal Potier, vice-président des services professionnels chez Atempo MÉTHODOLOGIE Marc Guillaumot Marc Guillaumot Lorsque l on retient une solution récente, on s expose, inévitablement, à des ajustements techniques. Ce projet en est le parfait exemple. Materis a retenu à l époque la dernière-née des bibliothèques Adic, la Scalar i2k. Devenant alors la première entreprise dans le monde à la déployer. Impossible dans ces conditions de disposer de repères. Ainsi, lorsque les problèmes sont apparus, il a fallu travailler d arrache-pied pour les résoudre. En fait, nous ne pouvions pas sauvegarder l intégralité de la base Oracle Roger Beesley, DSI de Materis : Le poste stockage-sauvegarde représente la part la plus importante du budget informatique. La fiabilité et la standardisation ont donc joué un rôle primordial dans notre choix. stockage HP EVA 5000 et une bibliothèque robotisée Scalar i2k (avec la technologie LTO2) d Adic. Nous avions initialement fondé notre approche sur un concept SAN, qui s est avéré à la fois coûteux et complexe à mettre en œuvre, détaille Roger Beesley, DSI de l entreprise. Nous avons finalement préféré une combinaison LAN/commutateurs Gigabit Ethernet, qui nous donne en- dans la fenêtre de temps donnée. Il nous fallait 40 % de temps en plus. Après une étude poussée, nous avons pu identifier le problème : les disques alimentaient trop lentement le robot. Respecter la fenêtre de sauvegarde imposée par le projet était tout simplement impossible. Dans ce cas précis, le dysfonctionnement était lié à un problème de pilote nécessaire au fonctionnement de la nouvelle robotique, en environnement SAN. En revenant à une solution plus classique, reposant sur des Le site de production informatique de Materis à Issy-les-Moulineaux. En 2004, ce site a été doté de la solution (Time Navigator, bibliothèque Adic et baie HP) testée avec succès à Clichy. tière satisfaction, tant en termes de performances qu en termes de stabilité. En effet, les premiers tests menés par les équipes de Materis mettaient en évidence une déficience certaine des pilotes SAN. Défaillance qui rendait la construction de l architecture de stockage et de sauvegarde tout simplement impossible. De ce fait, nous nous sommes rabattus sur une solution Attention au dimensionnement des composants liaisons Gigabit Ethernet, Materis a gommé ce problème. Ce phénomène de manque de performances constitue une des difficultés récurrentes rencontrées lors de la mise en place d une solution de sauvegarde. Il faut vraiment dimensionner avec soin la baie, le robot et le réseau. Souvent, le goulet d étranglement vient d un de ces trois composants. D autant que, structurellement, disques et bandes écrivent des blocs de tailles différentes, ce qui multiplie les temps de latence lors des transferts. Marc Guillaumot 24 LE MONDE INFORMATIQUE N septembre 2004

6 éprouvée : un réseau Gigabit Ethernet avec des switchs redondants. Conclusion: mieux vaut adopter des solutions simples, mais fiables, plutôt que de partir sur des architectures intellectuellement épanouissantes, tranche Roger Beesley. Pour le DSI, ces dernières accroissent la complexité du système d information. Non seulement elles sont difficiles à exploiter au quotidien, mais encore les soucis commencent vraiment lorsqu un dysfonctionnement apparaît. Il faut alors courir après le spécialiste de l éditeur ou du constructeur, qui est lui-même déjà fortement sollicité. En attendant son assistance, l entreprise se trouve pénalisée. Une fois le choix du Gigabit Ethernet arrêté, d autres difficultés ont surgi durant la période de déploiement. Pour résoudre les difficultés que posaient certains composants, surtout la baie de disques et le dialogue qu elle devait instaurer avec le logiciel de sauvegarde et le robot, nous avons pu bénéficier de l intervention d experts de haut niveau, reprend Roger Beesley. Nous avons réussi à résoudre nos problèmes, non sans avoir mis une pression forte sur les fournisseurs. Non seulement, après discussions musclées, nous disposons maintenant d une solution opérationnelle, mais en plus cette action a généré RISQUES ET AVANTAGES D UNE PREMIÈRE MONDIALE e projet de Materis a été mené L avec un savant calcul des risques. En effet, la société de matériaux de construction spécialisés a mis en place une solution reposant sur la robotique Adic i2k. Or, cette mise en place constituait une première mondiale : le fournisseur n offrait alors aucune référence à son catalogue pour ce matériel. Le projet a d ailleurs commencé avec deux mois de retard, lié à la livraison de la bibliothèque. En contrepartie, nous avons bénéficié de l expertise d Adic. Le fournisseur a dépêché des experts d énormes améliorations dans notre processus d exploitation. Victime de son succès, la solution de sauvegarde a vite dépassé son périmètre initial. Les besoins en stockage et en sauvegarde ont beaucoup augmenté sur le site de Clichy, du fait de l immense variété d informations et de documents à conserver sous forme numérique, et de la durée de vie de ces informations. d outre-atlantique. Nous avons vraiment tiré parti de leur expérience et nos équipes internes ont ainsi pu bénéficier d un transfert de compétences de haut niveau, commente Roger Beesley, DSI de Materis. Toutefois, des problèmes de performances sont venus compliquer la mise en place. La solution se montrait incapable de sauvegarder la base de données dans la fenêtre prévue dans le projet. Les équipes informatiques de la société ont alors décidé de simplifier l architecture, abandonnant ainsi le SAN au profit d un réseau LAN Gigabit Ethernet. Materis procède à des sauvegardes incrémentales quotidiennes. S y ajoute la sauvegarde full chaque dimanche. Pour cette dernière, nous procédons d abord à la fermeture de la base de données Oracle. Cette précaution fait suite à une très mauvaise expérience : lors d une opération de restauration de notre base, alors que nous réalisions des sauvegardes à chaud, nous nous sommes retrouvés avec des bandes détériorées! précise le DSI de Materis. Le cahier des charges de sauvegarde établi par l équipe de Roger Beesley respecte des principes qui s appuient sur l expérience de terrain: Tout d abord, nous avons établi une durée maximale de six heures pour une interruption de disponibilité d application. Ce critère ne pose aucun problème avec notre nouvelle solution, alors qu avant sa mise en œuvre il nous fallait un minimum de deux jours pour parvenir au même résultat. Par ailleurs, le contrat que nous avons signé avec notre prestataire de site de secours stipule qu en cas de recouvrement de sinistre (disaster recovery), nous redémarrons toute notre informatique dans un délai compris entre vingt-quatre et quarante-huit heures. De plus, notre nouvelle architecture très ouverte et flexible nous apporte toutes les garanties de pérennité vis-à-vis de nos projets futurs. Une nouvelle étape est franchie en 2004 : pour faire face à l envolée des volumes et à la réduction des plages de sauvegarde, une configuration quasi identique (Time Navigator, bibliothèque Scalar et baie HP EVA 3000) est dupliquée sur l autre site de production de la société, à Issy-les-Moulineaux. XAVIER BOUCHET N septembre 2004 LE MONDE INFORMATIQUE 25

7 Infrastructure L arrivée de SDLT 600 va donner provisoirement l avantage à Quantum par rapport à la norme LTO. En attendant LTO-3, prévu pour début Offre Face-à-face dans les standards de bandes Qu est-ce qui est économique, amovible, et facile à remplacer? Une cartouche à bande bien sûr, même si, depuis un an, les technologies disques font leur entrée sur le marché de la sauvegarde. Car, pendant ce temps, dans le monde du stockage sur bande, la bataille des formats se poursuit. Surtout dans les équipements de milieu de gamme, depuis que le standard LTO Ultrium, poussé par les trois poids lourds que sont HP, IBM et Certance (ancienne division de Seagate), est venu très sérieusement concurrencer les technologies DLT et SDLT de Quantum. A tel point que l année dernière, selon IDC, la part de marché européenne du LTO a atteint 70 % sur les nouvelles unités vendues, contre seulement 24 % pour DLT/SDLT. Il n empêche que, pour des raisons historiques, la base installée du DLT reste encore très importante, notamment en France. En outre, selon certains équipementiers, près du tiers de ces utilisateurs posséderaient aujourd hui des lecteurs d ancienne génération (DLT 4000, 5000 ou 8000). Source : LMI Rupture technologique dans le SDLT Comment expliquer un tel succès de la technologie LTO, qui reste tout de même 20 % plus chère que SDLT à performances comparables? Tout d abord, la saine émulation à l intérieur du trio d industriels leur permet sans doute de se montrer plus réactifs et de mieux tenir leurs engagements en matière d évolution des produits. Tandis que, de son côté, Quantum semble légèrement a baisse des coûts entraînée par Ll arrivée sur le marché de baies de disques Serial ATA depuis un an relance l intérêt des grandes entreprises pour la sauvegarde de leurs données sur disque. Les solutions d émulation de bibliothèques de bandes ou VTL (Virtual Tape Libraries) Source : IDC % 26% 67% 2001 en retard sur son calendrier. La vitesse d écriture des données est un critère très important, car les fenêtres de sauvegarde se réduisent et pèsent de plus en plus dans les appels d offres, constate par ailleurs Grégory Gosset, ingénieur avant-vente chez l intégrateur Scasicomp. Globalement, les deux technologies se retrouvent aujourd hui au coude à coude en termes de débit de sauvegarde et de capacité native des cartouches, doublées à chaque nouvelle génération, soit environ tous les dix-huit mois. En effet, l avantage dont jouissait depuis plus d un an LTO-2 (200 Go, de 30 La percée de LTO se confirme LA SAUVEGARDE SUR DISQUE DEVIENT RÉALITÉ permettent de maintenir les procédures de back-up en place et de ne pas perturber les applications. La prise en main est identique à celle d une bandothèque et il est possible de créer plusieurs centaines de lecteurs de bande LTO et SDLT virtuels avec les mêmes fonctionnalités que des Glossaire DLT Digital Linear Tape. Technologie rachetée par Quantum à DEC en La nouvelle génération (2001) s appelle Super DLT (SDLT). LTO Linear Tape-Open. Standard ouvert créé par IBM, HP et Seagate en Prévu à l origine en deux versions : Accelis (accès rapide) et Ultrium (hautes capacités). AIT Advanced Intelligent Tape. Créé par Sony en Avantage : un temps d accès de 30 secondes, contre 50 pour LTO et 70 pour SDLT. à 35 Mo/s) sur SDLT 320 (160Go, 16 Mo/s), notamment sur le débit, est sur le point de fondre avec l arrivée de SDLT 600 (300 Go, 36 Mo/s), qui équipe les bandothèques de Quantum depuis quelques mois (et bientôt celles d Overland, d Adic et de StorageTek). Mais ce statu quo ne sera que de courte durée car les premières bandothèques au format LTO-3 feront leur apparition dès le début de l année prochaine. En revanche, l arrivée de SDLT 600 remet la technologie sur un pied d égalité avec LTO-2 en matière de connectivité. Les deux standards peuvent être proposés avec une machines bien réelles. Sauf que le stockage s effectue sur disque, et ne nécessite pas de changer régulièrement les cartouches et de nettoyer les lecteurs. Ces solutions VTL peuvent se présenter sous différentes formes : baies de stockage intégrées, passerelles ou commutateur SAN intelligent. FORMATS DE STOCKAGE SUR BANDE : LES DERNIÈRES GÉNÉRATIONS EN DATE 4% Constructeurs Capacité Débit Capacité Débit native natif compressée compressé LTO-3 IBM, HP, Certance 400 Go 80 Mo/s 800 Go 160 Mo/s SDLT 600 Quantum 300 Go 36 Mo/s 600 Go 72 Mo/s AIT 4 Sony 200 Go 24 Mo/s 520 Go 62,4 Mo/s 1% 4% 56% 18% 17% % 2% 70% 21% 2003 LTO SDLT DLT 3% Mammoth 1% AIT 2/3 3% Autres Selon une récente étude d IDC sur le marché européen des bandothèques de milieu de gamme, le format LTO pèse, en 2003, trois fois plus en chiffre d affaires que les technologies DLT. interface Fibre Channel native, alors que SDLT 320 n était disponible qu en SCSI. Résultat, jusqu à présent, un lecteur LTO pouvait se voir directement relié à un commutateur SAN, alors qu il fallait impérativement passer par un routeur avec SDLT. D où un risque de panne supplémentaire. Malgré cela, nous préconisions toujours de passer par un routeur SAN, car cela permet d effectuer des opérations de maintenance sur les lecteurs sans perturber l environnement SAN, précise Stéphane Cardot, ingénieur système chez Quantum. Selon lui, quelques autres arguments technologiques pourraient jouer en faveur de SDLT 600. Notamment une meilleure gestion des buffers et des vitesses de bande qui permettrait le gain de précieuses minutes sur une fenêtre de sauvegarde de trois ou quatre heures. Par ailleurs, le microcode des lecteurs SDLT 600 sera doté de DLTSage, qui analyse en temps réel l état du lecteur et l usure des cartouches, et communique son diagnostic au logiciel de sauvegarde. Malgré ces atouts, le lancement de ce standard ne va pas sans risque pour Quantum. SDLT 600 provoque en effet une rupture technologique que le constructeur avait jusque-là réussi à éviter: un lecteur à cette norme ne peut pas lire les cartouches au format DLT 8000, contrairement au DLT 320 actuel (grâce à une double tête). A terme, les utilisateurs actuels du format DLT n auront donc pas le choix : il faudra faire migrer les données de leurs anciennes cartouches, soit vers LTO, soit vers SDLT. A moins que ce ne soit vers un troisième format qui commence à monter en gamme à des prix intéressants : AIT de Sony. Ce dernier possède des références dans le monde du broadcast notamment, grâce à sa rapidité de temps d accès et de restauration des données, note Olivier Segrettin, chef de produit Europe chez Adic, qui vend des robotiques aux trois formats LTO, SDLT et AIT. Et peut-être bientôt SAIT, un nouveau format que Sony vient de sortir et qui nécessite un changement de support. Face à cette profusion de formats, le cabinet d études Giga (groupe Forrester) conseille à ses clients de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, et de panacher plusieurs technologies dans une même bandothèque. Une recommandation apparemment peu suivie aux dires de la plupart des vendeurs, même si ceux-ci proposent sur leur catalogue (y compris Quantum avec LTO) des robotiques multi-technologies. JEAN-LUC ROGNON 26 LE MONDE INFORMATIQUE N septembre 2004

8 Editeurs et prestataires multiplient les offres de mise en conformité avec la réglementation. Mais ceci passe d abord par l archivage des données à valeur légale. Par égard pour les difficultés rencontrées par les entreprises lors des projets euro et an 2000, l administration avait tendance à faire preuve d une certaine tolérance en matière de respect des critères permettant à un stockage d obtenir une valeur légale, notamment fiscale. Cette tolérance tend aujourd hui vers zéro. Résultat : les entreprises viennent spontanément voir les prestataires potentiels pour leurs projets de mise en conformité de l existant avec la réglementation, observe Caroline Fabre, directrice de l offre stockage chez IBM Global Service. Jean-Jacques Milhem, responsable de l offre MediaCert chez Atos Worldline, précise: Pour qu il y ait archivage légal, il faut que l information soit conservée avec une garantie absolue d intégrité par rapport à sa création originale et, bien évidemment, qu on puisse la restituer en cas de besoin. Si le moment de la naissance des données présente une importance (comme dans le cas d un contrat ou d une facture), la création de l information devra aussi être horodatée de manière fiable. Comment garantir trente ans un certificat? Source : CDC Zantaz Archivage La législation, force motrice des projets DURÉES MINIMALES DE CONSERVATION DES DOCUMENTS Document Temps de conservation Origine de l obligation Factures clients 10 ans Code du commerce Balance auxiliaire annuelle 10 ans Code du commerce Bons de réception et de livraison 10 ans Code du commerce Bulletins de commande 10 ans Code du commerce Pièces justificatives de TVA 10 ans Code du commerce Correspondance commerciale 10 ans Code du commerce Contrats commerciaux 30 ans Code civil Commandes clients 30 ans Code civil Bulletins de paie 5 ans Code du travail, Code de la Sécurité sociale Les durées de conservation sont variables en fonction de la nature des données. Un bon système d archivage légal agrégera donc différents choix techniques. La norme française définissant un stockage à valeur légale (NFZ ) précise que le support employé doit être de type Worm (Write One, Read Many, une seule écriture, plusieurs lectures). Seuls les supports optiques répondent donc à ces critères. Mais la situation est en train d évoluer, notamment à l occasion de la rédaction de la norme ISO homologue de la NFZ Le Worm logique (écriture verrouillée par voie logicielle) pourrait donc, à terme, se voir admis. Frédéric Podetti, directeur de l offre SAN et bandes chez IBM France, décrit les sécurités mises en œuvre dans ce type de support : Les bandes Worm possèdent un numéro unique encrypté sur la piste magnétique lors de sa fabrication, numéro repris sur le boîtier. Les informations sont également encryptées pour empêcher des suppressions (sur les bandes) ou des modifications illicites. Cependant, un certain nombre de difficultés subsistent : Un certificat de signature électronique, avec une clé de cryptage d un certain nombre de bit acceptée comme valide aujourd hui peut très bien ne plus être admis demain, lorsque les procédés pour casser les cryptages auront évolué. Et comment garantir qu un certificat aura une durée de vie de plus de trente ans?, remarque Jean-Jacques Milhem. Les projets d archivage légal présentent une double complexité: celle de la réglementation à observer, qui évolue sans cesse, et celle des processus internes aux entreprises. Les entreprises doivent répondre à des questions du type : qui est en charge de la création, de la modification ou de la validation d une donnée? Sans compter que, dans certains cas, c est l ensemble du SI ayant généré la donnée qu il faut archiver et pas seulement la donnée elle-même, par exemple dans le cas d informations à valeur fiscale, souligne Caroline Fabre. Comme ils impliquent autant les directions fonctionnelles (circuit des données) que la DSI (gestion des supports), les projets sont souvent suivis à un haut niveau hiérarchique jusqu à la direction générale. Alain Le Corre, directeur marketing de l éditeur Filenet, insiste : Une entreprise ne peut pas transformer tous ses salariés en archivistes. Tout système d archivage doit donc être largement automatisé. BERTRAND LEMAIRE L ADMINISTRATION ET LA DISTRIBUTION AUX PREMIÈRES LOGES ant pour Atos Worldline que T pour IBM Global Services, l administration est aujourd hui le secteur le plus demandeur de solutions d archivage à valeur légale. La dématérialisation des procédures, en particulier dans les relations entre collectivités locales et Etat, implique de grands volumes de données à archiver. Des projets pilotes sont en cours. Atos Worldline y ajoute la grande distribution, en particulier dans le domaine de la facturation dématérialisée. Pour IBM Global Services, les grands clients actuels se situent par ailleurs dans le secteur médico-pharmaceutique (besoin de traçabilité), de la santé et des retraites (avec d énormes volumes de données à conserver pendant trente ans ou plus). Enfin, toutes les sociétés cotées aux Etats-Unis sont visées par les mesures de la loi Sarbanne-Oaxley. Celle-ci implique de conserver énormément de données sur le fonctionnement interne de l entreprise, par exemple ses courriels. Les avis divergent pour le secteur bancaire. Chez Atos Worldline, on estime que les grands projets sont largement avancés ou terminés. Tandis qu IBM voit ce secteur en première ligne du fait des évolutions qu entraîne la mise en conformité avec les accords Bâle II. N septembre 2004 LE MONDE INFORMATIQUE 27

9 Infrastructure Panorama Une offre matérielle très aboutie, y compris pour les PME En matière de sauvegarde, les constructeurs soignent à la fois leur entrée et leur haut de gamme. Les bandothèques s étoffent. Des baies de disques bon marché apportent leur vitesse d exécution. Et les logiciels tentent de s adapter à des réseaux toujours plus complexes. Réseau local Sauvegarde magnéto-optique BIBLIOTHÈQUES DE CARTOUCHES MAGNÉTO-OPTIQUES Constructeur Produits Commentaires HP StorageWorks Jusqu à 7,1 To de données sur Opticals Jukeboxes supports UDO (238 emplacements). IBM 3995 Optical Jusqu à 1,34 To. Cartouches 5,25 Library C-Series pouces réinscriptibles et Pworm. Plasmon G-Series De 20 à 2552 emplacements et jusqu à 48 lecteurs. Cartouches 5,25 pouces (notamment UDO). Sony BW-J601 Robotique compacte, 67 emplacements pour des cartouches PDD. SAN Logiciel de sauvegarde Réseau local Source : pôle technologies / IDG France LOGICIELS DE SAUVEGARDE Editeur Produits Commentaires Arkeia Network Backup Notamment fonction de file d attente pour lancer une sauvegarde quand les ressources ne sont pas disponibles. Atempo Time Navigator Existe en versions boîtier et PME. Restauration et sauvegarde. Bakbone NetVault Solution évolutive et transparente à l installation. Option VTL. CommVault Galaxy Outil hétérogène de sauvegarde, de restauration et de transfert de données. Computer Brightstor Ouvert aux serveurs Unix, Windows, Associates ARCserve Linux et NetWare, multiples Backup 11 bandothèques et baies. Dantz Retrospect Intégre les postes de travail PC et Mac. Tarification au volume. EMC (Legato) Networker Même dans le giron d EMC, reste ouvert sur les équipements DAS, SAN et NAS des concurrents. HP Openview Storage S affranchit de l ouverture Data Protector permanente de fenêtre, coûteuse en ressources. IBM Tivoli Storage Fonctions d administration avec Manager définition de durées de rétention et règles de migration entre supports. NSI Software Double-Take Réplication de serveurs Windows. Proche du concept de haute disponibilité. Veritas Netbackup Option de copie de disque à disque pour les sauvegardes intermédiaires. Yosemite Tapeware Plutôt pour PME. Versions serveurs, postes de travail, groupes de travail. Réseau local Réseau local Réseau local LECTEURS DE BANDES ET CHARGEURS AUTOMATIQUES Constructeur Produits Commentaires Adic FastStor Série de chargeurs SDLT et LTO. Huit bandes et 1,6 To au maximum. HP StorageWorks Produits d entrée de gamme DAT, Autoloader DDS, SDLT et LTO Ultrium. IBM Ultrium Lecteurs de bandes LTO évolutifs. Overland PowerLoader Chargeurs haut de gamme : et LoaderXpress deux lecteurs et jusqu à 17 bandes AIT, LTO ou SDLT. Quantum ATL ValueLoader Jusqu à 1,6 To pour le premier ; et SuperLoader 3,2 To pour le second. Chargeurs SDLT et LTO. Sony StorStation Chargeur automatique décliné en plusieurs modèles. Synerway Synerbox TX Capacité maximale de 200 Go et SD pour TX et de 4 To pour SD. Lecteur de bandes ou chargeur automatique 28 LE MONDE INFORMATIQUE N septembre 2004

10 BAIES DE DISQUES ATA ET S-ATA Constructeur Produits Commentaires Adaptec ISA 1500 Storage Jusqu à 24 To sur la baie FC (FS4500). Array et FS4500 Digital Storage Digistor L entrée de gamme ISA combine S-ATA et iscsi. Interface SCSI ou FC. Jusqu à 6,4 To en P-ATA, S-ATA ou SCSI. EMC Clariion Entrée de gamme S-ATA. Accueille simultanément des disques ATA et FC. Engenio 2822, 2882, 5884 Baies S-ATA avec interfaces FC. Jusqu à 56 To. (ex-lsi Logic) HDS Thunder 9500 V Baie S-ATA haut de gamme. Jusqu à 107 To. HP MSA20 Pour des liaisons directes aux serveurs et MSA1500 (MSA20), environnements SAN (MSA1500). IBM TotalStorage DS4100 Jusqu à quatre ports FC (ex-fastt100) et 14 To sur disques S-ATA. StorageTek BladeStore Capacité maximale de 28 To en S-ATA et 150 To en PATA. Sun StorEdge 3511 Quatre ports FC. Capacité de 1,25 à 16 To. Baie de disques Bandothèque Emulateur de bandothèque! Les tableaux de cette double page ne présentent qu'une partie de l'offre en matière de sauvegarde EMULATEURS DE BANDOTHÈQUES Constructeur Produits Commentaires Adic PathLight VX Baie de disques ATA. Entre 3,8 et 47 To à 2 To/h. Alacritus Securitus 2.0 Logiciel disponible sur les commutateurs Brocade. Alacritus/ VTLA 1000 Capacités respectives de 718 Go Nissho/Hitachi et 5000 à 1,2 To et de 1,8 à 27,6 To. EMC Clariion Disk De 500 Go à 58,4 To. Transfert Library 300 et 700 de 225 Mo/s ou 425 Mo/s. FalconStor IpStor Virtual Tape Indépendant des baies Library Appliance et des commutateurs du SAN. Overland Reo 1000 Solutions FC et iscsi sur huit et 4000 disques S-ATA. Jusqu à 8 To en émulation LTO. Quantum DX-30 et DX-100 Baies S-ATA, de 8 à 64 To. Transferts de 2 To/h (DX-100). Sepaton S2100 Capacité record de 3,5 à 200 To. BANDOTHÈQUES Constructeur Produits Commentaires Adic Scalar, AML Ouverture aux normes LTO, SDLT et AIT. Exabyte Magnum, Respectivement : bandes LTO, VXAtape VXA, Mammoth et Mammoth (technologie maison). Overland Neo Series LTO et SDLT. Jusqu à 500 cartouches et 16 lecteurs. Quantum M-Series Lecteurs LTO et SDLT (notamment le dernier-né SDLT600). Plasmon V-Series Jusqu à six lecteurs LTO ou AIT3. Sony PetaSite S Series Jusqu à douze lecteurs AIT par châssis. StorageTek Streamline, L-Series, SDLT, LTO, T9840 et T9940. Des groupes PowderHorn, de travail aux centres de données. TimberWolf Que les principaux acteurs du stockage tentent de séduire les PME n est une nouvelle pour personne. En matière de sauvegarde, tout le monde y gagne : les petites entreprises, mais aussi les grandes qui, malgré la consolidation de leurs réseaux de stockage, continuent parfois à adopter des politiques décentralisées. La tendance est de sauvegarder au plus près de la donnée pour ne pas congestionner les réseaux. Dans l offre pléthorique des outils de sauvegarde, le premier niveau de solutions s adresse justement aux PME et aux antennes de grandes sociétés. Il s agit de lecteurs de bandes autonomes, que l on place sur le réseau Ethernet pour protéger les données des PC et des petits serveurs. Ces dispositifs sont souvent très simples d utilisation. Mais ils dépendent de la bonne volonté des salariés, souvent non informaticiens, chargés de placer et de retirer les bandes et de leur dextérité, puisque les cartouches magnétiques sont sensibles aux mauvaises manipulations. Plus sophistiqués, les chargeurs automatiques sont de petits appareils prêts à l emploi équipés d un lecteur, de quelques logements et d un sélecteur de bandes. Le tout articulé par un logiciel de sauvegarde vérifiant la bonne marche des opérations. A l opposé, les bandothèques sont conçues pour protéger les réseaux de stockage SAN ou, directement, les serveurs les plus importants. Comme les simples lecteurs, elles utilisent les technologies SDLT, LTO ou AIT, mais elles gèrent des centaines de cartouches pour des capacités disques atteignant plusieurs centaines de téraoctets. Le disque S-ATA menace la bande Tout en se livrant une course effrénée au volume, les constructeurs insistent désormais sur une autre problématique : la vitesse d exécution des duplications et des restaurations. Pour accélérer la manœuvre, ils s appuient sur les baies de disques ATA et Serial ATA (S- ATA). Le coût de ces dernières est supérieur à celui des bandothèques, mais pas inaccessible. Le Clariion DL700 de EMC coûte, par exemple, environ 30 à 40 % plus cher qu une bibliothèque de même capacité. Pour ne pas modifier la configuration des serveurs et les procédures de sauvegarde, ce passage des données sur disque fait appel à un procédé de virtualisation de bandothèques (VTL pour Virtual Tape Libraries). La plupart du temps, ces outils d émulation sont intégrés directement aux baies (EMC, Hitachi, Quantum, Sepaton), mais des passerelles peuvent aussi se charger du MAGNÉTO-OPTIQUE : L ISO NORMALISE UDO ans le petit monde de l archivage sur supports magnéto-optiques, D Plasmon et Sony se livrent à une véritable guerre de religion depuis qu ils maîtrisent la technologie de gravure au laser bleu. Le premier, avec son offre UDO (Ultra Density Optical), semble emporter une nouvelle bataille avec la normalisation de son support par l Organisation internationale de normalisation (ISO). La norme ISO/IEC spécifie les caractéristiques mécaniques, physiques et optiques des supports 30 Go UDO réinscriptibles. Au contraire, les supports PDD (Professional Disc for Data), offrant une capacité de 23 Go, restent une technologie propriétaire Sony. service, comme chez IPStor. Enfin, certains commutateurs SAN prennent la manœuvre à leur compte, Brocade avec Alacritus par exemple. Reste à gérer sa politique de sauvegarde grâce à des logiciels généralement indépendants des baies et des systèmes d exploitation des serveurs. Leur rôle : élaborer un calendrier précis des sauvegardes complètes ou incrémentielles, tester périodiquement les restaurations Les logiciels de sauvegarde possèdent tous des options de réplication à chaud. Chaque application nécessite un module spécifique, ce qui peut différencier les éditeurs. Sauf que tous, à peu près, possèdent les mêmes options d interfaçage : avec Oracle, SQL Server, Lotus Notes/Domino ou autre Exchange. Ces logiciels suivent aussi la tendance du moment : la gestion du cycle de vie des données (ou ILM, Information Lifecycle Management). Puisque les réseaux de sauvegarde sont de plus en plus complexes en termes d équipements, les logiciels devront apprendre à déplacer régulièrement les données en fonction de la politique de rétention propre à chaque type d information. Une opération qui risque de prendre davantage de temps que la diversification matérielle. OLIVIER DESCAMPS N septembre 2004 LE MONDE INFORMATIQUE 29

La stratégie de stockage au Centre de Calcul du CNES

La stratégie de stockage au Centre de Calcul du CNES Réunion du groupe PIN (Pérennisation des Informations Numériques) La stratégie de stockage au Centre de Calcul du CNES Anne Jean Antoine 17 janvier 2002 Le stockage est crucial... Á Les entreprises ont

Plus en détail

Nouvelles stratégies et technologies de sauvegarde

Nouvelles stratégies et technologies de sauvegarde Nouvelles stratégies et technologies de sauvegarde Boris Valera Laurent Blain Plan Contexte Les nouveaux enjeux de la sauvegarde La sauvegarde des machines virtuelles La déduplication Les architectures

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

La Continuité des Activités

La Continuité des Activités Caroline Fabre- Offering Manager BC&RS Ikbal Ltaief Consulting Manager BC&RS La Continuité des Activités Nouveaux enjeux, nouvelles technologies, nouvelles tendances Paris, le 9 juin 2010 Grandes entreprises

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

EMC Data Domain Boost for

EMC Data Domain Boost for EMC Data Domain Boost for Symantec Backup Exec Augmentez vos performances de sauvegarde grâce à une intégration avancée dans OpenStorage Avantages clés Sauvegardes plus rapides et meilleure utilisation

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage

APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage APX vous accompagne de la Conception à l Exploitation de votre Système d Information. Ce savoir faire est décliné dans les 3 pôles

Plus en détail

OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING

OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING AUTOUR DE LA SOLUTION TSM DERNIERE MISE A JOUR : MAI 2011 préalable 1 Liste des services proposés Nos équipes sont spécialisées depuis de nombreuses années dans le domaine

Plus en détail

David Bizien Directeur SI Finance, ColiPoste

David Bizien Directeur SI Finance, ColiPoste Mise en place d'un plan de reprise d'activité (PRA) en environnement hétérogène et virtuel afin de sécuriser le SI Finance ColiPoste. David Bizien Directeur SI Finance, ColiPoste Présentation La Poste

Plus en détail

Institut National de la Recherche Agronomique. Cahier des charges pour la fourniture du dispositif de sauvegarde des serveurs du Système d Information

Institut National de la Recherche Agronomique. Cahier des charges pour la fourniture du dispositif de sauvegarde des serveurs du Système d Information Institut National de la Recherche Agronomique Cahier des charges pour la fourniture du dispositif de sauvegarde des serveurs du Système d Information Page 1 sur 9 1. Objet de la consultation L Institut

Plus en détail

Consolidation Stockage. systemes@arrabal-is.com

Consolidation Stockage. systemes@arrabal-is.com Stockage systemes@arrabal-is.com Le stockage, un enjeu central pour les entreprises. Dans les petites et moyennes entreprises, les données sont souvent stockées de façon aléatoire sur des serveurs, des

Plus en détail

français Lecteurs de sauvegarde sur bande Securing your Information

français Lecteurs de sauvegarde sur bande Securing your Information français Lecteurs de sauvegarde sur bande Securing your Information Enregistrement linéaire des données Technologie SLR La technologie SLR (Scalable Linear Recording), mise au point à la fin des années

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

Ascometal sécurise son informatique industrielle grâce aux solutions CA ARCserve

Ascometal sécurise son informatique industrielle grâce aux solutions CA ARCserve TEMOIGNAGE CLIENT Ascometal sécurise son informatique industrielle grâce aux solutions CA ARCserve EXEMPLE DE RÉUSSITE Secteur: Sidérurgie Organisme: Ascometal Effectifs: 2250 collaborateurs LES ACTIVITÉS

Plus en détail

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO?

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO? POURQUOI UNE VERSION SQL? Pour certains d entre vous, cette version est attendue depuis longtemps. Pour d autres, la version actuelle répond très bien à vos besoins. Alors pourquoi une version SQL? La

Plus en détail

Serveurs dédiés. Trafic et performances

Serveurs dédiés. Trafic et performances Serveurs dédiés Trafic et performances Nos services sont destinés aux entreprises et particuliers exigeants en terme de fiabilité, de sécurité et de disponibilité. Nous sommes également à même de fournir

Plus en détail

Besoins Exemples pour 2 métiers :

Besoins Exemples pour 2 métiers : Annexe 3 : fiche service Stockage, sauvegarde et archivage de données informatiques du laboratoire Justification : infrastructure de base, service pour l'ensemble des équipes, projets et services Profil

Plus en détail

Sauvegarde des données au LAAS

Sauvegarde des données au LAAS Sauvegarde des données au LAAS Laurent Blain, LAAS-CNRS 1 Configuration Technique 1 Serveur de sauvegarde connecté à une bibliothèque de bandes 1 bibliothèque Qualstar 88132 3 lecteurs LTO-2 100 bandes

Plus en détail

Direction de l Innovation et des Systèmes d Information. Pôle Systèmes Informatiques CONSULTATION POUR L ÉVOLUTION DE L ARCHITECTURE DE SAUVEGARDES

Direction de l Innovation et des Systèmes d Information. Pôle Systèmes Informatiques CONSULTATION POUR L ÉVOLUTION DE L ARCHITECTURE DE SAUVEGARDES Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Pôle Systèmes Informatiques Unité Centrale Informatique de Jouy CONSULTATION POUR L ÉVOLUTION DE L ARCHITECTURE DE SAUVEGARDES (procédure adaptée)

Plus en détail

Direction de l Innovation et des Systèmes d Information. Pôle Systèmes Informatiques CONSULTATION POUR L ÉVOLUTION DE L ARCHITECTURE DE SAUVEGARDES

Direction de l Innovation et des Systèmes d Information. Pôle Systèmes Informatiques CONSULTATION POUR L ÉVOLUTION DE L ARCHITECTURE DE SAUVEGARDES Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Pôle Systèmes Informatiques Unité Centrale Informatique de Jouy CONSULTATION POUR L ÉVOLUTION DE L ARCHITECTURE DE SAUVEGARDES (procédure adaptée)

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com systemes@arrabal-is.com Généralités Généralités des systèmes Windows Les systèmes Microsoft sont au cœur du système d information de la majorité des entreprises, si bien qu environ 90% des postes utilisateurs

Plus en détail

Solution de sauvegarde externalisée

Solution de sauvegarde externalisée Solution de sauvegarde externalisée POURQUOI BACK NET «Le choix d une stratégie de sauvegarde performante présente pour les entreprises d aujourd hui, un véritable enjeu en termes de viabilité.» Elle doit

Plus en détail

Un projet de PRA peut se découper en quatre phases :

Un projet de PRA peut se découper en quatre phases : Définition Le plan de continuité de service PCA est mis en place pour faire face à une situation de crise pouvant perturber ou interrompre l activité de l entreprise. Le PCA est donc l ensemble des procédures

Plus en détail

Présentation du déploiement des serveurs

Présentation du déploiement des serveurs Présentation du déploiement des serveurs OpenText Exceed ondemand Solutions de gestion de l accès aux applications pour l entreprise OpenText Connectivity Solutions Group Février 2011 Sommaire Aucun environnement

Plus en détail

Services d Assistance à L Exploitation. n Réduisez les risques n Réduisez vos coûts d exploitation n Obtenez le maximum des technologies

Services d Assistance à L Exploitation. n Réduisez les risques n Réduisez vos coûts d exploitation n Obtenez le maximum des technologies Services d Assistance à L Exploitation n Réduisez les risques n Réduisez vos coûts d exploitation n Obtenez le maximum des technologies HITACHI DATA SYSTEMS 3 Bienvenue Les services proposés par Hitachi

Plus en détail

La Continuité d Activité

La Continuité d Activité La virtualisation VMware vsphere au service de La Continuité d Activité La virtualisation VMware vsphere La virtualisation et la Continuité d Activité La virtualisation et le Plan de Secours Informatique

Plus en détail

Copyright 2012 EMC Corporation. Tous droits réservés.

Copyright 2012 EMC Corporation. Tous droits réservés. 1 Transformez la sauvegarde et l archivage de votre patrimoine «Information» Yves Le Gouge Directeur technique Backup EMC France 2 Les défis de la protection des DONNÉES Protéger 100% des données Assurer

Plus en détail

Réseaux de Stockage à Haut Débit (SAN) C. Pham,, Laboratoire RESAM Univ.. Lyon 1

Réseaux de Stockage à Haut Débit (SAN) C. Pham,, Laboratoire RESAM Univ.. Lyon 1 Réseaux de Stockage à Haut Débit (SAN) C. Pham,, Laboratoire RESAM Univ.. Lyon 1 Basé sur les transparents de Arnaud DEGAVRE & Gihed MEFTAH, étudiants du DESS réseaux Lyon 1, 99-2000 Plan Le présent La

Plus en détail

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre La tendance actuelle vers une conception distribuée de l entreprise, avec des agences, des centres de

Plus en détail

OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011

OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011 OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011 Interview «OVESYS groupe OVERLAP» du 12 Janvier 2012, postée sur : http://www.itplace.tv Stéphane IAICH, OVESYS, Business Development Manager (BDM) Marc NDIAYE,

Plus en détail

Sauvegarde Version 1.0. 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent

Sauvegarde Version 1.0. 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent Sauvegarde Version 1.0 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent Sommaire I. Introduction... 3 II. Définition de la sauvegarde... 3 III. Stratégie de sauvegarde... 3 IV. Types de sauvegarde... 4 A. La sauvegarde

Plus en détail

CA ARCserve D2D. Une récupération après sinistre ultra-rapide vous permet d'éviter une interruption de service. DOSSIER SOLUTION : CA ARCserve D2D r16

CA ARCserve D2D. Une récupération après sinistre ultra-rapide vous permet d'éviter une interruption de service. DOSSIER SOLUTION : CA ARCserve D2D r16 CA ARCserve D2D CA ARCserve D2D est un produit de récupération sur disque conçu pour offrir la combinaison idéale de protection et de récupération rapides, simples et fiables de vos données professionnelles.

Plus en détail

Introduction. René J. Chevance

Introduction. René J. Chevance et restauration des données : Introduction Février 2002 René J. Chevance Introduction Présentation de différentes politiques de sauvegarde Plusieurs types de granularité en fonction de la fonctionnalité

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

Vers une IT as a service

Vers une IT as a service Vers une IT as a service 1 L évolution du datacenter vers un centre de services P.2 2 La création d une offre de services P.3 3 La transformation en centre de services avec System Center 2012 P.4 L évolution

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

FAMILLE EMC RECOVERPOINT

FAMILLE EMC RECOVERPOINT FAMILLE EMC RECOVERPOINT Solution économique de protection des données et de reprise après sinistre en local et à distance Avantages clés Optimiser la protection des données et la reprise après sinistre

Plus en détail

Cloud Computing. La révolution industrielle informatique. 2015 - Alexis Savin

Cloud Computing. La révolution industrielle informatique. 2015 - Alexis Savin Cloud Computing La révolution industrielle informatique 0 2015 - Alexis Savin Qui je suis Alexis Savin (asavin@integra.fr) Formation : Diplômé Ingénieur de l EPITA Spécialités : Architecture Réseau / Sécurité

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

«Scale-to-fit» Storage

«Scale-to-fit» Storage LIVRE BLANC «Scale-to-fit» Storage Faites évoluer votre stockage de façon totalement transparente grâce au «Scale-to-Fit» de Nimble Storage. Ce livre blanc explique comment les solutions Nimble Storage

Plus en détail

LIVRE BLANC POURQUOI LES ENTREPRISES ONT BESOIN DE LA TECHNOLOGIE LTO-7 AUJOURD HUI

LIVRE BLANC POURQUOI LES ENTREPRISES ONT BESOIN DE LA TECHNOLOGIE LTO-7 AUJOURD HUI LIVRE BLANC POURQUOI LES ENTREPRISES ONT BESOIN DE LA TECHNOLOGIE LTO-7 AUJOURD HUI La nouvelle technologie de bande LTO-7 offre une capacité de 15 To en mode compressé par cartouche, un plus haut débit,

Plus en détail

«SOLUTION DE SAUVEGARDE DE L INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE»

«SOLUTION DE SAUVEGARDE DE L INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE» MARCHE n 13.011 : «SOLUTION DE SAUVEGARDE DE L INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE» CAHIER DES CHARGES - 1 / 5-03/12/2013 ARTICLE 1 PRESENTATION DE L ASSOCIATION RESSOURCES Les membres de l Association RESSOURCES

Plus en détail

Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité?

Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité? Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité? Magali Michel, Directrice Business Unit Yooz (Groupe ITESOFT) www.yooz.fr Un livre blanc dédié, pour quelles réponses? Répondre aux interrogations

Plus en détail

Installation et paramétrage d une solution de sauvegarde et de réplication. Marché 2015-08

Installation et paramétrage d une solution de sauvegarde et de réplication. Marché 2015-08 Installation et paramétrage d une solution de sauvegarde et de réplication Marché 2015-08 Date et heure limites de remise des offres : Mercredi 9 décembre 2015 à 12h00 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 3 1.1. Objectif

Plus en détail

L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i n f r a m e, un b e s o i n c r u c i a l

L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i n f r a m e, un b e s o i n c r u c i a l Siège social : 5 Speen Street Framingham, MA 01701, É.-U. T.508.872.8200 F.508.935.4015 www.idc.com L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i

Plus en détail

Système de Stockage Sécurisé et Distribué

Système de Stockage Sécurisé et Distribué Système de Stockage Sécurisé et Distribué Philippe Boyon philippe.boyon@active-circle.com ACTIVE CIRCLE QUI SOMMES NOUS? Editeur français, spécialiste du stockage de fichiers et de la gestion de données

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle

VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle 212 VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle Quoi qu'il en soit, gardez à l esprit que nous n avons pas voulu favoriser une technologie en particulier. Cependant, nous

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

> L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES. Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise.

> L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES. Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise. > L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise. UN MARCHE EN PLEIN ESSOR UN VASTE TERRAIN DE JEU 1,2 Milliards (60% Services, 40% Logiciels,

Plus en détail

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs METAIS Cédric 2 ème année Informatique et réseaux Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs Cédric METAIS ISMRa - 1 - LES DIFFERENTS SYSTEMES RAID SOMMAIRE INTRODUCTION I LES DIFFERENTS RAID I.1 Le

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

Archivage de documents à valeur juridique. Présentation du coffre-fort électronique CDC Zantaz

Archivage de documents à valeur juridique. Présentation du coffre-fort électronique CDC Zantaz Archivage de documents à valeur juridique Présentation du coffre-fort électronique CDC Zantaz CDC ZANTAZ Tiers archiveur - Tiers de confiance La référence en matière de confiance CDC ZANTAZ créée 2001

Plus en détail

Fin de support de windows server 2003 êtes-vous PRêts? Bénéficiez des toutes dernières technologies avec Lenovo Windows Server

Fin de support de windows server 2003 êtes-vous PRêts? Bénéficiez des toutes dernières technologies avec Lenovo Windows Server Fin de support de windows server 2003 êtes-vous PRêts? Bénéficiez des toutes dernières technologies avec Lenovo Windows Server modernisez votre équipement, vous y gagnerez! www.lenovo.com/fr raisons pour

Plus en détail

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production Francis Chapelier Infogérance Sélective de Production 2 Programme Qu est ce que l infogérance sélective? Présentation de l Infogérance Sélective de Production (ISP) Quelques références Questions / réponses

Plus en détail

LES 5 PRINCIPALES RAISONS DE DÉPLOYER MICROSOFT SQL SERVER SUR LE SYSTÈME DE STOCKAGE UNIFIÉ EMC VNX

LES 5 PRINCIPALES RAISONS DE DÉPLOYER MICROSOFT SQL SERVER SUR LE SYSTÈME DE STOCKAGE UNIFIÉ EMC VNX LES 5 PRINCIPALES RAISONS DE DÉPLOYER MICROSOFT SQL SERVER SUR LE SYSTÈME DE STOCKAGE UNIFIÉ EMC VNX Et si vous pouviez éviter aux administrateurs de base de données d avoir à se préoccuper au jour le

Plus en détail

ARCHITECTURE & SOLUTIONS RESTAURATION DES ENVIRONNEMENTS WINDOWS SERVER DE STOCKAGE,BACK-UP,

ARCHITECTURE & SOLUTIONS RESTAURATION DES ENVIRONNEMENTS WINDOWS SERVER DE STOCKAGE,BACK-UP, ARCHITECTURE & SOLUTIONS DE STOCKAGE,BACK-UP, RESTAURATION DES ENVIRONNEMENTS WINDOWS SERVER Une Édition Spéciale publiée par la rédaction de Windows IT Pro Magazine itproeurope.com Magazine PARTIE 1 STOCKAGE

Plus en détail

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

GAMME DELL POWERVAULT MD STOCKAGE MODULAIRE LA GAMME DE SOLUTIONS DE STOCKAGE DELL POWERVAULT MD

GAMME DELL POWERVAULT MD STOCKAGE MODULAIRE LA GAMME DE SOLUTIONS DE STOCKAGE DELL POWERVAULT MD STOCKAGE MODULAIRE LA GAMME DE SOLUTIONS DE STOCKAGE DELL POWERVAULT MD Simplification de l'informatique La gamme Dell MD peut contribuer à simplifier votre infrastructure informatique en optimisant votre

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (3ième édition)

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (3ième édition) Généralités sur la sécurité informatique 1. Introduction 15 2. Les domaines et normes associés 18 2.1 Les bonnes pratiques ITIL V3 18 2.1.1 La stratégie des services (Service Strategy) 19 2.1.2 La conception

Plus en détail

Automatisation des copies de systèmes SAP

Automatisation des copies de systèmes SAP Pour plus d informations sur les produits UC4 Software, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ Automatisation des copies de systèmes SAP Introduction Le thème de la copie des systèmes SAP est une source

Plus en détail

s o l u t i o n s * * *

s o l u t i o n s * * * Sommaire Qui sommes nous? Notre métier Notre positionnement Une solution complète Notre champ d intervention Notre process Cas clients Nos références Contacts Qui sommes nous? Un éditeur de logiciels spécialisé

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Une étude pour LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur les orientations IT des DSI : cloud, mobilité, sécurité, poste de travail Identifier les principaux défis

Plus en détail

CA ARCserve r16 devance Veeam Backup and Replication 6.5 dans le domaine de la protection virtuelle

CA ARCserve r16 devance Veeam Backup and Replication 6.5 dans le domaine de la protection virtuelle devance Veeam Backup and Replication 6.5 dans le domaine de la protection virtuelle En octobre 2012, Network Testing Labs (NTL) a réalisé une analyse concurrentielle à la demande de CA Technologies. Selon

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

Migration et consolidation de systèmes d archivage de documents électroniques

Migration et consolidation de systèmes d archivage de documents électroniques Migration et consolidation de systèmes d archivage de documents électroniques 26/10/2013 Page 1 sur 8 Sommaire : Pourquoi décider de migrer les documents vers un système d archivage unique?... 3 Une migration

Plus en détail

Journées. MARSEILLE 3 & 4 Avril 2006

Journées. MARSEILLE 3 & 4 Avril 2006 Journées MARSEILLE 3 & 4 Avril 2006 Agenda Les architectures de Stockages SAN NAS : une Anagramme? SAN : Détails NAS : Détails Présentation de l offre «NetApp» Q & R Les Architectures de Stockage DAS Centralisées

Plus en détail

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl Dynamic Computing Services solution de backup White Paper Stefan Ruckstuhl Résumé pour les décideurs Contenu de ce White Paper Description de solutions de backup faciles à réaliser pour des serveurs virtuels

Plus en détail

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (2ième édition)

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (2ième édition) Généralités sur la sécurité informatique 1. Introduction 13 2. Les domaines et normes associés 16 2.1 Les bonnes pratiques ITIL V3 16 2.1.1 Stratégie des services - Service Strategy 17 2.1.2 Conception

Plus en détail

6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte. Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07

6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte. Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07 6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07 Emmanuel Layot Définitions AGENDA Caractéristiques / avantages du mode ASP Marché Fonctionnalités

Plus en détail

COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE. Préavis n 18/2011 AU CONSEIL COMMUNAL

COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE. Préavis n 18/2011 AU CONSEIL COMMUNAL COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE Préavis n 18/2011 AU CONSEIL COMMUNAL Objet : Renouvellement de l infrastructure serveurs et stockage de données informatiques. Municipalité de Payerne / Préavis n 18/2011

Plus en détail

IBM Tivoli Storage Manager

IBM Tivoli Storage Manager Maintenir la continuité des affaires grâce à une gestion efficace et performante du stockage IBM Tivoli Storage Manager POINTS FORTS Accroît la continuité des affaires en réduisant les temps de sauvegarde

Plus en détail

Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives

Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives Alexandre MIREK CRI Université Lumière Lyon 2 INTRODUCTION La virtualisation serveur : Pourquoi? Augmentation du nombre de

Plus en détail

Recovery as a Service

Recovery as a Service Recovery as a Service Quand le Cloud Computing vole au secours des entreprises Membres du groupe : KIRCHHOFER Nicolas BUISSON Marc DJIBRINE Rayanatou DUVAL Fabien JOUBERT Yohan PAQUET Jérôme 1 Coachés

Plus en détail

Un NetApp F85 à l IFSIC. Les raisons d un choix

Un NetApp F85 à l IFSIC. Les raisons d un choix Un NetApp F85 à l IFSIC Les raisons d un choix Plan Introduction Cahier des charges DAS? NAS ou SAN? Serveur «généraliste» ou appliance? Le choix NetApp Limites du F85 Conclusion 2 Introduction Le constat

Plus en détail

Open Bee TM e-fact PRO

Open Bee TM e-fact PRO Open Bee TM e-fact PRO SOLUTION GLOBALE D AUTOMATISATION DU TRAITEMENT DES FACTURES FOURNISSEURS 80 % des factures fournisseurs sont encore actuellement reçues au format papier. 13,8 est le coût moyen

Plus en détail

Solutions de stockage SAN

Solutions de stockage SAN Solutions de stockage SAN Stockage SAN FC (Fiber Channel), iscsi et SAS : IBM DS series - Storwize / EMC² CX - VNX / NetApp FAS. Stockage SAN + Serveurs hôtes Expert en virtualisation, FIDUCIAL Cloud vous

Plus en détail

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data LE BIG DATA Solution EMC Big Data TRANSITION VERS LE BIG DATA En tirant profit du Big Data pour améliorer leur stratégie et son exécution, les entreprises se démarquent de la concurrence. La solution EMC

Plus en détail

Solution de sauvegarde pour flotte nomade

Solution de sauvegarde pour flotte nomade Solution de sauvegarde pour flotte nomade > PRÉSENTATION D OODRIVE > Les enjeux LA SOLUTION > La solution AdBackup Laptop > Sécurité et options de protection > Monitoring et services > Hébergement (mode

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée CUSTOMER SUCCESS STORY Mars 2014 AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée PROFIL CLIENT Secteur: Industrie manufacturière Société: AT&S Effectifs: 7 500 personnes

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Solution de stockage et archivage de grands volumes de données fichiers. www.active-circle.com

Solution de stockage et archivage de grands volumes de données fichiers. www.active-circle.com Solution de stockage et archivage de grands volumes de données fichiers www.active-circle.com Stocker et archiver de grands volumes de fichiers n a jamais été aussi simple! LES FONDAMENTAUX D ACTIVE CIRCLE

Plus en détail

Fiche produit Fujitsu ETERNUS CS800 S5

Fiche produit Fujitsu ETERNUS CS800 S5 Fiche produit Fujitsu ETERNUS CS800 S5 Fiche produit Fujitsu ETERNUS CS800 S5 Appliance de protection des données : sauvegarde sur disque avec déduplication Appliance de sauvegarde ETERNUS CS La gamme

Plus en détail

Les solutions centre de données virtuel et Infrastructure-service de Bell

Les solutions centre de données virtuel et Infrastructure-service de Bell Les solutions centre de données virtuel et Infrastructure-service de Bell Zied Hammami Directeur Principal- Spécialiste centre de données 14 novembre 2013 Ordre du jour Les centres de données de Bell Centre

Plus en détail

Utiliser Internet pour les achats

Utiliser Internet pour les achats L évolution de la fonction achats, ces dernières années, s est encore accélérée sous l impulsion d Internet. La conjonction d éléments différents, tels la reconnaissance de l importance économique des

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

A Barracuda Company. Trois Etapes Pour Budgeter un Projet Elimination des PST. White Paper

A Barracuda Company. Trois Etapes Pour Budgeter un Projet Elimination des PST. White Paper A Barracuda Company Trois Etapes Pour Budgeter un Projet Elimination des PST White Paper Les beaux jours des fichiers PST sont révolus! Autrefois ils étaient considérés comme un moyen acceptable pour la

Plus en détail

Modèle de cahier des charges CRM

Modèle de cahier des charges CRM Modèle de cahier des charges CRM Vous trouverez dans ce modèle de cahier des charges les éléments généralement nécessaires au bon fonctionnement d un projet CRM. Chaque entreprise étant unique, il vous

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

SYSTÈMES DE STOCKAGE AVEC DÉDUPLICATION EMC DATA DOMAIN

SYSTÈMES DE STOCKAGE AVEC DÉDUPLICATION EMC DATA DOMAIN SYSTÈMES DE STOCKAGE AVEC DÉDUPLICATION EMC DATA DOMAIN Grâce à leur technologie de déduplication à la volée ultrarapide, les systèmes de stockage avec déduplication EMC Data Domain continuent de révolutionner

Plus en détail

Solution d archivage

Solution d archivage Solution d archivage Storage Magazine Security Product of the Year June 06 Computer Technology Review Editor s s Choice November 05 ITPRO Editor s s Choice Jan 07 www.rise.fr 01 47 55 79 62 marketing@rise.fr

Plus en détail

LIVRE BLANC ENJEUX DES APPLICATIONS DE GESTION EN MODE SAAS

LIVRE BLANC ENJEUX DES APPLICATIONS DE GESTION EN MODE SAAS LIVRE BLANC ENJEUX DES APPLICATIONS DE GESTION EN MODE SAAS SOMMAIRE I. Pourquoi héberger ses applications de gestion?... 3 a. La disponibilité b. Actualisations du logiciel c. Simplicité d. Coût II. SaaS

Plus en détail

Atelier sauvegarde de données

Atelier sauvegarde de données Atelier sauvegarde de données Formation COCSSI 25 mars 2014 Introduction Pierre Vincens Des incidents... Des incidents multiples Dégâts dans l'environnement Vol ou perte de matériel Panne de matériel Erreurs

Plus en détail