Gestion des fichiers. Telecom-ParisTech BCI Informatique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des fichiers. Telecom-ParisTech BCI Informatique"

Transcription

1 319

2 Gestion des fichiers 1 Généralités Définitions Organisation logique, organisation physique 2 Organisation physique UNIX : i-list et i-node rappels sur le fonctionnement d'un disque 3 Organisation logique L'arborescence UNIX, Différents types de fichiers Modes et droits d'accès 4 Organisation logique/physique : illustration par quelques commandes : cp, mv, rm, ln, ln -s 5 Processus et fichiers, Annexe: la bibliothèque d'entrées-sorties du langage C 320

3 321

4 Qu'est-ce qu'un fichier? Définition : ensemble d'informations regroupées en vue de leur conservation et de leur utilisation dans un système informatique. Type des informations : - Programmes : fichier binaire exécutable, «script», byte code,, - Données : fichiers ASCII, binaires, images, son, fichiers d administration (/etc/passwd),, Caractéristiques d un fichier : - il possède un nom qui permet de l'identifier de manière unique (unicité), - il est rangé sur un support permanent (disques), 322

5 Sécurité et intégrité : La sécurité concerne la résistance aux attaques (gestion correcte des droits d'accès aux informations), l'intégrité concerne la résistance aux pannes (duplication des données, par exemple). Stockage des données et leur représentation : Le format de représentation des données pose le problème de la portabilité. Par exemple, quel format choisir pour un fichier contenant des données du type "flottants", c'est à dire des réels, si on veut échanger ces données entre deux machines d'architectures différentes (un PC et un MacIntosh)? Si on range les données sous forme de suite de caractères ASCII, pas de problème, les données seront lues correctement par toutes les machines, mais le volume de stockage pourra être très important, en particulier si les nombres ont une grande dynamique et une précision de plusieurs décimales. Inversement, le rangement en binaire est moins consommateur de surface disque, mais pose le problème de la compatibilité des représentations internes (IEEE ou non). Pour les applications qui utilisent plusieurs machines simultanément (client/serveur, par exemple) on adopte des représentations normalisées (format XDR des RPC, CDR de CORBA, ou primitives hton() et ntoh() de la bibliothèque des sockets). 323

6 Services assurés par le SGF Le Système de Gestion de Fichiers (SGF) ou File System doit fournir les services suivants : - intégrité (non altération des informations rangées dans les fichiers), - sécurité (contrôle d accès aux fichiers), - permanence (pérennité des informations : rôle de conservation des informations), - datation (mémorisation des dates des actions effectuées : mise à jour, ), Lorsque les fichiers sont utilisés comme support de communication (par transfert ou partage), se pose la question de la représentation des informations (données, programmes) : - représentation suivant un format «local», propre à une architecture (cf. : exécutable, entiers de 8 à 64 bits, little endians et big endians ) qui permet seulement l échange d informations entre machines ayant la même architecture, - représentation adoptant un format normalisé (ASCII, bytecode java, gif, doc, mp3, XDR, CDR ) qui autorise l échange d informations entre différents types d architectures, 324

7 325

8 Place du SGF Place du SGF (file system) dans Unix (qui comporte seulement deux couches K et U) : Compilateurs Interfaces utilisateur Editeurs... Gestion mémoire Matériel Gestion fichiers Gestion processus Le SGF (comme d'autres gestionnaires de ressources) peut être déporté à l'extérieur du noyau, ou ne pas exister (systèmes embarqués) 326

9 Le répertoire permet de passer du stockage " à plat" des fichiers sur le disque à l'organisation en arbre vue par les utilisateurs. Les fichiers répertoires servent uniquement à l'organisation de l'arbre et aux déplacements dans celui-ci. 327

10 Rôle du SGF (aspect système) Assurer la correspondance entre l'organisation logique (hiérarchie) des fichiers (celle que voit l'utilisateur) et l'organisation physique (organisation "à plat") des fichiers (leur implantation physique sur les mémoires de masse) Organisation logique : toujours une arborescence. Par exemple, sous UNIX : root etc bin usr dev util1 dupont dupond melon melon Les fichiers qui ont des successeurs dans l'arbre s'appellent les répertoires (directories), un répertoire est donc un fichier qui contient la liste de ses fils. Les répertoires sont des annuaires qui assurent la correspondance et la séparation entre organisation logique et physique, au même titre qu un annuaire réseau, qui associe nom de machine et adresse IP 328

11 329

12 Plan 1 Généralités Définitions Organisation logique, organisation physique 2 Organisation physique UNIX : i-list et i-node rappels sur le fonctionnement d'un disque 3 Organisation logique L'arborescence UNIX, Différents types de fichiers Modes et droits d'accès 4 Organisation logique/physique : illustration par quelques commandes : cp, mv, rm, ln, ln -s 5 Processus et fichiers, Annexe: la bibliothèque d'entrées-sorties du langage C 330

13 La i-list d un file system UNIX, comme ses équivalents sur d autres systèmes, est dupliquée sur le disque : en effet la destruction d'une partie de la i-list signifie que les fichiers qui y sont décrits sont inaccessibles, mêmes s'ils sont parfaitement intègres sur le disque. De plus, chacun des exemplaires de la i-list est réparti aléatoirement sur le disque pour limiter les pertes en cas de destruction partielle du support physique. 331

14 Organisation physique des fichiers Sur chaque disque, un fichier spécial décrit l'ensemble des fichiers implantés sur ce disque. Citons : - la MFT (Master File Table) de NTFS (NT File System) sous Windows, - la i-list de UFS (Unix File System) sous UNIX, - la FAT (File Allocation Table) de MicroSoft DOS, Il existe différentes techniques pour gérer l omplantation des fichiers sur un disque : - chaînage de blocs à partir de la FAT pour MS-DOS, - le HFS (Hierarchical File System) de Mac OS est basé sur le concept de b-tree (balanced tree, b-arbre), - UFS (Unix File System) des familles Unix utilise un mélange d accès direct et de chaînage, - le NTFS (NT File System) de Windows conjugue b-arbre, compression et journalisation, 332

15 333

16 Organisation physique, exemple : UNIX La i-list est une table qui décrit l'ensemble des fichiers implantés sur un disque. Sa taille, qui détermine le nombre de ses entrées, est fixée à l'initialisation du disque. Elle doit être proportionnelle au nombre maximum de fichiers que l in autorise sur ce disque. Chaque entrée de la i-list s'appelle un i-node et occupe 64 octets. Comment calculer T, la taille de la i-list? On peut choisir : - T grand, pour permettre la création d un grand nombre de fichiers : une grande surface disque est alors confisquée par la i- list, peut-être de façon inutile, - T petit, donc gain de place, mais risque de ne pas pouvoir créer un fichier bien qu'il reste de la place sur le disque. 334

17 - On donne ici la structure fonctionnelle du disque. Dans la réalité des implantations, la i-list est dupliquée et dispersée sur le disque, pour des raisons de sécurité. Un disque peut être divisé en plusieurs file systems, c'est à dire être structuré en plusieurs disques logiques. 335

18 Organisation générale des file systems sous UNIX Si ce file system permet le démarrage du système, alors le boot-bloc contient les informations de démarrage (bootstrap) Le super-bloc contient, entre autres, les informations suivantes : - La taille en blocs de la i-list, celle du volume, - La liste des blocs libres, - Le nom du système de fichiers. La commande "df." donne l'occupation de la surface disque : Filesystem 512-blocks Used Avail Capacity Mounted /dev/disk0s % / 336

19 Le i-node contient TOUTES les informations concernant un fichier : droits d'accès, adresses d'implantation sur le disque, taille, date de création, etc. 337

20 La i-list de Unix : Un i-node Format d'un i-node : Commentaire sur les champs du i-node : - «Protections» : droits d accès sur le fichier (cf. umask plus loin) - «uid, gid» : (user identifier, group identifier), paire qui identifie le créateur (cf. /etc/passwd) - «taille» : taille, en octets, du fichier. (Remplacée par les numéros de majeur et de mineur pour les fichiers de/dev: périphériques). - «Adresse disque» : chacune de ces entrées peut contenir un numéro de bloc sur le disque. (Détails page suivante), - «Nombre de liens» : initialisé à 1 lors de la création du fichier, c'est le nombre d'arcs qui arrivent sur le fichier dans l arborescence, 338

21 Les 13 adresses de blocs sur le disque contenues dans un i-node sont séparées en deux catégories : - 10 adresses de blocs dits «d'information» (sur lesquelles sont rangés les 10 premiers blocs du fichier), - 3 adresses de blocs dits «d'index» (qui contiennent des adresses de blocs d'information). Les accès à un fichier qui se font en utilisant les 10 premières adresses sont plus rapides (directs!) et plus sûrs (la perte d'un de ces blocs signifie perte des seules informations qu'il contient) que les accès utilisant les trois dernières adresses. Les accès qui se font par l intermédiaire de ces 3 dernières sont moins rapides (une ou plusieurs indirections, ces blocs contiennent des pointeurs) et moins sûrs (la perte d'un de ces blocs signifie perte des informations contenues dans tous les blocs dont il contient les adresses). Mais cette organisation, qui permet d'avoir une taille fixe pour les i-nodes, convient dans la plupart des cas : un bloc UNIX peut faire jusqu'à 8Ko, ce qui permet des accès directs aux blocs d informations pour tous les fichiers dont la taille est inférieure à 80 Ko. Concevoir des applications modulaires organisées en petits fichiers permet de respecter le dicton : small is beautiful et la consigne KISS (keep it simple and stupid), où stupid veut dire que le programme inclus dans chaque module doit fait des opérations élémentaires Cette inégalité entre les accès aux premiers et derniers blocs d'un fichier est résolue par l'utilisation d'un cache par le système de gestion de fichiers d'unix. Remarque : la taille du bloc était fixée à 512 octets sur les premiers systèmes UNIX, elle est maintenant souvent beaucoup plus grande (4 K octets). Nous avons choisi cette taille de 512 octets, taille "historique", pour faciliter l'exposé. 339

22 Du i-node aux blocs alloués sur disque Dans chaque i-node on trouve13 adresses de blocs (à l origine, 1 bloc = 512 octets) : - les 10 premières pointent sur les 10 premiers blocs du fichier (B 0,..., B 9 ), - la 11ème pointe sur un bloc de 128 pointeurs qui adressent les 128 blocs de données suivants (B 10 à B 137 ), - la 12ème pointe sur un bloc de 128 pointeurs donnant chacun l'adresse d'un autre bloc de 128 pointeurs vers les blocs de données suivants. Ces blocs sont donc au nombre de : (B 138 à B ), - la 13ème pointe sur un bloc de 128 pointeurs donnant chacun l'adresse d'un bloc de 128 pointeurs vers des blocs de 128 pointeurs vers des blocs de données. Ces blocs sont donc au nombre de : (B à B ). 340

23 Les pointeurs contenant les adresses de blocs sur le disque sont rangés sur 4 octets. Les 10 pointeurs sur les 10 premiers blocs (accès direct) et les trois suivant (de plus en plus d indirections) occupent donc (13*4) octets quelle que soit la taille du fichier. Le jeu des indirections permet d avoir des i-node de taille fixe, au prix d une légère perte de place dans le cas des petits fichiers. Ce style de gestion favorise les petits fichiers : le temps d accès à une information n est pas le même suivant qu ell e se trouve dans les 10 premiers blocs ou dans les suivants. Ce travers est compensé par l utilisation d un cache disque en mémoire (cf. chapitre sur la hiérarchie de mémoire). 341

24 Du i-node aux blocs alloués sur disque : illustration Sur UNIX originel : 1 bloc = 512 octets 342

25 343

26 Du i-node aux blocs alloués sur disque : Exemple avec des blocs de 4 Ko : Nombre maximum de fichiers que l'on peut ranger sur un disque de 800 Mo (on ne tient pas compte de la place pour ranger le super bloc et la i- list) en supposant que la taille de chacun des fichiers est de 600 Ko : - Pour un fichier, il faut 600/4 (=150) blocs d information, - Les 10 premières adresses d un i-node sont donc utilisées (elles donnent un accès direct aux premiers 40 Ko des fichiers), - La 11 ème pointe sur un bloc d index qui contient 4K/4 (= 1K) adresses de blocs de données. - Il faut donc (=151) blocs par fichiers. Or y a 800M/4K (=200K) blocs sur le disque, donc on range 200K/151 fichiers, environ Cette organisation est un compromis entre accès direct pur (plus rapide, plus sûr, mais qui demanderait des i-nodes de taille variable) et accès indexé, Cette organisation favorise les petits fichiers : le temps d'accès à une information est différent selon que cette information est en fin ou en début de fichier Le cache rend équitable (en terme de latence) l'accès aux informations 344

27 On remarquera que le répertoire UNIX reflète parfaitement la séparation organisation logique / organisation physique. La première organisation concerne l'utilisateur et la seconde le système. Chacune des entrées du répertoire comporte deux champs : l'un contient le i-node qui décrit complètement le fichier, l'autre contient le nom du fichier, information fondamentale pour l'utilisateur mais qui intéresse peu UNIX. Le répertoire est un annuaire qui assure la correspondance entre adresse physique et nom logique de l'information. On pourra faire le rapprochement avec le fichier /etc/hosts qui associe nom de machine et adresse IP, la table de pages qui associe adresse virtuelle et adresse physique, etc. L'implantation historique décrite ci-contre a été améliorée. Dans les versions actuelles d'unix, la taille du champ «nom de fichier» est variable, ce qui élimine la contrainte sur la taille des noms de fichiers. 345

28 Répertoire Unix Structure "historique" du répertoire UNIX : le répertoire fait correspondre organisation logique et physique qui sont complètement séparées exemples de commandes concernant les répertoires : cd (simple déplacement dans l arbre) ls (simple affichage du contenu du répertoire courant) ls-l (pour chaque fichier du répertoire courant, on ouvre le i-node correspondant, le nombre d accès disque est beaucoup plus grand que dans le cas de ls) 346

29 L'exemple ci-contre montre comment le SGF navigue dans les répertoires pour retrouver l'information cherchée. On suppose que tous les droits d'accès sont suffisants. La commande donnée peut échouer si celui qui l'a émise n'a pas le droit de traverser un répertoire menant vers le fichier, s'il n'a pas les droits de lecture sur le fichier, ou s'il n'a pas le droit d'utiliser la commande, ici cat

30 Exemple d'accès à un fichier Rappel : format d'une entrée d'un répertoire : 2 octets No d'i-node 14 octets Nom du fichier Entrée d'un répertoire UNIX Effet de la commande cat /usr/dep/titi : 348

31 Un disque est divisé en pistes (tracks) ; 75 à 500 pistes par surface de disque. Une piste est divisée en secteurs ; 32 à 4096 octets par secteur, 4 à 32 secteurs par piste. Les secteurs sont l'unité de base. Le SGF manipule des blocs qui correspondent aux secteurs. Un disque peut comprendre plusieurs plateaux chacun ayant deux surfaces. Un cylindre est un ensemble des pistes qui ont la même position sur les disques. Les accès se font en précisant un numéro de piste (ou de cylindre), un numéro de surface, un numéro de secteur. Soit un disque qui possède les caractéristiques suivantes : - longueur d'une piste : octets, - temps d'une rotation : ms, - temps moyen de déplacement du bras : 30 ms. Le temps moyen de lecture d'un bloc quelconque de k octets est : ,3 + (k / 32768) x 16,67 ms 349

32 Rappel : fonctionnement d'un disque Les têtes de lecture/écriture sont déplacées jusqu'à la piste, positionnées sur la surface, puis attendent que le secteur voulu arrive jusqu'à elles par rotation : Plateau Rotation Secteur Tête de lecture/écriture Piste Cylindre Bras Remarque : les blocs dits "contigus" sont ceux qui ont les mêmes adresses de secteur sur des pistes différentes (lecture simultanée); 350

33 L'unité d'échange d un disque se comporte comme le fait le système : elle doit ordonnancer les accès aux pistes, comme le système ordonnance l'accès au processeur. Les algorithmes utilisés pour gérer les disques présentent les mêmes propriétés que les algorithmes d ordonnancement. Dans l'exemple ci-contre, l'unité d'échange a mémorisé cet ensemble de pistes à lire : 110, 190, 30, 120, 10, 122, 60, 65. Si on utilise SCAN à partir de 50, on classe les pistes à lire en deux suites : l'une décroissante à partir de 50 vers la piste 0 : (30,10), l'autre croissante vers la fin du disque : (60, 65, 110, 120, 122, 190). Il peut y avoir famine si la liste est modifiée dynamiquement et si de nombreuses demandes d'accès sont faites vers des pistes voisines de la piste courante et quelques unes vers des pistes "lointaines". 351

34 Gestion des déplacements de la tête Algorithmes disponibles (à rapprocher de ceux qui décident de l'ordonnancement des processus) : FIFO (First In First Out), accès dans l ordre des demandes, SSF (Shortest Seek First ), accès à la piste la plus proche, optimal, mais possibilité de famine, SCAN (ou ascenceur, ou chasse neige)le plus utilisé en pratique. Exemple : la tête est sur la piste 50, l'unité d'échange a mémorisé les demandes d accès sur les pistes suivantes : (110, 190, 30, 120, 10, 122, 60, 65) FIFO SSF SCAN

35 353

36 Plan 1 Généralités Définitions Organisation logique, organisation physique 2 Organisation physique UNIX : i-list et i-node rappels sur le fonctionnement d'un disque 3 Organisation logique L'arborescence UNIX, Différents types de fichiers Modes et droits d'accès 4 Organisation logique/physique : illustration par quelques commandes : cp, mv, rm, ln, ln -s 5 Processus et fichiers, Annexe: la bibliothèque d'entrées-sorties du langage C 354

37 355

38 Organisation logique : l'arborescence On prendra celle d UNIX comme exemple d organisation logique. Commentaires sur quelques répertoires d administration : /dev pour les fichiers spéciaux (périphériques) : les périphériques sont BANALISES et vus comme des fichiers /etc pour les fichiers d'administration comme passwd, group, hosts,... /bin et /usr/bin pour les commandes du shell,..., /usr/include pour les fichiers.h /var/spool/mail pour la messagerie Un répertoire bien pratique : - /tmp dans lequel tout le monde peut lire et écrire 356

39 357

40 Les différents types de fichiers Plusieurs catégories : - fichiers ordinaires (exécutables, données, ) : ce sont des sommets pendants dans l arbre), - fichiers répertoires (les nœuds qui ont un successeur dans l'arbre), - fichiers spéciaux (sommets pendants dans l arbre) : périphériques, liens symboliques, tubes,... Exemple. On obtient le type d'un fichier grâce à la commande ls l : $ls l drwxr-xr-x 56 dupont 3072 May 14 09:04.. -rw-r dupont 5 May 14 09:05 fic1 lrwxrwxrwx 1 dupont 4 May 14 09:05 fic2 -> fic1 les fichiers de /dev sont en mode bloc (b) ou caractère (c) : crw dupont 28, 128 Feb audio brw-rw-rw- 1 root 36, 0 Feb fd0 crw-rw-rw- 1 root 11, 0 Jul tcp En mode bloc, on utilise le cache, pas en mode caractère. 358

41 Fonction lseek : lseek(int file,int Offset,int From); From : début, fin ou position courante Offset : nombre d'octets à partir de Depuis Redirection des entrées/sorties : ls > fichier ls > /dev/ptty2 cat bark.au > /dev/audio ls -lr > /dev/audio mail dupont -s "fichier.c" < fichier.c 359

42 Structure des fichiers et modes d'accès sous UNIX Contrairement à d'autres systèmes, Unix ne propose pas de format de fichier : un fichier Unix est une simple suite d'octets. - avantages : o portabilité et faible encombrement du SGF, o banalisation : les périphériques étant traités comme des fichiers, ceci permet la redirection des entrées/sorties, exemples : ls > fichier ls > /dev/ptty2 cat bark.au > /dev/audio mail le_prof -s "TP 1" < fichier.c - inconvénients : nombreuses fonctions à réaliser par l'utilisateur (exemple : développer une base de données!). Accès aux fichiers : - l'accès par défaut est séquentiel : une fonction d'accès (read, write, etc) à un fichier reprend le curseur dans le fichier là où l'avait laissé le traitement précédent. - Pour faire un accès direct, il faut utiliser la fonction lseek 360

43 Pour lire un fichier, il faut avoir le droit de lecture (r) sur ce fichier et le droit de traverser (x) le, ou les, répertoires qui y conduisent. Exemple : Pour créer un répertoire privé, c'est à dire qui peut être lu seulement si on en donne le nom : $mkdir private $chmod 711 private $cd private $mkdir dir1 $chmod 755 dir1 Personne ne peut lire dans private, (par exemple faire : ls private) c'est à dire voir qu'il contient dir1, mais on peut accéder aux informations contenues dans dir1 (cd dir1). En effet : pour faire cd il faut x sur le répertoire visé pour faire ls il faut r sur le répertoire visé 361

44 Les droits d'accès aux fichiers A la création du fichier, le SGF : - copie les uid et gid (trouvés dans /etc/passwd) du créateur dans le i-node, - initialise les droits d'accès, aussi dans le i-node, en utilisant le umask (trouvé dans le fichier qui définit l'environnement), Ces droits d accès sont codés sur 10 bits : user group others r w x r w x r w x Exemple : droits d accès pour le fichier fic.c : -rw-r dupont 8229 Mar 20 10:08 fic.c umask renvoie (ou initialise) les accès interdits par défaut sur les fichiers créés. Par exemple, un umask 022 signifie écriture interdite pour group et others. 362

45 La commande chmod permet de positionner le bit s : Commandes ls -l ma_commande chmod u+s ma_commande ls -l ma_commande Résultats affichés à l'écran -rwxr--r-- 1 dupont ma_commande -rwsr--r-- 1 dupont ma_commande Lorsqu'un utilisateur quelconque exécutera le fichier ma_commande il prendra l'identité "dupont" et aura donc accès à tous les fichiers appartenant à dupont comme s'il était dupont. Dans /etc/passwd, un utilisateur peut modifier son mot de passe (et son shell ) par défaut, pourtant, il n'a pas l'accès en écriture sur ce fichier, qui appartient à root! Mais il utilise la commande passwd qui appartient à root, sur laquelle le bit s est positionné à 1, il prend ainsi l'identité "root" et peut écrire sur les fichiers appartenant à root, en particulier il peut modifier /etc/passwd. 363

46 Droits d'accès : le bit s Si le bit s est positionné sur un fichier : l'utilisateur U du fichier prend l'identité du PROPRIETAIRE P du fichier : - on parle de real uid et gid pour ceux de U, - on parle de effective uid et gid pour ceux de P, Exemple, les droits sur/bin/passwd sont positionnés comme suit par root pour que les utilisateurs puissent accéder à /etc/passwd : -r-sr-sr-x 1 root -rw-r--r-- 1 root 7728 Jul /bin/passwd 559 Jul /etc/passwd ici le bit s est positionné sur l'exécutable /bin/passwd, celui qui utilise cette commande prend donc l'identité de root pendant cette utilisation. Il pourra donc mettre à jour le fichier /etc/passwd, bien qu'il n'ait pas le droit d'y écrire

47 365

48 Plan 1 Généralités Définitions Organisation logique, organisation physique 2 Organisation physique UNIX : i-list et i-node rappels sur le fonctionnement d'un disque 3 Organisation logique L'arborescence UNIX, Différents types de fichiers Modes et droits d'accès 4 Organisation logique/physique : illustration par quelques commandes : cp, mv, rm, ln, ln -s 5 Processus et fichiers, Annexe: la bibliothèque d'entrées-sorties du langage C 366

49 Commande cp Cette commande copie un fichier dans un autre, le SGF enchaîne les actions suivantes : chercher un i-node libre dans la i-liste, s'il en existe un, chercher de la place libre sur le disque, si il y en a assez, copier les blocs, mettre à jour le i-node trouvé, Un fichier peut ne pas être créé pour plusieurs raisons : pas le droit d'écrire dans le répertoire visé, de lire dans le rép. source, pas le droit de lire le fichier source, pas de i-node libre, bien qu'il y ait de la place sur disque, i-node libre, plus de place sur disque, 367

50 Commande cp dupont fait : cp f1 f2 dans son home directory Etats de l arborescence et du répertoire dupont avant l exécution de cette commande: f1 dupont util g1 martin Catalogue dupont f1 Catalogue martin g1 Etats de l arborescence et du répertoire dupont après l exécution de cette commande: f1 dupont f2 util g1 martin Catalogue dupont f1 62 f2 Catalogue martin g1 368

51 Note : Si on passe un fichier d un file system à un autre par mv, il y copie puis destruction (équivalent de cp suivi de rm). 369

52 Commande mv dupont fait maintenant : mv f2 f50 Etats de l arborescence et du répertoire dupont avant l exécution de cette commande: f1 dupont f2 util g1 martin Catalogue dupont f1 62 f2 Catalogue martin g1 Etats de l arborescence et du répertoire dupont après l exécution de cette commande: f1 dupont f50 util g1 martin Catalogue dupont f1 62 f50 Catalogue martin g1 Très peu de travail sur le disque pour le SGF : seul le nom du fichier dans le répertoire change, pas de gestion d'espace disque. 370

53 Commande ln (lien) Appels système : - link (Origine, Destination); Pas de ln entre file system différents 371

54 Commande ln Cette commande s appelle hard link dans le jargon UNIX : - Le fichier n'est pas dupliqué - ln augmente de 1 le nombre de liens sur le fichier Exemple, martin fait : ln../dupont/f50 g2 Etats de l arborescence et du répertoire dupont avant l exécution de cette commande : f1 dupont f50 util g1 martin Catalogue dupont f1 62 f50 Catalogue martin g1 Etats de l arborescence et du répertoire dupont après l exécution de cette commande : f1 dupont f50 util g2 g1 martin Catalogue dupont f1 62 f50 Catalogue martin g1 62 g2 372

55 373

56 Commande ln -s Cette commande (symbolic link) crée un fichier, donc alloue un i-node qui contient la chaîne de caractère entrée et marque ce fichier comme étant de type l, Exemple, la commande : ln -s../dupont/f50 g3 va donc créer dans dupont un fichier g3 dont le contenu est../dupont/f50 et dont le type est l. un lien symbolique est donc un pointeur, 374

57 375

58 Commande ln -s martin fait : ln -s../dupont/f50 g3 Etats de l arborescence et du répertoire avant l exécution : f1 dupont f50 util g2 g1 martin Catalogue dupont f1 62 f50 Catalogue martin g1 62 g2 Etats de l arborescence et du répertoire après l exécution : f1 dupont f50 util g2 g1 martin g3 Catalogue dupont f1 62 f50 Catalogue martin g1 62 g2 101 g3 Contenu du fichier g3 :../dupont/f50 attention si dupont fait : mv f50 f60, alors cat g3 donnera file not found! 376

59 377

60 Commande ln et ln s (différence) Depuis le répertoire courant, faire : Commande Commentaire mkdir dir1 dir2 créer deux répertoires cd dir1 aller dans le répertoire dir1 echo abc > fic1 créer fic1 cd../dir2 aller dans dir2 ln../dir1/fic1 fic2 fic2 est un synonyme de fic1 ln -s /dir1/fic1 fic3 fic3 est un pointeur vers fic1 Contenu du répertoire dir2, obtenu par ls -il : rw-r--r-- 2 dupont fic lrwxrwxrwx 1 dupont fic3 ->../dir1/fic1 Contenu du répertoire dir1, obtenu par ls -il : rw-r--r-- 2 dupont fic1 - Les fichiers fic2 dans dir2 et fic1 dans dir1 ont le même numéro de i-node. : 23117, - fic3 est de type l, c est à dire un lien symbolique, un pointeur, c est un autre fichier : il a un numéro de i-node différent :

61 C'est ainsi que l'on peut récupérer les fichiers détruits. En fait, ils sont détruits dans l'organisation logique, mais pas forcément dans l'organisation physique. 379

62 Situation initiale : Commande rm f1 dupont f50 util g2 g1 martin g3 Catalogue dupont f1 62 f50 Catalogue martin g1 62 g2 101 g3 Effet de rm /util/martin/g1: f1 dupont f50 util g2 martin g3 Catalogue dupont f1 62 f50 Catalogue martin g1 62 g2 101 g3 La commande rm (remove) porte bien son nom (contrairement à de nombreuses commandes Unix), elle ne veut pas dire delete : seul l'arc conduisant au fichier est détruit : nbre de liens =nbre de liens - 1 Mais, il peut y avoir plusieurs arcs (links) conduisant à ce fichier! Le fichier n'est détruit, c'est à dire le i-node considére comme libre, seulement quand le dernier lien sur le fichier est détruit ; 380

63 381

64 Nom de fichier et i-node : récapitulatif l'utilisateur s'intéresse aux noms des fichiers, les PATHNAMES ou nom des arcs, Unix gère les i-nodes, noms des nœuds : dupont util 12 martin Catalogue dupont f1 62 f50 f1 29 f g g3 101 Catalogue martin g1 62 g2 101 g3 Le répertoire assure la correspondance pathname/i-node ; sous Unix il peut y avoir plusieurs chemins (pathnames) pour accèder au même fichier (i node) Le répertoire assure l'indépendance des organisation logiques et physiques : Unix gère des i-nodes, les véritables fichiers, l'utilsateur construit l'arbre des pathnames Un fichier n'est détruit que si le dernier arc (link) qui y conduit disparaît 382

65 383

66 Plan 1 Généralités Définitions Organisation logique, organisation physique 2 Organisation physique UNIX : i-list et i-node rappels sur le fonctionnement d'un disque 3 Organisation logique L'arborescence UNIX, Différents types de fichiers Modes et droits d'accès 4 Organisation logique/physique : illustration par quelques commandes : cp, mv, rm, ln, ln -s 5 Processus et fichiers, Annexe: la bibliothèque d'entrées-sorties du langage C 384

67 385

68 Processus et fichiers : Table des fichiers Descripteur/ nom de fichier : - Pour accéder à un fichier, un processus ne le désigne pas directement par son nom, mais il passe par un intermédiaire, appelé descripteur, qui peut être un simple numéro, - Cette association se fait en utilisant les fonctions du type «open». Table des fichiers ouverts (User Open File Table, UOFT) - Sous UNIX, le mécanisme repose sur l utilisation d un table appelée User Open File Table. Elle contient une entrée par fichier ouvert pour le processus. (Pas forcément ouvert par lui). Il y a une telle table par processus. - Chaque entrée de cette UOFT contient un pointeur sur une table appelée System Open File Table, commune à tous les processus. Chaque ouverture de fichier ajoute une entrée dans cette table. Les entrées de la SOFT contiennent le nom du fichier et la valeur courante du pointeur dans celui-ci. 386

Le système de gestion des fichiers, les entrées/sorties.

Le système de gestion des fichiers, les entrées/sorties. Le système de gestion des fichiers, les entrées/sorties. Luigi Santocanale Laboratoire d Informatique Fondamentale, Centre de Mathématiques et Informatique, 39, rue Joliot-Curie - F-13453 Marseille 19

Plus en détail

Dans le chapitre 1, nous associions aux fichiers ouverts des descripteurs de fichiers par lesquels nous accédions aux fichiers.

Dans le chapitre 1, nous associions aux fichiers ouverts des descripteurs de fichiers par lesquels nous accédions aux fichiers. I Présentation : Dans le chapitre 1, nous avons vu comment utiliser les appels-systèmes de bas niveau pour créer et accéder à des fichiers sur le disque. Nous avons notamment mis en évidence leur dépouillement

Plus en détail

Cours 6 : Tubes anonymes et nommés

Cours 6 : Tubes anonymes et nommés Cours 6 : Tubes anonymes et nommés Mécanisme de communications du système de fichiers I-node associé. Type de fichier: S_IFIFO. Accès au travers des primitives read et write. Les tubes sont unidirectionnels

Plus en détail

Programmation impérative

Programmation impérative Programmation impérative Cours 4 : Manipulation des fichiers en C Catalin Dima Organisation des fichiers Qqs caractéristiques des fichiers : Nom (+ extension). Chemin d accès absolu = suite des noms des

Plus en détail

Cours de Système : Gestion de Fichiers

Cours de Système : Gestion de Fichiers Cours de Système : Gestion de Fichiers Bertrand Le cun et Emmanuel Hyon bertrand.le cun{at}u-paris10.fr et Emmanuel.Hyon{at}u-paris10.fr Université Paris Ouest Nanterre 25 octobre 2011 B.L.C. & E.H. (UPO)

Plus en détail

Programmation système I Les entrées/sorties

Programmation système I Les entrées/sorties Programmation système I Les entrées/sorties DUT 1 re année Université de Marne La vallée Les entrées-sorties : E/O Entrées/Sorties : Opérations d échanges d informations dans un système informatique. Les

Plus en détail

Programmation système de commandes en C

Programmation système de commandes en C Programmation système de commandes en C Cours de Programmation système Tuyêt Trâm DANG NGOC Université de Cergy-Pontoise 2012 2013 Tuyêt Trâm DANG NGOC Programmation système de commandes

Plus en détail

GESTION DES FICHIERS C/UNIX

GESTION DES FICHIERS C/UNIX Licence IG Page 1 sur 6 GESTION DES FICHIERS C/UNIX Introduction Deux modes d appel - Par la bibliothèque standard C (appel de haut niveau) - Par appels système (bas niveau) Nécessite les includes suivant

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE C.Crochepeyre MPS_SGF 2000-20001 Diapason 1 Les couches logiciels réponse SGF requête matériel matériel Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions Contrôleur

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS - DISQUE 1 Les couches logiciels réponse requête Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions utilisateur traitement S.E. commandes S.E. S.E. matériel Contrôleur E/S

Plus en détail

Cours Programmation Système

Cours Programmation Système Cours Programmation Système Filière SMI Semestre S6 El Mostafa DAOUDI Département de Mathématiques et d Informatique, Faculté des Sciences Université Mohammed Premier Oujda m.daoudi@fso.ump.ma Février

Plus en détail

Traducteur mot à mot

Traducteur mot à mot Traducteur mot à mot CORRECTION Ce document, ainsi que le programme C et un exemple de programme trad-fr-us, peut être trouvé en ligne à l'addresse suivante : http ://www.lifl.fr/hauspie/hauspie/teaching.

Plus en détail

3IS - Système d'exploitation linux - Programmation système

3IS - Système d'exploitation linux - Programmation système 3IS - Système d'exploitation linux - Programmation système 2010 David Picard Contributions de : Arnaud Revel, Mickaël Maillard picard@ensea.fr Environnement Les programmes peuvent être exécutés dans des

Plus en détail

6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr

6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr 6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr Interface d un SGF Implémentation d un SGF Gestion de la correspondance entre la structure logique et la structure

Plus en détail

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Programmation C Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Notes de cours sont disponibles sur http://astro.u-strasbg.fr/scyon/stusm (attention les majuscules sont importantes) Modalités

Plus en détail

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit Introduction à l informatique et à la programmation Un ordinateur Un ordinateur est une machine à calculer composée de : un processeur (ou unité centrale) qui effectue les calculs une mémoire qui conserve

Plus en détail

Programmation C++ (débutant)/les fichiers

Programmation C++ (débutant)/les fichiers Programmation C++ (débutant)/les fichiers 1 Programmation C++ (débutant)/les fichiers Généralité sur les fichiers La règle générale pour créer un fichier est la suivante : il faut l'ouvrir en écriture.

Plus en détail

Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3. Aix-Marseille Université

Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3. Aix-Marseille Université Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3 Systèmes de gestion de fichiers - SGF Leonardo Brenner 1 Jean-Luc Massat 2 1 Leonardo.Brenner@univ-amu.fr 2 Jean-Luc.Massat@univ-amu.fr Aix-Marseille Université Faculté

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE d INFORMATIQUE

EPREUVE OPTIONNELLE d INFORMATIQUE EPREUVE OPTIONNELLE d INFORMATIQUE A) QCM Les réponses au QCM doivent être portées directement sur la feuille de sujet de QCM. Ne pas omettre de faire figurer votre numéro de candidat sur cette feuille

Plus en détail

Chapitre 3 : Système de gestion de fichiers

Chapitre 3 : Système de gestion de fichiers : 3.1- Introduction Le système de gestion de fichiers (SGF) est la partie la plus visible d un système d exploitation qui se charge de gérer le stockage et la manipulation de fichiers (sur une unité de

Plus en détail

Système de Gestion de Fichiers

Système de Gestion de Fichiers Chapitre 2 Système de Gestion de Fichiers Le système de gestion de fichiers est un outil de manipulation des fichiers et de la structure d arborescence des fichiers sur disque et a aussi le rôle sous UNIX

Plus en détail

Formation Unix/Linux (3) Le Shell: gestion des processus, redirection d entrée/sortie

Formation Unix/Linux (3) Le Shell: gestion des processus, redirection d entrée/sortie Formation Unix/Linux (3) Le Shell: gestion des processus, redirection d entrée/sortie Olivier BOEBION Mars 2004 1 Définition Un programme se compose d un ou plusieurs fichiers composés d instructions.

Plus en détail

Système de gestion de fichiers

Système de gestion de fichiers Système de gestion de fichiers Table des matières 1. Introduction...2 2. Formatage et Partitionnement...2 2.1. Le partitionnement...2 2.2. Le formatage...2 3. Le concept de fichier...3 4. La notion de

Plus en détail

Système d exploitation

Système d exploitation Chapitre 2 Système d exploitation 2.1 Définition et rôle Un ordinateur serait bien difficile à utiliser sans interface entre le matériel et l utilisateur. Une machine peut exécuter des programmes, mais

Plus en détail

Gestion des périphériques

Gestion des périphériques 3 4 Organisation s périphériques Il existe ux catégories périphérique : les périphériques en mo caractère (carte réseau, imprimante, terminaux, ban, etc.). l unité élementaire d échange est l octet (un

Plus en détail

Les systèmes de fichiers : implantation

Les systèmes de fichiers : implantation Les systèmes de fichiers : implantation Polytech Paris-Sud Cycle ingénieur de la filière étudiant Louis Mandel Université Paris-Sud 11 Louis.Mandel@lri.fr année 212/213 Structure physique d un disque Secteur

Plus en détail

Programmation système en C/C++

Programmation système en C/C++ Programmation système en C/C++ Jean-Baptiste Vioix (jb.vioix@free.fr) LE2I - ENESAD http://jb.vioix.free.fr 1-41 Programmation en C/C++ sous Unix Il existe des très nombreux outils de développement sous

Plus en détail

Les chaînes de caractères

Les chaînes de caractères Les chaînes de caractères Comme déjà précisé dans les premiers chapitres de ce cours, il n existe pas de type chaîne de caractères prédéfinit en C. Il existe deux façons pour déclarer une chaîne de caractères

Plus en détail

Les fichiers. Chapitre 4

Les fichiers. Chapitre 4 Chapitre 4 Les fichiers Jusqu à maintenant tous les programmes que nous avons conçus travaillaient sur des données qui étaient perdues après chaque session de travail. On peut cependant, c est bien naturel,

Plus en détail

Unix/Linux I. 1 ere année DUT. Université marne la vallée

Unix/Linux I. 1 ere année DUT. Université marne la vallée Unix/Linux I 1 ere année DUT Université marne la vallée 1 Introduction 2 Fonctions et spécifité d Unix Architecture 3 4 5 Fichier Unix Arborescence de fichiers Quelques commandes sur les fichiers Chemins

Plus en détail

Le langage C. Séance n 4

Le langage C. Séance n 4 Université Paris-Sud 11 Institut de Formation des Ingénieurs Remise à niveau INFORMATIQUE Année 2007-2008 Travaux pratiques d informatique Le langage C Séance n 4 But : Vous devez maîtriser à la fin de

Plus en détail

processus fonction main() l'image binaire contexte d'exécution un contexte mémoire. en même temps

processus fonction main() l'image binaire contexte d'exécution un contexte mémoire. en même temps 1 2 Dans une première approche, on peut dire qu'un processus représente une "application" qui tourne en mémoire. Il sera donc chargé en mémoire par le noyau et commencera son exécution; du point de vue

Plus en détail

Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données

Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données Pierre Boudes 1 er décembre 2014 This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. Types char et

Plus en détail

Structure fonctionnelle d un SGBD

Structure fonctionnelle d un SGBD Fichiers et Disques Structure fonctionnelle d un SGBD Requetes Optimiseur de requetes Operateurs relationnels Methodes d acces Gestion de tampon Gestion de disque BD 1 Fichiers et Disques Lecture : Transfert

Plus en détail

Processus! programme. DIMA, Systèmes Centralisés (Ph. Mauran) " Processus = suite d'actions = suite d'états obtenus = trace

Processus! programme. DIMA, Systèmes Centralisés (Ph. Mauran)  Processus = suite d'actions = suite d'états obtenus = trace Processus 1) Contexte 2) Modèles de Notion de Points de vue Modèle fourni par le SX Opérations sur les 3) Gestion des Représentation des Opérations 4) Ordonnancement des Niveaux d ordonnancement Ordonnancement

Plus en détail

Gestion répartie de données - 1

Gestion répartie de données - 1 Gestion répartie de données - 1 Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA et IMAG-LSR) http://sardes.inrialpes.fr/~krakowia Gestion répartie de données Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Bases de données. Cours 2 : Stockage

Bases de données. Cours 2 : Stockage Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 2 : Stockage kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn Plan 1 Rappels 2 Stockage 2.1 Introduction 2.2 Aspects bas-niveau 2.3 Stockage pour les SGBD

Plus en détail

Généralités sur le Langage Java et éléments syntaxiques.

Généralités sur le Langage Java et éléments syntaxiques. Généralités sur le Langage Java et éléments syntaxiques. Généralités sur le Langage Java et éléments syntaxiques....1 Introduction...1 Genéralité sur le langage Java....1 Syntaxe de base du Langage...

Plus en détail

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation Université de Savoie Module ETRS711 Travaux pratiques Compression en codage de Huffman 1. Organisation du projet 1.1. Objectifs Le but de ce projet est d'écrire un programme permettant de compresser des

Plus en détail

Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation

Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation Cours n 9 Les Fichiers 3ème année Fichiers : pour quoi faire? La mémoire principale est de taille restreinte volatile,... Besoin de stocker des informations

Plus en détail

Introduction au langage C

Introduction au langage C Introduction au langage C Cours 1: Opérations de base et premier programme Alexis Lechervy Alexis Lechervy (UNICAEN) Introduction au langage C 1 / 23 Les premiers pas Sommaire 1 Les premiers pas 2 Les

Plus en détail

Introduction aux Systèmes et aux Réseaux

Introduction aux Systèmes et aux Réseaux Introduction aux Systèmes et aux Réseaux Cours 5 Processus D après un cours de Julien Forget (univ Lille1) Laure Gonnord http://laure.gonnord.org/pro/teaching/ Laure.Gonnord@univ-lyon1.fr Master CCI -

Plus en détail

1. Systèmes d entrée/sortie 2. Systèmes de fichiers 3. Structure de mémoire de masse (disques)

1. Systèmes d entrée/sortie 2. Systèmes de fichiers 3. Structure de mémoire de masse (disques) Chapitre 4 Le système de Gestion de Fichiers 1. Systèmes d entrée/sortie 2. Systèmes de fichiers 3. Structure de mémoire de masse (disques) 1 Systèmes d entrée/sortie Concepts importants : Matériel E/S

Plus en détail

Systèmes de Gestion de Fichiers. SYR1-L3 Info & Miage 1

Systèmes de Gestion de Fichiers. SYR1-L3 Info & Miage 1 Systèmes de Gestion de Fichiers SYR1-L3 Info & Miage 1 Partie I : Organisation des fichiers Contexte et rappels Définitions Protection des fichiers SYR1-L3 Info & Miage 2 Plan 1. Généralités a. Qu est

Plus en détail

IN 102 - Cours 1. 1 Informatique, calculateurs. 2 Un premier programme en C

IN 102 - Cours 1. 1 Informatique, calculateurs. 2 Un premier programme en C IN 102 - Cours 1 Qu on le veuille ou non, les systèmes informatisés sont désormais omniprésents. Même si ne vous destinez pas à l informatique, vous avez de très grandes chances d y être confrontés en

Plus en détail

Outils pour la pratique

Outils pour la pratique Cinquième partie Outils pour la pratique 121 CHAPITRE 1 Les bases des séances de TP Avant de lire cettre section, il est suggéré de relire vos notes de cours se rapportant au système d exploitation Unix.

Plus en détail

Configuration de pure-ftpd

Configuration de pure-ftpd Configuration de pure-ftpd 1. Présentation de pure-ftpd Pure-ftp est un serveur ftp performant, sûr (c'est qu'ils disent dans la doc.) et assez simple à configurer, mais tout est relatif. 2. Installation

Plus en détail

Cours 14 Les fichiers

Cours 14 Les fichiers Cours 14 Les fichiers F. Gayral 1 Fichier : définition /media/travaux/documents/fgenseignement/java1/courstpsfgfc/14-fichiers/voirtypefichiers Fichier = ensemble d informations codées et stockées sur une

Plus en détail

Afficher le contenu du script au fur et à mesure de son exécution.

Afficher le contenu du script au fur et à mesure de son exécution. 5 Commandes, variables et utilitaires système Ns avons étudié en détail les structures offertes par le langage de programmation des scripts shell, ainsi que les mécanismes d évaluation des expressions.

Plus en détail

Cours 1 : Introduction. Langages objets. but du module. contrôle des connaissances. Pourquoi Java? présentation du module. Présentation de Java

Cours 1 : Introduction. Langages objets. but du module. contrôle des connaissances. Pourquoi Java? présentation du module. Présentation de Java Langages objets Introduction M2 Pro CCI, Informatique Emmanuel Waller, LRI, Orsay présentation du module logistique 12 blocs de 4h + 1 bloc 2h = 50h 1h15 cours, 45mn exercices table, 2h TD machine page

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 2 : Stockage. Quels types de mémoire pour une BD? Où stocker les données? Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 2 : Stockage. Quels types de mémoire pour une BD? Où stocker les données? Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 2 : Stockage 2.1 Introduction 2.2 Aspects bas-niveau kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/20 Hierarchie mémoire : Où stocker les données? Type

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

Les chaînes de caractères

Les chaînes de caractères Les chaînes de caractères Dans un programme informatique, les chaînes de caractères servent à stocker les informations non numériques comme par exemple une liste de nom de personne ou des adresses. Il

Plus en détail

Algorithmique et Programmation, IMA

Algorithmique et Programmation, IMA Algorithmique et Programmation, IMA Cours 2 : C Premier Niveau / Algorithmique Université Lille 1 - Polytech Lille Notations, identificateurs Variables et Types de base Expressions Constantes Instructions

Plus en détail

1. Structure d un programme C. 2. Commentaire: /*..texte */ On utilise aussi le commentaire du C++ qui est valable pour C: 3.

1. Structure d un programme C. 2. Commentaire: /*..texte */ On utilise aussi le commentaire du C++ qui est valable pour C: 3. 1. Structure d un programme C Un programme est un ensemble de fonctions. La fonction "main" constitue le point d entrée pour l exécution. Un exemple simple : #include int main() { printf ( this

Plus en détail

Contenu du cours. Unix et Programmation Web Cours 1. Modalités de Contrôle des Connaissances (MCC) Organisation

Contenu du cours. Unix et Programmation Web Cours 1. Modalités de Contrôle des Connaissances (MCC) Organisation Contenu du cours 1. Comprendre les bases du Web Fonctionnement des ordinateurs Unix (cours 1 et 2) Notions de réseau (cours 3 et 4) Unix et Programmation Web Cours 1 kn@lri.fr 2. Programmer (pour) le Web

Plus en détail

Titre: Version: Dernière modification: Auteur: Statut: Licence:

Titre: Version: Dernière modification: Auteur: Statut: Licence: Titre: Installation de WebObjects 5.3 Version: 2.1 Dernière modification: 2011/02/17 11:00 Auteur: Aurélien Minet Statut: version finale Licence: Creative Commons

Plus en détail

TP1 - Prise en main de l environnement Unix.

TP1 - Prise en main de l environnement Unix. Mise à niveau UNIX Licence Bio-informatique TP1 - Prise en main de l environnement Unix. Les sujets de TP sont disponibles à l adresse http://www.pps.jussieu.fr/~tasson/enseignement/bioinfo/ Les documents

Plus en détail

Compression de Données - Algorithme de Huffman Document de Conception

Compression de Données - Algorithme de Huffman Document de Conception ROLLET Samuel SALLE Jennifer Compression de Données - Algorithme de Huffman Document de Conception Projet d'algorithmique et Structure des Données 1 SOMMAIRE 1. Domaine d application....4 1.1 Objectifs

Plus en détail

Systèmes concurrents

Systèmes concurrents Systèmes concurrents Philippe Quéinnec 14 septembre 2012 Systèmes concurrents 1 / 25 Deuxième partie L'exclusion mutuelle Systèmes concurrents 2 / 25 Isolation L'exclusion mutuelle Plan 1 Interférences

Plus en détail

Systèmes d exploitation Gestion des fichiers. Catalin Dima

Systèmes d exploitation Gestion des fichiers. Catalin Dima Systèmes d exploitation Gestion des fichiers Catalin Dima 1 Problématique Certains processus doivent stocker/avoir accès à une très grande quantité de mémoire Parfois plusieurs ordres de grandeur par rapport

Plus en détail

I. La sécurité des mots de passe sous Linux : la fonction crypt

I. La sécurité des mots de passe sous Linux : la fonction crypt Sécurité GNU/Linux La fonction crypt By sharevb Sommaire I.La sécurité des mots de passe sous Linux : la fonction crypt...1 a)description...1 b)types de cryptages...1 c)prototype C...2 II.De la sécurité

Plus en détail

Centre CPGE TSI - Safi 2010/2011. Algorithmique et programmation :

Centre CPGE TSI - Safi 2010/2011. Algorithmique et programmation : Algorithmique et programmation : STRUCTURES DE DONNÉES A. Structure et enregistrement 1) Définition et rôle des structures de données en programmation 1.1) Définition : En informatique, une structure de

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP COURS PROGRAMMATION INITIATION AU LANGAGE C SUR MICROCONTROLEUR PIC page 1 / 7 INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP I. Historique du langage C 1972 : naissance du C dans les laboratoires BELL par

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES Programmation Système Langage C / Système UNIX. 2 e année Génie Informatique

TRAVAUX PRATIQUES Programmation Système Langage C / Système UNIX. 2 e année Génie Informatique Communications entre Processus Communication par tubes. TRAVAUX PRATIQUES Programmation Système Langage C / Système UNIX. 2 e année Génie Informatique Exemple 1: On a deux processus Père/Fils. Le père

Plus en détail

Présentation du cours Linux / Shell. Inf7212 Introduction aux systèmes informatiques Alix Boc Automne 2013

Présentation du cours Linux / Shell. Inf7212 Introduction aux systèmes informatiques Alix Boc Automne 2013 Présentation du cours Linux / Shell Inf7212 Introduction aux systèmes informatiques Alix Boc Automne 2013 2 Plan Présentation du cours / Syllabus Questionnaire sur vos connaissances L ordinateur Introduction

Plus en détail

Partie 7 : Gestion de la mémoire

Partie 7 : Gestion de la mémoire INF3600+INF2610 Automne 2006 Partie 7 : Gestion de la mémoire Exercice 1 : Considérez un système disposant de 16 MO de mémoire physique réservée aux processus utilisateur. La mémoire est composée de cases

Plus en détail

Partage réseau Unix/Windows. Mise en place d'un serveur Samba

Partage réseau Unix/Windows. Mise en place d'un serveur Samba Partage réseau Unix/Windows Mise en place d'un serveur Samba Partage réseau Unix/Windows Quelques notions sur les réseaux sous Windows "Philosophie" Domaine Implémentation (NetBIOS, SMB) Configuration

Plus en détail

S. Laporte LMS. Comparaison : (temps d'accès en ms - 10-3 - alors qu'en mémoire le temps d'accès se mesure en ns - 10-9).

S. Laporte LMS. Comparaison : (temps d'accès en ms - 10-3 - alors qu'en mémoire le temps d'accès se mesure en ns - 10-9). Les systèmes de gestion de fichier (SGF) I. Introduction Les systèmes de fichier ont pour rôle d'organiser, en l'optimisant, l'implantation des données sur le(s) disque(s) et autres mémoires externes.

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

MEDIAplus elearning. version 6.6

MEDIAplus elearning. version 6.6 MEDIAplus elearning version 6.6 L'interface d administration MEDIAplus Sommaire 1. L'interface d administration MEDIAplus... 5 2. Principes de l administration MEDIAplus... 8 2.1. Organisations et administrateurs...

Plus en détail

Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr

Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr 1- Structure d un disque 2- Ordonnancement des requêtes 3- Gestion du disque - formatage - bloc d amorçage - récupération

Plus en détail

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux.

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux. UEO11 COURS/TD 1 Contenu du semestre Cours et TDs sont intégrés L objectif de ce cours équivalent a 6h de cours, 10h de TD et 8h de TP est le suivant : - initiation à l algorithmique - notions de bases

Plus en détail

LIF1 : ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION IMPÉRATIVE, INITIATION

LIF1 : ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION IMPÉRATIVE, INITIATION Licence STS Université Claude Bernard Lyon I LIF1 : ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION IMPÉRATIVE, INITIATION 1 COURS 7 : Structures et Fichiers OBJECTIFS DE LA SÉANCE Deux notions abordées dans ce cours Celle

Plus en détail

1/24. I passer d un problème exprimé en français à la réalisation d un. I expressions arithmétiques. I structures de contrôle (tests, boucles)

1/24. I passer d un problème exprimé en français à la réalisation d un. I expressions arithmétiques. I structures de contrôle (tests, boucles) 1/4 Objectif de ce cours /4 Objectifs de ce cours Introduction au langage C - Cours Girardot/Roelens Septembre 013 Du problème au programme I passer d un problème exprimé en français à la réalisation d

Plus en détail

ANNEXE 3 : la famille UNIX, LINUX, POSIX

ANNEXE 3 : la famille UNIX, LINUX, POSIX ANNEXE 3 : la famille UNIX, LINUX, POSIX présentation des processus voir chapitre 1 Reproduit avec l'autorisation de Joëlle Delacroix 1 décembre 2001 Groupe de processus login exec /bin/csh xterm exec

Plus en détail

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Livre blanc Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Présentation Ce document examine la prise en charge de la programmabilité sur l'infrastructure axée

Plus en détail

03/04/2007. Tâche 1 Tâche 2 Tâche 3. Système Unix. Time sharing

03/04/2007. Tâche 1 Tâche 2 Tâche 3. Système Unix. Time sharing 3/4/27 Programmation Avancée Multimédia Multithreading Benoît Piranda Équipe SISAR Université de Marne La Vallée Besoin Programmes à traitements simultanés Réseau Réseau Afficher une animation en temps

Plus en détail

Tableaux (introduction) et types de base

Tableaux (introduction) et types de base Tableaux (introduction) et types de base A. Motivation..................................................... 4 B. Les tableaux.................................................... 5 C. Construction des tableaux.......................................

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Introduction à la programmation orientée objet, illustrée par le langage C++ Patrick Cégielski cegielski@u-pec.fr

Introduction à la programmation orientée objet, illustrée par le langage C++ Patrick Cégielski cegielski@u-pec.fr Introduction à la programmation orientée objet, illustrée par le langage C++ Patrick Cégielski cegielski@u-pec.fr Mars 2002 Pour Irène et Marie Legal Notice Copyright c 2002 Patrick Cégielski Université

Plus en détail

Stockage du fichier dans une table mysql:

Stockage du fichier dans une table mysql: Stockage de fichiers dans des tables MYSQL avec PHP Rédacteur: Alain Messin CNRS UMS 2202 Admin06 30/06/2006 Le but de ce document est de donner les principes de manipulation de fichiers dans une table

Plus en détail

Introduction à l'informatique L1. Système

Introduction à l'informatique L1. Système Introduction à l'informatique L1 Système 1 Plan 1) Notion de programmes, processus, systèmes d'exploitation 2) Interfaces utilisateurs 3) Processus 4) Fichiers 2 Programme Un programme est une séquence

Plus en détail

Le prototype de la fonction main()

Le prototype de la fonction main() Le prototype de la fonction main() 1. Introduction...1 2. Paramètres et type de retour de la fonction main()...1 3. Exemple 1...2 4. La fonction exit() du C...2 5. Détecter le code de retour d un programme

Plus en détail

Les structures de données. Rajae El Ouazzani

Les structures de données. Rajae El Ouazzani Les structures de données Rajae El Ouazzani Les arbres 2 1- Définition de l arborescence Une arborescence est une collection de nœuds reliés entre eux par des arcs. La collection peut être vide, cad l

Plus en détail

/boot/system.map Fichier système contenant la liste des symboles du noyau. Ce fichier est utilisé par certains programmes donnant des renseignements

/boot/system.map Fichier système contenant la liste des symboles du noyau. Ce fichier est utilisé par certains programmes donnant des renseignements INITIATION A LINUX FEDORA 10 ( PARTIE A ) Réduire la partition Windows... formatée en FAT 16 ou FAT 32 Je vous conseille d utiliser le programme GPL Fips. Téléchargez le fichier fips20.zip (ftp://ftp.fr.debian.org/debian/tools/fips20.zip)

Plus en détail

Systèmes d exploitation. Introduction. (Operating Systems) http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/

Systèmes d exploitation. Introduction. (Operating Systems) http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/ Systèmes d exploitation (Operating Systems) Introduction SITE : http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/ Systèmes d exploitation - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1/2 Qu est-ce qu un SE? Ensemble de logiciels

Plus en détail

Algorithmique & programmation

Algorithmique & programmation Algorithmique & programmation Chapitre 3 : Fichiers séquentiels Entrées/Sorties Fichiers Binaires à Accès Séquentiel Fichiers et Ada!! En Ada les entrées/sorties sont supportées par des paquetages standards

Plus en détail

Bon ben voilà c est fait!

Bon ben voilà c est fait! Bon ben voilà c est fait! Au programme : - Exploration de l arborescence et informations systèmes - Action sur les dossiers et fichiers - Gestion des autorisations - Conversion pdf en text - Connexion

Plus en détail

«Astrophysique et instrumentations associées» Cours UNIX. 2006 Benoît Semelin

«Astrophysique et instrumentations associées» Cours UNIX. 2006 Benoît Semelin M2 «Astrophysique et instrumentations associées» Cours UNIX 2006 Benoît Semelin Les OS OS = Operating System : Programme de base qui assure la gestion du matériel (clavier, écran, disque dur...), du système

Plus en détail

Gestion de la mémoire

Gestion de la mémoire 433 43 3 Gestion de la mémoire + 1. Qu'est-ce que la mémoire? - Définitions, exemples 2. Allocation contiguë en mémoire - Partitions de taille fixe, de taille variable 3. Pagination et mémoire virtuelle

Plus en détail

TP1 Master2SE OS Embarqué

TP1 Master2SE OS Embarqué TP1 Master2SE OS Embarqué La hiérarchie des répertoires sous Linux Dans un système Linux, les fichiers sont organisés selon une arborescence bien précise. Elle suit effectivement le standard FHS (File

Plus en détail

Systèmes répartis : les Remote Procedure Calls p.1/25

Systèmes répartis : les Remote Procedure Calls p.1/25 Systèmes répartis : les Remote Procedure Calls Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine Systèmes répartis : les Remote Procedure Calls p.1/25 Les Remote Procedure Calls

Plus en détail

Manipulations binaires en C++

Manipulations binaires en C++ Manipulations binaires en C++ Tous les exercices devront être résolus sans utiliser les opérateurs *, / et % Rappels En informatique, les nombres sont stockés sous forme binaire. Même si ce n'est pas nécessaire,

Plus en détail

Personnes ressources Tice. Académie de Rouen

Personnes ressources Tice. Académie de Rouen Personnes ressources Tice Académie de Rouen Objectifs Acquérir les connaissances de base concernant Linux Découvrir la solution technique SambaEdu3 : serveur de fichiers sous Linux Mettre en oeuvre cette

Plus en détail

TP1 Microsoft Access : base de donne es et tables V 1.2

TP1 Microsoft Access : base de donne es et tables V 1.2 TP1 Microsoft Access : base de donne es et tables V 1.2 Il est demandé de suivre pas à pas les indications de ce document. Les tâches bien spécifiques à réaliser sont écrites de cette manière : 1.x faire

Plus en détail

sécurité et protection des objets externes Sécurité et protection des objets externes

sécurité et protection des objets externes Sécurité et protection des objets externes 1 Sécurité et protection des objets externes Service attendu 2 Service attendu sur la conservation des données Retrouver les données dans l'état Permettre d'avoir un rôle de "propriétaire" Altération due

Plus en détail

WINDOWS Les Versions Serveurs SERVICES RÉSEAUX ETENDUS PARTAGE DE FICHIERS SÉCURISÉ ACTIVE DIRECTORY

WINDOWS Les Versions Serveurs SERVICES RÉSEAUX ETENDUS PARTAGE DE FICHIERS SÉCURISÉ ACTIVE DIRECTORY WINDOWS Les Versions Serveurs SERVICES RÉSEAUX ETENDUS PARTAGE DE FICHIERS SÉCURISÉ ACTIVE DIRECTORY De NT à Windows Server Issus de la branche NT de Windows (après Windows 98) 2 familles de produits (Workstation,

Plus en détail

Le Network File System de Sun (NFS)

Le Network File System de Sun (NFS) 1 sur 5 Le Network File System de Sun (NFS) Le Network File System de Sun (NFS) Architecture Protocoles Mounting Automounting vs Static mounting Directory et accès aux fichiers Problèmes Implémentation

Plus en détail

Tutorat C/Unix : Un Rapido Client/Serveur

Tutorat C/Unix : Un Rapido Client/Serveur Tutorat C/Unix : Un Rapido Client/Serveur Nouredine Melab 1 Description générale du projet 1.1 Objectif L'objectif du projet est de concevoir et de réaliser un jeu de hasard dénommé Rapido. Un serveur

Plus en détail