François I er. pouvoir et image. EXPOSITION François-Mitterrand Paris 13 e 24 mars 21 juin 2015 bnf.fr

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "François I er. pouvoir et image. EXPOSITION François-Mitterrand Paris 13 e 24 mars 21 juin 2015 bnf.fr"

Transcription

1 commémorations François I er EXPOSITION François-Mitterrand Paris 13 e 24 mars 21 juin 2015 bnf.fr pouvoir et image Réservations FNAC (0,34 TTC/mn) nationales Jean Clouet, François 1 er, roi de France, Paris, musée du Louvre RMN - Grand Palais (musée de Louvre) / Hervé Lewandowski. BnF, délégation à la Communication. Impression Stipa 2015

2 DOSSIER DE PRESSE Sommaire Communiqué de presse et renseignements pratiques 3 Iconographie 5 Présentation 7 Parcours de l exposition 8 Repères chronologiques 12 Scénographie 14 Publication 15 Autour de l exposition 16 Exposition au Château de Blois, en partenariat avec la BnF 18

3 François-Mitterrand 24 mars I 21 juin 2015 Communiqué de presse D après Jean Clouet, François I er à cheval, avant 1711 (d après l original du Louvre) BnF, Estampes et photographie Jean Clouet, François I er, roi de France RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski François I er Pouvoir et image Registrum processus criminalis procès du connétable de Bourbon, 1527, livre manuscrit enluminé BnF, Manuscrits «1515 : Marignan!» Cette formule célèbre des anciens livres d histoire garde tout son pouvoir d évocation. François I er avait 20 ans. A peine couronné roi, il remportait la plus éclatante victoire française des guerres d Italie. À l occasion du cinquième centenaire de cet événement, la BnF revient à la source des représentations de ce souverain, aussi important pour l histoire de son institution qu il l est pour l Histoire de France. La grande exposition qu elle lui consacre montre comment sa légende s est construite de son vivant. «Cinq siècles après son avènement, François I er demeure l un des plus populaires de nos rois. Le secret d une telle longévité dans notre imaginaire collectif tient à une politique méthodique de l image du souverain dont l exposition révèle la richesse», déclare Bruno Racine, président de la BnF Monarque emblématique du XVI e siècle français, François I er évoque surtout, dans la mémoire collective, les figures du chef de guerre victorieux et du prince mécène qui favorisa la Renaissance française des arts et des lettres. L exposition met en lumière des images royales replacées dans leur contexte de création. Des images répondant à une logique propre au XVI e siècle souvent bien éloignée de celle qui, beaucoup plus tard, a suscité l imagerie d Épinal, aujourd hui dominante. Plus de deux cents pièces sont présentées, issues pour la plupart des collections de la BnF : livres manuscrits et imprimés, estampes, peintures, monnaies et médailles Le visiteur pourra découvrir le manuscrit enluminé de la Description des Douze Césars avec leurs figures, Trésor national récemment acquis par la BnF. Mais aussi la spectaculaire armure prêtée par le musée de l Armée et présentée pour la première fois en pied, permettant d apprécier la haute stature du souverain, qui a marqué ses contemporains. Autres pièces majeures, les trois grands portraits de François I er prêtés par le musée du Louvre, peints par Jean Clouet, Jos van Cleve et le Titien, illustrent une représentation royale en transformation. Quant à l enluminure de François I er en déité polymorphe, issue des collections de la BnF, elle témoigne de l utilisation de l allégorie mythologique omniprésente à la Renaissance. Du guerrier au poète L exposition s ouvre sur l éducation et la jeunesse de François d Angoulême, «roi à venir», puis s intéresse aux représentations du roi chevalier et guerrier qu il a été du début à la fin de son règne. On découvre ainsi que les images du triomphateur de Marignan se multiplient des années après la bataille, au moment où François I er revient en France après avoir été emprisonné à Madrid par Charles Quint, dans ce qui s appellerait aujourd hui une stratégie de communication visant à restaurer la perception du pouvoir monarchique. L exposition décline ensuite d autres images royales : depuis le «roi très chrétien», «fils aîné de l Église», jusqu au poète et mécène, en passant par le souverain administrateur de son royaume. Le règne voit ainsi le développement du «teston», monnaie qui porte l effigie du roi, sans doute le seul portrait de 3

4 François I er qu ont pu contempler la plupart de ses sujets. Les représentations non figuratives du roi abondent également, notamment dans le décor des châteaux construits pour ce roi bâtisseur, de grandes lettres F couronnées, ou encore des salamandres, son emblème. La figure du roi protecteur des Lettres fait l objet d un traitement particulier car les livres de François I er forment le noyau des collections de l actuelle BnF : volumes offerts en hommage mais aussi traités savants commandés et reliés à ses armes pour la nouvelle Bibliothèque royale installée au palais de Fontainebleau. L ordonnance de Montpellier du 28 décembre 1537, où François I er demande aux imprimeurs du royaume de présenter leurs publications aux bibliothécaires du roi, est aussi la matrice du dépôt légal moderne. Un prince de la Renaissance Au travers des œuvres très diverses qui ponctuent le parcours de l exposition, voulues par le prince, souhaitées par son entourage ou imposées par les circonstances, se dessine ainsi une image complexe de François I er : d abord représenté comme un souverain dans la lignée traditionnelle des rois de France, il est peu à peu saisi dans sa singularité d individu royal, puis comme un monarque de la Renaissance se mettant en scène dans une définition nouvelle du pouvoir, plus personnelle. Renseignements pratiques Exposition François I er. Pouvoir et image 24 mars I 21 juin 2015 BnF I François-Mitterrand Quai François-Mauriac, Paris XIII e. Galerie I Du mardi au samedi 10h > 19h, dimanche 13h >19h. Fermé lundi et jours fériés Entrée : 9 euros, tarif réduit : 7 euros Réservations : FNAC au (0,34 euros TTC/mn) et sur Commissariat Bruno Petey-Girard, professeur de littérature française du XVI e siècle à l Université Paris-Est-Créteil Magali Vène, conservateur des bibliothèques, chef du service Patrimoine écrit à la bibliothèque municipale de Toulouse commissaires associés : Estelle Boeuf-Belilita, conservateur à la Réserve des livres rares, BnF Lucile Trunel, chef du service de l action pédagogique, BnF Contacts presse Claudine Hermabessière, chef du service de presse et des partenariats médias Isabelle Coilly, chargée de communication presse Publication François I er. Pouvoir et image Catalogue sous la direction de Bruno Petey-Girard et Magali Vène. 272 pages, 115 illustrations, Éditions de la BnF, 39 euros Scénographie Scénographie : Véronique Dollfus, graphisme : Atelier JBL Exposition en partenariat Château Royal de Blois Trésors royaux. La bibliothèque de François 1 er Du 4 juillet au 18 octobre Château Royal de Blois, 6 Place du Château, Blois Pour la première fois seront réunis les plus précieux des livres de François I er, rarement présentés au public, accompagnés d une sélection d objets d art provenant eux aussi des collections royales et pour la plupart issus des collections de la BnF : livres manuscrits et imprimés, reliures précieuses, gravures et dessins, monnaies, médailles et objets d art. Exposition de la Ville de Blois avec le partenariat exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France 4

5 Iconographie Iconographie disponible dans le cadre de la promotion de l exposition et pendant la durée de celle-ci. Les images ne peuvent faire l objet d aucune retouche ni d aucun recadrage. Maître de Philippe de Gueldre, «Antoine Vérard présente son livre au jeune François d Angoulême, en présence de Louise de Savoie et Marguerite d Angoulême[?]», dans : Octavien de Saint-Gelais, Le séjour d honneur, Paris, Antoine Vérard, 1503 BnF, Réserve des livres rares François I er et la bataille de Marignan, attribuée à Matteo Dal Nassaro circa vers Bronze BnF, département des Monnaies, médailles et antiques Epée de François d Angoulême dite «de Pavie». Acier Forgé, gravé et doré, bronze, or ciselé et émaillé. Longueur : 0.95 m, largeur : 0.14 m Musée de l Armée D après Jean Clouet (?), François I er à cheval, avant 1711 (d après l original du Louvre) BnF, département des Estampes et de la photographie Attribué à Noël Bellemare, François I er à la bataille de Marignan, dans Cicéron, Oraisons, trad. Par Etienne Le Blanc, vers BnF, département des Manuscrits Anonyme, Le roi de France en champion de la Foi, dans Jean Thénaud, Traité de la Cabale chrétienne, vers BnF, Bibliothèque de l Arsenal Attribuée à Matteo dal Nassaro, Médaille de François I er invaincu vers Argent BnF, département des Monnaies, médailles et antiques Enlumineur normand Le roi écransant l hérésie, entre la Foy et la Charité dans Eloy du Mont dit Costentin, Poésies, vers BnF, département des Manuscrits Les Grecs du Roi Imprimerie nationale Jean Thénaud, Traité de Clyo : épître de Charles VIII à François I er 1519 Salamandre couronnée BnF, département des Manuscrits 5

6 Guillaume Budé De transitu Hellenismi ad Christianismum, Paris, Robert Estienne, 1535 (Exemplaire de dédicace à François I er ) BnF, Réserve des Livres rares La salamandre de François I er Claude de Seyssel, La Grant Monarchie de France, vers1515 BnF, département des Manuscrits Maître anonyme, enluminure de dédicace dans Guillaume Budé [L Institution du prince], vers BnF, Bibliothèque de l Arsenal Charles de saint-gelais, Les Chroniques de Judas Machabée, Paris, Antoine Bonnemère, 1514 BnF, Réserve des livres rares Essai de teston en or, 1529 Graveur : Matteo dal Nassaro, monnaie BnF, département des Monnaies, médailles et antiques Armure de guerre et de joute du roi François I er. Fer forgé, repoussé, ciselé, gravé et doré. Hauteur : 2.04 m, largeur : 0.65 m Poids : 20.6kg Musée de l Armée Le procès de Charles de Bourbon Registrum processus criminalis contra et adversus Carolum de Borboni, 1527 Livre manuscrit enluminé BnF, département des Manuscrits Recueil des rois de France Jean Du Tillet, Paris, vers Livre manuscrit enluminé BnF, département des Manuscrits François Demoulins, Commentaires des guerres galliques, ill. par Godefroy le Batave, vol. 2, 1519 BnF, département des Manuscrits François 1 er, «Doulce mémoire», dans La Fleur de poésie françoise, recueil joyeux [...] Paris, Alain Lotrian, 1543 BnF, Réserve des livres rares Jean Clouet, François I er, roi de France RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/ Hervé Lewandowski François 1 er en déité polymorphe France, vers BnF, département des Estampes et de la photographie 6

7 Présentation À la mort de Louis XII qui ne laisse pas de fils, son cousin François d Angoulême devient roi en vertu de la règle de succession sur le trône de France par lignage exclusivement masculin. S ouvre ainsi un règne de 32 ans dont les auspices victorieux de Marignan n augurent pas le déroulement très contrasté. Sur le terrain militaro-diplomatique, François I er, l empereur Charles Quint et le roi d Angleterre Henri VIII jouent un jeu aux équilibres changeants et complexes. La célébration de Marignan, soigneusement entretenue du vivant du roi, ne peut cacher la défaite de Pavie face aux Impériaux qui, en 1525, vaut au roi de France une captivité d un an, l invasion de la Provence en 1536, ou, en 1544, la perte de Boulogne devant les armées anglaises. Mais en 1515 s ouvre également un règne qui, salué par les humanistes dès son aube, est largement vécu comme une rupture culturelle stimulée par le roi lui-même. Si l enrichissement des lettres ne peut être mis sous les regards il appartient essentiellement au monde intime de la lecture, c est une partie de cette culture renouvelée sous différents aspects que l exposition permet d entrevoir dans les portraits d un prince en qui s incarne la Renaissance française. Organisée dans le cadre des Célébrations nationales, l exposition se propose de montrer comme un fait historique, la constitution dynamique de l image de François I er en son temps. En effet, tout au long du règne, des œuvres nombreuses et diverses, figuratives ou littéraires, ambitionnent de représenter le roi. Traditionnelles pour la monarchie française ou trouvant en François I er leur première incarnation, ces images apparaissent, puis se sédimentent ou s évanouissent, selon des logiques dont il faut démonter les rouages. L image de François I er en son temps est loin d être univoque. Son règne marque peut-être même l apparition de plusieurs conceptions, parfois antinomiques, d un roi de France. Il est d abord le souverain que son peuple veut qu il soit, un modèle traditionnel et générique constamment rappelé sur le mode de l hommage-admonestation, notamment lors des spectacles allégoriques montés à l occasion des entrées solennelles du roi dans ses «bonnes villes». Il devient parallèlement, aux yeux de son entourage familial et courtisan, un individu royal qu une relation perçue comme privilégiée à la Fortune et la Providence permet de représenter en demi-dieu délié de l humanité ordinaire, en usant de ressources rhétoriques et artistiques souvent inédites en France. Il est enfin un prince qui commence à se mettre en scène dans une nouvelle définition du pouvoir, plus personnelle, face à ses sujets et adversaires étrangers, au cours de ses apparitions publiques, dans le décor de ses demeures ou dans les instruments de plus en plus démultipliés de son pouvoir (monnaies et actes législatifs). Ces représentations hétérogènes, aussi bien dans leur interprétation que leur diffusion, ne semblent pas cristalliser durant le règne en une vision dominante de François I er s imposant au plus grand nombre : ce phénomène, pourtant alors à l œuvre pour Charles Quint et Henry VIII, apparaît donc décidément comme une construction rétrospective. 7

8 Parcours de l exposition Des reproductions d images familières à tous accueillent le visiteur à l entrée de l exposition. L objectif de ce dispositif est de rassembler ce que l on sait généralement de François I er afin de mettre en perspective ce qui va suivre : la représentation royale du vivant du roi. François d Angoulême, le roi à venir Cette partie est consacrée aux représentations d un jeune prince qui n était pas destiné à devenir roi, mais que les caprices de la Fortune ont fait héritier présomptif de la couronne de France pendant les dix-sept années qu a duré le règne de Louis XII. Longues années durant lesquelles les grandes espérances des Angoulême se sont cristallisées et amplifiées en représentations prophétiques et symboliques, dans lesquelles se lisent déjà, de manière embryonnaire, certaines images du règne à venir : le prince guerrier, l amateur des Lettres et des Arts, le prince chrétien. Cette section donne la place qui s impose aux figures familiales qui accompagnent sans cesse le jeune François : sa mère Louise de Savoie, sa sœur Marguerite d Angoulême, mais aussi son épouse Claude de France. Guerre et diplomatie: François Ier sur la scène européenne La représentation du roi chevalier s organise autour de l armure du musée de l Armée, présentée en pied pour rendre compte de la haute stature du roi. Les pièces exposées suivent un ordre chronologique qui leur donne leur sens véritable : telle représentation du roi à la bataille de Marignan peinte vers 1529 montre la persistance d une image victorieuse malgré la défaite de Pavie et la captivité madrilène de De même, l inflation de la représentation royale en rex invictissimus dans la dernière décennie du règne montre combien la création d images épouse parfois peu la réalité militaro-politique. Ce parcours ne néglige pas les représentations étrangères qui rendent compte de l importance des points de vue : si le vaincu de Pavie n est pas représenté en France, il a toute sa place dans la production artistique et littéraire au service de Charles Quint. Le propos est toujours centré sur les représentations du roi et n est pas un simple rappel historique. Des épisodes qui n ayant donné matière à aucune représentation contemporaine font ainsi l objet d un vide signifiant. 8

9 Le roi très chrétien Cette représentation traditionnelle des rois de France trouve-telle en François I er une incarnation inédite au temps des premières réformes? Rien n est moins sûr tant sont hétérogènes (et surtout rares) les images du roi sur ce thème : présenté comme l élu de Dieu par sa mère, simple fidèle dans la foule de quelques tableaux votifs ou «travesti» en saint Jean-Baptiste ou saint Thomas, il est à la fois le roi qui signe le Concordat, que l on rêve en nouveau croisé mais qui finalement conclut l «alliance impie» avec le Turc Soliman, celui qui tolère d abord l évangélisme de sa sœur Marguerite de Navarre avant de combattre l hérésie. L exercice du pouvoir 1515 ne marque aucune vraie rupture dans la représentation du pouvoir royal. Les traités politiques offerts au jeune François I er décrivent une monarchie encore médiévale où le roi est le sommet d une pyramide et non une figure transcendante. Les images découlant de cette conception traditionnelle le représentent entouré des différents corps de la société, dont il doit entendre les conseils, respecter les privilèges et assurer concorde et protection, avec des thèmes souvent inspirés des fondements christiques de la monarchie Très Chrétienne (le Bon Pasteur, le Bien-Aimé). Cette iconographie n est cependant pas très fréquente (pas beaucoup plus que celle quasiment inexistante évoquant les aspects sombres du pouvoir, comme les simulacres de procès disgraciant un serviteur de la Couronne ou la répression des révoltes populaires). Ainsi, les entrées solennelles dans les «bonnes villes», pourtant très nombreuses car François I er ne cesse d arpenter son royaume, ne donnent lieu qu à de rares manuscrits enluminés et à des récits imprimés ornés au mieux de gravures génériques. Il en est de même pour toutes les pièces d actualité publiées lors des grands moments du règne. Et si avec François I er s amorce une évolution vers un mode de gouvernement plus personnel, cette mutation ne suscite pas non plus beaucoup d illustrations symboliques : l entourage royal ne semble pas encore en concevoir clairement la mise en scène, et la société politique, à supposer qu elle la perçoive, rechigne peut-être à sa représentation. Le pouvoir du souverain, toujours plus présent dans la vie de ses sujets, s incarne plutôt dans la multiplicité de ses instruments. En particulier la monnaie où la généralisation du «teston» diffuse partout le profil du roi, offrant l image d un individu dont les traits évoluent au cours du règne : portrait du prince et affirmation de son autorité, voire revendications territoriales, sont ainsi étroitement associés. De même, après la promulgation de l ordonnance de Villers-Cotterêts (28 août 1539) imposant l usage du français dans les actes officiels, l habitude se prend d imprimer une part importante des édits royaux, démultipliant l imago d autorité du roi contenu dans le sceau de ses chartes. Scandant visuellement l ouverture rituelle «Françoys par la grace de Dieu roy de France, sçavoir faisons a tous presens et advenir» les grandes lettrines F deviennent ainsi une nouvelle image du roi. Plus généralement, la définition de la figure nouvelle d un Prince de la Renaissance, seul détenteur d un pouvoir autoritaire et ostentatoire, est à l œuvre dans la pensée de l époque, mais son application à François I er se lit surtout en creux, en particulier dans les traités de Budé et de Castiglione. En revanche, dans la galerie de Fontainebleau, c est bien un nouveau portrait du roi gouvernant qui est proposé. Mais la signification de la scène où il figure conserve une part d énigme, peut-être pour donner à comprendre que l exercice du pouvoir relève d une forme de secret. 9

10 Vie de cour, vie des Lettres L évocation des lieux de la cour constitue un portrait plus ou moins crypté du roi où se met en scène sa relation avec les lettres et les livres. La galerie de Fontainebleau, que l on peut considérer comme une représentation symbolique du roi, est présentée en détail avec un ensemble de gravures. Le rôle de mécène des Arts du souverain n a cependant donné lieu à aucune représentation particulière, ce qui est un paradoxe pour le regard actuel : c est principalement dans les échanges épistolaires et les livres que se forge et se fixe cette image. La section présente quelques images de vie de cour où les lettrés et le roi coexistent dans des représentations dont on peut légitimement se demander si elles sont images du roi ou images des lettrés. Les livres permettent de saisir l évolution des représentations de la relation entre les lettrés et leur prince dans les scènes d offrande d ouvrages dédicacés. Les dédicaces précisent le rôle de commanditaire du roi tandis que les textes créent progressivement l image de roi «père des Lettres», posthume mais déjà élaborée vers La volonté royale apparaît dans le «commandement du roi» affiché sur certaines pages de titre, dans des privilèges exceptionnels où l espace de l acte royal est aussi celui d une célébration des Lettres par le roi : par touches, la figure du prince amateur, protecteur et promoteur de la culture lettrée dans différentes langues (français, italien, latin et grec, voire hébreu) se met en place. Le roi poète est présenté par les manuscrits et les éditions de ses poèmes, mais aussi par les partitions où la poésie royale est mise en musique. Les reliures montrent comment l emblématique royale met en scène la culture lettrée jusque dans les rayons des bibliothèques du prince, puis de la Bibliothèque royale, donc loin des regards du plus grand nombre. En revanche, à tous s adressent les éditions «ex Bibliotheca regia» faites par les nouveaux «imprimeurs du roi» à partir des manuscrits savants rassemblés pour les besoins du Collège des lecteurs royaux. 10

11 Logiques du portrait royal Une galerie de portraits traverse l exposition. Les trois grands portraits de chevalet du roi par Clouet, Van Cleeve et Titien ont été créés dans des contextes et selon des enjeux complètement différents, qui ont fortement influé sur la diffusion de l image du roi qu ils représentaient. Peint sans doute vers 1527, après le retour de captivité de François I er, le somptueux portrait de Clouet au pourpoint noir et blanc entend donner une image magnifiée du roi. Conçue au plus près du souverain, cette image ne sort guère de la Cour de son vivant : elle est adaptée dans le cadre d échanges diplomatiques et fournit une sorte de matrice, peut-être autorisée, de la physionomie royale. Le portrait de Van Cleeve, vraisemblablement réalisé alors que le peintre est présent à la cour de France entre 1531 et 1533, s inscrit dès l origine dans une logique de large diffusion européenne : on en connaît de nombreuses copies contemporaines, des adaptations gravées, métalliques ou poussées au fer sur des plats de reliures accédant presque au statut d «objets dérivés». Hors de tout contexte politique ou diplomatique, le portrait de Titien (1538), qui reprend les traits royaux gravés dans une médaille par Cellini, est un moyen de souligner, par l image même du prince, sa réputation d amateur d art : en effet, ce chef-d œuvre, cadeau personnel fait au monarque, s il n est pas une image du roi mécène, témoigne de la vitalité des échanges artistiques. Sa création implique l Arétin, homme de lettres qui bénéficie des largesses royales : lettres, arts visuel et mécénat se combinent pour qu émerge une image sublimée du prince, restée vraisemblablement confidentielle jusqu à ce que le 19 e siècle s en empare pour en faire l image officielle de François I er, roi de la Renaissance française. À partir des modèles de Clouet et Van Cleeve, mais aussi d autres prototypes difficiles à identifier, l image de François I er se diffuse tout de même assez largement en France et en Europe, suivant des voies largement influencées par le support : intailles, camées, miniatures et recueils de dessins des cabinets princiers et aristocratiques ; médailles et pièces de plaisir, sans doute distribuées par le roi lui-même au gré de ses voyages ; bustes sculptés ou vitraux ornant des bâtiments privés et publics ; estampes et illustrations de livre 11

12 Repères chronologiques septembre : naissance à Cognac de François, fils de Charles de Valois, comte d Angoulême, et de Louise de Savoie. De cette union est aussi née Marguerite en 1492 ; par son père, François est l arrière-arrière-petit-fils du roi Charles V, et le cousin du roi régnant Charles VIII et de Louis d Orléans, futur Louis XII er janvier : mort de Charles d Angoulême avril : mort du roi Charles VIII, qui ne laisse pas de fils ; son cousin Louis d Orléans lui succède et épouse sa veuve, Anne de Bretagne ; Louise de Savoie et ses deux enfants sont appelés à la cour ; tant que Louis XII n a pas de fils, François d Angoulême est l héritier présomptif du trône mai : fiançailles de François d Angoulême avec Claude de France, fille de Louis XII et d Anne de Bretagne janvier : mort d Anne de Bretagne ; les enfants mâles nés de son union avec Louis XII sont morts en bas âge. 8 mai : mariage de François d Angoulême avec Claude de France à Saint-Germain-en-Laye ; de cette union naîtront sept enfants : Louise ( ), Charlotte ( ), François ( ), Henri ( ), Madeleine ( ), Charles ( ) et Marguerite ( ). 9 octobre : Louis XII épouse en troisièmes noces Marie d Angleterre. 31 décembre : mort de Louis XII, qui ne laisse pas de fils er janvier : François d Angoulême devient roi de France sous le nom de «François I er». 25 janvier : sacre à la cathédrale de Reims. Construction d une nouvelle aile au château de Blois (dite aujourd hui «aile François I er»), dont les travaux d agrandissement seront interrompus en printemps : début de la cinquième guerre d Italie visant à faire valoir les droits héréditaires du roi de France sur le duché de Milan septembre : François I er remporte la bataille de Marignan contre les troupes suisses qui défendaient le duché de Milan. 15 septembre : François I er est adoubé chevalier par Pierre Terrail, seigneur de Bayard. 3 octobre : traité de Viterbe (le pape Léon X reconnaît au roi de France le titre de duc de Milan, où François I er fait son entrée solennelle quelques jours plus tard) août : concordat de Bologne, donnant au roi de France le pouvoir de nomination des évêques et des titulaires de certains bénéfices. octobre : arrivée en France de Léonard de Vinci, qui mourra à Amboise le 2 mai novembre : traité de Fribourg (paix perpétuelle avec les cantons suisses) janvier : mort de l empereur Maximilien ; François I er est candidat à l élection de son successeur mais échoue devant Charles Quint, élu roi des Romains le 28 juin 1519 et couronné empereur du Saint Empire romain germanique à Aix-la-Chapelle le 23 octobre septembre : début de la construction du château de Chambord juin : rencontre de François I er avec le roi d Angleterre Henri VIII au Camp du Drap d or avril : la France perd le contrôle du Milanais ; défaite de La Bicoque (27 avril) Défection du connétable Charles de Bourbon, qui passe au service de Charles Quint après avoir été dépossédé de l héritage de sa femme suite à un procès mené en faveur de Louise de Savoie, mère de François I er juillet : mort de la reine Claude de France, fille de Louis XII et première épouse de François I er février : défaite de Pavie face aux troupes de Charles Quint ; François I er est fait prisonnier et transféré à Madrid, où il est retenu captif à partir du mois d août janvier : traité de Madrid, fixant les conditions de la libération du roi. François I er s engage à renoncer à ses revendications sur le Milanais, Naples, Gênes, Asti, les Flandres et l Artois, à restituer le duché de Bourgogne, à réhabiliter le Connétable de Bourbon et à épouser la sœur de l empereur, Éléonore de Habsbourg ; les deux fils aînés du roi le dauphin François et Henri, duc d Orléans seront livrés en otages à Charles Quint dans l attente de la ratification des clauses du traité par le Parlement. 16 mars : François I er, qui a été libéré le 11 mars et échangé contre ses deux fils le 15, regagne le sol français ; il récuse immédiatement le traité de Madrid. 22 mai : ligue de Cognac, animée par François I er et le pape Clément VII contre Charles Quint Jean Clouet peint le grand portrait de François I er. février-octobre : négociations diplomatiques aboutissant à la signature de la paix perpétuelle d Amiens entre François I er et Henri VIII. 6 mai : début du sac de Rome par les troupes de Charles Quint commandées par le Connétable de Bourbon, qui est tué au cours du siège. 12

13 1528 printemps : début des travaux d aménagement et d agrandissement du château de Fontainebleau, qui dureront sans être achevés jusqu à la fin du règne ; les artistes italiens Rosso Fiorentino et Francesco Primatice arrivent respectivement sur le chantier en 1530 et en Début des travaux d aménagement et d agrandissement du château de Villers-Cotterêts. été : début de construction du château de Madrid, dans le bois de Boulogne août : paix de Cambrai, qui met fin à la crise née du non-respect par François I er du traité de Madrid ; le roi de France garde la Bourgogne mais renonce à l Artois, aux Flandres et aux terres italiennes ; il s engage à payer 1 million d écus en échange de la libération de ses deux fils février : sacre de Charles Quint à Bologne comme empereur des Romains par le pape Clément VII. printemps : création des premiers postes de lecteurs royaux (deux de grec et deux d hébreu). 7 juillet : mariage de François I er avec Éléonore de Habsbourg ; l union reste stérile Joos Van Cleve peint son grand portrait de François I er, peut-être à l occasion du mariage septembre : mort de Louise de Savoie août : traité de Vannes, rattachant la Bretagne à la France septembre : François I er, de passage à Avignon, vient se recueillir sur la tombe de Laure de Noves, la dame de Pétrarque, dans l église des Cordeliers. 28 octobre : mariage d Henri, duc d Orléans (futur Henri II), avec Catherine de Médicis, à Marseille, en présence du pape Clément VII octobre : affaire des Placards ; des écrits injurieux contre l eucharistie sont placardés dans différents lieux du royaume et jusque sur la porte de la chambre du roi au château d Amboise. En réponse, François I er engage une répression brutale contre les partisans de la Réforme février : reprise des guerres d Italie ; en dépit de la paix de Cambrai, François I er fait valoir ses droits sur le Milanais à la suite de la mort de Francesco II Sforza, duc de Milan. juin : Charles Quint envahit la Provence. 10 août : mort du dauphin François ; son frère Henri devient héritier du trône. Alliance de François I er avec le sultan ottoman Soliman le Magnifique décembre : ordonnance de Montpellier, demandant que soit remis pour contrôle aux bibliothécaires de la librairie royale de Blois un exemplaire de tout livre mis en vente dans le royaume juin : paix de Nice entre François I er et Charles Quint ; trêve de dix ans, conservation par la France de ses conquêtes tandis que l empereur devient maître du Milanais et d une grande partie du duché de Savoie juillet : entrevue d Aigues-Mortes ; François I er et Charles Quint échangent les colliers de leurs ordres, la Toison d or et l ordre de Saint-Michel Titien envoie à François I er le grand portrait qu il a peint de lui. Étienne Roffet nommé relieur du roi réalise des reliures aux armes pour la bibliothèque de François I er. 17 janvier : Conrad Néobar est nommé imprimeur du roi pour le grec ; Robert Estienne lui succède après sa mort et commande le 2 novembre 1540 à Claude Garamont les caractères «grecs du roi» qui serviront à imprimer les éditions faites d après les manuscrits de la Bibliothèque royale. 12 mars : décision par lettres patentes de la reconstruction du château de Saint-Germain-en-Laye. août : ordonnance de Villers-Cotterêts, réformant la juridiction ecclésiastique, rendant obligatoire la tenue des registres des baptêmes et faisant du français la langue officielle du droit et de l administration. novembre : début de la traversée du royaume de France par Charles Quint, depuis l Espagne jusqu aux Flandres ; le 12 décembre, rencontre avec François I er à Loches, puis à Amboise, à Blois, à Chambord la nuit du 18 au 19 décembre et à Fontainebleau du 24 au 30 décembre Décision de reconstruire le palais du Louvre (1546 : début des travaux sous la direction de Pierre Lescot.) 1542 début de la construction du château de la Muette, en forêt de Saint-Germain-en-Laye. 12 juillet : reprise de la guerre contre Charles Quint (neuvième guerre d Italie) avril : victoire des troupes françaises sur les troupes de Charles Quint à Cérisoles. juin : invasion anglaise du royaume ; transfert de la librairie royale de Blois à Fontainebleau. 8 septembre : traité de Crépy-en-Laonnois (fin à la neuvième guerre d Italie) ; François I er renonce à ses prétentions sur les Flandres, l Artois, Naples, le Milanais ; Charles Quint renonce aux siennes sur la Bourgogne. 18 septembre : Boulogne tombe devant les troupes anglaises septembre : mort de Charles, troisième fils de François I er juin et 17 juillet : traité d Ardres, entre Henri VIII et François I er ; la ville de Boulogne est restituée à la France, Calais reste possession anglaise ; le traité ne sera pas exécuté janvier : mort du roi Henry VIII. 31 mars : mort de François I er au château de Rambouillet ; son seul fils survivant, Henri, lui succède ; la cérémonie funèbre à la basilique de Saint-Denis a lieu le 23 mai

14 Scénographie /François d Angoulême, le roi à venir 2/Le roi chevalier 3/Le roi très chrétien 4/Exercer le pouvoir 5/Vie de cour, vie des Lettres 6/Logiques du portrait royal Scénographie : Véronique Dollfus Graphisme : Atelier JBL Lanterne magique En ouverture de l exposition, le visiteur traverse un sas où défilent les «images d Epinal» de François I er qui ont constitué notre imaginaire collectif. Un axe oblique Passé ce sas, un axe oblique traverse l exposition et, matérialisé par un large tapis rouge, conduit de l arbre généalogique des Valois à la représentation de François I er en déité polymorphe. Cet axe est une galerie, qui, comme celle du château de Fontainebleau, construit un discours et une image du roi. C est là que sont présentés et mis en parallèle les grands portraits de cour par Clouet, Van Cleve, Titien. Elle est l axe de gravité de l exposition, et le passage obligé entre les espaces où vont être déclinées les différentes facettes du roi. Couleurs Les couleurs sont en résonance avec les œuvres de l époque de la miniature à la fresque en passant par la tapisserie. Les cimaises sont ocre de ce terre claire caractéristique des fonds de tapisseries, qui s harmonise avec le bois des vitrines et du parquet. Au pied des cimaises la ceinture des vitrines se colore successivement en bleu doux, vert d eau et jaune d or. L oblique de la galerie tranche dans un rouge qui intègre l apothéose finale de François I er en déité. Un fil conducteur Au dessus des vitrines court un long ruban, fil conducteur graphique qui fédère l écrit, les œuvres et les reproductions. Portraits en ouverture Un majestueux portrait du roi en pied introduit chaque partie de l exposition, avec les attributs de son âge et de sa fonction. Il désigne, enlumine, et entoure le texte principal. 14

15 Publication François I er Pouvoir et image Catalogue sous la direction de Magali Vène et de Bruno Petey-Girard, avec la collaboration d Estelle Bœuf-Belilita et de Lucile Trunel Collection : Beaux livres Format : 17 x 24 cm 272 pages Reliure : broché avec rabats 115 illustrations Prix : 39 euros Connaissez-vous François I er? De tous les rois de France, François I er est de ceux dont le nom ravive immédiatement des souvenirs : le jeune héros de Marignan, le chevalier adoubé par son fidèle lieutenant Bayard, l homme à femmes, le roi ami des arts, le grand bâtisseur dont le règne vit la France sortir d un Moyen Âge obscur pour entrer dans la Renaissance. Ces images correspondent-elles réellement à ce que fut François I er? Cet ouvrage rassemble les réponses des meilleurs spécialistes de la période. Un «communicant» hors pair S il y a bien des inexactitudes parmi les représentations du roi, nombre d entre elles s ancrent dans une réalité historique. Certaines sont des créations tardives, d autres sont le fruit d une réelle stratégie élaborée par François I er et son entourage, qui ont posé les prémices de ce que l on nomme aujourd hui la «communication politique». Découvrir ces images et le contexte dans lequel elles ont été forgées permet d appréhender l homme sous un jour totalement inédit et de comprendre comment une savante maîtrise du paraître a permis la construction d un pouvoir politique à la française. Une histoire en images On trouvera, enfin rassemblée, l imagerie générée par un roi des plus populaires : tableaux, sculptures, miniatures, effigies frappées sur des monnaies, gravures accompagnant les rituels royaux autour desquels se pressait la foule Sont aussi reproduits, pour la première fois, l armure en pied d un François I er à la carrure impressionnante il mesurait 1,90 mètre!, ainsi que ses vêtements les plus somptueux et ses déguisements les plus fantaisistes, tel ce costume de «centaure portant une demoiselle en amazone», arboré lors d une fête de cour. De ce kaléidoscope, les auteurs retirent un portrait aussi saisissant qu inattendu de l un des personnages historiques préférés des Français. 15

16 Autour de l exposition Activités tous publics Visites guidées Visite guidée pour individuels : mercredi à 14h30 et dimanche à 15h Un livret-jeu pour enfants de 7 à11 ans est téléchargeable sur le site bnf.fr et disponible à l entrée de l exposition. Atelier gravure pour enfants de 7 à 11 ans Mon portrait de roi! Après avoir découvert les codes de la représentation royale au XVI e siècle, les enfants se représentent en roi ou en reine. Pour cela, ils choisissent leur attitude, créent leur emblème, inventent leur chiffre... avant de graver leur portrait, comme au temps de François I er. Mercredi ou samedi à 14h30 Visite guidée «accessibilité» Un parcours spécifique équipé de stations audio-tactiles permettra au public déficient visuel de découvrir une sélection de documents remarquables présentés dans l exposition. Accompagnement gratuit par les Souffleurs d Images. Renseignements et réservations pour les visites et ateliers au ou sur bnf.fr Pour les scolaires Visite-atelier Inventions typographiques sur un portrait de François I er A partir du portrait de François I er de Jean Clouet, les élèves sont invités à inventer une typographie en prenant appui sur les formes et contours du visage royal (Niveau CE2 à CPGE, BTS) Des visites guidées pour les classes sont organisées, ainsi que des visites spécifiques pour les enseignants (renseignements sur classes.bnf.fr). Les visites non guidées sont libres pour tous les niveaux scolaires (réservation obligatoire). Formations enseignants La BnF, lieu de ressources pour les professeurs-documentalistes : Autour de l exposition François I er, pouvoir et image. les 18 et 19 mai 2015 Partenariat Musée du Jeu de Paume / BnF : «L Archive en question» Le service de l Action pédagogique met en place un partenariat avec le Jeu de Paume autour de la problématique de l exploration de l archive. Renseignements : Dossiers pédagiques Des ressources sont disponibles en ligne sur classes.bnf.fr Réservation obligatoire pour toutes les activités pédagogiques : ou Exposition virtuelle Exposition virtuelle et ressources en ligne sont à retrouver sur expositions.bnf.fr 16

17 Colloque «François I er imaginé» Colloque international organisé par la Société Française d Étude du Seizième Siècle (SFDES) et par l association Réforme, humanisme, Renaissance (RHR). A la BnF I François-Mitterrand, jeudi 9 avril 2015, Grand Auditorium, 9h30-13h A l INHA vendredi 10 et samedi 11 avril Parce que l imagerie constituée autour de la figure de François I er est un mythe et qu elle fait partie de notre patrimoine, sa constitution mérite d être étudiée comme un fait historique. Le propos de ce colloque est d étudier la constitution de l image du roi de son vivant à partir des attentes mais aussi des déceptions que suscite sa figure, centrale dans le devenir du royaume et des équilibres européens. Il s attachera à décrire son évolution, à étudier les facteurs qui ont influé au fil du règne sur la «fabrique du roi François», qu elle soit voulue par le prince, souhaitée par son entourage ou imposée par les circonstances. Concert Jeudi 9 avril 2015 Un concert sera donné à 18h30 par l ensemble Doulce Mémoire, dirigé par Denis Raisin Dadre (BnF, Grand auditorium) 17

18 Trésors royaux La bibliothèque de François 1 er Du 4 juillet au 18 octobre 2015 Célébrations nationales François I er 2015 Exposition organisée avec le partenariat exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France Grandes Heures d Anne de Bretagne (BNF, Mss., Latin 9474) - Crédit BnF En 2015, la France célébrera les 500 ans de l accession au trône de François I er ainsi que l anniversaire de la bataille de Marignan. Des manifestations, dont plusieurs expositions de grande envergure, sont prévues tout au long de l année. Situé au cœur du Val de Loire, le château royal de Blois est un haut lieu d art et d histoire, visité par près de personnes chaque année. Héritier d un passé royal prestigieux, il mène depuis plusieurs années une politique active de développement culturel et touristique, en direction de tous les publics, notamment à travers une programmation de grandes expositions sur la civilisation de la Renaissance. Résidence favorite de la Cour au XVI ème siècle, c est également dès 1515 le premier chantier entrepris par François I er. Abritant la bibliothèque royale jusqu en 1544 (date de son transfert à Fontainebleau), le château ne pouvait donc manquer de participer à cet anniversaire en organisant une exposition d envergure internationale. C est pourquoi la Ville de Blois et la Bibliothèque nationale de France se sont associées pour produire une des expositions majeures de cette année François I er, la plus importante en dehors à Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. 1 18

19 Pour la première fois seront réunis au château royal de Blois les plus précieux des livres de François I er, accompagnés d une sélection d objets d art provenant eux aussi des collections royales. Sur les 140 pièces sélectionnées, près de 130 sont conservées à la Bibliothèque nationale de France : livres manuscrits et imprimés, reliures précieuses, gravures et dessins, monnaies et médailles, objets d art et bijoux. Les autres œuvres proviendront de grands établissements culturels français (Musée du Louvre) et internationaux, notamment américains (Metropolitan Museum of Art de New York, The Morgan Library and Museum de New York) ou encore de collections privées (Etats-Unis). Tout au long du parcours de l exposition, les visiteurs pourront admirer nombre de chefs-d œuvre rarement présentés au public en raison de leur fragilité et de leur préciosité. C est du reste la première fois que l on tente de reconstituer la bibliothèque de François I er de façon aussi ambitieuse. Beaucoup de volumes reviendront pour la première fois au château royal Blois depuis le XVI ème siècle, ce qui ne manquera pas de susciter l intérêt. Entre autres pièces exceptionnelles seront présentés les célèbres Grandes heures d Anne de Bretagne enluminées par Jean Bourdichon ; les Heures de Louis de Laval enluminées par Jean Colombe, considérées comme le manuscrit le plus enluminé au monde avec près de 1200 miniatures ; une des vingt reliures brodées de la Renaissance encore conservées au monde ; la Bible de Robert Estienne, imprimée en 1540, et dotée d une très précieuse reliure marquée du F royal ; ou des Évangiles carolingiens, datant du IX ème siècle mais reliés par la suite pour François I er. Paraphrase d Erasme sur l Evangile de Saint-Matthieu (BNF, Mss., Français 934) - Crédit BnF L exposition sera construite autour d ensembles de livres ayant une même origine ou un même contexte d acquisition, permettant au public d en saisir la richesse et la complexité : l héritage de la famille Angoulême (Jean d Angoulême et Marguerite de Rohan, grands-parents de François, Charles d Angoulême et Louise de Savoie, ses parents, er ) ; la bibliothèque royale de Blois ; la bibliothèque personnelle du roi ; l héritage d Anne de Bretagne et de Claude de France ; la saisie des livres de la famille de Bourbon ; Le public découvrira ainsi de quoi était composée la «librairie» royale, tant la bibliothèque personnelle de François I er que la bibliothèque royale institutionnelle, les types d ouvrages qui s y trouvaient, essentiellement des manuscrits, témoignant de la persistance du goût médiéval pour les grands formats luxueux des bibliothèques princières, mais aussi des incunables (ouvrages imprimés avant 1500), des imprimés témoins des recherches typographiques de la Renaissance et les différents types de reliures. La bibliothèque de François I er, roi lettré, formée de textes grecs et latins, d ouvrages techniques et pratiques, d œuvres littéraires et de livres de dévotion, illustre l environnement culturel de la Renaissance, le goût et l éducation d un prince. Y avait-il une seule bibliothèque ou plusieurs, avec des contenus, des statuts et des visées différentes? 2

20 Les bibliothèques de la Renaissance ne ressemblent pas à celles des siècles postérieurs. L exposition répondra donc à des questions pratiques : à quoi ressemblait la bibliothèque royale?, tant dans sa situation au sein des appartements royaux, que dans son ameublement (armoires, rayons ), et dans son décor à Blois puis à Fontainebleau, quel était son usage?, à la fois lieu d étude et cabinet des érudits et bibliothécaires... S appuyant sur des recherches initiées il y a plusieurs années, cette exposition permettra de jeter un regard nouveau sur les collections de livres de François I er, entre Moyen Âge et Renaissance, tout en permettant à un large public d avoir accès de manière exceptionnelle à certains trésors des collections nationales. Les livres de François I er sont en effet à l origine de la bibliothèque des rois de France, devenue bibliothèque nationale sous la Révolution. Eusèbe, Homiliae in memoriam Constantini imperatoris et Sylvestri papae (BNF, Mss., Grec 1439) - Crédit BnF Visites guidées : Une attention toute particulière sera portée à la médiation de cette exposition, notamment grâce à des visites et de dispositifs adaptés. Le numérique sera également présent dans l exposition, faisant un lien entre passé et présent. Des bornes numériques permettront de feuilleter les ouvrages les plus importants, comme les Grandes heures d Anne de Bretagne les vitrines permettront de consulter sur Gallica, la bibliothèque en couleur. Ces liens pourront être partagés sur les réseaux sociaux par les visiteurs. - Visite thématique «Spéciale François I er» : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans oser le demander Du 8 février au 1 novembre 2015 : tous les dimanches à 11h00 (du 4 juillet au 18 octobre : visite de l exposition incluse) Sans supplément sur le prix d entrée - Visite familiale «Il était une fois la salamandre d or et d argent» NOUVEAU Découvrez le château de François I er à travers un parcours conté, semé d embûches et de rebondissements A partir de 7 ans. Tous les jours pendant les vacances scolaires à 14h00 (à partir du 11 avril) Sans supplément sur le prix d entrée. Sur réservation au Exposition présentée du 4 juillet au 18 octobre 2015 Accès compris dans le prix d entrée du château : Adulte : 10 / Enfant (6 17 ans) 5 / Réduit : 7,50 Horaires d ouverture : juillet / août : 9h00 / 19h00 septembre : 9h00 / 18h30 octobre : 9h00 / 18h00 Renseignements : Programmation culturelle sur Château Royal de Blois Communiqué de presse décembre Place du Château, Blois Relations presse : Heymann, Renoult Associées, Agnès Renoult Julie Oviedo : et Marc Fernandes : T. +33 (0) Avec le parrainage de Stéphane Bern, présentateur de l'émission "Secrets d'histoire"

FICHES PEDAGOGIQUES LA VIE DE COUR A LA RENAISSANCE. Collèges et lycées. Service des Publics et de la Communication 01 34 38 38 50

FICHES PEDAGOGIQUES LA VIE DE COUR A LA RENAISSANCE. Collèges et lycées. Service des Publics et de la Communication 01 34 38 38 50 Château d'ecouen 95440 Ecouen FICHES PEDAGOGIQUES LA VIE DE COUR A LA RENAISSANCE Collèges et lycées Service des Publics et de la Communication 01 34 38 38 50 Réservation des groupes 01 34 38 38 52 1 LA

Plus en détail

Nantes est-elle bretonne?

Nantes est-elle bretonne? 1 Nantes est-elle bretonne? Et voilà! Rien que par un point d interrogation, l auteur de ces lignes vient de se fâcher avec les militants inconditionnels du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne

Plus en détail

L éducation aux médias Enjeux, état des lieux, perspectives

L éducation aux médias Enjeux, état des lieux, perspectives Rapport - n 2007-083 août 2007 Inspection générale de l éducation nationale Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche L éducation aux médias Enjeux, état des lieux,

Plus en détail

Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique

Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique Dossier de presse Exposition Du 13 octobre 2011 au 16 janvier 2012 Hall Napoléon Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique Contact presse Laurence Roussel laurence.roussel@louvre.fr Tél. 01

Plus en détail

Sommaire de la séquence 5

Sommaire de la séquence 5 Sommaire de la séquence 5 t t Séance 1.................................................................................................... 141 Pourquoi et comment Alexandre le Grand a-t-il conquis un si

Plus en détail

Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques?

Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques? Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques? PHILIPPE HENRY * Dans le cadre du projet L art en partage, l association ARTfactories/Autre(s)pARTs est à l initiative d

Plus en détail

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME LA VALORISATION DES LIEUX DE MEMOIRE DE LA SHOAH EN FRANCE, ENTRE MEMOIRE ET PATRIMOINE CULTUREL Mémoire

Plus en détail

La place et le rôle des parents dans l école

La place et le rôle des parents dans l école Rapport - n 2006-057 octobre 2006 Inspection générale de l Éducation nationale Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche La place et le rôle des parents dans l

Plus en détail

Éloge de la rareté. Cent trésors de la Réserve des livres rares. François-Mitterrand Paris 13 e 25 novembre 2014 1er février 2015 bnf.

Éloge de la rareté. Cent trésors de la Réserve des livres rares. François-Mitterrand Paris 13 e 25 novembre 2014 1er février 2015 bnf. Éloge de la rareté Cent trésors de la Réserve des livres rares François-Mitterrand Paris 13 e 25 novembre 2014 1er février 2015 bnf.fr Réservations fnac 0892 684 694 (0,34 ttc / mn) www.fnac.com Claude

Plus en détail

Sommaire de la séquence 6

Sommaire de la séquence 6 Sommaire de la séquence 6 t t t t Histoire : La place de l Église dans l Occident féodal Séance 1 Quelles étaient les croyances et les pratiques des chrétiens au Moyen Age? Séance 2 La construction des

Plus en détail

Strasbourg II. FACULTE DE Théologie catholique. Institut de droit CANONIQUE. Mémoire de MASTER. Sous la direction de Jean WERCKMEISTER LES FEMMES

Strasbourg II. FACULTE DE Théologie catholique. Institut de droit CANONIQUE. Mémoire de MASTER. Sous la direction de Jean WERCKMEISTER LES FEMMES Université marc Bloch Strasbourg II FACULTE DE Théologie catholique Institut de droit CANONIQUE Mémoire de MASTER Sous la direction de Jean WERCKMEISTER LES FEMMES SELON La PENSEE DE PAUL VI (21 JUIN 1963

Plus en détail

Fêter son anniversaire au musée : un rituel de l enfance, entre transmission et marchandisation

Fêter son anniversaire au musée : un rituel de l enfance, entre transmission et marchandisation Marie-Christine BORDEAUX, Université Stendhal Grenoble 3, GRESEC Thème Dispositifs et médiation Fêter son anniversaire au musée : un rituel de l enfance, entre transmission et marchandisation Le sujet

Plus en détail

Mais où sont passés les romans des adolescents?

Mais où sont passés les romans des adolescents? Marie VILLEMIN Mais où sont passés les romans des adolescents? Une mise en espace par centres d intérêt des romans pour adolescents à la bibliothèque des Eaux-Vives Jeunes Travail présenté à l Ecole d

Plus en détail

Deux alphabets pour l école. Actes du colloque du 14 au 19 mars 2005 Musée national de l Éducation - INRP Rouen

Deux alphabets pour l école. Actes du colloque du 14 au 19 mars 2005 Musée national de l Éducation - INRP Rouen Actes du colloque du 14 au 19 mars 2005 Musée national de l Éducation - INRP Rouen Manifestation organisée par la Délégation académique à l action culturelle du Rectorat de l Académie de Rouen en partenariat

Plus en détail

Lettre à tous ceux qui aiment l école

Lettre à tous ceux qui aiment l école Luc FERRY Lettre à tous ceux qui aiment l école Pour expliquer les réformes en cours Xavier DARCOS Où voulons-nous aller? Claudie HAIGNERÉ Demain, la science [CNDP CRDP] Les droits perçus sur cet ouvrage

Plus en détail

Séquence 9. Les Français et la République. Sommaire

Séquence 9. Les Français et la République. Sommaire Séquence 9 Les Français et la République Sommaire Introduction 1. La République, trois républiques 2. La République et les évolutions de la société française Séquence 9 HG11 1 Introduction Des années 1870

Plus en détail

Usurpations de fonction et appropriations du pouvoir en situation de crise (XIX e -XX e siècle)

Usurpations de fonction et appropriations du pouvoir en situation de crise (XIX e -XX e siècle) Sous la direction de Quentin Deluermoz et Jérémie Foa Usurpations de fonction et appropriations du pouvoir en situation de crise (XIX e -XX e siècle) Actes de la journée d étude du 16 janvier 2010 Sous

Plus en détail

Proposition présentée à madame Agnès Maltais Ministre de la Culture et des Communications

Proposition présentée à madame Agnès Maltais Ministre de la Culture et des Communications Proposition présentée à madame Agnès Maltais Ministre de la Culture et des Communications par le Groupe-conseil sous la présidence de monsieur Roland Arpin Novembre 2000 Le Groupe-conseil sur la Politique

Plus en détail

Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle

Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle Annie Oberti Responsable du pôle vie associative de l Injep Ces textes ont été rassemblés avec la collaboration de Jean-Pierre Halter, à l occasion

Plus en détail

L ÉTAT DES RELATIONS ÉCOLE-PARENTS

L ÉTAT DES RELATIONS ÉCOLE-PARENTS L ÉTAT DES RELATIONS ÉCOLE-PARENTS Une enquête quantitative auprès des directeurs d école maternelle et élémentaire GEORGES FOTINOS L ÉTAT DES RELATIONS ÉCOLE/PARENTS Entre méfiance, défiance et bienveillance

Plus en détail

Culture pour tous, culture pour chacun

Culture pour tous, culture pour chacun Mémoire d étude / Janvier 2012 Diplôme de conservateur des bibliothèques Culture pour tous, culture pour chacun Michaël Guggenbuhl Sous la direction d Anne-Marie Bertrand Directrice de l Enssib Remerciements

Plus en détail

Le laser : une révolution tout azimut

Le laser : une révolution tout azimut LE JOURNAL DE LA RECHERCHE ET DU TRANSFERT DE L ARC JURASSIEN le dossier //////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Le laser : une révolution tout azimut //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

se former à l interculturel

se former à l interculturel Éditions-Diffusion Charles Léopold Mayer 38, rue Saint Sabin 75011 Paris tel/fax : 01 48 06 48 86 diffusion@eclm.fr www.eclm.fr Les versions électroniques et imprimées des documents sont librement diffusables,

Plus en détail

Qu est-ce que l actualité?

Qu est-ce que l actualité? Mémoire de recherche - juin 2005 Diplôme de conservateur de bibliothèque Qu est-ce que l actualité? Annelise Béguec, Hélène Coste, Lucile Dupuich, Eric Pichard, Catherine Renosi Sous la direction de Bernard

Plus en détail

LA RAISON DU PLUS SPORT

LA RAISON DU PLUS SPORT LA RAISON DU PLUS SPORT De la contribution du mouvement sportif à la société française AÉROMODÉLISME AÉRONAUTIQUE AÉROSTATION ATHLÉTISME AVIRON BADMINTON BALL-TRAP BALLE AU TAMBOURIN BALLON AU POING BASEBALL

Plus en détail

Dossier pédagogique. Entre nos mains. Synopsis. S.E.S. - Management des organisations Lycée - BTS. Un film de Mariana Otero

Dossier pédagogique. Entre nos mains. Synopsis. S.E.S. - Management des organisations Lycée - BTS. Un film de Mariana Otero S.E.S. - Management des organisations Lycée - BTS Dossier pédagogique entre nos ARCHIPEL 33 PRéSENTE mains Un film de Mariana Otero Entre nos mains Un film de Mariana Otero Durée : 1 h 28 - Couleur - 2010

Plus en détail

QU APPREND-ON À L ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE? LES NOUVEAUX PROGRAMMES

QU APPREND-ON À L ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE? LES NOUVEAUX PROGRAMMES QU APPREND-ON À L ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE? LES NOUVEAUX PROGRAMMES Illustrations : Calligram, série Max et Lili, par Dominique de Saint Mars (auteur) et Serge Bloch (illustrateur). ISBN éd. CNDP : 2-240-00-802-4

Plus en détail