Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique"

Transcription

1 Dossier de presse Exposition Du 13 octobre 2011 au 16 janvier 2012 Hall Napoléon Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique Contact presse Laurence Roussel Tél

2 Sommaire Communiqué de presse page 3 Préface par Monsieur Pavlos Géroulanos, page 13 ministre de la Culture et du Tourisme de la République Hellénique Préface par Henri Loyrette, président directeur du musée du Louvre page 14 Parcours de l exposition page 15 Scénographie de l exposition page 20 Chronologie des fouilles en Grèce du Nord page 21 Regard sur quelques œuvres page 23 Publications page 33 Sommaire du catalogue Visuels disponibles pour la presse page 35 Les mécènes de l exposition page 44 2

3 Paris, le 10 juin 2011 Communiqué de presse Exposition 13 octobre janvier 2012 Hall Napoléon Casque en bronze et masque en or, nécropole de Sindos, tombe 115, vers 520 av. J.-C, Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Exposition organisée par le musée du Louvre et par le Ministère de la Culture de la République Hellénique Cette exposition bénéficie du mécénat de la Stavros Niarchos Foundation, de Lusis, de la Fondation Total et de Château Margaux. Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique Cinq cents œuvres retracent l histoire de la Macédoine antique depuis le XV e siècle avant notre ère jusqu à la Rome impériale. L exposition, dont le commissariat est à la fois grec et français, invite à découvrir la richesse du patrimoine artistique de la Grèce du Nord, un patrimoine encore méconnu du grand public tant les découvertes sont récentes. Il a fallu attendre 1977 et la mise au jour à Vergina de plusieurs sépultures royales, parmi lesquelles celle, intacte, de Philippe II, le père d Alexandre le Grand, pour prendre véritablement conscience du potentiel archéologique exceptionnel de cette région de la Grèce. Sur ce site prestigieux, identifié comme celui de la première capitale du royaume de Macédoine, les archéologues ont notamment retrouvé, en 2008, un ensevelissement énigmatique qui imposera sans doute de réécrire l histoire antique. Portée par l intelligence politique de ses souverains, dont le plus célèbre reste Alexandre le Grand, la Macédoine antique a pu s imposer en tant que royaume et s opposer ainsi à la Grèce des cités. C est l histoire de ce royaume au passé glorieux, à l apogée impressionnante, que dévoile l exposition. C est également une mise en lumière de ce qu étaient en leur temps les tombes de la Grèce du Nord. Car les trésors mis au jour, protégés par les terres des tumuli, sont un témoignage unique de la virtuosité des artistes de l époque. Commissaires de l exposition : Sophie Descamps, conservateur en chef du Patrimoine, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, musée du Louvre. Lillian Acheilara, Directrice de la 16 e Ephorie des Antiquités préhistoriques et classiques. Polyxeni Adam-Véleni, Directrice du musée archéologique de Thessalonique. Maria Lilimpaki-Akamati, Ephore honoraire des Antiquités. Le catalogue a bénéficié du mécénat de LA FONDATION J.F. COSTOPOULOS La restitution en 3D présentée dans l exposition est un mécénat scientifique de la Fondation du Monde Hellénique. L exposition a bénéficié du soutien de l Office National Hellénique du Tourisme de Paris. En partenariat avec Thalys. Couronne de feuilles de chêne en or - Deuxième moitié du IV e s. av. J.-C. Vergina (Aigai), sanctuaire d Eukleia, or, Fouilles Université Aristote, Thessalonique Direction de la communication Contact presse Anne-Laure Beatrix Laurence Roussel - Tél / Fax 54 52

4 L exposition s ouvre sur la reproduction d une mosaïque à l échelle 1:1. Exécutée à partir de galets de rivière selon la technique antique, elle représente une chasse au lion, dont l original (dernier quart du IV e siècle av. J.-C.) est conservé au musée archéologique de Pella. Mosaïque de la chasse au lion, dernier quart du IV e siècle avant J.-C., Pella, Maison du Dionysos (original), Galets, H. 1,845 m, L.3,39 m, Pella, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund I. La découverte de la Macédoine antique Jusqu aux années 1970, la Grèce du Nord restait une région méconnue, notamment du point de vue archéologique. Longtemps éclipsée par les vestiges visibles de l Attique, du Péloponnèse, de l Asie Mineure (Turquie actuelle), de la Sicile et de l Italie méridionale, la Grèce du Nord, terre de fleuves, de vastes forêts et de mines d or et d argent aux vestiges ensevelis n intéressait pas les érudits. En effet, aucune architecture civile n avait été épargnée et les sources écrites dont on disposait alors, tels les discours de Démosthène, offraient une image négative de Philippe II, roi de Macédoine, le père d Alexandre le Grand. Que chercher alors dans cette région du monde que les architectures de la Grèce du Sud n avaient déjà révélé? Certes, quelques objets avaient été découverts et considérés comme des chefs-d œuvre de l art romain dont un sarcophage de marbre attique entièrement préservé datant de la fin du II e siècle après J.-C (Sarcophage attique, musée du Louvre). Ce sarcophage monumental représente un lit funéraire sur lequel on peut voir les défunts. Le combat légendaire des Grecs contre les Amazones illustre la façade de la cuve, le revers est orné de guirlandes et de griffons. Il fut confectionné en Attique, avant d être expédié en Grèce du Nord. Découvert en 1837 à Thessalonique, il est entré au Louvre en En 1861, deux Français, Léon Heuzey ( ), qui allait devenir par la suite conservateur au musée du Louvre et Honoré Daumet ( ), architecte, partent sous l égide de Napoléon III en Grèce du Nord à la recherche des traces des champs de batailles des guerres civiles romaines. Les deux hommes fouillent certains sites qu Heuzey avait repérés quelques années plus tôt, bravant la malaria. Ils mettent au jour deux ailes d un monument, dont ils rapportent les fragments au musée du Louvre. Le site s appelait alors Palatitza. Ce n est qu en 1977 que Manolis Andronikos allait percer le secret de l immense tumulus de 110 m de diamètre et de 12 m de haut qui avait impressionné Heuzey : trois tombes royales furent mises au jour par l archéologue grec dont la tombe de Philippe II, inviolée. Depuis, les découvertes se sont enchaînées à un rythme vertigineux, témoignant de la diversité et de l importance du royaume de Macédoine. Des découvertes incroyables tant la richesse des tombes est grande : des objets d orfèvrerie d une virtuosité technique impressionnante, des peintures qui témoignent très tôt d une grande maîtrise : fusion optique des couleurs, clairobscur, perspective. Sur ce site prestigieux, identifié avec celui de la première capitale du royaume de Macédoine, Aigai, Manolis Andronicos a retrouvé en 1982 le théâtre où Philippe II fut assassiné en 336 avant J.-C., puis en 1987, la tombe probable d Eurydice, grand-mère d Alexandre. En 2008 et en 2009, des ensevelissements énigmatiques ont été mis au jour, dont l un qui comportait une couronne d or présentée dans l exposition (Couronne de feuilles de chêne en or, Musée archéologique de Thessalonique). Il pourrait s agir de l ensevelissement d Héraclès, le fils illégitime d Alexandre le Grand assassiné par Cassandre. 4

5 II. La formation du royaume de Macédoine, de la deuxième moitié du II e millénaire au VI e siècle avant J.-C. L exposition adopte dans cette section une présentation chronologique. A la fin de l âge du bronze et durant de l âge du fer, les mouvements de population ont conduit à l émergence de dynasties royales, parmi lesquelles celle des Téménides. La Macédoine était particulièrement riche, comme en témoignent les nécropoles de Sindos, près de Thessalonique, et d Archontiko, près de Pella, qui renferment des trésors incomparables. Les défunts étaient inhumés avec leurs armes, leurs ustensiles, leurs bijoux d or et d argent décorés selon des techniques très maîtrisées du filigrane et de la granulation. Le matériel funéraire d une tombe féminine de la nécropole de Sindos est présenté dans son intégralité : paire de boucles d oreilles, collier de perles et pendeloques et épingles en or (Deux épingles, Musée archéologique de Thessalonique). Une autre tombe datant de 520 avant J.-C. reste mystérieuse : le visage du défunt était entièrement dissimulé derrière un casque en bronze et un masque en or (Casque en bronze et masque en or, Musée archéologique de Thessalonique) selon une tradition qui avait disparu en Grèce depuis l époque des tombes à fosse de Mycènes aux XVII e et XVI e siècles avant J.-C. Plusieurs colonies ont été fondées sur les côtes de la Macédoine par d autres cités grecques. Les vases retrouvés dans les nécropoles Toroné, Mendé, Méthonè ou encore Akanthos et dans celles des cités macédoniennes témoignent d une intensification des échanges commerciaux. Ainsi, beaucoup d œuvres furent importées comme des vases attiques, chiotes, corinthiens, ou d Asie Mineure. Deux magnifiques calices représentants un lion rugissant pour l un et deux sphinx affrontés pour l autre sont présentés à l exposition. Calice chiote : sphinx affrontés, av. J.-C., Agia Paraskevi, nécropole, tombe 83, Terre cuite, H. 18,6 cm, D. base 9,2 cm, D. embouchure 19, 5 cm, Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund III. La royauté macédonienne d Alexandre I er à Alexandre le Grand (V e -IV e siècles avant J.-C.) Sans l intelligence politique et l ambition de certains de ses rois, sans l exceptionnelle envergure stratégique de Philippe II, roi réformateur, les conditions d une expansion vers l Est n auraient pas été réunies et Alexandre III, n aurait pu, à vingt-deux ans, partir à la conquête de l Orient. Alexandre I er ( av. J.-C.) se rapproche d Athènes alors que son royaume est sous domination perse. Mais la Macédoine prend sa réelle ampleur sous le règne de Philippe II ( av. J.-C.). Otage à Thèbes durant ses jeunes années, il observe les pratiques de l armée béotienne, ce qui lui permet ensuite de réformer l armée macédonienne, notamment l infanterie, dotée désormais de la sarisse, une lance longue de près de 5 mètres et organisée selon la configuration de la phalange, véritable arme de guerre. Grâce à l audace et au génie de ce roi, le royaume s étend. Les premiers palais macédoniens voient le jour, comme celui d Aigai-Vergina découvert par Léon Heuzey. La gravure du palais par Honoré Daumet Mission archéologique de Macédoine (1876), est mise en parallèle dans l exposition avec le Chapiteau ionique du grand ordre ionique et la Base ionique du grand ordre ionique (musée du Louvre). Exceptionnellement, trois œuvres retrouvées dans le tombe de Philippe II seront exposées : une Œnochoé, une coupelle d argent et un trépied de 60,5 cm inscrit, gagné aux jeux d Argos par un ancêtre de Philippe (Vergina, Musée des tombes royales d Aigai). Les plus grands artistes se pressent à la cour de Macédoine. Après Euripide ou Zeuxis, à la fin du V e siècle av. J.-C., Apelle ou encore Lysippe de Sicyone répondront à l appel de Philippe et d Alexandre : ils seront les portraitistes officiels d Alexandre, comme en témoigne l Alexandre à la lance évoqué dans l exposition par une statuette. 5

6 IV. L essor de la Macédoine à l époque hellénistique Plusieurs tombes au matériel funéraire complet et également quelques objets isolés permettent de plonger au cœur des richesses de la Macédoine. La tombe Z de Dervéni a conservé intact le matériel funéraire de grande valeur qu elle contenait : des bagues, une paire de boucles d oreilles et un gobelet d argent décoré d une tête de Silène rehaussée d or (Bague en or avec chaton en sardoine et Paire de boucles d oreilles à pendeloques, Musée archéologique de Thessalonique). Cassandre ( av. J.-C.), successeur d Alexandre, voit les richesses affluer à la suite des conquêtes de son prédécesseur. Les vétérans reviennent chargés de butins accumulés lors des pillages des pays ennemis. Le travail d orfèvre et les sculptures de production macédonienne, par leur perfection, se rapprochent de la virtuosité des artistes de la Renaissance italienne. V. La société macédonienne L approche, également thématique, permet de montrer différents aspects de la civilisation macédonienne tels la production artistique, l organisation du royaume, l éducation, le monde des hommes et celui des femmes. L éducation de l esprit était très importante chez les Macédoniens, comme en témoignent certains objets de la vie culturelle présentés dans l exposition, l Ecritoire en bronze (Musée archéologique de Thessalonique). Le monde des femmes est évoqué par des parures, des objets de la vie quotidienne, des couleurs, notamment une magnifique figure féminine en terre cuite dont la polychromie est quasi intacte ou un coffret à bijoux à vernis noir décoré de deux colliers d or sur le couvercle. (Figurine féminine en terre cuite et Pyxis à vernis noir et décor «West Slope», Musée archéologique de Thessalonique). Le rôle du banquet dans l univers masculin semble primordial et le défunt est enterré avec une splendide vaisselle en argent : gobelets dont le décor intérieur est rehaussé d or, passoire, louche. (Vaisselle de banquet en argent : trois calices en argent et passoire, Musée archéologique de Thessalonique). Deux films complètent cette section, présentant des vues actuelles de la maison du Dionysos à Pella, avec les magnifiques mosaïques qui parent ses sols. L autre est un film en 3 dimensions, de la même maison avec salles de banquet de l époque et décor : tables à trois pieds, lits, mosaïques décoratives. Sur la table de banquet sont disposés les objets comparables à ceux présentés dans l exposition. Ce film a bénéficié du mécénat de la Fondation du monde hellénique VI. La production artistique en Grèce du Nord Au IV e siècle av. J.-C., l art de la Grèce du Nord est à son apogée. Les techniques se sont développées et atteignent des niveaux de maîtrise remarquables : de la céramique à la sculpture, en passant par la fabrication de mosaïques, le travail du métal et de l ivoire, et l invention du verre transparent sous le règne de Philippe II. Les chefs-d œuvre du quotidien, comme le magnifique bracelet d or trouvé dans la nécropole d Europos-Kilkis (première moitié du III e siècle avant J.-C) dont le jonc se termine par deux têtes de bouquetins aux détails morphologiques ciselés, témoignent de cette virtuosité artistique. Ou encore le médaillon avec le buste d Athéna coiffée de la tête de Méduse, dont la finesse d exécution n a d égale que son état de conservation (Décor de char : médaillon avec buste d Athéna coiffée de la tête de Méduse, Musée archéologique de Thessalonique). Bracelet à têtes de bouquetin, Première moitié du III e s. av., J.-C., Evropos, Kilkis, Or, D. 8 cm, Kilkis, Musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund 6

7 VII. La religion et la mort La religion occupait une place très importante dans la société macédonienne, comme en témoignent les objets ayant pour modèle différentes divinités. Au cours des récentes fouilles, de nombreuses sépultures ont permis de comprendre l organisation spatiale des tombes. Sous les tumuli les tombes ressemblent à des temples fermés, aux façades ornées de chapiteaux, de demi-colonnes doriques ou ioniques, de frises et de corniches dont certaines présentent un décor polychrome qui a conservé toute sa palette chromatique. Elles donnent une idée de la décoration des monuments de la Grèce des cités, comme ceux de l Acropole d Athènes qui étaient peints. L intérieur de la tombe est constitué parfois d un vestibule et d une chambre. VIII. La Macédoine antique sous domination romaine Figurine en terre cuite : Eros endormi, Dernier quart du IV e s. av. J.-C., Pella, nécropole orientale, tombe à ciste (peut-être d'un enfant), Terre cuite, L. 9,5 cm, Pella, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Trois vantaux de portes de tombes, rapportées par Heuzey au Louvre, sont présentés dans l exposition (Battants droit et gauche des portes de la tombe macédonienne dite de Palatitza, musée du Louvre). Les découvertes archéologiques éclairent les pratiques funéraires révélant les croyances et rites antiques. Ainsi se lit la volonté de l élite macédonienne de se garantir le passage vers l au-delà, en se faisant «initier» à un dieu ou une déesse (comme Perséphone) afin de connaître les secrets du passage vers la mort. Les divinités sont souvent présentées dans les tombes sous forme de figurines, comme ce buste de terre cuite polychrome avec un regard intériorisé à dimension quasi eschatologique, datant du IV e siècle avant J.-C (Buste de divinité féminine en terre cuite polychrome, Musée archéologique d Amphipolis). Les objets de la vie du défunt l accompagnent dans la mort. Les cendres et ossements recueillis sur le bûcher de la crémation peuvent être déposés dans un vase, comme l Hydrie cinéraire à vernis noir avec un couvercle de plomb datant d environ 350 avant J.-C. (Musée archéologique d Amphipolis) des couronnes, données lors des banquets ou en récompense peuvent également accompagner le défunt. Le point d orgue de cette section est une couronne funéraire en or, retrouvée dans une tombe à Apollonia (Couronne de feuilles de lierre et corymbes en or, Musée archéologique de Thessalonique). Le dernier roi, Persée, est vaincu en 168 avant J.-C. à Pydna. La Macédoine devient une province romaine. Les Romains construisent la Via Egnatia, q7ui traverse le nord de la Grèce d ouest en est, afin de faciliter les échanges commerciaux et les déplacements de troupes. L exposition présente l organisation romaine de la province de Macédoine, ainsi que les colonies romaines de Philippes et de Dion, les bouleversements, notamment artistiques et religieux. De nouveaux dieux sont désormais vénérés en Macédoine, les déesses Rome, Sérapis et Isis. Un important sanctuaire de Sérapis et Isis a été retrouvé à Thessalonique. La ville devient le siège influent de la province romaine de Macédoine. En point d orgue de l exposition, le Louvre propose une évocation de la colonnade des Incantadas, colonnade à étage bâtie au sud de l agora romaine de Thessalonique (Portique des Incantadas, pilier sculpté, musée du Louvre). Les piliers sculptés ornés de deux personnages issus de la mythologie grecque (un sur chaque face), les chapiteaux corinthiens et les blocs de l entablement sont exposés. Incantadas («les Enchantées» en espagnol) provient d une légende selon laquelle Alexandre le Grand, dont le palais se trouvait d un côté du portique, aurait été l amant de la femme du roi de Thrace, dont le palais se trouvait de l autre côté. Apprenant qu Alexandre devait rejoindre sa bien-aimée le soir même, celui-ci fit jeter un sort sur le portique. Le roi macédonien ayant eu connaissance du danger ne vint pas cette nuit-là. Le roi de Thrace et sa cour passant sous le portique auraient été changés en pierre.

8 IX. Genèse antique de la légende d Alexandre Alexandre est né en juillet 356 av. J.-C. à la cour royale de Pella. À l âge de treize ans, il recevait l enseignement d Aristote sur les conceptions politiques et les sociétés humaines, sur les caractéristiques essentielles du souverain idéal, sur les contrées lointaines et les différents peuples. C est à Miéza qu Alexandre suivit avec les fils des hétairoi royaux, ses compagnons d enfance qui, plus tard, deviendront ses généraux célèbres, l enseignement de philosophes, tels Ptolémée et Héphaistion. L assassinat de son père Philippe, en 336 av. J.-C., lui ouvrit le chemin du trône de Macédoine, sur lequel il monta grâce au soutien actif de l armée. En même temps que le royaume, Alexandre héritait de son père le commandement d une expédition panhellénique qui avait été décidée au Conseil de Corinthe. Son but était de neutraliser complètement le danger perse qui menaçait constamment la Grèce depuis plus de 150 ans. Pour un jeune souverain ambitieux, qu enchantaient les héros de la guerre de Troie tandis qu il lisait avec passion les poèmes épiques d Homère, l expédition d Asie offrait l occasion unique de devenir un nouvel Achille. Alexandre fut le premier à renverser l empire des Perses en dépit d une armée moins nombreuse. Il fit rayonner la culture hellénique de façon durable, de l Egypte à l Inde. Des jeux furent organisés en son honneur au III e siècle après J.-C., comme le montrent les médailles à l effigie de sa famille conçues pour les jeux de Béroia et de Tarse, présentées dans l exposition (Médaillon d or des jeux de Béroia, en l honneur d Alexandre et de sa famille, Musée archéologique de Thessalonique). Sa renommée l élèvera de son vivant au rang de héros, de dieu. En témoignent les portraits d Alexandre réalisés par les plus grands artistes, comme Lysippe. Alexandre y est représenté en conquérant, la main gauche entourant une lance et la main droite serrant alors une épée, aujourd hui perdue. Autre portrait saisissant, celui de la réplique romaine de l Alexandre à la lance, présenté sous la forme d un Hermès, (Portrait d Alexandre dit Hermès Azara, musée du Louvre). Il fut mis au jour en 1779 et offert à Napoléon Bonaparte, qui le remet en 1803 au musée du Louvre. Portrait d'alexandre, III e siècle av. J.-C. Pella (aux environs de), marbre, Pella, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund 8

9 Autour de l exposition Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique Statuette en bronze : Alexandre à la lance, Hellénistique, Egypte (Basse Egypte), Bronze, H. 16,5 cm, Paris, musée du Louvre, RMN / Stéphane Maréchalle Ornement végétal en or et restes du support en ivoire sur lequel il était fixé, trouvé dans une tombe à Stavroupolis (près de Thessalonique), fin du IV e siècle av. J.-C., Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism/ Archaeological Receipts Fund Publications Catalogue de l exposition 24.6 x 32 cm, 720 pages, 600 illustrations, relié, 49 euros (environ) Cette publication a bénéficié du mécénat de la Fondation J.F. COSTOPOULOS et du mécénat en nature d Arjowiggins Graphic, Coédition Somogy / musée du Louvre Editions Album 48 pages, 8 euros, coédition Somogy / musée du Louvre Editions A l auditorium du Louvre Conférence de présentation d exposition Lundi 24 octobre à 12h30 Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique par Sophie Descamps, musée du Louvre L Œuvre en scène Mercredi 2 novembre à 12h30 L Alexandre à la lance du musée du Louvre : une adaptation singulière d un chef-d œuvre de Lysippe dans l Égypte des Pharaons par Sophie Descamps, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines et Marc Étienne, département des Antiquités égyptiennes, musée du Louvre Cette statuette de bronze, découverte en Basse Égypte et conservée depuis 1852 au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre, est la réplique adaptée d'une œuvre disparue du sculpteur Lysippe, portraitiste officiel d Alexandre le Grand. Exécutée au IV e siècle avant J.-C, la statue de bronze représentait le conquérant armé d une lance et d une épée mais l enquête révèle que la statuette était coiffée d une couronne égyptienne, association qui conduit à s interroger sur la spécificité iconographique de cette effigie éclectique d Alexandre. Colloque Samedi 3 décembre de 10h à 18h La Macédoine du VI e siècle à la conquête romaine : formation et rayonnement culturels d une monarchie grecque Vendredi 2 décembre à l auditorium de l INHA Samedi 3 décembre à l auditorium du musée du Louvre En collaboration avec l UMR ArScAn Maison René Ginouvès de Nanterre et l INHA Entrée libre L ascension de la Macédoine en puissance hégémonique du monde grec grâce à un instrument militaire incomparable forgé par ses rois est connue depuis longtemps. Les découvertes archéologiques de ces dernières décennies ont révélé des aspects inconnus de la Macédoine : elle n était pas seulement une puissance militaire, mais aussi un Etat avec une organisation politique originale ainsi qu un centre de création très actif dans divers domaines de la culture grecque. 9

10 Le but de ce colloque est de mettre en lumière les origines et le développement de ce centre de production artistique original et de faire le point sur les influences venues des contrées du pourtour méditerranéen dont il a tiré parti. Il sera question aussi d apprécier la part du rayonnement culturel et artistique de la Macédoine dans le nouvel équilibre politique d un monde hellénistique né des conquêtes d Alexandre. Les spécialistes invités à prendre la parole envisageront ainsi les relations culturelles que la Macédoine entretenait avec la Grèce des cités, l Asie Mineure, l Anatolie achéménide, Chypre, l Égypte et l Italie méridionale, depuis la fin de l époque archaïque jusqu à 168 avant J.-C., date de la défaite à Pydna de Persée, dernier roi macédonien. Cette seconde journée rassemblera plus particulièrement les archéologues et universitaires venus de Grèce du Nord et présentera les découvertes macédoniennes en termes d influences reçues et transmises. Les feuilles d or sur les visages des défunts des sépultures archaïques de la nécropole occidentale d Archontiko de Pella Pavlos Chrysostomou, Directeur de la 29 e Ephorie des Antiquités préhistoriques et classiques, Florina. Fibules et épingles en or des sépultures féminines archaïques de la nécropole occidentale d Archontiko de Pella Anastasia Chrysostomou, Conservateur, responsable des sites archéologiques, 17 e Ephorie des Antiquités préhistoriques et classiques, Edessa. Céramique des époques archaïque et classique : importation et production locale Eurydice Kéfalidou, Conservateur de la collection des Céramiques, des Peintures et des Mosaïques, Musée archéologique de Thessalonique. Ioannis Akamatis, Professeur à l université Aristote de Thessalonique, Département d Histoire et d Archéologie. Le palais de Philippe II à Aigai : fonction, idéologie et modèles Angéliki Kottaridi, Directrice de la 17 e Ephorie des Antiquités préhistoriques et classiques, Edessa. Cat. 234 Section 5 Figurine féminine en terre cuite Fin du IV e s. av. J.-C. Néa Potidaia (Potidée), lieu-dit Pétriotika, sarcophage D Terre cuite H. 21,9 cm, l. 7,2 cm, ép. 6,8 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Les origines de la peinture funéraire en Macédoine et l impact de son développement au cours de la période hellénistique Hariclia Brécoulaki, Centre de Recherche de l Antiquité grecque et romaine de la Fondation nationale de la recherche scientifique (IERA), Athènes. Monuments funéraires de Pella : notions d influences Maria Lilimpaki-Akamati, Ephore honoraire des Antiquités. Le théâtre à l époque d Alexandre le Grand et après son règne : traditions et nouveautés Polyxéni Adam-Véléni, Directrice du musée archéologique de Thessalonique. Poseidippos de Pella Evelyne Prioux, Chargée de recherches au CNRS. 10

11 Fragment de partition musicale sur papyrus, Médée de Carcinos le Jeune, Paris, musée du Louvre Laurent Capron Soirée thématique autour d Alexandre le Grand Jeudi 8 décembre Conférence à 18h30 Les historiens d Alexandre le Macédonien : la fabrique du mythe par Janick Auberger, université du Québec, Montréal Comme tous les personnages fauchés en pleine jeunesse, Alexandre fut l objet de biographies teintées de légende. Déjà, de son vivant, il contrôlait soigneusement son image. Après sa mort, ses compagnons et héritiers comprirent tout l intérêt qu il y avait à entretenir les histoires qui embellissaient les aventures qu ils avaient vécues avec lui. Par la suite on a continué à cultiver le mythe, faisant du conquérant une «boîte à fantasmes» que notre XXI e siècle continue de remplir. Concert de musique de l antiquité de 20h à 22h Les musiques qu aimait Alexandre le Grand Concert de musique de l antiquité de l Ensemble Kérylos (direction Annie Bélis) Les auteurs antiques en témoignent : Alexandre aimait passionnément la musique. En Macédoine et jusque dans ses campagnes les plus lointaines, il appela auprès de lui la fine fleur des musiciens, chanteurs, aulètes, citharistes et compositeurs. Par un rare bonheur, des papyrus musicaux grecs nous ont transmis des œuvres de compositeurs dont nous savons qu ils furent appréciés de Philippe de Macédoine, puis d Alexandre et de ses successeurs. Fondé et dirigé par Annie Bélis, l Ensemble Kérylos, avec ses instruments fidèlement restitués, se voue depuis vingt ans à faire connaître à travers le monde un patrimoine musical silencieux depuis deux millénaires. Le concert du Louvre constituera un événement : le public partagera, vingt-cinq siècles après Alexandre, quelques-unes des œuvres «macédoniennes» qui firent son admiration et il entendra, au Louvre même, deux papyrus musicaux qui appartiennent aux collections du musée : un spectaculaire extrait, à trois personnages, de la tragédie Médée de Carcinos (vers 360 av. J.-C.) et une longue partition magique, envoûtante jusqu à inspirer le frémissement. 11

12 Stagire. Grèce du Nord. Informations pratiques Exposition Horaires Tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 17h45 les mercredi et vendredi jusqu à 21h45. Tarifs Billet spécifique pour l exposition Au Royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique : 11 Billet jumelé (collections permanentes + exposition Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique) : 14 Accès libre pour les moins de 18 ans, les chômeurs, les titulaires des cartes Louvre jeunes et Louvre professionnels ou de la carte Amis du Louvre. Renseignements Tél Guide multimédia Découvrez l exposition à travers une sélection d œuvres emblématiques de la Macédoine antique commentées par le commissaire et des spécialistes invités. Pendant toute la durée de l exposition. Documentaire : Alexandre le Grand le Macédonien Réalisé par Bernard George Produit par Les Films du Tambour de soie et le musée du Louvre Coproducteurs : Arte GEIE, Minimal Films, ERT Durée : 52 minutes Diffusion télévisée : soirée Théma Arte 13 novembre 2011 Co-édition DVD Arte développement/ Louvre : sortie Octobre 2011 Héros pour les uns, mégalomane pour les autres et ce dès l'antiquité, le plus connu des rois macédoniens a tant servi de référence au cours des siècles que son histoire s est effacée devant la légende. À l occasion de la grande exposition que le musée du Louvre consacre à la Macédoine antique, le film se propose, d une manière tout à fait nouvelle, d approcher l univers d Alexandre le Grand à travers les traces de la culture matérielle et artistique de son royaume, la Macédoine de mettre en regard le Mythe et l Histoire, à travers la multitude des représentations et des traces archéologiques tout au long de son périple conquérant. Visite-conférence dans l exposition Des visites de l exposition en compagnie de conférenciers du musée. Renseignements au et sur Et aussi, sous l égide du Centre culturel grec Colloque «A la recherche des racines d Alexandre le Grand» Auditorium de l Institut Goethe 10h : Légendes dynastiques des rois macédoniens, par Angeliki Kottaridi, archéologue, Ephore, directeur du site de Vergina 11h30 : Philippe II, fondateur de la Macédoine nouvelle, par Miltiadis Hatzopoulos, historien, membre de L Académie des Inscriptions et Belles Lettres, ancien Professeur à l Université de Paris X-Nanterre 14h : La jeunesse d Alexandre le Grand en Macédoine, années qui ont forgé son destin, par Robin Lane Fox, historien, professeur au New College Oxford 15h30 : Les fouilles françaises en Macédoine et l exposition «Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique», par Sophie Descamps, conservateur en chef au musée du Louvre 17h : Dernières découvertes au palais de Philippe II à Aigai : une œuvre architecturale, expression du despotisme éclairé, par Angeliki Kottaridi 12

13 Préface Par Monsieur Pavlos Yeroulanos, Ministre de la Culture et du Tourisme de la République Hellénique L identité de la Grèce contemporaine se révèle avec un relief particulier à travers sa façon de gérer son immense héritage culturel, de le sauvegarder, de le mettre en valeur et de le faire connaître à l ensemble de la planète. L exposition La Macédoine antique. Au royaume d Alexandre le Grand, accueillie pour la première fois par le Louvre, l un des plus prestigieux musées du monde, met en pleine lumière le visage de la Grèce moderne, c est-à-dire les méthodes contemporaines par lesquelles, nous, Grecs, honorons, préservons et présentons au reste du monde l œuvre des générations qui nous ont précédés. Cette exposition est pur plaisir pour le visiteur, car elle échappe à tout académisme fermé. Elle présente en effet de façon brillante, claire et accessible, une des périodes les plus importantes de la civilisation grecque ancienne. Plus de 500 chefs-d œuvre, mis au jour au cours des trente dernières années grâce au labeur infatigable des archéologues grecs, et répartis ici en neuf sections, retracent l histoire de la Macédoine depuis l époque mycénienne jusqu à l extrême fin de l Antiquité. J ai la conviction que cette histoire saura passionner le plus exigeant des visiteurs, car elle donne à voir, de façon on ne peut plus éloquente, à la fois ce qui constitue l identité des Macédoniens et l évolution de leur civilisation. Tout nous porte à espérer que cette exposition n alimentera pas seulement un dialogue scientifique international fécond, mais qu elle suscitera l intérêt d un public cosmopolite, l incitant à visiter notre patrie et à mieux connaître le berceau de cette prestigieuse civilisation. Nous l attendons et lui souhaitons la bienvenue. Je tiens à remercier de grand cœur tous ceux qui ont travaillé au projet, à l organisation et à la promotion de cette exposition, tant en France qu en Grèce. Ils apportent un soutien précieux à l effort unanime des Grecs : rappeler au monde que ce pays a un passé, un présent et un avenir. Ce texte est extrait du catalogue Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique, sous la direction de Sophie Descamps-Lequime, coéd. musée du Louvre Éditions /Somogy 13

14 Préface Par Henri Loyrette, président-directeur du musée du Louvre Grâce à une étroite collaboration, tant institutionnelle que scientifique, entre la Grèce et la France, le musée du Louvre est en mesure de présenter durant trois mois des chefs-d œuvre insignes qui illustrent l histoire du royaume d Alexandre le Grand, depuis la fin de l âge du bronze jusqu aux siècles de la domination romaine. Si le jeune conquérant grec a marqué les esprits par la fulgurance de son destin, par son charisme et par des qualités de stratège qui lui ont permis de bouleverser en l espace de onze années l équilibre géopolitique du monde antique, la Macédoine, berceau de la dynastie royale des Téménides, qu il a quittée à vingt-deux ans pour n y plus revenir, a longtemps été oubliée et minorée. Des textes antiques hostiles à Philippe II, son père, et des vestiges architecturaux peu lisibles sur le terrain détournaient en effet les érudits de la Macédoine. Pourtant, sans son éducation de prince macédonien, à la personnalité forgée à la fois par l enseignement d Aristote et par un entraînement physique intense qui s exprimait au cours de chasses royales mais qui l autorisa très tôt à tenir son rang sur les champs de bataille, Alexandre n aurait pu mener à bien la mission que Philippe II, brutalement assassiné, s était assignée : venger, à la tête des puissances grecques réunies, l affront perse des guerres médiques. Les découvertes qui se sont multipliées en Grèce du Nord depuis près de trente années sont exceptionnelles. Elles confèrent au royaume de Philippe et d Alexandre un statut archéologique désormais comparable à ceux de l Attique et du Péloponnèse. Elles ont profondément renouvelé non seulement la connaissance de la société macédonienne, mais également de la civilisation grecque antique. Les œuvres rassemblées dans le cadre de cette exposition sont peu connues du grand public, parfois même inédites. Créations virtuoses, élaborées pour des rois et pour l élite de la cour, elles représentent le plus haut degré de la commande. Préservées durant des siècles par les terres qui recouvraient les sépultures, elles ont conservé souvent intacte leur apparence originelle, notamment leur polychromie. Sans l implication de nos collègues grecs dans ce projet commun, rien n eût été possible. Je suis heureux que me soit donnée l occasion de saluer ici leur compétence et leur générosité. Je tiens aussi à leur exprimer ma reconnaissance car les œuvres venues de Grèce vont côtoyer les collections du musée du Louvre, également très présentes dans l exposition. Le pionnier de l archéologie macédonienne était en effet français. Léon Heuzey avait découvert en 1855 un site, dont il pressentait l importance, qu il revint fouiller en 1861 sous l égide de Napoléon III, avec l architecte Honoré Daumet. Il ne pouvait savoir alors que ce site était celui d Aigai, la première capitale du royaume, et que les éléments architecturaux mis au jour étaient ceux du palais de Philippe II. Léon Heuzey avait été frappé par la présence d un immense tumulus, au sujet duquel il écrivit ces mots prophétiques : «Cette colline factice, de 110 m de diamètre, est le plus beau tumulus de la Macédoine, qui en possède un grand nombre de remarquables. [ ] Dans ces monuments macédoniens, comme dans les hypogées de l Égypte et de l Étrurie, il n y a pas seulement à exhumer quelques débris antiques. Il y a la vie et l histoire de tout un peuple à retrouver.» Les archéologues grecs lui ont donné raison. Ce texte est extrait du catalogue Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique, sous la direction de Sophie Descamps-Lequime, coéd. musée du Louvre Éditions /Somogy 14

15 Le parcours de l exposition Textes des panneaux didactiques de l exposition Introduction L Europe érudite s est longtemps détournée d une région de la Grèce qui frappait le voyageur par la pénurie des vestiges archéologiques apparents. Les textes antiques, première source de connaissance avant toute exploration matérielle, offraient deux visions contraires des Macédoniens : au regard hostile de Démosthène s opposait l approche positive d Isocrate et d Eschine. On en venait à oublier que les plus grands artistes Pindare, Euripide, Zeuxis, Lysippe, Apelle avaient répondu à l invitation des rois de Macédoine, et qu Aristote avait été le précepteur du jeune Alexandre. Les découvertes se sont multipliées depuis Elles confèrent au royaume de Macédoine un statut archéologique désormais comparable à ceux de l Attique et du Péloponnèse. Elles renouvellent la connaissance de la civilisation grecque antique par la virtuosité et l état de préservation exceptionnel des œuvres mises au jour. La découverte de la Macédoine antique À la fin du XVIII e siècle et dans la première moitié du XIX e siècle, les découvertes archéologiques demeurent aléatoires. Quelques épigraphistes, philologues et numismates parcourent une région inexplorée dont les vestiges antiques à l exception de ceux de la ville de Philippes sont peu lisibles sur le terrain et dispersés. Ce sont des œuvres errantes, utilisées en remploi dans des bâtiments modernes. Les consuls en poste, érudits sans être spécialistes, jouent un rôle essentiel, négociant avec les autorités locales l enlèvement de quelques sculptures qu ils jugent intéressantes mais dont l origine repose sur la tradition orale. La première mission scientifique est menée en 1861 par Léon Heuzey sous l égide de Napoléon III. Avec l aide de l architecte Honoré Daumet, il explore à Korinos une sépulture d un type inconnu, voûtée, aux portes de marbre, puis à Palatitza une tombe comparable et deux ailes d un grand édifice. Les fouilles grecques du XX e siècle ont confirmé l importance exceptionnelle de la région. Manolis Andronikos, initié à l archéologie dans les années trente par son professeur Konstantinos Rhomaios, est devenu par la suite responsable des fouilles de Vergina, nom actuel du site de Palatitza, identifié en 1968 comme étant celui d Aigai, la première capitale de la Macédoine antique. En 1977, l archéologue perce le secret du tumulus de 110 mètres de diamètre qui avait intrigué Léon Heuzey et met au jour plusieurs sépultures royales, dont celle non profanée de Philippe II. Le Service archéologique de l armée d Orient Alerté par les spécialistes qui avaient parcouru la Macédoine avant la Première Guerre mondiale et connaissaient le potentiel archéologique de la région, le général Maurice Sarrail crée, en décembre 1915, le Service archéologique de l armée d Orient afin de préserver de la destruction et d étudier les vestiges susceptibles d être trouvés fortuitement par les forces alliées basées dans la région de Thessalonique. Il prend soin de rédiger dès le 21 février 1916 une note «donnant aux diverses unités les ordres nécessaires à la préservation des objets d art et d archéologie». Le service est institué officiellement le 20 mai Il compte parmi ses collaborateurs des militaires qui, dans la vie civile, sont des archéologues, anciens membres de l École française d Athènes, des historiens, tel l archiviste paléographe Léon Rey, des architectes et des peintres. Il bénéficie de l aide des sections géographique, photographique et aéronautique de l armée. Plusieurs sépultures sont ainsi méthodiquement fouillées en 1917 et 1918, notamment à Zeitenlik (actuelle Stavroupolis), à Karabournaki et à Bohémitsa (actuelle Axioupolis). Les œuvres exhumées se trouvent aujourd hui réparties entre les collections du musée du Louvre et celles du musée archéologique de Thessalonique. 15

16 La Macédoine, des légendes fondatrices à l émergence du royaume des Téménides Les premiers Macédoniens étaient des bergers transhumants, une origine que rappellent les légendes et même un discours qu aurait prononcé Alexandre s adressant à son armée mutinée, selon la tradition rapportée par Arrien : «[Macédoniens,] avant Philippe, la majeure partie du peuple ne se serait composée encore que de tribus de pâtres errants et misérables [ ], poussant par les montagnes leurs maigres troupeaux». La première capitale, Aigai, avait été fondée par le roi mythique Karanos, alors qu il poursuivait une chèvre, la baptisant du nom de l animal. L ancêtre de la dynastie des Téménides était Héraklès, dont l un des fils se prénommait Téménos. Selon Hérodote, trois frères de la descendance de Téménos s étaient enfuis d Argos pour le pays des Illyriens puis pour la haute Macédoine où ils servaient chez un roi, l un gardant les chevaux, l autre les bœufs, le troisième, Perdiccas, le menu bétail. Certes l économie macédonienne demeura fondée sur l élevage et l agriculture mais la région était riche. Outre ses terres fertiles, elle disposait d abondantes ressources en eau (sources, lacs, fleuves, rivières) et en bois : ces vastes forêts furent convoitées à plusieurs reprises. Elle possédait un fleuve aurifère, l Echédoros (actuel Gallikos) et des mines d or et d argent. Les Macédoniens n éprouvèrent ainsi nul besoin de participer aux colonisations qui impliquèrent le reste de la Grèce mais accueillirent sur leurs côtes des colonies fondées par différentes cités, notamment eubéennes. La Macédoine vécut comme en dehors du monde grec antique, jusqu à la fin du VI e siècle avant J.-C., où, sous le règne d Amyntas I er, la menace perse la força à sortir de son isolement. Montée en puissance du royaume des Téménides Le noyau primitif du royaume de Macédoine se trouvait au sud de l Haliakmon, fleuve pérenne, dans la plaine fertile de Piérie. Les fouilles de la grande nécropole des tumuli témoignent de l importance de la population qui avait fait souche à Aigai dès la première phase de l âge du fer (XI e -VIII e siècle avant J.-C.) et de l existence d une aristocratie guerrière. La hiérarchie sociale se manifeste par la nature des offrandes qui accompagnaient les défunts : les femmes de haut rang portaient de lourdes parures de bronze et étaient parfois accompagnées d une triple hache (insigne de pouvoir politique ou religieux). Hérodote et Thucydide évoquent les débuts de la dynastie des Téménides au VII e siècle avant J.-C. et l expansion de leur royaume à l est vers le fleuve Axios franchi au VI e siècle avant J.-C. Les fouilles révèlent aussi l émergence d autres dynasties royales qui reconnaîtront par la suite la suzeraineté des Téménides, telle celle qui régnait à Aiané en haute Macédoine. Les élites étaient extrêmement riches : les défunts de Sindos et d Archontiko de Pella étaient, au VI e siècle avant J.-C., couverts d or (bijoux, parure des vêtements, décor des armes). Les premiers d entre eux étaient ensevelis avec des masques d or qui rappellent la tradition mycénienne, antérieure de plus d un millénaire. Le royaume des Téménides aux V e et IV e siècles avant J.-C. L expansion du royaume ne fut pas linéaire. La Macédoine connut des périodes de puissance comme de grande fragilité. Alexandre I er ( ) sut traverser le conflit des guerres médiques, donnant aux Perses des gages de son allégeance tout en aidant Athènes. À la fin du V e siècle, Archélaos ( ), roi bâtisseur, invita à sa cour les plus grands artistes, parmi lesquels le peintre Zeuxis, qui décora son palais dans la nouvelle capitale de Pella, et Euripide qui composa les Bacchantes et une tragédie perdue, Archélaos. La première moitié du IV e siècle fut une période troublée par des conflits dynastiques, des velléités d indépendance des royaumes de haute Macédoine, des menaces d invasions barbares, les visées expansionnistes d Athènes, l opposition de la ligue chalcidienne et les ambitions hégémoniques de Thèbes : Philippe, le troisième fils d Amyntas III ( ) fut, adolescent, otage en Béotie. En 359, à la mort sur le champ de bataille de son frère Perdiccas III, Philippe II héritait à 22 ans d un royaume fragile. En une année, il restaura l armée macédonienne, sécurisa les frontières, domina les royaumes de haute Macédoine. La prise d Amphipolis lui assura la mainmise sur les mines du mont Pangée. Roi réformateur, il créa, sur le modèle béotien, la phalange macédonienne, un corps de fantassins dont la principale arme offensive était la sarisse, une lance de plus de 4,50 m de long. En 348, la destruction d Olynthe sanctionnant la fin de l opposition des cités chalcidiennes, Philippe put se tourner vers la Grèce méridionale. En 337, toutes les cités grecques, à l exception de Sparte, le reconnaissaient comme leur commandant suprême, celui qui allait leur permettre de venger l affront de l invasion perse. Il fut assassiné en 336. Alexandre, âgé de 20 ans, reprit à son compte la mission que son père s était assignée. 16

17 Le palais d Aigai En 1855, Léon Heuzey découvre les vestiges d un grand édifice dont il dégage deux ailes avec l architecte Honoré Daumet, lors de fouilles officielles menées sous l égide de Napoléon III en Exploré depuis par les archéologues grecs, cet édifice imposant qui couvre m 2 environ est considéré aujourd hui comme le palais que Philippe II fit construire peu après le milieu du IV e siècle avant J.-C. Érigé sur un plateau dominant la cité, il se distingue par une vaste cour péristyle, accessible à l est par un propylon monumental encadré de portiques. Cette cour était conçue comme un lieu dans lequel le roi pouvait rencontrer son peuple. Trois mille cinq cents personnes y tenaient assises. Le péristyle était bordé d une quinzaine de salles de banquet, équipées de lits pour accueillir près de cinq cents symposiastes. Parmi ses innovations architecturales, le pilier à deux demi-colonnes ioniques adossées apparaît ici pour la première fois et connaîtra une grande postérité. Il convenait parfaitement aux baies des salles, dont il monumentalisait l accès. L expédition d Alexandre le Grand L expédition d Alexandre bouleversa l équilibre géopolitique du monde antique. Menée jusqu aux confins de l Indus, elle avait pour but non seulement la conquête de l Orient mais également l exploration scientifique des contrées traversées : le jeune roi s était entouré de spécialistes qui devaient consigner les coutumes des populations rencontrées, observer la faune et la flore. Les Arpenteurs (Bématistes) avaient la charge de mesurer avec leur pas (béma) les distances parcourues. L expédition d Alexandre s inscrivait dans les limites alors connues de la terre habitée, celles que lui avaient enseignées Aristote : «La zone habitée est beaucoup plus longue que large. En effet, la ligne qui va des Colonnes d Héraklès [détroit de Gibraltar] à l Inde est plus longue dans le rapport de cinq à trois que celle qui s étend de l Éthiopie au Palus Méotide [mer d Azov] et aux régions extrêmes de la Scythie [ ] Quant aux zones au-delà de l Inde et en dehors des Colonnes d Héraklès, elles ne semblent pas, à cause de la mer, se rejoindre de façon à former, par une suite continue, un ensemble de terres habitées.» (Météorologiques, II, 5.) L une des conséquences majeures des conquêtes d Alexandre fut l afflux considérable de richesses en Macédoine, sensible notamment dans les sépultures du dernier quart du IV e siècle et du début du III e siècle avant J.-C. La société macédonienne Alors qu aux époques archaïque et classique la femme macédonienne a vécu cloîtrée dans le gynécée, les conquêtes d Alexandre, qui favorisent l avènement d un monde nouveau, lui permettent de paraître plus souvent dans les lieux publics et de s impliquer davantage dans l organisation des cultes et des rituels funéraires. Vêtue d une longue tunique (chiton) de laine ou de lin ceinturée haut sous la poitrine et d un manteau (himation) dans lequel elle s enveloppe parfois étroitement, elle se pare de bijoux d or, d argent, parfois mêlés de pierres semi-précieuses, se maquille et se parfume. Mais l univers féminin demeure distinct dans les pratiques quotidiennes de celui des hommes. La femme continue à vivre dans la partie privée de la maison, pourvoit à l éducation des filles jusqu à leur mariage et à celle des garçons jusqu à l âge de sept ans. L homme a une vie sociale importante qui justifie la présence dans sa demeure d une ou de plusieurs pièces de réception. L andron est le lieu du banquet (symposion), rituel social qui mêle consommation de vin, repas et divertissement. Les convives sont le plus souvent à demi-couchés sur des lits (klinés) disposés le long des murs. Le décor d or, d ivoire et de verre transparent des modèles les plus riches de la seconde moitié du IV e siècle avant J.-C. cèdent bientôt le pas à des appliques de bronze qui garnissent pieds, traverses horizontales et chevets inclinés. Le service de banquet comprend des vases à boire calices, canthares, une louche et une passoire en bronze ou en argent doré. 17

18 La production artistique aux époques classique et hellénistique Les sources textuelles antiques nous apprennent que les rois de Macédoine ont accueilli à leur cour les plus grands artistes de leur temps. À la fin du V e siècle avant J.-C., le roi Archélaos invite le peintre Zeuxis pour décorer son palais dans la nouvelle capitale de Pella. Euripide compose en Macédoine Les Bacchantes, Iphigénie à Aulis et une tragédie perdue Archélaos, dont le protagoniste était un ancêtre mythique du roi. Le peintre Apelle et le sculpteur Lysippe sont, dans le troisième quart du IV e siècle avant J.-C., portraitistes officiels d Alexandre le Grand. Dans tous les domaines artistiques du bronze, de l orfèvrerie, de la terre cuite, du verre, de la peinture, de la mosaïque, les œuvres élaborées pour des rois et pour l élite de la cour sont des créations virtuoses : elles représentent le plus haut degré de la commande. Le verre incolore transparent inventé à l époque de Philippe II est présent non seulement dans la vaisselle de table mais également dans le décor des lits de banquet chryséléphantins (d or et d ivoire). Préservées durant des siècles par les terres qui recouvraient les sépultures, ces œuvres ont conservé souvent intacte leur apparence originelle, notamment leur polychromie. Ailleurs en Grèce, offertes aux dieux dans les sanctuaires, elles ont disparu. La tradition funéraire macédonienne permet ainsi de prendre la mesure de ce qu était l art grec aux époques classique et hellénistique (V e -I er siècle avant J.-C.). La religion et la mort Les textes antiques, les inscriptions, les vestiges des sanctuaires et les offrandes votives ou funéraires témoignent de la multiplicité des cultes en Macédoine. On retrouve les grands Olympiens, souvent vénérés avec une épiclèse (épithète) qui ajoute une spécificité locale à leur culte. À Pella, Aphrodite joue un rôle particulièrement important comme protectrice des défunts ; Athéna porte sur son casque des cornes bovines. Des dieux étrangers égyptiens et orientaux Sérapis, Isis, Attis ont été progressivement accueillis. On honore également des divinités secondaires Eukléia à Aigai, Darron à Pella et des héros. Héraklès occupe une place privilégiée comme ancêtre de la dynastie des Téménides. Les Macédoniens sont souvent initiés aux cultes à mystères dans l espoir d une renaissance après la mort. Au IV e siècle avant J.-C., l élite adopte la crémation, modèle des funérailles homériques : les ossements du défunt, recueillis sur le bûcher, sont déposés dans un coffret (larnax) de bois, d argent ou d or, parfois également dans une hydrie. Les offrandes funéraires sont nombreuses. Elles sont parfois accrochées à des clous ou imitées en trompe-l œil sur les parois des sépultures. Elles peuvent être liées à un rituel pratiqué au moment des funérailles (phiales volontairement écrasées après la libation ; têtes de terre cuite qui évoquent les divinités chtoniennes du monde des Enfers). Les sépultures les plus riches sont appareillées : elles sont à ciste (en forme de coffre) ou à chambre voûtée et façade aux portes de marbre (tombes «macédoniennes»). L Incantada «L Incantada», ou «Las Incantadas» (Les Enchantées), est l appellation traditionnelle d une colonnade antique décorée de piliers sculptés, dont une partie subsistait au cœur du quartier juif de Thessalonique. «Les enchantées» font référence à une ancienne légende locale : les piliers montreraient le roi de Thrace, son épouse et ses suivantes pétrifiés par un sortilège, que le roi avait initialement destiné à Alexandre le Grand. La colonnade était bien connue des voyageurs comme l attestent notamment les dessins réalisés lors de la mission Graviers d Ottière ou encore par L. S. Fauvel. Ces documents permettent de connaître l aspect de la colonnade, dont seuls certains éléments sont aujourd hui conservés, ainsi que l ordre des piliers et leur orientation. Le monument est généralement mis en rapport avec l agora. Plutôt que d un portique, il devait en fait s agir d une colonnade à claire-voie, visible des deux côtés. Elle fournissait peut-être un passage monumental entre différents édifices. Ce type d élévation est attesté à Bordeaux, par les piliers de Tutèle (seulement connus par gravure), ou encore à Split, au palais de Dioclétien. Les piliers de la colonnade de Thessalonique se caractérisent par la variété des thèmes qui y sont figurés sur leurs deux faces. Le cortège bachique est bien représenté : Dionysos est entouré d Ariane et d une ménade jouant de la double flûte. Sur les deux faces du même pilier, les amours de Zeus sont illustrées par l épisode de Léda et le cygne et par celui de l enlèvement de Ganymède. Un des Dioscures, nés de l union de Zeus et Léda, peut éventuellement être rattaché à ce groupe. Certains regroupements thématiques s esquissent donc mais pas forcement par pilier, d une face à l autre, ou par côté de leur enfilade. La volonté de mettre en œuvre un système décoratif semble l emporter sur celle d organiser un programme allégorique cohérent. En outre, seul un segment de la colonnade étant conservé, il convient de rester prudent sur l interprétation d un ensemble dont une large part a disparu. 18

19 Les reliefs des piliers sont typiques des productions des ateliers de Grèce et d Asie Mineure actifs à l époque impériale, toujours très empreints de tradition hellénique. Leur éclectisme rétrospectif rend toute datation précise délicate. La stylisation des drapés comme des plumages et le matériau, du marbre de Thasos, suggèreraient une production locale du premier tiers du III e siècle après J.-C. Cette datation est acceptée par la majorité des archéologues. Toutefois, certaines comparaisons avec les monuments du forum de Philippes permettent d envisager une datation plus ancienne, au troisième quart du II e siècle après J.-C. Genèse antique de la légende d Alexandre Le charisme du jeune roi de Macédoine explique les légendes nées de son vivant. Il descendait doublement de Zeus, par son père Philippe et par sa mère Olympias. Il fut vénéré en Égypte avant la fin du IV e siècle av. J.-C. comme le héros fondateur de la ville Alexandre Ktistès mais aussi comme un dieu à part entière près de son tombeau, le Sèma. À l époque romaine impériale, le culte du conquérant et de sa famille demeurait très présent en Macédoine, particulièrement à Thessalonique : une inscription du II e siècle après J.-C. atteste qu il était qualifié de «Grand». Dans les premières décennies du III e siècle, les empereurs Caracalla et Alexandre Sévère prirent Alexandre comme modèle, suscitant la rédaction de nombreux poèmes épiques. Toute une littérature fabuleuse, déjà rassemblée à la fin du II e siècle avant J.-C., prit une ampleur nouvelle sous la forme d un texte composite à la fin du III e ou au IV e siècle de notre ère. Attribué au Pseudo-Callisthène, c est le Roman d Alexandre qui, traduit et adapté, fut largement diffusé auprès de différents peuples et dans de nombreux pays. Cinq biographies sont parvenues jusqu à nous : trois en grec, de Diodore de Sicile, de Plutarque et d Arrien ; deux en latin, de Quinte-Curce et de Justin. Ces auteurs s inspiraient de textes plus anciens, dont ne sont conservées que des bribes. Nombreux furent en effet les récits de l expédition en Orient : parmi les premiers historiens d Alexandre, certains appartenaient au clan aristocratique des Compagnons, les Hétairoi éduqués avec lui, tels Néarque de Crète, navarque de sa flotte, et Ptolémée, l un de ses généraux les plus brillants, devenu par la suite le premier pharaon grec d Égypte. L historiographe officiel d Alexandre était Callisthène d Olynthe, neveu d Aristote. Il fut exécuté en 327 avant J.-C. pour avoir été impliqué dans un complot contre le roi. Les principaux sites archéologiques de Macédoine antique 19

20 Scénographie Equipe SCENO Birgitte Fryland, scénographe avec Marc Barani, architecte Fabrice Carbone, assistant. ACL éclairage. Biographie Birgitte Fryland et Marc Barani travaillent ensemble depuis plus de 20 ans sur des projets mêlant architecture et scénographie. Ils développent par ailleurs leur travail séparément dans leurs disciplines respectives. Leurs premiers projets portent sur un théâtre flottant, les ateliers pédagogiques de l Espace de l Art concret, suivis du réaménagement muséographique du Musée Fernand Léger à Biot, «Bijoux art déco et avant-garde, exposition aux Arts Décoratifs ; plusieurs concours aussi : Centre Chorégraphique National Preljocaj, le Musée Soulages à Rodez, le musée des Beaux-Arts à Nantes, le centre culturel et touristique du vin à Bordeaux. Actuellement en cours : Agora 2012 à Bordeaux, la réhabilitation de la Fondation Vasarely Principes scénographiques L exposition organisée par sections thématiques s incarnera dans l espace du musée à partir de trois thèmes principaux : l architecture et la ville, les objets de la vie terrestre, les objets funéraires. Ces thèmes apparaîtront de façon plus ou moins radicale en fonction des sections, de leurs contenus et des interrelations souhaitées par les commissaires de l exposition, entre les objets. A cette époque, le développement d une civilisation est indissociable du lieu qui l accueille, du caractère sacré de son environnement, de ses paysages. Nous évoquons cette dimension en installant les vestiges architecturaux dans trois coins du hall Napoléon dans les espaces en double hauteur, en les replaçant dans leurs contextes par des visuels et en leur associant une lumière intense, cette lumière grecque si particulière qui confère aux formes une présence inhabituelle. Les objets funéraires seront à l opposé, placés dans des espaces contenus, dans une pénombre évoquant l univers de la tombe. Les objets de la vie terrestre seront quant à eux, placés dans des espaces qui joueront le rôle d interface spatiale et lumineuse, comme trait d union entre ces deux mondes. Le choix du matériau comme fond de vitrine en aluminium brossé, met en confrontation les époques en inscrivant les œuvres dans un espace contemporain où la frontière est troublée par la lumière que reflète l aluminium, proche de la lumière spécifique qu on retrouve en Grèce. La section dédiée à la royauté macédonienne d Alexandre Ier à Alexandre le Grand, est décomposée en deux sous-espaces. Le premier, sombre, centré sur la parure en lévitation de la défunte de la nécropole royale de Aigai-Vergina est délimité par une série de vitrines-colonnes disposées sur plan carré faisant filtre, en précédant l espace lumineux en double hauteur dédié aux vestiges du palais. Le portrait d Alexandre, en suspension dans sa vitrine-colonne fragmentée, sera positionné légèrement plus haut que le regard et décollé de son socle pour signifier sa puissance intemporelle. La scénographie vise à déployer les œuvres, présentées sans artifices et discrètement soclées, dans des espaces évoquant pour le visiteur leur environnement d origine. Ces sensations spatiales seront un guide pour le visiteur qui pourra dès lors, laisser son regard circuler librement parmi des objets dont la très grande variété d échelle, d usage et de destination signifieront la capacité de la civilisation macédonienne à élaborer une vision cohérente du monde, à donner ses propres réponses à la question existentielle des interrelations entre l homme et le cosmos. 20

21 Chronologie des fouilles en Grèce du Nord Extraits des panneaux didactiques de l exposition 2008 Aigai (Vergina) La sépulture d Héraklès (?) Mise au jour à Aigai, première capitale du royaume des Téménides, sur l agora de la cité en dehors des nécropoles, d un ensevelissement énigmatique d un adolescent, dont les ossements ont été déposés avec une couronne de feuilles de chêne en or, offrande royale, dans une pyxide en or. Le jeune défunt est probablement Héraklès, fils d Alexandre et de Barsine, assassiné par Cassandre, futur roi de Macédoine, après la mort du conquérant Dion Le sanctuaire de Zeus Hypsistos Découverte à Dion, la cité sacrée des Macédoniens au pied de l Olympe, d un sanctuaire consacré à Zeus Hypsistos (Zeus très haut) dont l apogée se situe aux IIe et IIIe siècles après J.-C. La statue de culte se trouvait encore dans le naos du dieu, tombée à côté de son piédestal, ainsi que plusieurs statuettes et reliefs votifs figurant des aigles, les «messagers» de Zeus La tombe «macédonienne» d Agios Athanasios Fouille d une tombe «macédonienne» (voûtée, à façade) sur un site proche de Thessalonique. Le décor peint de la façade gardiens de la sépulture appuyés sur leurs sarisses, boucliers décorés de la tête de Méduse et du foudre de Zeus, frise figurant un banquet nocturne est exceptionnellement préservé Aigai (Vergina) La tombe «d Eurydice» Mise au jour d une sépulture dans «l îlot des Reines» de la nécropole royale d Aigai. Le mobilier de la chambre funéraire trône de marbre peint de près de deux mètres de hauteur, orné d une épiphanie d Hadès et de Perséphone signale l importance de la défunte qui pourrait être Eurydice, grand-mère d Alexandre le Grand. La façade ionique factice devant laquelle est placé le trône évoque la polychromie des temples grecs Aigai (Vergina) Le théâtre Le déroulement de l assassinat de Philippe II, père d Alexandre le Grand, est connu grâce à un récit de l auteur antique Diodore de Sicile : le roi a été tué à l occasion du mariage de sa fille Cléopâtre II dans le théâtre d Aigai en 336 av. J.-C. Manolis Andronikos, responsable des fouilles sur le site, localise et dégage l édifice en contrebas du palais royal. 21

22 1980 La Nécropole de Sindos Découverte d une nécropole des VI e et V e siècles avant J.-C., située entre le fleuve Axios et le fleuve aurifère Echédoros (actuel Gallikos) à proximité de Thessalonique. Le matériel funéraire des cent vingt et une sépultures explorées entre 1980 et 1982 témoigne du haut niveau économique et culturel de l époque, ainsi que de l importance des échanges commerciaux de la région avec la Grèce du Sud et l Ionie Aigai (Vergina) La tombe «de Philippe II» Découverte des sépultures royales du Grand Tumulus, parmi lesquelles la tombe inviolée de Philippe, père d Alexandre le Grand. Les ossements du roi, recueillis sur le bûcher selon le rituel homérique, se trouvaient dans un coffret d or décoré de l étoile macédonienne. Alexandre encore adolescent figure au centre de la scène de chasse peinte sur la façade dorique de l édifice Lété (Dervéni) Ensemble funéraire Les fouilleurs explorent un groupement funéraire, sans doute familial, de six sépultures non profanées, au matériel particulièrement riche : couronnes d or, bijoux, vaisselle de banquet en or, en argent, en bronze et en terre cuite, vases d albâtre, armes de bronze et de fer. Le cratère dit «de Dervéni», vase cinéraire du défunt de la tombe B, est une création virtuose ornée de scènes représentant Dionysos, Ariane et d autres figures du cycle dionysiaque Pella Maison du Dionysos Mise au jour à Pella, la seconde capitale du royaume, de deux maisons appartenant à des membres de l aristocratie macédonienne. Datées du dernier quart du IV e siècle av. J.-C., ces demeures maison du Dionysos et maison de l Enlèvement d Hélène - étaient dotées de cours à péristyle et de salles de banquet (andrones) ornées de pavements de mosaïques de galets Miéza (Lefkadia) La tombe «du Jugement» Mise au jour de l une des plus importantes tombes «macédoniennes», par ses dimensions et par son décor peint : le défunt, accompagné d Hermès Psychopompe, affronte deux des juges des Enfers. Sous un couronnement de fausses fenêtres et sous une frise figurée peinte, l entablement dorique présente une alternance de triglyphes bleus et de métopes en grisaille, qui donnent l illusion d avoir été sculptés. 22

23 Regard sur quelques œuvres Cat. 2 - Section 1 Couronne de feuilles de chêne en or Seconde moitié du IV e siècle av. J.-C. Découverte : Aigai (actuelle Vergina), sanctuaire d Eukleia (août 2008) Or D. 16,5 et 18,5 cm ; poids 207,42 g Vergina, musée des tombes royales d Aigai [M 08/54] Cette couronne de chêne, dotée d un riche feuillage et de fruits, présente une armature circulaire composée de deux joncs creux cylindriques. Ces joncs se chevauchent à l arrière et sont maintenus par un fil d or en deux endroits. À l avant, ils sont ligaturés entre eux par des fils enroulés. Dix-huit petits rameaux avec glands et seize groupes de trois feuilles seules se développent à partir de l armature, alternant à distance régulière. Dans les petits orifices percés sur l armature sont piquées de courtes tiges tubulaires, où s insèrent les pédoncules des feuilles et les brins qui retiennent les glands, à raison de deux glands par branche. Les petites feuilles, au nombre de cent quarante-quatre, ont une longueur de 3 à 4,2 cm. Les quarante-huit autres, celles des seize groupes, mesurent 6 cm de long. Plusieurs techniques ont été utilisées pour fabriquer la couronne : le martelage pour les feuilles et pour les petites tiges creuses avant leur montage, un moule bivalve pour les glands, l incision pour les nervures des feuilles. Les joncs cylindriques de l armature sont solidement fixés, les éléments individuels des petites branches sont bien assemblés et les fils fins, qui traversent les glands, s enroulent à leur extrémité pour bien les maintenir. Afin de refermer les orifices où sont piquées les tiges, le métal a dû être chauffé. Rythme, harmonie et symétrie caractérisent l ensemble de la composition. Le feuillage est plus dense à l avant, de sorte que la partie qui culmine est d une richesse impressionnante. C est d ailleurs à cet endroit que se cache soigneusement la jonction des deux joncs cylindriques qui constituent l armature. Le traitement des feuilles est assez naturaliste : elles sont constituées d une fine lamelle à laquelle une tige est fixée ; elles présentent le pourtour dentelé caractéristique des feuilles de chêne et sur leur surface on distingue la nervure centrale et les nervures secondaires. Les glands sont rendus moins soigneusement : la partie inférieure saillante rend approximativement le fruit avec les détails en relief. Il est manifeste que cette couronne se situe dans la tradition des couronnes d or produites en Macédoine centrale dans la seconde moitié du IV e siècle av. J.-C. Elle fait partie d un ensemble funéraire clos découvert sur l agora d Aigai, en dehors de la nécropole, dans les terres de remblai d une grande fosse de 8 x 8,50 x 1,5 m. La fosse a été localisée immédiatement au nord de la terrasse du sanctuaire, où ont été découverts des vestiges architecturaux du IV e siècle av. J.-C. : un temple dorique, un portique avec trois pièces, les fondations d un grand autel et trois bases honorifiques en marbre, parmi lesquelles une base inscrite, dédiée par la reine Eurydice, mère de Philippe II, à la déesse Eukleia. La nature de la fosse, soigneusement creusée mais détruite, à l intérieur de laquelle se trouvait la couronne n est pas très claire car la fouille est encore en cours. [...] L ensemble funéraire auquel appartient la couronne est constitué d un contenant cylindrique de bronze, à l intérieur duquel se trouvait une pyxide en or, également cylindrique. Dans cette pyxide ont été découverts des os brûlés et la couronne en or. De l eau s était infiltrée à l intérieur de la pyxide cinéraire et des organismes végétaux s y étaient développés. Ce microenvironnement a eu des conséquences désastreuses sur l état de conservation des ossements et, plus généralement, de toutes les matières organiques. D après les premiers résultats de l étude anthropologique, les os brûlés, qui avaient été enveloppés dans une étoffe pourpre décorée 23

24 à certains endroits de fines feuilles d or, sont ceux d un adolescent âgé de quinze à dix-huit ans. Des couronnes d or ont été découvertes dans de riches sépultures de Macédoine datées du milieu du IV e siècle av. J.-C. et des décennies suivantes. Ces objets, utilisés durant la vie du défunt, reflétaient sa richesse et sa position sociale ou, dans le cas de couronnes en matériaux moins précieux, évoquaient des croyances eschatologiques sur le passage dans l au-delà. Cat Section 2 Casque en bronze et masque en or Vers 520 av. J.-C. Découverte : Sindos, tombe 115 Bronze et or Casque : H. 22 ; D. 20,5 ; l. de l ouverture sur le visage 9,5 cm Masque : H. 16 ; l. 12,5 cm Thessalonique, Musée archéologique [casque : ΜΘ 8559, masque : ΜΘ 7983] Casque de type «illyrien» en feuille de bronze. L ouverture rectangulaire faciale est entourée d une série de cercles incisés. Deux nervures allongées sur la partie supérieure de la calotte et un petit clou sur le front servaient à la fixation du cimier. Deux trous figurent aux extrémités pointues des couvre-joues. Le casque comporte un petit couvre-nuque. Il est presque intact. Le bronze est conservé avec une patine, mais est oxydé par endroits. L ouverture faciale est couverte par un masque en or. Celui-ci est constitué d une feuille d or, relativement épaisse, qui a été appliquée sur une matrice à relief pour lui donner les détails du visage. Le visage masculin a des yeux clos, des sourcils arqués, un nez droit, une bouche fermée avec de fines lèvres et un menton arrondi. Le nez est formé dans une petite feuille séparée, fixée sur une coupure verticale de la grande feuille. Il est conservé en bon état, bien qu il comporte quelques déchirures et plusieurs pliures. Le nom conventionnel de casque «illyrien» prévaut pour les casques de ce type, car les premiers exemplaires ont été découverts dans des nécropoles d Illyrie. Ce type provient en réalité du Péloponnèse. Il domine dans presque toutes les nécropoles macédoniennes et il est très représenté sur les monnaies d Alexandre I er, de Perdikas et d Archélaos. Dans la nécropole de Sindos, on a retrouvé douze casques de type «illyrien» et un seul «corinthien». À titre indicatif, on signale également de tels objets à Karabournaki, à Aiané, à Thermi (Sédès), à Agia Paraskévi, à Édessa, à Pydna, à Archontiko, à Miéza et à Chorygi Kilkis. Les masques sont fréquents dans les nécropoles de l époque archaïque en Macédoine. On couvrait le visage du défunt probablement pour des raisons pratiques, mais l utilisation de masques d or avait sans doute une base religieuse. Les épistomia en losange et autres formes de feuilles d or cachaient partiellement le visage, tandis que les masques en couvrait la totalité. Plusieurs masques en feuilles d or ont été mis au jour dans la nécropole de Sindos. Dans les tombes masculines, ils sont habituellement rectangulaires et sont liés au casque du défunt, quand il existe, couvrant ainsi le visage du défunt et l ouverture faciale du casque. Dans les tombes féminines, les masques sont hexagonaux ou trapézoïdaux avec une tendance vers le cercle. Des trous de fixation sur le pourtour indiquent que ceux-ci étaient maintenus sur un tissu qui recouvrait le visage de la défunte. Des masques en or similaires à ceux de Sindos, et d autres différents, ont été trouvés à Archontiko. [ ] M. Lilimpaki-Akamati Ces textes sont extraits du catalogue Au royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine antique, sous la direction de Sophie Descamps-Lequime, coéd. musée du Louvre Éditions /Somogy 24

25 Les couronnes de feuilles de chêne de Macédoine, datées du IV e siècle av. J.-C., sont au nombre de quatre : trois (avec cette nouvelle trouvaille) proviennent de Vergina, et une quatrième est issue de la région de Tsagézi, près d Amphipolis. Celle qui se détache du lot est sans conteste la précieuse couronne de feuilles de chêne qui avait été déposée dans un larnax en or avec les ossements de Philippe II ; elle est aussi la plus ancienne. Cette nouvelle couronne a, en revanche, de nombreuses similitudes avec les couronnes de feuilles de chêne de la «tombe du Prince» à Vergina et de Tsagézi, qui sont datées du dernier quart du IV e siècle av. J.-C.. Les particularités de la sépulture les matériaux précieux, le symbolisme de cette offrande unique que représente la couronne, expression de la relation de la famille royale macédonienne avec Zeus, par l intermédiaire d Héraklès, l ancêtre fondateur et la date de la déposition ou de l enfouissement conduisent à attribuer cet impressionnant ensemble funéraire à un jeune membre de la dynastie des Téménides. Elles permettent d interpréter cette découverte, à l intérieur de l agora d Aigai, comme un choix délibéré. Ce choix, qui peut être mis en relation avec le témoignage de Justin, conforte la proposition d identifier le jeune défunt avec le dernier descendant d Alexandre, Héraklès, fils de Barsine. L étude complète permettra d examiner de manière détaillée les arguments en faveur de cette hypothèse. A. Kyriakou Cat Section 2 Calice chiote : sphinx affrontés Deuxième quart du VI e siècle av. J.-C. Découverte : Agia Paraskévi, nécropole archaïque, tombe n o 1983,1 Argile jaune-rouge H. 18,6 ; D. du bord 19,5 ; D. de la base 9,3 ; ouverture des anses 19,7 cm Thessalonique, Musée archéologique [ΜΘ 9330] Doté de fines parois et de dimensions équilibrées, le vase est recouvert sur l extérieur d un engobe blanchâtre sur lequel se développe un décor sobre, tandis que l arrière-plan du décor de l intérieur du vase est constitué d un vernis noir. La base, conique et élevée, est enduite d un vernis de couleur brun sombre à clair, tandis que, dans sa partie inférieure et au milieu de sa hauteur, deux paires de bandes fines sont peintes sur le vernis. La partie inférieure de la panse conique, immédiatement sous les grandes anses arquées et horizontales (qui sont recouvertes d un vernis brun foncé), se divise en trois zones par trois lignes épaisses de couleur brune. Au niveau des anses figure un large registre, encadré de lignes de la même couleur, qui est divisé en deux métopes allongées et décorées, une de chaque côté du vase : sur la face principale apparaît un élégant motif d entrelacs et, sur la face arrière, un simple méandre. Le contour du bord est orné d une fine bande, délimitée en haut et en bas par des lignes doubles, entre lesquelles est représentée une série de petites lignes, obliques et parallèles, en disposition serrée. La scène de la face principale du calice se développe entre cette bande et celle qui est au niveau des anses. Elle est composée de deux grands sphinx identiques, affrontés, assis sur leurs pattes arrière, la queue relevée et pourvus de grandes ailes hélicoïdales, décorées en arrière d un ensemble de lignes parallèles serrées et en avant de points. Le visage et le cou des sphinx sont dessinés au trait, tandis que le corps et les cheveux, qui retombent loin en trois mèches, sont rendus en brun. 25

26 Dans la partie supérieure de la face arrière du vase apparaît seulement une petite rosace, constituée de six lobes circulaires avec un point au centre (cinq sur le pourtour et un au centre) et encadré d un contour brun. À l intérieur du vase et au-dessus du vernis sombre, dont la couleur varie du brun noirâtre au brun, figurent, avec des doubles lignes blanches, cinq registres horizontaux de tailles différentes, dont seuls ceux du fond et du bord portent un décor. Au centre du fond est représentée une rosace à huit feuilles, composée de quatre feuilles blanches alternant avec quatre feuilles volantes de couleur rouge et encadrée de feuilles en forme de flamme disposées en rayon serré. Sur le large registre immédiatement au-dessous du rebord, le blanc a été employé pour les contours et une couleur violacée a été appliquée pour les motifs décoratifs. Il est constitué d un ensemble de rosaces particulièrement élégant, qui alternent avec des fleurs de lotus. Une série de doubles arcs blancs relie les motifs entre eux, tandis que, entre chaque rosace et chaque fleur de lotus, s insère un double cercle blanc. Les calices chiotes sont des plus rares, mais ils font partie des plus beaux vases du monde antique, et sont admirables en raison de la perfection de leur technique, de leurs proportions, de leurs dessins et de leurs couleurs. Des ateliers de production ont été identifiés à Chios, et de nombreux exemplaires proviennent des rivages micrasiatiques, de Naucratis d Égypte, de la mer Noire et de Grèce du Nord. K. Sismanidis Cat Section 3 Portrait d Alexandre III Fin du IV e siècle av. J.-C. Découverte : région de Pella (découverte fortuite) Marbre H. 30 cm Pella, Musée archéologique [15] La légère torsion de la tête, les traits du visage et l agencement des mèches sur le front contribuent à identifier ce portrait avec celui d Alexandre III ( av. J.-C.). Le rendu idéalisé des traits du visage bouche légèrement entrouverte, regard profond, ombre des orbites, douceur de l épiderme, les détails du travail du marbre et, surtout, l expression des yeux ainsi que le traitement de la chevelure conduisent à dater l œuvre, selon toute vraisemblance, du dernier quart du IV e siècle, à l époque du règne de Cassandre, une période caractérisée par des programmes édilitaires importants et l essor de l activité artistique à Pella. On sait que Cassandre avait commandé au peintre Philoxénos d Érétrie un tableau illustrant la bataille d Alexandre contre Darius, tableau dont la célèbre mosaïque de Pompéi au musée de Naples est considérée comme étant la copie. De grands artistes de l Antiquité ont exécuté des portraits du vivant d Alexandre, tels Lysippe, Léocharès, Euphranor ou le peintre Apelle. D autres portraits ont été créés après sa mort par des peintres comme Philoxénos, Nicias, Antiphilos, Aétion, Protogénès, Chairéas, et par le sculpteur Euthykratès. Les sources écrites sur l apparence physique d Alexandre, quoique peu nombreuses, sont essentielles pour identifier plusieurs œuvres antiques sculptées et peintes qui le donnent à voir. Plutarque, dans sa description des statues d Alexandre par Lysippe, fournit ainsi des éléments essentiels pour le reconnaître : la légère torsion du cou vers la gauche et le regard humide dirigé vers le haut. L image répandue d Alexandre, modèle du souverain pour les époques hellénistique et romaine, est liée à la diffusion de son culte comme moyen de propagande politique. Avec la création des différents types iconographiques d Alexandre, les diadoques visaient à se présenter comme les successeurs du grand chef militaire, un chef qui influença de manière décisive le développement de la civilisation occidentale. M. Lilimpaki-Akamati 26

27 Cat Section 3 Œnochoé Vers le milieu du IV e siècle av. J.-C. Argent H. maximale 24,4 ; D. maximal 15,4 cm ; poids 1 196,94 g Vergina, musée des tombes royales d Aigai [BM 2442] Les simples cruches de cette forme en argile, utilisées pour servir le vin, étaient courantes à l époque classique : on en a découvert à Aigai et ailleurs. Cette œnochoé en argent, si essentielle qu elle a accompagné son possesseur dans la tombe, pèse près de 1,2 kg. Elle offre, avec une autre œnochoé identique trouvée avec elle, l exemple le plus précieux et le plus élégant de ce genre parvenu jusqu à nous. Cependant, comme c est le cas pour presque toute la vaisselle royale, la valeur de cette œnochoé tient non seulement au caractère précieux de la matière qui la compose mais aussi à l austérité classique et à la clarté de sa forme, qui, associées à sa facture accomplie et à l attention portée aux détails, révèlent la virtuosité et l imagination créatrice d un véritable artiste. La totalité du corps du vase base, panse, col et lèvre est composée d une seule feuille d argent relativement épaisse, mise en forme par martelage et avec l aide d un tour. L anse, coulée, la petite bobine sur l épaulement de l anse et la tête de Silène en relief ont été travaillées séparément, puis soudées au corps du vase. La courbure prononcée de la panse renflée, presque sphérique et le col étroit éléments qui permettent de dater le vase du milieu du IV e siècle av. J.-C. sont compensés par une lèvre large et plate, dotée d un élégant rebord en relief. Ce rebord orné d un kymation ionique constitue un détail à la fois fonctionnel et décoratif, car c est à lui qu est fixée la robuste anse verticale ; en épousant le bord avec son attache supérieure incurvée, l anse ajoute à la stabilité de l ensemble et crée une impression de sévérité et de simplicité géométrique. Fonction et décoration se combinent également magnifiquement dans l anse, extrêmement élégante et bien dessinée qui, pour s adapter à la lèvre, se déploie en une double paire de volutes et se termine vers le bas en une touffe végétale dont les feuilles et les tiges épousent parfaitement la douce courbe de l épaule et forment l arc dans lequel vient s insérer la tête de Silène. La bobine, sur l épaulement de l anse, semble être essentiellement décorative ; elle rappelle des modèles antérieurs dotés de quelque couvercle. Le soin, la précision et l habileté qui interviennent dans le riche décor en relief de l anse sont remarquables. Les filets ornés de petites «perles», l astragale rendu en perspective qui semble enserrer le bouquet de feuilles et de tiges à sa base, les fines bandes en relief, les volutes, les palmettes stylisées et le lis réaliste sur le ruban de l anse sont autant d éléments qui servent la forme et la fonction du vase. Toutefois, l exceptionnel talent de l artiste se manifeste tout particulièrement dans la tête de Silène, où l on retrouve quelque chose de la noblesse du visage de Socrate tel que le décrit Platon dans son célèbre Banquet. Manolis Andronikos écrivait à propos des figures identiques de Silène qui ornent les deux œnochoés d argent : «Je ne connais aucun autre Silène qui exprime avec une telle intensité cet indissociable mélange d homme et de bête sauvage. L introspection et la sensualité bestiale de Socrate, l homme réfléchi et la lubricité à peine émoussée par l assouvissement du plaisir charnel sont rarement aussi clairement lisibles que dans les yeux de ces deux Silènes philosophes. Il est évident que ces deux figures sont profondément enracinées dans la tradition classique et qu elles n ont pas été atteintes par les courants violents du monde qui donnera naissance à cette nouvelle forme artistique que l on qualifiera d hellénistique.» La qualité, la cohérence et la précision (auxquelles s ajoute toute une série de traits stylistiques et techniques remarquables) que l on observe dans la construction et l ornement de cette œnochoé et de son pendant, ainsi que dans quelques pieces de vaisselle d argent découvertes dans la tombe, attestent qu elles sont l œuvre d un toreute de talent, qui n est autre que le créateur de l impressionnant cratère en bronze de Dervéni, avec sa somptueuse évocation du thiase de Dionysos. A. Kottaridi 27

28 Cat Section 5 Diadème Fin du IV e siècle av. J.-C.-début du III e siècle av. J.-C. Or L. 56 ; l. 4,6 cm ; poids : 77 g Thessalonique, Musée archéologique [ΜΘ 5410] Chaque demi-longueur du diadème se compose de quatre éléments en forme de lyre, ajustés entre eux par de petites charnières. Au milieu, un nœud d Héraklès fait le lien entre les deux parties de la chaîne, terminées chacune par une tête de lion munie d un petit anneau qui permettait de fixer le diadème à la tête de la défunte. Les fines tiges cylindriques de l armature sont enrichies de feuilles d acanthe, de surgeons en vrille s achevant par une palmette et de minces bandes d or enroulées en spirales qui se répondent deux à deux. Sur la face avant du nœud d Héraklès se détache, entre deux palmettes, la figure androgyne et ailée d un Érotide nu aux cheveux relevés en toupet. Il tient de la main droite une colombe, et sa main gauche, appuyée sur la cuisse, est dissimulée vraisemblablement par les plis d une large bande de tissu. L élaboration du diadème a nécessité la combinaison de plusieurs techniques d orfèvrerie gravure, filigrane, repoussé que les orfèvres de Macédoine maîtrisaient à la perfection. Le diadème de Sédès, avec sa composition harmonieuse, est la pièce majeure d une série de parures de la fin du IV e siècle et du III e siècle av. J.-C., constituées des circonvolutions d une tige simple ou double, enrichie d ornements végétaux. Ces diadèmes donnent aux riches décors végétaux des couronnes qu ils imitent davantage de liberté et d inspiration. La présence d un Érotide au centre de la composition n est pas insolite. On en rencontre un sur le nœud d Héraklès d un diadème du «trésor de Démétrias», au Musée national d Archéologie d Athènes, qu on attribue à un atelier macédonien, ainsi que sur ceux de diadèmes et autres bijoux provenant d Égypte, d Asie Mineure et de Syrie. L étude des éléments séparés de cette composition démontre en outre qu il ne s agissait pas de simples motifs décoratifs : ainsi le nœud d Héraklès faisait allusion aux origines de la maison royale de Macédoine, qui descendait des Héraklides, ce qui conférait par là même à cet emblème un pouvoir de protection particulier. La présence de motifs végétaux autour de la figure d Éros mettait en avant le lien du dieu avec la vie et la mort de la nature et avec l existence humaine. La colombe, symbole de fécondité, et la large bande d étoffe (dont on voit souvent Éros revêtir la mariée ou même le marié sur les scènes de noces) renvoyaient à l amour et au mariage, joies de l existence subitement brisées par la mort de la jeune fille, et se faisaient en même temps l écho d une vision optimiste de la vie dans l au-delà. Enfin, cette parure typiquement féminine ainsi que les autres bijoux de la défunte et le luxueux monument funéraire qui l avait accueillie témoignaient à l évidence de sa richesse, et symbolisaient la place qu elle occupait dans la société locale à la période hellénistique. K. Tzanavari 28

29 Cat Section 6 Médaillon avec buste d Athéna coiffée de la tête de Méduse Milieu du II e siècle av. J.-C. Découverte : Thessalonique, édifice public, probablement le palais hellénistique Atelier délien Bronze à patine verte H. 27,2 cm Thessalonique, Musée archéologique [ΜΘ 17540] La déesse est représentée en buste, en plein mouvement. La tête, quasiment en ronde bosse, est tournée de trois quarts vers sa gauche et légèrement penchée. Le bras droit, cerclé d un bracelet en forme de serpent, est levé, prêt à lancer le javelot. La position du bras gauche indique que la déesse tenait son bouclier devant elle. Cette posture est conforme au type iconographique de l Athéna Promachos. Athéna porte un péplos sans manches de texture légère, agrafé sur l épaule droite par une fibule à tête ronde. Le vêtement diaphane de la déesse forme trois plis souples qui laissent se dessiner les détails anatomiques de sa poitrine. Le côté gauche du buste est couvert d une lourde égide, qui présente trois angles très arrondis. Toute la surface de l égide ressemble à un plumage d oiseau, dont les petites plumes, rendues avec précision, se répartissent en trois groupes. Du milieu du plumage surgit un serpent. Le cou est haut, le visage ovale. La bouche est petite, bien dessinée et charnue ; le nez droit est uni aux sourcils par une courbe d une seule venue. Les grands yeux en amande ont une paupière supérieure épaisse. Sur l un d eux subsiste la pâte de verre blanche de l iris. Les petites boucles des cheveux sont séparées en deux parties symétriques qui encadrent le visage. La partie supérieure du casque a la forme d une tête de Méduse en relief. La Gorgone est représentée avec une expression paisible, les yeux fermés, dans un état de mort ou de sommeil. Les sourcils sont intensément froncés, le nez est légèrement retroussé, les pommettes sont saillantes et les lèvres charnues sont mollement entrouvertes. Les volumes du visage sont volontairement altérés dans un souci de perspective, en raison de sa position en hauteur sur la tête d Athéna. Les cheveux de Méduse dessinent d épaisses mèches qui s effilochent en désordre autour de son visage et se mêlent aux cheveux de la déesse. Derrière la dernière rangée de mèches, à la gauche de la tête, apparaît une petite aile. Sous le menton s enroulent deux serpents, qui accompagnent le mouvement du visage. Il s agit ici d une représentation de Méduse du «beau» type, à l expression paisible. C est ce type artistique qui domine à partir du IV e siècle av. J.-C. et aux temps hellénistiques. On ne connaît que trois autres sculptures de marbre sur lesquelles le casque d Athéna a la forme d une tête de Méduse en relief. Le médaillon, qui était accompagné d une paire de panthères et d une paire de chiens, constituait l ornement décoratif principal d un char, probablement royal, qui servait aux cérémonies et aux défilés officiels. P. Adam-Véléni 29

30 Cat Section 7 Protomé féminine Fin du IV e siècle av. J.-C.-début du III e siècle av. J.-C. Découverte : Amphipolis, nécropole hellénistique, tombe 94 (fouilles de 1956) Terre cuite orange-brun micacée H. 29 ; l. maximale 22 cm Amphipolis, Musée archéologique [MA 3517] Elle a été découverte avec dix-sept autres protomés de types variés. La figure féminine est vêtue d un himation, qui lui couvre la tête comme un voile, et d un péplos échancré en V sur la poitrine. L himation-voile dissimule aussi les épaules. Le visage est arrondi et bien en chair, et le nez, long, est assez rapproché de la bouche, petite, aux lèvres à peine entrouvertes. La tête est penchée et les yeux expriment la tristesse. Les deux bras sont repliés, les avant-bras vers le haut : le droit le long du sein, tandis que la main gauche tient le bord de l himation. Les détails des traits du visage, des vêtements et du collier sont rendus en couleurs. Bien que l exécution soit peu soignée et hâtive, il semble que l artisan ait disposé de connaissances artistiques suffisantes pour obtenir plasticité et expressivité par le biais de la polychromie. Il est possible que des peintres et des coroplathes aient travaillé dans cet atelier et que leurs œuvres aient été diffusées bien au-delà d Amphipolis (en Chalcidique et dans le Pangée), comme l indiquent les figurines mises au jour dans d autres régions (par exemple celles de Nikisiani du Pangée). La polychromie se décline comme suit : a) rouge pour les cheveux (pour rendre la couleur blonde), les plis de l himation-voile et du vêtement, les lèvres et le collier (pour traduire la couleur de l or) ; b) noir pour les sourcils, les cils et les yeux ; c) vert, bleu cyan et jaune pour les plis du péplos. Ces protomés ont été découvertes dans des habitations, des sanctuaires et des tombes féminines. Elles avaient toujours un caractère religieux : sorte d offrande votive aux divinités chtoniennes ou de la fertilité, et peut-être symbole de renaissance. Aphrodite, Déméter et Koré, Cybèle, Artémis (une seule fois) et même Héra étaient les déesses honorées. Les protomés représentaient-elles chaque divinité particulière ou bien une forme symbolique générale digne d une vénération indifférenciée? K.Rhomiopoulou 30

31 Cat. 410 Section 9 Alexandre à la lance Époque hellénistique (fin du IV e av. J.-C.-III e siècle av. J.-C.?) Provenance : Basse-Égypte Production : Égypte Bronze H. 16,5 cm Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines [Br 370] Collection Clot-Bey, acquisition, 1852 Le personnage représenté, tête tournée et légèrement basculée vers l épaule droite avec le cou qui ne suit pas la même inclinaison, est reconnaissable aux traits de son visage pommettes hautes, petits yeux enfoncés dans les orbites et à l anastolé, cette disposition particulière des mèches de la chevelure au-dessus du front. Il s agit d Alexandre le Grand, dont Plutarque a évoqué quelques caractéristiques physiques, comme la torsion du cou et le regard dirigé vers le ciel. Les cheveux épais, que détaillent quelques incisions préservées, semblent avoir conservé l empreinte d un diadème. Le conquérant est figuré nu, le bras droit abaissé, le gauche levé. Malgré l usure de l épiderme, il est encore possible d apprécier l attention qui a été portée à la définition de la musculature afin de donner l illusion d une attitude mobile saisie dans l instant. L épaule droite, avancée, détermine un mouvement d ouverture qui affecte le haut du buste, mais pas encore les muscles de la sangle abdominale. La pondération jambe gauche portante, jambe droite libre entraîne un basculement du bassin qui n est pas aussi affirmé qu il devrait l être. Les muscles du côté droit du corps (grand oblique, vaste interne) sont déjà contractés, alors qu ils devraient être relâchés. Ainsi, autant par son attitude générale position de la tête, des bras et de la jambe droite fléchie au retrait prononcé que par le langage subtil des différents muscles, la statuette prend possession de l espace tridimensionnel qui l environne. Toutefois, l impression favorable que produit la vision de face est altérée par celle des profils. L épaisseur des cuisses et la projection des muscles fessiers trahissent une difficulté à maîtriser tous les angles de vue, propre aux premières étapes d une recherche novatrice initiée par le sculpteur Lysippe dans la seconde moitié du IV e siècle av. J.-C.. La statuette peut donc être considérée comme l écho d une œuvre disparue de l artiste, l un des portraitistes officiels d Alexandre le Grand. La statue originale de bronze, exécutée durant le troisième quart du IV e siècle av. J.-C., figurait le conquérant appuyé sur une lance fichée en terre, une épée à la main. Selon Plutarque, le choix d une telle attitude avait été à l origine d une discussion entre Lysippe et le peintre Apelle, opposés dans la manière de représenter le souverain. L œuvre évoquée par la statuette du Louvre était peut-être celle dont parlait une épigramme fameuse, rapportée également par l auteur antique. Cette épigramme faisait dire à un Alexandre du sculpteur : «La terre m est soumise ; toi, Zeus, tiens l Olympe.» L Alexandre à la lance de Lysippe fut à l origine de nombreuses répliques, mais aussi d adaptations et de variantes par lesquelles les rois hellénistiques confortèrent leur légitimité comme successeurs du souverain macédonien. Un trou de fixation au sommet de la tête de la statuette du Louvre signale cependant l existence d un attribut rapporté, qu il est possible de restituer en se fondant sur le témoignage d une peinture du II e siècle de notre ère retrouvée à Antinoopolis en Moyenne-Égypte : il s agissait d une couronne égyptienne. On a en effet récemment identifié l une des figures représentées à l arrière-plan du tondo peint avec une variante de l Alexandre à la lance, image inversée, dépourvue d épée et agrémentée d une couronne de tradition pharaonique. Klaus Parlasca y reconnaissait une image de l Osiris Antinoos, la forme divinisée égyptienne du favori de l empereur Hadrien. Cette interprétation, reprise dans la plupart des études relatives à la peinture, est toutefois contestable : la couronne n est pas la couronne hemhem, mais une variante d une autre couronne égyptienne bien connue, la couronne atef, d essence solaire, portée par la divinité, qui exerce de façon légitime la royauté sur le monde, ou par le pharaon quand il est représenté lors d actes inhérents à sa mission sur terre. Dans un contexte grec, cette couronne semble avoir été employée à partir de l époque ptolémaïque pour «égyptianiser», peut être plus spécifiquement dans la sphère alexandrine, une figuration hellénique, notamment celle de divinités masculines. 31

32 Selon cette logique, la couronne aurait été ajoutée à la statue de Lysippe, ou à l une de ses variantes conçues directement pour l accueillir, afin de créer une «icône» compréhensible d un point de vue tant grec qu égyptien. La présence de cette adaptation statuaire sur une peinture postérieure de près de cinq siècles à la création de l original de Lysippe témoigne de la survivance du type iconographique. Compte tenu du statut de cité grecque conféré à Antinoopolis et de l hellénisme revendiqué de ses habitants «les nouveaux Grecs», il est tentant de voir dans la statue figurée sur le tondo une image de culte d Alexandre comme fondateur de ville, en dépit de l épineuse question de la forme que revêtait le type de l Alexandre Ktistès. Par ailleurs, la date du 15 Pakhons, portée sur le tableau à côté de la représentation de l Alexandre, correspond dans le calendrier égyptien à une importante fête lunaire accompagnée de processions de statues divines et royales. Cette mention justifierait ici la présence des deux statues à l arrière-plan en relation avec des portraits des dignitaires. La présence de la couronne sur la tête de la statuette du Louvre en fait donc bien l écho d une effigie éclectique d Alexandre. Pour un Grec, elle évoquait immédiatement le conquérant macédonien et l art de son sculpteur officiel Lysippe. Pour un Égyptien, elle renvoyait, grâce à ses attributs, à la représentation d un dieu exerçant une souveraineté légitime d essence solaire après un triomphe sur ses ennemis. Elle doit donc être interprétée comme une réplique, non directement de l œuvre de Lysippe, mais de l une de ses variantes postérieures, élaborée dans l Égypte des Lagides, les pharaons grecs descendants de Ptolémée, l un des hétairoi qui avaient suivi le conquérant jusqu aux confins de l Indus. S. Descamps-Lequime M. Etienne Cat. 332 Section 9 Hydrie cinéraire à vernis noir avec couvercle en plomb Transition entre le troisième quart et le dernier quart du IV e siècle av. J.-C. ( av. J.-C.) Découverte : Amphipolis, nécropole hellénistique, tombe 13 (fouilles de 1956) Terre cuite H. 47 ; D. de l embouchure 12 ; D. du pied 12,8 cm Amphipolis, Musée archéologique [MA 3403] L hydrie provient d une tombe carrée (0,72 x 0,72 m), creusée à même le sol. Le défunt était probablement de sexe masculin. Le vase cinéraire a conservé son couvercle en feuille de plomb, auquel sa périphérie en dents de scie assurait une meilleure adhérence. L embouchure est ornée d un kymation ionique. Un décor végétal de feuilles de myrte, surpeint à l argile et conservant des traces de dorure, encercle la base du col. Un ornement d or surpeint entoure également, à la façon d un anneau de bague, la naissance des anses horizontales. L attache inférieure de l anse verticale est agrémentée d un ornement doré cruciforme. La datation de l hydrie se fonde sur des éléments stylistiques et sur l étude du matériel funéraire de la tombe. K.Rhomiopoulou 32

33 Publications Au royaume d Alexandre le Grand : la Macédoine antique Sous la direction de Sophie Descamps-Lequime Coédition : musée du Louvre Editions / Somogy Pages : 728 Format : 24,6 x 32 cm Relié 600 illustrations ISBN : Prix (TTC) : 49 euros Et aussi : Album de l exposition Coédition : musée du Louvre Editions / Somogy Pages : 48 Format : 23,5 x 28 cm Broché Illustrations: 40 ISBN : Prix (TTC) : 8 euros SOMMAIRE *Préface *Remerciements TEXTES INTRODUCTIFS SECTIONS THEMATIQUES 1 La découverte de la Macédoine antique 2 De la Préhistoire à la formation du royaume : la Macédoine jusqu au VI e siècle avant J.-C. 3 La royauté macédonienne d Alexandre I er à Alexandre le Grand (V e -IV e siècles avant J.-C.) 4 L essor de la Macédoine à l époque hellénistique (fin du IV e - début du II e siècle avant J.-C.) 5 La société macédonienne aux époques classique et hellénistique 6 La production artistique en Grèce du Nord aux époques classique et hellénistique 7 La religion et la mort aux époques classique et hellénistique 8 Une ère nouvelle : la Macédoine antique sous domination romaine 9 Genèse antique de la légende d Alexandre *Annexes *Sites archéologiques de la Macédoine *Bibliographie *Index Cette publication a bénéficié du mécénat de LA FONDATION J.F. COSTOPOULOS et du mécénat en nature d Arjowiggins Graphic, Coédition Somogy 33

34 SOMMAIRE DU CATALOGUE TEXTES INTRODUCTIFS 1.L évolution de l environnement naturel de la Macédoine dans l Antiquité A. Gérasimidis 2. Histoire de la Macédoine antique M. Hatzopoulos 3. Langue et écriture A. Panayotou 4. Economie et numismatique Ch. Gatzolis 5. Villes et campagne : l organisation territoriale et urbanistique de la Macédoine antique P. Véléni 6. Les arts somptuaires à la cour de Macédoine S. Drougou 7. Alexandre le Grand D. Pandermalis 8. L héritage d Alexandre le Grand dans le monde moyenoriental antique P. Briant SECTIONS THEMATIQUES 1. La découverte de la Macédoine antique Section 1 : Notices n os 2 à Histoire de l archéologie grecque en Macédoine V. Allamani et M. Pappa 1.2. Présence française en Grèce du Nord au XIX e siècle et au début du XX e siècle S. Descamps-Lequime 2. De la Préhistoire à la formation du royaume : la Macédoine jusqu au VI e siècle avant J.-C. Notices n os 63 à Les premières agglomérations rurales de l Europe K. Kotsakis 2.2. L âge du bronze et l âge du fer en Macédoine L. Stéfani, G. Karamitrou, E. Poulaki, Ch. Koukouli, S. Drougou, V. Misaélidou-Despotidou, Th. Savvopoulou, A. Chrysostomou 2.3. L époque archaïque B. Schmidt-Douna, P. Chrysostomou, V. Misaélidou, E. Skarlatidou, G. Karamitrou, K. Sismanidis 2.4. Colonies grecques et échanges commerciaux M. Tivérios, K. Soueref 3. La royauté macédonienne d Alexandre I er à Alexandre le Grand (V e -IV e siècles avant J.-C.) Notices n os 129 à L expansion du royaume de Macédoine Ch. Paliadeli 3.2. Les réformes de Philippe II et d Alexandre III: l armée macédonienne P. Faklaris 3.3. Capitales et cité sacrée : les trois grands centres macédoniens S. Drougou, M. Akamati, D. Pandermalis 3.4. Les palais macédoniens Ch. Paliadeli, A. Kottaridi, P. Chrysostomou 4. L essor de la Macédoine à l époque hellénistique (fin du IV e - début du II e siècle avant J.-C.) Notices n os 197 à La Macédoine à l époque hellénistique Textes de I. Touratsoglou, M. Tsimbidou, L. Acheilara 5. La société macédonienne aux époques classique et hellénistique Notices n os 228 à Aspects du quotidien Texte de P. Adam-Véléni 5.2. L éducation du corps et de l esprit. La vie intellectuelle Textes de E. Kefalidou, M. Voutiras, A. Goulaki-Voutira, P. Véléni 5.3. Le monde des femmes : Parure, vie domestique et objets du quotidien Texte de M. Akamati 5.4. L univers masculin Textes de P. Faklaris 5.5. Le monde rural Texte de E. Poulaki 6. La production artistique en Grèce du Nord aux époques classique et hellénistique Notices n os 263 à L architecture, B. Schmidt-Douna 6.2. La grande peinture, M. Tsimbidou 6.3. La mosaïque, A.-M. Guimier-Sorbets 6.4. La sculpture, Th. Stéfanidou 6.5. La coroplathie, K. Tzanavari 6.6. La céramique, S. Drougou 6.7. La toreutique, S. Descamps-Lequime 6.8. L'orfèvrerie, B. Tsigarida 6.9. Le verre, D. Ignatiadou L ivoirerie, K. Rhomiopoulou Les ateliers macédoniens, F. Blondé, A. Muller 7. La religion et la mort aux époques classique et hellénistique Notices n os 311 à La religion S. Pingiatoglou, A. Jacquemin 7.2. Le monde des morts Y. Morizot, K. Rhomiopoulou, I. Tzifopoulos 8. Une ère nouvelle : la Macédoine antique sous domination romaine Notices n os 350 à La conquête du royaume P. Nigdelis 8.2. L époque romaine impériale I. Sverkos 8.3. Villes et colonies romaines P. Véléni, V. Allamani, A. Chrysostomou, C. Brélaz, P. Chrysostomou 8.4. Cultes et sanctuaires M. Voutiras 9. Genèse antique de la légende d Alexandre P. Chuvin 34

35 Visuels de l exposition Au Royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine Antique du 13 octobre au 16 janvier 2012 Les visuels sont libres de droit avant, pendant et jusqu à la fin de l exposition. Ils peuvent être utilisés uniquement dans le cadre de la promotion de l exposition. Merci de mentionner le crédit photographique et de nous envoyer une copie de l article : musée du Louvre, Direction de la communication, Paris cedex 01 Cat. 1 - Introduction Mosaïque de la chasse au lion 325 av. J.-C. Pella, Maison de Dionysos (original) Galets enduits H. 1,845 m, L.3,39 m Pella, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Une copie de la mosaïque à l échelle 1/1 exécutée à partir de galets de rivière selon la technique antique, est présentée à l entrée de l exposition, dans la rotonde Cat. 2 Section 1 Couronne de feuilles de chêne en or Deuxième moitié du IV e s. avant J.-C. Vergina (Aiga), sanctuaire d Eukleia Or D. 18,5 et 16,5 cm Thessalonique, musée archéologique Fouilles Université Aristote, Thessalonique Cat Section 1 Sarcophage attique Thessalonique, sarcophage contenant deux urnes et des bijoux Dernier quart du II e s. ap. J.-C. (vers 180 ap. J.-C.) Marbre H. 2,30 m ; L. 2,81m ; l. 1,12 m Paris, musée du Louvre RMN / René-Gabriel Ojéda 35

36 Cat Section 1 Ensemble funéraire de la tombe masculine III (C) de Karabournaki : casque de type illyrien, anneau et cratère à colonnettes Karabournaki, Tombe III (C) Premier quart du V e s. av. J.-C. Bronze, or et terre cuite Casque : H. 22 cm, anneau : D. 2,6 cm ; cratère : H. 24 cm, D. 20,8 cm Paris, musée du Louvre RMN / Hervé Lewandowski Cat Section 2 Casque en bronze et masque en or Vers 520 av. J.-C. Sindos, tombe 115 Bronze et or H. 22 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat. 113 Section 2 Calice chiote : sphinx affrontés av. J.-C. Agia Paraskevi, nécropole, tombe 83 Terre cuite H. 18,6 cm, D. base 9,2 cm, D. embouchure 19, 5 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat. 145 Section 3 Statère d'or d'alexandre III IV e s. av. J.-C. Apollonia Or D. 1,65 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund 36

37 Cat. 159 Bloc de couronnement du grand ordre ionique Troisième quart du IV e siècle av. J.-C. Vestibule Pr. 3, passage vers le peristyle Palais d Aigai Calcaire H. 56 ; l. 114 ; ép. 79 cm Paris, musée du Louvre RMN / Hervé Lewandowski Cat. 149 Section 3 Portrait d'alexandre III e siècle av. J.-C. Pella (aux environs de) Marbre H. 30 cm, l. 27 cm, ép. 27 cm Pella, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat Section 3 Œnochoé d argent Vers av. J.-C. Vergina, Tombe de Philippe II Argent H. 24,4 cm, D. max. 15,4 cm Vergina, musée du Grand Tumulus Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat Section 4 Bague en or avec chaton en sardoine Fin du IV e - début du III e s.av. J.-C. Or, pierre semi-précieuse D. 2 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund 37

38 Cat Section 4 Paire de boucles d oreilles à pendeloque Fin du IV e - début du III e s. av. J.-C Dervéni (Lété), tombe Z Or H. 9,5 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat Section 5 Pyxis à vernis noir et décor «West slope» Dernier quart du IV e s. av. J.-C. Sédès (act. Thermi), tombe 3 (1938) Terre cuite H. 12,1 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat Section 5 Diadème d'or Dernier quart du IV e s. av. J.-C. Sédès (act. Thermi), tombe 3 (1938) Or L. 50 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat Section 5 Collier d'or Dernier quart du IV e s. av. J.-C. Sédès (act. Thermi), tombe 3 (1938) Or L. 39 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund 38

39 Cat. 234 Section 5 Figurine féminine en terre cuite Fin du IV e s. av. J.-C. Néa Potidaia (Potidée), lieu-dit Pétriotika, sarcophage D Terre cuite H. 21,9 cm, l. 7,2 cm, ép. 6,8 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat. 269 Section 6 Décor de char : médaillon avec buste d Athéna coiffée de la tête de Méduse Fin du II e - début du I er s. av. J.-C. Thessalonique, Place Dioikitiriou Bronze D. 27 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat. 294 Section 6 Bracelet à têtes de bouquetin Première moitié du III e s. av. J.-C. Evropos, Kilkis Or D. 8 cm Kilkis, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund 39

40 Cat. 270 Section 6 Figurine en terre cuite : Attis dansant Macédoine III e s. av. J.-C ; (vers 250 av. J.-C.) Terre cuite H.17 cm Paris, musée du Louvre RMN / Hervé Lewandowski Cat Section 7 Hydrie cinéraire à vernis noir avec couvercle en plomb 350 av. J.-C Terre cuite, plomb H. 47 cm, D. base 13 cm, D. embouchure 12 cm Amphipolis, nécropole hellénistique, tombe 13 Amphipolis, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat. 337 Section 7 Couronne de feuilles de lierre et corymbes en or Troisième quart du IV e s. av. J.-C. Apollonia Or D. 33 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund 40

41 Cat Section 7 Couronne à feuilles et fleurs de myrte en or Dernier quart du IV e s. av. J.-C. Stavroupolis (près de Thessalonique), rue Oraiokastrou, tombe à ciste Or D. ext. 17 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat. 341 Section 7 Figurine en terre cuite : Eros endormi Dernier quart du IV e s. av. J.-C. Pella, nécropole orientale, tombe à ciste (peut-être d'un enfant) Terre cuite L. 9,5 cm Pella, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat. 348 Section 7 Protomé-buste de divinité féminine en terre cuite polychrome Milieu du IV e s. av. J.-C. Amphipolis, nécropole hellénistique, tombe 94 Terre cuite H. 29 cm, l. 22 cm Amphipolis, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat. 393 Section 8 Pilier hermaïque attique couronné d'un portrait ap. J.-C. Thessalonique Marbre H. 1,88 m, distance yeux-sol Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund 41

42 Cat Section 8 Portique des Incantadas, pilier sculpté (Face A : Dionysos, Face B : Brise) Thessalonique, Portique des Incantadas Deuxième quart du III e s. ap. J.-C. Marbre H.2,06 m ; L ; 75 cm ; l. 75 cm Paris, musée du Louvre RMN / Hervé Lewandowski Cat Section 8 Portique des Incantadas, pilier sculpté (Face A : Ariane, Face B : Dioscure) Thessalonique, Portique des Incantadas Deuxième quart du III e s. ap. J.-C. Marbre H.2,06m ; L ; 75 cm ; l. 75 cm Paris, musée du Louvre RMN / Hervé Lewandowski Cat Section 8 Portique des Incantadas, pilier sculpté (Face A : Léda et le cygne, Face B : Enlèvement de Ganymède) Thessalonique, Portique des Incantadas Deuxième quart du III e s. ap. J.-C. Marbre H. 2,06 m ; L. 75 cm ; l. 75cm Paris, musée du Louvre RMN / Hervé Lewandowski 42

43 Cat. 410 Section 9 Statuette en bronze : Alexandre à la lance Hellénistique Egypte (Basse Egypte) Bronze H. 16,5 cm Paris, musée du Louvre RMN / Stéphane Maréchalle Cat.415 Section 9 Médaillon d or des jeux de Véroia, en l honneur d Alexandre et de sa famille ap. J.-C. Egypte, Aboukir Or D. 5,8 cm Thessalonique, musée archéologique Hellenic Ministry of Culture and Tourism / Archaeological Receipts Fund Cat.411 Section 9 Portrait d Alexandre dit Hermès Azara, réplique romaine de l Alexandre à la lance de Lysippe Tivoli, Villa des Pisons Epoque romaine impériale (II e siècle ap. J.-C.) Marbre H. max 68 cm ; H. tête 25 cm Paris, musée du Louvre RMN / Hervé Lewandowski 43

44 L exposition «Au Royaume d Alexandre le Grand. La Macédoine Antique» destinée à présenter la richesse de l héritage artistique de la Grèce du Nord est l une des expositions les plus importantes organisées sur la Macédoine antique dans une capitale européenne. La Fondation Stavros Niarchos est honorée de l opportunité qui lui est offerte de soutenir cette initiative exceptionnelle et de présenter au grand public d extraordinaires trésors qui font partie de l héritage culturel de la Grèce. Notre fondateur, le regretté Stavros S. Niarchos, avait montré un profond intérêt et un grand respect pour le travail effectué par le Louvre. La Fondation, désireuse de perpétuer cette vision, a soutenu le musée en de nombreuses occasions, récemment ou dans le passé. Actuellement, la Fondation est l un des principaux mécènes d un important projet du musée du Louvre, à savoir la rénovation des salles des Objets d Art du XVIIIe siècle. De plus, la Fondation a financé la publication des articles de synthèse d un colloque scientifique international sur le thème de la peinture dans l Antiquité Grecque, qui a eu lieu au Louvre en Le symposium a été l occasion de commencer à planifier le projet d exposition actuel. La Fondation Stavros Niarchos (www.snf.org) est une organisation philanthropique mondiale de premier plan, effectuant des dons dans les domaines de l art et de la culture, de l éducation, de la santé et de la médecine, ainsi que de l aide sociale. Tout en privilégiant le soutien aux initiatives en rapport avec la Grèce, les activités de la Fondation s étendent sur une échelle mondiale. A ce jour, la Fondation a effectué des dons d un montant total de 915 millions d euros (1,3 milliard de dollars) en faveur d organisations non lucratives de 95 pays différents. Ayant débuté ses activités de mécénat après le décès de Stavros Niarchos en 1996, la fondation s inscrivent dans la continuité de l ancrage mondial de son créateur, de son héritage grec et de sa volonté d offrir des opportunités aux populations défavorisées. Depuis ses bureaux de New-York, d Athènes et de Monaco, la Fondation finance des institutions et des projets qui ont en commun une direction volontaire, une gestion saine et font montre d un impact potentiellement large et durable. Parmi ses projets, la Fondation s est engagée dans la construction d un Centre Culturel de la Fondation Stavros Niarchos à Athènes, qui comprendra de nouveaux locaux pour la Bibliothèque Nationale de Grèce et l Opéra National Grec, ainsi que le parc Stavros Niarchos, l ensemble étant conçu par l architecte de renommée internationale Renzo Piano. Le coût du projet est estimé à 556 millions d euros (803 millions de dollars), un des plus importants dons individuels jamais faits par une fondation. Le Conseil d Administration de la Fondation Stavros Niarchos George Agouridis Kurt Arnold Jeffrey Brinck Andreas Dracopoulos, Co-President Philip Niarchos, Co-President Spyros Niarchos, Co-President 44

45 La Fondation d entreprise Total, créée en 1992 au lendemain du Sommet de la Terre de Rio, s est consacrée pendant 16 ans à l environnement, et plus particulièrement à la biodiversité marine. Depuis 2008, son engagement s est élargi et la Fondation Total couvre aujourd hui quatre champs d activité : la solidarité en France, la santé à l international, la culture et le patrimoine et l environnement et la biodiversité. Solidarité : La Fondation s attache à identifier et à promouvoir des actions innovantes visant à faciliter l accès des jeunes à l emploi en France. Elle s est notamment engagée pour six ans aux côtés du Ministère de la Jeunesse et des Solidarités actives dans le développement de projets de terrain financés par le Fonds d expérimentation pour la Jeunesse, et peut ainsi agir durablement sur l éducation, l accès à la culture, la mobilité, l égalité des chances, l orientation ou encore l insertion professionnelle. Santé : En partenariat avec l Institut Pasteur, la Fondation participe à la prévention et au traitement des pandémies en soutenant certains projets de recherche et des actions de terrain dans les pays en développement dans lesquels le Groupe est présent. Culture : La Fondation contribue au dialogue des cultures. Elle est partenaire de grandes institutions culturelles (Musée du Louvre, Musée du Quai Branly, IMA) et accompagne régulièrement des expositions. Avec la Fondation du Patrimoine, elle soutient également la restauration du patrimoine industriel et artisanal français et la réhabilitation d édifices anciens. Ce programme permet par ailleurs de favoriser la formation et l insertion professionnelle au travers de chantiers de restauration. Environnement : La Fondation encourage les recherches visant à une meilleure connaissance des espèces et des écosystèmes marins et côtiers, mais aussi des enjeux liés à leur préservation. Elle participe également à la réhabilitation d écosystèmes fragiles et contribue à la préservation des espèces menacées qui y vivent. Enfin, la Fondation se consacre à la diffusion des connaissances par des opérations de sensibilisation et d éducation centrées sur une utilisation rationnelle des ressources naturelles. La Fondation Total accompagne également l engagement solidaire des collaborateurs du Groupe. Depuis 2006, elle a soutenu 245 projets d intérêt général portés par des associations dans lesquelles les salariés sont impliqués à titre personnel et bénévole. Dans tous ses champs d activité, la Fondation Total privilégie les partenariats de long terme. Il s agit, au-delà du soutien financier, de croiser les expertises et de les renforcer pour enrichir l intelligence collective. Pour plus d informations : 45

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 I. Origine et Protagonistes Cette légende fut narrée pour la première fois par Homère, un poète grec du 9 e siècle avant J.-C. ayant écrit l Iliade

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

Sommaire DOSSIER DE PRESSE. Communiqué de presse 3. Renseignements pratiques 4. Présentation 5. Parcours 7. Publication 12

Sommaire DOSSIER DE PRESSE. Communiqué de presse 3. Renseignements pratiques 4. Présentation 5. Parcours 7. Publication 12 DOSSIER DE PRESSE Sommaire Communiqué de presse 3 Renseignements pratiques 4 Présentation 5 Parcours 7 Publication 12 Autour de la présentation 13 Richelieu 28 octobre 2013 I 31 octobre 2015 COMMUNIQUÉ

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

L ORIENT ANCIEN. Sculptures du jardin de Babylone. Roi de Mésopotamie

L ORIENT ANCIEN. Sculptures du jardin de Babylone. Roi de Mésopotamie L ORIENT ANCIEN Sculptures du jardin de Babylone Roi de Mésopotamie I] L Ecriture pour compter et conter. Introduction : a) L Ecriture est née vers -3500, au milieu du IVème millénaire avant notre ère

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Par Bernard Chevallier Collection «Regards» > La résurrection en images du palais incendié en 1870 > Les superbes clichés du reportage photographique

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte *L'écriture en Mésopotamie et en Égypte -4000 à -3000 Le calculi L agriculture est une activité économique très importante en Mésopotamie. Cependant, le territoire n est pas riche en ressources naturelles

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie Maquette à construire La domus de Vieux Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie 2005 Service Départemental d Archéologie du Calvados, édition 2005. Présentation de la domus de Vieux

Plus en détail

Thème : La civilisation grecque. Chapitre n 1 Au fondement de la Grèce : cités, mythes, panhellénisme

Thème : La civilisation grecque. Chapitre n 1 Au fondement de la Grèce : cités, mythes, panhellénisme Thème : La civilisation grecque Chapitre n 1 Au fondement de la Grèce : cités, mythes, panhellénisme 1 Point de départ : C est quoi un Grec? Introduction : Dans l Antiquité, la Grèce est formée d une multitude

Plus en détail

pour les plus petits

pour les plus petits pour les plus petits U N D E R N I E R 5-6H = 3-4P VE Petit guide actif pour découvrir le monde du verre cycle 2 degrés avec RR Plexiglas E Salut! Plexiglas, c est moi. Daniel Stevan 2015 U N D E R N I

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Cette Bible a été trouvée près de la Mer Morte, non loin de Jérusalem. Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Plus en détail

LE SCULPTEUR MICHEL ZADOUNAISKY A L HONNEUR CHEZ ARTCURIAL LYON LES 5, 7 ET 18 JUIN 2012

LE SCULPTEUR MICHEL ZADOUNAISKY A L HONNEUR CHEZ ARTCURIAL LYON LES 5, 7 ET 18 JUIN 2012 Communiqué de presse Avril 2012 LE SCULPTEUR MICHEL ZADOUNAISKY A L HONNEUR CHEZ ARTCURIAL LYON LES 5, 7 ET 18 JUIN 2012 Figure artistique incontournable à Lyon, le sculpteurferronnier Michel Zadounaïsky

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

PARTIE 2: LA CIVILISATION GRECQUE CHAP. 1: AU FONDEMENT DE LA GRECE: CITES, MYTHES, PANHELLENISME

PARTIE 2: LA CIVILISATION GRECQUE CHAP. 1: AU FONDEMENT DE LA GRECE: CITES, MYTHES, PANHELLENISME PARTIE 2: LA CIVILISATION GRECQUE CHAP. 1: AU FONDEMENT DE LA GRECE: CITES, MYTHES, PANHELLENISME A- Le monde grec des cités et des colonies : Problématiques : Qu est-ce qu une cité grecque? Où sont installées

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand OFFRES D OPTIONS DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand Option DP3 Qu est-ce que la DP3? La DP3 est une option de Découverte

Plus en détail

III Les Sumériens ont inventé l écriture

III Les Sumériens ont inventé l écriture Qui a inventé l écriture? III Les Sumériens ont inventé l écriture Au IV e millénaire avant Jésus-Christ, les Sumériens, habitants de Mésopotamie, se mirent à tracer les plus anciens signes d écriture

Plus en détail

ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE

ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE Le musée propose un espace pédagogique à disposition des enseignants et de leurs élèves. Il aborde plusieurs thématiques en relation avec l espace

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

SEQUENCE II- AU FONDEMENT DE LA GRÈCE : CITÉS, MYTHES, PANHELLÉNISME. Problématique générale: Sur quoi repose l unité du monde grec?

SEQUENCE II- AU FONDEMENT DE LA GRÈCE : CITÉS, MYTHES, PANHELLÉNISME. Problématique générale: Sur quoi repose l unité du monde grec? SEQUENCE II- AU FONDEMENT DE LA GRÈCE : CITÉS, MYTHES, PANHELLÉNISME Problématique générale: Sur quoi repose l unité du monde grec? SÉANCE1-ETUDE DE CAS- LA FONDATION D UNE NOUVELLE CITÉ, MASSALIA Prob:

Plus en détail

Chambord. Séminaires & réceptions

Chambord. Séminaires & réceptions Chambord Séminaires & réceptions Emplacements des espaces de location Lille Le Mont-St-Michel Paris Strasbourg Chambord Terrasses 12 Les terrasses Bordeaux 12 Toulouse Nice Corse Sommaire Bras de croix

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Georges BORGEAUD La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir Dans Echos de Saint-Maurice, 1966, tome 64, p. 18-22 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Souvenir

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Naissance de l écriture.

Naissance de l écriture. Naissance de l écriture. Le Proche-Orient : l écriture par Grégory CHAMBON, maître de conférences en histoire des sciences et techniques de l Antiquité et en assyriologie1 à l'ubo. Sommaire I. Pourquoi

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants).

Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants). Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants). J utilise avec les élèves le manuel CE2 Histoire Géographie édité par Les ateliers Hachette (j adore cette collection). Les illustrations ci

Plus en détail

École doctorale 124. «Histoire de l art et Archéologie» (ED VI) Formation doctorale obligatoire

École doctorale 124. «Histoire de l art et Archéologie» (ED VI) Formation doctorale obligatoire École doctorale 124 «Histoire de l art et Archéologie» (ED VI) Formation doctorale obligatoire 2014/2015 Présentation de la formation doctorale obligatoire L originalité de l École doctorale réside dans

Plus en détail

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem.

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien long Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... a bien longte Il y a bien lon longtemps... Il y a bien longtemps... Il

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

chap.1 : La Mésopotamie chap.2 : L'Egypte ancienne

chap.1 : La Mésopotamie chap.2 : L'Egypte ancienne Partie 1 : L' ORIENT ANCIEN au 3ème millénaire avt JC chap.1 : La Mésopotamie chap.2 : L'Egypte ancienne Chap. 1 : La Mésopotamie au 3ème millénaire avt JC Ne pas copier. Pour survivre, les hommes ont

Plus en détail

Programme spécialement étudié pour Destination Demain

Programme spécialement étudié pour Destination Demain Programme spécialement étudié pour Destination Demain Les Cyclades Jour 1: Paris Athènes Rendez-vous des participants à l aéroport de Paris. Assistance aux formalités d enregistrement. Décollage en direction

Plus en détail

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V.

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V. L EMPIRE ROMAIN étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle Détail du piédestal de la statue d Aponius Cherea (II siècle) musée archéologique de Narbonne Source : Service

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Dossier Médias Année 2012

Dossier Médias Année 2012 Dossier Médias Année 2012 Mise à jour le 02 mars 2013 Association LUERN Association Loi 1901 enregistrée le 12 août 2008 et reconnue d Intérêt Général le 8 octobre 2008 Siège Social : Maison du Patrimoine

Plus en détail

Un lieu d exception pour vos événements

Un lieu d exception pour vos événements Un lieu d exception pour vos événements Au cœur de Paris, dans un cadre hors du commun, le Jeu de Paume vous accueille pour organiser, en dehors des horaires d'ouverture au public, vos petits déjeuners,

Plus en détail

programme pédagogique

programme pédagogique programme pédagogique année scolaire 2014/2015 Musées d art et d histoire, genève sommaire INTRODUCTION...2 DéCOUvRIR les COlleCTIONs, les formes artistiques et les périodes historiques Tableau récapitulatif...3

Plus en détail

Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger

Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger Dossier d appel aux dons et au mécénat présenté par le Centre Hospitalier de Bayeux et l Association pour la Sauvegarde de

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans...

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... LE BATON D ISHANGO Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... Les collections du Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles abritent un artefact aussi unique que remarquable : le bâton d Ishango.

Plus en détail

devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR fondation pour le rayonnement du

devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR fondation pour le rayonnement du devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre MUSÉE fondation pour le rayonnement du DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR Le Musée de Montmartre Le Musée de Montmartre en quelques

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE

LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE Au I er siècle après Jésus-Christ, la ville romaine d Arles (photo ci-dessous) est entourée de remparts. Elle comporte de grandes rues principales appelées Cardo et Decumanus.

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Sensibilisation à l Histoire des Arts en Maternelle à travers l évolution de la Ligne

Sensibilisation à l Histoire des Arts en Maternelle à travers l évolution de la Ligne STAGE FOAD 2009-2010 Sensibilisation à l Histoire des Arts en Maternelle à travers l évolution de la Ligne Nathalie GIRO Moyenne section de Maternelle Ecole Maternelle du Colombier à MOUZON Circonscription

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Madame, Monsieur, «Territoires 2 vie, territoires d initiatives» est un projet de coopération lancé

Plus en détail

Le Centre Georges Pompidou, Paris.

Le Centre Georges Pompidou, Paris. Le Centre Georges Pompidou, Paris. 1- L OEUVRE : Titre de l œuvre Centre Georges Pompidou aussi surnommé Beaubourg d après le nom du quartier dans lequel il fut construit. Nom de l auteur ou de l artiste

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

LES ENJEUX DU POUVOIR

LES ENJEUX DU POUVOIR LES ENJEUX DU POUVOIR Thème HDA : Arts, Etat et pouvoir (mise en scène du pouvoir = propagande ; thème du héros) Thème Histoire : Féodaux, souverains, premiers Etats Sous-thème : l organisation féodale

Plus en détail

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915)

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) COMMUNIQUE DE PRESSE avril 2015 L exposition de l été 2015 du musée du Faouët : Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) Matin de pardon en Bretagne, vers 1913. Huile sur toile. Collection picturale, Ville

Plus en détail

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey Dans l intimité d un écrivain, place des Vosges Ouvrant sur l un des plus beaux sites parisiens, la Place des Vosges, le Maison de Victor Hugo a pour mission de maintenir vivante la mémoire de ce génie,

Plus en détail

Hôtel de Caumont. Centre d Art - Aix-en-Provence DOSSIER DE MÉCENAT

Hôtel de Caumont. Centre d Art - Aix-en-Provence DOSSIER DE MÉCENAT Hôtel de Caumont Centre d Art - Aix-en-Provence DOSSIER DE MÉCENAT Ouverture printemps 2015 Un nouveau centre d art au cœur du patrimoine aixois Aix-en-Provence, capitale culturelle de la Provence au rayonnement

Plus en détail

Dossier Médias Année 2011

Dossier Médias Année 2011 Dossier Médias Année 2011 Mise à jour le 25 avril 2012 Association LUERN Association Loi 1901 enregistrée le 12 août 2008 et reconnue d Intérêt Général le 8 octobre 2008 Siège Social : Maison du Patrimoine

Plus en détail

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814).

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Carolus Magnus (dit Charles «le grand») plus connu sous le nom de Charlemagne. 1. En 768, Charlemagne devient roi des Francs et remplace son

Plus en détail

Document d appui. pour le cours : Sciences humaines 7 e et 8 e année

Document d appui. pour le cours : Sciences humaines 7 e et 8 e année Document d appui pour le cours : Sciences humaines 7 e et 8 e année INTRODUCTION Annexe 1-B : «Sources primaires et secondaires» p. 269 Photo John A. MacDonald http://www.narhf.org/nar01/nar01awards_macdonald.html

Plus en détail

EXPOSITION: VIVRE ET HABITER

EXPOSITION: VIVRE ET HABITER Décoration Défiscalisation Conception et réalisation Michel SAEZ EXPOSITION: VIVRE ET HABITER 2013, espace «L atelier UNIK» Saint MALO Stand 47-8, 9, 10 mars 2013. DEFISCALISER Acheter une œuvre d art

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

Ouverture des Nouvelles Galeries Moyen-Age et Renaissance

Ouverture des Nouvelles Galeries Moyen-Age et Renaissance Ouverture des Nouvelles Galeries Moyen-Age et Renaissance Victoria and Albert Museum, Londres Novembre 2009 Les nouvelles galeries Moyen-Age et Renaissance du Victoria and Albert Museum de Londres ouvriront

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Expositions conférences

Expositions conférences Du 2 septembre au 31 décembre, Patrimoine culinaire de l Anjou depuis le Moyen-Âge À travers les différentes périodes de l histoire de l Anjou, venez découvrir la richesse du patrimoine culinaire ligérien.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE FAITES VOS JEUX! AV E C SAINT- H ONORÉ-LES-BAIN S. infos www.bibracte.fr. Exposition photographique jusqu au 1 er septembre 2010

DOSSIER DE PRESSE FAITES VOS JEUX! AV E C SAINT- H ONORÉ-LES-BAIN S. infos www.bibracte.fr. Exposition photographique jusqu au 1 er septembre 2010 AV E C FAITES VOS JEUX! SAINT- H ONORÉ-LES-BAIN S DOSSIER DE PRESSE Exposition photographique jusqu au 1 er septembre 2010 Rencontres autour de Bibracte du 15 juin au 24 août 2010 infos www.bibracte.fr

Plus en détail

Comment la Bible nous est parvenue Neil R. Lightfoot

Comment la Bible nous est parvenue Neil R. Lightfoot Ceci fait partie de la série Comment la Bible nous est parvenue De Neil R. Lightfoot Leçon 1 LA FABRICATION DES LIVRES ANCIENS La transmission du texte de la Bible jusqu à nos jours est une histoire d

Plus en détail

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine rue du Palais Trévoux Dossier IM01000652 réalisé en 1991 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Jourdan

Plus en détail

HAGUENAU VIVANTE. Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau

HAGUENAU VIVANTE. Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau HAGUENAU LA F RÊT VIVANTE Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau Chambre à part, le territoire en photo Le Collectif photographique Chambre à Part, créé en 1991 à Strasbourg, fait

Plus en détail

Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37.

Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37. Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37.fr La forteresse royale de Chinon, propriété du Conseil général d

Plus en détail

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles 19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles Un salon Reconnu depuis plus de 18ans comme l unique salon professionnel dédié aux produits dérivés culturels, Face

Plus en détail

VENTE DE PRESTIGE D ART DECO. 28 mai 2013

VENTE DE PRESTIGE D ART DECO. 28 mai 2013 Communiqué VENTE DE PRESTIGE D ART DECO 28 mai 2013 La vente, qui se tiendra le 28 mai sous le marteau de François Tajan, propose un vaste panorama des Arts décoratifs, de l Art nouveau à la grande décoration

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Année scolaire 2014-2015

Année scolaire 2014-2015 Année scolaire 2014-2015 02 Concours de photographie à destination des scolaires! Un événement En 2015, pour le 30 ème anniversaire de l inscription du Pont du Gard sur la Liste du Patrimoine mondial de

Plus en détail

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa.

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa. MÉMOIRE DE LA SOCIÉTÉ D'HISTOIRE DE L'OUTAOUAIS SOUMIS À LA SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME SUR L AVENIR DU CENTRE-VILLE DE GATINEAU GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007 Société d=histoire

Plus en détail

Des espaces prestigieux pour des instants magiques

Des espaces prestigieux pour des instants magiques Des espaces prestigieux pour des instants magiques Vous recherchez un lieu d exception pour réunir vos collaborateurs ou vos partenaires, les Châteaux de la Drôme vous proposent le dépaysement et la richesse

Plus en détail

Extrait du catalogue

Extrait du catalogue Extrait du catalogue Tarif Public 26/08/2015 www.revendeurs.rmngp.fr Document non contractuel Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées 254-256, rue de Bercy - 75577 Paris cedex

Plus en détail

La rénovation du Musée royal de l Afrique centrale

La rénovation du Musée royal de l Afrique centrale La rénovation du Musée royal de l Afrique centrale Le Musée royal de l Afrique centrale (MRAC) a fermé ses portes le 2 décembre pour une période de trois ans, afin de se soumettre à une profonde rénovation.

Plus en détail

Ateliers pédagogiques

Ateliers pédagogiques HISTOIRE LOCALE Ateliers pédagogiques Primaire (selon thème choisi) et Collège Visite commentée de 2 expositions au choix aux Archives Municipales Mise à disposition de questionnaire (30 minutes de recherche

Plus en détail

La mythologie : Orphée

La mythologie : Orphée Mise en CYCLE 3 CM1-CM2 œuvre AUTOUR D'UN THÈME CYCLE La mythologie : Orphée Littérature, Arts visuels Année scolaire 2012-2013 Période 1, Cycle 3 CM1-CM2. Travail réalisé à l école J. Prévert de Guéret

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ

Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ BIENVENUE Voici le guide qui t accompagnera pendant la visite. C est un habitué, il connaît

Plus en détail

Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes

Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes 12 novembre 2012 Hôtel Drouot, Paris 1 VENTE Lundi 12 novembre 2012 Hôtel Drouot EXPERT Cabinet de BAYSER 69 rue Sainte-Anne 75002 Paris Tél. : +33

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Étienne-Martin. 25 juin 16 septembre 2014. www.mba-lyon.fr

Étienne-Martin. 25 juin 16 septembre 2014. www.mba-lyon.fr Étienne-Martin 25 juin 16 septembre 2014 www.mba-lyon.fr DOSSIER DE PRESSE En couverture Étienne-Martin (Loriol, 1913 Paris, 1919) Hommage à Brown, 1988-1990 Bois (frêne) peint Cet hommage monumental à

Plus en détail

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Thierry Mezerette FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Serrurier-Bovy Masterworks, d une collection

Serrurier-Bovy Masterworks, d une collection mercredi 3 juin 2015 à 19h Serrurier-Bovy Masterworks, d une collection exposition Vendredi 29 mai de 10 à 19 heures Samedi 30 mai de 11 à 19 heures Lundi 1er juin de 10 à 19 heures Mardi 2 juin de 10

Plus en détail

DIDON. Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres.

DIDON. Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres. DIDON Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres. Didon construisant Carthage. William Turner, 1815. 155,5 cm x 23,2 cm L'oeuvre: Le beau se déplace donc

Plus en détail

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :...

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :... LA CATHÉDRALE DE REIMS NOM :... Prénom :... Classe :... Sur les traces des constructeurs de la cathédrale : Vers 400 : l évêque Nicaise transfert la première cathédrale de Reims à l emplacement actuel

Plus en détail

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume.

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume. Après le repas, nous sommes allés visiter le musée de Bayeux. Quand nous sommes rentrés, les personnes du musée nous ont donné des audio guides. Pour pouvoir profiter de l histoire sans être entassés devant

Plus en détail

Couvertures en ardoises rectangulaires

Couvertures en ardoises rectangulaires Couvertures en ardoises rectangulaires Découvrez l esthétique des ardoises naturelles pour le toit et la façade. Ne soyez pas modeste, optez pour l ardoise! LES COUVERTURES EN ARDOISES RECTANGULAIRES UN

Plus en détail