Urgences psychiatriques à Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Urgences psychiatriques à Paris"

Transcription

1 O R G A N I S AT I O N D E S S O I N S Urgences psychiatriques à Paris

2 Urgences psychiatriques à Paris SOMMAIRE Qu est-ce qu une urgence en psychiatrie? p. 03 Que faire en cas d urgence? p. 04 Où trouver l ai à Paris en cas d urgence? p. 05 Où s adresser? p. 11 Pour en savoir plus p. 11 Qu est-ce qu une urgence en psychiatrie? L urgence en psychiatrie est définie comme «une man dont la réponse ne peut être différée ( ) Il y a urgence à partir du moment où quelqu un se pose la question, qu il s agisse du patient, l entourage ou du mécin : elle nécessite une réponse rapi et adéquate l équipe soignante afin d atténuer le caractère aigu la souffrance psychique» (1). L urgence psychiatrique est donc liée : à l état du patient lui-même, à la notion danger pour le patient ou son entourage, au ressenti l entourage, du voisinage ou la famille qui estime nécessaire une intervention médicale immédiate, sans attendre une consultation programmée. Comportements alarmants Les types comportements qui doivent faire penser à une urgence : un état d abattement extrême (la personne est prostrée, ne s alimente plus), une violence la personne envers elle-même (tentative suici, automutilation), envers autrui ou son environnement matériel, un délire, s hallucinations, un état d agitation, une angoisse ou une souffrance psychique extrême, un état dépressif intense. (1) Circulaire du 30 juillet

3 Que faire en cas d urgence? Où trouver l ai à Paris en cas d urgence? Les réponses à l urgence psychiatrique sont multiples. Si la personne n a jamais été soignée en cas d extrême violence vis-à-vis d elle-même ou d autrui, appelez les pompiers, le SAMU ou la police, ou bien emmenez-la dans un service d urgence (cf p.5), ou joignez le Centre Médico-Psychologique (CMP) le plus proche du domicile, ou le service SOS Psychiatrie ou Urgences Psychiatrie si la personne ne peut se déplacer. Si un mécin généraliste connaît la personne Il est important prendre contact avec lui, c est une ai essentielle pour la prise en charge. Si la personne est déjà connue dans un service psychiatrie Appelez ce service en premier. Dans tous les cas, donnez le plus d informations précises sur la personne et la situation, pour faire comprendre l urgence ressentie. En attendant, ne céz pas à la panique, créez le calme, parlez doucement, limitez le nombre personnes présentes et enlevez les objets dangereux si besoin, analysez rapiment le comportement la personne, manière à pouvoir expliquer aux intervenants ce qui se passe. En pratique, on s orientera directement vers les structures soins proximité : service d urgence s hôpitaux généraux (SU), centre d accueil et crise (CAC, CAP, UAI,et UIA), centre psychiatrique d orientation et d accueil (CPOA). Services d urgence à Paris (SU) Implantés dans les hôpitaux généraux, ils permettent la prise en charge toutes les urgences (somatiques et psychiatriques) au plus près du domicile la personne. Dans ces hôpitaux, la continuité s soins psychiatriques est assurée en liaison avec les secteurs publics psychiatrie. 16 e 15 e 17 e 8 e 9 e 7 e 1er 6 e 2 e 18 e 5 e SU Adultes SU Pédiatriques Territoire 75-1 (Paris-Nord) Territoire 75-2 (Paris-Est) Territoire 75-3 (Paris-Ouest) 10 e 3 e 4 e 13 e 11 e 19 e 12 e 20 e Les numéros utiles en cas d urgence Pompiers 18 Samu 15 Police 17 SOS Psychiatrie Urgences psychiatrie CPOA / 10 Hôtel Dieu 1, Place du Parvis-Notre-Dame Hôpital Lariboisière-Fernand-Widal Partenariat avec l EPS Maison-Blanche 2, rue Ambroise-Paré / Hôpital Saint-Antoine Partenariat avec les Hôpitaux Saint-Maurice 184, rue du Fg-Saint-Antoine Hôpital Armand-Trousseau 28, avenue du Docteur-Netter GH La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix Partenariat avec l ASM , boulevard l Hôpital / 63 Hôpital Cochin Partenariat avec le CH Sainte-Anne 27, rue du Fg-Saint-Antoine GH Paris Saint-Joseph Partenariat avec le CH Sainte-Anne 185, rue Raymond-Losserand

4 Hôpital européen Georges-Pompidou Partenariat avec le CH Sainte-Anne 20, rue Leblanc / 65 Hôpital Necker , rue Sèvres / 91 Hôpital Bichat-Clau-Bernard Partenariat avec l EPS Maison-Blanche et le GPS Perray-Vaucluse 46, rue Henri-Huchard Centres d accueil et crise (2) Ils font partie l offre soins s 5 établissements psychiatriques Paris. Ils accueillent, soignent, orientent ou hospitalisent pour une durée brève s patients en état crise, mais ils ne peuvent assurer l urgence somatique et/ou comportementale. Ils assurent également une permanence téléphonique et s consultations psychiatriques sans renz-vous. Structures psychiatriques traitant l urgence, en fonction s secteurs psychiatrie pour adultes. Secteur 75G01-02 CAC Paris - Centre Temple Hôpitaux Saint-Maurice 114, rue du Temple (2) Centre d Accueil et Crise (CAC) Centre d Accueil Permanent (CAP) Hôpital Robert-Debré 48, boulevard Sérurier Hôpital Tenon Partenariat avec l EPS Maison-Blanche 55, rue Pelleport GH Diaconnesses-Croix-Saint-Simon 125, rue d Avron e e e 8 e 9 e 10 e e 3 e 11 e e e 7 e e 15 6 e 3 5 e 15 e 12 e e CAC, CAP CPOA 28 = 75G28 secteur psychiatrie générale n 28 Secteur 75G03 CAC Garancière Centre Hospitalier Sainte-Anne 15-17, rue Garancière Unité d accueil (UA) Unité Intersectorielle d Accueil (UIA) Secteurs 75G04, 75G05, 75G19 et 75G20-21 Unité intersectorielle d accueil - Groupe Public Santé Perray-Vaucluse - Hôpital Henri Ey 15, avenue la Porte--Choisy Secteurs 75G06 et 75G07 Centre d accueil permanent (CAP) Maison Blanche Hauteville 24-26, rue d Hauteville Secteurs 75G08-09 et 75G10-11 CAP Bastille Hôpitaux nationaux Saint-Maurice 63, rue la Roquette Structures répondants aux urgences pour l ensemble du département Paris CPOA - CH Sainte-Anne (+ 16 ans) 1, rue Cabanis / 09 / 10 Situé au centre hospitalier Sainte-Anne, il accueille en consultation toute personne plus 16 ans qui se présente, quel que soit son domicile et quelles que soient les circonstances : venant d elle-même ou accompagnée par s proches, adressée par un mécin, un hôpital général, une institution sanitaire ou conduite par s services sociaux, pompiers, agents la force publique Il s efforce : traiter la crise par la consultation, la consultation prolongée, voire une hospitalisation brève sur place, mettre en œuvre la réponse nécessaire à l urgence somatique si elle est associée, recevoir le patient et sa famille, ou l entourage qui vient manr conseil en l absence du patient, aller à domicile à la man l entourage du patient, Secteur 75G12 Policlinique René Angelergues ASM13 10, rue Wurtz Secteurs 75G25 et 75G26 Unité d accueil - Maison Blanche XIX e 10-14, avenue du Général Lasalle Paris Secteurs 75G27, 75G28 et 75G29 Unité d Accueil Thérapeutique Maison Blanche - Avron 129, rue d Avron orienter secondairement vers une consultation ambulatoire ou une hospitalisation libre ou sans consentement, selon l état du patient, répondre au téléphone 24 h/24 pour toute man conseils, renseignements sur les structures soins, dans le strict respect du secret médical et sans pour autant remplacer la consultation. 6 7

5 Urgences psychiatriques pour enfants et adolescents Dans le souci préserver la continuité s soins, le CPOA travaille en coordination avec les secteurs psychiatrie, les autres services mécine et psychiatrie publics, semi-publics ou libéraux. Quand une hospitalisation est indiquée, elle a lieu, selon les disponibilités, dans le service psychiatrie dont dépend le domicile du patient ou bien dans une clinique ou un service non sectorisé. SAMU Paris 149, rue Sèvres Cellule d urgence médico-psychologique (CUMP) Rattachée au SAMU, elle intervient à l occasion d événements exceptionnels (attentats, accints graves). Unité Médico-Judiciaire (UMJ) Pour enfants et adultes - Hôtel-Dieu 1, Place du Parvis-Notre-Dame Infirmerie psychiatrique la Préfecture police (IPPP) 3, rue Cabanis Dispositif spécifique à Paris : Sur procédure du commissaire police et après passage aux urgences l Hotel-Dieu, l IPPP reçoit les personnes compromettant l ordre public et la sûreté s personnes, en vue soins psychiatriques sans consentement à la man d un représentant l état (SDRE, Loi du 5 juillet 2011). Le CIAPA, le CPOA et le CAC l Institut mutualiste Montsouris sont s structures d accueil s urgences psychiatriques pour enfants et/ou adolescents. Centre interhospitalier d accueil permanent pour adolescents (CIAPA). Dispositif médico-psychologique qui prend en charge les jeunes 15 à 25 ans, s secteurs psychiatrie pour enfants et adolescents 75I09 (7e, 8e, 17e arrondissements), 75I03 (9e et 10e arrondissements) et 75I11 (19e arrondissement). Accueil, évaluation, orientation, soins ainsi que possibilité d hospitalisation. Centre psychiatrique d orientation et d accueil (CPOA) Situé au centre hospitalier Sainte-Anne, il accueille en consultation toute personne plus 16 ans qui se présente, quel que soit son domicile et quelles que soient les circonstances. Centre d accueil et crise (CAC) l Institut mutualiste Montsouris Dispositif implanté dans le arrondissement, il est géré par le secteur 75I02. Répartition s structures d urgences psychiatriques pour enfants et adolescents. 11 = 75I11 secteur psychiatrie infanto-juvénile n 11 18e e 9 19e 9e 8e 3 8 7e 16e 1 9 3e 12 11e 20e 4e 6e 15e 7 CIAPA CPOA 2e 1er 10e 2 6 Centre Intersectorial d accueil permanent pour adolescents* 56, rue du Simplon CPOA - CH Sainte-Anne (+ 16 ans) 1, rue Cabanis / 09 / 10 Institut Mutualiste Montsouris - CAC 42, bd Jourdan Hôpital Armand-Trousseau 28, avenue du Docteur-Netter e CAC, CAP SU adultes SU pédiatrique 12e 13e 5 4 Hôpital Necker 149, rue Sèvres / 91 Hôpital Robert-Debré 48, boulevard Sérurier GH La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix (accueil pédopsychiatrique) Partenariat avec l ASM , boulevard l Hôpital / 63 * Accueille les urgences psychiatriques en secon intention. Les quatre services d urgences pédiatriques assurent un accueil spécialisé, en lien avec les services pédopsychiatrie. 8 U R G E N C E S P S Y C H I AT R I Q U E S À PA R I S U R G E N C E S P S Y C H I AT R I Q U E S À PA R I S 9

6 Répartition s SU enfants-ado à Paris Où s adresser? 16 e 15 e 17 e 8 e 9 e 7 e 1er 6 e 2 e 18 e 5 e SU Adultes SU Pédiatriques Territoire 75-1 (Paris-Nord) Territoire 75-2 (Paris-Est) Territoire 75-3 (Paris-Ouest) Hôpital Armand-Trousseau 28, avenue du Docteur-Netter Hôpital Necker , rue Sèvres / e 3 e 4 e 13 e 11 e 19 e 12 e 20 e Hôpital Robert-Debré 48, boulevard Sérurier GH La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix (accueil pédopsychiatriqe) Partenariat avec l ASM , boulevard l Hôpital / 63 Associations patients et proches Regroupent s personnes souffrant troubles psychiques et proposent s groupes paroles, s lignes d écoute téléphonique, s conseils et l entrai. Liste non exhaustive. Advocacy France 5, place s Fêtes Paris / Association française s personnes souffrant troubles obsessionnels et compulsifs (AFTOC) 71bis, rue la République Vif contact enfants et adolescents mail mail enfants et adolescents Argos , rue s Pyrénées Paris ligne d écoute : Bicycle Maison la Famille et s Associations Villepreux Fédération nationale s associations d usagers en psychiatrie (FNAPsy) 33, rue Daviel Paris France Dépression 4, rue Vigée Lebrun Paris ligne d écoute : Schizo? Oui! 54, rue Vergniaud - Bat D Paris ligne d écoute : Union nationale s amis et familles malas et/ou handicapés psychiques (UNAFAM) 12, Villa Compoint Paris écoute famille Pour en savoir plus Brochures Psycom : Les droits et voirs s usagers, les troubles psychiques, les médicaments psychotropes et les psychothérapies, téléchargeables sur

7 Le Psycom est un organisme public d information, communication et formation en santé mentale. En partenariat avec l ARS, il permet mieux faire connaître la santé mentale aux franciliens. Le Psycom édite 6 collections plaquettes d information : Troubles psychiques Psychothérapies Médicaments psychotropes Organisation s soins psychiatriques Droits et voirs s usagers Santé mentale et... 11, rue Cabanis Paris Cex 14 facebook.com/psycom.org 35, rue la Gare Paris Cex 19 PSYCOM 10/2014 Création graphique : Keep Moving. Rédacteur en chef : Jean-Luc Chassaniol (secrétaire général, Psycom). Rédaction : Au Caria (directrice, Psycom) (4 e édition) et Dr Marie-Jeanne Guedj (psychiatre, CH Sainte-Anne). Comité relecture : Caroline David (bénévole, UNAFAM), Clau Finkelstein (directrice, FNAPsy), Dr Marie-Jeanne Guedj (psychiatre, CH Sainte- Anne), Dr Vassilis Kapsambelis (psychiatre, ASM 13), Dr Frédéric Khidichian (psychiatre, Hôpitaux Saint-Maurice), Dr Françoise Moggio (pédopsychiatre, ASM 13), Dr Christiane Santos (psychiatre, GPS Perray-Vaucluse) et Dr Norbert Skurnik (psychiatre, EPS Maison Blanche). Coordination éditoriale : Au Caria (directrice, Psycom). Illustration : Fotolia (libre droits).

DROITS ET DEVOIRS DES USAGERS. Accès au dossier patient. www.psycom.org

DROITS ET DEVOIRS DES USAGERS. Accès au dossier patient. www.psycom.org DROITS ET DEVOIRS DES USAGERS Accès au dossier patient www.psycom.org Accès au dossier patient SOMMAIRE Composition du dossier patient p. 02 Accéder au dossier patient p. 03 Modalités particulières p.

Plus en détail

ORGANISATION DES SOINS. Réseau Psychiatrie et Précarité à Paris. www.psycom.org

ORGANISATION DES SOINS. Réseau Psychiatrie et Précarité à Paris. www.psycom.org ORGANISATION DES SOINS Réseau Psychiatrie et Précarité à Paris www.psycom.org Réseau Psychiatrie et Précarité à Paris SOMMAIRE Missions p. 03 Organisation p. 05 Où s adresser? p. 07 Pour en savoir plus

Plus en détail

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS Professionnels de la psychiatrie www.psycom.org Professionnels de la psychiatrie SOMMAIRE Organisation des soins psychiatriques Professionnels de la psychiatrie Psychiatre et pédopsychiatre

Plus en détail

Consultations médico-psychologiques

Consultations médico-psychologiques ORGANISATION DES SOINS Consultations médico-psychologiques pour enfants et adolescents à Paris www.psycom.org Consultations médico-psychologiques pour enfants et adolescents à Paris SOMMAIRE Quand consulter?

Plus en détail

MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES. Syndrome métabolique. Vivre avec un traitement antipsychotique. www.psycom.org

MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES. Syndrome métabolique. Vivre avec un traitement antipsychotique. www.psycom.org MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES Syndrome métabolique Vivre avec un traitement antipsychotique www.psycom.org Syndrome métabolique Vivre avec un traitement antipsychotique SOMMAIRE Introduction p. 02 Neuroleptiques

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

TROUBLES PSYCHIQUES. Troubles addictifs. www.psycom.org

TROUBLES PSYCHIQUES. Troubles addictifs. www.psycom.org TROUBLES PSYCHIQUES Troubles addictifs www.psycom.org Troubles addictifs SOMMAIRE Quelques définitions p. 02 Diagnostic des troubles addictifs p. 03 Addiction aux drogues illicites p. 04 Addiction aux

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Atelier Santé Ville Paris 18 ACCES AUX SOINS

Atelier Santé Ville Paris 18 ACCES AUX SOINS LES CONSULTATIONS GRATUITES LES CENTRES MEDICO-SOCIAUX. Il faut s assurer auprès de l assistante sociale qui suit l usager ou s adresser au COMEDE pour connaître sa situation. Si la personne ne peut se

Plus en détail

GUIDE SANTÉ MENTALE SOINS, ACCOMPAGNEMENT & ENTRAIDE À PARIS

GUIDE SANTÉ MENTALE SOINS, ACCOMPAGNEMENT & ENTRAIDE À PARIS GUIDE SANTÉ MENTALE SOINS, ACCOMPAGNEMENT & ENTRAIDE À PARIS ÉDITION 2014 EDITO L es questions de psychiatrie et de santé mentale constituent une des priorités du Projet régional de santé (PRS). L amélioration

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Livret du patient Livret du patient

Livret du patient Livret du patient Livret du patient Livret du patient ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE SANTÉ BARTHÉLEMY DURAND Avenue du 8 mai 1945 - BP 69-91150 Etampes Cedex Tél. 01 69 92 52 52 - www.eps-etampes.fr Version 03/04/2014 ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Les procédures médico-légales d hospitalisation

Les procédures médico-légales d hospitalisation Les procédures médico-légales d hospitalisation D. CAILLOCE SAMU 87 Contexte de l hospitalisa0on sous contrainte (1) Par%cularité de la discipline psychiatrique où le malade n a pas forcément conscience

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial carte SIS mutuelle aide médicale d urgence handicap planning familial maison médicale hôpital pharmacie médecin de garde Santé Je vis en Belgique. Ai-je droit aux soins de santé? En Belgique, tout le monde

Plus en détail

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) Observatoire Régional de la Santé de Poitou-Charentes (ORSPEC) IMAGES ET REALITES DE LA SANTE

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

PSYCHOLOGUE AU DOMICILE : PRATIQUES SINGULIERES OU PLURIELLES?

PSYCHOLOGUE AU DOMICILE : PRATIQUES SINGULIERES OU PLURIELLES? PSYCHOLOGUE AU DOMICILE : PRATIQUES SINGULIERES OU PLURIELLES? Françoise ELLIEN, Psychologue-Psychanalyste Psychanalyste Directrice du réseau de santé ville-hôpital SPES XII ème Congrès National de la

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Santé mentale adulte et enfant

Santé mentale adulte et enfant Contacts : Direction des ressources humaines : Secrétariat : Tél. 01 43 56 47 70 - Fax : 01 43 56 47 65 Direction des soins : Secrétariat : Tél. 01 55 25 35 54/77 - Fax : 01 55 25 35 71 email : direction.soins@ch-maison-blanche.fr

Plus en détail

HANDICAP PSYCHIQUE. Le handicap psychique se distingue du handicap mental de la façon suivante :

HANDICAP PSYCHIQUE. Le handicap psychique se distingue du handicap mental de la façon suivante : 1 HANDICAP PSYCHIQUE La notion de handicap psychique défendue par l Unafam, a été retenue dans la loi du 11 février 2005 dite loi sur le handicap. Elle permet aux personnes malades et à leur entourage,

Plus en détail

Réalisé par le groupe «Agir ensemble pour la santé mentale au travail» Charente-Maritime

Réalisé par le groupe «Agir ensemble pour la santé mentale au travail» Charente-Maritime Réalisé par le groupe «Agir ensemble pour la santé mentale au travail» Charente-Maritime Accompagner Un évènement traumatique en milieu de travail Préambule Au sein d une entreprise et plus généralement

Plus en détail

Droits des personnes malades en fin de vie

Droits des personnes malades en fin de vie R S L S Droits des personnes malades en fin de vie Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Introduction 1 Domaine de la loi 2 Conditions de fond de mise en œuvre de la loi 3 Critères

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

> Habitants L accès et le maintien dans le logement des personnes ayant des difficultés de santé mentale

> Habitants L accès et le maintien dans le logement des personnes ayant des difficultés de santé mentale LESCAHIERS L UNION SOCIALE POUR L HABITAT LES REVUES 14, rue Lord Byron 75384 Paris Cedex 08 Tél. : 01 40 75 78 00 Fax : 01 40 75 79 83 www.union-habitat.org > Habitants L accès et le maintien dans le

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Accès aux soins. avec couverture maladie. ACCèS AUX SOINS AVEC COUVERTURE MALADIE. d examens de santé. (CES) pour adultes Saint-Vincent

Accès aux soins. avec couverture maladie. ACCèS AUX SOINS AVEC COUVERTURE MALADIE. d examens de santé. (CES) pour adultes Saint-Vincent Accès aux soins avec couverture maladie Les centres d examens de santé Ce sont des structures qui proposent un «examen périodique de santé» qui représente un droit pour tout assuré social. L examen périodique

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Existe-t-il plusieurs types de troubles bipolaires?

Existe-t-il plusieurs types de troubles bipolaires? Existe-t-il plusieurs types de troubles bipolaires? Il existe 4 grandes catégories principales de troubles bipolaires, mais les symptômes et l'évolution de ces troubles seront particuliers à chacun. Les

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale

Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale Spécialistes en santé publique? Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale Le CHUV est l employeur de 10 000 personnes Budget 1,4 milliard de frs 2 1 des 5 Hôpitaux

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

PLAN D ACTIONS PSYCHIATRIE & SANTE MENTALE 15-09-2003 page 1 / 106 PLAN D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA PSYCHIATRIE

PLAN D ACTIONS PSYCHIATRIE & SANTE MENTALE 15-09-2003 page 1 / 106 PLAN D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA PSYCHIATRIE PLAN D ACTIONS PSYCHIATRIE & SANTE MENTALE 15-09-2003 page 1 / 106 PLAN D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA PSYCHIATRIE ET LA PROMOTION DE LA SANTE MENTALE Philippe CLERY-MELIN, Vivianne KOVESS, Jean-Charles

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR DES PROFESSIONNELS DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE proches de chez vous Roanne 31-33 rue Alexandre Raffin 42300 Roanne Autonomie 53 rue de la République 42600 Montbrison 23 rue d'arcole 42000 Montbrison

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Les disparités territoriales d offre et d organisation des soins en psychiatrie en France : d une vision segmentée à une approche systémique

Les disparités territoriales d offre et d organisation des soins en psychiatrie en France : d une vision segmentée à une approche systémique Reproduction sur d autres sites interdite mais lien vers le document accepté : www.irdes.fr/recherche/rapports/558-les-disparites-territoriales-d-offre-et-d-organisation-des-soins-en-psychiatrie-en-france.pdf

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

LISTE DES PARTENAIRES 2014

LISTE DES PARTENAIRES 2014 RESEAU SANTE NAMUR LISTE DES PARTENAIRES 2014 Mise à jour 04 Décembre 2014 (Assemblée plénière)! L objectif visé par la subdivision en sous-secteurs de cette liste est uniquement d en faciliter la lecture.

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Plan Vulnérabilité et fragilité de la personne âgée Filière de

Plus en détail

Projet de communication

Projet de communication PROJET D'ETABLISSEMENT 2012 / 2016 - TOME 6 - Projet de communication 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 RECAPITULATIF DES FICHES ACTIONS... 5 Communication Interne... 6 FICHE N COM INT 01 A... 7 Communication

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Association Institut de Psychosomatique Pierre Marty IPSO Pierre Marty Centre d enseignement et de formation CEFP Année universitaire 2011-2012 20 rue Bellier Dedouvre - 75013 Paris Secrétariat : 06 85

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour les hôpitaux de jour dans les filières de soin : un dispositif en marche L articulation Hôpital de jour Accueil de jour Dr Nathalie SCHMITT Dr Jacques HILD CH Colmar L articulation Hôpital de jour Accueil

Plus en détail

Les HUG en bref. Chiffres-clés basés sur l exercice 2013

Les HUG en bref. Chiffres-clés basés sur l exercice 2013 2014 Les HUG en bref Chiffres-clés basés sur l exercice 2013 Stratégie Missions, vision, valeurs 3 missions : soins, enseignement, recherche 1 vision : être l hôpital des Genevois et un centre universitaire

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

URGENCES. Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels.

URGENCES. Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels. Chapitre 113 Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels I. MONSEUR, N. LUBINSKI, V. DUPONT, Dr SICOT, C. MINNE, Dr GOLDSTEIN 1 re

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Votre séjour à l hôpital

Votre séjour à l hôpital Votre séjour à l hôpital LE MOT DU DIRECTEUR Madame, Mademoiselle, Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue au CH Saint Jean de Dieu. Ce livret d accueil a été conçu pour répondre au mieux à vos questions

Plus en détail

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT Thème ANCIENNES DISPOSITIONS NOUVELLES DISPOSITIONS Appellation Hospitalisation sur demande d un tiers Soins psychiatriques sur demande d un

Plus en détail

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION Guide Pratique Protection de l enfance LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger LA CELLULE DÉPARTEMENTALE

Plus en détail

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 Les évolutions récentes Remplacer «incurie» par «abandon» Abandon de soi, de son soin

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale

Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale Ma mutuelle paye un montant fixe chaque mois à ma maison médicale LE FORFAIT est un contrat entre patient, maison médicale et

Plus en détail

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté PPMS Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement Page 1 1 IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT Année de réalisation du PPMS Nom de l établissement

Plus en détail

rapport d activité 2010

rapport d activité 2010 rapport d activité 2010 Formation Orientation Santé Emploi Logement Mobilité 42/43 La Santé Dans le contexte d accompagnement global en Mission Locale, une prise en compte de tous les aspects de la vie

Plus en détail

Schi ose échanger. Schi ose dire. «La schizophrénie, ça se soigne» Quelques réponses aux questions que vous vous posez. oser parler des Schizophrénies

Schi ose échanger. Schi ose dire. «La schizophrénie, ça se soigne» Quelques réponses aux questions que vous vous posez. oser parler des Schizophrénies R E P É R E R C O M P R E N D R E A G I R Schi ose dire oser parler des Schizophrénies Schi ose échanger oser les rencontres sur la Schizophrénie 5 «La schizophrénie, ça se soigne» Quelques réponses aux

Plus en détail

Maison ou un Pôle de santé

Maison ou un Pôle de santé Les 4 points clés pour créer une Maison ou un Pôle de santé pluri-professionnel De nouveaux modes d exercice coordonné et regroupé : L exercice médical dans les villes et dans les campagnes est aujourd

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques _ Sous-direction observation de la santé et de l assurance maladie _ Bureau établissements

Plus en détail

ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004

ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004 ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004 Liste des centres de vaccination désignés pour effectuer la vaccination anti-amarile et délivrer les certificats internationaux de vaccination contre la fièvre jaune Mise

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Journée de conférences plénières le mardi 17 mars, 9h 17h, Centre Pablo Neruda, Nîmes Journée forum / ateliers le vendredi 20 mars, 9h - 17h, Centre

Journée de conférences plénières le mardi 17 mars, 9h 17h, Centre Pablo Neruda, Nîmes Journée forum / ateliers le vendredi 20 mars, 9h - 17h, Centre Journée de conférences plénières le mardi 17 mars, 9h 17h, Centre Pablo Neruda, Nîmes Journée forum / ateliers le vendredi 20 mars, 9h - 17h, Centre Pablo Neruda, Nîmes Des actions en parallèle tout au

Plus en détail

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Brochure d information destinée aux parents Bienvenue à Clairival Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Présentation Le service de psychiatrie de l enfant et de l adolescent des Hôpitaux

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Troubles «dys» de l enfant. Guide ressources pour les parents

Troubles «dys» de l enfant. Guide ressources pour les parents Troubles «dys» de l enfant Guide ressources pour les parents Troubles «dys» de l enfant Guide ressources pour les parents Direction de la collection Thanh Le Luong Édition Jeanne Herr Institut national

Plus en détail