Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins"

Transcription

1 Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général, Mesdames et Messieurs, C est avec un grand plaisir que j ouvre, au nom de Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé, et des droits des femmes, cette nouvelle édition des universités de la performance en santé. Je tiens à remercier l ANAP (Philippe RITTER, son président, Christian ANASTASY, son directeur général, et ses équipes), de prendre chaque année l initiative de réunir la communauté des établissements de santé et médico-sociaux. C est à chaque fois l occasion de réfléchir ensemble, avec l appui de grands témoins et du monde universitaire et de la recherche, aux défis qui nous attendent et aux moyens pour les relever. Je suis sûr que cette année à nouveau vous saurez entretenir cette ambiance à la fois studieuse et conviviale qui est la marque de fabrique de ces universités. Quel que soit votre profil professionnel, vos échanges, notamment au sein des ateliers enrichiront votre réflexion et la nôtre. Vous ferez aussi émerger des propositions qui pourront orienter les politiques publiques que nous sommes chargés collectivement de concevoir et de mettre en œuvre. * J apprécie tout particulièrement le thème retenu cette année «Comment mobiliser les professionnels pour réussir le changement?» car il nous invite à nous rapprocher du terrain et à nous intéresser aux ressources humaines de notre système de santé dans un contexte marqué par d importantes transformations. Ces transformations, la ministre les a évoquées à l occasion de ses messages d ouverture de vos universités à Strasbourg puis à Nantes l année dernière : Nous devons prendre en compte tout à la fois : l évolution des données démographiques et épidémiologiques (notamment le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques) ; l évolution des techniques bien entendu ; 1

2 mais aussi celle du contexte économique (vous le savez les établissements contribueront à la mise en œuvre du plan d économie de 10 milliards d euros pour le rétablissement des finances publiques) C est pour cela et pour maintenir un haut niveau de qualité au bénéfice des usagers que nos organisations et notre système de santé doivent évoluer de manière constante. C est le sens du projet de loi de santé dont les grandes orientations ont été présentées par la ministre le 19 juin dernier. Les 4 grands objectifs sont désormais connus de vous : 1) Inscrire la prévention comme un des socles de notre politique de santé. 2) Promouvoir le parcours du patient et une meilleure coopération entre les professionnels grâce notamment au service territorial de santé au public. 3) Favoriser l innovation en santé. 4) Renforcer la démocratie sanitaire. Ces objectifs se traduisent par un avant-projet actuellement au conseil d Etat, prochainement adopté par le conseil des ministres et débattu au parlement début Toutes ces orientations ainsi que celles portées par la loi d adaptation de la société au vieillissement, nous aurons à les mettre en œuvre au plus près du patient en ville et en établissement. Comme l a souligné la ministre en conclusion de son intervention le 19 juin la mobilisation des professionnels est indispensable pour permettre à notre système de santé de relever les défis auxquels il est confronté et de préserver ainsi son excellence. * C est justement sur cette question de la mobilisation des professionnels que l ANAP nous invite à travailler aujourd hui et demain. Les équipes de l ANAP qui sont chargées d aider les établissements à se transformer et qui sont donc au contact direct des professionnels, nous rappellent que le changement réussi suppose leur adhésion préalable. Les ateliers ainsi que les interventions prévues au cours de ces deux journées devraient vous permettre de balayer l ensemble des aspects de la question : le rôle des managers ; la place du dialogue social ; l impact de la formation ; la valorisation des parcours professionnels ; l importance des conditions de travail ; la coopération entre professionnels. 2

3 Autant de leviers qu il vous est donné de discuter à partir des expériences vécues par chacun d entre vous. * Je veux saluer l action des professionnels dans les établissements, et celle de l agence en appui à la performance, qui illustre de nombreux exemples de réussite dans la conduite du changement. Cette action porte ses fruits pour les établissements accompagnés par l ANAP, mais aussi de façon plus visible depuis 2 ans, pour l ensemble des établissements publics de santé, tous comptes de résultat confondus, avec une situation très proche de l équilibre global (moins de 100 Me soit 0,1% des produits), dans la transparence et la qualité comptable, comme en atteste le mouvement de certification des EPS, engagé pour les 130 établissements de budget supérieur à 100 M annuels. Tous les établissements s y préparent déjà, outre le traditionnel de contrôle et de conseil du comptable public. Comme prévu, la certification couvre 20% de ces établissements dès 2014, 80% en 2015 et 100% en Pour revenir au concept plus large de performance en santé, je prendrai trois exemples dans le champ de la santé: Première illustration : la chirurgie ambulatoire. Entre 2007 et 2013, le taux global de CA est passé de 32% à près de 43% (soit un gain de plus de 10 points en 6 ans, près de 2 points par an, notamment en 2013). Ces résultats encourageants témoignent des efforts réalisés par les professionnels et les établissements de santé (ES). Une réelle dynamique s est installée qu il faut maintenant poursuivre et amplifier. L ambition est qu à chaque fois qu une intervention en ambulatoire est possible (la décision d éligibilité étant médicale et fonction de l éligibilité du patient et de la lourdeur de l acte), elle soit systématiquement privilégiée par rapport à une intervention en hospitalisation complète. Des marges de progression existent et les enjeux sont d importance : pour le patient qui bénéficie d une prise en charge sécurisée (limitant notamment les infections nosocomiales) lui permettant de rejoindre son domicile le jour même ; pour les professionnels de santé qui voient l opportunité : o d améliorer la qualité des prises en charge et de développer de nouvelles pratiques tant techniques qu organisationnelles o et de disposer de meilleures conditions de travail ; 3

4 pour les ES dans la mesure où cette modalité de prise en charge permet d optimiser l utilisation des plateaux médico-techniques et de repenser la gestion des flux ainsi que l organisation interne ; En réinterrogeant le processus de prise en charge du patient et notamment la place de l hospitalisation complète dans les soins, la CA permet de centrer davantage l hôpital sur les soins au bénéfice du patient et non plus sur l hébergement. Le développement de la CA et notamment de prises en charge plus complexes (actes plus lourds, comorbidité des patients), implique : des évolutions des organisations des ES ; et une meilleure structuration des parcours ville/hôpital (notamment le lien avec le médecin traitant), qui constitue, je le rappelle, une priorité de la stratégie nationale de santé (SNS) et du projet de loi de santé. Pour approfondir les perspectives de développement de la CA, la DGOS mène des travaux réguliers avec les sociétés savantes afin de prendre en compte les spécificités de chaque discipline chirurgicale. Par ailleurs, une Mission interministérielle confiée à l IGAS et à l IGF a été chargée de fournir des préconisations visant à estimer le potentiel de substitution de l hospitalisation complète vers la CA et d évaluer les économies afférentes. Elle confirme qu il existe des marges de progression importante à la portée des établissements de santé, au-delà de l objectif national d une pratique majoritaire en 2016 soit 50%. Un hebdomadaire récent en divulgue quelques extraits et illustre très bien le considérable murissement des esprits tant chez les patients que les professionnels, et l innovation que représente le basculement engagé vers l ambulatoire de procédures telles la pose de prothèse de hanche ou l ablation d une tumeur du sein). Je suis conscient que le développement de la CA nécessite une implication forte des professionnels et établissements, ainsi que des ARS, et je mesure l effort important à consentir pour renforcer la dynamique actuelle. Mais, n oublions pas que la CA est génératrice de gains pour les ES : gain d attractivité par la mise en œuvre de prises en charge innovantes et sécurisées répondant aux besoins et souhaits de la population des territoires de santé ; gain d efficience o par la mise en œuvre d organisations plus performantes des blocs et des unités de chirurgie ambulatoire (UCA) 4

5 o et par une adaptation des capacités du fait de la substitution de l hospitalisation complète vers l ambulatoire. Mettre la CA au cœur du projet stratégique de l ES est essentiel pour adopter une vision prospective de l activité de chirurgie mais aussi pour repenser plus globalement l organisation intra-hospitalière (consultations, urgence, plateau d imagerie et de biologie ) et les liens avec la ville. A l appui de cette démarche, je salue la grande qualité des guides et outils élaborés par l ANAP et la HAS, qui connaissent une large diffusion. La formation initiale et continue des professionnels est également essentielle non seulement pour mieux maîtriser les techniques mais aussi adapter les organisations. La formalisation des retours d expériences, l accompagnement de certains ES et certaines ARS par l ANAP participent pleinement à la mobilisation des acteurs. Je les en remercie. D autres économies ou organisations intelligentes sont largement concrétisées par les programmes nationaux sur les achats ou la gestion des lits, avec le soutien de l ANAP, et permettent de prioriser les ressources pour les soins et l accompagnement. Deuxième illustration : l exercice coordonné en maison de santé pluri-professionnelle (MSP). De quelques dizaines d unité en 2010, nous sommes passés à près de 400 fin 2013 et près de 200 projets supplémentaires sont très avancés. Pierre de HAAS viendra nous exposer les ressorts de cette évolution majeure des soins de premiers recours. Je la considère pour ma part significative de la volonté des professionnels de ville médecins et infirmiers notamment de faire évoluer leur exercice, au double bénéfice du patient et des professionnels. Je suis sûr que vous avez tous d autres exemples au plus près du terrain allant également en ce sens. Ces exemples ont d ailleurs pour certains d entre eux été présentés lors des travaux menés par Mme de Victor à la demande de la Ministre pour envisager les conditions de la création d un service territorial de santé au public, qui sera ma troisième illustration. Il organise l accès réel aux soins et la continuité des prises en charge pour l ensemble de la population, et notamment pour les personnes en situation de vulnérabilité sociale, de handicap ou présentant des difficultés pour des raisons liées à la perte d autonomie ou à une maladie chronique. Ce service nouveau est une mesure importante de l avant projet de loi de santé et repose sur l idée forte que la qualité de la réponse apportée sera améliorée par une évolution des pratiques et des organisations professionnelles dans une perspective de responsabilité populationnelle. Ainsi ce n est pas toujours l absence d offre qui explique les ruptures dans les parcours. La qualité du service rendu par chaque professionnel n est pas en cause. Ce qui est en jeu c est la façon dont les acteurs organisent ensemble leurs pratiques sur un territoire pour 5

6 répondre de façon coordonnée et pertinente aux besoins des personnes.. Pour que la continuité des parcours soit effective, pour éviter des hospitalisations prolongées ou des ruptures dans les parcours, les professionnels du champ médico-social et sanitaire doivent mieux s ajuster et définir leurs apports respectifs. Des études ont ainsi montré que si l accueil de personnes handicapées psychiques était parfois difficile dans certaines structures médico-sociales, c est parce que les acteurs sanitaires n apportaient pas de réponse lisible en cas d urgence, que les conditions de la continuité des soins psychiatriques n étaient pas posées et que les professionnels de ces établissements d hébergement estimaient ne pas bénéficier de formation adequate. Une solution trouvée sur certains territoires, outre la signature de conventions définissant mieux les conditions de la prise en charge des personnes a été d organiser des formations-actions autours de cas pratiques sous la forme de réunions communes d analyse de situations cliniques qui mettaient les professionnels en difficulté. De nombreux autres exemples pourraient être pris par exemple dans le domaine de l accès aux soins des personnes handicapées, dont on connaît les insuffisances.. L objectif du service territorial de santé au public est de poser un cadre pour ces organisations territoriales partenariales, sous la responsabilité des ARS. Le service territorial de santé, qui devra couvrir l ensemble du territoire national sera fondé sur 3 éléments : - un diagnostic territorial partagé entre l ARS et les acteurs de la santé et de l accompagnement sur les manques de l offre en santé. Ce diagnostic comprendra l analyse de données statistiques mais également une analyse fonctionnelle menée par les acteurs et les usagers, des situations de difficulté ou de blocage. - un projet de territoire pour y répondre aux manques constatés. Ce diagnostic et ce projet seront approuvés par l ARS. - la signature de contrats territoriaux de santé qui engageront l ensemble des acteurs. Les services territoriaux de santé s appuieront sur l engagement quotidien des professionnels, indispensable à l ajustement permanent de notre système de santé. En conclusion, cette mobilisation autour de la performance et de la qualité, pour mieux répondre aux besoins des usagers, qui est notre préoccupation et celle de la ministre, je sais que c est aussi la vôtre au sein des établissements. Merci de votre attention, je vous souhaite de très bonnes universités. 6

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE Nom du salarié: Prénom, Nom : Direction/Service : Niveau de classification : Emploi : Année d entrée dans l entreprise : Nom du Responsable : Fonction

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

-=-=- Alain Coulon, Chef du service : Stratégie de l enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP)

-=-=- Alain Coulon, Chef du service : Stratégie de l enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP) Conférence organisée par le CIEP, Sèvres, le 5 mai 2009 «LES SYSTEMES D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : COMPARAISONS INTERNATIONALES, COOPERATIONS UNIVERSITAIRES, POLITIQUE D ATTRACTIVITE» -=-=- Alain Coulon,

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE.

BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE. BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE. DANS UN PREMIER TEMPS, J AIMERAIS REMERCIER LE BUSINESS CONTINUITY INSTITUTE ET PLUS PARTICULIÈREMENT MONSIEUR

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE

DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE SIGNATURE DES CONVENTIONS A PROPOS DE L AMO ET DU RAMED Rabat, 10 septembre 2014. Monsieur le

Plus en détail

Mise en place du numéro 39 66 Allo Docteur en Midi-Pyrénées

Mise en place du numéro 39 66 Allo Docteur en Midi-Pyrénées Direction émettrice : Direction de l Offre de Soins et de l Autonomie (DOSA) Département Premier Recours Affaire suivie par : Dr Thierry GODET Dr Christine SAGNES-RAFFY Courriel : thierry.godet@ars.sante.fr

Plus en détail

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE CABINET DE FREDERIK BERNARD MAIRE DE POISSY Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE Fête du personnel - 31 mai 2013 Hôtel de ville 1 Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne,

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne, Premier comité de pilotage du projet de Gestion durable des zones côtières de la COI (GDZC-COI) Allocution du Secrétaire général de la Commission de l océan Indien, Jean Claude de l Estrac 1 er avril 2015,

Plus en détail

QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI

QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M.

Plus en détail

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Université d été de la e Santé 4 juillet 2013 Technopôle Castres Mazamet Intervention du Pr Louis Lareng Directeur de l Institut Européen

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy. Inauguration de la Mission locale

Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy. Inauguration de la Mission locale Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy Inauguration de la Mission locale 25 septembre 2013 1 Monsieur le Conseiller régional, Mesdames messieurs les élus, Monsieur le Directeur, Mesdames et messieurs

Plus en détail

Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler)

Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler) Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler) Mesdames et messieurs, Il me revient de conclure cette journée

Plus en détail

FORMATION L ENFANT ET LE JEU

FORMATION L ENFANT ET LE JEU FORMATION L ENFANT ET LE JEU Le jeu est au cœur du métier de l animateur car il est un moyen de connaître, de comprendre et d accompagner l enfant dans son développement. Les enjeux éducatifs liés au jeu

Plus en détail

Séminaire sur la gestion des déchets dangereux en Guadeloupe. Allocution d ouverture de Monsieur LOUIS GALANTINE,

Séminaire sur la gestion des déchets dangereux en Guadeloupe. Allocution d ouverture de Monsieur LOUIS GALANTINE, Séminaire sur la gestion des déchets dangereux en Guadeloupe Mardi 18 novembre 2014 espace régional du Raizet Allocution d ouverture de Monsieur LOUIS GALANTINE, Président de la Commission de l Environnement

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi

Seul le prononcé fait foi Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Inauguration du Village Répit familles Fondettes Lundi 21 septembre 2015 Monsieur le Préfet Mesdames

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Ouverture du colloque «Observance, autonomie, responsabilité» Lundi 1 er juin 2015 Seul le prononcé

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Lancement du chantier Eurartisanat. Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Lancement du chantier Eurartisanat. Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Lancement du chantier Eurartisanat Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social 22 mai 2015 DISCOURS Seul le prononcé fait foi Monsieur

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Signature du protocole d accord sur la prévention des risques psycho-sociaux dans la fonction publique

Discours de Marylise LEBRANCHU. Signature du protocole d accord sur la prévention des risques psycho-sociaux dans la fonction publique Discours de Marylise LEBRANCHU Signature du protocole d accord sur la prévention des risques psycho-sociaux dans la fonction publique Mardi 22 octobre 2013 Mesdames et Messieurs, Nous voici réunis pour

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale Thème 2 Les métamorphoses des politiques de Protection sociale 1 Les métamorphoses de l Assurance maladie Entretien avec Frédéric Van Roekeghem Directeur général de la CNAMTS Interview réalisée le 29 novembre

Plus en détail

Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013. Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne

Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013. Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013 Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne Permettez-moi de saluer Madame Jeanne LATASTE, votre ancien

Plus en détail

Appel à candidature Projet Tableau de bord 115

Appel à candidature Projet Tableau de bord 115 Appel à candidature Projet Tableau de bord 115 A destination des associations régionales FNARS Dans le cadre de sa convention nationale avec la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), la FNARS

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE. Madame le Directeur général de la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte

SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE. Madame le Directeur général de la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE ALLOCUTION DU DG DE LA POSTE DE COTE D IVOIRE Monsieur le 1 er Vice-Président, représentant Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr. Agence Régionale desanté

LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr. Agence Régionale desanté LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr Agence Régionale desanté Le portail ARS en trois points 1 Un site national et 26 sites régionaux Le portail regroupe un site Internet / national

Plus en détail

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 1/13 Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 «Seul le prononcé fait foi» (sous réserve de leur présence effective)

Plus en détail

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE Enquête 2011 combinée sur l efficacité de l aide (Déclaration de Paris) et sur l engagement international dans les États fragiles - 12 avril

Plus en détail

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés 16ème Université d'été: Mieux être au travail et performance de l entreprise Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés Raouf Mhenni, General Manager HR

Plus en détail

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux 12 engagements g g pour lutter contre les déserts médicaux 1 pacte, 3 objectifs, 12 engagements Changer la formation et faciliter l installation des jeunes médecins engagement 1 Un stage en médecine générale

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes»

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Charte d Entreprise 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Pour répondre à cet engagement fondamental, notre choix s est porté naturellement vers le recrutement de

Plus en détail

BILAN PÉDAGOGIQUE- TOURNÉE DES ZONES

BILAN PÉDAGOGIQUE- TOURNÉE DES ZONES BILAN PÉDAGOGIQUE- TOURNÉE DES ZONES VÉLIZY - PÔLE ESPOIRS GAM Du 31 octobre au 01 novembre 2011 Échanges pratiques Formation des jeunes gymnastes, richesse et polyvalence dans le travail Page 2 Mise en

Plus en détail

(Cotonou, le 18 Juillet 2013)

(Cotonou, le 18 Juillet 2013) République du Bénin ************** Ministère de l Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l Insertion des Jeunes (MESFTPRIJ) **************** Ministère

Plus en détail

PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013

PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013 PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013 Secrétariat Général pour les Affaires Régionales Plate-forme interministérielle d appui à la GRH Les orientations nationales de la DGAFP Une circulaire défini annuellement

Plus en détail

Développement des sites internet publics

Développement des sites internet publics Premier ministre Ministère de la fonction publique et de la réforme de l Etat 22 décembre 2000 Note n 008748 Développement des sites internet publics dossier suivi par Annie Henrion Tél. 01.42.75.80.79

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

AXE N 3 DÉPLOYER LE LEADERSHIP DANS L ENTREPRISE

AXE N 3 DÉPLOYER LE LEADERSHIP DANS L ENTREPRISE DÉPLOYER LE LEADERSHIP Dans un contexte de mutations permanentes, les connaissances et l expérience acquise ne suffisent plus. Pour permettre à l entreprise de faire face aux changements, et de rebondir

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Marseille, 13 mars 2012 INTRODUCTION WALTER MAZZITTI Président du Comité Directeur du SEMIDE Messieurs les ministres,

Plus en détail

Commission GPEC et Sécurisation des parcours des actifs

Commission GPEC et Sécurisation des parcours des actifs 1 Commission GPEC et Sécurisation des parcours des actifs 31.03.2011 Proposition d orientations et de préconisations concernant la GPEC Suite à la réunion du 29 mars 2011 1 ) Prospective socio économique

Plus en détail

Je suis ravie et fière d être parmi vous aujourd hui à l occasion des 10 ans de la CNSA.

Je suis ravie et fière d être parmi vous aujourd hui à l occasion des 10 ans de la CNSA. Discours de Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion, à l occasion du 10 ème anniversaire de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF

CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF ASSISTANCE

Plus en détail

«LEÇONS ET DEFIS DE LA FORMATION DANS LE SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES»

«LEÇONS ET DEFIS DE LA FORMATION DANS LE SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES» REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENERGIE ET DES MINES Allocution de Monsieur le Ministre de l Energie et des Mines Docteur Chakib KHELIL A l occasion de la cinquième conférence

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 4.1 : Universitarisation des formations paramédicales et de sages-femmes Dijon, le jeudi 14 mars 2013 Personnes

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

Notes pour une allocution du président-directeur général de la Société d habitation du Québec, monsieur Michel Gagnon,

Notes pour une allocution du président-directeur général de la Société d habitation du Québec, monsieur Michel Gagnon, Notes pour une allocution du président-directeur général de la Société d habitation du Québec, monsieur Michel Gagnon, à l occasion de la 4 e Journée de l habitation Pivallianiq-OMHK (KMHB-Pivallianiq

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques

Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques Livret 1 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 1 Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques OUTILS DE

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU Monsieur Carlos LOPES, Directeur Général de l UNITAR et Sous-secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Edwin FORLEMU, Secrétaire Exécutif

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA PROTECTION SOCIALE (MEPS) ET DES ENTREPRISES PRIVEES

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA PROTECTION SOCIALE (MEPS) ET DES ENTREPRISES PRIVEES MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA PROTECTION SOCIALE ------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail ----------- CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA PROTECTION

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

DISCOURS. M. Marcello MORI Conseiller. Programme d appui au plan national en matière de démocratie et droits de l homme

DISCOURS. M. Marcello MORI Conseiller. Programme d appui au plan national en matière de démocratie et droits de l homme DISCOURS M. Marcello MORI Conseiller Programme d appui au plan national en matière de démocratie et droits de l homme Hôtel la Tour Hassan Rabat - Maroc 3 décembre 2008 Monsieur le Premier Ministre, Monsieur

Plus en détail

Quelques conseils pour votre récolte de fonds

Quelques conseils pour votre récolte de fonds Quelques conseils pour votre récolte de fonds En plus du défi sportif que représente le Biketour, un autre challenge vous attend : récolter le plus d argent possible au profit des programmes santé mère-enfants.

Plus en détail

Portail alternance vers l emploi. Proaxian - 2014

Portail alternance vers l emploi. Proaxian - 2014 Portail alternance vers l emploi Proaxian - 2014 Contexte et objectifs Proaxian - 2014 Contexte et objectifs L emploi : un défi majeur pour l économie française ; celui des jeunes, une priorité pour la

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales

La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales La Banque de France est un des principaux membres du Système européen de banques centrales (SEBC). En tant

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine

Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine Lu par M. Qian Tang, Sous-Directeur général pour l éducation Paris,

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

RH 4. Ressources Humaines 4.0. et motivation augmentée. D é v e l o p p e z l i n g é n i o s i t é c o l l e c t i v e

RH 4. Ressources Humaines 4.0. et motivation augmentée. D é v e l o p p e z l i n g é n i o s i t é c o l l e c t i v e RH 4 Ressources Humaines 4.0 et motivation augmentée D é v e l o p p e z l i n g é n i o s i t é c o l l e c t i v e e t c r é a c t i v e z v o t r e e n t r e p r i s e Donner de l énergie à vos RH...

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans les Offices de Tourisme de Normandie. www.ottnormandie.fr

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans les Offices de Tourisme de Normandie. www.ottnormandie.fr La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans les Offices de Tourisme de Normandie www.ottnormandie.fr Un environnement touristique en pleine mutation Nouveaux comportements des clientèles,

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action»

Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action» Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action» 9 septembre 2010, Bienne Exposé initial: Positionnement de l aide et des soins à domicile du point de vue des cantons. Pierre-Yves

Plus en détail

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées VISITE D ENTREPRISE INTERVENTION DE PROFESSIONNELS EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE TABLE RONDE Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées Edition 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium)

Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium) Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium) 13 mai 2015 1. Objectifs du document Clarifier les paramètres de tarification des services des

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Un outil de connaissance et de suivi du réseau EE de Midi Pyrénées Contexte / Enjeux : Le contexte actuel, dans lequel, l environnement prend une place de

Plus en détail

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude Nous, chefs d entreprise, sommes responsables de la santé et de la sécurité de nos salariés dans nos entreprises. Depuis plusieurs années, une

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la signature de la Charte pour le développement en journée et des horaires en continu dans les marchés de propreté en Aquitaine Lundi 2 février 2015

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail