Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours"

Transcription

1 Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé Tours Débat régional du 13 février 2014

2

3 Chantier n 1 du programme Gaspar : développer les conventionnements tiers payant avec le médecin traitant I - Parmi les trois propositions issues des travaux de la plateforme "Santé 2012" pour favoriser l accès aux soins des adhérents, la Mutualité Française a choisi de renforcer le rôle du médecin traitant afin de lui donner les moyens d assurer pleinement son rôle pivot dans le parcours de soins. Dans ce cadre, une des actions proposées consiste à garantir la dispense d avance de frais aux adhérents pour les soins assurés par le médecin traitant, ceci spécialement pour les structures organisées de médecine de proximité (centres de santé, maisons et pôles de santé). L accès aux soins de premier recours devra donc s effectuer à terme en tiers payant pour : le médecin traitant ; l équipe de professionnels paramédicaux associée, appelée "équipe soignante", (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, ). Cet objectif a été réaffirmé par les mutuelles en octobre 2012 lors du congrès de Nice. Le tiers payant généralisé visera le secteur à tarif opposable et portera sur la part remboursée par l assurance maladie obligatoire et sur la part complémentaire limité au ticket modérateur et pourra être, selon le choix des mutuelles, associé à une convention métier. Ce service proposé à l ensemble des adhérents : confortera le rôle du médecin traitant dans la vie sanitaire (85% des Français ont déclaré un médecin traitant en 2009) ; rendra moins attractif le recours aux urgences hospitalières pour des soins mineurs si les déserts médicaux sont supprimés et la permanence des soins assurée, facilitera pour les adhérents le recours aux soins de premier recours. II - Enjeux pour les mutuelles Dans ce contexte, la Mutualité Française souhaite faciliter l accès aux soins de premiers recours par un déploiement étendu du conventionnement tiers payant pour le médecin traitant et son équipe soignante et répondre, à travers la mise en œuvre d un dispositif conventionnel et des outils associés, à plusieurs enjeux complémentaires : accompagner la mise en œuvre de nouveaux modes de rémunération favorisant une logique de parcours de santé et d organisation du 1 er recours ; inciter la coopération entre professionnels et l émergence de nouvelles pratiques médicales ;

4 renforcer le positionnement des mutuelles par rapport à la concurrence externe au mouvement ; garantir des relations conventionnelles directes entre les mutuelles et les partenaires de santé ; préserver les choix de prises en charge des mutuelles au regard de ceux de l assurance maladie obligatoire ; soutenir la mise en place de nouveaux services pour les adhérents et les partenaires de santé ; simplifier la relation avec les partenaires de santé en développant avec les mutuelles des outils et des services limitant les tâches administratives. Dès lors, le Plan d actions pour les SPR a choisi de s axer sur deux actions jugées prioritaires : Définir le ou les dispositifs conventionnels adaptés Expérimenter le ou les dispositifs et les solutions associées

5 Chantier n 2 du programme Gaspar : développer le conventionnement qualité de la prise en charge pour les centres, maisons et pôles de santé L organisation des soins primaires est en pleine mutation, du fait des nouvelles aspirations des jeunes médecins, de la pénurie de médecins généralistes dans certaines zones et du développement des pathologies chroniques. A cet égard, les structures d exercice regroupé (centres de santé médicaux, maisons de santé et pôles de santé) offrent de nouvelles perspectives en termes de qualité des soins notamment à travers la coopération et la coordination de la prise en charge des patients, tout en participant à la maitrise des restes à charge pour les patients et en pratiquant fréquemment le tiers payant. Enjeux pour les mutuelles La Mutualité Française soutient les modes d exercices coordonnés. Pour encourager ces nouvelles pratiques, développer la coordination et la coopération inter professionnelle, le plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur trois actions jugées prioritaires : Définir un dispositif conventionnel qualité / prix avec les centres de santé, les maisons de santé et les pôles de santé, Sensibiliser le mouvement et les professionnels de santé au dispositif conventionnel, Expérimenter le dispositif conventionnel choisi.

6 Chantier n 3 du programme Gaspar : déployer l'accord cadre LII LIII pour le conventionnement des centres dentaires mutualistes La stratégie de conventionnement des mutuelles se développe notamment dans les secteurs de l offre de soins où la prise en charge des frais leur incombe de manière majoritaire (dentaire, audioprothèse, optique), secteurs pour lesquels leur capacité à négocier au bénéfice de leurs adhérents se trouve ainsi confortée. Si le domaine de l optique peut aujourd hui bénéficier d une approche qualité/prix de la part des mutuelles, ce n est pas encore pleinement le cas du secteur dentaire qui représente cependant 14,7% des dépenses des mutuelles soit le 4ème poste en Le désengagement progressif de l Assurance Maladie Obligatoire (qui ne rembourse plus que 33% des dépenses dentaires contre plus de la moitié en 1980 et seulement 18% des soins prothétiques) a entraîné une augmentation du reste à charge des ménages avec pour corollaire une difficulté d accès aux soins dentaires. Ce mouvement est concomitant à un risque de "sur-traitement" et de mauvais suivis engendré par le déséquilibre du système de rémunération des professionnels qui les conduit à des choix thérapeutiques invasifs (prothèses, implants) au détriment des soins et de la prévention en parodontie notamment. Dans ce contexte, et étant donné les liens forts existant entre les organismes mutualistes relevant du livre II et du livre III du code de la mutualité, la Mutualité Française a souhaité accompagner le Réseau National des Centres de Santé Mutualistes, afin de développer une politique conventionnelle commune entre les gestionnaires de centres de santé dentaires et les mutuelles LII. Les enjeux pour les mutuelles Dans le cadre de cette politique conventionnelle, les mutuelles et le Réseau National des Centres Mutualistes ont élaboré une convention cadre ainsi qu un accord d application métier dentaire, avec des engagements à respecter pour chacune des parties. Les enjeux de la Mutualité Française sont les suivants : Faciliter l accès des patients aux soins dentaires d une part par la mise en œuvre du tiers payant tant sur la partie obligatoire que sur la partie complémentaire relevant de la mutuelle signataire de la convention. Plus précisément, elle souhaite garantir au patient la dispense d avance de frais dans les centres de santé, sécuriser la gestion des prises en charges, et travailler à l allègement de ces dispositifs notamment en promouvant les possibilités de dématérialisation des échanges de flux entre le gestionnaire de centres de santé dentaire et la mutuelle LII. D autre part, elle

7 souhaite faciliter cet accès par le respect d une politique tarifaire limitant les restes à charge. Mettre en œuvre une politique de démarche qualité au niveau des centres de santé dentaires afin de garantir un accueil, et une prise en charge la mieux adaptée aux besoins de chaque patient. Promouvoir de nouveaux modes de prise en charge en matière de prévention notamment bucco-dentaire, et en assurer le suivi en associant dans une démarche innovante, les centres de santé et les professionnels de santé y exerçant, les mutuelles signataires et les adhérents de la mutuelle signataire, (information des patients sur l intérêt médical des visites régulières de prévention) Enfin, il s agira de favoriser une stratégie de connexion entre le Réseau et la mutuelle LII signataire de la convention en vue de mettre au point des prestations complémentaires ou des actions spécifiques à destination des patients adhérents de la mutuelle signataire, ainsi que de mettre en œuvre une politique de santé publique responsabilisant professionnels de santé et usagers, et favorisant en particulier le développement des soins, de prévention, ainsi que les actes hors nomenclature contribuant à une intention reconnue de santé publique. Dès lors, le plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur quatre actions jugées prioritaires pour déployer l'accord cadre LII LIII pour le conventionnement des centres de santé dentaires mutualistes : Mettre en place un dispositif opératoire de demande de prise en charge et de facturation LII / centres dentaires. Mettre en œuvre une plateforme d échange électronique favorisant la circulation des informations. Définir les critères dérogatoires aux tarifs plafonds pour certains actes. Suivre les engagements des partenaires via la création d une commission paritaire

8 Chantier n 4 du programme Gaspar : expérimenter le conventionnement "panier de services et de prestations" du pharmacien Le médicament constitue le premier poste de dépense des mutuelles et les pharmaciens, professionnels de santé de proximité, sont le dernier rempart entre le patient et le médicament, d un point de vue physique et économique. Les mutuelles ont développé des relations avec les pharmaciens au travers de la gestion du tiers payant. Néanmoins elles ont aujourd hui peu de relations structurées avec eux concernant leur cœur de métier à savoir la distribution, le service, la délivrance des prescriptions. La progression des maladies chroniques, conjuguée à la désertification médicale, a fait émerger des besoins en offre de soins de proximité. Les pharmaciens sont des professionnels de santé de proximité dont les missions ont été élargies par les articles 36 et 38 de loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (loi HPST) : ainsi ils peuvent désormais concourir à l offre de soins de premier recours, participer à l éducation thérapeutique et aux actions d accompagnement des patients, proposer des conseils et prestations destinés à favoriser l amélioration ou le maintien de l état de santé des personnes. Face à ce nouveau contexte, les relations entre les pharmaciens et les mutuelles sont appelées à ne plus se limiter à la délégation de paiement et la construction d un nouveau cadre structuré de collaboration s impose dans la perspective d une amélioration de la prise en charge des adhérents. Enjeux pour les mutuelles Le 17 septembre 2009, le Conseil des mutuelles santé a donné mandat à la FNMF pour lancer une réflexion sur la mise en place de nouvelles modalités innovantes de partenariat entre les mutuelles et les pharmaciens pour améliorer la prise en charge des adhérents et l efficience du parcours de soins par une utilisation plus optimale des compétences du pharmacien. Un groupe de travail réunissant plusieurs mutuelles et les représentants des pharmacies mutualistes a rédigé un projet d accord-cadre organisé autour de prestations de services proposés à l adhérent par le pharmacien. Selon la prestation de service, une rémunération du pharmacien peut être envisagée ou une prise en charge peut être prévue dans les garanties des mutuelles. Cet accord- cadre prévoit également la mise en place des modalités techniques de délégation de paiement.

9 Les syndicats de pharmaciens ont été associés aux travaux et le projet a été présenté à l Ordre des pharmaciens. L accord cadre est un document politique de cadrage qui a vocation à se décliner en conventions d application entre mutuelles et pharmacies selon des termes convenus par les parties. Les mutuelles disposent d une vraie opportunité de différenciation. Ce dispositif propose aux adhérents une offre de services et prestations à l officine - offre structurée, organisée et validée par des experts. Il permettrait une prise en charge innovante et de qualité et à des prix négociés et des restes à charge maîtrisés. Dès lors, le plan d actions pour les soins de premier recours a défini trois actions jugées prioritaires pour expérimenter le conventionnement "panier de services et de prestations" rendus par le pharmacien : Définir les conditions d engagement des mutuelles dans l expérimentation. Expérimenter des modules de l'accord-cadre dans les pharmacies mutualistes et libérales. Tirer les enseignements et évaluer sur le plan médico-économique ces expérimentations.

10 Chantier n 5 du programme Gaspar : encourager l'éducation thérapeutique du patient Selon l OMS, l éducation thérapeutique du patient (ETP) vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. L ETP fait partie de la prise en charge thérapeutique, intégrée aux soins, et est fondée sur une approche personnalisée et pluridisciplinaire. Elle vise à rendre les patients ayant une maladie chronique acteurs de leur santé en les aidant à comprendre la maladie et le traitement, à connaître les mesures préventives, à réagir en cas d aggravation et à résoudre les difficultés du quotidien en lien avec la maladie. Pour ce faire, et selon la Haute Autorité de Santé, l ETP conduit à l acquisition et le maintien par le patient de compétences d autosoins et à la mobilisation ou l acquisition de compétences d adaptation ; celles-ci permettant d améliorer sa santé mais aussi sa qualité de vie (et celle de son entourage). L article 84 de la loi HPST a donné un fondement légal et un cadre réglementaire précis à l ETP. Avec plus de 1800 programmes d ETP validés par les ARS en 2011, une nouvelle dynamique est à l œuvre. Néanmoins, ce développement a principalement lieu à l hôpital et concerne peu la médecine de ville. De plus, l incertitude demeure encore tant du point de vue du financement de l ETP que des modalités d évaluation des programmes lancés. Enjeux pour les mutuelles Le mouvement s implique concrètement et de plus en plus dans la prise en charge des maladies chroniques dont l ETP fait partie. Le mouvement a expérimenté son propre programme d ETP pour l hypertension artérielle, TensioForme, dans plusieurs services de soins et d accompagnement mutualistes. Par ailleurs et dans le cadre des expérimentations de nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé, les mutuelles volontaires financent 20% du forfait rémunérant les programmes d ETP pour l ensemble des bénéficiaires (mutualistes ou non, en ALD ou non). Pour les mutuelles, il s agit de développer de nouvelles relations avec les adhérents et les professionnels de santé, pas uniquement fondées sur le financement de prestations, et de favoriser également de nouvelles relations avec les acteurs de soins de premiers recours en soutenant l émergence d alternatives au tout curatif. Pour ce faire, le Plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur deux actions jugées prioritaires : promouvoir l ETP auprès des adhérents des mutuelles, élaborer des préconisations sur l évaluation des actions.

11 Chantier n 6 du programme Gaspar : développer des actions de prévention mutualistes auprès des patients dans des structures d'exercice regroupé La prise en compte de la prévention et de la promotion de la santé est relativement récente en France, le système de santé français ayant été construit autour d une démarche essentiellement curative. Progressivement, une vision globale de la santé se développe, intégrant la prévention comme les soins curatifs : la loi du 9 août 2004 a fait entrer la prévention dans le champ de la santé publique et la loi HPST du 21 juillet 2009 a donné un cadre d actions et un pilote - les Agences Régionales de Santé - pour le déploiement de la prévention. Lors de la clôture du dernier Congrès de la Mutualité, le président de la République a annoncé la présentation en 2013 d une loi de santé publique fortement axée sur la prévention, rappelant les retards de la France dans ce domaine. Avec le développement des maladies chroniques et le vieillissement de la population, la prévention devient en effet de plus en plus nécessaire et les bénéfices attendus sur le plan économique et en termes de santé publique sont importants. A ce stade, le développement de la prévention est toutefois freiné par les contraintes de financement de ces actions et les difficultés méthodologiques d évaluation de l impact des actions menées sur les comportements et la santé des bénéficiaires. L implication du mouvement Au sein du mouvement mutualiste, les actions de prévention et promotion de la santé sont portées par : le réseau prévention promotion de la santé des Unions Régionales, certaines mutuelles ayant développé en propre une activité prévention promotion de la santé, les Unions Territoriales qui mettent parfois en œuvre des actions dans les SSAM, les têtes de réseau qui incitent leurs structures adhérentes à mettre en œuvre des actions de prévention et promotion de la santé. Les actions menées par les équipes prévention promotion de la santé des Unions Régionales sont en partie fiancées par le Fonds National de Prévention. Les Unions Régionales passent une convention triennale d objectifs et moyens (CTOM) avec la FNMF dans le cadre de leur activité prévention et promotion de la santé, dans laquelle est définie une programmation qui tient compte des orientations nationales en prévention et promotion de la santé, des priorités régionales de santé (ARS) et des attentes des mutuelles au niveau régional.

12 Les actions menées par les Unions Régionales et éligibles au FNP sont à destination du grand public (dont les adhérents mutualistes) et ne peuvent être menées au bénéficie exclusif des adhérents d une seule mutuelle. Aujourd hui, les actions de prévention des Unions Régionales concernant les soins de premier recours sont menées en priorité avec les SSAM. La Fédération encourage d ailleurs les Unions Régionales à développer des liens avec les SSAM et prend en compte ce critère dans l attribution des subventions du FNP. Plusieurs Unions Régionales mettent aussi en œuvre des actions de prévention et promotion de la santé dans les maisons de santé. De plus, le Conseil d Administration du 29 mars 2012, qui a validé le plan d action "Maisons et Pôles de santé" a, ce faisant, acté l intégration d actions de prévention au sein des maisons et pôles de santé. Enjeux pour les mutuelles La prévention est un sujet important pour les mutuelles LII qui y voient un moyen : d apporter plus de services aux adhérents dans une logique de différenciation, de limiter les dépenses de santé à long terme et dans une logique prospective qui fait parfois débat, d être reconnues comme un véritable acteur de santé publique, dans une logique de gestion du risque, et pas seulement comme un financeur "aveugle" des dépenses de santé. Les structures d exercice regroupé (centres de santé, maisons de santé et pôles de santé) constituent des "réceptacles" intéressants pour la mise en œuvre d actions mutualistes de prévention et de promotion de la santé. Elles permettent en effet de toucher tout type de population et particulièrement des populations fragilisées qui ont difficilement accès aux messages et aux actions de prévention et de promotion de la santé ; elles font de plus partie intégrante du parcours de soins. Le Plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur trois actions jugées prioritaires : réaliser un état des lieux des actions de prévention et de promotion de la santé menées actuellement avec les équipes de soins de premiers recours sensibiliser les équipes de prévention aux opportunités de collaborer avec les structures regroupées organiser des actions de prévention auprès des patients dans les centres, maisons et pôles de santé.

13 Chantier n 7 du programme Gaspar : favoriser l'émergence d'innovations sur la place de l'équipe de soins de premier recours dans les SSAM A l heure où le nombre de personnes en perte d autonomie ne cesse d augmenter, un des enjeux majeurs de l organisation des soins est de garantir la continuité et la cohérence des soins et des accompagnements apportés à ces personnes, que ce soit pour les personnes âgées dépendantes, les personnes en situation de handicap ou celles atteintes de maladies chroniques invalidantes. Cet enjeu vise en priorité le décloisonnement actuel des acteurs, marqué par une fragmentation de l offre (hôpital, médecine de ville et institutions médico-sociales) et des discontinuités de parcours de santé, notamment à la sortie de l hôpital, génératrices de surcoûts. Une meilleure coordination des soins et des accompagnements, dans le cadre des parcours de santé, est indispensable pour améliorer la qualité et l efficience des prises en charge, tout en apportant aux patients une meilleure lisibilité de leur suivi médical : "le bon soin, au bon endroit, et au juste coût". C est pourquoi la coordination est au cœur des politiques de santé publique avec la mise en place des ARS et l apparition des Projets Régionaux de Santé. Le PLFSS 2013 réaffirme aussi cet objectif. L équipe de soins de premier recours a un rôle essentiel à jouer dans cette coordination des acteurs autour du patient. C est pourquoi la Mutualité Française souhaite encourager les initiatives locales innovantes des équipes de soins de premier recours qui favorisent la coordination entre les acteurs du sanitaire et du médico-social, le parcours de soins des patients, notamment avec les possibilités offertes par la télémédecine (exemple du PAERPA en Indre-et-Loire). Enjeux pour les mutuelles La coordination constitue d abord un enjeu médical stratégique pour les mutuelles LIII engagées dans tous les niveaux de la prise en charge (premier recours, établissements de santé ) et dont l objectif serait d intégrer et d organiser l ensemble de la trajectoire du patient sur un mode "filière". Les mutuelles LII sont également en train de se questionner sur ce sujet qui pourrait permettre d améliorer le rapport qualité/prix des prises en charge.

14 Chantier n 8 du programme Gaspar : sensibiliser et former aux structures d'exercice regroupé Notre société connait, depuis maintenant de nombreuses années, une «transition épidémiologique» avec le développement considérable des maladies chroniques. La qualité des soins ne peut plus seulement s apprécier à travers les actes isolés, et la prise en charge des personnes doit s organiser dans le cadre d un parcours de santé global et coordonné. Dans ce contexte, l organisation des soins dits de premiers recours appelle des mutations pour répondre aux aspirations des patients et des équipes soignantes. La coordination des soins, l exercice médical organisé collectivement et pluridisciplinaire sont des évolutions nécessaires, face aux problèmes de la pénurie de médecins généralistes dans certaines zones, à la nécessité de limiter le recours aux soins hospitaliers et à la prise en charge de personnes atteintes de pathologies chroniques ou en situation de handicap ou de perte d autonomie. Le soutien au développement des structures d exercice regroupé et coordonné de premier recours participent à l amélioration de l organisation et de la qualité de l offre de soins de premier recours requise par ces mutations, tout en répondant aux attentes des professionnels de santé. Enjeux pour les mutuelles Le Conseil d Administration du 29 mars 2012 a affirmé la volonté de la Mutualité Française de s investir dans le développement d une offre de soins de premier recours à la fois organisée de manière collective, pluridisciplinaire et accessible financièrement à tous. Le mouvement mutualiste est d ailleurs sollicité à la fois par les professionnels de santé, les collectivités, les partenaires institutionnels et l assurance maladie pour contribuer à ces évolutions dont les enjeux touchent tant la qualité et la coordination des soins que l accessibilité des patients à ces soins et notamment la maitrise des restes à charge. Les structures d exercice regroupé et coordonné peuvent prendre plusieurs formes : centres de santé, maisons de santé et pôles de santé. Pour soutenir son implication dans le développement de structures d exercice regroupé financièrement équilibrées, le Plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur trois chantiers jugés prioritaires : Concevoir et mettre en œuvre des journées de formations/information auprès des acteurs et décideurs concernés: UT, UR, représentants auprès des ARS et des instances fédérales, Réaliser un plan de communication interne,

15 Chantier n 9 du programme Gaspar : soutenir la création de centres de santé Les centres de santé contribuent à l amélioration de l organisation et de la qualité de l offre de soins de premier recours, avec des objectifs sanitaires ambitieux en termes de prise en charge globale et coordonnée et des possibilités de prises en charge innovantes fondées sur la coopération des professionnels de santé. Ils sont une réponse d avenir pour l organisation des soins de premier recours, sous condition d un modèle économique pérenne : ils proposent des tarifs de secteur 1, pratiquent le tiers-payant et sont attractifs pour les professionnels de santé souhaitant exercer sous forme salariée. Les pouvoirs publics se sont emparés de ce sujet ; le Ministère vient en effet de missionner l IGAS afin de définir un modèle économique équilibré et pérenne pour ces structures de soins. Dans le même temps, plusieurs ARS ont annoncé récemment la mise en place de nouveaux travaux d accompagnement pour encourager la création et la pérennisation de telles structures. Il existe aujourd hui environ centres de santé en fonctionnement sur le territoire national, dont 350 centres de santé polyvalents. Enjeux pour les mutuelles La Mutualité Française dénombre 46 centres de santé médicaux et polyvalents, 26 centres infirmiers et 440 centres dentaires, qui sont regroupés sous l égide du Réseau National des Centres de Santé Mutualistes. La FNMF et le Réseau National des Centres de Santé Mutualistes, convaincus de la nécessité de maintenir et développer l offre de soins de premier recours coordonnés et accessibles apportée par les centres de santé, se sont engagés, depuis le Conseil National du 1er avril 2011, à approfondir la question de la viabilité économique de ces structures. Ils ont ainsi conjointement construit dès 2011 un concept de centre de santé équilibré qu ils souhaitent désormais valoriser et accompagner dans son appropriation et son déploiement. Ce travail permet aujourd hui d affirmer que les centres de santé peuvent être économiquement viables en mixant certaines activités. Dans la continuité de ces travaux, le Plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de se concentrer sur deux actions jugées prioritaires pour soutenir la création de centres de santé : Elargir le modèle de "Centre de santé équilibré" en y intégrant tous les professionnels de santé de premier recours, Accompagner les groupements volontaires dans la création d'un centre de santé.

16 Chantier n 10.1 du programme Gaspar : explorer de nouveaux modèles d'exercice regroupé et pluriprofessionnel Les maisons et les pôles de santé contribuent à l amélioration de l organisation et de la qualité de l offre de soins de premier recours, avec des objectifs sanitaires ambitieux en termes de prise en charge globale et coordonnée. Les maisons et les pôles de santé sont ainsi l une des réponses aux difficultés d accès aux soins primaires, de fait privilégiée par les professionnels de santé exerçant sous forme libérale. La gestion quotidienne d une maison de santé est consommatrice de temps du fait même de sa nature, comme le nécessite un centre de santé. Les professionnels de santé libéraux exerçant dans une maison de santé rechignent à consacrer du temps à cette gestion et il est souhaitable qu ils se concentrent sur l exercice d une activité de soins pour laquelle ils ont été formés. Enjeux pour les mutuelles Sollicitée par les professionnels de santé, les collectivités, les partenaires institutionnels et l assurance maladie, la Mutualité Française a choisi de soutenir le développement de maisons et pôles de santé. Cette décision a été actée par le Conseil d Administration du 29 mars La Mutualité Française, forte de son expérience de gestionnaire de structures de soins telles que les centres de santé, pourrait se positionner, en fonction du contexte local et des besoins des professionnels de santé, pour assurer la gestion d une maison de santé. Dès lors, le Plan d actions pour les soins de premier recours est axé sur deux actions jugées prioritaires: Réaliser un retour d expérience des expérimentations menées au sein du mouvement Effectuer une étude d opportunité et le cas échéant établir des recommandations d implication dans des projets.

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe 13 juin 2014 Point de vue de la Mutualité Française sur les réseaux de soins Marylène Ogé-Jammet Directrice adjointe -Direction Santé de la

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

AU CŒUR DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS

AU CŒUR DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS AU CŒUR DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS DES VALEURS défendues et partagées Les mutuelles poursuivent avant tout l objectif de permettre la prise en charge en matière de santé et la qualité des soins pour

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Organisée par : Délégation des Hautes-Alpes de la Mutualité Française Paca, ADRETS, UDESS05, la CRESS (Chambre Régionale de l Économie Sociale

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Maison ou un Pôle de santé

Maison ou un Pôle de santé Les 4 points clés pour créer une Maison ou un Pôle de santé pluri-professionnel De nouveaux modes d exercice coordonné et regroupé : L exercice médical dans les villes et dans les campagnes est aujourd

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

La Mutualité Française Limousin

La Mutualité Française Limousin La Mutualité Française Limousin Un mouvement pour une santé solidaire en région 87 Haute-Vienne 23 Creuse 19 Corrèze Le mouvement mutualiste : un acteur majeur de la santé. La Fédération nationale de la

Plus en détail

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE SOMMAIRE 1.DIAGNOSTIC REGIONAL DE LA DELIVRANCE DU MEDICAMENT EN AMBULATOIRE... 3 1.1.Les modes d ouverture d une pharmacie... 3 1.2.Le

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Déclaration commune. Octobre 2010. portant engagement de bonnes pratiques sur la lisibilité des garanties de complémentaire santé

Déclaration commune. Octobre 2010. portant engagement de bonnes pratiques sur la lisibilité des garanties de complémentaire santé Déclaration commune portant engagement de bonnes pratiques sur la lisibilité des garanties de complémentaire santé Octobre 2010 Considérant que l accès de la population à une complémentaire santé adaptée

Plus en détail

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé Dr Jean Jacques ANTOINE FEMALOR 14 Juin 2012 METZ 57 1 Déclara'on d intérêts J ai actuellement ou j ai eu au cours des trois

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ;

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ; MUTUELLE DE NATIXIS Résumé des garanties du contrat obligatoire de complémentaire santé de la Mutuelle de Natixis «Régime unifié» des salariés mis en place le 1 er juillet 2010 Concerne les salariés de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 janvier 2009 Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat Le groupe Malakoff Médéric et la Caisse

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Spécial santé. Optez pour une couverture santé adaptée à vos salariés SwissLife Prévoyance Entreprises + Contrat collectif d assurance santé

Spécial santé. Optez pour une couverture santé adaptée à vos salariés SwissLife Prévoyance Entreprises + Contrat collectif d assurance santé Spécial santé Optez pour une couverture santé adaptée à vos salariés SwissLife Prévoyance Entreprises + Contrat collectif d assurance santé 2 SwissLife Prévoyance Entreprises +, une complémentaire santé

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale L Institut national d assurance maladie-invalidité Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale 6 Juillet 2015 1. INTRODUCTION Les principales caractéristiques du système de soins

Plus en détail

La complémentaire santé des salariés des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées

La complémentaire santé des salariés des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées La complémentaire santé des salariés des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées Une complémentaire santé obligatoire pour les salariés de la CCN 1966 L avenant 328 du 1 er

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Note de synthèse relative à la formation pharmaceutique continue en Présenta Plus de 150 000 personnes travaillent dans les 23 006 pharmacies d'officine

Plus en détail

www.mutuelle-et-assurance.net Le Conseil Mutuelle-et-Assurance

www.mutuelle-et-assurance.net Le Conseil Mutuelle-et-Assurance Le Conseil Mutuelle-et-Assurance Des Conseillers Indépendants au Service de votre Protection Sociale => Dans un contexte où les législations sociales sont régulièrement modifiées Notre rôle consiste par

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD M.F.P. - C.N.S.D.

PROTOCOLE D ACCORD M.F.P. - C.N.S.D. PROTOCOLE D ACCORD M.F.P. - C.N.S.D. Concernant l amélioration de l accès aux soins dentaires Texte consolidé tel qu annexé au cinquième avenant du 1 er janvier 2013 PREAMBULE La Mutualité Fonction Publique

Plus en détail

GUIDE DE PRESENTATION PARTENARIAT SANTECLAIR RESEAU CHIRURGIENS-DENTISTES

GUIDE DE PRESENTATION PARTENARIAT SANTECLAIR RESEAU CHIRURGIENS-DENTISTES GUIDE DE PRESENTATION PARTENARIAT SANTECLAIR RESEAU CHIRURGIENS-DENTISTES Santéclair Qui sommes-nous? Notre système de santé est confronté à une série de mutations sans précédent. Allongement de la durée

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA.

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. Projet ITEP La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. I. LE CADRE JURIDIQUE Les Instituts Thérapeutiques,

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD!

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! TIERS PAYANT des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! La généralisation du tiers payant à l ensemble des soins de ville avant 2017 fait partie des mesures

Plus en détail

REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS. Document du 20 janvier 2015. I. Candidature

REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS. Document du 20 janvier 2015. I. Candidature REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS Document du 20 janvier 2015 I. Candidature Un organisme complémentaire qui ne dispose pas de l agrément dit «branche 2» peut-il

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

*** - par les Pouvoirs publics, conseillés par la communauté scientifique ;

*** - par les Pouvoirs publics, conseillés par la communauté scientifique ; Groupe de travail de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, présidé par Monsieur Jean-François CHADELAT, Inspecteur général des Affaires sociales, relatif à la répartition des interventions

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge

Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge Colloque de Lyon du 5, 6 et 7 janvier 2012 1 Plan de l intervention 1. Présentation MFP Services : Union

Plus en détail

Convention de Participation SANTE

Convention de Participation SANTE Convention de Participation SANTE Communauté de Communes Bretagne Romantique Version 03.10.2013 Sommaire 1. La MNT en chiffres 2. La participation employeur 3. Les garanties du contrat collectif santé

Plus en détail

Dernière mise à jour le 11/09/15 1

Dernière mise à jour le 11/09/15 1 Libellé de l UE Libellé de l EC CM Résumés Intervenants SEMESTRE 3 UE 1 : Les politiques publiques sociales (6c) Politiques sociales (3c) Evaluation des politiques publiques des secteurs 18 h Par ce cours,

Plus en détail

Garantie Senior Régime général ou local Sécurité Sociale

Garantie Senior Régime général ou local Sécurité Sociale Garantie Senior Régime général ou local Sécurité Sociale Remboursement total R.O. + Mutuelle Visites, consultations, actes, majorations des médecins généraliste et spécialistes 150% Analyses et examens

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

Edition 2013. GUIDE PRATIQUE du Protocole d accord MFP-CNSD

Edition 2013. GUIDE PRATIQUE du Protocole d accord MFP-CNSD Edition 2013 GUIDE PRATIQUE du Protocole d accord MFP-CNSD Docteur, Vous êtes adhérent au protocole d accord MFP-CNSD et nous vous remercions de votre confiance. Ce protocole, auquel adhèrent plus de 25

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE

ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE Convention nationale Entre Les Organismes Gestionnaires Et Les Chirurgiens Dentistes CONVENTION NATIONALE Etablie sous l égide de l Agence Nationale de l Assurance

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Ligne Claire fête ses 10 ans Il y a 10 ans, La Mutuelle Générale, la Mutuelle Nationale des Hospitaliers et des professionnels de la santé et du social (MNH) et la Mutuelle Nationale

Plus en détail

Stratégie de déploiement

Stratégie de déploiement Messageries Sécurisées de Santé (MSSanté) Mars 2014 Page 1 La présente note vise à éclairer la démarche de mise en place d un système de messageries sécurisées de santé en concertation avec l ensemble

Plus en détail

UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS

UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS LA MUTUALITÉ UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS MUTUALITÉ Les mutuelles Une mutuelle est un organisme à but non lucratif. Portent le nom de «mutuelle» les organismes immatriculés au registre national des mutuelles

Plus en détail

les garanties santé une solution globale pour vos salariés

les garanties santé une solution globale pour vos salariés les garanties santé formules ESSENTIELLES une solution globale pour vos salariés LES GARANTIES peps ECO ACTIVE - les essentielles DES SERVICES PERFORMANTS Une solution globale pour la santé de vos salariés

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

ma référence solidaire

ma référence solidaire Bien plus qu une mutuelle p ma référence solidaire mgen.fr Mutuelle Santé Prévoyance Autonomie Retraite Le groupe MGEN p La référence solidaire pour tous Chiffres clés 2013 2 3,7 3 209 millions de personnes

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Le point sur l élargissement de la complémentaire santé Benjamin JOUSSE Mars 2013 L ANI du 11 janvier 2013 en bref L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE

LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE DOSSIER DE PRESSE Paris, 20 mai 2015 NOUVELLE DONNE EN COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE - Un marché de la santé bousculé, plus particulièrement par l ANI Santé 2 - AG2R LA MONDIALE

Plus en détail

AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE

AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES 18 ET 19 DECEMBRE 2013 RELATIF AUX CONTRATS PROPOSÉS PAR LA FÉDÉRATION NATIONALE DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La Fédération Nationale

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Harmonie Mutuelle et le groupe MGEN engagent un rapprochement stratégique

Harmonie Mutuelle et le groupe MGEN engagent un rapprochement stratégique Communiqué de presse 12 janvier 2015 Harmonie Mutuelle et le groupe MGEN engagent un rapprochement stratégique Le 12 janvier 2015, Thierry Beaudet, président du groupe MGEN, et Joseph Deniaud, président

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

CONVENTION NATIONALE ORGANISANT LES RAPPORTS ENTRE LES MEDECINS LIBERAUX ET L'ASSURANCE MALADIE SIGNEE LE 26 JUILLET 2011

CONVENTION NATIONALE ORGANISANT LES RAPPORTS ENTRE LES MEDECINS LIBERAUX ET L'ASSURANCE MALADIE SIGNEE LE 26 JUILLET 2011 CONVENTION NATIONALE ORGANISANT LES RAPPORTS ENTRE LES MEDECINS LIBERAUX ET L'ASSURANCE MALADIE SIGNEE LE 26 JUILLET 2011 L Union nationale des caisses d assurance maladie, représentée par Frédéric van

Plus en détail

du tiers payant GÉNÉRALISATION UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS

du tiers payant GÉNÉRALISATION UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS GÉNÉRALISATION du tiers payant Juin 2015 UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS La généralisation du tiers payant en 2017 à l ensemble des soins de ville pour tous les assurés

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Publication des liens

Publication des liens Le Leem vous informe Publication des liens entre professionnels de santé et entreprises du médicament Vous êtes médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, professionnel paramédical ou tout autre

Plus en détail

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire Synthèse... 2 Introduction... 3 Partie

Plus en détail

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES LA NEWSLETTER / LIGUE REIN ET SANTÉ / AVRIL 2015 #19 NOUVEAUTÉ 2015 / DES PAGES À PHOTOCOPIER DESTINÉES À VOS PATIENTS LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 2 SITES

Plus en détail

LA CMU COMPLÉMENTAIRE

LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous êtes artisan ou commerçant, le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. Vous exercez une profession libérale, le RSI gère votre assurance

Plus en détail