ANNALES FILIERE PRODUCTION - MASTERE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNALES FILIERE PRODUCTION - MASTERE"

Transcription

1 ANNALES FILIERE PRODUCTION - MASTERE Vous traiterez les deux sujets soumis à votre réflexion 1) Une synthèse A partir des textes remis dans le livret ci-joint, vous devrez dégager les idées principales et rédiger une synthèse de 200 mots maximum (+/10%). «La blockchain, star montante de la musique» Les échos du 19 juin 2017 / Delphine Iweins «La blockchain, une séduisante promesse pour la musique en ligne» Télérama, 18 octobre 2017 / Jean-Baptiste Roch «La blockchain peut-elle mieux protéger les droits des artistes?» Usbek & Rica, 17 novembre 2017 / Chloé Dupré ET 2) Une discussion Vous choisirez une œuvre artistique de votre choix (cinéma, télévision, spectacle vivant, etc) et la présenterez en quelques lignes. Vous devez apporter un regard critique sur les conditions de sa production et/ou de sa diffusion. En particulier, vous chercherez à mettre en évidence ce qui explique sa qualité au plan artistique et commercial. Vous pourrez enfin nous faire part d une action que vous souhaiteriez entreprendre en tant que producteur si vous aviez en charge la promotion de cette œuvre. Pour les deux sujets, l attention des correcteurs portera notamment sur la qualité de votre style, de l orthographe, de la syntaxe et de votre capacité à structurer et articuler l enchaînement de vos idées.

2 Les Echos - 19/06/2017 La blockchain, star montante de la musique Trois sociétés majeures de gestion de droits d'auteur, dont la Sacem, ont décidé d'utiliser cette technologie de stockage et de transmission de l'information. Objectif : mieux identifier les oeuvres musicales. Trois des plus importantes sociétés de gestion de droits d'auteur au monde initient ensemble un prototype de gestion partagée des informations relatives aux droits d'auteur via la blockchain. Il s'agit de l'ascap (American Society for Composers Authors and Publishers), de la PRS for Music (Performing Right Society for Music) et de leur alter ego française, la Sacem (Société des auteurscompositeurs et éditeurs de musiques). La blockchain permet de stocker et de transmettre en toute transparence des informations vérifiées par les participants sur Internet. Ces sociétés de gestion s'inspirent en cela des premières initiatives d'artistes indépendants, soutenus par des start-up, qui souhaitaient inventer une nouvelle forme de distribution de leur musique. «Nous avons une expérience de la transformation numérique, beaucoup d'intellectuels et de créateurs sont très sensibles à ces sujets d'innovations technologiques. Il était normal que la Sacem puisse contribuer à cette réflexion», explique Christophe Waignier, directeur Ressources et Stratégie de la Sacem. Pour revendiquer les droits d'auteur sur Internet, la Sacem, l'ascap et PRS for Music doivent réussir à répertorier l'intégralité des enregistrements existants d'une oeuvre. Or, «nous avions un problème dans notre capacité à avoir une vision exhaustive de tous les liens entre une oeuvre et ses enregistrements», précise-t-il. La technologie de la blockchain permettrait d'optimiser l'identification des ayants droit, de réduire les risques d'erreurs, de limiter les coûts, et à terme, d'accélérer l'octroi de licences. «Smart Contract» Lors d'une première phase de test, de janvier à mars 2017, les trois sociétés d'auteurs ont mis en commun, sur une blockchain privée, oeuvres et tous les liens existants pour chacune d'entre elles, soit éléments. La technologie «Hyperledger Fabric», blockchain en open source de la Linux Foundation soutenue par IBM, a été choisie pour ce projet. «Nous travaillons avec des institutionnels qui nous permettent de garantir l'intégrité de nos données. Avec les technologies de cryptographie embarquées dans les blockchain, nous nous assurerons que l'information n'est pas falsifiée. Une fois qu'elle a été validée par tous, elle ne peut plus être changée. Son intégrité est donc préservée», détaille Christophe Waignier. En effet, tous les participants disposent des mêmes informations et doivent valider chaque transaction grâce à des «Smart Contracts». Ces derniers servent ici à créer un coefficient de confiance et à évaluer le niveau de qualité des informations mises en commun. Des questions en suspens Après cette première phase jugée concluante, les trois acteurs expérimentent désormais la capacité de traitement d'un plus grand volume d'oeuvres : 10 millions sont en cours de partage afin de constituer une base de 30 millions de liens. Chaque société de gestion de droit d'auteur pourra revendiquer ses droits. Cette deuxième phase est aussi l'occasion d'améliorer les critères de validation des informations partagées. A terme, les 170 sociétés d'auteurs mondiales et autres acteurs de cette industrie (Spotify, YouTube, etc.) pourraient utiliser ce registre virtuel. Pour Christophe Waignier, «l'idée est que tout le monde puisse à la fois contribuer à la création d'un référentiel complet et qu'il puisse être disséminé sur l'ensemble de la chaîne de valeur. Nous réussirons ainsi à améliorer la transparence et l'efficacité de notre gestion des droits musicaux online». Cependant, une fois rendue publique, l'utilisation de la blockchain posera d'importantes questions de gouvernance : comment s'organise la gestion des «Smart Contracts», qui est propriétaire des données, quels sont les devoirs et les droits de chaque

3 contributeur, quelle est la différence entre un fondateur et un contributeur, etc.? Tout un cadre juridique va devoir être pensé et construit. Delphine Iweins

4 Télérama - 18/10/2017 La blockchain, une séduisante promesse pour la musique en ligne Santé, automobile, démocratie La blockchain et son système de confiance décentralisé offre des perspectives nouvelles de transparence et de sûreté, dans de multiples domaines. Et notamment celui de la musique. Depuis deux ans, plus aucune rencontre professionnelle dans le monde de la musique n a lieu sans qu une table ronde soit organisée sur la question. Le MaMA Festival & Convention, rendez-vous automnal parisien qui se tient du 18 au 20 octobre, n y fera pas exception, en lui consacrant lui aussi une conférence un représentant du festival allemand SeaNaps racontera comment il a mis en place une monnaie virtuelle le temps de son événement. Blockchain, blockchain Ce mot ne vous dit rien? Sans doute parce qu il désigne une technologie aussi nouvelle que complexe grosso modo, un registre décentralisé permettant de garder trace de différents types de transactions numériques. Mais qui potentiellement se prête à de nombreuses applications dans le domaine musical. Car cette technologie pourrait mettre fin aux longs mois d attente avant que les plateformes de streaming ne daignent verser aux artistes les subsides tirés de la diffusion de leurs chansons. Elle permettrait aussi d améliorer la gestion (souvent) opaque des droits d auteur ou de rendre moins bancals les contrats avec les maisons de disques. De quoi offrir la possibilité aux artistes de (re)devenir maîtres de l exploitation de leur musique. De séduisantes promesses, même si, pour l heure, le système n en est encore qu à ses balbutiements. Voici déjà un petit aperçu des horizons possibles. Distribuer la musique sans intermédiaires En 2014, Thom Yorke, chanteur de Radiohead, avait proposé (avec succès) une expérience innovante pour son album Tomorrow s Modern Boxes : le vendre directement sur un réseau de téléchargement peer-to-peer. L année suivante, Imogen Heap, une artiste pop anglaise récompensée d un Grammy en 2010, va encore plus loin : elle dépose son single Tiny Human sur la plateforme Ujomusic, basée sur une blockchain appelée Ethereum. Pour acheter le titre, il faut payer en ether, une crypto-monnaie semblable au bitcoin. L intérêt? «Entre les écoutes,et les achats, tous les droits sont répartis en fonction du niveau de collaboration entre les huit personnes qui ont participé au disque», raconte Jérôme Pons, directeur de Music won t stop, une société de conseil en projets de musiques actuelles et fin connaisseur du système blockchain. Minuscule fortune en retour : seulement cent quarante-huit morceaux sont vendus, mais au moins tous les contrats de ventes associés aux transactions sont répertoriés de manière transparente. Et l artiste, comme les musiciens et les producteurs, peut savoir exactement qui gagne quoi dans l affaire. Depuis, l expérience a fait quelques (timides) émules, comme RAC, un DJ portugais, qui a sorti cette année son album sur le même principe. Résumons : la blockchain «engendre un modèle de distribution de la musique fondé sur le téléchargement ou le streaming payant, à l acte», dit Jérôme Pons. On est donc bien loin de la norme du moment : gratuité ou streaming payant contre consommation illimitée. Mais cela permet aux artistes de ne pas dépendre du flou entretenu par les plateformes tierces comme Spotify ou Youtube. Une meilleure gestion des droits C est souvent l argument mis en avant par les tenants de l utilisation de la blockchain dans la musique : cela permettrait d unifier les bases de données mondiales sur le droit d auteur, pour assurer une répartition optimale de la valeur entre les acteurs. Comment? En inscrivant de manière précise et sécurisée dans les fichiers numériques, en même temps que l œuvre se fait, le montant des paiements selon le degré et la nature de la collaboration des différents participants.

5 Objectif : une juste et immédiate rétribution financière pour tous, et, ce faisant, la constitution d un registre précis de métadonnées (compositeur, musiciens, producteur, distributeurs ) liées à l œuvre ou à son interprétation. «En France, la gestion du droit d'auteur est effectuée par la Sacem depuis toujours, mais via un outil aujourd hui limité dans ses capacités de traitement», explique Jérôme Pons. Aujourd hui, avec le big data engendré par la diffusion de la musique sur les plateformes de streaming, l utilisation de musique dans des films ou séries, les structures de gestion des droits croulent sous les données. Et expriment le besoin criant d une solution à échelle mondiale. Pas étonnant, donc, si la Sacem s est ainsi récemment alliée à l Ascap (American Society for Composers Authors and Publishers) et à la PRS (Performing Right Society for Music), pour mettre au point avec IBM un prototype d outil de gestion partagée des droits d auteur utilisant le principe de la blockchain. Mais il faudra atteindre une masse critique d'artistes présents sur ce genre d outils pour forcer des acteurs comme Spotify à prendre en compte ceux-ci, et éventuellement négocier des contrats de rémunération plus avantageux pour les artistes... Une meilleure protection de la propriété intellectuelle Qui a écrit cette chanson en 1963, sachant que la maison de disques n existe plus? Quel est le nom du producteur derrière ce titre devenu un hit mondial en 2018? Dans un futur proche, voilà le genre de questions auxquelles la blockchain permettra (peut-être) de répondre. Toujours selon Jérôme Pons, «la blockchain peut permettre d enregistrer les informations qui aident à déterminer la propriété d une œuvre». Aujourd hui, ce sont là encore les registres de la SACD ou de la Sacem qui jouent ce rôle. Mais des doutes subsistent sur la capacité de la blockchain à garantir la propriété intellectuelle d un point de vue juridique : «Pour l instant, la blockchain permet de rapprocher les données sur le droit d auteur (qui concerne le créateur, compositeur, parolier, arrangeur d une œuvre) et celles des droits voisins (des interprètes aux producteurs), poursuit Jérôme Pons. Mais elle n apporte pas la preuve de paternité d une œuvre. Exemple : si je vole la chanson de quelqu un et que je la dépose sur la blockchain, personne ne vérifiera si j en suis vraiment l auteur.» Dès lors, peut-on vraiment déléguer aux ordinateurs toute la gestion des relations entre artistes, labels, producteurs, diffuseurs? Ce qui est sûr, c est que l industrie de la musique a déjà tout intérêt à réfléchir à la manière de rendre inter-opérables les différentes blockchains. On en recense aujourd hui plus de mille versions dans le monde, publiques ou privées. Bref, il reste du chemin à parcourir. Jean-Baptiste Roch

6 Usbek & Rica - 17/11/2017 La blockchain peut-elle mieux protéger les droits des artistes? Décrite par certains comme la 4ème grande innovation de ce dernier siècle, l application de la blockchain à l industrie culturelle vient initialement répondre au problème lié à la propriété intellectuelle et au droit d auteur. Face à l échec de la mutualisation de toutes les bases de données en rapport avec la production et à la commercialisation des oeuvres musicales dans le monde, comment la blockchain peut-elle, à travers les «smart contracts», apporter plus d harmonie dans cette cacophonie? «Je me lève, et je te bouscule, tu ne te réveilles pas, comme d'habitude» : ces quelques vers, vous les avez entendus peut-être des dizaines de fois, interprétés par des chanteurs plus ou moins connus. Mais derrière ces versions, il y a bien un seul et même auteur qui n a pas bénéficié du succès de ce morceau à travers les générations. La question de la propriété intellectuelle et du droit d'auteur a toujours occupé l'univers musical, et le système actuel a démontré ses faiblesses. Qu est-ce qu un smart contract? Pour beaucoup, 2015 sonne comme l année du buzz autour de la blockchain. C est d ailleurs cette année-là que le Berklee College of Music - l'une des plus grandes écoles de musique privées des États- Unis - s'intéresse à cette nouvelle technologie et publie une étude en faveur de plus de transparence et d'équité dans l'industrie musicale. La même année est lancée la blockchain Ethereum qui remet au goût du jour le concept de smart contract, établi par Nick Szabo dès les années La mise en oeuvre d un smart contract se fait en trois étapes : tout d abord, on s attache à transposer un contrat traditionnel en langage programmatique ; ensuite, on enregistre le programme informatique dans une blockchain, et enfin on exécute le programme informatique (par un paiement électronique, une date d exécution ou bien tout autre événement déclenché par un oracle). Ces contrats d un nouveau genre exploitent tout un ensemble de métadonnées complètes, précises et fiables, nécessaires à la rémunération des ayants droit, de manière plus transparente et équitable tout en limitant le nombre d'intermédiaires. Ils viennent pré-établir des règles d exécution par les collaborateurs, où chaque tâche est identifiée (qu elle soit artistique ou technique), et où leur enregistrement est automatique et se fait en temps réel lorsqu une transaction y est associée. Les artistes à l'écoute de solutions La création d une oeuvre pose bien des difficultés quand le nombre d intervenants va croissant : sa propriété intellectuelle n est pas forcément bien protégée et se dégage alors un flou relatif à sa paternité. Les choses viennent à se complexifier davantage dans le cadre d une oeuvre originale ou transformative (type mash up ou remix). On compte six domaines d application de la blockchain dans les industries culturelles : la collaboration créative et productive, la protection de la propriété intellectuelle, la désintermédiation dans la distribution des contenus, la gestion de droits, la contractualisation, le paiement électronique. Aujourd hui les artistes interrogés envisagent facilement la blockchain dans leur quotidien, dans le sens où cela leur facilite grandement la vie. Ainsi, la technologie leur demanderait seulement un peu de leur temps pour formaliser leurs données et leur en laisserait beaucoup pour être créatif, plutôt que de travailler leur réseautage par exemple. Les artistes, quelle que soit leur vocation, restent des entrepreneurs, des innovateurs. La chanteuse Imogen Heap (ci-dessus en photo), issue de la pop anglaise, a été une des pionnières dans sa catégorie : en 2015, elle dépose son morceau Tiny Human sur la plateforme Ujomusic, basée sur la blockchain

7 Ethereum. A chaque achat de ce titre, réglé en ethers, les droits sont proportionnellement répartis entre les 8 personnes ayant participé à sa réalisation. Une mutation profonde des industries culturelles Avec la multiplication des collaborations entre gros acteurs de l industrie musicale, le futur n est plus très loin. Rien qu en 2017, deux partenariats notables de la SACEM avec IBM viennent poser les bases d un nouveau paradigme. En parallèle, Spotify, qui collabore désormais avec MediaChain, - «a blockchain data solution for connecting applications to media and information» - suit le mouvement de près. Ce changement de vision n est pas l apanage des grands groupes, puisque même si elles n ont pas les mêmes ressources en R&D, les startups ne sont pas moins aventurières, bénéficiant de l approche du terrain, d une proximité avec les artistes et de la souplesse de leur organisation. Certaines l ont déjà assimilé, à l image de Bittunes, qui rétribue les premiers consommateurs, n oubliant pas que la viralité a tout autant d importance dans la propension pour un artiste à décrocher un disque d or. Les professionnels n ont pas encore de chiffres sur l importance et l influence de la blockchain sur le secteur de la musique. Mais d ici quelques temps, on pourra imaginer un couplage avec la big data, et à moyen terme, un tandem avec l intelligence artificielle. D ailleurs, IBM étant déjà un des grands architectes de la blockchain avec Hyperledger Fabric, il est facilement envisageable que ce cher Watson puisse pointer les données erronées, notamment les métadonnées. A ce jour, la blockchain peut être perçue comme un couteau suisse : il ne s agit pas encore d un outil optimal, mais il fait le job et répond à plusieurs besoins. Expérimentée et nécessaire pour répondre en premier lieu à la problématique de la propriété intellectuelle, la SACEM devra cependant démontrer, à travers son partenariat avec IBM, qu'une chaîne de blocs, lorsqu elle est beaucoup sollicitée, est optimale en terme de performance et de scalabilité. Au delà des industries culturelles, tout secteur qui nécessite un tiers de confiance ou de la contractualisation - telles les banques, les fournisseurs d énergie - peut envisager la blockchain. Il n est pas anodin que l émergence de la blockchain soit directement liée à une crise de confiance, en réponse d abord à la crise des subprimes. En plaçant leur confiance dans un système reposant sur le consensus distribué au sein d un réseau, les musiciens devront-ils, eux aussi, investir une partie de leur temps dans la technologie, pour être plus libres? Peut-être que Claude François pourra nous le dire. l occasion de la Digital Tech Conference, Jérôme Pons, ingénieur et entrepreneur chez Music Won t Stop, propose un workshop en collaboration avec Digital Catapult, sous la forme d un atelier et qui s attachera à «Explor[er] les opportunités offertes par la blockchain pour les industries créatives». Jérôme Pons est avant tout musicien. Il participe activement à la normalisation internationale de la blockchain et anime le groupe de travail «Architecture et Modélisation» au sein de l AFNOR. Grâce à cette triple casquette, il a développé une solide expertise dans la structuration et la gestion des données issues des secteurs de la culture. «La collaboration devient de plus en plus fine et distribuée, assure Jérôme Pons. On peut imaginer que l on pourra, à terme, rétribuer des comptes Facebook ou Twitter partageant une musique depuis une plateforme de streaming, avec un certain nombre de followers.» Chloé Dupré

Le 1 er comparateur dédié au téléchargement et au streaming de musique. Dossier de presse 2011 Lancement de Hubluc.com

Le 1 er comparateur dédié au téléchargement et au streaming de musique. Dossier de presse 2011 Lancement de Hubluc.com Le 1 er comparateur dédié au téléchargement et au streaming de musique. Dossier de presse 2011 Lancement de Hubluc.com Communiqué de presse 2011 Trouvez toute la musique, achetez au meilleur prix. Hubluc.com

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

Jalons pour l histoire du temps présent 17 mars 2006, réf. : 04690. Durée : 02 mn 24

Jalons pour l histoire du temps présent 17 mars 2006, réf. : 04690. Durée : 02 mn 24 La lutte contre le téléchargement illégal sur Internet Titre du document Emplacement Support Niveau Objectifs Compétences visées La lutte contre le téléchargement illégal sur Internet Jalons pour l histoire

Plus en détail

Tangible Experience. 1. Pésentation et historique. 2. Considérations techniques et débouchés.

Tangible Experience. 1. Pésentation et historique. 2. Considérations techniques et débouchés. Tangible Experience 1. Pésentation et historique. 2. Considérations techniques et débouchés. 1. PRESENTATION Pour une première présentation générale du projet, prière de vous référer au document joint

Plus en détail

Le spectacle vivant en Russie

Le spectacle vivant en Russie Compte-rendu de la réunion organisée par le Bureau Export et le CNV 26 avril 2006 Le spectacle vivant en Russie Intervenants : Bialka Wlodarczyk, Bureau Export Moscou Igor Tonkikh, FeeLee et Club Ikra,

Plus en détail

L Alsace en chiffres. Chant choral 50 000 Ecoles de musique 30 000 Harmonies et ensembles 12 000 Autres ensembles 4 000 Orchestres à l école 1 000

L Alsace en chiffres. Chant choral 50 000 Ecoles de musique 30 000 Harmonies et ensembles 12 000 Autres ensembles 4 000 Orchestres à l école 1 000 L Alsace en chiffres Chant choral 50 000 Ecoles de musique 30 000 Harmonies et ensembles 12 000 Autres ensembles 4 000 Orchestres à l école 1 000 La FSMA et sa convention Existe depuis 2002 Objectifs partagés

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

TABLE RONDE #1 TABLE RONDE

TABLE RONDE #1 TABLE RONDE TABLE RONDE #1 TABLE RONDE «Retour sur 7 ans de R&D depuis la création de Cap Digital» Animée par Philippe Roy, Délégué adjoint de Cap Digital en charge des projets R&D. RETOUR SUR 7 ANS DE R&D Charles

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Les Data Management Platforms (DMP)

Les Data Management Platforms (DMP) (DMP) Un outil marketing précieux pour les annonceurs Par Vihan Sharma, European Data Products Director Acxiom France Better Connections. Better Results. Parole d expert Acxiom Les Data Management Platforms

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Il est possible, pour des objets, de visualiser ou modifier le contenu. La présentation des objets dans le navigateur peut être paramétrée ; vous trouverez

Plus en détail

MARCHE DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 millions d'euros 2009 2010 évolution

MARCHE DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 millions d'euros 2009 2010 évolution LE MARCHE DE GROS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 (Valeur gros H.T. nette de remises et retours) 340.2 millions d euros : -2.2 % par rapport aux 9 premiers mois 2009 Au cours des 9 premier

Plus en détail

La mondialisation des tâches informatiques

La mondialisation des tâches informatiques Chapitre 1 La mondialisation des tâches informatiques Quel que soit le domaine que l on observe, les économies engendrées par l outsourcing, aussi appelé offshore ou délocalisation, sont considérables.

Plus en détail

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Culture Sector 10 Contrats pour la musique écrit par JEAN VINCENT en collaboration avec GERARD LOUISE Maquette et design : Christine Hengen

Plus en détail

Connaître la durée de vie d'un SSD

Connaître la durée de vie d'un SSD Connaître la durée de vie d'un SSD Par Clément JOATHON Dernière mise à jour : 12/06/2015 Un SSD stocke les données (documents, musique, film,...) sur de la mémoire flash, de la même manière qu'une simple

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

mission. Le premier poste du programme de travail du DREV vise la qualification, la quantification et le suivi

mission. Le premier poste du programme de travail du DREV vise la qualification, la quantification et le suivi Dans le cadre de la mission le DREV est chargé de conduire des études et expérimentations permettant de mieux comprendre les usages en matière de consommation de produits culturels en ligne et de produire

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme. Hervé Jeanjean Cnes

Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme. Hervé Jeanjean Cnes Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme Hervé Jeanjean Cnes 1 Règlement Copernicus du 03/04/2014 : cadre politique, organisationnel et financier Règlement délégué du 12/07/2013 sur

Plus en détail

CONCOURS INTERNATIONAL D ECRITURE

CONCOURS INTERNATIONAL D ECRITURE CONCOURS INTERNATIONAL D ECRITURE CHANSONS SANS FRONTIERES Règlement de la 9 ème édition 2014/2015 Date limite de dépôt des textes Dimanche 11 janvier 2015 Fusaca et Accord Production organisent CHANSONS

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION. Date de dernière mise à jour et d entrée en vigueur : 11 mai 2015.

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION. Date de dernière mise à jour et d entrée en vigueur : 11 mai 2015. CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION Date de dernière mise à jour et d entrée en vigueur : 11 mai 2015. Les présentes CGU sont disponibles sur le site internet www.catchmysong.com ainsi que dans l application

Plus en détail

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Url : http://www.banqoutils.education.gouv.fr/index.php Niveau : GS au Lycée Conditions d'utilisation : Pas d'inscription nécessaire. Format des ressources

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

FORMATION TALEND. Page 1 sur 9

FORMATION TALEND. Page 1 sur 9 FORMATION TALEND Ce livret contient et détaille les formulaires que vous devez nous retourner avec votre bon de commande. Vous y trouverez aussi toutes les informations susceptibles de vous aider à organiser

Plus en détail

Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur

Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur La Facturation Le Livre chronologique des Recettes Le Registre des Achats Le Suivi du Chiffre d Affaires en temps réel Site internet

Plus en détail

IT SecuDay Geneva 2015 : Les apports du Big Data à la sécurité informatique

IT SecuDay Geneva 2015 : Les apports du Big Data à la sécurité informatique Communiqué de presse IT SecuDay Geneva 2015 : Les apports du Big Data à la sécurité informatique Lausanne/19 mars 2015 La quantité de données disponibles dans le monde double tous les 18 mois. La planète

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

Au programme : exposition, master class, conférences et concert.

Au programme : exposition, master class, conférences et concert. L association Gospel Promotion et la Mairie de Rémire-Montjoly présentent la 1 ère édition du festival international de gospel «Montjoly Gospel Festival», les 10 et 11 décembre 2010. Au programme : exposition,

Plus en détail

RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015

RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015 RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015 (CASTING ET DÉPÔT DE MUSIQUE SUR INTERNET) ARTICLE 1 L ORGANISATEUR L association FÉDÉRATION RHÔNE ALPES DU CRÉDIT AGRICOLE, dont le siège social est situé 465 rue

Plus en détail

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves observent

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Musique web et bibliothèques :

Musique web et bibliothèques : Plan : Introduction : Eléments de contexte, la musique, le web et les bibliothèques Partie 1 : Construire sa veille musicale grâce au Web Le web, un outil d'aide aux acquisitions 1.1 Les différentes ressources

Plus en détail

Rousseau Nadia. Abécédaire

Rousseau Nadia. Abécédaire Rousseau Nadia Projet DataPolis Abécédaire janvier Avril 2014 Master 1 Création Management Multimédia Laboratoire Arts Plastiques Encadrement : Pierre Braun & Nicolas Thély Universite Rennes 2 Analyse

Plus en détail

C1. L'élève sera capable de se situer face aux réalités linguistiques et culturelles francophones de son milieu et d'ailleurs.

C1. L'élève sera capable de se situer face aux réalités linguistiques et culturelles francophones de son milieu et d'ailleurs. C1. L'élève sera capable de se situer face aux réalités linguistiques et culturelles francophones de son milieu et d'ailleurs. C2. L'élève sera capable d'exprimer dans son milieu certaines valeurs et de

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

Cours Microfer Chartres

Cours Microfer Chartres Niveau de difficulté Débutant Cours Microfer Chartres LA MUSIQUE Ce que vous souhaitez : 1 Enregistrer de la musique à partir d internet (légalement) 2 Graver un Cd de musique 3 Copier un Cd sur une cle

Plus en détail

Bitcoin : crypto-monnaie décentralisée ouverte et libre Mathématiques, algorithmes et méthode de confiance

Bitcoin : crypto-monnaie décentralisée ouverte et libre Mathématiques, algorithmes et méthode de confiance Bitcoin : crypto-monnaie décentralisée ouverte et libre Mathématiques, algorithmes et méthode de confiance David Tsang Hin Sun tsang@univ-tlse3.fr UPS/DSI/ Ingénieur informaticien Sommaire Qu'est ce que

Plus en détail

PROJET CYBER CENTER. - Un constat : - Une nécéssité : - Un projet :

PROJET CYBER CENTER. - Un constat : - Une nécéssité : - Un projet : Un constat : L Afrique est une terre riche mais maintenue dans le sous développement. Le sous développement des infrastructures crée du manque et de la pauvreté. Le manque d infrastructures laisse toute

Plus en détail

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente FORMATIONS COMMERCIALES MANAGEMENT Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter I - Techniques de vente «Basic» - 6 modules II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon

Plus en détail

B2i. Brevets Nouvelles Technologies. Brevet n 1. Brevet n 16. Ecole primaire de Boz Ec-Elementaire-Boz@ac-lyon.fr http://ecole.marelle.

B2i. Brevets Nouvelles Technologies. Brevet n 1. Brevet n 16. Ecole primaire de Boz Ec-Elementaire-Boz@ac-lyon.fr http://ecole.marelle. Extrait du Bulletin Officiel du 23-11-2000 La rapide évolution des technologies de l'information et de la communication a engendré au cours de ces dernières années une progression notable des applications

Plus en détail

Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour l affichage de la liste, un formulaire de sortie WEB_Liste associé à la table des [Films] ;

Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour l affichage de la liste, un formulaire de sortie WEB_Liste associé à la table des [Films] ; De la base 4D au site Web 20 Conception des formulaires Web Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour le dialogue, un formulaire WEB_Trouver associé à la table des [Paramètres] ; Pour l affichage

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

Mika : Elle me dit. Paroles et musique : Mika/Doriand Universal Music France. Thèmes. Objectifs. Vocabulaire. Note. Liste des activités

Mika : Elle me dit. Paroles et musique : Mika/Doriand Universal Music France. Thèmes. Objectifs. Vocabulaire. Note. Liste des activités Mika : Paroles et musique : Mika/Doriand Universal Music France Thèmes La famille, relations enfants/parents. Objectifs Objectifs communicatifs : Donner des ordres. Faire des reproches. Rapporter des propos.

Plus en détail

fiches pédagogiques 9. Grand Corps Malade Funambule PAROLES BIOGRAPHIE

fiches pédagogiques 9. Grand Corps Malade Funambule PAROLES BIOGRAPHIE BIOGRAPHIE Grand Corps Malade est le nom de scène de Fabien Marsaud, «l homme à la béquille qui a fait entrer le slam en France par la grande porte» grâce à sa voix et son écriture exceptionnelles. Né

Plus en détail

Retour d'expériences :

Retour d'expériences : Retour d'expériences : le prêt de musique numérique en libre diffusion sur clés USB MP3 à la Médiathèque de la CDC du Pays d'argentan et sur cartes USB à la Médiathèque de Toul Ces services s'appuient

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU PIANO

PLAN D ÉTUDES DU PIANO PLAN D ÉTUDES DU PIANO INTRODUCTION La formation permet aux élèves d acquérir progressivement une autonomie musicale et instrumentale liée au développement artistique de leur personnalité à travers la

Plus en détail

Utilisez les outils de la fiche méthode «étude d une affiche de film». Vous pouvez faire part d autres éléments concernant l étude de cette œuvre.

Utilisez les outils de la fiche méthode «étude d une affiche de film». Vous pouvez faire part d autres éléments concernant l étude de cette œuvre. SUJET 1- Eugène Delacroix, Roméo et Juliette, 1855. 2-Dites à quel passage de la pièce (acte et scène) ce tableau fait référence et expliquez pourquoi.. Eugène Delacroix, Roméo et Juliette, 1855. SUJET

Plus en détail

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Retour d expérience Le rôle du Business Analyst chez Orange Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Plus de 161 000 salariés à votre service mobile entreprises internet et fixe Plus de 161 000

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

Bien architecturer une application REST

Bien architecturer une application REST Olivier Gutknecht Bien architecturer une application REST Avec la contribution de Jean Zundel Ce livre traite exactement du sujet suivant : comment faire pour que les services web et les programmes qui

Plus en détail

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Initiative «Digital Lëtzebuerg» Pour la définition, l élaboration et la mise en œuvre d une stratégie numérique globale pour le Luxembourg 1.

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Ceci est un Chromebook, ton ordinateur!

Ceci est un Chromebook, ton ordinateur! Ceci est un Chromebook, ton ordinateur! CHROMEBOOK - Dans le royaume des ordinateurs personnels, il n'y a pas beaucoup de choix. Pour schématiser, soit vous avez un PC, soit vous avez un Mac. Et ce depuis

Plus en détail

1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts»

1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» 1 1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» Samedi 21 février 2015 Salle du jeu du mail PAMIERS Règlement du tremplin Direction des affaires culturelles de la Ville de Pamiers, 7 place du mercadal

Plus en détail

ORACLE TUNING PACK 11G

ORACLE TUNING PACK 11G ORACLE TUNING PACK 11G PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES : Conseiller d'optimisation SQL (SQL Tuning Advisor) Mode automatique du conseiller d'optimisation SQL Profils SQL Conseiller d'accès SQL (SQL Access

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale Table des matières Au service de la créativité entrepreneuriale Documenter les pratiques de la Génération Co Objectifs 2013 Raconter

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Direction des Affaires Culturelles Sous-Direction de la Création Artistique BUREAU DE LA MUSIQUE 31, rue des Francs Bourgeois 75188 Paris cedex 04 01 42 76 67 84 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION MUSIQUE

Plus en détail

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014 Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager Présentation du 22 mai 2014 Gérer les actifs logiciels et leur répartition Maîtriser le durcissement des configurations Suivre l application des correctifs

Plus en détail

Introduction à l infonuagique

Introduction à l infonuagique Introduction à l infonuagique Lorsque vous stockez vos photos en ligne au lieu d utiliser votre ordinateur domestique, ou que vous utilisez le courriel Web ou un site de réseautage social, vous utilisez

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION INTERNET BUREAUTIQUE INFORMATIQUE..::NET-INOV.COM::..

CATALOGUE DE FORMATION INTERNET BUREAUTIQUE INFORMATIQUE..::NET-INOV.COM::.. CATALOGUE DE FORMATION INTERNET BUREAUTIQUE INFORMATIQUE..::NET-INOV.COM::.. Chaque formateur est un professionnel capable d identifier vos besoins et d y répondre en mettant en œuvre des solutions déjà

Plus en détail

Limites. Problèmes trouvés et propositions de solutions

Limites. Problèmes trouvés et propositions de solutions Conclusion Limites Pour faciliter la compréhension de la conclusion et pour qu elle soit plus utile aux entreprises, la rédaction de chaque point abordé sera analysée sur deux axes importants. D un côté,

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

FICHES MÉTIERS BY SHEFFERD

FICHES MÉTIERS BY SHEFFERD FICHES MÉTIERS BY SHEFFERD COMMUNICATION - Directeur de la Communication - Responsable Social Média - Chargé de communication Web CREATION - Directeur Artistique - Directeur de la Création - Creative Technologist

Plus en détail

CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES

CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES Tableau de suivi de CURSUS DEPARTEMENT DE MUSIQUES TRADITIONELLES Le mode de notation s'éffectue sur /20, la moyenne de validation d'un UV étant 10/20. 1er CYCLE Acquisitions

Plus en détail

Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin

Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin Activités de la Société Argaus est une société de Conseil et Stratégie spécialiste du numérique. Argaus vous accompagne

Plus en détail

NRC : N KG/2985/M www.mecreco.cd e-mail : info@mecreco.cd, mecrecocoocec@yahoo.fr

NRC : N KG/2985/M www.mecreco.cd e-mail : info@mecreco.cd, mecrecocoocec@yahoo.fr Annexe 1 TERMES DE REFERENCE POUR L ACQUISITION D UN LOGICIEL DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. I. Contexte. Dans le cadre des activités de Professionnalisation et d encadrement des COOPEC affiliées

Plus en détail

_Mathan, thomas & laura, étudiants esiea DE NOUVEAUX VISAGES POUR LE NUMÉRIQUE. Cycle ingénieur Campus de Paris & Laval

_Mathan, thomas & laura, étudiants esiea DE NOUVEAUX VISAGES POUR LE NUMÉRIQUE. Cycle ingénieur Campus de Paris & Laval _Mathan, thomas & laura, étudiants esiea DE NOUVEAUX VISAGES POUR LE NUMÉRIQUE Cycle ingénieur Campus de Paris & Laval avec l'esiea Plongez au coeur des SCienCES & technologies du numérique Les nouveaux

Plus en détail

Ressources documentaires Orientation disponibles au CDI

Ressources documentaires Orientation disponibles au CDI Ressources documentaires Orientation disponibles au CDI Dossiers documentaires Orientation Novembre - décembre 2013 LFI M Magazine Phosphore Numéro 390 décembre 2013 Portes ouvertes : En école d ingénieurs

Plus en détail

Le logiciel internet pour les consultants et entreprises en ressources humaines

Le logiciel internet pour les consultants et entreprises en ressources humaines Le logiciel internet pour les consultants et entreprises en ressources humaines TECHNOLOGIE DE POINTE : OKTOCAREER EST VOTRE AVANTAGE CONCURRENTIEL Avec OktoCareer, je garde le contrôle Tandis que les

Plus en détail

LE BEP A NOUVEAU PARTENAIRE DU KIKK FESTIVAL POUR EXPLORER LE FUTUR DE LA CRÉATION ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

LE BEP A NOUVEAU PARTENAIRE DU KIKK FESTIVAL POUR EXPLORER LE FUTUR DE LA CRÉATION ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES LE BEP A NOUVEAU PARTENAIRE DU KIKK FESTIVAL POUR EXPLORER LE FUTUR DE LA CRÉATION ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES Pour la quatrième année consécutive, le BEP et le KIKK Festival prendront d'assaut la ville

Plus en détail

Dossier de presse Holimeet

Dossier de presse Holimeet Dossier de presse Holimeet Mardi 9 juin 2015 holimeet@gmail.com holimeet.fr Table des matières Communiqué Présentation de Holimeet 3 4-5 Le concept Holimeet, dans la mouvance du tribalisme planétaire La

Plus en détail

Annexe : La Programmation Informatique

Annexe : La Programmation Informatique GLOSSAIRE Table des matières La Programmation...2 Les langages de programmation...2 Java...2 La programmation orientée objet...2 Classe et Objet...3 API et Bibliothèque Logicielle...3 Environnement de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Description sommaire des ateliers offerts

Description sommaire des ateliers offerts 1 - La gestion des photos numériques Description sommaire des ateliers offerts La taille des fichiers photos et l espace mémoire Les informations intégrées aux photos (métadonnées ou données EXIF) Le transfert

Plus en détail

Sommaire. 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel.

Sommaire. 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel. Sommaire 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel. 3. relaxnews : une entreprise qui se développe, recrute,

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

CONTRAT DE PRISE EN REGIE www.express-mailing.com

CONTRAT DE PRISE EN REGIE www.express-mailing.com CONTRAT DE PRISE EN REGIE www.express-mailing.com Entre Et La société Axalone France, Société à Responsabilité Limitée au capital de 30.260 Euro, dont le siège social est situé 10, avenue d Anjou 91.940

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Conseil & Audit Les leviers de la croissance

Conseil & Audit Les leviers de la croissance Conseil & Audit Les leviers de la croissance Les cabinets de conseil et d audit vivent une évolution de fond qui remet en cause certains fondamentaux de leur culture : Concurrence accrue, moindre différenciation,

Plus en détail

Dossier de presse. La Cantine Numérique de Saint-Brieuc

Dossier de presse. La Cantine Numérique de Saint-Brieuc Dossier de presse La Cantine Numérique de Saint-Brieuc Sommaire Préambule Attentes et besoins du territoire La Cantine Numérique de Saint Brieuc by Kreizenn Dafar Un espace physique 3 AXES FONDAMENTAUX

Plus en détail

Nouveautés Ignition v7.7

Nouveautés Ignition v7.7 ... Nouveautés Ignition v7.7 Nouveautés Ignition v7.7 Découvrez le Nouveau Scada avec plus de 40 nouveautés Principales nouveautés :... Cloud Templates Template Repeater Client Multilingue + Sequential

Plus en détail

Travail collaboratif à distance

Travail collaboratif à distance UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI FACULTE POLYDISCIPLINAIRE LARACHE 2012-2013 Travail collaboratif à distance P r o f e sse u r A z iz M A B ROU K P r. a z i z. m a b r o u k. f p l @ g m a i l. c o m S.E.G

Plus en détail

Fascicule 2. L Ontario français son essor, son devenir. Chapitre 1 : Des luttes pour nos droits

Fascicule 2. L Ontario français son essor, son devenir. Chapitre 1 : Des luttes pour nos droits Chapitre 1 : Des luttes pour nos droits Fascicule 2 L Ontario français son essor, son devenir Au fil du temps... 6 Les défis en Ontario français... 8 Les langues officielles au Canada... 9 La Loi sur les

Plus en détail

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES 1 DECOUVERTE DE LA VIRTUALISATION... 2 1.1 1.2 CONCEPTS, PRINCIPES...2 UTILISATION...2 1.2.1 Formation...2

Plus en détail

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci!

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci! Enfin, Voici l'information que VOUS attendiez depuis longtemps. Vous allez découvrir une méthode inédite et des secrets que la plupart des affiliés ne connaitront jamais... Par: Mustapha GASSEM Le Dans

Plus en détail

votre événement + notre personnalité Besoin d une personnalité pour un événement?

votre événement + notre personnalité Besoin d une personnalité pour un événement? votre événement + notre personnalité Besoin d une personnalité pour un événement? Sportifs AVENTURIERS Écrivains Remise de Prix Journalistes SOCIOLOGUES Soirées Séminaires Tables rondes Lancement de produit

Plus en détail