DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche"

Transcription

1 DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

2 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant formé en 2008 autour de projets de mutualisations. L objet de RAViV est l accompagnement de la mise en œuvre des projets de mutualisations initiés par ses adhérents. En 2014, le réseau comptait 82 structures adhérentes sur toute l Ile-de-France. Il est régi par un Conseil d Administration composé de dix adhérents soutenu par une équipe salariale de deux personnes. OBJECTIF DE STRUCTURE L objectif du Réseau des Arts Vivants en Ile-de-France est de favoriser le développement territorial de ce secteur à travers l accompagnement de projets collectifs et mutualisés initiés par ses structures adhérentes. Il contribue à une meilleure structuration du secteur du spectacle vivant sur l'ensemble du territoire francilien ainsi qu à la stimulation et la pérennisation des projets artistiques portés par ses adhérents. PRESENTATION SYNTHETIQUE DES ACTIVITES Pour atteindre ces objectifs, RAViV se fixe pour activités : Le développement d'une infrastructure représentative du secteur. Cette infrastructure, animée par des professionnels des arts vivants, contribue au partage et à la mutualisation d'informations, d'expériences et de savoir-faire entre les compagnies et structures de droit privé à but non lucratif. Elle contribue également à la construction d'une parole collective qui lui est propre. La mise à disposition de locaux administratifs, de locaux de répétitions et de lieux de stockage au service des compagnies, en partenariat avec les institutions et autres structures compétentes. La mise en place d outils de travail sur le principe de la mutualisation et d un service de partage de ces outils. L'organisation de manifestations, de débats et de tout autre événement public ayant pour objectifs : - de rendre plus visibles les projets et actions du réseau - de s interroger sur les enjeux de professionnalisation du secteur induits par nos actions de mutualisation - de nourrir la réflexion nécessaire à la reconnaissance croissante du tiers secteur des arts vivants par la société civile, les institutions publiques et privées. Le réseau RAVIV en tant qu acteur visant l amélioration des conditions de travail artistique, technique et administratif des compagnies souhaite inscrire son action dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire (ESS). A ce titre RAVIV compte demander en 2015 l agrément ESS. En réaffirmant ainsi ces valeurs le réseau RAVIV souhaite continuer à élargir ses partenariats. 3

3 MUTUALISATION DE BUREAUX ADMINISTRATIFS La nécessité de structuration des compagnies passe par l accès à des bureaux administratifs. C est une des priorités affirmées par les structures de création du spectacle vivant franciliennes. Depuis juin 2013, des adhérents de RAViV sont organisés en groupe de travail afin de réfléchir et répondre collectivement à ce besoin : développer leurs activités professionnelles dans un environnement adapté. EXPERIMENTATION DU LUT ESS ETAT DES LIEUX ET EVOLUTION Depuis septembre 2014, neuf compagnies franciliennes se partagent un espace de bureaux au Lut ESS, pépinière d entreprise de l Economie Sociale et Solidaire, dans le 19eme arrondissement parisien. Cinq postes de travail sont installés dans ce bureau et répartis entre les compagnies selon un agenda fixé entre les participants. Structuration et pérennisation du projet Le groupe de travail du projet a mis en place un fond de réserve solidaire dès l entrée des compagnies dans les locaux. Ce fond constitué intégralement par les apports des compagnies a pour but : - de favoriser la mutualisation des outils de travail en permettant l achat de matériel commun. - d assurer la pérennité du projet en cas de départ ou de défaut de paiement exceptionnel d une compagnie. Le taux de remplissage du planning d occupation est actuellement de 82%. Pour atteindre l équilibre budgétaire le projet doit encore accueillir au minimum deux compagnies. Nous travaillons activement à la recherche de ces nouveaux acteurs du projet. De par l autogestion des compagnies, ce projet demande plus qu un simple investissement financier des bénéficiaires. Le travail d intégration de nouvelles compagnies est donc complexe : explication du fonctionnement, rappel des valeurs de l association, sans oublier l importance des rapports humains entre compagnies. Avec le groupe de travail, nous avons souhaité que les compagnies prennent une part prépondérante dans le suivi opérationnel et budgétaire ; l objectif final étant une autonomie totale du projet. Cette année un travail d amélioration des outils de suivi sera nécessaire, nous continuerons donc à travailler sur la plateforme internet de partage de documents, les outils de gestion informatisés, la rédaction d avenants aux conventions préexistantes et à l organisation des instances de décisions démocratiques du projet. Solidarité financière entre compagnies Le groupe de travail du projet constitué des représentants des compagnies bénéficiaires des locaux a souhaité allouer une partie du fond de réserve solidaire à la solidarité professionnelle entre compagnies. Ce mécanisme prend la forme d avances de trésorerie destinées aux structures en difficulté passagère. Les objectifs de ce fond ont été fixés contractuellement avec les compagnies à leur entrée dans les locaux. La mise en place empirique de ce mécanisme fera l objet d une réflexion centrale en 2015 à RAVIV. Nous mettons actuellement en place un processus normalisé pour décider de l utilisation de ce fond et travaillons à une gestion administrative efficace assurant une transparente totale. 4

4 Réflexion sur la mise en place d investissements mutualisés Une première expérience de mutualisation de matériel a été effectuée fin 2014 à l occasion de l achat du photocopieur mis à disposition dans le bureau. Pour assurer l investissement équitable des compagnies (compte tenu des départs et des arrivées de compagnies dans le projet), RAVIV a pris en charge le coût initial de l investissement qui sera ensuite remboursé mensuellement par les compagnies pendant 2 ans. Ce type d opération d achat mutualisé permet aux compagnies d acquérir du matériel professionnel, inaccessible de manière individuelle. L investissement par RAVIV permettant aux compagnies d acquérir des outils de travail sans dégager immédiatement la trésorerie. RAVIV souhaite renouveler ce type d initiative, cependant ceci ne pourra se faire que si l association trouve les moyens d avancer la trésorerie nécessaire. Nous étudions actuellement les aides à l investissement dans le domaine de la Culture et de l Economie Sociale et Solidaire Etude de la faisabilité de mutualisation des emplois Le partage des locaux administratifs créé un lien entre les compagnies permettant d entrevoir un élargissement toujours plus important du champ de la mutualisation. Aujourd hui les compagnies du Lut ESS souhaitent réfléchir à la mise en place d une mutualisation des moyens humains pour l administration des compagnies. Le réseau RAVIV accompagnera donc cette réflexion en 2015 en créant un groupe de travail à part entière sur le sujet. La mutualisation d emplois étant sujette à une législation plus complexe que tout autre projet de ce type, RAVIV réfléchit activement aux moyens à mettre en œuvre pour acquérir collectivement une expertise sur ce sujet. RELEXION SUR UNE SECONDE EXPERIMENTATION DE PARTAGE D ESPACES DE TRAVAIL ADMINISTRATIF Sous l impulsion du groupe de travail élargi, les compagnies adhérentes de RAViV souhaitent poser les fondements d une nouvelle expérimentation de mutualisation de bureaux administratif inspirée des réalités de celle du Lut ESS sans forcement en reproduire le modèle. La conception d une nouvelle expérimentation nécessite une réflexion engagée, un travail de recherche assidu et une étude faisabilité économique avant sa réalisation matérielle. En amont de son lancement, RAViV amorce une phase de réflexion sur les modèles économiques des projets mutualisés. Cette réflexion répond à la nécessité d'acquérir un langage commun pour discuter et analyser collectivement des choix économiques et financiers inhérents à chaque chantier de l'association, faisant ainsi écho aux formations proposées en 2015 par le réseau. L'objectif étant de développer les compétences d'analyse financière des bénévoles de l'association en charge de la rédaction et de la mise en œuvre de nouveaux projets de mutualisation. A long terme le réseau souhaite pouvoir mettre en place des outils de suivi budgétaire qui faciliteront la mise en œuvre de ses projets. 5

5 MUTUALISATION DE LIEU DE STOCKAGE Egalement identifié comme l un des besoins majeurs des compagnies en Ile de France, l expérimentation de mutualisation d un lieu de stockage de matériel regroupe cinq compagnies depuis En 2015 cette expérimentation entre dans la phase de développement des règles de mutualisation du matériel. Les participants cherchent à ouvrir ce partage à l ensemble des adhérents RAViV et à agrandir leur capacité de stockage. EXPERIMENTATION DU HARAS EXTENSION DU PROJET ET MODELISATION L année 2014 a été l occasion pour RAVIV et les compagnies participantes de consolider leur mode de fonctionnement, du point de vue de la gestion même du lieu comme de la valorisation du matériel stocké. Accroissement du projet L expérience du HARAS, local de stockage, mis en place avec les compagnies à Chambly (95), montre que ce modèle de mutualisation entre compagnies peut fonctionner financièrement et opérationnellement de manière quasi autonome. Ainsi, après une phase de stabilisation, le projet HARAS a pu atteindre l équilibre financier en 2014 et développe en 2015 ses objectifs : - Accueil de nouvelles compagnies - Formation technique à l utilisation du matériel mutualisé - Création d outils de partage (convention de prêt, fichier et plateforme numérique du matériel mutualisé) Après quatre ans d expérimentation, le projet HARAS se pérennise dans une forme économiquement viable pour les structures participantes. La modélisation de l expérience débutée en 2014 sera donc poursuivie en 2015, par le développement de la communication existante et de l engagement du dialogue avec les collectivités territoriales intéressées par un partenariat. Les adhérents acteurs de ce projet souhaitent étendre cette expérience selon les axes suivants : - Poursuite des actions déjà engagées - Expérimentation de méthodes permettant la mutualisation du matériel stocké - Recherche de financements pour financer la formation des adhérents à l utilisation du matériel spécifique et l embauche d un régisseur responsable du parc de matériel (réfection, vérification d usage, formation et gestion du partage) Le besoin croissant de stockage des compagnies présentes au HARAS justifient la recherche de solutions d expansion du projet. Certaines compagnies, en recherche d espaces supplémentaires sont actuellement concentrer sur la traduction financière de cette option (analyse des besoins existants, intégration de nouvelles structures participantes, recherches de financements complémentaires, ). En 2015, une phase d action et d agrandissement de l espace existant au HARAS et la mise en place d expérimentations similaires sur d autres territoires sont d ores et déjà engagées, permettant aux adhérents de RAVIV de participer à l expérience et/ou d initier d autres projets de mutualisation de stockage. 6

6 Modélisation et reproduction du projet Grâce au soutien du F.S.I.R le groupe de travail élargi souhaite formaliser l expérimentation mise en place pour dégager un modèle économique, que l on peut aujourd hui assurer viable, dans le but de pouvoir multiplier ce type d expérience en Ile-de-France. En 2015 : - RAViV cherche à développer des expérimentations similaires et est à la recherche de nouveaux lieux de stockage pour répondre aux besoins croissants des compagnies franciliennes, manifestant leurs intérêts à participer à un projet de stockage mutualisé. - RAViV initiera des partenariats avec les collectivités territoriales franciliennes et une réflexion sur un meilleur maillage territorial des possibilités de stockage pour les compagnies. 7

7 PARTAGE DE SAVOIRS ET DE SAVOIR FAIRE ATELIER DE CRITIQUE SOLIDAIRE EXTENSION DU PROJET L atelier mensuel de Critique solidaire est animé par les adhérents du réseau. Cet atelier est un espace de travail entre compagnies qui permet à chaque participant de recevoir un regard critique, bienveillant et constructif de ses pairs, sur ses outils de communication. Cet outil cadré, au fonctionnement spécifique, reconnu par les adhérents trouve écho dans d autres expérimentations puisqu il est aujourd hui associé au développement du Partage d espace(s) de travail et de répétitions. Il est également élargi à d autres supports de travail, notamment aux démarches artistiques des compagnies. En 2015 nous souhaitons initier des «Ateliers de critique solidaire artistique» fonctionnant sur le même modèle : chaque compagnie ayant prévu de présenter une étape de travail devant des professionnels pourra faire appel, quelques jours en amont, au regard critique solidaire de quelques adhérents de RAViV pour bénéficier de retours constructifs sur sa proposition. A travers l extension constante des Ateliers de Critique solidaire, RAVIV souhaite participer de manière toujours plus importante au développement des liens professionnels et informels entre les membres de compagnies franciliennes. ESPACE DE RECHERCHE(S) SOLIDAIRE(S) DEVELOPPEMENT ET CONSOLIDATION À partir des besoins exprimés par ses adhérents, RAVIV initie une expérimentation transversale entre Partage(s) d espace de travail et de répétitions et Critique solidaire. Des compagnies se sont regroupées pour étendre l expérience de Partage d espace(s) de travail et de répétitions au reste de l'année sur les périodes de vacances scolaires sous une forme nouvelle. Associés aux ateliers de Critique solidaire, ces temps de travail visent à réunir les compagnies autour d'un temps de création et à échanger librement et solidairement autour de leurs travaux et outils pendant leurs périodes de répétitions. Les objectifs sont multiples : - Inventer et expérimenter des solidarités innovantes dans l acte de créer. - Stimuler la rencontre entre des projets, des équipes, des axes de recherches, d expérimentation, des questionnements artistiques. - Mettre à l épreuve une intuition, un geste artistique, une recherche dès le début d un processus avec ou sans objectif de production. - Permettre aux compagnies de renforcer, de clarifier ou d'élargir leurs perspectives de création dans une dynamique de partage et d échanges. 8

8 Cette expérimentation doit permettre à chaque équipe artistique, selon des principes de solidarité et la notion de bienveillance, d interroger, de confronter, et de repérer les forces et faiblesses de sa proposition, les axes forts de son travail et ceux à renforcer. Pendant une semaine, quatre à six équipes artistiques sont rassemblées dans un même lieu pour initier, explorer, développer leurs recherches artistiques. Chaque compagnie bénéficie de six à huit demi-journées de travail sur le plateau. La semaine se conclut par la présentation d un court extrait du travail accompli par chaque compagnie. Cette présentation est soumise à la critique solidaire et bienveillante des autres participants. L'ensemble des compagnies se met donc au service de l'équipe artistique qui présente son travail en lui faisant des retours qui ont pour but de l éclairer dans sa recherche. En 2015, avec le soutien d ARCADI dans le cadre du F.S.I.R, nous souhaitons reconduire à deux reprises, sur une période d une semaine à chaque session, cette riche expérience qui soutient les compagnies dans leur volonté de professionnalisation tant au niveau de leur structuration qu au niveau de leur démarche artistique. 9

9 COMMUNICATION ET VALORISATION DES EXPERIMENTATIONS CREATION D UNE PLATEFORME RESSOURCE Depuis le début de l année une réflexion sur le développement de la communication interne et externe a été menée au sein de l association. Un projet de refonte du site web a été lancé. Prenant une nouvelle place dans la stratégie de communication numérique de RAVIV, ce nouveau site doit devenir à terme un outil de partage des enseignements tirés de différentes expérimentations et de diffusion de son expertise. Le projet de refonte du site web de l association, engagé en 2014, aboutira à sa mise en ligne courant Le cahier des charges de cet outil comprend : - La création d une plateforme ressource permettant à l association RAVIV de valoriser en Ile-de-France et ailleurs les compétences et les savoirs issus de ses expérimentations. - Un outil de recensement des moyens et des besoins en mutualisation des adhérents. Une carte interactive permettra ainsi aux adhérents d identifier plus aisément de possibles rapprochements, avec d autres membres du réseau et initier de nouveaux projets. - La possibilité de développer la communication interne sur l organisation des projets du réseau (partage des comptes-rendus, agendas partagés, documents à télécharger). De manière générale, ce nouveau site web, ancré dans le web 2.0 devra laisser une place accrue à la participation des adhérents dans l actualisation des contenus et une large diffusion des activités croissantes du réseau. ORGANISATION DU FORUM ACTE V : NOVEMBRE 2015 Le Forum est un espace d échanges, de réflexions et d interrogations sur les pratiques et expérimentations de mutualisation des équipes artistiques du spectacle vivant. La prochaine édition sera organisée au mois de novembre RAViV cherche à mettre en relief les pratiques concrètes et les innovations portées par ses adhérents pour favoriser une autre économie sur les territoires, en s inscrivant dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire. Fort du succès de l acte IV du Forum, RAVIV souhaite poursuivre la réflexion engagée avec les compagnies, les représentants professionnels et les acteurs publics sur l intégration des démarches de mutualisation dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire tout au long de l année 2015 et conclue en novembre par un Forum #5. A l aube de l acte V et au regard des thématiques qui ont pu émerger lors de la dernière édition du Forum, RAViV souhaite pouvoir effectuer un travail s articulant sur l ensemble de l année dans le cadre de rencontres informelles mensuelles. Notre volonté est de continuer les échanges, de les renforcer et d ouvrir sur des questionnements posés par membres du réseau. 10

10 Différentes thématiques sont identifiées : les financements solidaires (fond mutualisé de trésorerie, démarches solidaires pour des compagnies en difficultés ) la question de l emploi partagé (forme de regroupement autour de l emploi comme les groupements d employeurs ) Le rythme de ces rendez-vous réguliers permettra d identifier bien en amont le thème de cette rencontre, d y associer les partenaires pour qu ils puissent s emparer des questions abordées et y contribuer tout au long de l année. Il permettra également une communication plus large de l évènement, l intervention de personnalités extérieures et la participation de nombreuses compagnies franciliennes. Prochaines étapes : - Définition du calendrier pour construire ces temps de rencontres - Articulation e la démarche de RAViV avec les initiatives d autres acteurs culturels et /ou de l ESS qui peuvent porter ce types de questions (Atelier IDF, Relais Culture Europe, Opale, Arcadi ). - Anticipation de la construction du Forum avec un comité de pilotage qui pourra se tenir en juin pour mieux définir le rôle de chacun et travailler sur une construction plus collective. - Identifier et associer les partenaires sur le processus de construction du forum. 11

11 CONTACT : Responsable légale : Arlette DESMOTS Présidente de RAViV. Coordination du projet : Géraldine TRONCA Administration : Damien COFFIN RAVIV Réseau des Arts Vivants en Ile de France Maison des Réseaux artistiques et culturels 221 rue de Belleville PARIS

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Programme de la journée 10h30 10h50 11h30 12h00 12h30 Etat des lieux 2008 des centres de ressources en éducation

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL «PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» Juin 2013 Introduction : Les parents sont parmi les principaux bénéficiaires de Paris classe numérique. Grâce à ce nouvel outil, la communication

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Association d habitants et d acteurs du territoire (collectivités,

Plus en détail

L organisation interne et la gestion des ressources humaines. Un outil d aide à la structuration

L organisation interne et la gestion des ressources humaines. Un outil d aide à la structuration L organisation interne et la gestion des ressources humaines Un outil d aide à la structuration Sommaire 1 L organisation interne de l association 2 1.1. Clarifier les rôles et missions de chacun 2 1.2.

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Ce document a comme objectif de présenter le contenu d'un cycle d ateliers de formations à la création d entreprise, spécifique

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

La construction du projet associatif. un outil d aide à la structuration

La construction du projet associatif. un outil d aide à la structuration La construction du projet associatif un outil d aide à la structuration Sommaire 1. Le diagnostic de l association 3 1.1 L état des lieux 3 1.2 L analyse 4 2. La formalisation du projet 5 3. La traduction

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 PROJET SENIOR COMPETENCE Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 3. ACTIONS ET CALENDRIER DU PROJET...5 3.1. ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC (1 ER

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon

Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon Modération par Gentiane Guillot (HorsLesMurs) et Christophe Dubois Intervention de Réjane Sourisseau/

Plus en détail

Investir, Épargner et Produire durablement :

Investir, Épargner et Produire durablement : Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent le défi Repères pour l action LES CAHIERS DE L OBSERVATOIRE N 7 Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire

La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire Mercredi 22 juin 2011 La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon.fr

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Fiche «emploi» Conseil Régional Nord Pas de Calais MESURE 3 : LE CONTRAT DE CREATION. Les dispositifs régionaux d aide à l emploi

Fiche «emploi» Conseil Régional Nord Pas de Calais MESURE 3 : LE CONTRAT DE CREATION. Les dispositifs régionaux d aide à l emploi Janvier 2015 Les dispositifs régionaux d aide à l emploi Conseil Régional Nord Pas de Calais Création et développement d activités Quoi? Ce dispositif est une politique générale pour les structures de

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Les Commissions, garantes de l'auto-gestion de Locaux Motiv'

Les Commissions, garantes de l'auto-gestion de Locaux Motiv' Les Commissions, garantes de l'auto-gestion de Locaux Motiv' Chaque adhésion engage le nouveau membre à participer à la vie associative via son implication dans une commission. Forces vives de l association,

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

Rapport d'activités 2011

Rapport d'activités 2011 Rapport d'activités 2011 SOMMAIRE 1 - Animation éditoriale du site www.alpesolidaires.org 1.1 : Animer la participation des acteurs ESS et politique de la ville Des contributions en hausse Une fréquentation

Plus en détail

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme Réunion des Présidents d Offices de Tourisme Bourges - Lundi 4 juillet 2011 Nouveaux critères de classement I - Introduction - modalités d application Extrait du Flash Infotourisme N 53-28 juin 2011 FNOTSI

Plus en détail

FORMATION DU PERSONNEL. Année. Plan prévisionnel 2015 des actions de formation du personnel de l Université du Havre

FORMATION DU PERSONNEL. Année. Plan prévisionnel 2015 des actions de formation du personnel de l Université du Havre DU PERSONNEL Année Plan prévisionnel 2015 des actions de formation du personnel de l Université du Havre 1. LE PLAN DE. L élaboration du plan de formation. La direction des ressources humaines est chargée

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE)

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Département AES Master Professionnel et de Recherche "Sciences de l'homme et de la Société" Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Lieu de la formation : Université Rennes 2 Haute-Bretagne

Plus en détail

DISPOSITIFS Accompagnement

DISPOSITIFS Accompagnement DISPOSITIFS Accompagnement JUILLET 2014 SOCIÉTÉ D'INVESTISSEMENT FRANCE ACTIVE /fr/outils/sifa.php Type d'aide : Accompagnement ; Prêt Financement remboursable /// Nature : prêt participatif ou compte

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Ce document a comme objectif de présenter le contenu d'un cycle d ateliers de formations à la création d entreprise, spécifique

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION

CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION 1. Cadre général de la Formation Le Plan Fédéral de Formation s inscrit dans la mise en œuvre de la Motion d Orientation 2013-2016 et dans la réalisation

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit et gestion des finances publiques de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Relais local de l Économie Solidaire

Relais local de l Économie Solidaire Accompagnement des porteur-se-s de projets, des entreprises et des associations vers une Économie Solidaire Espace de travail collaboratif Relais local de l Économie Solidaire Couveuse d activités Rézo.

Plus en détail

EVOLUTIONS RECENTES DU CONTRÔLE DE GESTION LOCAL. L exemple de Strasbourg

EVOLUTIONS RECENTES DU CONTRÔLE DE GESTION LOCAL. L exemple de Strasbourg 1 EVOLUTIONS RECENTES DU CONTRÔLE DE GESTION LOCAL L exemple de Strasbourg 2 Sommaire 1. Un contrôle de gestion historiquement tourné vers le contrôle des satellites 2. L essor du contrôle de gestion interne

Plus en détail

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Contribution des TICE à l évolution du système éducatif Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Vision d acteur / Vision de chercheur Expérience durable Variété des fonctions Diversité des niveaux et des disciplines

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage EP LOIRE Plateau collaboratif d échange Intranet / Internet du plan Loire grandeur nature 2007-2013 Note de cadrage est une SARL au capital de 15 244,90, N SIRET 410 711 626 00029, APE 721 Z 60, rue Benjamin

Plus en détail

de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau

de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau COORACE journée entreprendre solidaire Paris, 16 décembre 2014 de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau Document confidentiel : toute reproduction, copie ou utilisation sans l'autorisation

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Étude de préfiguration Restitution aux acteurs 15 octobre 2008 Dossier remis aux participants 1 Version n 3 Sommaire Méthodologie Priorités

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude concurrentielle. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude concurrentielle. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école.

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. établissement privé d enseignement supérieur technique

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Technicien(ne) Médiation Services Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL DU

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

Mutualité Française Ile-de-France

Mutualité Française Ile-de-France Mutualité Française Ile-de-France Représentation régionale de la Fédération Nationale de la Mutualité Française Acteur de l économie sociale et solidaire 280 mutuelles adhérentes 5.5 millions de personnes

Plus en détail

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 TOUT COMPRENDRE SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS LE JEU DE QUESTIONS REPONSES A LA LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE,

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

1 er Pôle d Economie Sociale et Solidaire de Midi-Pyrénées «Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» M.

1 er Pôle d Economie Sociale et Solidaire de Midi-Pyrénées «Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» M. 09/02/2012. 1 er Pôle d Economie Sociale et Solidaire de Midi-Pyrénées «Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» M. YUNUS 22 rue Mérigonde 81100 CASTRES - les-ateliers@hotmail.fr

Plus en détail

BILAN D ACTIVITÉS 201 ORIENTATIONS 2013 DU CNAR CULTURE BILAN D ACTIVITÉS 2012 PROJET D ORIENTATIONS 2013

BILAN D ACTIVITÉS 201 ORIENTATIONS 2013 DU CNAR CULTURE BILAN D ACTIVITÉS 2012 PROJET D ORIENTATIONS 2013 BILAN D ACTIVITÉS 201 ORIENTATIONS 2013 DU CNAR CULTURE BILAN D ACTIVITÉS 2012 PROJET D ORIENTATIONS 2013 DU CNAR CULTURE 2 Biland activité2012/projetd orientation2013ducnarculture 3 Sommaire INTRODUCTIONGÉNÉRALE:CONTEXTED

Plus en détail

Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants

Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants Une démarche pédagogique en éducation au développement durable : Organiser des jeux de rôles (simulations) en milieu scolaire Introduction

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail