DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche"

Transcription

1 DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

2 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant formé en 2008 autour de projets de mutualisations. L objet de RAViV est l accompagnement de la mise en œuvre des projets de mutualisations initiés par ses adhérents. En 2014, le réseau comptait 82 structures adhérentes sur toute l Ile-de-France. Il est régi par un Conseil d Administration composé de dix adhérents soutenu par une équipe salariale de deux personnes. OBJECTIF DE STRUCTURE L objectif du Réseau des Arts Vivants en Ile-de-France est de favoriser le développement territorial de ce secteur à travers l accompagnement de projets collectifs et mutualisés initiés par ses structures adhérentes. Il contribue à une meilleure structuration du secteur du spectacle vivant sur l'ensemble du territoire francilien ainsi qu à la stimulation et la pérennisation des projets artistiques portés par ses adhérents. PRESENTATION SYNTHETIQUE DES ACTIVITES Pour atteindre ces objectifs, RAViV se fixe pour activités : Le développement d'une infrastructure représentative du secteur. Cette infrastructure, animée par des professionnels des arts vivants, contribue au partage et à la mutualisation d'informations, d'expériences et de savoir-faire entre les compagnies et structures de droit privé à but non lucratif. Elle contribue également à la construction d'une parole collective qui lui est propre. La mise à disposition de locaux administratifs, de locaux de répétitions et de lieux de stockage au service des compagnies, en partenariat avec les institutions et autres structures compétentes. La mise en place d outils de travail sur le principe de la mutualisation et d un service de partage de ces outils. L'organisation de manifestations, de débats et de tout autre événement public ayant pour objectifs : - de rendre plus visibles les projets et actions du réseau - de s interroger sur les enjeux de professionnalisation du secteur induits par nos actions de mutualisation - de nourrir la réflexion nécessaire à la reconnaissance croissante du tiers secteur des arts vivants par la société civile, les institutions publiques et privées. Le réseau RAVIV en tant qu acteur visant l amélioration des conditions de travail artistique, technique et administratif des compagnies souhaite inscrire son action dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire (ESS). A ce titre RAVIV compte demander en 2015 l agrément ESS. En réaffirmant ainsi ces valeurs le réseau RAVIV souhaite continuer à élargir ses partenariats. 3

3 MUTUALISATION DE BUREAUX ADMINISTRATIFS La nécessité de structuration des compagnies passe par l accès à des bureaux administratifs. C est une des priorités affirmées par les structures de création du spectacle vivant franciliennes. Depuis juin 2013, des adhérents de RAViV sont organisés en groupe de travail afin de réfléchir et répondre collectivement à ce besoin : développer leurs activités professionnelles dans un environnement adapté. EXPERIMENTATION DU LUT ESS ETAT DES LIEUX ET EVOLUTION Depuis septembre 2014, neuf compagnies franciliennes se partagent un espace de bureaux au Lut ESS, pépinière d entreprise de l Economie Sociale et Solidaire, dans le 19eme arrondissement parisien. Cinq postes de travail sont installés dans ce bureau et répartis entre les compagnies selon un agenda fixé entre les participants. Structuration et pérennisation du projet Le groupe de travail du projet a mis en place un fond de réserve solidaire dès l entrée des compagnies dans les locaux. Ce fond constitué intégralement par les apports des compagnies a pour but : - de favoriser la mutualisation des outils de travail en permettant l achat de matériel commun. - d assurer la pérennité du projet en cas de départ ou de défaut de paiement exceptionnel d une compagnie. Le taux de remplissage du planning d occupation est actuellement de 82%. Pour atteindre l équilibre budgétaire le projet doit encore accueillir au minimum deux compagnies. Nous travaillons activement à la recherche de ces nouveaux acteurs du projet. De par l autogestion des compagnies, ce projet demande plus qu un simple investissement financier des bénéficiaires. Le travail d intégration de nouvelles compagnies est donc complexe : explication du fonctionnement, rappel des valeurs de l association, sans oublier l importance des rapports humains entre compagnies. Avec le groupe de travail, nous avons souhaité que les compagnies prennent une part prépondérante dans le suivi opérationnel et budgétaire ; l objectif final étant une autonomie totale du projet. Cette année un travail d amélioration des outils de suivi sera nécessaire, nous continuerons donc à travailler sur la plateforme internet de partage de documents, les outils de gestion informatisés, la rédaction d avenants aux conventions préexistantes et à l organisation des instances de décisions démocratiques du projet. Solidarité financière entre compagnies Le groupe de travail du projet constitué des représentants des compagnies bénéficiaires des locaux a souhaité allouer une partie du fond de réserve solidaire à la solidarité professionnelle entre compagnies. Ce mécanisme prend la forme d avances de trésorerie destinées aux structures en difficulté passagère. Les objectifs de ce fond ont été fixés contractuellement avec les compagnies à leur entrée dans les locaux. La mise en place empirique de ce mécanisme fera l objet d une réflexion centrale en 2015 à RAVIV. Nous mettons actuellement en place un processus normalisé pour décider de l utilisation de ce fond et travaillons à une gestion administrative efficace assurant une transparente totale. 4

4 Réflexion sur la mise en place d investissements mutualisés Une première expérience de mutualisation de matériel a été effectuée fin 2014 à l occasion de l achat du photocopieur mis à disposition dans le bureau. Pour assurer l investissement équitable des compagnies (compte tenu des départs et des arrivées de compagnies dans le projet), RAVIV a pris en charge le coût initial de l investissement qui sera ensuite remboursé mensuellement par les compagnies pendant 2 ans. Ce type d opération d achat mutualisé permet aux compagnies d acquérir du matériel professionnel, inaccessible de manière individuelle. L investissement par RAVIV permettant aux compagnies d acquérir des outils de travail sans dégager immédiatement la trésorerie. RAVIV souhaite renouveler ce type d initiative, cependant ceci ne pourra se faire que si l association trouve les moyens d avancer la trésorerie nécessaire. Nous étudions actuellement les aides à l investissement dans le domaine de la Culture et de l Economie Sociale et Solidaire Etude de la faisabilité de mutualisation des emplois Le partage des locaux administratifs créé un lien entre les compagnies permettant d entrevoir un élargissement toujours plus important du champ de la mutualisation. Aujourd hui les compagnies du Lut ESS souhaitent réfléchir à la mise en place d une mutualisation des moyens humains pour l administration des compagnies. Le réseau RAVIV accompagnera donc cette réflexion en 2015 en créant un groupe de travail à part entière sur le sujet. La mutualisation d emplois étant sujette à une législation plus complexe que tout autre projet de ce type, RAVIV réfléchit activement aux moyens à mettre en œuvre pour acquérir collectivement une expertise sur ce sujet. RELEXION SUR UNE SECONDE EXPERIMENTATION DE PARTAGE D ESPACES DE TRAVAIL ADMINISTRATIF Sous l impulsion du groupe de travail élargi, les compagnies adhérentes de RAViV souhaitent poser les fondements d une nouvelle expérimentation de mutualisation de bureaux administratif inspirée des réalités de celle du Lut ESS sans forcement en reproduire le modèle. La conception d une nouvelle expérimentation nécessite une réflexion engagée, un travail de recherche assidu et une étude faisabilité économique avant sa réalisation matérielle. En amont de son lancement, RAViV amorce une phase de réflexion sur les modèles économiques des projets mutualisés. Cette réflexion répond à la nécessité d'acquérir un langage commun pour discuter et analyser collectivement des choix économiques et financiers inhérents à chaque chantier de l'association, faisant ainsi écho aux formations proposées en 2015 par le réseau. L'objectif étant de développer les compétences d'analyse financière des bénévoles de l'association en charge de la rédaction et de la mise en œuvre de nouveaux projets de mutualisation. A long terme le réseau souhaite pouvoir mettre en place des outils de suivi budgétaire qui faciliteront la mise en œuvre de ses projets. 5

5 MUTUALISATION DE LIEU DE STOCKAGE Egalement identifié comme l un des besoins majeurs des compagnies en Ile de France, l expérimentation de mutualisation d un lieu de stockage de matériel regroupe cinq compagnies depuis En 2015 cette expérimentation entre dans la phase de développement des règles de mutualisation du matériel. Les participants cherchent à ouvrir ce partage à l ensemble des adhérents RAViV et à agrandir leur capacité de stockage. EXPERIMENTATION DU HARAS EXTENSION DU PROJET ET MODELISATION L année 2014 a été l occasion pour RAVIV et les compagnies participantes de consolider leur mode de fonctionnement, du point de vue de la gestion même du lieu comme de la valorisation du matériel stocké. Accroissement du projet L expérience du HARAS, local de stockage, mis en place avec les compagnies à Chambly (95), montre que ce modèle de mutualisation entre compagnies peut fonctionner financièrement et opérationnellement de manière quasi autonome. Ainsi, après une phase de stabilisation, le projet HARAS a pu atteindre l équilibre financier en 2014 et développe en 2015 ses objectifs : - Accueil de nouvelles compagnies - Formation technique à l utilisation du matériel mutualisé - Création d outils de partage (convention de prêt, fichier et plateforme numérique du matériel mutualisé) Après quatre ans d expérimentation, le projet HARAS se pérennise dans une forme économiquement viable pour les structures participantes. La modélisation de l expérience débutée en 2014 sera donc poursuivie en 2015, par le développement de la communication existante et de l engagement du dialogue avec les collectivités territoriales intéressées par un partenariat. Les adhérents acteurs de ce projet souhaitent étendre cette expérience selon les axes suivants : - Poursuite des actions déjà engagées - Expérimentation de méthodes permettant la mutualisation du matériel stocké - Recherche de financements pour financer la formation des adhérents à l utilisation du matériel spécifique et l embauche d un régisseur responsable du parc de matériel (réfection, vérification d usage, formation et gestion du partage) Le besoin croissant de stockage des compagnies présentes au HARAS justifient la recherche de solutions d expansion du projet. Certaines compagnies, en recherche d espaces supplémentaires sont actuellement concentrer sur la traduction financière de cette option (analyse des besoins existants, intégration de nouvelles structures participantes, recherches de financements complémentaires, ). En 2015, une phase d action et d agrandissement de l espace existant au HARAS et la mise en place d expérimentations similaires sur d autres territoires sont d ores et déjà engagées, permettant aux adhérents de RAVIV de participer à l expérience et/ou d initier d autres projets de mutualisation de stockage. 6

6 Modélisation et reproduction du projet Grâce au soutien du F.S.I.R le groupe de travail élargi souhaite formaliser l expérimentation mise en place pour dégager un modèle économique, que l on peut aujourd hui assurer viable, dans le but de pouvoir multiplier ce type d expérience en Ile-de-France. En 2015 : - RAViV cherche à développer des expérimentations similaires et est à la recherche de nouveaux lieux de stockage pour répondre aux besoins croissants des compagnies franciliennes, manifestant leurs intérêts à participer à un projet de stockage mutualisé. - RAViV initiera des partenariats avec les collectivités territoriales franciliennes et une réflexion sur un meilleur maillage territorial des possibilités de stockage pour les compagnies. 7

7 PARTAGE DE SAVOIRS ET DE SAVOIR FAIRE ATELIER DE CRITIQUE SOLIDAIRE EXTENSION DU PROJET L atelier mensuel de Critique solidaire est animé par les adhérents du réseau. Cet atelier est un espace de travail entre compagnies qui permet à chaque participant de recevoir un regard critique, bienveillant et constructif de ses pairs, sur ses outils de communication. Cet outil cadré, au fonctionnement spécifique, reconnu par les adhérents trouve écho dans d autres expérimentations puisqu il est aujourd hui associé au développement du Partage d espace(s) de travail et de répétitions. Il est également élargi à d autres supports de travail, notamment aux démarches artistiques des compagnies. En 2015 nous souhaitons initier des «Ateliers de critique solidaire artistique» fonctionnant sur le même modèle : chaque compagnie ayant prévu de présenter une étape de travail devant des professionnels pourra faire appel, quelques jours en amont, au regard critique solidaire de quelques adhérents de RAViV pour bénéficier de retours constructifs sur sa proposition. A travers l extension constante des Ateliers de Critique solidaire, RAVIV souhaite participer de manière toujours plus importante au développement des liens professionnels et informels entre les membres de compagnies franciliennes. ESPACE DE RECHERCHE(S) SOLIDAIRE(S) DEVELOPPEMENT ET CONSOLIDATION À partir des besoins exprimés par ses adhérents, RAVIV initie une expérimentation transversale entre Partage(s) d espace de travail et de répétitions et Critique solidaire. Des compagnies se sont regroupées pour étendre l expérience de Partage d espace(s) de travail et de répétitions au reste de l'année sur les périodes de vacances scolaires sous une forme nouvelle. Associés aux ateliers de Critique solidaire, ces temps de travail visent à réunir les compagnies autour d'un temps de création et à échanger librement et solidairement autour de leurs travaux et outils pendant leurs périodes de répétitions. Les objectifs sont multiples : - Inventer et expérimenter des solidarités innovantes dans l acte de créer. - Stimuler la rencontre entre des projets, des équipes, des axes de recherches, d expérimentation, des questionnements artistiques. - Mettre à l épreuve une intuition, un geste artistique, une recherche dès le début d un processus avec ou sans objectif de production. - Permettre aux compagnies de renforcer, de clarifier ou d'élargir leurs perspectives de création dans une dynamique de partage et d échanges. 8

8 Cette expérimentation doit permettre à chaque équipe artistique, selon des principes de solidarité et la notion de bienveillance, d interroger, de confronter, et de repérer les forces et faiblesses de sa proposition, les axes forts de son travail et ceux à renforcer. Pendant une semaine, quatre à six équipes artistiques sont rassemblées dans un même lieu pour initier, explorer, développer leurs recherches artistiques. Chaque compagnie bénéficie de six à huit demi-journées de travail sur le plateau. La semaine se conclut par la présentation d un court extrait du travail accompli par chaque compagnie. Cette présentation est soumise à la critique solidaire et bienveillante des autres participants. L'ensemble des compagnies se met donc au service de l'équipe artistique qui présente son travail en lui faisant des retours qui ont pour but de l éclairer dans sa recherche. En 2015, avec le soutien d ARCADI dans le cadre du F.S.I.R, nous souhaitons reconduire à deux reprises, sur une période d une semaine à chaque session, cette riche expérience qui soutient les compagnies dans leur volonté de professionnalisation tant au niveau de leur structuration qu au niveau de leur démarche artistique. 9

9 COMMUNICATION ET VALORISATION DES EXPERIMENTATIONS CREATION D UNE PLATEFORME RESSOURCE Depuis le début de l année une réflexion sur le développement de la communication interne et externe a été menée au sein de l association. Un projet de refonte du site web a été lancé. Prenant une nouvelle place dans la stratégie de communication numérique de RAVIV, ce nouveau site doit devenir à terme un outil de partage des enseignements tirés de différentes expérimentations et de diffusion de son expertise. Le projet de refonte du site web de l association, engagé en 2014, aboutira à sa mise en ligne courant Le cahier des charges de cet outil comprend : - La création d une plateforme ressource permettant à l association RAVIV de valoriser en Ile-de-France et ailleurs les compétences et les savoirs issus de ses expérimentations. - Un outil de recensement des moyens et des besoins en mutualisation des adhérents. Une carte interactive permettra ainsi aux adhérents d identifier plus aisément de possibles rapprochements, avec d autres membres du réseau et initier de nouveaux projets. - La possibilité de développer la communication interne sur l organisation des projets du réseau (partage des comptes-rendus, agendas partagés, documents à télécharger). De manière générale, ce nouveau site web, ancré dans le web 2.0 devra laisser une place accrue à la participation des adhérents dans l actualisation des contenus et une large diffusion des activités croissantes du réseau. ORGANISATION DU FORUM ACTE V : NOVEMBRE 2015 Le Forum est un espace d échanges, de réflexions et d interrogations sur les pratiques et expérimentations de mutualisation des équipes artistiques du spectacle vivant. La prochaine édition sera organisée au mois de novembre RAViV cherche à mettre en relief les pratiques concrètes et les innovations portées par ses adhérents pour favoriser une autre économie sur les territoires, en s inscrivant dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire. Fort du succès de l acte IV du Forum, RAVIV souhaite poursuivre la réflexion engagée avec les compagnies, les représentants professionnels et les acteurs publics sur l intégration des démarches de mutualisation dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire tout au long de l année 2015 et conclue en novembre par un Forum #5. A l aube de l acte V et au regard des thématiques qui ont pu émerger lors de la dernière édition du Forum, RAViV souhaite pouvoir effectuer un travail s articulant sur l ensemble de l année dans le cadre de rencontres informelles mensuelles. Notre volonté est de continuer les échanges, de les renforcer et d ouvrir sur des questionnements posés par membres du réseau. 10

10 Différentes thématiques sont identifiées : les financements solidaires (fond mutualisé de trésorerie, démarches solidaires pour des compagnies en difficultés ) la question de l emploi partagé (forme de regroupement autour de l emploi comme les groupements d employeurs ) Le rythme de ces rendez-vous réguliers permettra d identifier bien en amont le thème de cette rencontre, d y associer les partenaires pour qu ils puissent s emparer des questions abordées et y contribuer tout au long de l année. Il permettra également une communication plus large de l évènement, l intervention de personnalités extérieures et la participation de nombreuses compagnies franciliennes. Prochaines étapes : - Définition du calendrier pour construire ces temps de rencontres - Articulation e la démarche de RAViV avec les initiatives d autres acteurs culturels et /ou de l ESS qui peuvent porter ce types de questions (Atelier IDF, Relais Culture Europe, Opale, Arcadi ). - Anticipation de la construction du Forum avec un comité de pilotage qui pourra se tenir en juin pour mieux définir le rôle de chacun et travailler sur une construction plus collective. - Identifier et associer les partenaires sur le processus de construction du forum. 11

11 CONTACT : Responsable légale : Arlette DESMOTS Présidente de RAViV. Coordination du projet : Géraldine TRONCA Administration : Damien COFFIN RAVIV Réseau des Arts Vivants en Ile de France Maison des Réseaux artistiques et culturels 221 rue de Belleville PARIS

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Business plan Formation Financement BPE Création Finances Commerce Édito Com des images / Région Picardie Les efforts réalisés depuis plusieurs

Plus en détail

Le projet stratégique du réseau Initiative 2014-2018. croissance efficacité cohésion

Le projet stratégique du réseau Initiative 2014-2018. croissance efficacité cohésion Le projet stratégique du réseau Initiative croissance efficacité cohésion 5 Le projet stratégique du réseau Initiative Le projet stratégique croissance Pour contribuer davantage au développement économique

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Un outil de connaissance et de suivi du réseau EE de Midi Pyrénées Contexte / Enjeux : Le contexte actuel, dans lequel, l environnement prend une place de

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre)

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Le plan régional d insertion des travailleurs handicapés (PRITH)

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Newsletter Animation de la Vie Sociale N 7 - Mai 2014

Newsletter Animation de la Vie Sociale N 7 - Mai 2014 6-5 JUIN - mars 2013 7 - Mai 2014 Titre 1 - Accès aux droits Expérimentation d'une labellisation de Relais Caf La Convention d Objectifs de Gestion 2013-2017 fixe comme au objectif aux CAF d améliorer

Plus en détail

FORMATION L ENFANT ET LE JEU

FORMATION L ENFANT ET LE JEU FORMATION L ENFANT ET LE JEU Le jeu est au cœur du métier de l animateur car il est un moyen de connaître, de comprendre et d accompagner l enfant dans son développement. Les enjeux éducatifs liés au jeu

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

... UN CONGRèS. pour inventer l avenir des MJC

... UN CONGRèS. pour inventer l avenir des MJC ... UN CONGRèS pour inventer l avenir des MJC EN Ile-de-France Quel sens donner à l action des MJC dans la société d aujourd hui? Quelle place doivent-elles prendre sur les territoires? Comment s organiser?

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Négocier la classification des emplois, pourquoi faire?

Négocier la classification des emplois, pourquoi faire? Négocier la classification des emplois, pourquoi faire? Date de création du document : Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-98 845 Nouméa

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

Charte des musées muséomixés

Charte des musées muséomixés Charte des musées muséomixés Les fondamentaux de Museomix Museomix propose d imaginer le musée et de se l approprier : ouvrir de nouvelles perspectives, construire d autres représentations du musée et

Plus en détail

Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf. Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014

Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf. Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014 Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014 Table des matières 1 Fonctionnement Général de la C.I. Idf 1 2 Le fonctionnement des groupes de travail

Plus en détail

Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés?

Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés? by Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés? «Accompagner quelqu un, c est se placer ni devant, ni derrière, ni à la place. C est

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

PROPOSITION D INTERVENTION

PROPOSITION D INTERVENTION PROPOSITION D INTERVENTION PROJET D INTERVENTION MISSION DE RECRUTEMENT SOMMAIRE: 1. CONDITIONS GENERALES D INTERVENTION 2. METHODOLOGIE 3. HONORAIRES 4. PLANNING D INTERVENTION CONDITIONS GENERALES D

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires Page : 1 / 6 Introduction Dans le cadre des Etats généraux de l ESS en juin 2010, le Labo a coordonné la rédaction de plus de 400 cahiers d espérances. Ils sont des témoins de la vitalité de l ESS et de

Plus en détail

Destination plan de formation

Destination plan de formation Destination plan de formation Nombre de pouvoirs locaux et provinciaux ont intégré la circulaire "plan de formation" du 2 avril 2009, pourtant, une récente étude réalisée par le CRF a permis de poser le

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat I Notre organisme a) Les Statuts juridiques La Fondation Objectif Grandes Ecoles ne dispose pas de statuts propres puisqu elle est sous égide

Plus en détail

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Association d habitants et d acteurs du territoire (collectivités,

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

Instance de Concertation

Instance de Concertation Instance de Concertation PAYS HORTE ET TARDOIRE Jeudi 03 février 2011 Instance de Concertation 03/02/2011 1 Le projet de développement culturel 2009 2010 Oct Nov Déc Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE Nom du salarié: Prénom, Nom : Direction/Service : Niveau de classification : Emploi : Année d entrée dans l entreprise : Nom du Responsable : Fonction

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur.

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur. L avenant n 1 du 20 juillet 2005 à l Accord National Interprofessionnel du 5 décembre 2003 relatif à l accès des salariés à la formation tout au long de la vie professionnelle prévoit que «pour lui permettre

Plus en détail

Des questions pour poursuivre la réfl exion

Des questions pour poursuivre la réfl exion Des questions pour poursuivre la réfl exion EXPLICATIONS PRÉALABLES En complément du diaporama sur les résultats de l étude sur les CHSCT et selon à qui s adresse cette présentation, il est proposé une

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi

Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi PTI PLIE Quelles convergences? 30 avril 2014 Document de travail Les PLIE se sont toujours situés en complémentarité des autres

Plus en détail

Travaux Publics. Enjeux. des plans. de gestion. de déchets

Travaux Publics. Enjeux. des plans. de gestion. de déchets Travaux Publics Enjeux des plans de gestion de déchets Nos propositions Instaurer un audit préalable des chantiers de Travaux publics et l obligation d un état des lieux environnemental La profession des

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement de SPLS en Île-de-France

Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement de SPLS en Île-de-France Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement du dispositif en Île-de-France I. Présentation générale de SPLS... 2 1. Des enjeux de pilotage et de conception des politiques de l habitat...

Plus en détail

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4 Projet associatif 2012-2017 1 Préambule 3 Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3 Nos valeurs comme principes d action 3 Les PEP 71 aujourd hui 4 Des orientations prioritaires de développement 7 2 Préambule

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION

MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION Mission d appui à l animation et au développement de la Stratégie Orientation Formation Territoriale (S.O.F.T) sur le Bassin d Emploi

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up»

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Catherine MERLET Responsable Incubateur Catherine.merlet@carinna.fr

Plus en détail

Présentation du programme Open Law Europa

Présentation du programme Open Law Europa Présentation du programme Open Law Europa 1. PROGRAMME 1.1 Définition : La Direction de l Information Légale et Administrative (DILA), l association Open Law, le Droit Ouvert et le Groupement Français

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Préconisations pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Enjeux principaux Diversité et attractivité Les enjeux liés à l existence d espaces d expressions des cultures

Plus en détail

PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES

PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES ART COMMUNAUTAIRE CONTEXTE Les arts communautaires ne sont pas nouveaux. Ils se différencient des autres formes artistiques par leur engagement social. C est une méthode

Plus en détail

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant La présence artistique en Ile-de-France est constituée par la présence régulière et perceptible au sein des lieux du spectacle vivant,

Plus en détail

Référentiel métier et référentiel compétences De l'animateur Permanent Fédéral

Référentiel métier et référentiel compétences De l'animateur Permanent Fédéral Chrétiens dans le Monde Rural Référentiel métier et référentiel compétences De l'animateur Permanent Fédéral Préambule Le concept d emploi type La fiche métier Animateur Permanent Fédéral décrit 5 grandes

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

Mut u ua u li l s i atio i n o n de d l a l F o F r o matio i n Boîte à outils 2012

Mut u ua u li l s i atio i n o n de d l a l F o F r o matio i n Boîte à outils 2012 Mutualisation de la Formation Boîte à outils 2012 La Mutualisation de la Formation De quoi s'agit-il? se regrouper pour concevoir et/ou participer à des actions de formations communesentre structures différentes

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER «ENSEMBLE» : La fidélité au manifeste universel du mouvement EMMAUS est fondatrice et respectueuse justement du ENSEMBLE. Nous prônons le FAIRE ENSEMBLE comme

Plus en détail

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne Fiche méthode n 3 Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences 1. Définition d un projet GPEC Une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences est par définition,

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Contrôle de la masse salariale & contrôle de gestion sociale

Contrôle de la masse salariale & contrôle de gestion sociale Contrôle de la masse salariale & contrôle de gestion sociale Analyses, prévisions et pilotage PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Le contrôle et la gestion de la masse salariale Toute société

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire Evolution et Gouvernance Depuis 1996, la région Nord Pas- de- Calais soutient des initiatives à caractère économique dans le secteur des services

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Encadrement d'ateliers de pratique théâtrale de l Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels La présente Charte a été adoptée par le Conseil d Administration du Réseau CTI le 29 janvier 2009 1 Préambule L innovation et la recherche

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

Fiche emploi-cible REN. Directeur/trice de structure associative d Education à l Environnement. Cette fiche emploi-cible a pour objectif :

Fiche emploi-cible REN. Directeur/trice de structure associative d Education à l Environnement. Cette fiche emploi-cible a pour objectif : Fiche emploi-cible REN Réseau Réseau école école et Nature et Nature L éducation à à l environnement pour comprendre pour comprendre le monde, le monde, Réseau école et Nature agir agir et vivre et vivre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

2012-2015. Formation I Déclic création d entreprise. Pour les demandeurs d emploi porteur d un projet de création d entreprise. Objectifs pédagogiques

2012-2015. Formation I Déclic création d entreprise. Pour les demandeurs d emploi porteur d un projet de création d entreprise. Objectifs pédagogiques 2012-2015 Formation I Déclic création d entreprise Pour les demandeurs d emploi porteur d un projet de création d entreprise Objectifs pédagogiques Acquérir le socle de connaissances et d outils nécessaires

Plus en détail

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Le améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Le DOMAINE D ACTIVITÉ Secteur Public Nexthink a été sélectionnée par le pour fournir

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

Commission GPEC et Sécurisation des parcours des actifs

Commission GPEC et Sécurisation des parcours des actifs 1 Commission GPEC et Sécurisation des parcours des actifs 31.03.2011 Proposition d orientations et de préconisations concernant la GPEC Suite à la réunion du 29 mars 2011 1 ) Prospective socio économique

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion comptable de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011 Atelier n 4 Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS L épreuve 7 permet d évaluer la capacité intégrative 10 du

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Projet Social 2015 2018

Projet Social 2015 2018 Projet Social 2015 2018 Groupe Technique Local du 16 octobre 2014 RÉSUMÉ Espace Mosaïque 27 rue de Benon 17170 Courçon Tél. : 05 46 01 94 39 Mail : cs.courcon@wanadoo.fr Site : www.espacemosaique.fr Site

Plus en détail

Note de problématique

Note de problématique Concertation sur la Délégation de Service Public Certification Professionnelle Accompagnée Groupe de travail n 1 La traduction des Obligations de Service Public en modalités de mise en œuvre opérationnelles

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 RESULTATS 2013 Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Initiative

Plus en détail

Nos solutions & prestations RH

Nos solutions & prestations RH Nos solutions & prestations RH 2 solutions RH Préparation Opérationnelle à l Emploi (POE) Contrat de Professionnalisation 2 prestations RH Pré-recrutement Recrutement 5 rue Condorcet - CS 20312-38093 Villefontaine

Plus en détail

Article 2 Participants

Article 2 Participants Prix de l innovation sociale 2015 en Essonne Règlement de l Appel à Initiatives Article 1 Présentation Le prix de l innovation sociale est organisé par le Conseil général de l Essonne, en collaboration

Plus en détail