TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences"

Transcription

1 E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence I- Ondes cohérentes, ondes incohérentes Soient deux ondes lumineuses monochromatiques, de pulsations ω 1 et ω 2 dont les champs électriques ont pour expressions : E 1 (M, t) = A 1 (M) cos(ω 1 t Φ 1 (M)) e 1 et E2 (M, t) = A 2 (M) cos(ω 2 t Φ 2 (M)) e 2 avec e 1 et e 2 deux vecteurs unitaires. Pour simplifier l étude, on suppose que ces deux ondes sont dans le même état de polarisation, de sorte que leurs amplitudes instantanées soient additives. 1. Donner les expressions de I 1 (M) et I 2 (M) les intensités au point M des deux ondes considérées prises séparément. 2. Calculer l intensité de l onde résultante I(M) en fonction de I 1 (M), I 2 (M), ω 1, ω 2, Φ 1, Φ Définir les notions d ondes cohérentes et d ondes incohérentes. 4. Donner une condition nécessaire de cohérence concernant les pulsations. 5. Définir et donner l expression du contraste C. II- Condition de cohérence temporelle 1. En pratique deux sources ponctuelles isochrones ne sont pas cohérentes. Expliquer pourquoi. 2. Expliquer alors comment obtenir deux sources ponctuelles S 1 et S 2 cohérentes. 3. Établir la condition de cohérence temporelle. 4. Réécrire la formule des interférences à deux ondes en introduisant l ordre d interférence p(m). 5. Retrouver cette formule en utilisant les amplitudes complexes des deux ondes cohérentes. Exercice n o 2 : Détermination de l écart angulaire séparant deux étoiles I- Questions préliminaires 1. Soient deux sources S 1 et S 2 cohérentes. Donner l équation des surfaces d égal éclairement lorsque les deux sources sont dans un milieu homogène. Tracer l allure de l intersection de ces surfaces par un plan contenant le segment S 1 S On place un écran perpendiculairement à la direction (S 1 S 2 ). Quelle est la forme des franges d interférence? 3. On place un écran parallèlement à la direction (S 1 S 2 ). Quelle est la forme approchée des franges d interférence? II- Trous d Young Deux trous, séparés d une distance a = S 1 S 2, sont éclairés par une source ponctuelle S (cf figure n 1). Le phénomène de diffraction (cf Cours-TD n 11) permet aux rayons issus de S 1 et de S 2 de se rencontrer au point M. On observe la figure d interférence dans le plan focal image d une lentille convergente L de focale f. 1

2 Figure n o 1 : Trous d Young 1. Donner, sans faire de calcul, la forme de la figure d interférence observée sur l écran. Dans la suite de l exercice, l étude est menée dans le plan Oxz. 2. Tracer, sur la figure n 1, les rayons issus des sources S 1 et S 2 qui interfèrent au point M de coordonnées (x, 0, 0). 3. En déduire la différence de marche au point M en fonction a, x et f. 4. Expliciter alors l intensité lumineuse I(x) le long de l axe Ox. On introduira l interfrange i et on supposera que la répartition de la lumière via la diffraction se fait de façon uniforme. III- Application à l astronomie Les trous d Young étudiés précédemment sont maintenant placés devant l objectif d un télescope modélisé par la lentille convergente L (cf figure n 2). Ce télescope pointe vers une source supposée à l infinie et constituée de deux étoiles E 1 et E 2. On cherche dans ce qui suit à déterminer θ l écart angulaire entre les deux étoiles. Figure n o 2 : Trous d Young appliqués à l astronomie 1. On note I 1 (x) l intensité qui serait reçue par le détecteur (matrice CCD) dans le plan focal image du télescope si l étoile E 1 était seule. a) Déterminer x 1 l abscisse du point où la différence de marche entre les rayons issus de S 1 et S 2 éclairées par E 1 est nulle. b) En déduire I 1 (x). 2. Établir de même l expression de l intensité I 2 (x) qui serait reçue par le détecteur si l étoile E 2 était seule. 3. Donner l expression de l intensité totale I(x) (on supposera que les deux étoiles émettent la même quantité de lumière). 4. Calculer le contraste C et tracer son allure en fonction de a (on fera apparaître une distance caractéristique notée l S ). 5. Comment peut-on déterminer θ? Cette méthode fut utilisée par A. Labeyrie et ses collaborateurs en 1978 pour étudier la distance séparant les deux composantes de l étoile Capella dans la constellation du Cocher pendant une révolution complète de l une autour de l autre. 2

3 Exercice n o 3 : Interféromètre de Michelson, étude spectrale d une diode laser On considère un interféromètre de Michelson schématisé sur la figure ci-contre. Il est constitué de deux miroirs M 1 et M 2 et d une lame séparatrice (Sep) perpendiculaires au plan de la figure. L ensemble est placé dans l air assimilé au vide. On utilisera un trièdre orthonormé direct ( e x, e y, e z ). L origine des axes est au milieu O de la séparatrice. La séparatrice est inclinée à 45 par rapport à l axe des x. Dans ce problème, la séparatrice (Sep) est semi-réfléchissante et son épaisseur est supposée nulle. La réflexion et la transmission sur la séparatrice n introduisent aucun déphasage. Le miroir M 1 a son centre O 1 sur l axe Ox et il est perpendiculaire à cet axe. Il est seulement mobile en translation le long de l axe Ox. Le miroir M 2 a son centre O 2 sur l axe Oy. O 2 est fixe, le miroir M 2 est toujours perpendiculaire à M 1. Les deux miroirs sont à des distances différentes de O : OO 1 = D + d, OO 2 = D. La distance d est réglable. Une lentille mince convergente L, de distance focale f, a son axe optique confondu avec l axe Oy. Un écran E est placé après la lentille dans son plan focal image. On désigne par O 3 le centre de l écran et par P un point de l écran. Pour éclairer l interféromètre de Michelson on utilise un laser avec une lame diffusante placée à sa sortie. Le laser et la lame sont équivalents à une source étendue S, envoyant des rayons lumineux dans toute les directions sur la lame séparatrice. On ne considérera que les rayons réfléchis une seule fois sur la séparatrice et les miroirs. I- Interférences lumineuses 1. Rappeler brièvement les conditions à remplir pour observer des interférences entre deux ondes lumineuses. 2. Démontrer la formule donnant l intensité d interférence de deux ondes, de même amplitude, de longueur d onde dans le vide λ 0 et ayant une différence de marche δ II- Figure d interférences Pour une source monochromatique, de longueur d onde dans le vide λ 0, on observe des anneaux d interférence sur l écran dans le plan focal de la lentille L. 1. À quoi est équivalent le dispositif interférométrique? 2. Expliquez pourquoi on observe des anneaux d interférence. 3. Qu observe-t-on pour d = 0? 4. Dans le cas d une source étendue, les franges d interférence sont localisées à l infini (c est-à-dire dans le plan focal image de L). Expliquer pourquoi. III- Intensité d interférences 1. Soit δ la différence de marche entre deux ondes qui interfèrent en un point P de l écran tel que O 3 P = x. Calculer δ en fonction de i, l angle d incidence sur l un des miroirs. 2. La lentille étant utilisée dans le cadre de l approximation de Gauss, exprimer δ en fonction de x. 3. Déterminer la loi I(x) de l intensité d interférence en ce point P. 4. Dans cette question, on suppose qu à l origine O 3 l ordre d interférence est entier. Déterminer le rayon ρ n du nième anneau brillant en fonction de n, f, λ 0 et d. Commenter. IV- Largeur spectrale de la lumière du laser La lumière du laser n est pas rigoureusement monochromatique. La répartition spectrale est donnée en fonction du nombre d onde σ = 1/λ. L intensité lumineuse di émise entre σ et σ + dσ est donnée par : [ di = J(σ)dσ = J 0 exp ( σ σ0 a ) 2 ] dσ. J 0 est une constante, a (tel que a << σ 0 ) mesure la largeur spectrale en nombre d onde, σ 0 = 1/λ 0 est le nombre d onde moyen du laser. 1. Largeur de raie. Exprimer la largeur à mi-hauteur de la raie δλ (en longueur d onde), en fonction de a. 3

4 Pour mesurer la largeur spectrale du laser, on utilise l interféromètre de Michelson décrit précédemment. Un moteur permet de faire translater le miroir M 1 à la vitesse constante v 0. À l instant initial t = 0, d = 0. Une cellule photoélectrique ponctuelle, placée en O 3, fournit un courant proportionnel à l intensité lumineuse au point O Déterminer l expression analytique du courant i(t) en fonction du temps. On utilisera l intégrale : + 0 [ cos[2πσδ] exp ( σ σ0 a ) 2 ] dσ a π exp[ π 2 a 2 δ 2 ] cos[2πσ 0 δ]. 3. Dans l expression de i(t), faire apparaître un terme de visibilité que l on définira. Dessiner l allure de la courbe i(t) en fonction de t. 4. La vitesse du moteur est v 0 = 1, 0 µm/s, on a toujours λ 0 = 632, 8 nm. On constate qu au bout de t 1 = 120 s, la visibilité du signal a été divisée par deux. En déduire δλ. Exercice n o 4 : Interféromètre de Michelson, interférences en lumière blanche I- Interféromètre de Michelson réglé en coin d air On considère à nouveau l interféromètre de Michelson présenté dans l exercice n 2. Cependant ici, M 1, l image par la séparatrice du miroir M 1 forme un petit angle α avec le miroir M 2, on dit alors que l interféromètre de Michelson est réglé en coin d air. Pour éclairer l interféromètre de Michelson réglé en coin d air, on dispose un diaphragme placé au foyer objet d une lentille convergente que l on éclaire avec une source monochromatique de longueur d onde dans le vide λ 0. Les rayons lumineux arrivent alors sous incidence quasi-normale sur le miroir M 2 et les franges d interférences sont localisées au voisinage du miroir M Soit M un point situé sur le miroir M 2 et repéré par sa distance d à l arête du coin d air. Déterminer la différence de marche δ(m) au point M en fonction de α et d. 2. En déduire la forme des franges d interférences et exprimer l interfrange i en fonction de λ 0 et de α. 3. Les franges étant localisées sur M 2 on ne peut pas les observer directement sur un écran. On fait alors l image de la figure d interférence sur un écran avec une lentille convergente de focale f = 10 cm. a) On place la lentille à 11 cm du miroir M 2. À quelle distance D du miroir M 2, doit-on placer l écran? b) Que vaut alors le grandissement γ du montage? c) On mesure sur l écran un interfrange de 2 mm. Calculer α sachant que λ 0 = 633 nm. Commenter. II- Interférences en lumière blanche Le diaphragme est maintenant éclairé par une source de lumière blanche : cette source émet dans tout le domaine visible, c est-à-dire de λ = 400 nm (violet) à λ = 800 nm (rouge). Dans cette partie, les longueurs d ondes sont notées λ, l indice zéro est réservé pour la longueur d onde centrale : λ 0 = 600 nm 1. Évaluer la longueur de cohérence, l, d une source de lumière blanche. Faire l application numérique et commenter. La source de lumière blanche est décrite par son spectre g(λ) : la source peut être considérée comme la superposition de sources monochromatiques émettant entre λ et λ + dλ une intensité di 0 = g(λ)dλ. 2. Établir l expression du spectre de la lumière reçue au point M associé à la différence de marche δ(m). 3. Qu observe-t-on sur l arête du coin d air? 4. Qu observe-t-on au voisinage l arête du coin d air? 5. Qu observe-t-on loin de l arête du coin d air, c est-à-dire lorsque l ordre d interférence central est élevé? 4

5 Problème : Interféromètre de Mach-Zehnder, modulation optique L interféromètre de Mach-Zehnder (cf figure n 1) comporte deux miroirs identiques M 1 et M 2 et deux lames semi-transparentes identiques L 1 et L 2. Miroirs et lames sont disposés à 45 de la direction des rayons lumineux. Un faisceau laser incident de rayons parallèles, monochromatique, de longueur d onde dans le vide λ 0 et d intensité I 0 est divisée en deux faisceaux "1" et "2" par la première lame L 1. Après réflexion sur M 1 et M 2, les faisceaux sont recombinés à la sortie de la deuxième lame L 2. Deux détecteurs identiques, D 1 et D 2, sont disponibles selon la sortie utilisée. Figure n o 1 : Principe de l interféromètre de Mach-Zehnder Dans ce problème on utilise une théorie ondulatoire scalaire de la lumière, sans tenir compte des propriétés de polarisation des différents composants. On utilisera les notations complexes et la dépendance temporelle des ondes est en exp(iωt). On prend n = 1 pour l indice de réfraction de l air. I- Interférence à deux ondes On fait interférer deux ondes monochromatiques de même amplitude et cohérentes qui présentent une différence de phase Φ. Établir l expression de l intensité d interférence I. II- Interféromètre de Mach-Zehnder Les miroirs sont parfaitement réfléchissants, leur coefficient de réflexion en amplitude est égal à moins un : ρ M1 = ρ M2 = 1. Les propriétés optiques des lames sont décrites par un coefficient de réflexion en amplitude ρ et un coefficient de transmission en amplitude τ : ρ = 1 e iπ i 2 = ; τ = Les trajets L 1 M 1 L 2 et L 1 M 2 L 2 sont identiques et on note (L 0 ) le chemin optique correspondant qui ne tient compte ni des coefficients de réflexion des miroirs ni des coefficients de réflexion ou de transmission des lames L 1 et L 2 : (L 0 ) = (L 1 M 1 L 2 ) = (L 1 M 2 L 2 ). L onde incidente a une amplitude a 0. Les détecteurs sont quadratiques : ils fournissent une intensité proportionnelle au carré du module de l onde arrivant sur le détecteur. 1. Déterminer l amplitude complexe de l onde arrivant sur le détecteur D Déterminer l amplitude complexe de l onde arrivant sur le détecteur D Déterminer les intensités détectées I 1 et I 2 sur les détecteurs D 1 et D Commenter brièvement les résultats des trois questions précédentes. III- Mesure d un indice de réfraction à l aide de l interféromètre de Mach-Zehnder On introduit, entre L 1 et M 2, une lame à faces parallèles, perpendiculairement à la direction des rayons lumineux. La lame L a un indice de réfraction n et une longueur e dans la direction de propagation de la lumière (cf figure n 2) ; elle est parfaitement transparente (le facteur de transmission de chaque face est égal à 1). 5

6 Figure n o 2 : Mesure d un indice de réfraction 1. Déterminer la différence de phase Φ introduite par la lame L entre l onde passant par le chemin L 1 M 2 L 2 et celle passant L 1 M 1 L Exprimer, en fonction de I 0 et de Φ, l intensité I 1 détectée par le détecteur D 1 en présence de la lame L. 3. Déterminer de la même manière l intensité I 2 détecté par le détecteur D Commenter le résultat de ces deux dernières questions. 5. Un dispositif électronique permet de mesurer le rapport C = (I 1 I 2 )/(I 1 + I 2 ). Exprimer C en fonction de Φ. 6. Application numérique : la lame est taillée dans un cristal possédant un indice de réfraction n tel que : 2 < n < 2, 5. Avec une lumière de longueur d onde λ 0 = 633 nm, une lame d épaisseur e = 1, 46 µm introduite dans l interféromètre provoque une annulation de I 2. Déterminer l indice de réfraction de cette lame. IV- Modulateur électro-optique par interférences Afin de fabriquer un modulateur de lumière, on introduit un cristal de Niobate de Lithium entre entre L 1 et M 2 ( cf figure n 3). Ce cristal est une lame à faces parallèles, de longueur e. Les faces perpendiculaires à la direction du rayon lumineux sont métallisées. De cette façon, on peut appliquer une tension V, de basse fréquence, entre les deux électrodes. Figure n o 3 : Modulateur électro-optique avec un Mach-Zehnder 6

7 Le cristal de Niobate de Lithium présente un effet électro-optique linéaire (effet Pockels), c est-à-dire que son indice de réfraction est une fonction affine de la tension appliquée : n = n 0 1 V 2 rn3 0 e Dans cette formule n 0 est l indice de réfraction du cristal pour V = 0 et r un coefficient électro-optique. Les deux électrodes métalliques sont très fines et ne jouent aucun rôle sur la propagation de la lumière (chacune a un facteur de transmission égal à 1). 1. Montrer que l intensité, I 1, du faisceau sortant par la sortie "1" de l interféromètre peut se mettre sous la forme : I 1 = I [ cos (Φ 0 π V )]. 2 V 0 Déterminer les expressions littérales de Φ 0 et de la tension V La longueur de la lame est choisie de façon à avoir la relation 2π λ 0 (n 0 1)e = π 2. Que devient dans ce cas l intensité I 1 du faisceau? 3. Modulation linéaire d intensité. La tension appliquée varie sinusoïdalement en fonction du temps : V = V m cos(ω m t). De plus, l effet électrooptique est un effet très faible, la tension appliquée est telle que V m << V 0. Montrer que dans ces conditions, on obtient un faisceau dont l intensité est modulée : I 1 (t) = I 0 [ 1 + µ cos(ωm t) ]. 2 Déterminer l expression littérale du coefficient de modulation µ. 4. Pour λ 0 = 633 nm, on a n 0 = 2, 286 et r = 9, m/v. Déterminer la valeur numérique de V À partir de cette valeur numérique, donner votre avis sur l utilisation pratique de ce dispositif avec ce matériau. 7

Les interférences lumineuses

Les interférences lumineuses Les interférences lumineuses Intérêt de l étude des interférences et de la diffraction : Les interférences sont utiles pour la métrologie, la spectrométrie par transformée de Fourier (largeur de raie),

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Quelleestlavaleurdel intensitéiaupointm?

Quelleestlavaleurdel intensitéiaupointm? Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Diffraction [6] Polarisation [7] Interférences

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite PHYSIQUE - Épreuve écrite WARIN André I. Remarques générales Le sujet de physique de la session 010 comprenait une partie A sur l optique et une partie B sur l électromagnétisme. - La partie A, à caractère

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Année 2006 2007 Table des matières 1 Les grands principes de l optique géométrique 1 1 Principe de Fermat............................... 1 2 Rayons lumineux.

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

III. Transformation des vitesses

III. Transformation des vitesses 9 III Transformation des vitesses La transformation de Lorentz entraîne de profondes modifications des règles de cinématique: composition des vitesses, transformation des accélérations. 1. Règle de composition

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome PHYSIQUE-CHIMIE Ce sujet traite de quelques propriétés de l aluminium et de leurs applications. Certaines données fondamentales sont regroupées à la fin du texte. Partie I - Propriétés de l atome I.A -

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Étoiles doubles par Interférométrie des tavelures au T60 du pic du midi

Étoiles doubles par Interférométrie des tavelures au T60 du pic du midi Étoiles doubles par Rappels historiques Analyse Harmonique : la transformée de Fourier FOURIER, Jean Baptiste Joseph (21 Mars 1768, Auxerre, France - 16 Mai 1830, Paris, France) Expérience des trous d

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS PR. MUSTAPHA ABARKAN EDITION 014-015 Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès - Faculté Polydisciplinaire de Taza Département Mathématiques, Physique et Informatique

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Interférences et applications

Interférences et applications Interférences et applications Exoplanète : 1ère image Image de la naine brune 2M1207, au centre, et de l'objet faible et froid, à gauche, qui pourrait être une planète extrasolaire Interférences Corpuscule

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Lecteurs optiques numériques

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Lecteurs optiques numériques ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP Option Physique et Sciences de l Ingénieur CONCOURS D ADMISSION 2010 COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

PROBLÈMES DE RELATIVITÉ RESTREINTE (L2-L3) Christian Carimalo

PROBLÈMES DE RELATIVITÉ RESTREINTE (L2-L3) Christian Carimalo PROBLÈMES DE RELATIVITÉ RESTREINTE (L2-L3) Christian Carimalo I - La transformation de Lorentz Dans tout ce qui suit, R(O, x, y, z, t) et R (O, x, y, z, t ) sont deux référentiels galiléens dont les axes

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Mathématiques et physique (MP) Discipline : Physique-chimie Seconde année Programme de physique-chimie de la voie MP

Plus en détail

SOMMAIRE. TP "Avancés" TP "Classiques"

SOMMAIRE. TP Avancés TP Classiques CATALOGUE 20 009 SPECIAL TRAVAUX PRATIQUES SOMMAIRE TP "Avancés" Effet Pockels et Modulation Electro-Optique p.3 Effet et Modulation Acousto-Optique p.4 Caractéristiques Electriques et Optiques d une Diode

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Pour commencer : Qu'est-ce que la diffraction? p : 76 n 6 : Connaître le phénomène de diffraction

Pour commencer : Qu'est-ce que la diffraction? p : 76 n 6 : Connaître le phénomène de diffraction Compétences exigibles au baccalauréat Savoir que l'importance du phénomène de diffraction est liée au rapport de la longueur d'onde aux dimensions de l'ouverture ou de l'obstacle. Exercice 19 p : 78 Connaître

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx?

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx? Lycée Bi h t QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive Il semble nécessaire d utiliser des fichiers images, de grande taille généralement, aussi, nous proposons

Plus en détail

La chanson lumineuse ou Peut-on faire chanter la lumière?

La chanson lumineuse ou Peut-on faire chanter la lumière? BUTAYE Guillaume Olympiades de physique 2013 DUHAMEL Chloé SOUZA Alix La chanson lumineuse ou Peut-on faire chanter la lumière? Lycée des Flandres 1 Tout d'abord, pourquoi avoir choisi ce projet de la

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile Red shift or blue shift, that is the question. a) Quand une source d onde se rapproche d un observateur immobile, la longueur d onde λ perçue par l observateur est-elle plus grande ou plus petite que λo

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉA GÉNÉRAL SUJE PHYSIQUE-CHIMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIEN : 6 L usage d'une calculatrice ES autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Ce sujet comporte

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE LA PHYSIQUE DES MATERIAUX Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE Pr. A. Belayachi Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Département de Physique - L.P.M belayach@fsr.ac.ma 1 1.Le réseau

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

Cercle trigonométrique et mesures d angles

Cercle trigonométrique et mesures d angles Cercle trigonométrique et mesures d angles I) Le cercle trigonométrique Définition : Le cercle trigonométrique de centre O est un cercle qui a pour rayon 1 et qui est muni d un sens direct : le sens inverse

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

D Utilisation des Spectromètres à CCD

D Utilisation des Spectromètres à CCD D Utilisation des Spectromètres à CCD (de marque Ocean Optics, Avantes ou Getspec version USB2000 et USB650) I PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU SPECTROMETRE : La lumière à analyser est transmise au spectromètre

Plus en détail

5.2 Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème

5.2 Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème . Théorème de Fourier et Transformée de Fourier Fourier, Joseph (788). Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème Théorème «de Fourier»: N importe quelle courbe peut être décomposée en une superposition

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques

SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques Durée 4 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail