Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures"

Transcription

1 Le régime d asile européen commun Affaires intérieures

2 Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l Union européenne. Un numéro unique gratuit (*): (*) Les informations sont fournies à titre gracieux et les appels sont généralement gratuits (sauf certains opérateurs, hôtels ou cabines téléphoniques). De nombreuses autres informations sur l Union européenne sont disponibles sur l internet via le serveur Europa ( Une fiche catalographique figure à la fin de l ouvrage. Luxembourg: Office des publications de l Union européenne, 2014 ISBN doi: /67469 Union européenne, 2014 Reproduction autorisée, moyennant mention de la source Printed in Belgium IMPRIMÉ SUR PAPIER BLANCHI SANS CHLORE ÉLÉMENTAIRE (ECF)

3 Le régime d asile européen commun L Union européenne et l asile La directive relative aux procédures d asile La directive relative aux conditions d accueil La directive «Qualification» Le règlement de Dublin Eurodac Un espace de protection et de solidarité en faveur des plus vulnérables Depuis le début de mon mandat, le régime d asile européen commun (RAEC) est ma priorité absolue et j ai pris part aux négociations dès le premier jour. L instauration du RAEC constitue une réalisation historique, à laquelle les États membres et le Parlement ont œuvré depuis Le RAEC facilitera l accès à la procédure d asile pour les personnes qui cherchent à obtenir une protection; il améliorera l impartialité, la rapidité et la qualité des décisions qui seront rendues en matière d asile; il garantira que les personnes craignant des persécutions ne seront pas renvoyées là où elles seraient en danger; enfin, il offrira des conditions dignes et décentes tant aux demandeurs d asile qu aux personnes bénéficiaires d une protection internationale dans l Union européenne (UE). Ce n est pas sans peine que nous sommes parvenus au RAEC. Pour achever notre réalisation, il nous faut toutefois encore consentir un effort considérable pour mettre en œuvre nos instruments législatifs et veiller au fonctionnement correct et uniforme du régime commun. Alors seulement, nous disposerons d un espace de protection et de solidarité digne de ce nom, une réalisation dont nous pourrons être fiers. Cecilia Malmström, commissaire chargée des affaires intérieures 1

4 RÉGIME D ASILE EUROPÉEN COMMUN L asile est accordé aux personnes qui fuient les persécutions ou des atteintes graves. La procédure de demande d asile est désormais harmonisée dans l ensemble de l UE (directive relative aux procédures d asile). Les empreintes digitales de chaque demandeur d asile sont relevées et envoyées à une base de données appelée «Eurodac» (règlement Eurodac). Ces données contribuent à la détermination du pays responsable du traitement de la demande d asile (règlement de Dublin). Les demandeurs d asile bénéficient de certaines conditions matérielles d accueil, telles que l hébergement et les moyens de subsistance (directive relative aux conditions d accueil). Un entretien a lieu, en présence et avec l assistance d un interprète, entre le demandeur d asile et le responsable de son dossier, qui a suivi une formation en droit de l UE, afin de déterminer si le demandeur peut prétendre au statut de réfugié ou à une protection subsidiaire (directive «Qualification» et directive relative aux procédures d asile) Si l asile n est pas accordé au demandeur en «première instance», ce rejet peut faire l objet d un recours juridictionnel. L octroi du statut de réfugié ou de bénéficiaire d une protection subsidiaire s accompagne de certains droits, tels que la délivrance d un titre de séjour, l accès au marché du travail et aux soins de santé (directive «Qualification»). Si la décision de rejet rendue en «première instance» est confirmée, le demandeur peut être soumis à une obligation de retour dans son pays d origine ou de transit. Infirmation de la décision négative rendue en «première instance». 2

5 L UNION EUROPÉENNE ET L ASILE UN DEVOIR DE PROTECTION L asile est accordé aux personnes qui fuient les persécutions ou des atteintes graves. Le droit d asile est un droit fondamental, et son octroi constitue une obligation internationale qui incombe aux États en vertu de la convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés. Dans un espace sans frontières où tout un chacun circule librement, il nous faut disposer d une approche commune de l asile dans l ensemble de l UE. Les flux de demandeurs d asile ne sont ni constants ni répartis de manière uniforme dans toute l Union. Ainsi, après avoir atteint un niveau record de pour les États de l EU-27 en 2001, le nombre de demandes d asile a reculé pour s établir à moins de en En 2012, on en dénombrait plus de L asile ne doit pas être une loterie. Les États membres de l UE partagent la responsabilité d accueillir les demandeurs d asile dans la dignité, en veillant à ce qu ils soient traités équitablement et à ce que l examen de leur demande obéisse à des normes uniformes afin qu ils puissent compter sur l obtention d une réponse similaire, quel que soit le lieu où ils introduisent leur demande. L UNION EUROPÉENNE, UN ESPACE DE PROTECTION Depuis 1999, l UE œuvre à la création d un régime d asile européen commun et à l amélioration du cadre législatif en vigueur. Elle a adopté de nouvelles dispositions qui énoncent des normes communes élevées et renforcent la coopération afin de garantir aux demandeurs d asile un traitement égal, dans un système transparent et équitable, quel que soit l État membre dans lequel ils présentent leur demande. En bref: la directive révisée sur les procédures d asile a pour but de rendre plus rapidement des décisions plus équitables et de meilleure qualité en matière d asile. Les demandeurs d asile ayant des besoins particuliers bénéficieront de l assistance nécessaire pour expliquer leur demande, et une protection accrue sera en particulier accordée aux mineurs non accompagnés et aux victimes d actes de torture; la directive révisée relative aux conditions d accueil garantit aux demandeurs d asile des conditions matérielles d accueil humaines (par exemple, un hébergement) dans l ensemble de l UE et le respect total de leurs droits fondamentaux. Elle assure également que le placement en rétention n est appliqué qu à titre de mesure de dernier ressort; la directive «Qualification» révisée précise les motifs pour lesquels une protection internationale peut être octroyée, ce qui renforcera la fiabilité des futures décisions en la matière. Elle améliorera aussi l accès des bénéficiaires d une protection internationale aux droits et aux mesures d intégration; le règlement de Dublin révisé accroît la protection des demandeurs d asile pendant tout le processus de détermination de l État responsable de l examen de la demande et clarifie les dispositions qui régissent les relations entre États membres. Il institue de la sorte un système de détection précoce des problèmes pouvant perturber les régimes nationaux d asile ou d accueil, et il s attaque à leurs causes profondes avant qu ils n évoluent en véritables crises; le règlement Eurodac révisé permet l accès des autorités répressives, dans des circonstances strictement limitées, aux bases de données de l UE contenant les empreintes digitales des demandeurs d asile, afin de prévenir et de détecter les actes criminels les plus graves, tels que les meurtres ou les infractions terroristes, ou d enquêter sur ceux-ci. 3

6 LA DIRECTIVE RELATIVE AUX PROCÉDURES D ASILE Il est impératif d assurer des garanties communes aux personnes qui fuient les persécutions et qui cherchent à obtenir une protection internationale; les demandeurs d asile doivent avoir accès à des procédures équitables et efficaces. QU EST-CE QUE LA DIRECTIVE RELATIVE AUX PROCÉDURES D ASILE? Cet instrument ( 1 ) établit les règles qui s appliqueront tout au long de la procédure de demande d asile; il régit notamment: les modalités de l introduction d une demande, les modalités d examen de celle-ci, le type d aide dont bénéficiera le demandeur d asile, les modalités de recours et le droit éventuel de séjour pendant la procédure de recours, les mesures pouvant être prises en cas de fuite de l intéressé ou le mode de traitement des demandes répétitives. La précédente directive était à l époque le plus petit dénominateur commun entre les États membres. Ses dispositions étaient souvent trop floues, et les dérogations prévues autorisaient les États membres à conserver leur propre réglementation, même si elle se situait en deçà des normes de base convenues. PRINCIPALES RÉALISATIONS La nouvelle directive relative aux procédures d asile ( 2 ) a fortement gagné en précision. Elle instaure un système cohérent grâce auquel les décisions en matière d asile seront adoptées de manière plus efficace et plus équitable, et tous les États membres examineront les demandes selon un même niveau de qualité élevée. Elle clarifie les modalités de présentation d une demande d asile: les États membres doivent prendre des dispositions spécifiques, par exemple aux frontières, afin de veiller à ce que quiconque souhaite demander l asile puisse le faire rapidement et effectivement. Les procédures seront à la fois plus rapides et plus efficaces. La durée d une procédure d asile ne dépassera normalement pas six mois. Les ( 1 ) Directive 2005/85/CE du Conseil du 1 er décembre 2005 relative à des normes minimales concernant la procédure d octroi et de retrait du statut de réfugié dans les États membres. ( 2 ) Directive 2013/32/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013 relative à des procédures communes pour l octroi et le retrait de la protection internationale (refonte) (applicable à partir du 21 juillet 2015). 4 autorités chargées de se prononcer sur les demandes seront mieux formées, et le demandeur recevra une aide plus précoce afin que sa demande puisse faire l objet d un examen rapide et complet. Ces investissements représenteront une économie d ensemble, puisqu ils réduiront le temps que les demandeurs d asile passeront dans les centres d accueil subventionnés par les États membres, le nombre de décisions erronées et, partant, le nombre de recours coûteux. Toute personne ayant besoin d une aide particulière du fait, par exemple, de son âge, d un handicap, d une maladie, de son orientation sexuelle ou encore parce qu elle a subi une expérience traumatisante recevra un soutien approprié, notamment en bénéficiant d un délai suffisant, pour expliquer sa demande. En ce qui concerne les enfants non accompagnés, les autorités nationales leur adjoindront un représentant qualifié. Les demandes qui ont peu de chances d être bien fondées peuvent être traitées dans le cadre de procédures spéciales (procédures «accélérée» et «à la frontière»). Les cas dans lesquels ces procédures peuvent être appliquées sont soumis à des règles claires afin d éviter que les demandes bien fondées ne relèvent de telles procédures. Les enfants non accompagnés demandeurs d asile et les victimes d actes de torture font l objet d un traitement spécial à cet égard. Les dispositions régissant les recours en justice sont désormais beaucoup plus claires. L actuelle législation européenne est vague, et les systèmes nationaux ne garantissent pas toujours un accès suffisant aux tribunaux. De ce fait, de nombreuses affaires finissent devant la Cour européenne des droits de l homme de Strasbourg, ce qui est coûteux et générateur d insécurité juridique. Les nouvelles dispositions respectent pleinement les droits fondamentaux de sorte que la pression pesant sur la Cour de Strasbourg devrait s en trouver allégée. Les États membres seront également mieux à même de faire face aux demandes abusives, notamment aux demandes répétitives présentées par la même personne. Une personne qui n a pas besoin de protection ne sera plus en mesure d empêcher indéfiniment son éloignement en renouvelant sans cesse sa demande d asile.

7 LA DIRECTIVE RELATIVE AUX CONDITIONS D ACCUEIL En attendant qu il soit statué sur leur demande, les demandeurs d asile doivent recevoir certains biens de première nécessité qui leur garantissent un niveau de vie digne. QU EST-CE QUE LA DIRECTIVE RELATIVE AUX CONDITIONS D ACCUEIL? La directive relative aux conditions d accueil ( 1 ) concerne l accès des demandeurs d asile aux conditions d accueil dans l attente de l examen de leur demande. Elle leur assure l accès au logement, aux moyens de subsistance, aux soins de santé et à l emploi, ainsi qu aux soins médicaux et psychologiques. Par le passé, les pratiques divergentes d un État membre à l autre pouvaient rendre inadéquat le niveau des conditions matérielles d accueil des demandeurs d asile. PRINCIPALES RÉALISATIONS La nouvelle directive relative aux conditions d accueil ( 2 ) a pour objectif d améliorer et d harmoniser davantage les normes d accueil dans l ensemble de l Union. Pour la première fois, l Union a adopté des règles communes détaillées sur la question de la rétention des demandeurs d asile, qui garantissent que leurs droits fondamentaux sont pleinement respectés. En particulier: elle contient des garanties juridiques importantes telles que l accès à l assistance juridique gratuite et à des informations fournies par écrit lors de l introduction d un recours contre une décision de placement en rétention; elle prévoit des conditions d accueil spécifiques dans les centres de rétention, telles que l accès à des espaces en plein air et la communication avec des avocats, des organisations non gouvernementales (ONG) et des membres de la famille. La nouvelle directive précise également l obligation d effectuer une appréciation au cas par cas afin de déterminer les besoins particuliers en matière d accueil des personnes vulnérables. Elle accorde une attention particulière aux mineurs non accompagnés et aux victimes d actes de torture; elle garantit également aux demandeurs d asile vulnérables l accès à un soutien psychologique. Enfin, elle comporte des règles concernant les qualifications des représentants pour les mineurs non accompagnés. Un demandeur d asile doit désormais pouvoir avoir accès à l emploi dans un délai maximal de neuf mois. la directive comporte une liste exhaustive de motifs de rétention qui contribuera à éviter les pratiques de rétention arbitraire et qui limite la rétention à une durée aussi courte que possible; elle restreint le placement en rétention des personnes vulnérables et, en particulier, des mineurs; ( 1 ) Directive 2003/9/CE du Conseil du 27 janvier 2003 relative à des normes minimales pour l accueil des demandeurs d asile dans les États membres. ( 2 ) Directive 2013/33/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013 établissant des normes pour l accueil des personnes demandant la protection internationale (refonte) (applicable à partir du 21 juillet 2015). 5

8 LA DIRECTIVE «QUALIFICATION» Avant de pouvoir être reconnue comme demandeur d asile, une personne doit se voir reconnaître le statut de réfugié ou de bénéficiaire d une protection subsidiaire. QU EST-CE QUE LA DIRECTIVE «QUALIFICATION»? La directive «Qualification» ( 1 ) établit les normes relatives à l octroi d une protection internationale. Ses dispositions prévoient également une série de droits concernant la protection contre le refoulement, les titres de séjour et documents de voyage, l accès à l emploi, à l éducation, à la prévoyance sociale, aux soins de santé, au logement et aux dispositifs d intégration, ainsi que des dispositions spécifiques applicables aux enfants et aux personnes vulnérables. Les normes minimales que prévoyait la directive précédente étaient, dans une certaine mesure, vagues, ce qui perpétuait des divergences dans les législations et pratiques nationales en matière d asile. Les chances qu une personne obtienne une protection internationale pouvaient, dès lors, varier considérablement en fonction de l État membre qui traitait la demande d asile. PRINCIPALES RÉALISATIONS l efficacité de la procédure d asile et la prévention des fraudes, et elle assure la cohérence avec les arrêts de la Cour de justice de l Union européenne. Elle harmonise dans une large mesure les droits accordés à tous les bénéficiaires d une protection internationale (réfugiés reconnus et bénéficiaires d une protection subsidiaire) en matière d accès à l emploi et aux soins de santé. Elle étend également la durée de validité des titres de séjour des bénéficiaires d une protection subsidiaire. Elle assure une meilleure prise en compte de l intérêt supérieur de l enfant et des aspects liés au sexe dans l appréciation des demandes d asile ainsi que dans l application des dispositions sur le contenu de la protection internationale. Elle favorise l accès des bénéficiaires d une protection internationale aux droits et aux mesures d intégration. Elle tient mieux compte des difficultés pratiques propres aux bénéficiaires d une protection internationale. La nouvelle directive «Qualification» ( 2 ) contribue à améliorer la qualité de la prise de décision et à assurer un traitement uniforme et équitable des personnes qui fuient les persécutions, les guerres et la torture. Elle précise les motifs d octroi d une protection internationale et permet des déterminations plus rigoureuses, améliorant ainsi ( 1 ) Directive 2004/83/CE du Conseil du 29 avril 2004 concernant les normes minimales relatives aux conditions que doivent remplir les ressortissants des pays tiers ou les apatrides pour pouvoir prétendre au statut de réfugié ou les personnes qui, pour d autres raisons, ont besoin d une protection internationale, et relatives au contenu de ces statuts. ( 2 ) Directive 2011/95/UE du Parlement européen et du Conseil du 13 décembre 2011 concernant les normes relatives aux conditions que doivent remplir les ressortissants des pays tiers ou les apatrides pour pouvoir bénéficier d une protection internationale, à un statut uniforme pour les réfugiés ou les personnes pouvant bénéficier de la protection subsidiaire, et au contenu de cette protection (refonte) (applicable à partir du 21 décembre 2013). 6

9 LE RÈGLEMENT DE DUBLIN Toute demande d asile présentée par un ressortissant d un pays tiers sur le territoire de l Union doit être examinée. Chaque État membre de l UE doit être en mesure de déterminer s il est responsable du traitement d une demande d asile, et à quel moment. QU EST-CE QUE LE RÈGLEMENT DE DUBLIN? Le règlement de Dublin ( 1 ) repose sur le principe essentiel selon lequel la responsabilité de l examen d une demande incombe en premier lieu à l État membre qui a joué le rôle principal dans l entrée ou le séjour du demandeur sur le territoire de l Union. Les critères présidant à la détermination de cette responsabilité obéissent à une hiérarchie allant des considérations familiales à la possession récente d un visa ou d un titre de séjour dans un État membre, en passant par la question de savoir si le demandeur est entré dans l UE d une manière irrégulière ou régulière. Les enseignements tirés de l ancien système ont cependant mis en lumière la nécessité de mieux faire face aux pressions particulières exercées sur les capacités d accueil et les régimes d asile des États membres. PRINCIPALES RÉALISATIONS Le nouveau règlement de Dublin ( 2 ) contient des procédures rigoureuses en matière de protection des demandeurs d asile, et il améliore l efficacité du régime d asile grâce aux mesures suivantes: un mécanisme d alerte rapide, de préparation et de gestion des crises, visant à traiter à la racine les causes des dysfonctionnements des régimes nationaux d asile ou les problèmes dus à des pressions particulières; ( 1 ) Règlement (CE) n o 343/2003 du Conseil du 18 février 2003 établissant les critères et mécanismes de détermination de l État membre responsable de l examen d une demande d asile présentée dans l un des États membres par un ressortissant d un pays tiers. ( 2 ) Règlement (UE) n o 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013 établissant les critères et mécanismes de détermination de l État membre responsable de l examen d une demande de protection internationale introduite dans l un des États membres par un ressortissant de pays tiers ou un apatride (refonte) (applicable à partir du 1 er janvier 2014). une série de dispositions sur la protection des demandeurs, telles que celles relatives à l entretien individuel obligatoire, les garanties en faveur des mineurs (y compris une description détaillée des facteurs qui devraient présider à l appréciation de l intérêt supérieur de l enfant) et une extension des possibilités de regroupement familial; la possibilité d un effet suspensif des recours sur l exécution de la décision de transfert pendant que ce recours est jugé, ainsi que la garantie du droit d une personne de rester sur le territoire dans l attente de la décision de justice sur la suspension de la décision de transfert en attendant l issue du recours; l obligation de veiller à ce qu une assistance juridique gratuite soit accordée sur simple demande; un motif unique de rétention en cas de risque de fuite; la limitation stricte de la durée de rétention; la possibilité pour les demandeurs d asile qui pourraient, dans certains cas, être considérés comme des migrants en situation irrégulière et qui feraient l objet d une procédure de retour en application de la directive sur le retour, de relever de la procédure de Dublin, ce qui leur permettrait de bénéficier d une protection accrue par rapport à celle prévue par la directive sur le retour; une obligation de garantir le droit de recours contre une décision de transfert; une plus grande clarté des procédures juridiques entre les États membres par exemple, des délais plus précis et exprès. L ensemble de la procédure prévue par le règlement de Dublin ne peut excéder onze mois pour la prise en charge d une personne, ou neuf mois pour sa reprise en charge (sauf en cas de fuite ou lorsque la personne est incarcérée). 7

10 EURODAC Eurodac facilite désormais la détermination par les États membres de l UE de la responsabilité de l examen d une demande d asile au moyen d une comparaison des ensembles de données dactyloscopiques. QU EST-CE QU EURODAC? Le règlement Eurodac ( 1 ) crée une base de données dactyloscopiques de l UE en matière d asile. Lorsqu une personne introduit une demande d asile, où qu elle se trouve dans l UE, ses empreintes digitales sont transmises au système central d Eurodac. Eurodac est opérationnel depuis 2003 et s est révélé un outil informatique très performant. Des mises à jour ont toutefois été nécessaires, notamment en vue de réduire le délai de transmission par certains États membres, pour répondre aux préoccupations relatives à la protection des données et contribuer à la lutte contre le terrorisme et les formes graves de criminalité. PRINCIPALES RÉALISATIONS Le nouveau règlement ( 2 ) améliore le fonctionnement régulier d Eurodac. Il impose de nouveaux délais pour la transmission des données dactyloscopiques de manière à réduire le délai qui sépare le relevé des empreintes digitales de leur transmission à l unité centrale d Eurodac. ( 1 ) Règlement (CE) n o 2725/2000 du Conseil du 11 décembre 2000 concernant la création du système «Eurodac» pour la comparaison des empreintes digitales aux fins de l application efficace de la convention de Dublin. ( 2 ) Règlement (UE) n o 603/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013 relatif à la création d Eurodac pour la comparaison des empreintes digitales aux fins de l application efficace du règlement (UE) n o 604/2013 établissant les critères et mécanismes de détermination de l État membre responsable de l examen d une demande de protection internationale introduite dans l un des États membres par un ressortissant de pays tiers ou un apatride et relatif aux demandes de comparaison avec les données d Eurodac présentées par les autorités répressives des États membres et Europol à des fins répressives, et modifiant le règlement (UE) n o 1077/2011 portant création d une agence européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d information à grande échelle au sein de l espace de liberté, de sécurité et de justice (refonte) (applicable à partir du 20 juillet 2015). 8 Il garantit, en outre, sa pleine compatibilité avec les législations les plus récentes en matière d asile et répond mieux aux exigences tenant à la protection des données. Jusqu à présent, la base de données Eurodac ne pouvait être utilisée qu aux fins des procédures de demande d asile. Le nouveau règlement permet à présent aux forces de police nationales et à Europol de comparer les empreintes digitales liées à des enquêtes pénales à celles contenues dans la base de données Eurodac. Cette comparaison sera effectuée dans un cadre strictement contrôlé et uniquement aux fins de la prévention et de la détection d infractions graves et d actes de terrorisme et des enquêtes y afférentes. Les garanties spécifiques comprennent l obligation de vérifier en premier lieu toutes les bases de données existantes relatives aux casiers judiciaires puis de circonscrire les recherches aux infractions les plus graves, telles que les meurtres et les actes de terrorisme. En outre, avant de vérifier dans la base de données Eurodac, les autorités répressives doivent effectuer une comparaison des empreintes digitales dans le système d information sur les visas (lorsque cela est autorisé). Les vérifications à des fins répressives ne peuvent pas être systématiques, mais doivent avoir lieu en dernier ressort lorsque toutes les conditions d accès sont remplies. Aucune donnée transmise par Eurodac ne doit être communiquée aux pays tiers.

11 COMMENT VOUS PROCURER LES PUBLICATIONS DE L UNION EUROPÉENNE? Publications gratuites: un seul exemplaire: sur le site EU Bookshop ( exemplaires multiples/posters/cartes: auprès des représentations de l Union européenne ( des délégations dans les pays hors UE ( en contactant le réseau Europe Direct ( ou le numéro (gratuit dans toute l UE) (*). (*) Les informations sont fournies à titre gracieux et les appels sont généralement gratuits (sauf certains opérateurs, hôtels ou cabines téléphoniques). Publications payantes: sur le site EU Bookshop ( Abonnements: auprès des bureaux de vente de l Office des publications de l Union européenne (

12 DR FR-C doi: /67469

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET ART. 18 CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX DIRECTIVE RETOUR COMMISSION PARLEMENTAIRE LIBE FRONTEX DUBLIN II POLITIQUE D ASILE ELSJ SCHENGEN www.europarl.fr version décembre 2012 graphisme : atelier JBBOX EURODAC

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 180/31

29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 180/31 29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 180/31 RÈGLEMENT (UE) N o 604/2013 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 26 juin 2013 établissant les critères et mécanismes de détermination de l État

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

DROITS DES CONSOMMATEURS. d énergie européens. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie

DROITS DES CONSOMMATEURS. d énergie européens. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie DROITS DES CONSOMMATEURS d énergie européens Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie Énergie 1 Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

DROITS DES CONSOMMATEURS. européens d énergie. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie

DROITS DES CONSOMMATEURS. européens d énergie. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie DROITS DES CONSOMMATEURS européens d énergie Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie Énergie Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

L 150/168 Journal officiel de l Union européenne 20.5.2014

L 150/168 Journal officiel de l Union européenne 20.5.2014 L 150/168 Journal officiel de l Union européenne 20.5.2014 RÈGLEMENT (UE) N o 516/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 avril 2014 portant création du Fonds «Asile, migration et intégration»,modifiant

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

LES TITRES DE SÉJOUR EN BELGIQUE. GUIDE PRATIQUE Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 16 avril 2013

LES TITRES DE SÉJOUR EN BELGIQUE. GUIDE PRATIQUE Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 16 avril 2013 LES TITRES DE SÉJOUR EN BELGIQUE GUIDE PRATIQUE Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 16 avril 2013 INTRODUCTION le présent guide pratique a pour objectif de présenter les différents titres de séjour

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Direction générale Office des étrangers DEMANDES D ASILE

Direction générale Office des étrangers DEMANDES D ASILE DEMANDES D ASILE Statistiques mensuelles pour l année 2015 1. Demandes entrantes 1.1. Nombre d inscriptions de demandeurs d asile pour 2015 Mois Nombre d'inscriptions 1 de demandeurs d'asile par type de

Plus en détail

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014 Juillet 2013 Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

DOCUMENT 3. Toute personne ressortissante de l Union Européenne ou bénéficiaire d un titre de séjour ne bénéficiant pas d une adresse stable.

DOCUMENT 3. Toute personne ressortissante de l Union Européenne ou bénéficiaire d un titre de séjour ne bénéficiant pas d une adresse stable. FICHE TECHNIQUE : DOMICILIATION La domiciliation ouvre la possibilité, aux personnes qui ne peuvent déclarer de domicile ou d adresse, d accéder à des droits et prestations. L article 51 de loi instituant

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil.

Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil. Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil. Albanie Allemagne Andorre Autriche Belgique Chypre Danemark Espagne Estonie Finlande France Grèce Irlande Islande Italie

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 3.12.2008 COM(2008) 820 final 2008/0243 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL établissant les critères et mécanismes

Plus en détail

Belgique et migration. L Office des Étrangers

Belgique et migration. L Office des Étrangers FR Belgique et migration L Office des Étrangers Table des matières Avant-propos 1 Mission et valeurs 2 Structure et organisation 3 Compétences 4 Accès et séjour 4 Asile 6 Retour 7 Litiges et recours 8

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjour et diversités des situations.

1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjour et diversités des situations. Index 1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjours. 1.1. Quels sont les différents titres de séjour sur le territoire espagnol ou ceux auxquels une femme immigrée peut prétendre? 1.2.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Décret n o 2014-527 du 23 mai 2014 portant modification du code de l entrée et du séjour des étrangers et du droit d asile (partie

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2009/6 27 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

1 sur 5 28/02/2012 11:15

1 sur 5 28/02/2012 11:15 1 sur 5 28/02/2012 11:15 Direction Juridique et Réglementation Nationale Département réglementation national Circulaire n 2012/17 du 14 février 2012 Caisse nationale d'assurance vieillesse Direction des

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION European Asylum Support Office PROGRAMME DE FORMATION DE L EASO Mars 2014 SUPPORT IS OUR MISSION European Asylum Support Office PROGRAMME DE FORMATION DE L EASO Mars 2014 SUPPORT IS OUR MISSION Europe

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Décret n o 2015-1166 du 21 septembre 2015 pris pour l application de la loi n o 2015-925 du 29 juillet 2015 relative à la réforme

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 7 Arbitrage familial FR 007 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Arbitrage familial La présente brochure est

Plus en détail

Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande

Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande La Sécurité sociale veut être certaine que vous bénéficiez bien des

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac

Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac du Le Conseil fédéral suisse, vu la loi du 16 décembre 2005 sur les étrangers (LEtr) 1, vu les art. 17, al. 6,

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Réforme du droit d asile

Réforme du droit d asile LA SEMAINE DU DROIT L APERÇU RAPIDE ÉTRANGERS 903 Réforme du droit d asile À propos de la loi n 2015-925 du 29 juillet 2015 POINTS-CLÉS La loi relative au droit d asile a été publiée au Journal offi ciel

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat?

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat? Chapitre 3 : Avocats Partie 1 : Le droit aux services d un avocat 1. Quand ai-je besoin d un avocat? Tu devrais parler à un avocat dans tous les cas où tu es accusé(e)* d avoir enfreint la loi, tu es arrêté(e)

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

Guide de la notation 2014

Guide de la notation 2014 Guide de la notation 2014 Saint Martin d Hères, le 31 décembre 2014 Note d information n 14.43 Nos réf. : SF/SA Contact : carrieres@cdg38.fr Nous vous transmettons la procédure concernant la notation au

Plus en détail

Code de conduite Zoomit

Code de conduite Zoomit Code de conduite Zoomit Dans ce document : 1. Objectif 2. Champ d application 3. Qu est-ce que Zoomit et quelles parties sont concernées? 4. Organisation, contrôle et informations complémentaires 5. Sécurité

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Règlement (CEE) n 3598/84 du Conseil sur l'aide financière destinée à l'amélioration des structures agricoles et de pêche au Portugal (18 décembre 1984) Légende: Le 18 décembre 1984, dans la perspective

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. concernant

GUIDE PRATIQUE. But. concernant GUIDE PRATIQUE concernant les confirmations des sociétés d audit à l intention de la FINMA,les demandes d autorisation en qualité de banque, négociant en valeurs mobilières, succursale d une banque étrangère

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE RSA. Active. de Solidarité. Revenu

GUIDE PRATIQUE RSA. Active. de Solidarité. Revenu GUIDE PRATIQUE RSA Revenu de Solidarité Active I Le Département est le chef de file de l'action sociale. Dans ce cadre, le Revenu de Solidarité Active, dont la responsabilité a été confiée par la loi aux

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 octobre 2013

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 octobre 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 octobre 2013 N/Réf. : CODEP-CAE-2013-056982 Monsieur le directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT-HAGUE CEDEX

Plus en détail

La Cimade IDF 46 bd des Batignolles 75017 PARIS 01 40 08 05 34 www.lacimade.org. gratuit

La Cimade IDF 46 bd des Batignolles 75017 PARIS 01 40 08 05 34 www.lacimade.org. gratuit La Cimade IDF 46 bd des Batignolles 75017 PARIS 01 40 08 05 34 www.lacimade.org gratuit Comment préparer votre dossier? 1 Gardez les documents ou courriers à votre nom. Ils vous serviront à prouver votre

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.7/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 mars 2012 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr)

Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr) Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr) Dossier interinstitutionnel: 2015/0906 (COD) 14306/15 NOTE DE TRANSMISSION Origine: Destinataire: Objet: 737 INST 411 COUR 62 CODEC

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail