Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés"

Transcription

1 FONDATION SUISSE DU SERVICE SOCIAL INTERNATIONAL (SSI) RAPPORT Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés Etude de faisabilité dans les cantons de Vaud et de Genève Février 2012 Fondation suisse du Service Social International 9, rue du Valais Case postale Genève 1 Tél

2 Contenu 1. Fiche signalétique Méthodologie Résultats Les mineurs isolés en Suisse Le système de prise en charge.. 5 A. Services existants B. Services manquants C. Services à développer 1. Le réseau professionnel genevois 2. Le modèle lausannois de prise en charge en réseau 3.3 Besoins Perspectives d intervention.. 7 A. Développement d un modèle d intervention B. Axe d intervention C. Approche du mineur isolé D. Approche méthodologique 3.5 Le programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» 8 A. Objectif et axes du programme B. Hypothèse C. Points forts 4. L Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM) Conclusion Annexes

3 1. Fiche signalétique RESUME OBJECTIF GLOBAL OBJECTIFS SPECIFIQUES L étude de faisabilité sur la situation des mineurs isolés (MI) a été menée dans les cantons de Vaud et de Genève. L objectif était d identifier les acteurs directement ou indirectement en charge des mineurs isolés afin d évaluer les services prodigués et les pratiques actuelles dans les deux régions pilotes. Cette étude a servi de modèle pour le développement du programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» que le SSI souhaite lancer en 2012 sur les six cantons romands sur une durée de 2 ans. Cette phase pilote vise à ce que le programme soit dans un deuxième temps étendu à l ensemble de la Suisse ( ). Le programme entend contribuer à améliorer l identification des mineurs isolés qui séjournent en Suisse, à harmoniser le système de prise en charge et à trouver des solutions durables qui favorisent le développement personnel, professionnel et social de chaque mineur. Analyser le système de prise en charge et la situation des mineurs isolés (MI) dans les cantons de Vaud et de Genève Identifier les acteurs en charge des MI dans les deux cantons Evaluer le système de prise en charge actuel des MI Déterminer les besoins relatifs à la prise en charge des MI en Suisse Définir des perspectives d intervention Définir un plan stratégique et opérationnel pour le programme Renforcer la structure de base de l Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM) 1 RESULTATS ESCOMPTES Un inventaire des intervenants et des pratiques est réalisé pour chaque canton Les points forts/points faibles de la prise en charge actuelle sont évalués. Les points forts contribuent à servir de modèle de bonnes pratiques et les points faibles soulèvent les services manquants et à développer La population des mineurs isolés et leurs besoins sont mieux identifiés, notamment au niveau des jeunes déboutés du droits d asile, des jeunes clandestins et des jeunes victimes de trafic ou d exploitation L analyse des besoins constitue une base solide pour la planification du programme Un plan stratégique et opérationnel est élaboré pour le programme Le programme propose des actions concrètes et ciblées en vue de favoriser le développement des jeunes migrants et la recherche de solutions durables Les objectifs de l ADEM sont réévalués. L ADEM inclut les jeunes sans-papiers et jeunes victimes de trafic ou d exploitation et un plan d action est élaboré ZONE D IMPLANTATION DUREE DU PROJET Cantons de Vaud et de Genève Juillet 2011 décembre 2011 (6 mois) 1 A travers un partenariat avec l Institut international des droits de l enfant (IDE), l ADEM a pour but d améliorer la prise en charge et le suivi des enfants migrants en Suisse, notamment par le renforcement de la collaboration des professionnels actifs dans le domaine, l échange, la diffusion d informations et l amélioration des pratiques. 3

4 2. Méthodologie Des entretiens axés sur les expériences professionnelles et les pratiques de terrain ont été réalisés avec 18 acteurs clés des cantons de Vaud et de Genève issus des autorités, des établissements scolaires, des organismes de soutien aux requérants d asile et aux personnes sans statut légal, du tissu associatif ainsi que du domaine de la recherche sur la migration, dans le but d identifier les problèmes et besoins actuels en matière de prise en charge des mineurs isolés en Suisse. Parallèlement aux interviews, la collecte et l analyse de divers rapports, études et recommandations récemment publiés nous ont permis d approfondir les connaissances sur le groupe cible. Cette démarche a ainsi contribué à : Réaliser un état des lieux sur la situation des mineurs isolés dans les deux cantons Définir une série de problèmes et de solutions Définir des perspectives d intervention Elaborer un plan stratégique et opérationnel 3. Résultats 3.1 Les mineurs isolés en Suisse Parmi les flux migratoires orientés vers l Europe, des enfants arrivent seuls en Suisse chaque année, c est-à-dire sans être accompagnés d un parent ou d un représentant légal. L appellation «mineurs isolés» inclut les enfants qui déposent une demande d asile à leur arrivée (mineurs non accompagnés MNA) mais également les enfants qui entrent clandestinement sur le territoire et vivent ainsi sans statut légal. La problématique des enfants migrants non accompagnés se trouve à la croisée de deux modes d intervention: celui des différentes traditions de protection de l enfance et celui des politiques européennes et nationales qui, en termes de migration management, visent à maîtriser les flux d immigration. 2 Dans les faits, la balance tend à pencher en faveur d une politique migratoire de plus en plus restrictive au détriment de l intérêt de l enfant, où le mineur est vu comme un ressortissant étranger avant d être considéré comme un jeune en quête de protection. Cette approche implique des carences en matière de protection des mineurs isolés en Suisse. D abord, si les mineurs qui ont engagé une procédure sont pris en charge selon le régime d asile, la qualité de leur traitement diffère d un canton à l autre et ne permet pas d assurer une protection optimale. Des solutions à court terme ont ainsi été mises en place pour les mineurs requérants d asile notamment le logement en institution, l apprentissage de la langue et la scolarisation mais ils restent actuellement confrontés à un manque de perspectives d avenir, soit à un manque de solutions durables. De nombreux mineurs qui ont déposé une requête d asile ne bénéficient en effet que d un statut temporaire et se retrouvent à leur majorité sur la voie de la clandestinité ou d un retour forcé qui n a pas pu être préparé. Les professionnels de terrain ont ainsi fortement soulevé la situation problématique de l «aging out group», c est-à-dire des jeunes qui arrivent en Suisse comme mineurs et deviennent adultes durant leur séjour. Enfin, il n existe pas de dispositif précis pour identifier et protéger les enfants sans statut légal, qui, malgré leur droit à l éducation, se trouvent souvent contraints à rester dans la clandestinité. En raison de leur manque de perspectives et plus spécifiquement de leur difficulté à accéder à la formation post-obligatoire et au travail, ces deux populations se trouvent communément dans une situation problématique lors de leur passage à la vie adulte. L étude de faisabilité a ainsi 2 Senovilla Hernandez D. (2008). Les mineurs non accompagnés en Europe : entre diversité des modèles d accueil et harmonisation des mécanismes de contrôles. E-mingriter (2) : p

5 particulièrement relevé la problématique de la transition vers la vie adulte, sur laquelle le programme souhaitera agir en proposant : un soutien individuel des mineurs isolés par une personne de référence un accompagnement dans l élaboration d un projet de réintégration dans le pays d origine si cela est possible ou, le cas échéant, d un projet d intégration en Suisse ou dans un pays tiers un renforcement de l accès aux études ou à une formation 3.2 Le système de prise en charge A. Services existants Les points forts et les points faibles du système de prise en charge actuel ont été évalués. L analyse relève que les services principaux dont bénéficient les mineurs isolés, indépendamment de leur statut, sont les suivants : Scolarité obligatoire Système de santé Services juridiques spécialisés/ permanences Les services spécifiquement adressées aux mineurs engagés dans une procédure d asile (MNA ou RMNA) sont de plus : Identification Enregistrement et information Hébergement en foyer Attribution d une «personne de confiance», selon LAsi Assistance sociale B. Services manquants Selon les professionnels de terrain et les recherches actuelles, les services manquants pour les mineurs isolés - requérants d asile ou sans-papiers sont notamment les suivants : Evaluation sociale du MI, dans son pays d origine et en Suisse Processus d évaluation de l intérêt supérieur du MI Accès à la formation post-obligatoire Encadrement et accompagnement individualisé Soutien de la transition vers l âge adulte Il convient également de noter que certains services existent mais ne sont que peu utilisés par les mineurs et les jeunes migrants, tels que les programmes d aide au retour. Les professionnels du soutien à la réintégration dans le pays d origine expliquent notamment ce phénomène par la méfiance envers les autorités et envers la figure de «l adulte», par le manque d information précise et concrète 5

6 à ce niveau ainsi que par la difficulté d imaginer un retour dans le pays d origine après les étapes et le parcours traversés pour arriver en Suisse. C. Modèles à développer Deux bonnes pratiques ont été identifiées et constituent un modèle à diffuser et à développer dans chaque canton ou région qui accueille des mineurs isolés. 1. Le réseau professionnel genevois Un réseau genevois autour des mineurs non accompagnés ou jeunes migrants en situation sociale et/ou familiale précaire s est créé en 2007 au moment où l encadrement des mineurs non accompagnés (MNA) s est trouvé réduit suite au démantèlement de la structure spécifique d accueil pour mineurs qui existait au sein de l Hospice Général. 3 Il réunit différents acteurs qui œuvrent dans le domaine de l asile et de la migration avec des mineurs, à savoir médecins, psychologues, assistants sociaux, juristes et éducateurs. Ce réseau rassemble ainsi divers services spécialisés comme notamment l Unité Santé Jeunes des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), Appartenances- Genève, le Service de protection des mineurs (SPMI), le dispositif de l Aide aux requérants d asile (ARA) de l Hospice général (HG) et le Service Social International (SSI). Le réseau se réunit régulièrement dans le but de se tenir informé sur l évolution de la situation et les conditions d encadrement de ces mineurs d après la pratique de chaque professionnel. Le réseau relève plusieurs problématiques qui persistent actuellement pour ce groupe à risques : les difficultés rencontrées au sein de la procédure d asile, le manque d une personne de référence qui soutienne le développement et l intégration du jeune durant son séjour, la précarité sociale et la difficulté d accéder à la formation post-obligatoire constituent notamment un faisceau de risques importants pouvant entraîner décrochage scolaire, aggravation de l état de santé psychique, disparition, violence et délinquance. Le réseau tente ainsi de trouver des solutions aux problèmes identifiés et collabore notamment étroitement dans le traitement des cas individuels. 2. Le modèle lausannois de prise en charge en réseau Au vu des problématiques rencontrées par le groupe cible et de la difficulté d offrir une prise en charge globale, un protocole de collaboration a été mis en place en 2008 entre le foyer EVAM d accueil pour mineurs non accompagnés de Lausanne et l Unité multidisciplinaire de santé des adolescents (UMSA) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Ce protocole a permis d instaurer un système de consultation médicale hebdomadaire au foyer. Dans la pratique, l UMSA se rend ainsi deux fois par mois au foyer, en alternance avec le Centre de santé infirmier (CSI) qui prend en charge les deux autres semaines du mois. Une consultation psychiatrique est également assurée au foyer depuis La consultation au centre permet en outre d éviter les rendez-vous manqués, d accélérer la prise en charge, de faciliter l accès aux soins, de diminuer la crainte (notamment face aux traitements psychiatriques) et de donner confiance aux jeunes. Elle permet également de soutenir l équipe éducative sur les questions de santé physique et psychique. De plus, ce modèle met en avant la nécessité d une prise en charge biopsychosociale spécifique pour les MNA et permet d établir un relai vers les services médicaux spécialisés et le réseau psychiatrique si nécessaire. Le réseau constitue ainsi un filet autour du migrant et assure une fonction de protection et de sécurité qui favorise la résilience du jeune. 3 Appartenances-Genève, Rapport d activité

7 3.3 Besoins L étude de faisabilité a mis en lumière différents besoins auxquels le programme visera à répondre par des mesures concrètes et ciblées 4 : Coordination des services et initiatives relatives aux mineurs isolés en Suisse romande Plate-forme d information et d échange sur les questions des mineurs isolés Evaluation de la situation du mineur isolé dans son pays d'origine grâce au réseau SSI et reprise du contact avec la famille, si cela est possible et dans l'intérêt de l'enfant Développement de perspectives d'avenir adaptées à la situation personnelle du jeune en vue d'améliorer ses chances de réintégration ou d'intégration Mise en place de mesures d'intégration temporaire (formation et activités socialisantes) qui favorisent le développement des compétences du jeune et son développement personnel Encouragement de la participation des jeunes migrants et de leur self-empowerment Accompagnement par une personne de référence durant le séjour en Suisse Suivi individualisé dans le pays d'origine en cas de retour Prévention de l'illégalité et des risques 3.4 Perspectives d intervention A. Développement d outils et instruments d intervention Le SSI souhaite développer des outils et instruments destinés aux professionnels, axés sur le développement des compétences du jeune pour favoriser sa transition vers l âge adulte ainsi que sur la recherche de solutions concrètes et adaptées à sa situation. Le programme développé à l issue de l étude de faisabilité s inscrit ainsi dans le cadre d actions en faveur des mineurs non accompagnés du Conseil de l Europe, qui encourage notamment l élaboration de projets de vie (Recommandation du Comité des Ministres sur les projets de vie en faveur des mineurs non accompagnés) 5 ainsi que l échange d informations et la recherche de solutions durables (Plan d action pour les mineurs non accompagnés ) 6. B. Axe d intervention Soutenir l élaboration d un projet de vie avec le mineur isolé (sous forme de projet de développement personnel et professionnel) en vue de définir une solution durable adaptée à la situation du mineur et lui assurer une protection au-delà de sa majorité C. Approche du mineur isolé Le mineur isolé acteur de sa situation A travers cette réflexion en termes de projets de vie, le SSI entend encourager la participation du mineur dans la construction de son avenir, que ce soit au sein d un projet de réintégration dans son 4 Voir annexe 1 : Analyse de la situation : arbre à problèmes et arbre à solutions 5 Recommandation CM/Rec(2007)9 du Comité des Ministres aux Etats membres sur les projets de vie en faveur des mineurs non accompagnés : consulté le Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil COM (2010)213 final, Plan d action pour les mineurs non accompagnés ( ) : consulté le

8 pays d origine ou dans la recherche d une alternative dans un pays tiers ou en Suisse. L élaboration d un tel projet repose sur une conception du mineur isolé comme acteur de sa situation qui s appuie sur les capacités d agir et les ressources propres à chaque jeune malgré sa vulnérabilité. L approche adoptée par le SSI favorise ainsi une position active du mineur dans la recherche d une solution durable, afin que le jeune migrant ne se trouve plus uniquement dans une situation d attente face à sa réponse d asile mais puisse avoir l opportunité de développer ses compétences. D. Approche méthodologique Le SSI souhaite promouvoir un modèle d intervention inspiré du «système de l acteur». 7 Développé par le Professeur Daniel Stoecklin, spécialiste en droits de l enfant, le système de l acteur propose d étudier cinq dimensions essentielles et interdépendantes de l expérience personnelle, à savoir les activités, les relations, les valeurs, l image de soi et les motivations. Le modèle vise à soulever l interaction entre l individu et son environnement et permet ainsi 1) d observer les ressources individuelles et sociales du jeune qui peuvent lui permettre d agir sur son environnement et parallèlement 2) d analyser les facteurs de l environnement qui peuvent contribuer à développer ou, au contraire, à limiter sa capacité d agir. Cette approche propose ainsi d étudier les opportunités et contraintes liées à la situation personnelle et environnementale de chaque jeune et permet de travailler sur ses ressources. Appliqué dans une étude réalisée auprès des mineurs non accompagnés en 2010, 8 le «système de l acteur» présente ci-dessous les éléments contraignants et habilitants qu il convient de prendre en considération pour évaluer la situation des mineurs isolés et élaborer une solution adaptée : - Parcours migratoire et situation dans le pays d origine - Perspectives d avenir - Formation scolaire et professionnelle - Loisirs - Définition personnelle (vulnérabilité et compétences) - Regard social (stigmatisation ou encouragement) - Famille et relations dans le pays d origine - Relations établies dans le pays d accueil - Soutien institutionnel - Personne de référence - Valeurs culturelles et croyances religieuses - Valeurs acquises dans la société d accueil 7 Stoecklin, D. (2009). L enfant acteur et l approche participative. In: Jean Zermatten & Daniel Stoecklin (Eds.). Le droit des enfants de participer. Norme juridique et réalité pratique : contribution à un nouveau contrat social. Sion : IUKB/IDE, p Antony, E. (2010). Les mineurs non accompagnés séjournant en Suisse : quelles perspectives d avenir? Réflexions sur la participation du mineur dans la recherche de solutions durables. Mémoire professionnalisant réalisé dans le cadre du Master interdisciplinaire en droits de l enfant, IUKB 8

9 3.5 Le programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» A. Objectif et axes du programme Le programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» entend donner aux mineurs se trouvant en Suisse des bases qui leur permettent de grandir en sécurité et de développer des perspectives d avenir, soit en retournant dans leur pays d origine si cela est possible, soit en trouvant une solution durable en Suisse ou dans un pays tiers. Un plan stratégique et opérationnel a été élaboré pour le programme. Cinq axes d intervention ont été définis 9 : 1. Renforcement des capacités des acteurs de terrain 2. Recherche de solutions durables dans le pays d origine, en Suisse ou dans un pays tiers 3. Développement des compétences durant le séjour en Suisse 4. Information et participation des mineurs isolés 5. Capitalisation des connaissances et de la méthodologie relative à la prise en charge des mineurs isolés B. Hypothèse L hypothèse qui soutient la mise en place du programme est que mieux le jeune peut développer ses compétences personnelles, sociales et professionnelles durant son séjour dans le pays d accueil, meilleures seront ses chances de réintégration dans son pays d origine ou, le cas échéant, d insertion en Suisse ou dans un pays tiers. En soutenant un environnement adéquat pour le développement du jeune, le SSI souhaite que chaque jeune puisse acquérir un bagage pour son avenir. C. Points forts Les points forts de cette stratégie sont les suivants : être axée sur le jeune donner la parole au mineur isolé et favoriser sa participation identifier les ressources personnelles du mineur isolé et les mobiliser encourager le développement personnel, social et professionnel durant le séjour en Suisse préparer le mineur isolé et le jeune adulte à affronter son avenir 4. L Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM) Les professionnels travaillant auprès des mineurs non accompagnés et des jeunes sans-papiers reconnaissent encore largement un manque de coordination aux niveaux cantonal, régional et national qui ne permet pas de mettre en commun les efforts fournis. L initiative de l Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM), dont le SSI est partenaire avec l Institut international des droits de l enfant (IDE), a été lancée en 2007 pour pallier à ce manque en renforçant l échange et la coopération entre les cantons. Ce réseau doit aujourd hui être élargi et renforcé afin de soutenir un dialogue responsable et une collaboration effective entre les acteurs du domaine. Principalement concentrée sur les mineurs requérants d asile lors de sa création, l Alliance souhaite également élargir son public cible aux enfants et jeunes sans statut légal. En septembre 2011, une discussion a été menée entre le SSI, l IDE et le Conseil suisse des activités de jeunesse (CSAJ) qui mène le projet de participation politique et sociale des mineurs non 9 Pour plus de détails sur les activités prévues, voir annexe 3 : Plan d action 9

10 accompagnés «Speak out» - sur la forme de coopération possible entre les trois organismes dans le cadre de l ADEM. A l issue de cette discussion, il a été décidé que le CSAJ n institutionnaliserait pas de partenariat les mineurs isolés ne représentant en effet pas directement l une des priorités de la stratégie d action de l organisation - mais la coopération interinstitutionnelle va se poursuivre. Le SSI et l IDE définissent actuellement un plan d action pour les années L Alliance garde pour but l amélioration de la prise en charge et du suivi des enfants migrants en Suisse, dans leur pays d origine ou dans un pays tiers. Elle visera spécifiquement en 2012 à créer une plateforme réunissant les acteurs et professionnels du domaine pour encourager leur mise en réseau. Objectifs de l Alliance : Résultats escomptés: Echange d informations liées aux mineurs isolés (bases légales, procédures, rapports et recherches, suivi de la problématique, actualités) Echange d expériences liées aux mineurs isolés (rencontre des acteurs du domaine, groupes de travail, études de cas, bonnes pratiques) Plaidoyer en faveur d une meilleure prise en charge Formation d un réseau d acteurs spécialisés et d un pool d experts Plate-forme régionale active consacrée à la question des enfants migrants Diffusion d une newsletter trimestrielle Mise en avant des problèmes, des avancées et des besoins dans le domaine Prises de position Formulation de recommandations Elaboration d un guide pratique pour les acteurs de terrain: diffusion d outils et d instruments pour un meilleur accompagnement Sensibilisation du public et des autorités 5. Conclusion L étude de faisabilité a permis de développer le programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» d après les besoins actuels observés en Suisse dans le domaine des mineurs non accompagnés et des jeunes sans statut légal. L élaboration de ce programme que nous souhaitons lancer dès que possible dans les cantons romands sur une durée de 2 ans, puis extensible au niveau national dans un second temps - repose notamment sur : la définition d activités concrètes et des résultats attendus la définition d une stratégie à adopter et d un plan d action l identification des ressources nécessaires (ressources humaines, partenaires) l élaboration d un budget pour l ensemble du programme Le programme est actuellement soumis à divers organismes pour la recherche de financement. 10

11 ANNEXE 1 : ANALYSE DE LA SITUATION A) Arbre à problèmes EFFETS Risques d affiliation à des réseaux de trafic/exploitation et risques de délinquance - Pas de suivi - Pas d accès aux programmes de réintégration Frein dans le développement des compétences et la construction identitaire Risques de fugues et de disparitions Clandestinité Intégration sociale limitée Perspectives professionnelles très limitées MANQUE DE PERSPECTIVES D AVENIR POUR LES MINEURS ISOLES Manque de filet de protection autour du jeune Situation d isolement et repli sur soi Accès restreint à la formation Manque de solutions individualisées et durables Accès limité à certains services Manque d accompagnement individualisé Statut précaire Manque de collaboration interinstitutionnelle et régionale Manque de personne de référence Manque de considération du statut de mineur et de jeune adulte CAUSES 11

12 B) Arbre à solutions EFFETS Réduction des risques de trafic/exploitation et des risques de délinquance Développement des compétences et mobilisation des ressources personnelles Suivi/ Réintégration ou intégration avec perspectives Ouverture de perspectives professionnelles Intégration sociale renforcée Prévention des fugues et disparitions Meilleure connaissance des cas Mesures d intégration provisoire CONSTRUIRE DES PERSPECTIVES D AVENIR AVEC LES MINEURS ISOLES Renforcement du filet de protection Mise en confiance et suivi Promotion de l accès à la formation Recherche de solutions individualisées et durables - Standards minimaux pour optimiser et harmoniser la prise en charge - Plate-forme internet pour les questions relatives aux MI Soutien et accompagnement personnalisé Evaluation sociale de la situation pour déterminer le meilleur intérêt supérieur de chaque jeune Réseaux régionaux et organe de supervision de la prise en charge (ADEM) Attribution d une personne de référence Meilleure prise en considération du statut de mineur et de l aging out group CAUSES 12

13 ANNEXE 2 : POURQUOI CE PROGRAMME? 1) Buts Favoriser le développement de perspectives d avenir des jeunes migrants au statut précaire Soutenir l intégration sociale du jeune durant son séjour en Suisse Promouvoir l accès à l éducation et à la formation Assurer la réintégration et le suivi du jeune en cas de retour dans son pays Soutenir l échange d information et de pratiques dans le domaine des mineurs isolés au niveau régional 2) Mesures Mener une évaluation sociale de la situation du jeune dans son pays d origine en vue d évaluer les possibilités de retour Trouver une solution concrète et adaptée si possible dans le pays d origine ou, le cas échéant, en Suisse ou dans un pays tiers Elaborer avec le jeune un projet de développement personnel et professionnel Offrir un service de bourses d études et de formation de deuxième chance Développer un système de personnes de référence - personnes bénévoles - pour que la société civile soutienne l Etat dans l accompagnement des mineurs isolés et de l aging out group Assurer un suivi individualisé à chaque jeune dans son pays d origine en cas de retour Créer une plateforme romande d information et d échange consacrée aux mineurs isolés (site web) Elaborer et diffuser un manuel de standards minimaux de prise en charge dans chaque canton 3) Impacts Respect de chaque jeune en tant que personne et acteur de sa situation Mobilisation des ressources et compétences du jeune migrant Encouragement du développement personnel, social et professionnel Accélération de la procédure grâce à l évaluation de la situation du jeune dans son pays Prévention de la délinquance, des fugues et des risques d exploitation Coopération et coordination des actions entre les six cantons romands 13

14 ANNEXE 3 : PLAN D ACTION Objectifs Résultats Activités Année 1 (Janv Déc. 2012) Année 2 (Janv Déc. 2013) 1er semestre 2ème semestre 1er semestre 2ème semestre Renforcement des capacités 1. Les organisations et professionnels en charge des mineurs isolés (MI) sont mis en réseau afin de renforcer la coopération entre les services et la capacité de réponse des acteurs 1.1 Les acteurs concernés par la problématique des MI sont réunis dans le cadre de l'alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM) 1.2 Des réseaux sont tissés dans chaque région pour mieux répondre aux besoins des MI Créer une plate-forme (site web ADEM) d'information et d'échange sur les questions relatives aux MI Identifier les organisations et professionnels actifs dans le domaine Elargir l'adem en incluant les nouveaux acteurs identifiés Mettre en place des comités de pilotage de la prise en charge des MI dans chaque région Développer et diffuser un modèle de chaîne d'intervention dans chaque région Développer des mécanismes de coopération pour faciliter le contact entre les organisations, les services régionaux et les autorités 1.3 Les professionnels développent leurs compétences dans l'analyse des situations individuelles et l'accompagnement des MI Organiser un colloque régional et diffuser 4 newsletters par année Préparer des modules de formation et élaborer des outils d'intervention Recherche de solutions durables: mesures de réintégration ou d'intégration 2. Les MI sont soutenus dans l'élaboration d'un projet de vie qui permet d'augmenter leurs chances de réinsertion ou d'insertion 2.1 Les acteurs impliqués dans l'identification, la protection et la réintégration travaillent sur la base d'une méthodologie commune 2.2 La situation personnelle et environnementale du MI est évaluée Proposer des modules de formation et introduire les outils d'intervention Elaborer un manuel de standards minimaux de prise en charge des MI Diffuser les standards minimaux dans les six cantons romands Evaluer la situation du MI dans son pays d'origine et en Suisse et reprendre le contact avec la famille si cela est possible Evaluer les possibilités de réintégration ou d'intégration avec les services compétents et élaborer un rapport social 14

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Groupe sida Genève 9, rue du Grand-Pré CH-1202 Genève info@groupesida.ch

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Fondements éthiques et domaines d'activités des services de probation en Suisse

Fondements éthiques et domaines d'activités des services de probation en Suisse Fondements éthiques et domaines d'activités des services de probation en Suisse Conférence Suisse des Directrices et Directeurs de la Probation (CSDP) 1 2 INTRODUCTION 2 4 BASES LÉGALES 3 6 PRINCIPES ÉTHIQUES

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Dans les écoles de maturité des gymnases du canton de Vaud Edition 2014 Département de la formation, de la jeunesse

Plus en détail

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social Observations du HCR sur la Communication de la Commission européenne «Programme commun pour l intégration : Cadre relatif à l intégration des ressortissants de pays tiers dans l Union européenne» (COM

Plus en détail

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté?

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Introduction Dans un monde où chacun perçoit l autre comme une menace dès lors qu il transgresse les codes et rites sociaux, où il est difficile

Plus en détail

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr. 18 3086 Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Service de Formation à la Vie Autonome

Service de Formation à la Vie Autonome Service de Formation à la Vie Autonome Une formation qui s adresse à des jeunes adultes ayant une déficience intellectuelle, qui souhaitent apprendre à vivre de manière plus autonome au quotidien Pro infirmis

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Accueil familial de jour

Accueil familial de jour Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Service de protection de la jeunesse Directives pour l accueil de jour des enfants Accueil familial de jour Cadre de référence et référentiels

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

ORGANISATION ET GOUVERNANCE DES ENTREPRISES PUBLIQUES ET DES PARTICIPATIONS. Sous la direction du Professeur Pierre Louis Manfrini

ORGANISATION ET GOUVERNANCE DES ENTREPRISES PUBLIQUES ET DES PARTICIPATIONS. Sous la direction du Professeur Pierre Louis Manfrini MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION ORGANISATION ET GOUVERNANCE DES ENTREPRISES PUBLIQUES ET DES PARTICIPATIONS CONTEXTE ET THÉMATIQUE Durant les vingt dernières

Plus en détail

Présentation générale de la formation

Présentation générale de la formation Présentation générale de la formation et des modules du Certificate of Advanced Studies (CAS) Formation créée et gérée par les Hautes écoles HEP VD, IDHEAP, IFFP, UNI-GE 1. CONTEXTE La profession de directeur

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Forum PSLA - 6 mars 2014 Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Karin Zürcher, Claudia Véron Chargées de projet CIPRET-Vaud Ligues de la santé Un

Plus en détail

Le salon de la PME au service de l entreprise!

Le salon de la PME au service de l entreprise! Le salon de la PME au service de l entreprise! Un salon avec conférences et ateliers destinés aux fournisseurs et prestataires de services et de biens d équipement pour les PME Expo Beaulieu Lausanne Palexpo

Plus en détail

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études Version de consultation du 25 octobre 2007 Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études du I. Dispositions générales A. Objectifs et principes Art. 1 But de l accord Le présent

Plus en détail

PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE

PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE Responsables: S. Nahrath, professeur à l IUKB P. Knoepfel, professeur à l IDHEAP THÉMATIQUE ET OBJECTIFS Depuis la mise en place de la politique

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

B.A.-BA de la garde d enfants

B.A.-BA de la garde d enfants B.A.-BA de la garde d enfants pour la Suisse romande Vue d ensemble des variantes de garde les plus fréquentes pour les petits enfants - Crèche - Accueil familial de jour - Nounou - Babysitter, Au Pair

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Document de synthèse

Document de synthèse Document de synthèse Réalisation d une plateforme financière novatrice pour la canalisation et la valorisation des remises d argent à travers les Institutions de Micro finance dans le couloir Italie-Sénégal

Plus en détail

Définition des temps périscolaires et extrascolaires

Définition des temps périscolaires et extrascolaires ANNEXE 3 Définition des temps périscolaires et extrascolaires Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est proposé aux enfants

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL «PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» Juin 2013 Introduction : Les parents sont parmi les principaux bénéficiaires de Paris classe numérique. Grâce à ce nouvel outil, la communication

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À L'INTERNATIONALISATION ET À L'ÉDUCATION INTERCULTURELLE ET CITOYENNE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec)

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce La partie informative du présent concept comprend une vue d ensemble des exigences de qualité

Plus en détail

Accès aux soins des migrants à statut précaire: quelques enjeux et défis pour les intervenants

Accès aux soins des migrants à statut précaire: quelques enjeux et défis pour les intervenants Accès aux soins des migrants à statut précaire: quelques enjeux et défis pour les intervenants Zoé Brabant Centre de recherche Léa-Roback sur les inégalités sociales de santé de Montréal Université de

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique 30 mars 2015 Numéro 3 Initiative sur les bourses d études L «Initiative sur les bourses d études», déposée

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014

Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014 Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014 - Grille salariale 2014 - Grille salariale 2014 des directeurs - Rémunération des enseignants spécialisés remplaçants - Rémunération des

Plus en détail

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école.

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. établissement privé d enseignement supérieur technique

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie 1. Le Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur

Plus en détail

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012 Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi 13 septembre 2012 Sommaire Introduction I. La plateforme de Lyon: la maison du réfugié 1. Présentation générale 2. Le réseau partenarial 3.

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

Convention de stage d ingénieur

Convention de stage d ingénieur Convention de stage d ingénieur Art. 0 Champ d application La convention règle les rapports entre les différentes parties pour un stage d ingénieur obligatoire qui s inscrit dans le cursus de formation

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables A - Compétences générales et transversales liées à l exercice des métiers

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 PROJET SENIOR COMPETENCE Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 3. ACTIONS ET CALENDRIER DU PROJET...5 3.1. ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC (1 ER

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 Pour un meilleur échange entre chercheuses et chercheurs en Suisse : Réseau Recherche en pédagogie spécialisée et banque de données de la recherche du

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP Lycée d Enseignement Agricole Privé de St Maximin Chemin du Prugnon 83470 SAINT MAXIMIN Tel : 04 94 86 52 93 Fax : 04 94 59 78 91 E Mail : st-maximin@cneap.scolanet.org Fait à St Maximin, le 2 janvier

Plus en détail

Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010

Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010 Conférence de presse du 6 mai 2008 Salle des Solives, 1er étage Maison Supersaxo à Sion Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010 Projet des Centres d Aide et de

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S Direction des ressources humaines Centre de formation Formations spécialisées en soins R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S P O U

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail