Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF"

Transcription

1 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

2 SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3. Relation classification rémunération P. 05 I.4. Relation classification CCB P. 05 I.5. Mise à jour de la classification P. 05 I.6. Présentation des demandes individuelles P. 5 II. Définition des concepts utilisés P. 06 II.1. Définitions relatives au travail effectué (opération tâche fonction) P. 06 II.2. Définitions relatives aux personnes effectuant le travail (emploi métier titre) P. 06 II.3. Traduction des emplois en terme budgétaire P. 07 III. Raccordement de la classification à la CCB P. 07 III.1. Correspondance des échelons du Groupe et des niveaux de la CCB P. 07 III.2. Correspondance des échelons du Groupe et des salaires minima P. 08 IV. Classement des emplois du Groupe P. 08 IV.1. Groupes d emplois (métiers repères familles professionnelles unité de Responsabilité) P. 08 IV.2. Hiérarchie des groupes d emplois P. 09 IV.3. Description des emplois P. 09 V. Application de la classification P. 10 V.1. Structure des rémunérations P. 10 V.2. Obtention des diplômes P. 10 V.3. Gestion des Carrières V.3.1 Embauche et période d essai P. 10 V.3.2 Mobilité et évolution professionnelle P. 11 V.3.3 Avancement P. 12 V.3.4 Affectation temporaire P. 13 VI. Situation des Représentants du Personnel durant une période consécutive de 5ans P. 13 ANNEXES : 1. Correspondance de l ancienne classification (Crédit Coopératif et BTP) et de la nouvelle classification et des niveaux de la CCB P. 15 1bis Correspondance entre les classifications ASF, CCB et Crédit Coopératif P.15b

3 2. Grille des salaires annuels minima du Groupe hors ancienneté P Grille des salaires annuels minima du Groupe à l ancienneté P Grille de référence de la garantie salariale individuelle P Fonctionnement de la garantie salariale individuelle P Description des emplois du Groupe P Liste des principaux diplômes P La Validation des Acquis de l Expérience (loi du 17/01/2002) P. 25

4 PREAMBULE Le Groupe Crédit Coopératif a signé en 1981, après négociation avec les organisations syndicales, une classification des emplois prolongeant la Convention Collective de la Banque, document de référence explicitant nos métiers et nos spécificités. Depuis cette date, dans un environnement bancaire largement transformé, le Groupe a connu des évolutions importantes : changement de taille, acquisition et intégration de nouveaux établissements dans le cadre d opérations de croissance externes, élargissement du champ d activité. Toutes ces évolutions se sont de plus réalisées dans une période où les systèmes d information ont connu une révolution totale. Par ailleurs, la profession a adopté une nouvelle Convention Collective entraînant un nouveau système de classification et de calcul des rémunérations. De tout ceci, il résulte des disparitions de métiers, des transformations, mais aussi l émergence de nouveaux métiers. Ainsi, la nécessité de revoir la classification de 1981 s est imposée. La nouvelle classification couvre la totalité des salariés au sein du Groupe, (il s agit à ce jour du Crédit Coopératif et des filiales directement gérées : BTP et ECOFI INVESTISSEMENT (1), quel que soit l établissement d origine, créant dès lors une base de référence commune). Les travaux dont elle a fait l objet ont été guidés par les réflexions et les axes suivants : Tenir le plus grand compte des spécificités du Groupe. Maintenir un système d échelons intermédiaires aux niveaux donnés par la Convention Collective de la Banque permettant des évolutions de carrière plus régulières. Retenir le principe d augmentations minima à l occasion d un changement d échelon ou de niveau. Situer les minima conventionnels à un niveau majoré de 5% par rapport à la Convention Collective de la Banque apportant une incidence plus favorable au titre de la garantie salariale. Inscrire la nécessité d organiser et de susciter les évolutions de carrière au sein du Groupe. S inscrire dans un schéma de lutte contre les discriminations et d affirmation de l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Informer et accompagner les salariés dans la procédure de validation des acquis professionnels. (annexe 7) (1) Les salariés relevant de la convention collective ASF se voient appliquer notamment toutes les dispositions relatives à la classification. Une grille de concordance est établie assurant la cohérence entre les niveaux d emplois du Groupe (Annexe 1 bis). (2) Comme convenu avec les partenaires sociaux, tous les intitulés de postes de travail de la classification ne conduisent à aucune discrimination sexuée. 4

5 I. Généralités I.1. Définition de la classification La classification est un inventaire et un classement des emplois existants au sein du Groupe. Elle a pour objectifs, d une part de définir et de hiérarchiser des niveaux, et d autre part de positionner les métiers sur ces différents niveaux. Cette pondération se traduit en échelons, exprimés en une lettre plus un chiffre : A3, B4, B5 ; les lettres qui les composent correspondant aux niveaux définis par la Convention Collective de la Banque. Cf annexe 1 et 1 bis. I.2. Relation classification - emploi A chaque emploi correspond une plage de plusieurs niveaux ou échelons. Le niveau ou l échelon attribué à chaque salarié de l entreprise l est en fonction de la complexité du travail accompli, précisée dans les tableaux descriptifs des emplois. Cf annexe 5. I.3. Relation classification - rémunération La classification assure une relation avec la rémunération (article 33 de la CCB), notamment : en matière de salaires minima conventionnels garantis (article 40 de la CCB), réévalués au sein du Groupe ; et, en permettant d appliquer le principe selon lequel à toute progression de niveau ou d échelon est associée une progression de rémunération. Cf annexes 2, 3, 4 et 4. I.4. Relation classification - CCB Cet accord de classification complète certaines dispositions de la Convention Collective de la Banque sur laquelle il s appuie en la prolongeant. De ce fait, elle intègre les spécificités du Groupe. Il est expressément convenu que les nouvelles dispositions ou les évolutions à venir de la Convention Collective de la Banque seront immédiatement répercutées sur la classification. I.5. Mise à jour de la classification La classification est susceptible de révision en fonction de l évolution des structures et des emplois du Groupe. A cet effet, une Commission Classification composée des organisations syndicales représentatives (2 membres titulaires et 2 membres suppléants en cas d absence des titulaires, par organisation) et de la Direction, se réunira une fois par an, au cours du premier trimestre. Une ou plusieurs des organisations signataires de l accord pourront demander la tenue d une réunion complémentaire de cette Commission. La Direction fixera alors la date de la réunion en accord avec l ensemble des organisations, dans un délai n excédant pas deux mois à compter de la réception de la première demande. 5

6 Les ordres du jour et comptes rendus seront adressés aux titulaires et suppléants de chaque organisation syndicale. I.6. Présentation des demandes individuelles Une fois par an, la Commission Classification pourra également être saisie et réunie afin de présenter les demandes individuelles de révision de la classification, par une ou plusieurs organisations signataires de l accord ; ou à défaut, les Délégués du Personnel. 6

7 II. Définition des concepts utilisés II.1. Définitions relatives au travail effectué II.1.1. Une opération Une opération est un acte visant l accomplissement d une tâche déterminée. Elle se concrétise par un verbe d action. Exemple : écrire, téléphoner, étudier, analyser II.1.2. Une tâche Une tâche est un ensemble d opérations élémentaires qui concourent à l accomplissement d un travail. Exemple : rédiger la correspondance II.1.3. Une fonction Une fonction est un ensemble de tâches confié à un collaborateur, dont les caractéristiques principales et les qualifications requises sont suffisamment homogènes ou connexes. Exemple : le secrétariat II.2. Définitions relatives aux personnes effectuant le travail II.2.1. Un emploi Un emploi est la désignation de la qualification professionnelle correspondant à une fonction. Il regroupe un ensemble d activités et de responsabilités exercées régulièrement par un collaborateur, hiérarchisées de façon précise. Exemple : secrétaire principal(e) A, chargé(e) de clientèle personnes physiques B Tout emploi est exprimé par un niveau et un échelon. Exemple : J 16 Un niveau est une position dans la hiérarchie exprimée par une lettre. Un échelon est une subdivision d un niveau exprimé par un chiffre. Un emploi se situe, sauf exception, au maximum sur deux niveaux. II.2.2. Un métier Un métier se rapporte à une activité professionnelle déterminée. Il correspond à un regroupement d emplois ayant des finalités proches et s articulant autour des mêmes domaines de compétences. Le métier constitue un espace privilégié et naturel d évolution professionnelle. Exemple : secrétaire, chargé(e) de clientèle II.2.3. Un titre Un titre est un attribut personnel, permettant de satisfaire aux obligations légales (droit des sociétés), ou servant à faciliter l accomplissement de certaines fonctions (emplois nécessitant des relations extérieures au Groupe). Exemple : un(e) chargé(e) de clientèle peut avoir le titre de fondé de pouvoir Remarques : le titre n est pas un critère de classement des collaborateurs, même s il doit y avoir une certaine homogénéité avec celui-ci ; 7

8 le titre est attaché à l exercice d une fonction et doit être supprimé ou modifié en cas de changement de fonction ou de modification d organigramme ; le titre est mentionné sur le bulletin de paie. II.3. Traduction des emplois en terme budgétaire Un poste Le poste est la traduction budgétaire des emplois retenus dans l organigramme, à un moment donné. Le poste se définit selon son lieu d exercice, son contenu, et ses modalités d exécution. III. Raccordement de la classification à la CCB III.1. Correspondance des échelons du Groupe et des niveaux de la CCB La Convention Collective de la Banque distingue les populations suivantes ; les Techniciens des Métiers de la Banque, les Cadres, et les collaborateurs Hors Classe. Ceux-ci sont classés en 11 niveaux. A chaque niveau repère de la Convention Collective de la Banque correspondent un ou plusieurs échelons du Groupe. Cf annexe 1 et 1 bis. III.1.1. Les Techniciens des Métiers de la Banque Pour les Techniciens des Métiers de la Banque, la Convention Collective de la Banque retient 7 niveaux et le Groupe Crédit Coopératif 9 échelons : le niveau A comprend un échelon ; le niveau B comprend 2 échelons ; les niveaux C, D, E, et F comprennent chacun un échelon ; et, le niveau G comprend 2 échelons. Ces échelons se déclinent ainsi : A3, B4, B5, C6, D7, E8, F9, G10, G11. III.1.2. Les Cadres Pour les Cadres, la Convention Collective des Métiers de la Banque retient 4 niveaux, et le Groupe Crédit Coopératif 9 échelons : les niveaux H, I et J comprennent chacun 2 échelons ; et, le niveau K comprend 3 échelons. Ces échelons se déclinent ainsi : H12, H13, I14, I15, J16, J17, K18, K19, K20. III.1.3. Les cadres Hors Classe Pour les collaborateurs Hors Classe, un niveau a été repris par le Groupe Crédit Coopératif : échelon L21. Remarque : Les échelons intermédiaires aux niveaux de la Convention Collective de la Banque ont été mis en place de façon à permettre une progression régulière dans la hiérarchie des emplois. 8

9 III.2. Correspondance des échelons du Groupe et des salaires minima A chacun des niveaux vus ci-dessus correspondent un salaire minimum. Il s agit des minima de branche, prévus dans la convention collective de la Banque, majorés de 5%, à la fois hors ancienneté, mais aussi en tenant compte de l ancienneté à 5, 10, 15, et 20 ans, pour les Techniciens des Métiers de la Banque, et à 5, 10, et 15 ans pour les Cadres. Pour les échelons intermédiaires, des minima propres au Groupe ont été définis. Ils évolueront selon le même rythme que les niveaux de la Convention Collective de la Banque. Cf annexes 2 et 3. IV. Classement des emplois du Groupe IV.1. Groupes d emplois IV.1.1. Les métiers-repères Par définition, un métier-repère est un regroupement de métiers (et d emplois) s articulant autour de grandes fonctions et/ou de grands domaines d action et/ou de grandes spécialités de l entreprise. Exemple : les salariés exerçant une mission de contrôle des crédits sont rattachés au métier-repère «Engagements». IV.1.2. Les familles professionnelles Par définition, une famille professionnelle est constituée d un ou plusieurs métier(s)- repère(s), présentant des similitudes d activité et/ou concourant à une même finalité au sein du Groupe. Exemple : la famille professionnelle «Commercial» regroupe les métiers-repères «Clientèle personnes physiques» et «Clientèle personnes morales». Remarque : Dans certains cas, eu égard à l objet, il y a identification entre la famille professionnelle et le métier-repère, c est le cas pour la famille «Ressources Humaines». IV.1.3. Les unités de responsabilité Par définition, une unité de responsabilité est un groupe de collaborateurs dont les missions ont la même finalité. L unité est dirigée par un de ses membres, qui en assume la responsabilité hiérarchique et fonctionnelle. Les unités de responsabilité sont recensées dans la famille «Management». Remarques : certaines unités de responsabilité sont communes à toutes les familles professionnelles techniques : le département, la division, le service, et la section ; d autres sont particulières à un métier-repère («Management des agences bancaires») : la délégation, l agence, et l antenne ; 9

10 pour l essentiel, les collaborateurs sont prioritairement rattachés aux familles professionnelles techniques plutôt qu à la famille professionnelle «Management». IV.2. Hiérarchie des groupes d emplois La hiérarchie des groupes d emplois comprend 11 niveaux et 19 échelons. A chaque emploi correspond pour l essentiel, 1, 2, ou 3 niveaux (2 en moyenne). Les emplois de la famille générique «Management» peuvent avoir une amplitude plus large du fait de la responsabilité engagée. IV.3 Description des emplois Les emplois du Groupe sont décrits dans des tableaux qui les regroupent par famille professionnelle et métiers-repères. Cf annexe 5. Les informations qui définissent l emploi sont : l objet de la fonction (la finalité de l emploi) ; la désignation de l emploi (la qualification professionnelle figurant sur le bulletin de paie) ; les échelons : ils déterminent le niveau relatif à l emploi et au salaire minima ; la mission et les principales tâches de la fonction, les tâches indiquées servent de repère à un niveau de technicité, leur liste n est pas exhaustive, notamment en ce qui concerne les tâches mentionnées pour des emplois de la famille professionnelle de pondération inférieure. les conditions d accès indicatives (un niveau d études scolaires ou universitaires, une durée d expérience professionnelle, et/ou une compétence équivalente). Cf annexe 6. Cas particulier : Le Groupe reconnaissant l intérêt des formations en alternance (contrats de qualification, contrats d apprentissage ) met en œuvre ces formules pour renforcer ses équipes. Les jeunes collaborateurs sont alors classés dans les métiers-repères correspondant à la formation déjà acquise ou en cours d obtention, et à l échelon qu autorisent lesdites formations. L annexe 6 précise le niveau de qualification auquel seront recrutés ces collaborateurs eu égard aux diplômes acquis ou en cours d obtention. Remarques : Le fait de répondre aux conditions d accès pour un emploi considéré ne constitue pas un droit automatique pour le salarié de prétendre à un poste correspondant qui ne serait pas disponible. Si un poste se libère, sa candidature sera examinée en priorité ; l intérêt du Groupe commande la recherche directe de compétences adaptées aux postes à pourvoir. Dans le cadre de la Gestion des Carrières cette démarche sera systématisée. Ainsi, seront privilégiées les évolutions internes aux recrutements externes. Un bilan annuel sera présenté sur ce point à la Commission Emploi Formation du CE; lorsqu un poste relève de deux emplois ou fonctions de façon notable et permanente, le classement du collaborateur est celui correspondant à l échelon le plus élevé. De même, lorsqu un collaborateur remplit deux emplois de façon notable et alternative, il devra en être tenu compte dans sa classification. 10

11 11

12 V. Application de la classification V.1. Structure des rémunérations La classification et la Convention Collective de la Banque garantissent pour chacun des niveaux et échelons : un salaire annuel minima hors ancienneté ; des salaires annuels minima à l ancienneté, définis selon des paliers de 5 ans. Cf annexes 2 et 3. Ces minima sont applicables pour une durée de travail correspondant à la durée légale en vigueur dans le Groupe (soit, 1570 heures, résultant de l accord sur les 35 heures du 6 novembre 2000). Par ailleurs, la garantie salariale individuelle (article 41 de la CCB), est applicable dans le Groupe. Les montants sont ceux retenus dans la Convention Collective de la Banque, majorés de 5%. Cf annexes 4 et 4. D autre part, les décisions ayant trait à la négociation annuelle de branche (article 42 de la CCB) et aux mesures salariales (article 48 de la CCB), trouvent elles aussi leur application au sein du Groupe. V.2. Obtention de Diplômes : Prime et classification Tout salarié en activité reçoit une prime de diplôme, en une seule fois, à l obtention du BP Banque et de l ITB (cf article 43 de la CCB). Le montant de cette prime est fixé par accord de branche. Actuellement, les montants sont de 1450 euros pour le BP Banque, et de 1900 euros pour l ITB. Pour le BTS, il sera versé une prime identique à celle du BP Banque. En outre, les titulaires des BP Banque, ITB et du BTS de Banque sont classés comme suit : les titulaires du BP Banque, à l échelon C6. Ils seront classés à l échelon supérieur D7, après une période probatoire ne devant pas excéder un an, en situation d exercice effectif des responsabilités, permettant la mise en œuvre des connaissances acquises ; les titulaires d un BTS de Banque : compte tenu des spécificités des diplômes, ils seront classés au niveau E 8 après une période probatoire ne devant pas excéder un an en situation d exercice effectif des responsabilités, permettant la mise en œuvre des connaissances acquises. les titulaires de l ITB sont classés à l échelon G10 dès l obtention du diplôme. Après une période n excédant pas 12 à 18 mois, en situation d exercice effectif, permettant la mise en œuvre des connaissances acquises, le passage Cadre sera normalement accordé (échelon H12). Le refus d un tel classement, à l issue de la période devra faire l objet d une motivation circonstanciée, portée à la connaissance de l intéressé. V.3. Gestion des Carrières V.3.1. L embauche et la période d essai L embauche et la période d essai relèvent des règles en vigueur (articles 18 et 19 de la CCB). Durant la période d essai, la DRH en liaison avec la hiérarchie assurera un suivi particulier du collaborateur nouvellement embauché, visant à sa bonne intégration. 12

13 V.3.2. La mobilité et l évolution professionnelle V Définition La mobilité professionnelle, pour le Groupe Crédit Coopératif, s entend comme un changement d emploi, de poste et/ou d échelon au sein d un même métier-repère, ou dans un autre métier-repère ou une autre famille professionnelle. Cette mobilité professionnelle peut se coupler avec une mobilité géographique. V Conditions Les circonstances qui peuvent entraîner une mobilité professionnelle sont notamment : les besoins de l entreprise définis en terme de stratégie et axe de développement. une demande du collaborateur, souhaitant changer d orientation professionnelle dans le cadre d une évolution de carrière ; une suppression ou une évolution de poste ; des problèmes de santé, interdisant l exercice normal de l emploi occupé et nécessitant un reclassement du collaborateur demandé par le médecin du travail. V Débouchés Il est exceptionnel aujourd hui de faire toute sa carrière dans un même métierrepère ou dans une même famille professionnelle. La classification précisant les conditions d accès à un emploi, les mobilités peuvent aisément être menées à bien au sein du Groupe, après mise en place d un nécessaire accompagnement en formation. V Décision et modalités Les évolutions internes doivent faire l objet d une attention toute particulière de la part du Groupe à l égard de ses collaborateurs. Ainsi la DRH, au cours d un ou plusieurs entretiens, d évaluera et d appréciera les situations qui lui seront présentées au regard : des savoir-faire professionnels ; des potentialités de développement ; des axes de compétences à développer ; des souhaits des collaborateurs afin de permettre les adéquations nécessaires aux évolutions de postes ou de métiers. Remarques : la décision de mutation ou de changement d affectation est prononcée par la DRH en liaison avec les Responsables d unités concernés ; à l issue des entretiens, la décision deviendra effective à la date exprimée par la DRH en liaison avec les Responsables d unités concernés ; les conditions sont celles prévues par la Convention Collective de la Banque (et pour une mutation ou affectation entraînant une mobilité géographique plus spécialement par les articles 37 et 59.1), ainsi que par les règles propres au Groupe définies par la DRH ; 13

14 la décision de mutation géographique comprend le descriptif des nouvelles fonctions. V.3.3. L avancement V Définition L avancement est l accès à un échelon supérieur. Il peut s effectuer dans le même emploi ou à l occasion d une promotion dans un nouvel emploi. L avancement, à tous les degrés de la hiérarchie, est commandé par l intérêt du Groupe et consacre, les qualités professionnelles de l intéressé, l acquisition de compétences nouvelles, les résultats obtenus par son travail, ses efforts personnels de formation et de perfectionnement, éventuellement sanctionnés par un diplôme et/ou la constatation de la fonction réellement exercée, validée par la hiérarchie, notamment à l occasion des entretiens annuels d appréciation. Au sein du Groupe, dans le cadre de la politique salariale, est organisé une fois par an, un examen des situations individuelles des collaborateurs, pouvant se traduire par des décisions d avancement à l initiative de la hiérarchie. Cette démarche n exclut nullement les possibilités de promotions à des dates différentes. V Décision d avancement Toute promotion fait l objet d une notification écrite de l employeur à l intéressé. Elle fixe le nouvel échelon et le montant brut de l augmentation individuelle, qui sera incluse dans le salaire mensuel brut. V Modalités d avancement L avancement prend effet au 1 er mois suivant la décision, ou à une date ultérieure motivée et fixée par la DRH. A l occasion d un avancement, les modalités suivantes sont respectées : si la promotion le justifie des échelons peuvent être sautés (par exemple passage de B5 à D7) ; le salarié qui passe à un échelon supérieur perçoit un salaire majoré au minimum de la contre-valeur d une augmentation mensuelle fixée comme suit : Œ pour les Techniciens des Métiers de la Banque : acquisition d un échelon intermédiaire : 54 euros brut X 13 mois (passage de B4 à B5 et de G10 à G11) ; acquisition d un niveau supérieur : 69 euros brut X 13 mois (passage de A3 à B4, de B5 à C6, de C6 à D7, de D7 à E8, de E8 à F9, et de F9 à G10) ; Œ pour les Cadres : acquisition d un échelon intermédiaire : 84 euros brut X 13 mois (passage de H12 à H13, de I14 à I15, de J16 à J17, de K18 à K19, et de K19 à K20) ; acquisition d un niveau supérieur : 100 euros brut X 13 mois (passage de H13 à I14, de I15 à J16, de J17 à K18, et de K20 à L21). Remarques : 14

15 le salarié qui passe de Technicien des Métiers de la Banque à Cadre (échelon G11 à H12) perçoit un salaire majoré au minimum de la contrevaleur de 122 euros. en cas de désaccord, la possibilité de recours existe. Le réexamen se fera par recours à la Commission Classification. Cette possibilité s inscrit indépendamment de la garantie salariale individuelle (article 41 de la CCB). V.3.4. Les affectations temporaires Tout salarié qui assure pendant plus de 2 mois l intérim d une autre personne, qui occupe un emploi dont l échelon de base est supérieur au sien, perçoit une indemnité. Cette indemnité est versée à compter du 3 ème mois, elle est égale à la différence entre les salaires minima hors ancienneté pour les échelons considérés, soit l échelon de la personne assurant l intérim et l échelon de base du poste dont l intérim devra être assuré. En cas de mois incomplet, elle sera calculée prorata temporis. Exemple : pour le salarié classé D7 remplaçant le salarié classé E8, la différence de salaire annuel minima hors ancienneté s élève à 800,36 euros (17784 euros euros), soit 62,23 euros par mois complet à compter du 3 ème mois. Cette règle sera rappelée au salarié appelé à assurer un tel intérim. Par ailleurs, le contenu du poste et sa classification seront notifiés par la DRH au salarié assurant l intérim. Remarque : Si l affectation temporaire à un échelon plus élevé excède 6 mois, la candidature du collaborateur sera examinée en priorité, si celui-ci postule à un poste vacant de même nature. En cas de refus, celui-ci fera l objet d un écrit motivé. VI. Situation des Représentants du Personnel durant une période consécutive de 5 ans. Date de prise en compte le 1/12 (id garantie salariale) La situation de chaque représentant fait l objet d un examen annuel spécifique de la DRH qui s appuiera sur l entretien annuel d appréciation. Cet examen : á n est pas exclusif du recours à la Commission Classification á vise à l issue de chaque période de 3 ans à garantir sous certaines conditions une révision de la situation. a) Conditions Sont exclus du bénéfice de la révision : á Les représentants dont le dossier fait régulièrement apparaître lors de l entretien annuel d appréciation le niveau «insuffisant» ou assimilé ou qui auront refusé le bénéfice de l entretien. Dans les deux cas, la situation du représentant concerné pourra être traitée à sa demande à la Commission Classification. 15

16 á Les représentants dont le salaire annuel est supérieur au salaire moyen de l échelon auquel est classé le représentant. á Les représentants ayant bénéficié au cours des 3 années précédentes d une révision de leur situation quelqu en soit le niveau. b) Montant, mode de calcul Cette mesure visera à porter à l issue de ces 3 ans la révision de la situation du collaborateur à 75% de la moyenne des augmentations sur l année de la rémunération des salariés de l échelon auquel appartient le représentant. Toutefois, le montant de la révision tiendra compte d une double limite : á 75% du montant moyen des révisions constatées correspondant à l échelon du collaborateur (sans nécessairement atteindre le niveau moyen) á l atteinte du montant moyen des rémunérations correspondant à l échelon du collaborateur (sans nécessairement le dépasser). Exemple : Au 1/01/2004 la moyenne de la rémunération de l échelon F 9 est Euros. á Le représentant A à cet échelon a une rémunération de Euros. Il est exclu du champ de la révision. á Le représentant B à cet échelon a une rémunération de Euros. Il n a pas bénéficié d augmentation depuis 3 ans. La moyenne des augmentations des F9 sur l année est de 107 Euros par mois. Le montant moyen possible serait 107 x 75 = 80,25 Euros. Cette augmentation portera alors la rémunération à : 1955, ,25 =2035,63 Euros, soit 2035,63 x 13 = Euros Ce montant étant supérieur à la moyenne de l échelon Euros, la rémunération sera plafonnée au montant permettant d atteindre ce montant : = 494 Euros, soit 38 Euros par mois. c) «Cas spécifiques» Il appartiendra par ailleurs aux organisations syndicales de présenter pour examen les dossiers des représentants ayant plus de 5 ans successifs de mandat, dont la situation leur apparaîtrait comme sujette à «divergences» d appréciation. 16

Accord salarial 2008

Accord salarial 2008 Accord salarial 2008 PRÉAMBULE En application de l article L. 2241-1 du Code du travail et de l article 42 de la convention collective de la Banque, les partenaires sociaux se sont rencontrés à trois reprises,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse Fiche de synthèse Accord national du 27 décembre 2004 sur la formation professionnelle. Le contrat de professionnalisation Titre 3, article 3-1 A quoi sert la professionnalisation? Destinée à remplacer

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004

Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004 Entre : Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004 la Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), la

Plus en détail

Règlement relatif à la description, évaluation et classification des fonctions de l administration communale

Règlement relatif à la description, évaluation et classification des fonctions de l administration communale 29 août 2005 Règlement relatif à la description, évaluation et classification des fonctions de l administration communale LE CONSEIL GENERAL DE LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS vu la loi sur les communes

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima La progression des salaires des emplois autres qu artistiques prévue par la Convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles - CCNEAC - La progression des salaires, dans la convention

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale ANNEXE I Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale Le Département des Hauts-de-Seine substitue, à titre expérimental, au titre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif national IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif national IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE ACCORD DU 9 JANVIER 2006 (1) MISE À LA RETRAITE DANS LES CAISSES RÉGIONALES DE CRÉDIT

Plus en détail

Référence : Date : -------------

Référence : Date : ------------- Titre : SALARIES ETAM : - PROCEDURE DE RECLASSEMENT - GRILLE DE CLASSIFICATION - SALAIRES MINIMA ETAM Référence : Date : IP-Bât 08 001 01.2008 Le 26 septembre 2007, les partenaires sociaux du Bâtiment

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014

Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014 Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014 Entretien professionnel Suppression de l obligation de réaliser certains entretiens La loi du 5 mars 2014 rend l entretien

Plus en détail

POSITIONS ADMINISTRATIVES ET RECRUTEMENT DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

POSITIONS ADMINISTRATIVES ET RECRUTEMENT DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Seynod, le 27 juin 2011 Références juridiques : NOTE d INFO n 2011-05 POSITIONS ADMINISTRATIVES ET RECRUTEMENT DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux

Plus en détail

Droit Individuel à la Formation

Droit Individuel à la Formation Droit Individuel à la Formation Salariés en CDI (public ou privé), Salariés en CDD, Intérimaires Le Droit Individuel à la Formation donne la possibilité d acquérir une qualification professionnelle, d

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

AVENANT DU 14 OCTOBRE 2009

AVENANT DU 14 OCTOBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 240. PERSONNEL DES GREFFES DES TRIBUNAUX DE COMMERCE

Plus en détail

LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS

LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS DELEGATION UNIQUE DU PERSONNEL LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS de 50 et plus La faculté de constituer une délégation

Plus en détail

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de Professionnelle Continue Les modalités d accès à la formation «Accord de Branche Syntec et ité» Qualifications inadaptés Priorités de Droit Individuel à la Plan de de Entretien Annuel Hors Plan & Hors

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Avenant créant le Certificat de Qualification Professionnelle «Coordinateur de vie scolaire»

Avenant créant le Certificat de Qualification Professionnelle «Coordinateur de vie scolaire» ACCORD NATIONAL INTERBRANCHES SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT 277 rue Saint-Jacques - 75240 PARIS Cedex 05 Tél : 01.53.73.74.40

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

PROCÉDURE RELATIVE AU PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN

PROCÉDURE RELATIVE AU PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN PROCÉDURE RELATIVE AU PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN OBJECTIFS La présente procédure a pour but d établir les règles à suivre pour l obtention du remboursement de frais encourus dans le cadre

Plus en détail

BAC + 0 année d expérience OU. DEC + 0 année d expérience. BAC + 2 années d expérience OU DEC + 4 années d expérience DEC + 4 années d expérience OU

BAC + 0 année d expérience OU. DEC + 0 année d expérience. BAC + 2 années d expérience OU DEC + 4 années d expérience DEC + 4 années d expérience OU Section 3 - Salaire 133. Le salaire d un membre du personnel professionnel est établi sur une base annuelle. Il peut cependant être calculé sur une base horaire pour des besoins particuliers (heures supplémentaires

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP)

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP) REPRESENTATION DU PERSONNEL La réglementation du travail permet, au personnel des entreprises qui comptent un effectif minimum, de bénéficier d une représentation sous 4 institutions distinctes : les délégués

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE Entre : L Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, Les organisations syndicales

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS REGLEMENT INTERIEUR

COMPTE EPARGNE TEMPS REGLEMENT INTERIEUR COMPTE EPARGNE TEMPS REGLEMENT INTERIEUR Consultation du Comité Technique Paritaire : 7 décembre 2010 Délibération du Conseil municipal : 17 décembre 2010 2 I. Bénéficiaires du compte épargne temps Les

Plus en détail

NOTE D INFORMATION du 5 avril 2012. LES CONDITIONS DE RECRUTEMENT et LA GESTION DES AGENTS CONTRACTUELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

NOTE D INFORMATION du 5 avril 2012. LES CONDITIONS DE RECRUTEMENT et LA GESTION DES AGENTS CONTRACTUELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE NOTE D INFORMATION du 5 avril 2012 LES CONDITIONS DE RECRUTEMENT et LA GESTION DES AGENTS CONTRACTUELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Loi n 2012-347 du 12 mars 2012 Textes de référence : - Loi

Plus en détail

AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ

AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ Les réponses apportées aux questions ci-dessous sont données sous réserves des éventuelles réserves ou exclusions que le ministère du travail pourrait prendre

Plus en détail

PROCEDURE DE RECRUTEMENT

PROCEDURE DE RECRUTEMENT PROCEDURE DE RECRUTEMENT Le personnel de l organisation est régi par un statut particulier adopté par les Etats membres lors de la 19 ème session Ordinaire du Conseil des Ministres en sa résolution n 166/CM/ML/B

Plus en détail

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION BUT POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION En vue de répondre à ses besoins et de développer les compétences particulières des salariés, le Collège fournit à tous ses salariés les possibilités réelles

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) Infodoc Législation/Réglementation Janvier 2014 n 92 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION RÉFORME

Plus en détail

ETT : le contrat à durée indéterminée intérimaire

ETT : le contrat à durée indéterminée intérimaire Fiche pratique ETT : le contrat à durée indéterminée intérimaire Boite à outils - Juridique Cette note a pour objet de présenter le contrat à durée indéterminée intérimaire. Pour rappel, l article 4 de

Plus en détail

Avenant n 1 du. des ETAM de Travaux Publics du 12 juillet 2006

Avenant n 1 du. des ETAM de Travaux Publics du 12 juillet 2006 Avenant n 1 du à la convention collective nationale des ETAM de Travaux Publics du 12 juillet 2006 Entre : La Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP), La Fédération des Sociétés Coopératives et

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur.

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur. L avenant n 1 du 20 juillet 2005 à l Accord National Interprofessionnel du 5 décembre 2003 relatif à l accès des salariés à la formation tout au long de la vie professionnelle prévoit que «pour lui permettre

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE Les mesures mises en place visent à accompagner les collaborateurs porteurs d un projet professionnel en dehors du groupe CA sa et

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 L avenant du 15 septembre 2009, étendu par un arrêté du 16 avril 2010 (JO du 27 avril 2010) modifie les articles 17 et 18 du chapitre

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL SOMMAIRE

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL SOMMAIRE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL SOMMAIRE CONTENU DU DISPOSITIF I Principe II Personnel concerné ORGANISATION DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL I Déroulement de l entretien II Evaluation de la valeur professionnelle

Plus en détail

AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010

AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3159 Convention collective nationale IDCC : 2596. COIFFURE ET PROFESSIONS CONNEXES AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

Les bases de la mise en place

Les bases de la mise en place L ENTRETIEN PROFESSIONNEL LES ETAPES DE LA PROCEDURE Les bases de la mise en place Contexte législatif et réglementaire Textes de référence : - loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée, article n 76 - décret

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 ENTRETIEN PROFESSIONNEL PERENNISATION AU 1 ER JANVIER 2015

CIRCULAIRE CDG90 ENTRETIEN PROFESSIONNEL PERENNISATION AU 1 ER JANVIER 2015 CIRCULAIRE CDG90 15/14 ENTRETIEN PROFESSIONNEL PERENNISATION AU 1 ER JANVIER 2015 Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée, portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE NOR : PEL1101732DL DELIBERATION N 201162 APF DU 13 SEPTEMBRE 2011 Portant statut particulier du cadre d emplois des secrétaires médicaux de la fonction publique de la

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

Article 1 er Rémunérations. Généralités

Article 1 er Rémunérations. Généralités MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3159 Convention collective nationale IDCC : 2596. COIFFURE ET PROFESSIONS CONNEXES AVENANT N 18 DU 18

Plus en détail

AVENANT N 9 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE DU 21 MAI 2002

AVENANT N 9 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE DU 21 MAI 2002 AVENANT N 9 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE DU 21 MAI 2002 AVENANT RELATIF A L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS L ENTREPRISE PREAMBULE Le

Plus en détail

ANNEXE II Fonction publique territoriale

ANNEXE II Fonction publique territoriale ANNEXE II Fonction publique territoriale Support d entretien annuel d évaluation du personnel départemental pour l année 2011 ENTRETIEN PROFESSIONNEL Bilan de l année 2010 Objectifs de l année 2011 INFORMATIONS

Plus en détail

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er - 39 - TABLEAU COMPARATIF Code de l éducation TROISIÈME PARTIE Les enseignements supérieurs LIVRE VI L organisation des enseignements supérieurs TITRE I ER L organisation générale des enseignements Proposition

Plus en détail

LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C

LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C Décrets n 2005-1344, n 2005-1345 et n 2005-1346 du 28 octobre 2005 I REGLES DE CLASSEMENT PRINCIPE : Jusqu' à présent, les fonctionnaires stagiaires

Plus en détail

COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT

COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT PROFESSIONNELLES ET PROFESSIONNELS DE RECHERCHE DE L UNIVERSITÉ LAVAL Règles de fonctionnement Le fonds de perfectionnement a pour objectif de favoriser le perfectionnement des

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 Objet : travail à temps partiel dans la branche du sport Les partenaires sociaux de la branche du sport se sont mis d accord sur un aménagement conventionnel du droit

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS 10954_VAE_p011p040_part1_JCL.indd 11 23/05/08 11:05:10 FICHE La VAE : 1 principes et modalités Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes et compétences acquises

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation - DIF

Le Droit Individuel à la Formation - DIF DADS 2008 Page 1 Le Droit Individuel à la Formation - DIF A Le principe L accord de branche du 26 mai 2005 permet de faciliter les parcours personnalisés de formation des salariés tout au long de leur

Plus en détail

Projet alternatif proposé par SUD

Projet alternatif proposé par SUD Projet alternatif proposé par SUD ACCORD DE MISE EN PLACE AU SEIN DU COMITE D ENTREPRISE D UNE COMMISSION PARITAIRE DE SUIVI DES SALARIES IMPACTES PAR LE TRANSFERTLA DELOCALISATION D ACTIVITES EXISTANTES

Plus en détail

Réunion d informations du 12 novembre 2014. La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014

Réunion d informations du 12 novembre 2014. La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014 Réunion d informations du 12 novembre 2014 La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014 Rappel Les différents taux de cotisation : - Taux légal

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS LE COMPTE EPARGNE TEMPS SOMMAIRE : Article 1 : objet... Page 2 Article 2 : bénéficiaires et modalités d ouverture Article 3 : alimentation du compte épargne temps Article 4 : utilisation... Page 3 Article

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

REFORME DE LA CATEGORIE B - FILIERE ADMINISTRATIVE

REFORME DE LA CATEGORIE B - FILIERE ADMINISTRATIVE CIRCULAIRE N 2012-28 Châlons-en-Champagne, le 17 août 2012 Le Président du Centre de Gestion à Mesdames et Messieurs les Maires Mesdames et Messieurs les Présidents d Etablissements Publics Communaux REFORME

Plus en détail

LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. mode d emploi

LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. mode d emploi LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE mode d emploi Découvrir la Fonction Publique Territoriale Trois fonctions publiques en France Il existe en France trois fonctions publiques : la Fonction Publique d Etat

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 64 - - - -

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 64 - - - - CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX Le 1 er juillet 2014, entre : Avenant n 64 - - - - - La CONFEDERATION DES SYNDICATS MEDICAUX FRANCAIS (C.S.M.F.) - La FEDERATION DES MEDECINS DE

Plus en détail

Négocier la classification des emplois, pourquoi faire?

Négocier la classification des emplois, pourquoi faire? Négocier la classification des emplois, pourquoi faire? Date de création du document : Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-98 845 Nouméa

Plus en détail

ANNEXE ADMINISTRATIVE. Politique d attribution des congés sans solde et des congés sabbatiques avec salaire différé

ANNEXE ADMINISTRATIVE. Politique d attribution des congés sans solde et des congés sabbatiques avec salaire différé Titre : COMMISSION SCOLAIRE MODALITÉS D ATTRIBUTION DES CONGÉS SANS SOLDE ET DES CONGÉS SABBATIQUES AVEC SALAIRE DIFFÉRÉ EASTERN TOWNSHIPS Source : Directeur Ressources humaines Adopté : Consulter la politique

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONCTON

UNIVERSITÉ DE MONCTON UNIVERSITÉ DE MONCTON POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION POUR LE PERSONNEL ADMINISTRATIF, PROFESSIONNEL, TECHNIQUE, D ENTRETIEN, DE MÉTIERS ET DE SOUTIEN ADMINISTRATIF Mai 2003 VRARH TABLE DES

Plus en détail

ADOPTION : Comité de direction

ADOPTION : Comité de direction PROGRAMME PROGRAMME DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 28 avril 2015 SECTION : Programme NUMÉRO : PG304 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines ADOPTION : Comité de direction

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

LES PROCEDURES DE DECLARATION ET DE PUBLICITE DES VACANCES D EMPLOIS DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES PROCEDURES DE DECLARATION ET DE PUBLICITE DES VACANCES D EMPLOIS DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE LES PROCEDURES DE DECLARATION ET DE PUBLICITE DES VACANCES D EMPLOIS DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Véronique BONNEMAZOU Responsable du Pôle EMPLOI et RECRUTEMENT Mélanie BERNIERE Gestionnaire

Plus en détail

Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux. Version consolidée au 12 octobre 2015

Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux. Version consolidée au 12 octobre 2015 Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux Version consolidée au 12 octobre 2015 Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de

Plus en détail

ACCORD SUR L ACCOMPAGNEMENT MATERIEL DE LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE AU SEIN DU GROUPE AXA EN FRANCE PREAMBULE

ACCORD SUR L ACCOMPAGNEMENT MATERIEL DE LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE AU SEIN DU GROUPE AXA EN FRANCE PREAMBULE ACCORD SUR L ACCOMPAGNEMENT MATERIEL DE LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE AU SEIN DU GROUPE AXA EN FRANCE Entre, Les différentes entreprises appartenant au périmètre de la Représentation Syndicale de Groupe représentée

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

Congés payés : les points à maîtriser. Octobre 2010

Congés payés : les points à maîtriser. Octobre 2010 Congés payés : les points à maîtriser Octobre 2010 Sommaire Conditions d ouverture des droits à congés Calcul de la durée des congés Décompte des congés Obligation de prise des congés Paiement des congés

Plus en détail

Le SMIC au 1 er janvier 2016

Le SMIC au 1 er janvier 2016 Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 26.15 du 24/12/15 Le SMIC au 1 er janvier 2016 Publication du décret portant relèvement du SMIC et du minimum garanti I Le relèvement du SMIC

Plus en détail

CHARTE DES STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE

CHARTE DES STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE Le Ministre de l Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement Le Ministre délégué à l Emploi, au Travail et à l Insertion professionnelle des jeunes Le Ministre de l Education nationale, de l Enseignement

Plus en détail

REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SOMMAIRE INFORMATIONS GENERALES 1. LES CONDITIONS INDIVIDUELLES 2. LES RATIOS PROMUS / PROMOUVABLES 3. LES CONDITIONS DE SEUIL 4. LES REGLES DE CLASSEMENT REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES

Plus en détail

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

PROJET DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES POUR 2014

PROJET DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES POUR 2014 DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES POUR 2014 Entre : D une part, La Direction de la Société Distribution Casino France, représentée par M. Yves DESJACQUES, Directeur

Plus en détail

Le temps de travail et les aménagements possibles

Le temps de travail et les aménagements possibles Le temps de travail et les aménagements possibles La durée du travail est régie par des règles précises. Il s agit notamment des questions relatives aux heures supplémentaires, aux durées maximales de

Plus en détail

Situation évaluateur formalisme

Situation évaluateur formalisme LA PERENNISATION DE L'ENTRETIEN PROFESSIONNEL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE REFERENCES : - loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations des fonctionnaires, et notamment

Plus en détail

La négociation annuelle obligatoire

La négociation annuelle obligatoire La négociation annuelle obligatoire Date de création du document : Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-98 845 Nouméa CEDEX Tél. Nouméa

Plus en détail

MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE

MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE PARTIE 4 MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE Mesures salariales 07.09 1 SOMMAIRE DE LA 4EME PARTIE SOMMAIRE DE LA 4EME PARTIE... 2 MESURES SALARIALES RELATIVES A L'ANNEE 2002 APPLICABLES AUX AGENTS

Plus en détail

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION?

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION? N-Nour VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF MARS 2011 Depuis le 1 er janvier 2011, les contributions d assurance chômage sont versées aux Urssaf (voir Infos d Experts janvier 2011). Certaines

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S

R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S Modifié par : Loi du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique Décret du 20 mai 2010 modifiant

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE ACCORD DU 5 FÉVRIER

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE N 96 RELATIF A LA REMUNERATION DES CADRES

ACCORD D'ENTREPRISE N 96 RELATIF A LA REMUNERATION DES CADRES ACCORD D'ENTREPRISE N 96 RELATIF A LA REMUNERATION DES CADRES PREAMBULE : Le présent accord a pour objectif de moderniser la politique de rémunération du personnel cadre, en mettant en valeur des principes

Plus en détail

Aux termes de l article L.3141-1 du Code du travail, «tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur».

Aux termes de l article L.3141-1 du Code du travail, «tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur». CONGES PAYES 16/06/2015 Aux termes de l article L.3141-1 du Code du travail, «tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur». Sauf disposition plus favorable, la durée du

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Code : SE 1998 01 En vigueur : Approbation : Marcien Proulx directeur général POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

ANNEXE CLASSIFICATION ET SALAIRES EMPLOIS NON CADRES PERSONNEL CUMA DE LA CHARENTE

ANNEXE CLASSIFICATION ET SALAIRES EMPLOIS NON CADRES PERSONNEL CUMA DE LA CHARENTE 5 0 ANNEXE CLASSIFICATION ET SALAIRES EMPLOIS NON CADRES PERSONNEL CUMA DE LA CHARENTE (avenant n 68 du 11 juillet 2001) ARTICLE 1 - CHAMP D APPLICATION La présente annexe s applique aux salariés non-cadres

Plus en détail