Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire?"

Transcription

1 Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire? Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire? *B. Sutter, **E. Meys *Institut Calot - Berck s/mer **Centre Hospitalier Duchenne - Boulogne s/mer Résumé L intérêt du rhumatologue pour la scintigraphie osseuse (SO) ne se dément pas depuis de nombreuses années, et ce dans de très nombreuses situations cliniques, malgré la concurrence de l échographie et de l IRM. La SO est une exploration qui se place très naturellement entre l examen clinique et les autres techniques d imagerie (en particulier IRM et scanner). Elle partage les spécificités des ces deux abords, clinique et para-clinique. Toute la difficulté et l intérêt pratique de la méthode sont précisément liés à ce double aspect. À partir de quelques exemples cliniques, cette revue aborde les moyens permettant d améliorer le service rendu, en particulier dans le cadre des rhumatismes inflammatoires débutants. Scintigraphie osseuse / Rhumatologie / Polyarthrite rhumatoïde / Spondylarthropathie ðl intérêt du rhumatologue pour la scintigraphie osseuse (SO) ne se dément pas depuis de nombreuses années et ce, dans de très nombreuses situations cliniques. Dans une étude australienne parue en 1999, Duncan et coll. démontraient que la scintigraphie osseuse demandée par le rhumatologue était un examen performant, qu il s agisse de confirmer ou d infirmer un diagnostic (Duncan). De plus, la SO permettait de recentrer le diagnostic et/ou de modifier la prise en charge dans plus d un tiers des cas. Notre expérience pratique laisse penser que ces données pourraient être extrapolées à la situation hexagonale. De ce fait, on serait à même de penser qu il n y a plus guère de choses à dire et que le couple scintigraphisterhumatologue est un couple définitivement soudé et heureux. Toutefois, la concurrence d imagerie anatomique et/ou fonctionnelle performante, en particulier scanner, I.R.M, échographie, doit conduire à revisiter certaines habitudes, afin d optimiser le service rendu au rhumatologue. Il n est Correspondance : Bruno Sutter Institut Calot Berck s/mer Cedex Tel : +33 (0) (direct) - Fax : +33 (0) Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n 11

2 B. Sutter, E. Meys pas question de faire ici un catalogue exhaustif de toutes les pathologies rhumatologiques, déjà fait ailleurs (Paycha) mais d identifier les moyens de mieux répondre à l attente du clinicien, en optimisant la technique de l examen et en prenant en compte certaines évolutions concernant les pathologies rhumatologiques et leur traitement actuel. QUID DE LA TECHNIQUE? Ce qu il faut éviter - Une simple acquisition corps entier, tout juste suffisante pour un bilan de pathologie néoplasique, avec un balayage trop rapide. - Une sortie papier, que le clinicien aura du mal à comparer aux autres données d imagerie, et/ou un contraste trop marqué (ne pas hésiter à sortir plusieurs contrastes différents). - Des acquisitions centrées ne permettant pas de diagnostic topographique précis. Quelques points essentiels : - L examen en deux temps est la règle. Le temps angiographique est moins utile que les clichés précoces, d autant que sa reproductibilité est sujette à caution, dépendant de nombreux facteurs difficiles à contrôler. - Il faut choisir soigneusement les acquisitions précoces selon la pathologie et les signes d appel (Figure 1). - L acquisition corps entier doit être complétée également par des clichés centrés, dont la technique doit s inspirer des clichés radiographiques, d autant que la SO est presque obligatoirement complétée par des radiographies, que radiologue et clinicien interpréteront beaucoup plus facilement (Figure 2). La comparaison clichés précoces/clichés tardifs est riche d information pour le clinicien, apportant une information dynamique voire pronostique que le seul cliché tardif à visée diagnostique ne permet pas toujours d appréhender. - Les tomographies sont indispensables pour la pathologie du rachis et l évaluation des jonctions sacro-iliaques. - Figure 1 - Homme. Bilan de douleurs du bord radial du poignet gauche : cliché 5mn après l injection : on visualise parfaitement la gaine tendineuse commune au long abducteur et court extenseur du pouce ( ). C est l aspect d une téno-synovite, dite de "de Quervain". La confrontation anatomique facilite le diagnostic. Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n

3 Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire? 5 Figure 2a : les incidences classiques confirment la pathologie de l avant pied, mais ne peuvent localiser l hyperfixation 3H Figur igure 2b : les incidences plantaires, pied sur le détecteur, mettent en évidence une pathologie articulaire très évolutive des 2éme et 3éme métatarso-phalangiennes (MTP). Les radiographies sont normales. Il s agit très probablement d un rhumatisme inflammatoire débutant. 5' 3H - Figure 2 - Femme, 35 ans. Métatarsalgies gauches apparues il y a 3 mois. Pas d anomalies radiographiques ou biologiques. SO : technique : 740MBq 99m Tc-HMDP. Clichés centrés 5 et 3H après l injection + corps entier 15cm/mn. 602 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n 11

4 B. Sutter, E. Meys Le Tableau I récapitule quelques protocoles applicables en pratique. Tableau I - Quelques protocoles pratiques. Situation clinique Types d acquisitions les plus fréquemment utiles Arthrite rhumatoïde ü Toujours clichés précoces + tardifs ü Centrés sur les articulations distales ü mains avant-bras-main face palmaire, ü pied face plantaire ü selon les signes d appel, bassin face, genou(x) face+profil spondylarthropathies ü Précoce/tardif sur les articulations douloureuses ü Tomographies centrées sur la charnière dorso-lombaire, le rachis lombaire, les sacro-iliaques Suspicion de fracture occulte du bassin ü Cliché précoce FA/FP dès l injection, afin de visualiser le cadre obturateur, souvent masqué par la vessie chez des sujets souvent âgés. Si nécessaire, clichés à 24H Genoux ü Les clichés de profil sont indispensables, afin de visualiser l os sous-chondral des deux versants articulaires et au temps précoce, le repli synovial sous quadricipital Chevilles, articulations sous-astragaliennes ü Les clichés de profil sont également indispensables, afin de distinguer ces deux articulations, avec l avantage de mettre en évidence les gaines et insertions tendineuses Coudes ü Deux incidences inspirées de techniques radiographiques ü Bras en supination : seule façon de ne pas superposer les structures osseuses et articulaires / clichés comparatifs ü Profil en flexion (bursite olécranienne) Pathologie focalisée du rachis ü Tomographies LA PLACE DE LA SO DANS LE DIAGNOSTIC DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES ðles critères diagnostiques de l American College of Rheumatology (ACR ACR) pour la polyarthrite rhumatoïde (PR) restent d actualité : ils sont essentiellement cliniques (Tableau II). La présence d érosions radiologiques signifie que l atteinte articulaire est déjà évoluée. Ces critèr itères diagnostiques sont critiquables : le dosage du facteur rhumatoïde est obsolète, remplacé par de nouveaux tests, en particulier les anticorps antifilaggrine dits citrulinés (auto-anticorps humains dirigés contre la couche cornée de l épithélium malpighien de l oesophage de rat) (Vittecoq) l IRM et l échographie sont ignorés, L arthrite rhumatoïde - Tableau II - Polyarthrite rhumatoïde / critères de l American College of Rheumatology (1987) Raideur matinale 1. Arthrite dans au moins trois territoires articulaires 2. Arthrite des articulations des mains 3. Arthrites symétriques 4. Présence de nodules rhumatoïdes. 5. Facteur rhumatoïde sérique. 6. Modifications radiologiques.. Les 4 premiers critères doivent être présents depuis au moins 6 semaines. Le diagnostic de PR nécessite la présence d'au moins 4 critères sur 7. Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n

5 Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire? de même que la SO En pratique, la biologie, ainsi que l IRM et échographie (Peterfy, Terslev), sont de plus en plus utilisées pour le diagnostic précoce, dans l optique de la mise en route de traitements efficaces le plus tôt possible, avant les dégâts articulaires (méthotrexate, mais également biothérapies). Quelle est la place de la SO? On considère volontiers qu elle est modeste, mais il s agit parfois de revue de littérature confondant la SO avec les Ig marquées, voire parlant encore de pyrophosphate (Devauchelle). Dans une étude prospective comparant échographie, IRM, et SO trois phases (Backhaus) chez 49 patients (28 sans anomalies radiographiques, 21 avec des érosions) suivis deux ans, l IRM semble supérieure à l échographie. Les performances de la SO diminuent avec la durée d évolution de la PR. En pratique, un tableau de douleurs articulaires parfois atypiques peut amener le rhumatologue à demander une SO, qui peut mettre la puce à l oreille : l aspect est celui d une atteinte symétrique concernant, aux mains, les poignets, les métacarpophalangiennes (MCP) ou interphalangiennes proximales (IPP), aux pieds tarses et métatarso-phalangiennes (MTP). L atteinte synoviale est bien imagée par les temps précoces. Les ténosynovites sont aisément identifiables. La place de la SO est de conforter un diagnostic clinique dans les formes de début, pauci-symptomatiques, ou de diagnostic difficile (sujet âgé : Figure 3), avant les anomalies radiologiques. C est également un outil utile du diagnostic différentiel dans les fibromyalgies, où la SO est normale (Yunus) 5' - Figure 3-3H Homme 77 ans. Bilan de douleurs et gonflement des mains évoluant depuis deux mois. Clichés 5 et 3H après l injection, mains posées sur le détecteur. A 5, l aspect est typique d une polyarthrite du sujet âgé, avec fixation des poignets et métacarpo-phalangiennes : arthrite rhumatoïde ou RS3PE (Remitting seronegative symmetric synovitis with pitting edema) (Takeguchi). À 3H, on n observe pas de fixation anomale de ces articulations : on est au début de l évolution et l intense fixation de la rhizarthrose bilatérale masque d autres hyperfixations. Principales caractéristiques des spondylarthropathies ðles spondylarthropathies regroupent les manifestations articulaires observées au cours de différentes situations : La spondylarthrite ankylosante (Tableau III) Le rhumatisme psoriasique Les arthrites réactionnelles Les entérocolopathies chroniques, Crohn et recto-colite ulcéro-hémorragique (RCUH). Ces rhumatismes inflammatoires ont en commun des arthrites volontiers asymétriques, l atteinte inflammatoire du squelette axial, jonctions sacro-iliaques en particulier, et atteinte des enthèses (zones d insertion des ligaments et des tendons de l os), et un terrain génétique particulier (HLA B27, antécédents familiaux). Tableau III - Spondylarthropathie / critères diagnostiques d Amor : Le malade sera déclaré comme ayant une spondylarthropathie si la somme des points est égale ou supérieure à 6 (Amor). Points 1 Douleurs nocturnes lombaires ou dorsales et/ou raideur matinale lombaire ou dorsale 1 2 Oligoarthrite asymétrique 2 3 Douleurs fessières / Douleurs fessières à bascule ½ 4 Doigt ou orteil en saucisse 2 5 Talalgie ou toute autre enthésopathie 2 6 Uvéite antérieure aiguë 2 7 Urétrite non gonococcique ou cervicite moins d'un mois avant le début de l'arthrite 1 8 Diarrhée moins d'un mois avant le début de l'arthrite 1 9 Antécédents personnels : psoriasis, et/ou entérocolopathie chronique et/ou balanite 2 10 HLA B Antécédents familiaux : spondylarthrite ankylosante, et/ou syndrome de Reiter, et/ou uvéite 2 spondylarthrite ankylosante et/ou psoriasis, et/ou entérocolopathie 12 Sacro-iliite radiologique (stade 2 bilatérale ou 3 unilatérale) 3 13 Amélioration en 48 heures des douleurs sous traitement par anti-inflammatoires non stéroïdiens et/ou rechute rapide (48 H) des douleurs après leur arrêt Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n 11

6 B. Sutter, E. Meys Dans ces spondylarthropathies, la SO apporte de grandes satisfactions diagnostiques, d autant que le tableau clinique est souvent atypique, surtout dans les formes de début. Passons en revue quelques "recettes" pratiques : - Comment s intéresser aux jonctions sacro-iliaques,? La principale critique faite à la SO est de faire des diagnostics erronés en quantifiant la fixation des massifs iliaques postérieurs (Luong, Spencer). La région articulaire vraie de la sacroiliaque (le "pied" de l articulation) est souvent confondue avec les massifs iliaques postérieurs, dont l activité dépend bien souvent du degré et de la répartition de l hématopoïèse, et dont l appréciation est faussée par l épaisseur des parties molles, le caractère plus ou moins horizontal du bassin (fonction de la lordose lombaire). Il faut donc oublier les indices classiques et regarder l image et surtout les tomographies et si possible faire un profil d activité (Paillard) pour dépister la fixation au niveau de l articulation, On peut également utiliser la scintigraphie pour étayer le diagnostic d évolutivité d une atteinte sacro-iliaque lorsque le diagnostic est connu avant d envisager un geste thérapeutique en particulier une infiltration cortisonée. - L atteinte du rachis nécessite l acquisition tomoscintigraphique (Hanly, Ryan). On distinguera, en particulier, les discites des atteintes des arcs postérieurs, zygapophysaires, et au rachis dorsal, costo-transversaires, donnant un aspect en arêtes de poisson tout à fait évocatrice. - L atteinte des enthèses est à rechercher au niveau du calcanéum mais également des genoux. Ceci demande des clichés centrés de profil (Figure 4). L enthésite "inflammatoire" provoque une fixation précoce et tardive 5 3H SO : fixation précoce et tardive des rotules, très intense. Une interprétation hâtive serait de conclure que l atteinte fémoro-patellaire est réelle et évolutive, sans participation fémoro-tibiale. Toutefois, le cliché de profil redresse le diagnostic : il s agit d une enthésite rotulienne. Figure 4 A 3H, profil Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n

7 Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire? Le Corps entier achève de convaincre : la sacro-iliaque droite fixe nettement (?) : c est une spondylarthropathie. La fixation sterno-costo-claviculaire droite est soit banale, soit liée à cette spondylarthropathie. Notons qu au plan clinique, cette sacro-iliite est asymptomatique Figure 4 B - Corps entier - Figure 4 - Homme, 44 ans, artisan, adressé pour apprécier l évolutivité d une arthropathie fémoro-patellaire symptomatique depuis deux mois. Pas d anomalie radiologique mais gène fonctionnelle allant croissant. 606 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n 11

8 B. Sutter, E. Meys - L atteinte articulaire :. Comme pour l arthrite rhumatoïde, les temps précoces imagent bien l atteinte synoviale.. Au niveau des extrémités, mains et pieds, l atteinte est asymétrique, touchant volontiers les articulations interphalangiennes distales (IPD) : cela ressemble souvent à une banale arthrose digitale et le diagnostic différentiel ne peut être fait en SO (Fi- gure 5). L atteinte d un seul doigt, surtout lorsqu elle s accompagne d une ténosynovite, est très évocatrice d arthrite réactionnelle (les circonstances cliniques d un phlegmon des gaines sont très différentes).l atteinte coxo-fémorale est fréquente dans les SA, et d évolution rapide : elle est à rechercher attentivement et à signaler car imposant un geste thérapeutique rapide. 5mn - Figure 5 - Femme, 57 ans, adressée pour le bilan de douleurs des mains. Arthrite psoriasique? Arthrose digitale érosive? La scintigraphie ne permet pas de conclure. On peut simplement retenir que l atteinte de la 3 ème IPP G est évolutive. 3H Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n

9 Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire? LA PATHOLOGIE MÉCANIQUE La pathologie abarticulaire ðla pathologie abarticulaire est très fréquente en rhumatologie, évoluant pour son propre compte ou accompagnant une pathologie articulaire. Les clichés tissulaires imagent les bursites et ténosynovites, ainsi que l atteinte des enthèses. Les difficultés : - le diagnostic anatomique suppose de disposer d un atlas anatomique simple et d un manuel clinique, par exemple de traumatologie de sport, afin de ne pas émettre de diagnostic cliniquement trop improbable, - les ténosynovites accompagnent volontiers les arthrites (les gaines tendineuses communiquent fréquemment avec les articulations), - les bursites sont souvent infectieuses au coude (hygroma) et genou (bursite pré-rotulienne). La pathologie articulaire et rachidienne ðanalyser l origine d une douleur, d une gène fonctionnelle, n est pas toujours aisé malgré un examen clinique soigneux. Découvrir une arthrose même sévère en radiographie n emporte pas toujours la conviction. Ceci est particulièrement vrai pour les membres inférieurs, où la topographie des douleurs est trompeuse (telle douleur de genou vient de la hanche ), et les étiologies souvent multiples. L aide apportée par la SO peut être décisive pour orienter le traitement, référer le patient au chirurgien, à condition d'utiliser une technique soigneuse. En ce qui concerne le rachis, et plus sans doute que pour les articulations périphériques, la SO permet une relecture des radiographies très souvent encombrées par des anomalies multiples qui égarent le clinicien (déformations vertébrales, séquelles de dystrophie de croissance, séquelles traumatiques, ostéophytose étagée, hyperostose, hypertrophie des massifs articulaires, ). Il n est pas rare que la SO montre une hyperfixation articulaire isolée sur 1 ou 2 massifs articulaires postérieurs en poussée arthrosique alors que le radiologue observe de nombreuses images anormales multi-étagées sans pouvoir identifier celle qui correspond en définitive à la plainte du patient. Pour le genou, la fixation d une arthropathie ne concerne que l os sous-chondral avec image en miroir par exemple plateau tibial et condyle fémoral en regard (Figure 6). Si la fixation est plus diffuse, ne concernant qu un versant articulaire, il faut évoquer pour expliquer la décompensation de l arthropathie d autres explications, en particulier fracture de fatigue, ostéonécrose. Pour la hanche, la sémiologie scintigraphique est moins fiable, et poussée d arthropathie, fracture de fatigue, algodystrophie, voire ostéonécrose (l image phopénique est volontiers masquée par l hyperfixation adjacente), ont des aspects parfois difficile à débrouiller. Ici, tout l intérêt de la SO est de recentrer le diagnostic sur la hanche. An niveau du pied, cheville et sousastragalienne imposent également des clichés centrés, profil en particulier. 3H, profil externe - Figure 6 - Homme, 48 ans. Douleurs du compartiment externe depuis deux mois. Radiographies normales. La SO met en évidence une fixation de l os sous-chondral en miroir (condyle fémoral et plateau tibial) typique d une poussée d arthropathie. L atteinte uni-compartimentale fait évoquer une arthrose. 608 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n 11

10 B. Sutter, E. Meys QUID DE L OSTÉOPOROSE ET DE LA PATHOLOGIE FRACTURAIRE? ðl ostéoporose s installe à la faveur d un emballement du remodelage osseux, en particulier chez la femme dans la situation de privation oestrogénique de la ménopause. Cet emballement du remodelage est souvent bien visible sur les scintigraphies avec une activité inhabituelle et assez diffuse de la voûte crânienne, de la diaphyse des os longs des membres inférieurs : cette petite anomalie mérite d être signalée, surtout lorsque la patiente n a pas de traitement préventif de l ostéoporose et lorsqu elle n a pas eu de mesure de densité osseuse. Cet aspect est beaucoup plus net dans certaines endocrinopathies (L'hyperparathyroïdie, en particulier, est présente, selon les séries, jusque dans 4 % des cas d ostéoporose post-ménopausique). Les fractures de côtes sont aisément identifiables. Lorsque l ostéoporose est installée, la scintigraphie a un rôle clé dans le diagnostic de fractures (Cook). C est en particulier le cas pour les fractures de fatigue ou post-traumatiques du bassin (Soubrier). C est une urgence pour les fractures du col fémoral (Fi- gure 7). Il faut savoir ne pas se satisfaire du simple cliché tardif et faire systématiquement une acquisition précoce, ne serait-ce qu eu égard à la fréquente ptose vésicale masquant les branches ilio-pubiennes, chez des femmes évacuant mal leur vessie. Par ailleurs, dans les tassements vertébraux, la scintigraphie osseuse permet de dater approximativement l ancienneté de ce tassement et de rechercher d éventuels signes de malignité. La difficulté principale est le diagnostic des ostéopathies fragilisantes malignes diffuses : la SO est prise en défaut dans certaines hémopathies en particulier myélomes. 5 3H - Figure 7 - Femme, 73 ans, ostéoporotique. Bilan de douleurs inguino-fessières gauches, apparues spontanément il y a une semaine, sans anomalie radiologique. Impotence fonctionnelle s accentuant. La fixation précoce et tardive est celle d une fracture du col fémoral. Il est urgent de mettre l articulation en décharge (pas question de laisser partir la patiente sur ses jambes!) : le risque est grand de transformer cette fracture de fatigue en fracture vraie, déplacée. LA MALADIE DE PAGET ðla place de la SO reste indiscutable, qu il s agisse - du diagnostic positif (fixation monostotique intense souvent découverte fortuitement : la maladie de paget concerne 3 % de la population européenne), - de bilan d extension (60 % des atteintes sont polyostotiques), - et du bilan d évolutivité. La fixation dès le temps tissulaire traduit un remodelage osseux intense, à prendre en compte en particulier en cas d atteinte rachidienne (Figure 8). Pour le suivi sous traitement, des quantifications sont aisément réalisables (Griffith). Ce suivi est d autant plus utile à réaliser que : - les phosphatases alcalines sont normales dans 15 % des cas de Paget, et la surveillance repose sur la SO (Ang) - les biphosnates de nouvelle génération (tiludonate : Skélid, risédronate : Actonel, pamidronate : Arédia ) sont beaucoup plus actifs que l étidronate (Didronel ), et se donne comme objectif de normaliser le remodelage osseux pagétique (Noor). Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n

11 Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire? -Figure 8- Homme, 68 ans. Maladie de Paget de L4, découverte fortuitement en radiographie lors du bilan de lombalgies. La fixation est très intense en SO, dès le temps précoce, intéressant l ensemble de la vertèbre, en particulier arc postérieur (épineuse). Pas d autre foyer hyperfixant. On peut conclure qu il s agit d une atteinte monostotique très active, qu il convient de traiter, d autant que la localisation est plus sensible, proche des structures nerveuses (Saifuddin) 5 3H corps entier, FP L ALGODYSTROPHIE : DES CONTROVERSES ðà la question "qu attendez vous de la SO?", de nombreux rhumatologues nous ont déclaré tout de go "qu on ne nous parle plus d algo-dystrophie!". La raison essentielle tient à ce que l hyper-activité aux deux ou trois temps de l examen scintigraphique, considérée comme la base du diagnostic, correspond à toute pathologie évolutive ostéo-articulaire. On comprend qu il soit dommageable de retarder le diagnostic d une arthrite bactérienne ou inflammatoire par un diagnostic par excès d algodystrophie (la biologie n est pas toujours évocatrice). Il convient tout d abord d identifier certaines difficultés (Hord, Pawl) : - L algodystrophie fait partie du groupe des SDRC (syndrome douloureux régional complexe) dont on décrit le type 1 et 2 (classification de l IASP, International Association for the Study of Pain) (Stanton-Hicks).. Seul le "syndrome douloureux régional complexe de type 1" est accessible à la scintigraphie, tout au moins dans sa première année d évolution (Hord).. Dans le type 2, qui s apparente aux causalgies, il y a lésion nerveuse - il n y a pas de gold standard du diagnostic, - il n y a pas de thérapeutique ayant définitivement fait la preuve de son efficacité. Il n est bien entendu pas question de nier en bloc tout l apport de la SO au diagnostic, d ailleurs étayé par l expérience de chacun (Figure 9), de nombreuses études cliniques (Bacchini, Sandroni), et dont l intérêt pratique est indiscutable (Hord). 610 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n 11

12 B. Sutter, E. Meys Rotule G 5 Rotule D 3H - Figure 9 - Homme, 47 ans. Février 2002, traumatisme du genou G (désinsertion du quadriceps, réinsertion chirurgicale). SO en décembre 2002 en raison de douleurs du compartiment antérieur, évoluant depuis 2 mois. La fixation précoce et tardive très intense de la rotule, sans fixation de la poulie trochantérienne en regard, signe l algodystrophie, qui est volontiers parcellaire au niveau du genou. Sur le corps entier, le pied G est un peu hypofixant, mais cet aspect traduit probablement le moindre appui sur le membre traumatisé. La fixation modérée de la hanche droite est sans doute construite, posturale, comme le suggère l asymétrie relevée également au niveau des massifs iliaques antérieurs Que faire en pratique : n émettre le diagnostic que dans le cadre d une liste d hypothèses (même dans les cas où le tableau est presque pathognomonique), rappeler systématiquement que cet aspect scintigraphique peut accompagner n importe quelle pathologie sous-jacente Faut-il abandonner le terme d algodystrophie au profit du SRDC de type 1? En fait, cette classification nosologique n est pas encore totalement implantée en pratique clinique (Alvarez-Lario), et relève plutôt des consultations de la douleur. Faut-il répéter l examen scintigraphique? L intérêt n en est pas clairement établi (Zyluk). Cela étant, dans certains cas cliniques, il est très utile de rassurer le patient quant à son tableau clinique, et le diagnostic de guérison scintigraphique (cf cas clinique) peut avoir une authentique vertu thérapeutique. Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n

13 Qu'attend le rhumatologue de la Médecine Nucléaire? CONCLUSION ðla SO est une exploration qui se place très naturellement entre l examen clinique et les autres techniques d imagerie (en particulier IRM et scanner). Elle partage les spécificités de ces deux abords, clinique et para-clinique. Toute la difficulté et l intérêt pratique de la méthode sont précisément liés à ce double aspect. La SO reste incontournable dans de très nombreuses situations, malgré la concurrence de l échographie et de l IRM. Une technique adaptée à chaque cas, appuyée sur le dialogue rhumatologue/scintigraphiste, améliore sensiblement le service rendu. What expects rheumatologist from bone scan Conventional bone scintigraphy continues to be one of the most common diagnostic imaging requested by rheumatologist, despite development of new investigation modalities. Three (or two) phase bone scintigraphy, Single Photon Emission Computer Tomography have increased its value and provided new clinical roles. This review emphasizes through some practical clinical examples how to increase diagnostic value of the method, especially in the field of inflammatory diseases at early stages (rheumatoid arthritis & spondylarthropathy). Scintigraphy appears as a diagnostic tool, with requirements between clinical examination and radiographic examination X Ray, computed tomography, Ultrasonography, MRI. Bone scintigraphy / Rheumatology / Rheumatoid arthritis / Spondylarthropathy RÉFÉRENCES 1. Alvarez-Lario B, Aretxabala-Alcibar I, Alegre-Lopez J, Alonso-Valdivielso JL. Acceptance of the different denominations for reflex sympathetic dystrophy. Ann Rheum Dis 2001 Jan;60(1): Amor B, Dougados M, Listrat V, et al. Evaluation des critères d Amor et de l ESSG (European Spondylarthropathy Study Group). Ann Med Interne 1991;142(2): Ang G, Feiglin D, Moses AM. Symptomatic and scintigraphic improvement after intravenous pamidronate treatment of Paget s disease of bone in patients with normal serum alkaline phosphatase levels. Endocr Pract. 2003;9(4): Bacchini M, Vaienti E, Soncini G. Post-traumatic reflex sympathetic dystrophy in the ankle and foot: a study of 32 cases. Chir Organi Mov. 1999;84(2): Backhaus M, Burmester GR, Sandrock D, Loreck D, Hess D, Scholz A, Blind S, Hamm B, Bollow M. Prospective two year follow up study comparing novel and conventional imaging procedures in patients with arthritic finger joints.ann Rheum Dis. 2002;61(10): Cook GJ, Hannaford E, See M, Clarke SE, Fogelman I. The value of bone scintigraphy in the evaluation of osteoporotic patients with back pain. Scand J Rheumatol. 2002;31(4): Devauchelle V, Cotten A, Lioté F. Apport de l imagerie au diagnostic d une polyarthrite débutante. Rev Rhum 2002 ; 69(2) : Duncan I, Dorai-Raj A, Khoo K, Tymms K, Brook A. The utility of bone scans in rheumatology. Clin Nucl Med. 1999;24(1): Griffith K, Pearson D, Parker C, 612 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n 11

14 B. Sutter, E. Meys Thorpe S, Vincent RM, Hosking DJ. The use of a whole body index with bone scintigraphy to monitor the response to therapy in Paget s disease. Nucl Med Commun. 2001;22(10): Hanly JG, Barnes DC, Mitchell MJ, MacMillan L, Docherty P. Single photon emission computed tomography in the diagnosis of inflammatory spondyloarthropathies. J Rheumatol. 1993;20(12): Hord ED, Oaklander AL. Complex Regional Pain Syndrome: A Review of Evidence-supported Treatment Options. Curr Pain Head Rep 2003;7: Luong AA, Salonen DC. Imaging of the seronegative spondyloarthropathies. Curr Rheumatol Rep. 2000;2(4): Noor M, Shoback D. Paget s disease of bone: diagnosis and treatment update. Curr Rheumatol Rep. 2000;2(1): Paillard, B. Sutter et al. A new SPECT approach to quantitate increased uptake of sacro-iliac joint on bone scintigraphy. Eur J Nucl Med 2000; 27/8:PS_ Pawl RP. Controversies Surrounding Reflex Sympathetic Dystrophy: A Review Article. Curr Rev Pain 200;4: Paycha F, Richard B. Scintigraphie de l appareil locomoteur. EMC Appareil Locomoteur Q-10, Peterfy CG. New developments in imaging in rheumatoid arthritis. Curr Opin Rheumatol May;15(3): Ryan PJ, Gibson T, Fogelman I. Spinal bone SPECT in chronic symptomatic ankylosing spondylitis. Clin Nucl Med Dec;22(12): Saifuddin A, Hassan A. Paget s disease of the spine: unusual features and complications. Clin Radiol. 2003;58(2): Sandroni P, Benrud-Larson LM, McClelland RL, Low PA. Complex regional pain syndrome type I: incidence and prevalence in Olmsted county, a population-based study. Pain 2003;103(1-2): Soubrier M, Dubost JJ, Boisgard S, Sauvezie B, Gaillard P, Michel JL, Ristori JM. Insufficiency fracture. A survey of 60 cases and review of the literature. Joint Bone Spine Jun;70(3): Spencer DG, Adams FG, Horton PW, Buchanan WW. Scintiscanning in ankylosing spondylitis: a clinical, radiological and quantitative radioisotopic study. J Rheumatol. 1979;6(4): Stanton-Hicks M, Janig W, Hassenbusch S, Haddox JD, Boas R, Wilson P. Reflex sympathetic dystrophy: changing concepts and taxonomy. Pain 1995 Oct;63(1): Takeguchi T, Sugawara Y, Kikuchi K, Miki H, Mochizuki T, Ikezoe J, Sada E, Hasegawa H, Seike M. Remitting seronegative symmetric synovitis with pitting edema: scintigraphic and magnetic resonance imaging findings. Clin Nucl Med Sep;28(9): Terslev L, Torp-Pedersen S, Savnik A, von der Recke P, Qvistgaard E, Danneskiold-Samsoe B, Bliddal H. Doppler ultrasound and magnetic resonance imaging of synovial inflammation of the hand in rheumatoid arthritis: a comparative study. Arthritis Rheum 2003;48(9): Vittecoq O, Pouplin S, Krzanowska K, Jouen-Beades F, Menard JF, Gayet A, Daragon A, Tron F, Le Loet X. Rheumatoid factor is the strongest predictor of radiological progression of rheumatoid arthritis in a three-year prospective study in community-recruited patients. Rheumatology (Oxford) 2003;42(8): Yunus MB, Berg BC, Masi AT. Multiphase skeletal scintigraphy in primary fibromyalgia syndrome: a blinded study. J Rheumatol 1989;16(11): Zyluk A, Birkenfeld B. Quantitative evaluation of three-phase bone scintigraphy before and after the treatment of post-traumatic reflex sympathetic dystrophy. Nucl Med Commun. 1999;20(4): Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.27 - n

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

Spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante 39 Item 282 Spondylarthrite ankylosante Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Épidémiologie du rhumatisme

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Intérêt de l IRM dans le diagnostic précoce des atteintes psoriasiques des doigts et des orteils

Intérêt de l IRM dans le diagnostic précoce des atteintes psoriasiques des doigts et des orteils Intérêt de l IRM dans le diagnostic précoce des atteintes psoriasiques des doigts et des orteils LAPEGUE Franck (1-2), LOUSTAU Olivier (2), DENIS Aymeric (2), BOUSCATEL Elodie (1), PONSY Sylvie (1), SANS

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II. Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation

Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II. Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation complexe en Cabinet : La lombalgie symptomatique Semestre de stage : 4

Plus en détail

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS Décembre

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

La prise en charge de votre spondylarthrite

La prise en charge de votre spondylarthrite G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre spondylarthrite Vivre avec une spondylarthrite Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce

Plus en détail

LES SPONDYLARTHROPATHIES (SPONDYLARTHRITES) : APPROCHE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE

LES SPONDYLARTHROPATHIES (SPONDYLARTHRITES) : APPROCHE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE JUILLET 2010 08 LES SPONDYLARTHROPATHIES (SPONDYLARTHRITES) : APPROCHE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE MARK HAZELTINE, MD, FRCPC CENTRE DE RHUMATOLOGIE DE LAVAL JEAN-LUC TREMBLAY, MD, FRCPC CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Les traumatismes et l arthrite inflammatoire

Les traumatismes et l arthrite inflammatoire Les traumatismes et l arthrite inflammatoire Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Septembre 2008 préparé

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

Spondylarthrite grave

Spondylarthrite grave Titre du document (En-tête) GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Spondylarthrite grave Décembre 2008 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication 2, avenue

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Pr. Abdellah EL MAGHRAOUI Centre de Rhumatologie et Rééducation Fonctionnelle Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V Rabat www.rhumato.info SOMMAIRE Définition 3 Epidémiologie

Plus en détail

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE D. VAN LINTHOUDT La Chaux-de-Fonds Lausanne, le 19.11.2004 SYNDROMES DOULOUREUX PAR SURCHARGE DU MEMBRE SUPERIEUR épaule

Plus en détail

Problèmes locomoteurs

Problèmes locomoteurs VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 10 Problèmes locomoteurs Problèmes locomoteurs 343 Problèmes locomoteurs J.P. Praet, T. Mets Les problèmes locomoteurs sont fréquents et le deviennent de plus en plus

Plus en détail

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations)

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations) Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 1 Scénario : Monsieur A., vingt-cinq ans, étudiant vétérinaire, vient

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Genou non traumatique

Genou non traumatique Epidémiologie Genou non traumatique Laure Brulhart (Paola Chevallier) 25 37% des patients >50 ans souffrent de gonalgie 50% restriction dans les AVQ 33% consultent leur généraliste Facteurs associés avec

Plus en détail

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Emmanuelle Vignot Hôpital Edouard Herriot, Lyon Unité Inserm UMR1033 Lyon emmanuelle.vignot@chu-lyon.fr Arthrite septique (1) 1/ Monoarthrite :

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs.

Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs. Dossier de PRESSE Mars 2014 Ensemble aidons les patients souffrant d un mal de dos inflammatoire à identifier leurs douleurs. Une initiative développée par AbbVie, en partenariat avec l AFLAR et l AFS

Plus en détail

PHYSIOTHERAPIE ET RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

PHYSIOTHERAPIE ET RHUMATISMES INFLAMMATOIRES PHYSIOTHERAPIE ET RHUMATISMES INFLAMMATOIRES Cercle de Qualité Le Merle d Aubigné (CQMdA) Bodmer Eveline, Baumberger Dominique, Bensaddik-Brunner Verena, Canova Danielle, Dosso Elena, Dunand Alain, Finazzi

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

RÈGLEMENT ANNOTÉ SUR LE BARÈME CORPORELS

RÈGLEMENT ANNOTÉ SUR LE BARÈME CORPORELS RÈGLEMENT ANNOTÉ SUR LE BARÈME DES DOMMAges CORPORELS 2010 RÈGLEMENT ANNOTÉ SUR LE BARÈME DES DOMMAges CORPORELS 2010 Le document a été préparé par la Direction des services médicaux en collaboration avec

Plus en détail

Vignette clinique 1. Femme, 26 ans; caissière. RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA :

Vignette clinique 1. Femme, 26 ans; caissière. RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA : Vignette clinique 1 Femme, 26 ans; caissière RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA : Depuis 6 mois, douleurs dorsales à caractère inflammatoire

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

Au programme. Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond

Au programme. Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond Au programme Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond Club La Foulée 5 août 2004 Dre Mireille Belzile La lombo-sciatalgie Inflammation du périoste au site d insertion des muscles du mollet Erreur

Plus en détail

Le pied des spondyloarthropathies

Le pied des spondyloarthropathies Chapitre 5 Le pied des spondyloarthropathies V. Simon, C. Huber-Levernieux, C. Piat Résumé Le pied est fréquemment (jusqu'à 75 % des cas) touché dans les spondyloarthropathies avec une atteinte double

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Spondylarthrite ankylosante (Pelvispondylite rhumatismale) Etiologie, diagnostic, évolution, surveillance, principes de traitement

Spondylarthrite ankylosante (Pelvispondylite rhumatismale) Etiologie, diagnostic, évolution, surveillance, principes de traitement Spondylarthrite ankylosante (Pelvispondylite rhumatismale) Etiologie, diagnostic, évolution, surveillance, principes de traitement Pathologie de l'appareil locomoteur - rhumatologie DCEM3 Internat n 297

Plus en détail

Biomécanique des pathologies de contraintes de l avant-pied et du médio-pied

Biomécanique des pathologies de contraintes de l avant-pied et du médio-pied Les Entretiens de Bichat Podologie 2013 Biomécanique des pathologies de contraintes de l avant-pied et du médio-pied C. Cazeau* * Clinique Geoffroy saint-hilaire, 59 rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris,

Plus en détail

Fiche pathologie n 1 : Tendinopathie

Fiche pathologie n 1 : Tendinopathie Fiche pathologie n 1 : Tendinopathie Fiches pathologies du danseur Inflammation d un tendon ou des structures avoisinantes résultant d une surcharge de travail ou d une contrainte anormale. 4 stades (du

Plus en détail

I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 1. KINÉSITHÉRAPIE PASSIVE : PAS D ACTION MUSCULAIRE VOLONTAIRE DU PATIENT

I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 1. KINÉSITHÉRAPIE PASSIVE : PAS D ACTION MUSCULAIRE VOLONTAIRE DU PATIENT CHAPITRE 1 PRINCIPALES TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION. SAVOIR PRESCRIRE LA MASSO-KINÉSITHÉRAPIE (ET L ORTHOPHONIE, NON TRAITÉ) Module 4. Handicap incapacité dépendance Question 53 Objectif

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

SOMMAIRE LE COU P.4 L EPAULE / LE BRAS / LE POIGNET / LA MAIN P.6 LE TRONC P.12 LE GENOU P.16 LA CHEVILLE P.20 LE PIED P.22

SOMMAIRE LE COU P.4 L EPAULE / LE BRAS / LE POIGNET / LA MAIN P.6 LE TRONC P.12 LE GENOU P.16 LA CHEVILLE P.20 LE PIED P.22 SOMMAIRE LE COU P.4 - Collier cervical souple, semi rigide ou rigide L EPAULE / LE BRAS / LE POIGNET / LA MAIN P.6 - La clavicule, l immobilisation d épaule - Coudière, soutien du bras - Immobilisation

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

1 ère Edition, septembre 2010. La Rhumatologie au Quotidien Dr RALANDISON D. Stéphane Page 1

1 ère Edition, septembre 2010. La Rhumatologie au Quotidien Dr RALANDISON D. Stéphane Page 1 Dr RALANDISON D. Stéphane 1 ère Edition, septembre 2010 La Rhumatologie au Quotidien Dr RALANDISON D. Stéphane Page 1 C l i q u e z s u r l e s l i e n s S o m m a i r e R é s u m é d e s c h a p i t r

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Lombalgies

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

Traitement de l ostéoporose post-ménopausique Janv ier 2006 TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE RECOMMANDATIONS

Traitement de l ostéoporose post-ménopausique Janv ier 2006 TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE RECOMMANDATIONS TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE RECOMMANDATIONS Actualisation 2006 Afssaps - 143/ 147, bd Anatole France F-93285 Sai nt-denis Cedex t él. +33 (0)1 55 87 30 00 www.afssaps.sante.fr

Plus en détail

ANDRIANJAFISON Francia

ANDRIANJAFISON Francia ANDRIANJAFISON Francia PLACE DE LA CORTICOTHERAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES : REALITES ET PERSPECTIVES A ANTANANARIVO Thèse de Doctorat en Médecine 2 UNIVERSITE

Plus en détail

Item 215 : Rachialgies

Item 215 : Rachialgies Item 215 : Rachialgies COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...5 SPECIFIQUE :...5 I Cervicalgies... 6 I.1 Quand faut-il

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU LA PROTHESE TOTALE DE GENOU Introduction : La destruction du cartilage est fréquente au niveau du genou qui est une articulation très sollicitée et soumise à tout le poids du corps. La conséquence de cette

Plus en détail

PROTHÈSE TOTALE DE GENOU

PROTHÈSE TOTALE DE GENOU Dr Alain CAZENAVE chirurgien orthopédiste traumatologie sportive 52 rue du Dr calot 62600 BERCK/mer FRANCE tel: 03 21 89 20 44 site web : www.orthopale.org PROTHÈSE TOTALE DE GENOU QUELQUES GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

CHAPITRE VI : L ARTHROSE

CHAPITRE VI : L ARTHROSE CHAPITRE VI : L ARTHROSE I- Introduction II- Définition III- Epidémiologie descriptive A- Prévalence B- Incidence C-Les facteurs de risque D- Facteurs de risque de progression structurale IV- Retentissement

Plus en détail

Claude Karger Anne Sophie Kesseler

Claude Karger Anne Sophie Kesseler Claude Karger Anne Sophie Kesseler Docteur, j ai mal au dos!! Faites de la natation, ça va passer Mythe ou réalité? Les poissons souffrent-ils du dos? A priori, non. Pourquoi? Ne sont pas soumis à la pesanteur!!

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Le guide de la Santé du. Pied. 1 personne sur 5 a besoin de consulter un professionnel du pied.

Le guide de la Santé du. Pied. 1 personne sur 5 a besoin de consulter un professionnel du pied. Le guide de la Santé du Pied 1 personne sur 5 a besoin de consulter un professionnel du pied. Petit cours d histoire Les origines... À l origine, l homme marchait pieds nus sur des sols irréguliers. Avec

Plus en détail

Quelques pathologies traitées en physiothérapie :

Quelques pathologies traitées en physiothérapie : Quelques pathologies traitées en physiothérapie : Veuillez prendre note que cette liste est à titre indicatif et ne comprend pas toutes les pathologies existantes. Les définitions sont tirées du Larousse

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Définition et facteurs de risque 2 Définition Contraintes bio-mécaniques,

Plus en détail

Imputabilité de la frange synoviale huméro-radiale dans l épicondylalgie latérale de coude

Imputabilité de la frange synoviale huméro-radiale dans l épicondylalgie latérale de coude Nantes, Congrès de la Société d Orthopédie de l Ouest 2015 Imputabilité de la frange synoviale huméro-radiale dans l épicondylalgie latérale de coude D Utruy A, Tarissi N, Potage D, Siedlecki C, Auquit-Auckbur

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Équivalence et Non-infériorité

Équivalence et Non-infériorité Équivalence et Non-infériorité Éléments d Introduction Lionel RIOU FRANÇA INSERM U669 Mars 2009 Essais cliniques de supériorité Exemple d Introduction Données tirées de Brinkhaus B et al. Arch Intern Med.

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail