Violence économique ou financière dans le cadre des violences domestiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Violence économique ou financière dans le cadre des violences domestiques"

Transcription

1 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité, de la police et de l'environnement Office des droits humains Violence économique ou financière dans le cadre des violences domestiques A. Quelle définition? D'un point de vue juridique, la notion de violence économique ou financière n'est pas un concept précis; il n'y a pas de définition déterminée qui résulterait d'une norme légale ou de la jurisprudence. Selon le bureau fédéral de l'égalité (BFEG: Feuille d'information : Violence domestique : définition, formes et personnes touchées) 1, on distingue plusieurs formes de violence, dont la violence économique, qui peuvent être exercées seules ou en association. Le BFEG définit la violence économique de la manière suivante : "Elle englobe l interdiction de travailler, le travail forcé, la saisie du salaire et la détention par un seul partenaire du pouvoir de décision concernant les ressources financières. La violence sociale et la violence économique sont des formes de violence psychique. Elles se traduisent par des comportements qui ont tous pour but d exercer un contrôle sur la victime et de réprimer la libre formation de sa volonté." On peut dès lors admettre que la violence économique a deux composantes: un comportement et un but (plus précisément un comportement qui a pour but d'exercer un contrôle sur la victime et de réprimer son libre arbitre, soit la libre formation et l'expression de sa volonté). Par ailleurs, la violence économique est une menace pour la sécurité et l'autosuffisance économique des victimes de violences domestiques (cf. document BSAFE). B. Infractions pénales pouvant être considérées comme relevant de la violence économique Certains actes de violence économique constituent des infractions et sont punissables en vertu du Code pénal suisse (CP), qui classe les infractions selon différentes catégories, dont notamment les infractions contre le patrimoine (art. 137 à 172ter). Le tableau annexé à la présente note énumère de manière non-exhaustive les infractions principales, figurant au CP, qui peuvent être qualifiées de violence économique. 1 Office des droits humains Boulevard Helvétique Genève Tél. +41 (22) Fax +41 (22)

2 Page : 2/2 C. Propositions de qualification de quelques actes A la lumière de ce qui précède, la présente note propose des qualifications relatives aux actes figurant sur la liste dressée par le bureau du délégué aux violences domestiques (BVD). Dans ce cadre, la classification du CP est utile pour déterminer si un acte précis peut être qualifié de violence économique (critère formel). Il convient toutefois de relever que les actes figurant sur cette liste du BVD sont décrits de manière très générale. Or, suivant les circonstances précises d'un cas concret, ces actes pourraient être liés à d'autres types de violences ou d'infractions que ceux énoncés cidessous. Par ailleurs, certains de ces actes ne sont pas constitutifs d'une infraction réprimée par le CP. 1. Non-paiement des factures du ménage et dilapidation de l'argent. a. Le non-paiement des factures du ménage en tant que tel ne constitue pas une infraction pénale (sous réserve du non-paiement des pensions alimentaires). La dilapidation de (son propre) argent, non plus. Un tel comportement a en tout cas pour effet d'obliger le partenaire d'assumer l'intégralité des frais du ménage et le prive en quelque sorte du pouvoir décisionnel concernant l'affectation de son argent (il sera contraint d'assumer les factures). b. La dilapidation de l'argent du conjoint peut constituer, suivant les cas, une appropriation illégitime (art.137 CP), un abus de confiance (art. 138 CP), voire un vol (art.139). 2. Endettement avec la carte de crédit commune ou le compte-joint. La victime est coresponsable de toute la dette dans un compte-joint. Bien qu'un juge règle que la personne doit payer pour la dette qu'elle contracte, les agences de recouvrement de créances peuvent se retourner auprès du conjoint dès que la dette est en souffrance. Lorsque les partenaires sont des débiteurs solidaires (co-débiteurs d'une dette), le créancier peut exiger le remboursement de la part de l'un ou de l'autre des débiteurs (cf. art. 144 du code des obligations). Toutefois, sur la base du jugement mentionné cidessus, le débiteur qui a dû payer en lieu et place de la personne débitrice selon le jugement, peut se retourner contre son partenaire et réclamer le remboursement (évidemment cette possibilité juridique est seulement utile dans la mesure où le partenaire est solvable). Ce comportement n'est a priori pas constitutif d'une infraction pénale (sous réserve d'un comportement astucieux, amenant le partenaire à co-signer une dette, et remplissant la condition de l'escroquerie de l'art. 146 CP).

3 Page : 3/3 3. Contracter des prêts/crédits en falsifiant la signature du conjoint. Sur le plan pénal, il s'agit d'un faux dans les titres (art. 251 CP). 4. Non-paiement de la pension alimentaire Le non-paiement de la pension alimentaire, en violation d'un devoir d'entretien, est une infraction pénale (art. 217 CP) qui est classée dans le CP parmi les infractions contre la famille. Cet acte n'est pas toujours considéré comme une violence économique : par exemple si la pension n'est pas versée en raison d'un problème financier, d'un oubli ou d'une mauvaise gestion, d'aucuns considèrent que le non-paiement de la pension n'est pas une violence économique. A cette argumentation, on peut rétorquer que l'art. 217 CP réprime la violation d'une obligation d'entretien vue comme une faute objective. Il suffit que l'auteur n'ait pas fait tout ce qu'il pouvait afin de satisfaire à ses obligations pour se rendre punissable. L'oubli et la négligence ne sont donc pas des excuses recevables. Lorsqu'il y a un défaut évident de moyens du côté du débiteur, c'est plus discutable. Toutefois, il faut rappeler que dans ce cas, le débiteur doit tenter de faire modifier par le juge le montant de la pension due. Enfin, le code civil contient également des dispositions ayant pour but de protéger le créancier en cas de violation de l'obligation d'entretien. Il prévoit l'institution d'un service cantonal chargé du recouvrement de ces créances (cf. le SCARPA). 5. Contrôler les finances (accès aux comptes bancaires, aux relevés des cartes de crédit, argent dans le porte-monnaie, etc.) Suivant la manière dont ce contrôle est exercé et obtenu, il peut y avoir contrainte (art. 181 CP). Si l'accès aux comptes implique l'utilisation de l'argent du partenaire, il peut s'agir d'une appropriation illégitime (art. 137 CP) ou d'un abus de confiance (art. 138 CP). Le contrôle de la situation financière exercé sur la victime entre dans la définition de la violence économique du BFEG.

4 Page : 4/4 6. Percevoir le salaire, les allocations et autres rentrées financières (pension alimentaire, héritages, etc.) Le partenaire qui se fait remettre toutes les entrées financières de la famille détient le pouvoir décisionnel concernant les ressources financières. (Suivant la situation, cet acte peut être lié à des infractions pénales telles que le faux dans les titres - art. 251 CP). 7. Exiger/contrôler le décompte de chaque dépense (tickets de caisse, factures, etc.). Un tel contrôle, en tant que tel, n'est pas constitutif d'une infraction pénale, sauf s'il intervient sous la contrainte (art. 181 CP) ou sous des menaces (180 CP). Il s'agit d'infractions contre la liberté. Ces actes interviennent dans le but d'exercer un contrôle financier sur la victime. et violences psychologiques 8. Refuser que la personne dépense son argent excepté pour les premières nécessités du ménage/famille (nourriture, vêtements, médicaments). Contraindre son partenaire à dépenser son argent à des fins déterminées, revient à le priver de sa liberté de se déterminer soi-même et de faire des choix. Un tel acte peut éventuellement relever de la contrainte (art. 181 CP). Il s'agit de la manifestation d'une volonté de contrôle. et violences psychologiques 9. Interdiction d'exercer ou de conserver une activité professionnelle. Cet acte n'est a priori pas constitutif d'une infraction pénale (éventuellement contrainte, art. 181 CP.) Il fait partie des actes entrant dans la définition du BFEG de la violence économique et a pour conséquence de réprimer la libre expression de la volonté de la victime. 10. Interdiction de choisir le travail que la personne veut exercer. Idem que 9 : Cet acte n'est pas constitutif d'une infraction pénale (suivant les circonstances, il peut éventuellement s'agir de contrainte, art. 181 CP.) Il fait partie des actes entrant dans la définition du BFEG de la violence économique. Il a pour conséquence de réprimer la libre formation de la volonté de la victime.

5 Page : 5/5 11. Sabotage de l'activité professionnelle pratiquée (faire manquer le travail, harcèlement téléphonique au travail, etc.) De tels actes peuvent relever de la contrainte (art. 181 CP). Ils privent la victime de sa liberté d'action, voire de son gagne pain, et sont une menace pour sa sécurité et son autosuffisance économique. Violence psychique et violences économiques 12. Voler de l'argent, des biens matériels appartenant au conjoint. Le vol est punissable selon l'art. 139 CP. 13. Interdiction de parler d'argent avec autrui. Il s'agit d'une restriction imposée à la vie sociale d'une personne. Violence psychique ou sociale 14. Interdiction de laisser son nom sur les comptes bancaires. A priori, pénalement pas relevant (suivant le comportement, peut relever de la contrainte CP) Cette interdiction vise à garder le contrôle financier. 15. Interdiction d'épargner ou d'obtenir un crédit. A priori, pénalement pas relevant (suivant le comportement, peut relever de la contrainte - art. 181 CP). Cette interdiction a pour effet de garder le contrôle financier et de priver l'autre de toute capacité de décider au sujet de sa situation financière.

6 Page : 6/6 16. Captation d'héritage S'approprier l'héritage de son partenaire, d'un parent, d'un enfant ou d'un autre membre de la famille, peut constituer une appropriation illégitime au sens de l'art. 137 CP, voire un vol (art.139 CP). 17. Forcer son partenaire intime ou un enfant ou un autre membre de la famille à commettre des crimes afin d'obtenir de l'argent. Ces actes relèvent de la contrainte (art. 181 CP), voire de la traite d'êtres humains (art. 182 CP : la victime est considérée comme une marchandise à des fins d'exploitation). (peut être liée à des violences physiques) * * * * * Annexe: Tableau énumérant des infractions figurant au CP et pouvant être qualifiées de violences économiques /ODH/KM

7 1) Les infractions contre le patrimoine Annexe : Infractions au Code pénal suisse pouvant être considérées comme relevant de la violence économique dans le cadre des violences domestiques Disposition Définition légale Explications, exemples ou remarques Art Appropriation illégitime 1. Celui qui, pour se procurer ou procurer à un tiers un enrichissement illégitime, se sera approprié une chose mobilière appartenant à autrui sera puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine pécuniaire, en tant que les conditions prévues aux art. 138 à 140 ne seront pas réalisées. 2. Si l auteur a trouvé la chose ou si celle-ci est tombée en son pouvoir indépendamment de sa volonté, s il a agi sans dessein d enrichissement ou si l acte a été commis au préjudice des proches ou des familiers, l infraction ne sera poursuivie que sur plainte. Peut être le cas du partenaire qui trouve l'argent que l'autre a laissé ouvertement sur la table et l'empoche sans le restituer (sans être un vol ou un abus de confiance). Art Abus de confiance Art Vol 1. Celui qui, pour se procurer ou procurer à un tiers un enrichissement illégitime, se sera approprié une chose mobilière appartenant à autrui et qui lui avait été confiée, celui qui, sans droit, aura employé à son profit ou au profit d un tiers des valeurs patrimoniales qui lui avaient été confiées, sera puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine L abus de confiance commis au préjudice des proches ou des familiers ne sera poursuivi que sur plainte Celui qui, pour se procurer ou procurer à un tiers un enrichissement illégitime, aura soustrait une chose mobilière appartenant à autrui dans le but de se l approprier sera puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine Le vol commis au préjudice des proches ou des familiers ne sera poursuivi que sur plainte. Exemple: L'un des partenaires se fait confier par l'autre une somme d'argent pour payer les factures du ménage mais utilise la somme confiée pour une dépense personnelle. Exemple : L'un des partenaires prend l'argent dans le sac de l'autre à son insu. Office des droits humains Boulevard Helvétique Genève Tél. +41 (22) Fax +41 (22)

8 Page : 2/2 Art Brigandage 1. Celui qui aura commis un vol en usant de violence à l égard d une personne, en la menaçant d un danger imminent pour la vie ou l intégrité corporelle ou en la mettant hors d état de résister sera puni d une peine privative de liberté de dix ans au plus ou d une peine pécuniaire de 180 joursamende au moins. Exemple : l'un des partenaires menace l'autre avec une arme pour lui prendre de l'argent. Art Soustraction d'une chose mobilière Celui qui, sans dessein d appropriation, aura soustrait une chose mobilière à l ayant droit et lui aura causé par là un préjudice considérable sera, sur plainte, puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine Exemples : l'un des partenaires jette le portefeuille ou le sac de l'autre par la fenêtre d'une voiture en marche; ou l'un cache un objet qui appartient à l'autre. Art.141bis - Utilisation sans droit de valeurs patrimoniales Celui qui, sans droit, aura utilisé à son profit ou au profit d un tiers des valeurs patrimoniales tombées en son pouvoir indépendamment de sa volonté sera, sur plainte, puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine Ne concerne probablement pas directement les violences domestiques : L'auteur a reçu un virement sur son compte qui ne lui était pas destiné et il l'utilise (détournement d'une créance). Art Dommage à la propriété 1 Celui qui aura endommagé, détruit ou mis hors d usage une chose appartenant à autrui ou frappée d un droit d usage ou d usufruit au bénéfice d autrui sera, sur plainte, puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine 2 Si l auteur a commis le dommage à la propriété à l occasion d un attroupement formé en public, la poursuite aura lieu d office. 3 Si l auteur a causé un dommage considérable, le juge pourra prononcer une peine privative de liberté de un à cinq ans. La poursuite aura lieu d office. L'un des partenaires détruit par exemple un objet appartenant à l'autre. Art Détournement de choses frappées d'un droit de gage ou de rétention Le débiteur qui, dans le dessein de nuire à son créancier, aura soustrait à celui-ci une chose frappée d un droit de gage ou de rétention, en aura arbitrairement disposé, l aura endommagée, détruite, dépréciée ou mise hors d usage sera, sur plainte, puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une L'un des partenaires a fait crédit à l'autre (débiteur) moyennant une hypothèque sur la maison du débiteur. Le débiteur endommage sa maison pour qu'elle perde de la valeur.

9 Page : 3/3 peine Art Escroquerie 1 Celui qui, dans le dessein de se procurer ou de procurer à un tiers un enrichissement illégitime, aura astucieusement induit en erreur une personne par des affirmations fallacieuses ou par la dissimulation de faits vrais ou l aura astucieusement confortée dans son erreur et aura de la sorte déterminé la victime à des actes préjudiciables à ses intérêts pécuniaires ou à ceux d un tiers sera puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine... 3 L escroquerie commise au préjudice des proches ou des familiers ne sera poursuivie que sur plainte. Exemples : - Tromper quelqu'un pour s'enrichir; - Une personne s'exerce à imiter la signature figurant sur la carte bancaire qu'il a volée à son partenaire et l'appose sur la quittance du montant reçu. Art Utilisation frauduleuse d'un ordinateur 1 Celui qui, dans le dessein de se procurer ou de procurer à un tiers un enrichissement illégitime, aura, en utilisant des données de manière incorrecte, incomplète ou indue ou en recourant à un procédé analogue, influé sur un processus électronique ou similaire de traitement ou de transmission de données et aura, par le biais du résultat inexact ainsi obtenu, provoqué un transfert d actifs au préjudice d autrui ou l aura dissimulé aussitôt après sera puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine... 3 L utilisation frauduleuse d un ordinateur au préjudice des proches ou des familiers ne sera poursuivie que sur plainte. Provoquer par une manipulation de données un transfert d'actifs en sa faveur (utilisation de manière indue de données). Par exemple : - une personne dérobe une carte bancaire ou postale et en utilise le code pour retirer de l'argent. - une personne téléphone au moyen d'un appareil mobile soustrait à un ayant droit, à qui les communications sont automatiquement facturées par l'entreprise de téléphone. Art Abus de cartes-chèques et de cartes de crédit 1 Celui qui, quoique insolvable ou non disposé à s acquitter de son dû, aura obtenu des prestations de nature patrimoniale en utilisant une carte-chèque, une carte de crédit ou tout moyen de paiement analogue et aura ainsi porté atteinte aux intérêts pécuniaires de l organisme d émission qui le lui avait délivré sera, pour autant que l organisme d émission et l entreprise contractuelle aient pris les mesures que l on pouvait attendre d eux pour éviter l abus de la carte, puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine... Le titulaire d'une carte de crédit l'utilise en sachant qu'il sera insolvable au moment de devoir payer ou a l'intention de ne pas faire face à ses obligations.

10 Page : 4/4 Art Atteinte astucieuse aux intérêts pécuniaires d'autrui Celui qui, sans dessein d enrichissement, aura astucieusement induit en erreur une personne par des affirmations fallacieuses ou par la dissimulation de faits vrais ou l aura astucieusement confortée dans son erreur et l aura ainsi déterminée à des actes préjudiciables à ses intérêts pécuniaires ou à ceux d un tiers sera, sur plainte, puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine Contrairement à l'escroquerie (art.146), la tromperie n'est pas commis dans un dessin d'enrichissement, mais pour faire subir un préjudice patrimonial à l'autre. Art Faux renseignements sur des entreprises commerciales Celui qui, en qualité de fondateur, titulaire, associé indéfiniment responsable, fondé de pouvoir, membre de l organe de gestion, du conseil d administration ou de l organe de révision ou liquidateur d une société commerciale, coopérative ou d une autre entreprise exploitée en la forme commerciale, aura donné ou fait donner, dans des communications au public ou dans des rapports ou propositions destinés à l ensemble des associés d une société commerciale ou coopérative ou aux participants à une autre entreprise exploitée en la forme commerciale, des renseignements faux ou incomplets d une importance considérable, susceptibles de déterminer autrui à disposer de son patrimoine de manière préjudiciable à ses intérêts pécuniaires, sera puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine Peut concerner la situation où les deux partenaires sont des associés au niveau professionnel (ils exploitent ensemble une entreprise). Art Extorsion et chantage 1. Celui qui, dans le dessein de se procurer ou de procurer à un tiers un enrichissement illégitime, aura déterminé une personne à des actes préjudiciables à ses intérêts pécuniaires ou à ceux d un tiers, en usant de violence ou en la menaçant d un dommage sérieux, sera puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine 2. Si l auteur fait métier de l extorsion ou s il a poursuivi à réitérées reprises ses agissements contre la victime, la peine sera une peine privative de liberté de un à dix ans. 3. Si l auteur a exercé des violences sur une personne ou s il l a menacée d un danger imminent pour la vie ou l intégrité corporelle, la peine sera celle prévue à l art Si l auteur a menacé de mettre en danger la vie ou l intégrité corporelle d un grand nombre de personnes ou de causer de graves dommages à des choses d un intérêt public Une menace détermine la victime à procurer un avantage à l'auteur (lui remettre de l'argent, lui donner sa carte de crédit).

11 Page : 5/5 important, la peine sera une peine privative de liberté d un an au moins. Art Usure 1. Celui qui aura exploité la gêne, la dépendance, l inexpérience ou la faiblesse de la capacité de jugement d une personne en se faisant accorder ou promettre par elle, pour lui-même ou pour un tiers, en échange d une prestation, des avantages pécuniaires en disproportion évidente avec celle-ci sur le plan économique, celui qui aura acquis une créance usuraire et l aura aliénée ou fait valoir, sera puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine 2. Si l auteur fait métier de l usure, la peine sera une peine privative de liberté de un à dix ans. L'auteur obtient une prestation disproportionnée, en exploitant par exemple la dépendance (psychique) de la victime. Art Gestion déloyale 1. Celui qui, en vertu de la loi, d un mandat officiel ou d un acte juridique, est tenu de gérer les intérêts pécuniaires d autrui ou de veiller sur leur gestion et qui, en violation de ses devoirs, aura porté atteinte à ces intérêts ou aura permis qu ils soient lésés sera puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine Le gérant d affaires qui, sans mandat, aura agi de même encourra la même peine. Si l auteur a agi dans le dessein de se procurer ou de procurer à un tiers un enrichissement illégitime, le juge pourra prononcer une peine privative de liberté de un à cinq ans. 2. Celui qui, dans le dessein de se procurer ou de procurer à un tiers un enrichissement illégitime, aura abusé du pouvoir de représentation que lui confère la loi, un mandat officiel ou un acte juridique et aura ainsi porté atteinte aux intérêts pécuniaires du représenté sera puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine 3. La gestion déloyale au préjudice des proches ou des familiers ne sera poursuivie que sur plainte. Gérer les biens de l'autre aux mépris des règles et lui faire perdre de l'argent

12 Page : 6/6 Art Détournement de valeurs patrimoniales mises sous main de justice Celui qui, de manière à causer un dommage à ses créanciers, aura arbitrairement disposé d une valeur patrimoniale saisie ou séquestrée, inventoriée dans une poursuite pour dettes ou une faillite, portée à un inventaire constatant un droit de rétention ou appartenant à l actif cédé dans un concordat par abandon d actif ou l aura endommagée, détruite, dépréciée ou mise hors d usage sera puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine Peut porter préjudice au partenaire qui est créancier de l'auteur

13 Page : 7/7 2) Autres infractions au CP Disposition Définition légale Explications ou remarques Art Contrainte Celui qui, en usant de violence envers une personne ou en la menaçant d un dommage sérieux, ou en l entravant de quelque autre manière dans sa liberté d action, l aura obligée à faire, à ne pas faire ou à laisser faire un acte sera puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine Ce délit est consommé dès que l'auteur a imposé à la victime sa propre volonté. La contrainte n'est réalisée que si la victime se conforme aux exigences de l'auteur (elle renonce à prendre un travail, par exemple). Tombent sous le coup de l'art. 181 les procédés de "stalking", soit la persécution obsessionnelle et durable d'une personne. Cette infraction relève plutôt des violences psychologiques, voire physiques. Art Traite d'êtres humains 1 Celui qui, en qualité d offreur, d intermédiaire ou d acquéreur, se livre à la traite d un être humain à des fins d exploitation sexuelle, d exploitation de son travail ou en vue du prélèvement d un organe, est puni d une peine privative de liberté ou d une peine Le fait de recruter une personne à ces fins est assimilé à la traite. 2 Si la victime est mineure ou si l auteur fait métier de la traite d êtres humains, la peine est une peine privative de liberté d un an au moins. 3 Dans tous les cas, l auteur est aussi puni d une peine 4 Est également punissable celui qui commet l infraction à l étranger. Les art. 5 et 6 sont applicables. Exploiter la précarité, la fragilité ou la pauvreté d'une femme migrante; lui proposer le mariage dans le but de l'exploiter et de la forcer à se prostituer. (Peut être lié à des violences physiques ou psychologiques) Art Violation d'une obligation d'entretien 1 Celui qui n aura pas fourni les aliments ou les subsides qu il doit en vertu du droit de la famille, quoiqu il en eût les moyens ou pût les avoir, sera, sur plainte, puni d une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d une peine Non-paiement d'une pension alimentaire dûment fixé par un jugement ou une convention.

14 Page : 8/8 2 Le droit de porter plainte appartient aussi aux autorités et aux services désignés par les cantons. Il sera exercé compte tenu des intérêts de la famille. Art Faux dans les titres 1. Celui qui, dans le dessein de porter atteinte aux intérêts pécuniaires ou aux droits d autrui, ou de se procurer ou de procurer à un tiers un avantage illicite, aura créé un titre faux, falsifié un titre, abusé de la signature ou de la marque à la main réelles d autrui pour fabriquer un titre supposé, ou constaté ou fait constater faussement, dans un titre, un fait ayant une portée juridique, ou aura, pour tromper autrui, fait usage d un tel titre, sera puni d une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d une peine 2. Dans les cas de très peu de gravité, le juge pourra prononcer une peine privative de liberté de trois ans au plus ou une peine Exemple : Falsifier la signature du partenaire pour obtenir un crédit. Suivant la situation, d'autres dispositions peuvent entrer en considération, notamment : Art. 142 Soustraction d'énergie Art. 143 Soustraction de données Art. 143bis Accès indu à un système informatique Art. 144bis Détérioration de données Art. 149 Filouterie d'auberge Art. 150 Obtention frauduleuse d'une prestation Art. 150bis Fabrication et mise sur le marché d'équipements servant à décoder frauduleusement des services cryptés Art. 153 Fausse communication aux autorités chargées du registre du commerce Art. 159 Détournement de retenues sur le salaire Art. 161 Exploitation de la connaissance de faits confidentiels Art. 165 Gestion fautive /ODH/KM

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

Yves Delessert Etre bénévole et responsable

Yves Delessert Etre bénévole et responsable Yves Delessert Etre bénévole et responsable La responsabilité des membres de comité des IPE associatives du fait des activités déployées conformément aux buts de l association FIPEGS 9 juin 2015 Principales

Plus en détail

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 (État le 10 décembre 2002) 241 TABLE DES MATIÈRES Articles Chapitre premier : But... 1 er Chapitre 2 : Section 1 : Section 2 : Section

Plus en détail

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN L ABUS DE CONFIANCE L abus de confiance est le fait par une personne de détourner au préjudice d autrui des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu elle a acceptés à charge

Plus en détail

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale Les responsabilités civile et pénale de l'élu local des risques de la vie territoriale Nombre de poursuites contre les élus locaux, les fonctionnaires territoriaux, et les collectivités territoriales (toutes

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

Loi sur le transport de voyageurs

Loi sur le transport de voyageurs Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi sur le transport de voyageurs (LTV) Modification du 26 septembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil

Plus en détail

Guide pratique genevois. Guide sur les successions

Guide pratique genevois. Guide sur les successions Guide pratique genevois Guide sur les successions Edition janvier 2011 Sommaire Sommaire Préambule 3 Compétence de la Justice de paix 4 Qui sont les héritiers? 5 Comment s acquiert la successions? 6 Quels

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS Sources : F. LEFEBVRE «associations» Code civil Code pénal Code du commerce Code du sport Livre des procédures fiscales AVERTISSEMENT : Les renseignements contenus dans cette fiche ne constituent qu une

Plus en détail

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Introduction Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Plan de la formation La responsabilité de l association La responsabilité

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 50, du 7 juillet 2006 Délai référendaire: 16 août 2006 Loi sur l'assistance pénale, civile et administrative (LAPCA) Le Grand

Plus en détail

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des poursuites Direction générale 01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail

FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS

FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS Notes de cours du Prof. Nicolas QUELOZ 1. Bien juridique en jeu = bien juridique collectif = intérêt public ou général (Mars 2006) = fiabilité des titres

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir?

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Muriel Sella Bassoli, titulaire du brevet d avocat, LLM Senior Manager, Département juridique et fiscal Blaise Praz, titulaire du brevet d avocat Consultant,

Plus en détail

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques;

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques; Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 26 août 1993 relatif aux avertissements taxés, aux consignations pour contrevenants non résidents ainsi qu'aux mesures d'exécution

Plus en détail

DROIT PENAL FISCAL DROIT PENAL FISCAL. RIQUET Jean Pierre. Conseil Juridique & Fiscal. www.juristax.be

DROIT PENAL FISCAL DROIT PENAL FISCAL. RIQUET Jean Pierre. Conseil Juridique & Fiscal. www.juristax.be DROIT PENAL FISCAL RIQUET Jean Pierre Conseil Juridique & Fiscal www.juristax.be 1 Typologie des impôts L impôt sur le capital frappe la fortune du contribuable (Dr. Enr. & Succ.) L impôt sur les revenus

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par :

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par : LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT (ORDONNANCE 2009-388 DU 1er DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA REPRESSION DES

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

La Responsabilité de l éducateur sportif

La Responsabilité de l éducateur sportif La Responsabilité de l éducateur sportif I / Introduction La pratique sportive engendre des RISQUES et des ACCIDENTS. De nombreux procès surviennent afin de dégager la mise en jeu de la responsabilité

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique

TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique Présentation des textes Le commerce électronique, l'informatique et les nouvelles technologies de l'information se développent et prennent

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Durant cette session le Conseil national traitera plusieurs infractions concernant les droits de l enfant. Le postulat Bilan de la mise

Plus en détail

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net Chaque nouveau texte légal contient un grand nombre d incertitude, de possibilités et de risques

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Fiche 2 - La responsabilité pénale

Fiche 2 - La responsabilité pénale Fiche 2 - La responsabilité pénale Le droit positif belge ne connaît pas la responsabilité pénale des pouvoirs publics tels que l'etat, les Régions, les Communautés, les provinces, les communes. En effet,

Plus en détail

3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082

3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082 ABUS DE CONFIANCE Courtier en assurances 3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082 Est coupable d abus de confiance un courtier qui a falsifié des chèques remis en paiement de cotisations

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012 Délai référendaire: 2 avril 2015 Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du du 12 décembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 13 décembre

Plus en détail

Je règle mes comptes avec mes dettes

Je règle mes comptes avec mes dettes AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION Je règle mes comptes avec mes dettes Vous avez des dettes par-dessus la tête Faites un budget pour identifier vos dépenses essentielles. Vérifiez si vous êtes admissible

Plus en détail

Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES

Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES 105 2012-161 Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES COMPOSITION Présidente : Catherine Overney Juges : Adrian Urwyler, Françoise Bastons Bulletti Greffier : Luis da Silva PARTIES

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 Jorick Guillaneuf, chargé d études statistiques à l ONDRP DOSSIER

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Saisie-exécution sur rémunération -exécution sur rémunération est régie par les articles 880 CPC à 888 CPC. 1. COMPÉTENCE DE L AGENT DE L EXÉCUTION -exécution sur rémunération relève de la compétence des

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits

Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits ad 10.467 Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits Rapport du 28 janvier 2014 de la Commission de l économie et des redevances

Plus en détail

Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701

Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701 Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701 TABLE DES MATIERES 1. Aperçu des prestations assurées 3 2. Personnes assurées 3 3. Prise d effet et validité de l assurance 3 4. Objets assurés 3 5. Objets

Plus en détail

Quelques remarques générales à propos. de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport

Quelques remarques générales à propos. de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport Quelques remarques générales à propos de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport I. Introduction : Le rappel des règles ci-dessous ne concerne que les associations

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Les prestations appréciables en argent

Les prestations appréciables en argent $ Années Académiques 2005-2007 Mémoire MBL Professeur Xavier Oberson Les prestations appréciables en argent Nirmal Dias Janvier 2008 www.unige.ch/droit/mbl/ www.unil.ch/droit REMERCIEMENTS Je tiens à adresser

Plus en détail

La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers. Entrée en vigueur le 01.01.2010

La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers. Entrée en vigueur le 01.01.2010 La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers Entrée en vigueur le 01.01.2010 Pascale Maudry-Vonlanthen, Inspection fiscale et des remises 1 I. Bases légales

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013

Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013 Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013 La présente information clients renseigne de manière claire et succincte sur l identité de l assureur ainsi que les principaux éléments

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

POLITIQUE N o : P AJ-005 POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES INFORMATIONS CONFIDENTIELLES

POLITIQUE N o : P AJ-005 POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES INFORMATIONS CONFIDENTIELLES 1. INTRODUCTION Le Code civil prévoit des dispositions qui imposent aux employés des obligations en matière de loyauté et de protection des informations à caractère confidentiel : Art. 2088. Le salarié,

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

1.2 Les conditions standards de l Acheteur sont expressément exclues par les présentes conditions.

1.2 Les conditions standards de l Acheteur sont expressément exclues par les présentes conditions. CONDITIONS GÉNÉRALES DE LIVRAISON D ALPHA DEUREN INTERNATIONAL B.V. dont le siège et les bureaux sont établis à Didam, inscrit au registre du commerce de la Chambre de commerce de la Gueldre centrale sous

Plus en détail

II. Conclusion du contrat, parties au contrat, limitation des responsabilités contractuelles et prescription

II. Conclusion du contrat, parties au contrat, limitation des responsabilités contractuelles et prescription Conditions générales d exploitation I. Domaine d application 1. Les conditions générales d exploitation suivantes s appliquent à chaque location de chambres d'hôtel ainsi qu à toutes les autres prestations

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

BULLETIN DES LOIS ET DECRETS DU GOUVERNEMENT DU CHILI. Livre XXVIII Numéro 6. Ministère des Finances. Les banques d émission 1

BULLETIN DES LOIS ET DECRETS DU GOUVERNEMENT DU CHILI. Livre XXVIII Numéro 6. Ministère des Finances. Les banques d émission 1 BULLETIN DES LOIS ET DECRETS DU GOUVERNEMENT DU CHILI Livre XXVIII Numéro 6 Ministère des Finances Les banques d émission 1 Santiago, Chili 23 Juillet 1860 Article 1 Les personnes capables de mener des

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures 1. Situation actuelle De l article 123 al. 2 de la Constitution fédérale (RS 101) découle le principe selon lequel l exécution des sanctions

Plus en détail

Assurance de protection juridique d'entreprise Orion PRO Basic 01/2010

Assurance de protection juridique d'entreprise Orion PRO Basic 01/2010 Preneur d'assurance ACVA Association Cantonale Vaudoise des Ambulanciers Monsieur Christophe Studer Case postale 52 1807 Blonay Police N 2116245 N de client ID0214122 Généralités Valable à partir de 01.07.2013

Plus en détail

Aspects juridiques des tests d'intrusion

Aspects juridiques des tests d'intrusion HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet JSSI 2012 Aspects juridiques des tests d'intrusion Frédéric Connes

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience

Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience Le Secrétariat d État à l économie (Seco) et l Office fédéral de la justice (OFJ) ont confié à Ernst&Young un mandat consistant à établir

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES FINANCEMENT DU PROJET ARTICLE

CONDITIONS PARTICULIÈRES FINANCEMENT DU PROJET ARTICLE MAIRI-SOLIES Mutuelle des Associations d'immigrés Résidents en Italie Membre du Réseau SOLILES Via Angera 3, 20125 Milano Tel: 0039 0287394827/5130 Fax: 0039-0287398408 Cell: 0039 3272413948 CF. 97523800155

Plus en détail

Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques

Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques Jeudi 4 juin 2009 Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques Luc Vignancour Luc.vignancour@marsh.com 06 07 52 10 89 www.marsh.fr Couverture des risques Lorsque l entreprise a fait le maximum

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire)

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) 1 REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge du Tribunal du travail de Mons et de Charleroi Division Tournai A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions

Plus en détail

POUVOIRS & RESPONSABILITÉS

POUVOIRS & RESPONSABILITÉS POUVOIRS & RESPONSABILITÉS Page 1/9 Table des matières Table des matières...2 I. Type de responsabilité...3 I.1. Responsabilité Civile...3 I.2. Responsabilité Pénale...3 II. Type d obligation...3 II.1.

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2014 233 Arrêt du 23 décembre 2014 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

Opérations bancaires et investissements

Opérations bancaires et investissements Opérations bancaires et Publication : 1 avril 2003 Révision : TABLE DES MATIÈRES But et portée... 1 Principes... 1 Glossaire... 2 Directive exécutoire... 3 Résumé des responsabilités... 4 Collèges... 4

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail