INTRODUCTION LA MARE : ORIGINE ET FORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION LA MARE : ORIGINE ET FORMATION"

Transcription

1

2 INTRODUCTION Il y a un siècle, le Nord- Pas de Calais était recouvert par 30 % de zones humides. Aujourd'hui ces zones réduites à une peau de chagrin, ne couvrent plus qu'1% du territoire. Ce constat alarmant reflète la fragilité de ces milieux et nous signale qu'il est temps d'agir. Agir par la découverte, la compréhension et la sensibilisation à ces milieux est un bon moyen pour préserver la richesse que nous offre la nature. C'est le but que nous souhaitons atteindre lors des animations "mare" que vous allez suivre. Ce livret pédagogique vous informe sur le sujet, reprend les notions abordées sur le terrain et les approfondie afin que vous puissiez aller plus loin avec vos élèves en classe. LA MARE : ORIGINE ET FORMATION La mare est une étendue d'eau pouvant être temporaire, la mare est d une taille variable, pouvant mesurer de 1 à 5000 m². Sa profondeur n excède toutefois pas 2 m, laissant toutes les couches d eau sous l influence du rayonnement solaire. De formation naturelle ou anthropique, elle se trouve dans des dépressions imperméables, en contextes rural, périurbain voire urbain. ORIGINE HISTORIQUE Les mares sont à 99% d'origine humaine. En effet, de tout temps elles ont été créées par l'homme afin d'accomplir différentes taches: - abreuvoir pour les animaux - réserves d'eau pour les incendies - élevage des canards pour la ferme Les mares naturelles mettent plusieurs années à se former.

3 NAISSANCE ET ÉVOLUTION Qu'elle soit d'origine anthropique ou naturelle, la formation d'une mare suit les mêmes étapes évolutives: Cas d une mare artificielle : - étapes 1 et 2 : la première étape est de creuser un trou, qui se remplit naturellement (précipitations) ou qu on remplit. Si le sol n est pas imperméable, la présence d une bâche est nécessaire ; - étape 3 : les végétaux et insectes transportés par le vent atterrissent dans la mare, se décomposent et libèrent des éléments nutritifs en formant une couche d humus. Cette nourriture permet à d autres espèces de se développer, qui à leur tour mourront et se décomposeront, permettant à terme l installation de végétaux plus «évolués» ayant besoin d un apport nutritif supérieur ; - étape 4 : le vent et les oiseaux (notamment) transportent des graines de plantes qui prendront racine et germeront sur les rives ; - étape 5 : le monde végétal peut se développer autour de la mare, attirant alors la faune qui lui est associée : la mare est née Cas d une mare naturelle : La seule différence est la «naissance» de la mare : l homme ne creuse pas le trou, celui-ci est naturellement présent. Deux cas peuvent alors se présenter : - l eau de la mare provient des nappes souterraines (nappes phréatiques) qui affleurent - le sol est naturellement imperméable (présence d une couche d argile) et retient l eau des précipitations ou du ruissellement

4 LA MARE : IMPORTANCE ÉCOLOGIQUE ET MENACES FONCTIONS ÉCOLOGIQUES - conservation de la biodiversité - régulation hydrologique - épuration des eaux - réserve d eau pour la faune - microclimat UN BESOIN DE GESTION CONSTANT L évolution naturelle d une mare est de se combler. Des plantes envahissantes prennent le dessus, et en se développant obstruent la zone en eau. La formation de matière organique en quantité plus importante permet le développement d arbustes, puis d arbres. Cette succession est illustrée par les schémas ci-dessous : On comprend alors que sans l'intervention de l'homme, il n'y aurait rapidement plus de mares, contribuant à mettre en péril la survie générale des zones humides. LES MENACES Au niveau national : disparition de 90% des mares existant en 1900 et de 50% des mares existant en 1950 Au niveau régional : 30% du territoire régional était couvert de zones humides vers 1900, moins de 1% actuellement Les principales causes de disparition sont l'extension de l urbanisation et des zones d agriculture intensive

5 LE FONCTIONNEMENT D UNE MARE APPORTS ET PERTES D EAU

6 RÉSEAU TROPHIQUE PHYTOPLANCTON PRODUIT DE O 2

7 L EAU IMPORTANCE DE L EAU Vue de l'espace, la Terre paraît bleue. C'est normal, 71% de sa surface est occupée par l'eau. Sans eau, la vie serait impossible: il y a 3 milliards d'années les premiers êtres vivants apparurent dans l'eau. L eau est un constituant essentiel des animaux et des végétaux. Elle alimente la sève des plantes, qui transporte les éléments nutritifs indispensables à leur croissance. Chez les animaux, elle irrigue chaque cellule. Elle leur apporte des substances nutritives et les débarrasse des déchets et des toxines. Privés d eau, une plante ou un animal ne peuvent survivre très longtemps. L'eau a une autre action primordiale: l'érosion. En effet, elle sculpte le paysage. Elle arrondit les montagnes, creuse les vallées et attaque la base des falaises. Un homme peut survivre plusieurs semaines sans manger. Privé d eau, il est condamné au bout de deux jours seulement. Élément vital au même titre que l air que nous respirons, l eau nous est donc indispensable. D elle dépend notre survie quotidienne. Ce qui n a rien d étonnant quand on sait que l'eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d'eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d'eau pour une personne pesant 70 kilogrammes. LES ÉTATS DE L EAU ET SON CYCLE L'eau peut exister sous trois états différents: - l'état liquide ; - l'état gazeux ; - l'état solide. Ces trois états sont mis en jeu lors du cycle constant dans elle fait partie. Les deux pages qui suivent ont été tirées d'un petit dossier documentaire écrit par Christian Lamblin intitulé: «L'eau dans tous ses états» (éditions Nathan, 1999). Elles synthétisent parfaitement ces notions d'état et de cycle de l'eau.

8

9

10 LA MARE, MILIEU À LA BIODIVERSITÉ EXCEPTIONNELLE : LES AMPHIBIENS Les Amphibiens sont présentés dans un livret pédagogique spécifique, intitulé «Un Dragon! Dans MON jardin?». Il est disponible au CPIE Flandre Maritime. LA MARE, MILIEU À LA BIODIVERSITÉ EXCEPTIONNELLE : LES INSECTES La caractéristique principale d'un insecte est de posséder 6 pattes. Cependant, ce règne animal étant l'un des plus riche au monde, ce critère est bien trop vaste pour différencier les espèces! Ici, afin de reconnaître les insectes que nous observons à la mare, nous avons choisi de les diviser en 2 groupes principaux : les insectes vivant une partie de leur vie sous forme de larve aquatique et l'autre hors de l'eau, et ceux passant leur vie entière dans l'eau. Les gastéropodes sont rapidement mentionnés dans un troisième groupe. LES INSECTES VIVANT SOUS FORME DE LARVES AQUATIQUES PUIS HORS DE L EAU Présentation générale Les Odonates Odonate signifie «aux mâchoires dentées», ordre divisé en deux sous-ordres : - les vraies «Libellules», ou anisoptères (= ailes inégales) - les «Demoiselles» ou zygoptères (= ailes égales) Leur corps est divisé en 3 parties : - la tête - le thorax - l abdomen Elles portent sur la tête une paire de très courtes antennes et des yeux composés qui leur donnent une vue perçante. Toutes ont en commun de mener une vie aérienne à l état adulte, d être aquatiques à l état larvaire et d être carnassières à tous els stades de leur développement. Comme tous les insectes, les odonates subissent un certain nombre de mues avant d atteindre la forme adulte.

11 Cycle de vie

12 On appelle «génération», l'évolution complète depuis l'état d'œuf jusqu'à l'état adulte. Le cycle évolutif varie suivant les espèces et constitue souvent un caractère distinctif. Reproduction Vers le moi de mai, les couples se forment, donnant lieu à d étonnantes figures en forme de cœurs. Ponte Suite à l'accouplement, la femelle dépose ses œufs soit en les insérant dans les plantes, soit en les abandonnant dans l'eau. Le développement des œufs peut être de deux types : ceux à éclosion rapide, de l'ordre de quelques jours à 3 semaines, ceux à éclosion retardée qui survient alors plusieurs mois après la ponte. Les œufs donnent naissance à une prolarve, puis à une larve qui grandit à la suite de mues dont le nombre diffère d'une espèce à l'autre et parfois dans la même espèce. Il y a 9 à 16 mues.

13 Croissance La croissance larvaire peut s'effectuer soit en quelques mois avant l'hiver, soit sur un an ou plus. Elle s'effectue dans l'eau. Au terme de sa croissance, la larve quitte le milieu progressivement en quelques jours. Elle grimpe sur une plante ou tout autre support aérien, opère alors une dernière mue (ou mue imaginale) qui la métamorphosera en adulte (ou imago). Après une période plus ou moins longue de maturation sexuelle, les couples se forment et une nouvelle génération commence. Métamorphose Le passage de la vie aquatique à la vie aérienne ne se fait pas brusquement mais par étapes. Quelques jours (parfois quelques semaines) avant l'éclosion, la larve commence à quitter l'eau par intervalles de plus en plus longs, respirant progressivement, jusqu'au jour où elle quitte l'eau et se hisse sur un support. L'éclosion proprement dite débute de la même façon chez toutes les libellules. Le thorax se dilate un peu et la peau de la larve se fend entre les deux fourreaux alaires (enveloppes où se trouvent les futures ailes). Ensuite la déchirure s'agrandit laissant saillir le thorax de l'adulte; la tête apparaît puis les pattes et les ailes. L'émergence dure, selon les espèces, de quelques minutes à 2 heures. Un temps orageux favorise parfois une sortie massive des libellules. De toutes les étapes du développement que connaît la jeune libellule, c'est certainement la période la plus difficile pour la survie de l'espèce, la vulnérabilité de l'individu étant alors la plus forte. Cependant, même si les prédateurs sont une cause importante de mortalité à ce stade, les facteurs climatiques comme le vent et le froid, et des facteurs biologiques comme le surnombre rendent parfois précaire le déroulement de la métamorphose et contribuent à la réduction des populations. Maturation L'insecte qui vient de se transformer n'est pas immédiatement apte à la reproduction. Les adultes immatures s'éloignent généralement des milieux qui l'ont vu naître. Ces déplacements s'effectuent à des distances plus ou moins grandes, l'individu se laissant alors porter par des courants aériens.

14 Les Moustiques Les femelles pondent les œufs à la surface de l'eau, ceux-ci y flottent alors par paquets. Après l'éclosion, les larves apparaissent, leur corps est allongé et est recouvert de soies devenant de plus en plus courtes vers l'arrière. Elles pendent à la surface de l'eau, la tête en bas respirant grâce à des cornets respiratoires et se déplacent de manière saccadée. Si elles détectent un danger au dessus du niveau de l'eau, elles descendent alors se réfugier en profondeur pour se mettre à l'abri. Les Éphémères Les larves d'éphémères se rencontrent souvent dans les endroits sablonneux où elles s'enfouissent facilement. Elles se nourrissent de détritus organiques et d'algues. Les larves ont besoin de 2 ans pour se développer. Les éphémères une fois adultes, s'accouplent le plus souvent en vol. Le mâle meurt après l'accouplement. Chez certaines espèces, la femelle pond en vol, en trempant l'extrémité de l'abdomen dans l'eau.

15 Les Trichoptères A l état adulte, ces insectes rappellent des papillons de nuit. Au repos, les ailes sont disposées en toit. Cependant, au lieu d écailles, ce sont des poils fins très souvent brunâtres qui recouvrent les deux paires d ailes. Les larves sont essentiellement aquatiques et sont bien connues des pêcheurs. En cherchant sous les pierres des ruisseaux ou parmi les végétaux morts des mares, on rencontre facilement ces étranges créatures. Nombre d entre elles fabriquent un fourreau de soie protecteur sur lequel elles fixent divers matériaux : brindilles, sable, micro-coquillages, feuilles La tête et le thorax seuls sortent du fourreau ce qui permet à l insecte de se balader avec sa maison. Cette particularité leur vaut le surnom de «porte-bois»

16 LES INSECTES PASSANT LEUR VIE DANS LA MARE Les Dytiques Ce sont de grands coléoptères de 3 cm de longueur environ. Les adultes restent le plus clair de leur temps sous l'eau, ne remontant que pour venir chercher de l'air. Ils remontent à la surface 4 à 7 fois par heure en utilisant l'extrémité de leur abdomen pour faire des provisions d'air. Les adultes ayant la capacité de voler, ce sont les premiers colonisateurs des points d'eau nouvellement formés. Ils se nourrissent d'insectes aquatiques, parfois même de petits poissons ou de jeune tritons. Les larves se métamorphosent dans un petit trou dans la terre humide. Au bout de quelques semaines apparaît l'imago. L'adulte hiverne dans l'eau et pond au printemps suivant, le plus souvent dans l'eau. Elles sont obligées de remonter à la surface pour pouvoir respirer. Elles ont de puissantes pinces avec lesquelles elles attrapent des têtards et des petits poissons.

17 Les Nèpes Ces punaises aquatiques mesurent 2 cm et possèdent un tube conducteur d'air ressemblant à un tuba. Elles ont un corps court, robuste, leurs pattes antérieures se sont transformées en pattes ravisseuses servant à capturer des proies. Elles possèdent un organe hydrostatique leur permettant de savoir la profondeur à laquelle le conduit d'air atteint encore la surface. Les nèpes se nourrissent de têtards, de larves d'insectes et parfois même de petits poissons. Les femelles pondent des œufs munis de 6 à 9 appendices qui les relient à la couche d'air, les alimentant ainsi d'oxygène. Les Notonectes Ce sont également des punaises aquatiques, qui mesurent 1,5 cm de long. Les notonectes nagent sur le dos pour pouvoir respirer à la surface. Ils se déplacent par saccades en utilisant leurs pattes arrières comme des rames. Ils détectent leurs proies grâce aux vibrations provoquées par celles-ci à la surface de l'eau, les tuent avec leurs pattes antérieures et injecte une substance qui les décompose; il ne leur reste plus qu'à aspirer la bouillie ainsi formée. Les femelles pondent environ 200 œufs dans les tiges des plantes.

18 Les Corises Elles mesurent environ 1,5 cm et ressemblent aux notonectes. Elles nagent sur le ventre, emmagasinant l'air sous leurs ailes. Chose étonnante : elles sont plus légères que l'eau, et doivent s'agripper à une plante du fond pour ne pas remonter à la surface! Elles possèdent des ailes développées qui leur permettent de voler, c'est même la seule punaise capable de décoller à partir de la surface de l'eau! Elles se nourrissent d'algues qu'elles détachent à l'aide de leurs pattes antérieures. Les femelles pondent leurs œufs dans les feuilles et les tiges des plantes aquatiques. Les Gerris Punaises vivant à la surface de l'eau, avec de longues antennes et de grands yeux, elles mesurent environ 1 cm. Les gerris courent à la surface de l'eau grâce à leurs pattes médianes et postérieures. Ce sont des prédateurs repérant leurs proies grâce aux vibrations émises à la surface de l'eau. Les proies capturées sont généralement des insectes, des petits invertébrés et des larves d'insectes aquatiques.

19 Les Chironomes Ce sont des Diptères. La larve du chironome plumeux est très présente dans la mare. Celle-ci est rouge. Elle vit dans une galerie en forme de "U". Les extrémités de ces galeries apparaissent sur le fond vaseux comme des cheminées. La larve se nourrit de détritus tombés au fond, d'algues et de bactéries qu'elle capture à l'aide d'un filet à l'intérieur de la galerie. Elle ronge également les parois visqueuses de sa galerie ou sort la tête pour se nourrir sur le fond vaseux. Le sang des larves de chironomes contient de l'hémoglobine capable de lier l'oxygène, ce qui leur permet de vivre dans des milieux pollués et pauvres en oxygène.

20 Les Limnées et les Planorbes Ces gastéropodes raclent les algues fixées sur les pierres et les plantes, consomment les plantes aquatiques déperissantes et animaux morts tombés au fond de la mare. Chez les limnées, la forme de la coquille varie, mais elle est généralement spiralée, sans opercule, tandis que chez les planorbes, elle est aplatie, enroulée en spirale, formant une galette plus fine au milieu. Planorbe Limnée

21 LA MARE, MILIEU À LA BIODIVERSITÉ EXCEPTIONNELLE : LA FLORE Le schéma ci-dessous représente l'étagement classique de la flore rencontrée au bord et dans les mares. On constate que plus l'on se rapproche de la mare, plus les plantes sont - ce qui est logique - adaptées à l'eau.

22 QUELQUES HYDROPHYTES Potamot Lentilles

23 QUELQUES HÉLOPHYTES Jonc Iris faux-acore

24 QUELQUES HÉLOPHYTES Massette Roseaux

25 QUELQUES HYGROPHILES Lysimaque Eupatoire chanvrine

26 QUELQUES HYGROPHILES Épilobe hirsute Salicaire commune

27 QUELQUES HYGROPHILES Epipactis des marais Pulicaire dysentérique

28 QUELQUES HYGROPHILES Menthe aquatique Butome en ombelle

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

Qu est-ce qu un insecte

Qu est-ce qu un insecte Les INSECTES Qu est-ce qu un insecte Ailes (4) Tête Thorax Abdomen Antennes Pattes (6) Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte

Plus en détail

La microfaune aquatique de la vallée de l'orge

La microfaune aquatique de la vallée de l'orge La microfaune aquatique de la vallée de l'orge Sources : "la hulotte" - Guide des insectes, les Compagnons du Naturaliste Les Batraciens Grenouilles et têtards La grenouille passe beaucoup de temps dans

Plus en détail

LA MARE : APPORTS THEORIQUES

LA MARE : APPORTS THEORIQUES LA MARE : APPORTS THEORIQUES LES ETRES VIVANTS DE LA MARE 1 - LES ANIMAUX Vertébrés et des invertébrés peuplent les mares de la Guadeloupe. Les plus faciles à rencontrer et à reconnaître sont les suivants.

Plus en détail

Muséum-Aquarium de Nancy 34, rue Sainte Catherine 54000 Nancy Tél : 03 83 32 99 97 Fax : 03 83 32 30 16 www.man.uhp-nancy.fr

Muséum-Aquarium de Nancy 34, rue Sainte Catherine 54000 Nancy Tél : 03 83 32 99 97 Fax : 03 83 32 30 16 www.man.uhp-nancy.fr INSECTOPIE Muséum-Aquarium de Nancy 34, rue Sainte Catherine 54000 Nancy Tél : 03 83 32 99 97 Fax : 03 83 32 30 16 www.man.uhp-nancy.fr 1 SOMMAIRE PREAMBULE... 1 DES INSECTES EN GENERAL... 2 Morphologie...

Plus en détail

Surligne les phrases si elles sont justes :

Surligne les phrases si elles sont justes : 1) L escargot a besoin de chaleur. Entoure : L escargot est un : 2) Il sort de sa coquille quand l atmosphère est sèche. VERTEBRE - INVERTEBRE 3) Sans coquille, l escargot meurt. OISEAU REPTILE - MOLLUSQUE

Plus en détail

Module Les animaux Animation Le monde de l étang

Module Les animaux Animation Le monde de l étang Module Les animaux Animation Le monde de l étang Animations nature à l école de Pinchat, Veyrier, février à juin 2014, classes de 8P AVANT L ANIMATION 1. Préparation des élèves avant l animation - Lire

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

Bienvenue sur la planète des insectes!

Bienvenue sur la planète des insectes! Bienvenue sur la planète des insectes! Les Entomonautes c/o Youssef Guennoun 49 bis rue du Borrégo 75020 Paris entomonautes(at)gmail.com Des milliards de petites bêtes Les insectes constituent 75 % de

Plus en détail

Clé de détermination des invertébrés d eau douce

Clé de détermination des invertébrés d eau douce Clé de détermination des invertébrés d eau douce Cette clé permet d identifier les invertébrés d eau douce les plus répandus, en particulier ceux vivant dans les eaux stagnantes (mares et étangs). Les

Plus en détail

Avant propos. Cherchez la p tite bête! Livret de visite

Avant propos. Cherchez la p tite bête! Livret de visite Avant propos L exposition produite par la Maison écocitoyenne, en partenariat avec des entomologistes passionnés de photographie et le Muséum d Histoire Naturelle de Bordeaux, offre un regard attractif

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer NIVEAU DISCIPLINE CAPACITÉ COMPÉTENCE MOTS CLÉS ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer 1. TITRE : TRIER

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

Le miracle du changement LE CYCLE DES METAMORPHOSES

Le miracle du changement LE CYCLE DES METAMORPHOSES Le miracle du changement LE CYCLE DES METAMORPHOSES L'homme curieux a été longtemps intrigué par les étonnantes lois régissant la croissance et le développement de la plupart des Insectes. On a longtemps

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

LA MARE : UN ÉCOSYSTÈME D'UNE GRANDE DIVERSITÉ.

LA MARE : UN ÉCOSYSTÈME D'UNE GRANDE DIVERSITÉ. DOCUMENT PÉDAGOGIQUE LA MARE : UN ÉCOSYSTÈME D'UNE GRANDE DIVERSITÉ. -1- Association des Naturalistes de l Ariège, cottes, 09240 la Bastide de Sérou, janvier 2000 SOMMAIRE AVANT PROPOS 4 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés...

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 niveaux, disciplines, compétences... 3 notions... 4 Vocabulaire... 4 découpage du film... 5 Suggestions

Plus en détail

avec Lépido Les papillons sont des insectes. RENCONTRE Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes.

avec Lépido Les papillons sont des insectes. RENCONTRE Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes. T H E O R I E 1 RENCONTRE avec Lépido Les papillons sont des insectes. Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes. Recherche et place le nom de chacune des parties du papillon

Plus en détail

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires Titre de l atelier : Les vers de terre Domaines d activité Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants Lecture de textes documentaires Motsclés Vers de terre Vie du sol Compétences

Plus en détail

Pour les reconnaître et ne pas les confondre

Pour les reconnaître et ne pas les confondre Moustiques ou pas moustiques? Pour les reconnaître et ne pas les confondre ENTENTE INTERDéPARTEMENTALE POUR LA DéMOUSTICATION DU LITTORAL MEDITERRANéEN 165 avenue Paul-Rimbaud 34184 Montpellier Cedex 4

Plus en détail

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation Punaise des lits À quoi ressemblent-elles? Lorsqu elle est à jeun, la punaise des lits présente une coloration allant du brun au brun jaunâtre. Une fois gorgée de sang, elle devient brune rougeâtre et

Plus en détail

L été au bord de l eau

L été au bord de l eau Le printemps laisse place à la saison chaude et sèche (normalement!). Même si en Bretagne, c est moins marqué qu à d autres endroits, les niveaux d eau vont baisser parfois très nettement. La végétation

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Cycle résumé. http://le-stylo-de-vero.eklablog.com

Cycle résumé. http://le-stylo-de-vero.eklablog.com Le Ver de farine est un insecte holométabole de l'ordre des Coléoptères (insectes à carapace dure) et de la famille des Ténébrionidés, d'où son nom de genre : Tenebrio. Ici, l'espèce étudiée est le molitor,

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin a une mission d éducation à l environnement qu elle conduit en partenariat avec des

Le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin a une mission d éducation à l environnement qu elle conduit en partenariat avec des L ÉCOLE BUISSONIÈRE cahier pédagogique sur la Faune aquatique cahier n 1 Le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin a une mission d éducation à l environnement qu elle conduit en partenariat

Plus en détail

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards Carte d'identité : Description Que mange-t-elle? Taille La grenouille mesure entre 4 et 5 cm. La grenouille avale ses proies. La grenouille a la peau nue. Elle possède quatre pattes. La grenouille nage

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Étudier les habitants du marais Profitons au maximum de l excursion à un marais de la région

Étudier les habitants du marais Profitons au maximum de l excursion à un marais de la région Étudier les habitants du marais Profitons au maximum de l excursion à un marais de la région par Chris Earley traduit par Jocelyne Dickey Degrés: 2-5 Discipline: Sciences Concepts clés: Adaptations, chaînes

Plus en détail

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

55 Combien d œufs peut pondre une femelle. Punaise se nourrissant d'œufs de doryphore. Combien d œufs peut pondre une femelle d insecte?

55 Combien d œufs peut pondre une femelle. Punaise se nourrissant d'œufs de doryphore. Combien d œufs peut pondre une femelle d insecte? Combien d œufs peut pondre une femelle d insecte? LA REPRODUCTION ET LA CROISSANCE DES INSECTES Punaise se nourrissant d'œufs de doryphore Le chorion des œufs d insectes apparaît la plupart du temps lisse,

Plus en détail

Y aqua. Livret enseignant

Y aqua. Livret enseignant Y aqua danlo l Livret enseignant Sommaire général Présentation de «Y aqua danlo»... p.3 Utilisation du livret enseignant...p.4 Enjeux de l eau...p.5 Objectifs de «Y aqua danlo»...p.6 Intégration de «Y

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Chapitre 1: Facteurs d'échelle

Chapitre 1: Facteurs d'échelle Chapitre 1: Facteurs d'échelle Des considérations générales sur la taille des objets ou des êtres vivants et leur influence sur différents paramètres, permettent d'établir simplement quelques lois ou tendances,

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Sciences de la vie et de la Terre Thème 2 B Enjeux planétaires contemporains - La plante domestiquée Table des matières 1 : La plante cultivée : le Maïs...Erreur! Signet non défini. 2 : Les variétés de

Plus en détail

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! Zone libérée des poux français Guide anti-poux Double efficacité: Elimine les poux Endommage la membrane chitineuse des lentes empêchant ainsi l éclosion de

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE Les poux existent depuis toujours et ne sont pas près de disparaître. Heureusement, ils ne sont pas dangereux, mais ils sont dérangeants. Le saviez-vous? Les poux de tête

Plus en détail

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention PUNAISES DE LIT prévention et intervention À quoi ressemble la punaise de lit? La punaise de lit, aussi appelée punaise, est un insecte brunâtre visible à l œil nu qui mesure de 4 à 7 millimètres. Elle

Plus en détail

Les vers de nos compagnons

Les vers de nos compagnons Les vers de nos compagnons Il se peut que votre animal de compagnie soit contaminé par des vers sans que vous ne vous en rendiez compte. Près d'un animal de compagnie sur deux (chat et chien) est porteur

Plus en détail

>Si j ai réussi, je suis capable de

>Si j ai réussi, je suis capable de Fiche 10 Rechercher des informations sur Internet La plupart des informations disponibles sur Internet sont gratuites à la consultation. Elles sont présentées par des personnes ou des organisations qui

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS?

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? Par Philippe et Marie-Noëlle LENOIR Un couple du Volontaires du Progrès qui travaille à GALIM Département des Bamboutos, Province de l Ouest, nous adresse cette fiche

Plus en détail

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés Les vers marins A partir des vers marins, les animaux se complexifient dans l organisation de leur tissus. Nous avons vu qu avec les coraux, les organismes possédaient deux feuillets séparés d une gelée.

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux. DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline

TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux. DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline - Lecture de textes documentaires. - Les êtres vivants dans leur environnement. SÉANCE OU SÉQUENCE

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Les petits tortillons éparpillés sur la plage signalent la présence d'un ver : l'arénicole (Arenicola marina). Bien connu des pêcheurs comme très bon appât, des biochimistes

Plus en détail

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 Zoom 4,50 juin 2011 - n 1326 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 GR : 3,80 - ITA : 4,60 - LUX : 2,60 - MAROC : 25 dh - NL : 5 En rouge et noir M 01054-1326 BEL : 4,50

Plus en détail

Auxiliaires au Jardin

Auxiliaires au Jardin Auxiliaires au Jardin Un grand nombre d'êtres vivants là aussi cohabitent et participent à l'équilibre naturel des milieux. Ils peuvent aussi nous indiquer leur état sanitaire. Et le plus intéressant,

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Stage Initiateur Canyon Villebois, oct. 2006

Stage Initiateur Canyon Villebois, oct. 2006 Stage Initiateur Canyon Villebois, oct. 2006 Quelques bases en Hydrologie et Écologie Aquatique Hélène Luczyszyn, hydrobiologiste 1 Hydrologie Quelques définitions Précipitations Infiltration : +/- en

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Syndicat des Cramades La malle Cantal'Eau - Découvrir et agir l'eau c'est la vie! - Grand public Agence de l eau Adour Garonne 1 Le Syndicat

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

La Tienne : Rapport annuel 2012

La Tienne : Rapport annuel 2012 SOCIETE des NATURALISTES et ARCHEOLOGUES de l'ain Maison des Associations 5 bis Avenue des Belges 01000 Bourg-en-Bresse Tél : 04 74 23 24 45 (répondeur) Mél : naturalistes-ain@wanadoo.fr Site internet

Plus en détail

Cet article est tiré de

Cet article est tiré de Cet article est tiré de revue trimestrielle de la Société royale Cercles des Naturalistes de Belgique asbl Conditions d abonnement sur www.cercles-naturalistes.be Les pages du jeune naturaliste Les punaises,

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE Les poux existent depuis toujours et ne sont pas près de disparaître. Ils ne sont pas dangereux bien qu'ils soient dérangeants. À CONSERVER Saviez-vous que les poux de

Plus en détail

Nourrir les oiseaux en hiver

Nourrir les oiseaux en hiver les oiseaux en hiv Nourrir les oiseaux en hiver Sommaire : Pourquoi les nourrir...page 1 Comment les nourrir...page1 Quels ravitaillement pour quel oiseaux?...page2 Recette «pain de graisse»...page 3 Les

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

BILAN DU TRANSFERT DES AMPHIBIENS

BILAN DU TRANSFERT DES AMPHIBIENS ZAC du quartier de l école Polytechnique BILAN DU TRANSFERT DES AMPHIBIENS ZAC DU QUARTIER DE L ECOLE POLYTECHNIQUE Commune de Palaiseau Juillet 2014 7C785 Table des matières Table des matières... 2 Liste

Plus en détail

ne définition de l arbre.

ne définition de l arbre. LA PHYSIOLOGIE DES ARBRES. U ne définition de l arbre. L es arbres sont des êtres vivants qui occupent une place à part dans le monde végétal. Ils sont indispensables à la vie sur terre et ils ont largement

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE À CONSERVER TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE Les poux existent depuis toujours et ne sont pas près de disparaître. Heureusement, ils ne sont pas dangereux, mais ils sont dérangeants... Le saviez-vous?

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015 PREVENTION ASV Partie réalisée par Le 09/05/2015 Atelier n 2 : Parasites et intoxication Principaux parasites de l été: - Les puces : c est quoi? - Les tiques : c est quoi? - Les aoutats : c est quoi?

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

Ver de la grappe: cochylis

Ver de la grappe: cochylis Fiche: 050 Ver de la grappe: cochylis (Eupoecilia ambiguella Hb.) Auteurs: P.-J. Charmillot, D. Pasquier, U. Remund et E. Boller Aire de répartition La cochylis de la vigne est une tordeuse dont l'aire

Plus en détail

CRÉER UNE MARE NATURELLE DANS SON JARDIN

CRÉER UNE MARE NATURELLE DANS SON JARDIN CRÉER UNE MARE NATURELLE DANS SON JARDIN Remplacer quelques mètres carrés de gazon aseptisé par un petit univers aquatique animé par le vol des libellules, les ébats des grenouilles et la palette multicolore

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Inauguré en juin 2013, le centre régional pour la biodiversité Beautour redonne vie à l héritage

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR PROFITEZ DU SOLEIL EN TOUTE SÉCURITÉ Nous profitons tous du soleil et en connaissons ses bienfaits : il dope le moral et favorise

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec Pêches et Océans Canada Sciences Fisheries and Oceans Canada Science MPO Sciences Région Laurentienne Rapport sur l état des stocks C-2 (21) 5 16B 16A 17A-C D 16C 16D 16E YZ E-X A-C Le Crabe commun des

Plus en détail

Passons aux épreuves pratiques : Après avoir défini le terme «Fossile», nous passons à leur observation à la loupe binoculaire.

Passons aux épreuves pratiques : Après avoir défini le terme «Fossile», nous passons à leur observation à la loupe binoculaire. Du Saucats au Lissandre : Une histoire d eau Projet mené par des cinquièmes du Collège Paul Emile Victor de Branne. Dès notre arrivée, nous découvrons un musée et tentons de définir le terme «Réserve»

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE INTRODUCTION La nature est incroyablement diversifiée. Elle regroupe la Terre avec ses zones aquatiques telles que les

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail