Questionnaire, visite de la prison de Montluc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Questionnaire, visite de la prison de Montluc"

Transcription

1 Après ou pendant la visite, répondez aux questions suivantes. 1. Quelles ont été les différentes utilisations de la prison de Montluc depuis sa création? La prison de Montluc a eu différentes utilisation au cours de l histoire : - Prison militaire depuis sa création jusqu aux années Abandonnée des années 1920 à l année Redevenue une prison militaire pendant la bataille de France de 1939 à Prison française jusqu en 1942, elle devient ensuite prison allemande au moment où Lyon est à nouveau occupée par l armée allemande - Prison française où sont enfermés les collaborateurs après la libération de Lyon - Prison pendant la guerre d Algérie pour des nationalistes algériens - Prison de droit commun jusque dans les années 2000, d abord prison d hommes et de femmes, puis uniquement prison de femme à partir de Quelles sont les différentes fonctions de la prison de Montluc pendant la seconde guerre mondiale? Pendant la seconde guerre mondiale, la prison de Montluc a toujours été une prison mais les prisonniers qui y étaient amenés et les autorités en charge de la prison ont varié : - C est d abord une prison militaire attenant au tribunal militaire pendant la période jusqu à l armistice du 16 juin C est ensuite une prison française dans la zone libre - A partir de 1943, c est une prison allemande dans laquelle sont enfermés les résistants, les Juifs en attente de déportation et une partie des prisonniers des rafles. - A partir de 1944 et de la libération de Lyon, elle redevient une prison française où sont incarcérés les collaborateurs et les criminels de guerre. 3. Expliquez les conditions de vie des prisonniers dans la prison au moment où celle-ci est une prison allemande? Les conditions de vie des prisonniers sont extrêmement difficiles. Ils sont tenaillés par la faim, le froid ou la chaleur, la promiscuité et les poux. La ration de nourriture est faible pour subvenir aux besoins nutritionnels des personnes. Les conditions de détention sont inhumaines : jusqu à huit ou dix personnes dans une cellule de 4 m² sans chauffage et avec un faible accès à la lumière de jour. La peur est aussi une constante : peur de la torture, peur de la déportation, peur d être emmené pour être fusillé sans autre forme d explication. Le manque d hygiène est aussi flagrant. Cependant, la condition des Juifs, dans la baraque aux Juifs, est encore plus difficile car la promiscuité et le nombre de détenus est encore plus important en termes de densité que dans le reste de la prison. Les difficultés des conditions de détention (nourriture, possibilité de dormir, chaleur ou froid) sont décuplées dans cette structure en bois qui a pu abriter jusqu à 250 personnes en même temps, voire plus. Il est impossible pour les prisonniers de recevoir ou de faire parvenir des nouvelles à leurs familles, les parloirs étant interdits et rien ne sortant de la prison. 4. A quel autre lieu dans Lyon la prison est-elle particulièrement liée pendant la guerre? La prison de Montluc est particulièrement liée au siège de la section IV de la Sipo-SD, connue sous le nom de Gestapo, situé au 14 avenue Berthelot. En effet, de nombreux prisonniers, notamment parmi les résistants sont emmenés de la prison pour y être interrogés par les SS, et notamment par leur chef, le lieutenant Klaus Barbie, qui prend en charge la plus grande partie des interrogatoires des résistants et des Juifs, menés sous la torture. 5. Identifiez l ensemble des sources qui ont été disponibles pour étudier l histoire de la prison de Montluc? 1

2 Plusieurs types de source sont disponibles pour permettre aux historiens de retracer l histoire de la prison de Montluc : - des archives issues de différents fonds mais pas celle de la prison qui n ont pas été retrouvées les Allemands les ont probablement détruits en partant avec eux. - des témoignages issus de prisonniers qui sont passés par les geôles de Montluc et qui, une fois revenus des camps, ont raconté les conditions de vie dans la prison allemande - des photos prises par des journalistes au moment de la guerre ou différents photographes. Ces photos cependant ne concernent que l extérieur de la prison, notamment les bus servant à la déportation - des dessins de prisonniers, pour la période où la prison est française. 6. Au cours de l atelier, vous avez travaillé sur des documents d archives qui vous ont permis de connaître le parcours d un prisonnier de Montluc. Résumez en une quinzaine de lignes ce parcours. Pour Simone Lagrange, le 6 juin 1944 n est pas seulement la date du débarquement allié en Normandie. C est aussi celle de son entrée dans le premier cercle de l enfer. Certes, le cauchemar avait été tissé fil à fil de longue date. À la fin des années 30, les Kadoshe (Rachel, Simon, cinq enfants) vivent à Saint-Fons, près de Lyon. Ils sont israélites, comme on dit alors. Ils sont français, originaires de Mogador (Essaouira) au Maroc. Le père travaille dans la chimie à Vénissieux, il chante Minuit chrétien, à Noël, à l église, sans y voir de contradiction avec le fait de pratiquer sa religion. La suite, on la sait. La défaite française, l exode, la partition de la France, l annexion de la Zone libre, les lois raciales de Vichy, le mot "Juif" qu il faut faire tamponner sur ses papiers. Pour Simone, il y a l humiliation d un épouillage public à l école. Juifs = poux. Et déjà une demi-sœur aînée résistante qui est arrêtée et disparaît dans les caves de la Gestapo de Lyon de sinistre mémoire. Le 6 juin 1944, donc. Simone a 13 ans. "Le 5, j ai obtenu mon certificat d études avec mention. Le lendemain, j étais en tôle." Dénoncés comme résistants, les Kadoshe sont embarqués avec deux de leurs filles au siège de la Gestapo, place Bellecour, et présentés à une "petit bonhomme un peu ridicule" portant dans ses bras un chat qu il caresse nonchalamment. "Il n en imposait pas beaucoup et puis son chat était si mignon." Pendant une semaine, Simone est interrogée et frappée par Klaus Barbie c est lui. Où sont cachés ses frères et sœurs cadets? Elle n en sait rien. Fort Montluc à Lyon. Camp de Drancy, en région parisienne. D après Simone Kadoshe, «Là, les Kadosche recueillent la petite Jacqueline, qui sera l amie inséparable de Simone pendant toute sa déportation, et ramassent deux gamines perdues, Mina et Claudia Halaunbrenner, deux "enfants d Izieu", raflées le 6 avril.» Le wagon à bestiaux. Elle raconte ensuite dans le témoignage du procès Barbie «Les premiers cadavres qu on entasse pour faire de la place. Quatre jours de voyage et enfin l arrivée à Auschwitz-Birkenau, le complexe industriel de la mort, où Simone est éblouie par la beauté de la lumière et horrifiée par l odeur de chair brûlée, dont elle ne tardera pas à apprendre l origine». Après des mois dans l enfer du camp de concentration, elle est évacuée vers l Allemagne lors des marches de la mort. Au moment de croiser un autre convoi, elle croise son père et du haut de ses 13 ans se jettent dans ses bras. C est alors que le soldat SS gardant la colonne abat son père de deux balles dans la tête devant ses yeux. Elle est la seule rescapée de la partie de sa famille déportée. 7. Jean Moulin a traversé la prison de Montluc et le CHRD que vous visiterez cet après-midi. Retracez son parcours au sein de ces lieux jusqu à sa mort (Aidez-vous des vidéos en ligne à l adresse suivante : Sons/Jean-Moulin-l-homme-de-l-ombre) Jean Moulin, parachuté sous le pseudonyme Max, en janvier 1942, avait pour mission d unifier les mouvements de résistance de l ensemble du territoire français, notamment les mouvements de la zone sud pour permettre de renforcer les possibilités de renseignement à 2

3 destination de Londres et de De Gaulle. Après son parachutage, il organise sa mission depuis Lyon où ils disposent de plusieurs bureaux et planques. Arrêté lors d une réunion à Caluire le 21 juin Ils séjournent ensuite à la prison de Montluc d où il est régulièrement emmené pour interrogatoire avenue Berthelot. Il est alors longuement torturé par Klaus Barbie, le chef de la Gestapo, surnommé le «boucher de Lyon». Il n a révélé aucun nom malgré les multiples tortures subies. Il meurt dans le train qui le déporte vers un camp de concentration. Questionnaire CHRD Vous pourrez retrouver toutes les vidéos vues dans le musée à l adresse suivante : age/liste_temoignages/ Vous pourrez également compléter la visite par la lecture du catalogue de l exposition, Une ville dans la guerre, Lyon , disponible au CDI du lycée. Travail 1 : Parmi tous les témoins dont vous trouverez un ou plusieurs témoignages dans l exposition, choisissez-en un et racontez son parcours et sa vie pendant la guerre. Grande figure de la Résistance, Berty Albrecht est une des femmes les plus actives dans les mouvements féministes des années Dès les années 1930, avec la montée au pouvoir du nazisme en Allemagne et face à l arrivée de réfugiés allemand, elle met en place un centre d accueil pour eux. Elle y rencontre Henri Frenay, à l origine de la création du mouvement combat. Elle participe de manière active aux actions du mouvement, véritable actrice du mouvement, notamment dans son volet social et de protection des opprimés par les nazis comme par le régime de Vichy. Arrêtée en janvier 1942, elle est relâchée puis arrêtée une seconde fois en mai et internée à Vals-les-Bains. En réponse à cette arrestation arbitraire, elle entame une grève de la faim qui l'amène de l'hôpital d'aubenas à la prison Saint Joseph de Lyon, où elle est incarcérée en octobre. Simulant cette fois la folie, elle entre en novembre à l'hôpital du Vinatier de Bron, où un commando du mouvement Combat parvient à la libérer. Sourde aux appels à la prudence de ses amis, elle est de nouveau arrêtée par la Gestapo le 27 mai 1943 à Mâcon (Saône-et-Loire). Elle est alors transférée à la prison de Fresnes dans la région parisienne. Lucide quant à sa situation, elle décide de son donner la mort afin de protéger le réseau et ses compagnons. Inhumée dans la crypte du Mont Valérien, Berty Albrecht compte parmi les six femmes nommées Compagnons de la Libération. Travail 2 : Répondez à ces questions au fur et à mesure de la visite ou après. 1. Quelles sont les différentes utilisations du bâtiment dans lequel vous vous trouvez depuis sa création jusqu à nos jours? Précisez quelles sont ses fonctions pendant la guerre? La construction des bâtiments destinés à accueillir l École du Service de santé militaire a débuté en 1889 pour s achever en La première promotion d officiers du Service santé de l armée, appelés les «Santards», inaugure les lieux en Pendant la première Guerre Mondiale, malgré la mobilisation de la majorité des «Santards», les locaux restent ouverts et jusqu en octobre 1919, ils sont occupés par un hôpital spécialisé en psychiatrie et dans le traitement des mutilés de la face, avant de reprendre ses fonctions d école de santé militaire. Pendant la seconde Guerre Mondiale, à partir d avril 1943, les services du Sipo-SD, plus connus sous le nom de Gestapo occupent les lieux. Jusqu au 26 mai 1944, date du bombardement de la gare de Perrache qui endommage irrémédiablement le bâtiment, les membres de la Gestapo, en particulier le chef de la SS Klaus Barbie, arrêtent, torturent et organisent la déportation et/ou l exécution de centaines de personnes : raflés, Juifs, Résistants, otages. Après mai 1944, la Gestapo transfère ses services dans un immeuble attenant à la place Bellecour jusqu à la libération de la ville, le 3 septembre Les élèves de l école de 3

4 santé militaire reprennent le chemin du bâtiment au cours de l année Le bâtiment est peu à peu reconstruit jusqu en En 1981, l école de santé militaire est transférée à Bron et elle devient un centre culturel qui abrite le CHRD depuis 1992, mais aussi l école de Science Politique de Lyon et enfin, des centres de recherche de différentes universitaires comme le LAHRA et l institut des sources chrétiennes. 2. Comment Marc Bloch et Serge Barcellini différencient-ils histoire et mémoire? Marc Bloch, historien de l école des Annales, a voulu démontrer l importance de voir la mémoire comme un outil que l historien doit interroger comme n importe quelle autre source. Il sépara la mémoire et l histoire et identifie différentes phases allant de l amnésie à l hypermnésie et à la fragmentation de la mémoire. Ces deux phases sont aussi évoquées par Serge Barcellini qui, lui, pense que l histoire ne peut être faite que lorsque les tenants de la mémoire ont tous disparu et que les témoignages et sources peuvent être interrogés avec recul sans passion. 3. Quels sont les événements clés qui amènent à la seconde guerre mondiale? Les événements clés qui amènent à la seconde Guerre Mondiale prennent leurs racines dans la première Guerre Mondiale et sa résolution. Le traité de Versailles et l échec de la mise en place de la SDN par le refus des Etats-Unis de ratifier le traité laissent la place à des rancœurs et à une inefficacité internationale pour régler les conflits. La montée des totalitarismes (Régime soviétique en 1917, fascisme en 1922 et nazisme en 1933) renforcent les conflits potentiels, notamment par la volonté de créer une révolution internationale pour le premier et de créer un espace vital pour le second. Enfin, les invasions successives de l Allemagne : Sudètes et Anschluss en 1938 et Pologne en 1939 (conjointement avec l URSS) plonge l Europe dans une nouvelle guerre mondiale. Dans le Pacifique, ce sont les agressions japonaises en Chine et en Corée, puis sur le territoire des Etats-Unis qui précipitent le monde dans le conflit le plus meurtrier que la race humaine n ait jamais connu. 4. Comment se déroule la bataille de France? Le nom de bataille de France désigne l'invasion allemande des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg et de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. L'offensive débute le 10 mai 1940, mettant fin à la «drôle de guerre», et, après la percée allemande de Sedan et une succession de reculs des armées britannique, française et belge ponctuées par les batailles de la Dyle, de Gembloux, de Hannut, de la Lys et de Dunkerque, se termine le 22 juin par la défaite des forces armées françaises et la signature de l'armistice par le gouvernement Pétain. Le territoire des quatre pays est alors occupé militairement selon différentes modalités : en France, une zone occupée par l'allemagne au Nord et à l'ouest, une zone occupée par l'italie dans le Sud-Est et une zone libre sous l'autorité du gouvernement de Vichy. Dans la zone nord de la France occupée, une zone dite zone interdite se compose des départements du nord rattachés au gouvernement militaire de la Belgique occupée. La partie de langue allemande de la Belgique, à l'est du pays, est annexée à l'allemagne. 5. Qu est-ce que l arrivée du Maréchal Pétain change dans l organisation du régime politique dans le pays? Comment est perçu le maréchal Pétain vous évoquerez le point de vue des résistants et le point de vue des autres groupes de la population? Lorsque la guerre est déclarée en septembre 1939 le gouvernement comme l'état-major font le choix de l'attentisme. En mai 1940 Hitler déclenche la blitzkrieg et en quelques semaines c'est la déroute d'une armée dont les chefs n'ont, le plus souvent, rien compris aux nouvelles stratégies militaires à l'œuvre. Le 22 juin est ratifié l'armistice réclamé cinq jours plus tôt par le nouveau chef du gouvernement, le Maréchal Pétain. qui obtient, légalement, les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940 par un vote du Parlement. C'est la fin de la III e République, le nouveau régime mis en place est autoritaire et personnel articulé autour du nouveau chef de 4

5 l'etat français, Pétain, qui entame une politique de collaboration active avec l'allemagne nazie avec l'appui notamment de personnages tels Pierre Laval. Dès les lendemains de l entrée en vigueur de l armistice, le maréchal Pétain, Pierre Laval et leurs entourages mirent en œuvre trois choix qui marquaient autant de ruptures fondamentales. L historien Nicolas Beaupré explique que ces grandes orientations ne furent pas le fruit d une longue maturation ou d un processus de radicalisation même si elles durent par la suite prises dans une spirale de durcissement. Elles procédaient de décisions pleinement conscientes et déterminées par la conjoncture de l été A ce moment-là, après avoir opté pour l armistice, les élites politiques placées à la tête du pays firent le choix : - de remplacer la République par un nouveau régime, animé d une idéologie tenant la fois de l utopie réactionnaire, de la révolution conservatrice et de la dictature charismatique, avec des emprunts au fascisme. - de mettre en œuvre, par la violence, les politiques découlant de cette vision du monde et de la France et débouchant sur l exclusion hors de la communauté nationale de certaines catégories de citoyens. - délibéré d une stratégie politique, celle de la collaboration avec celui qu elles considéraient comme le nouveau maître de l Europe, le chancelier de l Allemagne et Führer du III ème Reich, Adolf Hitler. Le maréchal Pétain qui avait tous les pouvoirs depuis le 10 juillet 1940, y compris législatifs, s en sert dès le lendemain en outrepassant les prérogatives accordées par la loi du 10 juillet 1940 qui n avait pas officiellement abrogée la forme républicaine de gouvernement. Il prie les quatre premiers «actes constitutionnels» ils furent ensuite au nombre de douze qui instauraient un nouveau régime appelé l Etat français dans lequel tous les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire étaient entre les mains du chef de l Etat. En effet, les chambres qui étaient censées ratifier ce changement de régime étaient «ajournées» ce qui veut dire la fin de la représentation nationale. Les ministres n étaient responsables que devant Pétain. Enfin, ce dernier pouvait même les faire traduire en justice ainsi que tous les hauts fonctionnaires ou responsables politiques qu il considérait ayant manqué à leur charge. L acte IV proclamé le 12 juillet prévoyait une forme de «dictature héréditaire» puisqu il autorisait le maréchal à désigner son successeur. Il choisit alors Pierre Laval qui accéda le même jour au poste de Vice-président du conseil. Ce texte et les mesure qu il prend sont totalement contraires au régime républicain car : - il nie le principe de la représentation nationale en supprimant les assemblées qui sont issues du vote des citoyens - il supprime la séparation des pouvoirs qui sont un des piliers de l ordre républicain. - il va jusqu à mettre en place un système héréditaire. Cela met donc en place comme le dit l historien Nicolas Beaupré, «une dictature personnelle et charismatique» qui repose sur la seule personne du maréchal Pétain. L usage de la violence était tout autant un instrument destiné à faire appliquer les politiques de l Etat français et tout particulièrement les politiques d exclusion. Cette violence s exerça à l encontre de tous ceux qui étaient considérés comme les représentants de «l Anti-France» - terme inventé par Charles Maurras au XIX ème siècle. Il s agissait dès lors de poursuivre, de réprimer mais avant tout d exclure, tous ceux qui, selon les critères du régime, n avaient pas leur place en France, aux besoins en inventant une nouvelle législation, ou en prenant des mesures d exception notamment dans le cas des Juifs. Les principales cibles de l Etat français furent : - Les ennemis politiques - Les personnes considérées comme exogènes, c est-à-dire extérieures, à la nation, notamment les étrangers et les Juifs. 5

6 6. Montrez que le régime de Vichy est un régime qui exclut un grand nombre de personnes, même ceux qui avaient été naturalisés? Expliquez comment? Voir la réponse à la question précédente 7. Quelles sont les différentes actions menées par la résistance pendant la guerre? En 1940, les Français sont dans leur grande majorité totalement abasourdis par l'ampleur de la défaite initiale et l'idée de continuer le combat contre l'allemagne est extrêmement minoritaire. L'appel à la continuation des combats par de Gaulle le 18 juin 1940 n'obtient d'ailleurs qu'un écho très limité. Le général de Gaulle voit le nombre d hommes prêts à combattre pour la France libre être faible et surtout, tous les hommes ne sont pas présents à Londres. A la fin de l année 1941, les résistants de la France libre sont peu nombreux. Les résistants intérieurs sont aussi peu nombreux. Ces hommes entrés tôt en résistance, 8 % des effectifs engagés dans la résistance, sont généralement des réfractaires qui, dans un premier temps, ont refusé la défaite, la collaboration pour beaucoup le régime de Vichy mais, dans un deuxième temps, au cours de l année 1941, ils passent à la résistance active en se structurant en réseaux et en mouvements de résistance qui furent les principales formes structures de la résistance. La première résistance d avant 1941 était d abord une addition d actes individuels de refus de la défaite et de ses conséquences, de l armistice, de l occupation, motivés généralement par le patriotisme ou par un certain antigermanisme, parfois hérité de la première guerre mondiale. Les premiers réseaux se constituent donc à la fois sur le socle d un sentiment commun de rejet patriotique et se cristallisent autour de réseaux de sociabilité amis, collègues de travail ou un engagement politique préalable. Pourtant devant le durcissement et l'échec de Vichy, l'entrée en guerre de l'urss puis des États-Unis en 1941, l occupation de l intégrité du territoire français à partir de la fin de l année 1942 et les premières victoires alliées en , une partie des Français s'engage activement dans la Résistance. Dans la clandestinité des maquis ou à l'extérieur de la métropole dans les FFL, un ensemble de mouvements extrêmement disparates (politiquement et sociologiquement) tente de relever le pays au nom de valeurs communes : la défense de la patrie et, le plus souvent, de la République. 8. Quel est le rôle de Jean Moulin dans l unification de la résistance? Comment le sait-on? Dès 1941, de Gaulle tente de renforcer la coopération avec les différents groupes opérant en France. C est cependant le parachutage de Jean Moulin en janvier 1942 qui marque le réel début de l unification des groupes combattants et des mouvements. C est une tâche extrêmement complexe tant les divergences, voire les oppositions politiques et parfois les ambitions personnelles sont intenses. Il parvient à unifier les trois principaux mouvements de la zone sud : Combat, Libération-Sud et franc-tireur dans les Mouvements Unis de Résistance qui se dotent d une structure militaire commune, l Armée Secrète ( hommes), commandée depuis Londres. La mission de Moulin est élargie en février 1943 date à laquelle il est chargé de mettre sur pied une instance politique : le Conseil National de la Résistance. 9. Quels sont les lieux de la répression à Lyon? Qui en sont les principaux acteurs? Quelles sont les formes de répression vous en choisirez une que vous détaillerez. Plusieurs lieux de la répression apparaissent à Lyon, notamment le siège de la Gestapo qui a occupé trois lieux : l hôtel Terminus à Perrache, l école de santé militaire avenue Berthelot et la prison de Montluc. Les principaux acteurs de la répression sont les SS, la police politique allemande ou Gestapo mais aussi la milice française. Réquisitionnée par les Allemands en 1942, la prison de Montluc devint un lieu d internement où furent détenus plus de juifs, résistants et otages dont la plupart furent torturés par la Gestapo, fusillés ou déportés dans des camps de concentration ou d'extermination. La prison fonctionnait en liaison avec le siège de 6

7 la Gestapo, avenue Berthelot dans les locaux de l Ecole de Santé Militaire, où étaient effectués les interrogatoires (locaux actuels du Centre d Histoire de la Résistance et de la Déportation). A proximité de la prison, les Allemands installèrent à l été 1943 un tribunal militaire compétent pour la zone sud. Les condamnations capitales prononcées étaient vraisemblablement exécutées sur le stand de tir de la Doua (aujourd hui nécropole nationale). D autres condamnés étaient fusillés à l intérieur même de la prison, sur le chemin de ronde à un emplacement désormais appelé "Mur des fusillés". Après le débarquement de juin 1944, la répression allemande s'est intensifiée et de nombreux massacres furent perpétrés à Lyon et dans les communes avoisinantes, en représailles à l avance alliée et aux actions de la Résistance. Entre avril et août 1944, plus de six cents prisonniers furent ainsi exécutés à Saint-Didier de Formans, Toussieu, Bron. Le massacre de Saint-Genis-Laval, le 20 août 1944, où 120 détenus périrent dans des conditions abominables, donna lieu à une protestation vigoureuse du Cardinal Gerlier auprès des autorités allemandes. Dans le même temps, Yves Farges, commissaire de la République, encore dans la clandestinité, menaça d exécuter autant de prisonniers allemands si les massacres continuaient. Le 24 août, les prisonniers furent libérés par la Résistance et du fait du départ de leurs geôliers, une semaine avant la libération de Lyon, le 3 septembre (source : ONAC du Rhône). 10. Décrivez les différentes étapes de la déportation et le fonctionnement des camps de concentration et des centres de mise à mort (utilisez la carte au mur pour vous repérer) L historien allemand Saül Friedlander dans ces deux ouvrages, les années de persécutions ( ) et les années d extermination ( ) montrent que les génocides 1, dans son cas le génocide juif, sont issus d une volonté des nazis d exterminés des races qu ils considèrent comme inférieures en utilisant tous les moyens industriels mis à leur disposition, non plus pour produire, mais pour exterminer et détruire à grande échelle une partie de la race humaine. Cette politique nazie porte deux noms : la Solution finale telle que la définissent les nazis le 20 janvier 1942 lors du protocole de Wannsee même si l extermination à commencer depuis bien longtemps déjà ou la Shoah mot hébreu signifiant catastrophe aujourd hui discuté, comme l a été naguère celui d holocauste, car il ne désignerait que l extermination des Juifs et effacerait ainsi les autres peuples comme les Tsiganes. Voir aussi diaporama sur le site du lycée : Etudiez un déporté (juif, résistant, tsigane) et expliquez son parcours. Jean Nallit est né le 14 septembre Son père est grand invalide de la Première Guerre mondiale. Tourneur-ajusteur, il distribue dès 1941 des tracts et des journaux clandestins. Appelé aux Chantiers de jeunesse début 1943, il entre dans la clandestinité et s'engage dans le réseau Charette. Il y est chargé de la fabrication et de la distribution de faux papiers. Fin mars 1944, il est arrêté avec Georges Tassani. Interrogé et torturé, il est incarcéré à la prison Montluc. Il est déporté le 15 mai 1944 à Buchenwald, affecté dans une usine d'aviation. Après avoir subi les «marches de la mort», il est libéré le 8 mai 1945 par les Américains. En 1947, il reçoit la Médaille de la résistance, en 1983 la légion d'honneur. Le 16 avril 1992, Yad Vashem lui décerne le statut de «Justes parmi les Nations 1 Un génocide est un terme qui s applique à tout acte commis dans l intention de détruire, tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme le meurtre, l atteinte à l intégrité physique ou mentale, la soumission à des conditions d existence devant aboutir à la destruction physique totale ou partielle, les mesures visant à entraver les naissances, le transfert forcé d enfants d un groupe à un autre. 7

8 12. Quels sont les types de sources et de documents qui permettent de réaliser une exposition comme celle du CHRD? Le CHRD comprend un grand nombre de sources et de documents. Les sources utilisées sont essentiellement des archives issues des archives françaises, allemandes, soviétiques mais aussi des témoignages d acteurs de la période comme les résistants, les déportés, les enfants cachés mais aussi les hommes et les femmes de la population en général. Les documents sont d abord les témoignages : témoignages de déportés, d enfants cachés, de résistants, dessins de déportés revenus des camps mais aussi des objets du quotidien, les objets utilisés par la résistance pour fabriquer les faux papiers, extraits de journaux, armes, tenue de déporté, drapeau nazi flottant sur l hôtel de ville, affiches de propagande 13. Quels sont les différents types de témoignages rencontrés. Voir la question précédente. 14. Quelle est la place donnée au témoignage dans le musée? La place du témoignage est centrale dans le musée car les témoignages scandent l exposition. Ils servent à illustrer, à compléter les différentes étapes de la visite en introduisant l expérience des hommes et des femmes de l époque. Travail 3 : A partir du témoignage que vous avez entendu, racontez le parcours du témoin et montrez comment son témoignage peut servir pour un historien à comprendre la résistance et/ou la déportation. Madame Metz, de son nom de jeune fille Fortunée Cohen était une enfant juive cachée. Elle a été placée dans douze maisons d enfants pendant la guerre et retrace les difficultés de ce parcours : peur d être arrêtée, nécessité du secret, nécessité de beaucoup marcher pour aller à l école, brimades mais aussi esprit de solidarité des hommes et des femmes des maisons d enfants et des villages à qui elle a fait obtenir le titre de «Justes». Ce témoignage est une source pour les historiens. Il permet d aborder la vie quotidienne d une enfant cachée, dont la famille n a pas été déportée. Cela permet de montrer les formes de résistance, les réseaux pour cacher ses enfants et la solidarité qui existait. Cela montre aussi les formes de «résistance» de certaines familles juives. Travail 4 : Selon Pierre Nora, «un lieu de mémoire dans tous les sens du mot va de l'objet le plus matériel et concret, éventuellement géographiquement situé, à l'objet le plus abstrait et intellectuellement construit.» Il peut donc s'agir d'un monument, d'un personnage important, d'un musée, des archives, tout autant que d'un symbole, d'une devise, d'un événement ou d'une institution. «Un objet», explique Pierre Nora, «devient lieu de mémoire quand il échappe à l'oubli, par exemple avec l'apposition de plaques commémoratives, et quand une collectivité le réinvestit de son affect et de ses émotions.» Au contraire de la généalogie, qui investit essentiellement l'histoire et la filiation de familles, en se limitant à l'histoire personnelle ou à celle des personnes entre lesquelles existe un lien, les lieux de mémoire se réfèrent à l'histoire collective. Par leur biais, on peut aborder les institutions, les collectivités et leurs organisations, les grands corps de l'état, les communautés religieuses. Prouvez que la prison de Montluc et le CHRD sont des lieux de mémoire. Le CHRD et Montluc sont tous lieux des lieux de mémoire car ces lieux sont des témoins de ce qui s est passé dans leurs murs. Ils sont d abord les lieux des événements historiques. Ensuite, les historiens et les conservateurs de musée ont créé dans ces lieux des expositions et des parcours visant à retracer l histoire des lieux, les parcours des hommes et des femmes qui les ont parcourus, aussi divers soient-ils. Ils sont des lieux de connaissance de l histoire collective qui retracent, à travers le travail des historiens, les étapes de la seconde Guerre Mondiale et la Déportation, ainsi que les modes de la répression nazie dans une ville que De Gaulle a appelé la «capitale de la Résistance». 8

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant INFORMATIONS Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant Le musée est situé route de Laval, à 2 km environ du centre de Châteaubriant (44), à la Sablière, carrière des fusillés. Horaires

Plus en détail

De la discrimination à l extermination

De la discrimination à l extermination De la discrimination à l extermination La crise des années trente a réveillé en France l antisémitisme qui sommeillait depuis l affaire Dreyfus. Les groupes d extrême-droite mènent des campagnes dont la

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Ce témoignage de Francine Christophe, expérience douloureuse d une partie de sa vie, «croise»

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale.

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Approfondissement en accompagnement personnalisé T L / ES. Il s agit de deux journaux de la Résistance et d un

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes.

CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. INTRODUCTION ET RAPPELS Comme la Première Guerre mondiale, la seconde est une Guerre Totale qui implique

Plus en détail

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises 1 Dossier VI Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises A/ Les guerres au XX ème siècle 1 La Première Guerre mondiale (la «Grande Guerre») a) Quelles sont

Plus en détail

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Après le drame de l agression contre leur République par une partie de l armée soutenus par les dictateurs européens, après l épreuve de l exode et

Plus en détail

III) La Seconde Guerre mondiale (5)

III) La Seconde Guerre mondiale (5) III) La Seconde Guerre mondiale (5) 1) La Seconde Guerre Mondiale : une radicalisation de la guerre totale? (3) 1.1) les grandes phases de la guerre a) les victoires de l'axe (1939-1942) b) le reflux de

Plus en détail

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 23 septembre 2014 Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale Table des matières 1 L élaboration d une mémoire résistancialiste

Plus en détail

Glossaire 3 : 3 Ressources :

Glossaire 3 : 3 Ressources : Le vocabulaire concernant l extermination des Juifs d Europe par les nazis Le régime nazi a, de 1941 à 1945, mis en œuvre sa décision planifiée de destruction des populations juives d Europe. L objectif

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Introduction. Joëlle DUSSEAU. Inspectrice générale d histoire et géographie

Introduction. Joëlle DUSSEAU. Inspectrice générale d histoire et géographie 1. Le Mont-Valérien Haut-lieu de la mémoire nationale Livret pédagogique livretpedagogiquemontv.indd 1 18/04/12 18:51 livretpedagogiquemontv.indd 2 18/04/12 18:51 Introduction Ce livret pédagogique permet

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Sommaire Histoire Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Séance 1 La Seconde Guerre mondiale, un affrontement aux dimensions planétaires Séance 2 Séance 3 La bataille

Plus en détail

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs L idéologie nazie Basée sur l idée d une race aryenne supérieure, l idéologie nazie s imposera à tous les niveaux dans l état allemand. Le parti nazi se base sur toute une série de principes. L ensemble

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance. A l attention des enseignants

Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance. A l attention des enseignants Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance A l attention des enseignants En Préambule Afin que les élèves puissent pleinement profiter de leur visite Nous attirons votre attention sur le fait

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 41 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1992-1993 Annexe au prunes verbal Je la séance du 10 novembre 1992. PROPOSITION DE LOI relative à la reconnaissance des crimes contre I'humanité commis par le régime

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

A Eperlecques, le Blockhaus de 100 000 m3 était destiné à devenir une base de lancement de fusées V2.

A Eperlecques, le Blockhaus de 100 000 m3 était destiné à devenir une base de lancement de fusées V2. Les élèves de troisième ont découvert les principaux faits de la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) qui se sont déroulés dans notre région, le Nord-Pas-de-Calais. Cette visite sert d introduction à l

Plus en détail

Chronologie comparée de la Shoah

Chronologie comparée de la Shoah Chronologie comparée de la Shoah Cadre général Le sort des Juifs en Europe En France 1933 1933 1933 30 janvier : Adolf Hitler chancelier 1 avril : journée de boycott des magasins juifs 7 avril : révocation

Plus en détail

La répression durant la Seconde Guerre mondiale

La répression durant la Seconde Guerre mondiale La répression durant la Seconde Guerre mondiale dossier pedagogique archives nationales Département de l action culturelle et éducative Service éducatif Couverture : Détail d'une affiche signée Simo -

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

Un violon dans la nuit

Un violon dans la nuit Un violon dans la nuit Présentation de l ouvrage Titre : Un violon dans la nuit Auteur : Didier Daeninckx Illustrateur : Pef Editeur : Rue du monde Genre : Album historique Résumé : Un matin, Alexandra

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

Le Journal d Anne Frank. De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs.

Le Journal d Anne Frank. De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs. Le Journal d Anne Frank De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs. En juin 1942, Anne Frank fête ses 13 ans à Amsterdam. Son père lui

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah D ix questions à Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah La Caserne Dossin en bref... La Caserne Dossin est située à Malines en Belgique. C est à cet endroit que l on regroupa les Juifs de ce pays avant

Plus en détail

LA FRANCE ET LES FRANÇAIS PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE

LA FRANCE ET LES FRANÇAIS PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE LA FRANCE ET LES FRANÇAIS PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE Livret pédagogique http://crdp.ac-besancon.fr/france-en-guerre http://www.hachette-education.com ISBN 2-84093-151.6 ISSN 1764-495 «HISTOIRE

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 )

L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 ) 1 L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 ) Une étude des camps d'internement français ayant existé durant l'occupation ne peut, à mon sens, être faite sans que

Plus en détail

Q : Quels sont les changements politiques engagés par le régime de Vichy?

Q : Quels sont les changements politiques engagés par le régime de Vichy? III. La France dans la guerre : de Pétain à De Gaulle. Q : Comment la France et les Français ont-ils vécu cette période? A. La France de Vichy. Q : Quels sont les changements politiques engagés par le

Plus en détail

LE 11 NOVEMBRE. Un Jour-Mémoire. Collection «Mémoire et Citoyenneté» MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. Secrétariat général pour l administration

LE 11 NOVEMBRE. Un Jour-Mémoire. Collection «Mémoire et Citoyenneté» MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. Secrétariat général pour l administration n 8 Collection «Mémoire et Citoyenneté» LE 11 NOVEMBRE Un Jour-Mémoire MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Secrétariat général pour l administration DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES Le 11 Novembre

Plus en détail

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes.

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 2 La guerre au XXe siècle Question 1 Guerres mondiales et espoirs de paix Cours 2 La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et

Plus en détail

Histoire - Géographie

Histoire - Géographie BRUZ Histoire - Géographie Collège Pierre Brossolette Caen UNE JOURNÉE DANS L'HISTOIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE Rennes CimetiEre allemand de LA CAMBE CimetiEre americain de Colleville O m a h a B

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2

CORRECTION BREVET BLANC 2 CORRECTION BREVET BLANC 2 PARTIE 1: Histoire Question 1: Expliquer les repères qui correspondent aux dates suivantes: 622 / 1598. 622: l'hégire, Mahomet et ses compagnons quittent La Mecque pour Médine,

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France HISTOIRE Chapitre 1 Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Je révise et je me perfectionne Structure de la leçon I. Une mémoire sélective (1945

Plus en détail

Éléments des crimes *,**

Éléments des crimes *,** des crimes *,** * Note explicative: La structure des éléments des crimes de génocide, des crimes contre l humanité et des crimes de guerre suit celle des dispositions correspondantes des articles 6, 7

Plus en détail

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 Le Comité creusois du concours de la Résistance et de la Déportation se propose, cette année encore, de vous aider à préparer le concours dont le thème

Plus en détail

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 «La grande idée, la notion fondamentale de l Etat laïque, c est-àdire la délimitation profonde entre le temporel et le spirituel, est entrée dans nos mœurs de manière

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

Notions et principes à maîtriser

Notions et principes à maîtriser Capacités Connaître et utiliser les repères suivants : - La Seconde Guerre mondiale : 1939-1945 - La libération des camps d extermination : 1945 - Fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe : 8 mai 1945

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

Tableau méthodique des mots matières contenus dans l'index alphabétique

Tableau méthodique des mots matières contenus dans l'index alphabétique Tableau méthodique des mots matières contenus dans l'index alphabétique Administration générale - Administration communale - Administration départementale - Administration préfectorale - Bâtiment administratif

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

LE QUOTIDIEN DANS L ABRI

LE QUOTIDIEN DANS L ABRI LE QUOTIDIEN DANS L ABRI 7AUDIOGUIDE Avant l état de siège, plusieurs centaines de personnes descendent dans l abri le temps d une alerte aérienne. Pas de banc, l éclairage y est installé tardivement :

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

L épiscopat français, le régime de Vichy et la persécution des juifs. Table-ronde de l IRER, Maison de la Recherche, 17 janvier 2013

L épiscopat français, le régime de Vichy et la persécution des juifs. Table-ronde de l IRER, Maison de la Recherche, 17 janvier 2013 L épiscopat français, le régime de Vichy et la persécution des juifs Table-ronde de l IRER, Maison de la Recherche, 17 janvier 2013 Jean Pierre Guérend 1 En 1939, le cardinal Suhard, encore archevêque

Plus en détail

Rouge Braise. Rolande Causse. La première édition de ce roman écrit par Rolande Causse est parue en 1985.

Rouge Braise. Rolande Causse. La première édition de ce roman écrit par Rolande Causse est parue en 1985. Rouge Braise Rolande Causse La première édition de ce roman écrit par Rolande Causse est parue en 1985. Source des documents : Rouge Braise (édition folio junior), Dictionnaire Le Robert Junior, Encyclopédie

Plus en détail

Rencontres, cinéma et histoire

Rencontres, cinéma et histoire Association Ciné 2000 Les Amis de la Résistance. L A.n.a.c.r CCAS et CMCAS de Corse 4ème cycle du Film «Résistance» : Rencontres, cinéma et histoire Mardi 17 Mai 2005 14h30 : Ouverture de la manifestation

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 (Rappel : la maîtrise de la langue (orthographe et expression écrite) est notée sur 4 points) Pour la première partie, le candidat

Plus en détail

I. L enracinement de la culture républicaine dans les décennies 1880-1890 :

I. L enracinement de la culture républicaine dans les décennies 1880-1890 : Introduction : Depuis la Révolution française, nombreux sont les hommes politiques français à la recherche d'un système politique stable, pérenne, capable d'être accepté par la plus grande majorité des

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

HISTOIRE - GÉOGRAPHIE ÉDUCATION CIVIQUE

HISTOIRE - GÉOGRAPHIE ÉDUCATION CIVIQUE ministère de l éducation nationale HISTOIRE - GÉOGRAPHIE ÉDUCATION CIVIQUE 3e Livret de corrigés Coordination pédagogique Rémi Boyer (RF CIF) Validation pédagogique Stéphane Vautier (IA-IPR Histoire Géographie)

Plus en détail

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945.

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. 1 Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. TITRE PREMIER : LES RELATIONS EST-OUEST. * Notion d'impérialisme*. I. Le climat général des relations entre les " Alliés ". (s'interroger ). Parcourir

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

Les régimes totalitaires dans l entre-deux-guerres : genèse, points communs et spécificités.

Les régimes totalitaires dans l entre-deux-guerres : genèse, points communs et spécificités. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 3 Le siècle des totalitarismes Question 1 Genèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste et nazi) Cours 1 et 2 Les régimes totalitaires dans

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

CLASSE DE PREMIERE GÉNÉRALE Commentaires des programmes Option Internationale franco-marocaine du Baccalauréat

CLASSE DE PREMIERE GÉNÉRALE Commentaires des programmes Option Internationale franco-marocaine du Baccalauréat INSPECTION GENERALE DE L'EDUCATION NATIONALE Groupe Histoire Géographie SERVICE DE COOPERATION ET D ACTION CULTURELLE Service de l Enseignement Français PROGRAMMES D HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE CLASSE DE

Plus en détail

Fiche pédagogique Mon amie Anne Frank

Fiche pédagogique Mon amie Anne Frank Ce livre vaut, certes, comme complément au Journal d Anne Frank, et on pourra le lire comme tel. Mais il est surtout un témoignage poignant sur la vie quotidienne d une enfant juive plongée dans l horreur

Plus en détail

Changer de nom ou de prénom

Changer de nom ou de prénom Changer de nom ou de prénom Introduction Sous certaines conditions, une personne peut changer de nom ou de prénom. La procédure diffère légèrement selon qu il s agit d un changement de nom ou de prénom.

Plus en détail

Une guerre juste est-elle possible?

Une guerre juste est-elle possible? Pseudonyme : Colombine Nombre de mots : 1942 mots Une guerre juste est-elle possible? 8000 traités de paix ont été dénombrés jusqu à aujourd hui 1. C est dire qu au moins 8000 guerres ont façonné l histoire.

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

de la Seconde Guerre mondiale

de la Seconde Guerre mondiale 79 REVUE DU SERVICE ÉDUCATIF DES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA SOMME Alain Trogneux Cécile Deguehegny Traces et mémoires de la Seconde Guerre mondiale 79 REVUE DU SERVICE ÉDUCATIF DES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES

Plus en détail

REVUE. Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire. Le principe de la distinction

REVUE. Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire. Le principe de la distinction Volume 87 Sélection française 2005 REVUE INTERNATIONALE de la Croix-Rouge Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire La liste ci-après est fondée sur les conclusions exposées

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

CORRIGE DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU 3 ème LE MONDE DE 1918 A 1989

CORRIGE DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU 3 ème LE MONDE DE 1918 A 1989 CORRIGE DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU 3 ème LE MONDE DE 1918 A 1989 LA FAILLITE DE LA PAIX 1918-1939 PAGES 4-5 Quel nom porte ce traité? Le Traité de Versailles Comment l Allemagne le considère-t-elle? Comme

Plus en détail

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr.

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr. La «Shoah» qu est-ce que c est? Un génocide. Presque six millions de morts. Difficile de réaliser. Personne peut-être ne parvient à le faire Contre toute attente, la Shoah s est aussi passée à Vire. Vingt

Plus en détail