NOUVELLES TECHNOLOGIES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOUVELLES TECHNOLOGIES"

Transcription

1 NOUVELLES TECHNOLOGIES INTERET DANS LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES OU A RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE Dr V. CRESSOT Pôle de Gérontologie clinique CHU de Bordeaux 1

2 INTRODUCTION Augmentation de la population vieillissante en situation de handicap Augmentation non proportionnelle de l offre en aides humaines Vieillissement : altération progressive des capacités de compensation 2

3 Intérêt des nouvelles technologies : permettre l accompagnement en milieu de vie ordinaire Gérontechnologie : champ d utilisation des nouvelles technologies pour préserver l autonomie et la santé des plus âgés A.S. Rigaud, V. Faucouneau : Gérontechnologies : les technologies nouvelles au service des personnes âgées. Neurol psychiatr gériatr (2010) 3

4 DONNEES 2010 pays Espérance de vie Espérance de vie Espérance de vie SI Espérance de vie SI 4 hommes femmes hommes femmes Danemark 77,2 81,4 62,3 61,9 Finlande 76,2 83,5 58,5 57,8 France 78,2 85,3 61,9 63,5 Allemagne 78,0 83,0 57,9 58,6 Suède 79,6 83,6 71,7 71,0 Malte 79,1 83,6 70,2 71,6 Pays-bas 78,9 83,0 61,1 60,2 Espagne 79,0 85,3 64,3 63,7

5 SFTAG Créée en Mai 2007 à partir d un groupe de travail au sein de la SFGG S appui sur l expertise de centres d évaluation dont la mission est de recenser et évaluer, en totale neutralité, les gérontechnologies innovantes pour l autonomie 5

6 DEFINITION SFTAG Technologies susceptibles d être utilisées par et pour des personnes de plus de 60 ans pour soutenir leurs actions quotidiennes et améliorer leur qualité de vie affective et intellectuelle : communiquer, se divertir, alerter, être mobile, se localiser, faire de l exercice, sécuriser son environnement, voir, entendre, suivre sa santé, travailler sa mémoire, gérer les services à domicile 6

7 Domaine académique et professionnel interdisciplinaire Créer des environnements technologiques au service de la santé, du logement, de la mobilité de la communication, du travail et des loisirs des personnes âgées 7

8 ENJEUX Les techniques au service de la qualité de vie Rajouter des années de qualité à la vie Maintien des PA dans leur environnement (coût?) Connaître les limites et l incidence des nouvelles technologies sur la vie des PA 8

9 APPORTS Compensation et stimulation sociale (tel. portable, messagerie ) Compensation spatiale (TV, tel., informatique, téléservices) Compensation sensorimotrice et cognitive (tel. intelligents, enregistrement vocal aidemémoire ) Aide à la prise en charge thérapeutique (rééducation, WII ) Aide aux aidants familiaux et professionnels 9

10 MAIS Pas en remplacement des aidants familiaux ou professionnels Contraste avec l image humaine et sociale des services à la personne Difficultés de repérage de l utile et du bénéfique dans un panorama d offres très large 10

11 BESOINS Dépendent des modalités du vieillissement Evaluation nécessaire pour adapter l offre aux besoins et non l inverse Difficultés d évaluation du fait de l hétérogénéité de la population concernée Evaluation individualisée et personnalisée (notamment évaluation des patients les plus fragiles) 11

12 VIEILLISSEMENT Facteurs biologiques et environnementaux 4 profils de vieillissement : 1. Normal 2. Pathologique 3. Optimal 4. Réussi Fontaine et Pennequin 1997 ; Charlot et Guffens

13 NORMAL Sénescence classique Altération de certaines fonctions Préservation d autres 13

14 PATHOLOGIQUE Associé à des accidents ou des maladies Accentuation ou aggravation des conséquences du vieillissement normal 14

15 OPTIMAL La personne âgée a des performances au moins identiques à celles des plus jeunes 15

16 REUSSI La personne âgée a pu s adapter psychologiquement aux changements Acceptation de la situation 16

17 DONC Pas de dégradation systématique des fonctions Pas forcément négatif Plusieurs types de vieillissement possible pour 1 patient Mais accumulation de pathologies invalidantes fréquente (Dufor-Kippelen 2001 ; Cambois et Robine 2003) Adapter les solutions aux modalités du vieillissement 17

18 VIEILLISSEMENT Risque majoré de marginalisation et diminution du tissu social (théorie du désengagement) Cumming et Henri 1961, Rosow 1974 Processus marqué par l alternance ruptures/reprises : fragilisation Quelles capacités d appropriation des outils? 18

19 POUR QUI? 13,7 millions de plus de 60 ans en France 6,5 millions en bonne santé apparente 6 millions malades chroniques sans dépendance 1,2 millions de dépendants (moitié à domicile, moitié en institution) 33% des hospitalisations complètes concernent des séniors 19

20 SUJET EN BONNE SANTE Taux d équipement technologique plus faible que dans les autres classes d âge (SFTAG) Nécessité de définir l usage (pas de technologie pour elle-même) 20

21 MALADES CHRONIQUES (FRAGILES) NON DEPENDANTS Abonnement à une plateforme de services Télémédecine Prévention de l aggravation de la perte d autonomie Entretien des capacités (motrices ) 21

22 PERSONNES DEPENDANTES Besoins supplémentaires en compensation des restrictions de participation et en aide aux aidants Plateformes de services (communication avec les soignants) Outils d aide à la prise en charge par un tiers Problème du financement (APA?) 22

23 Nouvelles technologies : 1. Entrent dans une dynamique de prévention primaire ou secondaire 2. Suscitent un processus de réaménagement de vie et d enrichissement de l environnement 3. Permettent de rester acteur de son vieillissement Réelles perspectives mais attention risques et limites 23

24 Adapter l outil technologique à la personne âgée Une technologie peu intrusive et fondue dans l environnement est mieux acceptée Une technologie simple, intuitive sera utilisée (éviter la téléalarme dans l armoire normande.) 24

25 CLASSIFICATION Compensation d un désavantage acquis Technologies curatives ou facilitatrices de soins Technologies palliatives Clément 2005, Brangier

26 CLASSIFICATION Celles qui compensent ou pallient Celles qui stimulent ou accentuent Les visibles Les invisibles Bobillier

27 RISQUES Trop visibles : stigmatisation (personne âgée techniquement assistée) Accentuation de la dépendance (dépendance à l outil) Fausser la représentation de la PA aux yeux de ses proches (focalisation sur la dépendance technologiquement compensée et oubli des conduites autonomes possibles) Réponse technologique avant la réponse humaine 27

28 RISQUES Risque de prise de conscience de difficultés sensorimotrices ou cognitives méconnues lors de l interaction avec l outil technologique (évaluation préalable +++) Perte de confiance en soi, anxiété, déshumanisation Technologie comme substitut à l aide humaine (risque pour l emploi? Mais à nous de montrer l intérêt de l humain) 28

29 ADOPTABILITE Facteurs psycho-sociaux : entourage Rialle et al. What do family caregiver of Alzheimer s disease patients desire in smart home technologies?, Methods Inf. Med Facteurs utilitaires : comme pour tout le monde Facteurs personnels : projet de vie Expérience : facilite la compréhension 29

30 CHAMPS D INTERVENTION Prévention des chutes : posturographie à domicile, détection activité et mouvement, WII Stimulation cognitive : programmes informatiques Déambulation Visiophonie Domotique 30

31 TOUT EXISTE ou presque Téléphone aide-mémoire ou ralentisseur de débit, téléphones portables adaptés Boîte à pharmacie informatisée Sol détecteur de chutes ou de mouvement Lit ou fauteuil intelligent, monte-escalier Accéléromètre (prévention des chutes) Robots d assistance 31

32 Surveillance médicale et communication via la TV (télémédecine) Capteurs de soif Programmes de stimulation cognitive M. De Sant anna, J. De Rotrou. L informatisation : une nouvelle perspective de développement pour la stimulation cognitive ou l entraînement cognitif. Neurol.Psych.Gériatr Aides à l écriture Aides sensorielles (aides auditives, lunettes d analyse visuelle) 32

33 Habitat intelligent (téléalarme, détection chutes..) Dispositifs de stimulation multi-sensorielle Ecran tactile, souris anti-tremblement, clavier virtuel Géo-localisation (canne intelligente, téléphonie..) Téléassistance Protections intelligente!!!!!! 33

34 34

35 EXEMPLES DE PROJETS NACODEAL 2011/2014 : projet Européen visant à développer des solutions permettant d améliorer la QOL des personnes âgées souffrant de troubles de la mémoire grâce aux TIC. Utilisation de la réalité augmentée, via un outil portatif doté d interfaces intuitives. Instructions projetées au quotidien. 35

36 LIHT VISION : améliorer la QOL des personnes atteintes de DMLA (1,5 millions de patients en France) Lunettes à réalité augmentée équipées d une caméra Filme l environnement en face du malade, transmission à un système optique qui projette l image sur la rétine Technologie de suivi de la pupille 36

37 Luminance amplifiée et image agrandie Primé (ministère enseignement sup et recherche) En attente d ici 1 à 2 ans 37

38 TELEMEDECINE Présente officiellement en France depuis 2010 Concerne : téléconsultation, télé-expertise, téléassistance, télésurveillance, réponse médicale Définition officielle, cadre règlementaire Ex : application à la prise en charge des plaies chroniques en lien avec les EHPAD au CHU de Bordeaux 38

39 CANNE INTELLIGENTE (FUJITSU) GPS Connexion bluetooth et wifi Ecran sur le pommeau Capteurs biométriques (temp., FC.) Géolocalisation 39

40 PLATEFORME DE TELEVIGILANCE MULTIMODALE EMUTEM (Environnement Multimodal pour la télévigilance Médicale à Domicile) Télécom sud paris, ESIGETEL, unité 558 inserm toulouse Détection de situations de détresse à distance en croisant 3 modalités Plusieurs micros pour analyse de l environnement sonore dans l habitat Capteurs infrarouges pour localiser la personne Capteur embarqué à la ceinture (détection mvt, chute, mesure FC, bouton d appel) 40

41 Sensibilité 90% Spécificité 100% Améliorer la sécurité des personnes âgées dépendantes 41

42 Réflexion indispensable ETHIQUE Nécessité d encadrement des pratiques Certaines technologies permettent une moindre atteinte aux droits (plus d enfermement des «fugueurs, plus de barrières aux chuteurs..) 42

43 Législation à adapter CNIL Pas d argument économique prépondérant 43

44 CONCLUSION Nombreux progrès à faire Projets à favoriser et promouvoir Evaluation des besoins et des bénéfices pour des projets réalistes Pas de solution à tous les problèmes (sur le plan psychologique ou médical) Nécessité d une réflexion éthique Education du patient et de son entourage (Qui? Quand? Combien?) 44

45 CONCLUSION Respect du droit des personnes Liberté de chacun de les utiliser ou non 45

46 CONSEIL DE L EUROPE «Toutes les personnes dépendantes ou susceptibles de le devenir, quels que soient leur âge, leur race, leurs convictions, et la nature, l origine, et le niveau de sévérité de leur état, doivent avoir droit à l assistance et à l aide requise pour pouvoir mener une vie conforme à leurs capacités réelles et potentielles, au niveau le plus élevé possible. Par conséquent, elles doivent avoir accès à des services de bonne qualité et aux technologies les plus adaptées» 46

47 MERCI DE VOTRE ATTENTION 47

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie Capteurs pour la santé et l autonomie Nouvelles approches technologiques pour le suivi sur les lieux de vie Santé : nécessité de nouvelles approches Le nouveau contexte créé par les technologies de l information

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile Christelle ROULET Chargée de mission Conseil général Pôle PA-PH Évelyne SANCIER Directrice de SIRMAD téléassistance Définition

Plus en détail

L ASSOCIATION MEDeTIC

L ASSOCIATION MEDeTIC L ASSOCIATION MEDeTIC MEDECINE ET DEVELOPPEMENT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION L Association MEDeTIC établit des pratiques de soins et des programmes de santé destinés à la population

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

en EHPAD : aujourd hui et demain :

en EHPAD : aujourd hui et demain : Place des Gérontechnologies en EHPAD : aujourd hui et demain : Dr A. Piau 1, S. Bismuth 2, P. Rumeau 1, Pr F. Nourhashémi 1 1- Gérontopôle, CHUT 2- Département de médecine générale, CHUT Définitions Gerontechnology

Plus en détail

Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel. Nov 14

Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel. Nov 14 Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel Nov 14 BAZILE AU SERVICE DES SENIORS Bazile a développé un positionnement unique d opérateur téléphonique

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Habitat & Vieillissement

Habitat & Vieillissement Habitat & Vieillissement Comprendre & Communiquer Une expérience à partager Grenoble 6 Février 2014 Joëlle BRAIVE Orange Healthcare Santé & Autonomie Orange, acteur historique du lien entre les personnes

Plus en détail

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» :

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : 1 Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : Recherche et Développement dans le domaine de l utilisation des Nouvelles

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices»

LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices» LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices» Dr Christophe Boutineau Secrétaire Général AFRATA Président Filassistance Services (Groupe CNP Assurances / CDC) «Profession:

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014 L habitat intelligent : pourquoi? Quel contexte? Deux processus congruents : le vieillissement démographique la prolifération des dispositifs intelligents dans notre

Plus en détail

Le SQUARE DES AGES, un nouveau concept d habitat sénior

Le SQUARE DES AGES, un nouveau concept d habitat sénior Un habitat adapté, évolutif et intégrant les technologies de l information et de la communication pour l autonomie tout au long de la vie. Espace d accueil, d information et de conseils en aides techniques

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE

UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE LES SOLUTIONS GERONTECHNOLOGIES: LES SOLUTIONS GERONTECHNOLOGIES: UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE Présntation de Sensatys (1/2) Présentation de Sensatys (1/2) Sensatys est une société de service active

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon)

Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon) Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon) Intervention personnalisée à tous les stades de la Maladie Rénale Chronique Prévention de la progression de la maladie rénale Consultation

Plus en détail

CEN STIMULATION COGNITIVE. Réunion IFRATH

CEN STIMULATION COGNITIVE. Réunion IFRATH CEN STIMULATION COGNITIVE Réunion IFRATH Membres fondateurs 2 Paris-Descartes : Anne-Sophie Rigaud Hôpital Broca: Marie Laure Seux Université Bretagne: Dominique Duhaut, Brigitte Le Pévedic Gérontopôle

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020

Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020 Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020 Présentation de l étude multi clients réalisée par CODA Strategies Août 2012 CODA STRATEGIES 4 rue

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

L approche éthique en gérontechnologie

L approche éthique en gérontechnologie Colloque européen L art de vieillir chez soi Guéret 29 septembre Technologies et vieillissement: Jusqu où ne pas aller trop loin? L approche éthique en gérontechnologie Gérard Cornet; Alain Franco, Vincent

Plus en détail

Exploration des besoins des personnes âgées en matière de gérontechnologie

Exploration des besoins des personnes âgées en matière de gérontechnologie Exploration des besoins des personnes âgées en matière de gérontechnologie Frédéric Balard, docteur en ethnologie, équipe «Démographie et Santé» (INSERM) Genèse du rapport Cadre théorique du projet Ouverture

Plus en détail

UE 18 sp Unité d Enseignement ERGOTHERAPIE

UE 18 sp Unité d Enseignement ERGOTHERAPIE UE 18 sp Unité d Enseignement ERGOTHERAPIE Intervenants: Christian Belio, Jean-Michel Caire, Patrick Sureau Marie-Chantal Morel Programme de l UE d ergothérapie Mercredi 4 fév. 2015 : à 14.00 Définition,

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD:

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: ALERTES Association Departementale Loi 1901 regroupe les différents acteurs intervenant en gérontologie

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

De la Gérontechnologie à la Silver Economie CONGRES SFTAG 2013. 28 & 29 Novembre Espace Robespierre Ivry-sur-Seine. Avec la participation de

De la Gérontechnologie à la Silver Economie CONGRES SFTAG 2013. 28 & 29 Novembre Espace Robespierre Ivry-sur-Seine. Avec la participation de De la Gérontechnologie à la Silver Economie CONGRES SFTAG 2013 28 & 29 Novembre Espace Robespierre Ivry-sur-Seine Avec la participation de + OURSES Offre d'usage Rural de SErvices par Satellite Patricia

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Nouvelles Technologies d investigation de surveillance du patient dont Télétransmission

Nouvelles Technologies d investigation de surveillance du patient dont Télétransmission Plateforme Médicalisée 24/7 de Services Santé et Télémédecine M.D Jean-Michel Souclier H2AD propose des solutions entièrement sécurisées permettant le maintien et le retour àdomiciledes personnes fragiles:

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE

LES SERVICES A LA PERSONNE LES SERVICES A LA PERSONNE PLAN!! PRESENTATION DE L INTERVENANT!! LE CONTEXTE GERONTOLOGIQUE!! LES SERVICES A LA PERSONNE!! Le CHAMP DES SERVICES A LA PERSONNE!! L ACCES!! LES LIMITES!! EVOLUTIONS!! GERONTECHNOLOGIES

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Le panorama de la télé-t HAD en France Jean-Baptiste LAVAULT Directeur de projets télésantt santé,, CATEL Issu du rapport réalisé en décembre 2007 par le CATEL pour le compte de l ARH Basse-Normandie 1

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON?

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? «PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? Le décret télémédecine du 19 octobre 2010 fixe déjà certaines modalités de mise en

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

HIT@Healthcare 2008 OLDES Des service innovants pour personnes âgées

HIT@Healthcare 2008 OLDES Des service innovants pour personnes âgées HIT@Healthcare 2008 OLDES Des service innovants pour personnes âgées CETIC a.s.b.l. Bâtiment Eole Rue des Frères Wright, 29/3 B-6041 Charleroi (Belgique) T. +32 71 490 700 F. +32 71 490 799 info@cetic.be

Plus en détail

Silver Economy en Aquitaine

Silver Economy en Aquitaine Silver Economy en Aquitaine 10 décembre 2013, Conseil régional d Aquitaine Qu est-ce que la Silver Economy? La Silver Economy: une filière pour répondre aux besoins liés à l avancée en âge En 2030 : 20

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie. PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie

Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie. PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie Expérimentation ESTIMA de géolocalisation des malades d Alzheimer fait partie du projet

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

Alzheimer et domicile

Alzheimer et domicile Alzheimer et domicile Gwenaëlle REBOURS Anne MARCILLE, ergothérapeutes 14 décembre Juvisy sur Orge Mission Générale de l ergothérapeute - Réaliser des activités de rééducation, de réadaptation et de réinsertion

Plus en détail

1 re structure HAD de province

1 re structure HAD de province Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation à domicile

Plus en détail

T@PA - Company@ges Vers la télé-relation pour personnes âgées

T@PA - Company@ges Vers la télé-relation pour personnes âgées T@PA - Company@ges Vers la télé-relation pour personnes âgées Christophe Lohr christophe.lohr@telecombretagne.eu Innovations pour le maintien à domicile des personnes âgées 21 novembre 2008 Session «Communications

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

ITEM N 51 : L Enfant handicapé : orientation et prise en charge.

ITEM N 51 : L Enfant handicapé : orientation et prise en charge. ITEM N 51 : L Enfant handicapé : orientation et prise en charge. OBJECTIFS (ENC): - Argumenter les principes d orientation et de prise en charge d un enfant handicapé Auteur : Pr Yves Chaix Enseignant

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé

L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé Eric Campo Journée découverte "De la détection de la fragilité à la dépendance : les apports

Plus en détail

15h 16h Responsabilités et déontologie en télémédecine : comment concilier cadre règlementaire et pratique de terrain?

15h 16h Responsabilités et déontologie en télémédecine : comment concilier cadre règlementaire et pratique de terrain? 15h 16h Responsabilités et déontologie en télémédecine : comment concilier cadre règlementaire et pratique de terrain? Responsabilités et déontologie en télémédecine Dr Pierre Simon Président Société Française

Plus en détail

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs Edito Depuis la création de notre organisme de formation en 2011, 350 personnes ont bénéficié de notre pédagogie innovante : Scènésens. Les stagiaires ont montré à la fois les besoins et les intérêts de

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Incapacité MODE D EMPLOI. 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle.

SANTE AU TRAVAIL. Incapacité MODE D EMPLOI. 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. SANTE AU TRAVAIL Consolidation Incapacité CRP 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. Dans 1 cas sur 10, la victime perd une partie de ses capacités fonctionnelles

Plus en détail

Connected Hospital une solution globale au service des établissements de santé

Connected Hospital une solution globale au service des établissements de santé une solution globale au service des établissements de santé la meilleure solution pour vos services de communication! Pour répondre aux enjeux technologiques qui doivent accompagner l évolution du système

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Télégéria «une boite à outil»

Télégéria «une boite à outil» Télégéria «une boite à outil» Télégéria : 2004 à 2011 Un savoir faire sur 1200 sessions De nouvelles pratiques, nouveaux métiers De nouvelles organisations Objectif: réussir le déploiement territorial

Plus en détail

La Solution de Sécurité Easy Series La sécurité simplifiée

La Solution de Sécurité Easy Series La sécurité simplifiée «La protection est désactivée» La Solution de Sécurité Easy Series La sécurité simplifiée Votre sécurité avant tout Pour garantir la protection de votre habitation ou de votre entreprise... Choisissez

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

w w w. r e s a n t e v o u s. f r

w w w. r e s a n t e v o u s. f r www.resantevous.fr Édito Sommaire Henri Estienne (Humaniste Français) disait : «Si jeunesse savait et si vieillesse pouvait». Cette citation riche de sens évoque la méconnaissance du plus jeune à l égard

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 SOMMAIRE Avant-propos... 15 Introduction générale. Présentation de la méthode de «causalité»... 19 PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 CHAPITRE I Nous

Plus en détail

DISPOSITIFS DE FORMATION

DISPOSITIFS DE FORMATION DISPOSITIFS DE FORMATION Accompagner les personnes atteintes de démence en EMS Sensibilisation aux soins palliatifs Formation des personnes-ressources en ergomotricité Prévention des chutes et maintien

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Services de proximité et nouvelles technologies. Une union prometteuse pour l économie plurielle Fanny Cools CRESS Rhône-Alpes, Lyon 29 janvier 2013

Services de proximité et nouvelles technologies. Une union prometteuse pour l économie plurielle Fanny Cools CRESS Rhône-Alpes, Lyon 29 janvier 2013 Services de proximité et nouvelles technologies Une union prometteuse pour l économie plurielle Fanny Cools CRESS Rhône-Alpes, Lyon 29 janvier 2013 1 1. Introduction 2. Le maintien à domicile Plan 3. La

Plus en détail

Appel à projet. Bourse Charles Foix édition 2014. 2014- Silver Valley - tous droits réservés

Appel à projet. Bourse Charles Foix édition 2014. 2014- Silver Valley - tous droits réservés Appel à projet Bourse Charles Foix édition 2014 2014- Silver Valley - tous droits réservés APPEL À PROJET - LA BOURSE CHARLES FOIX Clôture le vendredi 1 août 2014 à minuit Silver Valley lance, en partenariat

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé, l innovation pour l autonomie Le contexte global de la démarche TIC & Santé

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

Les tendances et les innovations du médicosocial

Les tendances et les innovations du médicosocial Les tendances et les innovations du médicosocial Bienvenue sur la page "Tendances et Innovations du médico-social", vous pourrez suivre les dernières évolutions techniques du domaine de la santé et des

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée.

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. L e r é s e a u d e s a n t é Symbiose : Léna Po u l a i n, P i e r r e Pitsaer, F r

Plus en détail

Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé

Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé BAC PRO ASSP Première et Terminale Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé Options en structure et à domicile Auteurs : Löetitia CARRERA Nathalie DAVID Christophe RAGOT Anita

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

MAISON INTELLIGENTE ET DEPENDANCE

MAISON INTELLIGENTE ET DEPENDANCE MAISON INTELLIGENTE ET DEPENDANCE MAISON INTELLIGENTE ET DEPENDANCE Genèse L'objectif des actions innovantes est d'identifier et de réaliser des projets fédératifs de grande envergure, visibles et innovants.

Plus en détail

POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES FORMATION PROFESSIONNELLE ************ ANIMATION DES ACTIVITES PHYSIQUES POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ************ L animation concerne les activités physiques pour personnes âgées, valides en voie

Plus en détail

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Projet de vie PROJET DE VIE ACCUEIL DE JOUR Lorsqu il apparaît, le syndrome démentiel transforme dramatiquement

Plus en détail