APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE"

Transcription

1 APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE I Objet de la consultation : Conception d une œuvre originale, réalisation et installation de l œuvre au sein du CNES, dans le cadre de Nuit Blanche A/ Le contexte de la commande À l'occasion de Nuit Blanche, l'observatoire de l'espace du CNES souhaite mettre en scène, au travers d'une nouvelle rencontre arts-sciences, la notion d'indépendance. Une notion que chacun, à titre individuel, a pu expérimenter mais qui prend tout son sens lorsqu'on la place sous l'angle du spatial. Fruit d'une volonté politique construite au travers d'une chaîne d'approches stratégique, scientifique, économique, commerciale et sociétale, l'indépendance est au cœur des premiers temps de la réflexion spatiale. Problématique essentielle, elle permet d'analyser la place du spatial européen aussi bien dans l'état de la recherche aujourd'hui, que dans nos usages personnels et quotidiens de l'espace et nos perceptions culturelles et imaginaires dont le travail de l Observatoire de l Espace se fait l'écho. B/ Le commanditaire : l'observatoire de l'espace du CNES Convaincu que l aventure spatiale a été l un des vecteurs de transformations culturelles majeures au XX ème siècle, et que le rêve spatial s est révélé un puissant moteur pour alimenter les désirs de changement des hommes, l Observatoire de l Espace, le laboratoire arts-sciences du CNES, réaffirme en 2015, sa vocation de bâtir au jour le jour des rapports nouveaux entre la culture et l Espace. Pour cela, il s'attache à analyser et montrer la place qu occupe l Espace dans notre histoire, nos représentations et notre imaginaire. Il met à disposition ces recherches sous forme de matériaux à destination des artistes afin qu ils élaborent des créations inspirées par des notions liées aux problématiques spatiales telles que les mutations du corps, les télécommunications, ou encore l'indépendance et la souveraineté. A travers les différents processus d appropriation que l Observatoire de l Espace invente, l Espace devient un puissant embrayeur d imaginaire et une source de nouveaux récits. II- Le projet : Nuit Blanche 2015 En retraçant le fil des évènements de l année 1965, point central d une décennie où histoire culturelle, politique, économique et scientifique se sont retrouvées intimement liées, l'observatoire de l'espace du CNES s'interroge sur les réminiscences de ses acquis dans le contexte qui est celui de L'Observatoire de l'espace du CNES souhaite, dans ce cadre, ouvrir au regard d'artistes, ses archives et objets patrimoniaux témoignant de la chaine de moyens constitutive de la notion d'indépendance spatiale, afin de susciter des représentations qui interrogent notre patrimoine commun. Les objets et documents scientifiques proposés à la réflexion des artistes par l'observatoire de l'espace du CNES, sont joints en dossier annexe avec un texte resituant le contexte général et les grandes approches du développement de l'indépendance spatiale. Les œuvres proposées par les artistes répondront, éclaireront, interpréteront ou s'inspireront de la thématique, et des objets patrimoniaux mis à disposition par l'observatoire de l'espace du CNES et interrogeront cette notion primordiale d'indépendance spatiale. Elles pourront établir un dialogue avec des pièces issues de ce corpus spatial, comme avec des pièces imaginaires ou documentaires conçues ou rassemblées par l'artiste. L'Observatoire de l Espace sera présent aux côtés de l'artiste pour l'accompagner dans cette démarche. Les pièces présentées en annexe sont une partie du corpus mis à disposition par le CNES. Un travail commun entre l'artiste et l'observatoire de l Espace pourra aboutir à la mise à disposition de pièces complémentaires. 1

2 Le projet s'inscrit dans le programme arts-sciences mené par l'observatoire de l'espace du CNES. À ce titre, la commande, au-delà de la pièce exposée lors de Nuit Blanche, est une commande de travail collaboratif entre l'observatoire de l'espace du CNES et l'artiste. Les œuvres Sculptures, peintures, photographies ou œuvres graphiques à tirages limités, œuvres éphémères, installations, vidéo, œuvres et/ou sonores, etc. la nature de l'œuvre, et son dimensionnement dans l'espace sont laissés à l'appréciation de l'artiste. Toutefois, de par la configuration de la salle d exposition, la contrainte d'installation des œuvres en association les unes avec les autres est forte. Ainsi, les œuvres sonores devront être réfléchies pour être présentées dans un accrochage collectif. Le jury statuera sur le nombre et le choix d'œuvres définitif en fonction des différentes propositions. Les contraintes majeures pour la réalisation des œuvres proposées par les artistes sont donc celles liées à l'exposition même des œuvres pour cette édition de Nuit Blanche 2015 dans la salle d'exposition du CNES. Dans le cas d'une intervention de textes sonores ou écrits, l œuvre devra alors être réalisée et interprétée «en français». Production et acquisition des œuvres La phase de sélection ne fait l objet d aucune rémunération. Un budget de 3500 sera ensuite attribué à chacun des artistes ou collectifs d artistes sélectionnés seront versés pour la production des œuvres et 2000 pour l acquisition de l œuvre produite, la cession des droits patrimoniaux, se faisant quant à elle à titre gracieux. Cette dernière somme sera attribuée à la livraison de l œuvre après acceptation définitive du projet par l Observatoire de l Espace du CNES. L Observatoire de l Espace prend en charge les frais relatifs à la scénographie de l exposition. L'Observatoire de l'espace du CNES conservera l'œuvre réalisée pour Nuit Blanche dans ses collections. La définition de l'œuvre finale et de ses pièces constitutives sera déterminée par contrat en fonction de la nature de la pièce proposée par l'artiste ou le collectif d artiste sélectionné. Documentation et achats de droits Les œuvres s'appuient sur des pièces patrimoniales libres de droits. Une liste non exhaustive de documents et d'objets proposés aux artistes par l'observatoire de l'espace du CNES est jointe au dossier. Ces pièces sont mises à disposition de l'artiste à titre de documentation. Elles peuvent éventuellement être utilisées en reproduction dans l'œuvre elle-même. Il est à préciser que le CNES ainsi que les personnes qui y sont rattachées et encore vivantes ne sauraient être désignées explicitement dans les créations proposées. Par ailleurs, toute proposition à visée raciste ou pornographique, indépendamment de tout jugement sur la qualité de la création, ne pourra être acceptée en l état. Le cas échéant, ces questions seront à traiter au cas par cas. L'exposition Les projets retenus seront exposés lors de l'édition de Nuit Blanche Dans le cadre de l exposition pour Nuit Blanche 2015, chacun des artistes retenus disposera d un espace dans la salle d exposition du CNES, où il pourra déployer sa création sous la forme de son choix (projection vidéo, installation, accrochage). L'ensemble des projets, individuellement ou ensemble, pourront être montrés dans d'autres projets d'expositions menés par l'observatoire de l'espace du CNES. L'artiste sera joint et informé pour toutes présentations de sa pièce. Partenaire Le Fonds Régional d'art Contemporain Poitou-Charentes, partenaire artistique et culturel du projet, sera présent tout au long du processus, du choix des artistes jusqu'à la présentation de l'exposition au CNES à Paris puis, éventuellement, sur son territoire durant la période Le catalogue L Observatoire de l Espace du CNES éditera un catalogue mettant en lumière ce projet de création. 2

3 Pour cet ouvrage, qui illustrera chacun des projets artistiques retenus pour Nuit Blanche 2015, les artistes devront fournir à l Observatoire de l Espace du CNES des matériaux documentaires illustrant leur démarche tout au long du processus de création. Ceci dans le but de mettre en valeur leur travail artistique et son élaboration à partir des archives proposées par l Observatoire de l Espace du CNES. Un planning indicatif est mentionné dans la fiche de candidature. III- L'appel à projets Dossier de Candidature Pour être recevable, le dossier de candidature, rédigé en langue française, sera obligatoirement constitué des pièces suivantes, datées et signées par le candidat 1/ Le formulaire de candidature complété et signé accompagné d un résumé de la proposition de l artiste. 2/ Une note d intention (2 pages A4 maximum - caractère 10 pts minimum). L artiste évoquera les modalités d utilisation des archives et la forme de restitution envisagée pour l exposition. Pour l écriture de leur proposition artistique, les artistes doivent se référer à la note de synthèse Indépendance et Espace illustrée d une sélection d archives sur deux marqueurs déterminants de l indépendance spatiale française : le centre de lancement d Hammaguir et le premier lanceur de satellites Diamant. L artiste doit proposer à partir de cette première documentation, un projet de création qui témoignera d un parti pris artistique fort et dont les ambitions esthétiques et intellectuelles mettront en exergue les enjeux qui nourrissent l élaboration de cette indépendance spatiale. La piste documentaire proposée dans le dossier n étant pas exclusive, les artistes peuvent tout aussi bien s engager sur une piste fictionnelle, ou bien proposer des expérimentations plus formelles, toujours en perspective de cette histoire spatiale. Il s agit pour l artiste de dessiner l identité de son travail en rapport direct avec une source archivistique dont quelques exemples lui sont proposés ici. Les modalités d utilisation des archives sont laissées à l appréciation de chacun, dans le respect de l intégrité des éléments. L artiste reste également libre d alimenter sa création de ses propres sources. Dans tous les cas, l artiste doit justifier dans sa note d intention, de ses choix artistiques en cohérence avec le projet et formuler la manière dont il entend se saisir du matériau proposé (élément d inspiration sous-jacent, utilisation de l archive brute, utilisation d extraits etc.). 3/ Un dossier artistique présentant une sélection de créations antérieures avec un curriculum vitae actualisé. Ces références seront accompagnées d une légende de quelques lignes précisant le type d œuvre, leur coût, la date de réalisation et le destinataire public ou privé (inclure tout visuel / DVD / CD-R, liens vidéos ou sonores, etc. permettant une meilleure compréhension de la démarche artistique et des projets antérieurs). 4/ Un texte d une page maximum sur la démarche artistique générale de l artiste et sur ses motivations pour une création dans le cadre de ce laboratoire arts sciences. Admissibilité Cet appel à projet s adresse à des artistes professionnels, seuls ou en collectif, âgés d au moins 18 ans au moment du dépôt du dossier. L'appel à projet est ouvert à tous les jeunes artistes de nationalité française ou étrangère. Les textes et échanges avec l'observatoire de l'espace du CNES se feront en français. La maitrise de la langue française est impérative. Commission de choix Une commission associant personnalités culturelles et spatiales se réunira dans un délai de 15 jours après la date limite du dépôt des dossiers. Les artistes seront contactés individuellement par mail dans un délai d'une semaine après la tenue de la commission. Trois projets seront choisis en fonction de leur nature et de leur impact dans la salle de l'espace, lieu de l'exposition Nuit Blanche Critères de choix Après examen des dossiers de candidatures, la commission choisira les artistes ou collectif d'artiste, selon les critères 3

4 suivants : 1/ Motivation pour le projet 2/ Adéquation de la démarche artistique avec la commande et le contexte du projet 3/ Originalité et qualité du projet proposé : proposition plastique, techniques utilisées, innovation 4/ Pérennité de l œuvre au regard du dispositif envisagé et des matériaux employés 5/ Précision et sérieux du budget prévisionnel de l'opération 6/ Références professionnelles Déroulement du projet À l issue de la phase de sélection mi-mai, les artistes auront accès à un appareil documentaire complémentaire, qui détaillera et apportera de nouveaux éclairages sur l indépendance spatiale française. Cet afflux d archives supplémentaire est à considérer comme un support à la création artistique pour aboutir à l œuvre finale. Une journée d étude autour des questions de l indépendance spatiale française, sera organisée à Paris entre fin mai et début juin. Les rencontres et rendez-vous autour des pièces patrimoniales mises à dispositions par l'observatoire de l'espace du CNES se feront au siège du CNES à Paris, Si un grand nombre d'échanges peut se faire par courriers électroniques, 2 à 3 rencontres seront nécessaires tout au long de l'élaboration du projet. Les déplacements pour ces rencontres sont au frais des artistes. L artiste s engage à soumettre une proposition libre de droits (vidéo, son et image) qui respecte les conditions juridiques et financières prévues ci-dessous. Il s engage également à respecter le calendrier prévisionnel établi par l observatoire de l Espace du CNES (cf. formulaire de candidature). Dans le cas où, cette phase de travail n'aboutirait pas à des résultats significatifs dans les temps impartis, l'observatoire de l'espace du CNES se réserve le droit de ne pas exposer l'œuvre pour Nuit Blanche DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES DOSSIERS : 18 mai 2015 (Voir formulaire de candidature) Pour toute information complémentaire : 4

5 APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE : Conception d une œuvre originale, réalisation et installation de l œuvre au sein du CNES, dans le cadre de Nuit Blanche FORMULAIRE DE CANDIDATURE Artiste Nom, Prénom :... Numéro d ordre Maison des artistes, Agessa, siret:... Nationalité :... Adresse :... Code postal :... Ville :... Pays :... Tél. : Site internet :... Résumé du projet Admissibilité Cet appel à proposition s adresse à des artistes professionnels, seuls ou en collectifs âgés d au moins 18 ans au moment du dépôt du dossier L artiste sélectionné s engage à soumettre une proposition libre de tout droit (vidéo, son et image). Il s engage aussi à respecter le calendrier préétabli et notamment à être présent pour l inauguration de l exposition le 1 er octobre Calendrier du projet mai 2015 : date limite de réception des dossiers Deuxième quinzaine de mai : Réunion de la commission et sélection des artistes 5

6 Début juin : première réunion de travail au CNES et visite de la salle d exposition Fin juin : remise des textes et des projets pour le catalogue Début juillet : deuxième réunion de travail au CNES Début septembre : envoi de la fiche technique par les artistes pour l exposition, mise aux points des créations, étude des points pratiques en vue de l'exposition 28 septembre: montage de l exposition au CNES 1 er octobre : inauguration en présence des artistes 3 octobre : événement Nuit Blanche Contenu du dossier de présentation de l artiste 1/ Le présent formulaire de candidature complété et signé avec un résumé du projet 2/ La note d intention 3/ Le dossier artistique avec CV 4/ La note présentant la démarche générale de l artiste Date limite de réception des dossiers Le dossier de candidature complet doit être reçu par l Observatoire de l Espace, le 18 mai 2015 au plus tard à 16h (cachet de la poste faisant foi) Envoi du dossier Envoi postal en une seule fois, par courrier recommandé avec accusé de réception. CENTRE NATIONAL D'ÉTUDES SPATIALES Observatoire de l'espace 2, place Maurice Quentin Paris cedex 01 OU Transmission par courrier électronique, via wetransfer.com, à l adresse suivante : OU Dépôt en mains propres au Centre national d'études spatiales du lundi au vendredi de 9H00 à 17H00 à l attention de Brigitte Bénard 2, place Maurice Quentin Paris Pour toute information complémentaire sur le projet, veuillez-vous adressez par courrier électronique à : Fait à., le. Signature 6

7 Annexe 1 Indépendance et Espace «L existence même d une politique spatiale ne relève nullement d une évidente nécessité. Dans la majeure partie du domaine technique, la puissance publique, sauf dans les pays d économie dirigée, n agit pas directement ; elle se borne à exercer un rôle régulateur, au titre de ses prérogatives régaliennes.» André Lebeau, ancien président du CNES. À la fin des années 1950, le lancement des premiers satellites américains et soviétiques marque l entrée dans l ère spatiale. Ces réalisations techniques trouvent leur origine dans la Deuxième Guerre mondiale avec le développement des fusées allemandes à longue portée, les V2. L énorme effort de guerre imposé aux gouvernements a nécessité une mobilisation massive des scientifiques au côté des industriels et des militaires pour mener à bien le développement d armements sophistiqués dans le cadre de grands projets (bombe atomique, radar, fusées à longue portée, recherche opérationnelle, etc.). Chaque groupe d acteurs y trouvant un intérêt propre la dynamique ainsi créée s est poursuivie tout au long de la guerre froide. Cette interaction entre science, technologie et politique qui constitue une force de proposition, aboutit à l émergence de complexes scientifico-militaro-industriel qui exercent leur influence auprès des gouvernements dispensateurs de crédits. De leur côté, les gouvernements considérant que le progrès scientifique et technique est un facteur essentiel de la croissance économique, et par voie de conséquence du progrès social, favorisent les grands projets. Cette interdépendance qui caractérise la Big Science ou Big Technology explique le rôle primordial des États dans le développement des activités spatiales. Au milieu des année 1950, les scientifiques qui se proposent d étudier la planète Terre et son environnement dans le cadre de l Année géophysique internationale (AGI) invitent les nations participantes à généraliser l utilisation des fusées et à étendre les recherches au-delà de l atmosphère à l aide de satellites. Américains et Soviétiques s engagent dans cette voie, proposant un programme de recherches scientifiques à l aide de satellites artificiels. Toutefois, alors que l Union soviétique reste discrète sur ses intentions, l imposante couverture médiatique qui accompagne le programme américain Vanguard laisse supposer que les États-Unis seront les premiers à accéder à l Espace. Mais à l automne 1957, le lancement des Spoutnik 1 et 2 par l Union soviétique provoque un choc dans l opinion publique occidentale dont les résonnances dépasseront les seules sphères technologiques et scientifiques. Prestige et souveraineté Les premiers lancements de satellites interviennent dans un contexte géostratégique qui occulte très rapidement leur caractère scientifique et laisse place à un large débat international sur les conséquences techniques, mais également juridiques et politiques, de l accès à l Espace. Seuls à disposer des moyens indispensables, les gouvernements américains et soviétiques perçoivent très vite l intérêt politique qu ils peuvent tirer de ces activités qui, du fait de leur médiatisation, ont un impact important sur l opinion publique. Chaque nouvelle opération spatiale est l occasion de réaffirmer le prestige que sa réussite apporte à la nation. Mais en cas d échec cela ne va pas sans risque politique. En octobre 1957, le lancement de Spoutnik 1 surprend l opinion publique américaine qui y voit une atteinte au prestige de la nation. Un mois plus tard, la signification géostratégique de l exploit prend toute son ampleur avec le lancement de Spoutnik 2, beaucoup plus lourd avec à son bord la chienne Laïka. Il sera suivi en décembre de l échec retentissant de la première tentative américaine de satellisation, lorsque la fusée Vanguard explose sur son pas de tir devant les téléspectateurs du monde entier. Le leadership des États-Unis s en trouve fragilisé et le président américain se voit contraint de modifier dans l urgence sa stratégie en faisant appel aux militaires qui réussissent à réparer l affront subit en lançant avec succès Explorer 1. Toutefois, la multiplication des succès spatiaux russes offre à Khrouchtchev l occasion de réaffirmer régulièrement la puissance de l Union soviétique et, quatre ans plus tard en avril 1961, le prestige des États-Unis est à nouveau mis à mal. Le président Kennedy, nouvellement élu, doit faire face au lancement par les Soviétiques du premier Homme dans l Espace et, quelques jours après, à l échec de l opération anticastriste de la Baie des Cochons. Une réponse politique forte s impose. Ce sera le défi de l Homme sur la Lune, 7

8 que tenteront en vain de relever les Soviétiques. Le message délivré par Kennedy le 25 mai 1961 lors de son discours sur les «besoins de la Nation» consiste à insuffler une dynamique au pays et à redonner confiance aux Américains. Le prestige attaché au programme spatial va devenir l un des symboles forts de la «Nouvelle frontière», politique qu entend mener le président américain. Dans ce contexte de guerre froide, la conquête spatiale est alors un outil de propagande au service des États dans le but affiché d assurer leur prééminence face à leur concurrent. Le prestige gagné avec chaque opération d envergure les encourage à se lancer dans une course pour la conquête et l occupation de ce nouveau territoire vierge. L arrivée des satellites pose ainsi de nouvelles questions aux États quant à l exercice de leur souveraineté. En effet, dans quelle mesure un satellite évoluant sur son orbite circumterrestre porte-t-il atteinte à la souveraineté des États qu il survole? Un État exerce sa souveraineté sur le territoire duquel il est en droit et en mesure d appliquer ses lois, à l exclusion de tout autre État. Aux termes des Conventions de Paris (1919) et de Chicago (1944) cette souveraineté s exerce également dans l espace situé au-dessus de ce territoire ; c est le domaine du droit aérien. Celui-ci stipule en substance que l État survolé est habilité à le préserver. C est-à-dire à refuser son survol et en cas de violation d intercepter et de neutraliser l intrus pénétrant dans son espace aérien. Ces règles de droit peuvent-elles s appliquer aux satellites artificiels? La réponse est non. Par nature ceux-ci évoluent à des altitudes et à des vitesses élevées, hors du domaine aérien. Devant l impossibilité technique et matérielle d exercer un contrôle et d interdire tout survol, les deux superpuissances s efforcent de résoudre la question en favorisant l établissement de règles de droit spécifiques conduisant à définir un espace extra-atmosphérique différent de l espace aérien. S inspirant des principes énoncés par le droit de la mer ou du statut de l Antarctique, les juristes vont créer un droit spatial qui repose pour une large part sur la notion de non-appropriation des lieux et des objets situés dans l espace extra-atmosphérique. Le Traité de l Espace, de janvier 1967, confirme bien l absence de souveraineté dans l Espace lorsqu il précise que son exploration et son utilisation «sont l apanage de l Humanité». L autonomie d accès à l Espace Avant même de pouvoir parler de prestige et de souveraineté, le préalable à toute activité dans l Espace est de pouvoir y accéder. À la fin des années 1950, seuls les États-Unis et l Union soviétique maitrisent l ensemble des techniques et technologies indispensables qui leur assurent une autonomie d accès à l Espace. Dans le monde bipolaire de l époque chacune des deux superpuissances souhaite conserver son avance technologique par rapport à son adversaire, mais également vis-à-vis des nations évoluant dans leur propre sphère d influence. Ainsi, au même titre que les puissances nucléaires cherchent à conserver leurs avantages en évitant la prolifération des armements, les puissances spatiales (USA, URSS) restent vigilantes par rapport aux velléités de certains de leurs alliés de développer leur propre programme national. Telle est en substance le sens que l on peut attribuer à la démarche de la NASA lorsqu elle offre en mars 1959 aux scientifiques occidentaux la possibilité de préparer des expériences qui seraient lancées par des fusées américaines. Si l intérêt scientifique de la démarche est pertinent, celle-ci répond également à la préoccupation des États-Unis de limiter le risque de prolifération de programmes nationaux qui pourraient venir contrarier le leadership américain en matière de lanceurs. Sont particulièrement visées les initiatives françaises et européennes. Concrètement, l autonomie d accès à l Espace est acquise lorsque l on détient simultanément les différentes composantes d un système technique complexe comportant : satellite, lanceur, centre de lancement, stations de contrôle et système de communications au sol. Auxquels il faut ajouter, plus en amont, les laboratoires scientifiques ainsi que les moyens d essais et les industries spécialisées. Si chaque élément a son importance intrinsèque, il ressort de cette énumération que l élément critique est le moyen de transport, à savoir le lanceur. Pour les deux superpuissances l autonomie en matière spatiale est consubstantielle aux premiers satellites, comme simple prolongement de leurs programmes d armement. Pour les autres pays, l importance des enjeux technologiques et politiques liés à l Espace rend évidente la nécessité d être au minimum présent dans le débat international et pour certains d entre eux d être associés éventuellement au développement des recherches et activités spatiales. L accès à l Espace devient, dans ce contexte, le signe d un pays fort et souverain, indépendant face aux deux grandes puissances spatiales. Le prestige attaché à la capacité d accès autonome à l Espace est un marqueur de cette volonté d indépendance. Politique spatiale et indépendance nationale Après la Deuxième Guerre mondiale, les militaires et les ingénieurs français ont développé, d abord avec l aide de techniciens allemands, puis ensuite seuls, différents programmes d engins spéciaux et de fusées pour la recherche 8

9 scientifique. La fusée Véronique développée par le Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques (LRBA) de Vernon sera utilisée pendant plusieurs années comme principal vecteur d expériences scientifiques dans la haute atmosphère, avant que sa technologie en matière de propulsion à liquides soit mise à profit pour développer le moteur fusée qui équipera quelques années plus tard, le lance-satellite Diamant. À la fin des années 1950 la France embourbée dans ses conflits coloniaux traverse une période d instabilité politique qui perturbe l action gouvernementale et aboutira, en juin 1958, au retour au pouvoir du général de Gaulle. Celui-ci souhaite que la France fasse entendre sa voix dans le monde et retrouve une place parmi les grandes nations. Pour cela, il entreprend plusieurs réformes. En matière de défense, il confirme la décision prise par le gouvernement Félix Gaillard de tester la bombe atomique en même temps qu il procède à une première réforme des armées. Considérant que la modernisation indispensable du pays passe par le progrès scientifique et technique, il entreprend une réforme en profondeur de la recherche scientifique qui aboutit quelques mois plus tard à la création de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST). Enfin la nouvelle politique étrangère qui repose sur deux piliers essentiels, indépendance nationale et coopération, notamment en Europe, se heurte aux États-Unis qui souhaitent conserver dans le cadre de l OTAN la maîtrise du feu nucléaire. Ne pouvant parvenir à un accord avec les États-Unis pour ce qui concerne le déploiement de missiles américains à tête nucléaire sur le territoire français, de Gaulle décide de mettre en œuvre une force de dissuasion nationale basée sur les missiles balistiques. Après avoir laissé supposer que la France pourrait acquérir ces missiles à l étranger, les relations avec le gouvernement américain continuant de s envenimer, il décide de doter la France de ses propres missiles. Cette prise de position ajoutée à la décision de l OTAN d équiper ses forces en Europe de missiles américains Hawks, conduit la France à repenser ses programmes en matière de fusées et de missiles. La première intervention directe de l État français dans le domaine spatial date de janvier 1959 avec la création du Comité de recherches spatiales qui répond essentiellement à un objectif diplomatique : assurer la présence française dans les forums internationaux consacrés à l Espace. Le programme élaboré par le Comité à la demande du gouvernement se limite aux recherches scientifiques dans l Espace, excluant tout développement de fusées ou de satellites, qui doivent rester de la compétence des militaires. Pour assurer le développement des missiles balistiques, en 1959 le gouvernement met en place la Société pour l étude et la réalisation des engins balistiques (SEREB) constituée d ingénieurs et de techniciens issus des principales sociétés aéronautiques et électroniques (Nord Aviation, Sud Aviation, Matra, etc.). Le programme d études de la SEREB est destiné à maîtriser les différentes technologies en matière de propulsion, de guidage ou de rentrée atmosphérique et à orienter les choix pour le futur missile balistique stratégique. À cet effet la SEREB développe une série de véhicules d essais (Agate, Topaze, Rubis, Émeraude, Saphir) connue sous le nom de «pierres précieuses». Alors qu il travaille dans le cadre du programme OTAN sur les missiles balistiques au sein du Service technique de l Aéronautique (STAé), l ingénieur Bernard Dorléac imagine dès 1958 la possibilité technique de réaliser un lancesatellite français. Ayant rejoint la SEREB en qualité de directeur des études avancées il précise son projet sur la base du véhicule d essais bi-étage VE 231 Saphir auquel est ajouté un troisième étage. En décembre 1960, le président de la SEREB, Charles Cristofini et Bernad Dorléac n ont pas beaucoup de difficulté à convaincre le premier ministre Michel Debré de l intérêt pour le gouvernement de lancer un satellite national. Sachant que le Premier ministre est un fervent défenseur de l indépendance nationale, ils mettent en avant le prestige que pourrait en retirer le pays et le rayonnement mondial dont bénéficieraient la science et la technique françaises, au même titre que les grands projets du paquebot France ou de l avion supersonique Concorde. Ses promoteurs estiment également que la réussite du projet conforterait la crédibilité de la force de dissuasion française en cours de développement puisqu il en est une émanation directe. Michel Debré est d autant plus sensible à cette initiative qu en 1961 il doit décider de l avenir du Comité des recherches spatiales et que son gouvernement doit prendre position sur les initiatives européennes tendant à aboutir à la création de deux organisations spatiales intergouvernementales. Malgré le peu d empressement de quelques hommes politiques, y compris au sein du gouvernement, qui qualifient le projet de satellite de «ballon tricolore», Debré met toute son énergie pour que soit rapidement mise en œuvre une politique française cohérente en matière spatiale. L année 1961 voit également une réforme en profondeur des armées, avec notamment la création de la Délégation ministérielles à l armement (DMA) qui est responsable du programme de fusée au travers de sa Direction technique des Engins (DTEn). À l automne 1961, le Parlement adopte le projet de loi instituant un Centre national d études spatiales que lui a soumis le Premier ministre. De leur côté, le ministre des Armées et le ministre délégué en charge de la Recherche signent un protocole d accord sur l accès et l utilisation des champs de tir. Le 18 décembre 1961, le général de Gaulle qui préside un conseil restreint approuve le programme qui lui est présenté par le gouvernement : Démarrage du programme de lance-satellite national Diamant 9

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

Renaissance Nancy 2013

Renaissance Nancy 2013 Renaissance Nancy 2013 Règlement de l Appel à projet Création vidéo (diffusion sur le principe de mapping architectural) à l occasion des «Moments d invention» Place Charles III à Nancy du 24 mai 2013

Plus en détail

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES RAPID est un dispositif de subvention à des projets d innovation duale portés par une entreprise indépendante de moins de 2000 salariés,

Plus en détail

Maquette papier à monter éch. 1/100 e

Maquette papier à monter éch. 1/100 e Maquette papier à monter éch. 1/100 e ESA/CNES/Arianespace/CSG Service Optique, 2005 liste prestigieuse : EADS Space Transportation, la Snecma, Alcatel, Air Liquide, Volvo, Sabca, Contraves, Man, Avio,

Plus en détail

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES Afin d augmenter l appui à l innovation duale permettant aux PME et aux entreprises intermédiaires de moins de 2000 salariés de développer

Plus en détail

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature Duo@Work 2 ème édition 1 Excellence partagée entre architecte et industriel Appel à candidature Un prix créé par l Unsfa Ile-de-France, en partenariat avec ARCHITECT@WORK Paris Excellence partagée entre

Plus en détail

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 ATTENTION : UNE SEULE SESSION EN 2015 La Région Rhône-Alpes et l État, DRAC Rhône-Alpes, ont souhaité mettre conjointement en place le

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE»

REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE» REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE» 1. LA SOCIETE ORGANISATRICE La Macif, société d assurance mutuelle à cotisations variables, entreprise régie par le Code des assurances,

Plus en détail

Convention de résidence

Convention de résidence Convention de résidence Entre les soussignés : «Nom de la structure» Adresse : Téléphone : E-mail : Numéro de Siret : Représentée par : «Nom prénom», Ci-après dénommée «Nom de la structure» d une part,

Plus en détail

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Table des matières Biographie des auteurs... 5 PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Le droit international de l espace... 13 SECTION 1 Règles relatives au statut de l espace extra-atmosphérique...

Plus en détail

Appel à candidature 2015

Appel à candidature 2015 Dossier de candidature 2015 résidence de création au Cube independent art room CANDIDATURE Appel à candidature 2015 Résidence de création à l espace d art Le Cube independent art room Rabat Depuis avril

Plus en détail

ÉCOLE DES BEAUX ARTS DEMANDE D ADMISSIBILITÉ POUR L ANNÉE 2015/2016

ÉCOLE DES BEAUX ARTS DEMANDE D ADMISSIBILITÉ POUR L ANNÉE 2015/2016 ÉCOLE DES BEAUX ARTS DEMANDE D ADMISSIBILITÉ POUR L ANNÉE 2015/2016 Session 1 Concours du 13 au 14 avril 2015 Session 2 Concours du 16 au 17 avril 2015 Session 3 Concours du 29 au 30 juin 2015 Session

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

De la recherche universitaire le règlement

De la recherche universitaire le règlement Notre ambition commune est triple 1. Décloisonner le savoir et encourager la recherche universitaire en lui offrant une audience élargie. 2. Créer une dynamique d échange entre le monde de l édition et

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

LA FRANCE A LA CONQUÊTE DE L ESPACE (La numérotation des photographies qui illustrent ce sujet est conforme au portfolio).

LA FRANCE A LA CONQUÊTE DE L ESPACE (La numérotation des photographies qui illustrent ce sujet est conforme au portfolio). LA FRANCE A LA CONQUÊTE DE L ESPACE (La numérotation des photographies qui illustrent ce sujet est conforme au portfolio). L histoire de l aérospatiale française est indissociable de celle de la force

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS

REGLEMENT DU CONCOURS REGLEMENT DU CONCOURS ARTICLE 1 Organisation générale Ce challenge est organisé par le Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieurs, assisté par l agence SCALP. Il est parrainé par différents organismes

Plus en détail

Règlement du concours «Les Etoiles du Tourisme»

Règlement du concours «Les Etoiles du Tourisme» Règlement du concours «Les Etoiles du Tourisme» Article 1 : objet du concours A la demande du Secrétariat d Etat chargé du commerce, de l artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

CONCOURS INTERNATIONAL D ECRITURE

CONCOURS INTERNATIONAL D ECRITURE CONCOURS INTERNATIONAL D ECRITURE CHANSONS SANS FRONTIERES Règlement de la 9 ème édition 2014/2015 Date limite de dépôt des textes Dimanche 11 janvier 2015 Fusaca et Accord Production organisent CHANSONS

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE A LA CREATION

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE A LA CREATION PRÉFET DE LA RÉUNION Direction des affaires culturelles océan Indien Service du développement culturel Affaire suivie par Service Arts-plastiques Poste 02 62 21 90 69 Références AIC 2015 DOSSIER DE DEMANDE

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE VIèmes JEUX DE LA FRANCOPHONIE BEYROUTH, LIBAN 27 SEPTEMBRE 6 OCTOBRE 2009 DOSSIER

Plus en détail

Prix de l Innovation Technologique

Prix de l Innovation Technologique 2015 Prix de l Innovation Technologique Air et Espace Aéro-Club de France - Commission Innovation Technologique 6, Rue Galilée - 75116 Paris - Tél : 01 47 23 72 72 - Fax : 01 47 23 50 90 Email : aeroclub@aeroclub.com

Plus en détail

Date limite d envoi du dossier le 15 mai 2015 Cachet de la poste faisant foi, à l adresse suivante :

Date limite d envoi du dossier le 15 mai 2015 Cachet de la poste faisant foi, à l adresse suivante : MASTER ARTS - SPECIALITE ARTS PLASTIQUES Parcours Création & Gestion de l Image Numérique DOSSIER DE CANDIDATURE ANNÉE 2015-2016 Deuxième année PARCOURS PROFESSIONNEL Date limite d envoi du dossier le

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Règlement - Jeu «Rencontrez les TALE OF VOICES et écoutez avec eux leur nouvel album en avant-première»

Règlement - Jeu «Rencontrez les TALE OF VOICES et écoutez avec eux leur nouvel album en avant-première» Règlement - Jeu «Rencontrez les TALE OF VOICES et écoutez avec eux leur nouvel album en avant-première» ARTICLE 1 ORGANISATION Le label Columbia de la société Sony Music Entertainment France (ci-après

Plus en détail

MODALITES DE SELECTION 2011

MODALITES DE SELECTION 2011 MODALITES DE SELECTION 2011 LICENCE PROFESSIONNELLE CREATIONS ET DEVELOPPEMENTS NUMERIQUES EN LIGNE GOBELINS, l'école de l'image Site Paris - 73 boulevard Saint Marcel - 75013 PARIS tél. 01 40 79 92 12

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT 1. Le moteur vulcain C. Expliquer le principe d action réaction aussi appelé le principe des actions réciproques qui s applique dans le moteur Vulcain. Vous pouvez-vous aider du schéma ci-dessous. A. Quels

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DES DROITS DE L HOMME INTERNATIONAL INSTITUTE OF HUMAN RIGHTS

INSTITUT INTERNATIONAL DES DROITS DE L HOMME INTERNATIONAL INSTITUTE OF HUMAN RIGHTS INSTITUT INTERNATIONAL DES DROITS DE L HOMME INTERNATIONAL INSTITUTE OF HUMAN RIGHTS Fondé par / Founded by René Cassin (1969) L ENFANT ET LE DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE L HOMME 46 ème Session annuelle

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Règlement du concours 400 Coups «Selfie»

Règlement du concours 400 Coups «Selfie» Règlement du concours 400 Coups «Selfie» L agence culturelle de Wallonie picarde, Culture Wapi asbl, sise Rue de la Citadelle 124/29 à 7500 Tournai (ci-après «les organisateurs») organisent un concours

Plus en détail

Le concours scolaire «carnet de voyage» de l école à l université organisé par le CRDP de l académie de Clermont-Ferrand.

Le concours scolaire «carnet de voyage» de l école à l université organisé par le CRDP de l académie de Clermont-Ferrand. Le concours scolaire «carnet de voyage» de l école à l université organisé par le CRDP de l académie de Clermont-Ferrand. Le CRDP de l académie de Clermont-Ferrand profite du temps fort qu est le rendez-vous

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

LES LANCEURS SPATIAUX

LES LANCEURS SPATIAUX Texte de la 266 e conférence de l'université de tous les savoirs donnée le 22 septembre 2000. LES LANCEURS SPATIAUX par Hubert CURIEN La conquête de l Espace par l Homme est, sans conteste, l un des plus

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DU GERS 10 Rue Michelet BP 363 32008 AUCH Cédex 8 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION

CENTRE HOSPITALIER DU GERS 10 Rue Michelet BP 363 32008 AUCH Cédex 8 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION CENTRE HOSPITALIER DU GERS 10 Rue Michelet BP 363 32008 AUCH Cédex 8 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE DE TRAVAUX DE PEINTURE A LA MAS VILLENEUVE PROCEDURE ADAPTEE AVEC PUBLICITE

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Dilemme»

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Dilemme» REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Dilemme» ARTICLE 1 La société M6 WEB, 89, avenue Charles de Gaulle, 92575 NEUILLY-SUR-SEINE Cedex, organise à l occasion de la diffusion de l émission «Dilemme»

Plus en détail

LE CONTRAT DE COPRODUCTION

LE CONTRAT DE COPRODUCTION LE CONTRAT DE COPRODUCTION 1. Parties 2. Objet 3. Durée 4. Responsabilité de la production 5. Budget et financement de la production 6. Répartition des recettes d exploitation 7. Livraison des masters

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Le présent cahier des charges comporte 8 pages numérotées de 1 à 8 CHAMBRE RÉGIONALE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE CORSE

CAHIER DES CHARGES. Le présent cahier des charges comporte 8 pages numérotées de 1 à 8 CHAMBRE RÉGIONALE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE CORSE CAHIER DES CHARGES Référence : CRM2008/001 Objet : Création d un logo et réalisation d un support de communication Remise des offres : Date limite de réception des offres : 28 août 2008 à 16 heures Adresse

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

«MARCHE DE COMMUNICATION DU SALON ACTIV AGE» CAHIER DES CHARGES

«MARCHE DE COMMUNICATION DU SALON ACTIV AGE» CAHIER DES CHARGES Marché de service passé selon la procédure adaptée (Article 28 du code des marchés publics) avec faculté de négociations «MARCHE DE COMMUNICATION DU SALON ACTIV AGE» CAHIER DES CHARGES DÉNOMINATION DU

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS inter régional de Pocket Films sur le travail

REGLEMENT DU CONCOURS inter régional de Pocket Films sur le travail ARACT AQUITAINE ARACT AUVERGNE ARACT BASSE-NORMANDIE ARACT CENTRE ARACT HAUTE-NORMANDIE ARACT MARTINIQUE ARACT PAYS DE LA LOIRE ARACT POITOU CHARENTES REGLEMENT DU CONCOURS inter régional de Pocket Films

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / La France a un incroyable talent 2011»

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / La France a un incroyable talent 2011» REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / La France a un incroyable talent 2011» ARTICLE 1 La société M6 WEB, 89, avenue Charles de Gaulle, 92575 NEUILLY-SUR-SEINE Cedex, organise à l occasion de la

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION 1 / 8 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET DE L APPEL D OFFRES 3 ARTICLE 2 - CONDITIONS DE L APPEL D OFFRES 3 ARTICLE 3 - PRESENTATION DES

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Qui est la taupe»

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Qui est la taupe» REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Qui est la taupe» ARTICLE 1 La société M6 WEB, 89, avenue Charles de Gaulle, 92575 NEUILLY-SUR-SEINE Cedex, organise à l occasion de la diffusion de l émission

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Un trésor dans votre maison 40»

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Un trésor dans votre maison 40» REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / Un trésor dans votre maison 40» ARTICLE 1 La société M6 WEB, 89, avenue Charles de Gaulle, 92575 NEUILLY-SUR-SEINE Cedex, organise à l occasion de la diffusion

Plus en détail

Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine

Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine 1. Présentation d HF Née en novembre 2009 à l initiative de femmes et d hommes travaillant dans le domaine du spectacle, de la

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION

MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION VILLE DE MIOS Service Commande publique Place du XI novembre BP 13 33380 MIOS MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHÉ DE MAÎTRISE D ŒUVRE A PROCEDURE ADAPTEE EN

Plus en détail

CIRCULAIRE CONJOINTE. Ministère de l éducation nationale. la défense. du patrimoine et des archives

CIRCULAIRE CONJOINTE. Ministère de l éducation nationale. la défense. du patrimoine et des archives CIRCULAIRE CONJOINTE Ministère de l éducation nationale Ministère de la défense Ministère de l éducation nationale Direction de l enseignement scolaire Ministère de la défense Direction de la mémoire,

Plus en détail

Règlement de participation 2015

Règlement de participation 2015 et Règlement de participation 2015 Article 1 L Association Française d Astronomie (AFA), dont le siège social est situé au 17, rue Émile Deutsch de la Meurthe 75014 Paris - France, organise la deuxième

Plus en détail

YICCA 2015 Young International Contest of Contemporary Art

YICCA 2015 Young International Contest of Contemporary Art YICCA 2015 Young International Contest of Contemporary Art Art. 1 BUTS L'objectif de ce concours est de promouvoir les artistes inscrits, en leur donnant la possibilité de s'introduire dans le marché de

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» L édition de CD/DVD Rapport rédigé par Peter Stockinger

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Objet du marché : Audit et Conseil à la mise en place d un marché de services d assurances.

Objet du marché : Audit et Conseil à la mise en place d un marché de services d assurances. LETTRE DE CONSULTATION ETABLIE DANS LE CADRE D UNE PROCEDURE ADAPTEE (art 28CMP) UNIVERSITE DE NIMES- Rue du Docteur Georges SALAN 30 021 NIMES Cedex 1 Destinataire : Objet du marché : Audit et Conseil

Plus en détail

GUIDE DES PROCEDURES APPEL A PROJETS 2013 DE RECHERCHE-ACTION

GUIDE DES PROCEDURES APPEL A PROJETS 2013 DE RECHERCHE-ACTION GUIDE DES PROCEDURES APPEL A PROJETS 2013 DE RECHERCHE-ACTION Thématique - Innovation sociale - Nouveaux usages numériques Contact : Pôle Recherche, Enseignement Supérieur et Innovation - Région Auvergne

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS : «BOURSES JEUNES TALENTS 2015 DE LA FONDATION GLENAT»

REGLEMENT DU CONCOURS : «BOURSES JEUNES TALENTS 2015 DE LA FONDATION GLENAT» REGLEMENT DU CONCOURS : ARTICLE 1 : SOCIETE ORGANISATRICE Le présent concours des est organisé par la fondation d entreprise Glénat, créée par l arrêté préfectoral n 2012258-0004 du 14 septembre 2012 situé

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil de surveillance

Règlement intérieur du Conseil de surveillance Règlement intérieur du Conseil de surveillance 1. Préambule...3 2. Rôle du Conseil de surveillance...4 2.1. Mission générale de contrôle permanent... 4 2.2. Rôle de vérification du bon exercice du pouvoir

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Elaboration de tableaux de bord sur l emploi (éditions 2011, 2012 et 2013)

Elaboration de tableaux de bord sur l emploi (éditions 2011, 2012 et 2013) REPUBLIQUE DU BENIN = + = + = + = MINISTERE CHARGE DE LA MICROFINANCE, DE L EMPLOI DES JEUNES ET DES FEMMES (MCMEJF) = + = + = + = + = Agence Nationale Pour l Emploi (ANPE) = + = + = + = TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015

RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015 RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015 (CASTING ET DÉPÔT DE MUSIQUE SUR INTERNET) ARTICLE 1 L ORGANISATEUR L association FÉDÉRATION RHÔNE ALPES DU CRÉDIT AGRICOLE, dont le siège social est situé 465 rue

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

APPEL A PROJETS. WE NETWORK Le Silicium - 3, Avenue du Bois L abbé - 49070 BEAUCOUZE MARS 2015

APPEL A PROJETS. WE NETWORK Le Silicium - 3, Avenue du Bois L abbé - 49070 BEAUCOUZE MARS 2015 APPEL A PROJETS Appel à projets à destination des PME pour l émergence et l accompagnement de projets d innovation en Pays de Loire dans le domaine des objets et solutions communicants (Internet des objets,

Plus en détail

PRIX EUROPÉEN D INTERVENTION SUR LE PATRIMOINE

PRIX EUROPÉEN D INTERVENTION SUR LE PATRIMOINE EUROPEAN AWARD FOR ARCHITECTURAL HERITAGE INTERVENTION AADIPA 2ème édition PRIX EUROPÉEN D INTERVENTION SUR LE PATRIMOINE ARCHITECTURAL AADIPA Le Prix Européen d Intervention sur le Patrimoine Architectural

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

Règlement du Concours. «Meilleure innovation dans le domaine des Technologies de l Information et dela Communication»

Règlement du Concours. «Meilleure innovation dans le domaine des Technologies de l Information et dela Communication» 1 ALGERIE TELECOM-Spa DIRECTION GENERALE Règlement du Concours «Meilleure innovation dans le domaine des Technologies de l Information et dela Communication» 2 Avril 2015 Page 1 Article 1. Contexte et

Plus en détail

APPEL A PROJET POUR L ACQUISITION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DANS LA ZONE EST DU DEPARTEMENT DU VAL D OISE

APPEL A PROJET POUR L ACQUISITION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DANS LA ZONE EST DU DEPARTEMENT DU VAL D OISE APPEL A PROJET POUR L ACQUISITION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DANS LA ZONE EST DU DEPARTEMENT DU VAL D OISE A destination de promoteurs, constructeur s, agents immobiliers et architectes Par tout organisme

Plus en détail

«Une préparation aux concours administratifs»

«Une préparation aux concours administratifs» «Une préparation aux concours administratifs» Le Centre de Préparation à l Administration Générale (CPAG) de Sciences Po Lyon prépare aux concours d accès aux emplois de catégorie A des fonctions publiques

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES CENTRE DE DOCUMENTATION NUMERIQUE ET DE FORMATION

Plus en détail

Règlement du Concours "Filme nous la Comté"

Règlement du Concours Filme nous la Comté Règlement du Concours "Filme nous la Comté" La première édition du concours se tiendra en 2015. Ce dernier est organisé par l'association Club Ciné d'yronde et Buron, loi 1901. Le concours "Filme nous

Plus en détail

TRAITÉS ET PRINCIPES

TRAITÉS ET PRINCIPES TRAITÉS ET PRINCIPES DES NATIONS UNIES RELATIFS À L ESPACE EXTRAATMOSPHÉRIQUE Printed in Austria V.02-57670 November 2002 185 United Nations publication Sales No. F.02.I.20 ISBN 92-1-200258-7 ST/SPACE/11

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DIRECTION GENERALE DES PATRIMOINES

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DIRECTION GENERALE DES PATRIMOINES MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DIRECTION GENERALE DES PATRIMOINES Sous-direction des affaires financières et générales 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris cedex 01 Service bénéficiaire :

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Dossier complet à retourner ou à déposer avant le 08 septembre 2015 à : jeunesentreprises@strasbourg.cci.fr nweiser@cm-alsace.fr OU CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin Pôle Création/Cession

Plus en détail

LETTRE DE CONSULTATION 2011-08

LETTRE DE CONSULTATION 2011-08 MARCHE DE SERVICE EN PROCEDURE ADAPTEE (art 28 CMP) Objet du marché : Audit et Conseil à la mise en place d un marché de services d assurances LETTRE DE CONSULTATION 2011-08 Date et heure limite de réception

Plus en détail

Notice du concours admission sur licence. Ecole Centrale Casablanca

Notice du concours admission sur licence. Ecole Centrale Casablanca Notice du concours admission sur licence Ecole Centrale Casablanca 2015 Ce concours vise à recruter des élèves en licence universitaire. Il a vocation à identifier des étudiants : Ayant déjà atteint un

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU FESTIVAL DU FILM 2015 13.05.2015 17.05.2015

REGLEMENT DU JEU FESTIVAL DU FILM 2015 13.05.2015 17.05.2015 REGLEMENT DU JEU FESTIVAL DU FILM 2015 13.05.2015 17.05.2015 ARTICLE 1. ORGANISATION ET DUREE Europcar France, Société par Actions Simplifiée au capital de 10 880 000 euros, dont le siège social est situé

Plus en détail

Guide du mémoire de fin d études

Guide du mémoire de fin d études Guide du mémoire de fin d études à destination des enseignants et des étudiants Septembre 2011 AVERTISSEMENT Ce document rassemble les dispositions réglementaires d une part, le cadre des dispositions

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION 1 Politique de communication Corporation de développement communautaire MRC de L Assomption Introduction Mise en contexte Issue de la Table de concertation des organismes communautaires MRC de L Assomption,

Plus en détail