LA SIMULATION MENTALE DU MOUVEMENT :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SIMULATION MENTALE DU MOUVEMENT :"

Transcription

1 Rappels théoriques Pratiques kinésithérapiques Les limites de l apprentissage Perspectives et avenir LA SIMULATION MENTALE DU MOUVEMENT : Nicolas GUEUGNEAU 1, Thierry POZZO 1, Charalambos PAPAXANTHIS 1 MOTS CLÉS D un point de vue appliqué, l imagerie motrice a un impact positif sur l apprentissage moteur. Son efficacité clinique en réhabilitation neurologique doit être désormais mieux quantifiée 1 INSERM-M 0207 Motricité et plasticité Université de Bourgogne Dijon (21) Nous remercions le Conseil régional de Bourgogne pour son soutien financier GRÂCE à l intérêt des neurosciences cognitives pour l étude de la motricité humaine, au sens d une intégration du monde physique, du corps et de leur interaction par le système nerveux central (SNC), notre compréhension des mécanismes biologiques qui sous-tendent les représentations motrices n a cessé d évoluer ces dernières années. Si jusque dans les années 70 les images mentales étaient considérées comme des épiphénomènes de l activité mentale, indépendants de toute modalité sensorielle, nous savons aujourd hui que voir, entendre ou bouger une partie de son corps mentalement sont des activités mettant en jeu des mécanismes spécifiques proches des activités perceptivo-motrices réelles correspondantes. L image mentale en tant qu objet d étude intégré dans le processus de traitement de l information est aujourd hui appréhendée à l aide de paradigmes issus de la psychologie et des neurosciences cognitives. L imagerie motrice est une catégorie particulière d image mentale. Là où les images mentales visuelles ou auditives engagent spécifiquement des zones du cerveau habituellement impliquées dans la perception visuelle ou auditive [1, 2, 3], la simulation mentale d un Apprentissage moteur Imagerie motrice Neurophysiologie Réhabilitation Simulation acte moteur engage de manière tout aussi spécifique le système sensori-moteur. L imagerie motrice met ainsi en jeu des mécanismes neurocognitifs proches de ceux impliqués dans la programmation et dans l exécution motrice [4]. Une image motrice est une forme de représentation interne consciente et conserve de nombreuses propriétés du mouvement. C est un état dynamique durant lequel un être humain se représente mentalement une activité motrice sans l activité musculaire nécessaire à la production de mouvement [5, 6] ; on parle également d imagerie interne ou d imagerie à la 1 ère personne. Action exécutée et action simulée interagissent et sont liées fonctionnellement. C est, d une part l intériorisation progressive des activités sensori-motrices du sujet dans son environnement qui permet la genèse des images motrices durant le développement ontogénétique, des schèmes simples aux actions complexes [7]. Il paraît difficilement concevable que la représentation préexiste à l action ; il n y a pas action sans représentation, ni représentation sans action. D autre part les images mentales d une action peuvent avoir un impact sur la motricité, et 29

2 LA SIMULATION MENTALE DU MOUVEMENT : A B PSYCHOLOGIE ET NEUROPHYSIOLOGIE DE L ACTION MENTALEMENT SIMULÉE : du cerveau au muscle? Sites cérébraux et voie cortico-spinale (fig. 1) C Figure 1 Image IRM moyenne (n = 6) des cerveaux de sujets sains imaginant et exécutant des mouvements des doigts et des orteils A- Activation au niveau de l aire motrice cingulaire (CMAc) lors de l imagination de mouvements des doigts B- Activation de la même aire motrice lors de l exécution de mouvements des doigts C- Activation du cortex moteur primaire (M1) et de l aire motrice supplémentaire (SMA) lors de l imagination de mouvements des orteils D- Activation des mêmes aires lors de l exécution de mouvements des orteils. Notez la similarité de l activité neuronale entre mouvement imaginé et mouvement exécuté (entre A et B, entre C et D) Adapté de Ehrsson et coll., 2003 peuvent ainsi modifier ou améliorer de manière substantielle la performance motrice (e.g. entraînement mental et réhabilitation neurologique). Cet article propose une synthèse des connaissances récentes sur l imagerie motrice. Nous montrerons comment l imagerie motrice s est révélée un puissant outil pour mieux comprendre le contenu des représentations motrices et comment elle revisite la dichotomie classique perception-action. Il s articulera autour de trois axes : le premier traitera d études montrant l existence de mécanismes communs entre l action simulée et l exécution motrice. Puis, nous verrons comment l imagerie motrice rentre dans les champs du contrôle moteur et de la cognition motrice, à travers la théorie de la simulation. Enfin, nous présenterons les implications cliniques de l imagerie motrice et les données les plus récentes concernant notamment l imagerie, le vieillissement et la chronobiologie. D L avènement de la neuro-imagerie anatomo-fonctionnelle a permis d identifier et de mieux comprendre le fonctionnement des réseaux neuronaux impliqués dans de nombreux processus cognitifs humains. Les techniques de cartographies cérébrales ont ainsi pu mettre à jour les structures neurophysiologiques participant à la simulation mentale du mouvement. Une donnée majeure apportée par ces outils est le large chevauchement des substrats neurophysiologiques sousjacents à l exécution du mouvement et à sa simulation mentale. Il a été montré que, lors de l imagination d un acte moteur, les patterns d activations des sites cérébraux dédiés à la programmation et au contrôle du mouvement sont semblables à ceux observés lors du même acte réellement exécuté. L aire motrice supplémentaire (AMS) et le cortex prémoteur sont ainsi systématiquement activés lors de tâches d imagerie motrice [8,9, 10]. Les ganglions de la base, le cervelet et le cortex pariétal, impliqués dans le contrôle et la planification du mouvement, participent aussi à l élaboration et aux transformations des images motrices [11, 12]. L étude des performances chez des patients neurologiques a également permis de confirmer la participation déterminante du cortex pariétal et du cervelet dans des tâches d imagerie motrice [13, 14], les patients cérébelleux et pariétaux présentant des déficiences spécifiques dans l imagination du mouvement. Si plusieurs centres corticaux et sous-corticaux du contrôle moteur sont impliqués dans l imagerie motrice, la participation du cortex moteur primaire (M1), zone a priori exclusivement motrice, a un temps posé question. Néanmoins, deux faisceaux d expérimentations mettent en avant sa participation dans des tâches de pure simulation mentale. D une part l utilisation de l imagerie fonctionnelle par résonance magnétique (IRMf) a permis de déceler une activité significative de M1 dans des tâches 30

3 d imagerie mentale, en contrôlant que cet effet ne soit pas induit par des feedbacks proprioceptifs dus à une activité électromyographique [15, 16, 17]. De manière plus étonnante encore, l activité de M1 durant l imagerie motrice, mais aussi celle du cervelet et du cortex pariétal, est latéralisée et somatotopique [18, 19, 20]. L activité cérébrale indique alors que s imaginer mouvoir une partie de son corps repose moins sur des représentations cognitives abstraites que sur une réelle simulation motrice impliquant les structures cérébrales spécifiques aux effecteurs engagés dans le processus d imagerie motrice. Le second faisceau d études qui approfondit l idée de la participation du système moteur dans l imagination du mouvement vient des expérimentations sur l excitabilité des voies motrices descendantes. La technique de la stimulation magnétique transcrânienne (SMT) permet d évaluer le niveau d excitabilité de la voie corticospinale en mesurant les potentiels moteurs évoqués (PME) sur des muscles cibles en réponse à une stimulation de M1. De nombreux auteurs ont alors montré que l imagerie motrice modulait systématiquement l excitabilité du système corticospinal [21, 22, 23, 24]. Activités physiologiques périphériques (fig. 2) Normalement indépendant du contrôle volontaire, le système nerveux autonome est également mis en œuvre dans des tâches de simulation mentale de mouvement. De la même manière que lors de l exercice physique réel, une élévation significative du rythme cardiaque et de la ventilation respiratoire quelques secondes après le début de l exercice mentalement simulé a été reportée dans plusieurs études. De plus, l augmentation de l activité végétative est significativement corrélée à l intensité de l effort physique imaginé, et a été reportée pour différentes tâches d imagerie motrice [28, 29, 30]. Afin d attribuer cette modulation de l activité autonome à des facteurs centraux liés à la programmation motrice, l activité musculaire a été évaluée lors d efforts imaginés. Ainsi, Decety et coll. [30] n ont montré aucune variation du métabolisme musculaire pendant l exercice physique imaginé (phosphocréatine intramusculaire - PCr). L intensité des PME est spécifiquement augmentée sur les muscles engagés dans le mouvement imaginé, et non sur les muscles antagonistes. De manière intéressante, cette facilitation des PME durant l imagerie est proche de celle observée durant la performance motrice. Concernant l origine de cette facilitation des PME durant l imagerie motrice, deux principaux résultats s opposent dans la littérature. En premier lieu, quelques auteurs ont reporté une augmentation de l excitabilité au niveau spinal en mesurant par exemple le reflex H [25, 26]. Celle-ci était cependant associée à une activité électromyographique qui pourrait signifier que les sujets bougent légèrement pendant la tâche et n effectuent donc pas seulement un mouvement imaginé. Néanmoins, de nombreuses investigations révèlent que le niveau d excitabilité de la voie réflexe demeure inchangé en imagerie motrice et suggèrent ainsi que l augmentation des PME puisse avoir une origine corticale plutôt que spinale, liée à une augmentation de l excitabilité du cortex moteur [22, 24, 27]. Figure 2 Exemple de modification de l activité du système nerveux autonome durant un exercice physique imaginé 10 sujets devaient exécuter ou simuler mentalement un exercice physique (pédalage avec le pied droit contre une résistance de 15 kg à une fréquence de 1 Hz) 17,5 s séparent chaque point sur la courbe Les évolutions des fréquences respiratoires au cours des exercices réels et imaginés sont représentées. Celles-ci sont quasiment identiques dans les deux conditions Adapté de Decety et coll.,

4 LA SIMULATION MENTALE DU MOUVEMENT : Masse additionnelle Mouvements verticaux Mouvements horizontaux Durées (s) Figure 3 Au niveau comportemental, une des caractéristiques de l acte moteur mentalement simulé est qu il respecte presque parfaitement la durée de l action réelle, quelles que soient les contraintes du mouvement à imaginer. Le cerveau intégrerait ainsi l ensemble des contraintes corporelles et environnementales lorsque nous imaginons un mouvement Les durées moyennes (10 sujets) de mouvements de pointage du bras en réel et en imaginaire sont représentées ici. On notera que l isochronie entre mouvement réel et imaginé est respectée dans différentes conditions de direction et de masse (appliquées sur le bras pendant l expérience) Adapté de Papaxanthis et coll., 2002 Gandevia et coll. [25] ont également montré une augmentation de l activité cardio-vasculaire chez des sujets paralysés lorsque ceux-ci imaginaient ou essayaient de contracter leurs muscles ; la paralysie étant complète les changements végétatifs observés ne peuvent être attribués à aucune activité musculaire résiduelle. La participation des effecteurs végétatifs lors de tâches d imagerie motrice est une preuve de la participation des structures centrales de la programmation motrice. Cet effet pourrait être un mécanisme permettant d anticiper la demande énergétique en réduisant ainsi le délai nécessaire pour activer le système cardio-respiratoire [31]. Chronométrie mentale (fig. 3) La similarité des mécanismes neurophysiologiques entre action réelle et action simulée ne garantit pas que le contenu d une image motrice soit strictement identique à sa contrepartie réellement exécutée. Des expérimentations psychophysiques utilisant le paradigme de la chronométrie mentale permettent alors de montrer que l image motrice, en plus d engager des circuits neuronaux semblables à ceux de la programmation et du contrôle moteur, est soumise aux mêmes contraintes et lois que l action réelle. La durée du mouvement imaginaire est par exemple strictement corrélée à celle du mouvement réel [5, 32, 33, 34, 35]. Des études comportementales ont également montré que les lois motrices et les contraintes biomécaniques s appliquent aux mouvements imaginés. Par exemple, le conflit vitesseprécision (exprimé par la loi de Fitts [36]) s applique de manière spectaculaire à différentes tâches d imagerie motrice [37, 38]. Plus le mouvement à imaginer est difficile, et plus sa durée est importante (de la même manière que le mouvement réel), la simulation mentale intègre ainsi les caractéristiques spatio-temporelles de la performance motrice. L idée d une prise en compte des caractéristiques physiques de la tâche lors du processus d imagerie est aussi appuyée par des expériences où les contraintes mécaniques de la tâche motrice ont été manipulées. Notre équipe a ainsi montré que lorsqu on modifie la masse ou l inertie d un membre du corps impliqué en imagerie motrice, les sujets parviennent parfaitement à prédire la durée du mouvement. L isochronie entre mouvement réel et simulé est ainsi toujours conservée [6, 34]. D autre part, la dépendance de l imagerie motrice à l effecteur engagé dans la tâche a également été confirmée grâce à des paradigmes psychophysiques. Maruff et coll. [38] montrent alors que l asymétrie temporelle observée lors d une tâche motrice entre la main dominante et non dominante est également présente lors de la même performance réalisée mentalement. De la même manière, Sirigu et coll. [39] montrent que les déficiences motrices affectant un membre (à la suite d une lésion du cortex moteur) se retrouvent à l identique lors de l imagerie motrice. La durée du mouvement imaginaire impliquant le membre lésé est identique à la durée du mouvement réel effectué par ce même membre. Ainsi, de la nature sélective et unilatérale de la lésion, on peut conclure que l imagerie motrice n est pas une entité généraliste, résumé d une fonction cognitive, mais qu elle s adresse spécifiquement aux représentations motrices correspondant aux effecteurs choisis [39]. IMAGE MOTRICE ET THÉORIE DE LA SIMULATION Les résultats expérimentaux mettant en avant des similitudes fonctionnelles entre l action et sa représentation mentale consciente (ici l imagerie motrice) sont à l origine 32

5 de la théorie de la simulation. Cette synthèse conceptuelle proposée par Jeannerod [31] stipule que l action imaginée est en fait une action, à la seule différence qu elle n est pas exécutée. Tout acte moteur implique des étapes observables (correspondant à l exécution proprement dite), mais également des étapes simulées qui incluent le but de l action, les moyens de l accomplir et les conséquences de celle-ci sur l organisme et sur le monde. Dans cette perspective, l imagerie motrice est une forme d action simulée au même titre que d autres processus cognitifs liés à la motricité, qu ils soient conscients ou non. Ainsi, l observation d une action, le jugement prospectif d une action (sa faisabilité) ou l action intentée mettent également en jeu un processus de simulation motrice impliquant les centres nerveux du contrôle moteur. L imagerie motrice serait alors une réplique interne, en terme neuronal, du mouvement réel. La théorie prédit un important chevauchement des mécanismes neuronaux entre ces différents mécanismes de simulations motrices ; il existerait de cette manière une continuité, une imbrication étroite entre l action réelle et l action mentalement représentée. Les données psychophysiques et neurophysiologiques de la perception du mouvement et de l imagerie motrice arguent en faveur de cette théorie. À travers ce champ théorique, il apparaît logique que nous puissions apprendre par imagerie motrice puisque les mêmes structures neurophysiologiques sont impliquées lors de l exécution et lors de l imagerie motrice. En élargissant ce principe à d autres activités cognitives, cette facilitation du système moteur durant la simulation pourrait également expliquer pourquoi nous sommes capables d apprendre par l observation du mouvement [40] et par l imitation [41]. IMPLICATIONS CLINIQUES DE L IMAGERIE MOTRICE Apprentissage moteur (fig. 4) L idée que la performance motrice puisse être améliorée par l entraînement mental n est pas nouvelle. Grâce à des % de la force musculaire pré-entraînement Temps (semaines) Figure 4 Effet d un entraînement en imagerie motrice de 8 semaines (15 mn par jour, 5 fois par semaine) sur la force musculaire A- Évolution de la force développée par l abducteur du petit doigt avant, pendant et après un entraînement mental (ABD = abducteur du petit doigt). Gain maximal de 40 % 4 semaines après la fin de l entraînement sur un groupe de 8 sujets (ELB = fléchisseurs du bras) B- Évolution de la force développée par les fléchisseurs du bras sur un groupe de 8 sujets. Gain maximal de 13,5 % à la fin de l entraînement. Les groupes contrôles (CTRL) n ont aucune variation significative de leur force B0-4 = semaines pré-entraînement D2-12 = entraînement A2-12 ou 18 = postentraînement Adapté de Ranganathan et coll., 1993 index de précision spatiale et de temps d exécution, la littérature en psychologie du sport a ainsi montré que la pratique mentale pouvait améliorer la performance motrice (lancers-francs au basket par exemple). Ces investigations montrent généralement que les progrès, bien qu inférieurs à ceux induits par la pratique physique, sont supérieurs à ceux des groupes contrôles qui ne pratiquent pas [42, 43]. Néanmoins, ces études proposent généralement une pratique mentale plutôt que de la pure imagerie motrice. Faisant référence à l imagerie motrice mais aussi à d autres formes d imagerie mentale, ces résultats sont difficilement imputables au strict processus d imagerie motrice. Les études citées ci-dessous utilisent toutes l imagerie motrice dans leur protocole. 33

6 LA SIMULATION MENTALE DU MOUVEMENT : À l aide de mesures plus fines de la performance, des études comportementales récentes confirment l influence déterminante de l entraînement mental sur certaines caractéristiques précises de l acte moteur. Yagüez et coll. [44] ont montré qu un entraînement en imagerie motrice de 10 mn pouvait substantiellement améliorer les caractéristiques cinématiques de tâches grapho-motrices. Notre équipe a aussi confirmé et approfondi ce résultat pour une tâche de pointage visuo-moteur complexe avec de fortes contraintes de vitesse et de précision [35]. Les sujets qui pratiquaient uniquement l entraînement mental (25 essais en imagerie seule) ont ainsi systématiquement augmenté la vitesse du mouvement. Aucune activité EMG n a été détectée lors de l imagerie motrice. Par ailleurs, deux études ont pu montrer un gain en force musculaire significatif grâce à l imagerie motrice, sans aucun entraînement physique [45, 46]. Yue et Cole ont montré par exemple qu après 4 semaines d entraînement mental quotidien les sujets ont augmenté de 22 % le moment musculaire développé par l abducteur du petit doigt (contre 30 % pour le groupe contractions). Ces résultats ont été attribués à des modifications neuronales de la commande motrice. Cet argument s appuie sur la Neural training hypothesis [47] qui stipule que l augmentation de la force observée lors des premières phases d entraînement musculaire est causée par des processus adaptatifs centraux, liés à la programmation motrice et non à des modifications de la structure du muscle, comme l hypertrophie. Cette dernière idée est mise en évidence grâce à des études mettant en avant des modifications fonctionnelles de l activité cérébrale induites par la pratique mentale. Pascual-Leone et coll. [48] ont montré une augmentation de l excitabilité corticale (en utilisant la stimulation magnétique transcrânienne) spécifique des aires motrices impliquées durant l acquisition d un exercice de piano à une main ; ces changements cérébraux plastiques en terme de taille de la représentation motrice étaient équivalents pour l entraînement physique et mental. Au niveau comportemental, les deux types d entraînements ont eu un impact significatif. Néanmoins le groupe qui suivait l entraînement physique a montré des améliorations plus importantes que le groupe en imagerie motrice, i.e. le niveau de performance après 5 jours d entraînement mental était équivalent à celui de l entraînement physique après seulement 3 jours de pratique. Cependant, les auteurs montrent qu une seule session de pratique physique ajoutée à la pratique en imagerie motrice suffisait à atteindre le même niveau de performance enregistrée après l entraînement physique. D autre part, en utilisant la neuro-imagerie (TEP) Jackson et coll. [49] montrent que la plasticité neurophysiologique induite par une tâche d apprentissage mental impliquant le membre inférieur est similaire à celle observée après l apprentissage physique. Toutefois, les auteurs insistent sur le fait qu au niveau comportemental les effets les plus importants sont ceux observés lorsque les deux types d entraînement sont combinés (même si l entraînement physique est équivalent à seulement 1/10 e de l entraînement mental). Réhabilitation neurologique (fig. 5) La mise en évidence de l amélioration de la performance motrice et de modifications plastiques cérébrales induites par l imagerie motrice chez le sujet sain est désormais avérée. Se pose alors la question du potentiel clinique de l imagerie en réhabilitation et en médecine physique, notamment dans le traitement spécifique de pathologies neurologiques affectant la motricité. Figure 5 Exemple d une technique originale intégrant l imagerie motrice lors de la rééducation d un membre parétique chez un patient ayant subi un accident vasculaire cérébral Le patient effectue des mouvements avec le bras non lésé face à un miroir. Durant des séances d une trentaine de minutes, il doit s imaginer que le reflet est en fait son autre bras (lésé). Ce procédé permettrait de faciliter le processus d imagerie mentale en donnant des indices visuels du mouvement à imaginer, l objectif étant d améliorer la commande motrice du membre lésé D après Stevens et coll.,

7 Rappelons que si cette nouvelle approche constitue un outil intéressant en reconditionnement ou en réhabilitation, elle reste néanmoins un complément à la pratique physique et non une alternative. La capacité d imagerie doit être bonne pour espérer obtenir un effet de la pratique mentale sur la performance motrice. En effet, certaines affections neurologiques ne permettent pas la pratique de l imagerie. Par exemple, les patients atteints de la maladie de Parkinson perdent la capacité à apprendre par imagerie motrice [50]. Concernant l évaluation de la qualité de l imagerie motrice il existe des questionnaires issus de la psychologie du sport, néanmoins certains indices cliniques simples permettent d obtenir une bonne indication de l intégrité du processus d imagerie. Par exemple, la manifestation du déficit moteur d un patient dans la durée du mouvement imaginé est un bon indicateur [39] de la capacité à imaginer ; la reproductibilité des durées lors de mouvements imaginaires d un essai à l autre constitue également un bon indice [5, 51] D une manière générale, les thérapies physiques sollicitent beaucoup les ressources des patients (endurance, force, etc.). Ainsi, un des objectifs de l imagerie motrice en réhabilitation est d augmenter la charge de travail (par le nombre de répétitions mentales) tout en préservant l intégrité physique de patients souvent fragiles. L utilisation de l imagerie motrice s est alors révélée bénéfique dans plusieurs protocoles de réhabilitation. Chez des patients avec une attaque cérébrale chronique, Page [52] et Page et coll. [53] ont montré que le recouvrement d une partie des capacités motrices du membre lésé est plus importante après une réhabilitation combinant pratique physique et mentale qu après une réhabilitation physique seule. Un entraînement par imagerie mentale et par observation du mouvement a également permis une amélioration significative de la motricité du membre parétique chez deux patients ayant une hémiparésie chronique [54]. En outre, les auteurs ont incorporé dans leur protocole, en plus de l imagerie motrice classique, une tâche de simulation mentale dans laquelle le mouvement du membre sain était vu en miroir par les patients, leur procurant l illusion de bouger leur membre lésé. S il est encore difficile d évaluer objectivement le poids réel de l imagerie motrice dans les processus de réadaptation tant les protocoles et les patients sont hétérogènes, force est de constater que l introduction de l imagerie motrice dans les techniques de réhabilitations connaît un intérêt certain. Par ailleurs, nous avons récemment développé une méthode permettant d activer les mécanismes d imagerie mentale de façon implicite [55]. Le protocole expérimental consiste à demander aux sujets de prédire la position finale et la durée d un mouvement (du bras ou du corps) projeté sur l écran d un ordinateur et qui disparaît après un certain temps (début de décélération par exemple). Le segment corporel se déplace selon les lois qui obéissent ou qui violent les invariants cinématiques du mouvement correspondant. Nous avons démontré que la précision de l extrapolation spatio-temporelle du mouvement occulté est plus élevée pour les mouvements respectant les lois cinématiques. Ceci suggère que l observation du mouvement s accompagne d une simulation implicite de l action s appuyant sur le répertoire moteur de l observateur. Sur le plan pratique, la méthode utilisée permet l évocation mentale implicite du mouvement. Ce principe est en cours d utilisation pour rééduquer par images interactives les fonctions motrices de patients hypo-actifs ou présentant des lésions centrales. Les techniques d imagerie motrice explicite ont prouvé leur efficacité comme aide à la récupération fonctionnelle après blessure chez des sportifs. L apprentissage par observation (démonstrations de modèles, observations vidéos, etc. [40]) a aussi démontré son utilité. Quelques études ont évalué l apport de techniques d imagerie motrice en médecine physique (utilisation de l entraînement mental pour la récupération fonctionnelle après accident vasculaire cérébral par exemple ou chez les sujets âgés hypoactifs et chuteurs [53, 56, 57]). Ces méthodes sont toutes basées sur une implication consciente des sujets dans les processus d imagerie motrice explicite. Au contraire, la méthode que nous proposons est basée sur l apprentissage et le réapprentissage implicite par observation dont l avantage est de mettre en œuvre des mécanismes automatiques ne nécessitant pas la focalisation de l attention du sujet sur l action à améliorer. 35

8 LA SIMULATION MENTALE DU MOUVEMENT : importantes le matin et le soir. Mais, le plus intéressant est néanmoins le fait que l isochronie entre mouvement réel et mouvement simulé, habituellement observée dans la plupart des études, n est plus présente le matin et le soir. La qualité de la représentation mentale et de la prédiction motrice pourrait alors être sous l influence d une rythmicité circadienne, la précision de l imagerie motrice étant la plus élevée l après-midi, entre 14 et 20 h. Ainsi, un entraînement ou une réhabilitation utilisant l imagerie pourrait avoir un impact différent sur la motricité selon qu il est effectué à certaines heures de la journée. Figure 6 Variation journalière de l imagerie motrice Durées moyennes de mouvements réels ( ) et imaginaires ( ) pour 3 tâches motrices enregistrées à 6 moments de la journée (10 sujets). Mouvement imaginé et exécuté fluctuent de manière circadienne (les courbes cosinus représentées ont une période de 24 h). Néanmoins, la qualité de la simulation mentale du mouvement n est pas constante, l isochronie entre mouvement réel et imaginé est en effet respectée seulement l après-midi (ici à 14, 17 et 20 h) Deuxièmement, notre équipe a réalisé des études préliminaires concernant les effets du vieillissement sur la capacité à prédire les durées du mouvement, en utilisant également un paradigme de chronométrie mentale [59]. Les personnes âgées semblent ainsi conserver de bonnes capacités en imagerie motrice et prédisent correctement les durées du mouvement à imaginer quand ceux-ci n impliquent pas de contraintes spatio-temporelles (conflit vitesse-précision) ou dynamiques (inertie, gravité) élevées. Par conséquent, une réhabilitation basée sur la technique de l imagerie motrice est possible chez la personne âgée quand elle fait appel à des schémas moteurs simples. Chronobiologie et vieillissement (fig. 6) Nous présentons brièvement enfin deux résultats issus de nos travaux qui pourraient également trouver des applications cliniques. Le premier concerne les variations circadiennes du processus d imagerie motrice. Si de nombreuses activités motrices et cognitives sont connues pour présenter une fluctuation circadienne (en fonction de l heure de la journée), aucune investigation ne s est à ce jour intéressée à la rythmicité biologique de l imagerie motrice [58]. Ainsi, nos premiers résultats montrent que, de la même manière que la performance motrice, l imagerie motrice présente une forte fluctuation circadienne. Les durées des mouvements, quelles que soient leur modalité (réel ou imaginé), suivent alors une fonction sinus d une période de 24 h typique des rythmes circadiens avec les durées les plus courtes durant l après-midi et les plus CONCLUSION Cette brève synthèse de la littérature montre que l imagerie motrice est une simulation de l action réelle, une réplique interne du mouvement en termes de structures nerveuses et de ressources cognitives. Nous sommes désormais loin de la vision des premiers psychologues pour qui les images mentales étaient de purs mécanismes mentaux coupés de leurs racines sensori-motrices. En conservant ainsi l ensemble des caractéristiques physiques de l environnement et du corps, cette forme de représentation motrice consciente permet à l être humain de simuler les mouvements corporels sans activer les effecteurs musculaires correspondants. La découverte des mécanismes cognitifs de l imagerie motrice a même permis d examiner les bases neuronales de certains mouvements ne pouvant pas être étudiés avec la neuro-imagerie (pour la locomotion par exemple [60]) et, plus généralement a permis une évolution qualitative 36

9 des neurosciences cognitives en replaçant le large champ de la motricité humaine au cœur de la cognition humaine, ce que Jeannerod appelle la cognition motrice. D un point de vue appliqué, l imagerie motrice a un impact positif sur l apprentissage moteur. Son efficacité clinique en réhabilitation neurologique doit être désormais mieux quantifiée. Seule la reproductibilité des méthodologies et des résultats permettra d envisager les techniques optimales de rééducation en proposant des protocoles individualisés et adaptés à la pathologie neurologique. Indexation Internet : Imagerie Neurologie 1. KOSSLYN SM, BEHRMANN M, JEANNEROD M. The cognitive neuroscience of mental imagery. Neuropsychologia 1995;33: SLOTNICK SD, THOMPSON WL, KOSSLYN SM. Visual mental imagery induces retinotopically organized activation of early visual areas. Cereb Cortex 2005;15: KING AJ. Auditory neuroscience: activating the cortex without sound. Curr Biol 2006;16:R DECETY J. The neurophysiological basis of motor imagery. Behav Brain Res 1996;77: PAPAXANTHIS C, POZZO T, SKOURA X, SCHIEPPATI M. Does order and timing in performance of imagined and actual movements affect the motor imagery process? The duration of walking and writing task. Behav Brain Res 2002;134: PAPAXANTHIS C, SCHIEPPATI M, GENTILI R, POZZO T. Imagined and actual arm movements have similar durations when performed under different conditions of direction and mass. Exp Brain Res 2002;143: PIAGET J, INHELDER B. L image mentale chez l enfant. Paris : PUF, STEFAN K, FINK GR, PASSINGHAM R, SIBEBERSWEIG AO. CEBALLOS-BAUMANN AO, FRITH C, FRACKOWIAK RSJ. Functional antomy of the mental representation of upper extremity movements in healthy subjects. J Neurophysiol 1993;73: DECETY J, PERANI D, JEANNEROD M, BETTINARDI V, TADARY B, WOODS R, MAZZIOTTA JC, FAZIO F. Mapping motor representations with positron emission tomography. Nature 1994;371: LANG W, PETIT L, HOLLINGER P, PIETRZYK U, TZOURIO N, MAZOYER B, BERTHOZ A. A PET study of oculomotor imagery. NeuroReport 1994;5: GERARDIN E, SIRIGU A, LEHERICY S, POLINE J-B, GAYMARD B, MARSAULT C, AGID Y, Le BIHAN D. Partially overlapping neural networks for real and imagined hand movements. Cereb Cortex 2000;10: NAITO E, KOCHIYAMA T, KITADA R, NAKAMURA S, MATSUMURA M, YONEKURA Y, SADATO N. Internally simulated movement sensations during motor imagery activate cortical motor areas and the cerebellum. J Neurosci 2002;22(9): SIRIGU A, DUHAMEL JR, COHEN L, PILLON B, DUBOIS B, AGID Y. The mental representation of hand movements after parietal cortex damage. Science 1996;273: GONZALEZ B, RODRIGUEZ M, RAMIREZ C, SABATE M. Disturbance of motor imagery after cerebellar stroke. Behav Neurosci 2005;119: ROTH M, DECETY J, RAYBAUDI M, MASSARELLI R, DELON-MAR- TIN C, SEGEBARTH C, MORAND S, GEMIGNANI A, DECORPS M, JEANNEROD M. Possible involvement of primary motor cortex in mentally simulated movements, and fmri study. Neuro- Report 1996;7: LUFTAR, SKALEJ M, STEFANOU A, KLOSE U, VOIGT K. Comparing motionand imagery-related activation in the human cerebellum: a functional MRI study. Hum Brain Map 1998;6: LOTZE M, MONTOYA P, ERB M, HULSMANN E, FLOR H, KLOSE U, BIRBAUMER N, GRODD W. Activation of cortical and cerebellar motor areas during executed and imagined hand movements: an fmri study. J Cogn Neurosci 1999;11: EHRSSON HH, GEYER S, NAITO E. Imagery of voluntary movement of fingers, toes, and tongue activates corresponding body-part-specific motor representations. J Neurophysiol 2003;90: WOLBERS T, WEILLER C, BUCHEL C. Contralateral coding of imagined body parts in the superior parietal lobe. Cereb Cortex 2003;13: MICHELON P, VETTEL JM, ZAC JM. Lateral somatotopic organization during imagined and prepared movements. J Neurophysiol 2006;95: Bibliographie 21. KIERS L, FERNANDO B, TOMKINS D. Facilitatory effect of thinking about a movement on magnetic motor evoked potentials. Electroencephalogr Clin Neurophysiol 1997;105: ABBRUZZESE G, ASSINI A, BUCCOLIERI A, MARCHESE R, TROMPETTO C. Changes in intracortical inhibition during motor imagery in humans subjects. Neurosci Lett 1999;263: FADIGA L, BUCCINO G, CRAIGHERO L, FOGASSI L, GALLESE V, PAVESI G. Corticospinal excitability is specifically modulated by motor imagery: a magnetic stimulation study. Neuropsychologia 1999;37: HASHIMOTO R, ROTHWELL JC. Dynamic changes in corticospinal excitability during motor imagery. Exp Brain Res 1999;125: a GANDEVIA SC, WILSON LR, INGLIS JT, BURKE D. Mental rehearsal of motor tasks recruits alpha-motoneurones but fails to recruit human fusimotor neurones selectively. J Physiol (Lond) 1997;505: bGANDEVIA SC, KILLIAN K, MCKENZIE DK, CRAWFORD M, ALLEN GM, GERMAN R, HALES JP. Respiratory sensations, cardiovascular control, kinesthesia and transcranial stimulation during paralysis in humans. J Physiol 1993;470: IKAI T, FINDLEY TW, IZUMI S, HANAYAMA K, KIM H, DAUM MC. Reciprocal inhibition in the forearm during voluntary contraction and thinking about movement. Electromyogr Clin Neurophysiol 1996;36: KASAI T, KAWAI S, KAWANISHI M, YAHAGI S. Evidence for facilitation of motor evoked potentials (MEPs) induced by motor imagery. Brain Res 1997;744: DECETY J, JEANNEROD M, CERMALN M, PASTENE J. Vegetative response during imagined movement is proportional to mental effort. Behav Brain Res 1991;42: DECETY J, JEANNEROD M, DUROZARD D. BAVEREL G. Central activation of autonomic effectors during mental simulation of motor actions. J Physiol 1993;461: WUYAM B, MOOSAVI SH, DECETY J, ADAMS L, LANSING RW, GUZ A. Imagination of dynamic exercise produced ventilatory responses which were more apparent in competitive sportsmen. J Physiol 1995;482: JEANNEROD M. Neural simulation of action: a unifying mechanism for motor cognition, NeuroImage 2001;14:S103-S DECETY J, PHILIPPON B, INGVAR DH. RCBF landscapes during motor performance and motor ideation of a graphic gesture. Eur Arch Psychiatry Neurol Sci 1988;238: DECETY J, JEANNEROD M, PRABLANC C. The timing of mentally represented action. Behav Brain Res 1989;34: GENTILI R, CAHOUET V, BALLAY Y, PAPAXANTHIS C. Inertial properties of the arm are accurately predicted during motor imagery. Behav Brain Res 2004;155(2): GENTILI R, PAPAXANTHIS C, POZZO T. Improvement and generalization of arm motor performance through motor imagery practice. Neuroscience 2006;137: FITTS PM. The information capacity of the human motor system in controlling the amplitude of movement. J Exp Psychol 1954; 47: DECETY J, JEANNEROD M. Mentally simulated movements in virtual reality: does Fitt s law, hold in motor imagery? Behav Brain Res 1995;72: MARUFF P, WILSON J, DE FAZIO J, CERRITELLI B, HEDT A, CURRIE J. Asymmetries between dominant and non-dominant hands in real and imagined motor task performance. Neuropsychologia 1999;37: SIRIGU A, COHEN L, DUHAMEL JR, PILLON B, DUBOIS B, AGID Y, PIERROT-DESEILLIGNY C. Congruent unilateral impairements for real and imagined hand movements. NeuroReport 1995;6: MATTAR AA, GRIBBLE PL. Motor learning by observing. Neuron 2005;46: IACOBONI M, WOODS RP, BRASS M, BEKKERING H, MAZZIOTA JC, RIZZOLATTI. Cortical mechanisms of human imitation. Science 1999;286: FELTZ DL, LANDERS DM. The effects of mental practice on motor skill learning and performance: an article. J Sport Psychol 1983;5: HINSHAW KE. The effects of mental practice on motor skill performance: critical evaluation and article. Imaging Cogn Pers 1991;11: YAGÜEZ L, NAGEL D, HOFFMAN H, CANAVAN AG, WIST E, HOMBERG V. A mental route to motor learning: improving trajectorial kinematics through imagery training. Behav Brain Res 1998;90(1): YUE G, COLE KJ. Strength increases from the motor program: comparison of training with maximal voluntary and imagined muscle contractions. J Neurophysiol 1992;67: RANGANATHAN VK, SIEMIONOW V, LIU JZ, SAHGAL V, YUE GH. From mental power to muscle power-gaining strength by using the mind. Neuropsychologia 2004;42(7): ENOKA RM, FUGLEVAND AJ. Neuromuscular basis of the maximum voluntary force capacity of muscle. In : Grabiner MD (ed). Current issues in biomechanics. Champaign (IL) : Human Kinetics, 1993 : PASCUAL-LEONE A, NGUYET D, COHEN LG, BRASIL-NETO JP, CAMMAROTA A, HALLETT M. Modulation of muscle responses evoked by transcranial magnetic stimulation during the acquisition of new fine motor skills. J Neurophysiol 1995;74: JACON PL, LAFLEUR MF, MALOUIN F, RICHARDS CL, DOYON J. Functional cerebral reorganization following motor sequence learning through mental practice with motorimagery. NeuroImage 2003;20(2): YAGÜEZ L, CANAVAN AG, LANGE HW, HOMBERG V. Motor learning by imagery is differentially affected in Parkinson s and Huntington s diseases. Behav Brain Res 1999;102: COURTINE G, PAPAXANTHIS C, GENTILI R, POZZO T. Gaitdependent motor memory facilitation in covert movement execution. Cogn Brain Res 2004;22(1): PAGE SJ. Imagery improves motor function in chronic stroke patients with hemiplegia: a pilot study. Occup Ther J Res 2000;20: PAGE SJ, LEVINE P, SISTO S, JOHNSTON MV. A randomized efficacy and feasibility study of imagery in acute stroke. Clin Rehabil 2001;15: STEVENS JA, STOYKOV ME. Using motor imagery in the rehabilitation of hemiparesis. Arch Phys Med Rehabil 2003;84: POZZO T, PAPAXANTHIS C, PETIT JL, SCHWEIGHOFER N, STUCCHI N. Kinematic features of movement tunes perception and action coupling. Behav Brain Res 2006;169(1): FANSLER CL, POFF CL, SHEPARD KF. Effects of mental practice on balance in elderly women. Phys Ther 1985;65(9): MORGANTI F, GAGGIOLI A, CASTELNUOVO G, BULLA D, VETTORELLO M, RIVA G. The use of technology-supported mental imagery in neurological rehabilitation: a research protocol. Cyberpsychol Behav 2003;6(4): GUEUGNEAU N, MAUVIEUX B, PAPAXANTHIS C. L imagerie mentale du mouvement est-elle sous l influence d une rythmicité circadienne? Congrès international de la SFPS (Société française de psychologie du sport). Reims (France), 4-7 juillet PERSONNIER P, PAPAXANTHIS C. Intégration centrale des contraintes dynamiques lors d un mouvement du bras exécuté ou simulé par des personnes âgées. Forum des jeunes chercheurs. Dijon (France), 9-10 juin MALOUIN F, RICHARDS CL, JACON PL, DUMAS F, DOYON J. Brain activations during motor imagery of locomotor-related tasks: a PET study. Hum Brain Mapp 2003;19:

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

Coaching PNL et neurosciences

Coaching PNL et neurosciences Coaching PNL et neurosciences Les fondements scientifiques du cadre objectif Par Anne-Laure Nouvion, PhD. Docteure en biologie et coach certifiée en PNL Les fondements scientifiques du cadre objectif Tous

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Introduction de la journée

Introduction de la journée Introduction de la journée David Cohen Université Pierre et Marie Curie, APHP, GH Pitié Salpêtrière, Paris, France Service de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent Institut des Systèmes Intelligents

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA MESURE DE LA LACTATEMIE APRÈS LES COMPÉTITIONS APPLICATION AU SUIVI DU RECORDMAN OLYMPIQUE DU 400 m. NAGE LIBRE 1984 T.

INTÉRÊT DE LA MESURE DE LA LACTATEMIE APRÈS LES COMPÉTITIONS APPLICATION AU SUIVI DU RECORDMAN OLYMPIQUE DU 400 m. NAGE LIBRE 1984 T. J.C. CHATARD, J.R. LACOUR, Laboratoire de Physiologie, G.I.P. Exercice Université de St Etienne, UER de Médecine, 30 rue F. Gambon, 42022 St Etienne Cedex M. PAULIN, 7, av. Division Leclerc, 69120 VENNISSIEUX

Plus en détail

Le rôle des émotions et de la motivation dans la stratégie de régulation de l allure:

Le rôle des émotions et de la motivation dans la stratégie de régulation de l allure: Le rôle des émotions et de la motivation dans la stratégie de régulation de l allure: Les auteurs emploient parfois le terme de sensation, parfois d émotion. Les nuances entre ces notions sont subtiles

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

Rééducation des accidents vasculaires cérébraux

Rééducation des accidents vasculaires cérébraux Module «Système nerveux central et MPR» Septembre 2008 Rééducation des accidents vasculaires cérébraux G. Rode, S. Jacquin-Courtois, A. Yelnik Ce document est le support des cours «AVC» faits lors de la

Plus en détail

Il est sept heures du matin. Votre réveil sonne, La volonté d agir est-elle libre? Clés comportementales

Il est sept heures du matin. Votre réveil sonne, La volonté d agir est-elle libre? Clés comportementales NEUROBIOLOGIE Clés comportementales La volonté d agir est-elle libre? Gilles LAFARGUE et Angela SIRIGU Il est sept heures du matin. Votre réveil sonne, vous devez vous lever. Qu est-ce qui détermine l

Plus en détail

Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement

Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement Stéphane Bouchard*, Ph.D. Département de Psychoéducation et de Psychologie Université du Québec

Plus en détail

Apport de l AQM, en pratique clinique, dans les indications d appareillage chez l enfant Paralysé Cérébral (PC)

Apport de l AQM, en pratique clinique, dans les indications d appareillage chez l enfant Paralysé Cérébral (PC) Apport de l AQM, en pratique clinique, dans les indications d appareillage chez l enfant Paralysé Cérébral (PC) Principes de l AQM Paramètres Spatio-Temporaux Left Right Cadence 116 ± 4.63 steps/min 116

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL option1 Ergonomie du travail

Plus en détail

Article. «Imagerie fonctionnelle cérébrale des saccades volontaires» Marie-Hélène Grosbras, Élie Lobel et Alain Berthoz

Article. «Imagerie fonctionnelle cérébrale des saccades volontaires» Marie-Hélène Grosbras, Élie Lobel et Alain Berthoz Article «Imagerie fonctionnelle cérébrale des saccades volontaires» Marie-Hélène Grosbras, Élie Lobel et Alain Berthoz M/S : médecine sciences, vol. 20, n 2, 2004, p. 225-230. Pour citer cet article, utiliser

Plus en détail

Cours 2012: Le cerveau statisticien:

Cours 2012: Le cerveau statisticien: Cours 2012: Le cerveau statisticien: La révolution Bayésienne en sciences cognitives Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Cours n 7 Le cerveau vu comme un système prédictif La

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Agenda. Prevalence estimates in France PAQUID 23/11/14. Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014. Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER

Agenda. Prevalence estimates in France PAQUID 23/11/14. Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014. Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER 23/11/14 Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014 Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER Agenda La Banque Nationale Alzheimer Exemples d application Quelles potentialités pour la BNA? (à quelles conditions?)

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Robotique

Intelligence Artificielle et Robotique Intelligence Artificielle et Robotique Introduction à l intelligence artificielle David Janiszek david.janiszek@parisdescartes.fr http://www.math-info.univ-paris5.fr/~janiszek/ PRES Sorbonne Paris Cité

Plus en détail

APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE

APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE PROTEAU ROSE-ANGE Association pour la santé et la sécurité au travail, secteur affaires sociales (ASSTSAS),

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier

en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier En forme, en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier DEMANDEZ L O R I G I N A L www.thera-band.de Contenance Introduction...2 Le Stability-Trainer...3

Plus en détail

Le patient ouvre les yeux et regarde dans. Les yeux ouverts, mais l esprit absent. Médecine

Le patient ouvre les yeux et regarde dans. Les yeux ouverts, mais l esprit absent. Médecine NEUROBIOLOGIE «Il faut parler à une personne dans le coma» entend-on souvent dans les films.tout dépend de ce qu on appelle coma. Entre l état végétatif, où le patient peut encore remuer, sourire ou sursauter

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS 3ème Séminaire européen du SIDIIEF «Les maladies chroniques : Formation, recherche et leadership clinique en soins infirmiers» 26 mars 2015 Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Lausanne, Suisse

Plus en détail

Education: Post-doctoral training. Training

Education: Post-doctoral training. Training Cyril Duclos Curriculum vitae Centre for Interdisciplinary Research In Rehabilitation, Montreal Rehabilitation Institute 6300 ave Darlington Montréal, QC H3S 2J4 Phone: 514 340 2111 extension 3151 Email:

Plus en détail

GLOSSAIRE PSYCHOLOGICAL AND BEHAVIORAL BARRIER

GLOSSAIRE PSYCHOLOGICAL AND BEHAVIORAL BARRIER GLOSSAIRE THEME CREST WP1 BARRIERE PSYCHOLOGIQUE ET COMPORTEMENTALE BATIMENT INTELLIGENT CAPTEURS CHANGEMENT CLIMATIQUE CHEMINEMENT EDUCATIF COMPORTEMENT CONSEIL ECHANGES PROFESSIONNELS ECO UTILISATION

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Comprendre la mort cérébrale

Comprendre la mort cérébrale Comprendre la mort cérébrale Imprimeur de la Reine pour l Ontario, 2010. Adaptation et reproduction autorisées. 1 Comprendre la mort cérébrale Il est difficile d imaginer une expérience plus douloureuse

Plus en détail

Applications en imagerie cérébrale (MEG/EEG)

Applications en imagerie cérébrale (MEG/EEG) EEG : mesure du potentiel électrique Ordre de grandeur : qq µ-volts Capteurs : électrodes MEG : mesure du champ magnétique Ordre de grandeur : 10 13 Tesla Capteurs SQUID couplés à des bobines VI. Applications

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle

Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle LES DÉFAILLANCES ATTENTIONNELLES QUOTIDIENNES Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle Présenté par Aurélien LE CHEVANTON doctorant Sous la direction du Professeur Émérite

Plus en détail

Définition. Spasticité. physiopathologie. Le réflexe d étirement. Spastikos : étirer

Définition. Spasticité. physiopathologie. Le réflexe d étirement. Spastikos : étirer Définition Spasticité Physiopathologie et aspects cliniques Docteur Jacques Luauté Service de Rééducation Neurologique Professeur Dominique Boisson Hôpital Henry Gabrielle Spastikos : étirer «la spasticité

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS Rev. Energ. Ren. : Chemss 2000 39-44 La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS D.K. Mohamed, A. Midoun et F. Safia Département

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Thierry DELZESCAUX. «biopicsel» group, URA CNRS-CEA 2210 Service MIRCen, I²BM, CEA Fontenay-aux-Roses, France. Thierry.Delzescaux@cea.

Thierry DELZESCAUX. «biopicsel» group, URA CNRS-CEA 2210 Service MIRCen, I²BM, CEA Fontenay-aux-Roses, France. Thierry.Delzescaux@cea. Thierry DELZESCAUX «biopicsel» group, URA CNRS-CEA 2210 Service MIRCen, I²BM, CEA Fontenay-aux-Roses, France Thierry.Delzescaux@cea.fr Thierry DELZESCAUX Ingénieur chercheur CEA Experience Since 2008:

Plus en détail

Psychoacoustique. VI. Localisation. VI.2 Latéralisation: différences temporelles (ITDs) VI.1 Position du problème. VI.

Psychoacoustique. VI. Localisation. VI.2 Latéralisation: différences temporelles (ITDs) VI.1 Position du problème. VI. Psychoacoustique VI. I. Rappels d acoustique II. Méthodes psychophysiques III. Anatomie et fonctionnement du système auditif IV. Caractéristiques élémentaires V. Attributs perceptifs VI. VII. VI.1 Position

Plus en détail

Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience. Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr

Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience. Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr 1. Introduction : l expérience consciente comme objet d étude scientifique 2. Quelle(s) méthode(s) pour étudier

Plus en détail

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration. Contacts : jean-martial.cohard@ujf-grenoble.fr AMA Fall Meeting 2013 Toulouse, 22-24 janvier Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006. (19) TEPZZ 68448A_T (11) EP 2 68 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 13.03.2013 Bulletin 2013/11 (1) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.01) (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DES ASPECTS MUSCULAIRES DANS UN MODÈLE BIOMÉCANIQUE DU CORPS HUMAIN : MOBIUS, PREMIÈRE APPROCHE STATIQUE

PRISE EN COMPTE DES ASPECTS MUSCULAIRES DANS UN MODÈLE BIOMÉCANIQUE DU CORPS HUMAIN : MOBIUS, PREMIÈRE APPROCHE STATIQUE PRISE EN COMPTE DES ASPECTS MUSCULAIRES DANS UN MODÈLE BIOMÉCANIQUE DU CORPS HUMAIN : MOBIUS, PREMIÈRE APPROCHE STATIQUE RUISSEAU JEAN YVES Délégation Générale pour l Armement DCE / Division Facteurs Humains

Plus en détail

Année de campagne : 2015 N appel à candidatures : 1520 Publication : Publication prévue le : 21/04/2015

Année de campagne : 2015 N appel à candidatures : 1520 Publication : Publication prévue le : 21/04/2015 Appel à candidatures : Année de campagne : 2015 N appel à candidatures : 1520 Publication : Publication prévue le : 21/04/2015 Etablissement : UNIVERSITE DE PAU Lieu d'exercice des fonctions : Tarbes Section1

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Direction générale de l offre de soin

Direction générale de l offre de soin Apport de la télémédecine en matière de coopération territoriale 1. Une nouvelle organisation de l offre sanitaire pour mieux répondre aux besoins des populations 2. Comment organiser des activités de

Plus en détail

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité Mention : STAPS Sport, Prévention, Santé, Bien-être Objectifs de la spécialité L'objectif de la spécialité «Sport, Prévention, Santé, Bien être» est de doter les étudiants de compétences scientifiques,

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales

Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales Le Kin-AP est une évaluation qui se déroule à travers un parcours comprenant différentes stations qui simulent les tâches que le technicien ambulancier-paramédic

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Tests d exploration à l effort

Tests d exploration à l effort Tests d exploration à l effort chez le sportif handicapé P. Edouard, F. Degache, F. Roche, J. Castells, P. Calmels, X. Devillard Service de Médecine Physique et de Réadaptation Laboratoire de Physiologie

Plus en détail

d importantes quantités de CO,. Summary. Influence of diet on respiratory quotients and fat deposition in growing pigs.

d importantes quantités de CO,. Summary. Influence of diet on respiratory quotients and fat deposition in growing pigs. Influence du régime sur les quotients respiratoires chez le porc en croissance Geneviève CHARLET-LERY Marie-Thérèse MOREL Laboratoire de Physiologie de la Nutrition LN.R.A., 78350 Jouy-en-Josas Summary.

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

LAB 1 : Familiarisation avec l interface OS X, familiarisation avec FSL, prétraitement des images fonctionnelles.

LAB 1 : Familiarisation avec l interface OS X, familiarisation avec FSL, prétraitement des images fonctionnelles. LAB 1 : Familiarisation avec l interface OS X, familiarisation avec FSL, prétraitement des images fonctionnelles. Le finder Appuyez «cmd + N» pour ouvrir une nouvelle fenêtre du finder, ou appuyer sur

Plus en détail

Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse

Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse Faculté de médecine Université de Montréal Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse Fanny Parent Résidente 1, médecine familiale HMR Projet d érudition 30 mai 2014 Introduction

Plus en détail

Base de données bibliographiques Pubmed-Medline

Base de données bibliographiques Pubmed-Medline Chapitre 1 ; Domaine 1 ; Documentation ; Champs référentiels 1.1.1, 1.1.2 et 1.1.3 Base de données bibliographiques Pubmed-Medline D r Patrick Deschamps,, 30 mai 2007 PLAN C2i métiers de la santé Introduction

Plus en détail

Que mesure la neuro-imagerie fonctionnelle :

Que mesure la neuro-imagerie fonctionnelle : Que mesure la neuro-imagerie fonctionnelle : IRMf, TEP & MEG? O. Go s s e r i e s (1), A. De m e rt z i (1), Q. No i r ho m m e (1), J. Ts h i ba n d a (6), M. Bo ly (1), M. Op d e Be e c k (2), R. Hu

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

SIP. Plan. Introduction Architecture SIP Messages SIP Exemples d établissement de session Enregistrement

SIP. Plan. Introduction Architecture SIP Messages SIP Exemples d établissement de session Enregistrement SIP Nguyen Thi Mai Trang LIP6/PHARE Thi-Mai-Trang.Nguyen@lip6.fr UPMC - M2 Réseaux - UE PTEL 1 Plan Introduction Architecture SIP Messages SIP Exemples d établissement de session Enregistrement UPMC -

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

A.3 Les méthodes : L applicabilité

A.3 Les méthodes : L applicabilité SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO B. Deuxième

Plus en détail

Comité Départemental de Prévention en Kinésithérapie de la Drôme FORMATIONS KINÉSITHÉRAPEUTES 2013 KINÉ DRÔME PRÉVENTION

Comité Départemental de Prévention en Kinésithérapie de la Drôme FORMATIONS KINÉSITHÉRAPEUTES 2013 KINÉ DRÔME PRÉVENTION Comité Départemental de Prévention en Kinésithérapie de la Drôme FORMATIONS KINÉSITHÉRAPEUTES 2013 KINÉ DRÔME PRÉVENTION 1 1. TABLEAU DES FORMATIONS 2013...3 2. GESTUELLE PRÉVENTIVE ET MANUTENTION DES

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall

L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall Réza Assadi et Karim Khattar École Polytechnique de Montréal Le 1 mai 2002 Résumé Les réseaux de neurones sont utilisés dans

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Techniques d interaction dans la visualisation de l information Séminaire DIVA

Techniques d interaction dans la visualisation de l information Séminaire DIVA Techniques d interaction dans la visualisation de l information Séminaire DIVA Zingg Luca, luca.zingg@unifr.ch 13 février 2007 Résumé Le but de cet article est d avoir une vision globale des techniques

Plus en détail

Rôle du sommeil dans la consolidation de la mémoire: un dialogue entre structures cérébrales

Rôle du sommeil dans la consolidation de la mémoire: un dialogue entre structures cérébrales Laboratoire Neurobiologie des Processus adaptatifs, UMR 7102, Université Pierre et Marie Curie Ecole Thématique CNRS, Berder 7 avril 2011 Rôle du sommeil dans la consolidation de la mémoire: un dialogue

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

Site : www.dys35.fr - Email : contact@dys35.fr - Tél. 02.99.53.48.82. Conférence - Débat

Site : www.dys35.fr - Email : contact@dys35.fr - Tél. 02.99.53.48.82. Conférence - Débat Site : www.dys35.fr - Email : contact@dys35.fr - Tél. 02.99.53.48.82 Conférence - Débat Ecole et Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages : Les pratiques au Canada, en Angleterre et en Belgique

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

COMPETENCE DE NIVEAU N1

COMPETENCE DE NIVEAU N1 GROUPE DES ACTIVITES ATHLETIQUES DEMI FOND Réaliser une performance motrice maximale mesure à une échéance donnée COMPETENCE DE NIVEAU N1 Compétences attendues dans l APSA Réaliser la meilleure performance

Plus en détail

Rééducation de l attention et des fonctions exécutives

Rééducation de l attention et des fonctions exécutives Rééducation de l attention et des fonctions exécutives Philippe Azouvi Médecine Physique et de Réadaptation AP-HP, Hôpital Raymond Poincaré, Garches EA HANDIReSP, Université de Versailles-Saint Quentin

Plus en détail

ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE

ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE LECLERC MARIE-CHRISTINE, ROBERT JEAN-MARC École Polytechnique de Montréal Département de mathématiques

Plus en détail

Notice d Utilisation du logiciel Finite Element Method Magnetics version 3.4 auteur: David Meeker

Notice d Utilisation du logiciel Finite Element Method Magnetics version 3.4 auteur: David Meeker Notice d Utilisation du logiciel Finite Element Method Magnetics version 3.4 auteur: David Meeker DeCarvalho Adelino adelino.decarvalho@iutc.u-cergy.fr septembre 2005 Table des matières 1 Introduction

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail