CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS"

Transcription

1 CC 370 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS relatif à l avant-projet d AR modifiant l AR du 7 septembre 2003 portant certaines mesures d exécution de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base Bruxelles, le 1er septembre 2006

2 RESUME Cet avis concerne la discussion d'un avant-projet d'ar portant certaines mesures d'exécution de la loi du 24 mars 2003 instituant un service bancaire de base (SBB). L'AR vise à modifier deux points importants de la réglementation actuelle. D'une part, il est proposé que toute personne qui détient jusqu'à EUR d'économies auprès d'un établissement de crédit puisse bénéficier d'un SBB, ce qui implique une augmentation de la limite actuellement fixée à EUR. D'autre part, un crédit bancaire à la consommation ne peut pas être un obstacle à l'ouverture d'un compte à vue. Les représentants des organisations de consommateurs font tout d'abord remarquer que jusqu à présent, il n existe aucune définition légale claire de ce que sont les "autres produits liés obtenus auprès d un établissement de crédit", justifiant un refus d ouverture ou une résiliation d un service bancaire de base. Les conditions d accès au service bancaire de base devraient avant tout être élargies, soit en supprimant le lien entre l ouverture d un compte de base et l existence de produits, soit en établissant une liste de produits liés aussi large que possible. 1) Augmentation de EUR à EUR. Les représentants des organisations de consommateurs se déclarent en faveur de l'augmentation du montant. Ils constatent qu'une augmentation du montant permet de toucher un plus grand nombre de consommateurs qu'auparavant. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes sont tout à fait opposés à l'augmentation proposée. Le secteur bancaire a contribué à développer le SBB à la stricte condition que ce service resterait l'exception et s'appliquerait de facto aux personnes se trouvant dans une situation financière précaire. En guise de concession, il a accepté les tarifs limités fixés par la loi en matière de service bancaire de base. En modifiant unilatéralement les limitations initialement convenues, les comptes à vue ordinaires feront progressivement place au SBB. La tarification légale limitée risque d'éliminer la concurrence. 2) Elargissement au crédit à la consommation: Dans la mesure où le lien entre l'ouverture d'un compte bancaire de base et l'existence de produits liés n'est pas supprimé, les représentants des organisations de consommateurs estiment qu'il est positif d'étendre au moins la liste des produits liés visés à l'article 6 de l'arrêté royal aux contrats de crédit bancaire à la consommation. Ils estiment que cette disposition est nécessaire pour réaliser l'objectif réel de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base. Les représentants de la production, de la distribution et des classes moyennes estiment qu'il y a de nombreuses hypothèses et qu'il est dès lors préférable de prévoir que seul le crédit à la consommation obtenu auprès d'un établissement de crédit où la demande de SSB a été introduite est un produit lié autorisé, à concurrence de et à l'exception de l'ouverture de crédit, si l'ouverture d'un compte à vue normal a été refusée auprès de cet établissement. 2

3 Le Conseil de la Consommation, qui a été saisi, le 5 juillet 2006, d une demande d avis de la Ministre de la Protection de la Consommation concernant l avant-projet d AR modifiant l AR du 7 septembre 2003 portant certaines mesures d exécution de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base, a approuvé le présent avis. Le Conseil de la Consommation a prié le Président de transmettre cet avis à la Ministre de la Protection de la Consommation ainsi qu au Ministre de l Economie. AVIS Le Conseil de la Consommation, Vu la demande d avis du 5 juillet 2006 de la Ministre de la Protection de la Consommation, relative à l avant-projet d AR modifiant l AR du 7 septembre 2003 portant certaines mesures d exécution de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base; Vu les avis du Conseil de la Consommation n 267 du 28 mars 2002 sur le service bancaire de base (évaluation de la Charte relative au service bancaire de base et des initiatives légales prises en la matière) et n 302 sur le projet d AR portant certaines mesures d exécution de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base; Vu les travaux de la Commission Services financiers réalisés lors de la réunion du 6 juillet 2006; Vu la participation à ces travaux de Mme Kyndt, expert (CRIOC); Vu le projet d avis rédigé par Mme Kyndt (CRIOC) et M. Van Bulck (Febelfin); Vu l avis du Bureau du 26 juillet 2006 ; Vu l urgence ; Vu la procédure écrite, prévue à l article 7 bis du Règlement d ordre intérieur, pour l approbation du présent avis par le Conseil. EMET L AVIS SUIVANT: 3

4 Remarque préliminaire: Le Conseil prend acte, sur la base de la note au Conseil des ministres qui lui a été transmise, qu outre la proposition de modification de l AR du 7 septembre 2003 portant certaines mesures d exécution de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base, un avant-projet de loi modifiant la loi du 24 mars 2003 a apparemment également été transmis au Conseil d Etat. Le Conseil déclare formellement ne pas avoir eu connaissance de cet avant-projet de loi et n a dès lors pas pu rendre un avis cohérent sur l avant-projet d AR. En limitant son avis à l avant-projet d AR, le Conseil ne peut rendre qu un avis partiel sur les modifications proposées à la suite de l évaluation de l application de la loi qui a eu lieu début 2006 et dont il ressort qu il serait souhaitable d apporter quelques modifications à ladite loi afin d en renforcer les objectifs (cf. infra). Le Conseil déplore donc ne pas pouvoir remplir pleinement sa mission d organe consultatif à cause de cette approche fragmentaire. Le Conseil n a pu en outre rendre un avis fondé et cohérent en raison également de l insuffisance des délais impartis. De par sa composition (membres externes et experts), le Conseil a besoin d un délai minimum raisonnable, certainement en période de vacances, pour pouvoir assurer pleinement sa mission. 1. Introduction La loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base est entrée en vigueur le 1 er septembre A la demande de la Ministre de la Protection de la Consommation, cette loi a fait l objet d une évaluation 1 réalisée par le Réseau Financement Alternatif début Principaux résultats de l évaluation de la loi et de l AR (tels que figurant dans la note au Conseil des ministres) : - Les établissements de crédit respectent bien la loi. - Contrairement au passé, les services sociaux sont beaucoup moins souvent confrontés à des situations d exclusion bancaire. - L accès au compte est rendu difficile pour certaines catégories de personnes, en particulier, pour les étrangers et les personnes surendettées. 1 Enquête effectuée en janvier-février 2006 sur la base d un échantillon représentatif des - CPAS et services sociaux; - établissements de crédit; - associations de consommateurs; - médiateurs de dettes dans le cadre du règlement collectif des dettes. Cette enquête a été poursuivie par certaines parties intéressées telles que le Service Médiation Banques et certains responsables des associations précitées. 4

5 - Le nombre de refus et de résiliations de comptes est important par rapport au nombre de comptes ouverts. Parmi les motifs, il convient de distinguer ceux qui sont spécifiques à la loi sur le service bancaire de base (existence de produits liés, solde supérieur à celui autorisé) de ceux qui sont tributaires d autres législations (loi sur le blanchiment, loi sur le règlement collectif de dettes). - La crainte d une saisie des montants du compte apparaît comme un obstacle majeur pour l ouverture d un compte. L entrée en vigueur, en janvier 2007, de la loi sur l insaisissabilité des sommes portées sur un compte devrait compléter cet édifice. - Les statistiques données par les établissements de crédit sur le nombre de services bancaires de base, de résiliations ou de refus d ouverture sont imprécises. Ainsi, le nombre de résiliations communiqué par le Service Médiation Banques est de loin supérieur à celui communiqué par les différentes banques dans le cadre de l enquête, alors même que l information du Service Médiation Banques provient des différents établissements de crédit. La différence de pourcentage dans les motifs de refus entre les services sociaux et les établissements de crédit est peu compréhensible. Principales propositions formulées dans la note au Conseil des ministres : - élargir les conditions d accès au SBB, en modifiant la notion de produits liés (projet d AR); - prévoir que la décision d admissibilité d une requête en règlement collectif de dettes ne peut entraîner une résiliation du compte ou un refus d ouverture de compte (projet de loi); - prévoir une communication systématique de certaines informations relatives à l application de la loi (nombre de comptes ouverts, nombre de refus et motivation, nombre de résiliations et motivation, ) au Service Médiation Banques (projet de loi). 2. Discussion de l avant-projet d AR Ainsi que mentionné ci-dessus, le présent avis se limite inévitablement à l examen de l avantprojet d AR. La modification proposée par cet avant-projet : A l article 6 de l arrêté royal du 7 septembre 2003 portant certaines mesures d exécution de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base, sont apportées les modifications suivantes : 1 les mots euros sont remplacés chaque fois par les mots euros ; 2 l article est complété comme suit : 3 des contrats de crédit visés par la loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation dans la mesure où le solde des comptes visés au 1, augmenté du montant du crédit, ne dépasse pas euros. Les représentants des organisations de consommateurs souhaitent faire remarquer que jusqu à présent, il n existe aucune définition légale claire de ce que sont les autres produits liés obtenus auprès d un établissement de crédit, justifiant un refus d ouverture ou une résiliation d un service bancaire de base. Les conditions d accès au service bancaire de base devraient avant tout être élargies soit en supprimant le lien entre l ouverture d un compte de base et l existence de produits liés (ainsi que le suggère l étude réalisée par le Réseau Financement Alternatif) soit en établissant une liste de produits liés aussi large que possible. 5

6 Les représentants de la production et de la distribution insistent sur le fait que la liste doit être très limitative. Les travaux préparatoires (Chambre, 1370/008, page 11, amendement n 35) indiquent très clairement que la disposition sur les produits liés vise à ce que le Roi dresse une liste de ces produits et services compatibles avec le SBB. L'incompatibilité est donc la règle, la compatibilité l'exception. En effet, le SBB est destiné à un groupe cible limité qui risque d'être exclu des services bancaires. Le SBB a donc le rôle d'un filet de sécurité. Ce service exceptionnel qui serait ouvert à tout le monde sans condition préalable risque de cette manière d'être érigé en norme, ce qui est inacceptable pour les représentants de la production et de la distribution, comme cela apparaîtra clairement plus loin Augmentation de euros à euros Le Conseil constate que l épargne qui peut éventuellement inclure un crédit à la consommation - passe effectivement de à euros en l absence d un tel crédit. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes sont tout à fait opposés à la modification proposée. Une telle augmentation des avoirs d épargne dépasse l objectif initial de la loi. L article 6 susvisé de l AR est l exécution de l article 4, 2, de la loi. La justification de l amendement déposé et approuvé (Chambre, Doc 50, 1370/008 p. 6) dit en substance ce qui suit : «l article 4 spécifie les caractéristiques particulières du service bancaire de base. L accès généralisé, sans condition, au SBB, faisant de ce service un simple compte de plus, irait certainement à l encontre des objectifs poursuivis. Par conséquent, les bénéficiaires ne peuvent avoir aucun autre compte de base ou compte à vue. Ils ne peuvent avoir accès à certains services bancaires, tels que les SICAV, ce qui ne veut pas pour autant dire que tous les autres services bancaires doivent leur être interdits. La possession d un petit livret d épargne allant jusqu à un certain montant doit être compatible avec l octroi d un service bancaire de base. Le Roi déterminera les incompatibilités». Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes soulignent que le montant initial de euros (éventuellement majoré du montant déposé sur un compte de garantie locative) prévu à l article 6 de l AR rejoint l objectif de la loi. Une personne disposant de plus de euros sur son compte d épargne peut, en effet, payer le prix d un compte à vue ordinaire et n est pas du tout concernée par la problématique de l exclusion bancaire. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes rappellent que le secteur bancaire a toujours apporté sa pleine collaboration dans le domaine de l exclusion bancaire (tout d abord, en établissant une charte en 1996 et ensuite, en rédigeant une proposition constructive au sein du Conseil de la Consommation (avis 267)). Afin de contrer l exclusion sociale, le Conseil de la Consommation a opté pour un SBB répondant aux caractéristiques suivantes : - un service proposé par tous les établissements de crédit proposant un compte à vue; - un service limité mais permettant toutefois d effectuer toutes les opérations de base indispensables. 6

7 Le secteur bancaire a mis en pratique cette initiative à la stricte condition que le SBB resterait l exception et s appliquerait de facto aux personnes se trouvant dans une situation financière précaire. L étude et la note au Conseil des ministres parle d ailleurs du SBB comme d un filet de sécurité. C est ce qu il doit être. S inspirant de cette philosophie et compte tenu des limitations imposées, le secteur bancaire a accepté les tarifs fixés par la loi en matière de service bancaire de base. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes s opposent dès lors expressément à la modification unilatérale des règles du jeu, à savoir l accroissement de l épargne à euros. Les comptes ordinaires feront, en effet, progressivement place au service bancaire de base. Ce qui était conçu comme un service à titre exceptionnel, devant répondre à un problème spécifique, menace de devenir la norme. Si le service bancaire de base est encore élargi, ce qui est possible par la voie d un AR, conformément à l article 3, 2, de la loi, certaines personnes auront obtenu ce qu elles souhaitaient, à savoir une tarification limitée légale du compte à vue. La concurrence serait ainsi totalement éliminée. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes marquent clairement leur désapprobation. Par ailleurs, il est à noter que l étude relative au service bancaire de base, dont s inspirent les modifications proposées, ne considère pas le seuil de euros comme problématique. Elle ne propose nullement une augmentation. Il n y a dès lors aucune raison de modifier ce montant. L étude (p. 45) a, en outre, révélé qu «un cas seulement a été rapporté par les banques d un refus d octroi du SBB pour cause d un montant d épargne supérieur à » Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes souhaitent également souligner le fait que si l augmentation à euros devait être maintenue, il n y aurait plus aucune raison de prévoir une exception pour les comptes de garantie locative. Les bons de caisse, les SICAV et SICAF devraient également être pris en compte, tout comme les placements d assurance des branches 21, 23 et 26 et les bons de capitalisation. Il ressort de ce qui précède que le montant maximal de euros placé sur d autres comptes, à l exception du compte de garantie locative, constitue un critère correct et facilement applicable qui n est pas remis en cause. Les représentants des organisations de consommateurs se déclarent en faveur de l augmentation proposée. Ils estiment que tant la loi du 24 mars 2003 que l arrêté d exécution ont pour objectif de garantir, pour tous les citoyens, l accès à certains services bancaires. Garantir un droit fondamental à un service financier est un moyen de combattre l exclusion sociale, phénomène qui peut avoir des conséquences néfastes extrêmes. Ils constatent qu une augmentation du montant permet de toucher un plus grand nombre de consommateurs qu auparavant. Il s agit donc d une adaptation fondée car le montant en luimême reste relativement limité au regard des transactions financières actuelles et des dépenses moyennes des ménages ou des familles monoparentales (école, études, locations, frais fixes et imprévus). 7

8 Le montant de euros n ayant pas été modifié depuis mars 2003 et compte tenu de l augmentation des frais et dépenses selon l indice des prix à la consommation, une adaptation de ce montant est légitime. Cette adaptation doit être telle que le montant ne doive plus être modifié durant une période donnée à moins que le nouveau montant ne soit automatiquement indexé. De plus, ces représentants rappellent qu à l époque, il y avait une grande demande d un cadre légal, dès lors que la tentative d autorégulation du secteur bancaire, sous la forme d une charte pour un service bancaire de base, n offrait pas de solution à l exclusion bancaire (rapport de la Commission de l'économie, de la politique scientifique, de l'éducation, des institutions scientifiques et culturelles nationales, des Classes moyennes et de l'agriculture, Doc.parl. Chambre , n 1370/10). Conclusion du point 2.1: Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes concluent de l intervention des représentants des organisations de consommateurs qu on abandonne l idée d un service bancaire de base conçu pour les personnes se trouvant dans une situation financière précaire. Le rôle du service bancaire de base comme filet de sécurité, pourtant reconnu par l étude et par le gouvernement, est apparemment remis en cause afin d arriver à une tarification limitée légale du compte à vue. Ces représentants jugent cela inacceptable. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes estiment dès lors que l augmentation de l épargne n est aucunement justifiée et que celle-ci peut avoir des effets pervers. Ils réaffirment leur désaccord total. Il s impose donc d au moins retirer le crédit à la consommation du montant des euros de sorte que le montant de euros (en prévoyant une exception pour les comptes de garantie locative) puisse être maintenu. Les représentants des organisations de consommateurs restent sur leur position, c est-àdire qu ils souhaitent augmenter le montant de euros à euros aux mêmes conditions que celles prévues par la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base Inclusion du crédit à la consommation : La disposition selon laquelle le solde du crédit peut également provenir d un crédit à la consommation n altère en aucune façon les prises de position précédentes. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes sont opposés à l inclusion du crédit à la consommation dans le montant de euros, ainsi que mentionné ci-dessus au point 2.1. Il s agit d une autre problématique qui n a rien à voir avec le volume de l épargne. Le crédit à la consommation doit-il être considéré comme un produit lié autorisé? L article 4 de la loi du 24 mars 2003 prévoit expressément que le consommateur qui demande un service bancaire de base ne peut déjà bénéficier d'un compte bancaire de base, d'un compte à vue ou d'autres produits liés auprès d'un établissement de crédit, c est-à-dire 8

9 que le fait d avoir contracté un crédit auprès d un établissement de crédit peut constituer un motif de refus d un service bancaire de base. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes explicitent la ratio legis de cette disposition. Divers cas de figure peuvent se présenter : 1. La demande d un SBB est introduite auprès de la banque qui a octroyé le crédit à la consommation: Pourquoi la banque serait-elle obligée d ouvrir un SBB pour une personne qui ne souffre pas d exclusion bancaire? Cette personne a droit à un crédit à la consommation et peut dès lors disposer d un compte à vue ordinaire auprès de la banque en question. Pourquoi la banque refuserait-elle un compte à vue à cette personne? La plupart des personnes ayant contracté un crédit à la consommation auprès d une banque donnée ont un compte à vue dans cette même banque. Il n est donc pas nécessaire de modifier les conditions. 2. La demande d un SBB est introduite auprès d une banque autre que celle où le crédit à la consommation a été obtenu : Il faut clairement affirmer que l établissement de crédit X ne peut pas être obligé d ouvrir un SBB si le consommateur bénéficie d un crédit à la consommation auprès d un établissement de crédit Y. Il revient à ce dernier de proposer à son client, à la demande de celui-ci, un SBB (déficitaire) en cas de refus d ouverture d un compte à vue. 3. La demande d un SBB est introduite auprès d une banque alors qu un crédit à la consommation a été contracté avec une société de crédit: Dans ce cas, il ne s agit pas d un produit lié et l article 4, 1er, n est pas d application. Un refus de SBB va donc à l encontre de la loi et ne se justifie pas. C est justement dans ce cas de figure que le risque d exclusion bancaire est le plus grand, d où l importance de mentionner, à l article 4, les produits liés obtenus auprès d un établissement de crédit. Cette nuance est parfois perdue de vue. Les banques sont conscientes de cette nuance, qui leur a été rappelée par une circulaire de la Febelfin. Un refus d un SBB est non fondé en l espèce. L AR ne doit pas être adapté. Sur la base de ces trois hypothèses, les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes estiment qu il faut mieux prévoir que le crédit à la consommation obtenu auprès d un établissement de crédit où la demande d un SBB a été introduite est un produit lié autorisé, si l ouverture d un compte à vue normal a été refusée. Si la banque a refusé d ouvrir un compte à vue, elle doit ouvrir un SBB. Par contre, une demande de SBB introduite auprès d une banque X, en sachant qu il existe un crédit à la consommation à la banque Y, devrait pouvoir être refusée par la banque X. 9

10 Les représentants des organisations de consommateurs souhaitent émettre quelques réserves quant aux conclusions des hypothèses susmentionnées. 1. Les représentants des organisations de consommateurs répètent que ce n est pas le but de la loi de n être applicable qu en cas seulement de refus ou de résiliation d un compte à vue. Le critère à prendre en compte est, conformément à l article 6 de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base, le fait de déjà disposer ou non d un compte à vue et non pas le refus d ouverture d un compte à vue. Ces représentants estiment par ailleurs que le consommateur qui bénéficie d un crédit à la consommation peut également entrer en ligne de compte pour un service bancaire de base. Le respect par les banques de l obligation d information et de conseil améliore la protection des consommateurs contre les abus de leur situation financière précaire. 2. Les représentants des organisations de consommateurs sont, en outre, absolument convaincus que le service bancaire de base est compatible avec les contrats de crédit à la consommation visés par la loi du 12 juin 1991 sur le crédit à la consommation quel que soit l établissement de crédit où le consommateur a conclu ce contrat. Ils estiment qu une telle disposition va dans le sens du principe de liberté de choix du consommateur. En bref, tout comme pour un compte à vue, le consommateur peut ouvrir un service bancaire de base auprès de l établissement de crédit de son choix. L article 3, 1 er, de la loi instaurant un service bancaire de base oblige explicitement tout établissement de crédit au sens de la loi à proposer un tel service si le consommateur entre en ligne de compte à cet égard. Les représentants des organisations de consommateurs communiquent qu à l heure actuelle, l accès à un service bancaire de base ou le maintien d un tel service est refusé lorsque : - le consommateur a déjà conclu un contrat de crédit auprès d un établissement de crédit; - le compte bancaire de base présente un solde négatif. Se référant à l étude du Réseau Financement Alternatif, ces représentants soulignent : - la grande disparité avec l objectif de la loi, à savoir octroyer également aux personnes se trouvant dans une situation financière précaire le droit d ouvrir un compte ; - le risque élevé pour le détenteur du compte de retomber dans une situation d exclusion bancaire. De plus, l étude révèle que dans 12 % des cas, l existence d une procédure de règlement collectif des dettes constitue une raison de refus d un service bancaire de base dans le chef des établissements de crédit. Ils estiment que cela est inacceptable et dans la mesure où le lien entre l ouverture d un compte de base et l existence de produits liés n est pas supprimé, ainsi que défini à l article 4 de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base, ils se déclarent en faveur d une liste aussi étendue que possible des produits liés compatibles avec l octroi ou le maintien d un service bancaire de base. Ces représentants estiment que, dans ce contexte, il est positif d étendre la liste des produits liés visés à l article 6 de l AR au moins aux contrats de crédit au sens de la loi du 12 juin 10

11 1991 sur le crédit à la consommation. Les personnes qui ont un crédit et/ou qui épargnent ne peuvent être pénalisées par un refus ou une résiliation d un service bancaire de base. Conclusion du point 2.2 : Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes disent clairement que le problème du règlement collectif des dettes n entre pas dans le champ d application du projet d AR. Ils font référence à la note au Conseil des ministres selon laquelle une solution à ce problème sera apparemment inscrite dans la loi. Les représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes proposent donc de compléter l article 6 de l AR du 7 septembre 2003 comme suit : 3 des contrats de crédit d un montant de euros visés par la loi du 12 juin 1991 sur le crédit à la consommation, à l exception de l ouverture de crédit, dans la mesure où la demande est faite auprès de l établissement de crédit où le crédit à la consommation a été accordé et où cet établissement a refusé d ouvrir un compte à vue. Les ouvertures de crédit doivent être exclues dès lors que la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base prévoit explicitement que le compte bancaire de base ne peut présenter un solde négatif. Une ouverture de crédit est dès lors exclue. L ouverture de crédit entraîne automatiquement l existence d un compte à vue ordinaire, ce qui est incompatible avec le droit au service bancaire de base. Il doit être clairement établi que l ajout proposé résout entièrement le problème. Le client qui a un crédit en cours peut toujours disposer d une forme ou l autre de compte à vue : soit un vrai compte à vue ou au moins un service bancaire de base auprès de la banque qui a octroyé le crédit ou un service bancaire de base auprès d une autre banque si le crédit à la consommation a été obtenu auprès d une société de crédit. Les représentants des organisations de consommateurs souhaitent garder l article 6 de l AR tel que proposé : 3 des contrats de crédit visés par la loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation dans la mesure où le solde des comptes visés au 1, augmenté du montant du crédit, ne dépasse pas euros.' Ils estiment que cette disposition est nécessaire pour réaliser l objectif réel de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base. Par ailleurs, ces représentants ne souhaitent pas exclure l ouverture de crédit, étant donné qu elle n est pas systématiquement liée à l existence d un compte à vue normal. La loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation veut protéger certaines facilités de crédit, dont l ouverture de crédit, et ne porte pas toujours sur les opérations découlant d un usage normal des facilités liées à l ouverture d un compte à vue. Concrètement, il peut être fait référence à l article 3, 1er, 4, ainsi qu à l article 3, 2, de la loi relative au crédit à la consommation, en vertu desquels certains contrats ne sont pas soumis ou que partiellement à l application de cette loi. Le fait, consciemment ou inconsciemment, d arriver à un solde négatif sur son compte à vue n est donc pas toujours soumis aux sévères critères de protection établis par la loi sur le crédit à la consommation concernant l ouverture d une ligne de crédit. Ces représentants 11

12 renvoient, à cet égard, à la loi du 14 mai 2001 réglant les intérêts débiteurs dus sur les comptes à vue. Ils font une distinction, d une part, entre le service bancaire de base, dont le solde ne peut être négatif et auquel aucune carte de crédit ne peut être liée, et d autre part, la possibilité d ouvrir une ligne de crédit distincte, indépendante d un compte à vue au sens de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base. Ces représentants concluent qu il n y aucun motif d incompatibilité du service bancaire de base avec une ouverture de crédit au sens de la loi relative au crédit à la consommation, pourvu qu il n y ait pas de compte à vue conformément à l article 4 de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base. 3. Conclusion générale des représentants de la production, de la distribution et des Classes moyennes: - maintenir l article 6, 1 de l AR; - compléter l article 6 comme suit : 3 des contrats de crédit d un montant de euros visés par la loi du 12 juin 1991 sur le crédit à la consommation, à l exception de l ouverture de crédit, dans la mesure où la demande est faite auprès de l établissement de crédit où le crédit à la consommation a été accordé et où cet établissement a refusé d ouvrir un compte à vue. Conclusion générale des représentants des organisations de consommateurs: - adapter l article 6,1, de l AR, dans le sens d une augmentation du montant à 6.000, ainsi que proposé; - - compléter l article 6 comme suit : 3 des contrats de crédit visés par la loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation dans la mesure où le solde des comptes visés au 1, augmenté du montant du crédit, ne dépasse pas euros.' 12

Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction

Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction Le rapport du Service de médiation banque-crédit-placements annonce une diminution du nombre de comptes bancaires de base ouverts

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4315 Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 118, alinéa 2, de la loi relative à l assurance obligatoire soins de santé

Plus en détail

Vu la demande d'avis de M. Christos DOULKERIDIS, Secrétaire d Etat au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reçue le 23/02/2012;

Vu la demande d'avis de M. Christos DOULKERIDIS, Secrétaire d Etat au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reçue le 23/02/2012; 1/8 Avis n 12/2012 du 11 avril 2012 Objet: Communication de données de consommation d eau et d électricité par les services de distribution à la Cellule administrative régionale ad hoc de la Région de

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC- 441 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une proposition de loi modifiant la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (Doc 53-0831/001 à 004) Bruxelles,

Plus en détail

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel;

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel; AVIS N 07 / 2003 du 27 février 2003. N. Réf. : 10 / Se / 2003 / 005 / 009 / ACL OBJET : Utilisation des moyens de communication électroniques à des fins de propagande électorale. La Commission de la protection

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales 1986 Faite à Vienne le 21 mars 1986. Non encore en vigueur. Voir Documents

Plus en détail

Nous avons réuni les recommandations

Nous avons réuni les recommandations Plan par étapes Recommandations aux fondateurs d un nouvel assureur mutuel La Banque Nationale a quatre mois pour délibérer sur la demande. Nous avons réuni les recommandations qui suivent à l intention

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

Assurance construction obligatoire. Arrêté du 19 novembre 2009 portant actualisation des clauses-types

Assurance construction obligatoire. Arrêté du 19 novembre 2009 portant actualisation des clauses-types Assurance construction obligatoire Arrêté du 19 novembre 2009 portant actualisation des clauses-types Les clauses-types, figurant en annexes de l'article A 243-1 du Code des assurances, énumèrent l objet

Plus en détail

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454 Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 1258 du Code judiciaire, tel qu il a été remplacé par l

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015 Article 1. Terminologie CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - La Banque : bpost banque S.A. Rue du Marquis 1 bte 2-1000 Bruxelles, TVA BE 0456.038.471, RPM Bruxelles qui agit en

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Actualité juridique Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Juin 2013 Mines et ressources naturelles Le 29 mai dernier, madame Martine Ouellet, ministre québécoise des Ressources

Plus en détail

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES Article 1 OUVERTURE ET DETENTION Le Livret Grand Prix est un compte d épargne qui peut être ouvert par toute personne physique Il ne peut

Plus en détail

DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N

DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N Annexe 3.0. DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N Modalités fiscales du fonctionnement du système de liquidation mentionné à l'article 1er, 1 de la loi du 6 août 1993

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

LE LIVRET 10/12 Conditions Générales

LE LIVRET 10/12 Conditions Générales 1 - Ouverture et détention du Livret 10/12 1.1 - Conditions d ouverture Toute personne physique mineure de nationalité française ou étrangère, représentée par son représentant légal, âgée de 10 ans révolus

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2013/17 Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92 Avis du 27 novembre 2013 1 I. Introduction 1.

Plus en détail

09-10 GEN LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DES THONIDES DE L'ATLANTIQUE (ICCAT) RECOMMANDE:

09-10 GEN LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DES THONIDES DE L'ATLANTIQUE (ICCAT) RECOMMANDE: 09-10 GEN RECOMMANDATION DE L ICCAT AMENDANT DE NOUVEAU LA RECOMMANDATION DE L ICCAT VISANT L ETABLISSEMENT D UNE LISTE DE NAVIRES PRESUMES AVOIR EXERCE DES ACTIVITES DE PECHE ILLICITES, NON DECLAREES

Plus en détail

LIVRET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CONDITIONS GÉNÉRALES

LIVRET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CONDITIONS GÉNÉRALES LIVRET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CONDITIONS GÉNÉRALES Art. L.221-27 à L.221-28 et art. D. 221-103 à D. 221-107 du Code monétaire et financier, art. 157 9 quater du Code Général des impôts 1 - Ouverture

Plus en détail

Contrat d association entre médecins-dentistes Sans mise en commun des honoraires

Contrat d association entre médecins-dentistes Sans mise en commun des honoraires Page 1 Contrat d association entre médecins-dentistes Sans mise en commun des honoraires Entre le... X... m é d e c i n - d e n t i s t e, m a t r i c u l e..., d o m i c i l i é à.... r u e... N o....

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

Si le locataire ne paie pas le loyer

Si le locataire ne paie pas le loyer Si le ne paie pas le loyer Contenu de la présente brochure La Loi de 2006 sur la location à usage d habitation permet l expulsion du qui n a pas payé son loyer. La présente brochure contient des renseignements

Plus en détail

livret grand format Conditions générales

livret grand format Conditions générales livret grand format Conditions générales 1 - Ouverture et détention du Livret GrAnd FormAt 1.1 - Conditions d ouverture et de détention Le Livret GrAnd FormAt est un compte d épargne réservé aux personnes

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

MANDAT DE GESTION DE FORTUNE

MANDAT DE GESTION DE FORTUNE MANDAT DE GESTION DE FORTUNE Parties au contrat de mandat Le/les soussigné(s) (ci-après le "Client"): Monsieur Citoyen Domicilié Email de télécopie de téléphone (ci-après l «Agent») ou SA / Sàrl Société

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

Credo21 Safe Dynamic (Plan)

Credo21 Safe Dynamic (Plan) le placement, c'est notre métier Credo21 Safe Dynamic (Plan) Conditions générales Credo21 version 1.0 Contenue Article 1 Définitions 3 Article 2 Cadre juridique 3 Article 3 Prise d'effet 3 Article 4 Réalisation

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/064 DÉLIBÉRATION N 11/042 DU 7 JUIN 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU SECRÉTAIRE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

Numéro du rôle : 4936. Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4936. Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4936 Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions

Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions Mai 2014 Sommaire 1. Les évolutions de juin 2013 2 1.1 L origine de l évolution 1.2 Sociétés concernées 1.3 Principales évolutions du code 2. Les

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 19/2015 du 19 juin 2015 Objet : demande formulée par le Bureau fédéral du Plan afin de pouvoir réclamer des données à caractère personnel

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 381 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 en vue de permettre l utilisation de titres-repas électroniques Bruxelles, 11 juin 2007

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

Recommandation n 11-01 relative aux contrats de syndics de copropriété

Recommandation n 11-01 relative aux contrats de syndics de copropriété C.N.E.C. - Brève... octobre 2011 Contrats de syndics de copropriété Recommandation de la Commission des clauses abusives adoptée le 15 septembre 2011 sur le rapport de Mme Raphaëlle PETIT-MACUR Recommandation

Plus en détail

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Dans le cadre de ses objectifs, la BATL souhaite collaborer à une législation efficace et de qualité qui soit applicable dans la pratique du droit

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 69 12 avril 2011. S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 69 12 avril 2011. S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1119 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 69 12 avril 2011 S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION Loi du 8

Plus en détail

Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code

Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code Les nouvelles règles en matière d'application du droit de la consommation couvrent l'action en cessation

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/10 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 20/2013 du 27 juin 2013 Objet: demande d autorisation d accès à la base de données de la Direction pour l Immatriculation des Véhicules

Plus en détail

PRESENTATION DU PROJET DATAWAREHOUSE MARCHE DU TRAVAIL

PRESENTATION DU PROJET DATAWAREHOUSE MARCHE DU TRAVAIL CS/01/11 AVIS N 01/01 DU 6 FEVRIER 2001 RELATIF A LA CREATION D UNE DATA- WAREHOUSE MARCHE DU TRAVAIL EN VUE DE LA COMMUNICATION PAR LA BANQUE-CARREFOUR DE TABLES AGREGEES STANDARD A DES FINS SCIENTIFIQUES

Plus en détail

La réforme du remboursement des frais de l aide médicale aux centres publics d action sociale phase 1 projet du MediPrima

La réforme du remboursement des frais de l aide médicale aux centres publics d action sociale phase 1 projet du MediPrima Frontdesk E-mail: question@mi-is.be Tél.: 02/508.85.86 Fax : 02/508.86.10 A Mesdames les Présidentes et à Messieurs les Présidents des centres publics d action sociale date : 27 septembre 2013 La réforme

Plus en détail

Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits

Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits ad 10.467 Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits Rapport du 28 janvier 2014 de la Commission de l économie et des redevances

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 06/2010 du 3 février 2010 Objet : avant-projet de décret relatif à l'archivage administratif La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ; Vu la loi du 8 décembre

Plus en détail

Numéro du rôle : 4299. Arrêt n 127/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4299. Arrêt n 127/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4299 Arrêt n 127/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 75, 3, du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par le Tribunal de

Plus en détail

LE LIVRET 10/12 CONDITIONS GENERALES

LE LIVRET 10/12 CONDITIONS GENERALES LE LIVRET 10/12 CONDITIONS GENERALES 1 - Ouverture et détention du Livret 10/12 1.1 - Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique mineure de nationalité française ou étrangère, représentée

Plus en détail

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle (https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/droit-federal/feuille-federale.html) fait foi. Texte original Convention

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 16 mars 2015 Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités

Plus en détail

COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES

COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES C.C.A. 17 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES Bruxelles, le 1 juin 2005 2 Avis sur les conditions générales des contrats

Plus en détail

TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE. Une réglementation pour les remorques

TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE. Une réglementation pour les remorques TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE Une réglementation pour les remorques Convient-il d envisager l adoption de dispositions particulières traitant des remorques dans le cadre d

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4991 Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 41 de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre, posée par le

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Bureau du vérificateur général Vérification des contrats et processus propres Résumé Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Vérification

Plus en détail