TECHNOCompétences et Finance Montréal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TECHNOCompétences et Finance Montréal"

Transcription

1 Diagnostic des besoins en ressources humaines des technologies de l information et des communications appliquées au secteur financier SEPTEMBRE 2012

2 ÉDITEUR TECHNOCompétences, le Comité sectoriel de main-d œuvre en technologies de l information et des communications, Sylvie Gagnon, directrice générale CHARGÉ DE PROJET Vincent Corbeil, gestionnaire de projet RH-IMT, TECHNOCompétences ÉLABORATION ET RÉALISATION Alia Conseil 2960, boulevard Laurier, bureau 214, Place Iberville III, 2 e étage Québec (Québec) G1V 4S1 Tél. : Téléc. : REMERCIEMENTS TECHNOCompétences remercie les quatre institutions issues du sous-secteur des banques et autres intermédiaires financiers qui ont aimablement contribué à l étude. Voir en Annexe 2 la liste des personnes consultées occupant des emplois en technologies de l information et des communications au sein de ces institutions. TECHNOCompétences 550, rue Sherbrooke Ouest, bureau 100 Montréal (Québec) H3A 1B9 Tél. : Cette publication a été réalisée grâce à l aide financière de : Nota bene : l emploi du masculin pour désigner des personnes n a d autres fins que celle d alléger le texte.

3 TABLE DES MATIÈRES Liste des tableaux et des figures...5 Sommaire exécutif...6 Contexte et mandat... 6 Notes au lecteur... 6 Enjeux du secteur... 8 Synthèse des tendances du secteur et des impacts sur les besoins de la main-d œuvre en TIC Portrait et prévision de la main-d œuvre Constats sur le niveau d adéquation entre l offre et la demande de compétences de l industrie Pistes de réflexion Actions prioritaires Définition des emplois en technologies de l information et des communications dans le secteur financier...17 Particularités de l étude...17 Contexte Mandat Objectifs Notes au lecteur Échantillon Postes ciblés Enjeux du secteur...22 Un contexte en évolution Des besoins différents face à la main-d œuvre en TIC Quelques défis pour le secteur Tendances du secteur et impact sur les besoins de main-d œuvre en technologies de l information et des communications...25 Tendances sur le plan économique Impacts des tendances économiques sur les organisations et les besoins de la main-d œuvre Tendances sur le plan technologique Impacts des tendances technologiques sur les organisations et les besoins de la main-d œuvre Tendances sur le plan sociodémographique Impacts des tendances sociodémographiques sur les organisations et les besoins de la main-d œuvre Synthèse des tendances du secteur et des impacts sur les besoins de la main-d œuvre en TIC Portrait et prévision de la main-d œuvre...40 Portrait général de la main-d œuvre en TIC Portrait de la main-d œuvre en TIC dans les entreprises du secteur financier consultées Évolution des besoins de main-d œuvre prévue par poste ciblé (quantitatif) Évolution des besoins en matière de compétences (qualitatif) Constats sur le niveau d adéquation entre l offre et la demande de compétences de l industrie...55 \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\3 Page 3

4 Adéquation du point de vue quantitatif Adéquation du point de vue qualitatif Pistes de réflexion et actions prioritaires...56 Pistes de réflexion Actions prioritaires Remerciements...61 Bibliographie...62 Annexe 1 Méthodologie...65 Annexe 2 Liste des personnes et des organisations rencontrées dans le cadre de cette étude...66 Annexe 3 Postes ciblés...70 \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\4 Page 4

5 LISTE DES TABLEAUX ET DES FIGURES Tableau 1 Proportion des postes ciblés Tableau 2 Synthèse des tendances du secteur et des impacts sur les besoins de la maind œuvre en TIC Tableau 3 Répartition du nombre d emplois par poste ciblé Tableau 4 Répartition de l âge par poste ciblé Tableau 5 Répartition du sexe par poste ciblé Tableau 6 Répartition du niveau d expérience globale par poste ciblé Tableau 7 Évolution des besoins de main-d œuvre par poste ciblé Tableau 8 Description des postes ciblés Figure 1 Répartition des dépenses mondiales en TIC selon les 10 principaux marchés, 2009 (100 % = G$ US) Figure 2 Pyramide des âges, Québec, 1 er juillet Figure 3 Utilisation de la technologie selon l âge, le revenu et le niveau de scolarité Figure 4 Utilisation des services bancaires et financiers par les internautes québécois Figure 5 Nombre d inscriptions et de diplômes émis au niveau collégial Figure 6 Nombre d inscriptions et de diplômes émis au niveau universitaire \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\5 Page 5

6 SOMMAIRE EXÉCUTIF Contexte et mandat Le secteur financier compte environ emplois au Québec 1. Il représente un grand utilisateur des technologies de l information et des communications puisque les professionnels des TIC qui y œuvrent représentent environ emplois 2, soit 5 % à 7 % des effectifs total par professions (excluant les emplois exercés par les consultants des firmes externes). Les professionnels des TIC qui œuvrent au sein du Mouvement Desjardins, de la Banque Nationale du Canada, de la Banque Laurentienne et de la Caisse de dépôt et placement du Québec représentent 6,7 % du nombre d emplois total dans ces organisations. L organisme Finance Montréal vise à ce que le secteur financier de Montréal et du reste du Québec ait un positionnement fort à l échelle de l Amérique du Nord; les technologies de l information et des communications ont un rôle stratégique clé à jouer. En effet, les ressources humaines en TIC, leur disponibilité, leurs compétences et leur capacité à relever les défis contribuent au rayonnement du secteur financier. Cette situation implique que le secteur financier doit être en mesure de tirer le meilleur parti du potentiel des ressources humaines en TIC. Pour ce faire, des orientations doivent être formulées pour guider le développement et la formation de cette main-d œuvre spécialisée. La première étape de cette démarche consistait à disposer d un portrait le plus clair possible de la situation actuelle et future de l emploi pour les professionnels des TIC. Dans ce contexte, Alia Conseil a été mandatée par TECHNOCompétences pour réaliser un diagnostic des besoins en ressources humaines des technologies de l information et des communications appliquées au secteur financier. L étude aborde les grandes dynamiques en cours en s appuyant sur les besoins de main-d œuvre actuels et futurs de même que sur les compétences désirées. Notes au lecteur D entrée de jeu, la nature de la présente étude nécessite, d un point de vue méthodologique, quelques spécifications. L étude réalisée s inscrit à l intérieur de paramètres définissant une recherche exploratoire combinant des éléments quantitatifs et qualitatifs. Le volet quantitatif permet d obtenir un portrait de la situation vécue par les entreprises ciblées. Le volet qualitatif permet de cerner les perceptions et les opinions d individus à propos d une situation donnée. Toutefois, en raison de la taille de l échantillon, il est impossible de généraliser l information à l ensemble du secteur financier en affirmant ou en extrapolant la valeur statistiquement représentative des résultats présentés. 1 Finance Montréal, Comité ressources humaines, document de lancement, janvier TECHNOCompétences. (2008). «Un regard sur le secteur des TIC selon le Recensement TIC 2006». [En ligne] \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\6 Page 6

7 Notes au lecteur (suite) Particularités de l échantillon Quatre institutions issues du sous-secteur des banques et autres intermédiaires financiers ont été sélectionnées par le comité directeur de Finance Montréal pour participer à cette démarche de diagnostic : le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale du Canada, la Banque Laurentienne et la Caisse de dépôt et placement du Québec. Plus précisément, 38 personnes occupant des fonctions de gestion au niveau des technologies de l information et des communications au sein de ces institutions ont été consultées. Qualité des données recueillies Il a été difficile pour les entreprises participantes d avoir accès à l information sur les postes ciblés en raison du fonctionnement des systèmes actuels et certaines mises à jour requises ou réalisées dans les systèmes. Cette situation a donc un impact important sur la précision des données. Il a également été difficile d obtenir une vision claire de la part des gestionnaires quant à la situation future pour les postes ciblés en raison des changements organisationnels importants qui influencent les projets TIC. Cette situation fait en sorte qu il est plutôt ardu de chiffrer avec exactitude les mouvements de personnel (embauches, promotions, transferts, roulements). L étude actuelle se concentre donc sur les grandes tendances en termes de mouvement de main-d œuvre. Puisque la réalité des quatre organisations est très différente, leurs stratégies pour faire face aux tendances externes sont très différentes. Il est donc difficile de conserver le caractère confidentiel si l on souhaite formuler des constats précis, d autant plus que la taille de l échantillon est petite. Nous devons donc maintenir un niveau général de constat. Comparativement à d autres secteurs d activité, peu de standards sectoriels sont disponibles au sein du secteur financier. Il est donc difficile pour les entreprises participantes d obtenir des définitions communes sur la nature des postes ciblés puisque les responsabilités et les tâches varient d une entreprise à une autre en fonction de leur contexte. Postes ciblés Les postes ciblés ont été déterminés en fonction de critères tels que le volume, l importance stratégique ou critique des postes. Ils représentent près de la moitié (49,7 %) des emplois en technologies de l information et des communications au sein des entreprises participantes. Spécialiste B.I. Analyste Directeur/chargé/coordonnateur de projet Responsable de l architecture de l entreprise Spécialiste de l architecture Développeur/analyste de systèmes o Programmeur (ex. : testing, Web, etc.) Intégrateur Analyste de la sécurité informatique Administrateur de banque de données Gestionnaire TIC \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\7 Page 7

8 SOMMAIRE EXÉCUTIF (SUITE) Enjeux du secteur Les entretiens avec les gestionnaires et les dirigeants en TIC des quatre institutions ont permis de dégager des enjeux relatifs à l évolution du secteur financier, qui ont un impact significatif sur leurs besoins face à la main-d œuvre en TIC et le développement de celle-ci. Un contexte en évolution De la crise financière à aujourd hui : un contexte de transformation Le secteur financier a connu une période de turbulence importante au cours des dernières années. Des investissements majeurs ont été consentis durant cette période afin d augmenter l efficacité des organisations et pour offrir aux consommateurs l accessibilité aux produits financiers. En raison de l évolution rapide des marchés, le développement et la livraison des projets TIC ont dû être réalisés à un rythme accéléré, ce qui a favorisé des embauches massives d effectifs expérimentés et une utilisation importante de consultants externes qui offraient une expertise et une efficacité immédiates. Dans les années à venir : stabilisation des besoins de main-d œuvre, développement et conservation des expertises à l interne Après cette période de turbulence, la majorité des gestionnaires consultés ont affirmé qu ils seront en mesure de faire face aux besoins des prochaines années avec le même nombre d effectifs ou de faibles variations. Selon les mêmes gestionnaires, les équipes doivent maintenant gagner en productivité et les organisations doivent structurer le développement interne des expertises afin de soutenir la croissance prévue de leur organisation. Des besoins différents face à la main-d œuvre en TIC Stabilisation de la demande des emplois TIC Après avoir vécu une forte demande pour les emplois en TIC, on assiste maintenant à une stabilisation des besoins quantitatifs des emplois TIC pour l ensemble des organisations consultées, malgré un taux de croissance plus important que l emploi de l économie du Québec. Selon la vision de la majorité des gestionnaires consultés, cette situation devrait se maintenir pour les trois à cinq prochaines années. Évolution des compétences recherchées En fonction des besoins manifestés par les gestionnaires consultés, nous observons une évolution dans les compétences recherchées. Les organisations recherchent de plus en plus des candidats avec une capacité d analyse plus grande, des connaissances générales du domaine de la finance, qui sont en mesure de travailler et de s adapter en contexte de changement, avec une facilité à intervenir auprès de leurs clients. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\8 Page 8

9 Des besoins différents face à la main-d œuvre en TIC (suite) Tendances qui s opposent face à l utilisation de la sous-traitance Les stratégies face à l utilisation des consultants externes varient. Certaines organisations ont adopté une stratégie claire pour l impartition tandis que d autres sont davantage engagées dans un mouvement d internalisation des expertises. Une tendance commune se dégage quant à l augmentation de l utilisation de solutions commerciales disponibles lorsque des solutions qui répondent aux besoins sont disponibles sur le marché. Quelques défis pour le secteur Importance de l efficacité et de la productivité des équipes TIC Plusieurs gestionnaires consultés ont affirmé que des gains d efficacité et de productivité seraient possibles au sein des équipes TIC et qu ils souhaitaient y travailler de façon prioritaire. Développement et conservation des expertises à l interne Un défi important concerne la perte potentielle des connaissances critiques en raison de la forte présence des consultants externes au sein des entreprises et des départs prévisibles à la retraite. Devant cet enjeu, l ensemble des entreprises consultées souhaite structurer davantage les pratiques permettant de développer les expertises stratégiques à l interne. Diminution du bassin de finissants disponibles La grande majorité des gestionnaires consultés ont manifesté une préoccupation face à la baisse notable du nombre d inscriptions et de diplômés dans les programmes TIC, malgré la stabilité prévue au niveau de la demande de main-d œuvre. Peu de standards sectoriels Comparativement à d autres secteurs d activité, le secteur financier possède peu de standards sectoriels permettant une comparaison précise des modes de fonctionnement et des façons de faire dans l industrie. Selon plusieurs gestionnaires consultés, ayant eu des expériences au sein d autres secteurs d activité, cette absence de standards peut ralentir l évolution de l ensemble du secteur financier. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\9 Page 9

10 Synthèse des tendances du secteur et des impacts sur les besoins de la main-d œuvre en TIC Tableau 2 Synthèse des tendances du secteur et des impacts sur les besoins de la main-d œuvre en TIC Vous trouverez ci-dessous un tableau synthèse des tendances qui ont un impact sur les besoins de la main-d œuvre en TIC dans le secteur financier. Dimension Tendance Impact sur les besoins de la main-d œuvre en TIC Économique Pression économique accentuée suite à la crise économique de 2008 et investissement en TIC. Exigences réglementaires grandissantes. Technologique Expansion des technologies Web. Croissance de la technologie mobile. Infonuagique et virtualisation. Croissance des données massives et les besoins grandissants de l intelligence d affaires. Enjeu de la sécurité des données. Pression importante sur l efficacité et la productivité. Nécessité d obtenir une main-d œuvre compétente et efficace dès l embauche. Peu de temps disponible pour le développement des compétences internes. Augmentation de l importance des compétences d intégrateur afin d intégrer efficacement les diverses solutions développées à l externe. Importance de maintenir à jour les connaissances sur le plan de la réglementation. Spécialisation des expertises demandées. Augmentation de l importance des connaissances sur le domaine d affaires. Augmentation de l importance d habiletés telles que la capacité d adaptation et des aptitudes pour le rôle-conseil. Augmentation de l importance des compétences d intégrateur. Augmentation du niveau de complexité face aux capacités d analyse. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\10 Page 10

11 Tableau 2 Synthèse des tendances du secteur et des impacts sur les besoins de la main-d œuvre en TIC (suite) Dimension Tendance Impact sur les besoins de la main-d œuvre en TIC Sociodémographique Nombreux départs à la retraite des baby-boomers. Adoption rapide des nouvelles technologies par la génération numérique. Croissance du nombre d immigrants. Utilisation accrue de la technologie : la population canadienne se porte réceptive aux avancements technologiques. Préoccupations pour la sécurité influencent le choix de services. Accélération des départs à la retraite. Importance de la planification du transfert des connaissances et du développement des compétences internes. Nécessité d avoir des employés qui possèdent une bonne connaissance du domaine d affaires dans lequel ils évoluent et qui sont en mesure de jouer un rôle-conseil auprès de la clientèle. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\11 Page 11

12 SOMMAIRE EXÉCUTIF (SUITE) Portrait et prévision de la main-d œuvre Avant de présenter les caractéristiques spécifiques de la main-d œuvre dans le secteur financier, il s avère important de considérer certains éléments caractérisant le portrait général de la main-d œuvre en TIC en raison des tendances récentes qui affectent le profil de la maind œuvre au Québec. Par conséquent, la main-d œuvre québécoise en TIC est caractérisée par : une main-d œuvre majoritairement masculine; une main-d œuvre scolarisée; une présence élevée de travailleurs autonomes et de consultants de grandes firmes; une diminution du bassin de main-d œuvre disponible. Portrait de la main-d œuvre en TIC dans les entreprises du secteur financier consultées Le portrait de la main-d œuvre en TIC pour les postes ciblés est présenté en fonction de quatre dimensions : la répartition du nombre d emplois par poste ciblé, l âge, le sexe et le niveau d expérience globale (junior, intermédiaire, senior). Répartition du nombre d emplois Parmi tous les postes ciblés par l enquête, la majorité sont comblés par des employés permanents (62 %). Les autres postes (38 %) sont comblés par des travailleurs contractuels ainsi que par des consultants travaillant pour de grandes firmes. Âge Les postes ciblés par l enquête sont comblés majoritairement par des employés âgés de 35 à 54 ans (72 %), c est-à-dire une main-d œuvre issue de la génération X. Ce constat est en cohérence avec la pyramide des âges au Québec où l on observe que le plus grand nombre d effectifs sont nés entre 1960 et Seulement 7 % de la main-d œuvre travaillant dans les postes ciblés est âgée de 55 ans et plus. Cette proportion est légèrement plus faible que la moyenne canadienne pour le secteur financier où 10 % de la main-d œuvre est âgée de 55 ans et plus (Étude de 2007 du Toronto Financial Services Alliance [TFSA] et Deloitte) 3. 3 Toronto Financial Services Alliance (TFSA) et Deloitte. (2007). Talent Matters : shaping talentstrategies in a changing world. [En ligne] \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\12 Page 12

13 Portrait de la main-d œuvre en TIC dans les entreprises du secteur financier consultées (suite) Sexe Pour tous les postes ciblés par l enquête, ceux-ci sont actuellement majoritairement comblés par des hommes (65 %). On constate que le pourcentage de femmes a peu augmenté au cours des dernières années puisque 35 % des emplois pour les postes ciblés sont occupés par des femmes. On remarque que les emplois en TIC occupés par des femmes sont mieux représentés dans le secteur financier que dans l ensemble des secteurs. Niveau d expérience globale Pour tous les postes ciblés par l enquête, ces derniers sont répartis de façon très similaire selon le niveau d expérience. Cependant, c est pour le niveau d expérience intermédiaire que le nombre d emplois est le plus élevé (820; 36 %). Évolution des besoins de main-d œuvre prévue par poste ciblé (quantitatif) Les entreprises participantes prévoient une stabilité dans le nombre d emplois pour 50 % des postes ciblés par l enquête : analyste, responsable de l architecture d entreprise, spécialiste de l architecture, analyste de la sécurité informatique et gestionnaire TIC. Pour ce qui est de l autre moitié des postes ciblés (spécialiste B.I., directeur/chargé/ coordonnateur de projet, développeur/analyste de systèmes programmeur, intégrateur et administrateur de banque de données), les entreprises participantes envisagent une légère augmentation du nombre d emplois. En effet, celles-ci prévoient embaucher un maximum de 25 personnes dans leur organisation pour combler ces postes. De façon générale, on peut affirmer que l ensemble des postes ciblés par l enquête ne connaîtra pas de besoins majeurs au niveau de la demande d emplois, la tendance étant davantage à la faible augmentation, même si la croissance de l emploi est plus élevée que dans l ensemble de l économie du Québec Évolution des besoins en matière de compétences (qualitatif) Les organisations recherchent des profils possédant une connaissance générale du domaine de la finance, une capacité d intégration et d analyse plus grande et des équipes qui sont en mesure de travailler avec une plus grande agilité et flexibilité et de s adapter au changement. Quatre grands champs de compétences gagnent en importance, soit les connaissances du domaine des affaires, le rôle-conseil, la capacité d intégration et la capacité d analyse et on assiste à une tendance à la spécialisation des emplois pour répondre aux besoins des entreprises consultées. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\13 Page 13

14 SOMMAIRE EXÉCUTIF (SUITE) Constats sur le niveau d adéquation entre l offre et la demande de compétences de l industrie Adéquation du point de vue quantitatif La mince augmentation prévue de la demande de main-d œuvre observée dans chacune des organisations participantes nous pousse à croire qu il n y aura pas d écart quantitatif important entre les besoins de main-d œuvre qualifiée de l industrie et l offre disponible sur le marché québécois. Cependant la diminution importante du nombre d inscriptions dans les programmes d étude en sciences et en technologies demeure un phénomène préoccupant pour le secteur. Si l apport de ressources qualifiées diminue à l entrée du marché du travail, il est à prévoir un effet domino sur la disponibilité éventuelle de ressources qualifiées. En ce qui concerne l impact provenant des départs à la retraite, selon les informations recueillies, les départs à la retraite ne semblent pas représenter de grands mouvements de main-d œuvre dans les trois à cinq prochaines années, pour les postes ciblés. Adéquation du point de vue qualitatif La demande de l industrie se déplace vers une main-d œuvre qui, de façon générale, a une connaissance pratique de l industrie financière, qui est en mesure de travailler et de s adapter en contexte de changements et avec une facilité à intervenir auprès de ses clients. De façon plus spécifique, quatre champs de compétences ont été identifiés comme éléments de développement prioritaires : soit les connaissances du domaine des affaires, le rôle-conseil, la capacité d intégration et la capacité d analyse. On assiste également à une tendance de spécialisation des expertises. Pistes de réflexion Favoriser la collaboration entre les institutions du secteur Une collaboration accrue entre les institutions du secteur pourrait s avérer bénéfique pour le développement de chacune des organisations. Cette collaboration pourrait contribuer à l amélioration des modes de fonctionnement, à l identification des besoins communs pour le secteur et au développement des stratégies sectorielles pour y répondre. Pour concrétiser cette collaboration, il serait pertinent de mettre en place des mécanismes de collaboration, des lieux de rencontre et d échange permettant à différents types d intervenants (gestionnaires, professionnels, etc.) de collaborer. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\14 Page 14

15 Pistes de réflexion (suite) Contribuer au développement de l intérêt face aux emplois TIC dans le secteur Considérant la diminution du nombre de diplômés dans les programmes de formation en TIC et du niveau d attractivité des emplois TIC au sein du secteur financier, il serait pertinent de poursuivre les activités de promotion de ce secteur et par le fait même, des carrières en technologies de l information et des communications auprès des établissements d enseignement collégiaux et universitaires. Si les organisations du secteur financier souhaitent assurer un niveau de qualité adéquat et une disponibilité des candidatures futures, les efforts de promotion demeurent essentiels malgré un ralentissement observé de la demande de travailleurs. Comme il n est pas prévu une augmentation significative des embauches, il serait souhaitable que Finance Montréal et ses membres favorisent les mouvements collectifs de promotion des carrières comme MaCarrièreTECHNO.com et assure une représentation des emplois du secteur de la finance. Renforcer le dialogue entre les institutions du secteur et les maisons d enseignement En renforçant le dialogue entre les organisations et les maisons d enseignement, ces dernières seraient en mesure d aider les organisations dans l identification des besoins spécifiques en matière de compétences recherchées. Par la suite, il serait possible d adapter les programmes d étude afin de contribuer au développement des compétences recherchées. Structurer davantage le développement des compétences à l interne Bien que les organisations consultées soient déjà bien structurées au niveau de la gestion et du développement de leurs ressources humaines, il semble nécessaire de développer certaines pratiques adaptées à la réalité des emplois TIC. Ces pratiques viseraient à développer à l interne les expertises spécifiques au domaine des affaires et devraient être adaptées au mode de fonctionnement par projet. Actions prioritaires Créer un centre de perfectionnement spécialisé pour le secteur financier Il serait intéressant que le secteur financier se dote d un centre de perfectionnement spécialisé afin de développer les expertises liées à la connaissance du domaine des affaires des professionnels œuvrant en TIC. Ce centre de perfectionnement pourrait être mis sur pied par une initiative commune entre les établissements d enseignement et les institutions du secteur. À titre comparatif, une initiative similaire a été développée dans le domaine de l énergie électrique, soit l Institut en génie de l énergie électrique (IGEE). S inspirant des principes de fonctionnement de cet organisation, la formation offerte par le centre pourrait prendre deux formes, soit celle d un programme de formation continue s adressant aux professionnels en emploi ainsi qu un microprogramme pour les étudiants de niveau universitaire en TIC. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\15 Page 15

16 Actions prioritaires (suite) Centraliser et structurer l offre et la demande de stages Afin de permettre aux futurs diplômés en TIC d acquérir et d approfondir leurs compétences générales et techniques et de favoriser leur attraction au sein du secteur financier, il serait pertinent de structurer et de centraliser l offre et la demande de stages. Finance Montréal apparaît comme un acteur tout désigné pour chapeauter les programmes de stages et assurer leur uniformité au sein des institutions financières partenaires. Ces programmes offriraient aux futurs diplômés un éventail diversifié et progressif d occasions de développement, notamment en bénéficiant de l expertise et des conseils de mentors. Remerciements Nous tenons à remercier l ensemble des répondants qui ont participé à l étude et qui se sont montrés prêts à s interroger sur leurs façons de faire et leurs besoins face à la main-d œuvre en technologie de l information et des communications. Un remerciement particulier aux membres du comité experts qui ont participé activement à la collecte des informations au sein des organisations. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\16 Page 16

17 DÉFINITION DES EMPLOIS EN TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS DANS LE SECTEUR FINANCIER On retrouve présentement au Québec plus de professionnels œuvrant à l élaboration, à l exploitation et à l évolution de technologies innovantes. Ces professionnels qui, tout en étant des spécialistes des technologies de l information et des communications (TIC), sont intégrés à la fois au sein des entreprises productrices et des entreprises-utilisatrices des TIC. Le secteur financier compte environ emplois au Québec 4. Il représente un grand utilisateur des technologies de l information et des communications puisque les professionnels des TIC qui y œuvrent représentent environ emplois 5, soit 5 % à 7 % des effectifs total par professions (excluant les emplois exercés par les consultants des entreprises d impartition). Les professionnels des TIC qui œuvrent au sein du Mouvement Desjardins, de la Banque Nationale du Canada, de la Banque Laurentienne et de la Caisse de dépôt et placement du Québec représentent 6,7 % du nombre d emplois total dans ces organisations. PARTICULARITÉS DE L ÉTUDE Contexte Comme l organisme Finance Montréal vise à ce que le secteur financier de Montréal et du Québec ait un positionnement fort à l échelle de l Amérique du Nord, les technologies de l information et des communications ont un rôle stratégique clé à jouer. En effet, les ressources humaines en TIC, leur disponibilité, leurs compétences et leur capacité à relever les défis contribuent au rayonnement du secteur financier. Cette situation implique que le secteur financier doit être en mesure de tirer le meilleur parti du potentiel des ressources humaines en TIC. Pour ce faire, des orientations doivent être formulées pour guider le développement et la formation de cette main-d œuvre spécialisée. La première étape de cette démarche consistait a été de réaliser un portrait le plus clair possible de la situation actuelle et future de l emploi pour les professionnels des TIC. Mandat Dans ce contexte, Alia Conseil a été mandatée par TECHNOCompétences et Finance Montréal pour réaliser un diagnostic des besoins en ressources humaines des technologies de l information. L étude aborde les grandes dynamiques en cours en s appuyant sur les besoins de main-d œuvre actuels et futurs de même que sur les compétences désirées. 4 Finance Montréal, Comité ressources humaines, document de lancement, janvier TECHNOCompétences. (2008). «Un regard sur le secteur des TIC selon le Recensement TIC 2006». [En ligne] \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\17 Page 17

18 PARTICULARITÉS DE L ÉTUDE (SUITE) Objectifs La présente étude vise à : déterminer le nombre de travailleurs à partir d une nomenclature adoptée collectivement; caractériser les postes au sein des institutions financières, actuelles et futures; identifier et analyser les compétences clés recherchées; évaluer les écarts entre l actuel et le futur, entre les compétences actuelles et les compétences désirées; statuer sur les enjeux de recrutement, de développement et de rétention; valider si des analyses plus poussées en matière de développement et d acquisition de compétences et d arrimage du cursus d études supérieures sont nécessaires. Notes au lecteur D entrée de jeu, la nature de la présente étude nécessite, d un point de vue méthodologique, quelques spécifications. L étude réalisée s inscrit à l intérieur de paramètres définissant une recherche exploratoire combinant des éléments quantitatifs et qualitatifs. Recherche exploratoire Le volet quantitatif permet d obtenir un portrait de la situation vécue par les entreprises ciblées. Le volet qualitatif permet de cerner les perceptions et les opinions d individus à propos d une situation donnée. Il est possible d effectuer des hypothèses et des interprétations sur la base des données obtenues par l entremise des différents outils de collecte de données. Toutefois, en raison de la taille de l échantillon, il est impossible de généraliser l information à l ensemble du secteur financier en affirmant ou en extrapolant la valeur statistiquement représentative des résultats présentés. Par exemple, les grandes institutions sont sur représentées dans l échantillon alors les plus petits joueurs sont absents. L approche de recherche utilisée est très riche et utile pour analyser une situation dans sa globalité. Sa flexibilité permet d approfondir des dimensions et de confronter des points de vue. Les résultats sont présentés comme étant des pistes de réflexion qui devraient orienter Finance Montréal et TECHNOCompétences dans les actions à prendre en vue de faire face aux enjeux soulevés pour la main-d œuvre en technologies de l information et des communications œuvrant dans le secteur financier. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\18 Page 18

19 Notes au lecteur (suite) Qualité des données recueillies Il a été difficile pour les entreprises participantes d avoir accès à l information sur les postes ciblés en raison du fonctionnement des systèmes de gestion des ressources humaines actuels et certaines mises à jour requises ou réalisées dans les systèmes. Cette situation a donc un impact important sur la précision des données. En effet, nous ne pouvons garantir à 100 % l'exactitude de ces données, particulièrement celles en lien avec l âge, le sexe et le niveau d expérience, bien que nous ayons manipulé l'information avec un très grand soin. Il a également été difficile d obtenir une vision claire de la part des gestionnaires quant à la situation future pour les postes ciblés en raison des changements organisationnels importants qui caractérisent les projets TIC. Cette situation fait en sorte qu il est plutôt ardu de quantifier avec exactitude les mouvements de personnel (embauches, promotions, transferts, roulements). L étude actuelle se concentre donc sur les grandes tendances en termes de mouvement de main-d œuvre. Puisque la réalité des quatre organisations est très différente, leurs stratégies pour faire face aux tendances externes sont très différentes. Il est donc difficile de conserver le caractère confidentiel si l on souhaite formuler des constats précis, d autant plus que la taille de l échantillon est petite. Nous devons donc maintenir un niveau général de constat. Comparativement à d autres secteurs d activité, peu de standards sectoriels, notamment concernant la gestion des ressources humaines, sont disponibles au sein du secteur financier. Il est donc difficile pour les entreprises participantes d obtenir des définitions communes sur la nature des postes ciblés puisque les responsabilités et les tâches varient d une entreprise à une autre en fonction de leur contexte. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\19 Page 19

20 PARTICULARITÉS DE L ÉTUDE (SUITE) Échantillon Quatre institutions issues du sous-secteur des banques et autres intermédiaires financiers ont été sélectionnées par le comité directeur de Finance Montréal pour participer à cette démarche de diagnostic : le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale du Canada, la Banque Laurentienne et la Caisse de dépôt et placement du Québec. Plus précisément, 38 personnes occupant des fonctions de gestion au niveau des technologies de l information et des communications au sein de ces institutions ont été consultées : CIO, viceprésidents, directeurs principaux, directeurs et spécialistes de l architecture. Particularités de l échantillon La taille de l échantillon est petite puisque seulement quatre entreprises ont été sélectionnées pour participer à l enquête. On retrouve près de 4600 emplois permanents (voir Tableau 1 : Proportion des postes ciblés à la page suivante) en TIC au sein de ces quatre institutions. Les entreprises participantes sont de tailles différentes et ont des contextes, des enjeux et des stratégies d affaires qui leur sont propres. L échantillon inclut une institution qui représente plus de la moitié des emplois permanents en TIC (63,2 % %). Cette réalité amène une surreprésentation de cette institution en plus de poser un certain défi quant à l application des pistes d action qui se veulent sectorielles. \CHIC\CLIENTS\EN COURS\TECHNOCOMPETENCES\Q \TECHNOCOMPETENCES_RAPPORT_DIAGNOSTIC.doc\20 Page 20

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Étude sur les analystes d affaires dans le domaine des technologies de l information

Étude sur les analystes d affaires dans le domaine des technologies de l information Étude sur les analystes d affaires dans le domaine des technologies de l information Mai 2010 ÉDITEUR TECHNOCompétences, le Comité sectoriel de main-d œuvre en technologies de l information et des communications,

Plus en détail

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011»

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» (Étude préparée par Raymond Chabot Grant Thornton) Faits: Le PIB généré par le

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Recherche exploratoire sur les prestataires de services Web du Québec

Recherche exploratoire sur les prestataires de services Web du Québec Cette étude a été réalisée pour Alliance numérique, le réseau numérique du Québec. Recherche exploratoire sur les prestataires de services Web du Québec Cette étude a été réalisée, en partie, grâce au

Plus en détail

Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité

Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité Sommaire Publié par le Conseil sectoriel de l électricité www.brightfutures.ca Le Conseil

Plus en détail

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Urgence Leadership Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Forum de réflexion sur le leadership d avenir - CIRANO 26 janvier 2009 1 Urgence Leadership Un programme

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Pour une vision globale et efficace dans le domaine des TIC. avril 2015

Pour une vision globale et efficace dans le domaine des TIC. avril 2015 Les consultants indépendants en technologies de l information et des communications (TIC) : des expertises de pointe compétentes, complémentaires et disponibles Pour une vision globale et efficace dans

Plus en détail

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct 01 Au service des investisseurs canadiens depuis plus de 25 ans Filiale d une des plus grandes institutions financières au pays, offre aux investisseurs

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

CFP 059M C.P. Rapport D Amours

CFP 059M C.P. Rapport D Amours Mémoire du Régime de retraite de l Université du Québec (RRUQ) sur le rapport du Comité D Amours Mémoire déposé à la Commission des finances publiques le 22 août 2013 CFP 059M C.P. Rapport D Amours Table

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER A Demande R-3491-2002 RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER HYDRO-QUÉBEC ÉVALUATION DU PROJET SIC ET RECOMMANDATIONS, 7 AOÛT 2002 Original : 2002-09-20 HQD-2, Document 1 (En liasse) Rapport

Plus en détail

Arts de la scène Arts visuels et métiers d'art Cinéma et téléradiodiffusion

Arts de la scène Arts visuels et métiers d'art Cinéma et téléradiodiffusion Deloitte & Touche mars 2009 Arts de la scène Arts visuels et métiers d'art Cinéma et téléradiodiffusion Création littéraire et édition Médias numériques Musique et enregistrement sonore Patrimoine www.crhsculturel.ca

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

STEPHANE DODIER, M.B.A. Sommaire. Compétences. Formation académique 514-608- 5865. sdodier@stephanedodier.com. Stephane Dodier MBA

STEPHANE DODIER, M.B.A. Sommaire. Compétences. Formation académique 514-608- 5865. sdodier@stephanedodier.com. Stephane Dodier MBA STEPHANE DODIER, M.B.A. 514-608-5865 Sommaire J occupe le poste de Vice-Président Exécutif pour Optimum informatique, une firme de servicesconseils informatique appartenant au Groupe financier Optimum.

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Octobre 2009 Commission de la fonction publique du Canada 300, avenue

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES ENTREPRISES DE L INDUSTRIE DE LA LANGUE AU CANADA

ENQUÊTE SUR LES ENTREPRISES DE L INDUSTRIE DE LA LANGUE AU CANADA ÉTUDE ÉCONOMIQUE ENQUÊTE SUR LES ENTREPRISES DE L INDUSTRIE DE LA LANGUE AU CANADA Traduction, interprétation et formation linguistique d après une enquête menée par Statistique Canada en 2005 Août 2006

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

L obtention d un diplôme au Canada : profil, situation sur le marché du travail et endettement des diplômés de la promotion de 2005

L obtention d un diplôme au Canada : profil, situation sur le marché du travail et endettement des diplômés de la promotion de 2005 N o 81-595-M au catalogue N o 074 ISSN : 1711-8328 ISBN : 978-1-100-91284-4 Documents de recherche Culture, tourisme et Centre de la statistique de l éducation L obtention d un diplôme au Canada : profil,

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

La sécurité financière, ça se planifie!

La sécurité financière, ça se planifie! PERFECTIONNEMENT PROFESSIONNEL 2014-2015 La sécurité financière, ça se planifie! Cours d'une journée qui s adresse aux dentistes seulement DESCRIPTION Vos besoins évoluent sans cesse. Comment donc assurer

Plus en détail

LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE

LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE 2 2014, CEFRIO NETendances LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN TABLE

Plus en détail

INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE

INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE Juin 2003 Constats L indice CPQ-Léger Marketing de confiance des consommateurs et des entreprises dans l économie québécoise enregistre

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE DRUMMONDVILLE Le contenu de ce rapport a été rédigé et produit pour une utilisation par tous les services municipaux. Le Commissariat au commerce a colligé les données relatives au développement économique

Plus en détail

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Mémoire sur le financement participatif déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Le 1 er mai 2013 Table des matières Introduction... 3 Mise en contexte... 3 Orientation

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE SECTEUR DE LA FINANCE ET DES ASSURANCES

DIAGNOSTIC DES BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE SECTEUR DE LA FINANCE ET DES ASSURANCES DIAGNOSTIC DES BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE SECTEUR DE LA FINANCE ET DES ASSURANCES PRÉSENTATION Nous avons le plaisir de vous présenter notre diagnostic sur les besoins en main-d œuvre du secteur de la finance

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2014-2015 Avis du CQCD

Consultations prébudgétaires 2014-2015 Avis du CQCD Le 27 janvier 2014 M. Nicolas Marceau Ministre des Finances et de l Économie Gouvernement du Québec Objet : Consultations prébudgétaires 2014-2015 Avis du CQCD Monsieur le Ministre, Nous vous remercions

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

Mémoire présenté par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à la Commission des finances publiques

Mémoire présenté par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à la Commission des finances publiques Mémoire présenté par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à la Commission des finances publiques sur le projet de loi n o 15, Loi sur la gestion et le contrôle des effectifs des ministères, des

Plus en détail

Mise en place et consolidation de la fonction de vérification interne dans les ministères et organismes Guide

Mise en place et consolidation de la fonction de vérification interne dans les ministères et organismes Guide Mise en place et consolidation de la fonction de vérification interne dans les ministères et organismes Guide Réalisation du guide Secrétariat du Conseil du trésor Le présent document est disponible dans

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable Petit-Matin RH Adecco : «Les défis d avenir de la gestion des ressources humaines» par Florent Francoeur, CRHA Le premier Petit-Matin RH 2013 organisé par Adecco s est déroulé le 21 février dernier au

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Baromètre des professions 2015. Février 2015

Baromètre des professions 2015. Février 2015 Baromètre des professions 2015 Février 2015 Approche méthodologique 3 Résultats détaillés 5 1. Confiance 6 2. Encouragement à devenir 9 2 Méthodologie Collecte des données La présente étude a été réalisée

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

ET LES DISPONIBILITÉ ARMÉES NATIONALE. 1 er mars

ET LES DISPONIBILITÉ ARMÉES NATIONALE. 1 er mars Association des collèges communautaires du Canada LES COLLÈGES ET LES INSTITUTS CONTRIBUENT AU MAINTIEN DISPONIBILITÉ OPÉRATIONNELLE DES FORCES ARMÉES CANADIENNES PAR LA FORMATION ET LE RECRUTEMENT EN

Plus en détail

PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE

PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE Présentation au SEPB Par Marie Josée Naud, conseillère à la FTQ L état des lieux au Canada 2 Les cinq étages du système de retraite canadien

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle E-commerce e-marketing de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Rapport Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Remerciements Plusieurs organismes ont fourni des données et de l information à l ACP, l ont aidée à formuler

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Comptabilité Services-Conseils Ressources humaines

Comptabilité Services-Conseils Ressources humaines www.germico.com info@germico.com 418 977-2555 Finance Tableau de bord financier Maximisez la rentabilité de votre entreprise avec l aide de notre tableau de bord financier. UN OUTIL PERFORMANT La simplicité

Plus en détail

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq e élevé Risque faible Risq à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq L e s I n d i c e s F u n d a t a é Risque Les Indices de faible risque

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015 Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA 11 août 2015 Table des matières Profil des répondants sommaire 3 Mesures de rémunération sommaire 4 Profil d emploi sommaire 11 Méthodologie et

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 08-00031 ISBN 978-2-550-52679-7 (version imprimée) ISBN 978-2-550-52680-3

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 08-00031 ISBN 978-2-550-52679-7 (version imprimée) ISBN 978-2-550-52680-3 IV Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 08-00031 ISBN 978-2-550-52679-7 (version imprimée) ISBN 978-2-550-52680-3 (PDF) Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales

Plus en détail