APPORT DE LA CFD DANS LA PREDICTION DE LA DISPERSION D UN POLLUANT DANS UN ECOULEMENT A SURFACE LIBRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPORT DE LA CFD DANS LA PREDICTION DE LA DISPERSION D UN POLLUANT DANS UN ECOULEMENT A SURFACE LIBRE"

Transcription

1 19-21 Mars, 212, Hammamet, Tunisie APPORT DE LA CFD DANS LA PREDICTION DE LA DISPERSION D UN POLLUANT DANS UN ECOULEMENT A SURFACE LIBRE NAWEL KHALDI 1 ; HATEM MHIRI 1, 2 ; PHILIPPE BOURNOT 3 1. Unité de thermique et de thermodynamique des procédés industriels, Monastir, Tunisie. 2. Département Génie Énergétique, Ecole Nationale d Ingénieurs de Monastir, Monastir, Tunisie. 3. Equipe IMFT, Institut de Mécanique de Marseille, Marseille, France. Résumé : Dans ce travail, on détermine la structure dynamique en régime turbulent de la dispersion d un polluant dans un écoulement diphasique à surface libre. La simulation numérique a été réalisée par le code de calcul Fluent 6.3 qui utilise la méthode des volumes finis pour la résolution des équations de conservation. L écoulement étudié est tridimensionnel, instationnaire et isotherme. Le domaine d étude a été doté d un obstacle afin d analyser son influence sur les variables hydrodynamiques et sur la progression du polluant. Les résultats numériques obtenus prouvent que le modèle hydrodynamique assure la prédiction de la dispersion d un polluant dans un écoulement à surface libre et reproduit la recirculation et le piégeage du polluant à l'aval proche de l'obstacle. Mots clés : CFD ; Dispersion de polluants ; écoulement à surface libre ; VOF ; Turbulent. 1. Introduction Les résidus industriels déversés dans la mer ont des effets particulièrement nuisibles sur le milieu marin. Afin de prédire l évolution de la pollution dans ce dernier, et plus particulièrement dans les écoulements à surface libre, on peut avoir recours à des méthodes numériques qui permettent de résoudre convenablement le comportement réel de ce type d écoulement. Un modèle numérique tridimensionnel s avère nécessaire pour rendre compte de la réelle complexité des phénomènes naturels à savoir d'éventuels gradients de densité donnant naissance à des courants hétérogènes dans la masse du fluide ou des circulations dues à l'entraînement par le vent. L étude de la dispersion de polluants dans un écoulement à surface libre est très complexe et nécessite, en premier lieu, de bien comprendre le comportement d un écoulement multiphasique. Parmi les modèles tridimensionnels décrivant ce type d écoulement, figure le modèle aux différences finies de [Casulli et Stelling (1998)] qui permet de modéliser l écoulement et la dispersion de polluants dans des géométries complexes. Nous citons aussi le code de [Sinha et al. (1998)] qui modélise également les écoulements fluviaux sur des rugosités de grandes échelles ou le modèle de [Demuren et Rodi (1983)] qui simule l écoulement au voisinage d un rejet polluant dans un canal ouvert. Tous ces modèles numériques tridimensionnels sont fondés sur la méthode eulérienne de suivi d interface en volume finis, utilisant les équations complètes de Navier-Stokes. Dans le cadre de ce travail, nous nous proposons d utiliser la méthode eulérienne de suivi en volume, plus précisément celle de volume de fluide (VOF), pour la prédiction de la dispersion d un polluant dans un écoulement à surface libre. Les applications du modèle de VOF incluent le mouvement du liquide après une interruption de barrage, le mouvement de grandes bulles dans un liquide et le comportement de n'importe quelle interface liquide-gaz. Le champ de fraction volumique nous permet de déterminer la position exacte de la surface libre à l aide d une étape de reconstruction géométrique de l interface. Les méthodes VOF n ont pas cessé de connaître des évolutions au cours de ces dernières décennies. La méthode VOF SLIC (Simple Line Interface Calculation) de [Noh et Woodward (1976)] fait partie des premières méthodes VOF développées. [Chorin (198)] ainsi que [Hirt et Nichols (1981)] ont ensuite amélioré cette technique afin d améliorer la position de la surface libre. [De Bar (1974)] est le premier à utiliser la méthode VOF PLIC (Piecewise Linear Interface Calculation) pour la représentation de l interface. Cette méthode a été ultérieurement améliorée par [Youngs (1982)] et [Lotstedt (1982)]. [Marc et al. (1999)] ont développé un modèle basé sur la méthode des éléments finis pour suivre l interface fluide-fluide. Après avoir déterminé la position de l interface, ils ont effectué une adaptation locale et temporaire du maillage à fin de préserver la discontinuité matérielle. [Alain et al. (25)] ont présenté une méthode de calculs pour l écoulement tridimensionnel instationnaire autour d un obstacle immergé avec vitesse d avance. Leur étude a porté essentiellement sur l influence du nombre de Froude sur les maxima de l élévation de la surface libre. 1

2 19-21 Mars, 212, Hammamet, Tunisie L amélioration des méthodes numériques de suivi d interface a procuré un intérêt considérable aux simulations numériques de dispersion de polluants dans les écoulements à surface libre. Dans cette optique, une étude numérique de la dispersion d'une pollution ponctuelle au voisinage de son rejet dans un écoulement en rivière a été faite par [Buil (1995)]. La résolution numérique des équations complètes de Navier-Stokes, de convectiondiffusion, de la concentration du polluant et de la température de l'écoulement a été réalisée à l aide du logiciel CFX-F3D. [Dehkordi et Mehrabadi (211)] ont montré à l aide d une étude numérique détaillée d un écoulement à surface libre autour de différents obstacles, que plus la taille des obstacles grandit plus la hauteur de la surface libre augmente à l'amont de l obstacle et diminue en son aval. Une simulation numérique à l aide du code de calcul Fluent a été faite par [Belcaid et al. (211)] dans le but d étudier l influence des courants de la marée et du vent sur la dispersion de polluants dans la baie de Tanger. Les constatations de la modélisation en bidimensionnelle ont été utilisées pour passer à une modélisation en tridimensionnelle afin de mieux s approcher de la réalité et de cerner physiquement ce processus de la dispersion. Dans le même contexte, une méthode aux volumes finis adaptative, utilisant un maillage triangulaire non structuré, a été mise au point par [Benkhaldoun et al. (2)] afin de prédire la dispersion des polluants dans le détroit de Gibraltar. Nous nous sommes intéressés, dans le cadre de cette étude, à la modélisation numérique de la dispersion d un polluant dans un écoulement à surface libre. Nous présentons d abord les équations qui régissent le problème physique : elles ont été résolues avec le logiciel Fluent 6.3. Étant donné que le polluant se propage normalement dans toutes les directions de l'espace, une modélisation tridimensionnelle s avère nécessaire et comme le devenir du polluant dépend des caractéristiques de l'écoulement qui le transporte, une étude hydrodynamique sera donc essentielle pour valider le modèle et les conditions aux limites utilisés. 2. Formulation Mathématiques 2.1 Hypothèses Nous nous plaçons dans le cadre d'un écoulement tridimensionnel, non permanent, isotherme et avec diffusion du polluant. L écoulement est en régime turbulent et il est constitué de deux fluides distincts : l'eau et l'air. Les fluides sont non miscibles et newtoniens. La tension de surface est supposée constante. Pour le choix du polluant nous limitons cette étude à l utilisation de l eau salée et nous considérons que l évolution de la salinité représente l évolution du polluant dans le domaine d étude. La salinité est considérée comme étant un scalaire passif et nous signalons que dans l'air, ce scalaire est supposé nul à tout moment. Cette étude numérique a été réalisée sur un canal horizontal ayant 4 m de longueur, une profondeur égale à.5 m et une largeur de.25 m. Le domaine de simulation est présenté sur la Fig. 1. Notons qu uniquement la moitié du domaine réel a été considérée grâce à la condition de symétrie. Nous ajoutons un seuil rectangulaire et perpendiculaire au fond du canal à une distance de la frontière amont. En effet, nous construisons un obstacle afin de montrer son influence sur les variables hydrodynamiques et sur la progression du polluant. Cet obstacle a pour largeur celle du canal, pour épaisseur et pour hauteur. Fig. 1. Représentation schématique du domaine de simulation. 2

3 19-21 Mars, 212, Hammamet, Tunisie 2.2 Formulation Mathématique Les simulations numériques ont été réalisées à l aide du code commercial Fluent 6.3. L interaction entre les phases liquide (eau) et gazeuse (air) est tenue en compte grâce au modèle de volume de fluide (VOF). Ce modèle multiphasique résout un système simple des équations de continuité et de quantité de mouvement pour le mélange des deux phases et de l'équation de la fraction volumique pour la phase secondaire. (1) (2) (3) Dans ce travail, la netteté de la surface libre a été assurée au moyen d un schéma de type Geo-Reconstruct, fondé sur l hypothèse que la surface libre est linéaire au sein d une cellule. Le modèle de turbulence qui a été retenu pour les calculs est le modèle k-epsilon. 3. Méthode de Résolution Numérique Le domaine fluide a été maillé à l aide du pré-processeur Gambit. Le maillage adopté est un maillage rectangulaire, non uniforme dans les deux directions x et z (Fig. 2). En effet, selon la direction x, le maillage est lâche sur toute la longueur sauf au voisinage de l obstacle et des deux extrémités du domaine où nous considérons un pas de calcul plus fin ( x=1-2 ). Selon la direction z, le maillage est globalement non uniforme ; il est serré ( z=1-2 ) au fur et à mesure qu on s approche de la surface libre, où de fortes variations de la vitesse sont attendues, et plus lâche ( z=1-1 ) au fur et à mesure qu on s éloigne de l interface. Fig. 2. Maillage du domaine de simulation. Les vitesses initiales de l écoulement dans les différents domaines fluides et la condition initiale en hauteur d eau sont comme suit : La condition initiale en hauteur d eau : ; La vitesse longitudinale initiale de l air au niveau du toit : ; La vitesse initiale de l eau :. Nous considérons un profil de vitesse uniforme dans l'eau et décroissant dans l air afin d obtenir un écoulement d'air à faible vitesse pour satisfaire à l air une condition de quasi-repos. Ainsi, les conditions aux limites sont décrites comme suit: Dans le domaine liquide : ; Dans le domaine gazeux : ; A et B sont des constantes calculées tel que : - au niveau de la surface libre, - au niveau du toit.. 3

4 19-21 Mars, 212, Hammamet, Tunisie Les conditions aux limites pour les variables turbulentes sont données par les formules suivantes : (4) (5) 4. Résultats et Interprétations Nous débutons par une étude hydrodynamique afin de valider le modèle et les conditions aux limites utilisés. La Fig. 3 nous permet de déduire que l écoulement sans diffusion de polluant parvient à un état permanent à l instant t = 7 s. Une fois l'écoulement est parvenu à un état permanent, la position de la surface libre dans le plan y =.1125m est représentée sur la Fig. 4. Cette même figure montre que l'introduction de l obstacle perturbe la ligne d'eau de manière très classique. Fig. 3. Profils de vitesse longitudinale dans le plan, y =.1125 m. Fig. 4. Contours de Fraction volumique sur le plan, y =,1125 m. Pour plus de précision nous passons d une vision globale de la position de la surface libre à une représentation plus rigoureuse illustrée par la Fig. 5. Cette illustration montre précisément les valeurs prises par les cotes de la surface libre sur toute la longueur du domaine d étude et confirme bien que l'introduction d un seuil perpendiculaire au fond du canal perturbe la ligne d'eau. La Fig. 6 représente un zoom au voisinage de l obstacle et met en évidence le développement d une zone de recirculation en son aval. 4

5 19-21 Mars, 212, Hammamet, Tunisie.2 Position de la surface libre à t=7s h eau (m) X(m) Fig. 5. Hauteurs d eau en fonction de x à y =.1125 m. Fig. 6. Contours et champs de vitesse projetés sur le plan, y =.1125 m. Nous représentons sur la Fig. 7 les profils de vitesse longitudinale pour différentes positions situées au plan y =.1125 m. Nous observons une augmentation de la vitesse de l eau dans la zone située entre l injection et l obstacle et également une accélération à l amont de l obstacle suite à une décélération en son aval. Nous remarquons également que l augmentation de la vitesse de l eau au niveau de la surface libre affecte la vitesse de l air dans la zone proche de cette interface. Cet impacte serait dû à l'importance du processus d'entraînement dans cette zone de l'écoulement. Par ailleurs aucune modification significative n est observée pour l écoulement de l air. Dans ce qui suit, nous nous intéressons à l'évolution du polluant dans l'écoulement. L injection du polluant est réalisée au niveau de la surface libre avec une vitesse constante u =.5 m/s. Nous exposons les contours de distribution de la salinité pour différents instants sur la Fig. 8, à travers laquelle nous observons le phénomène de dispersion de la salinité au cours du temps dans la direction de l'écoulement et nous pouvons identifier à chaque instant la position de la concentration maximale. A l instant t = 3 s, nous observons un nuage de salinité insignifiant et non symétrique avec une concentration globalement faible. Après 1 s de l injection initiale, la concentration augmente au voisinage de l entrée et le nuage de salinité se disperse dans les deux directions, longitudinale et verticale, de l écoulement. A l instant t = 4 s, le nuage est plutôt symétrique et se disperse dans la direction longitudinale, nous pouvons voir également que la position de la concentration maximale évolue selon x dans la zone proche de l entrée. A l instant t = 7 s, la concentration maximale reste à la même position selon x et le nuage de salinité continue sa dispersion longitudinale de manière assez régulière jusqu à ce que sa trajectoire initiale se trouve légèrement déviée par l obstacle. Dès lors, nous parvenons à percevoir l'influence de l'obstacle sur la dispersion du nuage de polluant. En effet, nous découvrons qu'une certaine quantité de polluant reste piégée à l'aval du seuil dans la zone où la vitesse est la plus faible, ceci sera à l'origine de l'augmentation du temps de séjour de la pollution dans le canal. Pour plus de précision, nous représentons sur la Fig. 9 l évolution de la salinité au cours du temps pour différentes positions situées au plan y =.1125 m. Si nous nous plaçons juste à l amont de l obstacle (x = 1m), nous remarquons que le taux de salinité est presque nul jusqu'à l instant t = 1 s, ensuit il passe de g/l à t = 4 s jusqu'à une valeur de g/l à t = 7 s, le polluant injecté avec une vitesse constante u =.5 m/s nécessite donc au moins 1 s pour atteindre cet endroit. Pour x = 1.5 m, juste à l aval de l obstacle, le taux de salinité est presque nul dès le début de l injection jusqu'à l instant t = 4 s. En revanche, nous pouvons voir qu à l instant t = 7 s le taux de salinité est non nul, il conserve plutôt une faible valeur constante de l ordre de g/l entre z = m et z =.9 m (zone de recirculation). Bien évidemment, le piégeage de la pollution dans la zone de recirculation de l'écoulement est un phénomène prévu dans un canal doté d un obstacle. Nous remarquons aussi que pour z >.1825 m et pour différentes abscisses, le taux de salinité est strictement nul puisque nous supposons déjà que le polluant n'est pas présent dans l'air. Nous constatons également qu à la limite amont du canal et dés le début de l injection, le polluant se propage vers le fond au cours des premiers instants ensuite il a tendance à s élever vers la surface libre durant son évolution au cours du temps et de l espace. 5

6 19-21 Mars, 212, Hammamet, Tunisie Vitesse longitudinale (m/s) à x= m Vitesse longitudinale (m/s) à x=1.42 m Vitesse longitudinale (m/s) à x=1.49 m Vitesse longitudinale (m/s) à x=1.54 m Vitesse longitudinale (m/s) à x=1.6 m Vitesse longitudinale (m/s) à x=3.99 m Fig. 7. Profils de vitesse longitudinale en différentes abscisses du plan, y =.1125 m. 6

7 19-21 Mars, 212, Hammamet, Tunisie Fig. 8. Distribution de la salinité au cours du temps sur le plan, y =.1125 m et pour différents instants..3 x=1 m t=3s t=1s t=4s t=7s.3 x=1.5 m t=3s t=1s t=4s t=7s.2.2 Salinité (g/l) Salinité (g/l) Fig. 9. Evolution de la salinité au cours du temps en différentes abscisses du plan, y =.1125 m. 7

8 19-21 Mars, 212, Hammamet, Tunisie 5. Conclusion Dans ce travail, nous avons présenté la structure dynamique en régime turbulent de la dispersion d un polluant dans un écoulement à surface libre. La simulation numérique a été réalisée par le code de calcul Fluent 6.3. L écoulement étudié est tridimensionnel, instationnaire et isotherme. Le domaine d étude a été doté d un obstacle afin d analyser son influence sur les variables hydrodynamiques et sur la progression du polluant. Les résultats numériques obtenus prouvent que le modèle hydrodynamique assure la prédiction de la dispersion d un polluant dans un écoulement à surface libre et reproduit la recirculation et le piégeage du polluant à l'aval proche de l'obstacle. Nous en déduisons également qu à la limite amont du canal et dès les premiers instants de l injection, le polluant se propage vers le fond, ensuite il a tendance à s élever vers la surface libre durant son évolution au cours du temps et de l espace. 6. Références Bibliographiques [1] Belcaid, A. ; Lepalec, G. ; Draoui, A. ; Bournot, P. (211) : Modélisation tridimensionnelle de l'influence de la bathymétrie et des courants sur la dispersion des polluants dans la baie de Tanger (Maroc), Conférence Méditerranéenne Côtière et Maritime, Edition 2, Tanger, Maroc. [2] Benkhaldoun, F. ; Elmahi, I. ; Seaid, M. (2) : Numerical models for contaminant transport in the Strait of Gibraltar, Communications In Numerical Methods In Engineering. [3] Buil, N. (1995) : Modélisation en trois dimensions du transport de polluants en cours d'eau Rapport CEMAGREF LYON. [4] Casulli, V. ; Stelling, G.S. (1998) : Numerical simulation of 3D quasi-hydrostatic, free surface flows, Journal of Hydraulic Engineering, 7, pp [5] Chorin, A. J. (198) : Flame advection and propagation algorithms, J. Comput. Physics, 35, pp [6] De Bar, R. (1974) : Fundamentals of the KRAKEN code, Technical report. [7] Dehkordi, B. G. ; Mehrabadi, A. (211) : Numerical Simulation of Free Surface Flow over Different Obstacles, European Journal of Scientific Research, 58, pp [8] Demuren, A.O. ; Rodi, W. (1983) : Side discharges into open channels: Mathematical model, Journal of Hydraulic Engineering, pp [9] Hirt, C. W. ; Nichols, B.D. (1981) : Volume of fluid (VOF) method for the dynamics of free boundaries J. Comput. Physics, 39, pp [1] Lotstedt, P. (1982) : A front tracking method applied to Burger s equation and two-phases porous flow, J. Comput. Physics, 47, pp [11] Marc, M. ; Marc, J. (1999) : Modélisation par éléments finis d écoulements à surface libre avec changement de phase solide-liquide, Int. J. Therm. Sci., 38, pp [12] Noh, W.F. ; Woodward, P. (1976) : SLIC (Simple Line Interface Calculations) Lecture Notes in Physics, 59, pp [13] Rebeyrotte, A. ; Ba, M. ; Guilbaud, M. (25) : Prise en compte des effets non linéaires de surface libre en écoulement instationnaire, C. R. Mecanique, 333, pp [14] Sinha, S.K. ; Sotiropoulos, F. ; Odgaard, A.J. (1998) : Three dimensional numerical model for flow through natural rivers, Journal of Hydraulic Engineering, 1, pp [15] Youngs, D. L. (1982) : Time dependent multi-material flow with large fluid distortion, Numerical Methods for Fluid Dynamics, K.W. Morton and M.J. Baines (eds.), New York Academic Press, pp

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

Simulation du transport de polluant dans les nappes par un modèle à faible diffusion numérique

Simulation du transport de polluant dans les nappes par un modèle à faible diffusion numérique Relation of Groundwater Quantity and Quality (Proceedings of the Hamburg Symposium, August 1983). IAHS Publ. no. 146. INTRODUCTION Simulation du transport de polluant dans les nappes par un modèle à faible

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE

LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE Compréhension des phénomènes et modélisation : LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE Version du 28 décembre 2006 Cette fiche a été établie avec le concours de l INERIS La présente fiche a été rédigée sur la base

Plus en détail

Confort thermique d un local d habitation: Simulation thermoaéraulique pour différents systèmes de chauffage

Confort thermique d un local d habitation: Simulation thermoaéraulique pour différents systèmes de chauffage Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 1 (2012) 91 102 Confort thermique d un local d habitation: Simulation thermoaéraulique pour différents systèmes de chauffage F. Boudali Errebai 1*, L. Derradji

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux

Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux Zied Kammoun 1, Joseph Pastor 2, Hichem Smaoui 3 1 Université de Tunis El Manar, Ecole Nationale d Ingénieurs de

Plus en détail

Théories de champ moyen et convection à grande échelle

Théories de champ moyen et convection à grande échelle Chapitre Théories de champ moyen et convection à grande échelle 51 Introduction Au cours de ce travail, nous avons à plusieurs reprises été confrontés au problème de la compréhension et de la modélisation

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approche Level-Set

Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approche Level-Set Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approce Level-Set J. Brucon 1, D. Pino-Munoz 1, S. Drapier 1, F. Valdivieso 2 Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne

Plus en détail

MODÉLISATION ET ÉTUDES NUMÉRIQUES DES INCENDIES

MODÉLISATION ET ÉTUDES NUMÉRIQUES DES INCENDIES MODÉLISATION ET ÉTUDES NUMÉRIQUES DES INCENDIES en milieu confiné et ventilé : le logiciel ISIS Fabrice BABIK, Céline LAPUERTA, Jean-Claude LATCHÉ, Sylvain SUARD, Didier VOLA Laboratoire d'étude de l'incendie

Plus en détail

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : U N E N O U V E L L E P R A T I Q U E D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T Pour les bâtiments et à l'échelle

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

T. Gasc 1,2,3, F. De Vuyst 1, R. Motte 3, M. Peybernes 4, R. Poncet 5

T. Gasc 1,2,3, F. De Vuyst 1, R. Motte 3, M. Peybernes 4, R. Poncet 5 Modélisation de la performance et optimisation d un algorithme hydrodynamique de type Lagrange-Projection sur processeurs multi-cœurs T. Gasc 1,2,3, F. De Vuyst 1, R. Motte 3, M. Peybernes 4, R. Poncet

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Pierre-Michel Guilcher, Olivier Payen, Aurélien Drouet, Erwan Jacquin Plan de l exposé Contexte général Définition

Plus en détail

TEPZZ 65 Z4A_T EP 2 653 204 A1 (19) (11) EP 2 653 204 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: B01D 3/00 (2006.01)

TEPZZ 65 Z4A_T EP 2 653 204 A1 (19) (11) EP 2 653 204 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: B01D 3/00 (2006.01) (19) TEPZZ 65 Z4A_T (11) EP 2 653 204 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 23.10.2013 Bulletin 2013/43 (51) Int Cl.: B01D 3/00 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 13305457.7 (22) Date

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Études et recherches. L effet de bâtiments en amont et en aval sur la dispersion des effluents RAPPORT R-852

Études et recherches. L effet de bâtiments en amont et en aval sur la dispersion des effluents RAPPORT R-852 Prévention des risques chimiques et biologiques Études et recherches RAPPORT R-852 L effet de bâtiments en amont et en aval sur la dispersion des effluents Une approche axée sur la mécanique des fluides

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Gomez Thomas Institut Jean Le Rond d Alembert Caractériser et classifier les écoulements turbulents. Introduire les outils mathématiques. Introduire

Plus en détail

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES Julien Schaguene, Olivier Bertrand, Eric David Sogreah Consultants

Plus en détail

Chapitre 1 AIDE MÉMOIRE D HYDRAULIQUE À SURFACE LIBRE

Chapitre 1 AIDE MÉMOIRE D HYDRAULIQUE À SURFACE LIBRE Chapitre AIDE MÉMOIRE D YDRAULIQUE À SURFACE LIBRE - DÉFINITIONS ESSENTIELLES : LES PARAMÈTRES GÉOMÉTRIQUES... 8 - DÉFINITIONS ESSENTIELLES : LES PARAMÈTRES YDRAULIQUES... 9. - Masse volumique... 9. -

Plus en détail

Projet CFD sous ANSYS-CFX

Projet CFD sous ANSYS-CFX EN5 Projet CFD sous ANSYS-CFX DURGET Xavier FRESSE - Jérémy GAZZOTTI - Loïc INTRODUCTION : On recherche dans ce projet une solution optimale pour assurer le refroidissement d'une habitation la nuit en

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES E. Fransolet, M. Crine, G. L Homme, Laboratoires de Génie Chimique, P. Marchot, D. Toye. Université

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

Couplages multiples. Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique

Couplages multiples. Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique Couplages multiples Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique Andreas Blaszczyk, Jörg Ostrowski, Boguslaw Samul, Daniel Szary Confrontés aux exigences

Plus en détail

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 9 février 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-002998 Monsieur le Directeur Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre

Plus en détail

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium International Renewable Energy Congress November 5-7, 2010 Sousse, Tunisia Propriétés thermodynamiques du mélange Eau-Ammoniac-Hélium Chatti Monia 1, Bellagi Ahmed 2 1,2 U.R. Thermique et Thermodynamique

Plus en détail

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé 1 TGR Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé Simon Munier Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l'environnement (AgroParisTech)

Plus en détail

UTILISATION DE GT-Suite EN THERMIQUE MOTEUR Exemple d utilisation

UTILISATION DE GT-Suite EN THERMIQUE MOTEUR Exemple d utilisation UTLSATON DE GT-Suite EN THERMQUE MOTEUR Exemple d utilisation ODLLARD Laurent & LEVASSEUR Aurélien Version 00 UTLSATON EN THERMQUE MOTEUR Rencontre Utilisateurs GT-POWER 2013 1. Utilisation de GT-Suite

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre.

Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre. Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre. Isabelle Bombard, Bruno da Silva, Pascal Dufour *, Pierre Laurent, Joseph Lieto. Laboratoire d Automatique

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique SYMPOSIUM DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 14) : EF-EPF-MGE 2014, 8-10 JUILLET 2014, ENS CACHAN, FRANCE Influence de la géométrie du conducteur sur la dans un poste sous enveloppe métallique Nesrine REBZANI 1,2,3,

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 0 e Colloque National en Calcul des Structures -7 Mai 0 Simulation numérique par éléments finis de l écoulement dans un mélangeur bi-vis et l interaction mélange-mélangeur Hamza DJOUDI *, Jean-claude

Plus en détail

Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB. Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris

Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB. Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB Zakaria Meliani Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris Janvier 2007 Les grandes lignes de la présentation Les propriétés

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence Modélisation de la turbulence Auteur : Yann MARCHESSE Département : Mécanique et Énergétique Édition : Année universitaire 2009-2010 ÉCOLE CATHOLIQUE

Plus en détail

Modélisation géostatistique des débits le long des cours d eau.

Modélisation géostatistique des débits le long des cours d eau. Modélisation géostatistique des débits le long des cours d eau. C. Bernard-Michel (actuellement à ) & C. de Fouquet MISTIS, INRIA Rhône-Alpes. 655 avenue de l Europe, 38334 SAINT ISMIER Cedex. Ecole des

Plus en détail

Conseils en Ingénierie mécanique

Conseils en Ingénierie mécanique Conseils en Ingénierie mécanique contact@solsi-cad.fr +33 (0)3 87 60 34 49 CONCEVOIR OPTIMISER Metz INNOVER VALIDER Historique 1985 1992 1996 2003 2013 2014 Solsi : Calculs des Structures - FEA Création

Plus en détail

Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique

Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique Mathieu CREYSSELS, Simon PRIGENT, Yixian ZHOU, Jianjin XIN, Christian NICOT, Philippe CARRIÈRE Laboratoire de Mécanique des Fluides et Acoustique,

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Écoulements diphasiques DEVELOPPEMENT D UNE METHODE LEVEL SET POUR LE SUIVI D INTERFACES ET APPLICATIONS

Écoulements diphasiques DEVELOPPEMENT D UNE METHODE LEVEL SET POUR LE SUIVI D INTERFACES ET APPLICATIONS DEVELOPPEMENT D UNE METHODE LEVEL SET POUR LE SUIVI D INTERFACES ET APPLICATIONS Level set method for interface tracking: development and applications Sébastien Tanguy, Thibaut Ménard, Alain Berlemont,

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse.

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse. ACTIVITE ITEC TP2 Durée : 2H Centre d intérêt : COMPORTEMENT D UNE PIECE AUBE D UN MIRAGE 2000 BA133 COMPETENCES TERMINALES ATTENDUES NIVEAU D ACQUISITION 1 2 3 * * Rendre compte de son travail par écrit.

Plus en détail

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX Vêlayoudom MARIMOUTOU Laboratoire d Analyse et de Recherche Economiques Université de Bordeaux IV Avenue. Leon Duguit, 33608 PESSAC, France tel. 05 56 84 85 77 e-mail

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

NUMECA et son bureau d études NUMFLO, spécialisé dans la simulation numérique des effets du vent 06-11-2013

NUMECA et son bureau d études NUMFLO, spécialisé dans la simulation numérique des effets du vent 06-11-2013 Propositio n NUMECA et son bureau d études NUMFLO, spécialisé dans la simulation numérique des effets du vent Guillaume Terlinden Sales Engineer, NUMECA Virginie Barbieux Head of Consulting Group, NUMFLO

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS Rev. Energ. Ren. : Chemss 2000 39-44 La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS D.K. Mohamed, A. Midoun et F. Safia Département

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Séminaire mi parcours Stock-e 2010 CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Iyad Balloul Renault Trucks - iyad.balloul@volvo.com Eric Bideaux INSA Lyon - eric.bideaux@insa-lyon.fr Marc Michard LMFA - Marc.Michard@ec-lyon.fr

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013 Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE Journée technique du Cedre Brest 14 novembre 2013 1 Déroulement Fiches techniques Contexte Description technique Démonstration Questions 2 Fiches

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/64 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION ALCOTRA PROJET STRATEGIQUE AERA ETAT DES LIEUX DE LA MODELISATION ACTION 2.3 POUR L ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR

PROGRAMME DE COOPERATION ALCOTRA PROJET STRATEGIQUE AERA ETAT DES LIEUX DE LA MODELISATION ACTION 2.3 POUR L ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR PROGRAMME DE COOPERATION ALCOTRA PROJET STRATEGIQUE AERA ACTION 2.3 ETAT DES LIEUX DE LA MODELISATION POUR L ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR RESUME L action 2.3 du projet statégique AERA, intitulée «Etat

Plus en détail

Mise au point d'un outil de simulation de situations accidentelles en réseaux souterrains B C R D Rapport final synthétique

Mise au point d'un outil de simulation de situations accidentelles en réseaux souterrains B C R D Rapport final synthétique Mise au point d'un outil de simulation de situations accidentelles en réseaux souterrains B C R D Rapport final synthétique Autorisation de programme 1997 Subvention n 97-028 notifiée le 27 juin 1997 (décision

Plus en détail

Manuel de validation Fascicule v4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques

Manuel de validation Fascicule v4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques Titre : TTLV100 - Choc thermique dans un tuyau avec condit[...] Date : 02/03/2010 Page : 1/10 Manuel de Validation Fascicule V4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques Document : V4.25.100

Plus en détail

-12. Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul)

-12. Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul) Méthodes pour l évaluation et la prévention des risques accidentels (DRA-006) -1 Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul) Ministère de l Ecologie et du Développement Durable Direction

Plus en détail

Cours 1. Bases physiques de l électronique

Cours 1. Bases physiques de l électronique Cours 1. Bases physiques de l électronique Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Champ électrique et ses propriétés Ce premier cours introduit

Plus en détail

Etablissement de cartes de vent sur le pourtour méditerranéen par simulation numérique

Etablissement de cartes de vent sur le pourtour méditerranéen par simulation numérique Etablissement de cartes de vent sur le pourtour méditerranéen par simulation numérique Etude réalisée en 2003 pour le compte de l Office National des Forêts Eric Delboulbé, Docteur en Mécanique des Fluides

Plus en détail

Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique

Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique M. Merle a,b, U. Ehrenstein b, J-C. Robinet a a. Laboratoire DynFluid - Arts et Métiers ParisTech, 151 Boulevard

Plus en détail

2.3. Validation expérimentale par des mesures dans la flamme. Tableau 2.7 Modèles préconisés pour la simulation d un brûleur à Oxydation sans Flamme.

2.3. Validation expérimentale par des mesures dans la flamme. Tableau 2.7 Modèles préconisés pour la simulation d un brûleur à Oxydation sans Flamme. 2.3. Validation expérimentale par des mesures dans la flamme Tableau 2.7 Modèles préconisés pour la simulation d un brûleur à Oxydation sans Flamme. Modèle Remarques Turbulence k ε standard Résolution

Plus en détail

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES Session 2014. Durée 5 heures. Corrigé. Poséidon au secours d Éole pour produire l énergie électrique

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES Session 2014. Durée 5 heures. Corrigé. Poséidon au secours d Éole pour produire l énergie électrique CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES Session 2014 Durée 5 heures Corrigé Poséidon au secours d Éole pour produire l énergie électrique Partie 1 - analyse du besoin Q 1. À l aide du diagramme FAST du document technique

Plus en détail

CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités.

CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités. CHAPITRE VI ALEAS 6.1.Généralités. Lors de la synthèse des systèmes logique (combinatoires ou séquentiels), nous avons supposé, implicitement, qu une même variable secondaire avait toujours la même valeur

Plus en détail

Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique

Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique A. BOUHANGUEL, P. DESEVAUX, E. GAVIGNET Institut FEMTO-ST, Département ENISYS, Parc Technologique, 2 Avenue

Plus en détail

Université de la Méditerranée Centre d'océanologie de Marseille L3 Science de la Mer et de l Environnement Année 2009-2010

Université de la Méditerranée Centre d'océanologie de Marseille L3 Science de la Mer et de l Environnement Année 2009-2010 Université de la Méditerranée Centre d'océanologie de Marseille L3 Science de la Mer et de l Environnement Année 2009-2010 «Existe-t-il une spirale d'ekman de fond?» Méthode d analyse des «Mean Squared

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique 1 ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique G. ALLAIRE 28 Janvier 2014 CHAPITRE I Analyse numérique: amphis 1 à 12. Optimisation: amphis

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Contribution à l étude de l écoulement dans un milieu compressible

Contribution à l étude de l écoulement dans un milieu compressible Contribution à l étude de l écoulement dans un milieu compressible Infusion de résine dans un composite déformable Pierre CELLE *, Sylvain DRAPIER *, Jean-Michel BERGHEAU ** * MeM / SMS (CELLE), BioMM

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire الشعبية الجمهوریة الجزاي ریة الدیمقراطية Ministère de l enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université 8 mai 45 Guelma التعليم العالي

Plus en détail

Optimisation des performances d échangeurs de chaleur.

Optimisation des performances d échangeurs de chaleur. Journée d étude SFT 16/03/2011 Echangeurs thermiques et multi-fonctionnels : enjeux, applications et axes de recherche Optimisation des performances d échangeurs de chaleur. École des Mines de DOUAI 941

Plus en détail