Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne"

Transcription

1 Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne Document de synthèse Client : Commission européenne, Direction générale Emploi, affaires sociales et égalité des chances ECORYS Nederland BV en coopération avec KBA Marjolein Peters Kees Meijer Etienne van Nuland Thijs Viertelhauzen Ruud van der Aa Rotterdam, mars 2010

2 This publication is supported for under the European Community Programme for Employment and Social Solidarity ( ). This programme is managed by the Directorate-General for Employment, social affairs and equal opportunities of the European Commission. It was established to financially support the implementation of the objectives of the European Union in the employment and social affairs area, as set out in the Social Agenda, and thereby contribute to the achievement of the Lisbon Strategy goals in these fields. The seven-year Programme targets all stakeholders who can help shape the development of appropriate and effective employment and social legislation and policies, across the EU-27, EFTA-EEA and EU candidate and pre-candidate countries. PROGRESS mission is to strengthen the EU contribution in support of Member States' commitments and efforts to create more and better jobs and to build a more cohesive society. To that effect, PROGRESS will be instrumental in: providing analysis and policy advice on PROGRESS policy areas; monitoring and reporting on the implementation of EU legislation and policies in PROGRESS policy areas; promoting policy transfer, learning and support among Member States on EU objectives and priorities; and relaying the views of the stakeholders and society at large. For more information see: The information contained in this publication does not necessarily reflect the position or opinion of the European Commission. PET/RG EO18982repsum

3 ECORYS Nederland BV B.P En coopération avec : 3006 AD Rotterdam KBA Watermanweg 44 B.P GG Rotterdam 6501 BK Nimègue Pays-Bas Pays-Bas T +31 (0) T +31 (0) F +31 (0) F +31 (0) E E W W Chambre de commerce no ECORYS Labour & Social Policy T +31 (0) F +31 (0) PET/RG EO18982repsum

4 Sommaire 1 Buts, objectifs et méthodologie 5 2 Conclusions Situation actuelle dans les États membres de l U.E Impacts potentiels des conseils sectoriels à l échelle de l U.E Faisabilité des conseils sectoriels à l échelle de l U.E. 9 3 Recommandations générales faisant suite à l étude Options politiques conclusions et recommandations 11 Option 1 Aucune politique Option 2 Concentration sur l'échange d'informations 11 Option 3 Concentration sur les initiatives politiques 13 PET/RG EO18982repsum

5 1 Buts, objectifs et méthodologie Ce rapport présente les résultats d une étude visant à évaluer la faisabilité de l établissement de conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne (conseils sectoriels à l échelle de l U.E.). Ces conseils pourraient se composer de parties prenantes clés d un secteur économique particulier, incluant des représentants d organisations syndicales et d employeurs, des membres de systèmes d enseignement et de formation, ainsi que d autres acteurs tels que ceux engagés dans le développement économique. Des conseils sectoriels existent déjà dans l Union européenne, sous différentes appellations et différentes formes. Aux fins de la présente étude, les conseils sectoriels ont été définis de la manière suivante. Ils : ont trait à un secteur spécifique de l économie ; visent à mieux connaître les développements probables en termes de besoins relatifs à l emploi et aux compétences, avec pour objectif d aider l élaboration des politiques pour ou au sein de ce secteur ; y parviennent en fournissant une analyse des développements survenant sur le marché de l emploi sectoriel ; fonctionnent comme une plate-forme au sein de laquelle au moins deux types de parties prenantes sont engagées ; fonctionnent de manière structurée et continue. Les conseils transversaux sont similaires aux conseils sectoriels, mais couvrent les tendances et les développements dans deux secteurs ou davantage du marché de l emploi. Le présent rapport fournit des informations sur la faisabilité et les impacts de trois options politiques : 1. aucune initiative à l échelle de l U.E. ; 2. initiative à l échelle de l U.E. se concentrant sur un plus ample échange d informations entre les États membres (formule «légère») ; 3. initiative à l échelle de l U.E. se concentrant sur le développement de politiques et d actions communes à l échelle de l U.E. L étude a utilisé les méthodes suivantes pour obtenir des informations : recherche documentaire, se concentrant sur les initiatives nationales et de l U.E. existantes ; entretiens avec des experts, visant à mieux cerner le contexte politique international, identifiant des initiatives similaires de l U.E. et de l OCDE ; missions et entretiens face à face dans des pays aux meilleures pratiques ; enquête sur Internet parmi des parties prenantes de cinq secteurs ; Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 5

6 entretiens téléphoniques avec des parties prenantes au niveau des États membres dans cinq secteurs ; entretiens avec des représentants de partenaires sociaux sectoriels au niveau de l U.E. 2 Conclusions 2.1 Situation actuelle dans les États membres de l U.E. Trois caractéristiques principales des conseils existants Les conseils sectoriels et conseils transversaux pour l emploi et les compétences sont définis par trois caractéristiques principales : ils mettent en œuvre ou commandent des études prévisionnelles sur des emplois et/ou des compétences dans un secteur, les résultats de ces études font l objet de discussions dans un dialogue sectoriel dans lequel au moins deux types de parties prenantes sont impliquées, et ces discussions mènent à des propositions et/ou des actions visant à combler les lacunes quantitatives et/ou qualitatives. Les conseils pour le travail et les offres d emploi sont courants dans l U.E. La majorité des États membres - 22 sur les 27 compte au moins un type de conseil. Compte tenu de la diversité des secteurs et des régions, leur nombre total dans l U.E. pourrait bien dépasser Les conseils sectoriels sont légèrement moins courants que les conseils transversaux Près de la moitié des États membres - 13 sur les 27 compte au moins un conseil sectoriel au niveau national. Ces conseils sectoriels peuvent être des conseils pour la formation et l enseignement professionnels initiaux et/ou pour la formation professionnelle continue. En tout, 19 «séries» de conseils sectoriels ont été identifiées dans 13 États membres, chacune d entre elles couvrant différents secteurs. Dans 17 autres États membres, 25 conseils aux tâches et structures similaires opèrent au niveau intersectoriel et horizontal. Des conseils transversaux, visant la formation et l enseignement professionnels initiaux, opèrent aussi souvent au niveau régional. Ceci est étroitement lié à la distribution des responsabilités entre le niveau régional et le niveau national au sein des États membres. Dans les plus grands États membres, il existe généralement des conseils sectoriels au niveau national et un conseil transversal cadre au sein duquel des questions communes aux conseils sectoriels sont débattues et font l objet de décision. Dans les plus petits États membres, il existe un seul conseil transversal, sous lequel opère un certain nombre de groupes de travail sectoriels. Ces groupes de travail ne correspondent souvent pas aux critères déterminés pour un conseil sectoriel. Ce modèle organisationnel différent, au Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 6

7 moins en partie, explique pourquoi on trouve plus de conseils transversaux que de séries de conseils sectoriels. Cinq types de conseils actuellement actifs Cinq types de conseils peuvent être distingués, en les classant par concentration sur le secteur, niveau géographique et concentration sur la formation. Les types les plus courants sont les conseils sectoriels et transversaux au niveau national, pour la formation et l enseignement professionnels initiaux (FEPI) et/ou la formation professionnelle continue (FPC), et les conseils transversaux de niveau régional pour la FEPI. Comme le montre le tableau suivant, trois types de conseils n ont quasiment jamais été rencontrés. Il s agit des conseils sectoriels régionaux pour la FEPI, des conseils sectoriels régionaux pour la FPC et des conseils transversaux régionaux pour la FPC. Tableau 1 Typologie des conseils pour l emploi et les compétences dans les États membres de l U.E. (nombre d États membres dans lesquels on les rencontre). Sectoriel Transversal FEPI FPC FEPI FPC National Régional Les lacunes en termes de compétences qualitatives et quantitatives sont d une importance presque égale pour les conseils Tous les conseils sectoriels et transversaux ont un objectif commun : améliorer l harmonisation sur le marché de l emploi entre la demande et l offre, en termes quantitatifs (emplois) et/ou qualitatifs (compétences et capacités). Pour atteindre cet objectif principal, les conseils peuvent mettre en œuvre différentes activités : analyse des tendances quantitatives du marché de l emploi ; analyse des tendances qualitatives du marché de l emploi ; développement de propositions politiques pour combler les lacunes quantitatives ; développement de propositions politiques pour combler les lacunes qualitatives ; promotion de la coopération entre les sociétés et les instituts de formation et d enseignement professionnels ; Mise en œuvre de programmes / actions pour combler les lacunes. La plupart des conseils concentrent leur action sur les lacunes en termes de compétences qualitatives, c est-à-dire l analyse des tendances qualitatives sur le marché de l emploi et de la réponse aux besoins de compétences / capacités, suivie par l analyse des tendances quantitatives sur le marché de l emploi, c est-à-dire le nombre d offres d emploi qui sont actuellement disponibles et, ce qui est plus important encore, qui seront disponibles à l avenir. Forte intégration dans les structures existantes d enseignement (FEPI) et de dialogue social (FPC) À quelques exceptions près, tous les conseils sectoriels et transversaux identifiés sont établis par la loi et permanents. Si les conseils sont liés au système de FEPI, dans la plupart des cas des organisations d employeurs et organisations syndicales, le ministère responsable du secteur et le système chargé de la FEPI sont représentés dans leurs Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 7

8 bureaux. Les conseils orientés sur la FPC sont généralement financés et dirigés par les partenaires sociaux. L efficacité et les impacts sont plus supposés que connus, avec une concentration sur les employeurs Les conseils dans l U.E. sont rarement évalués. Dans la mesure où une évaluation est effectuée, par exemple au Royaume-Uni et au Canada, le succès est mesuré par l utilisation des résultats par des sociétés et leur satisfaction avec ces résultats. Les efforts en vue de mieux harmoniser l enseignement et la demande requièrent par nature de se concentrer sur les entreprises et les technologies de production, ce qui se reflète dans les objectifs des conseils et la composition souhaitée d un conseil à l échelle de l U.E. (voir ci-après). Naturellement, certaines parties prenantes et en particulier des organisations syndicales soulignent les implications sur la qualité du travail. Ceci est plus souvent le cas dans des conseils orientés sur la FPC dans lesquels les partenaires sociaux jouent un rôle prépondérant, et dans des pays dans lesquels l élaboration des politiques et la gestion tripartites sont plus courantes. Réconciliation des approches sectorielles et transversales Un certain nombre d États membres disposent de systèmes qui se concentrent entièrement sur les questions intersectorielles. En termes de contenu, les professions constituent le lien entre les deux systèmes. Chaque secteur a un certain nombre de professions dominantes. En termes d organisations, les conseils transversaux constituent un point de départ pour inclure ces pays dans un dialogue sectoriel, car ils peuvent agir en qualité de médiateur entre l U.E. et le niveau sectoriel national. 2.2 Impacts potentiels des conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Impacts mesurables prévus sur les effets directs Les évaluations des expériences au Canada et au Royaume-Uni montrent que dans leur approche un effet positif peut être obtenu pour les secteurs, les entreprises, les employés et les employeurs. La présente étude a relevé dans les entretiens et l enquête de nombreuses indications montrant que des effets tangibles, c est-à-dire directs, sont plus susceptibles d être obtenus que des effets indirects. Les parties prenantes escomptent d un conseil sectoriel à l échelle de l U.E. un impact de niveau moyen. Les parties prenantes escomptent qu un tel conseil contribuera clairement à faire en sorte que les systèmes de formation répondent mieux aux besoins du marché de l emploi, et à améliorer les compétences des travailleurs et travailleurs débutants du marché de l emploi. Concernant les effets indirects, comme l encouragement de la productivité du travail et de la compétitivité des entreprises et la promotion de la mobilité, leurs attentes sont moins élevées. Les parties prenantes sont positives quant au rôle que peut jouer un conseil sectoriel à l échelle de l U.E. dans l accroissement de l efficacité des conseils à l échelle nationale. Impacts dépendant de la concentration adéquate Les évaluations existantes ainsi que les entretiens menés dans le cadre de la présente étude suggèrent que plus les politiques seront proches des entreprises individuelles, plus les impacts seront susceptibles d être élevés. Autre découverte intéressante des enquêtes : Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 8

9 les personnes interrogées escomptent davantage d impacts pour les objectifs qu elles ont elles-mêmes placés en priorité pour un conseil à l échelle de l U.E. Ceci indique qu une sélection adéquate des objectifs, correspondants aux besoins du secteur et des parties prenantes concernés, permet d accroître les impacts susceptibles d être obtenus. Les résultats de l étude suggèrent en outre que les conseils sectoriels à l échelle de l U.E. se concentrant sur le développement conjoint de politiques et d actions sont plus susceptibles d atteindre des effets directs et indirects que ceux qui concentrent leur action sur l échange d informations et d instruments. L isolation ou le fonctionnement en réseau généreront des impacts spécifiques D une part, l expérience de conseils sectoriels ou transversaux existants enseigne que leur mise en place en dehors des systèmes réguliers et établis permet aux conseils d être plus efficaces. Les conseils sectoriels canadiens, par exemple, semblent devoir une part de leur efficacité au fait qu ils sont placés au niveau national, alors que les responsabilités pour les systèmes de l enseignement se situent au niveau provincial. À l échelle de l U.E., l analogie serait qu un conseil au niveau européen pourrait plus facilement apporter des approches novatrices ayant des impacts directs sur les parties prenantes dans les États membres. D autre part, les conseils à l échelle de l U.E. peuvent avoir des impacts en renforçant d autres initiatives européennes, dans les domaines de l enseignement, des prévisions et des politiques du marché de l emploi sectoriel. La conception et la mise en œuvre sont des facteurs déterminants clés pour la concrétisation des impacts potentiels Les impacts des conseils à l échelle de l U.E. dépendront de leur conception et de leur objectif, mais aussi et surtout de la mesure dans laquelle ils sont orientés vers les besoins des parties prenantes du secteur. Des objectifs susceptibles d être atteints et une gestion et une direction adéquates du conseil constituent des facteurs déterminants supplémentaires. Étant donné la complexité des questions en jeu et la distance avec le terrain d action réel, la mise en liaison avec d autres initiatives de l U.E. et l édification à partir de ces initiatives constituent autant de facteurs essentiels pour le succès des conseils sectoriels à l échelle de l U.E. 2.3 Faisabilité des conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Quatre facteurs déterminants de l intérêt dans la participation L intérêt est plus important parmi les organisations clairement liées à un secteur spécifique. L intérêt est plus important chez les personnes et organisations qui sont convaincues de son utilité. Les partenaires sociaux sont plus enclins à participer que d autres types de parties prenantes. Les objectifs et parties prenantes semblables dans le propre pays des personnes constituent également des facteurs importants pour la participation. Le contenu et les objectifs immédiats dominent parmi les objectifs souhaités Lien entre formation professionnelle initiale et marché de l emploi (sectoriel) : la promotion de la formation continue et la capacité de réponse du secteur de Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 9

10 l enseignement aux besoins du marché de l emploi sont les objectifs les plus souhaités. Les objectifs plus éloignés, ainsi que les objectifs liés aux conseils eux-mêmes, sont moins recherchés. ainsi que la concentration sur l échange d informations ou l association avec le développement de politique L échange d informations ou l association d informations et d élaboration de politiques sont les plus souhaités. Les représentants syndicaux ont une préférence marquée pour le développement conjoint de politiques et d actions. Préférence pour la FEPI et la FPC dans les conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Les conseils et les parties prenantes sont unis dans leur préférence pour un objectif combiné : 72 pour cent estiment que la FEPI comme la FPC devraient être traitées par les conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Les partenaires sociaux sont les participants envisagés les plus importants dans les conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Un fort accord existe parmi les parties prenantes sur le fait que les partenaires sociaux devraient être représentés dans les conseils sectoriels à l échelle de l U.E., en particulier les employeurs. Les autres types de parties prenantes sont mentionnés moins souvent, mais tout de même par plus de la moitié des personnes interrogées dans le cadre de l enquête. Soutien financier et technique nécessaire de la part de l U.E. Les ressources financières notamment les frais de déplacement et de séjour pour les réunions constituent pour beaucoup une condition préalable pour la participation et la décision de rejoindre un conseil nouvellement établi. Un soutien technique de la part de l U.E. sera requis dans chaque phase, depuis la mise en place jusqu à la mise en œuvre. Initiatives des secteurs à associer à des règlements sévères S il importe de laisser la responsabilité des initiatives aux secteurs eux-mêmes, des objectifs clairement définis et un suivi et une évaluation obligatoires sont également nécessaires. Variations et mesures spécifiques D autres points sont à prendre en considération pour la conception des conseils : une organisation décentralisée, des mesures spécifiques pour les nouveaux États membres et une organisation à niveaux multiples en matière de participation. Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 10

11 3 Recommandations générales faisant suite à l étude À partir des résultats de l étude, des recommandations générales ont pu être dressées pour l établissement de conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Sur cette base, les options ont été évaluées et des propositions plus détaillées ont été formulées. Les sept recommandations générales faisant suite à l étude sont les suivantes : R1. Poursuivre la promotion des conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne. R2. Définir des objectifs et des attentes réalistes. R3. Toute initiative de l E.U. visant à promouvoir de tels conseils doit s assurer de l engagement de parties prenantes en rendant la participation volontaire et le soutien provisoire et dépendant des réalisations convenues à l avance. R4. Rendre le soutien de l U.E. indissociable de conditions strictes et d accords sur les objectifs, à la phase de la demande, et de la participation dans des mesures de suivi et d évaluation. R5 Promouvoir la coopération avec des initiatives existantes de l U.E., notamment dans les domaines des tendances du marché de l emploi et de l enseignement et de la formation. R6. Placer l accent initial sur l échange d informations et sur les partenaires sociaux, considérer un engagement à plusieurs niveaux de ces parties prenantes. R7 Établir un conseil transversal, en déterminant un nombre limité d objectifs. 3.1 Options politiques conclusions et recommandations Option 1 Aucune politique Si l Union européenne ne poursuit pas l établissement de conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne, le résultat probable sera l absence de coopération internationale au niveau sectoriel dans ce domaine. Plutôt que d engendrer des effets négatifs immédiats (R2), cette option représente la perte de possibilités de renforcer des initiatives existantes dans les États membres, d étendre les bonnes pratiques à d autres États membres et d accroître les connaissances disponibles au niveau de l Union européenne. 3.2 Option 2 Concentration sur l'échange d'informations Parmi les trois options politiques, la seconde la concentration sur l'échange d'informations constitue l option la plus faisable. Il est donc logique d en faire la Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 11

12 première action, et la plus intensivement soutenue. Il est proposé de lancer une telle initiative dans quelques secteurs et d évaluer son fonctionnement durant la seconde année. Portée et attributions Il est recommandé que l échange d informations se concentre sur l identification et le suivi des besoins futurs en matière d emploi et de compétences dans le secteur, en termes d instruments comme de résultats. Structure et soutien Afin d accroître l engagement et les impacts dans le secteur et de favoriser l efficacité de la gestion, il est recommandé que les conseils soient rattachés aux structures sectorielles de dialogue social européen ESD en cours. Néanmoins, afin de maintenir une distinction claire entre négociations et dialogue d information, il est recommandé que le conseil soit une entité distincte avec en principe un ensemble de participants différent. Il est recommandé qu un secrétariat soit attaché aux conseils, afin de préparer et d organiser les réunions, de réunir, stocker et diffuser les informations sur les instruments et résultats concernant l emploi et les compétences futurs dans le secteur, de développer et de maintenir une base de données et un site web à cette fin, et de collaborer avec d autres initiatives de l U.E. Il est recommandé que ce secrétariat soit établi pour plusieurs secteurs, afin d éviter des répétitions de travail, de générer des synergies et d assurer la comparabilité intersectorielle des données. Pour l heure, ce secrétariat pourrait adopter le rôle envisagé pour un conseil transversal de l U.E. Selon une estimation approximative, 2 à 3 emplois ETP devraient suffire au total pour assurer le fonctionnement d un secrétariat pour trois secteurs durant un an. Composition du conseil La concentration sur les objectifs indiqués ci-dessus implique que les partenaires sociaux soient les premières parties prenantes à engager, mais aussi que les représentants nationaux et de l U.E. soient déjà participants par le biais des réunions ESD. Il est proposé que le conseil soit donc composé de trois types de membres, qui seront impliqués à différents niveaux (R6) : membres à part entière observateurs participants ad-hoc (invités) Organisation pratique Il est proposé de tenir trois réunions régulières avec les membres et les observateurs et un séminaire auquel sera convié un plus grand groupe de parties prenantes. Coûts Les coûts couvrent d une part les coûts liés au fonctionnement du secrétariat (personnels, équipements), et d autre part les coûts de déplacement et de séjour des participants aux Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 12

13 réunions. Pour trois secteurs avec un secrétariat commun, ceci devrait nécessiter un budget approximatif de ,00 à ,00 euros. Option 3 Concentration sur les initiatives politiques Bien qu il soit recommandé de donner la priorité aux actions relevant de l option 2, il est également recommandé de développer une ligne de soutien plus limitée pour le développement politique. Il est également recommandé que le soutien à ce type d initiative soit fourni sous la forme d une subvention pour initiatives spécifiques. Elles peuvent être mises en œuvre dans les trois secteurs pilotes ou dans d autres secteurs. Les coûts à rembourser par la subvention couvrent les déplacements et séjours, ainsi que l assistance technique (frais de personnel) pour l organisation de l initiative. Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 13

Résumé LE PROJET CIBELES LES OBJECTIFS DU PROJET

Résumé LE PROJET CIBELES LES OBJECTIFS DU PROJET With support from European Union Résumé LE PROJET CIBELES Le projet «CIBELES» a été approuvé par le Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT) en 2009 et financé par la Commission

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines. Projets pilotes EPI-CREM. immobiliers

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines. Projets pilotes EPI-CREM. immobiliers 4 Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines Projets pilotes EPI-CREM immobiliers Introduction Le projet EPI-CREM 1 vise de manière globale l amélioration de

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

European IPR Helpdesk

European IPR Helpdesk Get your ticket to innovation! MSCA Bridging Business & Research La gestion de la propriété intellectuelle () dans les actions MSCA Léa Montesse 17 mars 2015, Grenoble Feuille de route Introduction EU

Plus en détail

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF La présente publication est soutenue financièrement par le programme de l Union européenne pour l emploi et la solidarité sociale PROGRESS (2007-2013)

Plus en détail

Les règles de conduite indispensables en matière de propriété intellectuelle pour bien préparer sa communication-salon

Les règles de conduite indispensables en matière de propriété intellectuelle pour bien préparer sa communication-salon Les règles de conduite indispensables en matière de propriété intellectuelle pour bien préparer sa communication-salon Fit4Fairs, Cyrille Dubois Training & News Services European IPR Helpdesk Road Map

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

PeTEX Plateforme pour e-learning et expérimentation télémétrique

PeTEX Plateforme pour e-learning et expérimentation télémétrique PeTEX Plateforme pour e-learning et expérimentation télémétrique 142270-LLP-1-2008-1-DE-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing:

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail

Discrimination et pauvreté: deux défis indissociables

Discrimination et pauvreté: deux défis indissociables Discrimination et pauvreté: deux défis indissociables www.equineteurope.org www.equineteurope.org Organisations membres d'equinet Equinet member organisations Pays Membre Country Allemagne Member Agence

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Sommaire Méthodologie et approche 3 Le département marketing au Luxembourg: une fonction clef dans le support de la

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

établi par le Bureau Permanent * * * REVIEW OF ACTIVITIES OF THE CONFERENCE IN REGARD TO MEDIATION drawn up by the Permanent Bureau

établi par le Bureau Permanent * * * REVIEW OF ACTIVITIES OF THE CONFERENCE IN REGARD TO MEDIATION drawn up by the Permanent Bureau AFFAIRES GÉNÉRALES ET POLITIQUE GENERAL AFFAIRS AND POLICY Doc. prél. No 11 Prel. Doc. No 11 février / February 2010 SUIVI DES ACTIVITÉS DE LA CONFÉRENCE EN MATIÈRE DE MÉDIATION établi par le Bureau Permanent

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Appointment or Deployment of Alternates Regulations. Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants CONSOLIDATION CODIFICATION

Appointment or Deployment of Alternates Regulations. Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Appointment or Deployment of Alternates Regulations Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants SOR/2012-83 DORS/2012-83 Current to August 30, 2015 À jour

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié?

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié? Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 5 avril 2011 Français Original: anglais ECE/CES/2011/9 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-neuvième

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

Consultation programmes européens de l éducation et formation

Consultation programmes européens de l éducation et formation Consultation programmes européens de l éducation et formation I. Programme éducation 1. Votre profil 2. Objectifs du programme (mobilité, qualité, cohésion sociale, innovation): pensez- vous que d autres

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité

Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité Sommaire Publié par le Conseil sectoriel de l électricité www.brightfutures.ca Le Conseil

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

en SCÈNE RATIONAL Rational Démonstration SDP : automatisation de la chaîne de développement Samira BATAOUCHE sbataouche@fr.ibm.com

en SCÈNE RATIONAL Rational Démonstration SDP : automatisation de la chaîne de développement Samira BATAOUCHE sbataouche@fr.ibm.com Rational Démonstration SDP : automatisation de la chaîne de développement Samira BATAOUCHE sbataouche@fr.ibm.com Fabrice GRELIER fabrice.grelier@fr.ibm.com RATIONAL en SCÈNE 2007 IBM Corporation Objectif

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES... 1 1.1. Pays bénéficiaire... 1 1.2. Autorité contractante... 1 2. CONTEXTE...

Plus en détail

Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques

Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques 9 Plateformes technologiques européennes sur l Energie (ETP) Industrie + Recherche Association

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/CONF.5/1 17 mars 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Petit guide pour choisir une solution CRM

Petit guide pour choisir une solution CRM Petit guide pour choisir une solution CRM Trouvez la solution qui vous convient» Nos clients sont plus performants. www.update.com Avant-propos Le CRM est en passe de devenir le principal logiciel de l

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Vers la cohérence des politiques au service d un développement durable

Vers la cohérence des politiques au service d un développement durable Vers la cohérence des politiques au service d un développement durable Web : www.oecd.org/development/policycoherence Plateforme CPD : https://community.oecd.org/community/pcd @OECD_PCD Ebba Dohlman Unité

Plus en détail

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉVALUER LE COÛT D ATTEINTE DE LA CIBLE 10 SUR L EAU ET L ASSAINISSEMENT Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la Cible 10 sur l eau et l assainissement A l occasion du Sommet du Millénaire

Plus en détail

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT A Guideline on the Format of District Planning Commission Staff Reports

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Project Introduction and Stakeholder Consultation Introduction du projet et consultations publiques Agenda/Aperçu

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales Coudenberg

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) SOR/92-284 DORS/92-284 Current to August 4, 2015 À jour

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 30, 2015 À jour au 30 août 2015

CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 30, 2015 À jour au 30 août 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Order Transferring to the Department of Supply and Services the Control and Supervision of the Government Telecommunications Agency and the Translation Bureau and Transferring

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation. SAP Forum, May 29, 2013

Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation. SAP Forum, May 29, 2013 Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation SAP Forum, May 29, 2013 Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation Frédérique

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

1 Informations générales

1 Informations générales PAMEC-CEEAC Programme d Appui aux Mécanismes de Coordination et au renforcement des capacités de la CEEAC pour la mise en œuvre et le suivi du PIR Communauté Economique des Etats de l Afrique Centrale

Plus en détail

VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION SUPERIEUR DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT TITRE DU PROJET

VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION SUPERIEUR DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT TITRE DU PROJET PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR TITRE DU PROJET VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION ETABLISSEMENT GESTIONNAIRE DU PROJET ISET DE NABEUL JUILLET 2009

Plus en détail

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique 30 mars 2015 Numéro 3 Initiative sur les bourses d études L «Initiative sur les bourses d études», déposée

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

RECRUTEMENT INTERNATIONAL : Appui du Bureau des visas, Paris INTERNATIONAL RECRUITMENT : Support from the Visa Office, Paris 09/10

RECRUTEMENT INTERNATIONAL : Appui du Bureau des visas, Paris INTERNATIONAL RECRUITMENT : Support from the Visa Office, Paris 09/10 RECRUTEMENT INTERNATIONAL : Appui du Bureau des visas, Paris INTERNATIONAL RECRUITMENT : Support from the Visa Office, Paris 09/10 Bureau des visas / Visa Office Paris - France Responsable des demandes

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

... et l appliquer à l optimum. Reconnaître la qualité... Solution Partner. Answers for industry.* *Des réponses pour l industrie.

... et l appliquer à l optimum. Reconnaître la qualité... Solution Partner. Answers for industry.* *Des réponses pour l industrie. Reconnaître la qualité...... et l appliquer à l optimum. Solution Partner Answers for industry.* *Des réponses pour l industrie. 2 Le succès par la qualité Un label fiable de qualité optimale Sous le nom

Plus en détail

Room XXVI Palais des Nations Geneva, Switzerland. 7 9 December 2011. Sécurisation des mouvements des marchandises Du Corridor Djibouto-Ethiopien

Room XXVI Palais des Nations Geneva, Switzerland. 7 9 December 2011. Sécurisation des mouvements des marchandises Du Corridor Djibouto-Ethiopien UNCTAD Multi-year Expert Meeting on Transport and Trade Facilitation Room XXVI Palais des Nations Geneva, Switzerland 7 9 December 2011 Sécurisation des mouvements des marchandises Du Corridor Djibouto-Ethiopien

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Short-term Pooled Investment Fund Regulations. Règlement sur le fonds commun de placement à court terme CONSOLIDATION CODIFICATION

Short-term Pooled Investment Fund Regulations. Règlement sur le fonds commun de placement à court terme CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Short-term Pooled Investment Fund Regulations Règlement sur le fonds commun de placement à court terme SOR/2006-245 DORS/2006-245 Current to September 27, 2015 À jour

Plus en détail

REFERENCES SUR LES INDICATEURS

REFERENCES SUR LES INDICATEURS L i s t e b i b l i o g r a p h i q u e REFERENCES SUR LES INDICATEURS E t u d e G C P Nathalie Wilbeaux Actualisée en Juillet 2007 Bibliographie sélective sur les «indicateurs» - Etude GCP 2003-2007-

Plus en détail