L AFFICHAGE DES RAISONS SOCIALES ET DES MARQUES DE COMMERCE. M e Pierre Bosset, conseiller juridique Direction de la recherche et de la planification

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L AFFICHAGE DES RAISONS SOCIALES ET DES MARQUES DE COMMERCE. M e Pierre Bosset, conseiller juridique Direction de la recherche et de la planification"

Transcription

1 Cat L AFFICHAGE DES RAISONS SOCIALES ET DES MARQUES DE COMMERCE M e Pierre Bosset, conseiller juridique Direction de la recherche et de la planification Mars 1999

2 Document adoptéà la 439 e séance de la Commission, tenue le 5 mars 1999, par sa résolution COM Traitement de texte : Diane Durand (Direction de la recherche et de la planification)

3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION La problématique L affichage commercial : observations préliminaires L affichage des raisons sociales... 9 CONCLUSION... 12

4 INTRODUCTION En septembre dernier, la ministre responsable de l application de la Loi 101 a demandé un avis sur l affichage des raisons sociales au Conseil de la langue française. On demande à cet organisme de proposer des modalités d action qui puissent assurer le visage français du Québec dans ce domaine. Le mandat confié au Conseil n est pas explicite sur ce point, mais l un des éléments importants de la problématique semble être l usage assez répandu de noms rédigés en d autres langues que le français, tels que «Toys R Us» ou «Color Your World», pour désigner des établissements commerciaux ayant pignon sur rue. Le 20 novembre 1998, le Conseil a saisi la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse de la question suivante : Dans quelle mesure les règles actuelles mises en place pour assurer le visage français du Québec ou toute autre règle poursuivant cet objectif et qui imposerait des contraintes à la liberté d expression commerciale, peuvent-elles être contestées en vertu de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, de la Charte canadienne des droits et libertés ou du Pacte international relatif aux droits civils et politiques? Dans l exercice de sa mission de promotion des droits et libertés de la personne, 1 et plus spécifiquement de sa responsabilité à l égard des demandes touchant les droits et libertés, 2 la Commission entend formuler ici, à l intention des intervenants concernés, certaines observations d ordre juridique sur la portée des textes relatifs aux droits de la personne. 1 LA PROBLÉMATIQUE 1 Charte des droits et libertés de la personne, L.R.Q., c. C-12, art Art. 71, 2 e al., par. 4. Page 1

5 En se référant au régime législatif applicable, la Commission esquissera d abord les grandes lignes de la problématique de l affichage des raisons sociales. L affichage des raisons sociales 3 est régi par les dispositions de la Charte de la langue française 4 (que la Commission appellera ici «Loi 101» pour éviter toute confusion avec la Charte des droits et libertés de la personne 5 ou avec la Charte canadienne des droits et libertés 6 ). Les dispositions pertinentes sont contenues dans le chapitre VII, intitulé «La langue du commerce et des affaires». Selon l article 63, les raisons sociales d entreprises relevant de la compétence législative du Québec 7 doivent être en langue française. L article 68 concerne la présence d autres langues. Il se lit ainsi : «68 Une raison sociale peut être assortie d une version dans une autre langue que le français pourvu que, dans son utilisation, la raison sociale de langue française figure de façon au moins aussi évidente. Toutefois, dans l affichage public et la publicité commerciale, l utilisation d une raison sociale dans une autre langue que le français est permise, dans la mesure où cette autre langue peut, en application de l article 58 et des règlements édictés en vertu de cet article, être utilisée dans cet affichage ou cette publicité. [ ]» 3 Cette expression n est pas définie dans la Charte de la langue française et ne figure pas dans le nouveau Code civil du Québec, qui parle plutôt du nom de la personne morale (art. 305). Dans le contexte du présent avis, elle désigne les noms d établissements et les dénominations sociales d entreprises. 4 Charte de la langue française, L.R.Q., c. C Précitée, note 1 (ci-après «la Charte québécoise»). 6 Charte canadienne des droits et libertés, Partie I de la Loi constitutionnelle de 1982, annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada (1982) R.-U. c. 11 (ci-après «la Charte canadienne»). 7 Pour des raisons constitutionnelles, les raisons sociales d entreprises sous compétence fédérale ne sont pas assujetties aux dispositions de la Loi 101. Page 2

6 Comme on le voit, le deuxième alinéa se réfère aux dispositions de l article 58, relatives à l affichage public età la publicité commerciale. Selon ces dernières dispositions, l affichage public et la publicité commerciale peuvent être faits à la fois en français et dans une autre langue, pourvu que le français y figure de façon nettement prédominante. La réglementation adoptée sous l autorité de la Loi 101 énumère toutefois certaines situations où l affichage public et la publicité commerciale doivent être faits uniquement en français ou peuvent se faire sans prédominance du français ou uniquement dans une autre langue. 8 En ce qui concerne les marques de commerce, il convient de noter que la loi fédérale applicable 9 n exige pas qu une version française de celles-ci soit déposée. La réglementation québécoise prévoit donc que l affichage d une marque de commerce n ayant pas de version française peut se faire dans la version d origine. 10 C est ainsi qu une marque de commerce telle que «Big Mac» peut être affichée telle quelle dans la publicité commerciale. Toutefois, l affichage d une marque de commerce peut servir à d autres fins que faire de la réclame pour un produit ou un service. De nos jours, sous l influence de la multiplication des contrats de franchisage, entre autres, le nom d une marque de commerce est souvent utilisé pour désigner des établissements commerciaux ayant pignon sur rue. Les bannières commerciales 8 Règlement sur la langue du commerce et des affaires, décret du 8 décembre 1993, (1993) 125 G.O. II, p Loi sur les marques de commerce, L.R.C., c. T Règlement sur la langue du commerce et des affaires, précité (note 8), art. 25, par. 4. Page 3

7 comme celles citées en introduction, ou quasi unilingues, telles que «Le Body Shop», tendent ainsià se multiplier. La politiqueà adopter faceà ce phénomène relève d une problématique plus globale. La Loi 101 consacre solennellement la volonté du législateur québécois de faire du français la langue normale et habituelle du commerce et des affaires. 11 Les dispositions relativesà l affichage montrent bien qu à cet égard, la préservation du visage français du Québec est un élément central de la politique linguistique québécoise. Il s agit en l espèce de savoir comment concilier cet objectif, s il y a lieu, avec la liberté d expression. C est dans cette perspective que la Commission abordera la question qui lui est soumise par le Conseil. Pour ce faire, elle se référera aux principes juridiques contenus dans les instruments québécois, canadiens et internationaux relatifs aux droits de la personne. Compte tenu des limites de son mandat, la Commission n abordera pas les aspects de la question sortant de son champ de compétence, notamment ceux liés aux accords internationaux sur la propriété intellectuelle, au partage des compétences législatives ou aux dimensions socio-politiques de la problématique. 2 L AFFICHAGE COMMERCIAL : OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES La Commission rappellera d abord la portée et les limites de la protection reconnue, s il y a lieu,à l affichage commercial comme moyen d expression. 11 Charte de la langue française, préambule (2 e alinéa). Page 4

8 La liberté d expression est garantie par l article 3 de la Charte québécoise 12 et par l alinéa 2(b) de la Charte canadienne. 13 Dans l arrêt Ford c. Procureur général du Québec, 14 la Cour suprême du Canada a indiqué que ces garanties impliquaient le droit de s exprimer dans la langue de son choix et s appliquaient à l affichage ainsi qu à l usage des raisons sociales. La Cour a explicitement rejeté l argument voulant que l expression commerciale ne serve aucune valeur individuelle ou sociale et, pour cette raison, ne mérite aucune protection constitutionnelle. Cette position fut confirmée dans les arrêts subséquents de la Cour. 15 Toutefois, comme le prévoit l article 9.1 de la Charte québécoise, la liberté d expression commerciale peut être assujettieà certaines limites : «9.1 Les libertés et droits fondamentaux s exercent dans le respect des valeurs démocratiques, de l ordre public et du bien-être général des citoyens du Québec. La loi peut,àcet égard, en fixer la portée et en aménager l exercice.» La Cour a fourni dans l arrêt Ford certaines indications sur la marge de man œuvre dont dispose le législateur québécois, dans le cadre de l article 9.1, pour «fixer la portée et aménager l exercice» de la liberté d expression commerciale afin de préserver le visage français du Québec. Dans cette 12 «Toute personne est titulaire des libertés fondamentales telles [ ] la liberté d expression». 13 «Chacun a les libertés fondamentales suivantes : [ ] liberté de pensée, de croyance, d opinion et d expression». 14 Ford c. Québec (Procureur général), [1988] 2 R.C.S. 712 (ci-après «l arrêt Ford»). 15 Irwin Toy c. Québec (Procureur général), [1989] 1 R.C.S. 927 (publicité s adressant aux enfants); Rocket c. Collège royal des chirurgiens dentistes d Ontario, [1990] 2 R.C.S. 232 (publicité professionnelle); RJR-McDonald c. Canada (Procureur général), [1995] 3 R.C.S. 199 (publicité, promotion et étiquetage des produits du tabac). Page 5

9 affaire, on contestait les anciennes dispositions 16 de la Loi 101 relatives à l affichage public, à la publicité commerciale et aux raisons sociales. Sauf exceptions, ces dispositions imposaient alors l usage exclusif de la langue française. La Cour a reconnu qu en adoptant ces dispositions, le législateur québécois poursuivait un objectif important et légitime. Il convient de rappeler la situation qui régnait avant l adoption de ces dispositions, situation décrite ainsi par la Cour elle-même : «[A]u cours de la période qui a précédé l adoption de la [Loi 101], le «visage linguistique» du Québec donnait souvent l impression que l anglais était devenu aussi important que le français. Ce «visage linguistique» a renforcé chez les francophones la crainte que l anglais gagne en importance, que la langue française soit menacée et finisse par disparaître. Il semblait indiquer aux jeunes francophones que la langue du succès était presque exclusivement l anglais et confirmait pour les anglophones qu il n était pas vraiment nécessaire d apprendre la langue de la majorité. Cela pouvait en outre amener les immigrants à penser qu il était plus sage de s intégrer à la collectivité anglophone.» 17 La Cour a estimé que les dispositions contestées de la Loi 101 visaientà faire en sorte que le visage linguistique du Québec reflète dorénavant la prédominance du français et que cet objectif était suffisamment important, dans les circonstances, pour justifier une atteinteà la liberté d expression commerciale. 18 Conformément à sa propre jurisprudence, 19 la Cour a ensuite examiné la question de savoir si les atteintes à la liberté d expression commerciale 16 L.Q. 1977, c. 5, art. 58 (modifié par L.Q. 1983, c. 56) et art Arrêt Ford, précité (note 14), Id., Une limitation à un droit ou liberté peut se justifier si, outre un objectif suffisamment important, elle présente un rapport de proportionnalité avec celui-ci. Ce critère exige un Page 6

10 découlant de ces dispositions étaient proportionnelles à l objectif d assurer le visage français du Québec. La Cour a noté qu à l audience, le gouvernement québécois n avait aucunement tenté de justifier l exigence de l emploi exclusif du français. En l absence de preuve pertinente, la Cour a estimé qu il n avait «pas été démontré que l interdiction, par les [anciens] articles 58 et 69 [de la Loi 101], de l emploi d une langue autre que le français [était] nécessaire pour défendre et pour améliorer la situation de la langue française au Québec ni qu elle [était] proportionnéeà cet objectif législatif». 20 Les passages pertinents du jugement de la Cour méritent d être cités dans leur intégralité, car ils présentent un intérêt évident pour la formulation de la politique linguistique québécoise : «[L]es mesures prises par le gouvernement auraient pu être conçues spécifiquement pour régler [le problème du «visage linguistique»] tout en restreignant le moins possible la liberté d expression. Alors qu exiger que la langue française prédomine, même nettement, sur les affiches et les enseignes serait proportionnel à l objectif de promotion et de préservation d un «visage linguistique» français au Québec et serait en conséquence justifié en vertu des Chartes québécoise et canadienne, l obligation d employer exclusivement le français n a pas été justifiée. On pourrait exiger que le français accompagne toute autre langue ou l on pourrait exiger qu il soit plus en évidence que d autres langues. De telles mesures permettraient que le «visage linguistique» reflète la situation démographique du Québec où la langue prédominante est le français.» 21 La Cour a donc indiqué clairement que le législateur pouvait, sans méconnaître la garantie de la liberté d expression, imposer la prédominance nette du français dans l affichage commercial et l utilisation des raisons sociales et ce, examen des autres options pouvant permettre d atteindre l objectif, tout en portant moins atteinte au droit garanti. R. c. Oakes, [1986] 1 R.C.S La Cour suprême confirme dans Ford (aux pp ) que les critères de l arrêt Oakes s appliquent dans le cadre de l article 9.1 de la Charte québécoise. 20 Arrêt Ford, précité (note 14), Id. (le souligné est de la Commission). Page 7

11 afin de préserver le visage français du Québec. 22 La situation serait la même en vertu de l article premier de la Charte canadienne, dont les critères d application sont les mêmes que ceux de l article 9.1 de la Charte québécoise. En droit international, la liberté d expression est garantie par les dispositions de l article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques 23 : «19 (1) [ ] (2) Toute personne a droità la liberté d expression; ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix. (3) L exercice des libertés prévues au paragraphe 2 du présent article comporte des devoirs spéciaux et des responsabilités spéciales. Il peut en conséquence être soumis à certaines restrictions qui doivent toutefois être expressément fixées par la loi et qui sont nécessaires : a) Au respect des droits ou de la réputation d autrui; b) À la sauvegarde de la sécurité nationale, de l ordre public, de la santé ou de la moralité publiques.» Agissant en vertu du protocole facultatif permettant le dépôt de communications individuelles alléguant des violations du Pacte, le Comité des droits de l homme des Nations Unies s est penché à deux reprises sur certaines modifications ultérieuresà la Loi La formule de la prédominance du français était celle que préconisait aussi la Commission. Voir : COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE, Mémoire à la Commission élue permanente des Communautés culturelles et de l Immigration sur la liberté d expression et l usage exclusif du français dans l affichage public et la publicité commerciale, novembre 1983 (résolution COM ). 23 Pacte international relatif aux droits civils et politiques, (1976) 999 R.T.N.U. 187, [1976] R.T.C. 47, entré en vigueur pour le Canada le 19 août 1976 conformémentà l art. 49 (ciaprès «le Pacte»). Page 8

12 Une première série de communications 24 portait sur certaines modifications introduites dans les jours qui suivirent le jugement de la Cour suprême. Ces modifications créaient un double régime, l un applicableà l affichage intérieur, l autre à l affichage extérieur. Elles comportaient en outre une dérogation expresse aux chartes québécoise et canadienne en ce qui concerne l affichage extérieur. 25 Le Comité a examiné les restrictions imposées à l affichage extérieur en fonction du critère de nécessité énoncé au paragraphe 3 de l article 19 du Pacte : «Les restrictions portant sur la publicité commerciale à l extérieur sont certes fixées par la loi mais la question est de savoir si elles sont nécessaires pour sauvegarder les droits d autrui. Ceux-ci ne pouvaient être que les droits de la minorité francophone au sein du Canada, garantis par l article 27 du Pacte [relatif au droit des personnes appartenantàdes minorités linguistiques], d utiliser sa propre langue. Or ce droit n est pas menacé par la liberté d autrui de faire de la publicité dans une autre langue que le français. [ ] Le Comité ne pense pas qu il soit nécessaire, pour protéger les francophones en position vulnérable au Canada, d interdire la publicité en anglais. Cette protection peut être assurée par d autres moyens qui ne portent pas atteinteà la liberté des commerçants de s exprimer dans une langue de leur choix. Par exemple, la loi aurait pu exiger que la publicité soit bilingue, français-anglais. S il est légitime qu un État choisisse une ou plusieurs langues officielles, il ne l est pas qu il supprime, en dehors de la vie publique, la liberté de s exprimer dans la langue de son choix. Le Comité conclut donc qu il y a eu violation du paragraphe 2 de l article 19.» 26 Le Comité n est pas aussi précis que la Cour suprême en ce qui concerne la marge de man œuvre dont le législateur dispose pour assurer le visage français du Québec. L affichage bilingue est certes évoqué sans allusion à la prédominance du français, mais à titre d exemple uniquement. De l avis de la 24 Ballantyne et Davidson c. Canada (n ) et McIntyre c. Canada (n ). Constatations du Comité adoptées le 31 mars 1993 et reproduites dans (1993) 5 R.U.D.H Loi modifiant la Charte de la langue française, L.Q. 1988, c. 54, art. 1 (nouvelles dispositions sur l affichage) et art. 10 (dérogation aux chartes québécoise et canadienne). 26 Constatations du Comité, précitées (note 24), par Page 9

13 Commission, toute formule permettant l affichage en d autres langues répondrait aux exigences du Pacte, le Comité étant avant tout préoccupé par l interdiction totale d afficher dans une autre langue que le français. Dans la mesure où l usage d une autre langue est permis, il y a lieu d appliquer ici l exception relativeà la sauvegarde des droits d autrui, en l occurrence le droit de la minorité francophone du Canada, dont le Comité reconnaît la position de vulnérabilité, d utiliser sa propre langue conformémentà l article 27 du Pacte. Donnant suite aux constatations du Comité, l Assemblée nationale modifia à nouveau la Loi 101 en Le double régime intérieur-extérieur fut remplacé par un régime unique permettant l usage d une autre langue dans la mesure où le français demeure nettement prédominant. Le texte français doit avoir un impact visuel plus important; cet impact s évalue en fonction de critères énoncés dans un règlement, notamment l espace occupé par chaque langue, la grosseur des caractères et le nombre d affiches rédigées dans chaque langue, le cas échéant. 28 Ces nouvelles modalités ont été portées à l attention du Comité, conformément au souhait exprimé par celui-ci dans ses constatations L AFFICHAGE DES RAISONS SOCIALES 27 Loi modifiant la Charte de la langue française, L.Q. 1993, c Règlement précisant la portée de l expression «de façon nettement prédominante» pour l application de la Charte de la langue française, décret du 8 décembre 1993, (1993) 125 G.O. II, p Constatations du Comité, précitées (note 24), par. 14. Le Comité a subséquemment émis ses constatations dans le cadre d une autre communication individuelle (Singer c. Canada, n , constatations adoptées le 26 juillet 1994, CCPR/C/51/D/455/1991). Celle-ci portant sur le régime antérieur aux dernières modifications, le Comité s est toutefois bornéàrappeler ses constatations antérieures. Page 10

14 La Commission ayant décrit le contexte dans lequel s inscrit la problématique de l affichage commercial au Québec, elle formulera maintenant des observations plus spécifiques sur l affichage des raisons sociales. La règle en matière d affichage des raisons sociales comportant d autres langues que le français n est pas celle qui s applique à l utilisation des raisons sociales en général, c est-à-dire la visibilité au moins équivalente du français, 30 mais la prédominance nette du français. 31 Cette règle plus exigeante témoigne bien de l importance qu attache le législateur à la préservation du visage français du Québec. Ce cadre législatif n exclut pas l existence de zones grises, particulièrement lorsqu une marque de commerce est utilisée comme raison sociale, comme cela semble être de plus en plus fréquent. Quel régime s applique dans un tel cas? S agit-il de l exemption prévue pour les marques de commerce par l article 25, par. 4 du Règlement sur la langue du commerce et des affaires, 32 ou de l obligation d accompagner cette marque de commerce d un terme descriptif en français, 33 comme le prévoit l article 27 du même règlement au regard des raisons sociales? La Commission n a pas à se substituer aux tribunaux compétents en tranchant cette controverse qui fait partie de la problématique dont est actuellement saisi le Conseil de la langue française. Compte tenu du flou et de l incertitude 30 Charte de la langue française, art. 68 (1 er al.). 31 Id., art. 58 et 68 (2 e al.). 32 Précité (note 8).V. plus haut (p. 3). 33 Exemples : «Lunetterie New Look», «Les cafés Second Cup». Page 11

15 entourant cette question, il est cependant légitime de vouloir clarifier les règles applicables dans ce domaine. Il importe alors de tenir compte à la fois de la protection reconnue à la liberté d expression commerciale dans les textes juridiques et de la nécessité de préserver le visage français du Québec. Se référant aux principes qui se dégagent des textes applicables ainsi que de la jurisprudence pertinente, la Commission fait observer que la liberté d expression commerciale implique que soit reconnue la possibilité d utiliser la langue de son choix. Elle estime par conséquent que le législateur ne pourrait totalement interdire, dans l affichage des raisons sociales, l usage d une marque de commerce rédigée dans une autre langue que le français. Dans la mesure toutefois où cette condition est respectée, le législateur peut, sans méconnaître la liberté d expression commerciale, assurer de diverses façons le visage français du Québec : coexistence d une version française et de la version d origine avec prédominance ou équivalence du français, ajout d un terme descriptif français, etc. La Commission n a pas à proposer de formule particulière à cet égard. Elle rappelle que d autres aspects ne relevant pas de son champ de compétence, notamment ceux liés aux accords internationaux sur la propriété intellectuelle ainsi qu au partage des compétences législatives, entrent également en ligne de compte. Il revient aux autorités responsables d évaluer l opportunité sociale, économique et, le cas échéant, politique des diverses options possibles. Page 12

16 CONCLUSION Compte tenu des instruments juridiques applicables ainsi que des principes énoncés par la jurisprudence canadienne et par les instances internationales compétentes, la Commission conclut ainsi sur la question soumise par le Conseil de la langue française : 1. L affichage d une raison sociale relève de l exercice de la liberté d expression commerciale et est protégé par les chartes québécoise et canadienne ainsi que par les instruments internationaux relatifs aux droits de la personne. L exercice de cette liberté peut toutefois faire l objet de limites visantà assurer etàmaintenir le visage français du Québec. 2. En l occurrence, dans la mesure où elles prévoient que l affichage d une raison sociale comportant une autre langue que le français doit respecter le caractère nettement prédominant du français, les dispositions actuelles de la Loi 101 et de la réglementation portent atteinte à la liberté d expression commerciale. L usage d une autre langue étant permis, cette atteinte est toutefois conforme aux indications fournies par la Cour suprême du Canada, ainsi qu aux instruments internationaux permettant de porter atteinte à la liberté d expression commerciale dans la mesure où cela est nécessaire pour sauvegarder, dans le cas présent, le droit des personne appartenant à la minorité francophone du Canada d utiliser leur propre langue. 3. L affichage d une marque de commerce pour désigner un établissement commercial pose des problèmes d interprétation législative et réglementaire pouvant justifier une clarification des normes applicables. Il ne revient pas à la Commission de proposer d option particulière à cet égard. S en tenant aux principes découlant des instruments québécois, canadiens et internationaux sur les droits de la personne, la Commission est néanmoins d avis que, dans la mesure où l affichage d une marque de commerce rédigée dans autre langue que le français demeure permis, toute mesure visant à assurer le visage français du Québec répondrait à priori aux exigences des instruments précités. /dd Page 13

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

LES RÈGLES S APPLIQUANT À L EMPLOI DE LA LANGUE CHINOISE ET DE LA LANGUE FRANÇAISE DANS LES COMMERCES DU QUARTIER CHINOIS DE MONTRÉAL

LES RÈGLES S APPLIQUANT À L EMPLOI DE LA LANGUE CHINOISE ET DE LA LANGUE FRANÇAISE DANS LES COMMERCES DU QUARTIER CHINOIS DE MONTRÉAL Cat. 2.120-6.11 LES RÈGLES S APPLIQUANT À L EMPLOI DE LA LANGUE CHINOISE ET DE LA LANGUE FRANÇAISE DANS LES COMMERCES DU QUARTIER CHINOIS DE MONTRÉAL M e Claude Girard, conseiller juridique Direction de

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale Aide-mémoire La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale AIDE-MÉMOIRE La Charte de la langue française dans les ministères et les

Plus en détail

LOIS LINGUISTIQUES. À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122. Par Charles Morgan

LOIS LINGUISTIQUES. À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122. Par Charles Morgan À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122 Par Charles Morgan Lois linguistiques 121 Dans la majeure partie du Canada, les règles linguistiques s appliquent principalement aux institutions gouvernementales

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003.

AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003. AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003. N. Réf. : 10 / A / 2002 / 046 OBJET : Projet d'arrêté royal fixant les conditions particulières de recrutement du personnel statutaire et contractuel de l Agence fédérale

Plus en détail

G... B... Demanderesse. Organisme DÉCISION

G... B... Demanderesse. Organisme DÉCISION G.B. c. Centre hospitalier universitaire de Québec (Hôpital de L'Enfant-Jésus) 2015 QCCAI 120 Commission d accès à l information du Québec Dossier : 1007202 Date : Le 1 er juin 2015 Membre: M e Christiane

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1362-00-10 Nombre de pages : 6 Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Adoptée par le Conseil

Plus en détail

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 Date : Le 14 avril 2015 Numéro de dossier : AD-14-548 DIVISION D APPEL Entre: A. M. Appelant et Commission de

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

A V I S N 1.913 ----------------------- Séance du mercredi 5 novembre 2014 --------------------------------------------------

A V I S N 1.913 ----------------------- Séance du mercredi 5 novembre 2014 -------------------------------------------------- A V I S N 1.913 ----------------------- Séance du mercredi 5 novembre 2014 -------------------------------------------------- Projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 7 septembre 2012 Détermination

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme

Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme PARTIE 1 OBJET ET CONTEXTE 1.1 Objet 1.2 Champ d application de la norme 1.3 Contexte d élaboration de la norme 1.4 Principes de réglementation des

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : C. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDA 7 Appel No : 2013-0063 ENTRE : C. B. et Appelante Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité Canada Appeals Office on Occupational Health and Safety Bureau d appel canadien en santé et sécurité au travail CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY Name 974644 Ontario Ltd. demandeur

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26)

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26) POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE CONCERNANT LA CONCLUSION DES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS Loi sur les contrats des organismes publics

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Rejet sommaire

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Rejet sommaire [TRADUCTION] Citation : M. Y. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 3 ENTRE : M. Y. N o d appel : GE-13-1037 Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE CI 049M C.G. Code de procédure civile MÉMOIRE Février 2012 AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE Présenté à la Commission des institutions par L OACIQ, UN ORGANISME AYANT POUR

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37080 FRA Québec, le : 11 juin 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Toiture bon prix Abitibi inc. Partie mise en

Plus en détail

Annexe I CODE DE DÉONTOLOGIE ET RÈGLES D ÉTHIQUE DES ADMINISTRATEURS PUBLICS DE L ÉCOLE NATIONALE DES POMPIERS DU QUÉBEC (L ENPQ) Adopté par le conseil d administration 6 juin 2003 Code d éthique et de

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: 03-0303 Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16085 FRA Québec, le : 17 janvier 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Auberge du Portage

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

A V I S N 1.857 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------

A V I S N 1.857 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------ A V I S N 1.857 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------ Travailleurs domestiques : projet d arrêté royal portant modification de l arrêté royal

Plus en détail

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP Placements de portefeuille Chapitre SP 3041 Avril 2012 CCSP AVANT-PROPOS Le chapitre SP 3041, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, qui modifie et remplace le chapitre SP 3040, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, fait partie

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités Orig. FR Fiche explicative directive secteurs 1 Marchés concernant plusieurs activités 1. QUELS CAS SONT VISES? 1. L article 9 et le considérant 29 de la nouvelle directive secteurs - directive 2004/17/CE

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

INTRODUCTION Nouvelle Loi

INTRODUCTION Nouvelle Loi INTRODUCTION Suite à une série de contentieux au sujet de la légalité de la cotisation annuelle à la Chambre de Commerce, le gouvernement luxembourgeois avait proposé un nouveau cadre législatif relatif,

Plus en détail

Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014

Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014 Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014 1. ATTENDUS Code de conduite professionnelle et de comportement éthique

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

TEL QUE PUBLIÉ AU SUPPLÉMENT DU BULLETIN DU 17 DÉCEMBRE 2004, VOL. 1 N

TEL QUE PUBLIÉ AU SUPPLÉMENT DU BULLETIN DU 17 DÉCEMBRE 2004, VOL. 1 N 5272 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 15 décembre 2004, 136 e année, n o 50 Partie 2 TEL QUE PUBLIÉ AU SUPPLÉMENT DU BULLETIN DU 17 DÉCEMBRE 2004, VOL. 1 N 46 ATTENDU QU il y a lieu de déterminer la date

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 Date : Le 26 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-959 DIVISION D APPEL Entre: H. K. Demanderesse et Commission

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario. Questions intergouvernementales INDEX N O : MJ300-100

Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario. Questions intergouvernementales INDEX N O : MJ300-100 Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : Questions intergouvernementales MJ300-100 Changer la province d enregistrement

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI H/EXTR/09/1 ORIGINAL : français DATE : 11 août 2009 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F RÉUNION EXTRAORDINAIRE DES ÉTATS CONTRACTANTS DE L ACTE DE LONDRES (1934) DE L ARRANGEMENT

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. Numéro du rôle : 5608 Arrêt n 105/2013 du 9 juillet 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. La Cour constitutionnelle,

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2012-99 DU 25 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE PAR LA

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail