AUTORISATION EUROPÉENNE UNIQUE (AEU)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUTORISATION EUROPÉENNE UNIQUE (AEU)"

Transcription

1 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Politique douanière Législation douanière et contrôle de l'application du droit communautaire Bruxelles, le 5 décembre 2005 Taxud/C/3 - MFB TAXUD/1262/2005-FR Orig. EN Document de travail AUTORISATION EUROPÉENNE UNIQUE (AEU) Le présent document a été rédigé par le groupe de projet Douane 2007 sur l'autorisation européenne unique. Filename \\dossiers.dgt.cec.eu.int\dossiers\taxud\taxud \taxud fr-tra-00.doc Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie, B-1049 Brussel - Belgium. Telephone: (32-2) Office: MO51 1/14. Telephone: direct line (32-2)

2 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 2. DÉFINITION DE L'«AUTORISATION UNIQUE» 3. PROCÉDURE DE DEMANDE 4. PROCÉDURE D'OCTROI 5. GARANTIE 6. ORIENTATIONS 7. PART NATIONALE DES RESSOURCES PROPRES 8. POINTS NÉCESSITANT UNE ÉTUDE PLUS APPROFONDIE 2

3 1 INTRODUCTION Le groupe de projet sur l'autorisation européenne unique (AEU) a été chargé d'élaborer une approche commune, visant à encourager l'utilisation des autorisations uniques en vertu du règlement (CE) n 2913/92 du Conseil 1 actuellement en vigueur, non seulement pour les régimes douaniers économiques et les destinations particulières, mais aussi à l'importation et à l'exportation, notamment lorsqu'un régime douanier économique est suivi d'une mise en libre pratique. Le dédouanement centralisé constitue déjà la procédure normale appliquée aux exportations en vertu du code des douanes actuellement en vigueur, dans la mesure où la déclaration d'exportation doit normalement être présentée au bureau de douane compétent pour le lieu d'établissement de l'exportateur. Pour les importations, le dédouanement centralisé, qui permet le paiement des droits à l'importation auprès du bureau de douane compétent pour le lieu d'établissement du négociant, n'est possible que si la procédure de domiciliation est autorisée. Dans le cadre du code des douanes actuellement en vigueur, un certain nombre d'autorités douanières se sont entendues pour autoriser le dédouanement centralisé avec admission des marchandises dans un autre État membre, notamment pour le perfectionnement actif, les entrepôts douaniers et, ce qui est moins fréquent, la mise en libre pratique. Toutefois, ces accords entre États membres sont difficiles à trouver et longs à mettre en œuvre car ils font l'objet d'âpres négociations et nécessitent des compromis considérables de la part des États membres afin de trouver la meilleure façon de surmonter les difficultés pratiques et juridiques. L'élimination des obstacles à l'utilisation d'autorisations uniques pour la mise en libre pratique passe par l'élaboration de solutions communes, fondées sur des règles et des arrangements administratifs identiques permettant de remédier aux problèmes qui freinent l'octroi des autorisations et qui sont à l'origine du refus de certains États membres de conclure ce type d'arrangements. Le groupe de projet a fait porter ses travaux sur les points suivants: élaboration d'une proposition de modification du règlement (CE) n 2454/93 de la Commission 2 fixant les dispositions d'application du code des douanes (DAC), en vue d'y introduire une définition de l'autorisation unique pour les procédures simplifiées, ainsi que la procédure de consultation appropriée pour la demande/l'octroi de l'autorisation; création d'un formulaire de demande/d'autorisation pour les procédures simplifiées, utilisable tant lorsqu'un seul État membre est concerné (autorisation nationale) que lorsqu'ils sont plusieurs (autorisation unique); élaboration d'un accord de coopération régissant les échanges d'informations, la surveillance de la procédure, les modalités de redistribution de la part nationale des ressources propres, etc.; élaboration d'orientations concernant les garanties, le plan de contrôle, la TVA, les statistiques, les interdictions et les restrictions, les litiges et les recours, les irrégularités et le transfert des montants perçus (part nationale des ressources propres) afin d'aider les États membres à 1 JO L 302 du , p JO L 253 du , p. 1. 3

4 résoudre les problèmes qui se présentent, en particulier lorsque des législations nationales différentes s'appliquent lors de la mise en libre circulation. Pour l'analyse de risque et les contrôles de type audit, il convient de s'appuyer sur les travaux réalisés dans le cadre du programme Douane 2007 et d'intégrer ces résultats dans le processus d'octroi de l'autorisation et les audits ultérieurs. Afin de tenir les États membres informés de l'avancée des travaux et de préparer toute modification juridique qui serait nécessaire, les activités du groupe de projet et les résultats auxquels il est parvenu seront examinés par le comité du code des douanes, section de la réglementation douanière générale, et, en ce qui concerne les procédures électroniques, par le groupe «Informatisation des douanes». Un séminaire est prévu les 26 et 27 janvier 2006 à Vienne (Autriche), à l'occasion duquel les administrations douanières et les opérateurs seront informés de la mise en œuvre de l'aeu et les manières et moyens d'améliorer la situation actuelle seront examinés. 2. DÉFINITION DE L'«AUTORISATION UNIQUE» On parle d'«autorisation unique» lorsque plusieurs administrations douanières sont impliquées dans l'obtention d'une telle autorisation, mais cela ne signifie pas nécessairement que l'accès à une procédure simplifiée a été accordé. L'expression «autorisation européenne unique» est généralement associée à la participation de plusieurs administrations douanières et à l'autorisation de recourir à des procédures simplifiées, généralement la domiciliation et parfois la déclaration simplifiée. Avec le code des douanes modernisé, la Commission entend fusionner les procédures de déclaration simplifiée et de domiciliation en une procédure unique de déclaration simplifiée reprenant l'esprit des deux procédures. Les dispositions d'application du code des douanes communautaire actuelles définissent l'«autorisation unique» aux fins de la destination particulière à l'article 291, paragraphe 2, point a), et l'«autorisation unique» aux fins des régimes douaniers économiques à l'article 496, point c). Le groupe de projet a envisagé l'insertion d'une définition supplémentaire aux fins des procédures simplifiées, à l'article 253, paragraphe 4, mais il a été estimé qu'il n'y avait pas lieu de disposer de trois définitions de l'«autorisation unique», même aux fins de procédures de types différents, en outre susceptibles d'être combinées (destination particulière et domiciliation, par exemple). Dans ce contexte, il est proposé d'insérer la définition suivante d'«autorisation unique», qui couvre les procédures simplifiées, les régimes douaniers économiques et la destination particulière, à l'article 1 er des DAC, en tant que point 12: «autorisation unique: une autorisation impliquant plusieurs administrations douanières, aux fins: des procédures simplifiées visées à l'article 76, paragraphe 1, point c), du code ou des régimes douaniers économiques ou de la destination particulière ou 4

5 de toute combinaison des régimes précités.» Cette solution permet de définir de manière claire et simple ce qu'est une autorisation unique, bien qu'elle nécessite la suppression des définitions existantes pour l'«autorisation unique» aux fins des régimes douaniers économiques (article 496, point c), des DAC) et l'«autorisation unique» aux fins de la destination particulière (article 291, paragraphe 2, point a), des DAC), ainsi que la modification de toutes les dispositions des DAC visant ces articles. La Commission est d'avis qu'une autre solution pourrait consister à maintenir les deux définitions existantes et à en insérer une nouvelle à l'article 253 des DAC pour couvrir les cas de figure manquants. 3. PROCÉDURE DE DEMANDE 3.1 Critères généraux pour la demande La demande d'autorisation unique aux fins des procédures simplifiées est présentée par écrit, à l'aide du formulaire figurant dans l'annexe 67 bis des DAC (annexe III du présent document), ou par voie électronique, lorsqu'un État membre accepte ou impose le recours à des procédés informatiques. Le demandeur désigne un point central d'accès à toutes les informations exigées par les autorités douanières de l'état membre chargé de délivrer l'autorisation, notamment sa comptabilité principale, ses registres et documents douaniers, afin de permettre l'appréciation des critères régissant l'octroi de l'autorisation. Celle-ci consiste à: vérifier si la société est en mesure de remplir ses obligations; examiner les modes de gestion et de contrôle interne de la société; procéder à une analyse de risque. Le demandeur doit indiquer par écrit aux autorités douanières qu'il autorise tous les échanges d'informations nécessaires avec les autres États membres concernés par les autorisations, tant dans le cadre de la procédure d'octroi qu'en relation avec leur fonctionnement. 3.2 Qui peut présenter une demande? Toute personne, au sens de l'article 4, point 1, du code des douanes, qui remplit les exigences juridiques applicables et est établie dans l'ue, au sens de l'article 4, point 2, de ce même code, peut présenter une demande d'autorisation unique. Lorsque le demandeur est un opérateur économique agréé (OEA), il n'est pas procédé à une nouvelle vérification du respect des conditions liées à l'octroi de ce statut. Toutefois, conformément à l'article 64, paragraphe 2, du code des douanes, un OEA établi en dehors de la Communauté ne peut pas demander d'autorisation unique aux fins des procédures simplifiées en vertu de l'article 76, paragraphe 1, point c), de ce même code. Une simple entité doit pouvoir demander une autorisation unique au nom d'un groupe de sociétés. Elle assume alors les responsabilités au nom du groupe (présentation des déclarations, constitution d'une garantie, tenue des registres) et sert de point de contact unique avec l'administration chargée de délivrer l'autorisation. Toutes les entités du groupe sont tenues responsables en cas d'irrégularités graves. 5

6 Au sein du groupe, les responsabilités doivent être clairement définies sur la base d'arrangements conclus entre les membres. Cette répartition doit être communiquée aux autorités douanières chargées de délivrer l'autorisation. 3.3 Où présenter une demande? La demande d'autorisation est présentée aux autorités douanières compétentes pour le lieu où le demandeur tient sa comptabilité principale, afin de permettre et de faciliter les pré-audits et les contrôles par audit effectués par les autorités douanières, tant lors de l'octroi que lors de la surveillance de l'autorisation. 3.4 Comment présenter une demande? La demande d'autorisation unique aux fins des régimes douaniers économiques et de la destination particulière est présentée à l'aide du formulaire figurant dans l'annexe 67 des DAC, ou sous le format électronique correspondant, y compris lorsque les marchandises sont placées sous un régime dans le cadre d'une procédure simplifiée. La demande d'autorisation unique pour les procédures simplifiées à l'importation (mise en libre circulation) et/ou à l'exportation est présentée à l'aide du formulaire figurant dans l'annexe 67 bis des DAC (voir l'annexe III du présent document), ou sous le format électronique correspondant, y compris lorsque la mise en libre circulation ou l'exportation survient après un placement sous un régime douanier économique ou sous le régime de la destination particulière. 3.5 Conditions générales et critères Lorsqu'une autorisation unique pour les procédures simplifiées est demandée, les conditions et critères à remplir sont les mêmes que ceux mentionnés à la partie I, titre IX, des DAC (autorisations nationales pour les procédures simplifiées). Lorsque le demandeur est un opérateur économique agréé, il n'est pas procédé à une nouvelle vérification du respect des conditions et des critères liés à l'octroi de ce statut. 3.6 Exigences en matière d information Les informations minimales requises pour l'octroi d'une autorisation sont celles énumérées dans l'annexe 67 ou l'annexe 67 bis. Les États membres peuvent demander toute information complémentaire jugée nécessaire pour déterminer s'il y a lieu d'accorder l'autorisation et/ou exiger l'accès (permanent) aux systèmes informatiques des demandeurs. 4. PROCÉDURE D'OCTROI La procédure d'octroi de l'autorisation sera décrite dans un nouvel article (263 bis) inséré dans les DAC (voir l'annexe II du présent document). Des points de contact nationaux pour les autorisations uniques seront établis dans chaque État membre. 6

7 Lorsqu'un opérateur demande une autorisation unique, les autorités douanières compétentes (les autorités douanières chargées de délivrer l'autorisation) vérifient qu'il respecte les critères donnant droit à cette autorisation. Après avoir vérifié que le demandeur était admissible au bénéfice de l'autorisation, une copie de sa demande et le premier projet d'autorisation doivent être envoyés aux autres autorités douanières concernées (point(s) de contact dans l'état membre participant), dans la langue de l'état membre chargé de délivrer l'autorisation et dans une langue acceptée par l'autre État membre. Dans les 30 jours qui suivent la réception du projet d'autorisation, les autorités douanières de l'état membre participant notifient par écrit leurs éventuelles objections, assorties de motivations, aux autorités douanières de l'état membre chargé de délivrer l'autorisation; si un délai supplémentaire est nécessaire pour prendre position, le bureau de contrôle en est informé dans le même délai de 30 jours. Lorsque des objections sont formulées dans le délai prescrit et qu'aucun accord n'est trouvé, la demande est rejetée au regard des objections soulevées. Une autorisation ne peut être accordée que si toutes les autorités compétentes concernées ont donné leur accord explicite, par écrit ou par voie électronique 3. Les autorités douanières chargées de délivrer l'autorisation enverront à toutes les autorités douanières compétentes concernées une copie de l'autorisation accordée. Dans un premier temps, CIRCA sera utilisé pour diffuser le jeu de données utilisé pour l'autorisation unique à tous les points de contact nationaux des États membres; au cours de cette phase, le jeu de données des autorisations uniques devrait contenir les informations suivantes: 1 État membre dans lequel la demande est présentée Code ISO 2 Date de réception de la demande Date 3 Date de fin du délai de 30 jours réservé à la consultation Date 4 Nom du demandeur/titulaire de l'autorisation unique Texte 5 Adresse Texte 6 Code postal Texte 7 Lieu Texte 8 Pays Code ISO 3 La Commission considère qu'une autorisation peut être accordée si les autorités douanières compétentes de l'état membre participant, après avoir été consultées dans le cadre de la procédure de consultation, ne répondent pas ou ne formulent aucune remarque concernant le projet d'autorisation. Le groupe de projet considère qu'une autorisation délivrée dans de telles conditions est totalement inutile, car l'autre État membre refusera tout simplement d'octroyer la mainlevée des marchandises tant que celles-ci n'auront pas été déclarées et que tous les droits n'auront pas été acquittés dans cet État membre. 7

8 9 Numéro national de l'autorisation Données alphanumériques 10 Date de l'autorisation Date 11 Période de validité de l'autorisation (s'il y a lieu) Dates Numéro de TVA Numéro d'identification de l'opérateur Données alphanumériques Données alphanumériques 14 Numéro d'inscription au registre du commerce ou au registre légal Données alphanumériques 15 Type de représentation Texte 16 Procédure simplifiée/régime douanier économique/régime de la destination particulière demandé(e) Texte 17 Type d'autorisation unique demandé Code 18 Numéro d'opérateur économique agréé, s'il y a lieu Code 19 Lieu où la comptabilité principale est tenue Code ISO 20 Lieu où les registres sont tenus Code ISO 21 État(s) membre(s) dans le(s)quel(s) des activités liées à la douane sont exercées Code(s) ISO 22 Type de marchandises Code(s) CN 23 Quantité totale mensuelle estimée 24 Montant total mensuel estimé 25 Localisation autorisée des marchandises/bureau de douane Texte 26 Bureau de douane d'importation/d'exportation Texte 27 Bureau de contrôle (s'il y a lieu) Texte 28 Type de déclaration simplifiée Code Le titulaire de l'autorisation est tenu de notifier immédiatement toute modification affectant le respect des critères ou du contenu de l'autorisation. Un système d'échange de données plus efficace est actuellement en phase d'élaboration, couplé à d'autres projets tels que le régime appliqué aux opérateurs économiques agréés. 5 GARANTIE 8

9 Lorsqu'une garantie est requise par les règles douanières, elle couvrira les droits de douane; les autorités de surveillance sont responsables du calcul du montant de garantie nécessaire pour couvrir la naissance d'une dette douanière. Chaque État membre concerné par une autorisation unique aux fins des procédures simplifiées est responsable du calcul du montant de la garantie destinée à couvrir les taxes nationales, telles que la TVA et les droits d'accise, s'il y a lieu. Des informations peuvent être demandées au bureau de contrôle pour faciliter ce calcul. 6 ORIENTATIONS Doc. TAXUD/1284/2005 Des orientations concernant un accord standard de coopération, le plan de contrôle, la TVA, les statistiques, les interdictions et restrictions, et les litiges et recours ont été élaborées par le groupe de projet. 7 PART NATIONALE DES RESSOURCES PROPRES Doc. TAXUD/1285/2005 À l'heure actuelle, deux méthodes coexistent pour la délivrance des autorisations uniques aux fins des procédures simplifiées: la méthode du statu quo: chaque État membre concerné par l'autorisation reçoit les frais de perception associés à toutes les marchandises qui se trouvent physiquement sur son territoire au moment de leur mise en libre pratique, et la méthode du partage à parts égales: l'état membre de surveillance retient l'ensemble des frais de perception associés aux marchandises qui se trouvent physiquement sur son territoire au moment de leur mise en libre pratique. Il conserve aussi la moitié des frais de perception associés aux marchandises qui se trouvent physiquement dans l'état membre participant lors de leur mise en libre pratique, et le ou les États membres participants reçoivent l'autre moitié. La Commission appelle instamment les États membres à s'entendre sur une approche unique. Pour ce faire, un accord politique sera nécessaire et, si possible, des dispositions juridiques appropriées devront être adoptées. Le groupe de projet convient qu'une solution unique devrait être trouvée rapidement car des négociations qui s'éternisent peuvent retarder la délivrance d'une autorisation, ou même aboutir à un refus de participer à une autorisation unique aux fins des procédures simplifiées. Un document décrivant la situation actuelle et proposant des mesures pour résoudre les problèmes qui se posent a été élaboré par le groupe de projet. 8 POINTS NÉCESSITANT UNE ÉTUDE PLUS APPROFONDIE En plus d'un examen approfondi des dispositions juridiques, les points suivants doivent encore être étudiés: quel type de système informatique est nécessaire pour permettre un échange d'information efficace pendant la procédure de délivrance de l'autorisation, et éventuellement après, en tenant 9

10 compte du fait que des exigences similaires sont peut-être appliquées à l'octroi du statut d'oea? Comment est-il possible d'échanger des informations pendant la procédure de demande/de délivrance de l'autorisation? 10

11 ANNEXE I 11

12 1 Règlement (CEE) n 2454/93 PARTIE I DISPOSITIONS D'APPLICATION GÉNÉRALES TITRE PREMIER GÉNÉRALITÉS CHAPITRE PREMIER Définitions Article premier «autorisation unique»: une autorisation impliquant plus d'une administration douanière, aux fins: des procédures simplifiées visées à l'article 76, paragraphe 1, point c), du code ou des régimes douaniers économiques ou de la destination particulière ou de toute combinaison entre les régimes précités.» 4 Il convient donc de supprimer l'article 291, paragraphe 2, point a), et l'article 496, point c), et de modifier tout article visé par ces deux dispositions. 1 TITRE IX Procédures simplifiées CHAPITRE PREMIER Dispositions générales Article La demande d'autorisation aux fins des procédures simplifiées de déclaration simplifiée et de domiciliation s'effectue à l'aide des formulaires figurant dans les annexes 67 ou 67 bis, ou sous le format électronique correspondant. 4 La Commission est d'avis que ce point pourrait être évité en insérant une nouvelle définition de procédure simplifiée, au titre IX «Procédures simplifiées», «Dispositions générales», article 253, paragraphe 4, et en conservant les définitions existantes de l'«autorisation unique» aux fins des régimes douaniers économiques et de la destination particulière. 12

13 ANNEXE II 13

14 Règlement (CEE) n 2454/93 PARTIE I DISPOSITIONS D'APPLICATION GÉNÉRALES TITRE IX Procédures simplifiées CHAPITRE III Procédure de domiciliation Article 263 bis 1. Lorsqu'une autorisation unique est demandée, la demande doit être présentée aux autorités douanières compétentes pour le lieu où la comptabilité principale du requérant est tenue, afin de permettre et de faciliter les pré-audits et les contrôles par audit effectués par les autorités douanières tant lors de l'octroi que lors de la surveillance de l'autorisation. 2. Les autorités douanières désignées conformément au paragraphe 1, après avoir vérifié que le demandeur était admissible au bénéfice de l'autorisation, envoient la demande et le premier projet d'autorisation aux autres autorités douanières concernées (le ou les points de contact dans l'état membre participant). Les autorités douanières concernées accusent réception de ces documents dans les 15 jours; elles notifient leurs objections ou communiquent leur décision aux autorités douanières chargées de délivrer l'autorisation dans les 30 jours qui suivent la date à laquelle le projet d'autorisation a été reçu; si un délai supplémentaire est nécessaire pour prendre position, le bureau de contrôle en est informé dans le même délai de 30 jours. Lorsque des objections sont formulées dans le délai prescrit et qu'aucun accord n'est trouvé, la demande est rejetée au regard des objections soulevées. 3. Une autorisation ne peut être accordée que si toutes les autorités compétentes ont signifié leur accord explicite, par écrit ou par voie électronique. Les autorités douanières qui délivrent l'autorisation en adressent une copie à toutes les autorités compétentes concernées. 14

15 La Commission propose de libeller l'article 263 bis comme suit: Règlement (CEE) n 2454/93 PARTIE I DISPOSITIONS D'APPLICATION GÉNÉRALES TITRE IX Procédures simplifiées CHAPITRE III Procédure de domiciliation Article 263 bis 1 Lorsqu'une autorisation unique aux fins des procédures simplifiées est demandée, la demande est présentée aux autorités douanières compétentes pour le lieu où la comptabilité principale du demandeur, notamment l'ensemble des documents et des registres, est tenue ou peut être consultée, afin de permettre et de faciliter les pré-audits et les contrôles par audit effectués par les autorités douanières tant lors de l'octroi que lors de la surveillance de l'autorisation. 2. Lorsqu'une autorisation unique est demandée par un opérateur bénéficiant du statut d'opérateur économique agréé, celle-ci est accordée dès lors que les autorités douanières concernées ont procédé à l'échange d'informations nécessaire. 3. Dans tous les autres cas, les autorités douanières visées au paragraphe 1 vérifient que le demandeur est admissible au bénéfice de l'autorisation et envoient la demande et le projet d'autorisation aux autres autorités douanières concernée dans un délai d'un mois à compter de la réception de la demande, pour autant que celle-ci soit complète. 4. Les autorités douanières du ou des États membres concernés notifient leurs objections dans les 30 jours qui suivent la date à laquelle elles ont reçu le projet d'autorisation; si un délai supplémentaire est nécessaire pour prendre position, le bureau de contrôle en est informé dans le même délai de 30 jours. Lorsque des objections sont formulées dans le délai prescrit et qu'aucun accord n'est trouvé, la demande est rejetée au regard des objections soulevées. 5. Pour autant qu'aucune objection à l'encontre du projet ne leur ait été notifiée, les autorités douanières visées au paragraphe 1 délivrent l'autorisation dans les 30 jours qui suivent le délai fixé au paragraphe 2. Elles en adressent une copie à toutes les autorités douanières concernées. 15

16 ANNEXE III 16

17 Proposition d'annexe 67 bis des DAC: Demande d'autorisation pour les procédures simplifiées: document Excel envoyé séparément. Proposition d'annexe 67 ter des DAC Autorisation pour les procédures simplifiées: document Excel envoyé séparément. Notes explicatives relatives aux différentes cases des annexes 67 bis et 67 ter document Excel envoyé séparément. 17

DÉDOUANEMENT CENTRALISÉ DANS LE MARCHÉ UNIQUE EXEMPLES PRATIQUES ET QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

DÉDOUANEMENT CENTRALISÉ DANS LE MARCHÉ UNIQUE EXEMPLES PRATIQUES ET QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Politique douanière Législation douanière et contrôle de l'application du droit communautaire Bruxelles, le 7 février 2005 2005/TAXUD/DOC-1204

Plus en détail

SECTION 3 FONCTIONNEMENT DU RÉGIME D'ENTREPÔT FISCAL [DB 3A423]

SECTION 3 FONCTIONNEMENT DU RÉGIME D'ENTREPÔT FISCAL [DB 3A423] SECTION 3 FONCTIONNEMENT DU RÉGIME D'ENTREPÔT FISCAL [DB Références du document 3A423 3A4231 Date du document 20/10/99 SECTION 3 Fonctionnement du régime d'entrepôt fiscal 1La gestion de l'entrepôt national

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TVA-SECT-70-40-20120912 DGFIP TVA - Régimes sectoriels - Opérations intracommunautaires

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Circulaire modifiant la circulaire du 15 septembre 1998 relative au séjour de l'étranger qui désire faire des études en Belgique

Circulaire modifiant la circulaire du 15 septembre 1998 relative au séjour de l'étranger qui désire faire des études en Belgique Date: 01/09/2005 M.B.: 06/10/2005 Circulaire modifiant la circulaire du 15 septembre 1998 relative au séjour de l'étranger qui désire faire des études en Belgique I. Introduction : En vertu de l'article

Plus en détail

TAXUD/1284/2005, Rév. 6 Orig.: EN

TAXUD/1284/2005, Rév. 6 Orig.: EN COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Politique douanière, législation, tarif douanier Législation douanière Bruxelles, le 15 février 2013 Taxud/A/2 EG (2013) 404977 TAXUD/1284/2005,

Plus en détail

Circulaire du 07/01/2015

Circulaire du 07/01/2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des Finances et des Comptes publics BUDGET Circulaire du 07/01/2015 Modalités de mise en œuvre de l'article 1695 II du code général des impôts relatif à l'autoliquidation

Plus en détail

Choisir le bon régime douanier suspensif

Choisir le bon régime douanier suspensif Choisir le bon régime douanier suspensif 1/ Une entreprise française envoie des pièces en Chine pour travail à façon et les réimporte : perfectionnement passif A l'exportation de France A l'importation

Plus en détail

E 5347 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 28 mai 2010 le 28 mai 2010

E 5347 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 28 mai 2010 le 28 mai 2010 E 5347 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2010 le 28 mai 2010

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

1 Ainsi que de la TVA, en application des articles 277.A I et II et 291.I du code général des impôts (CGI).

1 Ainsi que de la TVA, en application des articles 277.A I et II et 291.I du code général des impôts (CGI). DIRECTION GÉNÉRALE DES DOUANES ET DROITS INDIRECTS MONTREUIL, LE 16 AVRIL 2015 SOUS-DIRECTION E - COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU E3 POLITIQUE DU DEDOUANEMENT 11, RUE DES DEUX COMMUNES 93558 MONTREUIL CEDEX

Plus en détail

E 6801 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 21 novembre 2011 Le 21 novembre 2011

E 6801 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 21 novembre 2011 Le 21 novembre 2011 E 6801 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 21 novembre 2011 Le 21 novembre

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

ACCORD SUR LES SAUVEGARDES

ACCORD SUR LES SAUVEGARDES Page 299 ACCORD SUR LES SAUVEGARDES Les Membres, Considérant l'objectif général des Membres qui est d'améliorer et de renforcer le système de commerce international fondé sur le GATT de 1994, Reconnaissant

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.7.2014 L 229/13 DÉCISION 2014/512/PESC DU CONSEIL du 31 juillet 2014 concernant des mesures restrictives eu égard aux actions de la Russie déstabilisant la situation en Ukraine LE CONSEIL DE L'UNION

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA)

QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA) Questions Quand un exportateur doit-il prendre le statut d'exportateur agréé? QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA) Réponses

Plus en détail

E 7313 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 10 mai 2012 Le 10 mai 2012

E 7313 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 10 mai 2012 Le 10 mai 2012 E 7313 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 10 mai 2012 Le 10 mai 2012

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Vu la demande du Fonds Commun de Garantie Automobile reçue le 09/03/2012;

Vu la demande du Fonds Commun de Garantie Automobile reçue le 09/03/2012; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 59/2012 du 18 juillet 2012 Objet: demande d'autorisation émanant du Fonds Commun de Garantie Automobile pour accéder au Registre national et

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 35/2013 du 14 novembre 2013 Objet: transmission de données à caractère personnel du SPF Finances au Service Public de Wallonie (SPW) Département

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES ET RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

LIGNES DIRECTRICES ET RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX MÉMORANDUM D11-6-5 Ottawa, le 4 janvier 1993 OBJET DISPOSITIONS RELATIVES AUX INTÉRÊTS ET AUX PÉNALITÉS : DÉTERMINATIONS, CLASSEMENTS OU APPRÉCIATIONS ET RÉVISIONS OU RÉEXAMENS ET EXONÉRATIONS DE DROITS

Plus en détail

E 7125 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L'ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT,

E 7125 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L'ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, E 7125 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 1 er mars 2012 Le 1 er mars

Plus en détail

COM (2014) 622 final

COM (2014) 622 final COM (2014) 622 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 octobre 2014 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

RÈGLEMENT N 3/2014. Article premier Principes

RÈGLEMENT N 3/2014. Article premier Principes RÈGLEMENT N 3/2014 relatif au remboursement des frais de transport et au paiement des indemnités forfaitaires de voyage et de réunion pour les membres et suppléants du Comité des régions LE BUREAU DU COMITÉ

Plus en détail

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 RÈGLEMENT (UE) N o 360/2012 DE LA COMMISSION du 25 avril 2012 relatif à l application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de

Plus en détail

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD (Version 11 juillet 2008) 1- Quels enrobés doivent être marqués? Tous les enrobés bitumineux

Plus en détail

OPERATEURS ECONOMIQUES AGREES (OEA)

OPERATEURS ECONOMIQUES AGREES (OEA) QUESTIONNAIRE D'AUTO-EVALUATION RELATIF AUX OPERATEURS ECONOMIQUES AGREES (OEA) La finalité première de ce questionnaire est de permettre de vous assurer de votre aptitude à remplir les critères exigés

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Demande de permis d'exportation d'électricité, en date du 6 août 2003, présentée par Direct Commodities Trading (DCT) Inc.

Demande de permis d'exportation d'électricité, en date du 6 août 2003, présentée par Direct Commodities Trading (DCT) Inc. Dossier 6200-D070-1 Le 15 octobre 2003 Monsieur Jean-Jacques Taza Secrétaire et dirigeant Direct Commodities and Trading (DCT) Inc. 4821, avenue du Parc, bureau 6 Montréal (Québec) H2V 4E7 Monsieur, Demande

Plus en détail

2. Le Règlement met en œuvre quatre mesures dont le détail de l entrée en vigueur est donné ci-après :

2. Le Règlement met en œuvre quatre mesures dont le détail de l entrée en vigueur est donné ci-après : ED 2008/07 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 15 février 2007 Original : anglais F Code des douanes

Plus en détail

CHAPITRE VI PROCEDURE DE DEDOUANEMENT. Section 1. Généralités.

CHAPITRE VI PROCEDURE DE DEDOUANEMENT. Section 1. Généralités. CHAPITRE VI PROCEDURE DE DEDOUANEMENT. Section 1. Généralités. Art. 75 : - Toutes les marchandises importées, réimportées, destinées à être exportées ou réexportées doivent faire l'objet d'une déclaration

Plus en détail

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.07.2009 C (2009)5084 final Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères Monsieur le Ministre, J ai l'honneur

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 265/22 5.9.2014 RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N o 950/2014 DE LA COMMISSION du 4 septembre 2014 ouvrant à titre exceptionnel un régime temporaire d'aide au stockage privé pour certains fromages et fixant à

Plus en détail

Atelier «Les procédures douanières d aujourd hui à demain»

Atelier «Les procédures douanières d aujourd hui à demain» Atelier «Les procédures douanières d aujourd hui à demain» «Code des douanes de l Union» Bureau DGDDI E3 - Politique du dédouanement Paris, le 22 septembre 2015 2 Plan I- De la procédure de dédouanement

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire.

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire. Le présent document est une traduction du guide 8.4, dont l original en anglais est disponible sur le site Internet de WELMEC (www.welmec.org). Pour tout problème d interprétation, il est nécessaire de

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES DÉCISION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES DÉCISION DE LA COMMISSION FR REM 20/98 0 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 1-7-1999 DÉCISION DE LA COMMISSION du constatant que le remboursement des droits à l'importation est justifié dans un cas particulier.

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Veuillez passer en revue les conditions ci-après régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale (les «conditions»). Vous devez les

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

LA TVA DANS LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE APPLICATION DANS LES ÉTATS MEMBRES, ÉLÉMENTS D'INFORMATION DESTINÉS AUX ADMINISTRATIONS, AUX OPÉRATEURS

LA TVA DANS LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE APPLICATION DANS LES ÉTATS MEMBRES, ÉLÉMENTS D'INFORMATION DESTINÉS AUX ADMINISTRATIONS, AUX OPÉRATEURS LA TVA DANS LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE APPLICATION DANS LES ÉTATS MEMBRES, ÉLÉMENTS D'INFORMATION DESTINÉS AUX ADMINISTRATIONS, AUX OPÉRATEURS AUX RÉSEAUX D'INFORMATION, ETC. Remarque Le présent document

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA FRANCE LE ROYAUME-UNI DE GRANDE-BRETAGNE ET D'IRLANDE DU NORD

CONVENTION ENTRE LA FRANCE LE ROYAUME-UNI DE GRANDE-BRETAGNE ET D'IRLANDE DU NORD CONVENTION ENTRE LA FRANCE ET LE ROYAUME-UNI DE GRANDE-BRETAGNE ET D'IRLANDE DU NORD TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIERE D'IMPOTS SUR LES SUCCESSIONS signée à Paris le 21 juin 1963, approuvée

Plus en détail

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Revision du 03/06/2008 Règles de certification des système de management d entreprise ISO 14001-ISO 9001 1/12 Révision

Plus en détail

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions 2012R0036 FR 07.03.2015 022.002 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B RÈGLEMENT (UE) N o 36/2012 DU CONSEIL du 18 janvier 2012 concernant

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER

L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER COLLOQUE DE LA FONDATION CLAUDE MASSE, 7 NOVEMBRE 2013 L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER M e Luc Thibaudeau INTRODUCTION : LE BESOIN DE PROTECTION DU CONSOMMATEUR

Plus en détail

Mise en œuvre de l'amendement sûrets du code des douanes communautaire. Le système de contrôle des importations (ICS) et des exportations (ECS)

Mise en œuvre de l'amendement sûrets du code des douanes communautaire. Le système de contrôle des importations (ICS) et des exportations (ECS) Mise en œuvre de l'amendement sûrets reté-sécurité du code des douanes communautaire Le système de contrôle des importations (ICS) et des exportations (ECS) 1 Attentats du 11 septembre 2001 Les Etats Unis

Plus en détail

Guide destiné à l exportation des effets personnels

Guide destiné à l exportation des effets personnels Guide destiné à l exportation des effets personnels TRANSPORT MARITIME GUIDE DESTINE A L EXPORTATION DES EFFETS PERSONNELS Nous vous informons que notre entreprise a obtenu la certification OEA (Opérateur

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/12 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 31/2014 du 30 octobre 2014 Objet: demande d'autorisation du Service Public Régional de Bruxelles, Direction des taxis de se voir communiquer

Plus en détail

LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES,

LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, DIRECTIVE DU CONSEIL du 22 février 1990 modifiant la directive 87/102/CEE relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres en matière de crédit

Plus en détail

COMMENT PREPARER AU MIEUX SON CONTRÔLE TVA?

COMMENT PREPARER AU MIEUX SON CONTRÔLE TVA? COMMENT PREPARER AU MIEUX SON CONTRÔLE TVA? PIERRE-FREDERIC NYST Avocat fiscaliste au Barreau de Namur Avenue Cardinal Mercier, 46 5000 NAMUR Téléphone : +32 (0)81 23 13 93 Télécopie : +32 (0)81 23 13

Plus en détail

RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des pouvoirs publics (RCOL)

RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des pouvoirs publics (RCOL) Adopté le 24.07.1991, entrée en vigueur le 24.07.1991 - Etat au 01.01.2013 (en vigueur) RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des

Plus en détail

Bureau de représentation 1

Bureau de représentation 1 Bureau de représentation 1 Vous souhaitez créer une structure juridique en Chine sans apport de capital? Vous recherchez à coordonner en Chine les activités de votre société mère? Vous voulez faire la

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE

AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE LES BUREAUX DE CRÉDIT DU NORD DOSSIER 03 00 49 MARS 2003 1. Mise

Plus en détail

IMPORT CONTROL SYSTEM (ICS) (Synthèse)

IMPORT CONTROL SYSTEM (ICS) (Synthèse) IMPORT CONTROL SYSTEM (ICS) (Synthèse) Sommaire : 1. Introduction 2. Rappels 3. Règlements 4. Principes de fonctionnement 5. Délais de transmissions 6. Evaluation des risques 7. Exemple Annexes : 1 1-

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/030 DELIBERATION N 09/021 DU 7 AVRIL 2009 RELATIVE A L ACCÈS AUX REGISTRES BANQUE-CARREFOUR DANS LE CHEF DE L ASBL

Plus en détail

Joint Committee. Orientations relatives au traitement des réclamations dans le secteur des valeurs mobilières (ESMA) et le secteur bancaire (ABE)

Joint Committee. Orientations relatives au traitement des réclamations dans le secteur des valeurs mobilières (ESMA) et le secteur bancaire (ABE) JC 2014 43 27 May 2014 Joint Committee Orientations relatives au traitement des réclamations dans le secteur des valeurs mobilières (ESMA) et le secteur bancaire (ABE) 1 Table des matières Orientations

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 18.10.2015 L 274/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS modifiant le règlement (UE) n o RÈGLEMENT (UE) 2015/1861 DU CONSEIL du 18 octobre 2015 267/2012 concernant l'adoption de mesures restrictives à

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 03.X.2007 C(2007)4604 Objet: Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE (1) Le 4 juillet

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 22.V.2007 C(2007)2249 Objet: Aide d'état N 122/2007 France Prime à l Aménagement du Territoire pour la Recherche, le Développement et l Innovation (PAT «RDI»). Monsieur

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 22/2014 du 19 mars 2014 Objet : demande d'avis concernant un projet d'arrêté royal réglementant les traitements par les médicaments de substitution (CO-A-2014-006) La Commission de la protection

Plus en détail

QUESTION 51. Application de la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales de 1961

QUESTION 51. Application de la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales de 1961 QUESTION 51 Annuaire 1971/I, pages 55-56 Comité Exécutif de Madrid, 18-23 octobre 1970 Q51 QUESTION Q51 Résolution Le Comité exécutif adopte la résolution suivante: L'Association Internationale pour la

Plus en détail

I. L'importation de marchandises originaires de pays tiers à l'union européenne

I. L'importation de marchandises originaires de pays tiers à l'union européenne I. L'importation de marchandises originaires de pays tiers à l'union européenne Le régime d'importation applicable au sein des États membres aux produits tiers est fonction à la fois de la nature de la

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TVA-CHAMP-20-50-40-20140113 DGFIP TVA - Champ d'application et territorialité

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes. (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité)

Journal officiel des Communautés européennes. (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) L 113/1 I (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) RÈGLEMENT (CE) N o 733/2002 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 avril2002 concernant la mise en œuvre du domaine de premier

Plus en détail

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088)

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088) Règlement "F" de la Banque Nationale de Belgique relatif aux enquêtes sur les investissements entre des résidents autres que les établissements de crédit et des non-résidents non apparentés hors valeurs

Plus en détail

5 EXEMPLES DES MEILLEURES PRATIQUES

5 EXEMPLES DES MEILLEURES PRATIQUES - 247 - MEILLEURES PRATIQUES 5 EXEMPLES DES MEILLEURES PRATIQUES 5.1 INTRODUCTION Les exemples de meilleures pratiques préparés par le Groupe de travail des problèmes douaniers intéressant les transports

Plus en détail

Circulaire du 23 juillet 2010

Circulaire du 23 juillet 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat NOR : BCRD 1021134 C Circulaire du 23 juillet 2010 Les procédures simplifiées de dédouanement Incidences du règlement

Plus en détail

CONVENTION ADDITIONNELLE

CONVENTION ADDITIONNELLE CONVENTION ADDITIONNELLE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRATIVE DU BRÉSIL EN VUE D ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET DE RÉGLER CERTAINES AUTRES QUESTIONS EN MATIÈRE

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Initiative du Royaume du Danemark en vue de l'adoption d'un acte

Plus en détail

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS DÉCISION DU BUREAU DU 15 AVRIL 2013 Chapitres: 1. Cadeaux reçus à

Plus en détail

NOTICE LICENCE GLOBALE - LIGLO -

NOTICE LICENCE GLOBALE - LIGLO - DIRECTION GENERALE DES ENTREPRISES (DGE) Service de l industrie Service des biens à double usage (Service à compétence nationale) 67, rue Barbès - BP 80001 94201 Ivry-sur-Seine CEDEX NOTICE LICENCE GLOBALE

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL

Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 16.9.2015 COM(2015) 463 final 2015/0213 (NLE) Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL modifiant le règlement (UE) 2015/323 du 2 mars 2015 portant règlement financier applicable

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.11.2013 C(2013) 7725 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'état SA.37017 (2013/N) - Belgique Compensation des coûts

Plus en détail

Date: 30/09/1997 (Mise à jour le 29/08/2007) MB: 14/11/1997 Modifiée par la circulaire du 06/12/2005 (M.B. 30/12/2005)

Date: 30/09/1997 (Mise à jour le 29/08/2007) MB: 14/11/1997 Modifiée par la circulaire du 06/12/2005 (M.B. 30/12/2005) Date: 30/09/1997 (Mise à jour le 29/08/2007) MB: 14/11/1997 Modifiée par la circulaire du 06/12/2005 (M.B. 30/12/2005) Circulaire relative à l'octroi d'une autorisation de séjour sur la base de la cohabitation

Plus en détail

RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN

RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN ACCORD AVEC L'APPLICATION DE LA CONVENTION COLLECTIVE Document adopté par le Comité

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954)

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Source: Archives Nationales du Luxembourg, Luxembourg. Affaires étrangères. Communauté européenne de

Plus en détail

L du 31 mai 1999 (Mém. n 77 du 21 juin 1999, p.1681)

L du 31 mai 1999 (Mém. n 77 du 21 juin 1999, p.1681) Domiciliation des sociétés Loi du 31 mai 1999 régissant la domiciliation des sociétés et - modifiant et complétant certaines dispositions de la loi modifiée du 10 août 1915 concernant les sociétés commerciales;

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation RÈGLEMENT sur les conditions d'occupation des logements à loyers modérés (RCOLLM) du 7 janvier 007 (état: 0.0.007) 840...5 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu la loi sur le logement du 9 septembre 975

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP

Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP Pour obtenir les informations les plus récentes sur l'évaluation de la sécurité des produits chimiques, consultez le

Plus en détail

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme :

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme : Le règlement N 07 01 du 09/01/2007, relatif aux règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises a modifié et remplacé les règlements n 91 12 relatif à la domiciliation

Plus en détail

Directive 93/13/CEE du Conseil du 5 avril 1993 concernant les clauses abusives dans les contrats conclus avec les consommateurs 1

Directive 93/13/CEE du Conseil du 5 avril 1993 concernant les clauses abusives dans les contrats conclus avec les consommateurs 1 Directive 93/13/CEE du Conseil du 5 avril 1993 concernant les clauses abusives dans les contrats conclus avec les consommateurs 1 LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, vu le traité instituant la Communauté

Plus en détail

COUR DU TRAV AIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAV AIL DE BRUXELLES .. : ' ";: F>:.. ' li!' R.G. NO2009/AB/52348 1er feuillet Rep.N 20111 YG:/l.. COUR DU TRAV AIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 16 FEVRIER 2011 8ème Chambre CPAS - intégration sociale Notification:

Plus en détail

Arrangement concernant les services de paiement de la poste

Arrangement concernant les services de paiement de la poste Arrangement concernant les services de paiement de la poste Les soussignés, Plénipotentiaires des Gouvernements des Pays-membres de l Union, vu l article 22.4, de la Constitution de l Union postale universelle

Plus en détail

Ventes par correspondance de vin

Ventes par correspondance de vin SUISSE Ventes par correspondance de vin Février 2005 Contact : @ morgane.kieffer@ubifrance.fr 04.96.17.25.85 04.96.17.26.72 PRIX HT : 75 Toute reproduction, même partielle, strictement interdite, sauf

Plus en détail

POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES

POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES Modifiée le 7 mai 2014 1 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE -

Plus en détail

FOURNITURE DE MATERIEL DE BUREAU. Marché à bons de commande C.C.A.T.P.

FOURNITURE DE MATERIEL DE BUREAU. Marché à bons de commande C.C.A.T.P. FOURNITURE DE MATERIEL DE BUREAU Marché à bons de commande C.C.A.T.P. MAITRISE D OUVRAGE et MAITRISE D ŒUVRE HABITAT 70 (OPH) 26 rue de Fleurier B.P. 70309 70006 VESOUL Cedex 03.84.96.13.50-03.84.96.13.74

Plus en détail

FOURNITURE DE MATERIEL DE SERRURERIE. Marché à bons de commande C.C.A.P.

FOURNITURE DE MATERIEL DE SERRURERIE. Marché à bons de commande C.C.A.P. FOURNITURE DE MATERIEL DE SERRURERIE Marché à bons de commande C.C.A.P. MAITRISE D OUVRAGE et MAITRISE D ŒUVRE HABITAT 70 (OPH) 26 rue de Fleurier B.P. 70309 70006 VESOUL Cedex 03.84.96.13.50-03.84.96.13.74

Plus en détail

A.Gt 12-09-2013 M.B. 30-10-2013

A.Gt 12-09-2013 M.B. 30-10-2013 Docu 39496 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif aux conditions particulières d'agrément et d'octroi de subventions pour les services qui organisent des projets éducatifs de rupture

Plus en détail

Université de Nantes/Faculté de droit Master 1_ DIP II/ L. Panhaleux. Hugo et Philip

Université de Nantes/Faculté de droit Master 1_ DIP II/ L. Panhaleux. Hugo et Philip Université de Nantes/Faculté de droit Master 1_ DIP II/ L. Panhaleux Hugo et Philip En décembre 2011, Philip, de nationalité suisse, a vendu une voiture à Hugo, de nationalité brésilienne. Le contrat,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail