MANUEL DE CONFORMITE DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT Du TERRORISME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MANUEL DE CONFORMITE DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT Du TERRORISME"

Transcription

1 MANUEL DE CONFORMITE DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT Du TERRORISME Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 1

2 AVANT PROPOS Depuis les crises financières qui ont affecté la stabilité du système bancaire et financier mondial, la conformité est devenue un sujet des plus importants. La prise en compte du risque de non-conformité est devenue déterminante dans la gestion des établissements financiers. Selon le règlement du comité de la règlementation bancaire et financière relatif au contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement, le risque de non-conformité se présente comme : «Un risque de sanction judiciaire, administrative ou disciplinaire, de perte financière significative ou d'atteinte à la réputation, qui naît du non respect de dispositions propres aux activités bancaires et financières, qu'elles soient de nature législatives ou réglementaires, ou qu'il s'agisse de normes professionnelles et déontologiques, ou d'instructions de l'organe exécutif prises notamment en application des orientations de l'organe délibérant». Ceci inclut notamment les dispositions relatives à la prévention du blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme. Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sont considérés, à l échelle planétaire, comme étant les pires fléaux hérités du vingtième siècle ; le premier mettant en péril les systèmes économiques et financiers des Etats, le second menaçant la paix et la sécurité internationales par la multiplication, dans diverses régions du monde, des actes terroristes motivés notamment par l intolérance et l extrémisme. Cette prise de conscience s est manifestée dans plusieurs Etats par l élaboration et la mise en place de cadres juridiques et de structures appropriés en vue, d une part, d éviter l expansion de ces phénomènes et, d autre part, d aboutir à leur éradication. Consciente de l ampleur de ces fléaux et de leurs conséquences dommageables, QUICKCASH SA en tant qu entreprise citoyenne n a pas voulu demeurer en reste de toutes les actions entreprises dans le monde entier pour les combattre. Bien que le transfert d argent constitue l essentiel de son activité et par conséquent lui procure l essentiel de ses revenus, elle ne peut permettre que ses services soient utilisés pour blanchir de l argent ou financer le terrorisme. Aussi a-t-elle élaboré une stratégie de lutte contre la corruption, le blanchiment de capitaux et la criminalité transnationale, laquelle est contenue dans le présent manuel. Ce faisant, QUICKCASH SA veut se prémunir contre le risque d atteinte à sa réputation et à son image de marque en proposant des prestations conformes aux exigences légales et règlementaires. Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 2

3 QUICKCASH SA veut également affirmer sa volonté et son engagement à assainir le secteur du transfert d argent. Pour ce faire, QUICKCASH SA a désigné un «Compliance Officer» ou «Responsable de la Conformité» et a mis en place un système automatique de traçage et d archivage (logiciel anti-blanchiment), permettant de détecter toute transaction suspecte et de dénoncer son ou ses auteurs aux autorités étatiques compétentes. Le présent manuel s applique à tous les utilisateurs de la plateforme des opérations de transfert d argent QuickCash. Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 3

4 SOMMAIRE SECTION I : PRESENTATION 1.1 Présentation de la structure QUICKCASH SA 1.2 Environnement légal du dispositif 1.3 Le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux 1.4 Le dispositif de lutte contre le financement du terrorisme SECTION II : GENERALITES 2.1 Définitions Définition du blanchiment de capitaux Définition du financement du terrorisme 2.2 Le processus de blanchiment de capitaux SECTION III : POLITIQUE DE CONFORMITE DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME A QUICK CASH 3.1 Connaissance du client Personnes physiques Personne morales L ayant droit économique 3.2 Surveillance particulière de certaines opérations et conservation des pièces et documents Surveillance particulière de certaines opérations Conservation des pièces et documents 3.3 Tenue de registre et déclaration des opérations suspectes Tenue de registre Déclaration des opérations suspectes Surveillance particulière de certaines opérations Obligation de déclaration des opérations suspectes Conduite à tenir en cas d indice de blanchiment 3.4 Désignation d un agent responsable de conformité 3.5 Formation du personnel SECTION IV : CARTOGRAPHIE DES RISQUES Exigences de la matrice CONCLUSION Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 4

5 SECTION I : PRESENTATION 1.1 Présentation de la structure QUICKCASH SA Société Africaine de transfert rapide d argent, QUICKCASH SA a réussi le pari de déployer une plateforme de transfert d argent qui tienne compte des besoins et des réalités des populations africaines. Se voulant plus proches de ses clients, elle a développé des solutions simples, rapides, sécurisées et surtout économiques. Chaque jour elle contribue à rapprocher de nombreuses familles en Afrique à travers le service du transfert d argent. Depuis 2010, elle continue son expansion sur le continent dans le but d offrir un plus large réseau aux hommes et aux femmes qui lui font confiance. 1.2 Environnement légal La directive N 07/2002/ CM/UEMOA définit le cadre juridique de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme dans les états membres de l UEMOA. Selon son article 5, elle s applique à «toute personne physique ou morale qui, dans le cadre de sa profession, réalise, contrôle ou conseille des opérations entraînant des dépôts, des échanges, des placements, des conversions ou tous autres mouvements de capitaux ou de tous autres biens». QUICKCASH SA en a tiré l essentiel du contenu du présent manuel de conformité, élaboré de sorte à assurer que ses services ne soient pas utilisés à des fins criminelles. QUICKCASH SA se conformera entièrement à l esprit et à la lettre de ces dispositions légales. Elle s engage à assurer la formation de tous les utilisateurs de sa plateforme de transfert d argent de sorte qu ils s y conforment eux aussi. Chaque utilisateur de la plateforme qui participe aux opérations de transferts ou qui les réalise est tenu de connaître le contenu de ce document et de s y conformer. 1.3 le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux Le dispositif anti-blanchiment de capitaux de l'uemoa a pour fondement la loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux, approuvée par le Conseil des Ministres de l Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) le 20 mars 2003 à Ouagadougou. Cette loi est une transposition de la Directive N 07/2002/CM/UEMOA relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans les Etats membres de l UEMOA, adoptée par le Conseil des Ministres de l UEMOA, lors de sa session du 19 septembre 2002 à Cotonou. Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 5

6 Elle institue un cadre juridique permettant de prévenir l utilisation des circuits économiques et financiers à des fins de recyclage de capitaux ou tous autres biens d origine illicite. Elle s applique à toute personne physique ou morale, qui dans le cadre de sa profession, réalise, contrôle ou conseille des opérations entraînant des dépôts, des échanges, des placements, des conversions ou tous mouvements de capitaux ; qu il s agisse aussi bien d organismes intervenant du secteur financier ou non, notamment les membres des professions juridiques pour certaines de leurs activités, les transporteurs de fonds, les marchands d articles de grande valeur et les établissements de jeux. Au titre de la prévention du blanchiment de capitaux, la loi uniforme définit, pour les assujettis, les modalités d identification de leur clientèle et les conditions de conservation des pièces justificatives des opérations effectuées. Elle prévoit également, des dispositions régissant la mise en place par les organismes financiers, de programmes internes de prévention, pour mieux détecter les opérations de blanchiment de capitaux. Les modalités de détection des opérations de blanchiment de capitaux ont été organisées, ainsi que les procédures de déclaration de soupçons relatives aux opérations douteuses. En outre, le régime de la responsabilité incombant aux assujettis et à l Etat ainsi que la levée du secret professionnel dans le cadre des investigations liées au blanchiment de capitaux sont contenus dans la loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans les états membres de l UEMOA. Par ailleurs, il est prévu l institution, dans chaque Etat membre de l Union, d une Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF) dont les travaux d investigations devraient permettre de passer de la présomption aux soupçons et à la saisine éventuelle des autorités judiciaires. Au plan des actions coercitives, la loi uniforme prévoit des sanctions administratives et pénales applicables aux personnes physiques et morales, ainsi que des mesures conservatoires susceptibles d'être prises par le juge d instruction. Il s agit, notamment de la saisie ou la confiscation des biens en relation avec l infraction de blanchiment de capitaux. 1.4 Le dispositif de lutte contre le financement du terrorisme Dans l'attente de la mise en place prochaine d'une législation spécifique sur le financement du terrorisme, le Règlement N 14/2002/CM/UEMOA relatif au gel des fonds dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme au sein de l UEMOA a été adopté par le Conseil des Ministres de l'union le 19 Septembre Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 6

7 Ce Règlement cadre permet de rendre exécutoires les décisions de gel de fonds prises par le Comité des Sanctions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, sur la base de la liste actualisée des personnes et entités visées, établie par ledit Comité. Conformément aux dispositions du Règlement, le Conseil des Ministres de l'uemoa a pris, le 26 juin 2003 à Dakar, la première Décision N 06/2003/CM/UEMOA, afin de rendre opérationnelles dans l Union, les mesures de gel de fonds prises par le Comité des Sanctions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, en application notamment de la Résolution N 1267 adoptée en Les dispositions du règlement permettent de prendre en compte les modifications apportées périodiquement par le Comité des Sanctions à la liste de personnes visées par ces mesures de gel des fonds. Les travaux sont en cours pour doter les Etats membres de l'union d'une législation spécifique destinée à incriminer et réprimer le financement du terrorisme. Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 7

8 SECTION II : GENERALITES 2.1 Définitions Définition du blanchiment de capitaux Au sens de la Directive N 07/2002/CM/UEMOA relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, le blanchiment de capitaux est défini comme l infraction constituée par un ou plusieurs des agissements énumérés ci-après, commis intentionnellement, à savoir: la conversion, le transfert ou la manipulation de biens, dont l auteur sait qu ils proviennent d un crime ou d un délit, tels que définis par les législations nationales des Etats membres ou d une participation à ce crime ou délit, dans le but de dissimuler ou de déguiser l origine illicite desdits biens ou d aider toute personne impliquée dans la commission de ce crime ou délit à échapper aux conséquences judiciaires de ses actes ; la dissimulation, le déguisement de la nature, de l origine, de l emplacement, de la disposition, du mouvement ou de la propriété réels de biens ou de droits y relatifs dont l auteur sait qu ils proviennent d un crime ou d un délit, tels que définis par les législations nationales des Etats membres ou d une participation à ce crime ou délit ; l acquisition, la détention ou l utilisation de biens dont l auteur sait, au moment de la réception desdits biens, qu ils proviennent d un crime ou d un délit, tels que définis par les législations nationales des Etats membres ou d une participation à ce crime ou délit Définition du financement du terrorisme le financement du terrorisme est défini comme l'infraction constituée par le fait, par quelque moyen que ce soit, directement ou indirectement, délibérément, de fournir, réunir ou gérer ou de tenter de fournir, réunir ou gérer des fonds, biens, services financiers ou autres, dans l'intention de les voir utilisés, ou en sachant qu'ils seront utilisés, en tout ou partie, en vue de commettre : - un acte constitutif d'une infraction au sens de l'un des instruments juridiques internationaux ; - tout autre acte destiné à tuer ou blesser grièvement un civil, ou toute autre personne qui ne participe pas directement aux hostilités dans une situation de conflit armé, lorsque, par sa nature Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 8

9 ou son contexte, cet acte vise à intimider une population ou à contraindre un Gouvernement ou une organisation internationale à accomplir ou à s'abstenir d'accomplir un acte quelconque. L'infraction de financement du terrorisme ainsi définie est constituée, même si les fonds n'ont pas été effectivement utilisés pour commettre les actes visés ci-dessus. 2.2 Le processus du blanchiment de capitaux Le blanchiment de capitaux consiste à cacher l origine réelle des capitaux ou tous autres biens d origine illicite et par conséquent à leur donner ainsi qu à leurs produits une certaine respectabilité. On distingue 3 phases dans le processus global de blanchiment de capitaux : La phase de placement qui consiste à injecter dans le système financier des sommes d argent provenant de crimes et de délits ; La phase d empilement qui consiste à brouiller les pistes. L argent «sale» est dissocié de sa source à travers une série de transactions destinées à en masquer l origine. Ainsi, l argent «sale» est lavé ; La phase d intégration qui consiste à investir les fonds lavés dans des placements honorables : biens immobiliers, titres, participations financières dans les entreprises, etc. La lutte contre le blanchiment des capitaux (LAB - AML) consiste donc à mettre en place des mesures de vigilance au niveau des acteurs sociaux et économiques pour rendre plus difficiles voire impossibles toutes les étapes visant à blanchir les capitaux. Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 9

10 SECTION III : POLITIQUE DE CONFORMITE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME DE QUICKCASH SA 3.1 Connaissance du client Une des façons les plus efficaces pour une entreprise d éviter d être la victime de crimes financiers est de vérifier l identité de ses clients et de savoir avec qui les transactions liées à une opération de transfert de fonds sont effectuées. Afin d éviter de traiter des transactions qui pourraient lui causer un quelconque risque, QUICKCASH SA a instauré un principe de «Connaissance du client» («know your customer») En vertu de ce principe, lors de l établissement d une relation d affaires (envois ou retrait de fonds ), les utilisateurs de la plateforme de transfert d argent QuickCash sont tenus de vérifier l identité et l adresse de leur cocontractant sur la base d une pièce d identité justificative. Dans le cas d opérations de caisse avec un client occasionnel, l identification doit se faire, pour toute transaction portant sur une somme en espèces égale ou supérieure au montant de la limite légale (F CFA ). Dans le cas d opérations répétitives distinctes pour un montant individuel inférieur au montant de la limite légale ou lorsque la provenance des capitaux n est pas certaine, l identification s avère également obligatoire. Elle l est tout aussi dans le cadre des opérations financières à distance. Il en est de même lorsqu il y a des indices de blanchiment d argent, même si la limite légale n est pas atteinte. La vérification de l identité du client doit se faire dans les conditions suivantes : Personnes physiques La vérification de l identité d une personne physique est effectuée au moyen d une carte d identité nationale ou de tout document officiel original en tenant lieu, en cours de validité, et comportant une photographie, dont il est pris une copie. La vérification de son adresse professionnelle et domiciliaire est effectuée par la présentation de tout document de nature à en rapporter la preuve. S il s agit d une personne physique commerçante, cette dernière est tenue de fournir, en outre, toute pièce attestant de son immatriculation au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier. Selon le montant de la transaction, envoi ou réception d espèces, doivent être fournis sur les clients avant le traitement de l opération, les renseignements suivants : Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 10

11 Pour les montants compris entre 1 et FCFA - Nom et prénoms ; - Adresse professionnelle et domiciliaire (est rapportée par la présentation de tout document de nature à en rapporter la preuve); - Numéro de téléphone ; - Montant de la transaction ; - Date de la transaction ; - Numéro de la pièce d identité (Carte nationale d identité ou tout document officiel original en tenant lieu, en cours de validité, et comportant une photographie du titulaire) ; - Date et lieu d établissement de la pièce. Pour les montants supérieurs à FCFA - Nom et prénoms ; - Adresse professionnelle et domiciliaire (est rapportée par la présentation de tout document de nature à en rapporter la preuve); - Numéro de téléphone ; - Montant de la transaction ; - Date de la transaction ; - Numéro de la pièce d identité (Carte d identité nationale ou tout document officiel original en tenant lieu, en cours de validité, et comportant une photographie du titulaire) ; - Date et lieu d établissement de la pièce ; - Date de naissance ; - Emplois précis Personnes morales L identification d une personne morale ou d une succursale d une personne morale est effectuée par la production : de l original, l expédition ou la copie certifiée conforme, de tout acte ou extrait du Registre du Commerce et du Crédit Mobilier, attestant notamment de sa forme juridique, de son siège social ; des pouvoirs des personnes agissant en son nom L ayant droit économique Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 11

12 Dans le cas où le client n agirait pas pour son propre compte, l utilisateur de la plateforme de transfert d argent QuickCash devra se renseigne par tous les moyens légaux possibles sur l identité de la personne pour le compte de qui le client agit, notamment : requérir du cocontractant une déclaration écrite relative à l ayant droit économique, lorsque le cocontractant n est pas l ayant droit économique ou qu il y a un doute à ce sujet. demander dans le cas de comptes globaux et de dépôts globaux, au cocontractant une liste complète des ayants droits économiques. L utilisateur exigera de son cocontractant qu il lui communique immédiatement toute modification de ladite liste. 3.2 Surveillance particulière de certaines opérations et conservation des pièces et documents Surveillance particulière de certaines opérations Doivent faire l objet d un examen particulier de la part des utilisateurs de la plateforme de transfert d argent QuickCash : - tout paiement en espèces ou par titre au porteur d une somme d argent, effectué dans des conditions normales, dont le montant unitaire ou total est égal ou supérieur à cinquante millions ( ) de francs CFA ; - toute opération portant sur une somme égale ou supérieure à dix millions ( ) de francs CFA, effectuée dans des conditions inhabituelles de complexité et/ou ne paraissant pas avoir de justification économique ou d objet licite. Dans ces cas suivant, les agents de QUICKCASH SA ( le service client notamment) sont tenus de se renseigner auprès du client, et/ou par tous autres moyens, sur l origine et la destination des sommes d argent en cause, ainsi que sur l objet de la transaction et l identité des personnes impliquées, conformément aux dispositions de la loi relative à l identification des client. Les caractéristiques principales de l opération, l identité du donneur d ordre et du bénéficiaire, le cas échéant, celle des acteurs de l opération sont consignées dans un registre confidentiel, en vue de procéder à des rapprochements, au besoin Conservation des pièces et documents Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 12

13 Les utilisateurs de la plateforme de transfert d argent QuickCash doivent conserver pendant une durée de dix (10) ans, à compter de la clôture de leurs comptes ou de la cessation de leurs relations avec leurs clients habituels ou occasionnels, les pièces et les documents relatifs à leur identité. Ils doivent également conserver les pièces et documents relatifs aux opérations qu ils ont effectuées pendant dix (10) ans à compter de la fin de l exercice au cours duquel les opérations ont été réalisées, de manière à ce que des tiers experts en la matière (CENTIF, Autorités Judiciaires ) puissent se faire une idée objective sur les transactions et les relations d affaires ainsi que sur le respect des dispositions du présent manuel de conformité et de celles de la loi contre le blanchiment de capitaux illicites et le financement du terrorisme. 3.3 Tenue de registre et déclaration des opérations suspectes Toutes les procédures de déclaration et de tenue de registres de QUICKCASH sont conçues de manière à se conformer aux règlements en matière de conformité Tenue de registre Les utilisateurs de la plateforme de transfert d argent QuickCash doivent obligatoirement tenir un registre pour toute opération portant sur une somme égale ou supérieure à dix millions ( ) de francs CFA, effectuée dans des conditions inhabituelles de complexité et/ou ne paraissant pas avoir de justification économique ou d objet licite. Les utilisateurs de la plateforme de transfert d argent QuickCash sont tenus de se renseigner auprès du client, et/ou par tous autres moyens légaux, sur l origine et la destination des sommes d argent en cause, ainsi que sur l objet de la transaction et l identité des personnes impliquées, conformément aux dispositions de la loi sur l identification des clients. Les caractéristiques principales de l opération, l identité du donneur d ordre et du bénéficiaire, le cas échéant, celle des acteurs de l opération sont consignées dans un registre confidentiel, en vue de procéder à des rapprochements, au besoin Déclaration des opérations suspectes Surveillance particulière de certaines opérations Doivent faire l objet d un examen particulier de la part de l utilisateur de la plateforme de transfert d argent QuickCash : Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 13

14 - tout paiement en espèces ou par titre au porteur d une somme d argent, effectué dans des conditions normales, dont le montant unitaire ou total est égal ou supérieur à cinquante millions ( ) de francs CFA ; - toute opération portant sur une somme égale ou supérieure à dix millions ( ) de francs CFA, effectuée dans des conditions inhabituelles de complexité et/ou ne paraissant pas avoir de justification économique ou d objet licite ; - Il en est de même en cas de répétition d opérations distinctes pour un montant individuel inférieur à Cinq Millions ( ) FCFA ou lorsque la provenance licite des capitaux n est pas certaine Obligation de déclaration des opérations suspectes (déclaration de soupçon) Les utilisateurs de la plate forme de transfert d argent QuickCash qui savent ou qui présument, sur la base de soupçons fondés, que les valeurs patrimoniales impliquées dans la relation d affaire ont un rapport avec une infraction, qu elles proviennent d un crime au sens de la législation en matière de blanchiment d argent et / ou de financement du terrorisme ou encore qu une organisation criminelle exerce un pouvoir de disposition sur ces valeurs, doit en informer sans délai le «Compliance Officer» ou «Responsable de la Conformité» de QUICKCASH SA. Ce dernier est tenu de procéder aux déclarations desdites opérations suspectes, à la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financière (CENTIF) conformément aux dispositions du Chapitre 2 du Titre III de la Loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans les Etats membres de l UEMOA et selon un modèle de déclaration fixé par arrêté du Ministre chargé de l économie et des Finances. Le «Compliance Officer» ou le «Responsable de la Conformité» de QUICKCASH SA a en outre l obligation de déclarer à la CENTIF les opérations ainsi réalisées, même s il a été impossible de surseoir à leur exécution ou s il est apparu, postérieurement à la réalisation de l opération, que celle-ci portait sur des sommes d argent et tous autres biens, d origine suspecte. Ces déclarations sont confidentielles et ne peuvent être communiquées, ni au propriétaire des sommes d argent, ni à l auteur des opérations Conduite à tenir en cas d indice de blanchiment de Capitaux Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 14

15 En cas de soupçons, le «Compliance Officer» ou le «Responsable de la Conformité» de QUICKCASH SA doit immédiatement : saisir la Direction Générale de QUICKCASH SA ; entamer la procédure de déclaration à la CENTIF ; prendre immédiatement les dispositions nécessaires pour ajouter le suspect dans la liste du logiciel anti-blanchiment conçu à cet effet afin de bloquer ses éventuelles transactions. 3.4 Désignation d un agent responsable de la politique de conformité QUICKCASH SA a un «Compliance Officer» ou un «Responsable de la Conformité» qui apporte une assistance générale à la Direction Générale, ainsi qu à tous les collaborateurs de la structure, dans toutes les questions concernant la lutte contre le blanchiment de capitaux illicites et le financement du terrorisme. Les responsabilités du «Compliance Officer» ou «Responsable de la Conformité» et de la haute direction sont les suivantes : Assurer la conformité continue avec toutes les directives, lois, règlements en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ; Coordonner et mettre en œuvre le programme de conformité ; Évaluer tout risque associant blanchiment d'argent et financement du terrorisme ; Assurer que tous les employés sont formés en matière d exigences de conformité avant d effectuer des transactions liées à des opérations de transfert; Assurer que la formation ordinaire en matière de conformité est effectuée de manière efficace pour tous les employés; Assurer que toute la formation est décrite et démontrée, notamment la date de la formation, le nom du formateur et de l employé en formation ainsi que les sujets abordés ; Assurer une surveillance quotidienne de la conformité aux lois et règlements afférents ; Assurer une tenue de registres et des déclarations exactes, comme recommandé par la Loi sur le blanchiment d argent et le financement des activités terroristes ; Assurer que le Programme de conformité subit un examen indépendant tous les deux ans ; Effectuer la révision et la mise à jour du Programme de conformité au besoin, en raison des modifications apportées aux lois ou règlements, et s assurer que tous les employés sont avisés de ces modifications ; Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 15

16 Coopérer avec les autorités chargées de l application de la loi, en cas d enquêtes en matière de conformité 3.5 Formation du personnel La responsabilité de la formation et de l instruction du personnel, notamment des collaborateurs qui sont en contact avec les clients et qui participent aux transactions liées à des opérations de transfert d argent, incombe au «Compliance Officer» ou «Responsable de la Conformité». Sa tâche est de prendre les mesures appropriées pour que les collaborateurs bénéficient d une formation approfondie et continue, leur permettant d acquérir les connaissances nécessaires sur les dispositions de la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. Le «Compliance Officer» ou «Responsable de la Conformité» veille tout particulièrement à ce que tous les utilisateurs de la plateforme de transfert d argent QuickCash suivent, régulièrement, une formation en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux illicites et le financement du terrorisme. Les cours et formations organisés feront l objet d une documentation destinée à consolider les notions acquises. En outre, le «Compliance Officer» ou «Responsable de la Conformité» doit veiller à ce que les connaissances des collaborateurs soient actualisées régulièrement et que le niveau de vigilance demeure élevé en permanence. Cette formation doit comprendre au moins des modules ou chapitres sur: - la façon d identifier une activité suspecte et des transactions fractionnées; - les exigences en matière de tenue de registres et de déclaration; - la vérification des pièces d identité du client; et - la familiarisation avec les formulaires de conformité. Le «Compliance Officer» ou «Responsable de la Conformité» de QUICKCASH SA planifiera et assurera une formation périodique sur la conformité destinée aux employés. Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 16

17 SECTION IV : CARTOGRAPHIE DES RISQUES Exigences de la matrice Le comité de Direction et le «Compliance Officer» ou «Responsable de la Conformité» doivent évaluer et documenter le risque de blanchiment d'argent ou de financement du terrorisme au cours des transactions et/ou activités d'affaires. L'évaluation des risques doit tenir compte de l environnement et de la spécificité de QUICKCASH SA : les relations d affaires avec les clients; les produits et services, et les voies de distribution; l emplacement géographique des activités; tout autre facteur pertinent. Pour toutes les transactions et/ ou activités qui posent un grand risque de blanchiment d argent ou de financement du terrorisme, QUICKCASH SA développera et appliquera les politiques et les procédures pour: - Atténuer les risques identifiés ; - Prendre des mesures raisonnables pour mettre à jour l identité du client et les informations le concernant toutes les deux années; et - Prendre des mesures raisonnables pour accomplir le contrôle pour détecter des transactions suspicieuses. CONCLUSION Le blanchiment d argent est multiforme, il peut être transfrontalier avec la mise en œuvre de moyens très élaborés. La difficulté pour la communauté internationale et les autorités nationales de lutter contre le phénomène les a conduites à solliciter la coopération de partenaires privés. Le système repose sur l adhésion des opérateurs financiers et autres professionnels concernés qui doivent traduire leur implication par une organisation adaptée et une mobilisation de leurs ressources humaines. Afin de se prémunir contre le blanchiment de capitaux illicites et le financement du terrorisme, et participer au combat mené contre ces fléaux, QUICKCASH SA s est dotée de procédures adaptées à ses activités de transfert d argent, mène et continuera de mener une action de sensibilisation et de formation de tous les utilisateurs de sa plateforme de transfert d argent. Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 17

18 QUICKCASH SA entend certes se protéger, mais elle souhaite surtout offrir à ses clients un service de qualité répondant aux attentes des parties prenantes. Ce présent manuel est l expression de notre engagement et de notre participation à la lutte contre le blanchiment d argent et la lutte contre le terrorisme. Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 18

LE DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) LE DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 2 0 0 5 janvier 2005 LE DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers Document de sensibilisation CENTIF, 2006 (numéro BSDA: 12702210806)

Plus en détail

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi n 05-01 du 6 février 2005 Source : www.droit-algerie.com [NB - Loi n 05-01 du 6 février 2005 relative à la prévention

Plus en détail

UEMOA. Directive relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans les Etats membres de l UEMOA

UEMOA. Directive relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans les Etats membres de l UEMOA Directive relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans les Etats membres de l Directive n 07/2002/CM/ du 19 septembre 2002 Art.1.- Terminologie Au sens de la présente Directive, on entend

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

************************************************

************************************************ REPUBLIQUE DU SENEGAL lutte contre le à la CELLULE NATIONALE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES CENTIF ************************************************ LOI UNIFORME RELATIVE A LA LUTTE CONTRE LE

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

---------------------

--------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SYMPOSIUM DE L ABCA SUR LE THEME «LES BANQUES CENTRALES ET LEUR ROLE DANS LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX : COOPERATION ET ECHANCE D EXPERIENCES»

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/9/23 ORIGINAL : RUSSE DATE : 20 DÉCEMBRE 2013 Comité consultatif sur l application des droits Neuvième session Genève, 3 5 mars 2014 APPLICATION DES DROITS RELATIFS AUX ŒUVRES AUDIOVISUELLES

Plus en détail

LA REPRESSION DU FINANCEMENT DU TERRORISME (Rapport du FMI)

LA REPRESSION DU FINANCEMENT DU TERRORISME (Rapport du FMI) LA REPRESSION DU FINANCEMENT DU TERRORISME (Rapport du FMI) Le FMI a publié en 2003 un manuel intitulé «La répression du financement du terrorisme : manuel d aide à la rédaction des instruments législatifs».

Plus en détail

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR Chaque salarié et dirigeant du groupe CGR s'engage à : RESPECTER LA PERSONNE ET SON ENVIRONNEMENT AVOIR UNE CONDUITE PROFESSIONNELLE ETHIQUEMENT IRREPROCHABLE AVOIR DES RELATIONS

Plus en détail

INSTITUT DE DROIT COMMUNAUTAIRE. Association régie par la loi ivoirienne n 60-315 du 21 septembre 1960

INSTITUT DE DROIT COMMUNAUTAIRE. Association régie par la loi ivoirienne n 60-315 du 21 septembre 1960 I D C INSTITUT DE DROIT COMMUNAUTAIRE Association régie par la loi ivoirienne n 60-315 du 21 septembre 1960 SEMINAIRE DE SENSIBILISATION ET DE FORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX

Plus en détail

JUILLET 2013 POLITIQUE DE COMPLIANCE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE BANK & TRUST LUXEMBOURG

JUILLET 2013 POLITIQUE DE COMPLIANCE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE BANK & TRUST LUXEMBOURG JUILLET 2013 SOCIÉTÉ GÉNÉRALE BANK & TRUST LUXEMBOURG DE SGBT L'ensemble du personnel doit s'acquitter des responsabilités qui lui sont confiées de manière diligente, efficace et au mieux de ses capacités.

Plus en détail

Un règlement intérieur précise les modalités pratiques de chaque CARPA dont à Paris le Président est le Bâtonnier en exercice.

Un règlement intérieur précise les modalités pratiques de chaque CARPA dont à Paris le Président est le Bâtonnier en exercice. AuAu-delà de vos attentes La gestion de la vente du fonds de commerce : de l'ouverture du dossier à la gestion du compte séquestre PROPOSITION de PRESTATIONS DE FORMATION CONTINUE à l attention de : V

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4207 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 224 110 24 décembre 22 mai 2009 2013 S o m m a i r e LUTTE CONTRE

Plus en détail

LE BLANCHIMENT D ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME: LA REPONSE DES NATIONS UNIES

LE BLANCHIMENT D ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME: LA REPONSE DES NATIONS UNIES Vienna International Centre P. O. Box 500, A-1400 Vienna (Austria) Tel: (43-1)26060 4313 Fax: (43-1)26060 5866 E-mail: gpml@unodc.org www.unodc.org and www.imolin.org GLOBAL PROGRAMME AGAINST MONEY LAUNDERING

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LA COLLECTE ET LA CONSERVATION DE LA COPIE DE DOCUMENTS D IDENTITE OFFICIELS

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices relatives aux virements électroniques.

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices relatives aux virements électroniques. DIRECTIONGENERALE DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1610/2015 Alger, le 23 décembre2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT Introduction A l instar du secteur financier classique, le secteur de la Microfinance doit faire face au problème crucial du blanchiment des capitaux.

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Code de déontologie. 1 - Pré ambulé. 2 - Principés é lé méntairés. Version actualisée et validée en AG le 7 avril 2016

Code de déontologie. 1 - Pré ambulé. 2 - Principés é lé méntairés. Version actualisée et validée en AG le 7 avril 2016 Code de déontologie 1 - Pré ambulé Le financement participatif est un outil de collecte de fonds opéré via une plateforme internet permettant à un ensemble de contributeurs de choisir collectivement de

Plus en détail

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 À : Agents généraux administrateurs, a Tous les agents généraux administrateurs, agents associés généraux, courtiers, agents généraux, conseillers

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-121 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-121 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-121 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 Dr Riccardo Sansonetti Chef de la section criminalité financière Secrétariat d'etat aux questions

Plus en détail

AGENTS AU CANADA PROGRAMME DE CONFORMITÉ CONTRE LE BLANCHIMENT D ARGENT ET POUR LA PRÉVENTION DU FINANCEMENT DU TERRORISME

AGENTS AU CANADA PROGRAMME DE CONFORMITÉ CONTRE LE BLANCHIMENT D ARGENT ET POUR LA PRÉVENTION DU FINANCEMENT DU TERRORISME AGENTS AU CANADA PROGRAMME DE CONFORMITÉ CONTRE LE BLANCHIMENT D ARGENT ET POUR LA PRÉVENTION DU FINANCEMENT DU TERRORISME MGM 3125 2008 MoneyGram International, tous droits réservés. Version 1.0 03/2008

Plus en détail

Résumé formation Lutte contre le blanchiment Lexisnexis du 22 Octobre 2010 Par DUPENT Sébastien

Résumé formation Lutte contre le blanchiment Lexisnexis du 22 Octobre 2010 Par DUPENT Sébastien Résumé formation Lutte contre le blanchiment Lexisnexis du 22 Octobre 2010 Par DUPENT Sébastien Cette formation a eu lieu à Paris sous la direction scientifique de Mme Chantal CUTAJAR professeur affilié

Plus en détail

Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES

Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES Table des matières 0. Base légale et aperçu des principes 1. Définition de la compliance 2. Responsabilité

Plus en détail

(Ordonnance 2 de la FINMA sur le blanchiment d argent, OBA- FINMA 2) 1

(Ordonnance 2 de la FINMA sur le blanchiment d argent, OBA- FINMA 2) 1 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur la prévention du blanchiment d argent et du financement du terrorisme dans le domaine des assurances privées (Ordonnance 2 de

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

WAPIS PROGRAMME SIPAO

WAPIS PROGRAMME SIPAO WAPIS PROGRAMME SIPAO Système d information policière pour l Afrique de l Ouest Ce programme est financé par l Union européenne WAPIS PROGRAMME SIPAO Table des matières 1. Origine 4 2. Qu est-ce que le

Plus en détail

DIRECTIVES EUROPÉENNES

DIRECTIVES EUROPÉENNES DIRECTIVES EUROPÉENNES 201 5 textes coordonnés à jour au 11 JUILLET 2008 Recueil réalisé par le MINISTÈRE D ÉTAT - SERVICE CENTRAL DE LÉGISLATION www.legilux.lu 2 Directives Européennes Sommaire Traité

Plus en détail

BANQUE DU LIBAN. Circulaire de base No. 103 adressée aux banques,

BANQUE DU LIBAN. Circulaire de base No. 103 adressée aux banques, Remarque: Cette version n inclut pas les modifications de la Circulaire Intermédiaire n 339 du 23 Septembre 2013 et de la Circulaire Intermédiaire n 363 du 11 Mars 2014 BANQUE DU LIBAN Circulaire de base

Plus en détail

POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES ENFANTS EN AFRIQUE

POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES ENFANTS EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone: 011-551 7700 Fax: 011-551 7844 Website: www.au.int POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES

Plus en détail

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE BELGRADE 2014 Sommaire 1 2 INFORMATIONS

Plus en détail

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond Hong Van PHAM Le cadre actuel européen dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME 1 PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME Nous les chefs d Etat et de

Plus en détail

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe applicable au Gouverneur, aux Vice-Gouverneurs, aux membres du personnel et aux collaborateurs ou prestataires contractuels (Approuvé

Plus en détail

DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP

DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP N 38 - SOCIAL n 18 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 3 mars 2016 ISSN 1769-4000 DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP L essentiel La carte d identification professionnelle

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs Statuts de l ASP Création : Dépôt légal 13 décembre 1984 Journal officiel du 2 janvier 1985 Modifications des statuts approuvées par l Assemblée générale des 17 mai 1999, 06 mai 2003, 17 mai 2005 et 22

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Vu la loi du 17 août 1979 créant la Banque de la République d Haïti ci- après désignée BRH;

Vu la loi du 17 août 1979 créant la Banque de la République d Haïti ci- après désignée BRH; Loi sur le Blanchiment des Avoirs Provenant du Trafic Illicite de la Drogue et d autres Infractions Graves Vu les articles 19, 32, 136, 144 et 241 de la Constitution; Vu le Code Pénal Vu le Code d Instruction

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT PROJET DE LOI adopté le 21 juin 1990 N 138 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE MODIFIE PAR LE CONSEIL DE SURVEILLANCE LORS DE SA REUNION DU 16 MARS 2011 Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les règles de fonctionnement

Plus en détail

Organisation mondiale des douanes, 30 Rue du Marché, 1210 Bruxelles VACANCE D EMPLOI:

Organisation mondiale des douanes, 30 Rue du Marché, 1210 Bruxelles VACANCE D EMPLOI: Organisation mondiale des douanes, 30 Rue du Marché, 1210 Bruxelles VACANCE D EMPLOI: EXPERT EN QUESTIONS DE FORMATION DE BASE ET AVANCÉE CONCERNANT LE PROFILAGE DU FRET MARITIME DANS LE CADRE DU PROGRAMME

Plus en détail

MENU DE SERVICES. ASSISTANCE POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES fournie par le Service de la prévention du terrorisme de l UNODC

MENU DE SERVICES. ASSISTANCE POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES fournie par le Service de la prévention du terrorisme de l UNODC MENU DE SERVICES ASSISTANCE POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES fournie par le Service de la prévention du terrorisme de l UNODC Introduction Ce document fait l inventaire des services développés par les

Plus en détail

DIRECTIVE SUR L UTILISATION D INTERNET, DES MÉDIAS SOCIAUX ET DU COURRIER ÉLECTRONIQUE

DIRECTIVE SUR L UTILISATION D INTERNET, DES MÉDIAS SOCIAUX ET DU COURRIER ÉLECTRONIQUE DIRECTIVE SUR L UTILISATION D INTERNET, DES MÉDIAS SOCIAUX ET DU COURRIER ÉLECTRONIQUE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Directive sur l utilisation d Internet, des médias sociaux et du

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V.

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés conclu entre European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. et ses Représentants du Personnel Préambule Conformément

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 POLITIQUE Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 Adoptée par le conseil d administration le 24 novembre 2011 En vigueur le 24-11-2011 Note : Dans ce document, le générique

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT La Commission Bancaire de l Afrique Centrale, Vu la Convention du 16 octobre 1990 portant création d une Commission

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2009/6 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 15 septembre 2009 Français Original: anglais Troisième session Doha, 9-13

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE DE STOCKAGE DE PRELEVEMENTS BIOLOGIQUES NON INFECTIEUX

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE DE STOCKAGE DE PRELEVEMENTS BIOLOGIQUES NON INFECTIEUX CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE DE STOCKAGE DE PRELEVEMENTS BIOLOGIQUES NON INFECTIEUX ARTICLE 1 : Objet du marché Le présent marché a pour objet le stockage des prélèvements biologiques non infectieux

Plus en détail

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012 Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du du 12 décembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil

Plus en détail

LE PROXENETISME HOTELIER

LE PROXENETISME HOTELIER LE PROXENETISME HOTELIER Le fait, par quiconque, agissant directement ou par personne interposée : 1 De détenir, gérer, exploiter, diriger, faire fonctionner, financer ou contribuer à financer un établissement

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

Politique en matière de fraude

Politique en matière de fraude Politique en matière de fraude FÉVRIER 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. Application de la politique... 2 2. Objectif de la politique... 2 3. Politique en matière de fraude... 2 4. Définition de la fraude...

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

Politique anti-corruption

Politique anti-corruption Politique anti-corruption 1. Introduction Notre compagnie attache une valeur importante à sa réputation et s engage à maintenir les normes les plus élevées en matière d éthique dans la gestion de ses affaires

Plus en détail

Marché de fournitures UCA-PRQ-15/085. 1. Intitulé du contrat : Fourniture de tampons-encreurs.

Marché de fournitures UCA-PRQ-15/085. 1. Intitulé du contrat : Fourniture de tampons-encreurs. Marché de fournitures UCA-PRQ-15/085 1. Intitulé du contrat : Fourniture de tampons-encreurs. 2. Description détaillée Ce marché concerne la fourniture au Secrétariat Général du Conseil de tampons-encreurs

Plus en détail

CONVENTION DE L UNION AFRICAINE SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

CONVENTION DE L UNION AFRICAINE SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION CONVENTION DE L UNION AFRICAINE SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION 1 CONVENTION DE L UNION AFRICAINE SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION PREAMBULE Les Etats membres de l

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre le financement

Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre le financement Nouvelles juridiques a publication of the Luxembourg Bankers Association Novembre 2010 - n 03 Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 12 décembre 2003 MONEYVAL (2003)2 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

Agrément des experts en prévoyance professionnelle

Agrément des experts en prévoyance professionnelle français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) D 01/2012 Agrément des experts

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) ANNEXE D Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res MONEYVAL COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de Cogeco inc. (la «Société») est élu par les actionnaires de la Société afin de surveiller la gestion de l ensemble

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Ouvrir un compte personnel. Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi

Ouvrir un compte personnel. Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi Ouvrir un compte personnel Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi À propos de l OCRCVM L Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) réglemente

Plus en détail

Directive n 07/2002/CM/UEMOA relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans les Etats membres de l UEMOA

Directive n 07/2002/CM/UEMOA relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans les Etats membres de l UEMOA DIRECTIVE N 07/2002/CM/UEMOA RELATIVE A LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX DANS LES ETATS MEMBRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Regroupement des écoles de pêche francophones (REPF)

Regroupement des écoles de pêche francophones (REPF) Regroupement des écoles de pêche francophones (REPF) Statuts juridiques adoptés lors de l Assemblée générale constitutive et spéciale du Regroupement des écoles de pêche francophones», tenue à l Institut

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. L activité chiffrée de Tracfin en 2011

DOSSIER DE PRESSE. L activité chiffrée de Tracfin en 2011 DOSSIER DE PRESSE L activité chiffrée de Tracfin en 2011 Page 1 sur 10 Sommaire 1. Présentation de Tracfin Fiche de synthèse L organigramme 2. Les chiffres clés de l activité de Tracfin Analyse des chiffres

Plus en détail

Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de l information

Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de Dernière approbation : 26 août 2015 1 de 13 Sommaire La Banque CIBC s'engage à ce que les normes de présentation de soient uniformes afin que les renseignements importants

Plus en détail

SARL CONCEPT & STRATEGIE

SARL CONCEPT & STRATEGIE LETTRE DE MISSION Suivi patrimonial Mr et Mme SARL CONCEPT & STRATEGIE Siège social: 29 boulevard de la Ferrage Résidence Cannes 2000 06400 CANNES SARL Cap. 10 000 - Siret 504 714 122 00034 - Code APE

Plus en détail